• Ogawa Kazumasa’s Hand-Coloured Photographs of Flowers (1896) – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collections/ogawa-kazumasas-hand-coloured-flower-collotypes-1896

    RP-F-2001-7-1557B-1-edit

    The stunning floral images featured here are the work of Ogawa Kazumasa, a Japanese photographer, printer, and publisher known for his pioneering work in photomechanical printing and photography in the Meiji era. Studying photography from the age of fifteen, Ogawa moved to Tokyo aged twenty to further his study and develop his English skills which he believed necessary to deepen his technical knowledge. After opening his own photography studio and working as an English interpreter for the Yokohama Police Department, Ogawa decided to travel to the United States to learn first hand the advance photographic techniques of the time. Having little money, Ogawa managed to get hired as a sailor on the USS Swatara and six months later landed in Washington. For the next two years, in Boston and Philadelphia, Ogawa studied printing techniques including the complicated collotype process with which he’d make his name on returning to Japan.

    In 1884, Ogawa opened a photographic studio in Tokyo and in 1888 established a dry plate manufacturing company, and the following year, Japan’s first collotype business, the “K. Ogawa printing factory”. He also worked as an editor for various photography magazines, which he printed using the collotype printing process, and was a founding member of the Japan Photographic Society.

    The exquisite hand-coloured flower collotypes shown here were featured in the 1896 book Some Japanese Flowers (of which you can buy a 2013 reprint here), and some were also featured the following year in Japan, Described and Illustrated by the Japanese (1897) edited by Francis Brinkley.

    #Domaine_public


  • Digitized images of works in the public domain: what rights vest in them? Analysis of the recent BGH Reiss-Engelhorn judgment - Part 1 - The IPKat
    http://ipkitten.blogspot.com/2019/02/digitized-images-of-works-in-public.html?m=1

    The German Federal Court of Justice recently published the full version of its highly-anticipated decision on the publication of photographs of paintings held by a group of German museums on Wikimedia Commons. The case had raised several unresolved questions of German copyright law with regard to works in the public domain.

    The courts of first and second instance had given favourable decisions to the claimant group of museums. The Federal Court’s judgment confirms these decisions and seems to strengthen the legal position of the owners of paintings in the public domain. But as it refuses to address the most controversial aspect of the decision in appeal, the decision seems to leave the door wide open for future reconsideration of the latter.

    Digitized images of works in the public domain: what rights vest in them? Analysis of the recent BGH Reiss-Engelhorn judgment - Part 2
    http://ipkitten.blogspot.com/2019/02/digitized-images-of-works-in-public_19.html

    The only positive feature of the judgment is what makes Tobias call this a pyrrhic victory in his above contribution. The judgment does not reinforce tendencies by the Fifth Senate of the Court to develop a kind of depiction right in property (which in German would be called “Recht am Bild der eigenen Sache”). Such an IP position would wreak havoc in today’s visual public sphere. It would, of course, have been better still, had this judgment sided with scholarship and actively countered those tendencies. That, however, would have put the First Senate in open opposition to the Fifth Senate, which would have called for putting the matter before the Court’s Great Senate, being the forum to solve contradictions between Senates. And there, in the Great Senate, the golden rule is: The Senate that puts the matter forward will lose. So, it’s probably for the better that the First Senate didn’t take this road."

    #propriété_intellectuelle #Allemagne #droit #domaine_public #Urbildtheorie


  • Visit a New Digital Archive of 2.2 Million Images from the First Hundred Years of Photography | Open Culture
    http://www.openculture.com/2017/05/visit-a-new-digital-archive-of-2-2-million-images-from-the-first-hundre

    Interested in photography? You’re in the right place. Over the years, we’ve compiled free classes on digital photography, hundreds of photography lectures, courses on photography appreciation, and documentaries on famous greats like Alfred Stieglitz, Diane Arbus, Edward Weston, and Henri Cartier-Bresson. You can learn the history of photography in “five animated minutes,” see the venerable art of tintype recreated, and visit archives from the Soviet Union, the collection of George Eastman, and the work of pioneering motion photographer Eadweard Muybridge (animated in 93 GIFs).

    Still not enough? How about a digital library of 2.2 million images from the history of photography? Europeana Collections just launched its “latest thematic collection,” Europeana Photography, which, notes Douglas McCarthy at the site’s blog, “includes images and documents from 50 European institutions in 34 different countries.”

    #Domaine_public #Photographie


  • Grandville, Visions, and Dreams – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/2018/09/26/grandville-visions-and-dreams

    The poet Charles Baudelaire greatly admired the graphic arts, writing several essays about the major caricaturists and illustrators of his day. He found something positive to say about each of them with one exception, the artist Jean-Ignace-Isidore Gérard, known simply as Grandville (1803–1847). And yet, despite Baudelaire’s antipathy, Grandville is arguably the most imaginative graphic artist of the nineteenth century, as well as the most influential on subsequent generations. Baudelaire was well aware of Grandville’s gifts, but his aversion was that of a true classicist:

    There are superficial people whom Grandville amuses, but as for me, he frightens me. When I enter into Grandville’s work, I feel a certain discomfort, like in an apartment where disorder is systematically organized, where bizarre cornices rest on the floor, where paintings seem distorted by an optic lens, where objects are deformed by being shoved together at odd angles, where furniture has its feet in the air, and where drawers push in instead of pulling out.1

    Baudelaire’s comments were perceptive: these are the very characteristics that, while making him uncomfortable, appealed to the next century’s surrealist artists and writers who saw in Grandville a kindred spirit who shared their interest in the uncanny, in the dream state, and in the world of imagination.

    The work of a graphic artist was always collaborative, undertaken at the behest of a publisher. Graphic artists worked mostly on commission; paid by the piece, they considered themselves fortunate if contracted to produce all the drawings for one of the richly illustrated editions that were so popular with nineteenth-century audiences. The standard procedure was that the artist provided the drawing, which would then be translated into an incised wood engraving, printed and hand-colored by specialists. Grandville did his share of these commissioned works, producing illustrations for Don Quixote, Gulliver’s Travels, and Robinson Crusoe, among others, but because of this expensive and time-consuming production process, graphic artists were rarely allowed to follow their own inclinations. Nonetheless, Grandville’s most inventive work did just that, departing from the conventional understanding of illustration as subservient to text; Grandville’s drawings stand alone.

