• 📰 La newsletter Afnic de juin est en ligne sur http://afnic-media.fr/newsletter/20240613.html

    Pour recevoir les prochains numéros, abonnez-vous sur https://www.afnic.fr

    📰 The June edition of the Afnic newsletter is out now on http://afnic-media.fr/newsletter/20240613-english.html

    To get the next ones in your mailbox, subscribe today on https://www.afnic.fr/en

    #Afnic #InternetMadeInFrance #DotFR #Domains #ccTLDs

    #Afnic #InternetMadeInFrance #PointFR

  • “You Are My Friend”: Early Androids and Artificial Speech — The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/essay/early-androids-and-artificial-speech

    Centuries before audio deepfakes and text-to-speech software, inventors in the eighteenth century constructed androids with swelling lungs, flexible lips, and moving tongues to simulate human speech. Jessica Riskin explores the history of such talking heads, from their origins in musical automata to inventors’ quixotic attempts to make machines pronounce words, converse, and declare their love.

    #Domaine_public #Androides #Robots #Audio

  • Love Spells and Deadly Shrieks: Illustrations of Mandrakes (ca. 650–1927) — The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collection/mandrakes

    Discussing the mandrake in his Transcendental Magic: Its Doctrine and Ritual (1854), the occultist magician and writer Éliphas Lévi asked:

    Is this root the umbilical vestige of our terrestrial origin? We dare not seriously affirm it, but all the same it is certain that man came out of the slime of the earth, and his first appearance must have been in the form of a rough sketch. . . . The first men were, in this case, a family of gigantic, sensitive mandragores, animated by the sun, who rooted themselves up from the earth.

    Lévi was far from the first to be fascinated by the strange, humanoid appearance of mandrake roots. They have had a long cultural history, steeped in medicine, mysticism, and myth, potentially reaching as far back as Ancient Egypt and Mesopotamia. The earliest reliable textual description of the mandrake appears in Genesis 30:14–19, in which mandrake berries make a barren woman fertile. Since then, they have been figured in countless medical texts and pictured in herbals as little bearded men or bushy haired women with forked root legs. These range from carefully painted manuscripts from medieval herbals to printed eighteenth-century compendiums, from across Europe and Asia. Many were illustrated versions of much older texts, remade multiple times over the centuries, preserving ancient mandrake lore.

    The mandrake or mandragora described by Ancient Greek physicians was most likely the Mediterranean species Mandragora officinalis — part of the Solanaceae or nightshade family. These plants produce “tap roots” that thicken to create the appearance of subterranean humanoids. Take for example the suggestive root forms of the mandrakes in a seventh-century manuscript from Naples of Dioscorides’ De materia Medica, or the eerie, long-fingered mandrake in the nineteenth-century manuscript of Pseudo-Apuleius’ De herbarum medicaminibus. These roots could be animated into even more elaborate humanoid forms, as in the Hortus sanitatis, published by Jacob Meydenbach in Germany in 1491, in which the mandrakes are coyly smiling miniature humans with leafy headpieces. Presenting the roots as actual humans was not pure imaginative fancy: it emphasised the potency of the mandrakes and their mythology.

    #Mandragore #Domaine_public

  • A Family Tree : Hippolyte Hodeau’s Trench Art (ca. 1917) — The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collection/hippolyte-hodeau-trench-art

    L’art des tranchées. Percer des feuilles pour laisser des traces en plein.
    Une belle série extraite du domaine public.

    Thierry Dornberger’s family keepsakes include a memento exceptionally delicate. His great-grandfather, Hippolyte Hodeau, was a World War I private who served in Argonne. As Dornberger relates, Hodeau “made the trenches and was gassed. Following the dull sound of a shell falling . . . he was wounded in the ear.” Like many soldiers, Hodeau spent hours huddled in these muddy channels. In order to kill time, perhaps, or lift his spirits, he gathered leaves from an oak tree — elongated, striated, forest green — and used a form of relief carving to inscribe the names of his daughters, Andrée and Eléonore, as well as the word “souvenir” and what looks like “Argonne”.

    “Trench art”, as it’s called, wasn’t necessarily fashioned in dugouts and wasn’t usually so fragile. Collectors seek out letter openers made of shrapnel; crucifixes made of bullets; and artillery shells fashioned into everything from bracelets to clocks to candelabras. Wooden walking sticks were festooned with intricate carved heads, and tiny valentine pillows sewn and beaded for sweethearts back home. Hodeau’s engraved leaves are part of this resourceful genre, but there is another artistic tradition to which they also belong — that of arborglyphs, or tree carving. Humans have long regarded trees as witnesses. Basque sheepherders in the American West wrote poetry on birch, Confederate Civil War soldiers graffitied their names in trunks, and various Aboriginal Australian tribes honored the dead on bark. Whereas these gestures leave a bit of the human in the landscape, Hodeau’s engravings take a bit of the landscape with the human. “I was here” says one; “I was there” says the other.

    As unique as his objects may seem, Hodeau was not alone in carving leaves. The art form flourished during World War I as a way to enhance letters home with a unique lightweight enclosure. Soldiers used a needle or knife to whittle between the oak and chestnut veins, leaving only words or, sometimes, an image. Due to the partial opacity of perforated leaves, the carvings are especially enchanting when lit from behind; sometimes they’re called “feuilles de poilus”, or “tree leaf lace”.

    #Domaine_public #Art_des_tranchées

  • 📢 L’Afnic a déménagé ! 📦

    🏢 Découvrez l’immeuble où nos équipes fabriquent désormais (entre autres) le .fr ! https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/papier-expert/lafnic-a-demenage

    –------------------------

    📢 Afnic has moved! 📦

    🏢 Discover the building where our teams now make (among others) the .fr ccTLD! https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/expert-papers/afnic-has-moved

    #InternetMadeInFrance #Afnic #dotFR #domains #ccTLDs #PointFR

  • ℹ️ Nouveaux lauréats Fondation Afnic, nouveau serveur de nom .fr à Prague, IGP et Syreli...

