• Reinventing Segregation in Northern California: An Interview with Alex (...) - Metropolitics
    https://metropolitics.org/Reinventing-Segregation-in-Northern-California-An-Interview-with-Alex

    Reinventing Segregation in Northern California: An Interview with Alex Schafran
    Darian Razdar - 14 May 2019
    Lire en français
    Darian Razdar interviews Alex Schafran about his new book Road to Resegregation: Northern California and the Failure of Politics. They discuss a new form of segregation called “resegregation” and the roots of this manifestation of unequal geography that impacts poor and racial-minority residents in Northern California’s peripheral cities.
    segregation / resegregation / housing / race / social class / inequalities / Northern California / California / Bay Area

    Over half a century since the Civil Rights Era, cities and urban regions in the United States remain divided and rife with inequality. Alex Schafran’s new book, Road to Resegregation: Northern California and the Failure of Politics, takes a new look at what segregation means in 21st-century US cities and regions through an in-depth analysis of Northern California’s political fragmentation and regional planning. This book urges its readers to recognize financial crisis, economic precarity, and housing unaffordability as a part of a broad and structural process of resegregation. This new form of segregation, characterized by regional geographies of precarity and coerced mobility, expels the poor and racially-marginalized from city centers, while maintaining their insecure access to resources.

    Resegregation in Northern California first became visible with widespread foreclosures that ravaged entire blocks and communities in cities like Oakland and Antioch beginning in 2007. Northern California is simultaneously home to wealth and inequality, and the region continues to make the news with San Francisco’s record-high rents. Road to Resegregation calls our attention to previous failures in city- and region-building and points toward solutions, which Schafran argues can only be addressed through coalition politics concerning our “common purpose” (p. 254).

    Dr. Alex Schafran (PhD, City & Regional Planning, University of California - Berkeley) currently holds the position of Lecturer at University of Leeds School of Geography.

    Darian Razdar: Your book outlines a novel understanding of unequal geographies in US urban regions, which you call “resegregation.” What distinguishes the re-segregation of today from the segregation faced in mid-20th-century US cities?

    Alex Schafran: My notion of resegregation, which builds on the work of other writers like Jeff Chang, is probably better thought of as a new form of segregation. The new geography of race and class in places like Northern California—people of color increasingly living in far away suburbs and exurbs with long commutes, shaky fiscal conditions, overstretched finances, rising poverty, high housing and commuting costs—is clearly different from postwar ghettoized segregation. But since we are still talking about racialized inequality spread across a metropolitan region, we must still call this new inequality segregation. Calling it resegregation implies a step backwards, which I think is politically important, and certainly better than segregation 2.0.

    DR: The Road to Resegregation builds from fieldwork you conducted in California’s Bay Area. Why did you choose to study this region to understand resegregation?

    AS: The simple answer is that it is where I am from, and it’s the place I know best. I knew that in order to really understand what was happening, I needed a depth of knowledge it would be hard to replicate in a place I wasn’t deeply familiar with. Sadly, it is also a major epicentre of resegregation, as it was for the foreclosure crisis. There is the added wrinkle that the Bay Area is supposed to be different. It is the wealthiest and supposedly most progressive region in the country. Somehow I had a sense that this was part of the story—and it was.

    DR: The stories you tell from the Bay Area come from cities and towns like Antioch, Modesto, and Patterson—places often out-shadowed by their neighbors to the west: San Francisco, Oakland, Berkeley, and San Jose. Could you elaborate on your decision to center the periphery in your methodology? How did this choice impact the research process and your findings?

    AS: The project originally started out as an investigation into gentrification in Oakland, but almost as soon as I began poking around, people started asking me where folks had moved to once they left. Even though I was born and raised in the Bay, and I knew the names of these places, I had never been. By the time I made my first trip to Antioch, the foreclosure crisis had hit, and I knew that I had found my story. The challenge then became the opposite—how to tell the story of places like Antioch, Modesto and Patterson without making it all about them, as clearly these places are not entirely responsible for the challenges they face. So while I do my best to tell their stories, and they are arguably the heart of the book, I’m not sure they are the center. I worked hard to write a truly regional book about Northern California, as virtually every corner of this massive place played a role in resegregation.

