#double_discours

  • « Désastreux », « angoissant », « du jamais vu » : l’échec de la COP25 après deux semaines de (vaines) négociations
    https://www.franceinter.fr/environnement/desastreux-angoissant-du-jamais-vu-l-echec-de-la-cop25-apres-deux-semain

    ... la #France, qui se veut pourtant championne de l’environnement, « n’a pas joué de rôle fort pendant ces négociations », estime sur franceinfo Armelle Le Comte, responsable plaidoyer à l’association Oxfam France. « Ces derniers jours, il n’y avait aucun ministre. Le Premier ministre et la ministre de la Transition écologique et solidaire ne sont passés qu’en coup de vent. » La militante dénonce, selon elle, le "#double_discours d’Emmanuel #Macron, qui passe son temps à nous dire à quel point le climat est le défi de notre avenir et #en_même_temps quand les négociations les plus importantes de l’année ont lieu, il n’y a personne."

    Cela n’a pas empêché le ministère de la Transition écologique de regretter, dans un communiqué envoyé ce dimanche, « un manque d’ambition climatique malgré certaines avancées obtenues dans l’accord ». « Au vu de l’urgence climatique et des attentes des citoyens, la France regrette que les gouvernements ne soient pas allés assez loin dans leurs engagements », indique le ministère, tout en rappelant que « durant toutes les négociations, la France s’est mobilisée pour appeler à l’ambition et ne pas accepter de recul de nos engagements ».

    #sans_vergogne #foutage_de_gueule #climat

  • #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/metoo-dans-le-cinema-l-actrice-adele-haenel-brise-un-nouveau-tabou?onglet=

    3 novembre 2019 Par Marine Turchi

    L’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Son récit est conforté par de nombreux documents et témoignages. Mediapart retrace son long cheminement, de la « prise de parole impossible » au « silence devenu insupportable ». Le cinéaste conteste « catégoriquement » les faits.

    #viol #harcèlement_sexuel #meetoo

  • Christian Albertan, « #Jean_Ehrard, Lumières et esclavage. L’Esclavage colonial et l’opinion publique en France au xviiie siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 359 | janvier-mars 2010, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 23 février 2018.
    URL : http://journals.openedition.org/ahrf/11508

    Pour le reste, l’auteur établit de manière irréfutable que les philosophes des #Lumières, dont la pensée reste naturellement entachée par certains préjugés d’époque, ont condamné sans appel le #racisme. Ils rejettent de manière tout aussi ferme l’#esclavage en martelant que les hommes sont égaux à la naissance et qu’aucun homme ne peut appartenir à un autre individu. Le commentaire précis de textes de #Montesquieu, de #Buffon, de #Voltaire, d’#Helvétius, de #Condorcet, l’analyse d’extraits tirés de l’#Encyclopédie et de l’Histoire des Deux-Indes ne laissent subsister aucun doute à cet égard.

    Mais l’auteur, avec une grande honnêteté, ne s’en tient pas à ces positions de principe et pousse plus loin son enquête, en se penchant sur ce qui pourrait être qualifié de #double_discours des philosophes. L’audace théorique des philosophes ne débouche, en effet, sur aucune conséquence pratique. Montesquieu en « réformiste timoré » est incontestablement #antiesclavagiste, mais il ne propose nulle part l’#abolition de l’esclavage (p. 157). Les #Encyclopédistes admettent même par moments l’existence de l’ « #odieux_commerce » comme un moindre mal (p. 179). Quant à #Raynal, l’auteur de la célèbre Histoire des Deux-Indes , il finit par se rallier à Malouet et à juger l’esclavage conforme à la philosophie et aux lois l’humanité (p. 205). Seul Condorcet milite timidement en faveur de l’affranchissement.

  • Lettre ouverte à Madame Anne #Hidalgo et Monsieur Francois #Vauglin | LA GÉNÉRALE
    http://www.lagenerale.fr/?p=4435

    Votre programme de campagne municipale pour le #11ème arrondissement, annonce un projet de cinéma
    « au cœur de l’arrondissement (…) dans le quartier de la Mairie ». D’après le plan, il s’installera au début de l’avenue Parmentier. Cette annonce fait suite à des visites répétées de nos locaux par des cabinets d’architectes privés accompagnés par les services techniques de la ville, ainsi que le Service d’Etude et de #Prospection_Immobilière de la Ville de Paris.

    A cela s’ajoute la visite de Monsieur Carion, souhaitant installer les bureaux de sa société de production cinématographique et à qui Monsieur Bruno #Julliard, Adjoint à la culture, anticipant déjà notre éviction envoie ses vœux 2014 à notre adresse.
    Vous comprendrez aisément notre indignation.

