• « J’ai vingt ans et je n’aurai jamais d’enfants ». Elles ont moins de trente ans et choisissent de se faire opérer pour éviter d’enfanter.

    « Je n’ai jamais été intéressée par les enfants, la #parentalité ou le fait de transmettre mes gènes. J’ai une vie bien remplie qui me convient et assez de responsabilités à mon goût. » Charlotte a 25 ans et a choisi la #stérilisation_volontaire il y a moins d’un an. L’opération qu’elle a dû subir, elle l’assimile à un bon souvenir. Elle renchérit : « Il y avait cette idée de le faire une bonne fois pour toutes, de ne pas avoir à penser à ma #contraception, ni prendre des rendez-vous pour la renouveler tous les ans. Le risque de tomber enceinte était un stress continu pour moi. »

    Ce témoignage étonnant n’est pourtant pas isolé. De nombreuses jeunes femmes font aujourd’hui le choix de la stérilisation. Selon une gynécologue des Hôpitaux universitaires de Genève (#HUG), le phénomène risque de prendre de l’ampleur. Cinq Genevoises de 19 à 27 ans ont accepté de témoigner pour la « Tribune de Genève ».

    Un choix drastique

    Margot, Loredana et Laure (identités connues de la rédaction) ont moins de 22 ans et envisagent toutes les trois la stérilisation. Si leurs raisons varient, elles ont un point commun : aucune d’entre elles ne veut d’enfant. Laure ajoute même avec conviction : « Si un jour je veux un enfant, je préfère l’adopter. » Elle évoque également sa vision pessimiste de l’avenir de l’humanité. Un point sur lequel la rejoint Margot : « Je trouve égoïste de mettre au monde quelqu’un dans une situation aussi catastrophique sur le plan climatique et politique. Si je change d’avis, l’adoption existe et je trouve bien plus éthique de donner une chance à un enfant en foyer plutôt que d’en faire un moi même. »

    Le manque de choix dans les techniques de contraception est également un thème récurrent. Margot s’inquiète des conséquences que les #hormones pourraient avoir à long terme sur son #corps. Prendre la #pilule tous les jours ne la met pas en confiance. Laure ne supporte tout simplement pas les effets secondaires de la pilule et le #stérilet en cuivre lui impose des règles douloureuses.

    Si elles sont toutes sûres de leur choix, elles diffèrent sur le moment de l’opération. Laure et Loredana aimeraient la faire dès que possible mais se heurtent aux refus des gynécologues. La première soutient : « Si je pouvais commencer les démarches demain, je le ferais. » Margot est plus modérée et voit cela dans un futur lointain : « J’imagine que je me déciderai à trente ou trente-cinq ans, si je n’ai pas changé d’avis d’ici là. Ce qui voudra dire que je suis certaine de mon choix. »

    Il existe plusieurs techniques de stérilisations qui ont le même but : rendre les trompes de Fallope inutilisables afin d’empêcher les spermatozoïdes de rencontrer l’ovule. Les plus courantes consistent à ligaturer ou sectionner directement les trompes, dans ce cas l’opération est irréversible. Il est également possible de pincer les trompes avec des clips ou anneaux. Ici, l’opération pour revenir en arrière est possible avec de faibles chances de réussite et des risques non négligeables de grossesses extra-utérines. Selon le site médical Sexual health info, peu importe la technique utilisée, il faut considérer la stérilisation comme définitive.

    N’importe quelle personne majeure et capable de discernement peut demander une stérilisation. Les conditions sont les mêmes que pour toute opération : il faut le consentement libre et éclairé de la patiente et quarante-huit heures de réflexion.

    Selon notre interlocutrice des HUG, une gynécologue qui souhaite rester anonyme, la plupart du temps les stérilisations sont discutées durant la grossesse. Il est plus simple de stériliser une femme lors d’une césarienne. Ce sont des patientes qui ont généralement la quarantaine. À ce moment, la fertilité a de toute façon déjà diminué et la stérilisation permet d’en finir.

    Le principal obstacle à la stérilisation est l’opposition du médecin. Mélanie, 27 ans, est stérilisée depuis maintenant un an. Elle a dû consulter plusieurs gynécologues avant d’en trouver un qui accepte de l’opérer. « La première femme que j’ai vue m’a fait un sermon durant toute la séance. Elle me disait que je ne me rendais pas compte de ce que cela représentait, que j’allais changer d’avis ou rencontrer l’homme de ma vie et que c’était de toute façon hors de question de le faire pour elle. »

    La doctoresse des HUG explique : « Tout ce qu’un chirurgien fait, il doit le faire dans l’intérêt de sa patiente, c’est une grosse #responsabilité d’ouvrir le ventre d’une femme pour lui enlever la capacité de faire des enfants. À mon sens, on doit avoir le droit de refuser si on estime que ce qu’on fait n’est pas juste, sauf s’il y a un risque vital. À l’hôpital, la décision de stérilisation est discutée d’abord par le médecin qui rencontre la femme, puis avec le chef de clinique. Si le cas est compliqué, typiquement lorsque la femme est jeune, la discussion est reprise avec l’équipe au complet. »

    Le #refus_médical

    Notre interlocutrice explique ensuite les raisons qui poussent un médecin à refuser cette opération : « La question du #consentement_librement_éclairé ou non se pose. Est-ce qu’à vingt ans on a vraiment assez d’informations sur soi ? »

    Ces refus médicaux répétés ont poussé Charlotte et Mélanie à se rendre en #France pour y être opérées, dans des cliniques connues pour accepter les stérilisations sur des jeunes femmes. Toutes deux disent n’avoir aucune peur de regretter leur choix.

    « Je comprends pleinement les femmes qui se sentent frustrées après un refus, poursuit la médecin, je comprends également le sentiment d’#injustice à ne pas pouvoir disposer de son corps comme on le voudrait. Néanmoins, il y a un nombre non négligeable de femmes qui regrettent ensuite ce choix et qui veulent revenir en arrière. Plus la femme est jeune et plus elle a de chances de changer d’avis. » La spécialiste prévient que les opérations pour enlever les clips fonctionnent mal et que des techniques comme la PMA (Procréation médicalement assistée) sont longues, coûteuses et difficiles psychologiquement.