    #Domaine_public #Grandville #Illustration


  • Sony Finally Admits It Doesn’t Own Bach and It Only Took a Bunch of Public Pressure | Electronic Frontier Foundation
    https://www.eff.org/takedowns/sony-finally-admits-it-doesnt-own-bach-and-it-only-took-public-pressure

    Toujours plus fabuleux le copyfraud...

    Here’s the thing about different people playing the same piece of music: sometimes, they’re going to sound similar. And when music is by a composer who died 268 years ago, putting his music in the public domain, a bunch of people might record it and some of them might put it online. In this situation, a combination of copyright bots and corporate intransigence led to a Kafkaesque attack on music.

    Musician James Rhodes put a video of himself playing Bach on Facebook. Sony Music Entertainment claimed that 47 seconds of that performance belonged to them. Facebook muted the video as a result.

    So far, this is stupid but not unusually stupid in the world of takedowns. It’s what happened after Rhodes got Sony’s notice that earned it a place in the Hall of Shame.

    One argument in favor of this process is that there are supposed to be checks and balances. Takedown notices are supposed to only be sent by someone who owns the copyright in the material and actually believes that copyright’s been infringed. And if a takedown notice is wrong, a counter-notice can be sent by someone explaining that they own the work or that it’s not infringement.

    Counter-notices have a lot of problems, not the least of which is that the requirements are onerous for small-time creators, requiring a fair bit of personal information. There’s always the fear that, even for someone who knows they own the work, that the other side will sue them anyway, which they cannot afford.

    Rhodes did dispute the claim, explaining that “this is my own performance of Bach. Who died 300 years ago. I own all the rights.” Sony rejected this reasoning.

    While we don’t know for sure what Sony’s process is, we can guess that a copyright bot, or a human acting just as mechanically, was at the center of this mess. A human doing actual analysis would have looked at a video of a man playing a piece of music older than American copyright law and determined that it was not something they owned. It almost feels like an automatic response also rejected Rhodes’ appeal, because we certainly hope a thoughtful person would have received his notice and accepted it.

    Rhodes took his story to Twitter, where it picked up some steam, and emailed the heads of Sony Classical and Sony’s public relations, eventually getting his audio restored. He tweeted “What about the thousands of other musicians without that reach…?” He raises a good point.

    None of the supposed checks worked. Public pressure and the persistence of Rhodes was the only reason this complaint went away, despite how the rules are supposed to protect fair use and the public domain.

    How many more ways do we need to say that copyright bots and filters don’t work? That mandating them, as the European Union is poised to do, is dangerous and shortsighted? We hear about these misfires roughly the same way they get resolved: because they generate enough noise. How many more lead to a creator’s work being taken down with no recourse?
    Original Title of Threatened Content:
    Bach! From his 1st Partita
    Original location:
    https://www.facebook.com/jamesrhodespiano/videos/232063150806956
    Date of threat or takedown:
    September 4, 2018

    #Domaine_public #Sony #Bach #Copyfraud


  • Saint-Exupéry, le droit moral, la succession et la transaction (1/2) | Livres Hebdo
    http://www.livreshebdo.fr/article/saint-exupery-le-droit-moral-la-succession-et-la-transaction-12

    L’économie de la rente passe quand même avant la littérature. Faut pas exagérer, isn’t it ?
    Où l’on voit également que le « droit moral » n’est qu’une carte dans la main d’un négociateur, et nullement un outil pour le respect d’une oeuvre. Dommage, l’idée était bonne, mais la réalisation désastreuse (et ce n’est pas la première fois, cf. le livre « Cosette » et la famille Hugo - heureusement déboutée... versqatilité et insécruité juridique sur le statut du droit moral.

    Les revenus générés par l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry restent au cœur de batailles juridiques.
    La Cour de cassation a statué, le 5 avril 2018, dans une nouvelle affaire Saint-Exupéry, rendant une décision instructive sur la possibilité de transiger sur le droit moral d’un auteur et sur sa dévolution successorale. L’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry reste en effet une des plus intéressantes… financièrement.

    Car celui qui eut sa vie durant de récurrentes peines d’argent génère depuis sa disparition, en 1944, de colossaux revenus. Si l’auteur du Petit Prince, publié à New York en 1943 et en France en 1945, n’a pas bénéficié des avantages que ne tarda pas à produire son œuvre, ses héritiers et son éditeur, eux, contemplent leurs escarcelles se remplir des dividendes que leur procure depuis plus d’un demi-siècle la vente de ses livres.

    C’est simple, Le Petit Prince est l’un des textes qui s’écoule le plus dans le monde (trente millions d’exemplaires), avec la Bible et Le Capital de Marx. Il est traduit en près de deux-cents langues, y compris le toba, langue amérindienne de l’Argentine où n’avait jusque-là été transposé que le Nouveau Testament...

    Héritage

    Quelles sommes les éditions Gallimard, qui perçoivent les droits étrangers avec la succession, engrangent-elles chaque année sur le nom de Saint-Exupéry ? C’est un secret. Le reste du pactole revient donc à la famille, du moins pour la moitié, l’autre étant dévolue à José Martinez Fructuoso, ancien secrétaire particulier de Consuelo de Saint-Exupéry, veuve de l’aviateur, qui, à sa mort en 1979, lui lègue ses biens et ceux dont elle a hérité de son mari.

    N’ayant pas eu d’enfant, l’écrivain avait désigné sa famille comme dévolutaire des droits sur son œuvre et son nom, c’est-à-dire ses deux sœurs survivantes, Simone, morte en 1979 (comme Consuelo), et Gabrielle, disparue en 1986 – son frère, François, et sa sœur, Marie-Madeleine, étaient morts avant lui.

    Gabrielle d’Agay —elle avait épousé Pierre, comte de Giraud d’Agay en 1923—, cadette de la famille, est la seule à avoir eu des enfants. Les quatre neveux d’Antoine de Saint-Exupéry sont donc devenus les héritiers et ayants droit de son œuvre. Tous se sont regroupés au sein de la Succession Antoine de Saint-Exupéry-d’Agay.

