• A widening #data_divide : #COVID-19 and the Global South

    COVID-19 shows the need for a global alliance of experts who can fast-track the capacity building of developing countries in the business of counting.

    The COVID-19 pandemic, first identified in mainland China in December 2019, has rapidly reached the four corners of the globe, to the point that the only “corona-free” land is reportedly Antarctica. News reports globally are filled with numbers and figures of various kinds. We count the number of tests, we follow the rise of the total individuals who tested positive to the virus, we mourn the dead looking at the daily death toll.

    These numbers are deeply ingrained in their socio-economic and political geography, as the virus follows distinct diffusion curves, but also because distinct countries and institutions count differently (and often these distinct ways of counting are not even made apparent). What is clear is that what gets counted exists, in both state policies and people’s imaginaries. Numbers affect our ability to care, share empathy, and donate to relief efforts and emergency services. Numbers are the condition of existence of the problem, and of a country or given social reality on the global map of concerns. Yet most countries from the so-called Global South are virtually absent from this number-based narration of the pandemic. Why, and with what consequences?
    Data availability and statistical capacity in developing countries

    If numbers are the conditions of existence of the COVID-19 problem, we ought to pay attention to the actual (in)ability of many countries in the South to test their population for the virus, and to produce reliable population statistics in general – let alone to adequately care for them. This means a “data gap” as well as in data quality, which even in “normal” times hinders the need for “evidence-based policy making, tracking progress and development, and increasing government accountability”.

    While the World Health Organization issues warnings about the “dramatic situation” concerning the spread of COVID-19 in the African continent, to name just one of the blind spots of our datasets of the global pandemic, the World Economic Forum calls for “flattening the curve” in developing countries. Progress was made following the revision of the United Nations’ Millennium Development Goals in 2005, with countries in the Global South being invited (and supported) to devise National Strategies for the Development of Statistics. Yet, even a cursory look at the NYU GovLab’s valuable repository of data collaboratives” addressing the COVID-19 pandemic, reveals the virtual absence of data collection and monitoring projects in the Southern hemisphere. The next obvious step is the dangerous equation “no data=no problem”.

    Disease and “whiteness”

    Epidemiology and pharmacogenetics (i.e. the study of the genetic basis of how people respond to pharmaceuticals), to name but a few amongst the number of concerned life sciences, are largely based on the “inclusion of white/Caucasians in studies and the exclusion of other ethnic groups”. In other words, modelling disease evolution and the related solutions are based on datasets that take into account primarily – and in fact almost exclusively – the Caucasian population.

    This is a known problem in the field, which derives from the “assumption that a Black person could be thought of as being White”, dismissing specificities and differences. This problem has been linked to the “lack of social theory development, due mainly to the reluctance of epidemiologists to think about social mechanisms (e.g. racial exploitation)”, as stated by Muntaner (1999).

    While COVID-19 represents a slight variation on this trend, having been first identified in China, the problem on the large scale remains. And in times of a health emergency as global as this one, risks being reinforced and perpetuated.
    A succulent market for the industry

    In the lack of national testing capacity, the developing world might fall prey to the blooming industry of genetic and disease testing, on the one hand, and of telecom-enabled population monitoring on the other. Private companies might be able to fill the gap left by the state, mapping populations at risk- – while however monetizing their data. The case of 23andme is symptomatic of this rise of industry-led testing, which constitutes a double-edge sword.

    On the one hand, private actors might supply key services that resource-poor or failing states are unable to provide. On the other hand, however, the distorted and often hidden agendas of profit-led players reveal their shortcomings and dangers. If we look at the telecom industry, we note how it has contributed to track disease propagation in a number of health emergencies such as Ebola.

    So, if the global open data community has called for smoother data exchange between the private and the public sector to collectively address the spread of the virus, in the absence of adequate regulatory frameworks in the Global South, for example in the field of privacy and data retention, local authorities might fall prey to outside interventions of a dubious nature.
    The populism and racism factors

    Lack of reliable numbers to accurately portray the COVID-19 pandemic as it spreads to the Southern hemisphere also offers fertile ground to distorted and malicious narratives mobilized for political reasons.

    It allows populist leaders like Brazil’s Jair Bolsonaro to announce a “return to normality” in the country, dismissing the harsh reality as collective ‘hysteria’. In Italy, the ‘fake news’ that migrant populations of African origin would be “immune” to the disease swept social media, unleashing racist comments and anti-migrant calls for action. While the same rumour that has reportedly been circulating in the African continent as well and populism has been hitting hard in western democracies as well, it might have more dramatic consequences in the more populous countries of the South.

    In Mexico, left-wing populist president Andrés Manuel López Obrador responded to the coronavirus emergency insisting that Mexicans should “keep living life as usual”. He did not stop his tour in the south of the country and frequently contradicted the advice of public health officials, systematically ignoring social distancing by touching, hugging and kissing his supporters and going as far as to consider the pandemic a plot to derail his presidency. These dangerous comments, assumptions and attitudes are a by-product of the lack of reliable data and testing that we signal in this article.
    The risk of universalising the problem

    Luckily, the long experience and harsh familiarity in coping with disasters, catastrophes and emergencies has also prompted various countries from the Global South to deploy effective measures of containment more quickly than many countries in the Global North.

    Given the lack of reliable data from the South, however, modelling the diffusion of the disease might be difficult. The temptation will be to ”import” models and “appropriate” predictions from other countries and socio-economic realities, and then base domestic measures and policies on them. “Universalizing” the problem as well as the solutions, as we warned in a 2019 article, is tempting, especially in these times of global uncertainty. Universalizing entails erroneously thinking that the problem manifests itself in exactly the same manner everywhere, disregarding local features and ‘other’ approaches. Coupled with the ‘whiteness’ observed earlier, this gives rise to an explosive cocktail that is likely to create more problems than it solves.
    Beyond the blindspot?

    While many have enough to worry about ‘at home’, the largest portion of the world population today resides in the so-called Global South, with all the very concrete challenges of the situation. For instance, for a good portion of the 1,3 billion Indian citizens now on lockdown, staying at home might mean starving.

    How can the global community – open data experts, researchers, life science scholars, digital rights activists, to name but a few – contribute to “fix” the widening data divide that risks severely weakening any local effort to curb the expansion of COVID-19 to populations that are often already at the margins?

    We argue that the issue at stake here is not simply whether we pump in the much-needed resources or how we collaborate, but it is also a matter of where do we turn the eye – in other words, where we decide to look. COVID-19 is bound to make apparent the need of a global alliance of experts of various kinds who, jointly with civil society organizations, can fast-track the capacity building of developing countries in the business of counting.

    https://www.opendemocracy.net/en/openmovements/widening-data-divide-covid-19-and-global-south
    #Sud #monde #statistiques #chiffres #coronavirus #données #disponibilité_de_données #Nord #inégalités

  • ’Talk like Doraemon’ : Malaysian ministry issues tips for wives during COVID-19 movement control order - CNA
    https://www.channelnewsasia.com/news/asia/coronavirus-malaysia-ministry-tips-wives-nagging-doraemon-mco-12593

    Edit : pour éviter les violences conjugales, le gouvernement malaisien explique quoi faire aux mères de famille. Entre autres, alléger la teneur de leurs propos en utilisant l’humour, la prise de recul et la voix d’un personnage enfantin gentil...