    DR: In what ways is this region a paradigmatic example of resegregation of US regions—is it special? To what extent does resegregation in the Bay Area reflect what’s happening across the country?

    AS: Northern California is an extreme example of a generalized phenomenon, one made worse by vast wealth and a complicated geography. It has a lot in common with other big and wealthy regions like New York and Los Angeles, but some form of resegregation is happening everywhere. I’d say there are two sets of differences between regions. One is geographic: in some places, it is older, inner ring suburbs that have become the key sites of rising racialized poverty and inequality, while in others it is exurbs far away from central cities. The other major difference is the extent to which this new form of segregation is dominant, vis-à-vis older forms of postwar segregation which still very much exist. It’s critical to keep two things in mind about resegregation. First, it does not imply desegregation happened. Many places went from one form of segregation to the other. The second, and more important, is that the new form of segregation doesn’t replace the old one. They exist together, and actually drive each other. People leave or get pushed out of older segregated neighborhoods and end up in far away zones with characteristics of resegregation.

    DR: You explain that today’s segregation is rooted in our failure to address the structural, racist issues around urban property tenure, regional mobility, gainful employment, and regional form. What does your research say about the current capacity to address “the failure of politics” in the US’s urban regions?

    AS: That is a tough question, especially given how much worse the political climate has gotten between the time when I finished research and the book was published. The key argument in this regard that I make in the book is that we need to change the focus of our politics. Housing, transportation, infrastructures, schools and water and sewage systems—this is what I call our “common purpose,” the stuff we must discuss and debate collectively, as we built these systems collectively. We must make this the heart of our politics, not just at the local level. I dream of a presidential campaign decided by who focuses most intently on housing and transport policy. We are starting to see some research which suggests that on these issues, partisanship ebbs a bit. The only hope I have for a better political future for the US is one where our debates focus on these systems. The hard part is that in order to get there, we have to build more trust in the political economy of development. To me, that starts with recognizing our past failures, and especially just how racist these systems have been for generations.

    DR: What is to be done before the next economic crisis to ensure we are ready to resist efforts to further re-segregate our cities and regions?

    AS: Well, I’d argue we are already in a state of long-term economic and ecological crisis, and I think it’s best that we just accept where we are and work towards a better future. I think it is particularly critical that we also see resegregation as a future that is already here (like climate change), not one to be avoided. Too often we do politics based on an imagined past or future, instead of just admitting where we are. My book is like a confessional for Northern California, what I hope is an accurate and honest portrayal of where we are at and how we got there. Accepting and admitting this is the first step.

    #ségrégation #segregation #San_Francisco #racisme #ville #droit_à_la_ville

  • Struggles! | Our first collection of stories
    https://www.otherwisemag.com

    Issue no. 1
    November 2020 - February 2021
    ¡STRUGGLES!
    Adelaide Di Nunzio/New Cairo

    STRUGGLES is our first collection of stories.

    1 story every 3 weeks from mid-November until the beginning of February

    Life is a struggle. In this issue, we explore individual and collective struggles and the pursuit of something different, better or, in some cases, real. Ana Gutiérriez recounts the story of Denise and her journey through sex work in London, and the dilemmas of lying and caring. Letizia Bonanno illustrates the struggles of carrying out fieldwork in austerity Athens. Marco Di Nunzio narrates the life of Anna and her struggle to deal with exclusion, injustice and the camorra in Naples. AbdouMaliq Simone tells us how forgetting creates spaces of possibility in West Papua. Finally, The Justice & Empowerment Initiatives share experiences of the anti-eviction movement in Lagos and its fight for a more just city.