    📰 La newsletter Afnic de février est en ligne http://afnic-media.fr/newsletter/20240222.html

    📩 Abonnez-vous sur https://www.afnic.fr pour recevoir les prochaines !

    –-----------------------------------------

    ℹ️ New Afnic Foundation winners, new .fr name server in Prague, PGIs and Syreli...

    📰 The February Afnic newsletter is out http://afnic-media.fr/newsletter/20240222-english.html

    📩 Subscribe today on https://www.afnic.fr/en to get the next ones!

    #Afnic #domains #DotFR #ccTLDs #InternetMadeInFrance #PointFR #Syreli #Solidarité #Solidarity #DNS

  • 🤔 Peut-on invoquer les droits d’une IGPIA dans le cadre d’une procédure SYRELI ?

    👉 Décryptage du cas « Porcelaine de Limoges » avec Athenaïs Bouzidi https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/papier-expert/les-indications-geographiques-protegees-un-defi-pour-syreli

    –------------------------------

    🤔 Can the rights of a PGI for craft and industrial products be invoked for a SYRELI procedure?

    👉 Analysis of the “Porcelaine de Limoges” case with Athénaïs Bouzidi https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/expert-papers/protected-geographical-indications-a-challenge-for-syreli

    #Syreli #Afnic #domains #PGI #abuse
    #IGPIA #ndd #abus

  • The Landlord’s Game: Lizzie Magie and Monopoly’s Anti-Capitalist Origins (1903) – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collection/the-landlords-game

    The board for Lizzie Magie’s 1906 version of The Landlord’s Game — Source (Courtesy of LandlordsGame.info).

    There are few cases of creative and intellectual theft more egregious than the origins of the billion-dollar grossing Monopoly. The short version: a brilliant woman economist invented an anti-capitalist board game that was stolen by a lying, opportunistic man and repackaged as capitalist family fun.

    In early 1933, Richard Brace Darrow went to a dinner party where he was taught a new game. He had such a good time, and waxed so enthusiastic, his hosts typed up the game’s rules and sent Darrow a copy. Then Darrow proceeded to draw his own version, on a circular piece of oilcloth. (The version he’d played at the dinner party had also been homemade — mass-produced board games were not yet an ordinary commodity.)

    Darrow was a heater salesman who’d lost his job and times were lean. He decided to take his prototype and pitch the game to Parker Brothers. The rules were exactly the same as those his friends had shared, down to the misspelling of Marven Gardens as Marvin Gardens. Parker Brothers didn’t bite right away, but then they did, and Darrow became a millionaire.

    Included in every new Monopoly box for decades was a story about how Darrow invented the game while tinkering around in his basement — a self-made man who saved himself from poverty through ingenuity and hard work. Darrow and Parker Brothers stuck to this story, even to the point of suppressing contradictory evidence. Parker Brothers bought up early homemade versions of Monopoly, presumably to have them destroyed, and somehow maneuvered their patent despite existing patents. Everyone in Darrow’s social circle knew the truth and some tried to say so. They were ignored.

    Perhaps Darrow quelled his conscience by imagining the game had no inventor. In fact, with a bit of effort, he could have tracked her down. She was still alive, and still making games. As was later detailed, Darrow learned the game at the Todds’ house, and the Todds learned it from a friend, Eugene Raiford. Eugene learned it from his brother, Jesse. Jesse learned it from Ruth Hoskins, who taught at a Quaker School in Atlantic City. Ruth learned it in Indianapolis, from someone named Dan Laymen, who had played it in his frat house in college. The frat brothers who taught everyone else to play were Louis and Ferdinand Thun. They learned it from their sister, Wilma, who learned it from her husband Charles Muhlenberg. Charles learned the game from Thomas Wilson, who learned it in his college economics class, with the radical Wharton/UPenn economics professor Scott Nearing. (Nearing played the game with his students until he was fired, in 1915, for criticizing industrial capitalism.) The trail ends here, for Nearing learned the game directly from its remarkable inventor, Elizabeth Magie, or Lizzie, who filed a patent for it in 1903.

    Lizzie Magie’s original patent for The Landlord’s Game, filed in 1903 and granted in 1904 — Source.

    Lizzie Magie was a provocative, whip-smart nonconformist. Piqued about her dismal salary as a young working woman in the late nineteenth century, she caused a national furor by taking out an ad in a major magazine, describing herself as a “young woman American slave” for sale to the highest-bidding suitor. She filed many patents, not just on Monopoly (which she called The Landlord’s Game), but other games too, and also for a mechanical device that improved the ease of typing — all this at a time when the number of patents filed by women was miniscule, less than 1%. Born in 1866, Magie didn’t marry until she was forty-four, and had no children. She wrote poems, performed in dramatic theater, taught college-level courses in her home, corresponded with Upton Sinclair, and studied economic theory. Her father was close friends with Abraham Lincoln. Both father and daughter were devout followers of the teachings of economist Henry George, whose 1879 treatise Progress and Poverty made the case for a single tax, on land. Like her fellow Georgists, Magie believed that ownership of nature was not possible — the earth was not something that could be owned. Land could, however, be “rented”, thus comprising the single tax. Magie designed The Landlord’s Game to teach and proselytize the principles of Georgism.

    At first Magie self-published her game, producing a small number of copies she sold to friends. A few years later, she found a publisher in the Economic Game Company, who helped The Landlord’s Game find an audience in “pockets of intellectuals along the eastern seaboard”, writes Mary Pilon, and in Scotland, where Magie debuted a version she called Brer Fox and Rabbit.