    Partage par moitié

    Précisions que, quand Consuelo meurt en 1979, elle lègue ses biens et ceux dont elle avait hérité de son mari —lesquels se composaient de lettres, cahiers de notes, papiers divers et manuscrits, ainsi que la moitié des royalties de son œuvre— à José Martinez Fructuoso. Le légataire de Consuelo de Saint-Exupéry partage donc les droits d’auteur engendrés par ces documents et l’ensemble des textes de l’écrivain avec la famille d’Agay, qui dispose en sus de l’exclusivité du droit moral. Ce qui signifie qu’elle seule est en mesure d’autoriser, ou non, les nouvelles exploitations des œuvres de Saint-Exupéry et des produits dérivés qui en sont issus, indépendamment de toute question de propriété patrimoniale.

    La Cour de cassation décrit, dans son arrêt de 2018, l’accord intervenu en 1947 entre les deux branches de la succession : « par une convention conclue le 29 mai 1947, pour “régler les droits respectifs des parties (relatifs) à la propriété littéraire des ouvrages de Saint-Exupéry”, Consuelo, d’une part, Simone et Gabrielle d’Agay, d’autre part, ont décidé que “les héritiers du sang (auraient) seuls la propriété morale de l’oeuvre d’Antoine, le droit de décider quelles (seraient) les oeuvres à publier ou à rééditer, ainsi que... tous les droits qu’avait sur l’oeuvre l’auteur de son vivant” ; que les parties ont convenu, en outre, que “les produits de l’oeuvre (…) tant publiée de son vivant que posthume”, seraient partagés par moitié ».

    Atteinte au droit moral

    Malgré cet accord originel, les relations sont en apparence tendues entre les deux branches, puisque, déjà, le 17 octobre 2008, Les Arènes étaient condamnées pour atteinte au droit moral, et sommées de verser 68500 euros (sur les 100000 d’abord réclamés) de dommages et intérêts et frais de justice. Trois ans plus tôt, l’éditeur avait publié sans autorisation des lettres inédites de Saint-Exupéry à Consuelo, reproduites dans Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry, un amour de légende, ouvrage coécrit par Alain Vircondelet et José Martinez Fructuoso.

    Dans la mesure où ni le légataire universel de Consuelo ni Les Arènes n’ont sollicité l’accord des d’Agay, ceux-ci ont porté l’affaire devant la justice. Et celle-ci leur a donné raison. Le tribunal a considéré que la reproduction de “51 œuvres originales inédites d’Antoine de Saint-Exupéry, sans solliciter préalablement l’accord des consorts Giraud d’Agay” portait “atteinte au droit de divulgation post-mortem dont ces derniers sont titulaires”.

    Réhabilitation

    Le livre d’Alain Vircondelet et José Martinez Fructuoso montre des photographies, des reproductions d’objets, de télégrammes, qui sont des documents inédits sur lesquels, selon Laurent Beccaria, directeur des Arènes, les d’Agay ne détiennent pas de droits. Le directeur des Arènes explique aussi : “C’est un livre de charme, d’atmosphère, qui réhabilite une histoire d’amour émouvante et méconnue. La famille d’Agay nous reproche la divulgation d’extraits inédits, qui ne sont qu’une tête d’épingle des trésors qui reposent dans les archives de Consuelo. Le litige porte sur une dizaine de documents, quand le livre en contient environ quatre cents et pourrait en contenir des milliers d’autres, qui dorment encore dans des coffres, à cause du climat conflictuel qui entoure ce dossier.”

    Ce livre est aussi une entreprise de réhabilitation après les mots très virulents dont Consuelo était l’objet dans un catalogue paru à l’occasion d’une exposition organisée à la BNF, et à travers lesquels il était sous-entendu que son épouse n’avait été qu’une sorte d’erreur dans l’existence de l’écrivain.

    Or, poursuit Laurent Beccaria, “dans la réalité, Saint-Exupéry était un homme incroyablement vulnérable, déchiré, avec des amours multiples, mais qui a toujours gardé un lien fusionnel avec Consuelo. Les lettres qu’il lui a écrites montrent une tendresse forte et durable pour sa femme. Toutes les archives conservées par José Martinez-Fructuoso confirment qu’elle a joué un rôle important jusqu’à la fin. Comme les Mémoires de la rose, ses souvenirs posthumes publiés par Plon, ce livre lui rend justice.” Cela n’a pas convaincu les juges.

    #Edition #Domaine_public #Héritage #Droit_moral


  • Häxan: Witchcraft Through The Ages (1922) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/haxan-witchcraft-through-the-ages-1922

    Referred to in English as The Witches or Witchcraft Through the Ages, Häxan is a Swedish-Danish film, a curious and groundbreaking mix of documentary and silent horror cinema, written and directed by Benjamin Christensen. Whereas most films of the period were literary adaptations, Christensen’s take was unique, basing his film upon non-fiction works, mainly the Malleus Maleficarum, a 15th-century treatise on witchcraft he found in a Berlin bookshop, as well as a number of other manuals, illustrations and treatises on witches and witch-hunting (a lengthy bibliography was included in the original playbill at the film’s premiere). On literary adaptations Christensen commented: “In principal [sic] I am against these adaptations… I seek to find the way forward to original films.” Instead Häxan was envisaged, as stated in the opening credits, as a “presentation from a cultural and historical point of view in seven chapters of moving pictures”. While the bulk of the film’s format, with its dramatic scenes portrayed by actors (including Christensen himself in the role of the devil), would have been familiar enough to cinema-goers at the time (although shocking in content), the first chapter, lasting 13 minutes, is a different story. With its documentary style and scholarly tone — featuring a number of photographs of statuary, paintings, and woodcuts — it would have been entirely novel — a style of screened illustrated lecture which wouldn’t become popular till many years later. Indeed, the film perhaps could make a decent claim to being the first ever documentary (an accolade normally reserved for Robert J. Flaherty’s ethnographic study from 1922 titled Nanook of the North). Reportedly the most expensive film of the Swedish silent film era, Häxan was actually banned in the United States, and heavily censored in other countries. In 1968, an abbreviated version of the film was released. Titled Witchcraft Through the Ages, it featured an eclectic jazz score by Daniel Humair and dramatic narration by the wonderfully gravel-toned William S. Burroughs.

