• Publié il y a 3 heures sur MARIANNE (avec un excellent texte de Pauline ARRIGHI) et dans la Tribune VOX du Figaro ou l’on est invite-e a commenter : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/nous-feministes-soutenons-j-k-rowling-contre-le-lynchage-des-activistes-tra

    J.K. Rowling, l’autrice de Harry Potter s’est attiré les foudres d’activistes trans, après avoir posté une série de tweets où elle exprimait un point de vue ironique sur la différence des sexes.

    Nous féministes souhaitons alerter le grand public sur la situation de la communauté lesbienne en France et à l’international. Pour commencer nous souhaiterions rappeler que les lesbiennes ne sont pas les seules à vivre dans la peur de l’activisme trans extrême.

    James Caspian, Eva Poen, Kathleen Lowrey… la liste est longue de chercheurs universitaires (américains, canadiens, britanniques ...) harcelés et parfois licenciés par leur hiérarchie sur ordre des activistes trans radicaux (qui ne représentent pas l’ensemble des communautés trans).

    James Caspian a par exemple été attaqué pour avoir essayé de mettre en place une étude sur le pourcentage de personnes regrettant d’avoir « changer de sexe ». Le simple fait de vouloir faire une étude sur le sujet étant maintenant considéré comme offensant.

    En Suède, le nombre de fillettes de moins de 18 ans voulant « changer de sexe » pour devenir des personnes transmasculines a été multipliée par 15 de 2010 à 2018.
    Selina Todd, une historienne britannique n’a pas été harcelée par sa hiérarchie mais a dû embaucher des gardes du corps suite à des menaces de certains trans-activistes hardcore. Rosa Freedman, professeure de droit, a elle été bousculée et menacée de viol.

    Depuis un an environ, on observe dans les pays anglophones et scandinaves un boom de personnes mettant en scène sur Twitter, Reddit et YouTube leur dé-transition. Mais ces personnes devront vivre toute leur vie avec les conséquences de leur transition. Plus la transition est avancée, plus les dommages physiques sont lourds et irréversibles. Les hormones créent des problèmes osseux sévères. Les ablations sont définitives.

    En Suède, le nombre de fillettes de moins de 18 ans voulant « changer de sexe » (une chose techniquement impossible) pour tenter de devenir des personnes transmasculines a été multipliée par 15 de 2010 à 2018. Selon les statistiques du gouvernement suédois, parmi elles 15% étaient autistes et 19% hyperactives.

    Des youtubeurs français incitent des jeunes de moins de 15 ans à prendre des hormones « en cachette de leurs parents ».
    Au Royaume-Uni leur nombre a été multiplié par 45 de 2010 à 2018 (passant de 40 cas par an en 2010 à plus de 1 800 pour l’année 2018). La ministre britannique des droits des femmes de l’époque, Penny Mordaunt, s’en était publiquement émue.

    Des youtubeurs français incitent des jeunes de moins de 15 ans à prendre des hormones « en cachette de leurs parents » et en toute illégalité.

    Mais le vent finit par tourner, malgré le marché qui s’est créé, malgré le lobbying de l’industrie pharmaceutique.

    Le 22 avril 2020, sous la pression de mouvements lesbiens féministes, le Royaume-Uni a annoncé vouloir interdire les opérations chez les moins de 18 ans (NDLR : elles étaient autorisées avec autorisation parentale). Depuis novembre 2019, six États des États-Unis ont interdit toutes formes de transition : hormones, opérations et bloqueurs de puberté (inhibiteurs hormonaux qui ont vocation à retarder la puberté avant de commencer une transition). Huit autres États de ce pays débattent en ce moment de lois identiques.

    En Australie, la sénatrice Amanda Stoker est partie en croisade contre les changements de sexe chez les enfants.
    Un article du journal « The Economist » montrait par ailleurs que dans la très grande majorité des cas, les bloqueurs de puberté sont inutiles car la très grande majorité des enfants concernés ne deviendront pas trans à l’âge adulte.

    La Suède commence aussi à envisager une loi interdisant les opérations et les bloqueurs de puberté après des émissions sur le sujet réalisées par Malou Von Sivers, présentatrice de télévision et militante féministe.

    En Australie, la sénatrice (mère de trois filles) Amanda Stoker est partie en croisade contre les changements de sexe chez les enfants. Les pays pionniers dans la transition de masse sont en train de devenir les pays pionniers de la dé-transition de masse.

    Par ailleurs, les études sur les taux de regret ne prennent pas en compte les personnes qui quittent la « communauté trans », cessent tout suivi et sortent donc des statistiques. Et surtout, ces études ont été faites à l’époque où les enfants ne pouvaient pas transitionner, quand la transition était un traitement pour une situation très rare et très spécifique : la dysphorie de genre qui qualifie le sensation pour une personne d’être né du mauvais sexe.

    Dire d’une catégorie de la population qu’elle englobe n’importe qui prétendant en faire partie, c’est dire de cette catégorie qu’elle n’existe pas.

    Une étude de Lisa Littman - chercheuse en santé publique - explique que certaines formes de dysphorie de genre à déclenchement rapide à l’adolescence (« rapid onset gender dysphoria ») sont parfois causées par des traumas, des difficultés d’adaptation, des phénomènes de contagion liés aux réseaux sociaux ou à une homosexualité mal assumée dans une société où celle-ci est invisibilisée. Les recherches de Littman ont été reniées publiquement par l’université l’employant non pas en raison des moyens utilisés mais parce que les résultats invalidaient les ressentis de certains.

    A travers les lesbiennes toutes les femmes sont attaquées
    Certains mouvements se prétendant féministes expliquent qu’une femme est une personne qui se dit femme. Dire d’une catégorie de la population qu’elle englobe n’importe qui prétendant en faire partie, c’est dire de cette catégorie qu’elle n’existe pas.

    Nous observons que les hommes ne sont pas concernés par cela : un homme est toujours une personne qui est dit homme par les autres hommes, qui est perçu homme par les autres hommes.

    Comment Keira Bell, cette jeune militante lesbienne anglaise de 23 ans qui regrette aujourd’hui d’avoir pris des hormones et des bloqueurs de puberté à l’âge de 16 ans, pouvait-elle savoir qu’elle était lesbienne ?

    En France aussi, quand des lesbiennes veulent organiser des activités entre elles, elles subissent des pressions de la part de groupes s’identifiant féministes « queers » pour intégrer dans leurs activités des personnes transféminines attirées exclusivement par les femmes.

    Nous constatons que trop souvent ces personnes essaient de contrôler notre parole, nos pratiques et notre visibilité. Nous voulons garder nos espaces, nos activités sportives et festives en non-mixité.

    Nous voulons notre espace sans que certains groupes nous en empêchent au nom d’un « droit à l’inclusion ».
    Les gays ont des espaces intimes à eux, les personnes trans ont des associations aussi, nous voulons pouvoir faire de même sans que certains groupes cherchent violemment à nous en empêcher au nom du droit à l’« inclusion » .

    L’injonction à la transition d’adolescentes (lesbiennes ou pas) et la négation de la sexualité des femmes lesbiennes relèvent du sexisme et de la lesbophobie.

    Nous alertons l’ensemble de la société sur les dangers du trans-activisme extrême (qui ne représente pas l’ensemble des personnes trans) qui occulte l’ensemble des femmes et leur demandons d’œuvrer à la visibilité lesbienne.

    Celle-ci est la preuve donnée aux petites filles et aux adolescentes (y compris hétérosexuelles) qu’il est possible d’être une femme sans se conformer aux stéréotypes de genre. Plus nous tarderons à réagir, plus nombreuses seront les jeunes femmes affectées, qui pourraient se voir forcées d’effectuer une transition, et plus les dommages physiques seront lourds et irréversibles.

    * La tribune est signée par l’association « 44 vilaines Filles » (collectif lesbien nantais), et par Marie-Jo Bonnet, Chercheuse, historienne, co-fondatrice des Gouines Rouges, lesbienne et militante féministe ; Christine Le Doaré , Ex-présidente du centre LGBT de Paris et militante féministe universaliste ; Yolanda Alba, Vice présidente du réseau européen des femmes journalistes et écrivaine ; Florence-Lina Humbert, Journaliste 50/50 Magazine ; Marguerite Stern, Réalisatrice de podcast et militante féministe ; Marie Josèphe Devillers, militante lesbienne féministe ; Ana Minski, écrivaine et militante ; Marie Montaigue, enseignante ; Valérie Pelletier, abolitionniste et militante féministe radicale ; Nadia Guenet, réalisatrice radio et productrice de « la révolution sera féministe » ; Julie-Elisa Go, féministe et développeuse ; Chantal Hervouet, militante féministe lesbienne et abolitionniste ; Alexis Solis, féministe lesbienne, abolitionniste ; Martine Ragon, militante féministe abolitionniste ; Morgane Ricard, militante ; Valentine Minery féministe ; Lucie Robin-Lesage, féministe ; Marie Noëlle Gerolami, lesbienne féministe ; Sophie Plisson, archéologue ; Muriel Petit, enseignante ; Annick Karsenty, militante feministe abolitionniste.

    #Rowling

  • J.K. Rowling Writes about Her Reasons for Speaking out on Sex and Gender Issues - J.K. Rowling
    https://www.jkrowling.com/opinions/j-k-rowling-writes-about-her-reasons-for-speaking-out-on-sex-and-gender-i

    The one thing that gives me hope is that the women who can protest and organise, are doing so, and they have some truly decent men and trans people alongside them. Political parties seeking to appease the loudest voices in this debate are ignoring women’s concerns at their peril. In the UK, women are reaching out to each other across party lines, concerned about the erosion of their hard-won rights and widespread intimidation. None of the gender critical women I’ve talked to hates trans people; on the contrary. Many of them became interested in this issue in the first place out of concern for trans youth, and they’re hugely sympathetic towards trans adults who simply want to live their lives, but who’re facing a backlash for a brand of activism they don’t endorse. The supreme irony is that the attempt to silence women with the word ‘TERF’ may have pushed more young women towards radical feminism than the movement’s seen in decades.

    The last thing I want to say is this. I haven’t written this essay in the hope that anybody will get out a violin for me, not even a teeny-weeny one. I’m extraordinarily fortunate; I’m a survivor, certainly not a victim. I’ve only mentioned my past because, like every other human being on this planet, I have a complex backstory, which shapes my fears, my interests and my opinions. I never forget that inner complexity when I’m creating a fictional character and I certainly never forget it when it comes to trans people.

    All I’m asking – all I want – is for similar empathy, similar understanding, to be extended to the many millions of women whose sole crime is wanting their concerns to be heard without receiving threats and abuse.

    Via FB :