    « Pour finir, une stérilisation n’est pas une opération anodine, souligne-t-elle. Il s’agit d’une anesthésie générale et d’ouvertures dans le ventre. Si les complications sont rares, elles sont néanmoins réelles. Un bon chirurgien n’est pas uniquement un médecin qui opère bien, mais qui arrive aussi à mesurer toutes les implications de son travail. »

    Le droit à l’erreur

    La bioéthicienne Samia Hurst, professeure à l’Université de Genève, fait le point sur la situation : « La question du corps est importante en médecine et le #consentement du patient demeure fondamental. Dire non à un acte médical est un droit en or massif. Par contre, il y a une différence entre refuser un acte sur son corps et en exiger un. Si je refuse qu’on pratique un geste sur moi, un médecin doit aussi pouvoir refuser de le pratiquer. Demander d’agir n’est pas la même chose que de demander ne pas agir. »

    Elle questionne ensuite les raisons courantes d’un refus : « L’argument qui motive le plus souvent un refus est que les femmes ne devraient pas se faire stériliser car elles risquent de changer d’avis. C’est tout à fait vrai, les choix sont fluctuants. Les circonstances changent et les grandes décisions avec. Le problème avec ce raisonnement est qu’aucune décision de vie n’est totalement réversible. Se marier, avoir un enfant ou ne pas avoir d’enfant sont toutes des décisions qui auront un impact indélébile sur la suite de la vie d’un individu. »

    Samia Hurst remarque pourtant, « qu’on est beaucoup plus inquiets lorsqu’une femme prend la décision de ne pas avoir d’enfants plutôt que lorsqu’elle décide d’en avoir. Il y a une #norme_sociétale importante qui dit que les gens (et plus particulièrement les femmes) doivent avoir des enfants. Il demeure difficile de s’écarter de cette #norme pour les femmes qui veulent se stériliser et pour les médecins pratiquant l’opération. »

    La professeure d’#éthique conclut sur le #droit_à_l’erreur : « Accepter la #liberté de quelqu’un, c’est aussi lui laisser le droit de se tromper. Pour être libre, je dois prendre mes propres décisions, même si elles ne sont pas les bonnes. Un médecin n’a pas besoin d’adhérer à l’idée de sa patiente pour accéder à sa requête. »

    Militantisme ou manque de moyens

    Charlotte explique que, dans son cas, se stériliser est aussi une façon de donner un signal clair : « La société incite les femmes à vouloir des enfants et celles qui n’en veulent pas sont stigmatisées. On entend trop souvent dire que si on ne veut pas d’enfant à vingt ans, on va forcément changer d’avis plus tard. Pour moi, me stériliser était aussi un moyen de prouver à mon entourage ma volonté de ne pas enfanter. J’ai fait en sorte que mon corps ne soit pas capable d’avoir un enfant car je ne veux pas de cette vie. Je suis désormais enfin une femme libre et totalement détachée ! » Laure ne partage pas cette motivation mais la comprend : « Je pense que les femmes savent ce qu’elles veulent et qu’on ne doit pas choisir pour elles. »

    Aujourd’hui, aucun moyen de contraception féminin n’est dépourvu d’effet secondaire. De plus, la charge de devoir penser à la contraception au mieux tous les ans ou au pire tous les jours revient toujours aux femmes. Pour Laure, c’est ce déficit qui pose problème : « Si j’avais accès à une contraception sans hormones qui ne me demande pas de repasser sur la chaise du gynéco pendant trente minutes tous les cinq ans, je ne penserais même pas à la stérilisation. Je trouve qu’actuellement la recherche dans le domaine de la #contraception_féminine n’est pas assez poussée. »

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/j-vingt-ans-naurai-jamais-denfants/story/16727912

    #stérilisation #femmes #corps #femmes

    • Il y a un vrai problème aussi avec la manière dont le DIU est sous-vendu et les règles douloureuses sous-traitées. Le DIU peut être laissé en place 10 ans sans soucis, mais il semble que la secte des gynécos de France ait obtenu une AMM de 5 ans, juste pour faire tourner leur foutu tiroir-caisse, alors que le risque max de cette contraception, c’est justement d’être mal posée.
      Quant aux règles abondantes et douloureuses, j’en ai chié des années, jusqu’à ce que Winckler explique que, non, les anti-inflammatoires ne sont pas du tout contre-indiqués en cas de règles pourries sous DIU, au contraire, c’est même le truc recommandé pour réduire le flux.

      Une fois cette question réglée, le DIU et la contraception la moins chère, la moins contraignante et la plus efficace pour le moment. En plus, il y a un travail actuellement autour de la création d’un kit d’auto-pose.
      Ensuite, le principe, c’est quand même de ne plus penser à sa contraception pendant 10 ans, garanti sans hormones qui nous pourrissent la vie !

    • Quand j’ai réussie à bénéficier de la contraception définitive, juste après l’intervention la secrétaire médicale qui m’a dit etre militante féministe m’a gratifié de cette remarque :
      « - Vous ca va, vous pouvez être stériliser (j’avais 38 ans), mais les gamines de 20 ans qui ont la flemme de prendre la pilule, il n’en est pas question. »

  • « Je voulais en finir avec les hormones »... De plus en plus de femmes jeunes sans enfant plébiscitent le stérilet
    https://www.20minutes.fr/sante/2386759-20190107-voulais-finir-hormones-plus-plus-femmes-jeunes-enfant-ple

    Aussi, « il faut bien les informer des risques associés à chaque contraceptif ». Et si la patiente est « vraiment très jeune, je suis réticente à la pose d’un DIU, ajoute le Dr Benattar. A partir de 25 ans, on a eu le temps d’expérimenter la pilule, de connaître son corps et de se sentir prête à explorer une autre contraception. Après, si une femme jeune a bien réfléchi, sait qu’elle ne compte pas faire d’enfant avant plusieurs années, je l’entends tout à fait ».

    Un article plein de paternalisme et de désinformation qui réécrit l’histoire pour flatter la corporation des gynecos.
    Le DIU à toujours été adapté aux femmes nullipart, contrairement à ce qui est indiqué par les gyneco interviewer ici.

    Je relève en particulier les propos de cette Dr Benattar qui m’hallucine .
    La pillule n’est pas une "exploration de son corps" ! comment peut on dire un truc pareil. Comme si on exigeait des femmes qu’elles choppent une MST, le cancer pour que les mecs se fatiguent pas la bite avec une capote. Ou alors "connaitre son corps avant ses 25 ans" pour cette docteurs ca veux dire faire l’experience d’une IVG puisque sous pillulle ca arrive beaucoup beaucoup.

    #violence_médicale #sexualité #hétérocentrisme #contracéption #DIU #natalisme #sexisme #paternalisme

    • Ma fille de 16 ans (tout juste) n’est pas très fan de l’idée de pilule : elle est très tête en l’air et souffre d’une vraie difficulté à avaler les cachets. Je lui ai parlé de l’implant, mais l’idée des hormones a l’air de bien la faire chier aussi. Je lui ai parlé du DIU cuivre et de son principe directeur : se faire oublier et elle approuve le concept.

    • @mad_meg #l'#infantilisme_des_femmes, credo du #patriarcat

      @monolecte j’espère que ta fille trouvera une gynéco bienveillante qui pose des DIU aux jeunes femmes.