    #Féminisme #Sorcières #Domaine_Public #Génial


  • Le Projet Gutenberg, site patrimonial de livres numériques, bloqué en Allemagne
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/le-projet-gutenberg-site-patrimonial-de-livres-numeriques-bloque-en-allemagne/87627

    L’explication est assez simple : les législations sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur diffèrent, dans le monde entier. Quand certains pays, comme la France ou l’Allemagne, ajoutent 70 ans de protection des œuvres après la mort de l’auteur avant l’entrée dans le domaine public, les États-Unis se basent sur la date de publication de l’œuvre et non sur le décès de son auteur.

    Ainsi, les 18 livres incriminés par S. Fischer Verlag étaient bien entrés dans le domaine public, au plus tard en 1976, mais aux États-Unis, et non en Allemagne, raison pour laquelle l’éditeur a demandé leur retrait immédiat de la plateforme, sous peine d’« une amende de 250.000 € ou bien d’une peine de prison pouvant s’étendre jusqu’à 6 mois », comme l’indique la décision des juges allemands.

    En réaction à la décision de justice, le Projet Gutenberg est désormais bloqué en Allemagne. « Parce que la Cour allemande a outrepassé sa juridiction et autorisé le plus grand groupe d’édition au monde à intimider le Projet Gutenberg pour ces 18 livres, il y a tout lieu de penser que ce cas se reproduira. Il existe des milliers de livres numériques dans les collections du Project Gutenberg qui pourraient faire l’objet d’actions similaires et illégitimes », indique l’équipe du Projet Gutenberg.

    Effectivement, le Projet Gutenberg et des centaines d’autres plateformes qui mettent à disposition des livres numériques pourraient être inquiétés par cette décision de justice. Or, si le Projet Gutenberg est hébergé aux États-Unis, où la plainte de S. Fischer Verlag aurait dû être traitée, c’est bien une Cour allemande qui s’est penchée sur le cas et a rendu un jugement sur une durée de droit d’auteur américaine.

    En conséquence, de nombreux sites de partage de livres numériques qui proposent des ouvrages tombés dans le domaine public au Québec ou en Belgique, mais toujours protégés en France — c’est par exemple le cas du Petit Prince — pourraient eux aussi faire l’objet d’attaques en justice. En effet, ces sites avertissent souvent les lecteurs qu’il leur appartient de vérifier la législation de leur pays avant téléchargement, ou bloquent les accès en se basant sur les adresses IP, mais de telles précautions n’ont pas empêché le Projet Gutenberg d’être attaqué en justice et jugé coupable...

    #Edition #Copyright_madness #Domaine_public #Projet_Gutenberg


  • Radio-Canada prévoit détruire 151 000 disques de sa musicothèque Le Devoir - Caroline Montpetit - 23 février 2018
    http://www.ledevoir.com/culture/521015/surtitre-la-musicotheque-de-radio-canada

    Radio-Canada se prépare à pilonner 151 000 disques compacts de sa musicothèque d’ici le 31 mars, dans la foulée de son déménagement prévu en 2020 dans des espaces plus exigus. La société d’État affirme que c’est la Loi sur le droit d’auteur qui l’oblige à procéder ainsi. Radio-Canada veut dématérialiser l’ensemble de sa collection d’environ 210 000 disques compacts, et affirme que la Loi l’empêche de donner ensuite la copie physique des disques à des organismes intéressés. Pourtant, la Société du droit de reproduction des auteurs, compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC) soutient de son côté que des arrangements seraient possibles pour sauver cette collection.

    Selon des sources à Radio-Canada, la direction voulait d’abord détruire l’ensemble des quelque 210 000 disques compacts de la collection. La direction a ensuite avancé qu’elle pourrait donner à un organisme qualifié les quelque 60 000 disques qu’elle possède en double. Faisant suite à une rencontre avec certains membres de son personnel, la Société Radio-Canada a permis jeudi au personnel de la musicothèque d’extraire les enregistrements de valeur ou rares pour les conserver.


    Or, le directeur général de la SODRAC, Alain Lauzon, affirme qu’un arrangement serait possible pour sauvegarder l’ensemble de la collection et lui faire prendre le chemin d’une institution à vocation éducative et culturelle. « Radio-Canada ne nous a pas contactés », dit-il.

    Pour Emmanuelle Lamarre-Cliche, la première directrice de la Nouvelle Maison de Radio-Canada et des projets spéciaux, « le simple fait d’être en contravention avec la Loi », en donnant les collections, justifie la décision de les détruire. M. Lauzon dit pourtant qu’il serait ouvert à discuter avec la direction sur la question des droits d’auteur sur ces disques, pour arriver à un arrangement qui n’entraînerait pas nécessairement de frais pour Radio-Canada, avance-t-il. Il croit également que des arrangements avec les producteurs, qui ont également des droits sur les bandes maîtresses des disques, pourraient être possibles.

    Déjà, l’artiste Michel Rivard a dit souhaiter, dans un article publié sur le site de Radio-Canada, que ces disques prennent plutôt le chemin des bibliothèques.

    Mais il faudrait que les représentants de la société d’État mettent le temps et l’énergie nécessaires dans ces discussions, dit M. Lauzon.

    « La très grande majorité des CD de l’inventaire de Radio-Canada est liée à des droits d’auteur détenus par des ayants droit internationaux. Compte tenu de l’ampleur de l’inventaire, l’opération de libération des droits auprès d’un grand nombre d’intervenants à travers le monde aurait représenté un processus coûteux s’étalant sur une longue période. Dans cette perspective, contacter la SODRAC et d’autres détenteurs locaux n’aurait touché qu’une faible partie de l’inventaire », dit Marc Pichette, premier directeur des Relations publiques et de la promotion de Radio-Canada. L’évaluation du coût de la destruction serait, pour sa part, « concurrentielle ».

    « Il faut comprendre que les CD n’ont pas une vie éternelle, dit Mme Emmanuelle Lamarre-Cliche. C’est quand même une belle nouvelle pour Radio-Canada de conserver ce patrimoine de façon numérique. Pour ce qui est du support physique, le détruire n’est pas notre premier choix, mais on doit se conformer à la loi », dit-elle.

    Plusieurs employés se sont insurgés cette semaine de l’absurdité de l’application de la Loi dans ce cas spécifique. « Ce n’est pas vrai qu’on va laisser faire ça sans dire un mot », dit un employé de la musicothèque qui requiert l’anonymat par peur de représailles. Radio-Canada possède une immense collection de disques compacts dans les domaines de la musique classique, du populaire, du folk, du jazz.