    #droit_à_la_ville #luttes #urban_studies

  • Balade décoloniale Berne

    Carte interactive

    Koloniale Spuren aufdecken

    Die Schweiz war nie eine Kolonial- oder Seefahrtsnation und dennoch in der Kolonialzeit tief in ein Netz internationaler, kommerzieller, intellektueller und politischer Beziehungen eingebunden. Wie andere europäische Städte verbirgt auch Bern Spuren dieser Geschichte – einige davon macht diese Webseite der Stiftung Cooperaxion sichtbar.

    Cooperaxion – Bern Kolonial
    https://bern-kolonial.ch

    #balade_décoloniale #Berne #Cooperaxion #racisme #droit_à_la_ville

  • Newcomers’ Right to the City - SPUI25
    https://spui25.nl/programma/newcomers-right-to-the-city

    NIAS Talk Newcomers’ Right to the City
    15-02 2021 18.30 – 20.00

    With increasing worldwide migrant mobilities it is not always clear who has the right to the city. What is the role of the newcomer in an urbanized world?

    The moving populations that cross borders heading to Europe and North America contest and destabilize both territorial certainties and established urban policies. In public debates these displaced people are often framed as passive recipients of the State, NGO or philanthropic practices. However, newcomers themselves ­organize, struggle and generate movements of insurgent citizenship, claim the right to the (centre of the) city and enact the production of collective housing and shared common spaces based on principles of solidarity and mutual help. During this NIAS Talk we explore commoning practices used by newcomers as a way of self-organisation and the concept of spatial justice for an increasingly heterogeneous urban society.
    About the speakers

    Michael Keith is Professor at the University of Oxford’s Center on Migration, Policy and Society, and Director of the PEAK Urban Research Programme which aims to aid decision-making on urban futures. He will

    Maria Kaika is NIAS fellow 2019-2020 and Professor of Urban Regional and Environmental Planning at the University of Amsterdam. She was researching ‘debt as biopolitics’ at NIAS and will be discussing the newcomers right not only to the city but to the heart of the city, to have access to the political, social and cultural activities of urban life.

    Charalampos Tsavdaroglou is a Marie Curie Fellow at the University of Amsterdam. He will be a discussant for this talk and his research interests include critical urban theory, autonomy of migration, and intersectional, decolonial and affective geographies.

    Fenneke Wekker (moderator) is a Political sociologist, writer and Head of Academic Affairs at NIAS.

    #droit_à_la_ville #right_to_the_city

  • Main mise sur les villes, Claire Laborey (2013)
    https://www.youtube.com/watch?v=g_i_Ti1unOs

    Ces dernières années, partout en Europe, des milliers d’habitants sont descendus dans la rue pour remettre en cause la représentation politique, mais aussi défendre le droit à l’espace urbain. L’hyperurbanisation à coup de bulldozer et les expropriations massives imposées par les autorités publiques stambouliotes expliquent en partie la révolte de la place Taksim. Plus près de nous, l’installation d’un Ikea dans le centre-ville de Hambourg ou la construction d’un gigantesque centre commercial, portée par Auchan pour le projet du Grand Paris, arrangent les pouvoirs publics, qui n’ont plus les moyens d’investir dans l’espace urbain. Ces exemples charrient leur lot d’interrogations sur l’état de la démocratie urbaine aujourd’hui : comment la ville se transforme-t-elle et quelle place y occupent les citoyens ? Les habitants ont-ils leur mot à dire face aux technocrates, politiques, urbanistes et promoteurs qui façonnent les métropoles ? Les pouvoirs publics sont-ils toujours garants d’une ville ouverte et accessible ?

    Contre-pouvoir
    De Berlin à Copenhague en passant par Londres ou Toulouse, un voyage émaillé de rencontres avec des experts (la chercheuse Anna Minton, les architectes-urbanistes Jan Gehl et Frédéric Bonnet, le philosophe Thierry Paquot…). Ils décryptent les rapports de force à l’œuvre et s’interrogent sur la constitution de contre-pouvoirs.

    Avec une messe d’inauguration du premier Ikéa de centre ville à Hambourg.