      Ma fille était dans le même cas que la tienne, a vu trois gynécos (imagine l’attente de 6 mois entre chaque) qui ont surtout réussi à la terroriser car "bien les informer des risques associés à chaque contraceptif" comme il est dit dans l’article, a été de lui expliquer comment le DIU allait lui déchirer l’utérus ou bien lui faire attraper des MST parce qu’évidemment à cet age vous avez tellement de partenaires différents.

      Les sages femmes ont un peu plus de connaissance psychologique et rechignent moins à poser des #DIU.

      #parcours_de_combattante #sexisme_médical #femmes

    • Quel mensonge éhonté !
      On peut retirer le DIU a n’importe quel moment ! ici, il est présenté comme stérilisant !

      Après, si une femme jeune a bien réfléchi, sait qu’elle ne compte pas faire d’enfant avant plusieurs années, je l’entends tout à fait

    • Oui, et c’est bien pour ça que ça fait des années que le nom officiel est « DIU », mais les journalistes (et pire les soignants) continuent d’utiliser le mot « stérilet ». C’est du grand n’importe quoi.

      Par ailleurs, tout chose à ses avantages et ses risques, ça ok. Mais les risques du DIU sont immensément moindre (et moins courant) que les risques de la pilule. Les déchirures à l’intérieur sont la majorité du temps dû au fait que le soignant est un gros bourrin qui sait pas poser un DIU, alors que ça prend 10min, et qu’ils peuvent soit se former, soit être honnête et rediriger vers un confrère/une consœur en disant qu’ils ne savent pas le poser correctement.

      Certains DIU sont prescrits dès l’adolescence en Angleterre, pour réduire les règles douloureuses, alors le jeune âge mon cul.

    • Les déchirures à l’intérieur sont la majorité du temps dû au fait que le soignant est un gros bourrin qui sait pas poser un DIU

      Oui sauf qu’illes ne le reconnaitrons jamais, illes diront que c’est la faute de la patiente (un uterus qui va pas, pas assez détendu pendant qu’on te dilate le col sans anesthésie...) et j’ai quelques copines qui ont eu de gros soucis à cause d’une pose/retrait de DIU façon boucherie et c’etait pas des nullipart.

  • Que risque-t-on à retirer soi-même son stérilet ? | Slate.fr
    https://m.slate.fr/story/156853/gynecologie-retirer-diu-sterilet-toute-seule-pas-dangereux

    « Quand une femme enlève son DIU seule pour changer de contraception ou avoir un enfant, elle reprend du pouvoir face à l’#assujettissement social et médical ; c’est ça qui terrifie la société et le masculin en particulier », analyse Maï Le Dû, qui est également docteure en sociologie.

    Non seulement c’est sortir cet acte du pré-carré des soignants –et on sait à quel point certains médecins tiennent à leur situation de monopole, ne souhaitant pas que certains actes soient réalisés par les sages-femmes–, mais c’est aussi une remise en cause des pratiques de certains d’entre eux. Car quelles sont les raisons qui peuvent faire que des femmes vont éviter de passer par la case « consultation » pour retirer leur #DIU ? « Énormément de facteurs peuvent mener à ce geste, notamment la façon dont les #femmes sont traitées dans un cabinet médical », observe la sociologue Lucile Ruault.

  • Violences gynécologiques : on est toutes concernées | Glamour
    http://www.glamourparis.com/amour-et-sexe/sexualite/articles/violences-gynecologiques-on-est-toutes-concernees/45727

    Il suffit de lancer un appel à témoins sur les réseaux sociaux pour se rendre compte que les violences gynécologiques touchent un nombre très important des femmes, et ce, quels que soit leur âge, leur origine sociale et l’endroit où elles vivent. Ces maltraitances médicales prennent différentes formes et nous placent dans la honte et la culpabilité. Mais comment savoir quand un comportement relève d’une violence ou d’un simple acte médical ? On fait le point.

    • 4 demandes de pose d’un #DIU d’une jeune nullipare, 4 refus, depuis, ils se débrouillent tout deux comme ils peuvent pour qu’elle ne se retrouve pas enceinte. L&L 18 et 19 ans, depuis 4 ans ensemble, n’ont pas trouvé de gynéco qui accepte de lui poser un DIU comme elle le souhaite.
      La première a dit que c’était trop dangereux, qu’à l’âge qu’elle avait et puisqu’elle connait bien les adolescents on couche avec tout le monde, donc c’était trop risqué.
      La seconde a demandé à la mère accompagnante si elle prenait un contraceptif oral, donc elle n’en était pas morte, qu’il faudrait tout de même songer à faire le vaccin Gardasil® à sa fille. Puis elle a expliqué que ça déchirerait l’utérus et qu’elle était bien obligée de l’informer comme la loi l’exige.
      La troisième, vue seule, a pris les mesures de l’utérus et décrété que c’était impossible à poser, nouveau refus.
      Et pourtant chacune de ces gynécos avaient été contactées auparavant pour s’assurer qu’elles étaient d’accord (pour poser un DIU à une nullipare) et que la bienveillance était de mise.
      La quatrième a été assassinée avant de parler et depuis ils mangent des bricolis et mettent dans son vagin du miel qui d’après le sorcier du village est un bon spermicide.

      #honte_française #maltraitance_médicale #médecine #gynécologie

    • Je me souviens du remplaçant de mon gynéco. J’y vais pour des douleurs des rapports parce que ça peut cacher un soucis et que par ailleurs, ce n’est pas souhaitable.
      Réponse : « Y a pas besoin d’avoir du plaisir pour faire des enfants ».

      J’étais tellement abasourdie que je n’ai rien trouvé à répondre, sous le choc. Je n’y ai jamais refoutu les pieds et je lui ai fait une pub d’enfer à ce connard, mais j’ai payé la consulte, et là, je m’en veux encore.

      Sinon, maintenant, je vais chez une sage femme pour toute la gynéco : elle fait à peu près tout, sans faire 140km AR, sans prendre RDV 1 an à l’avance, sans faire payer le double en dépassement, sans plier la visite bisannuelle en 10 mn chrono, paiement compris, sans faire mal, en étant attentive et bienveillante.

    • Si j’ai un jour une raison d’y allé j’irais voire une sage-femme ou une généraliste.

      edit - Une nouvelle façon de refuser l’accès à l’information aux femmes : la tokophobie - ou phobie de la grossesse et de l’accouchement.
      Les réseaux sociaux sont jugés responsable d’une épidémie de tokophobie liée au fait que les femmes ont accès à de l’information sur la grossesse et l’accouchement et qui donc une fois informée (enfin un peu loyalement et non plus à base de « plus beau jour de ta vie ») ne sont pas très chaudes pour se faire traiter de genisse par le corps médicale et se retrouvé avec la chatte recousu avec « le point du mari ».