     !! LA RÉPONSE DE JK ROWLING !!💬
    TRADUCTION :
    10 JUIN 2020
    ●JK Rowling écrit sur ses raisons de s’exprimer sur le sexe et le genre
    ( Avertissement : ce texte contient un langage inapproprié pour les enfants. )
    Ce n’est pas une pièce facile à écrire, pour des raisons qui deviendront bientôt claires, mais je sais qu’il est temps de m’expliquer sur une question entourée de toxicité. J’écris ceci sans aucun désir d’en rajouter à cette toxicité.
    Pour les personnes qui ne le savent pas : en décembre dernier, j’ai tweeté mon soutien à Maya Forstater, une fiscaliste qui avait perdu son emploi pour ce qui était considéré comme des tweets « transphobes ». Elle a porté son affaire devant un tribunal du travail, demandant au juge de décider si une croyance philosophique selon laquelle le sexe est déterminé par la biologie est protégée par la loi. Le juge Tayler a décidé que non.
    Mon intérêt pour les questions trans remontait à près de deux ans à l’affaire Maya, au cours de laquelle j’ai suivi de près le débat sur le concept d’identité de genre. J’ai rencontré des personnes trans, j’ai lu divers livres, blogs et articles de personnes trans, de spécialistes du genre, de personnes intersexuées, de psychologues, d’experts en protection, de travailleurs sociaux et de médecins, et j’ai suivi le discours en ligne et dans les médias traditionnels. À un certain niveau, mon intérêt pour cette question a été professionnel, car j’écris une série policière, qui se déroule de nos jours, et ma détective fictive est en âge d’être intéressée et affectée par ces questions elle-même, mais sur un autre point, c’est intensément personnel, comme je vais l’expliquer.
    Pendant tout ce temps, j’ai fait des recherches et appris, des accusations et des menaces de militants trans ont bouillonné dans ma chronologie Twitter. Cela a été initialement déclenché par un « like ». Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’identité de genre et aux questions transgenres, j’ai commencé à capturer des commentaires qui m’intéressaient, afin de me rappeler ce que je pourrais vouloir rechercher plus tard. À une occasion, j’ai distraitement « aimé » au lieu de faire des captures d’écran. Ce simple « like » a été considéré comme une preuve de mauvaise pensée, et un faible niveau persistant de harcèlement a commencé.
    Des mois plus tard, j’ai aggravé mon crime accidentel en mettant « j’aime » et en suivant Magdalen Berns sur Twitter. Magdalen était une jeune féministe et lesbienne extrêmement courageuse qui est morte d’une tumeur cérébrale agressive. Je l’ai suivie parce que je voulais la contacter directement, ce que j’ai réussi à faire. Cependant, comme Magdalen croyait beaucoup à l’importance du sexe biologique et ne croyait pas que les lesbiennes devraient être appelées des fanatiques pour ne pas sortir avec des femmes trans avec un pénis, des points ont été réunis dans la tête des activistes trans de Twitter et le niveau des médias sociaux les abus ont augmenté.
    Je mentionne tout cela uniquement pour expliquer que je savais parfaitement ce qui allait se passer lorsque je soutiendrais Maya. Je devais être sur ma quatrième ou cinquième annulation d’ici là. Je m’attendais à ce que les menaces de violence, qu’on me dise que je tuais littéralement des personnes trans avec ma haine , m’appeler conne et salope et, bien sûr, que mes livres soient brûlés, bien qu’un homme particulièrement violent m’ait dit qu’il les avait compostées.
    À la suite de mon annulation, je ne m’attendais pas à l’avalanche de courriels et de lettres qui m’arrivaient, dont la très grande majorité était positive, reconnaissante et encourageante. Ils provenaient d’un échantillon représentatif de personnes aimables, empathiques et intelligentes, certaines travaillant dans des domaines traitant de la dysphorie de genre et des personnes trans, qui sont toutes profondément préoccupées par la façon dont un concept sociopolitique influence la politique, la pratique médicale. Ils s’inquiètent des dangers pour les jeunes, les homosexuels et l’érosion des droits des femmes et des filles. Surtout, ils s’inquiètent d’un climat de peur qui ne profite à personne - et surtout pas aux jeunes trans -.
    J’avais échappé à Twitter pendant de nombreux mois avant et après avoir tweeté le soutien à Maya, parce que je savais que cela ne faisait rien de bon pour ma santé mentale.
    Je ne suis revenu que parce que je voulais partager un livre pour enfants gratuit pendant la pandémie. Immédiatement, des militants qui se croient clairement bons, gentils et progressistes ont envahi ma chronologie, assumant le droit de contrôler mon discours, m’accusant de haine, m’appellent, m’insultent de misogynes et, surtout - comme chaque femme impliquée dans ce débat saura - de TERF.
    Si vous ne le saviez pas déjà - et pourquoi le feriez-vous ? - « TERF » est un acronyme inventé par des militantes trans, qui signifie Trans-Exclusionary Radical Feminist. Dans la pratique, un échantillon représentatif de femmes énorme et diversifié est actuellement appelé TERF et la grande majorité n’a jamais été des féministes radicales. Les exemples de soi-disant TERF vont de la mère d’un enfant gay qui avait peur que son enfant veuille faire la transition pour échapper à l’intimidation homophobe, à une dame plus âgée jusqu’alors totalement non féministe qui a juré de ne plus jamais visiter Marks & Spencer parce qu’ils autorisent n’importe quel homme qui dit s’identifier comme une femme dans les vestiaires des femmes. Ironiquement, les féministes radicales ne sont même pas trans-exclusives - elles incluent les hommes trans dans leur féminisme, car elles sont nées femmes.
    Mais les accusations de TERFery ont suffi à intimider de nombreuses personnes, institutions et organisations que j’admirais autrefois, qui se recroquevillent devant les tactiques de la cour de récréation. « Ils vont nous appeler transphobes ! « Ils diront que je déteste les trans ! » Et ensuite, ils diront que vous avez des puces ? En tant que femme biologique, beaucoup de personnes en position de pouvoir ont vraiment besoin de se faire pousser une paire (ce qui est sans doute littéralement possible, selon le genre de personnes qui soutiennent que le poisson-clown prouve que les humains ne sont pas une espèce dimorphe).
    Alors pourquoi je fais ça ? Pourquoi parler ? Pourquoi ne pas faire tranquillement mes recherches et garder la tête baissée ?
    ●Eh bien, j’ai cinq raisons de m’inquiéter du nouveau militantisme trans et de décider que je dois parler.
    Tout d’abord, j’ai une fiducie caritative qui se concentre sur la réduction de la privation sociale en Écosse, avec un accent particulier sur les femmes et les enfants. Entre autres choses, ma cause soutient des projets pour les femmes détenues et pour les victimes de violences domestiques et sexuelles. Je finance également la recherche médicale sur la SEP, une maladie qui se comporte très différemment chez l’homme et la femme. Il est clair pour moi depuis un certain temps que le nouvel activisme trans a (ou est susceptible d’avoir, si toutes ses demandes sont satisfaites) un impact significatif sur de nombreuses causes que je soutiens, car il pousse à éroder la définition légale du sexe et le remplacer par le genre.
    La deuxième raison est que je suis une ancienne enseignante et la fondatrice d’une association caritative pour enfants, ce qui fait que je m’intéresse à la fois à l’éducation et à la sauvegarde. Comme beaucoup d’autres, je suis profondément préoccupé par l’effet du mouvement des droits des trans sur les deux cas.
    Le troisième est qu’en tant qu’autrice très interdite, je m’intéresse à la liberté d’expression et je l’ai défendue publiquement, même au sujet de Donald Trump.
    Le quatrième est l’endroit où les choses commencent à devenir vraiment personnelles. Je suis préoccupé par l’énorme explosion de jeunes femmes souhaitant effectuer une transition et également par le nombre croissant de personnes qui semblent se détransitionner (retourner à leur sexe d’origine), car elles regrettent d’avoir pris des mesures qui, dans certains cas, ont irrévocablement modifié leur corps, et enlevé leur fertilité. Certains disent qu’ils ont décidé de faire la transition après avoir réalisé qu’ils étaient attirés par le même sexe et que la transition était en partie due à l’homophobie, soit dans la société, soit dans leur famille.
    La plupart des gens ne savent probablement pas - je ne l’étais certainement pas, jusqu’à ce que j’ai commencé à faire des recherches sur ce problème - qu’il y a dix ans, la majorité des personnes souhaitant passer au sexe opposé étaient des hommes. Ce ratio s’est désormais inversé. Le Royaume-Uni a connu une augmentation de 4400% de filles référées pour un traitement de transition. Les filles autistes sont extrêmement surreprésentées dans leur nombre.
    Le même phénomène a été observé aux États-Unis. En 2018, la médecin et chercheuse américaine Lisa Littman a entrepris de l’explorer. Dans une interview, elle a déclaré :
    « Les parents en ligne décrivaient un modèle très inhabituel d’identification transgenre où plusieurs amis et même des groupes d’amis entiers étaient identifiés transgenres en même temps. J’aurais été négligente si je n’avais pas considéré la contagion sociale et les influences des pairs comme des facteurs potentiels.
    Littman a mentionné Tumblr, Reddit, Instagram et YouTube comme facteurs contribuant à la dysphorie de genre à apparition rapide, où elle estime que dans le domaine de l’identification transgenre, « les jeunes ont créé des chambres d’écho particulièrement insulaires ».
    Son journal a fait fureur. Elle a été accusée de partialité et de diffusion de fausses informations sur les personnes transgenres, soumise à un tsunami de maltraitance et à une campagne concertée pour discréditer à la fois son travail et elle. La revue a mis le journal hors ligne et l’a revu avant de le republier. Cependant, sa carrière a pris un coup similaire à celui subi par Maya Forstater. Lisa Littman avait osé contester l’un des principes centraux de l’activisme trans, à savoir que l’identité de genre d’une personne est innée, comme l’orientation sexuelle. Personne, a insisté les militants, n’a jamais pu être persuadé d’être trans.
    L’argument de nombreux militants trans actuels est que si vous ne laissez pas un adolescent dysphorique faire la transition, ils se tueront. Dans un article expliquant pourquoi il a démissionné du Tavistock (une clinique du genre du NHS en Angleterre), le psychiatre Marcus Evans a déclaré que les affirmations selon lesquelles les enfants se tueraient s’ils n’étaient pas autorisés à faire la transition ne correspondaient pas substantiellement à des données ou études solides dans ce domaine. Ils ne correspondent pas non plus aux cas que j’ai rencontrés au cours des décennies en tant que psychothérapeute.
    Les écrits de jeunes hommes trans révèlent un groupe de personnes particulièrement sensibles et intelligents. Plus j’ai lu leurs récits de dysphorie de genre, avec leurs descriptions perspicaces d’anxiété, de dissociation, de troubles de l’alimentation, d’automutilation et de haine de soi, plus je me suis demandé si, si j’étais né 30 ans plus tard , Moi aussi, j’aurais pu essayer de faire la transition. L’attrait de fuir la féminité aurait été énorme. J’ai été aux prises avec un trouble obsessionnel-compulsif sévère à l’adolescence. Si j’avais trouvé en ligne une communauté et une sympathie que je ne pouvais pas trouver dans mon environnement immédiat, je pense que j’aurais pu être persuadé de me transformer en fils que mon père avait ouvertement dit qu’il aurait préféré.
    Quand j’ai lu la théorie de l’identité de genre, je me souviens à quel point je me sentais mentalement asexué chez les jeunes. Je me souviens que Colette se décrivait comme une "hermaphrodite mentale ’’ et les mots de Simone de Beauvoir : "Il est parfaitement naturel que la future femme se sente indignée des limites que son sexe lui impose. La vraie question n’est pas de savoir pourquoi elle devrait les rejeter : le problème est plutôt de comprendre pourquoi elle les accepte.
    Comme je n’avais pas la possibilité réaliste de devenir un homme dans les années 1980, ce devait être des livres et de la musique qui m’ont fait traverser à la fois mes problèmes de santé mentale et l’examen et le jugement sexualisés qui mettent tant de filles en guerre contre leur corps. à l’adolescence.
    Heureusement pour moi, j’ai trouvé mon propre sens de l’altérité et mon ambivalence d’être une femme, reflétées dans le travail des femmes écrivains et musiciens qui m’ont rassuré que, malgré tout, un monde sexiste essaie de se jeter sur le corps féminin, c’est bien de ne pas se sentir rose, froufrou et souple dans votre propre tête ; c’est OK de se sentir confuse, sombre, à la fois sexuel et non sexuel, incertain de quoi ou de qui vous êtes.
    Je veux être très clair ici : je sais que la transition sera une solution pour certaines personnes dysphoriques de genre, bien que je sache également grâce à des recherches approfondies que des études ont constamment montré qu’entre 60 et 90% des adolescents dysphoriques de genre sortiront de leur dysphorie. À maintes reprises, on m’a dit de « juste rencontrer des personnes trans ».
    Je l’ai fait : en plus de quelques jeunes, qui étaient tous adorables, il se trouve que je connais une femme transsexuelle autoproclamée qui est plus âgée que moi et merveilleuse. Bien qu’elle soit ouverte sur son passé d’homosexuel, j’ai toujours eu du mal à la considérer comme autre chose qu’une femme, et je crois (et j’espère certainement) qu’elle est complètement heureuse d’avoir fait la transition. Cependant, étant plus âgée, elle a traversé un long et rigoureux processus d’évaluation, de psychothérapie et de transformation par étapes. L’explosion actuelle de l’activisme trans incite à la suppression de presque tous les systèmes robustes par lesquels les candidats au changement de sexe devaient auparavant passer. Un homme qui a l’intention de ne subir aucune intervention chirurgicale et de ne prendre aucune hormone peut désormais obtenir un certificat de reconnaissance du genre et être une femme au regard de la loi. Beaucoup de gens ne le savent pas.
    Nous vivons la période la plus misogyne que j’ai connue. Dans les années 80, j’imaginais que mes futures filles, si j’en avais, vivrait bien mieux que jamais, mais entre la réaction contre le féminisme et une culture en ligne saturée de porno, je crois que les choses ont considérablement empiré pour les filles . Je n’ai jamais vu de femmes dénigrées et déshumanisées au point où elles le sont aujourd’hui. Du chef de file de la longue histoire du monde libre des accusations d’agression sexuelle et sa fierté de s’ "emparer d’elles par la chatte’’, au mouvement incel ("célibataire involontaire’’) qui fait rage contre les femmes qui ne leur donneront pas de sexe, les activistes trans qui déclarent que les TERF ont besoin de coups de poing et de rééducation, les hommes de tous les horizons politiques semblent d’accord : les femmes créent des ennuis. Partout, on dit aux femmes de se taire et de s’asseoir, sinon.
    J’ai lu tous les arguments sur la féminité ne résidant pas dans le corps sexué, et les affirmations selon lesquelles les femmes biologiques n’ont pas d’expériences communes, et je les trouve aussi profondément misogynes et régressives. Il est également clair que l’un des objectifs de nier l’importance du sexe est d’éroder ce que certains semblent voir comme l’idée cruellement ségrégationniste des femmes ayant leurs propres réalités biologiques ou - tout aussi menaçantes - des réalités unificatrices qui en font une classe politique cohérente. Les centaines de courriels que j’ai reçus ces derniers jours prouvent que cette érosion en inquiète beaucoup d’autres. Il ne suffit pas que les femmes soient des alliées trans. Les femmes doivent accepter et admettre qu’il n’y a pas de différence matérielle entre les femmes trans et elles-mêmes.
    Mais, comme beaucoup de femmes l’ont dit avant moi, « femme » n’est pas un costume. « Femme » n’est pas une idée dans la tête d’un homme. "Femme’’ n’est pas un cerveau rose, un goût pour Jimmy Choos ou l’une des autres idées sexistes désormais présentées d’une manière ou d’une autre comme progressistes. De plus, le langage « inclusif » qui appelle les femmes « menstrues » et « personnes vulvaires » frappe de nombreuses femmes comme déshumanisantes et dégradantes. Je comprends pourquoi les militants trans considèrent ce langage comme approprié et gentil, mais pour ceux d’entre nous qui ont eu des insultes dégradantes crachées sur nous par des hommes violents, ce n’est pas neutre, c’est hostile et aliénant.
    Ce qui m’amène à la cinquième raison pour laquelle je suis profondément préoccupé par les conséquences de l’activisme trans actuel.
    Je suis dans l’œil du public depuis plus de vingt ans et je n’ai jamais parlé publiquement d’être une survivante de la violence domestique et des agressions sexuelles. Ce n’est pas parce que j’ai honte que ces choses m’arrivent, mais parce qu’elles sont traumatisantes à revisiter et à mémoriser. Je me sens également protectrice de ma fille de mon premier mariage. Je ne voulais pas revendiquer la propriété exclusive d’une histoire qui lui appartient aussi. Cependant, il y a peu de temps, je lui ai demandé comment elle se sentirait si j’étais publiquement honnête au sujet de cette partie de ma vie, et elle m’a encouragée à aller de l’avant.
    Je mentionne ces choses maintenant non pas dans le but de susciter la sympathie, mais par solidarité avec le grand nombre de femmes qui ont des histoires comme la mienne, qui ont été insultées en tant que fanatiques pour avoir des inquiétudes autour des espaces unisexes.
    J’ai réussi à échapper à mon premier mariage violent avec une certaine difficulté, mais je suis maintenant marié à un homme vraiment bon et fondé sur des principes, sûr et sécurisé comme je ne l’aurais jamais pensé dans un million d’années. Cependant, les cicatrices laissées par la violence et les agressions sexuelles ne disparaissent pas, peu importe à quel point vous êtes aimés et quel que soit l’argent que vous avez gagné. Ma nervosité perpétuelle est une blague familiale - et même je sais que c’est drôle - mais je prie que mes filles n’aient jamais les mêmes raisons que moi de détester les bruits soudains et forts ou de trouver des gens derrière moi quand je ne les ai pas entendus s’approcher.
    Si vous pouviez entrer dans ma tête et comprendre ce que je ressens en lisant une femme trans mourant entre les mains d’un homme violent, vous trouveriez la solidarité et la parenté. J’ai un sens viscéral de la terreur dans laquelle ces femmes trans auront passé leurs dernières secondes sur terre, parce que moi aussi j’ai connu des moments de peur aveugle quand j’ai réalisé que la seule chose qui me maintenait en vie était la retenue timide de mon agresseur .
    Je crois que la majorité des personnes trans-identifiées représentent non seulement une menace zéro pour les autres, mais sont vulnérables pour toutes les raisons que j’ai décrites. Les personnes trans ont besoin et méritent d’être protégées. Comme les femmes, elles sont plus susceptibles d’être tuées par des partenaires sexuels. Les femmes trans qui travaillent dans l’industrie du sexe, en particulier les femmes trans de couleur, sont particulièrement exposées. Comme tous les autres survivants d’agression domestique et d’agression sexuelle que je connais, je ne ressens que de l’empathie et de la solidarité avec les femmes trans qui ont été maltraitées par des hommes.
    Je veux donc que les femmes trans soient en sécurité. En même temps, je ne veux pas rendre les filles et les femmes natales moins sûres. Lorsque vous ouvrez les portes des salles de bains et des vestiaires à tout homme qui croit ou se sent qu’il est une femme - et, comme je l’ai dit, des certificats de confirmation de genre peuvent maintenant être accordés sans avoir besoin de chirurgie ou d’hormones - alors vous ouvrez la porte à tous les hommes qui souhaitent entrer. Telle est la simple vérité.
    Samedi matin, j’ai lu que le gouvernement écossais poursuivait ses plans controversés de reconnaissance du genre, ce qui signifie en fait que tout ce dont un homme a besoin pour « devenir une femme », c’est de le dire. Pour utiliser un mot très contemporain, j’ai été « déclenché ». Terrassé par les attaques incessantes d’activistes trans sur les réseaux sociaux, alors que je n’étais là que pour donner aux enfants des commentaires sur les photos qu’ils avaient dessinées pour mon livre sous verrouillage, j’ai passé une grande partie de samedi dans un endroit très sombre à l’intérieur de ma tête, comme souvenirs d’une agression sexuelle grave que j’ai subie dans la vingtaine s’est répétée en boucle. Cette agression s’est produite à un moment et dans un espace où j’étais vulnérable, et un homme a profité d’une opportunité.
    Tard samedi soir, en parcourant les photos des enfants avant d’aller me coucher, j’ai oublié la première règle de Twitter - ne t’attends jamais à une conversation nuancée - et j’ai réagi à ce que je ressentais comme un langage dégradant à propos des femmes. J’ai parlé de l’importance du sexe et j’en paie le prix depuis. J’étais transphobe, j’étais une conne, une chienne, une TERF, je méritais l’annulation, le coup de poing et la mort. Vous êtes Voldemort a dit une personne, sentant clairement que c’était la seule langue que je comprendrais.
    Il serait tellement plus facile de tweeter les hashtags approuvés - car bien sûr, les droits des trans sont des droits de l’homme et bien sûr, les vies trans comptent - ramasser les cookies réveillés et se prélasser dans une rémanence de signalisation de la vertu. Il y a de la joie, du soulagement et de la sécurité en conformité. Comme l’a également écrit Simone de Beauvoir, « … sans aucun doute, il est plus confortable de supporter la servitude aveugle que de travailler pour sa libération ; les morts aussi sont mieux adaptés à la terre que les vivants. »
    Un grand nombre de femmes sont à juste titre terrifiées par les activistes trans ; Je le sais parce que beaucoup sont entrés en contact avec moi pour raconter leurs histoires. Ils ont peur de faire du doxxing, de perdre leur emploi ou leurs moyens de subsistance, et de la violence.
    Mais c’est infiniment désagréable, ce ciblage constant contre moi, je refuse de m’incliner devant un mouvement qui, à mon avis, fait du tort en cherchant à éroder les `` femmes ’’ en tant que classe politique et biologique et en offrant une couverture à des prédateurs comme peu auparavant. Je me tiens aux côtés des femmes et des hommes courageux, homosexuels, hétérosexuels et trans, qui défendent la liberté d’expression et de pensée, ainsi que les droits et la sécurité de certaines des personnes les plus vulnérables de notre société : les jeunes gays, les adolescents fragiles, et les femmes qui sont tributaires et souhaitent conserver leurs espaces de sexe unique. Les sondages montrent que ces femmes sont une grande majorité, et excluent seulement celles qui ont le privilège ou la chance de ne jamais avoir été confrontées à la violence masculine ou à des agressions sexuelles, et qui n’ont jamais eu la peine de se renseigner sur la prévalence de la violence.
    La seule chose qui me donne de l’espoir, c’est que les femmes qui peuvent protester et s’organiser le font, et qu’elles ont à leurs côtés des hommes vraiment honnêtes et des personnes trans. Les partis politiques qui cherchent à apaiser les voix les plus fortes dans ce débat ignorent les préoccupations des femmes à leurs risques et périls. Au Royaume-Uni, les femmes se tendent la main entre les partis, préoccupées par l’érosion de leurs droits durement acquis et l’intimidation généralisée. Aucune des femmes sensibles au genre à qui j’ai parlé ne déteste les personnes trans ; au contraire. Beaucoup d’entre elles se sont intéressés à cette question en premier lieu par souci pour les jeunes trans, et ils sont extrêmement sympathiques envers les adultes trans qui veulent simplement vivre leur vie, mais qui font face à un contrecoup pour une marque d’activisme qu’ils n’approuvent pas.
    La dernière chose que je veux dire est la suivante. Je n’ai pas écrit cet essai dans l’espoir que quelqu’un me procurera un violon, même pas minuscule. J’ai une chance extraordinaire ; Je suis une survivante, certainement pas une victime. Je n’ai mentionné mon passé que parce que, comme tout autre être humain sur cette planète, j’ai une trame de fond complexe, qui façonne mes peurs, mes intérêts et mes opinions. Je n’oublie jamais cette complexité intérieure quand je crée un personnage fictif et je ne l’oublie certainement jamais quand il s’agit de personnes trans.
    Tout ce que je demande - tout ce que je veux - c’est qu’une empathie similaire, une compréhension similaire, soit étendue aux millions de femmes dont le seul crime est que leurs préoccupations soient entendues sans recevoir de menaces et d’abus.