    The Women and Family Ministry on Monday (Mar 30) posted several tips on social media on how to avoid domestic arguments between husband and wife.(...)

    The ministry also recommended that women should “mimic the tone of Doraemon” and follow their statements with a coy and feminine laugh. This image appeared to have been taken down from the ministry’s social media pages on Tuesday afternoon.

    The social media post appeared on the ministry’s Facebook and Instagram accounts before it was taken down a day later.

    In a different graphic, the ministry also said that wives should refrain from making sarcastic comments if they see their husbands not helping with housework.

    “Ask for help and inform him – in some cases, our partner needs to be ‘told’ of their responsibility in order for them to be aware of what needs to be done,” the post read.

    • Pour réclamer de leurs parents qu’ils jouent avec eux plutôt qu’avec leurs smartphones, quelque 200 enfants et parents – selon des organisateurs et selon la police – ont manifesté à Hambourg en septembre dernier. Interrogée sur sa présence, une petite fille dit : Parce que ça m’énerve que mes parents soient toujours avec leur portable. Un petit garçon ajoute : les parents doivent plus jouer avec nous.
      Emile, 7 ans, a été l’initiateur du mouvement. Après avoir suffisamment tanné ses parents, ils ont accepté de l’aider à organiser la manifestation. Ces derniers du coup se sont rendus compte qu’ils pouvaient aussi apprendre de leurs enfants.

  • Des salariés de McDonald’s se mettent en grève en Aveyron après le licenciement d’un des leurs - 23/08/2017 - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/article/2017/08/23/2632466-salaries-mcdonald-mettent-greve-aveyron-apres-licenciement.html

    Ce mercredi après-midi, les locaux de l’union locale CGT de la rue Montlauzeur étaient en ébullition. Le conflit opposant le syndicat à la chaîne de fast-food remonte à décembre dernier lorsque Mc Donald’s attaqua la CGT pour avoir désigné un délégué syndical pour l’enseigne à l‘échelon local.

    S’en est suivie une procédure devant le Tribunal d’instance de Rodez dans le cadre du contentieux des élections professionnelles et le verdict donna raison au syndicat en condamnant la SAS Delta Sud-Ouest, exploitant l’enseigne McDonald’s de Villefranche, à verser 1 000 € de dommages et intérêts à l’UD CGT et 1 500 € en application des dispositions de l’article 700 du Code de procédure civile.

    Depuis, les sept salariés syndiqués à la CGT, -environ 50% du personnel- comme le précise le représentant syndical Quentin Leyrat, disent déplorer une dégradation du climat social au sein de l’entité villefranchoise, en allant jusqu’à dénoncer des discriminations à l’endroit de syndiqués. Pour l’heure, la situation semble dans l’impasse.« Nous sommes dans l’attente d’un PV de désaccord, précise Fabrice Guillot, de l’UL CGT, pour aller devant le tribunal des prud’hommes, voire au pénal ».

    Après deux accidents de travail recensés dans l’été, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la convocation d’un salarié, Donovan Alliotte devant les dirigeants de la société en fin de semaine dernière. Celle-ci faisait état d’absences, d’usage du téléphone portable et de propos injurieux en direction du manager.

    Ce mercredi 23 août, la notification de licenciement pour fautes graves lui était remise...

    #Grève #CDI_précaires #droit_du_travail #précarité

    • Il s’agit de CDI précaires non pas parce qu’il y comme souvent en CDI des licenciements et de la répression « anti-syndicale », mais parce qu’il s’agit d’une forme d’emploi qui repose que possibilité de faire faire des heures non pas supplémentaires mais complémentaires qui sont payées au même tarif que les heures prévues par le contrat de travail. Avec ces contrats à temps partiel les salariées et autres étudiants ou travailleurs précaires « installés » faute de mieux dans ces CDI sont contraints d’accepter d’effectuer des heures au gré des besoins de l’employeur (rushs, remplacements) pour essayer de s’en sortir moins mal vu les salaires de base versés qui tourne autour du Smic horaire. De très nombreuses boites et emplois reposent sur cette forme de flexibilité particulière (grande distribution, call centers, etc).
      Je le précise car un article présentant à sa façon ces questions avait été publié ici à l’occasion du blocage simultané d’un Mac do d’un Subway et d’un Quick et n’avait guère attiré l’attention à l’époque, il me semble.
      Interrompre le travail, c’est maintenant : MacDo, Subway et Quick bloqués à Gare du nord
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8118

      On se souvient par ailleurs de la « défiscalisation des heures supplémentaires » (N.S) par laquelle les ouvriers devaient se voir gratifiés fiscalement d’avoir « gagné plus », c’est à dire travailler plus.
      Il y a un ensemble de dispositifs qui veinent à assurer aux employeurs une disponibilité maximale de la main d’oeuvre.

      #disponibilité #temps_partiel #Smic_horaire (vaguement amélioré)

  • A Genève, le docteur Destouches est devenu Céline l’écrivain antisémite
    – Le Temps - Frédéric Koller
    Publié mardi 15 août 2017 , modifié dimanche 20 août 2017.
    https://www.letemps.ch/monde/2017/08/15/geneve-docteur-destouches-devenu-celine-lecrivain-antisemite

    A Genève, le docteur Destouches est devenu Céline l’écrivain antisémite

    Le docteur Louis Destouches s’engage à la Section d’hygiène de la Société des Nations en 1924. Lorsqu’il la quittera, trois ans plus tard, il sera Céline, écrivain débutant et antisémite. Deux rencontres majeures à Genève auront accompagné cette transformation

    #Céline

  • « Déserts médicaux » : une première cartographie | Alternatives Economiques

    https://www.alternatives-economiques.fr/deserts-medicaux-une-premiere-cartographie/00079454

    SANTE « Déserts médicaux » : une première cartographie

    Xavier Molénat 28/06/2017

    Les « déserts médicaux », on en parle souvent… Sans nécessairement savoir de quoi il est précisément question. C’est pour tenter d’y voir plus clair que la Drees vient de réaliser un premier travail de repérage des inégalités d’accès spatial à la médecine généraliste. Car selon Noémie ­Vergier et Hélène Chaput, les deux auteures, la simple distance à l’offre de soins (mesurée par le temps d’accès) qui vient spontanément à l’esprit pour caractériser ces espaces, est un critère nécessaire, mais loin d’être suffisant. Il ne dit rien de la disponibilité des médecins, qui ne travaillent pas nécessairement à plein-temps dans leur cabinet. Il reste par ailleurs silencieux sur les besoins de la population, qui évoluent notamment selon sa structure d’âge (on consulte davantage à 75 ans qu’à 25 ans).