      Libé, le Gardian sont parti en croisade contre le droit des femmes à être informé et à choisir de ne pas se faire dépossédé de leur corps par une éjaculat. Les textes sont alarmiste alors qu’on devrait se réjouir qu’enfin 14% des femmes accèdent un peu à la liberté de pas enfanter. Le libre choix des femmes est pathologisé, on parle d’une phobie, alors qu’on peu simplement envisagé ceci comme la réaction rationnelle à une information loyal. Un foetus ca te chie et pisse dans le sang pendant des mois, ca te déchire les entrailles en sortant quant ca te tue pas et tout ce que les femmes ont à y gagné c’est de devenir des servantes invisibles, méprisées.

      https://www.liberation.fr/france/2018/09/15/les-reseaux-sociaux-contribuent-ils-a-la-peur-d-accoucher_1678820

      La tokophobie, c’est la peur panique de la grossesse et de l’accouchement. Selon une étude britannique publiée en mars, regroupant la trentaine d’études à ce sujet, elle affecterait 14% des femmes. L’université de Hull en Angleterre, a consacré un débat à cette maladie mardi, lors du British Science Festival, événement national qui réunissait scientifiques et universitaires.

      Parmi eux, Catriona Jones, maître conférencière à Hull et sage-femme, a notamment mis en cause les réseaux sociaux, comme le rapporte le Guardian jeudi. « Il suffit de taper le mot "accouchement" sur les moteurs de recherche pour tomber sur un tsunami d’horreurs », a-t-elle expliqué. Catriona Jones pointe du doigt le plus populaire réseau de forums dédiés à la famille au Royaume-Uni, Mumsnet : « Sur ce forum, il y a des femmes qui racontent de véritables bains de sang, ce qui peut être assez effrayant pour les autres femmes. » Avant de nuancer : « Je ne dirais pas que les réseaux sociaux poussent les femmes à avoir peur d’accoucher, mais qu’ils y contribuent. »

      La tokophobie peut être liée à de nombreux facteurs comme des traumatismes liés à un accouchement précédent, ou développés dans l’enfance après, par exemple, un abus sexuel… Mais la cause culturelle de cette phobie est de plus en plus prise en considération, à mesure que des mères n’hésitent plus à raconter minute par minute leur accouchement, sur les réseaux sociaux, forums, émissions de télé-réalité. « Les histoires partagées dans des environnements sains peuvent être informatives, mais certaines femmes sont prédisposées à développer une phobie liée à des histoires extraites de leur contexte… » estime Louise Kenny, qui enseigne à l’université de Liverpool.

      Reste maintenant à la science, qui ne s’est penchée que récemment sur la tokophobie, à déterminer avec exactitude si le phénomène est réellement en expansion.

      J’avoue que ce qui me surprend et me semble pathologique c’est que des femmes acceptent encore aujourd’hui d’enfanter.

      ici le texte du gardian ; https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2010/mar/04/i-have-phobia-of-pregnancy
      on trouve des ref à cet article dans la press gratuite, grand publique et « féminine », slate, femme actuelle, terra femina... histoire que les femmes reçoivent bien l’info que ne pas vouloir d’enfants est une maladie.
      #tokophobie

  • La vérité sur le #DIU | Générations Cobayes
    http://www.generationscobayes.org/nos-actus/la-verite-sur-le-diu

    Parce qu’il n’y a pas que la #pilule dans la vie, aujourd’hui on zoome sur une méthode de #contraception peu connue des jeunes, et qui offre pourtant de nombreux avantages : le “stérilet”, ou plutôt le DIU (dispositif intra-utérin). Souffrant de nombreux préjugés infondés, le DIU mérite plus de reconnaissance, alors c’est parti !

  • « Maltraitance gynécologique », Sur les docks (#France_Culture), par #Mélanie_Déchalotte et #François_Teste
    http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-collection-temoignages-maltraitance-gynecologiq

    Lors d’une consultation, d’un #accouchement, d’une #IVG… le corps de la #femme ne lui appartient plus. Tout au long de leur vie, les femmes livrent leur #corps à des gynécologues - pas toujours respectueux, parfois méprisants. Quand elle survient la #maltraitance_médicale est une réalité que les femmes taisent, car elle reste perçue comme inhérente à la condition féminine.

    Plusieurs enquêtes dans la presse et sur internet ont signalé les pratiques archaïques dont les femmes peuvent être victimes dans leur parcours de santé. Au printemps 2014, des sages-femmes alertent sur le « point du mari » : un geste clandestin – ou pas – qui consiste à recoudre une épisiotomie par quelques points de suture supplémentaires - supposé accroître le plaisir de l’homme lors des rapports sexuels. En février 2015 surgit sur la toile, le scandale des touchers vaginaux sur patientes endormies. Quelques mois avant sur tweeter, le hashtag « #PayeTonUtérus » avait déjà « fait le buzz ». Des centaines de femmes ont raconté leurs expériences douloureuses chez le (ou la) gynécologue : paternalisme, sexisme, conseils dépassés, examens brutaux, paroles humiliantes, homophobie, absence de consentement,…

    Avec :

    Marianne et Sophie
    Anne-Charlotte Husson
    Martin Winckler, médecin
    Clara De Bort, spécialiste des droits des femmes
    Jean Marty, président du Syngof (syndicat des gynécologues et obstétriciens de France)
    Elisabeth Paganelli, gynécologue
    Marie-Hélène Lahaye, juriste

    http://rf.proxycast.org/1078515465573113856/10177-28.09.2015-ITEMA_20805632-0.mp3

    #gynécologie #audio #radio

    • Le déni de Jean Marty, président du syndicat de gynécologues est tellement proche de cette réalité imposée aux femmes par les médecins, que sa parole entérine absolument la source de cette maltraitance : paternalisme, sexisme, pur mépris.
      Il va donc placer les gynécos comme les sauveurs des femmes, et les femmes comme des ingrates. Partant du fait que l’accouchement naturel est douloureux (et celles qui n’enfantent pas, ce ne sont pas des femmes ?) il parle de l’appréciation des femmes par rapport à la douleur : « la plupart des femmes comprennent que c’est un passage obligé » … donc si la femme souffre naturellement, elle peut bien être maltraitée (et se taire) ? et les autres qui osent se plaindre ce sont des connasses qui n’ont rien compris ?

      #a_gerber

    • Même si Marty est passé de président à trésorier depuis juin il nous faut espérer que le syngof ne représente pas l’ensemble de la profession des gynécologues/obstétriciens, parce qu’ils sont vraiment désespérants . Ne serait-ce que cette guerre des obstétriciens contre les sage femmes qui date du moyen-age … avec à l’encontre des sages-femmes un évident mépris accompagnée d’une incapacité profonde à remettre en cause leurs pratiques médicales.