    As the game’s popularity spread, bootlegs sprang up, including the version at the Todd’s dinner party. Monopoly changed in its telephone-like peregrinations. Most of the property names were altered, often in ways specific to the town in which the game was being played. Someone thought to group properties with colors, and the Quaker players, to make the game less raucous, eliminated both dice and the bidding that preceded a property purchase. Darrow hired a graphic artist to draw the now-iconic “Go” and various pictograms, and Magie herself kept fiddling, updating her patent with new properties and rules.

    Most of these changes were superficial, but one was not. Magie’s original concept included two sets of rules representing the difference between a Georgist and capitalist economy. By one set, players tried to produce equity through a single land tax, such that wealth was evenly distributed and winning the game a collective achievement. By the other, players tried to build monopolies and fleece their opponents. As is obvious, Darrow favored set two. What Magie intended as a forecast of disaster became Monopoly’s sole objective.

    In November 1935, George Parker visited Magie and finally offered to buy her patent. The offer wasn’t about restitution, but rather part of a corporate strategy to absorb games that threatened Monopoly’s monopoly: Easy Money, Finance, Inflation, and, of course, Magie’s Landlord’s Game. To sweeten the deal, Parker promised that his company would not only market The Landlord’s Game, but also develop two new games of Magie’s design. Magie agreed, and Parker Brothers did as promised, though without much oomph. The Landlord’s Game received little press, and Magie’s subsequent games, King’s Men and Bargain Day, fared poorly. Monopoly, on the other hand, went global.

    Illustrations from Charles Darrow’s patent for Monopoly, filed on August 31, 1935 — Source.

    Parker Brothers president Robert Barton later admitted, “Whether [Darrow] got it all from Magie Phillips, whether he got it from somewhere else, we didn’t know. And we cared very little.” Darrow glibly lied, Parker Brothers pretended ignorance, and the collusion worked perfectly for decades. After the umpteenth interview in which Darrow repeated Monopoly’s fake origin story, in 1964, one of his former dinner party friends wrote a letter to the show’s producer, WRCV-TV in Philadelphia. He described precisely where Darrow got the game, and noted the irritation of everyone involved. The letter writer concludes, “There is nothing to be gained by writing you this letter except, perhaps, to vent my feelings and point out . . . that everything in this world is not what it seems to be.”

    This entire story would have been lost had Parker Brothers not decided to pursue legal action against a Berkeley economist, Ralph Anspach, who began marketing a game he called Anti-Monopoly in 1973. Parker Brothers (by then owned by General Mills) sent Anspach a frightening cease and desist letter. Anspach thought the grounds ridiculous: no one would ever confuse his scrappy Anti-Monopoly (originally christened “Bust the Trust”) with the global sensation Monopoly — so rather than ceasing and desisting, he began digging up the history of the game, to see if there were grounds to contest Parker Brothers’ copyright claim. Indeed, there were. When Anspach realized Parker Brothers was defending a patent built on a house of cards, he took the company to court. The role of Lizzie Magie was a happy research surprise. As for the flip flop at the center of the story — a homemade, anti-capitalist game created by a woman becomes a mass-produced uber-capitalist game that profits a man — that part wasn’t much of a surprise at all.

    #Domaine_public #Monopoly

  • Mickey, Disney, and the Public Domain : a 95-year Love Triangle | Duke University School of Law
    https://web.law.duke.edu/cspd/mickey

    ATTENTION : ceci n’est pas valable en France, car le copyright s’étend 70 ans après le décès (Walt est décédé en 1966) et non 95 ans après la création.

    What can I do with Mickey Mouse as of January 1, 2024?

    The answer, ironically, is distinctly mouse-shaped! Here is a diagram.

    A green circle with black text and words

    As explained by Karyn A. Temple, former United States Register of Copyrights, the public domain “is part of copyright’s lifecycle, the next stage of life for that creative work. The public domain is an inherent and integral part of the copyright system…It provides authors the inspiration and raw material to create something new.”

    Steamboat Willie and the characters it depicts – which include both Mickey and Minnie Mouse – will be in the public domain. As indicated in the green circle, this means that anyone can share, adapt, or remix that material. You can start your creative engines too—full steam ahead! You could take a page out of the Winnie-the-Pooh: the Deforested Edition playbook and create “Steamboat Willie: the Climate Change Edition,” in which Mickey’s boat is grounded in a dry riverbed. You could create a feminist remake with Minnie Mouse as the central figure. You could reimagine Mickey and Minnie dedicating themselves to animal welfare. (The animals in Steamboat Willie are contorted rather uncomfortably into musical instruments. PETA would not approve.)

    You can do all of this and more, so long as you steer clear of the subsisting rights indicated by the orange circles, namely:

    Use the original versions of Mickey and Minnie Mouse from 1928, without copyrightable elements of later iterations (though not every later iteration will be copyrightable, as I explain below) and

    Do not confuse consumers into thinking that your creation is produced or sponsored by Disney as a matter of trademark law. One way to help ensure that your audience is not confused is to make the actual source of the work – you or your company – clear on the title screen or cover, along with a prominent disclaimer indicating that your work was not produced, endorsed, licensed, or approved by Disney.

    So, is January 1, 2024 doomsday for Disney? No. Disney still retains copyright over newer iterations of Mickey such as the “Sorcerer’s Apprentice” Mickey from Fantasia (1940) as well as trademarks over Mickey as a brand identifier. People will still go to its theme parks, pay to see its movies, buy its merchandise. Its brand identity will remain intact.

    In sum, yes, you can use Mickey in new creative works. There are some more complex peripheral legal issues, but here is your guide through them.