    #droit_à_la_ville #PPP #ville

  • La Bataille De La Plaine - Le Film - Primitivi
    https://labataille.primitivi.org

    « Marseille, février 2019, La Plaine est encerclée par un mur de 2m50 de haut pour assurer le bon déroulé des travaux et enferme le rêve d’un quartier fait par ses habitants. Mais comment donner à voir ce qui n’est plus sur les images et qu’on est pourtant sûrs d’avoir vécu ? »

    #Marseille #La_Plaine #film #ville #habitants #gentrification #luttes #luttes_urbaines #urbanisme #droit_à_la_ville

  • The House is Ours: How Moms 4 Housing Challenged the Private-Property (...) - Metropolitics
    https://metropolitics.org/The-House-is-Ours-How-Moms-4-Housing-Challenged-the-Private-Property-

    The House is Ours: How Moms 4 Housing Challenged the Private-Property Paradigm
    Lauren Everett - 6 October 2020
    In the midst of a global housing affordability crisis that has been heightened by the Covid‑19 pandemic, it is time to reconsider how the right to profit from property ownership is privileged in policy, funding, and ideology in the United States. Oakland-based Moms 4 Housing’s bold direct action presented a concrete challenge to the status quo.
    housing / affordable housing / community land trusts / property ownership / property / homeownership / private property / real estate / speculation / California / United States / Oakland

    On November 18, 2019, in west Oakland, California, Dominique Walker and Sameerah Karim started moving their families into the vacant three-bedroom home at 2928 Magnolia Street (Holder and Mock 2020). They pressure-washed the exterior, patched the roof, installed a water heater, and added a refrigerator and stove. It was a new beginning for both women—single Black mothers who had experienced homelessness due to the cost of housing in Oakland, despite working full-time. The only problem was, they were neither leaseholders nor owners: The house was owned by Wedgewood Properties, described by its own CEO, Greg Geiser, as the largest “fix-and-flip” company in the United States (Dreier 2016). Historically Black neighborhoods are being gradually eroded in Oakland, with a roughly 50% decline in Black Oaklanders between the 1980s and today. One would have to earn $43.46 an hour, or $86,920 annually, to afford a two-bedroom home in the ZIP code where the Magnolia house is located, while Black women in the area earn an average of $49,369. The city also had more than 4,000 unhoused residents in late 2019, representing a 47% increase since 2017 (Holder and Mock 2020).

    #Oakland #Etats-Unis #logement #housing #homelessness #droitàlaville #droitaulogement

  • C’est froid, ça brûle
    https://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1163-cest-froid-ca-brule

    Les habitant.es de la résidence Trévise, rue Jean Jaurès dans le quartier de Moulins, vivent dans des conditions indignes depuis plusieurs années. En septembre dernier, les résident.es ont subi une coupure de chauffage qui a mis en évidence l’ensemble des dégradations de la résidence. Un collectif d’habitant.es s’est constitué pour qu’enfin LMH réagisse.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • #Earthquake_Tourism by #Left_Hand_Rotation_Collective

    On 1 November 1755 an earthquake destroyed the city of Lisbon.
    Its impact was such that it displaced man from the center of creation. Its ruins legitimized Enlightened Despotism.
    Lisbon today is trembling again, shaken by a tourist earthquake that transforms the city at cruising speed.
    Its impact displaces the inhabitant of the center of the city. What new absolutisms will find their alibi here?
    As the right to the city collapses, drowned by the discourse of identity and the authentic, the city creaks announcing the collapse and the urgency of a new way of looking at us, of reacting to a transformation, this time predictable, that the despair of the Capitalism pretends inevitable.

    Left Hand Rotation is a collective based in Lisbon since 2011.
    #Terremotourism is a subjective portrait of a city and its transformation during the last 6 years.