    Nous n’avons jamais eu l’occasion de discuter de ce cinéma, ni avec Monsieur Vauglin, qui refuse explicitement de nous recevoir, ni avec l’actuel adjoint à la #Culture à la Ville.
    L’action culturelle, artistique et associative menée par #La_Générale, sise au 14 avenue Parmentier dans le 11ème arrondissement, reconnue et soutenue par des personnalités importantes du monde de la culture et des associations d’utilité publique, semble avoir peu d’intérêt à vos yeux.
    Malgré notre ouverture sur le quartier, notre travail de terrain, notre programmation de qualité ou notre soutien à la création émergente, nous ne sommes jamais apparus dans le programme culturel de la Mairie d’arrondissement (notre lieu n’est toujours pas référencé parmi les lieux culturels du 11ème sur le site de la Mairie) et Monsieur le Maire sortant Patrick #Bloche n’a toujours pas daigné venir à La Générale, en dépit de nos invitations régulières.
    Cette annonce publique du projet de cinéma de quartier, proposition de votre campagne, sur le site du 14 avenue Parmentier, illustre un #double_discours insupportable. Dans votre programme électoral et tout récemment, dans une lettre que vous avez adressée au réseau Actes-If (dont nous faisons partie), Madame le Maire, vous reconnaissez la nécessité de structures dites intermédiaires, pour « donner à Paris l’élan de la création artistique » et vous souhaitez vous « appuyer sur les lieux novateurs et ouverts à tous pour valoriser les pratiques artistiques… ». Vous promettez de mettre « à disposition des artistes des #lieux dédiés ».
    La Générale est un de ces lieux de création, encore trop rares dans Paris intra-muros, reconnu et soutenu
    par la Région Ile-de-France comme « Fabrique de Culture ». Or nous constatons l’absence de soutien de votre part, et même la défiance dont font preuve la Mairie du 11ème et les services de la Ville envers notre projet. En nous relogeant au 14 avenue Parmentier en Juillet 2009, nous ne pouvions pas imaginer que la Mairie de Paris s’achetait la paix et se payait à peu de frais des arguments de campagne, qui aujourd’hui sonnent creux à nos oreilles.
    Nous tenons à préciser que notre bail dans ce bâtiment a été reconduit, et ce pour 3 ans, fin janvier 2014. Nous ne sommes pas en bail précaire. Nous avons toute légitimité à travailler dans ce lieu, que nous entretenons et dans lequel nous avons investi plus de 80 000 euros depuis notre arrivée. Nous avons créé 2 CDI et un volume important d’emplois intermittents. Nous avons soutenu et accueilli plus de 250 résidences, servi de tremplin à de nombreux artistes émergents, d’outil de travail à des artistes confirmés, de relais pour plusieurs institutions (comme le Théâtre du Rond Point, le Théâtre Paris-Villette, le Centre Georges Pompidou, le Théâtre de l’Aquarium, les Bouffes du Nord, le 104, la Gaité Lyrique, la MPAA, la Maison des métallos, etc.)

    Nous souhaitons vous rappeler qu’au 14 avenue Parmentier, nous soutenons déjà la création cinématographique dans toutes ses étapes : de l’écriture de scenarios à la diffusion publique.
    Nous demandons à la #Mairie_du_11ème arrondissement et à la #Ville_de_Paris de cesser de nous nier, d’entraver notre travail, et de dénigrer notre projet à qui veut bien l’entendre. L’énergie des artistes associés, bénévoles, engagée dans cette aventure, n’a pas besoin de ces dispersions.
    Lassés de ces attaques répétées, de l’absence de dialogue et de concertation, nous attendons que vos beaux discours de campagne se reflètent enfin dans la réalité.
    Dans l’attente, nous retournons au travail !
    Bien à vous,
    Le collectif La Générale.

  • Au paradis du capitalisme, il y a désormais plus de bénéficiaires de l’aide alimentaire que de travailleurs à plein temps :

    The US Department of Agriculture (USDA) reported that 101,000,000 Americans are on the Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP) in the domestic US at a cost of $114 billion annually as of 2012.

    For perspective, the number of US citizens receiving food stamps surpasses the number of employed workers in the private sector.

    The Bureau of Labor (BoL) statistical data shows that in 2012 an estimated 97,180,000 full – time workers were accounted for.

    http://www.occupycorporatism.com/usda-101-million-americans-receive-food-stamps

    Point intéressant à noter : ce programme semble coûter moins de mille euros par an par personne.

    • @monolecte C’est assez bien popularisé dans la (web)série librement accessible sur internet « The Guild », ou (surtout pendant les deux premières saisons) l’un des héros récurrents est un chômeur assumé vivant de ticket de rationnement. On échange « librement » ces tickets dans des commerces conventionnés et généralement, l’acheteur optimise en fonction des promotions, des conditionnements et de la conservabilité pour réaliser d’amusantes tambouilles.