    #france #santé #désert_médicaux #médecine #accessibilité #disponibilité

  • McDonald’s va recruter 250.000 salariés grâce à... Snapchat
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/mcdonald-s-va-recruter-250-000-salaries-grace-a-snapchat-739207.html

    L’enseigne de restauration rapide veut aller chercher les jeunes "là où ils sont, c’est-à-dire sur leur smartphone". McDonald’s compte ainsi pourvoir 250.000 jobs d’été grâce à Snapchat, très populaire auprès de la génération des Millennials.
    Snapchat, le réseau social plébiscité par les moins de 25 ans, va-t-il devenir la plateforme de recrutement préférée des entreprises pour pourvoir leurs jobs d’été ? La chaîne de restauration rapide McDonald’s compte en tout cas sur l’application mobile pour recruter pas moins de 250.000 personnes cet été.

    « Nous recherchons toujours des nouvelles voies pour recruter, tout en innovant. Nous pensons que les ’Snaplications’ (les applications sur Snapchat, un mot inventé par McDonald’s, NDLR) constituent un bon moyen pour s’adresser aux demandeurs d’emplois là où ils sont, c’est à dire sur leur téléphone », explique Jez Langhorn, le directeur des ressources humaines pour McDonald’s USA.
    L’initiative est lancée (pour l’instant du moins) uniquement aux Etats-Unis. Concrètement, McDonald’s a acheté des publicités sur le réseau social incitant les demandeurs d’emploi à postuler directement depuis l’application. Il s’agit de vidéos de 10 secondes, dans lesquelles de jeunes employés parlent des avantages de travailler chez McDonald’s . D’un glissement de doigt, les utilisateurs intéressés se retrouvent sur la page de candidature de la firme sur Snapchat, qui leur présente les offres disponibles près de chez eux, auxquelles ils peuvent postuler en quelques minutes.

    Spotify et Hulu également dans le viseur de McDonald’s (...)

    #capturecapitaliste #emploi #disponibilité #jobs_d'été dans une boite ou le contrat ordinaire dominant est le #CDI_précaires #bheurk

    • Non. Il y a bien assez de demandeurs de salaire. Avec les CDD, comme dans le cas des « jobs d’été » évoqués, pas besoin de virer, fin de contrat = départ (ou mendier le renouvellement). Et pour les CDI qui sont la majorité de ces emplois précaires là , pas besoin de virer non plus des récqaires enchainés à leur faible revenu. En revanche, possibilité de faire accepter des heures en plus qui ne sont pas payées en heures supp (ce que la loi travail généralise) car le salaire est insuffisant si on en reste au volume horaire stipulé par les contrats. On a donc une précarité qui n’a rien à voir avec la forme juridique du CDD, une #précarité du #CDI_flexible ( voilà le genre de truc dont le formalisme juridique d’un Friot n’a rien à faire). voir Interrompre le travail, c’est maintenant : MacDo, Subway et Quick bloqués à Gare du nord
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8118
      #CDI_précaires

  • Femmes sans abri : pourquoi elles se masculinisent - Belgique - LeVif.be
    http://www.levif.be/actualite/belgique/femmes-sans-abri-pourquoi-elles-se-masculinisent/article-opinion-625219.html

    8 mars, un jour par an pour rendre compte des avancées en matière de droits des femmes, mais surtout pour pointer du doigt et dénoncer les trop nombreuses inégalités et injustices qui persistent de par le monde, en ce compris en Belgique.

    On a pour habitude, à cette occasion, de mettre à l’honneur des #femmes qui se sont distinguées dans de nombreux domaines et métiers, en particulier ceux dits « masculins ». Plus rarement, on s’attarde sur les #non-droits de celles vivant dans l’extrême précarité. Car on le sait, la #pauvreté touche plus gravement les femmes que les hommes, les chiffres sont là pour l’attester et ils ne s’améliorent guère. Ces quelques dernières années, les données genrées indiquent même une aggravation de la précarisation des femmes. Et pour celles qui ont tout perdu, jusqu’à la sécurité d’un toit, être une femme veut souvent dire renoncer à être femme.

    L’espace public est masculin, et de ce fait, à l’inverse de ce devenir homme évoqué par cet article, le chômage et le retrait de l’espace public qu’il détermine dans bien des cas (faute d’argent et de réponse au « que fais-tu dans la vie ? »), distille un « devenir femme » du chômeur, pour partie confiné à l’espace « privé ».

    @chezsoi

    #Précarisation

    • Disponibilité des chômeurs : fort recul des sanctions en 2016
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3100793/2017/03/09/Disponibilite-des-chomeurs-fort-recul-des-sanctions-en-2016.dhtml

      Le nombre de sanctions infligées dans le cadre du contrôle de la disponibilité des chômeurs a nettement diminué entre 2015 et 2016, ressort-il de statistiques publiées jeudi par l’Office national de l’emploi (Onem).

      #contrôle #disponibilité

    • distille un « devenir femme » du chômeur, pour partie confiné à l’espace « privé ».

      Les hommes au chomage ne « deviennent pas femme ». Ils n’en profitent pas pour s’occupé de leurs enfants, de leur foyer ou de participé à des assos de quartier et ils ne se cantonne pas au « privé » il va au bistrot, sur le cours de pétanque, jouer au foot de quartier et profité de l’espace publique. Et même si vous connaissez des chomeurs qui s’occupent de leurs gosses, les statistiques indiquent que les hommes au chomage n’en font pas plus à leur domicile que les autres, si c’est pas pire parceque ces hommes ont besoin d’oppresser leurs compagne pour se refaire une stature de dominant.
      « Devenir femme » et « devenir homme » appliqué à ce contexte je trouve ca super violent, misogyne et essentialiste. Sans dire que c’est parfaitement insultant pour les femmes, qui sont associé à une déchance pour les hommes au chomage. Les femmes SDF se virilisent ce qui n’est aucunement devenir homme et les hommes au chomage ne se féminisent pas, ils ne font que descendre un peu sur l’échelle de la virilité.

      #sexisme #misogynie #essentialisme #déni #mensonge #renversionite #inversion_patriarcale #malealphisme

      Les hommes au chomage ne se féminisent pas du tout ( à part si on pense comme Zemmour ou Marine Lepen)

      Un homme au chômage va donc encore moins participer aux tâches ménagères car il est perdu.

      http://www.mieux-vivre-autrement.com/le-partage-des-taches-menageres-regresse-seule-lillusion-prog

      Les hommes qui gagnent moins que leur femme participent moins aux tâches ménagères…

      http://www.atlantico.fr/decryptage/hommes-qui-gagnent-moins-que-femme-participent-moins-aux-taches-menageres-

    • Être semi enfermé à la maison sans même avoir la légitimité sociale de l’utilité reconnue (et non payée) du travail domestique parait insignifiant, compris et su d’avance. Tant pis. Que parmi ces hommes au devenir femme il y ait des réflexes de réassurance masculiniste (ne pas toucher, et moins encore qu’avant au « domestique ») n’est guère surprenant. Et bien sûr, on peut se contrefoutre de ce que les mutations du travail et de l’un de ses moments, le chômage, empêchent, permettent, modifient.