    –—

    Pour voir le #film :
    https://vimeo.com/195599779

    J’ai découvert ce film par une affiche qui annonçait sa projection à Athènes, en juillet 2019 :

    #Lisbonne #Portugal #tourisme #tremblement_de_terre #droit_à_la_ville #urban_matter #villes #géographie_urbaine #transformation #documentaire #film_documentaire #capitalisme

  • Usine à frites géante, addition salée pour les habitant.es
    https://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1162-usine-a-frites-geante-addition-salee-pour-les-habitant-es

    https://labrique.net/images/numeros/numéro_63/Clarebout_St-Georges-sur-lAa_v4.jpg

    Au delà de la frontière, mais pourtant juste à côté de nous, sévit depuis bientôt 33 ans un nouveau géant belge. Clarebout Potatoes s’est installé d’abord à Neuve-Église, entre Bailleul et Armentières, puis à Warneton en 2008. L’année passée, l’entreprise familiale a essayé de s’installer près de Mons en Belgique, mais les habitant.es du village de Frameries ne se sont pas laissé.es faire et soutenu.es par quelques élu.es, les Belges ont refusé. Le projet : avoir une nouvelle chaîne de production qui alignerait plus de 2500 tonnes de frites par jour. De quoi nourrir plus qu’un Plat-Pays. Après cet échec, Clarebout tente son installation en France et plus précisément à St-Georges-sur-l’Aa, un village de 300 habitant.es entre Dunkerque et Calais. Un désastre écologique, économique, olfactif et humain dénoncé (...)

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • Henri Lefebvre – Le droit à la ville. Un film de Jean Louis Bertuccelli, 1974 – ETEROTOPIA FRANCE
    http://www.eterotopiafrance.com/television/le-droit-a-la-ville-henri-lefebvre

    HENRI LEFEBVRE – LE DROIT À LA VILLE. UN FILM DE JEAN LOUIS BERTUCCELLI, 1974
    Henri Lefebvre (1901-1991), est un marxiste « indépendant », en cela il se présente comme « marxien », même si à plusieurs reprises il chemine avec le Parti communiste français (PCF). Il se dit également « utopien » et un temps « situationniste ». Incroyablement inventif et intuitif, il perçoit l’importance de la vie quotidienne et y consacre trois ouvrages majeurs (Critique de la vie quotidienne, 1947, 1962 et 1981), de l’urbanisation et de la ville qu’il analyse dans six ouvrages (Le droit à la ville, 1968 ; Du rural à l’urbain, 1970 ; La révolution urbaine, 1970 ; La pensée marxiste et la ville, 1972 ; Espace et politique, 1973 et La production de l’espace, 1974), de l’informatique (Vers le cybernanthrope, contre les technocrates, 1973), de l’altérité (Manifeste différentialiste, 1971), sans compter ses réflexions sur l’État, la dialectique, le marxisme…

    #ressources #géographie #urbanisme

  • Reprendre place. Contre l’#architecture_du_mépris

    Pourquoi avons-nous cette étrange impression que la ville ne nous appartient pas ? De n’être que de passage alors même que nous y résidons ? Quel est ce malaise que nous ressentons à la vue d’un #banc design segmenté en places individuelles, de #pics au rebord d’une vitrine, de #grillages et de caméras tous azimuts ? Ce sont autant de symptômes de #suspicion et de mépris de la ville à notre égard, autant de sensations de #dépossession. Loin d’être une chose inerte, l’espace urbain formé par les urbanistes et architectes est politique, vivant et signifiant. Il envoie des signaux de reconnaissance et de mépris à destination de ceux qui y vivent. C’est pourquoi il est plus que temps d’apprendre à décrypter le #langage_urbain pour pouvoir reprendre place en son sein et exiger de ceux qui la fabriquent, architectes et politiques en tête, qu’ils prennent en compte sa destination véritable : servir ses habitants.

    https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/reprendre-place-9782228924542
    #livre #urban_matter #villes #géographie_urbaine #vidéosurveillance #droit_à_la_ville #urbanisme #architecture #villes

    ping @karine4

    –---

    ajouté à la métaliste sur le #mobilier_urbain #anti-sdf / #anti-réfugiés :
    https://seenthis.net/messages/732278

