• Fungi, Folklore, and Fairyland – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/essay/fungi-folklore-and-fairyland

    « Mangez-moi, Mangez-moi
    C’est le chant du Psylo... »

    The first recorded mushroom trip in Britain took place in London’s Green Park on October 3, 1799. Like many such experiences before and since, it was accidental. A man identified in the subsequent medical report as “J. S.” was in the habit of gathering small field mushrooms from the park on autumn mornings and cooking them up into a breakfast broth for his wife and young family. But this particular morning, an hour after they had finished it, everything began to turn very strange. J. S. noticed black spots and odd flashes of colour interrupting his vision; he became disorientated and had difficulty in standing and moving around. His family were complaining of stomach cramps and cold, numb extremities. The notion of poisonous toadstools leapt to his mind, and he staggered out into the streets to seek help, but within a hundred yards he had forgotten where he was going, or why, and was found wandering in a confused state.

    By chance a physician named Everard Brande was passing through this part of town, and he was summoned to treat J. S. and his family. The scene he witnessed was so unusual that he wrote it up at length and published it in The Medical and Physical Journal a few months later.1 The family’s symptoms were rising and falling in giddy waves, their pupils dilated, their pulses fluttering, and their breathing laboured, periodically returning to normal before accelerating into another crisis. All were fixated on the fear that they were dying except for the youngest, the eight-year-old son named as “Edward S.”, whose symptoms were the strangest of all. He had eaten a large portion of the mushrooms and was “attacked with fits of immoderate laughter” which his parents’ threats could not subdue. He seemed to have been transported into another world, from which he would only return under duress to speak nonsense: “when roused and interrogated as to it, he answered indifferently, yes or no, as he did to every other question, evidently without any relation to what was asked”.

    Dr Brande diagnosed the family’s condition as the “deleterious effects of a very common species of agaric [mushroom], not hitherto suspected to be poisonous”. Today, we can be more specific: this was intoxication by liberty caps (Psilocybe semilanceata), the “magic mushrooms” that grow plentifully across the hills, moors, commons, golf courses, and playing fields of Britain every autumn. The botanical illustrator James Sowerby, who was working on the third volume of his landmark Coloured Figures of English Fungi or Mushrooms (1803), interrupted his schedule to visit J. S. and identify the species in question. Sowerby’s illustration includes a cluster of unmistakable liberty caps, together with a similar-looking species (now recognised as a roundhead of the Stropharia genus). In his accompanying note, Sowerby emphasises that it was the pointy-headed variety (“with the pileus acuminated”) that “nearly proved fatal to a poor family in Piccadilly, London, who were so indiscreet as to stew a quantity” for breakfast.

    Alors là, la ressemblance entre le bonnet phrygien et les psylos dans les champs... je ne l’avais encore jamais lue. Et la médaille de Benjamin franklin ne laisse pourtant aucun doute.

    During the nineteenth century, the liberty cap took on a different set of associations, derived not from its visionary properties but its distinctive appearance. Samuel Taylor Coleridge seems to have been the first to suggest its common name in a short piece published in 1812 in Omniana, a miscellany co-written with Robert Southey. Coleridge was struck by that “common fungus, which so exactly represents the pole and cap of Liberty that it seems offered by Nature herself as the appropriate emblem of Gallic republicanism”.3 The cap of Liberty, or Phrygian cap, a peaked felt bonnet associated with the similar-looking pileus worn by freed slaves in the Roman empire, had become an icon of political freedom through the revolutionary movements of the seventeenth and eighteenth centuries. William of Orange included it as a symbol on a coin struck to celebrate his Glorious Revolution in 1688; the anti-monarchist MP John Wilkes holds it, mounted on its pole, in William Hogarth’s devilish caricature of 1763. It appears on a medal designed by Benjamin Franklin to commemorate July 4, 1776, under the banner LIBERTAS AMERICANA, and it was adopted during the French Revolution by the sans-culottes as their signature bonnet rouge. It was these associations — rather than its psychoactive properties, of which he shows no knowledge — that led Coleridge to celebrate it as the “mushroom Cap of Liberty”, a name that percolated through the many reprints of Omniana into nineteenth-century British culture, folklore, and botany.

    In parallel to a growing scientific interest in toxic and hallucinogenic fungi, a vast body of Victorian fairy lore connected mushrooms and toadstools with elves, pixies, hollow hills, and the unwitting transport of subjects to fairyland, a world of shifting perspectives seething with elemental spirits. The similarity of this otherworld to those engendered by plant psychedelics in New World cultures, where psilocybin-containing mushrooms have been used for millennia, is suggestive. Is it possible that the Victorian fairy tradition, beneath its innocent exterior, operated as a conduit for a hidden tradition of psychedelic knowledge? Were the authors of these fantastical narratives — Alice in Wonderland, for example — aware of the powers of certain mushrooms to lead unsuspecting visitors to enchanted lands? Were they, perhaps, even writing from personal experience?

    Despite its ubiquity, and occasional and tentative association with nature spirits, the mushroom that became the distinctive motif of fairyland was not the liberty cap but rather the spectacular red-and-white fly agaric (Amanita muscaria). The fly agaric is psychoactive but unlike the liberty cap, which delivers psilocybin in reliable doses, it contains a mix of alkaloids — muscarine, muscimol, ibotenic acid — which generate an unpredictable and toxic cocktail of effects. These can include wooziness and disorientation, drooling, sweats, numbness in the lips and extremities, nausea, muscle twitches, sleep, and a vague, often retrospective sense of liminal consciousness and waking dreams. At lower doses, none of these may manifest; at higher doses they may lead to coma and, on rare occasions, death.

    Let us turn now to the most famous and frequently-debated conjunction of fungi, psychedelia, and fairy-lore: the array of mushrooms and hallucinatory potions, mind-bending and shapeshifting motifs in Alice’s Adventures in Wonderland (1865). Do Alice’s adventures represent first-hand knowledge of hallucinogenic mushrooms?

    The scenes in question could hardly be better known. Alice, down the rabbit hole, meets a caterpillar sitting on a mushroom, who tells her in a “languid, sleepy voice” that the mushroom is the key to navigating through her strange journey: “one side will make you grow taller, the other side will make you grow shorter”. Alice takes a chunk from each side of the mushroom and begins a series of vertiginous transformations of size, shooting up into the clouds before learning to maintain her normal size by eating alternate bites. Throughout the rest of the book she continues to take the mushroom: entering the house of the Duchess, approaching the domain of the March Hare, and, climactically, before entering the hidden garden with the golden key.

    Nevertheless, it seems unlikely that Alice’s mind-expanding journeys owed anything to the actual drug experiences of their author. Although Carroll — in daily life the Reverend Charles Dodgson — was a moderate drinker and, to judge by his library, opposed to alcohol prohibition, he had a strong dislike of tobacco smoking and wrote sceptically in his letters about the pervasive presence in syrups and soothing tonics of powerful narcotics like opium — the “medicine so dexterously, but ineffectually, concealed in the jam of our early childhood”.8 Yet Alice’s adventures may have their roots in a psychedelic mushroom experience. The scholar Michael Carmichael has demonstrated that, a few days before he began writing the story, Carroll made his only ever visit to Oxford’s Bodleian library, where a copy of Mordecai Cooke’s recently-published drug survey The Seven Sisters of Sleep (1860) had been deposited.9 The Bodleian copy of this book still has most of its pages uncut, with the exception of the contents page and the chapter on the fly agaric, entitled “The Exile of Siberia”. Carroll was particularly interested in Russia: it was the only country he ever visited outside Britain. And, as Carmichael puts it, Carroll “would have been immediately attracted to Cooke’s Seven Sisters of Sleep for two more obvious reasons: he had seven sisters and he was a lifelong insomniac”.