    • Tss, tss, ne pas confondre ce que coûte la personne et ce qu’elle touche. C’est pire que le salariat qui est de l’ordre de 50% pour le salarié, le #marché_des_pauvres est toujours en pleine expansion : il faut des informaticiens pour les programmes de réinsertion par le travail également pour contrôler les pauvres, leur consommation, mais aussi des travailleurs sociaux pour les harceler correctement et des tas de petites mains administratives ravies d’aider leur prochain en leur reprochant de ne pas s’adapter correctement. Ne parlons pas du système répressif policier ou de l’armée, dommages collatéraux. C’est toute une économie florissante !
      D’ailleurs tes chiffres semblent le dire à moitié…

    • Effectivement, d’ailleurs, pour être logique, il faudrait compter le système pénitentiaire tout entier comme membre du système de contrôle de la population, et donc, le compter dans le coût de l’aide sociale.

      Et se souvenir qu’il y a toujours plus de noirs américains en prison qu’à l’université.

      Voilà à quoi nous mènera la convergence transatlantique vers le modèle capitaliste et libéral qui est à cet instant la principale oeuvre de la Commission Européenne.

    • Méa culpa, j’ai retiré mon post précédent.

      Les américains recevant l’aide alimentaire toucheraient $1128 par an…

      En france la moyenne annuelle pour un receveur du RSA est de 2566 euros, ce qui fait environ 213 euros par mois.
      Cela ne peut pas vraiment inclure le marché des pauvres dont je parlais précédemment, à moins que le nombre de receveurs soient gonflés, ce qui est à double tranchant.
      Si quelqu’un a la distinction des chiffres de la gestion du RSA et de ce que touchent les receveurs…

      Le RSA socle en 2013 est de 483,24 euros par mois et par personne. Mais pour un enfant ou pour le conjoint il diminue (entre +241 et 190 euros) il faut aussi soustraire le forfait logement de 58 à 40 euros ainsi que 38% des revenus mensuels. Un truc compliqué pour bien écoeurer des gens déjà paumés.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_solidarit%C3%A9_active : Mediapart, 10 août 2012

      35 % des bénéficiaires potentiels du « RSA socle » ne le demandent pas et ce taux monte à 68 % pour le « RSA activité ».

      http://www.social-sante.gouv.fr/espaces,770/handicap-exclusion,775/dossiers,806/le-rsa,2302/le-revenu-de-solidarite-active,2279/calculer-le-rsa,2356/calcul-du-rsa-si-vous-avez-des,14885.html

      http://www.senat.fr/rap/a08-032/a08-0327.html
      25 juillet 2013

      Le coût brut total du dispositif RSA est donc évalué à 9,75 milliards d’euros en année pleine

      http://www.initiatives.tv/1003-le-nombre-de-beneficiaires-du-rsa-progresse-mais-ne-derape-pas.html

      En un an, le nombre de bénéficiaires du RSA a progressé de 4%. Il franchit la barre symbolique des deux millions de foyers, dont 1,55 million pour le RSA socle. Au total, la prestation touche 4,3 millions de personnes.

    • L’auteur a très mal lu le rapport de l’USDA - c’est 47 millions et non 101 millions :

      "The FY 2012 budget for the Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP), the agency’s cornerstone program formerly known as the Food Stamp Program, comprises the largest portion of FNS’ overall budget at $88.6 billion. [..] A total of 101 million people currently participate in at least one of its programs, including over 47 million in SNAP".

      Use the Source, Luke ! http://www.usda.gov/oig/webdocs/27001-0001-10.pdf

    • Un meilleur titre serait : « In USA, one in five people benefit from the Supplemental Nutrition Assistance Program, formerly known as the Food Stamp program »... C’est déja suffisamment spectaculaire sans qu’il soit nécessaire de déformer la réalité.

    • Merci pour ta contribution, @liotier.

      Pour la comparaison avec le RSA il faut se souvenir qu’en théorie du moins, un bénéficiaire des minimas sociaux est sensé se loger avec en France, et pas aux US, où l’aide fournie est strictement alimentaire et le nomadisme des assistés bien mieux toléré.

    • Non @bp314, c’est faux.
      La réalité est suffisamment tordue pour ne pas en rajouter.
      Le RSA n’est pas une aide au logement ! (c’est noté dans mon post) et lorsqu’il y a APL (aide personnalisée au logement maximum de 380 euros) le RSA diminue !
      http://vosdroits.service-public.fr/F12006.xhtml
      L’APL sert seulement à

      … réduire le montant de leur loyer ou de leur mensualité d’emprunt immobilier…

      c’est juste un complément, ça ne sert pas à payer un logement !

