• https://www.lindependant.fr/2019/01/07/narbonne-le-gilet-jaune-a-la-notoriete-certaine-condamne-a-six-mois-de-

    Narbonne : Le Gilet jaune à la « notoriété » certaine condamné à six mois de prison ferme

    Quand le mouvement de contestation contre le prix de l’essence débute, le jeune homme met fin à son contrat en CDD dans une chocolaterie pour "passer plus de temps sur les ronds-points". "Entre 4h et 7 heures tous les jours", précisera le président.

    Il était jugé hier [6 janvier 2019] devant le tribunal correctionnel de Narbonne pour des faits qui remontent au 2 et 3 janvier. Le mercredi, il lance un appel au blocage de la raffinerie de Port-La Nouvelle sur les réseaux sociaux et le 3, au matin, il est arrêté par les gendarmes sur place, alors qu’il est encore en train de filmer.

    [L]a procureure a requis 2 ans d’emprisonnement dont 6 mois avec sursis, malgré le casier vierge du prévenu.

    Après délibération, le tribunal a condamné le jeune homme à six mois de prison ferme, le relaxant du chef de " participation à une association de malfaiteur ". Son maintien en détention n’a pas été ordonné. Il pourrait donc obtenir un aménagement de peine auprès du juge des libertés et de la détention. Il s’est en revanche vu notifier une interdiction de participer à une manifestation sur la voie publique pendant trois ans.

    #manifestation #facebook #droit #justice #bourgeoise #pasdepaix


  • BALLAST | Raphaël Kempf : « L’#action_politique est de plus en plus criminalisée »
    https://www.revue-ballast.fr/raphael-kempf-action-politique

    Nous rencontrons Raphaël Kempf, avocat au barreau de Paris, entre deux comparutions immédiates au tribunal correctionnel : comment le #droit pénal est-il instrumentalisé par le #pouvoir #politique ?

    #criminalisation


  • #Huang_Qi, Online Dissident and Rights Advocate in China, Faces Trial

    One of China’s most prominent human rights activists, the blogger Huang Qi, went on trial on Monday on charges of leaking state secrets, and American diplomats seeking to attend the proceedings said they had been denied access.

    The trial has drawn intense international attention, in part because Mr. Huang, 55, has nephritis, a potentially fatal kidney disease. In addition, Mr. Huang’s 85-year-old mother recently traveled from their home in Sichuan Province to Beijing to ask foreign embassies there for help in obtaining his release, but she was reportedly beaten and is now detained in a hospital.


    https://www.nytimes.com/2019/01/14/world/asia/china-trial-huang-qi.html?rref=collection%2Fsectioncollection%2Fworld&actio
    #Chine #répression #procès #persécution #droits_humains


  • FYI France: Tom Paine!

    Une lecture critique du livre «Révolution Paine» (C&F éditions) par Jack Kessler depuis San Francisco.

    A new book which can remind us all, again, of what France and the US have in-common... at a good time for remembering all this, on both similarly-beleaguered sides of The Pond right now...

    Révolution Paine: Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains, by Thomas Paine, Peter Linebaugh (pref.), Nicolas Taffin (dir.),

    (C&F éditions, 35 C rue des Rosiers, 14000 Caen, t. 02.31.23.39.48, fx. 01.40.09.72.67, cfedtions@cfeditions.com; août 2018) ISBN: 978-2-915825-85-5

    Tom Paine was British, it must be remembered — but then so were we all, back then, in revolutionary “America”, citizens of an empire which spanned the globe until very recently, our “shots heard round the world” the first of many which ultimately would bring that empire and others to heel and create new ways of thinking about government for the modern world.

    In all that mælstrom we very much needed ideas, and cheerleaders, for encouraging and inspiring ourselves and our fellow citizens, and Tom Paine was that. Whatever his opponents and most severe critics — and there were many — thought of him, and even friends and fans worried about him, but he was encouraging and inspiring, and for careful and conservative American “colonists” like the wealthy plantation-owner George Washington and the gentleman-printer Benjamin Franklin and the Boston lawyer John Adams, Paine’s encouragement and inspiration were enough, and at times they were very badly needed in fact.

    And the French were there for us, very different but close in spirit to the Americans, and always needed, for their spirit & their money & their guns & for many other resources and reasons — at the very least they were enemies of our enemies and so our friends, on whom we could rely for insight, breadth of vision, even occasionally at their own ruinous expense...

    France entertained Paine the rebellious Brit after the excitements of the British colonies had hosted him for a long while — in both places his own exciting language and the clarity of his vision helped citizens greatly, in the great troubles of their times — so now a glimpse of Tom Paine may help again, both to see our current troubles more clearly too, and to remember what we and the French share in-common in all this. When things change, for the US and France, neither of us is ever alone.

    https://cfeditions.com/paine

    The book is a “reader” — not a compendium, but a comfortable and thoughtful armchair-piece to browse-through and then keep handy, as headline-events of current troubled-times pour in, descending upon us daily.

    First comes a preface — avant-propos — by Nicolas Taffin, outlining why and how the idea for the book occurred to him: 2018 saw the 70th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights, he says, and still we face troubles that first were defined for us by events of 1789 — after such a long time the birthday-celebration required a renewal of the effort, he thought, and who better than Tom Paine who first inspired it, in both the US and France, and the “Human Rights” and “Commons” forms in which the ideas were first presented.

    Then comes an elegant introduction to Paine and his works by historian Peter Linebaugh, translated from l’américain...

    It is a useful thing, to know Paine’s history, as he landed somewhat un-announced upon the Americans with his outrageous views and funny accent (?) and stunning phrasings. That he had a tradition, and a context, back home in also-turbulent England, only makes sense — and that early-on England experimented with many of the ideas the colonists were confronting later in their own contests with the Crown, deserves recalling, many of the same conflicts were heard before in early Industrial Revolution England, as workers and owners confronted one another, and governments moved to tax and otherwise control the new techniques.

    Paine and his East Anglia neighbors had rehearsed many of the confrontations he was to witness and comment upon in his sojourns in the American colonies — the issues were similar, new techniques & how to cope with change & the sharing of burdens and benefits & working conditions & and of course taxes... not exactly “taxation without representation”, there at-home in England, but taxation all-the-same...

    Whether Paine was a Che Guevara, as Linebaugh I-hope-playfully suggests, whether the Introduction successfully demonstrates that Americans of that time, “ambitiously risked class warfare on a global scale”, well, other readers will have to read and judge... Linebaugh, described by Wikipedia as a “Marxist historian”, does weave through initial attributions of Paine’s ideas to his having been, “conscious of classes, sensible to differences in power and wealth” — he describes Paine’s concerns for “Agrarian Justice” as involving “class injustice”.

    It matters that Paine’s life in mid-18th c. England greatly preceded the writings of Marx a century later; but also of course there may have been historical connections, workers’ lives a century earlier were very much what the historicist Marx was interested in and wrote about. Linebaugh carefully outlines that Paine, “lived at the time of an industrial revolution, of commercial expansion & urbanization & population increase” — he grants that Paine’s views did not fall cleanly into any contest between “communism and capitalism”, terms which, apparently per Edmund Burke, were, “still cartilaginous, not yet well defined or formed”.