    Plusieurs des disques de la collection de Radio-Canada ont été fournis gratuitement par les producteurs. D’autres ont été payés, et ce, à un coût pouvant atteindre 25 dollars chacun, témoigne encore un employé de la musicothèque.

    Partitions et vinyles
    Le pilonnage annoncé ne concerne pas l’ensemble de ce que possède Radio-Canada dans sa musicothèque. Au mois de janvier, un appel d’intérêt a été lancé pour les organismes désireux de récupérer les partitions musicales commerciales de Radio-Canada. Dans le cadre de cet appel d’intérêt, Radio-Canada privilégie les organismes canadiens, à vocation éducative et culturelle, qui vont assurer le rayonnement des collections, et qui s’engagent à ne pas les vendre ou les utiliser pour la revente, précise Mme Lamarre-Cliche. La société d’État compte encore se départir, au cours des prochains mois, d’accessoires et de meubles, ainsi que de ses quelque 200 000 disques vinyles et 70 000 78 tours. À la musicothèque, on précise que ces collections de vinyles et de 78 tours seront soumises à un appel d’intérêt parce qu’elles ne seront pas numérisées.

    #Culture #droit_d'auteur #copyright #propriété_intellectuelle #domaine_public #droit #copyright #culture #Radio #Canada #Quebec #audio #gaspillage #Bibliothéque #destruction #capitalisme #copie #CD #Vinyl #Radio-Canada #destruction #absurdité #Culture #Patrimoine @vanderling @sinehebdo @simplicissimus @rastapopoulos


  • Cryptography: or the History, Principles, and Practice of Cipher-Writing (1898) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/cryptography-or-the-history-principles-and-practice-of-cipher-wr

    The last pages of the book consider various modern ciphers: The grill; The revolving grill; The slip-card; The Mirabeau; The Newark; The clock-hands; The two-word. Hulme was worried that some of his Victorian readers would object to the very existence of his book on the grounds that it could facilitate wrongdoing. So he opens the book in the apologetic mode, explaining that any powerful science may be co-opted for wicked ends: “From the researches of chemistry may be derived . . . the healing medicine . . . or the subtle potion of the secret poisoner.” And the last line of the book completes his apology. In time of peril, Hulme argues, a knowledge of cryptology “may save hundreds of lives, or avert catastrophe from the nation itself.” If he had lived long enough to know of Alan Turing and the cryptanalysts at Bletchley Park, he would have upped that to “millions”.

    #Cryptographie #Domaine_public


  • Autographs for Freedom (1853) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/autographs-for-freedom-1853

    Autographs for Freedom, published in 1853, is an anthology of literature designed to help “sweep away from this otherwise happy land, the great sin of SLAVERY.” It was put together by the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society and includes the only published fiction of Frederick Douglass, who would go on to become the first black citizen to hold high rank in the US government. His “The Heroic Slave” is a work of historical fiction centering on Madison Washington, the man made famous in 1841 for leading a rebellion on the Creole, a slave ship en route to New Orleans from Virginia. Having taken control the rebels managed to redirect the Creole to Nassau in the Bahamas. Because it was a British colony, slavery had been outlawed there since 1833. Upon arrival in Nassau 128 of the 135 slaves aboard the Creole gained their freedom. It was the most successful revolt of enslaved people in US history.

    The driving force behind the anthology was an Englishwoman named Julia Griffiths, a prominent member of the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society. She had first met Frederick Douglass in London in the mid 1840s. Douglass had escaped his life of captivity in 1838, at the age of twenty, fleeing Baltimore and reaching New Bedford, Massachusetts, where he worked as a labourer and evaded suspicion. In 1841, at an anti-slavery convention in Nantucket, he was invited to describe his experiences under slavery. His spontaneous remarks so stirred the audience that he was catapulted into a key player in the Massachusetts Anti-Slavery Society. An orator and wordsmith of great power, he went on to write a classic memoir, Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845). Upon its publication, fearing he would be recaptured because it mentioned the name of his former owner, Douglass left the US to tour the British Isles, give speeches, and build support for emancipation. It was there that he met and befriended Julia Griffiths. When Douglass returned to America he did so with enough funds to purchase his freedom and to set up an anti-slavery newspaper. In 1849, Griffiths sailed to Rochester, New York, to join Douglass. She supported his work and co-founded the influential Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society, along with five other women.

    #Domaine_public #Esclavage


  • Le Met autorise l’utilisation gratuite et sans condition de 375 000 images d’œuvres d’art - Pop culture - Numerama

    https://www.numerama.com/pop-culture/231343-le-met-autorise-lutilisation-gratuite-et-sans-condition-de-375-000-

    Et en HD. Ils ne se moquent pas de nous.

    Le Metropolitan Museum of Art annonce cette semaine l’arrivée d’une licence très permissive pour 375 000 images d’œuvres d’art. Cette nouvelle licence permet à n’importe qui d’utiliser ces reproductions gratuitement et sans condition.

    C’est une décision formidable pour le domaine public et on espère ardemment qu’elle fera tache d’huile dans tous les musées du monde. Mardi, le très célèbre Metropolitan Museum of Art a en effet annoncé la mise à disposition sur un site web dédié de plus de 375 000 reproductions d’œuvres d’art.

    Vous voulez voir une interprétation du Couronnement de la Vierge ? Une estampe nippone de Utagawa Yoshikazu sur une Française à cheval ? L’un des tableaux du Champ de blé avec cyprès de Vincent Van Gogh ? La Mer calme de Gustave Courbet ? Alors il vous suffit de vous rendre sur le site des Creative Commons.


  • La nouvelle fin de Carmen et les libertés du domaine public – – S.I.Lex –
    https://scinfolex.com/2018/01/10/la-nouvelle-fin-de-carmen-et-les-libertes-du-domaine-public

    par Calimaq - Lionel Maurel

    L’idée même d’une « dénaturation de l’oeuvre » ne fait guère de sens, du moment que l’adaptation est clairement présentée comme telle et ne cherche pas à entretenir de confusion avec l’original. Les oeuvres du domaine public sont par définition « indestructibles » : Carmen restera toujours Carmen, tout comme les adaptations, souvent très libres, des Contes de Perrault par Disney n’ont pas fait disparaître le souvenir des originaux. C’est pourquoi l’analogie employée par Monsieur Poulpe à propos de cette nouvelle fin pour Carmen me paraît aussi choquante qu’absurde. Faire mourir Don José au lieu de Carmen n’a rien à voir avec un « taliban armé d’un lance-roquette qui estime que telle ou telle statue mérite d’être défoncée« . L’oeuvre – par essence immatérielle – est à l’abri des outrages irréversibles que l’on peut faire subir à la pierre. Elle s’offre sans fin aux nouvelles interprétations et c’est cette dynamique de recréation perpétuelle qui contribue à maintenir vivantes dans la mémoire les oeuvres du passé.