      Une chanson italienne raconte que le chômeur n’a pas de travail, pas d’argent, pas de facilité à se loger, pas de ceci et de cela, et qu’il n’a même pas un premier Mai.

      Sinon, à propos d’essentialisme, la lecture des textes féministes italiens des 70’ rassemblés dans La horde d’or permet de constater que la polarité féminisme matérialiste / féminisme essentialiste n’a rien dune évidence
      http://ordadoro.info/?q=content/9-la-révolution-du-féminisme

      #travail « #espace_public » "#espace_privé"

    • Mais les hommes au chomage ne sont pas enfermé au foyer (ni semi !). Les hommes au chomage ne particpent pas aux taches domestique,ils le font encore moins que les hommes en situation d’emploi. Et ils ne deviennent pas femmes à part aux yeux des misogynes à la Zemmour. Alors ne peu pas faire comme si ils y participaient et faire comme si la situation des femmes SDF était symétrique à celle des hommes au chomage.

      Tu prétend que les hommes au chomage sont enfermé au foyer mais c’est faux.
      Tu prétend que les hommes au chomage participent au tâches domestiques, mais c’est faux.
      Tu prétend que la situation des hommes au chomage les féminisent. Mais qu’entend tu par « féminisation » ?
      Est-ce qu’ils subissent des violences sexuelles ? NON
      Est-ce qu’ils subissent les violences de leurs conjointes ? NON
      Est-ce qu’ils deviennent plus soigneux de leur apparence ? NON
      Est-ce qu’ils portent du rouge à lévre comme Baupin ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent au care, vont dans des asso pour aider ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent à pleuré devant des films romantiques ? NON
      Qu’est ce que tu veux dire concrètement derrière ce mot de féminisation des hommes chomeurs ? et pourquoi sur un article qui parle des femmes SDF et des violences sexuelles qu’elles subissent et du lien entre violence par conjoint et mise à la rue, ton commentaire se porte uniquement sur les hommes chomeurs qui soit disant se féminiseraient ?

      C’est pas le problème de la mutation de la société que je ne voudrais pas voire, le problème c’est la misogynie de ton commentaire.

      #invisibilisation_des_femmes #macho_de_gauche #mansplanning

    • Mais les hommes au chomage ne sont pas enfermé au foyer (ni semi !). Les hommes au chomage ne particpent pas aux taches domestique,ils le font encore moins que les hommes en situation d’emploi. Et ils ne deviennent pas femmes à part aux yeux des misogynes à la Zemmour.

      Merci pour la comparaison. C’est absurde. Et puisque l’on perd plus aux procès par contumace, je rétorque : sans fric, sans statut social, oui, il y a une tendance à s’enfermer, à se couper de l’espace public. C’est d’ailleurs comme ça que fleurissent les descriptions de chômeurs accros à la vidéo bière maison. L’ignorance étant la première des libertés, on peut refuser de le savoir.

      Alors ne peu pas faire comme si ils y participaient et faire comme si la situation des femmes SDF était symétrique à celle des hommes au chômage.

      Je n’ai pas dit cela, il est évident, et c’est ce que montre sans le dire l’article cité, que pour une femme être coupée des tâches domestiques (sans foyer) en fait une moins que rien, une moins que femme, car c’est bien encore cette utilité sociale là qui rend moins méprisable la femme « sans emploi » que l’homme dans le même cas.

      Tu prétend que les hommes au chomage sont enfermé au foyer mais c’est faux.
      Tu prétend que les hommes au chomage participent au tâches domestiques, mais c’est faux.

      Je n’ai nulle part dit que les hommes au chômage effectuaient des tâches domestiques. Ta réponse est purement idéologique : une grille de lecture schématique destinée à s’appliquer en toute situation, en toute indifférence aux faits ou aux dires.

      Tu prétend que la situation des hommes au chomage les féminisent. Mais qu’entend tu par « féminisation » ?
      Est-ce qu’ils subissent des violences sexuelles ? NON
      Est-ce qu’ils subissent les violences de leurs conjointes ? NON
      Est-ce qu’ils deviennent plus soigneux de leur apparence ? NON
      Est-ce qu’ils portent du rouge à lévre comme Baupin ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent au care, vont dans des asso pour aider ? NON
      Est-ce qu’ils se mettent à pleuré devant des films romantiques ? NON
      Qu’est ce que tu veux dire concrètement derrière ce mot de féminisation des hommes chomeurs ? et pourquoi sur un article qui parle des femmes SDF et des violences sexuelles qu’elles subissent et du lien entre violence par conjoint et mise à la rue, ton commentaire se porte uniquement sur les hommes chomeurs qui soit disant se féminiseraient ?

      Enfin des questions, certes bizarres, mais tes injures m’ont ôté toute envie d’y répondre. D’autant que, sauf erreur, je n’ai vu personne, même ici, endroit vachement féministe n’est-il point ? relever que le 8 mars aura été marqué cette année par l’arrestations de dizaines de jeunes femmes (lycée Suger, Saint-Denis) dont une majorité de mineures dont la GàV aura été prolongée au delà de 24h.

    • Ça commence à bien faire. je n’ai pas dit il faut être à telle ou telle manif, j’ai dit voilà qui davantage que bien des poncifs dit la situation des femmes (le lycée Suger et ses arrestations en nombre), je n’ai pas dit vous devez mais avez-vous vu ? et comment ne peut-on ne pas faire le rapport ? pourquoi faut il en rester à toutes les figures convenues et pas voir ce qui advient ?

      Lorsque la vie est mise au travail, ce n’est pas seulement le chômage qui contribue au devenir femme des chômeurs (pas parlé de féminisation, contrairement à la presse qui parle de masculinisation pour ces sans foyers), il y a bien une tendance au devenir femme y compris du travail (ce qui ne suffit pas à interdire le maintien du machisme, ni le développement des formes renouvelées du patriarcat capitaliste, ça se saurait). Lorsque des capacités affectives (qui ne sont pas par essence celles des femmes), sensibles, des aptitudes à la polyvalence sont requises par bien des activités productives, il est temps que les analyses féministes de ces situations, de ce type d’exploitation ne reste pas cantonnée à « la question des femmes ».