    But Paine had a good sense for “the commons”, he insists, “and of its long presence in English history”, a matter which he says has not been well considered in previous studies of Paine. “A long anti-capitalist tradition in England”, Linebaugh believes he’s found, through Tom Paine, “one which contributes to our understanding about current notions of ‘revolution’ and ‘constitution’ in modern Britain” — for this suggestion alone, Linebaugh’s Introduction makes for some very interesting reading.

    Beyond this Introduction there are excerpts, then, from Paine’s own “Rights of Man” — fascinating, the differences, between one culture’s “emotive” language and another’s — French easily is the equal of English in this regard...

    And finally a fascinating Post-Script by editor Nicolas Taffin: he takes “Tom Paine of Thetford” several significant steps further than the little local American Revolution — several steps further, even, than the nascent Class Warfare of the Levellers and workers’-revolts of East Anglia which maybe-led to the Marxian revolutions of the 19th century — Taffin going-further finds, in Paine, the freeing of the human imagination, from the illusory securities and comforts and oppressions of the previous era’s religion-controlled philosophies, the emergence of the Enlightenment’s idealisms into a modern world of “real” rights and responsibilities and true-freedom, governed by reason alone...

    Paine may have had a glimmer. The American Founders who fought our little revolution here certainly had some glimpse as well... Certainly the young Virginia lawyer who boldly wrote, “We hold these truths to be self-evident” and then chafed as the elders to whom he submitted that draft picked it apart... Jefferson had read much of what the young Paine had read as well — in 1776, when arguably they both were at their most-inspired, Jefferson was age 33, Tom Paine was age 37 — as Wordsworth observed of youth in a slightly-later revolution, “Bliss was it in that Dawn to be alive, but to be young was very heaven”.

    But the true significance of what they all were doing did not emerge until much, much later... as late as the 1820s the two then very elderly American patriots Jefferson and Adams, both preparing for death and fondly reminiscing in their dotage-correspondance, could recall what they had done for the little United States, and for Britain, but only the more daring Jefferson seriously considered what they may have done ‘way back then to, “free the human spirit in general”...

    Taffin gives Paine the greater credit. Well, history has benefit of hindsight... Whether Paine himself, or truly his contemporaries, really understood what he was accomplishing with his amazing writings, back then, seems questionable. There are crackpots writing this sort of thing about The Future today — just as there were in East Anglia long before Paine’s birth there, which later he read, a few of them, in the Old School at Thetford — so qua-dreamer Paine’s contribution may well have been fortuitous, simply a matter of good timing... The poet appears to have felt this about his own contribution to the French Revolution, and others have suggested Paine contributed little there too...

    But ideas have lives of their own, and History has control of this. Taffin doubtless is correct that if we are “free” today — universally — then some part of that is due to the writings of Tom Paine, almost regardless of how exactly that happened and what agencies promoted it and why, Marxist or Liberal or French, English, American, or other... Mao Tse Tung and Ho Chi Minh both are said to have read Tom Paine, I expect Steve Bannon has as well, and Marion (Le Pen) Maréchal (age 29) and Alexandria Ocasio-Cortez (age 29) are reading Paine now...

    So the mystery of origins and influences continues, but so do the ideas. Read Taffin’s fascinating rendition here of Tom Paine’s context and continuing influence, and see what you yourself think... it is what many of us are worrying about in both the US and France, now, & that particular “common-concern” coincidence has made vast historical waves before...

    —oOo—

    And now a Note:

    Tom Paine in epigrams, 1737-1809: & now I understand better why Ben Franklin must have enjoyed his company so much... —

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Thomas_Paine

    “These are the times that try men’s souls. The summer soldier and the sunshine patriot will, in this crisis, shrink from the service of their country; but he that stands by it now, deserves the love and thanks of man and woman. Tyranny, like hell, is not easily conquered; yet we have this consolation with us, that the harder the conflict, the more glorious the triumph. What we obtain too cheap, we esteem too lightly: it is dearness only that gives every thing its value.”

    “I love the man that can smile in trouble, gathers strength from distress, and grows brave by reflection.”

    “If there must be trouble, let it be in my day, that my child may have peace.”

    “To argue with a person who has renounced the use of reason is like administering medicine to the dead.”

    “The world is my country, all mankind are my brethren, and to do good is my religion.”

    “Those who expect to reap the blessings of freedom must, like men, undergo the fatigue of supporting it.”

    “Government, even in its best state, is but a necessary evil; in its worst state, an intolerable one.”

    “’Tis the business of little minds to shrink; but he whose heart is firm, and whose conscience approves his conduct, will pursue his principles unto death.”

    “Reputation is what men and women think of us; character is what God and angels know of us.”

    “Reason obeys itself, and ignorance submits to whatever is dictated to it.”

    “Moderation in temper is a virtue, but moderation in principle is a vice.”

    “Belief in a cruel God makes a cruel man.”

    “The most formidable weapon against errors is reason.”

    — and the following three Tom Paine épigrammes seem of particular relevance to our present Franco & américain mutual Times-of-Troubles —

    “Character is much easier kept than recovered.”

    “A long habit of not thinking a thing wrong gives it a superficial appearance of being right.”

    “We have it in our power to begin the world over again.”

    Jack Kessler
    kessler@well.com
    fyifrance.com

    #Révolution_Paine #C&F_éditions #Peter_Linebaugh #Droits_humains


  • L’ #ALF britannique - 14e partie : #BarryHorne et la tentative de rupture subjective

    « L’ALF était né comme rupture #révolutionnaire, en-dehors du consensus dominant et de l’encadrement des syndicats et du parti travailliste. Cependant, étant une forme de lutte de classes, liée à la contradictions villes-campagnes, il fallait inéluctablement qu’il y ait un conflit avec ce consensus et cet encadrement.

    Sans cela, il y aurait un mur. Ce mur, Ronnie Lee ne l’a pas vu ou n’a pas voulu le voir, espérant que la question animale reste parallèle à la société. Ce fut le rôle historique de Barry Horne de tenter de faire sauter le verrou. »

    #vegan #vivisection #élevage #ExpérimentationAnimale #DroitsDesAnimaux

    http://lesmaterialistes.com/alf-britannique-barry-horne-tentative-rupture-subjective


  • Un an après #Metoo, le monde du travail demeure-t-il une « zone de non droit » en matière de violences sexistes ?
    https://www.bastamag.net/Un-an-apres-Metoo-le-monde-du-travail-demeure-t-il-une-zone-de-non-droit-e

    La lutte contre les violences sexistes et sexuelles semble avoir bien du mal à s’étendre au monde du travail. Avec une femme sur cinq victime de harcèlement sexuel au travail, les entreprises vont-elles rester une « zone de non droit » ? Si les confédérations syndicales se sont emparées du sujet et formulent de nombreuses propositions, les employeurs ne semblent pas pressés de combattre ces violences, d’autant qu’ils sont peu sanctionnés lorsqu’ils les couvrent. Les ordonnances travail prises en 2017 (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Féminisme, #Syndicalisme, #Transformer_le_travail, #Discriminations, #Conditions_de_travail, Droits (...)