      Parce qu’on oublie quand même de dire le principal : qu’à force de maltraitance les femmes n’osent plus aller se faire soigner du tout.

      http://syngof.fr/actualite-syndicale/les-maisons-de-naissance

      Les maisons de naissance : Quand l’administration assume la démédicalisation de la naissance, les mères et les nouveau-nés profitent de la baisse du risque iatrogène et se surexposent au risque vital.

      #rions_un_peu #responsables_de_maltraitance

    • Sur Marty qui dit que le « point du mari » n’existe pas, voici ce qu’il disait l’année dernière sur le sujet

      Pour Jean Marty, président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof), le « point du mari », c’est surtout « dans la tête des femmes » que cela se passe. « Vous avez des femmes qui ont été victimes, incontestablement », reconnaît-il. « La chirurgie est du domaine de l’art, on peut penser que certains médecins ont eu l’idée qu’en modifiant un peu leur façon de suturer, ils amélioreraient un peu la sexualité, et ça, ça ne nous choque pas », tente-t-il d’expliquer, soulignant néanmoins le caractère anecdotique, voire fantasmatique de cette pratique.

      « On est dans l’absurde, le fantasme, c’est un sujet qui réveille l’excitation », et dont il ne faudrait pas trop parler – conseil d’accoucheur expérimenté – pour ne pas provoquer un peu plus la somatisation vaginale, ou l’expression physique d’un problème psychique, selon lui très fréquente chez les femmes. « Vous avez aussi des femmes qui sont bien dans la victimologie, qui se retrouvent dans une forme de souffrance parce qu’elles arrivent à susciter l’intérêt », estime-t-il.

      Une théorie qu’il a étayée pendant ses études, en écrivant sa thèse sur la qualité des relations sexuelles après une intervention chirurgicale dans la zone périnéale. Selon ses recherches, le plus souvent, les douleurs ne viennent pas d’un problème anatomique – la flexibilité du vagin s’adapte au fur et à mesure de la reprise des relations sexuelles – mais sont liées à l’acceptation psychologique de sa vie sexuelle. Une sexualité épanouie, ce « n’est pas un cadeau que la nature donne à tout le monde », conclut-il, citant une vieille chanson de Georges Brassens, La Femme s’emmerde en baisant.

      http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/04/18/derriere-le-point-du-mari-le-traumatisme-de-l-episiotomie_4403470_1651302.ht

      Et puis le sujet de sa thèse c’est les femmes sont des menteuses et si elles ont mal au sexe c’est dans leur tête de fausse victime qui aime se faire plaindre..... incroyable une ordure pareil. Et c’est magnifique de voire qu’encore une fois on place un des pires ennemi des femmes à la tête d’un secteur qui les concerne dans leur chaire.

    • Et la suite : de très nombreux témoignages
      http://www.franceculture.fr/2015-09-30-il-me-fait-un-bisou-sur-un-sein-maltraitance-gynecologique-

      « Ah enfin on va pouvoir en parler ! » Cette exclamation, on l’a beaucoup retrouvée sur les réseaux sociaux et notre site internet, suite à la diffusion d’un « Sur les docks » traitant de la maltraitance gynécologique (par Mélanie Déchalotte et François Teste). Un documentaire qui a effectivement délié les langues : témoignages forts, échanges, expression d’un soulagement à pouvoir partager, enfin, certains traumatismes vécus lors de visites chez le ou la gynécologue...
      On vous en propose ici un florilège, enrichi par vos commentaires, en bas de cet article.

    • Ohlala, c’est vraiment terrible toutes ses histoires derrière la porte de l’antre du corps des femmes, leur ventre comme objet médicalisé, social, méprisable, dépossession pour mieux les briser. mythe et mystère interdit, tu, sale, tabou, paroles muettes, cris éteints, faire face aux moqueries, pour mieux les briser elles et leurs droits à exister. Bravo les femmes ! courage !
      Il faut vraiment témoigner pour dénoncer ces agissements, et montrer à quel point ces témoignages de maltraitance ne sont pas du tout, mais alors pas du tout isolés. Cela procède au contraire d’une normalité à déconstruire dans laquelle des gynécos ont le droit de violer un enfant ou une femme et de s’en vanter au nom de la médecine.

      #culture_du_viol #abus_de_pouvoir

  • Gyn&co | Enfin une liste de soignantEs féministes !
    https://gynandco.wordpress.com

    Enfin une liste de soignantEs féministes !

    Nous sommes un groupe de militantes féministes et nous en avons marre des soignantEs ayant des pratiques sexistes, lesbophobes, transphobes, putophobes, racistes, classistes, validistes, etc. Nous avons donc mis en place Gyn&Co pour mettre à disposition une liste de soignantEs pratiquant des actes gynécologiques avec une approche plutôt féministe (qu’il s’agisse de gynécos, de médecins généralistes ou de sages-femmes).

    Avec une carte des soignantEs déjà bien fournie, ça permet de ne pas se faire rabrouer, par exemple pour la pose de DIU pour une nullipare c’est noté sur la fiche !
    Cf http://seenthis.net/messages/316928

    #gynécologie #carte_des_soignantEs #trouver_une_gynéco_bien

    • De rien @mad_meg, je ne les connais pas, mais j’aime bien aussi leur approche qui est de ne garder que les soignants ayant des commentaires positifs, plutôt que de faire de la dénonciation.
      J’avais une pote psychiatre qui avait commencé à établir la liste des psy compréhensifs ou pas, et on s’était un peu pris la tête sur le principe de fichage que je dénonçais.
      N’empêche c’est vraiment nécessaire de savoir chez qui on va se faire soigner pour ne pas en ressortir démolit !

    • à Lille on a parlé d’une liste de psys

      Bien @aude_v ! je crois que c’est également ce qui s’est fait sur Toulouse, mais au final uniquement en privé.

      –----

      Sinon j’ai une copine qui a pris un rendez-vous avec une des gynécos de cette liste (son nom a été retiré depuis) pour sa fille de 17 ans, elle s’était pourtant assurée auprès de la secrétaire que celle-ci posait bien des DIU aux jeunes nullipares, pour ne pas se voir opposer un refus comme précédemment.
      Elles étaient furieuses de retomber sur une grosse conne de Gynéco, qui refuse de poser un DIU aux nullipares en dessous de 20 ans, sans raison apparente, les a surtout fait flipper sur le cancer du col de l’utérus en conseillant de vacciner alors que sa fille a dit avoir déjà une activité sexuelle stable et leur a prescrit l’implant en leur disant d’aller voir au planning pour la pose du DIU… Sauf que le #planning_familial à Toulouse a fermé depuis 3 mois, et qu’elle ne pouvait l’ignorer … bref, bad luck !