    https://www.facebook.com/Joanavrillaud/posts/168681517970985

    • Je vous laisse taguer :-)
      Comme dans les débats sur la Police, les débats féminisme vs transgenrisme devraient pouvoir être clôt en quelques mots.
      L’autre fois, j’ai mis un terme à une entame pénible sur les violences_policières_qui_n’existent_pas par mon interlocuteur du type « mais dans les quartiers, j’y habite, alors je sais ce que je dis, ils (la police) laissent faire, les motos, les rodéos, tous les wesh wesh peuvent faire ce qu’ils veulent depuis le confinement » ; car oui, visiblement, à Lyon, il n’y a pas eu de volonté de casser du populo. En retour, j’ai émis l’idée que « en France, la peine de mort est abolie, personne n’est supposé mourir lors d’une interpellation ». Ça m’a étonné, mais ça a marché.
      Dans le débat Féminisme vs Transgenrisme, on doit sans doute pouvoir émettre une opinion du type « le harcèlement est interdit, personne ne devrait être obligé de fermer son compte twitter/instagram/que sais-je pour des faits de harcèlement, de menaces physiques, de menaces de mort ».

    • aussi seenthisé par @tintin par là https://seenthis.net/messages/860214

      Après une recherche sur seenthis il y a quelques jours, j’ai découvert qu’ici aussi on a de nombreuses fois tenté d’avoir des échanges sur des problèmes de compréhension, comme des traduction simplifiées telle la notion de « lobby trans », qui n’aident pas plus que les appels à meutes-contre-meutes, mais personnellement, quand je vois que ça ne sert à rien au bout de X fois, je pars du principe que la transphobie est avérée et assumée https://seenthis.net/messages/859349

    • C’est ton « not-all-trans » qui m’a fait ramener cet échange, @biggrizzly , l’ayant justement moi aussi utilisé comme argument. Quand au texte de J.K. Rowling j’avoue avoir beaucoup de mal à le lire, entre les sous-entendus que je ne maîtrise pas dans l’original, la mauvaise traduction, les tonnes de références toutes plus justifiantes les unes que les autres et son parcours personnel, à chaque fois qu’elle assimile le harcèlement, réel, qu’elle subit, avec la cause, qu’elle prétend ne pas combattre, je ... préfère fuir car une colère immense me submerge. Je ne sais pas comment expliquer ça à part la sensation d’une profonde injustice venant d’une personne qui a absolument tous les éléments pour ne pas la commettre.

    • Je l’ai déjà signifié sur de vieux fils, qui peuvent d’ailleurs avoir été effacé du fait de la disparition des contributeurices concerné·e·s. Le sujet trans me dépasse mais je le lis toujours avec intérêt. J’ai évoqué le « not all XXX » pour évoquer la façon dont certains hommes l’utilisent pour mettre sous le tapis le débat de fond « on n’est pas tous violents, alors bon hein, y-a pas débat ». La façon dont le débat autour du sujet soulevé par JKR se passe me fait penser à ça (j’ai bien dit autour du débat soulevé par JKR, JKR ne m’intéresse pas).

      Le sujet de fond que je suis via Martin Dufresne, sans pour autant partager ses choix d’expression, c’est ce chemin tracé dans les pays anglo-saxon sur la transition. L’auto-détermination, la non-mixité, etc. On a eu des débats déjà sur la non-mixité, et les hommes et les hommes blancs, ont mené des agressions contre les espaces non-mixtes féminins ou non-blancs. Et visiblement, on a le même genre d’agressions entre femmes et trans et la bataille ne semble pas aller dans le sens d’une victoire pour le féminisme, et la façon dont cela se passe a des aspects peu ragoûtants.

      Je ne conclus rien, j’en serais bien incapable. Je dis juste que je ressens que les termes du débat sont incertains et que tout simplement, je ne comprends pas comment il est possible d’en arriver à un tel niveau de violence et de situations paraissant si ubuesques.

    • La comparaison avec d’autres sujets tabou, déclencheurs d’agressions mimant la colère, est heuristique. On a effectivement déjà vu des gens se braquer et lancer les accusations les plus illogiques et les procès d’intention les plus injustifiés contre les membres de populations opprimées qui cherchaient à se défendre contre des coups de force drapés dans l’universalisme. Merci du relai de cete version française du texte de Rowling. Nous travaillons à TRADFEM à en peaufiner une traduction plus attentive, qui devrait élever le niveau du débat au-dessus des accusations de « transphobie » et du déni de l’existence d’une politique concertée d’abolition des droits des femmes, que l’on reconnaisse ou non le lobby qui y travaille (https://www.partage-le.com/2018/11/16/les-principes-de-jogjakarta-une-menace-internationale-contre-les-droits-)

    • J’étoile mais j’ai pas très envie de lire... La défense à là « femme = utérus », elle simplifie les choses mais politiquement elle n’a aucun sens. Et stratégiquement, elle isole les féministes radicales.

      http://yogyakartaprinciples.org/wp-content/uploads/2016/08/principles_fr.pdf

      Je viens de commencer Mes bien chères sœurs de Chloé Delaume et deux citations en exergue.

      La seule chose que toutes les femmes partagent, c’est le fait d’être perçues en tant que femmes et d’être traitées comme telles.

      Julia Serano

      Je lis cette phrase aussi bien comme un refus de l’auto-identification (qui a bien avancé dans tous les pays occidentaux sauf la France, qui a trouvé une mesure intéressante entre ça et la psychiatrisation) que comme un refus de l’essentialisme actuellement promu par des féministes radicales qui nous disaient bien qu’être femme est une position sociale. C’est la définition qui me convient.

      La complaisance absolue à l’identification au féminin de la part de personnes qui ont une expression de genre masculine, la complaisance absolue à d’amicales pressions envers des lesbiennes à avoir des relations sexuelles (coerced into sex, comme on dit amicalement) avec des femmes trans non opérées, la complaisance absolue au harcèlement et aux attaques contre des femmes et des féministes, y compris quand des mecs cis sans passif proféministe militant s’y mettent, tout ça est aussi merdique que de voir des féministes super intéressantes comme M. Murphy, S. Jeffreys ou Ch. Delphy réduire leur définition de ce qu’est être une femme.

    • Même s’il y a quelques allusions au biologique, je trouve le texte de Rowling ni clivant ni virulent (évidemment on va dire, ouais mais toi t’es pas un « premier concerné » donc t’as rien à dire), comparé à la violence des réponses (et là aussi je dis ça en étant bien conscient qu’on peut comparer avec ceux qui se plaignent de la violence des féministes ou autres dominé⋅es). Elle ne parle pas du tout de lobby trans, elle parle bien de femmes trans et d’hommes trans, sans nier leur nouveau genre. Mais elle dit qu’avant ça prenait un temps et des étapes précises pour y arriver (qui pouvaient sûrement être améliorées et être moins jugeantes, mais ça avait des raisons), alors que maintenant c’est vraiment uniquement sur le ressenti personnel, ce qui n’a justement pas de sens pour un truc sensé être social. Et que de par sa vie et la violence qu’elle a subit elle-même, elle est très préoccupée par les attaques à la non-mixité.

      Quand je lis ça :

      Ma nervosité perpétuelle est une blague familiale - et même je sais que c’est drôle - mais je prie que mes filles n’aient jamais les mêmes raisons que moi de détester les bruits soudains et forts ou de trouver des gens derrière moi quand je ne les ai pas entendus s’approcher.

      et connaissant des proches qui ont très exactement ce comportement, pour les mêmes raisons violentes, ça me touche particulièrement et immédiatement, et je comprends parfaitement qu’on s’inquiète d’une augmentation des situations où on peut se retrouver avec un pénis dans un lieu où on pensait être un peu plus en sécurité qu’ailleurs parce que non-mixte.

    • en lien cette tribune récente : https://seenthis.net/messages/860296

      Je n’arrive pas à comprendre ce qu’il y a de transphobe là-dedans... (à part de publier dans le figaro)

      je rappelle aussi que cette guerre, comme les autres, a des conséquences très concrètes, ici même en france : le 8 mars dernier, un cortège abolitioniste composé de survivantes de la prostitution, s’est fait agressé, violemment, pour leurs positions politique :

      https://seenthis.net/messages/830962

      Je me demande qui sont ces gens, qui ont visiblement décidé d’utiliser la violence pour faire passer leur point de vue. Très franchement ces gens me foutent la haine et ça ne m’encourage pas du tout à la nuance.

    • Ça y est, j’ai lu le texte. Je le trouve bien à 90 %. Mais elle semble renvoyer toutes les personnes trans à leur identité de naissance, whatever. Je ne comprends même pas : des mecs trans peuvent venir parce que c’est des femmes en vrai, on n’est que son corps, femmes trans opérées ou avec une expression de genre masculine sont également des hommes. On est son corps ou on n’est pas son corps ? Et quid de ce que des féministes ont passé des décennies à documenter, le fait qu’on est des êtres socialisés à être ci ou ça et qu’il n’y a pas d’essence féminine ou masculine (même s’il y a un certain dimorphisme, voir la doc sur la recherche médicale androcentrée, qui produit aussi des différences).

      Je ne sais pas ce qu’elle voulait dire mais ça me semble assez incohérent sur le fond, même si je suis ultra d’accord que des femmes, des féministes radicales et des personnes en détransition n’ont pas à subir cette violence, à se taire. Même si une partie de l’activisme trans me débecte (réduction au silence des lesbiennes se disant sous pressions multiples à avoir des rapports sexuels avec des femmes trans non-opérées, défense des criminels sexuels ayant faire reconnaître leur statut de femmes, etc.). Même si j’ignore encore beaucoup des réseaux et de l’argent qui a réussi à faire bouger aussi vite les législations sur la transidentité, le passage d’une psychiatrisation sexiste et abusive (sur laquelle Rowling passe avec un certain déni) à des dispositions d’auto-déclaration simplement aberrantes. Même si j’attends avec impatience que le parapluie trans se déchire, entre les copines et les copains trans féministes et les personnes bardées de male entitlement qui estiment avoir le droit d’être inclues dans nos espaces (y compris quand elles sont prédatrices sexuellement) alors qu’elles sont identifiées comme des hommes dans leur vie de tous les jours.

      Le fait que JKR déclenche une telle tempête de merde pour un texte pas mal (encore que je ne le signerais pas, loin de là), c’est inquiétant.

    • A la fois je déplore absolument ces excès, et en même temps, je n’ai pas vraiment d’exemples de mouvements qui n’aient pas à un moment cédés à des excès, des procès et des exclusions. Je crois, qu’il ne faut pas sous-estimer la souffrance des personnes qui militent sur ces questions et la dynamique de groupe qui recèle, en même temps, de l’émulation collective positive et une radicalité excluante. C’est ce double mouvement, sur un sujet difficile, profondément remuant et qui vient remettre en cause beaucoup de nos repères(1), qui mène à ces anathèmes, qui sont, je l’espère souvent transitoires.

      1) que faire de ces catégories du féminin/masculin quand tu sais que sans aucune intervention médicale ou chimique, une femme enceinte peut s’avérer être XY au niveau génétique, tout en ayant tous les signes extérieurs et internes du féminin comme c’est le cas d’une connaissance. Perso, je ne suis pas sûre de savoir...

      Et en même temps, je me méfies absolument de la suppression des toilettes non mixtes. Et en même temps je ne voudrais pas qu’une femme trans se phase tabasser ou pire parce qu’elle a été « repérée » dans des toilettes pour hommes... Etc.

      Bref, comme toujours, continuer à s’informer, se former, écouter, réfléchir...

    • Sur les toilettes...
      https://seenthis.net/messages/823002#message823059

      Dans quelles toilettes peut-on aller tranquillement faire ses besoins quand on est une personne trans ? Si on « passe » facilement, aller aux chiottes sans se faire remarquer devient un jeu gratifiant. Si ce n’est pas le cas, on risque des agressions verbales ou physiques.