    If so, he was neither a secret drug initiate nor a Victorian gentleman entirely innocent of the arcane knowledge of drugs. In this sense, Alice’s otherworld experiences seem to hover, like much of Victorian fairy literature and fantasy, in a borderland between naïve innocence of such drugs and knowing references to them. We read them today from a very different vantage point, one in which magic mushrooms are consumed far more widely than in the Victorian or indeed any previous era. In our thriving psychedelic culture, fly agaric is only to be encountered at the distant margins; by contrast, psilocybin mushrooms are a global phenomenon, grown and consumed in virtually every country on earth and even making inroads into clinical psychotherapy. Today the liberty cap is an emblem of a new political struggle: the right to “cognitive liberty”, the free and legal alteration of one’s own consciousness.

    #Domaine_public #Champignons_hallucinogènes #Amanite_Tue-mouches #Psylocybine #Alice_au_pays_des_merveilles #Lewis_Caroll #Contes_de_fées

  • Public Domain Backgrounds for Zoom – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/blog/2020/04/zoom-backgrounds

    In these days of social distancing and lockdown measures we may find ourselves on video chat screens a little more than we’d like. So we thought we’d provide you with some images to brighten up your backdrops — from a dreamy Bosch landscape to a 70’s space colony, from an operatic “Hall of Stars” to an Antarctic expedition. We’ve prepped them for Zoom as regards dimensions, but they are sure to be useful for other video conferencing/chat tools that you may be into.
    You can browse this first batch of fifteen images below (we’re planning to do another next month). To download the full-res version (1920 x 1080 pixels) use the link beneath each image. Or if you wanted to download a ZIP file (49 mb) containing all the images, just click this link here.

    #Domaine_public #Zoom

  • Le site #Internet_Archive mis en danger par des poids lourds de l’édition

    Sous la pression d’une #plainte déposée devant un tribunal new-yorkais par quatre poids lourds de l’édition aux États-Unis, le site Internet Archive a décidé d’avancer de 15 jours la fermeture de sa #bibliothèque_d’urgence, créée en réponse à l’#épidémie de #coronavirus.

    Une infraction « massive et délibérée » au #droit_de_reproduction. C’est ce que quatre éditeurs, dont la filiale américaine du groupe #Hachette, reprochent au site Internet Archive, connu notamment pour son archivage du web mondial, la #Wayback_Machine, dans laquelle on peut retrouver des pages web disparues.

    Mais l’Internet Archive, c’est aussi une immense #médiathèque, riche de millions de #livres, #films, #images, jeux vidéo et documents sonores. Côté bibliothèque, son « but ultime » est de « mettre tous les travaux publiés de l’humanité à la disposition de tous dans le monde ». Chacun·e, à condition d’être inscrit·e, peut emprunter jusqu’à dix livres à la fois, pour une durée de quinze jours. Les livres sont prêtés sous la forme de fichiers pdf. Selon Internet Archive, 17 500 livres sont empruntés chaque jour.

    Comme dans une bibliothèque classique, un livre doit être disponible pour pouvoir être emprunté – une règle que le site a « concoctée de toutes pièces », lui reprochent les plaignants. Ce concept du « #prêt_numérique_contrôlé » autorise un prêt à la fois pour un livre numérisé donné. Soutenu par le Conseil des directeurs des bibliothèques d’État des États-Unis, il n’avait encore jamais été mis en cause devant les tribunaux.

    Ce qui a décidé les #maisons_d’édition à risquer un #procès pas gagné d’avance, c’est la #Bibliothèque_nationale_d’urgence mise en place à la fin du mois de mars par Internet Archive, pour répondre à la fermeture des écoles, bibliothèques et universités en raison du coronavirus, et donc à l’impossibilité d’aller y chercher des livres. Installé aux États-Unis, le site avait simplement décidé de « suspendre les listes d’attente […] pendant toute la durée de l’urgence nationale américaine » : c’est-à-dire qu’il n’y avait plus besoin qu’un livre (numérique) revienne pour être emprunté à nouveau. Plusieurs lecteurs pouvaient ainsi en bénéficier en même temps.

    Mercredi 10 juin, son fondateur, #Brewster_Kahle, a publié sur son blog un billet (https://blog.archive.org/2020/06/10/temporary-national-emergency-library-to-close-2-weeks-early-returning-) pour annoncer la fin prochaine du dispositif, avancée au 16 juin, espérant trouver avec les détenteurs de droits « un système qui marche ».

    Son initiative a été soutenue publiquement par des dizaines de bibliothèques et d’universités, ces institutions se revendiquant du principe du « #fair_use », qui autorise des dérogations aux droits de reproduction, particulièrement quand il s’agit d’enseignement, et selon les circonstances. C’est le cas, estime Brewster Kahle, de l’épidémie due au coronavirus.

    Au contraire, cette ouverture des portes numériques est intervenue, selon les éditeurs, au pire moment, celui-là « même où de nombreux auteurs, éditeurs et librairies indépendantes, sans parler des bibliothèques, luttent pour survivre ». Le risque pour Internet Archive est vital, la loi sur le #droit_d’auteur (#Copyright_Act) autorisant des #dommages_et_intérêts pouvant atteindre 150 000 dollars par œuvre en cas de violation délibérée. Si le site propose au prêt 1,3 million de livres, certains sont toutefois dans le #domaine_public.

    « La #gratuité est un concurrent indépassable », estiment les éditeurs dans leur plainte, rappelant l’argument le plus éculé de l’industrie musicale. Internet Archive « ne fait qu’exploiter les investissements que les éditeurs ont faits dans leurs livres », accusent-ils, et « au moyen d’un modèle économique conçu pour profiter librement du travail des autres ». La plainte s’acharne à démontrer que l’Internet Archive serait une entreprise commerciale vivant de la #numérisation des livres, un travail qu’elle effectue contre rémunération pour les bibliothèques. Urgence ou pas, elle demande la destruction de toutes les copies illégales.

    Avec les livres prêtés par l’Internet Archive, on est pourtant loin du mp3 recopié ou downloadé en clic. Brewster Kahle rappelle dans une lettre adressée le 10 avril à Thom Tillis, un sénateur républicain président de la Commission sur la #propriété_intellectuelle, réservé sur la légalité du procédé, que son organisation, sans but lucratif, est régulièrement reconnue comme bibliothèque par la Californie. Cela fait bientôt dix ans, dit-il, que les livres sont prêtés selon la règle « #un_lecteur_à_la_fois ». De plus, se défend le fondateur de la bibliothèque, « nos livres numériques sont protégés par les mêmes protections techniques que celles utilisées par les éditeurs pour garantir que les lecteurs n’ont accès à un livre que pendant les deux semaines de son prêt, et que des copies supplémentaires ne peuvent être faites ».

    Toujours à destination de l’élu républicain, il explique : « Vos électeurs ont payé pour des millions de livres auxquels ils n’ont pas accès actuellement » – 15 millions de livres bloqués derrière les portes fermées de 323 bibliothèques, rien qu’en Caroline du Nord, l’État du sénateur, a compté Brewster Kahle.

    Aux éditeurs, il fait remarquer que la bibliothèque d’urgence ne comporte aucun livre publié il y a moins de cinq ans ; 90 % des livres empruntés ont plus de dix ans, et deux tiers datent du XXe siècle. Quant aux auteurs qui ne voudraient pas que leurs livres soient ainsi prêtés, il leur suffit de le demander par mail, poursuit Kahle. Certains ont au contraire, affirme-t-il, demandé à figurer dans la bibliothèque numérique.