    #Droits_fondamentaux


  • CNPT | Les centres fédéraux sont “conformes”, mais…
    https://asile.ch/2019/01/12/cnpt-les-centres-federaux-sont-conformes-mais

    Dans son communiqué publié le 11 janvier 2019 sur ses visites effectuées en 2017 et 2018 dans les centres fédéraux pour requérants d’asile, la Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) estime que si ceux-ci sont “en général” conformes aux droits humains, un certain nombres d’atteintes liées à la privation de liberté et à […]


  • Montagne d’or en Guyane : l’ONU « somme » la France d’écouter les populations autochtones
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/11/guyane-l-onu-s-immisce-dans-la-future-mine-de-la-montagne-d-or_5407578_3244.

    L’affaire de la Montagne d’or était déjà lourde de polémiques, voilà qu’un nouvel acteur s’immisce dans le dossier de cette future mine industrielle dans la forêt de Guyane. L’Organisation des Nations unies (ONU), par le biais de son Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, « somme » la France soit de reprendre son processus de consultation afin d’écouter les populations autochtones sur ce sujet, soit de suspendre ce projet gigantesque.
    Lire aussi : Face aux critiques, le projet de mine « Montagne d’or » en partie corrigé

    Dans un communiqué rendu public jeudi 10 janvier, le Comité défend vigoureusement les droits des peuples amérindiens de l’Ouest guyanais. Or, eux qui sont « les premiers concernés » par les souhaits d’extraction d’or du consortium des multinationales Nordgold (Russie) et Colombus Gold (Canada), ont vu leur opposition être « totalement ignorée » jusqu’à présent.

    Le principe d’une « alerte rapide » adressée au gouvernement français a été décidé le 14 décembre 2018. Elle est censée prévenir lorsqu’une situation risque de tourner au conflit. Elle prend en fait une forme assez pressante, puisqu’il est demandé aux pouvoirs publics de formuler leur réponse d’ici au 8 avril. Il s’agit surtout d’une procédure inédite pour la France.

    « Ce comité traite entre cinq et quinze cas par an, expose Vincent Ploton du Service international pour les droits de l’homme, l’ONG ISHR, basée en Suisse, qui a soutenu la requête des opposants amérindiens. Ce genre d’infractions est malheureusement courant en Amérique du Sud et en Asie, mais c’est la première fois que Paris est rappelé à l’ordre pour un manque de respect des droits autochtones. Il y a eu un précédent avec une affaire d’extraction d’uranium au Niger, mais cela concernait Areva, pas la puissance publique. »

    #paywall #racisme #montagne_d'or #or #droits_autochtones


  • #ComPol en cours ? Réhabilitation des « Forces de l’ordre » et, en même temps, condamnation-criminalisation des manifestations...

    – hier les gendarmes dans le froid contre les passeurs de #migrants
    – ce matin le RAID qui pose & explose la porte de #gilets_jaunes
    – tout à l’heure #Castaner qui condamne prédictivement les manifestant-e-s...

    Hier, un reportage de Julia Pavesi et des (très belles) photos de Philippe Huguen pour l’AFP, a été publié par Le Point nommé, alors que l’image des forces de l’ordre se dégrade chaque jour un peu plus... Faut l’avouer, ce serait très adroit (et très à droite) de passer par la côte et le #trafic_humain pour contrer le désamour galopant, s’il s’agit bien d’une #communication_politique.

    Traversées de la Manche : dans les dunes, sur les traces des passeurs de migrants

    Restes de couverture de survie ou matériel nautique abandonné dans les dunes : près de Calais, les patrouilles de gendarmes se relaient, dans le froid et la nuit, pour repérer des passeurs de migrants...qui ont souvent un temps d’avance

    https://twitter.com/afpfr/status/1083365594630639617

    « Il y a deux jours, on a trouvé un campement, avec des sacs d’alimentation non entamés, il n’y avait plus personne bien sûr, » raconte Christophe - qui taira son nom de famille - adjudant-chef et adjoint au commandant d’unité du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Wizernes.

    https://www.lepoint.fr/societe/traversees-de-la-manche-dans-les-dunes-sur-les-traces-des-passeurs-de-migran

    Si hier en voyant l’article, je me suis posé la question d’une sorte de #publireportage ou d’une commande publiée au bon moment, ce matin, j’ai plutôt eut la sensation d’une confirmation devant l’opération « Images d’Épinal » des hommes du #RAID en train d’arrêter l’un des #giletsjaunes à Pont-à-Mousson :
    https://www.estrepublicain.fr/edition-de-pont-a-mousson/2019/01/10/pont-a-mousson-6-h-du-matin-le-raid-defonce-la-porte-d-un-gilet-jaune
    https://seenthis.net/messages/751087

    Bon en plus, la lumière jaune, la file noire et la touche de jaune dans les chaussures me renvoient au logo jaune-noir de Génération Identitaire, ou au drapeau jaune-noir du pseudo « anarchisme capitaliste »... bref !

    /1/ Edit : hé oui, il semble bien que #Christophe_Castaner ait lancé une opération « Nos forces de l’ordre sont fantastiques et vous êtes trop trop trop méchant-e-s ». Ça a commencé hier soir :

    Fier de nos forces. Ceux qui sauvent et font l’admiration du monde entier sont aussi ceux que l’on violente le samedi.

    https://twitter.com/CCastaner/status/1083443075173752835

    Ce à quoi un pompier a parfaitement répondu (avec la photo que j’estime être LE symbole de 2018) :

    Toujours autant indécente, votre com. En tant que pompier, je dépends de votre ministère et je suis fier de ce que je fais. Que cela serve de caution aux violences gratuites perpétrées par d’autres personnes dépendant aussi de ce ministère me dégoute. Vous êtes un être détestable

    https://twitter.com/Mimas87/status/1083725462986207232

    Et ça continue aujourd’hui :

    En France, il n’y pas de policiers qu’on peut étreindre le 11 janvier et brutaliser à la fin d’une manifestation. Il n’y a pas de gendarmes qu’on peut acclamer le vendredi et outrager le dimanche. Tous défendent la République. Tous risquent leur vie pour la patrie.

    https://twitter.com/CCastaner/status/1083640378903982080

    Puis en interview pour Brut, en mode manifester = complicité de méchanceté :

    Christophe Castaner déclare que tous ceux qui participeront aux rassemblements des #giletsjaunes samedi seront considérés comme complices des violences. Depuis quand un ministre de l’intérieur a le droit d’exercer ce type de pression sur les citoyens ?

    https://twitter.com/JeanHugon3/status/1083729915558723584

    Mention spéciale pour le choix de capture d’écran de Brut :

    #migration #gendarmerie #forces_de_l_ordre #migration #exils #criminalisation #no_borders #manifestation #droit #criminalisation