    • Merci @aude_v
      L’idée que les hommes se féminise ca me fait pensé à cette citation de Ukeles

      l’artiste entreprit en effet de serrer la main des huit mille cinq cent employés (éboueurs, balayeurs, personnel administratif, etc.) en les remerciant de « garder New York en vie ». Un an et demi auront été nécessaires entre 1978 et 1980 pour mener à bien Touch Sanitation, à raison d’horaires décalés, de tournées de collectes d’ordures interminables sur les cinq subdivisions de l’agglomération new-yorkaise. Faire corps avec cette profession permettait de démontrer combien le ramassage d’ordure et le nettoyage étaient des postes clef ; ces hommes détenaient un pouvoir crucial masqué par l’infamie de leur tâche. Sans ramassage d’ordures quotidien, la ville s’asphyxie et le désordre social s’avère inéluctable, des exemples contemporains en attestent. Ukeles choisit de photographier et de filmer ce travail ingrat avec la ferme conviction de célébrer les hommes les plus importants de la ville alors même que ces derniers étaient assimilés dans l’esprit du quidam au contenu de leurs camions.

      « En tant que femme, j’ai eu le sentiment, et particulièrement lorsque je suis devenue mère, que je faisais mon entrée dans la classe millénaire des femmes d’entretien. Le problème c’est qu’on ne m’a pas demandé d’y entrer. J’ai choisi consciemment ces éboueurs parce qu’ils effectuaient une tâche de genre féminin pour la ville, une tâche semblable à celle des femmes au foyer. Et ces hommes me disaient : « Vous savez pourquoi les gens nous détestent ? Parce qu’ils nous prennent pour leur mère, leur bonne ». Et moi je leur répondais : « Est-ce que vous vous rendez compte à qui vous dites cela !? » Pour moi, cela signifiait qu’en tant que femme, il est normal de me détester parce qu’on dépend de moi. » confie Ukeles.

      https://seenthis.net/messages/99780

      @colporteur Ca te coute quoi de dire que c’est pas une comparaison judicieuse et qu’on revienne au sujet de l’article ? Un sujet tout de même un peu plus important que l’ego des chômeurs non SDF et misogynes. J’hallucine toujours face aux hommes comme toi qui se croient 100% à l’abri de dire ou faire du sexisme.
      Si les hommes devenaient moins viriles pendant qu’ils sont au chômage (ou en emploi ou à la retraite ou dans n’importe quel configuration), ca serait un bienfait pour eux, pour leurs compagnes, pour leurs enfants, pour l’humanité et même pour les non-humains et la planète.

    • l’égo ça parle de qui ? des millions de chômeurs et chômeuses ou des artistes (et c’est souvent les mêmes) ? d’une condition sociale massivement vécue ? réalisez-vous, puisque c’est la norme, impossible, mais ne faites pas croire que pour le chômeurs mêmes « hommes » ce soit pas un PROBLÈME.

  • Les chômeurs belges sont traqués depuis 10 ans : combien d’entre eux ont-ils été sanctionnés ? - RTL Info
    http://www.rtl.be/info/belgique/economie/les-chomeurs-belges-sont-traques-depuis-10-ans-combien-d-entre-eux-ont-ils-ete-s

    (avec une vidéo que je sais pas inclure..)

    Lancé en 2004, le mécanisme a fait reculer les #chiffres_du_chômage de 22%. Mais dans le même temps, le volume d’#emploi a diminué aussi. 92.000 chômeurs ont été sanctionnés. Une enquête de BEL RTL.

    Il y a 10 ans était lancée une « lutte contre le chômage » et a priori, contre les #chômeurs qui abusaient du système. Bernard Lobet, pour BEL RTL, a rassemblé les chiffres les plus intéressants.

    Plusieurs mesures importantes ont été prises en 10 ans. Il y a eu notamment la limitation dans le temps des allocations de chômage, la #dégressivité_des_allocations, le retour des #contrôles_à_domicile, et la suppression de la prime pour les chômeurs âgés.

    Résultat : le nombre de chômeurs a diminué de 160.000 depuis 2004, et dans le même temps, 44.000 chômeurs ont été exclus.

    En tout, près de 92.000 chômeurs ont subi des #sanctions suite au contrôle de leur #disponibilité.

    Tous ceux qui sont sortis des statistiques n’ont pas nécessairement retrouvé un travail. Si le chômage baisse, c’est aussi parce que certains ont repris des études, se sont lancés dans une activité indépendante. Certains ont également décidé de changer de vie, et de ne plus toucher d’allocations en Belgique : ils sont 1.600 à avoir fait ce choix l’an dernier.

    Encore n’est-il pas question de ceux qui ne sont pas entrés dans les statistiques. La politique de contrôle, comme la baisse des allocs et leur contingentement sanctionnent, mais la sanction a aussi un caractère dissuasif (#non recours, #chômeurs_découragés)

    #gouvernement_des_conduites

  • Histoire d’un fiasco spectaculaire, celui du « Uber du ménage » - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/26/histoire-dun-fiasco-spectaculaire-celui-uber-menage-262263

    Mais il existe un autre son de cloche. Des interviews menées pour cet article avec plus d’une demi-douzaine d’anciens employés racontent une histoire plus compliquée. D’après eux, la chute de la société n’a rien à voir avec les poursuites judiciaires.

    Homejoy faisait face à des problèmes plus immédiats :

    des pertes s’accumulant,
    une piètre fidélisation de la clientèle,
    une expansion internationale coûteuse,
    de banals problèmes de mise en œuvre,
    des pépins techniques,
    une fuite constante de ses meilleurs employés, préférant des contrats en direct avec les (désormais ex-) clients.

  • L’exil du précaire, récits de vie en marge du travail, 1986 - Patrick Cingolani, #livre_en_ligne - CIP-IDF
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7840

    Introduction

    1. Du #travail atypique au #précaire
    1. L’insaisissable travailleur précaire
    2. Trois manières de travailler, une manière de s’y #refuser
    3. Une aversion pour la #discipline_productive, un sentiment d’indignité
    4. Les démarcations du précaire

    2. Le prix du loisir
    1. Une singulière épargne
    2. Liberté existence... une typologie des précaires
    3. Un besoin d’être contre le monde de l’avoir et ses places
    4. L’expérience du quotidien

    3. Une identité vacillante
    1. Échapper au classement
    2. Trouver sa forme d’expression
    3. Une manière d’être qui boite

    4. Les fractures de l’histoire, les partages du présent
    1. Non-conformation au classement et non-conformation aux #normes
    2. Petits #illégalismes et loi
    3. La précarité devant l’inégalité
    4. Le « non » du précaire