    #Domaine_public #Droit_moral

    • Si l’on se réfère à d’autres jurisprudences, on peut constater que cette balance des droits est loin d’être évidente à opérer. Une compagnie de théâtre a par exemple été condamnée pour violation du droit moral pour avoir monté une adaptation de la pièce En Attendant Godot de Samuel Beckett dans laquelle les personnages principaux étaient interprétés par des actrices. Jérôme Lindon, l’exécuteur testamentaire de Beckett, a réussi à obtenir gain de cause en faisant valoir que l’auteur avait laissé des instructions très claires manifestant sa volonté que le sexe des personnages ne soit pas modifié. Les juges ont donc bien retenu en l’espèce la « dénaturation de l’oeuvre », mais on notera que la pièce n’était pas encore entrée dans le domaine public et le jugement a été rendu en 1992, soit avant la jurisprudence des Misérables qui introduit la nécessité de tenir compte de la liberté d’expression et de création.

      https://books.google.fr/books?id=Bc8aBQAAQBAJ&pg=PT107&lpg=PT107&dq=en+attendant+godot+droit+mo


  • Domaine public et sérendipité : le fabuleux destin d’un flocon de neige – – S.I.Lex –
    https://scinfolex.com/2013/04/21/domaine-public-et-serendipite-le-fabuleux-destin-dun-flocon-de-neige

    Lionel Maurel avait repéré Neige avant C&F éditions ;-)

    « Open Source Hat », cela signifie que Samoos voulait réaliser un « bonnet Open Source » ! Et pour que cela soit possible, il est allé chercher des motifs issus du domaine public, afin que sa propre création puisse être vraiment libre. C’est alors qu’il a croisé sur le blog The Public Domain Review, un billet consacré à un ouvrage de 1863, Snowflakes : a chapter from the Book of Nature, comportant de superbes illustrations représentant des flocons de neige. The Public Domain Review est un projet de l’Open Konwledge Foundation qui consiste à dénicher sur Internet des pépites dans le domaine public pour attirer l’attention sur elles et inciter à les réutiliser.

    A partir des dessins sur ces planches, Samoos a réalisé des motifs en format numérique, dont il a pu se servir comme modèle pour la machine à tricoter bidouillée.

    Par la grâce du numérique, voilà donc comment des flocons de neige illustrant un ouvrage de 1863 numérisé par une bibliothèque en Californie se sont retrouvés sur un bonnet Open Source réalisé à Berlin avec une machine à tricoter hackée !

    Cette belle histoire n’a été possible que parce que l’Université de Californie en question a fait le choix de mettre en ligne cet ouvrage sur Internet Archive en laissant la version numérique dans le domaine public sans rajouter de nouvelles couches de droits.

    #Domaine_public #Neige #Tricotage




  • 100 000 livres sur l’histoire de l’art disponibles en téléchargement gratuit
    https://www.presse-citron.net/100-000-livres-sur-lhistoire-de-lart-disponibles-en-telechargement-gr

    La plateforme Getty Research Portal offre son cadeau de Noël à tous les amateurs d’histoire de l’art et d’ouvrages anciens.

    Les passionnés d’art vont être gâtés pour Noël. Pour fêter la quatrième bougie de sa plateforme, Getty Research Portal met à disposition, et ce de manière totalement gratuite, 100 000 livres dédiés à l’histoire de l’art.
    Une immense collection de livres rares disponibles sur Getty Research Portal

    Parmi les nombreux ouvrages proposés, on retrouve des écrits rares qui ne sont présents que dans quelques institutions réparties dans le monde. On retrouve ainsi des collections issues, entre autres, de l’Art Institute of Chicago, du Guggenheim Museum Library à New York ou encore du Warburg Institute Library à Londres.

    Hormis la collection d’œuvres issue de ces musées américains, le Getty Research Institute cherche également à élargir sa bibliothèque virtuelle avec d’autres écrits venus directement d’Inde, du Japon ou d’Iran.

    Comme l’explique Annie Rana, la responsable de ce projet, Getty Reseach Portal « aspire à offrir une collection plus vaste que n’importe quelle autre bibliothèque. Avec ces documents téléchargeables, les chercheurs et universitaires peuvent désormais être en possession de copies de livres rares et d’autres titres sans avoir à voyager dans des endroits reculés ».

    #Bibliothèques #Domaine_public


  • The Snowflake Man of Vermont – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/2011/02/14/the-snowflake-man-of-vermont

    In 1885, at the age of twenty, Wilson Alwyn Bentley, a farmer who would live all his life in the small town of Jericho in Vermont, gave the world its first ever photograph of a snowflake. Throughout the following winters, until his death in 1931, Bentley would go on to capture over 5000 snowflakes, or more correctly, snow crystals, on film. Despite the fact that he rarely left Jericho, thousands of Americans knew him as The Snowflake Man or simply Snowflake Bentley. Our belief that “no two snowflakes are alike” stems from a line in a 1925 report in which he remarked: “Every crystal was a masterpiece of design and no one design was ever repeated. When a snowflake melted, that design was forever lost.”

    #Domaine_public #Snowflake_Bentley #Flocons_neige



  • Un singe photographe peut-il prétendre au droit d’auteur ? La justice ne tranchera pas - Pop culture - Numerama
    http://www.numerama.com/pop-culture/288913-un-singe-photographe-peut-il-pretendre-au-droit-dauteur-la-justice-

    Encore une histoire d’argent sur le dos du domaine public

    Le droit ne tranchera donc pas cette question.

    Peut-être que la justice allait trancher en constatant que faute d’auteur, et donc de droits rattachés à cette qualité, le selfie de Naruto doit être totalement libre de droits et dont librement exploitable par quiconque le souhaite, aussi bien à titre gratuit que commercial. On ne le saura jamais, deux parties n’ayant a priori aucun droit sur l’affaire ayant trouvé un accord extra-judiciaire.