  • Brésil, Espagne, France ou le retour de la banalité du mal
    https://joellepalmieri.wordpress.com/2019/01/11/bresil-espagne-france-ou-le-retour-de-la-banalite-du-mal

    2 janvier 2019. Le nouveau gouvernement brésilien fête son intronisation. Aux côtés de Jair Bolsonaro, le nouveau Président du pays, Damares Alves, 54 ans, ministre de la Femme, de la Famille et des Droits de l’homme – une des deux seules femmes du gouvernement – scande : « Attention, attention. C’est une nouvelle ère au Brésil : les garçons s’habillent … Lire la suite →

    #Humeurs #fascisme #féminisme #masculinisme #militarisation #pauvreté #traditionalisme #violences


    https://0.gravatar.com/avatar/9756ba41fe8333157071419a20733f4a?s=96&d=https%3A%2F%2F0.gravatar.com%2Fa

    • Même le figaro à remarqué que les droits des femmes sont menacés
      http://madame.lefigaro.fr/societe/espagne-les-feministes-menacees-par-le-parti-extreme-droite-Vox-1101

      Après une année de mobilisation massive, le puissant mouvement féministe espagnol subit un sacré revers avec l’émergence du parti d’extrême droite Vox. Ce dernier remet en question les mesures contre les violences faite aux femmes, pourtant cause nationale dans le pays.

      « Ce qu’ils portent, c’est un coup d’arrêt brutal aux avancées des femmes. Nous ne ferons pas un pas en arrière ! », fulminait, mercredi, Ana Maria Pérez del Campo, figure historique du féminisme espagnol. Plusieurs associations féministes ont annoncé une série de mobilisations contre ce parti entré pour la première fois dans un parlement régional après les élections du 2 décembre en Andalousie.
      Des mesures "idéologiques" et "discriminatoires"

      Décisif pour faire investir le candidat du Parti populaire (PP, droite) Juan Manuel Moreno à la tête de la région, Vox lui a posé comme première exigence l’abandon de mesures contre les violences faites aux femmes qu’il juge « idéologiques » et « discriminatoires » envers les hommes. Cette condition, qui a suscité une large indignation, n’a finalement pas été incluse dans l’accord d’investiture conclu entre le PP et Vox.

      Mais pour Maria Silvestre, sociologue de l’université Deusto de Bilbao, Vox a envoyé le message suivant : « Si vous ne votez pas avec moi, on verra clairement que la droite qui veut faire changer les choses, c’est moi », a-t-elle déclaré à l’AFP. Plus globalement, Vox réclame dans son programme national l’exclusion des IVG du système de santé publique, la suppression des quotas paritaires sur les listes électorales et des « organismes féministes radicaux subventionnés », l’allongement des congés maternité et l’augmentation des allocations familiales pour les mères.

      Avant sa remise en cause par Vox, la lutte contre les violences sexistes faisait consensus en Espagne : la loi pionnière contre ce phénomène qui tue, selon les statistiques officielles, environ 50 femmes par an - 47 en 2018 - avait été adoptée en 2004 à l’unanimité par le Parlement. Chaque meurtre de femme par son conjoint ou ex-conjoint est largement couvert dans les médias espagnols et condamné par la classe politique.
      Cause nationale en 2018
      Les Espagnoles dans la rue

      Les Espagnoles dans la rue après l’affaire de « la Meute ». (Madrid, 22 juin 2018.)
      Javier Soriano / AFP

      « Ils ont réussi à faire en sorte que quelque chose qui ne se discutait pas soit à nouveau débattu », observe Silvia Claveria, politologue spécialiste du féminisme à l’université Carlos III de Madrid interrogée par l’AFP. Maria Silvestre abonde : « Toutes les avancées des dernières années, (...) ils les renversent, parce qu’avec quatre affirmations qui sont des mensonges, Vox sait que ça prend, qu’il y a un public pour ça ». Et d’ajouter : « Clairement, je crois que c’est une réaction à l’action, et à l’écho, qu’a eu le mouvement féministe », citant la grève pour l’égalité lors de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, très largement suivie.

      L’année 2018 a en effet vu les Espagnoles se mobiliser massivement pour leurs droits, dans le sillage du mouvement #MeToo, tandis que le socialiste Pedro Sanchez a formé début juin le gouvernement le plus féminin de l’histoire du pays, avec 11 femmes sur 17 ministres. Des dizaines de milliers de femmes sont également sorties dans les rues, indignées par la condamnation, jugée trop clémente, de cinq Sévillans surnommés « la Meute » à neuf ans de prison pour avoir abusé en groupe d’une jeune femme et ce, en filmant leurs actes. Un tribunal a décidé début janvier de les laisser en liberté conditionnelle. Une nouvelle affaire comparée à la « Meute » a éclaté ces derniers jours avec l’arrestation de quatre personnes soupçonnées d’agression sexuelle en groupe sur une jeune femme la nuit du Nouvel An.


  • #Nantes : six personnes portent #plainte et dénoncent des #violences_policières lors de manifestations de « #gilets_jaunes ». Ils ont été blessés et dénoncent le danger de manifester.

    À Nantes, six personnes blessées au cours de manifestations de « gilets jaunes » ont déposé plainte contre X, jeudi 10 janvier, pour des faits de violences volontaires avec arme par des personnes dépositaires de l’autorité publique, rapporte France Bleu Loire Océan. Deux femmes et quatre hommes ont déposé plainte.

    Des blessures à la tête ou à la cuisse

    « Cela ne devrait pas être un danger de manifester. Nous continuerons de faire des actions pour dénoncer ce qui ne va pas dans notre pays et qui touche le monde entier » a expliqué à France Bleu, sur le parvis du palais de justice de Nantes, la belle-mère d’un manifestant blessé à la tête dans le cortège du 29 décembre, l’"acte 7 des gilets jaunes". Adrien, 22 ans, est sorti de l’hôpital le 7 janvier. Les médecins lui ont posé pas moins de 50 agrafes, explique encore France Bleu, et est encore très affaibli. La police des polices avait été saisie.

    Autre blessée et plaignante : Agnès, « gilet jaune » du Pays de Retz (au sud-ouest du département de la Loire-Atlantique, autour de Pornic). Elle est touchée à la cuisse : « J’ai été blessée par un éclat de grenade de désencerclement alors que je marchais et qu’on allait se disperser » explique-t-elle. « Je n’ai rien commis d’illégal. J’ai été agressée alors que j’utilisais mon droit de manifester » témoigne-t-elle au micro de France Bleu Loire Océan.


    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/nantes-six-personnes-portent-plainte-et-denoncent-des-violences-policie
    #justice #droit_de_manifester
    ping @davduf


  • Un fonds d’investissement porte plainte contre Droit au #Logement
    https://www.bastamag.net/Un-fonds-d-investissement-porte-plainte-contre-Droit-au-logement

    Alors même que 896 000 personnes sont privées de logement personnel, la France compte plus de trois millions de logements vacants selon l’Insee. Soit un million de logements vides de plus par rapport à 2008 ! C’est dans ce contexte que l’association Droit au logement a décidé, le dimanche 6 janvier, de réquisitionner un immeuble de près de 10 000 m2, vacant depuis plus d’un an, situé au 122-126 rue Château des Rentiers (sic) dans le 13e arrondissement de Paris. Cet immeuble est la propriété du groupe (...)