    Dès le 31 mars, la Guilde des auteurs avait mobilisé ses membres contre la bibliothèque d’urgence, parlant de « piratage pur et simple », et proposé un modèle de réclamation. Ce groupement d’auteurs avait déjà fait connaître son désaccord avec le prêt de livres numérisés selon le principe « un livre papier, une copie numérique » en janvier 2019. Le #Syndicat_national_des_auteurs (#National_Writers_Unions) a de son côté préféré entamer des discussions amiables avec Internet Archive et les défenseurs du prêt numérique contrôlé.

    L’Internet Archive est en effet, aux États-Unis, loin d’être la seule bibliothèque à pratiquer de la sorte. La pratique du prêt numérisé contrôlé est théorisée, défendue et pratiquée par de nombreux juristes et des bibliothèques universitaires ou locales, comme celles des villes de Los Angeles, San Francisco et Boston. Un livre imprimé peut être prêté : c’est le principe des bibliothèques. Il doit en être de même pour sa déclinaison à l’identique au format numérique, un exemplaire numérique prêté à une personne à la fois.

    En attendant la décision du tribunal new-yorkais, des internautes se posent à travers le monde la question d’archiver l’Internet Archive et ses téraoctets de documents.

    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/110620/le-site-internet-archive-mis-en-danger-par-des-poids-lourds-de-l-edition
    #open_access #confinement #édition_scientifique #recherche #justice

  • Domaine public, droit d’auteur : la bibliothèque Gutenberg sanctionnée en Italie
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/domaine-public-droit-d-auteur-la-bibliotheque-gutenberg-sanctionnee-en-italie/101207

    L’affaire prend tout de même une étrange tournure : le Projet Gutenberg, plateforme hébergée sur le territoire américain, propose depuis des années des ouvrages du domaine public numérisé. Or, fin mai, le tribunal de Rome demandait aux opérateurs de couper les accès aux citoyens d’Italie. La plus grande bibliothèque numérique, bannie de la toile italienne ?

    Incompréhensible – sauf à envisager que le procureur de Rome ne soit allé un peu vite en besogne. Depuis quelques semaines, le site Gutenberg.com, ressource précieuse aux 60.000 titres numérisés, relevant du domaine public, est inaccessible en Italie. Et tout part en effet d’une enquête menée par le procureur sur la diffusion numérique de contenus piratés.

    Une procédure rondement menée

    Ainsi que nous l’évoquions, 28 sites ont été pointés du doigt, et inscrits sur une liste noire dans le cadre de l’enquête préliminaire. Et ils ont fini par se retrouver inaccessibles depuis le territoire italien, reconnus coupables de mise à disposition d’oeuvres protégées par le droit d’auteur. Or, le Projet Gutenberg est connu de tous pour ne contenir que des ouvrages anciens, dont les auteurs sont morts depuis suffisamment longtemps pour que leurs textes soient mis en partage – sans contrevenir à aucune législation.

    Démarré en 1971 par Michael Hart, l’idée a toujours été de constituer une bibliothèque numérique d’ebooks pour « briser les barrières de l’ignorance et de l’analphabétisme ». Pas de vocation lucrative, une action menée et soutenue par des bénévoles : incompréhensible, la suite.

    Or, plusieurs questions restent en suspens : la Guardia di Finanza n’a d’autorité que sur le sol du Bel Paese. Or, les serveurs de Gutenberg sont aux États-Unis, et il n’existe pas de filiale italienne qui pourrait être confrontée. Retrouver aux côtés de sites pirates, comme downmagaz.com et pdfmagazines.club, la grande bibliothèque d’ebooks fait froid dans le dos.

    La France s’était elle-même pris les pieds dans le tapis en accusant Internet Archive de référencer de la propagande terroriste. Or, il s’avérait qu’une vidéo portant sur l’interprétation du Coran avait été prise pour cible. Regrettable, donc, et d’autant plus que les textes de Gutenberg ne sont plus protégés. Dans le cas d’Internet Archive, 550 pages avaient ainsi été désignées comme coupables – avec l’exigence d’un retrait.

    Droit d’auteur ici, domaine public là

    Dans une récente intervention, le président de l’Associazione italiana editori souligne le travail de la Guardia di Finanza « dans son action contre la diffusion non autorisée d’oeuvres sous droit ». Car l’autre option concernerait une vilaine affaire de géolocalisation : des oeuvres sous droit en Italie peuvent avoir accédé au domaine public aux États-Unis.

    On comprendrait mieux la position des éditeurs italiens – nous avons sollicité l’AIE sur plusieurs points – en prenant en compte des disparités légales sur le domaine public. De fait, à l’instar du Petit Prince, gratuit sur tous les territoires francophones, sauf la France, l’oeuvre de Saint-Exupery s’achète, en numérique : en Belgique, au Québec, ou ailleurs, elle se télécharge sans retenue.

    Et les plateformes qui proposent l’oeuvre soulignent la plupart du temps qu’il importe de vérifier si la législation locale autorise ce téléchargement – autrement dit, on peut être dans la légalité outre-Quiévrain, et pirate à Marseille… La théorie se retrouve dans La Reppublica, qui cite Maurizio Codogno, porte-parole de Wikimedia Italia.

    Selon lui, les autres plateformes mises en cause par le procureur de Rome – même Telegram – finiront par trouver un autre nom et s’en sortiront : Gutenberg, en revanche, finirait par être seul à subir les conséquences de cette situation – d’autant que tous les autres ont un intérêt réel, parce qu’économique, à partager des contenus piratés.

    “Une mesure disproportionnée”

    En Italie comme en France, le domaine public intervient 70 ans après la mort de l’auteur : en parcourant la liste des titres de Gutenberg, on retrouve Aldo Palazzeschi, mort en 1974. Or, en vertu du droit américain, son oeuvre est dans le domaine public, quand elle n’y entrera qu’en 2044 pour les Italiens. Et ainsi de suite, plusieurs exemples montrent que la réalité légale est complexe.

    Or, Gutenberg connaît bien ce problème : en 2018, il fut condamné en Allemagne à bloquer tout accès à son site, suite à un procès intenté par un éditeur en 2015. Il s’agissait du téléchargement autorisé de 18 oeuvres de Thomas Mann, empêtré dans la même tempête juridique de droits ou de domaine public.

    Sauf que le cas italien est encore plus complexe : il n’y a ni plainte ni doléance de la part d’éditeurs. Et les titres qui entreraient en violation du DA n’ont pas même été identifiés. Giovanni Battista Gallus, avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, le souligne : « Rendre l’ensemble du site totalement inaccessible, pour une violation présumée, est une mesure disproportionnée. »

    Les commentaires du président de l’AIE confirmeraient d’ailleurs ce malentendu global : « Les règles européennes sur le droit d’auteur sont de nature à offrir des garanties à toutes les parties concernées. La loi existe, elle doit être respectée. Cela vaut également pour un site connu et apprécié comme Gutenberg.org. »

    Car il suffirait en effet d’introduire quelques restrictions géolocalisées, pour ne plus avoir à se plaindre. Si tant est qu’il y ait une plainte.

    #Domaine_public #Projet_Gutenberg #Italie #Copyright_madness

  • Il a photographié la Commune de Paris : Bruno Braquehais premier photo-reporter de l’Histoire de France
    https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/photographie/il-a-photographie-la-commune-de-paris-bruno-braquehais-premier-photo-re

    L’ami des Communards
    Né sourd en 1823 à Dieppe, Bruno Braquehais a développé son regard. La Commune est un épisode à part dans sa carrière de photographe, sa démarche est davantage un acte de solidarité envers les fédérés que commerciale. Il ne vend aucun de ses clichés, il photographie gratuitement les Communards qui posent fièrement devant son appareil. Ses photos seront connues après l’événement, car à l’époque les journaux publient des gravures pour illustrer les articles. Aujourd’hui, les photos de Bruno Braquehais figurent dans tous nos livres d’Histoire.