      En attendant cette abolition, être une femme, ce n’est pas se sentir « féminine », c’est ne pas se sentir tout à fait à l’abri de ces inégalités et de ces violences. Et il n’est ni illégitime ni ringard qu’un groupe de personnes concernées par la prévalence des agressions sexuelles et des viols dans leurs vies exige le droit d’uriner dans des lieux sûrs. À Stockholm, où les toilettes de la gare centrale sont mixtes (et payantes), le personnel est très présent dans les lieux et peut-être que les hommes suédois ont appris à mettre leur fierté ailleurs que dans le fait d’uriner debout. La question de toilettes dans lesquelles les femmes trans seraient les bienvenues est alors réglée mais la mixité ne se décide pas d’un coup de baguette magique, sans se soucier de ce que vivent les autres femmes et à leurs dépens.

    • Je repense à nos discussions... Et à comment respecter l’intégrité des unes sans foutre en l’air celle des autres.

      Les 10 % avec lesquels je suis très opposée à JKR, c’est quand elle refuse (ça n’a pas l’air si clair dans son texte mais c’est l’idée des féministes radicales ou « critiques du genre » qu’elle défend) de voir dans des femmes trans des femmes comme d’autres. Alors qu’elle le dit elle-même, elle n’est pas capable de voir dans sa pote trans l’homme qu’elle a pu être un jour au regard des autres (je pige pas). Nier que les femmes trans sont des femmes, c’est transphobe, pas besoin d’aller chercher plus loin à coups de « je ne comprends pas ce qui est transphobe » (réflexion qui ont fait vomir l’une d’entre nous qui en a quitté le réseau, je le rappelle).

      Arbitrer entre les besoins des unes et des autres ne sera pas facile et l’ambiance délétère actuelle n’aide pas. Quand je vois des non-binaires barbus qui bouffent du privilège masculin puis veulent intégrer des espaces non-mixtes, 50 % de femmes trans au Royaume-Uni en prison pour violences sexuelles envers des femmes (les rad fem parlent d’autogynophilie, une attirance pour soi en femme parce qu’on est attiré·e sexuellement par les femmes), je me dis que les acteurs de cette lutte n’en ont pas grand chose à foutre, des droits des femmes cis ni trans (celles qui ont envie de vivre leurs vies de meufs en sororité, pas d’exercer un entitlement sur les autres femmes, corps ou agenda politique, en les menaçant de les étouffer de leur bite), quand je vois les mecs woke se faire les « alliés » en ne voyant pas le problème d’appeler à et d’exercer la violence contre des féministes... je me dis qu’il va falloir que des copines se réveillent.

    • euh... j’ai dit : « je ne comprends pas ce qui est transphobe là-dedans » un peu énervé c’est vrai, mais pas dans l’idée de blesser quelqu’un... Il y a le même problème posé là : https://seenthis.net/messages/579254
      par #Chimamanda_Ngozi_Adichie, mais je pense que vous l’avez tous lu...

      Le truc qui me semble problématique c’est le désir d’une identité femme ou homme non-équivoque . Je comprends bien qu’on ai envie de stabiliser tout ça, mais ça semble impossible et plutôt source de future souffrance... Pour être plus clair j’ai envie de faire la comparaison avec des problèmes d’identité que j’ai pu traverser. J’ai un nom de vrai grec, et pendant une longue phase, j’ai vraiment voulu devenir grec. A force de me prendre un mur, j’ai pas vraiment pas eu d’autre choix que de me dire mixte, ou en tout cas que l’accès à cette identité d’une façon entière, était, malgré tous les efforts possible, eh bah... impossible quoi. ça ne résouds pas grand chose, mais ça donne l’impression d’être honnête avec moi-même, de prendre acte de ça. D’une façon très abstraite, je le reconnais, je préférais qu’on défende la bâtardise, le mixte, le mélangé, le métis, le trans et l’ambigue (qui n’est toujours pas vraiment une place agréable à habiter so far) que l’univoque. On en est au point où dire de quelqu’un qu’il est trans devient de la transphobie. Ok, si ce n’est pas le ou la première concernée qui s’exprime, c’est une assignation, mais il n’y pas de code qui ne soit pas social non ? On navigue là-dedans, pas l’intérieur de soi-même...

      Encore une fois cette petite comparaison a ses limites et je n’ai bien sûr pas l’expérience de certains, certaines... Et surtout peut-être que des choses peuvent changer dans des proportions que je peine à imaginer... (mon expérience de réunification d’identité a été un échec assez dur, je ne pars donc pas d’une expérience positive).

    • Ah oui, le lien, c’était la fois où nos petites discussions étaient passées sur rezo.net !

      Pour beaucoup de féministes radicales, dire « trans femme », ça veut dire d’abord que la personne est trans et pas une femme avec une histoire différente, et le but est de les exclure des lieux non-mixtes. Dans un des textes de Tradfem, il était question d’une femme trans à côté de la plaque dans une discussion sur les règles. Je suis ok pour qu’on fasse des réunions « vulves » ou « règles » avec des personnes qui en ont, femmes cis et mecs trans, mais l’exclusion s’étend au reste.

      Je ne suis pas pour qu’on appelle ça « transphobe » parce que ce ne sont que des exclusions de lieux spécifiques par des personnes qui en ont besoin parce que minorisées par ailleurs. C’est pas la discrimination à l’embauche ou au logement (que Trump a rendu légales, si j’ai bien compris), les atteintes à l’intégrité des corps des personnes trans, hommes et femmes, etc. Je préfère dire « préjudiciable aux personnes trans » sans préjuger des sentiments qu’il peut y avoir derrière mais je dois constater que c’est des manières de parler qui sont délibérées et les meufs continuent de parler de cette manière dont on leur dit qu’elle humilie. Alors oui, ça commence à puer la haine de l’autre.

      Les féministes transinclusives ne se refusent pas de dire femmes cis et femmes trans. Et certaines femmes trans reconnaissent la force que ça donne, d’avoir une socialisation initiale masculine (Paula Stone Williams) pendant que d’autres le nient (Julia Serano n’est pas super sur ça, elle note en passant que les femmes trans ne sont pas des paillassons et n’en tire pas d’autre conclusion que les femmes cis sont un peu de la merde).

      L’auto-définition de l’identité ethno-raciale, c’est encore autre chose ! Et c’est aussi un problème, quand des personnes chrétiennes à la peau claire et un passing bien blanc se prétendent racisées alors qu’elles ne partagent pas l’expérience d’une personne qui l’est. Racisé, c’est un passif, c’est pas génial mais ça rend compte du regard qu’on pose sur toi et de la socialisation qu’on t’impose : la discrimination, les violences, les préjugés, les attentes incohérentes, etc.

      Après, l’intime, c’est encore autre chose...

  • Steven Levy Mark Zuckerberg has long said he doesn’t want to be the arbiter of truth.
    https://link.wired.com/view/5cec29ba24c17c4c6465ed0bc85rb.28hc/698b9ee1

    par Steven Levy

    But despite all his protestations, Zuckerberg is not only the arbiter in chief of the world’s dominant social media platform, he’s an active one. That was never more clear than in the nearly two-hour remote session he had with thousands of concerned employees on Tuesday, when he defended his decision not to take down, mitigate, or fact-check several posts by Donald Trump that seemed, in the eyes of employees, to violate Facebook’s policies. In a transcript of the session—the leak of an internal meeting was once an unthinkable act of disloyalty at Facebook, but now it’s an inevitability—Zuckerberg talks in detail about how he consulted with key aides and painstakingly analyzed his community standards, all to make the final call himself. In this case, he decided that Trump’s use of the phrase “When the looting starts, the shooting starts” was not a call to violence or a racist “dog whistle,” despite arguments to the contrary.

    The drama was heightened by two factors. First, the internal opposition to Zuckerberg’s choices was unprecedented, as employees publicly tweeted their displeasure and staged a “virtual walkout” on Monday. Some even quit the company. Also, a group of the company’s earliest employees published a letter lamenting Facebook’s departure from its original ideals. As I wrote earlier this week, what bothered them was not just the two tweets Trump had cross-posted to Facebook. The frustration came from the fact that, for years now, the “free expression” Zuckerberg celebrates has meant hosting misinformation, hate, and divisiveness.

    The second factor is an external threat: a movement to tamper with or repeal legislation that gives Zuckerberg the power to make those decisions without taking legal responsibility for everything that his almost 3 billion users post. That law is known as section 230(c) of the 1996 Telecommunications Act. It frees platforms like Facebook and Twitter of liability for what people share, distinguishing them from publishers like The New York Times or WIRED. But it also gives platforms the editorial discretion to police the content to make their platforms safe and civil. In reaction to the power of big tech companies, some politicians are arguing that platforms should be treated more like publications than, say, phone lines. One is Donald Trump, who last week issued an executive order dictating that the government should strip platforms of that sanctuary status if they’re deemed politically biased. Another declared foe of Section 230 is Joe Biden, though he hasn’t called for a government truth squad like Trump has.

    Zuckerberg’s decision on the president’s posts wasn’t affected by Trump’s threatened executive order, but it certainly favored Trump and the conservative cause. More significantly, it was well in keeping with Facebook’s tendency to allow and even promote content that divides and inflames. Zuckerberg tried to contextualize this for his employees, saying that while his free-expression tilt might allow toxic content to thrive, it also gives voice to the powerless, allowing them to post things like video evidence of police brutality. “I would urge people not to look at the moral impact of what we do just through the lens of harm and mitigation,” he told employees.

    At Twitter, though, CEO Jack Dorsey did look at Donald Trump’s tweets through that lens. After too long a period of keeping his hands off of Trump’s discordant content, he ordered that Twitter tag two disputed tweets. And Snap’s CEO Evan Spiegel went even farther, removing Trump’s posts from the Discover section of the platform, on the grounds that the president’s words are divisive and racist. In a letter to employees Spiegel explained:

    As for Snapchat, we simply cannot promote accounts in America that are linked to people who incite racial violence, whether they do so on or off our platform. Our Discover content platform is a curated platform, where we decide what we promote … This does not mean that we will remove content that people disagree with, or accounts that are insensitive to some people … But there is simply no room for debate in our country about the value of human life and the importance of a constant struggle for freedom, equality, and justice. We are standing with all those who stand for peace, love, and justice and we will use our platform to promote good rather than evil.

    Trump supporters—and certainly Trump himself—might complain about what Twitter and Snap did. But the companies are exercising their rights under 230 exactly in the way that the law permits.

    Zuckerberg should take note. Yes, it’s crazy for one person to have such massive control over what people say online. But like it or not, our system gives leaders of huge corporations massive power. In his total control of Facebook, he must be the arbiter—of harm. We must demand that he perform that role in the best possible way, minimizing the toxic speech posted by his customers, whether they are peons or presidents. His employees are speaking out. His billions of users should let him know as well. And the government should back off.

    #Facebook #Liberte_expression #Division

  • New Report Suggests Facebook Ignored Research Which Indicated That it Contributed to Societal Division | Social Media Today
    https://www.socialmediatoday.com/news/new-report-suggests-facebook-ignored-research-which-indicated-that-it-contr/578621

    Has Facebook made use more divided, and more likely to ’take sides’ in political debate?

    It certainly seems that way, with ’us against them’ tribalism now a part of almost every major discussion - even medical advice has seemingly become a point of political contention in the modern age. Of course, such division has always existed, at least to some degree - but has Facebook, and social media more broadly, made it worse than ever before?

    This became a key point of discussion in the aftermath of the 2016 US Presidential Election, with suggestions that Russian troll farms and political activist groups had been using Facebook to influence voter opinions through targeted, manipulative posts and ads.

    Is that possible? Could our minds really be changed by the content displayed in our News Feeds?

    Access now➔

    TRENDLINE
    Everything you need to know about personalization
    Explore how major retailers like E.l.f. Cosmetics and Shiseido are leveraging personalized experiences in 2020.

    Past research has shown that, indeed, voter action can be influenced by what people see on Facebook. And according to a new report by The Wall Street Journal, Facebook is well aware of this, with The Social Network conducting a study back in 2018 which found that the platform’s notorious algorithms “exploit the human brain’s attraction to divisiveness”.

    So what did Facebook do in response?

    As per WSJ:

    “Mr. Zuckerberg and other senior executives largely shelved the basic research [...] and weakened or blocked efforts to apply its conclusions to Facebook products. Facebook policy chief Joel Kaplan, who played a central role in vetting proposed changes, argued at the time that efforts to make conversations on the platform more civil were “paternalistic,” said people familiar with his comments.”

    Really, the revelation is not surprising - not so much in the context that Facebook might choose to ignore it, but in the first point, that Facebook can exacerbate division.

    Indeed, Facebook’s own executives have indirectly pointed to such in their various comments on the topic - earlier this year, Facebook’s head of VR and AR Andrew Bosworth published a long explanation of his personal thoughts on various Facebook controversies, including the idea that Facebook increases societal divides.

    Bosworth refuted the suggestion that Facebook reinforces political opinions through a ’filter bubble’ effect, an oft-laid claim against the platform, because if anything, Facebook users actually see content from more sources on any given subject, not less.

    But then again, that’s not necessarily beneficial either - as explained by Bosworth:

    “What happens when you see more content from people you don’t agree with? Does it help you empathize with them as everyone has been suggesting? Nope. It makes you dislike them even more.” 

    Bosworth noted that, contrary to popular opinion, Facebook actually exposes users to significantly more content sources than they would have seen in times before the internet.

    “Ask yourself how many newspapers and news programs people read/watched before the internet. If you guessed “one and one” on average you are right, and if you guessed those were ideologically aligned with them you are right again. The internet exposes them to far more content from other sources (26% more on Facebook, according to our research).”

    Facebook’s COO Sheryl Sandberg quoted this same research in October last year, noting more specifically that 26% of the news which Facebook users see in their represents “another point of view.”

    Get social media news like this in your inbox daily. Subscribe to Social Media Today:
    Email: Sign up
    But again, that’s not necessarily a good thing - in working to defend the idea that Facebook doesn’t cause division through one process (only showing you content that you’re more likely to agree with), Facebook’s execs also inadvertently highlighted how it causes the same type of division through the opposite - showing you more content, from more sources, according to Facebook’s own leaders, likely increases political polarization.

    So again, it comes as little surprise that researchers came to the same conclusion in regards to how Facebook could, as noted by WSJ, “exploit the human brain’s attraction to divisiveness”. Facebook knows this, they’ve stated such already. The problem is that there’s no simple solution to addressing such.

    That’s likely why Facebook seemingly shelved the findings, because there’s no way for it to police such and change inherent behaviors. 

    Interestingly, a few months before these findings were reportedly presented to Facebook’s leadership team, Facebook published a blog post titled ’Is Spending Time on Social Media Bad for Us?​’, in which it explored the various negative consequences of social media engagement.

    The conclusion of that report?

    “According to the research, it really comes down to how you use the technology.”

    The findings in this instance suggested that passive consumption of social media content - reading but not interacting with people - lead to negative mental health impacts, but active interaction, including “sharing messages, posts and comments with close friends and reminiscing about past interactions”, had positive benefits.

    In this instance, Facebook wasn’t looking at the polarizing effect of what people share on social platforms, specifically, but the finding is more closely aligned with something that Facebook can actually control. The platform subsequently made algorithm tweaks “to provide more opportunities for meaningful interactions and reduce passive consumption of low-quality content”, while it also added more tools to help people address negative usage behaviors.