    En bref

    / Logement, #Droits_fondamentaux, #Luttes_sociales, #Garantir_l'accès_au_logement



  • Are women escaping family violence overseas considered refugees?

    Worldwide, an estimated 35% of women have experienced family or domestic violence. In some countries, the figure is closer to 70%. Not all those at risk will be entitled to international refugee protection, however. Only those who meet the definition of a “refugee” can make a valid claim for asylum.

    Women fleeing family and domestic violence must deal with a unique range of legal and practical hurdles before the threat of being returned will truly have passed.
    Refugee protection for gendered violence

    The international refugee convention of 1951 defines a “refugee” as a person outside their own country who fears persecution because of their race, nationality, membership of a particular social group or political opinion.

    This legal definition was devised in Europe in the aftermath of the second world war, primarily with the political refugee in mind. Although the convention isn’t limited to those fleeing political persecution, women fleeing gender-based violence must overcome a number of hurdles to show they meet the definition’s criteria.

    The most fundamental requirement for refugee protection is that the applicant be outside her country of origin. This alone precludes most women from accessing international protection. The cost of travel and the danger it entails – women and girls face heightened risks of sexual violence, trafficking and exploitation during their journeys – make seeking asylum a dangerous endeavour.

    For women living under repressive regimes such as in Saudi Arabia, where permission to travel is required from a male guardian, leaving the country may be impossible. For those who do leave, trying to prove they are at risk of persecution poses further challenges.

    Beyond obvious physical signs of mistreatment, obtaining evidence of domestic violence is notoriously difficult. In most refugee cases, the primary means of establishing the applicant’s claim to asylum is her testimony. Lasting effects of trauma, potentially significant cultural and language barriers, and being surrounded by often male interpreters, decision-makers and legal representatives, can make the burden of proof for such women overwhelming.

    Moreover, the refugee definition itself was not designed with the experiences of women in mind. In cases like al-Qunun’s, failure to conform to religious expectations will likely play a role. But the tendency of refugee status decision-makers has been to see violence by family members as a private matter, and not attributable to one of the five grounds of persecution: race, religion, nationality, membership of a particular social group and political opinion.

    When refugee claims involving family and domestic violence succeed, it is usually on the basis women may constitute a particular social group. Accepting that women in a particular country constitute a particular social group allows refugee status decision-makers to provide protection to women who fear persecution because they are women.

    The UNHCR states that women are a clear example of a social group “defined by innate and immutable characteristics, and who are frequently treated differently than men”.

    À lire aussi : Do abused women need asylum? 4 essential reads

    However, the worldwide prevalence of family and domestic violence, coupled with concerns about “opening the floodgates” to women seeking asylum, have seen this approach to gender-based refugee claims rejected on a regular basis.


    https://theconversation.com/are-women-escaping-family-violence-overseas-considered-refugees-109
    #femmes #asile #droit_d'asile #violences_domestiques #genre


  • A Bayonne, nouvelle route migratoire, l’impressionnante solidarité des habitants malgré les carences de l’État
    https://www.bastamag.net/A-Bayonne-nouvelle-route-migratoire-l-impressionnante-solidarite-des-habit

    La route de la Libye et de l’Italie étant coupée, de plus en plus de migrants arrivent en Europe via le Maroc et l’Espagne. Certains passent ensuite par le Pays Basque. En deux mois, 2500 réfugiés ont déjà transité par un centre d’accueil ouvert à Bayonne. La démarche, d’abord spontanée, bénéficie désormais du soutien de la mairie. L’État a quant à lui exercé des pressions sur les chauffeurs de taxi ou les compagnies d’autobus, en exigeant notamment l’identité des voyageurs. Basta ! a passé la nuit du 31 (...)

    #Résister

    / #Solidarités_internationales, #Reportages, #Migrations, #Droits_fondamentaux, A la une


  • #Info et #intox sur le droit de manifester - Amnesty International France
    https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/info-et-intox-sur-le-droit-de-manifester

    FAUX : UNE MANIFESTATION DOIT NÉCESSAIREMENT ÊTRE AUTORISÉE PAR LES AUTORITÉS POUR ÊTRE LÉGALE

    Le droit de manifester ne peut pas être soumis à autorisation préalable. Les #États peuvent cependant mettre en place un système de déclaration préalable (notification), visant à faciliter l’exercice de ce droit en permettant aux autorités de prendre des mesures pour garantir l’ordre public (c’est le cas en #France). En outre, Si une manifestation peut être interdite par les autorités sur des motifs précis, parler de « manifestation autorisée » est donc un abus de langage.

    FAUX : UNE MANIFESTATION NON DÉCLARÉE EST ILLÉGALE

    Le #droit international prévoit la possibilité de rassemblements spontanés en réaction à l’actualité par exemple, ne pouvant donc faire l’objet de déclaration préalable. De manière générale, l’absence de notification aux #autorités de la tenue d’une manifestation ne rend pas celle-ci illégale et, par conséquent, ne doit pas être utilisée comme motif de dispersion de la manifestation. Les organisateurs qui ne notifient pas la tenue d’une manifestation ne doivent pas être soumis à des sanctions pénales ou administratives se soldant par des amendes ou des peines d’emprisonnement.

    En France pourtant, les organisateurs peuvent être poursuivis sur cette base.


  • L’âge de la tortue

    L’âge de la tortue c’est une structure qui conçoit et met en œuvre des projets artistiques dans le champ des #arts_visuels et des #arts_vivants. Fondée sur une pensée critique de notre société contemporaine et sur le respect des #droits_culturels, la démarche de #L’âge_de_la_tortue interroge notre rapport aux représentations politiques et sociétales pour décaler notre #regard_sur_le_monde. Les processus de travail viennent nourrir la production des œuvres et prennent la forme de #laboratoires_interdisciplinaires menés par des artistes sur le temps long (laboratoires entre différents arts, laboratoires de réflexion, laboratoires participatifs avec des personnes vivant sur un territoire).

    Implantée dans le quartier du Blosne à Rennes, L’âge de la tortue développe ses projets depuis l’échelle micro-locale en articulation avec d’autres territoires en Europe.L’âge de la tortue est une association (loi 1901) fondée en 2001 à Rennes.

    http://agedelatortue.org
    #art
    ping @odilon @reka


  • Das Foto, dass wir gerne drucken würden - B.Z. Berlin


    Décidément ce journal de droite n’apprécie pas du tout le sénateur de la culture du gouvernement de Berlin.

    Das Landgericht Berlin droht Senator Lederer mit Ordnungshaft ...
    25. Nov. 2018 ... Der Direktor der Gedenkstätte Hohenschönhausen, Hubertus Knabe, darf an seinen Arbeitsplatz zurückkehren.