    #Photographie #Domaine_public #Commune_Paris

  • Audit du code source de Parcoursup par la Cour des comptes
    https://linuxfr.org/news/audit-du-code-source-de-parcoursup-par-la-cour-des-comptes

    La Cour des comptes a publié il y a quelques semaines un rapport de deux cents pages consacré à « l’accès à l’enseignement supérieur », et notamment à son application emblématique, Parcoursup.

    Le rapport contient notamment de longs passages consacrés à la qualité du code publié.

    On peut retenir à ce sujet deux points cruciaux et plutôt désolants :

    seul environ 1 % du code source de l’application a été publié (en 2018), contrairement à la décision des pouvoirs publics annoncée en 2017 de « permettre une totale transparence sur l’affectation des candidats »  ; la qualité du code audité est qualifiée par la Cour des comptes de « médiocre », avec « un niveau de risque élevé et de nombreuses violations critiques identifiées », la Cour évoque un code qui « n’a pas été produit selon les standards professionnels » et d’un « processus (...)

  • Pour empêcher les procès pour plagiat dans la musique, un algorithme met 68 milliards de mélodies dans le domaine public
    https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2020/02/27/pour-empecher-les-proces-pour-plagiat-dans-la-musique-un-algorithme-met-68-m

    Face au « champ de mine mélodique » où chaque artiste risque une poursuite pour plagiat, deux musiciens développeurs ont généré toutes les mélodies possibles dans la musique pop. Robin Thicke et Pharrell Williams condamnés pour avoir plagié Marvin Gaye, Radiohead accusant Lana Del Rey d’avoir copié le titre Creep avec son Get Free, Chris (ex-Christine and the Queens) accusée d’avoir copié un logiciel dans son titre Damn, dis-moi… Les accusations de plagiat et les procès qui s’ensuivent sont l’une des (...)

    #art #son #copyright #algorithme

  • Musicians Algorithmically Generate Every Possible Melody, Release Them to Public Domain - VICE
    https://www.vice.com/en_us/article/wxepzw/musicians-algorithmically-generate-every-possible-melody-release-them-to-publi

    Two programmer-musicians wrote every possible MIDI melody in existence to a hard drive, copyrighted the whole thing, and then released it all to the public in an attempt to stop musicians from getting sued.

    Programmer, musician, and copyright attorney Damien Riehl, along with fellow musician/programmer Noah Rubin, sought to stop copyright lawsuits that they believe stifle the creative freedom of artists.

    (…) Riehl explained that to get their melody database, they algorithmically determined every melody contained within a single octave.

    To determine the finite nature of melodies, Riehl and Rubin developed an algorithm that recorded every possible 8-note, 12-beat melody combo. This used the same basic tactic some hackers use to guess passwords: Churning through every possible combination of notes until none remained. Riehl says this algorithm works at a rate of 300,000 melodies per second.

    Once a work is committed to a tangible format, it’s considered copyrighted. And in MIDI format, notes are just numbers.

  • De 2013 à 2019, les œuvres qui se sont élevées !
    Dans le domaine public en 201…
    #domaine_public
    http://aventdudomainepublic.org/?date=2013-12-31

    Qui s’élèvera dans le domaine public en 201… ?

    Je lis que Heidegger n’est traduit que par ses ayants droits, empêchant toute autre traduction. C’est peut-être mieux d’apprendre l’allemand entre temps, sinon on est prié d’attendre 2046

    https://www.slate.fr/tribune/84783/la-traduction-assassine-dheidegger

    La vérité est que, dès la fin des années 1970, Heidegger est devenu en France la « chose » d’un groupe d’heideggériens décidé à conserver jalousement son monopole. Roger Munier, qui s’en était aperçu très tôt, avait cherché à en informer Heidegger auquel il avait adressé une lettre en 1973 dans laquelle il s’efforçait d’attirer l’attention du Maître sur le fait que le cercle clos où Beaufret et les siens l’enfermaient risquait de le priver d’autres contacts. Il récidivera en 1976, à l’occasion de la publication de Question IV, en écrivant une lettre de protestation à Heidegger, signée par plusieurs « lecteurs et traducteurs français » (parmi lesquels Henri Birault, Lucien Braun, Alain Renaut, Jacques Taminiaux, Michel Haar et Emmanuel Martineau), pour le mettre en garde contre la captation d’héritage à laquelle son œuvre était alors en train de donner lieu par un certain nombre d’individus (entendez : Jean Beaufret, François Fédier et François Vezin), et surtout pour dénoncer l’esprit des traductions que ces derniers supervisaient, non seulement pleines d’inexactitudes et de négligences, mais pleines d’affectation, de complaisance langagière et de préciosité (Voir sur ce point D. Janicaud, ibid., p. 266-268). On aurait aimé que le Maître entende ce que les signataires de cette lettre ont cherché à lui dire, mais, compte tenu de son grand âge et de l’étroite amitié qui le liait à Jean Beaufret, il était prévisible qu’il fasse la sourde oreille. Le décès subit de Heidegger, le 26 mai 1976, deux mois seulement après avoir reçu cette lettre, acheva de clore cette affaire.

  • Les musées de Paris numérisent plus de 100 000 œuvres de leurs collections
    https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/les-musees-de-paris-numerisent-plus-de-100-000-oeuvres-de-leurs-collections/98615?origin=newsletter

    Tweet

    imprimer

    Paris Musées regroupe depuis 2013 l’ensemble des musées de la ville de Paris et œuvre pour la gestion d’une politique culturelle globale. Il a annoncé la mise à disposition en libre accès de plus de 100 000 reproductions numériques des œuvres conservées dans les collections de ses différents musées.

    Paris Musées franchit ainsi une étape de plus dans le développement de sa politique numérique et renforce son action en faveur de l’accès à l’art et à la culture envers le plus grand nombre.

    L’ensemble des productions proposées est mise à disposition sur le portail de collections de Paris Musées ou via des applications dédiées en Open Content, c’est-à-dire disponibles gratuitement et sans restriction. Toutes bénéficiant de la licence reconnue internationalement Créative Commons Zero (CCØ), il est ainsi possible de les réutiliser sans restriction technique, juridique ou financière, que ce soit pour un usage commercial ou non.

    Joint à cette politique de libre accès, Paris Musées entend également poursuivre son rôle de médiation de l’art en sensibilisant tout internaute souhaitant se procurer une œuvre à la bonne pratique d’utilisation des images.

    Ainsi chaque reproduction téléchargée sera accompagnée d’un fichier comprenant une charte explicative des Creative Commons, ainsi que la notice de l’œuvre. Paris Musées invitant par là-même tout un chacun à non seulement citer sa source, mais à le faire en bonne connaissance de cause.

    Les œuvres libres de droit sont mises à disposition dans un format haute définition (3000 pixels). Quant à celles n’étant pas encore tombées dans le domaine public, elles ne sont visibles qu’en tant qu’illustrations sur le site, en basse définition.

    Déjà utilisée par d’autres musées dans le monde, à l’instar du Rijksmuseum à Amsterdam ou du Metropolitan Museum à New York, la licence CCØ est pour la première fois adoptée par une institution muséale en France.

    Avec cette ouverture sur le numérique Paris Musées entend ainsi contribuer à valoriser à la connaissance des collections municipales tant en France qu’à l’étranger en accroissant leur visibilité.