    #Mickey #Domaine_Public #Disney

  • « Depuis six décennies, l’#aménagement touristique de la #montagne est engagé dans une fuite en avant »

    L’attribution des #Jeux_olympiques d’hiver de 2030 à la #France risque de retarder encore l’engagement des communes touristiques de montagne dans la #transition_écologique, estime, dans une tribune au « Monde », le géographe #Rémy_Knafou.

    La France a eu des politiques touristiques pour la montagne ; elle n’en a plus depuis longtemps. Et la récente décision d’attribuer à la candidature française les Jeux olympiques d’hiver de 2030 ne va pas faciliter la transition juste que le réchauffement climatique, plus important qu’en plaine, appelle pourtant.

    Le #plan_neige des années 1960, sous la présidence du général de Gaulle, était une réponse à l’#exode_rural qui vidait la montagne de ses forces vives et au projet de retenir en France la clientèle des skieurs français qui fréquentait les pays alpins voisins. Il en résulta la création ex nihilo en haute altitude de nombreuses stations de sports d’hiver et l’aménagement de vastes #domaines_skiables, désormais parmi les plus étendus de la planète.

    Avalanches et glissements de terrain meurtriers couplés à une mévente immobilière incitèrent l’Etat à un infléchissement, qui s’exprima dans le #discours_de_Vallouise, prononcé par le président #Valéry_Giscard_d’Estaing, le 23 août 1977 : « Trop de #résidences_secondaires s’éparpillent au gré des ventes de #terres_agricoles. Trop de #stations_de_ski furent implantées sans tenir compte suffisamment des populations locales et des contraintes de l’#environnement. L’effort de l’Etat portera dorénavant sur un tourisme intégré à d’autres activités, accessible au plus grand nombre, respectueux des sites et des #paysages. »

    Des clientèles étrangères en majorité fortunées

    En 1985, l’Etat s’est doté d’une loi « montagne », qui entendait à la fois développer et protéger – ce que, de facto, la France faisait déjà depuis une vingtaine d’années avec la création, en 1963, du #parc_national_de_la_Vanoise : tout était interdit dans sa zone centrale quand (presque) tout était permis dans sa zone périphérique, où se développaient quelques-unes des plus importantes stations françaises de #sports_d’hiver.

    Mais force est de constater que cette loi « montagne », complétée en 2016 par la loi « montagne II », n’a pu ralentir la progression de l’#immobilier en altitude, de l’équipement en #remontées_mécaniques et en #neige_artificielle, tandis que, parallèlement, les espoirs de #démocratisation du ski disparaissaient d’un marché porté par la venue croissante de clientèles étrangères en large majorité fortunées.

    Ainsi, depuis six décennies, l’aménagement touristique de la montagne est engagé dans une #fuite_en_avant – que j’avais déjà analysée dans ma thèse, publiée en 1978, « Les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises » (Masson) –, la croissance immobilière appelant constamment l’extension des domaines skiables et ceux-ci nécessitant à leur tour la construction de nouveaux programmes résidentiels. C’est ainsi que la seule #Tarentaise en est arrivée à totaliser en altitude 427 500 lits touristiques, soit plus que de la population cumulée des deux agglomérations d’Annecy et de Chambéry !

    Un cercle vicieux défendu par les #lobbys du ski

    La montagne hivernale a produit une machine infernale, sorte de course-poursuite sans fin entre les lits et les remontées mécaniques. La nécessité, toujours pour alimenter le chiffre d’affaires des remontées mécaniques, de remplacer les lits « froids » – les passoires thermiques représentent près de la moitié du parc ! – construits dans les années 1960-1990 et progressivement sortis du marché nourrit aujourd’hui cette dynamique.

    L’actuelle croissance immobilière va donc à l’encontre de ce qu’il faudrait faire : elle poursuit l’#artificialisation_des_sols, attire une clientèle étrangère qui va accroître l’empreinte carbone des stations et repose sur une progression de l’#enneigement_artificiel – c’est en effet une attente des acquéreurs de logements à plus de 15 000 euros le mètre carré, qui souhaitent sécuriser la pratique du ski, quels que soient les aléas d’un enneigement sur le repli.

    On voit comment le système touristique de la montagne hivernale a enfanté un cercle vicieux défendu par les puissants lobbys du ski – dont la dernière victoire en date est la promesse de l’organisation des Jeux olympiques d’hiver en 2030.

    A la recherche d’un équilibre de développement

    La France a été préférée à la Suède et à la Suisse parce que le #Comité_international_olympique (#CIO) aurait prudemment opté pour le pays qui n’avait pas le projet de soumettre à référendum ou à votation sa candidature – on le sait, le CIO ne trouve plus de candidatures que dans les pays dictatoriaux ou dans les démocraties qui ne demandent pas leur avis aux populations afin d’éviter le refus des citoyens contribuables.

    Au lieu de célébrer cette victoire trop facile, les pouvoirs publics s’honoreraient à engager la montagne touristique dans une transition juste, d’autant que les conditions semblent malgré tout favorables. En effet, face au réchauffement climatique, la montagne a et aura un avenir touristique, avec ou sans neige, car on y trouvera, en été en particulier, des températures plus supportables qu’ailleurs.

    Les communes et stations qui continueront à vivre du ski devraient le faire à plusieurs conditions. Il leur faudrait tout d’abord considérer le niveau actuel de développement comme un état d’équilibre qui permet de bien vivre sans poursuivre la construction de nouveaux #logements, l’effort étant tourné vers la #rénovation de l’existant. De plus, elles ne devraient plus se lancer dans des projets d’aménagement accentuant la pression sur un milieu naturel déjà très exploité, et qui pourraient compromettre leur réorientation économique, celle-ci étant inévitable à moyen ou à long terme.