    #architecture_défensive #SDF #sans-abri #anti-SDF #architecture_hostile

  • À #Lagos, les pauvres n’ont plus droit de cité

    En se développant à un rythme effrené, la mégalopole nigériane exclut les plus pauvres. Le quotidien britannique a suivi une famille de pêcheurs qui a été expulsée de son quartier. Nous publions ce reportage à l’occasion de l’opération “10 jours pour signer”, organisée par Amnesty International, dont Courrier international est partenaire.


    https://www.courrierinternational.com/article/droits-humains-lagos-les-pauvres-nont-plus-droit-de-cite
    #exclusion #pauvres #pauvreté #droit_à_la_ville #Nigeria #urban_matter #villes #géographie_urbaine #expulsion #destruction #logement

    https://www.courrierinternational.com/article/droits-humains-lagos-les-pauvres-nont-plus-droit-de-cite

  • La lionderie est morte ce soir
    https://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1114-la-lionderie-est-morte-ce-soir

    https://labrique.net/images/numeros/Numéro_59/Dessin_Hem_v3.jpg

    Il y a un an, nous vous parlions d’habitant.e.s mobilisé.e.s contre un projet de démolition de leurs maisons dans la cité familiale de la Lionderie à Hem1. Accompagné.es par une association de locataires (l’Atelier populaire d’urbanisme : APU) de Fives, iels ont tenté de faire entendre leur voix face à la MEL, la mairie et les bailleurs qui pilotent le projet. Leurs revendications, soutenues par l’APU, ont été littéralement balayées par les entrepreneur.ses qui n’ont pas caché leur cynisme et leur mépris des habitant.es.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • 40 ans de lutte pour le droit a la ville
    https://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1097-40-ans-de-lutte-pour-le-droit-a-la-ville

    https://labrique.net/images/numeros/numéro58/40ans_HLN_bon_dessin.jpg

    C’était il y a 40 ans, en septembre 1979, dans le quartier du Vieux-Lille. Une faune bigarrée est postée devant un vieil immeuble décrépit de la place Louise de Bettignies : babas cool aux-cheveux longs, travailleurs-sociaux, militants des quartiers et même une bonne sœur, débarquée du couvent voisin.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • « ILS NOUS ONT TANT VOLÉ QU’ILS NOUS ONT MÊME DÉROBÉ NOTRE PEUR » : INSURRECTION POPULAIRE AU CHILI 21 octobre 2019

    Le #Chili vit depuis quelques jours un soulèvement insurrectionnel d’une ampleur inédite. Partie de l’augmentation des prix du ticket de métro, la #révolte s’est rapidement généralisée, prenant pour cible le système dans son ensemble – dans un pays qui, depuis le coup d’État mené par Pinochet en 1973, est un laboratoire du #néo-libéralisme le plus féroce et où les inégalités sont parmi les plus fortes au monde. Alors que le gouvernement de droite à décrété l’#État_d’_urgence et instauré un #couvre-feu, alors que les militaires patrouillent dans les rues pour la première fois depuis la fin de la #dictature en 1990, nous avons mené un entretien avec l’un de nos correspondants au Chili pour faire le point sur la situation. Il nous explique les enjeux de l’explosion sociale en cours, sa composition, ses méthodes de lutte et sa résonance avec les soulèvements parallèles en #Amérique_du_Sud.