      #roulette_russe #contraception #DIU #sterilet #nullipare

      Lisez Martin Winckler pour vous armer lorsque vous aller à votre premier rendez-vous gynécologique ! Une gynéco ne peut refuser de vous donner la contraception que vous avez choisi et vous êtes en droit de la signaler à l’ordre médical.

    • http://www.martinwinckler.com/spip.php?article427

      Je n’ai pas (encore) d’enfant. Puis-je utiliser un DIU ("stérilet") ?
      Les femmes sans enfant peuvent utiliser un DIU (au Cu ou hormonal), quel que soit leur âge. Ce n’est pas une opinion personnelle, c’est une recommandation scientifique internationale . Les médecins français qui refusent un DIU aux femmes qui n’ont pas d’enfant, qu’elles aient 17 ou 37 ans, commettent une faute professionnelle. Je ne devrais pas avoir besoin de republier ce texte, mais je le fais parce qu’on me pose encore des questions à ce sujet. Le voici mis à jour avec des liens récents à l’appui de ce qui devrait être une évidence et une règle de bonne pratique, mais qui est encore un obstacle à l’accès de toutes les contraceptions par les femmes françaises qui le désirent.

    • @aude_v M.Winckler explique pourquoi il est nécessaire de faire cette lettre.

      http://www.martinwinckler.com/spip.php?article393

      2° Demandez lui de vous expliquer pourquoi il refuse. Il a l’obligation de vous donner une raison scientifique qui figure parmi les contre-indications du document de l’IPPF. Ces contre-indications (" catégories 4 et 3 ") figurent à la page 2 du document de l’IPPF.

      http://www.martinwinckler.com/IMG/pdf/Bulletin_IPPF_Vol37no2april2003fr.pdf

      S’il continue à refuser sans explication valable, changez de médecin et dites-lui que vous ferez savoir autour de vous qu’il n’est pas à jour de ses connaissances.

      Ecrivez au Conseil de l’Ordre du département pour lui signaler cet incident. (Ne portez pas plainte (ça ne sert à rien et ça coûte cher) mais écrivez-lui une lettre salée, l’Ordre sera obligé de la lui transmettre, et ça défrise toujours le médecins de recevoir des lettres de protestation du conseil de l’Ordre local, d’autant que, je le répète, les recommandations officielles de la HAS précisent désormais que ce n’est pas du tout interdit ni dangereux !!!!

      En bref, la lettre à l’ordre des médecins est un geste qui permet aux gynécos de mettre à jour leurs connaissances médicales réduites ou sinon leur morale à deux balles à la poubelle, cela rend donc service aux unes et aux autres !

    • Ouep, tout à fait d’accueil @touti , pour les DIU (au cuivre tant qu’à faire, sans hormones), que ce soit nullipare ou pas, il faut absolument le signaler si le médecin ou gynéco refuse. À la limite un généraliste peut refuser en disant « je ne sais pas le faire correctement » (Winckler est généraliste mais lui il s’est spécialisé quand même), mais un gynéco doit forcément savoir le faire.

      Et le faire SANS FAIRE MAL ! (ce n’est pas normal si grosse douleur, c’est que gynéco pourri, ou a fait exprès mais ce serait vraiment méchant…)

    • Après ce discours angoissant, la môme de ma copine a commencé à s’inquiéter de là où elle se trouvait, ce n’est donc pas vers cette gynéco qu’elle se tournera, même en l’obligeant. Du coup, Winckler conseille de préférer les sages femmes pour la pose, parce que ce ne sont pas des théoriciennes.

  • Depuis les révélations sur les pilules de 3ème et 4ème génération, La pilule n’a plus la cote auprès des Françaises. Avec des conséquences sur les inégalités face aux méthodes : « Mais des femmes en situation financière précaire ou sans diplôme sont passées, pour des raisons économiques, aux méthodes naturelles, connues pour leur moindre efficacité, quand les diplômées, elles, se sont tournées vers des moyens tout aussi efficaces comme le stérilet. Les professions intermédiaires ont eu davantage recours aux anciennes pilules ou aux préservatifs. Les ouvrières, déjà adeptes des premières pilules, n’ont pas eu à changer. »

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/13/la-desaffection-pour-la-pilule-transforme-le-paysage-contraceptif_4415852_32

    #pilule #inégalité #contraception #santé

    • Ma femme s’est fait poser un DIU sans problème pour trouver un rdv, par contre la dernière fois que le gynéco lui a replacé, elle a eu tellement mal qu’elle a commencé à faire un malaise dans la rue. Elle s’est réfugiée dans une pharmacie, la pharmacienne était choquée que le gynéco n’ait pas pensé à lui prescrire des antalgiques.
      Si les gynéco mâles étaient un peu attentifs à leurs patientes, ça se saurait...

    • Si les gynéco mâles étaient un peu attentifs à leurs patientes, ça se saurait...

      C’est pas une question de gyneco mâles ou femelle, j’ai deja eu a faire à des gyneco femmes absolument ignobles et il y a d’excellent gyneco masculins par exemple Martin Wincler.

    • Un #DIU est un stérilet, sauf que le nom est mal choisi, il ne rend pas stérile :)
      A la suite de très mauvaises expériences avec des hommes gynécos (quand j’étais enfant mais aussi adulte) je ne vais voir que des femmes gynécos. Et pour avoir longuement réfléchi à la question (niveau d’études, frustrations etc) je me méfie des hommes exerçant un métier qui a trait au sexe des femmes.
      Ce qui ne m’empêche pas de lire Winkler avec intérêt et de savoir qu’il y a des sadiques chez les gynécos femmes.

    • Je comprend la préférence pour les gyneco femmes, je suis mal tombé a ce niveau sauf à la maternité des Lilas.

      J’ai failli me battre avec une gyneco qui me refusait le DIU et la contraception définitive que je réclamait suite à un IVG qu’elle venait de pratiquer sur moi et qui m’expliquais que le DIU me rendrait stérile et qu’il n’y avait que la pilule d’adapté pour moi. Je fume presque 2 paquet de clope par jour, je lui avait dit et je refuse de prendre des hormones à heure fixe tous les jours alors que je connait d’autres techniques contraceptives et que je les sais plus adaptées pour mon mode de vie. 10 ans plus tard j’ai réussie a obtenir la pose d’implant Essure qui permettent la contraception définitive (et non la stérilisation mot que je préfère réserver à la contrainte), grâce à la maternité des Lilas qui est aujourd’hui menacé de fermeture.
      http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/entreprendre-articles-section/saga/3071-sages-femmes-maternite-lilas
      http://seenthis.net/messages/152227
      http://seenthis.net/messages/162628
      http://seenthis.net/messages/145847

      site Essure
      http://www.essure.com

  • La Ménade, cette funambuliste de la #contraception | La Ménade
    http://lamenade.wordpress.com/2013/06/18/la-menade-cette-funambuliste-de-la-contraception

    J’ai donc viré la #pilule dans la seconde qui a suivi. Les règles sont redevenues tout à fait convenables, et se sont pointées aux dates auxquelles on les attendait, sans jamais emmener plus de valises que ce que décemment on peut leur allouer, et repartaient au bout d’une durée tout à fait satisfaisante.