    <

    >

    Entreprise en partenariat avec Wikimedia France, acteur associatif engagé dans le partage de la connaissance, cette initiative vient compléter l’offre numérique de Paris Musées comme impression 3D, le GigaPixel ou le portail des collections.

    #Musées #Licence_CC0 Creative_commons #Domaine_public #Paris

  • The Cubies’ ABC (1913) – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collection/the-cubies-abc-1913

    Trop fun cet abécédaire anti-cubiste.

    We tend to forget, now that the Cubists and Futurists have become as integral to the history of art as the painters of the Dutch Golden Age and the Italian Renaissance, how hostile most people — even most artists — felt toward the non-representational innovations of the artists on display at the Armory.

    For every open-minded viewer like William Carlos Williams, who later said he was “tremendously stirred” by what the show represented, there were dozens who felt more like the anonymous American quoted above — or like Mary Mills and Earl Harvey Lyall, who immortalized their disgust with “the Cubies”, stars of a novel alphabet book published sometime before the end of 1913.

    The mean-spirited, if sometimes hilarious, text of The Cubies’ ABC was composed by Mary (1879–1963), about whom nothing is known. The equally mean-spirited, if somewhat cutesy, illustrations were done by her architect husband, Earl (1877–1932).

    #Domaine_public #Cubisme

  • Reproductions of Public Domain Works Should Remain in the Public Domain - Creative Commons
    https://creativecommons.org/2019/11/20/reproductions-of-public-domain-works

    We acknowledge that in some cases cultural heritage institutions use CC licenses in order to get credit for their work or to indicate the provenance of the digital surrogates. There are better, more appropriate technical tools to achieve that goal, including metadata and machine readability standards.

    Lastly, we understand the concerns over revenue and profit that some cultural heritage institutions express when evaluating open access policies. However, claiming copyright over public domain works and successful revenue strategies are different conversations that don’t belong in the same space. If anything, there is a growing amount of evidence that shows that the associated costs for licensing images dwarf the potential benefits or revenue streams for licensing images.2

    #domaine_public #creative_commons #appropriation

  • La directive Copyright mettra-t-elle fin au Copyfraud ? – – S.I.Lex –
    https://scinfolex.com/2019/06/01/la-directive-copyright-mettra-t-elle-fin-au-copyfraud

    Une première consécration positive du domaine public

    Cet article 14 a une importance ne serait-ce que sur le plan symbolique, car il s’agit de la première reconnaissance positive de la notion de domaine public dans l’ordre juridique européenne. Aujourd’hui, le domaine public n’existe en effet « qu’en creux » dans les textes relatifs au droit d’auteur : on déduit son existence du fait que la durée des droits est limitée dans le temps. Mais n’étant pas explicitement nommé, le domaine public ne bénéficie pas de protection particulière, ce qui permet aux pratiques de Copyfraud de proliférer.

    Avec l’article 14, les choses sont susceptibles de changer, puisque le texte interdit de faire « renaître » un droit d’auteur ou des droits voisins sur une oeuvre appartenant au domaine public, à moins d’y avoir apporté des éléments originaux (et donc réalisé ce que l’on appelle une oeuvre dérivée). C’est un principe que l’on trouvait déjà affirmé dans le Manifeste pour le Domaine Public, publié en 2010 par le réseau COMMUNIA :

    Ce qui est dans le domaine public doit rester dans le domaine public. Le contrôle exclusif sur les œuvres du domaine public ne doit pas être rétabli en revendiquant des droits exclusifs sur les reproductions fidèles des œuvres ou en utilisant des mesures techniques de protection pour limiter l’accès aux reproductions fidèles de ces œuvres.

    On notera cependant que le champ de l’article 14 est restreint puisqu’il ne s’applique qu’aux oeuvres des arts visuels (dessin, peinture, photographie, sculpture, design, et d’autres choses encore). On aurait pu imaginer un mécanisme universel de protection du domaine public, couvrant aussi la musique, le cinéma, la littérature, etc., mais telle n’a pas été la volonté du législateur européen.

    Ce qui nous est dit ci-dessus en substance, c’est que la BnF ne s’appuie pas, comme le fait la RMN, sur le droit d’auteur pour faire payer les réutilisations commerciales des reproductions d’oeuvres, mais sur le droit des données publiques. Elle ne revendique pas le fait d’avoir produit de « nouvelles oeuvres » en numérisant ses collections, mais de générer des informations qui, en vertu de la loi dite Valter de 2016, peuvent donner lieu à l’établissement de redevances de réutilisation lorsqu’elles sont produites par des institutions culturelles.

    Or à première vue, l’article 14 va rester sans effet sur cette forme particulière de copyfraud. Pire encore, il suffirait en théorie à la RMN d’adopter la même stratégie que la BnF et de substituer à son copyright douteux une référence à la loi Valter pour se mettre à l’abri de l’article 14 et poursuivre son business as usual…

    Si l’on en restait là, les perspectives pour le domaine public serait assez peu réjouissantes, mais il est heureusement possible d’avoir une autre lecture de l’article 14.

    #Domaine_public #Copyfraud

  • Ogawa Kazumasa’s Hand-Coloured Photographs of Flowers (1896) – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/collections/ogawa-kazumasas-hand-coloured-flower-collotypes-1896

    RP-F-2001-7-1557B-1-edit

    The stunning floral images featured here are the work of Ogawa Kazumasa, a Japanese photographer, printer, and publisher known for his pioneering work in photomechanical printing and photography in the Meiji era. Studying photography from the age of fifteen, Ogawa moved to Tokyo aged twenty to further his study and develop his English skills which he believed necessary to deepen his technical knowledge. After opening his own photography studio and working as an English interpreter for the Yokohama Police Department, Ogawa decided to travel to the United States to learn first hand the advance photographic techniques of the time. Having little money, Ogawa managed to get hired as a sailor on the USS Swatara and six months later landed in Washington. For the next two years, in Boston and Philadelphia, Ogawa studied printing techniques including the complicated collotype process with which he’d make his name on returning to Japan.

    In 1884, Ogawa opened a photographic studio in Tokyo and in 1888 established a dry plate manufacturing company, and the following year, Japan’s first collotype business, the “K. Ogawa printing factory”. He also worked as an editor for various photography magazines, which he printed using the collotype printing process, and was a founding member of the Japan Photographic Society.

    The exquisite hand-coloured flower collotypes shown here were featured in the 1896 book Some Japanese Flowers (of which you can buy a 2013 reprint here), and some were also featured the following year in Japan, Described and Illustrated by the Japanese (1897) edited by Francis Brinkley.

    #Domaine_public

  • Digitized images of works in the public domain: what rights vest in them? Analysis of the recent BGH Reiss-Engelhorn judgment - Part 1 - The IPKat
    http://ipkitten.blogspot.com/2019/02/digitized-images-of-works-in-public.html?m=1

    The German Federal Court of Justice recently published the full version of its highly-anticipated decision on the publication of photographs of paintings held by a group of German museums on Wikimedia Commons. The case had raised several unresolved questions of German copyright law with regard to works in the public domain.

    The courts of first and second instance had given favourable decisions to the claimant group of museums. The Federal Court’s judgment confirms these decisions and seems to strengthen the legal position of the owners of paintings in the public domain. But as it refuses to address the most controversial aspect of the decision in appeal, the decision seems to leave the door wide open for future reconsideration of the latter.