    But Facebook can’t stop people sharing what they choose to on the platform (within reason). Otherwise it’s not a social network, it’s not facilitating discussion relevant to what people are looking to talk about. That exposure to what people personally align with, in terms of their political leanings, their personal opinions, etc., that’s an element that we’ve never had in times past, and while there is significant value in enabling connection around such, that’s also likely the cause of increased division and angst.

    In the past, for example, you wouldn’t have known that your Uncle Barry was a left-leaning Democrat or a right-leaning Republican. But now you do - and in sharing his opinions, Barry is able to align with more Facebook users who agree with his perspective, facilitating like-minded community. That’s how Facebook is fueling increased division. But how do you fix that? How do you stop Barry sharing his opinions, without changing the entire approach of the platform?

    Facebook can’t essentially stop users sharing what interests them, which means it can only really set clear parameters around what can be shared, and what’s not allowed. And for this, Facebook has set up its new Content Oversight Board, which will provide advice on how the platform can improve its systems and processes for the greater good. 

    So while the suggestion is that Facebook has ignored reports that highlight its role in fueling division, the reality, it seems, is that Facebook is working to improve on such, and to provide more tools to increase transparency, and give users more insight into how such division is occurring, including more data on ad targeting, fake news, conspiracy theories, etc. Facebook does seem to be acting on such - but if users choose not to investigate, if they choose to believe what they want, and share what aligns with their established beliefs, what then?

    So, does that mean that Facebook overall is a good or bad thing for society? Given its capacity to fuel division, that’s clearly a concern, but you also have to weigh that against the benefits that it provides in terms of facilitating community connection, giving people more ways than ever to keep in touch and come together for greater benefit.

    How you view each will come down to personal perspective - which is largely the same impetus that dictates what people share on the platform overall.

    Who can say what people should and should not be able to share on the network, beyond what’s acceptable within the platform’s rules? And with that being a factor, how can you stop Facebook, and other social platforms, from amplifying division?  

    NOTE: Facebook has provided SMT with this statement on the WSJ report:

    "We’ve learned a lot since 2016 and are not the same company today. We’ve built a robust integrity team, strengthened our policies and practices to limit harmful content, and used research to understand our platform’s impact on society so we continue to improve. Just this past February we announced $2M in funding to support independent research proposals on polarization.”

    #Facebook #Division #Polarisation #Ethique

  • Facebook execs know the platform is polarizing the country but shelved the research | Daily Mail Online
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-8361775/Facebook-execs-know-platform-polarizing-country-shelved-research.html

    New report examines Facebook’s actions to address online partisanship
    Company did internal study in 2018 that found Facebook increases divisions 
    ’Our algorithms exploit the human brain’s attraction to divisiveness,’ it said 
    Zuckerberg and other senior executives largely shelved the basic research
    Company found that reducing partisanship might reduce user engagement
    Debate pitted former CPO Chris Cox against powerful policy chief Joel Kaplan
    Cox lost the battle and left the company last year to pursue progressive causes 
    By KEITH GRIFFITH FOR DAILYMAIL.COM
    PUBLISHED: 15:45 BST, 27 May 2020 | UPDATED: 17:55 BST, 27 May 2020

    Facebook put the brakes on efforts to reduce partisanship on the platform out of fear that it would harm user engagement and draw accusations of political bias, a new report has claimed.

    In 2017 and 2018, Facebook’s former Chief Product Officer Chris Cox spearheaded the creation of the ’Common Ground’ task force to reduce divisiveness — but the team was scuttled and its findings shelved, according to the Wall Street Journal. 

    ’Our algorithms exploit the human brain’s attraction to divisiveness,’ read a slide from an internal Facebook presentation in 2018. ’If left unchecked,’ it warned, Facebook would feed users ’more and more divisive content in an effort to gain user attention & increase time on the platform.’

    Facebook’s VP of Integrity Guy Rosen strongly disputed the Journals’ report in a string of tweets, saying it ’cites old research to falsely suggest we aren’t invested in fighting polarization.’

    ’The reality is we didn’t adopt some of the product suggestions cited because we pursued alternatives we believe are more effective,’ he added.

    In 2017 and 2018, Facebook’s former Chief Product Officer Chris Cox spearheaded the creation of the ’Common Ground’ task force to reduce divisiveness on the platform

    Backed by Cox, the Common Ground team faced powerful internal resistance from Facebook’s policy chief Joel Kaplan, a former deputy chief of staff to George W. Bush, according to the Journal.

    Kaplan believed that efforts to crack down on partisanship would disproportionately impact conservatives, after an internal review found that more hyper-partisan publishers and authors were on the far-right than on the far-left, at least in the U.S.

    Cox quit Facebook in March 2019 over frustrations with the platform he has never fully explained, and has gone on to work on technology to help left-wing candidates and express strong views opposing President Donald Trump.

    Aside from Kaplan’s concern that reducing partisanship could be used as cover to suppress conservative views, the Common Ground task force also faced fears that its recommendations could reduce user engagement, the all-important measure of how much time users spend on Facebook.

    Cox faced powerful internal resistance from Facebook’s policy chief Joel Kaplan (right, with Mark Zuckerberg), a former deputy chief of staff to George W. Bush

    The Common Ground team warned bluntly of this in a mid-2018 document, describing some of its own proposals as ’antigrowth’ and requiring Facebook to ’take a moral stance.’ 

    The task force tried to soothe internal fears that its initiative would stifle conservatives on Facebook. 

    ’We’re explicitly not going to build products that attempt to change people’s beliefs,’ one 2018 document states. ’We’re focused on products that increase empathy, understanding, and humanization of the ’other side.’ ’

    ’People don’t trust us,’ said a presentation created in the summer of 2018. 

    In January 2017, Cox hired Carlos Gomez Uribe, former head of Netflix’s recommendation system, to try to make improvements to the Facebook newsfeed.

    One of Uribe’s early initiatives was an attempt to reduce the outsize impact hyperactive users had on the platform.

    One proposal Uribe’s team championed, called ’Sparing Sharing,’ would have reduced the spread of content disproportionately favored by hyperactive users, the Journal reported.

    The proposal would have cut down on the spread of content favored by both far-right and far-left users, who tend the be hyperactive on Facebook, and favored more middle-of-the-road users. 

    At one meeting, Zuckerberg signaled that he was losing interest in trying to cure political divisiveness on the platform, people present told the Journal
    Kaplan opposed the plan, and the debate got kicked up to CEO Mark Zuckerberg, who heard out the sides briefly and said the proposal could go ahead, but with the weighting reduced by 80 percent. 

    Zuckerberg also expressed that he didn’t want to hear about similar debates in the future, signaling that he was losing interest in trying to cure political divisiveness on the platform, people present told the Journal.

    Uribe left Facebook within the year. The Common Ground task force was shut down in the late summer of 2018, and Cox quit Facebook several months later. 

    ’You can’t impose tolerance top-down,’ Zuckerberg said in an October speech at Georgetown University. 

    ’It has to come from people opening up, sharing experiences, and developing a shared story for society that we all feel we’re a part of. That’s how we make progress together.’ 

    Facebook in February announced $2 million in funding for independent research proposals on polarization. 

    Reached by DailyMail.com, a Facebook spokesperson referred to Rosen’s tweets disputing the Journal’s report.

    ’We welcome criticism and scrutiny, but using cherry-picked examples to try and negatively portray our intentions is unfortunate,’ wrote Rosen, who oversees Facebook’s efforts to find and remove questionable content. 

    ’The piece uses a couple of isolated initiatives we decided against as evidence that we don’t care about the underlying issues and ignored the many we did ship. We look at many ideas, vet them, and ship the ones we think will be most effective,’ he said.

    ’We reduce distribution of posts that use divisive and polarizing tactics like clickbait, engagement bait, and we’ve become more restrictive when it comes to the types of Groups we recommend to people.’

    #Facebook #Division #Polarisation #Ethique

  • Considérations sur les temps qui courent (II)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Considerations-sur-les-temps-qui-courent-II

    À la mort de mes grands-parents, à la mort de mes parents et ainsi de génération à génération, c’est bien tout un pan de la vie sociale qui s’écroule soudainement, comme une falaise s’engloutissant dans la mer. Sur la fin, nous avons fait une partie du chemin ensemble, j’ai pu me faire une très vague idée de ce qu’ils avaient connu ; à leur mort, tout ce passé, tout ce vécu qui faisait partie d’eux, s’est à jamais effacé. Nous pourrions ainsi remonter loin dans le temps et nous nous rendrions compte que ce qui a disparu peu à peu ce fut le goût des autres, la vie sociale dans ce qu’elle a de sensible et pour tout dire dans ce qu’elle a d’humain ; cela en dépit de toutes les bourrasques qui l’ont traversée. Nous sommes accrochés à cet aspect sensible du vécu et il disparaît peu à peu. Au fil des ans, la vie sociale se dégrade progressivement. Nous allons vers un isolement de plus en plus grand, vers une absence de vie sociale dans le sens d’une vie avec les autres. Cette vie avec les autres implique un savoir-vivre, que nous avons perdu à la longue, elle implique une manière d’être liée à la conscience d’entrer comme sujet dans une relation avec d’autres sujets. Nous avons tenu bon et puis tout s’est effiloché peu à peu sans que nous en prenions conscience, nous nous sommes retirés en nous-mêmes comme la mer se retire ne laissant plus qu’une plage désertée. (...)

    #sociabilité #absence #isolement #Moyen_Âge #millénarisme #argent #État #pensée #échange #richesse #division #violence #domination

    • L’argent est la continuité de l’État religieux, il en est en quelque sorte l’achèvement, comme la pensée scientifique est l’achèvement de la pensée religieuse ; il n’en est pas la critique, comme la pensée scientifique n’est pas la critique de la pensée religieuse. L’argent parachève la notion d’État comme la pensée scientifique parachève la pensée religieuse.

      À part des allusions seulement de ci de là au fil des textes, est-ce qu’il y a une quelconque preuve (scientifique haha) ou tout du moins démonstration/argumentaire réelle de ça ?

      Parce que juste dit comme ça, ça fait opinion à la va-vite…

      Qu’il y ait tout un progressisme qui voue un culte démesuré à la Science (le scientisme donc), cela est assez clair et il y a plein d’études là dessus. Mais de la à démontrer que la méthode scientifique (notamment la pensée sceptique et rationnelle pour aller vite) elle-même est une religion, c’est une autre paire de manches…

    • C’est vrai que l’affirmation peut paraître abrupte. Par contre, la lecture des « Notes anthropologiques » éclaire vraiment le long cheminement qui a amené cet auteur à cette conclusion. Il y décrit ce que sont devenues nos sociétés dites développées dans lesquelles s’est instauré le seul mode d’échange reconnu comme « objectif » en l’occurrence l’échange marchand qui a permis de prendre cette orientation technologique. La science, la pensée positive, assujetties aux développements technologiques (et non l’inverse) sont devenues en elles mêmes une sorte de « cosmovision » qui est bien aussi biaisée que n’importe quelle autre vision du monde d’origine religieuse. C’est passionnant à lire.

    • Ah mais j’en ai lu une bonne partie, mais à chaque fois cette affirmation revient régulièrement comme un pré-requis, comme un axiome, et qui n’est pas à démontrer.

      Que la pensée rationnelle ait été liée historiquement au progressisme et en est une condition nécessaire, ça parait assez évident. Mais que le progressisme/scientisme est la seule conséquence possible de la rationalité, et que sans animisme, croyance en tels ou tels dieux, etc, on court forcément à la merde qu’on voit maintenant, qu’il ne serait donc pas possible d’avoir une pensée rationnelle/sceptique ET non progressiste ET non économique, je n’en trouve aucune preuve nulle part.

      Je maintiens au contraire que la vraie pensée rationnelle est celle qui ne s’est pas transformé en progressisme puisque celui ci est une croyance, donc irrationnelle, et qu’on peut tendre à cela tout en étant contre l’économie et l’argent, en visant des relations libres fédérés, en prenant en compte les émotions, et même le merveilleux, en ne cherchant pas la grandeur, la croissance, etc, etc.

  • Skeletal damage hints some hunter-gatherer women fought in battles | Science News
    https://www.sciencenews.org/article/women-warriors-hunter-gatherers-battles-mongolia

    Traditional views of females being largely responsible for gathering food may be too simplistic

    Skeletons of two people buried in an ancient tomb in Mongolia include a woman (left) who may have been a horse-riding, bow-and-arrow-wielding warrior, scientists say.

    Women’s reputation as nurturing homebodies who left warfare to men in long-ago societies is under attack. Skeletal evidence from hunter-gatherers in what’s now California and from herders in Mongolia suggests that women warriors once existed in those populations. [...]

    Sexual divisions of labor characterized ancient societies, but were not as rigidly enforced as has often been assumed, the new studies suggest. “The traditional view [in anthropology] of ‘man the hunter and woman the gatherer’ is likely flawed and overly simplistic,” says forensic anthropologist Marin Pilloud of the University of Nevada, Reno.[...]

    But skeletons of 128 of those hunter-gatherer women display damage from arrows and sharp objects such as knives comparable to skeletal injuries of 289 presumed male warriors, Pilloud and her colleagues found. Whether those women fought alongside men or carried out other dangerous battle duties, such as sneaking up on enemies to cut their bow strings, can’t be determined from their bones. Individuals in this sample came from 19 Native American groups in central California, and had lived in any of five time periods between around 5,000 and 200 years ago.

    Evidence analyzed by Pilloud’s team was part of a database of excavated skeletal remains from more than 18,000 central California hunter-gatherers assembled by study coauthor Al Schwitalla of Millennia Archaeological Consulting in Sacramento. A 2014 study directed by Schwitalla determined that 10.7 percent of males in the database had suffered injuries from sharp objects and projectile points, versus 4.5 percent of females. The new study finds similar patterns of those injuries on the skeletons of men and women.

    In wars between Native American tribes in California, women were often killed in surprise raids and other attacks, which may partly explain female injuries reported in the new study, says biological anthropologist Patricia Lambert of Utah State University in Logan.

    Some women may have fought in battles, either to defend their children or village or as warriors, suggests Lambert, who was not part of Pilloud’s team. But further evidence of female fighters, such as Native American women in California buried with weapons and other battle artifacts, is needed, she says.

    A second skeletal analysis suggests that nomadic herders in ancient Mongolia, bordering northern China, trained some women to be warriors during a time of political turbulence and frequent conflicts known as the Xianbei period, says anthropologist Christine Lee of California State University, Los Angeles. The Xianbei period ran from 147 to 552.

    In a study of nine individuals buried in a high-status Mongolian tomb from the Xianbei period, conducted by Lee and Cal State colleague Yahaira Gonzalez, two of three women and all six men displayed signs of having ridden horses in combat.

    That conclusion rests on three lines of evidence: bone alterations caused by frequent horse riding and damage from falls off horses; upper-body signatures of having regularly used bows to shoot arrows, including alterations of spots where shoulder and chest muscles attach to bone; and arrowhead injuries to the face and head. Because the tomb was previously looted, any war-related objects that may have been interred with the bodies are gone.

    #anthropologie #chasseurs_cueilleurs #division_sexuelle_du_travail #femmes #guerres (mais rien sur la mixité de la #chasse)

  • « Celles qui se salissent les mains pour les autres », Anne Bory
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/04/15/celles-qui-se-salissent-les-mains-pour-les-autres_6036622_1650684.html

    Dans cette carte blanche, la sociologue Anne Bory analyse la façon dont le « sale boulot » échoit souvent à des femmes. Les mêmes qui se trouvent aujourd’hui en première ligne face au Covid-19.