    Mais alors, contraceptoirement, comment faire ?

    Ben ça aussi ça a été une résolution IMMÉDIATE dans ma tête. En même temps que j’y lourdais la microval.

    C’était plus possible de fonctionner comme ça. Que le sexe soit un truc compliqué. Que tout ce que j’aime moi dans cette chose, c’est que le sexe c’est QUE DU PLAISIR. Ça doit pas être ni un devoir, ni un outil, ni rien. Rien d’autre que du plaisir. Alors la menace parturiente, c’était fini. J’en voulais plus.

    Ben je ne prends plus de contraception sur le long terme. Parce que je ne peux plus tomber enceinte.

    On a simplement fait évoluer notre #sexualité, pour écarter le coït. Pas totalement (et auquel cas on capotise, mais quand ya besoin d’une capote tous les 42, tu écartes définitivement le « et si on commençait sans »). Ya pas de règles d’ailleurs, y a pas de tous les combiens, de il faut, il faut pas.

  • Je prends une pilule de 3e ou 4e génération. Dois-je l’arrêter ? Puis-je la poursuivre ?
    http://martinwinckler.com/~martinwi/spip.php?article1116

    Bonjour Vous prenez une pilule contraceptive et vous êtes un peu inquiète. Je le comprends. Afin que vous ne soyez pas obligée de lire toute la presse consacrée aux pilules de 3e et 4e génération pour vous faire une idée de ce qui se passe, voici un résumé de ce qu’il faut savoir et faire en pratique, pour savoir si vous en prenez une, et savoir si vous devez ou non en changer. (...) Source : Winckler’s (...)

    • Entendu dans le cabinet d’une gynéco « Bien sur, si vous voulez une pilule d’il y a 30 ans, je peux vous prescrire une pilule de 2em génération » Traduction : tu veux un truc périmé et has been pauvre gourde ignorante ?

    • Le truc est simple : pas en première intention et pas sur les jeunes filles, c’est tout.
      Après, il n’y a pas que la pilule comme contraceptif efficace, mais là aussi, les gynécos ne sont pas du tout facilitants, surtout en face d’une jeune femme qui souhaite démarrer avec un DIU, alors qu’il n’existe pas de contre-indications.

    • Apparemment ce n’est pas si simple de poser un DIU à une adolescente, la gynéco qu’on a été voir pour notre info nous a fait bien flipper : petit utérus donc assuré d’avoir une grande douleur à la pose pour passer le col avec risque de perforation et d’infections (salpingite) donc possible stérilité, allez voir une autre gynéco. Euh, là, c’est bon, elle a plus du tout envie d’essayer la môme !

      #contraception

    • Sinon je retiens surtout du texte de Winckler « d’éviter les pilules avec estrogène » @monolecte.

      Pour reconnaître les pilules sans estrogène dans ce second tableau, il faut regarder la colonne de droite. On peut y lire « tel progestatif seul » – ce qui veut dire qu’il s’agit d’une pilule sans estrogène. Peu importe qu’elle soit dans le tableau « 2e », « 3e » ou « 4e » génération, le fait qu’elles ne contiennent pas d’estrogène fait de ces pilules à « progestatif seul » des contraceptions sans danger.

    • Ben oui mais comme l’a dit Winckler plein de fois, c’est parce que EUX ne savent pas poser de DIU correctement que ça peut faire mal. Après il est clair que le col est plus petit pour une femme n’ayant pas eu d’enfants (pas juste les ados), donc faut y aller plus doucement, en déstressant le patient, etc. Mais ya pas de contre-indication, ça dépend surtout des compétences de médecin, choses qu’on apprend pas forcément assez pendant les études des gynécos (et encore moins des généralistes). Faut trouver le bon ou la bonne !

    • Trouvé un mémoire sur le « Stérilet chez les adolescentes » dumas.ccsd.cnrs.fr/docs/00/73/18/31/PDF/GIBERT_Pierre.pdf

      Le stérilet trouve son origine dans l’Antiquité. Les tribus nomades mettaient des pierres rondes dans l’utérus des chamelles, les Egyptiens déposaient de l’acacia ou des morceaux de papyrus chez les ânes et à Rome, on plaçait de la ouate chez les chèvres.

      ça commence bien :)

    • DIU =

      Généralement peu connu sous ce nom-là, le DIU est pourtant l’une des méthodes contraceptives actuelles les plus efficaces. Plus communément appelé stérilet, le DIU (ou dispositif intra-utérin )

      Je sais, c’est con, mais vous êtes comme les informaticiens, vous jargonnez sans vous entre rendre compte :p

    • Cette étude porte donc sur des adolescentes et sur des gynécologues-obstétricien ainsi que sur des jeunes femmes ayant avortées, voici quelques extraits :

      …concernant la circulation de l’information sur le stérilet, on constate que près de 67% des adolescentes considèrent que l’information circule trop peu, voire pas du tout, sur le DIU

      48% des gynécologues interrogés (n = 16) ont répondu être favorables à la pose du stérilet chez les adolescentes et 52% (n= 17) ne pas l’être.

      les gynécologues admettent pour la plupart, ne jamais parler du stérilet lors d’une première consultation de contraception.

      Seulement la moitié des adolescentes ayant avortées n’utilisaient pas de contraceptif, 50% se sont retrouvées avec une pilule trop contraignante ou des preservatifs mal utilisés, du coup l’usage du DIU aurait peut-être évité ces grossesses non désirées à ces gamines …

      #DIU #stérilet

    • Je dis DIU parce que le mot « stérilet » a une connotation « abortive » qui a beaucoup aidé à le discréditer en France.
      Ensuite, je pense que le budget promo des DIU et celui des pilules ne doit pas avoir grand chose à voir : il faut bien comprendre que le DIU est le moyen de contraception au meilleur rapport coût/efficacité, qu’il est d’ailleurs plébiscité dans les pays pauvres.
      Le DIU, c’est genre moins de 50€ et ça dure au moins 5 ans (là aussi, grosse polémique française parce que chez nous ils sont autoritairement changés tous les 5 ans alors qu’à l’étranger, le même matos est préconisé pour durer 10 voire 12 ans), alors que la pilule, c’est des sous tous les mois et c’est d’autant plus vrai que plus la pilule est récente, plus elle est chère et moins elle est remboursée. Ce qui rend aussi très discutable la réaction du ministère de la santé qui commence par dérembourser les pilules incriminées au lieu de publier des recommandations de prescription de bon sens (pas en première intention, pas en premier contraceptif).