      Si dénonciation il y a à faire, c’est que ce système favorise l’enrichissement des propriétaires, l’augmentation des loyers et la bulle immobilière et donc le serpent des aides sociales se mord la queue…
      Puisque la collectivité refuse d’entamer des programmes de logement à la hauteur des demandes, les propriétaires, privés donc, se retrouvent à assurer cette nécessité en étant payés par la collectivité, donc par l’argent public, car ce sont eux qui touchent l’aide, additionné à la marge supplémentaire qu’ils ne manquent jamais de demander.

      Un peu équivalent aux campagnes de l’ADEME pour installer du solaire, ou l’artisan augmente d’autant ce que l’état te rembourse…
      #manipulation

    • Je ne veux pas rentrer dans ton vocabulaire (assistés ??), car intentionnellement et depuis très longtemps j’évite le cynisme, même si du coup, c’est beaucoup moins fun. J’ai beaucoup de mal avec le #double_discours qui peut prêter à confusion.

      Je ne sais pas quels sont les buts que tu poursuis @bp314 une coopérative d’habitat ?
      Je peux évoquer quelques expériences collectives intéressantes grâce - entre autres - aux reversements des droits sociaux dans la nasse collective.
      – Retape d’un village en Cévennes
      – Organisation de rencontres artistiques à Madagascar, vu qu’on y vit pour très peu, le pote avançait quelques mois de RSA à ceux qui étaient partants pour faire le voyage.
      etc

    • @touti Etant donné l’impossibilité de se loger en France avec les moyens d’un ... usager des caisses sociales ? la question pouvant être posée est de savoir comment, en pratique, dormir au sec. Si le système d’aides sociales est biaisé au point d’inciter financièrement l’usager à exiger un logement individuel plutôt que de rechercher la solution plus rationnelle d’un logement collectif, mieux vaut le savoir avant de commencer son projet.

      NB : la soumission commence par l’acceptation de la langue de l’exploiteur bien plus que son vocabulaire. Refuser de nommer un chat un chat est le plus efficace moyen de stigmatiser les chats, et ne leur rend aucun service. C’est aussi pour cela qu’on nomme les parasites des parasites et pas des... ho zut, je n’ai pas à l’esprit la création communicante du jour.

    • Avec ta réthorique confuse, tu annules dans la même phrase les propos que tu tiens trois mots avant, c’est fatiguant !
      Sarko était très fort pour manipuler les contraires, et libé aussi qui a décidé d’écrire (tournant en 1995 je pense) autant pour les fachos que les ouvriers communistes, les deux catégories étant d’abord à ses yeux des consommateurs à satisfaire. Si tu penses que les personnes qui sont au RSA sont des assistés et des parasites et que tu avoues ne pas savoir les nommer par toi même, assume, c’est ton problème. Je nommerais pour ma part les gens qui touchent des aides sociales des ayants-droit.

      #la_langue ?

      La meilleure et la pire des choses.

      Esope

      Bien sur que dormir au sec est devenu un luxe, courbe l’échine ou dors dehors. Et bien sur que le système des aides sociales est en place pour contrôler la cohésion du système construit sur les bases de l’insécurité et de la misère. Aucun état policier n’a intérêt à éradiquer la misère qu’il moralise en ajustant les pôles de façon dichotomique du valeureux de l’oréla (fier et heureux consommateur) au coupable du RSA (mauvais travailleur, parasite, assisté). Cet état ne veut pas non plus voir agir de façon coopérative pour pallier aux défaillances générées sciemment (crise du logement, crise du travail, crise des prix, crise de l’eau, sa-cré de l’emploi). A ce propos, il faut voir le collectif de la CREA à Toulouse (Campagne pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) qui courageusement ne renonce pas à ouvrir des lieux pour loger les plus démunis alors que la répression qui s’abat sur les membres du collectif s’empire.
      http://creatoulouse.squat.net

      Il est peut-être plus rationnel pour toi de choisir un logement collectif qu’individuel, mais faut-il avoir l’envie, la force et les capacités de nager à contre courant. Et tout simplement, il y aurait 68% des ayant-droit au RSA qui ne le réclament pas ! Plus de 5 milliards d’euros !
      http://odenore.msh-alpes.fr

      Je t’ai donné des exemples qui contredisent ton pessimisme, ne t’en déplaise, car il y a encore des êtres humains qui tentent de s’organiser dans l’entraide avec très peu d’argent.
      Le #cohabitat est d’ailleurs un moyen de plus en plus adopté pour diviser les coûts.

      Et un #livre en passant
      #Mendiants_et_orgueilleux (#Cossery)

    • J’avoue rester étonné de la puissance de la démarche sarkozysme : être parvenu à rendre tabou la dialectique de la lutte des classes chez la frange la mieux éduquée des bourgeois progressistes, c’est fort.

      En d’autres temps, le magasine Actuel aurait certainement proposé une « assistés Pride » ?