    Ce gros titre fait croire aux lecteurs moins avertis que le le sénateur risque une peine de prison à cause de sa politique. Bien entendu ce n’est pas le cas.

    Après la réunion commémorative à l’occasion du centenaire de la fondation du parti communiste allemand (KPD) la droite crie au scandale et essaye de ridiculiser les figure de proue de la gauche. Klaus Lederer est le politicien le plus populaire de la ville et voilà une belle occasion pour le présenter dans une pose typique pour l’ère de Staline.

    Il est vrai que la tête d’Ernst « Teddy » Thälmann est plus réussie que celle du beau Klaus.

    Enfin pour compléter voici une petite collection de gros titres du journal B.Z.

    „Kriminelle Energie!“ CDU-Vize fordert Rücktritt von Lederer
    29. Nov. 2018 ... CDU-Politiker Arnold Vaatz wirft Kultursenator Klaus Lederer (Die Linke) schwere Rechtsverstöße im Fall Knabe vor.

    Hat Lederer in Hohenschönhausen doch ein falsches Spiel gespielt ...
    25. Okt. 2018 ... 9. von Klaus Lederer (Linke) gefeuert: Hubertus Knabe, Leiter der Gedenkstätte Hohenschönhausen

    Kultursenator Lederer sperrt das Mauermuseum auf Twitter
    27. Aug. 2018 ... Kultursenat gegen Mauermuseum – Klaus Lederer (44, Linke) gegen Alexandra Hildebrandt (59

    Ex-Gedenkstätten-Leiter Hubertus Knabe klagt sich vorerst ...
    24. Nov. 2018 ... Berlins Kultursenator Klaus Lederer will dagegen vorgehen. Wegen Sexismus- Vorwürfen gegen seinen Stellvertreter musste Hubertus Knabe, ...

    Ist Klaus Lederer ein guter Senator oder ein ...
    14. Juni 2018 ... Der Eigentümer wollte das Radialsystem veräußern und Kultursenator Klaus Lederer machte sich für den Ankauf stark. Die rot-rot-grüne ...

    #Allemagne #politique #presse #communisme #droite #histoire #rofl


  • Bolsonaro s’attaque aux fonctionnaires de gauche et aux populations indigènes
    https://www.bastamag.net/Bolsonaro-s-attaque-aux-fonctionnaires-de-gauche-et-aux-populations-indige

    Le 1er janvier, le nouveau président du Brésil Jair Bolsonaro a officiellement été investi lors d’une cérémonie au Planalto, le palais présidentiel, à Brasilia. Tout juste en poste, il a immédiatement décrété des mesures qui s’attaquent directement aux populations indigènes et aux droits des travailleurs. Le président d’extrême droite a ainsi décidé de transférer la compétence de la démarcation des terres indigènes au ministère de l’Agriculture. Cette démarcation était auparavant du ressort d’un organisme (...)

    En bref

    / #Droites_extrêmes, #Politique, #Amériques, #Droits_fondamentaux


  • Le silence gênant de la France face aux crimes de guerre et tortures perpétrés par les Emirats arabes unis
    https://www.bastamag.net/Le-silence-genant-de-la-France-face-aux-crimes-de-guerre-et-tortures-perpe

    Tabassés, électrocutés, pendus par les pieds, violés : ils sont des centaines à avoir disparu dans des centres de détention du sud-Yémen. Ces « prisons secrètes », dénoncées depuis 2016 par des ONG, sont contrôlées par les Émirats arabes unis (EAU), un allié militaire de la France. Le 21 novembre dernier, le président Macron recevait le Prince héritier d’Abu Dhabi à Paris pour témoigner de « la force du partenariat et de liens historiques unissant la France et les EAU ». Un partenariat basé sur des liens (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Guerres_et_résolution_des_conflits, #Droits_fondamentaux, #Enquêtes


  • Indemnités prud’homales : le plafonnement de nouveau jugé contraire au droit international
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/06/indemnites-prud-homales-le-plafonnement-de-nouveau-juge-contraire-au-droit-i

    Deux jugements en six jours écartent cette disposition s’appliquant à un salarié victime d’un licenciement injustifié et à laquelle Macron est très attaché.

    Des juges sont-ils entrés en rébellion contre les ordonnances de septembre 2017 sur le code du travail ? Pour la deuxième fois en quelques jours, un tribunal a estimé contraire aux engagements internationaux de la France une des mesures emblématiques de cette réforme : le plafonnement des indemnités accordées par la justice à un salarié victime d’un « licenciement sans cause réelle et sérieuse ». C’est le conseil de prud’hommes d’Amiens qui a rendu cette décision, le 19 décembre 2018, comme le signale le site d’informations Actuel RH. Le jugement, que Le Monde a pu consulter, est similaire à celui rendu six jours auparavant par les conseillers prud’homaux de Troyes. Il a pour effet d’écarter une disposition à laquelle Emmanuel Macron est très attaché puisqu’elle figurait dans son programme de campagne.

    L’affaire tranchée à Amiens concerne Fidèle T., employé dans un commerce d’alimentation générale. Celui-ci avait saisi les prud’hommes en février 2018 après avoir appris que son patron voulait le licencier pour faute grave. Les juges ont considéré que la rupture du contrat de travail était infondée et qu’il fallait dès lors dédommager le salarié pour le préjudice subi. Or, ont-ils rappelé dans leur décision, la convention n° 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) indique qu’une juridiction nationale, en cas de congédiement injustifié, doit pouvoir ordonner l’octroi d’une « indemnité adéquate » ou toute autre forme de réparation « appropriée ».

    Dans le cas de Fidèle T., le barème prévoit « une indemnité à hauteur d’un demi-mois de salaire », selon le conseil de prud’hommes d’Amiens. Cette somme ne peut être vue « comme étant appropriée et réparatrice ». A l’appui de leur démonstration, les juges soulignent que « dans le cadre d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse, le salarié subit irrémédiablement un dommage (…), d’ordre psychique mais également (…) financier » puisque ses revenus baissent de façon substantielle, une fois qu’il est privé d’emploi.

    Conclusion, pour les conseillers prud’homaux d’Amiens : les textes issus de la réforme de 2017 « sont contraires à la convention 158 de l’OIT » et l’entreprise est condamnée à verser à un dédommagement de 2 000 euros, soit un montant dont les juges sous-entendent qu’il est supérieur à ce qui est fixé dans les ordonnances.

    Précision importante : le jugement du 19 décembre 2018 a été rendu par une formation dans laquelle siégeaient deux conseillers salariés et deux conseillers employeurs, ce qui signifie que l’un de ces derniers, au moins, adhérait à l’analyse juridique développée dans la décision.

    • Le plafonnement des indemnités prud’homales jugé contraire au droit international
      https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/12/14/le-plafonnement-des-indemnites-prud-homales-juge-contraire-au-droit-internat

      Instauré en 2017 par les ordonnances Macron, ce dispositif, qui s’applique à un salarié qui aurait été licencié de manière infondée, serait contraire à la convention de l’Organisation internationale du travail.