      On voit très rapidement ce qui a créé une société de la pilule plutôt qu’une société du DIU.
      Alors qu’au final, si on tient compte des données comportementales des utilisatrices, la meilleure des contraception est de très loin le DIU : peu ou pas de complications de santé, peu ou pas de contre-indications, un dispositif qui doit se faire oublier vs. un autre qui oblige à y penser TOUS les jours (comme un malade) et dont l’efficacité peut être invalidée par des interactions médicamenteuses rarement signalées ou des maladies qui font vomir. D’ailleurs, sachant que la majorité des femmes est sous pilule, pourquoi ne jamais signaler ses problèmes quand ils posent ?
      Genre : « chère patiente, vous avez une gastro dégueulante, il y a de fortes probabilité pour que vous ayiez gerbé votre pilule » et « que vous ne soyez plus protégée ce mois-ci ou je vois que votre médecin vous a prescrit ce truc, mais je tiens à vous signaler que vu que vous prenez la pilule que je vous délivre tous les putains de mois que Dieu fait, va falloir penser à protéger vos rapports autrement ».

  • Le stérilet, un contraceptif bien plus efficace que la pilule
    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/le-sterilet-un-contraceptif-bien-plus-efficace-que-la-pilule_38965/#xtor=RSS-8

    Chez les jeunes femmes de moins de 21 ans qui choisissent la pilule, le timbre transdermique (à changer une fois par semaine) ou l’anneau vaginal, le risque de tomber enceinte est près de deux fois plus élevé que celui des femmes plus âgées, ont constaté les auteurs de cette recherche, menée auprès de 7.500 participantes âgées de 14 à 45 ans. Pour ce qui est de la différence d’efficacité, la contraception moins durable (pilule, timbre et anneau) représente un taux d’échec de 4,55 % contre 0,27 % pour le stérilet. Ces travaux paraissent dans la revue médicale The New England Journal of Medicine datée du 24 mai.

    • Le truc, c’est que quand tu commences ta vie sexuelle, le gynéco te file la pilule et c’est tout. Tu ne connais que ça, on ne te parle que de ça, comme si c’était un synonyme de contraception. Quand aux avertissements quant aux effets secondaires, ça se résume à : « faut pas fumer avec la pilule, sinon, faut pas vous plaindre ».
      La pilule, c’est le médoc auquel tu dois tout le temps penser, quand il faut le prendre, quand il faut l’arrêter, ne pas être en rupture de stock, prévoir avant de bouger, voyager, toujours sur soi, comme si ta vie en dépendait alors que justement, on n’est pas malade.
      En plus ça coûte cher (comprendre ça rapporte un max aux labos) et ça rend très dépendante du toubib.

      Le DIU, faut le demander, sinon, on ne te le propose jamais et je ne parle même pas des nanas qui n’ont jamais eu de gosses. Tu le fais poser, un anti-inflammatoire pour que ça ne fasse pas mal ensuite (mais y a encore des toubibs qui ne te filent rien et te laisse souffrir pour rien, ça coûte que dalle et surtout, après... tu l’oublies !

      Tu peux te casser au bout du monde, tu peux te faire enlever (ce qui n’est pas souhaitable, mais bon), une guerre nucléaire peut ravager toutes les pharmacies de la terre, tu es à l’abri d’une grossesse pendant 10 ans. Et surtout, tu l’oublies, putain !

    • Alors là, non, pas d’accord du tout du tout du tout !!! J’ai eu un stérilet deux ans et ça a été l’enfer de chez l’enfer ! Non, désolé mais ce n’est pas supporté par toutes. Pendant ces deux ans je peux te dire que je n’ai pas oublié que j’avais un ventre douloureux ! Saignements et douleurs à répétitions (sans parler de la pose où j’ai failli tourner de l’œil)... Moi c’était la guerre nucléaire tous les jours, putain !

      Je ne suis pas contre le stérilet, il ne faut pas mettre à la poubelle les alternatives

    • Mais c’est pas le DIU le problème, c’est 99,9% des fois la pose qui est le problème ! La plupart des gynécos ne promeuvent pas cette technique (connivences ? pharmacie ?), et donc ne l’apprennent pas aussi bien que le reste, forcément. Et donc ça fait mal, surtout par méconnaissance.

      Un bon gynéco qui connaît le DIU n’est pas censé faire mal en le posant, et ce n’est censé faire mal après s’il est posé correctement.

      À lire l’énormissime rubrique sur la contraception :
      http://martinwinckler.com/rubrique.php3?id_rubrique=8
      Et dont un bon nombre sur le DIU :
      http://martinwinckler.com/rubrique.php3?id_rubrique=34

      Précisément sur la douleur :
      http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=472

      Mais en outre, le DIU affranchit les femmes de la dépendance au médecin !!!
      On ne le dira jamais assez.

    • Oui, beaucoup de gynécos ne se sont pas vraiment entraînés à la pose de DIU et quand c’est mal posé, faut recommencer. Maintenant, il peut arriver que ça fasse un peu mal pendant une paire d’heures, si tu as le col sensible, des trucs comme ça.
      Après, en cas de douleurs ou de saignements persistants, faut consulter et c’est tout.

    • Comme le dit Martin Winckler : la formation des médecins c’est, avant de se faire sa propre idée, la reproduction du modèle appris et ce modèle dit « le DIU c’est pour les femmes qui ont déjà eu des enfants à cause du risque de stérilité » ; depuis cette affirmation péremptoire a été démentie : pas plus de risque de stérilité mais l’usage reste comme souvent en médecine, beaucoup de médecins appliquent toute leur vie professionnelle ce qu’ils ont appris durant leurs études sans revenir dessus sauf forte médiatisation.

    • Oui @allergie, c’est pour ça que, sans chiffre précis, je disais 99,9%. Pour dire qu’évidemment, comme dans tout domaine, il y a toujours des exceptions. C’est dommage quand ça tombe sur soi (comme moi avec l’évanouissement + convulsions que j’ai eu ya 2 semaines à cause d’un médicament, 1 sur 7000 pour cette mauvaise réaction...).

      Mais dans la majorité des cas c’est bon pour le DIU, et dans la majorité des mauvais cas, c’est souvent dû à la mauvaise pose.

    • Ce qui est vrai aussi, c’est qu’on ne m’a jamais proposé ce mode de contraception, c’est moi qui l’ai demandé... Vu les circonstances, j’étais mal inspirée ce jour-là, je l’ai fait enlever après au bout de deux ans.
      Dans un autre ordre d’idée, comme dit @allergie, plusieurs générations de médecins, à qui on a inculqué une certaine médecine, ont voué un culte inébranlable aux antibiotiques et c’est la croix et la bannière pour ne pas s’en faire prescrire. Je crois que ça commence à changer.