    Prendre l’avis de toutes les populations

    Lorsque de tels projets (nouvelles urbanisations, retenues d’eau pour les canons à neige, etc.) sont néanmoins retenus, les communes devraient réfléchir à la manière de prendre en compte non seulement les avis de ceux qui habitent ces lieux touristiques à l’année, mais aussi les avis de ceux qui font vivre ces lieux en les fréquentant : une petite minorité ne devrait plus décider seule du sort de ces lieux.

    Enfin, les communes devraient alimenter un #fonds_de_prévoyance – car les temps difficiles finiront par arriver, même pour les communes de haute altitude –, afin que la collectivité nationale ne soit pas amenée, in fine, à financer une reconversion qu’elles auront refusé de préparer. C’est à ce prix que l’attribution des Jeux olympiques d’hiver à la France, si elle est confirmée, ne se transformera pas en victoire à la Pyrrhus.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/12/30/depuis-six-decennies-l-amenagement-touristique-de-la-montagne-est-engage-dan
    #tourisme #aménagement_du_territoire #ski #loi_montagne #Vanoise #loi_montagne_II #lits_froids

  • Rhapsodies in Blue : Anna Atkins’ Cyanotypes – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/essay/anna-atkins-cyanotypes

    Superbe article, qui partant de cyanotypes d’algues revisite la question de l’illustration botanique, et les débats autour de la théorie de l’évolution autant que de l’étude des relations entre espèces passant avant la description isolée d’une espèce. Un travail de poète au XIXeme siècle... dont Goethe fut un des porteurs. Anticipation. Et en plus les illustrations sont magnifiques.

    We can see a similar attitude displayed in Atkins’ cyanotypes. Rather than the artist choosing which parts of the plant to show or emphasize, her subject is put in a position to “draw” itself. Throughout her work, Atkins acts as an equal collaborator, arranging her specimens in desirable configurations but ultimately endowing each plant with the capacity to produce its own image. This authorial shift has important ramifications, not only for the study of Atkins’ work but for the understanding of the human relationship to the natural world at a time when the professionalization of science was still underway. While the Enlightenment vision of nature — and the illustrational conventions it produced — supported the idea that humans existed at the apex of a rigid hierarchy of being, Atkins’ cyanotypes, with all their individual imperfections, seem to hint at the existence of an underlying flux that could not be sufficiently captured by a fixed natural order.

    In many ways these images are the product of a distinct historical moment — cyanotypes would not catch on as a viable replacement for botanical illustration — but modern science has legitimized a version of the worldview that Atkins’ images tacitly endorsed. Increasingly we are discovering that the maintenance of a livable biome relies upon vast webs of entanglement, yet still many of us cling to the nineteenth-century notion that we are somehow set apart from the natural world. We have developed tools that allow us to “see” everything from individual atoms to the origins of our solar system, but all of this knowledge has not stopped us from plunging headfirst into the earth’s sixth mass extinction. To understand Atkins’ cyanotypes as merely the relics of an outdated science or the fanciful experimentation of a budding artist is to disregard their most salient contribution. Her images demonstrate a way of knowing the world that is based in mutuality rather than domination. We discount such a lesson at our peril.

    Photographs of British Algae: Cyanotype Impressions
    Anna Atkins 1843
    New York Public Library
    Metropolitan Museum of Art
    Public Domain Review

    The editors would like to thank Madeline Grimm, who oversaw the initial rounds of editing on this essay for Lapham’s Quarterly.

    Paige Hirschey is an independent writer and critic specializing in the intersection of art, science, and technology. She holds a PhD in art history from the University of Toronto.

    #Domaine_public #Cyanotypes #Algues #Théorie_evolution #Botanique

  • La newsletter Afnic de novembre est en ligne http://afnic-media.fr/newsletter/20231128.html

    Pour recevoir les prochains numéros, abonnez-vous au bas de notre site sur https://www.afnic.fr

    –---------------------------------------

    The November issue of the Afnic newsletter is out! http://afnic-media.fr/newsletter/20231128-english.html

    Subscribe today at the bottom of our website on https://www.afnic.fr/en

    #Afnic #InternetMadeInFrance #PointFR #Numérique #DotFR #ccTLDs #domains #domainnames #digital

  • Le .fr gagne en notoriété spontanée auprès des TPE-PME françaises.

    Par exemple 70,9% des TPE et PME Françaises citent spontanément le .fr lorsqu’elles répondent à la question “Quelles sont toutes les extensions que vous connaissez, ne serait-ce que de nom ?”. C’est +6.2 par rapport à 2022 !

    Retrouvez les détails de notre enquête de perception annuelle sur https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/le-fr-gagne-en-notoriete-spontanee-aupres-des-tpe-pme-francaises

    –-------------------------------------------

    .fr gains unaided awareness among French VSEs/SMES.

    For example, 70.9% of French VSEs and SMEs spontaneously answered .fr when asked the question “What TLDs do you know, even if only by name?”. It’s +6.2 compared to 2022!

    Read more details on this study on https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/news/fr-gains-unaided-awareness-among-french-vses-smes

    #Afnic #PointFR #France #Internet #Numérique #DotFR #ccTLDs #Domains

  • 📢⚠️ Dernier jour pour répondre aux consultations publiques :
    1⃣ Dispositif fédéré de vérification des données titulaire
    2⃣ Sanctions graduées des bureaux d’enregistrement ne respectant pas leurs engagements de lutte contre les abus.