      Le débat sur la réforme du code du travail, qui fit rage en 2017, vient de rebondir devant le conseil de prud’hommes de Troyes. Dans cinq litiges, cette juridiction vient de juger contraire aux engagements internationaux de la France une des mesures les plus importantes adoptées l’an passé : le plafonnement des dommages-intérêts qu’un tribunal accorde à un salarié victime d’un licenciement « sans cause réelle et sérieuse ».

      Une disposition très controversée à laquelle Emmanuel Macron tient beaucoup : il l’avait inscrite dans son programme de campagne après avoir – vainement – tenté de la mettre en place quand il était ministre de l’économie, sous le quinquennat de François Hollande.

      Les jugements rendus jeudi 13 décembre constituent une première. L’un d’eux, que Le Monde a pu consulter, fait suite à un différend entre un homme et l’ancienne entreprise où il travaillait. Jean-Paul G. avait saisi les prud’hommes de Troyes, courant février, quelques jours après avoir appris que son employeur voulait le congédier, en raison de difficultés économiques.

      Dans sa demande, le salarié avait – notamment – exprimé le souhait que soit écarté le barème obligatoire instauré en 2017, au motif que celui-ci ne respecte pas deux textes : la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Charte sociale européenne. Celles-ci prévoient qu’une juridiction, en cas de licenciement infondé, doit pouvoir ordonner le versement au salarié d’une « indemnité adéquate » ou toute autre forme de réparation « appropriée ».

      Les prud’hommes ont donné gain de cause à Jean-Paul G. Pour eux, la réforme de 2017 a eu comme effet d’introduire « un plafonnement limitatif des indemnités prud’homales [qui] ne permet pas aux juges d’apprécier les situations individuelles des salariés injustement licenciés dans leur globalité et de réparer de manière juste le préjudice qu’ils ont subi ».

      En outre, les montants maximaux fixés dans le barème « ne permettent pas d’être dissuasifs pour les employeurs qui souhaiteraient licencier sans cause réelle et sérieuse » : ils « sécurisent davantage les fautifs que les victimes et sont donc inéquitables ».

      Une précision importante : la décision de jeudi a été rendue par une formation collégiale, composée de deux conseillers salariés et de deux conseillers employeurs, ce qui signifie que l’un de ces derniers, au moins, était favorable à l’analyse juridique développée dans le jugement.
      « Elle me paraît très pertinente », commente Pascal Lokiec, professeur à l’école de droit de la Sorbonne. A ses yeux, la réforme de 2017 a fixé des niveaux d’indemnité minimaux et maximaux qui laissent très peu de « marge d’appréciation » au juge dans certaines situations.

    • Prud’hommes : le barème Macron a-t-il du plomb dans l’aile ? - L’Express L’Entreprise
      https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/prud-hommes-le-bareme-macron-a-t-il-du-plomb-dans-l-aile_205618

      Le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif a encore été retoqué par des juges prud’homaux. Le début d’une série ?

      Après le conseil des prud’hommes de Troyes (13 décembre), deux autres tribunaux viennent de contester l’une des mesures phares des ordonnances Travail de 2017 que constitue le barème Macron, plafonnant les indemnités accordées à un salarié licencié sans cause réelle et sérieuse. Il s’agit de celui d’Amiens (19 décembre) et de celui de Lyon* (21 décembre). De quoi donner de l’espoir aux opposants à cette disposition. Même si le débat reste entier.
      […]
      Mais d’autres ont pris des décisions inverses.

      Le 26 septembre dernier, le conseil des prud’hommes du Mans a validé le même barème. Chaque décision peut être brandie par les deux camps adverses et rien ne permet de préjuger des positionnements à venir des autres conseils de prud’hommes appelés à se prononcer sur des licenciements abusifs. Avec trois conseils des prud’hommes « anti-barème », on peut néanmoins déjà noter une certaine rébellion qui pourrait faire contagion.



  • Oui, la France est bien le seul pays d’Europe à utiliser des grenades explosives contre les manifestants
    https://rmc.bfmtv.com/emission/la-france-seul-pays-au-monde-a-utiliser-des-grenades-explosives-contre-le

    Cette grenade explosive s’appelle la GLI-F4. C’est celle-ci qui avait arraché la main d’un manifestant de la #ZAD de NDDL qui avait tenté de la ramasser en 2017. C’est cette même grenade qui avait blessé au pied, en août 2017, un manifestant à Bure en Lorraine.

    Une forte explosion

    Cette grenade a trois caractéristiques quand elle explose. Elle libère du gaz lacrymogène, elle provoque un bruit intense estimé à 165 décibels dans un rayon de cinq mètres. C’est, à titre de comparaison, plus fort qu’un avion au décollage qui produit environ 140 décibels. Surtout, elle provoque une forte explosion grâce à un explosif déjà présent dans une autre grenade, la OF-F1. Celle-ci était responsable de la mort de Rémi Fraisse en octobre 2014 à Sivens. Elle a été interdite depuis.

    Même les forces de l’ordre ont reconnu que cette grenade présente un risque. En 2014, les inspections générales de la police et de la gendarmerie ont reconnu dans un rapport que ces dispositifs étaient bien “susceptibles de mutiler ou de blesser mortellement un individu”. Et qu’elles constituaient "le dernier stade avant de devoir employer des armes à feu".

    Utilisée jusqu’à épuisement des stocks

    Si elle n’a pas été interdite, la #GLI-F4 pourrait l’être prochainement. Le 24 mai 2018, selon le bulletin officiel, le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’il allait renouveler ses stocks de grenades, mais n’a pas commandé de nouvelles GLI F4. "Il a été décidé de ne plus fabriquer de cette grenade", a expliqué le ministère. Pourtant, celle-ci continuera d’être utilisée jusqu’à épuisement des stocks.

    Elle sera remplacée par la GM2L, qui existe déjà. Selon le ministère de l’Intérieur contient aussi un effet lacrymogène et assourdissant, mais n’a pas l’effet déflagrant de la GLI-F4.

    #Maintien_de_L'ordre


  • Onlineumfrage zur Anhörung beim BVerfG wegen Sanktionen im SGB II
    https://www.umfrageonline.com/s/Sanktionsumfrage
    Le 15 janvier le tribunal constitutionnel d’Allemagne Bundesvervfssungsgericht (BVG) décidera sur la légalité de sanctions contre les bénéficiaires d’allocations Hartz IV. Un questionnaire en ligne anonyme permet aux personnes touchées par les sanctions de décrirer leurs expérience. L’expert Harald Thomé et son association Tacheles e.V. seront témoin devant la cour et exprimeront les points de vue des personnes concernées.

    Am 15. Januar 2019 findet vor dem Bundesverfassungsgericht eine Anhörung statt. Es geht um die Frage, ob Sanktionen nach dem SGB II mit der Verfassung vereinbar sind. Tacheles e.V. ist als sogenannter sachverständiger Dritter geladen. Für das Bundesverfassungsgericht wird die Frage, welche Wirkungen Sanktionen nach dem SGB II erzielen, voraussichtlich eine große Rolle spielen. Das ist keine rechtliche Frage, sondern eine Frage nach Erfahrungen.