    En effet, l’association de défense des animaux Peta (People for the Ethical Treatment of Animals) a annoncé lundi 11 septembre qu’un accord à l’amiable a été trouvé avec le photographe Christian Slater, qui avait découvert la présence de ce cliché étonnant en remettant la main sur son appareil. Dans cette affaire, Peta s’était mobilisée pour défendre les intérêts du singe devant les tribunaux américains.

    25 % des revenus générés par la photo iront à des organisations de protection de la vie animale

    « Christian Slater a accepté de donner 25 % de tout revenu futur provenant de l’usage ou de la vente du selfie du singe à des organisations caritatives qui protègent l’habitat de Naruto [le nom du singe, ndlr] et des autres macaques de son espèce en Indonésie », lit-on dans le communiqué. Donc, les éventuels gains générés par le photographe avant l’accord ne sont pas couverts.

    Cette conclusion a quand même de quoi étonner, dans la mesure où les deux parties concernées ne sont techniquement pas en mesure de prétendre avoir des droits sur la photo :

    Et si je ne touche pas les réglages de mon iPhone, est-ce que Apple peut demander des droits d’auteur ?

    #Domaine_public #Selfie #Macaque #Scandale

    • Je vois pas trop le rapport avec Apple ou Canon ou Kodak . Concretement, c’est un vilain troll de la part de PETA. C’est extrêmement préjudiciable pour le respect des droits des photographes. Je vais paraitre corporatiste pour la 1ere fois de ma vie, mais il y a tellement d’attaques actuellement spécifiquement sur les photographes, que ça devient fatiguant ... Concrétement, sans le photographe, il n’y aura pas eu de photo . Dans certaines créations photographies artistiques ( par exemple chez David La Chapelle ou Pierre et Gilles ) , ce n’est pas forcement le photographe qui declenche . L’acte photographique ne peut pas se resumer à appuyer sur un bouton.

    • En fait, cette histoire est longue, et le jugement (ou plutôt son absence) n’est qu’un des rebondissements.

      Totalement d’accord pour penser que PETA n’est mue que par l’argent, et participe d’un détricotage du domaine public.

      La première décision avait été prise par le Bureau du Copyright auprès de la Library of Congress qui avait estimé que la prise de vue étant réalisée par un non-humain ne pouvait relever de la loi sur le droit d’auteur.

      On aurait pu/du en rester là, ce qui aurait conservé la qualité d’auteur aux humains (donc aux photographes). Nul doute que l’ambiguïté et l’intéressement de PETA va avoir des conséquences graves, à la fois sur les photographes et sur le domaine public.

      Il y a une différence entre l’installation des artistes cités et le hasard de la prise de vue du macaque. En ce sens, le jugement qui fait apparaître les « réglages » comme susceptibles de procéder de la création d’une oeuvre est évidemment très dangereux. Nous utilisons de plus en plus des appareils qui en réalité ne nous appartiennent pas, mais sont sous la double responsabilité du producteur et de l’usager. L’exemple des voitures Tesla pour lesquelles la firme a débloqué un système permettant aux usagers de Floride de mieux fuir l’ouragan est significatif.

      On va donc voir de plus en plus de procès qui porteront sur l’indépendance de l’usager par rapport aux réglages et configurations « d’usine ». Ce qui ne sera pas sans conséquence sur la création des artistes photographes.

      Le deuxième danger pour les photographes (professionnels) est que l’acceptation du fait que le droit d’auteur puisse s’appliquer à des non-humains. Cela va ouvrir la porte à donner des droits d’auteur aux systèmes automatiques : caméras de surveillance, photos des satellites (NASA comme ESA ont considéré qu’il s’agissait bien d’un domaine public), et en « débat » les oeuvres « crées » par des intelligences artificielles.

      Faire passer tout sous le chapeau du droit d’auteur est dangereux, tant pour la société (existence d’un domaine public qui est sans cesse réduit comme peau de chagrin) et pour les auteurs eux-mêmes (dont les photographes).

    • @hlc oui mais la maitrise du matériel ou d’une technique n’est pas ce qui definis une pratique photographique. C’est pas de l’artisanat. On a longtemps dit que la photographie d’art devait se resumer à du noir et blanc à la chambre photographique. On peut utiliser des outils sans les comprendre.

    • Je pense que cet affaire est surtout l’occasion de se poser la question du statut des non-humains dans ce système souvent abusé du droit d’auteur. Je ne sais plus ou j’ai lu l’argument qu’en fait le macaque en question a eu un rôle dans la photographie dans le sens ou voyant son reflet dans l’objectif, il a sourit et que sans ce sourire la photo n’aurait pas eu cette célébrité. Il y a d’autres cas, par exemple dans les pratiques de performance, le cirque etc... ou cette question de la place du non-humain comme auteur est en question, et le PETA n’a pas grand chose avoir là dedans. Là, évidemment ça tombe sur un photographe dont le droit d’usage et de rémunération de leur travail est extrêmement malmené. Je n’arrive pas à croire que le droit d’auteur soit le bon moyen d’assurer aux photographes la juste rémunération à laquelle ils ont droit. Ce qui est du droit d’auteur en tant que tel, celui inaliénable de celui qui crée, il est souvent sujet à des controverses juridiques dans les cas d’un travail collectif. D’une certaine manière, sur cette affaire du selfie, le photographe aurait pu aussi envisager la question dans ce sens. @izo tu parles de travaux collectifs où un auteur est reconnu en photographie, d’une certaine manière c’est comme au cinéma. Qu’il y ait un auteur, n’empêche pas au rôle de chacune des personnes qui permettent l’existence de l’œuvre finale d’être reconnu d’un côté (par exemple en nommant ces rôles) et rémunéré de l’autre.

