• Brève de réunion (Quelque part en France)

    Chef : Ce qui serait bien pour cette visite d’officiels c’est que vous mettiez en valeur au niveau de l’équipe ce que vous avez pu faire grâce aux moyens obtenus avec le label PLOP
    Troud’cul : Alors pardon de pinailler, mais nous n’avons obtenu aucun moyen supplémentaire depuis que nous avons le label PLOP. Vous savez très bien que depuis 4 ans, le dispositif Hop+ a été créé en supprimant un poste de l’équipe, et ensuite le dispositif ExtraBlurg a été mis en place en supprimant le dispositif Hop+. Ce sont des réformes à moyens constants. Il n’y a eu de fait aucun moyen supplémentaire.
    Chef : Je pense que vous n’avez pas du tout conscience de la situation. On aurait pu vous enlever des moyens, beaucoup, vous n’imaginez même pas. Clac, juste comme ça. Vous êtes parfaitement inconscient. Donc des moyens il y en a. Je reconnais là votre manque de professionnalisme. Donc j’en reviens à ma suggestion : que pensez-vous mettre en valeur pour justifier qu’ils ont eu raison de mettre ces moyens ?

    Cette façon orwellienne d’appeler ressources supplémentaires ce qui existait tout en exigeant plus retourne la tête des gens, détruit leur dignité, les pousse au bord du gouffre d’où il ne peut surgir que 2 choses : une dépression mortifère ou une immense colère.

  • L’analyse communément admise en France revient à soutenir en même temps les deux affirmations suivantes :
    1. c’est l’intervention occidentale en Irak qui a créé ce qui est devenu Daesh,
    2. si les occidentaux étaient intervenus en Syrie, il n’y aurait pas Daesh.

  • Malek Boutih : « Restaurer un ordre politique et social strict »
    http://www.leparisien.fr/politique/malek-boutih-restaurer-un-ordre-politique-et-social-strict-13-01-2015-444

    Je participais hier soir avec Manuel Valls à un séminaire avec les députés PS. Je suis militant depuis trente ans. C’est la première fois que j’assiste à une réunion d’une telle vérité où il n’y a plus de courants, plus de postures. Tout a été dit, y compris des choses que jamais un socialiste n’aurait pu dire : le non-respect de la minute de silence dans les écoles de certains quartiers, des ghettos devenus un problème très grave, la libération de la parole raciste... Personne n’a cherché à cacher ou atténuer la réalité. Cet exercice de vérité doit devenir national. Avec les musulmans, les juifs, les chrétiens. Et, au-delà, Marine Le Pen, l’UMP, etc. L’ouverture de la parole, c’est le début de la reconnaissance de nos problèmes.

    Est-ce un débat qui protégera davantage les Français face à une menace terroriste ?
    Il faut aussi se préparer à un long combat contre les islamo-nazis qui n’ont pas d’autre objectif que de nous détruire. Amedy Coulibaly est le premier jihadiste qui n’est pas parti se former à l’étranger. Il y a urgence à éviter que les jihadistes utilisent les ghettos comme armée de réserve à travers la décomposition qui s’y est instaurée.

    Comment ?
    Je propose que certains quartiers et certaines villes soient placés sous la tutelle de l’Etat chargé de restaurer un ordre politique et social strict. Concrètement, ça veut dire : fini les enfants qui traînent dans la rue, fini l’absentéisme scolaire, et une lutte implacable contre des voyous qui veulent prendre en main ces territoires. A Grigny, ce sont eux qui contrôlent les entrées et sorties d’immeubles. Deuxième proposition, la répartition des populations : si les musulmans vivent entre eux, alors les intégristes les retourneront. S’il y a eu peu d’habitants des quartiers dans les manifs, c’est qu’ils sont pris en otages par les extrémistes. Je n’accepte pas que des salafistes aient droit à des HLM d’où ils mènent la conquête de territoires en interdisant la vente de porc ou le non-respect du ramadan.

    #attentats #réaction #ps #oppression