    Digitized images of works in the public domain: what rights vest in them? Analysis of the recent BGH Reiss-Engelhorn judgment - Part 2
    http://ipkitten.blogspot.com/2019/02/digitized-images-of-works-in-public_19.html

    The only positive feature of the judgment is what makes Tobias call this a pyrrhic victory in his above contribution. The judgment does not reinforce tendencies by the Fifth Senate of the Court to develop a kind of depiction right in property (which in German would be called “Recht am Bild der eigenen Sache”). Such an IP position would wreak havoc in today’s visual public sphere. It would, of course, have been better still, had this judgment sided with scholarship and actively countered those tendencies. That, however, would have put the First Senate in open opposition to the Fifth Senate, which would have called for putting the matter before the Court’s Great Senate, being the forum to solve contradictions between Senates. And there, in the Great Senate, the golden rule is: The Senate that puts the matter forward will lose. So, it’s probably for the better that the First Senate didn’t take this road."

    #propriété_intellectuelle #Allemagne #droit #domaine_public #Urbildtheorie

  • Visit a New Digital Archive of 2.2 Million Images from the First Hundred Years of Photography | Open Culture
    http://www.openculture.com/2017/05/visit-a-new-digital-archive-of-2-2-million-images-from-the-first-hundre

    Interested in photography? You’re in the right place. Over the years, we’ve compiled free classes on digital photography, hundreds of photography lectures, courses on photography appreciation, and documentaries on famous greats like Alfred Stieglitz, Diane Arbus, Edward Weston, and Henri Cartier-Bresson. You can learn the history of photography in “five animated minutes,” see the venerable art of tintype recreated, and visit archives from the Soviet Union, the collection of George Eastman, and the work of pioneering motion photographer Eadweard Muybridge (animated in 93 GIFs).

    Still not enough? How about a digital library of 2.2 million images from the history of photography? Europeana Collections just launched its “latest thematic collection,” Europeana Photography, which, notes Douglas McCarthy at the site’s blog, “includes images and documents from 50 European institutions in 34 different countries.”

    #Domaine_public #Photographie

  • Grandville, Visions, and Dreams – The Public Domain Review
    https://publicdomainreview.org/2018/09/26/grandville-visions-and-dreams

    The poet Charles Baudelaire greatly admired the graphic arts, writing several essays about the major caricaturists and illustrators of his day. He found something positive to say about each of them with one exception, the artist Jean-Ignace-Isidore Gérard, known simply as Grandville (1803–1847). And yet, despite Baudelaire’s antipathy, Grandville is arguably the most imaginative graphic artist of the nineteenth century, as well as the most influential on subsequent generations. Baudelaire was well aware of Grandville’s gifts, but his aversion was that of a true classicist:

    There are superficial people whom Grandville amuses, but as for me, he frightens me. When I enter into Grandville’s work, I feel a certain discomfort, like in an apartment where disorder is systematically organized, where bizarre cornices rest on the floor, where paintings seem distorted by an optic lens, where objects are deformed by being shoved together at odd angles, where furniture has its feet in the air, and where drawers push in instead of pulling out.1

    Baudelaire’s comments were perceptive: these are the very characteristics that, while making him uncomfortable, appealed to the next century’s surrealist artists and writers who saw in Grandville a kindred spirit who shared their interest in the uncanny, in the dream state, and in the world of imagination.

    The work of a graphic artist was always collaborative, undertaken at the behest of a publisher. Graphic artists worked mostly on commission; paid by the piece, they considered themselves fortunate if contracted to produce all the drawings for one of the richly illustrated editions that were so popular with nineteenth-century audiences. The standard procedure was that the artist provided the drawing, which would then be translated into an incised wood engraving, printed and hand-colored by specialists. Grandville did his share of these commissioned works, producing illustrations for Don Quixote, Gulliver’s Travels, and Robinson Crusoe, among others, but because of this expensive and time-consuming production process, graphic artists were rarely allowed to follow their own inclinations. Nonetheless, Grandville’s most inventive work did just that, departing from the conventional understanding of illustration as subservient to text; Grandville’s drawings stand alone.

    #Domaine_public #Grandville #Illustration

  • Sony Finally Admits It Doesn’t Own Bach and It Only Took a Bunch of Public Pressure | Electronic Frontier Foundation
    https://www.eff.org/takedowns/sony-finally-admits-it-doesnt-own-bach-and-it-only-took-public-pressure

    Toujours plus fabuleux le copyfraud...

    Here’s the thing about different people playing the same piece of music: sometimes, they’re going to sound similar. And when music is by a composer who died 268 years ago, putting his music in the public domain, a bunch of people might record it and some of them might put it online. In this situation, a combination of copyright bots and corporate intransigence led to a Kafkaesque attack on music.

    Musician James Rhodes put a video of himself playing Bach on Facebook. Sony Music Entertainment claimed that 47 seconds of that performance belonged to them. Facebook muted the video as a result.

    So far, this is stupid but not unusually stupid in the world of takedowns. It’s what happened after Rhodes got Sony’s notice that earned it a place in the Hall of Shame.

    One argument in favor of this process is that there are supposed to be checks and balances. Takedown notices are supposed to only be sent by someone who owns the copyright in the material and actually believes that copyright’s been infringed. And if a takedown notice is wrong, a counter-notice can be sent by someone explaining that they own the work or that it’s not infringement.

    Counter-notices have a lot of problems, not the least of which is that the requirements are onerous for small-time creators, requiring a fair bit of personal information. There’s always the fear that, even for someone who knows they own the work, that the other side will sue them anyway, which they cannot afford.

    Rhodes did dispute the claim, explaining that “this is my own performance of Bach. Who died 300 years ago. I own all the rights.” Sony rejected this reasoning.

    While we don’t know for sure what Sony’s process is, we can guess that a copyright bot, or a human acting just as mechanically, was at the center of this mess. A human doing actual analysis would have looked at a video of a man playing a piece of music older than American copyright law and determined that it was not something they owned. It almost feels like an automatic response also rejected Rhodes’ appeal, because we certainly hope a thoughtful person would have received his notice and accepted it.

    Rhodes took his story to Twitter, where it picked up some steam, and emailed the heads of Sony Classical and Sony’s public relations, eventually getting his audio restored. He tweeted “What about the thousands of other musicians without that reach…?” He raises a good point.

    None of the supposed checks worked. Public pressure and the persistence of Rhodes was the only reason this complaint went away, despite how the rules are supposed to protect fair use and the public domain.

    How many more ways do we need to say that copyright bots and filters don’t work? That mandating them, as the European Union is poised to do, is dangerous and shortsighted? We hear about these misfires roughly the same way they get resolved: because they generate enough noise. How many more lead to a creator’s work being taken down with no recourse?
    Original Title of Threatened Content:
    Bach! From his 1st Partita
    Original location:
    https://www.facebook.com/jamesrhodespiano/videos/232063150806956
    Date of threat or takedown:
    September 4, 2018

    #Domaine_public #Sony #Bach #Copyfraud

  • Saint-Exupéry, le droit moral, la succession et la transaction (1/2) | Livres Hebdo
    http://www.livreshebdo.fr/article/saint-exupery-le-droit-moral-la-succession-et-la-transaction-12

    L’économie de la rente passe quand même avant la littérature. Faut pas exagérer, isn’t it ?
    Où l’on voit également que le « droit moral » n’est qu’une carte dans la main d’un négociateur, et nullement un outil pour le respect d’une oeuvre. Dommage, l’idée était bonne, mais la réalisation désastreuse (et ce n’est pas la première fois, cf. le livre « Cosette » et la famille Hugo - heureusement déboutée... versqatilité et insécruité juridique sur le statut du droit moral.