    ➡️ https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/lutte-contre-les-abus-2-consultations-publiques-pour-renforcer-la-cooperation-

    –--------------------

    📢⚠️ Last day to answer our public consultations :
    1⃣ Common system for verifying holder’s data
    2⃣ Graduated sanctions on registrars who do not fullfil their commitments regarding the fight against abuse

    ➡️ https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/news/fight-against-abuse-two-public-consultations-to-strengthen-cooperation-with-th

    #Afnic #PointFR #Abus #Numérique #ndd #domaines #DotFR #ccTLDs #Abuse

  • Retour sur les ateliers R&D et Tech du CENTR à Paris par Benoit Ampeau, Directeur partenariats et innovation à l’Afnic https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/papier-expert/partages-dexpertises-a-paris-lors-des-ateliers-rd-et-tech-du-centr

    Back to the CENTR R&D and Tech workshops in Paris with Benoit Ampeau, Partnerships and Innovation Director at Afnic https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/expert-papers/experience-sharing-in-paris-at-the-centr-rd-and-tech-workshops

    #Afnic #InternetMadeInFrance #DNS #Tech #domains

  • Un mégaprojet de #Tony_Parker dans une #station_de_ski fait tourner la tête d’élus du #Vercors

    La mairie de #Villard-de-Lans s’apprête à céder un terrain à l’ancien international de basket pour une vaste #résidence_hôtelière quatre étoiles dans le massif isérois. Une #mobilisation citoyenne s’organise, qualifiée de « ski-bashing » par des élus locaux contrariés.

    « Mais le projet de Tony Parker, ce n’est pas le projet de Tony Parker. Il n’y est pour rien, lui ! Il ne met pas un centime sur les projets immobiliers. Vous croyez qu’il a les moyens de mettre 100 millions sur la table ? Il faut arrêter..., s’agace Guillaume Ruel, ex-élu de #Corrençon-en-Vercors (Isère) devenu partenaire d’une société de l’ancien basketteur. Grâce à Tony, on a réussi à attirer l’attention de gestionnaires et de promoteurs, mais aujourd’hui, rien n’est fait. »

    Rien n’est fait, et pourtant, le massif du Vercors retient son souffle. Jeudi soir, le maire de Villard-de-Lans, #Arnaud_Mathieu, doit proposer à son conseil municipal une #résolution pour autoriser la vente d’un immense #parking_public de 350 places à une société contrôlée par Tony Parker (la Société d’équipement de Villard-de-Lans et Corrençon-en-Vercors, #SEVLC) pour qu’il mette en œuvre un projet de résidence hôtelière quatre étoiles sur 12 100 mètres carrés, comprenant 132 suites-appartements, soit neuf cents lits touristiques, un « espace de bien-être de 800 mètres carrés » (avec un solarium et deux piscines), et une zone de commerce, selon la dernière version présentée à l’autorité environnementale en 2023. Le projet aurait été depuis réduit à cent suites-appartements, soit 550 lits, plus les lits d’appoint.

    Mobilisée depuis un an contre le projet, l’association #Vercors_Citoyens appelle à manifester devant la salle du conseil municipal de Villard pour dénoncer la cession du parking et le fait « qu’aucune communication » n’ait prévenu les habitant·es de « cette étape cruciale ». Il s’agit, pour l’association, de « demander (a minima) le report du vote après reprise de la concertation publique ». « C’est un #mégaprojet d’ampleur, explique Loïs Habert, président de Vercors Citoyens. Ça mérite une concertation. Si le terrain est vendu, ça devient un projet privé. Nous demandons d’abord que le projet soit présenté. Or le maire ne communique absolument pas. »

    En outre, la présentation par le maire de Villard-de-Lans des délibérations concernant les cessions mutuelles de terrains entre la ville et la SEVLC pourrait se heurter à une difficulté juridique. En effet, l’épouse du maire est cadre administrative et financière au sein de la SEVLC, un lien d’intérêt qui aurait pu – ou dû – conduire Arnaud Mathieu à se déporter. « Je n’ai pas l’intention de me déporter, explique-t-il à Mediapart. Je n’ai rien contre la transparence de la vie publique, et je ne suis pas soumis à la déclaration d’intérêts en tant que maire. On va laisser l’administration faire. Je ne vois rien d’anormal ni d’illégal. Mais si c’est le cas, je me mettrai en retrait. »
    Avis critique de l’Autorité environnementale

    Venu sur le plateau du Vercors peu avant sa retraite de joueur, l’ancien meneur des San Antonio Spurs (Texas) a pris le contrôle de la station de ski en 2019, en rachetant pour 9 millions d’euros les parts des fondateurs de la SEVLC, Daniel et Victor Huillier. Tony Parker a ainsi pris les clés d’un #domaine_skiable qui compte 125 kilomètres de pistes de ski alpin, 110 kilomètres de ski nordique, et 21 remontées mécaniques, mais aussi d’un terrain agricole devenu constructible en bordure de Villard-de-Lans, lui permettant déjà d’imaginer une opération immobilière d’envergure.

    Dans Le Parisien, il annonce alors qu’il « adore l’univers du ski », ou qu’il « apprécie aussi la raclette et la fondue ». Et s’il n’a « jamais skié de sa vie », il a « hâte de commencer ». Son train de vie, sa propriété à San Antonio au Texas, ou son yacht Infinity Nine s’affichent dans les magazines et rassurent probablement les élus locaux, peu nombreux à se questionner ouvertement. Tony est vu comme un futur ambassadeur de la neige, une tête de gondole des stations. Selon Le Dauphiné libéré, il serait « sur le point d’investir dans les stations des Gets et de Morzine en Haute-Savoie ». Une information non confirmée par le groupe.

    En octobre 2022, Tony Parker dévoile l’opération de Villard-de-Lans, « #Ananda_Ressort », lors d’une conférence de presse dans les locaux lyonnais de sa société. Il n’y a pas encore de maquette, seulement un dessin d’architecte qui positionne une barre d’immeubles, non plus sur le terrain agricole mais sur le parking « P1 » de la station de Villard, devant les « Balcons de Villard », un long bâtiment des années 1970. À la surprise générale, deux élus encadrent Tony Parker dans ses locaux : le maire de Villard-de-Lans, Arnaud Mathieu, et celui de Corrençon-en-Vercors, Thomas Guillet.