    5. La précarité entre l’#égalité et la différenciation sociale
    1. Travailler/Imiter
    2. Les écueils du changement

    Conclusion.
    Annexes

    • En ces temps de grisaille et de #chômage critique où le travail est devenu la valeur suprême et le chef d’entreprise le nouveau kalos kagathos des temps modernes, Patrick Cingolani s’en est allé à la rencontre de ces travailleurs qu’on dit précaires. Ce qui intéresse notre sociologue enquêteur n’est pas la précarité des temps de crise, celle du travailleur intérimaire, de l’employé à temps partiel, du chômeur périodique, tous travailleurs « précarisés », mais la précarité voulue, choisie, de ceux qu’il appelle les exilés volontaires du travail, de ceux qui refusent de se soumettre complètement à l’esclavage salarié, en attendant ou non le « grand soir ». L’enquête, « qualitative » - c’est-à-dire non quantitative au sens où la population enquêtée n’est statistiquement pas représentative d’un ensemble par définition non chiffrable - effectuée à Paris et en banlieue, au hasard des rencontres, porte sur une trentaine de personnes et nous donne à entendre les discours d’hommes et de femmes, plutôt jeunes mais aussi moins jeunes, qui parlent de leur rapport au travail. A partir de ces interviews et de quelques biographies reconstituées, Patrick Cingolani analyse les attitudes, les comportements et les expériences de ces marginaux qui vivent au moindre coût de travail et tente de les classer (eux qui se refusent à tout classement) dans les cadres d’une typologie du précaire axée sur le refus du travail, de l’intégration au monde du travail vécu comme aliénation et perte de soi. Le but du précaire est de retrouver une certaine qualité de la vie au prix d’une situation matérielle que d’aucuns, selon les critères généralement admis aujourd’hui, jugeraient souvent voisine de la misère. Le précaire est bien obligé de travailler pour vivre mais il ne veut pas vivre pour travailler. Vieux dilemme. La dignité du travail, cette dimension fondamentale de l’identité qu’on prête au prolétaire, à l’ouvrier (valeur essentiellement « bourgeoise » : cf. Marx), le précaire la nie. En quoi il est aussi (sans le savoir ?) le continuateur d’une certaine tradition, celle de l’ouvrier qui se veut sans attaches et change, à son gré, de patron et d’emploi (la fixation de la main-d’œuvre fut œuvre de longue haleine...). Aux yeux du précaire, ce qui compte avant tout c’est la réalisation de soi, non dans la richesse matérielle, dans la possession ou la consommation de biens, mais dans l’être en soi, la #disponibilité, la découverte, l’autonomie culturelle, la gamberge, voire le farniente, l’expression personnelle quelle qu’elle soit. Pour atteindre cet idéal de vie, le #temps constitue un superflu vital nécessaire, et ce temps on le gagne sur soi, à travers la réduction des besoins matériels, le mépris de toute promotion sociale, pour ne pas perdre sa vie à la gagner. Etrange pauvreté que celle du précaire qui se cultive, voyage, sort, flâne, libre de son temps, la vraie richesse. Libre de penser par lui-même. Pour vivre comme il l’entend, le précaire bricole et se faufile dans les interstices encore libres de la société, petits boulots temporaires, combines, expédients et emprunts de toutes sortes... Cependant si chambre individuelle et débrouillardise voilent souvent l’aspect collectif de ce petit monde, il n’en constitue pas moins quelque part une micro-société, un milieu fait de réseaux, un espace social comme on dit mais aussi un espace historique, espace que l’on peut situer dans un courant périodiquement invisible, qui conduit de Villon aux subcultures des années soixante et soixante-dix, espaces que l’ouvrage ne met peut-être pas suffisamment en valeur.

      L’intérêt de cet objet de recherche, qui relève paradoxalement de la sociologie du travail (on y parle finalement beaucoup de ce travail qu’on abhorre et plus rarement de ce que l’on vit) c’est qu’il va à contre-courant des préoccupations actuelles des sciences sociales et de la réflexion politique. Mais l’accroissement du chômage nous autorise-t-il à abandonner la critique du travail salarié ? La pénurie du travail doit-elle nous empêcher de penser la perspective d’une société sans travail où l’homme serait enfin libre de se réaliser dans le non-travail ? Ce but lointain, assigné à l’humanité par un certain Marx et quelques autres, les précaires n’ont pas le temps de l’attendre. « Individualisme bourgeois », diront certains... Plus positivement on pourrait dire que les précaires, dans leur recherche d’une vie autre, constituent une sorte de micro-laboratoire de la société future, la question de savoir si ces gens sont des déclassés ou bien s’ils préfigurent le visage du nouveau prolétaire (ce que l’auteur semble croire) restant à l’appréciation de chacun.

      Beaurain Nicole. Patrick Cingolani, L’exil du précaire, Klincksieck, (Coll. Réponses sociologiques), 1986. In : L Homme et la société, N. 85-86, 1987. Les droits de l’homme et le nouvel occidentalisme. pp. 191-192.

    • @cdb_77 Bonjour, il me semble que le concept de « forteresse-europe », largement utilisé par ses partisans comme par ceux qui s’y opposent ne tient pas... la route. La militarisation, les murs, les grilles, l’arsenal pénal et punitif ne peuvent empêcher une #porosité constitutive, l’existence de flux divers, qu’ils soient organisés par les états ("immigration choisie") pour canaliser/trier/exploiter le besoin et le désir de circuler, de s’installer (sans accepter de renoncer à une mobilité), ou qu’il s’agisse d’un processus immanent. Avec ce terme on loupe l’hétérogénéité réelle du processus. Et on renforce une sensation de toute puissance des institutions alors que la #gestion_des_populations (migrations compris) est un enjeu de contrôle, disputé en tant que tel par d’innombrables pratiques, contradictoires. Comment croire que l’économie française n’a pas besoin des sans papiers ? de produire des #illégallismes non seulement rentables économiquement mais utiles dans la gestion politique de l’ensemble des administrés (supposés « citoyens ») ? Comment croire que l’Allemagne n’aurait pas besoin de renouveler sa population ?
      Il y a quelque chose qui cloche là dedans.
      Je suis pas fondé à en dire quelque chose d’étayé (faute de travail sur la question, a part quelques expériences politiques au coté de sans papiers, d’"enfants" de l’immigration, d’immigrés en lutte) mais l’exemple du chômage et de la précarité (de l’emploi, en particulier) montrent que le contrôle de la #mobilité et de la #disponibilité au travail est (là aussi) un enjeu central, et disputé.

    • Cher @colporteur, ça se discute, évidemment, et bien sûr la porosité est aussi une caractéristique de cette politique européenne de gestion de la migration.
      Ceci dit, j’utilise surtout le tag #Forteresse_Europe pour archiver les articles qui parlent de la fermeture de l’Europe et de ses conséquences. C’est donc une façon pratique de retrouver toutes ses thématique sous une seule appellation. L’appellation elle-même pouvant être déconstruite, même si je pense qu’elle n’est pas si dénouée de sens de sens que cela...

    • L’Union Européenne est la zone du Monde la plus riche. Elle reçoit peu de réfugiés qui, pour la plus grande part, sont et restent dans les pays pauvres.
      Votre terme de « porosité » n’est donc pas pertinent.
      L’Union Européenne se ferme avec des moyens sécuritaires et militaires, ce qui oblige tous ceux qui fuient en craignant pour leur vie (que ce soit du fait de la misère au moins en partie engendrée par l’exploitation par les multinationales occidentales, que ce soit du fait des guerres auxquelles les armes et les financements occidentaux participent) à prendre des risques considérables, et beaucoup en meurent.
      La « Forteresse Europe » exprime assez bien la violence criminelle de la politique européenne envers les migrants.