    Les revenus générés par l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry restent au cœur de batailles juridiques.
    La Cour de cassation a statué, le 5 avril 2018, dans une nouvelle affaire Saint-Exupéry, rendant une décision instructive sur la possibilité de transiger sur le droit moral d’un auteur et sur sa dévolution successorale. L’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry reste en effet une des plus intéressantes… financièrement.

    Car celui qui eut sa vie durant de récurrentes peines d’argent génère depuis sa disparition, en 1944, de colossaux revenus. Si l’auteur du Petit Prince, publié à New York en 1943 et en France en 1945, n’a pas bénéficié des avantages que ne tarda pas à produire son œuvre, ses héritiers et son éditeur, eux, contemplent leurs escarcelles se remplir des dividendes que leur procure depuis plus d’un demi-siècle la vente de ses livres.

    C’est simple, Le Petit Prince est l’un des textes qui s’écoule le plus dans le monde (trente millions d’exemplaires), avec la Bible et Le Capital de Marx. Il est traduit en près de deux-cents langues, y compris le toba, langue amérindienne de l’Argentine où n’avait jusque-là été transposé que le Nouveau Testament...

    Héritage

    Quelles sommes les éditions Gallimard, qui perçoivent les droits étrangers avec la succession, engrangent-elles chaque année sur le nom de Saint-Exupéry ? C’est un secret. Le reste du pactole revient donc à la famille, du moins pour la moitié, l’autre étant dévolue à José Martinez Fructuoso, ancien secrétaire particulier de Consuelo de Saint-Exupéry, veuve de l’aviateur, qui, à sa mort en 1979, lui lègue ses biens et ceux dont elle a hérité de son mari.

    N’ayant pas eu d’enfant, l’écrivain avait désigné sa famille comme dévolutaire des droits sur son œuvre et son nom, c’est-à-dire ses deux sœurs survivantes, Simone, morte en 1979 (comme Consuelo), et Gabrielle, disparue en 1986 – son frère, François, et sa sœur, Marie-Madeleine, étaient morts avant lui.

    Gabrielle d’Agay —elle avait épousé Pierre, comte de Giraud d’Agay en 1923—, cadette de la famille, est la seule à avoir eu des enfants. Les quatre neveux d’Antoine de Saint-Exupéry sont donc devenus les héritiers et ayants droit de son œuvre. Tous se sont regroupés au sein de la Succession Antoine de Saint-Exupéry-d’Agay.

    Partage par moitié

    Précisions que, quand Consuelo meurt en 1979, elle lègue ses biens et ceux dont elle avait hérité de son mari —lesquels se composaient de lettres, cahiers de notes, papiers divers et manuscrits, ainsi que la moitié des royalties de son œuvre— à José Martinez Fructuoso. Le légataire de Consuelo de Saint-Exupéry partage donc les droits d’auteur engendrés par ces documents et l’ensemble des textes de l’écrivain avec la famille d’Agay, qui dispose en sus de l’exclusivité du droit moral. Ce qui signifie qu’elle seule est en mesure d’autoriser, ou non, les nouvelles exploitations des œuvres de Saint-Exupéry et des produits dérivés qui en sont issus, indépendamment de toute question de propriété patrimoniale.

    La Cour de cassation décrit, dans son arrêt de 2018, l’accord intervenu en 1947 entre les deux branches de la succession : "par une convention conclue le 29 mai 1947, pour « régler les droits respectifs des parties (relatifs) à la propriété littéraire des ouvrages de Saint-Exupéry », Consuelo, d’une part, Simone et Gabrielle d’Agay, d’autre part, ont décidé que « les héritiers du sang (auraient) seuls la propriété morale de l’oeuvre d’Antoine, le droit de décider quelles (seraient) les oeuvres à publier ou à rééditer, ainsi que... tous les droits qu’avait sur l’oeuvre l’auteur de son vivant » ; que les parties ont convenu, en outre, que « les produits de l’oeuvre (…) tant publiée de son vivant que posthume », seraient partagés par moitié".

    Atteinte au droit moral

    Malgré cet accord originel, les relations sont en apparence tendues entre les deux branches, puisque, déjà, le 17 octobre 2008, Les Arènes étaient condamnées pour atteinte au droit moral, et sommées de verser 68500 euros (sur les 100000 d’abord réclamés) de dommages et intérêts et frais de justice. Trois ans plus tôt, l’éditeur avait publié sans autorisation des lettres inédites de Saint-Exupéry à Consuelo, reproduites dans Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry, un amour de légende, ouvrage coécrit par Alain Vircondelet et José Martinez Fructuoso.

    Dans la mesure où ni le légataire universel de Consuelo ni Les Arènes n’ont sollicité l’accord des d’Agay, ceux-ci ont porté l’affaire devant la justice. Et celle-ci leur a donné raison. Le tribunal a considéré que la reproduction de « 51 œuvres originales inédites d’Antoine de Saint-Exupéry, sans solliciter préalablement l’accord des consorts Giraud d’Agay » portait « atteinte au droit de divulgation post-mortem dont ces derniers sont titulaires ».

    Réhabilitation

    Le livre d’Alain Vircondelet et José Martinez Fructuoso montre des photographies, des reproductions d’objets, de télégrammes, qui sont des documents inédits sur lesquels, selon Laurent Beccaria, directeur des Arènes, les d’Agay ne détiennent pas de droits. Le directeur des Arènes explique aussi : « C’est un livre de charme, d’atmosphère, qui réhabilite une histoire d’amour émouvante et méconnue. La famille d’Agay nous reproche la divulgation d’extraits inédits, qui ne sont qu’une tête d’épingle des trésors qui reposent dans les archives de Consuelo. Le litige porte sur une dizaine de documents, quand le livre en contient environ quatre cents et pourrait en contenir des milliers d’autres, qui dorment encore dans des coffres, à cause du climat conflictuel qui entoure ce dossier. »

    Ce livre est aussi une entreprise de réhabilitation après les mots très virulents dont Consuelo était l’objet dans un catalogue paru à l’occasion d’une exposition organisée à la BNF, et à travers lesquels il était sous-entendu que son épouse n’avait été qu’une sorte d’erreur dans l’existence de l’écrivain.

    Or, poursuit Laurent Beccaria, « dans la réalité, Saint-Exupéry était un homme incroyablement vulnérable, déchiré, avec des amours multiples, mais qui a toujours gardé un lien fusionnel avec Consuelo. Les lettres qu’il lui a écrites montrent une tendresse forte et durable pour sa femme. Toutes les archives conservées par José Martinez-Fructuoso confirment qu’elle a joué un rôle important jusqu’à la fin. Comme les Mémoires de la rose, ses souvenirs posthumes publiés par Plon, ce livre lui rend justice. » Cela n’a pas convaincu les juges.

    #Edition #Domaine_public #Héritage #Droit_moral

  • Häxan: Witchcraft Through The Ages (1922) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/haxan-witchcraft-through-the-ages-1922

    Referred to in English as The Witches or Witchcraft Through the Ages, Häxan is a Swedish-Danish film, a curious and groundbreaking mix of documentary and silent horror cinema, written and directed by Benjamin Christensen. Whereas most films of the period were literary adaptations, Christensen’s take was unique, basing his film upon non-fiction works, mainly the Malleus Maleficarum, a 15th-century treatise on witchcraft he found in a Berlin bookshop, as well as a number of other manuals, illustrations and treatises on witches and witch-hunting (a lengthy bibliography was included in the original playbill at the film’s premiere). On literary adaptations Christensen commented: “In principal [sic] I am against these adaptations… I seek to find the way forward to original films.” Instead Häxan was envisaged, as stated in the opening credits, as a “presentation from a cultural and historical point of view in seven chapters of moving pictures”. While the bulk of the film’s format, with its dramatic scenes portrayed by actors (including Christensen himself in the role of the devil), would have been familiar enough to cinema-goers at the time (although shocking in content), the first chapter, lasting 13 minutes, is a different story. With its documentary style and scholarly tone — featuring a number of photographs of statuary, paintings, and woodcuts — it would have been entirely novel — a style of screened illustrated lecture which wouldn’t become popular till many years later. Indeed, the film perhaps could make a decent claim to being the first ever documentary (an accolade normally reserved for Robert J. Flaherty’s ethnographic study from 1922 titled Nanook of the North). Reportedly the most expensive film of the Swedish silent film era, Häxan was actually banned in the United States, and heavily censored in other countries. In 1968, an abbreviated version of the film was released. Titled Witchcraft Through the Ages, it featured an eclectic jazz score by Daniel Humair and dramatic narration by the wonderfully gravel-toned William S. Burroughs.