    Le scénario est précisé : Villard-de-Lans compte vendre son parking à Parker, et celui-ci vendra en retour sa parcelle agricole à la mairie. Une façon d’éviter qu’on artificialise davantage les terres, à condition de rendre à nouveau inconstructible la parcelle agricole. Les journalistes présents à la conférence de presse découvrent « un projet à 96 millions pour Tony Parker dans le Vercors ». Leurs articles laissent planer l’idée que le basketteur investit son propre argent. À tort.

    « Les gens disent “les 100 millions de Tony Parker”, mais ce ne sont pas les 100 millions de Tony Parker, précise à Mediapart Marie-Sophie Obama, une proche du basketteur, dirigeante du club professionnel #Lyon-ASVEL_Féminin, et d’#Infinity_Nine_Mountain (#INM), la société qui investit pour lui en #montagne. À INM, on est coordinateur de ce projet qui implique différentes parties prenantes : un futur gestionnaire qui exploitera la structure hôtelière, des investisseurs qui vont aménager, construire, revendre à une foncière, et une foncière qui louera à ce gestionnaire. Nous, on n’est aucune de ces parties, mais on essaye de fédérer ces acteurs-là. »

    Selon la dirigeante, le groupe de Tony Parker a pris en compte l’avis très critique rendu par l’Autorité environnementale en mai dernier. « On s’est réunis, avec les services techniques de la ville de Villard, de la communauté de communes, et les services de l’État pour revoir un peu la voilure, expose-t-elle. On a fait de nouvelles propositions communiquées à la commune. Quant à l’opposition au projet, nous, on l’entend, et ça a permis de réajuster. Mais ce ne sont pas les seuls acteurs qui s’expriment, même s’ils font parfois le plus de bruit. Il y a d’autres acteurs du territoire avec lesquels on a essayé de repenser tout ça. Je ne vais pas donner leurs noms parce qu’ils ne se sont pas exprimés publiquement. »

    Bien que gestionnaire de la station, le groupe de Tony Parker n’a pas franchi le pas de rencontrer la population. « On nous demande de communiquer sur des choses qui ne sont pas encore déterminées, se défend Marie-Sophie Obama. Ça laisse peut-être un vide, mais on est encore à l’étape de l’avant-projet. Les objections, on les entend. Mais on est un acteur privé. On n’est pas un acteur public ou politique. On fait une proposition de projet. Je n’ai pas de problème avec le fait que les gens ne soient pas d’accord. Le temps viendra où on précisera tout ça. Ce n’est pas le moment aujourd’hui. »
    L’invention du « ski-bashing »

    « Il y a un état de droit, argumente de son côté Arnaud Mathieu auprès de Mediapart. Le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) a été adopté à l’unanimité. Il n’y a pas eu de recours. On a un investisseur, M. Parker, qui a été accueilli à bras ouverts sur notre territoire. Dans ce projet, il y avait cette résidence hôtelière, un projet de télécabine qui allait du village à la station, et 200 lits supplémentaires. Voilà ce qui a été vendu à M. Parker, voilà pourquoi il a acheté. »

    Élu aux municipales de 2020, le maire n’a fait que reprendre un dossier engagé par sa prédécesseure. Rapidement, après son élection, il affirme « partager la même vision » que les associés de Tony Parker, mais c’est lui qui le contraint de déplacer son projet sur l’emprise urbaine, pour éviter l’artificialisation. À l’entendre, la survie de la station de ski est en jeu.

    « La moyenne montagne est fragilisée par le réchauffement climatique, admet-il. Mais il y a un système de neige de culture qui fonctionne. Il y a des ressources en eau [des réserves ont été créées en altitude – ndlr]. L’objectif, c’est d’avoir une résidence hôtelière sur quatre saisons, pour réaliser une transition douce. Qu’est-ce qui devrait obliger les élus de montagne à porter le deuil précoce d’une activité qui fait vivre des centaines de personnes ? C’est ce que j’appelle du “ski-bashing”. »

    « Il y a un clivage sur la pratique de la montagne, rétorque Loïs Habert. Ceux qui ne vivent que du ski ne sont pas dans notre camp. On a du mal à se parler. Certains élus pensent qu’on a encore trente ans devant nous ! Aujourd’hui, on en est à plastifier des pistes pour que des gens glissent sur des bouées ! »

    Thomas Guillet, maire de Corrençon-en-Vercors, est lui aussi engagé contre le « ski-bashing ». « La neige, c’est chaotique chez nous, explique-t-il. Mais elle représente encore 70 à 80 % du chiffre d’affaires du plateau du Vercors. Moi, je ne suis pas pour le catastrophisme. S’il y a du soleil, on crie à la sécheresse, et s’il se met à pleuvoir, on crie aux inondations. On stigmatise. Les piscines consomment beaucoup plus d’eau que la neige de culture. »

    « La neige fait toujours partie du projet, abonde Marie-Sophie Obama. On ne découvre pas le réchauffement climatique et cet aléa. On a des études qui présentent des perspectives d’enneigement jusqu’à 2050. Elles disent que l’on va pouvoir continuer à skier de manière régulière au-delà de 1 500 mètres et qu’en dessous, il allait falloir repenser les choses. »
    Du business pour des élus

    Dans son avis, la mission de l’Autorité environnementale a recommandé au porteur de projet de « reprendre son bilan » sur la ressource en eau, afin de présenter sa dynamique d’évolution, « en prenant en compte les effets du changement climatique ». Elle a aussi pointé la faiblesse de son étude sur les travaux nécessaires à l’assainissement des eaux usées, et lui a demandé de préciser « les flux routiers actuels » et les futures modalités d’accès au site. Parmi les habitats naturels à préserver, on relève une zone humide à une centaine de mètres du projet, la présence d’espèces protégées (chevreuil ou renard roux, entre autres) à proximité du site.