    Carte blanche. A quoi sert la sociologie en temps d’épidémie ? A défaut de pouvoir soigner les malades, elle permet de saisir les causes du chaos provoqué par le Covid-19, et de comprendre ce qui se joue dans les interstices de l’organisation sociale qui se met en place, souvent à marche forcée, depuis quelques semaines.

    Le temps de la recherche n’est pas celui de l’urgence, mais les travaux déjà menés permettent d’éclairer un constat qui s’impose en ces temps de confinement : la majorité des cadres télétravaillent, alors que la majorité des ouvriers, ouvrières, employées, employés et professions intermédiaires continuent de prendre les transports et de travailler au contact du public et/ou de leurs collègues.

    Pour le dire autrement, et à l’exception notable des médecins, les professions qualifiées, qui bénéficient des rémunérations et du prestige social les plus importants, sont aussi celles qui sont le moins exposées à la contagion grâce au télétravail, tout en bénéficiant souvent des conditions de confinement les plus confortables, du fait de logements spacieux et plus souvent pourvus d’extérieurs privatifs (voire d’une résidence secondaire).

    Faire « ce qui reste à faire »

    L’épidémie rend ainsi plus visibles les inégalités qui structurent la vie sociale. Elle rend également plus évidente l’importance, dans notre quotidien, de ce que le sociologue étasunien Everett C. Hughes a appelé les « sales boulots » : ces activités professionnelles jugées dégradantes, voire dégoûtantes, présentées par certains parents mal avisés comme des avenirs humiliants à leurs enfants rétifs au travail scolaire, sont absolument indispensables au fonctionnement de notre société.

    Souvent peu visibles et socialement dévalorisés, ces « sales boulots » – qui peuvent être aussi des tâches moins valorisantes au sein de professions prestigieuses – font l’objet du dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés (n° 43) : la nature et la division du travail des chiffonniers et chiffonnières, éboueurs, travailleurs et travailleuses du tri des déchets, aides à domicile, aides-soignantes, infirmières, secrétaires médicales y sont étudiées, notamment selon les normes de féminité et de masculinité.

    Dans leur article « Se salir les mains pour les autres. Métiers de femme et division morale du travail », Christelle Avril et Irene Ramos Vacca examinent, les rôles professionnels dévolus aux femmes, en croisant leurs enquêtes de terrain, menées dans le milieu médical et l’aide à domicile. Qu’est-ce donc qu’un « métier de femmes » ? Les deux sociologues montrent que c’est bien souvent un métier qui implique de faire « ce qui reste à faire », ce qui n’a pas été effectué par d’autres (supérieurs, collègues, proches de la personne prise en charge…).

    Des tâches totalement invisibilisées

    Aides-soignantes, infirmières, secrétaires médicales et aides à domicile sont amenées à prendre en charge des activités considérées comme dégradantes, notamment parce qu’elles sont en lien avec les corps et leurs fluides. Mais elles effectuent également des tâches qui sont moralement dévalorisées, de contrôle ou de répression plutôt que de soin, ou totalement invisibilisées, en palliant les erreurs de ceux pour lesquels elles travaillent (il suffit de penser aux excuses trouvées par les secrétaires pour expliquer retards, absences).

    Cette « division morale du travail » permet à d’autres de se concentrer sur les aspects techniquement les plus valorisés et moralement irréprochables (empathie, amour...) de l’activité et d’en sortir grandis.
    Ces femmes qui se salissent les mains pour les autres, au sens propre et au sens figuré, sont aujourd’hui nombreuses à être exposées au Covid-19, pour que d’autres ne le soient pas ou guérissent. Elles le sont d’autant plus que leurs conditions de travail sont parmi les plus touchées par les politiques de rationalisation menées dans le secteur sanitaire et social. Il n’est pourtant pas du tout sûr que l’échelle de prestige de la division du travail en soit, « après », bouleversée.

    #travail #travail_des_femmes #emploi #ouvrières #employées #badjobs #division_du_travail #division_morale_du_travail #conditions_de_travail

  • Des femmes, des survivantes de la prostitution, agressées lors des manifestations du 8 mars ! – Osez le feminisme !
    http://osezlefeminisme.fr/des-femmes-des-survivantes-de-la-prostitution-agressees-lors-des-man

    Osez le Féminisme ! dénonce fermement les violences contre des militantes féministes dont 3 survivantes de la prostitution, au sein même des manifestations le 8 mars pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Menaces de mort, violences physiques, arrachage de pancartes et de banderoles… les “pro-prostitution” redoublent de violences, pour confisquer la parole des survivantes qui témoignent héroïquement des violences prostitutionnelles subies.

    À Toulouse, une survivante d’inceste et de prostitution, a été attaquée par 3 personnes pour lui arracher sa pancarte abolitionniste.
    A Paris, 15 personnes organisées ont arraché et volé une banderole, et ont frappé violemment des militantes féministes abolitionnistes, dont une survivante de la prostitution et de viols pédocriminels. Elles ont déposé plainte et passé la nuit aux urgences.

    Donc voilà, à des manifs féministes il y a des meufs qui expliquent qui a le droit d’exister et qui pas, et le fait que leurs cibles soient des #personnes_les_premières_concernées, le fait qu’elles aient les meilleures raisons du monde de considérer la prostitution comme une violence de plus faite aux femmes n’empêche pas certaines de se sentir hyper légitimes en s’attaquant à des corps de femmes.
    #prostitution #abolitionnisme #violence_en_milieu_féministe

    • même si je suis loin d’être en première ligne, pas question de m’habituer. Je vais plutôt sonder autour de moi... c’est pas compliqué, je ne connais personne qui a lu dworkin, et celles et ceux qui connaissent son nom sont en mode « ah ouais le truc puritain là... ». J’en veux beaucoup à despentes (et ardisson qui l’invitait) pour la domination des arguments pseudo prosexe dans le débat général. Cette histoire est consternante et elle n’a fait presqu’aucun bruit...

    • Je trouve facile et particulièrement méprisant le fait de tenter de disqualifier des débats réels et cruciaux qui existent depuis les débuts du féminisme en balançant (avec une morgue bien masculine) des phrases comme « il va falloir s’habituer à ce nouveau féminisme où celles qui savent mieux que les autres leur tapent dessus pour leur faire passer la malcomprenance... »
      Je ne tente plus de répondre aux vannes de ce genre (on se doute duquel), mais je mets en ligne des analyses qui prennent au sérieux ces débats. À chacune d’en juger. De plus en plus de gens se dégagent des tentatives d’intimidation grossière, et je suis optimiste quant à un avenir où la prétention commode d’être « non binaire » ou même « une femme » si on veut paraître tel deviendra moins crédible du fait d’être soumise à une analyse politique collective, plutôt qu’à l’occupation de plate-formes médiatiques.

    • Je crois que t’as rien compris à cette phrase. Le première commentaire du seen lui-même, et plein d’autres messages ailleurs, montre parfaitement que @antonin1 n’aime pas ce comportement et le critique à chaque fois. Bref… C’est surtout que t’arrives pas à comprendre qu’on peut à la fois essayer d’être contre ces comportements masculinistes, individualistes, contre l’identité définie uniquement soi-même ET être contre les stigmatisations transphobes, les petites phrases perfides, comme il y en a tant (de plus en plus au fil des mois) dans les textes choisis par tradfem. Et qu’on peut argumenter, et faire des textes qui critiquent le genre sans être insultant pour d’autres, et aussi réfléchir à des solutions concrètes (les toilettes etc) pas juste théoriques qui soient à la fois réellement féministes, anti-prostitution, anti-individualiste, mais aussi transinclusives, sans mettre personne sur le carreau (voire en danger de violence ou de mort). Mais pour ça faut se casser la tête un peu, c’est moins dans la facilité que mettre les femmes contre les trans ou ce genre de conflit… binaire.

    • « mettre les femmes contre les trans »... Cette inversion est inqualifiable. Libre à vous de tenter de convaincre les transactivistes de cesser de mener la guerre aux femmes, mais un peu de perspective SVP. Vous me rendez de plus en plus difficile de croire en votre bonne foi. Je sais que antonin1 critique régulièrement les outrances antiféministes mais j’ai trouvé malheureux son renvoi dos à dos de féministes alors que c’est un antiféminisme qui fait rage.

    • Merci @rastapopoulos, je plussoie.

      @martin4, mon truc sur « faire passer la malcomprenance » est évidemment ironique, je condamne la violence que subissent, et que j’ai pas mal documentée ici, les féministes radicales. Et avec cette ironie je condamne cette certitude de mieux valoir moralement, d’être plus open, plus généreux, plus jeune (!) de beaucoup de monde dans cette sphère « antiTERF ». Mais vous n’aidez pas et Rastapopoulos le dit très bien. Le discours naturalisant et désormais « critique du genre » (que reste-t-il du féminisme sans ça ?), méprisant envers des personnes trans qui sont ou pourraient être des alliées... Votre attitude à vous Martin ici même a fait fuir une femme qui ne supporte pas votre faible capacité au dialogue (et doit avoir quelque chose contre les chevaliers blancs qu’aucun doute n’assaille, visiblement). Oui, des fois j’aurais envie de renvoyer les deux camps dos à dos. Mais je dois bien constater que les féministes trans-exclusives sont traitées comme aucune féministe ne devrait jamais être traitée pour ses engagements. Que c’est grave. Et que c’est compliqué de prendre votre défense en public, quand l’intransigeance des féministes trans-exclusives n’est rien face à la violence inouïe des transactivisites anti-TERF... Misère !

  • La révolution sera féministe

    Une création de Charlotte Bienaimé
    Un podcast à soi Un podcast à soi — Numéro 9

    Femmes en lutte dans l’Histoire, à #Carrefour et sur la #ZAD

    https://www.arteradio.com/son/61660140/la_revolution_sera_feministe_9

    « C’est chaque fois les femmes qui s’excusent, jamais les mecs, ou très peu. Il faut que j’arrête de m’excuser de prendre la parole et me sentir légitime de le faire. »

    Juste nécessaire contrepoint en ce moment :)

    #Féminisme #féminisme_en_lutte #facilitations #lutte #chansons_de_lutte #ni_dieu_ni_mec #radio

  • Macron, le choix de l’affrontement « François Cocq
    https://francoiscocq.fr/2019/12/04/macron-le-choix-de-laffrontement

    De la même manière, Emmanuel Macron et son gouvernement auraient pu chercher une issue en amont du 5 décembre. Des propositions seraient paraît-il déjà ficelées pour la SNCF. A l’Education nationale où la grève va être massive et surtout, fait extraordinaire, se prépare dès à présent à se prolonger la semaine prochaine, le ministre Blanquer a pris la plume mardi 3 décembre pour s’adresser aux professeurs et aux personnels : mais sa missive se garde bien de toute annonce concrète. Dans un cas comme dans l’autre, plutôt que de désamorcer les choses, Macron a fait le choix d’aller jusqu’à la confrontation du 5 décembre. Son calcul consiste à essayer de diviser et fracturer le mouvement au moment même où il se va se matérialiser de manière à emporter une bataille symbolique pensée comme un affrontement final. Le pari est audacieux. Il est surtout sournois et bien peu responsable. Macron assume en effet de prolonger le processus de #fracturation de la #société et de #division entre les Français. Et donc l’impasse démocratique dans laquelle s’enferme notre pays.

    Si Macron se risque aujourd’hui sur ce terrain, c’est qu’il a senti qu’il lui faut tuer dans l’œuf le processus #collectif agrégatif qui refait jour depuis un an maintenant. Les Gilets jaunes ont en effet été un signal de la réémergence d’une volonté constituante dans le peuple à travers la réappropriation collective de la décision #politique. Le mouvement du 5 décembre et suivants traduit cela : au-delà de la question des retraites, c’est dans tous les champs de la société un même rejet d’une vie à genoux qui nous est imposée sans que nous ayons voix au chapitre. De l’hôpital à l’éducation, de la fac à la retraite, du service public à l’entreprise, c’est partout un même isolement de l’individu qui est mis en oeuvre pour mieux l’affaiblir. La réforme des retraites en apparaît au grand nombre comme la quintessence. Elle joue donc ce rôle de déclencheur d’une #révolte sociale et politique qui va bien au-delà.

  • Jamil Mouawad “on the dichotomy of the revolution versus counter-revolution and the need to go beyond it”

    Lebanon: Protesters cautious after clashes with sectarian groups | News | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/news/2019/11/lebanon-protesters-cautious-clashes-sectarian-groups-191127143058987.html

    Some, however, argue if the anti-government protesters aim for a truly united Lebanese movement, they ought to consider what they have to offer the young Lebanese coming out in support of Hezbollah and Amal.

    “There is a kind of discourse that is very dichotomous: us and them, we are civilised, we want to bring about a new country, we know how to protest. While they are thugs, and mobs. It’s very pejorative, reducing their whole identity to them riding around on mopeds causing tension,” said Jamil Mouawad, a politics lecturer at the American University of Beirut.

    “The superficial reading is that they’re counter-revolutionaries, sent by parties to beat up protesters and push forward a counter-revolution; but that’s not the main cause. They consider the road closures an act of aggression against their mobility as these are the main routes of access to their neighbourhoods. The more protesters are closing roads, the more they are irritated.”

    Rather than reacting to aggression from sectarian supporters, protesters should attempt a dialogue, said Mouawad.

    “I don’t see that protesters have opened any channels to reach out to these people, other than the chants saying ’all of us’.”

    #Liban #protestations #division #contre-révolution

  • Selon un rapport policier, la répression contre les supporters est inefficace
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280919/selon-un-rapport-policier-la-repression-contre-les-supporters-est-ineffica

    Mediapart a eu accès à un rapport de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui dépend de la police nationale. Son bilan ? Le tout-répressif envers les supporters de football se solde par un échec. Elle appelle à explorer d’autres pistes qui « préserveraient les libertés publiques ».

    #Enquête #Division_nationale_de_lutte_contre_le_hooliganisme,_supporters,_football

  • The Invisible Wall of #Lampedusa: Landscaping Europe’s Outer Frontier

    Two people are standing by a beaten-up Toyota on an arid, scrub-covered hilltop in the middle of nowhere. They are looking at the valley, keeping a safe distance from the edge. They have to make sure they are not visible from down there, to avoid any trouble. From where they stand, they can see only the roofs of the buildings at the bottom of the valley, some red and white prefabs making their way out of the green vegetation. Getting closer to the edge, they can probably see people walking between the buildings, hanging clothes out to dry on their fences, maybe playing football or talking outside. We’ve all seen these scenes on TV. But they can’t get any closer, otherwise the soldiers might confiscate their cameras. Instead, they will just take nice pictures of the valley, the prickly pears and the scattered agaves lining the hillsides. Even of the sea, in the background.


    https://failedarchitecture.com/the-invisible-wall-of-lampedusa-landscaping-europes-outer-fronti
    #séparation #division #murs #frontières #in/visibilité #ségrégation #migrations #asile #réfugiés #camps #paysage #CPSA #Centro_di_Primo_Soccorso_e_Accoglienza #Porta_d’Europa #monument #port #Molo_Favaloro

    via @isskein
    ping @mobileborders @reka

    Et la conclusion:

    Broadly speaking, Lampedusa serves as evidence of the complexity of the spatial implications of political borders, when they do not translate into physical barriers. The narrative around migration that currently permeates Europe has not necessitated a physical wall in Lampedusa, but it has taken the form of a network of artefacts, whose collective purpose is to produce the spectacle of a border.