    • J’admet l’utilité du tag, et l’expressivité du terme. Mais celle-ci est pour partie piégeante. Plus que de déconstruire le concept, il paraîtrait souhaitable d’en forger/inventer d’autres. (Encore trop vite dit :) La #police de l’individu non-national (réfugié, avec ou sans titre, ou pas) ne porte pas l’uniforme.

    • Les migrants ne doivent pas être vus comme une population qui vient « prendre le travail des Français ». Les gens qui migrent sont dans l’écrasante majorité des cas jeunes (ages actifs) et bien portants (les vieux et les malades s’embarquent rarement dans ces périples très dangereux). On ne peut nier que ce soit un apport positif dans les pays développés dont les populations sont vieillissantes (baisse de la natalité, élevation de l’espérance de vie) et qui ont donc de moins en moins d’actifs pour financer les retraites des plus âges). Une partie de ces migrants sont d’ailleurs qualifiés.
      Les régulariser permettrait de contraindre leurs employeurs à verser des cotisations sociales bienvenues pour l’équilibre des comptes sociaux.

      Les pays occidentaux ont imposé partout la libre circulation des capitaux. Les riches des pays pauvres placent ainsi leur fortune dans les pays développés : le capital fuit les pays pauvres. Mais on prétend interdire aux êtres humains de le faire ...

      Le Droit d’aller vivre où l’on veut devrait être inscrit dans une Chartre Universelle des Droits de l’Homme : aux états, dès lors, de donner envie à leur jeunesse de rester.

  • Pôle emploi à l’épreuve du chômage de masse / Publications / Publications / Accueil / Cour des Comptes - Cour des comptes
    https://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/Pole-emploi-a-l-epreuve-du-chomage-de-masse

    La Cour des comptes rend public, le 2 juillet 2015, un rapport thématique consacré à Pôle emploi. Issu de la fusion en 2008 de l’ANPE et des Assédic, Pôle emploi est le plus gros opérateur de l’État, avec 53 000 agents, plus d’un millier d’agences et de points relais, 32 Md€ d’allocations et d’aides versées et 5 Md€ de budget. Entre janvier 2009 et janvier 2015, le nombre de personnes inscrites sur ses listes est passé de 3,9 millions à 6,2 millions, soit + 58 %. Pôle emploi se voit confier des missions exigeantes et connaît des résultats contrastés, avec des coûts croissants. (...)

    3 - Un #contrôle insuffisant de la recherche d’emploi
    La loi du 1er août 2008, adoptée quelques mois après la création de Pôle emploi, prévoit, parmi les droits et obligations des demandeurs d’emploi, que ceux-ci sont tenus « d’accomplir des actes positifs et répétés de recherche d’emploi » (article L 5411-6 du code du travail). En cas de manquement, les sanctions peuvent aller de 15 jours à six mois de #radiation.
    Il n’existe pas, au sein de Pôle emploi, d’organisation particulière pour effectuer le contrôle de la recherche d’emploi : celui-ci fait partie des missions des conseillers qui, en contrepartie de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, doivent s’assurer que ceux-ci s’acquittent de leurs obligations.
    Le défaut de suivi des demandeurs d’emploi dans ce domaine a été mis en évidence par une étude menée en 2013 et 2014 par Pôle emploi. Cette enquête a relevé une #insuffisance_de_recherche_d’emploi dans 8 % à 35 % des cas dans les agences testées35. L’insuffisance de recherche d’emploi ne représentait pourtant en moyenne en 2013 que 2,5 % des cas de radiation, les radiations représentant elles-mêmes 11,5 % des sorties de liste de Pôle emploi. La convention tripartite 2015-2018 indique que Pôle emploi « améliorera sa capacité de contrôle de la recherche d’emploi (...) selon des modalités opérationnelles qui seront précisées courant 2015 ».
    De façon générale, le renoncement à toute norme précise de fréquence des entretiens est dommageable pour le service minimum à offrir aux demandeurs d’emploi. En abandonnant l’application d’une telle norme, Pôle emploi ne se donne pas non plus tous les moyens du contrôle de la recherche d’emploi. (...)

    CFTC L’intensification de l’accompagnement augmente la probabilité de sortir du chômage. Le coût de cette intensification se compense avec les économies d’indemnisation plus courte.

    L’OCDE appelle la France à davantage contrôler ses chômeurs
    http://www.lesechos.fr/economie-france/social/021197548266-locde-appelle-la-france-a-davantage-controler-ses-chomeurs-113

    L’OCDE estime que, en l’état actuel, l’échelle des sanctions pour insuffisance de recherche d’emploi est « inadaptée » et leur mise en oeuvre « très difficile ».
    L’OCDE appelle la France à renforcer le contrôle des chômeurs ainsi qu’à veiller à un meilleur équilibre entre leur protection et les incitations au retour à l’emploi.

    #disponibilité #travail #chômeurs #activation_des_dépenses_passives #précarisation

    • « Un contrôle stigmatisant et criminalisant »
      http://www.humanite.fr/un-controle-stigmatisant-et-criminalisant-579174

      Après les Boers anti-uber, voici les Boers anti-chômeurs : à partir du mois d’août, 200 agents de Pôle Emploi feront la chasse aux chômeurs à temps plein. Le dernier comité central d’entreprise consacré au projet de généralisation du contrôle de la recherche d’emploi s’est bien tenu hier, malgré la mobilisation de militants au petit matin devant le siège de Pôle Emploi. « Les CRS sont venus et nous ont dégagé » témoigne Isabelle Rajao, conseillère Pôle Emploi et militante de Sud ayant répondue présente à l’appel partagé par les mouvements de précaires et chômeurs (AC ! agir ensemble contre le chômage, l’Apeis, le mouvement national des chômeurs et précaires, la coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France) et des syndicats (Sud Culture, Sud Emploi, Snu Pôle Emploi). Le CCE a donc fini par s’ouvrir sous haute protection pour pouvoir définitivement entériner la décision du conseil d’administration de Pôle Emploi de redéployer 200 agents à temps plein pour contrôler « tous les demandeurs d’emploi ». (...)
      Associations et syndicats dénoncent un « contrôle stigmatisant et criminalisant » pour les chômeurs. « J’ai reçu un message pour ouvrir un compte sur Pôle Emploi et mettre mon CV en ligne, raconte Christophe, de la coordination des précaires d’Ile-de-France. J’y ai précisé que je cherchais un CDI dans l’édition. Quinze jours après, je recevais un message qui signalait que je n’avais reçu aucune offre et que je devais revoir mes paramètres… » Devra-t-il se chercher un nouveau métier ? Une situation qui pourra désormais être évaluée, voir jugée, par les agents contrôleurs de façon graduée. Avec une première radiation de quinze jours en cas « d’absence d’actes positifs et répétés de recherche d’emploi ». « C’est quoi une recherche inactive d’emploi ? s’offusque Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires. Si une « possible insuffisance de recherche d’emploi » (IRE) est observée, un questionnaire sera envoyé au demandeur d’emploi. « C’est du marketing pour en faire des non-chômeurs, reprend Pierre-Edouard Magnan. On veut berner le demandeur d’emploi. » Parmis les questions posées : un QCM sur différentes fourchettes de nombre de CV envoyés, de candidatures effectuées, si le demandeur a des contraintes géographiques et si oui de quelle nature… Et tout cela sans contact direct avec un conseiller, qui puisse l’aider à répondre, à interpréter les questions. Celui-ci en effet ne sera pas du tout en relation avec le contrôleur. Et cela inquiète aussi les conseillers : « La personne va se retourner contre son conseiller, alerte Jacqueline Balsan du MNCP, puisque le contrôleur n’aura jamais de contact physique avec le chômeur. » D’ailleurs la direction elle-même de Pôle Emploi y a pensé… Dans son document présenté au CCE, elle précise « la sécurité au travail des conseillers en charge du dispositif de contrôle mais plus largement de tous les agents en contact avec le public fera l’objet d’une attention soutenue dans le cadre du projet par des actions de prévention ». Une précision qui ne rassure pas syndicats et associations qui préféreraient un accompagnement à visage humain, une prise en charge plus adaptée et non des processus informatiques démultipliés et la fermeture des accueils au public. Car en effet dès septembre, Pôle Emploi a décidé d’une autre nouveauté : réduire de quinze heures les ouvertures de ces sites au public, libre et gratuit. Les portes ne seront plus ouvertes que vingt heures par semaine.