    Enfin, la mission a recommandé d’élargir l’évaluation environnementale à « l’ensemble du projet de développement de la station », en incluant « les développements immobiliers » à Corrençon-en-Vercors.

    Située en contrebas, cette commune a elle aussi confié ses installations de remontées mécaniques à la SEVLC – en vertu d’une délégation de service public (DSP) – quelques années avant l’arrivée de Tony Parker.

    À Corrençon-en-Vercors, Parker est arrivé par un des sponsors du Lyon basket féminin (LDLC-ASVEL), Ruben Jolly, patron du promoteur Federaly, qui négocie alors l’achat d’un terrain constructible sur un autre site, le Clos de la Balme, sur lequel il a un projet de six cents lits sur 8 000 mètres carrés de plancher. Il s’associe donc à Parker dans la reprise de la station, et il débauche un jeune élu, adjoint au maire de Corrençon, Guillaume Ruel.

    « En tant qu’élu, j’ai aidé à trouver un promoteur et un gestionnaire pour le Clos de la Balme », admet Guillaume Ruel. « Un projet mairie », dit-il. Par la suite, il fait le lien entre Ruben Jolly et les frères Huillier, alors propriétaires majoritaires de la SEVLC.

    « Quand Tony Parker est arrivé sur le Vercors, c’est Guillaume qui lui a fait visiter le territoire, parce qu’il le connaît très bien, comme passionné de montagne et comme adjoint, raconte Thomas Guillet. Il l’avait emmené visiter le domaine. »

    Compte tenu du statut de la société, délégataire de service public, les élus de Corrençon-en-Vercors comme ceux de Villard sont appelés à donner un avis pour valider la cession des parts de la SEVLC à Tony Parker. Aussitôt le rachat signé, Guillaume Ruel est propulsé président de la SEVLC et démissionne de ses fonctions d’élu. Il prend aussi des parts dans l’entreprise. « Quand on a racheté les remontées mécaniques, je ne savais pas quelle place j’allais avoir », se justifie-t-il aujourd’hui. « Ça faisait aussi partie du deal d’avoir des acteurs locaux au conseil d’administration », commente le maire de Corrençon-en-Vercors. Ruel est présenté comme « l’enfant du pays » choisi pour diriger la station.

    Déjà gérant de deux magasins Sport 2000 sur Villard et Corrençon, Thomas Guillet a aussi racheté une entreprise gestionnaire de remontées mécaniques et de plusieurs golfs, le groupe Loisirs Solutions, en 2020, avec… l’adjointe aux finances du maire de Villard, Christelle Cuioc. Cette femme d’affaires avait candidaté à la reprise de la SEVLC avant son rachat par Tony Parker – sur une proposition inférieure à celle du basketteur.

    Le maire de Corrençon-en-Vercors a décidé de revendre ses parts et de quitter l’entreprise par crainte… d’un conflit d’intérêts. Ses partenaires au sein de Loisirs Solutions envisagent en effet désormais de candidater à la reprise de la délégation de service public des remontées mécaniques de Villard-de-Lans, qui doit être renouvelée en 2026. « Je n’étais pas favorable à ce positionnement. Et en tant que maire de la commune voisine, j’ai souhaité sortir pour éviter qu’il y ait un conflit d’intérêts. »

    L’adjointe au maire, Christelle Cuioc, reconnaît l’existence de ce projet de reprise, qui l’opposerait au groupe de Tony Parker. « C’est dans un coin de notre tête, confirme-t-elle à Mediapart. Mais d’ici là, il faudra que j’abandonne ma fonction à la mairie. On ne peut pas cumuler un poste à la mairie et une délégation de service public, c’est soit l’un, soit l’autre. »

    https://www.mediapart.fr/journal/france/261023/un-megaprojet-de-tony-parker-dans-une-station-de-ski-fait-tourner-la-tete-
    #ski #aménagement_du_territoire #Isère #résistance

  • Un créateur passe de DC (Comics) à DP (Domaine Public)
    https://framablog.org/2023/09/26/un-createur-passe-de-dc-comics-a-dp-domaine-public

    Bill #Willingham, fort mécontent de son éditeur #DC_Comics, décide de porter toutes ses #Fables dans le #Domaine_Public. Il s’en explique dans un communiqué de presse du 14 septembre. En #édition, le modèle auquel nous sommes conformé·es, c’est qu’une … Lire la suite­­

    #Enjeux_du_numérique #contrat #Copyright #création #Dérivés

  • Saviez-vous qu’il y a 355 millions de noms de domaine dans le monde ? 👀🪩

    Découvrez notre Observatoire du marché des noms de domaine dans le monde 2022 sur https://afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/observatoire-du-marche-des-noms-de-domaine-dans-le-monde-lafnic-publie-son-edi
    –--------------------------------------------
    Did you know there are 355 million domain names in the world ? 👀🪩

    Discover our 2022 Global domain name market study on https://afnic.fr/en/observatory-and-resources/news/afnic-study-the-global-domain-name-market-in-2022

    #Afnic #ndd #VendrediLecture #domains #domainname #TLDs #FunFacts #FridayRead

  • 📰 La newsletter #Afnic de juillet est en ligne sur http://afnic-media.fr/newsletter/20230720.html

    ➡️ Abonnez-vous pour recevoir les prochains numéros sur http://afnic.fr

    –-------------------

    📰 July edition of the #Afnic newsletter is out! Read it on http://afnic-media.fr/newsletter/20230627-english.html

    ➡️ Subscribe today to get the next ones on https://www.afnic.fr/en

    #ccTLDs #DotFR #Internet #domains #domainnames #PointFR #Internet #Numérique #InternetMadeInFrance #Afnic