  • Silvia Federici : « Le capitalisme est structurellement sexiste » par Olivier Doubre | Politis
    https://www.politis.fr/articles/2019/05/silvia-federici-le-capitalisme-est-structurellement-sexiste-40458

    Silvia Federici : Non, je ne peux pas dire cela ! J’ai beaucoup lu Marx et je considère qu’il est l’auteur absolument fondamental pour comprendre le #capitalisme jusqu’à aujourd’hui, ce système fondé sur l’exploitation du travail humain, le travail aliéné et le travail non payé. Je reconnais également sa contribution à la théorie féministe, avec sa conception de la nature humaine comme produit social et historique. J’admets tout cela, mais je demeure en désaccord avec lui sur bien des points. En particulier, le fait qu’il considère le capitalisme comme un mal nécessaire et que celui-ci aurait même une mission historique (par rapport aux périodes précédentes) de libération de l’humanité, avec le développement de l’industrie et de la productivité du travail. Mais je crois que cette conception s’est révélée ensuite tout à fait aveugle, puisqu’on sait aujourd’hui que l’industrialisation est en train de détruire la richesse sociale et non de produire la base matérielle d’une société plus juste.

    De même, la croyance de Marx dans le développement du capitalisme comme un facteur d’unification de la population mondiale et de nivellement des inégalités sociales est erronée : il n’a pas été capable de comprendre que le capitalisme est structurellement raciste et sexiste. Car il ne s’agit pas d’une ­anomalie ou d’une période temporaire lors d’une phase de son développement. Le capitalisme, ou plutôt l’accumulation capitaliste, est une accumulation de hiérarchies et d’inégalités intrinsèquement nécessaires à l’organisation et à la division du travail dans la production. Et celles-ci sont nécessaires au capitaliste pour son accumulation du travail non payé, qui n’existe pas seulement durant la journée de travail rémunérée. Car, au moyen du salaire qui fait vivre tout un foyer, le capitalisme parvient à mobiliser et à exploiter les non-salariés (dont les femmes sont une grande part) dans toute l’économie productive. Pour toutes ces raisons, je ne peux pas me définir comme marxiste !

  • Pourquoi je ne vote pas et autres inédits, Raoul Vaneigem, éditions Le cactus Inébranlable.

    « L’important désormais c’est de s’en prendre à un système aberrant et destructeur, et non à des hommes. »
     
    Il ne déplaît pas aux médias affairistes que le puritanisme écologique soit mis dans le même sac que l’éloge de la pollution et de la liberté du commerce.

    De l’extrême gauche à l’extrême droite,ce qui prime,c’est la recherche d’une clientèle, c’est le pouvoir,le mensonge, l’imposture et la frime.

    C’est le mépris du pauvre con qui pisse sa confiance dans l’urne sans penser à la vérole du désenchantement qui, le rendant hargneux et pris d’une rage aveugle,le prédisposera à la barbarie du chacun pour soi et du tous contre tous.

    Les éditions « Le cactus Inébranlable » LE LIEN  : http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com/pages/acheter-nos-livres/catalogue/pourquoi-je-ne-vote-pas.html

    Avec Raoul Vaneigem (Pourquoi je ne vote pas et autres inédits), la forme courte qui alterne avec des textes plus copieux prend davantage la forme de brulots en totale harmonie avec le discours du situationniste non-aligné, bien connu pour sa ferveur libertaire, pourfendeur de l’aliénation au travail, chantre de l’hédonisme, du « rire de la vie » qui est « passer outre à tout ce qui nous fait payer matériellement et mentalement, à tout ce qui nous pourrit l’existence », un rire qui fatalement « n’est pas le bienvenu quand le ridicule est partout ». Mais qui sous-tend de son indéfectible espérance en un monde plus joyeux la vaillance des propos polémiques et vigoureux répandus dans ce livret. Qu’il s’agisse de ces textes réunis sous la bannière de « Rien ne résiste au rire de la vie » et de « Pourquoi je ne vote pas » (où l’auteur voit dans la pratique électorale « le mépris du pauvre con qui pisse dans l’urne sans penser à la vérole du désenchantement qui, le rendant hargneux et pris d’une rage aveugle, le prédisposera à la barbarie du chacun pour soi et du tous contre tous ». Textes suivis de « Conversation avec Jacques Rétif » où, face au Boussutois, Vaneigem explicite ses théories politico-philosophiques sur le (mauvais) état du monde en concluant qu’il faut « affirmer partout la prééminence absolue du droit de vivre sur les droits du commerce et de la finance ». Quant aux dessinateurs Serge Poliart et Joseph Ghin, ils illustrent le recueil avec une gouaille, un humour, une fantaisie débridée et un foisonnement graphique en parfaite adéquation avec un certain rire de la vie.

    Ghislain Cotton (Le Carnet et les Instants)

    #Raoul_Vaneigem #élections #démocratie

  • BALLAST | Françoise Vergès : « La lutte décoloniale élargit les analyses » (1/2)
    https://www.revue-ballast.fr/francoise-verges-la-lutte-decoloniale

    C’est une bonne image ! Le Sud, ce n’est pas un espace purement géographique, mais politique. C’est le produit d’une longue fabrication par le Nord et par le système capitaliste, qui en a fait un espace de vulnérabilité, à piller et à exploiter. Ce qu’on a appelé le « #Tiers_monde » et qu’on appelle maintenant le « Sud global », c’est cette constante division de l’humanité et de la planète en deux espaces, avec des frontières mouvantes qui distinguent d’un côté les gens qui ont droit à une vie décente, qui ont accès à de l’eau ou de l’air propre, et de l’autre ceux qui n’y ont pas droit. Dans le même temps, on trouve dans ce qu’on appelle le « Nord » (y compris en Europe) des espaces construits comme des Suds. Une géographie urbaine en enclaves se développe, et partout les classes moyennes et riches se protègent en construisant des « gated communities ». Leurs membres passent d’une enclave à l’autre, de leur maison climatisée au centre commercial climatisé — autant d’espaces entretenus par des femmes et des hommes racisés (mais surtout des #femmes), surexploités puis rejetés dans des quartiers excentrés où l’eau et l’air sont pollués. Le confort de quelques-uns est construit sur l’#invisibilisation et l’#exploitation de plusieurs. Et cette construction en enclaves sécurisées, surveillées, interdites aux pauvres, est visible y compris dans les villes du Sud. Il faut constamment affiner les cartographies que construisent des États autoritaires, le #néolibéralisme et l’#impérialisme, mais aussi intégrer le fait d’un monde multipolaire.

    #colonialisme #racisme #esclavage #capitalisme #consommation

  • Quand l’Allemagne, qui refuse de dédommager les Grecs victimes de la Wermacht, verse des pensions aux fascistes espagnols de cette même Wermacht ! Yorgos MITRALIAS - 6 décembre 2015 - cadtm.org
    http://www.cadtm.org/spip.php?page=imprimer&id_article=12682

    https://www.legrandsoir.info/quand-l-allemagne-qui-refuse-de-dedommager-les-grecs-victimes-de-la-we

    A l’occasion de la révélation du scandale des pensions que l’Allemagne continue de verser à des étrangers ayant servi le Troisième Reich, nous (ré)publions l’article qui suit, écrit et publié en décembre 2015, en tant que contribution au débat concernant les responsables de l’actuel réveil des pires démons de l’entre deux-guerres.)

    C’était la deuxième semaine d’octobre passé quand la nouvelle est tombée en Espagne comme une bombe : l’Allemagne paye – encore aujourd’hui (!) – des pensions aux fascistes espagnols qui ont combattu aux côtés de la Wehrmacht à Stalingrad ! À la suite de cette révélation, l’un après l’autre, presque tous les journaux espagnols déterraient des semaines durant le passé douloureux et consacraient nombre d’articles à l’infâme Division Azul (Division Azur) et ses 37 000 volontaires qui, avec la bénédiction du dictateur Franco, se sont trouvés il y a 73-74 ans en Russie pour prêter main forte à l’Allemagne nazie et à sa tentative d’écraser le... bolchevisme !

    Le protagoniste, mais aussi le responsable de ce retour inattendu à un passé qu’on croyait définitivement exorcisé, est Andrej Hunko, le député de Die Linke, qui a révélé le scandale par son initiative de demander des explications à la Chancelière Merkel. Connaissant les combats de l’ami Andrej pour la défense des droits du peuple grec, nous osons dire que la motivation première de ses questions parlementaires au gouvernement allemand n’était pas de faire révéler au grand public un, mais plutôt deux scandales : celui, bien visible, du paiement, par l’État allemand, des pensions aux fascistes espagnols, mais aussi d’un autre moins visible, celui du refus permanent de l’État allemand de dédommager les citoyens grecs victimes des atrocités nazies !

    Malheureusement, la nouvelle que le gouvernement allemand paie les fascistes espagnols qui se sont battus aux cotés de l’armée nazie (1) en même temps qu’il refuse obstinément de payer des dédommagements aux victimes grecques de la même armée nazie, ne semble pas avoir provoqué l’émoi tant des autorités que des médias grecs. Aucune réaction, et pire, absolument rien pour informer l’opinion publique grecque. Seulement un silence total et assourdissant...

    Pourtant, ce scandale des scandales ne peut pas rester sans suite. Alors, puisqu’il concentre et combine en lui tous les problèmes de nos temps, le passé cauchemardesque avec un présent et un avenir non moins menaçants, c’est à tous ceux, citoyens grecs, allemands et espagnols qui se sentent directement intéressés, de lui donner la suite qu’il mérite. Et le premier pas vers cette direction est l’interview qui suit. En donnant la parole à Andrej Hunko nous espérons que, cette fois, le mur du silence sera brisé et les réactions seront à la hauteur des circonstances si critiques...
Interview de Andrej Hunko, député de Die Linke, qui a révélé ce scandale.

    Yorgos Mitralias : Quelles ont été les questions parlementaires que tu as adressées au gouvernement allemand concernant les pensions qu’il continue de payer aux anciens combattants espagnols de la Division Azul et quelle a été la réponse officielle de ce gouvernement ?

    Andrej Hunko : Nos questions au gouvernement allemand sur les paiements à des anciens membres de la Division Azul concernaient la somme versée et le nombre des gens qui en ont bénéficiée. Nous voulions savoir la somme d’argent que l’Allemagne paye à ces collaborateurs des nazis et quelle a été l’évolution de cette somme depuis que l’accord bilatéral relatif à cette affaire a été signé en 1962 et ratifié en 1965.

    Les réponses ont mis en lumière le fait que l’Allemagne continue jusqu’à aujourd’hui à payer plus de 100 000 euros par an à 41 anciens membres de la Division Azul ainsi qu’à neuf survivants de leurs familles. Il est très probable que cette somme a été bien plus importante dans le passé, puisque la Division Azul a existé il y a plus de 70 ans et plusieurs de ces guerriers sont morts depuis. Pourtant, le gouvernement ne nous a pas donné les sommes précises pour toute cette période. Il va falloir faire des recherches dans les archives publiques pour pouvoir connaître les sommes exactes.

    Le Gouvernement Allemand nous a dit aussi qu’il ne compte pas mettre fin à ces paiements.

    Y.M. : Nous savons maintenant que l’accord concernant l’attribution des pensions aux vétérans de la Division Azul a été conclu en 1962 entre l’Allemagne fédérale du chancelier Adenauer et le gouvernement du dictateur Franco, lequel, en échange, a accepté de faire de même, c’est-à-dire payer des pensions aux vétérans de la Légion Condor nazie, responsable de plusieurs crimes de guerre durant la guerre civile espagnole, dont la destruction de la ville basque de Guernica. Maintenant, c’est-à-dire seulement quelques jours après le 40ème anniversaire de la mort de Franco (20 novembre 1975), il serait utile de se rappeler que le même régime de Franco, qui a signé cet accord avec l’Allemagne fédérale en 1962, a offert l’asile à des nazis notoires comme, par exemple, #otto_skorzeny ou #léon_degrelle (2) jusqu’à leur mort. Crois-tu que l’accord de 1962 est emblématique des « affinités éclectiques » existant entre le régime de Franco et l’Allemagne fédérale d’après-guerre ?

    Andrej Hunko : Je crois que cette hypothèse est juste. Cependant, ça ne reflète pas seulement les rapports de l’Allemagne d’après-guerre avec le régime fasciste de Franco. Je pense qu’on peut y voir la preuve de la continuité du personnel nazi dans l’administration publique, les forces armées, et les services secrets de l’Allemagne d’après-guerre. Dans de nombreux cas la dénazification a été soit inexistante soit très limitée et plusieurs postes ont été occupés par des nazis notoires dans certains cas. Pour donner un exemple, un de ces cas le plus célèbre a été celui de #reinhard_gehlen qui a fondé le service secret BND de l’Allemagne fédérale.

    Vu sous cet angle, ce n’est pas une surprise que l’Allemagne du gouvernement Adenauer ait signé un tel accord avec l’Espagne de Franco. Naturellement, ceci ne le rend pas moins nauséabond.

    Y.M. : Quel a été en Allemagne l’impact de vos questions parlementaires et de la réponse du gouvernement allemand ? Est-ce qu’il y a eu des réactions faisant le rapprochement entre cette affaire scandaleuse et le refus permanent des gouvernements allemands de payer des réparations et des dédommagements à l’État grec et aux citoyens grecs victimes des atrocités nazies ?

    Andrej Hunko : Évidemment, nous avons essayé de faire ce rapprochement dans nos commentaires aux réponses du gouvernement allemand. Pour moi c’est un scandale que l’Allemagne d’aujourd’hui refuse de payer des dédommagements et des réparations aux victimes. Elle n’a même pas remboursé l’emprunt forcé que l’Allemagne a imposé à la Grèce durant l’occupation. Il suffit d’un coup d’œil aux arguments utilisés par le ministère allemand des affaires étrangères pour justifier le non remboursement, pour constater qu’ils sont scandaleux.

    De l’autre côté, des gens qui se sont battus volontairement aux cotés de la Wehrmacht dans la guerre d’extermination qu’elle menait en Europe de l’Est continuent encore aujourd’hui d’être payés par l’Allemagne. Ceci m’est incompréhensible.

    Pourtant, les réactions des médias allemands ont été bien limitées. On a parlé des réponses du gouvernement mais il n’y a pas eu de débat autour de cette question. Je crois que la réaction des médias espagnols a été bien plus importante. Une raison pourrait être que la dictature fasciste en Espagne soit terminée beaucoup plus récemment que celle en Allemagne.

    Y.M. : Que dirais-tu si des militants et des mouvements sociaux grecs, espagnols et allemands donnaient suite à cette affaire scandaleuse ? Est-ce que tu crois qu’il serait utile et possible d’entreprendre une telle initiative ?

    Andrej Hunko : Oui, certainement. Nous y avons fait un pas au niveau parlementaire en posant cette question au parlement européen en collaboration avec Josu Juaristi Abaunz du Pays basque, qui est membre du groupe parlementaire de La Gauche unie européenne-Gauche verte nordique (CUE/NGL). Nous travaillons toujours actuellement pour recueillir plus d’éléments concernant les paiements à des volontaires fascistes et l’absence des dédommagements aux victimes de la guerre et de l’occupation. Je crois pourtant fermement que l’association des militants à cette affaire serait non seulement un important symbole de solidarité internationaliste, mais qu’elle pourrait finalement contribuer à ce que justice soit rendue à tous ceux qui ont souffert de la tyrannie fasciste ou qui se sont battus contre elle.