    • Je suis d’accord avec tout ça. Je trouve ça dommage que l’on malmene le droit d’auteurs lié à la photographie dans ce contexte. Il est urgent de reformer le droit d’auteurs mais c’est dommage de taper sur les plus « faibles » :)


  • Class of 2016 | The Public Domain Review | Otto Neurath est monté dans le domaine public l’année dernière...

    https://publicdomainreview.org/collections/class-of-2016

    Top Row (left to right): Le Corbusier; Malcolm X; Winston Churchill
    Middle Row (left to right): Paul Valéry; Käthe Kollwitz; Béla Bartók; Blind Willie Johnson
    Bottom Row (left to right): T. S. Eliot; Lorraine Hansberry; Martin Buber; #Otto_Neurath

    Pictured above is our top pick of those whose works will, on 1st January 2016, be entering the public domain in many countries around the world. Of the eleven featured, five will be entering the public domain in countries with a ‘life plus 70 years’ copyright term (e.g. most European Union members, Brazil, Israel, Nigeria, Russia, Turkey, etc.) and six in countries with a ‘life plus 50 years’ copyright term (e.g. Canada, New Zealand, and many countries in Asia and Africa) — those that died in the year 1945 and 1965 respectively. As always it’s a sundry and diverse rabble who’ve assembled for our graduation photo – including two of the 20th century’s most important political leaders, one of Modernism’s greatest poets, two very influential but very different musicians, and one of the most revered architects of recent times.


  • Sommaire | Patrimoines Partagés تراث مشترك

    http://heritage.bnf.fr/bibliothequesorient/fr/sommaire

    Derrière les affrontements politiques, il y a toujours les échanges et les interactions car contrairement aux affirmations de certains l’Orient et l’Occident sont condamnés à se rencontrer en permanence...

    #moyen-orient #sources_ouvertes #domaine_public


  • Le premier disque de « jazz »
    http://abonnes.lemonde.fr/festival/article/2017/08/05/le-premier-disque-de-jazz_5169008_4415198.html

    Le prochain livre de Nicolas Beniès, « Le souffle de la révolte » à paraître cet automne chez C&F éditions revient sur cette période de l’histoire et la place qu’y occupe le jazz.

    Bel article de Francis Marmande en attendant la parution...

    Le premier disque de jazz aurait été enregistré le 26 février 1917 à Chicago : un 78-tours gravé dans la cire par la compagnie Victor (fondée en 1901), de l’Original Dixieland « Jass » Band (ODJB) – les guillemets figurent sur l’étiquette. L’étiquette ? Un chien plongeant l’oreille dans le pavillon du gramophone, une invitation à la danse (« for dancing »), et un style : « fox-trot ». L’ODJB, ce sont quatre garçons cornaqués par Nick La Rocca. Tous nés à La Nouvelle-Orléans. Tous blancs, comme le suggère le terme de « Dixieland ». Blancs comme des hosties et tenant à le faire savoir, nom de Dieu ! En un an, plus de 1 million de copies sont vendues dans le pays. Le succès est foudroyant. C’est une révolution musicale, s’enflamment les gazettes. On connaît la chanson.

    C’est pourtant là que tout commence. Est-ce « le premier » ? Le premier quoi ? Vaste question… Une chronologie du jazz de Philippe Baudoin et Isabelle Marquis (Outre mesure, 2005) mentionne, de 1897 à 1917, une trentaine de références enregistrées, du cylindre au disque, en ragtime et autres blues. La Rocca lui-même s’entraînait en accompagnant un gramophone qui jouait les marches militaires de son idole, John Philip Sousa, un officier à bésicles aux airs de colonel bavarois.

    Toujours est-il que le mot « jazz », sans doute habité d’une étrange magie, « fait sensation, il est court, vif, sensuel, vulgaire et sert à tout et à n’importe quoi ». François Billard, dans sa très vivante Vie quotidienne des jazzmen, 1917-1950 (Hachette) n’a pas tort. L’histoire de l’ODJB est retracée par Jean-Christophe Averty (1928-2017), discographe de génie. On peut lire son récit, dans les Cahiers du jazz, créés par le philosophe Lucien Malson, no 3-4 (1961). Au passage, constatant que l’enregistrement impose ses normes, ses distances aux micros et ses durées, il pouvait lui arriver de dire, comme eût dit Alfred Jarry, son guide en provocations : 1917 signe la fin du jazz. Il ne juge guère. Il lui suffit de comparer. Il s’attarde peu sur la personnalité de Nick La Rocca (1889-1961).

    Lequel était, on s’en tient à ses propres propos, autocrate, déplaisant, raciste, mégalomane, et franchement mytho. Il se prenait pour « le Christophe Colomb du jazz ». Ce en quoi il était peut-être, sans le savoir, dans le vrai. Et le musicien ? Contemporain de Buddy Bolden, King Oliver, Freddie Keppard et Louis Armstrong, il joue comme une patate. Depuis l’enfance, il taquine le cornet à pistons. Son adolescence à La Nouvelle-Orléans tient de Ringolevio (Emmett Grogan) et de Mort à crédit (Céline). Pas un Noir à l’horizon.

    En 1917, les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne. Dans les bateaux qui reviennent sur les lieux du crime, Saint-Nazaire, ­Bordeaux, il y a des musiciens. Notamment Jim Europe. Il avait d’ailleurs lui-même enregistré, dès 1913. Devant cette immense aventure qui commence, le symptomatique Original Dixieland Jass Band reste à sa juste place : celle d’un petit combo de gamins qui connurent leur quart d’heure de gloire et qu’une photo montre, en 1921, « apaisant les bêtes sauvages au zoo de Central Park ».

    #Musique #Jazz #Domaine_Public


  • 200 manuscrits du Mont Saint-Michel en libre accès sur internet
    http://culturebox.francetvinfo.fr/patrimoine/histoire/200-manuscrits-du-mont-saint-michel-en-libre-acces-sur-inter

    Près de 200 manuscrits de l’ancienne bibliothèque du Mont Saint-Michel, rédigés entre le VIIIe et le XVIIIe siècles, sont accessibles au public sur internet.
    « Sur 205 manuscrits, entre 80 et 100 ont été produits au Mont Saint-Michel et datent de la fin du Xe siècle au début du XIIIe, période où le scriptorium de l’abbaye est actif. Les autres ont été acquis par l’abbaye », explique Stéphane Lecouteux, responsable de la bibliothèque patrimoniale d’Avranches (Manche).

    Fruit d’un partenariat entre l’Université de Caen et la ville d’Avranches, la bibliothèque virtuelle a été progressivement mise en place depuis avril. Le budget de la numérisation d’une centaine de documents est de 30.000 euros.

    #Domaine_public #Open_data