    Wir haben uns daher entschlossen, diese Umfrage durchzuführen, um möglichst viele Erfahrungen aus der Praxis zusammenzutragen.

    Zielgruppen der Umfrage sollen sein:

    Berater und Beraterinnen, Anwält*innen, Betreuer*innen, Verbandsvertreter*innen, Sozialarbeiter*innen die Betroffene in allen möglichen Lebenslagen unterstützen,
    Die Empfänger*innen von Leistungen nach dem SGB II und SGB III, ungesichert Beschäftigte und ehemaliger Empfänger*innen von Leistungen nach dem SGB II
    Mitarbeiter*innen eines Jobcenters, eines kommunalen Trägers oder eines anderen Sozialleistungsträgers

    Die Ergebnisse der Umfrage wollen wir in der mündlichen Verhandlung vor dem Bundesverfassungsgericht am 15.1.2019 einbringen.

    Die Umfrage ist anonym, sie dauert ungefähr 5 Minuten.

    Die Umfrage ist ab sofort (31.12.) bis zum 10. Januar 2019 freigeschaltet.

    Ich möchte daher alle Newsletterleser und –leserinnen bitten, an der Umfrage rege teilzunehmen, die Umfrage in euren Netzwerken bekannt zu machen und zur Teilnahme aufzufordern.

    Auf diese Weise könnt ihr konkret eure Meinung zur Sinnhaftigkeit und Wirkung von Sanktionen dem Bundesverfassungsgericht mitteilen.

    #Allemagne #politique #droit #social #Hartz_IV


  • Le monde selon #Xi_Jinping

    Depuis 2012, le désormais « président à vie » Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la #Chine la superpuissance du XXIe siècle. Plongée au coeur de son « rêve chinois ».

    Derrière son apparente bonhomie se cache un chef redoutable, prêt à tout pour faire de la Chine la première puissance mondiale, d’ici au centenaire de la République populaire, en 2049. En mars dernier, à l’issue de vastes purges, Xi Jinping modifie la Constitution et s’intronise « président à vie ». Une concentration des pouvoirs sans précédent depuis la fin de l’ère maoïste. Né en 1953, ce fils d’un proche de Mao Zedong révoqué pour « complot antiparti » choisit à l’adolescence, en pleine tourmente de la Révolution culturelle, un exil volontaire à la campagne, comme pour racheter la déchéance paternelle. Revendiquant une fidélité aveugle au Parti, il gravira en apparatchik « plus rouge que rouge » tous les degrés du pouvoir.
    Depuis son accession au secrétariat général du Parti en 2012, puis à la présidence l’année suivante, les autocritiques d’opposants ont réapparu, par le biais de confessions télévisées. Et on met à l’essai un système de surveillance généralisée censé faire le tri entre les bons et les mauvais citoyens. Inflexible sur le plan intérieur, Xi Jinping s’est donné comme objectif de supplanter l’Occident à la tête d’un nouvel ordre mondial. Son projet des « routes de la soie » a ainsi considérablement étendu le réseau des infrastructures chinoises à l’échelle planétaire. Cet expansionnisme stratégique, jusque-là développé en silence, inquiète de plus en plus l’Europe et les États-Unis.

    Impériale revanche
    Dans ce portrait très documenté du leader chinois, Sophie Lepault et Romain Franklin donnent un aperçu inédit de sa politique et montrent que l’itinéraire de Xi Jinping a façonné ses choix. De Pékin à Djibouti – l’ancienne colonie française est depuis 2017 la première base militaire chinoise à l’étranger – en passant par la mer de Chine méridionale et l’Australie, les réalisateurs passent au crible les projets et les stratégies d’influence du nouvel homme fort de la planète. Nourrie d’images d’archives et de témoignages (de nombreux experts et de dissidents, mais aussi d’un haut gradé proche du pouvoir), leur enquête montre comment Xi Jinping a donné à la reconquête nationaliste de la grandeur impériale chinoise, projet nourri dès l’origine par la République populaire, une spectaculaire ampleur.

    https://www.arte.tv/fr/videos/078193-000-A/le-monde-selon-xi-jinping
    #biographie #démocratie #trauma #traumatisme #Mao #révolution_culturelle #Terres_Jaunes #exil #Prince_Rouge #nationalisme #rêve_chinois #renaissance_nationale #histoire_nationale #totalitarisme #stabilité #idéologie #anti-corruption #lutte_contre_la_corruption #purge #dictature #investissements_à_l'étranger #prêts #dette #KUKA #ports #droits_humains #Australie #infiltration_chinoise #Nouvelle-Zélande #David_Cameron #Jean-Pierre_Raffarin #matières_premières #capitalisme_autoritaire #Ouïghours #arrestations #répression #censure #liberté_d'expression #défilés_militaires #armée #puissance_militaire #Mer_de_Chine_méridionale #îles_de_Spratleys #liberté_de_la_presse #prisonniers_politiques #Hong_Kong

    #Djibouti #base_militaire (de Djibouti)

    #Sri_Lanka —> Au Sri Lanka, le #port de #Hambantota est sous contrôle chinois, ceci pour au moins 99 ans (accord signé avec le Sri Lanka qui n’a pas pu rembourser le prêt que la Chine lui a accorder pour construire le port...)
    #dépendance
    v. aussi :
    Comment la Chine a fait main basse sur le Sri Lanka
    https://www.courrierinternational.com/article/comment-la-chine-fait-main-basse-sur-le-sri-lanka

    Histoire semblable pour le #Port_du_Pirée à #Athènes, en #Grèce ou l’#aéroport de #Toulouse, en #France.

    #Organisation_de_coopération_de_Shangaï :


    https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coop%C3%A9ration_de_Shanghai
    #Grande_unité_mondiale #enrichissement_pour_tous

    Quelques cartes et images tirées du #film #documentaire.

    La #nouvelle_route_de_la_soie et autres investissements chinois dans les infrastructures mondiales de #transport :

    La #Chinafrique :


    #Afrique
    Afrique où la Chine propose la « #solution_chinoise », programme de #développement basé sur le #développement_économique —> « #modèle_chinois de développement »

    Le programme de #surveillance_de_masse :

    Outre la surveillance, mise en place d’un programme appelé « #crédit_social » :

    Le #Système_de_crédit_social est un projet du gouvernement chinois visant à mettre en place d’ici 2020 un système national de #réputation_des_citoyens. Chacun d’entre eux se voit attribuer une note, échelonnée entre 350 et 950 points, dite « crédit social », fondée sur les données dont dispose le gouvernement à propos de leur statut économique et social. Le système repose sur un outil de surveillance de masse et utilise les technologies d’analyse du #big_data. Il est également utilisé pour noter les entreprises opérant sur le marché chinois.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_cr%C3%A9dit_social

    Voici ce que cela donne :


    #surveillance #contrôle_de_la_population #vidéosurveillance #reconnaissance_faciale #contrôle_social
    #cartographie #visualisation
    ping @etraces

    ping @reka