    Yorgos Mitralias
    Journaliste, Giorgos Mitralias est l’un des fondateurs et animateurs du Comité grec contre la dette http://www.contra-xreos.gr , membre du réseau international CADTM et de la Campagne Grecque pour l’Audit de la Dette. Membre de la Commission pour la vérité sur la dette grecque http://www.cadtm.org/Discours-de-la-presidente-du et initiateur de l’appel de soutien à cette Commission.

    Notes :
    (1) Voir l’article (en grec) : http://contra-xreos.gr/arthra/928-1936-2015.html
    (2) Otto Skorzeny https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Skorzeny était un officier des SS connu pour ses missions audacieuses, dont la libération de Mussolini en 1943. Léon Degrelle https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Degrelle était le fondateur et le chef du mouvement fasciste belge #Rex, avant de prendre la tête de la Division SS Wallonie sur le front de l’Est.

    #Gréce #Wehrmacht à #Stalingrad #allemagne #espagne #division_azul #facisme #franco #atrocités_nazies #Adenauer #légion_condor #Gernica #atrocités #parlement_européen #Die_Linke

  • #Trump et le coup d’État des #multinationales

    Comment Donald Trump a-t-il conquis la Maison-Blanche ? Au travers d’analyses d’observateurs et de paroles d’électeurs, Fred Peabody dessine le saisissant portrait d’une démocratie confisquée.

    Et si le 45e président des États-Unis n’était pas le symbole d’une ère nouvelle, mais au contraire l’aboutissement d’un processus entamé depuis de longues années ? Alors que la journaliste canadienne Naomi Klein a récemment comparé l’administration Trump à un « coup d’État des grandes entreprises », son compatriote philosophe John Saul (Mort de la globalisation, éd. Payot) estime, lui, que la confiscation de la démocratie et des biens publics par les intérêts privés a débuté dès la fin des années 1970, la première élection de Ronald Reagan en 1981 la rendant effective. Sa théorie du « coup d’État au ralenti » a notamment inspiré le journaliste Chris Hedges dans son analyse de l’état de l’Amérique. Pour lui, et certains de ses pairs, également interviewés ici, l’élection de Donald Trump ne constitue que le dernier rebondissement, le plus visible sans doute, d’une dérive à laquelle ses prédécesseurs démocrates, Bill Clinton et Barack Obama, ont activement prêté la main. Des pans entiers de la population américaine, notamment dans les anciennes régions ouvrières, ont ainsi été délibérément sacrifiés par les élites au nom de la libéralisation du marché, et la crise de 2008 a contribué à accélérer cet abandon.

    Outsiders
    En écho à ces réquisitoires très argumentés, le réalisateur Fred Peabody (Tous les gouvernements mentent) explore ainsi les villes dévastées de Camden (New Jersey) et de Youngstown (Ohio), anciens bastions industriels livrés au chômage et à la misère, où des sans-abri, citoyens jadis prospères, campent à deux pas de rangées de maisons murées. Et c’est l’aspect le plus passionnant, et le plus novateur, de son film, que de donner la parole à des électeurs de Trump qui, ni haineux, ni racistes, ni religieux fanatiques, expliquent pourquoi ils n’ont pu se résoudre, une fois de plus, à voter pour un parti qui les a rayés de la carte sans sourciller. Sans illusion sur Trump, ils lui reconnaissent une seule vertu : celle de l’outsider, méprisé comme eux par les politiciens professionnels et les médias. De Washington à la Rust Belt, la « ceinture de rouille », cette balade dans une Amérique oubliée fait puissamment écho à l’actualité française.


    https://www.arte.tv/fr/videos/084760-000-A/trump-et-le-coup-d-etat-des-multinationales
    #coup_d'Etat #USA #Etats-Unis #corporation #coup_d'Etat_permanent #impôts #fiscalité #élite #pouvoir_économique #démocratie #groupes_d'intérêt #intérêt_personnel #Mussolini #fascisme #corporatisme #propagande #médias #presse #lobby #Camden (New Jersey) #pauvreté #SDF #sans-abris #sans-abrisme #villes-fantôme #capitalisme #ghost-city #pillage #Youngstown (Ohio) #sidérurgie #industrie_sidérurgique #acierie #désindustrialisation #Rusting_belt #délocalisation #chômage #drogue #Manifeste_Powell #inégalités #richesse #pauvreté #ALENA #traité_de_libre-échange #accords_de_libre-échange #syndicats #prisons #privatisation_des_prisons #emprisonnement #divisions #diviser_pour_régner #racisme #sexisme #patriarcat #film #documentaire #film_documentaire

  • The beginning of the end of the Facebook era
    https://hackernoon.com/the-beginning-of-the-end-of-the-facebook-era-f5cb03c1c45e?source=rss----

    And the division of labor of social mediaI’ve been off of Facebook for more than six months. My reason for quitting was primarily because I felt aimless, scrolling through an endless feed of content with no particular theme or underlying motivation — no greater purpose for generating awareness, spreading knowledge or happiness; even the strengthening of #community which social media intends — or at least claims — to do is not being successfully achieved by Facebook.My life has improved since then, for many reasons, not least of which being: the realization and consequent relief of the incredible awkwardness of the idea of posting personal updates to an audience of hundreds of people, of whom only a few dozen (if even that) actually care.But aside from my personal life-standard improvement as a (...)

    #future-of-work #social-media #society #division-of-labor

  • Gunthert :

    Le gros avantage de la lettre de Macron, c’est que toues les ficelles y sont incroyablement visibles. Dans un contexte de crise et de critique du #pouvoir, ça devient un véritable manuel des #arnaques et des #défausses du #néolibéralisme.

    En réponse à Bertho :

    "Après deux mois de #mobilisation sur l’exigence de #justice et de la #démocratie, le #pouvoir propose de débattre sur l’#immigration et de la #laïcité. On sait donc maintenant avec certitude à quoi servent les ’#débats' sur l’immigration et la laïcité : à introduire de la #confusion et de la #division au profit des #puissants.


    https://twitter.com/gunthert/status/1084718069635780608
    #laïcité #France #inégalité #décalage #Macron #Emmanuel_Macron #lettre #lettre_de_Macron #gilets_jaunes #migrations

  • Comment l’aide suisse au développement relève le défi de la migration

    Créer les conditions permettant aux gens de vivre en paix dans leur propre pays et de réaliser leurs rêves : c’est le but du Pacte migratoire de l’ONU. La Suisse a gelé son adhésion à cet accord. Elle soutient pourtant des projets qui poursuivent ces objectifs.
    En début de semaine, la communauté internationale a officiellement adopté le Pacte mondial sur les migrations à Marrakech, sous les auspices des Nations unies (ONU). Mais la Suisse a suspendu sa participation, car le Parlement exige d’être préalablement consulté. La Confédération soutient pourtant déjà des projets qui font le lien entre migration, développement et protection des droits humains. Voici quelques exemples :

    #Bosnie-Herzégovine : « i-plateforme »

    Depuis la guerre en ex-Yougoslavie, la Bosnie-Herzégovine est une nation fragmentée d’un point de vue ethnique et religieux, avec une structure politique variable. En Suisse, bien que très hétérogène, la diaspora défend sa patrie. Ses relations avec le pays d’origine sont principalement basées sur des liens personnels. De ce fait, une communication et une coopération systématiques entre les autorités locales et nationales sont en cours d’élaboration.

    Dans les années 1960 et 1980, les flux concernaient essentiellement des saisonniers non qualifiés venus en Suisse pour travailler. En 1991, la Confédération a mis fin à ce type de migrations de main-d’œuvre. En 1993, en raison de la nouvelle guerre des Balkans, le nombre de demandes d’asile a culminé à 7000 personnes, aboutissant à la décision du Conseil fédéral d’accueillir collectivement et temporairement des réfugiés de guerre. Une décision qui sera abrogée en 1995. Pourtant, même après la fin du conflit, la réconciliation nationale en Bosnie-Herzégovine est restée problématique et a rendu difficile le retour et la réinstallation des réfugiés. Depuis, les principaux motifs d’immigration en Suisse ont été motivés par le regroupement familial et la nécessité d’accueillir des cas difficiles.

    On estime à 60’000 environ le nombre de personnes originaires de Bosnie-Herzégovine vivant en Suisse. La majorité de ces personnes sont titulaires d’un permis de séjour B ou C. De 1998 à 2006, le taux de naturalisation des citoyens bosniens a augmenté, mais il a diminué depuis 2006.

    La « i-plateforme », créée en partenariat avec la DDC, permet à la diaspora en Suisse de contribuer au développement économique, social, culturel et démocratique de la Bosnie-Herzégovine. Indépendant sur le plan ethnique et confessionnel, cet outil remplit une double fonction de passerelle : tant au sein de la diaspora en Suisse que dans la société fragmentée de Bosnie-Herzégovine.

    #Sri_Lanka : « Pour une migration sans risque de la main-d’œuvre » (#Safe_Labour_Migration_Programme)

    Depuis la fin de la guerre civile, la situation au Sri Lanka reste instable, aggravée par la crise politique actuelle. La Suisse soutient le processus de réforme et de réconciliation. Entre 2005 et 2016, elle a également fourni une aide humanitaire à la reconstruction du pays après la guerre et après le tsunami de 2004.

    Chaque année, plusieurs centaines de milliers de personnes fuient la pauvreté au Sri Lanka. Avec le salaire qu’ils obtiennent à l’étranger, ces émigrants améliorent la santé et l’éducation de leurs familles restées au pays. Entre 2009 et 2018, les travailleurs expatriés sri-lankais ont transféré en moyenne plus de 500 millions de dollars US dans leur pays d’origine. Ils sont souvent exploités en raison d’une carrence d’informations et d’une méconnaissance de leurs droits. Les femmes sont particulièrement exposées, elles sont souvent victimes de violences sexuelles ou de traite des êtres humains.

    Environ 3 millions de citoyens sri-lankais vivent à l’étranger, dont environ 50’000 en Suisse. La plupart d’entre eux ont fui à la suite de la guerre civile de 1983-2009 ou à cause de la répression politique et des persécutions. En 2017, 840 demandes d’asile ont été déposées en Suisse par des ressortissants sri-lankais (environ 38% de moins que l’année précédente).

    Dans le cadre du Safe Labour Programme de l’Organisation internationale du Travail (OIT), un projet soutenu par la DDC, les travailleurs émigrés sont conseillés et informés sur leurs droits, en vue de les protéger contre l’exploitation. Le projet promeut ainsi une migration sans risque de la main-d’œuvre, maximise les aspects positifs et minimise les conséquences négatives.
    Tunisie : « Programme intégré sur le recrutement équitable » et « Communauté Tunisienne Résidente en Suisse »
    Fin de l’infobox

    Depuis le Printemps arabe, les défis sociaux, politiques et économiques à relever en Afrique du Nord, y compris en Tunisie, sont toujours nombreux. Notamment parce que la Tunisie doit faire face à un double mouvement : l’émigration de ses citoyens et l’immigration ou le transit de réfugiés en provenance d’autres pays.

    Les perspectives du marché du travail en Tunisie et dans la région sont faibles. Même les personnes qualifiées ont peu de chances de trouver un emploi. Le taux de chômage atteint 29% chez les jeunes (2017). À cela s’ajoutent les conflits, notamment en Libye et dans la Corne de l’Afrique, qui provoquent instabilité et flux migratoires.

    Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), entre 2011 et 2017, quelque 94’000 personnes ont quitté la Tunisie, dont 84% pour l’Europe. En 2018, 5000 Tunisiens ont atteint les côtes italiennes et, fin octobre, 262 demandes d’asile de citoyens de ce pays avaient été déposées en première instance en Suisse.

    Deux initiatives visent à accroître les chances des jeunes Tunisiens sur le marché du travail et à améliorer leurs conditions de travail en Tunisie. Le projet de la DDC « Communauté tunisienne résidant en Suisse », mis en œuvre avec l’ambassade de Suisse à Tunis, utilise les capacités et le savoir-faire de la diaspora tunisienne en Suisse pour le développement social et économique dans le pays d’origine. Les projets contribuent, par exemple, à mettre en adéquation les compétences des jeunes Tunisiens avec celles recherchées sur le marché du travail local. Le « Programme intégré sur le recrutement équitable »vise également à prévenir l’exploitation des travailleurs migrants et à améliorer les processus de recrutement. Avec le soutien de la DDC, ce projet de l’OIT est appliqué dans trois régions du monde particulièrement touchées par les migrations de main-d’œuvre.

    La #Corne_de_l’Afrique : Autorité intergouvernementale pour le développement

    La Corne de l’Afrique abrite 7 millions de personnes ayant dû fuir leurs pays, soit la plus forte concentration de déplacés au monde. Les pays de cette région figurent parmi les moins développés du globe, 13 millions de personnes y souffrent de pénuries alimentaires. A cela s’ajoutent les conflits violents, les attaques de groupes islamistes, tel Al-Shabaab, ainsi que les sécheresses cycliques qui déstabilisent la région.

    Dans la Corne de l’Afrique, il tombe moins de 600mm de pluie par an sur environ 70% du territoire. Dans le même temps, cette région a connu des inondations dévastatrices en 2018. Raisons pour lesquelles les terres agricoles sont rares et déclenchent des conflits tout comme une pauvreté persistante. Les attentats terroristes et le taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes (environ 60%), expliquent pourquoi la population cherche du travail et des revenus à l’étranger.

    Près de 80% des migrants et réfugiés de la Corne de l’Afrique restent sur le continent africain. Les Somaliens et les Erythréens figurent cependant parmi les 10 premiers demandeurs d’asile en Suisse. En 2017, 3375 demandes d’asile provenaient d’Érythréens (soient 34,8 % de moins que l’année précédente) et 843 de Somaliens (moins 46,7 %).

    Les huit États membres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement, créée en 1996 et soutenue par la #DDC, le #SEM et la #Division_Sécurité_humaine sont l’Éthiopie, Djibouti, l’Érythrée, le Kenya, l’Ouganda, la Somalie, le Sud-Soudan et le Soudan. Notons toutefois que l’aide à l’Érythrée a été suspendue depuis 2007. Dans l’objectif d’une migration ordonnée et de la protection des migrants, la coopération régionale est encouragée et les structures nationales renforcées. Cette coopération vise également à stabiliser l’ensemble de la région et à endiguer les causes des migrations. Concernant l’Erythrée, une réintégration de ce pays est à l’étude.

    https://www.swissinfo.ch/fre/pacte-sur-les-migrations_comment-l-aide-suisse-au-d%C3%A9veloppement-rel%C3%A8ve-le-d%C3%A9fi-de-la-migration/44616782
    #Suisse #aide_au_développement #asile #migrations #réfugiés #paix #développement #global_compact #Erythrée

  • The Mediterranean crush

    http://www.synaps.network/the-mediterranean-crush

    Du grand Harling.

    The Mediterranean was born in a massive collision between North and South, when the African, Arab and Eurasian plates ground into each other—a process started millions of years ago and ongoing today. Mountains rose, volcanoes erupted, and a depression was formed, which was fated to become a crucible of civilizations. Contemporary Europeans, if they had it their way, would reverse this tectonic encounter, push back incoming continents, and turn the sea our world once revolved around into an ocean.

    #méditerranée
    A space intimately associated with much of what we Europeans cherish culturally—from the foundations of philosophy to the better sides of religion, through to the renaissance and its ensuing humanism—is now increasingly associated with terrorism and unwelcome migration. The estrangement between the two sides of the Mediterranean is catalyzing a wishful, paranoid and self-destructive retreat: as Europe’s heterogeneous societies play up the fear of the Other, they sow mistrust among and within themselves. The more Europe locks down in response to the fragmentation of the Arab world, the more it seems to break apart along its own myriad fault-lines.