    #Féminisme #Sorcières #Domaine_Public #Génial

  • Le Projet Gutenberg, site patrimonial de livres numériques, bloqué en Allemagne
    https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/le-projet-gutenberg-site-patrimonial-de-livres-numeriques-bloque-en-allemagne/87627

    L’explication est assez simple : les législations sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur diffèrent, dans le monde entier. Quand certains pays, comme la France ou l’Allemagne, ajoutent 70 ans de protection des œuvres après la mort de l’auteur avant l’entrée dans le domaine public, les États-Unis se basent sur la date de publication de l’œuvre et non sur le décès de son auteur.

    Ainsi, les 18 livres incriminés par S. Fischer Verlag étaient bien entrés dans le domaine public, au plus tard en 1976, mais aux États-Unis, et non en Allemagne, raison pour laquelle l’éditeur a demandé leur retrait immédiat de la plateforme, sous peine d’« une amende de 250.000 € ou bien d’une peine de prison pouvant s’étendre jusqu’à 6 mois », comme l’indique la décision des juges allemands.

    En réaction à la décision de justice, le Projet Gutenberg est désormais bloqué en Allemagne. « Parce que la Cour allemande a outrepassé sa juridiction et autorisé le plus grand groupe d’édition au monde à intimider le Projet Gutenberg pour ces 18 livres, il y a tout lieu de penser que ce cas se reproduira. Il existe des milliers de livres numériques dans les collections du Project Gutenberg qui pourraient faire l’objet d’actions similaires et illégitimes », indique l’équipe du Projet Gutenberg.

    Effectivement, le Projet Gutenberg et des centaines d’autres plateformes qui mettent à disposition des livres numériques pourraient être inquiétés par cette décision de justice. Or, si le Projet Gutenberg est hébergé aux États-Unis, où la plainte de S. Fischer Verlag aurait dû être traitée, c’est bien une Cour allemande qui s’est penchée sur le cas et a rendu un jugement sur une durée de droit d’auteur américaine.

    En conséquence, de nombreux sites de partage de livres numériques qui proposent des ouvrages tombés dans le domaine public au Québec ou en Belgique, mais toujours protégés en France — c’est par exemple le cas du Petit Prince — pourraient eux aussi faire l’objet d’attaques en justice. En effet, ces sites avertissent souvent les lecteurs qu’il leur appartient de vérifier la législation de leur pays avant téléchargement, ou bloquent les accès en se basant sur les adresses IP, mais de telles précautions n’ont pas empêché le Projet Gutenberg d’être attaqué en justice et jugé coupable...

    #Edition #Copyright_madness #Domaine_public #Projet_Gutenberg

  • Cryptography: or the History, Principles, and Practice of Cipher-Writing (1898) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/cryptography-or-the-history-principles-and-practice-of-cipher-wr

    The last pages of the book consider various modern ciphers: The grill; The revolving grill; The slip-card; The Mirabeau; The Newark; The clock-hands; The two-word. Hulme was worried that some of his Victorian readers would object to the very existence of his book on the grounds that it could facilitate wrongdoing. So he opens the book in the apologetic mode, explaining that any powerful science may be co-opted for wicked ends: “From the researches of chemistry may be derived . . . the healing medicine . . . or the subtle potion of the secret poisoner.” And the last line of the book completes his apology. In time of peril, Hulme argues, a knowledge of cryptology “may save hundreds of lives, or avert catastrophe from the nation itself.” If he had lived long enough to know of Alan Turing and the cryptanalysts at Bletchley Park, he would have upped that to “millions”.

    #Cryptographie #Domaine_public

  • Autographs for Freedom (1853) – The Public Domain Review
    http://publicdomainreview.org/collections/autographs-for-freedom-1853

    Autographs for Freedom, published in 1853, is an anthology of literature designed to help “sweep away from this otherwise happy land, the great sin of SLAVERY.” It was put together by the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society and includes the only published fiction of Frederick Douglass, who would go on to become the first black citizen to hold high rank in the US government. His “The Heroic Slave” is a work of historical fiction centering on Madison Washington, the man made famous in 1841 for leading a rebellion on the Creole, a slave ship en route to New Orleans from Virginia. Having taken control the rebels managed to redirect the Creole to Nassau in the Bahamas. Because it was a British colony, slavery had been outlawed there since 1833. Upon arrival in Nassau 128 of the 135 slaves aboard the Creole gained their freedom. It was the most successful revolt of enslaved people in US history.

    The driving force behind the anthology was an Englishwoman named Julia Griffiths, a prominent member of the Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society. She had first met Frederick Douglass in London in the mid 1840s. Douglass had escaped his life of captivity in 1838, at the age of twenty, fleeing Baltimore and reaching New Bedford, Massachusetts, where he worked as a labourer and evaded suspicion. In 1841, at an anti-slavery convention in Nantucket, he was invited to describe his experiences under slavery. His spontaneous remarks so stirred the audience that he was catapulted into a key player in the Massachusetts Anti-Slavery Society. An orator and wordsmith of great power, he went on to write a classic memoir, Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845). Upon its publication, fearing he would be recaptured because it mentioned the name of his former owner, Douglass left the US to tour the British Isles, give speeches, and build support for emancipation. It was there that he met and befriended Julia Griffiths. When Douglass returned to America he did so with enough funds to purchase his freedom and to set up an anti-slavery newspaper. In 1849, Griffiths sailed to Rochester, New York, to join Douglass. She supported his work and co-founded the influential Rochester Ladies’ Anti-Slavery Society, along with five other women.

    #Domaine_public #Esclavage

  • Le Met autorise l’utilisation gratuite et sans condition de 375 000 images d’œuvres d’art - Pop culture - Numerama

    https://www.numerama.com/pop-culture/231343-le-met-autorise-lutilisation-gratuite-et-sans-condition-de-375-000-

    Et en HD. Ils ne se moquent pas de nous.

    Le Metropolitan Museum of Art annonce cette semaine l’arrivée d’une licence très permissive pour 375 000 images d’œuvres d’art. Cette nouvelle licence permet à n’importe qui d’utiliser ces reproductions gratuitement et sans condition.

    C’est une décision formidable pour le domaine public et on espère ardemment qu’elle fera tache d’huile dans tous les musées du monde. Mardi, le très célèbre Metropolitan Museum of Art a en effet annoncé la mise à disposition sur un site web dédié de plus de 375 000 reproductions d’œuvres d’art.

    Vous voulez voir une interprétation du Couronnement de la Vierge ? Une estampe nippone de Utagawa Yoshikazu sur une Française à cheval ? L’un des tableaux du Champ de blé avec cyprès de Vincent Van Gogh ? La Mer calme de Gustave Courbet ? Alors il vous suffit de vous rendre sur le site des Creative Commons.