      Toulouse, Intermittents, chômeurs, précaires contre les contrôles
      http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/10/2141294-pole-emploi-intermittents-chomeurs-precaires-contre-les-controles.

      Chômeurs, intermittents du spectacle, précaires ont constitué, hier, un collectif pour dire non à « l’intensification du contrôle de la recherche d’emploi ». Les manifestants se sont rassemblés devant l’agence Pôle emploi occitane à Toulouse pour dénoncer le déploiement de 200 conseillers Pôle emploi pour contrôler les chômeurs sur le plan de la recherche d’un travail.

    • Pôle emploi veut que les chômeurs se contrôlent eux-mêmes : « Le contrôle pousse les chômeurs à accepter des emplois de faible qualité »
      http://www.liberation.fr/economie/2015/07/11/le-controle-pousse-les-chomeurs-a-accepter-des-emplois-de-faible-qualite_

      Sociologue au Centre d’études de l’emploi, Jean-Marie Pillon revient sur la politique de lutte contre la fraude déployée par Pôle emploi. Pointée du doigt par l’OCDE et la Cour des comptes, cette dernière sera renforcée à compter du mois d’août. (...)

      il y a le risque d’une stigmatisation des populations les plus précaires, c’est-à-dire les personnes bénéficiant du Revenu de solidarité active (RSA), de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) ou en fin de droits à l’indemnisation chômage. Parce qu’ils sont plus nombreux, ces allocataires déjà très fragilisés risquent d’être les plus faciles à identifier dès lors qu’ils ne respecteront pas à la lettre les règles relatives à la recherche d’emploi. A l’inverse, les cadres qui sont moins nombreux et organisent leur chômage en utilisant des techniques moins récurrentes seront moins facilement identifiables.

  • L’ONEm étudie le projet d’arrêté de disponibilité des chômeurs - 7SUR7.be
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2363106/2015/06/18/L-ONEm-etudie-le-projet-d-arrete-de-disponibilite-des-chomeurs.dhtml

    Le projet d’arrêté royal sur la réglementation du #chômage, qui fixe le cadre fédéral pour le contrôle de la disponibilité active et adaptée, a été soumis ce jeudi au comité de gestion de l’ONEm, après consultation des Régions, indique la FGTB.
    Selon le syndicat socialiste, le gouvernement flamand a donné son accord au projet d’arrêté royal. Les gouvernements wallon et bruxellois ont eux aussi donné leur feu vert sur le contrôle de la #disponibilité active « mais ont émis des réserves ». Il n’a cependant pas été tenu compte de leurs demandes de moyens supplémentaires afin d’assurer le contrôle et à leur requête d’un avis du Conseil d’État sur la question de savoir si la « disponibilité adaptée » relève bien des compétences des Régions, explique encore la FGTB.

    Cette dernière constate par ailleurs « qu’il a également été prévu, en douce, que les #travailleurs à #temps_partiel bénéficiant d’une #allocations de garantie de revenus soient désormais soumis au #contrôle actif et, par conséquent, contraints de postuler de façon active et d’en apporter la preuve de façon périodique. Jusqu’ici, ceci ne s’appliquait qu’aux jeunes sortant de l’école. »

    #activation_des_dépenses_passives, comme ils disent.

  • Panne du TLD (domaine de tête) .gov ce 14 août pendant environ deux heures. Tous les noms sous .gov (nsa.gov, fbi.gov...) étaient donc invalides. Une erreur logicielle a entraîné la publication d’une mauvaise clé #DNSSEC, rendant le domaine inaccessible pour tous les résolveurs validants (nombreux aux États-Unis, avec notamment Comcast et Google Public DNS, ce qui explique que cette panne ait suscité bien plus de buzz que les pannes DNSSEC précédentes).

    Bonne analyse technique : https://isc.sans.edu/diary/.GOV+zones+may+not+resolve+due+to+DNSSEC+problems./16367

    L’explication officielle de #Verisign, registre de .gov (ça se tient, cette histoire de publication des mauvaises clés) http://mailman.nanog.org/pipermail/nanog/2013-August/060328.html

    Un article surtout intéressant pour l’opinion émise à la fin (oui, DNSSEC vaut la peine) : http://www.virusbtn.com/news/2013/08_15.xml

    Un résumé, mais l’intérêt provient des nombreux commentaires, notamment de candidats aux nouveaux TLD ICANN (commentaires supprimés depuis, leurs auteurs ont dû s’auto-censurer) qui se plaignent des exigences incroyables qu’on leur impose (au nom de la « sécurité et stabilité ») alors que l’ICANN impose DNSSEC, qui leur semble plus dangereux : http://domainincite.com/14159-verisign-confirms-gov-downtime-blames-algorithm

    Un mauvais article d’Ars Technica (très confus techniquement) : http://arstechnica.com/information-technology/2013/08/that-gov-outage-this-morning-blame-an-error-in-domain-name-security

    Leçons à en tirer ? DNSSEC, c’est délicat et cela doit être fait soigneusement. C’est aussi l’occasion de rappeler que le terme fourre-tout de « sécurité » est à utiliser avec prudence. DNSSEC améliore l’intégrité et peut diminuer (s’il est mal fait) la disponibilité. Intégrité et disponibilité sont souvent en conflit, même si on les met toutes les deux sous l’étiquette « sécurité ».

    #DNS #cryptographie #sécurité #intégrité #disponibilité