    L’élément déclencheur du soulèvement, c’est la lutte contre l’augmentation du prix du métro à Santiago. Un journaliste de l’Agence France Presse, toujours aussi fin limier, vient de découvrir que le métro de Santiago du Chili était le plus étendu de toute l’Amérique latine, et que la capitale était surpolluée par les embouteillages. Il serait plus judicieux de dire que ce mouvement, initié par des étudiants, des précaires et des lycéens, est typique de la situation analysée par l’#opéraïsme italien à travers le concept d’#ouvrier_social. Dans une époque où c’est la ville entière qui est devenue une #usine, et donc où c’est l’ensemble de l’espace social urbain qui participe à la production de valeur, il est tout à fait logique que le prix du métro devienne un enjeu radical des luttes. Si l’on pense aux mouvements de ces derniers années en Amérique du Sud, on peut faire la comparaison avec les luttes de 2013 à São Paulo, revendiquant la gratuité du bus dans cette ville. Un peu comme au Brésil, le mouvement a commencé avec un groupe militant indépendant des partis et syndicats ouvriers, et s’est répandu de la capitale aux autres grandes villes de tout le pays. Le plus surprenant, c’est la rapidité de l’extension du mouvement dans le cas chilien. Vendredi, il a pris Santiago. Samedi, il s’est déployé dans toutes les grandes villes du pays, du Nord jusqu’au Sud. (...) Ces formes de luttes contemporaines, où c’est la métropole elle-même qui devient un enjeu politique, sont de plus en plus présentes au Chili depuis ces dernières années. Ce n’est certes pas la première tentative de politisation du « #droit_à_la_ville » qui se passe au Chili, que ce soit à Santiago ou ailleurs. D’autres luttes antérieures ont déjà eu lieu, avec des résultats relatifs. De même, les pratiques émeutières ne sont pas nouvelles ici. Et il faut rappeler le courage des militantes féministes face à la répression policière, que ce soit lors du mouvement féministe de 2018, ou même lors de la marche du 8 Mars de cette année. S’il y a une explosion sociale d’une telle ampleur cette fois-ci, je crois que l’une des raisons se trouve dans les nouvelles formes de luttes, beaucoup plus offensives, qui ont été développées dès le premier jour à #Santiago.

    https://acta.zone/ils-nous-ont-tant-vole-quils-nous-ont-meme-derobe-notre-peur-insurrection-pop

  • En #Appuii aux habitants

    Si on vous dit 1968-2018 ? Vous répondez cinquantenaire du joli mois de mai ? Oui, mais pas que : on célèbre aussi les 50 ans du Droit à la ville, livre d’Henri Lefebvre. L’occasion parfaite d’interroger Sylvain, salarié d’Appuii, #association qui lutte aux côtés des habitants de #quartiers_populaires confrontés à la #démolition ou à la #rénovation de leurs lieux de vie.

    Comment est née l’association Appuii [1] ?

    « Tout a commencé en 2005, à La Coudraie, un quartier populaire sur les hauteurs de Poissy, en Île-de-France. Il est situé sur un terrain très attractif, dans une ville et un département plutôt riches. De quoi donner des envies à certains… Le maire avait ainsi pour idée de détruire ce quartier d’habitat social. Mais les habitants ne se sont pas laissé faire, luttant contre une décision qu’ils jugeaient arbitraire et méprisante. Certains d’entre eux sont même allés toquer à la porte de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. Et des étudiants ont accepté de leur donner un coup de main – certains se sont investis bien au-delà du cadre de leurs études. Une mobilisation très large, qui a payé : le quartier n’a pas été rayé de la carte.

    La bataille s’est menée sur deux fronts. Un volet ‘‘classique’’ : manifestations, occupation et médiatisation. Et un volet technique, en fournissant des éléments précis, en faisant des propositions, en épluchant les dossiers… Les habitants mobilisés ont ainsi acquis des compétences, jusqu’à être plus au fait des processus urbains que les élus. Et ils l’ont fait dans un vrai esprit de vivacité démocratique : ils se réunissaient et se réunissent encore chaque semaine, ils débattent et avancent ensemble.

    Dans la foulée de cette mobilisation, des chercheurs, amicales de locataires et habitants ont commencé à travailler ensemble dans le cadre d’un programme de recherche-action centré sur la rénovation urbaine et financé par la région Île-de-France. Il s’agissait de monter des actions communes, de réfléchir aux situations de conflit – à Vitry-sur-Seine, ça a même donné un film, Apprendre à travailler ensemble. Un succès. À tel point qu’à la fin du programme, certains participants se sont dit que ça répondait à un vrai besoin et qu’il fallait continuer. Avec pour objectif de créer un outil commun qui réponde aux questions des habitants concernés. À leur envie d’être acteurs, et non passifs ou dépossédés. Une sorte de SOS urbain.

    Tout ça s’est formalisé en 2012 avec la création d’Appuii, association un peu hybride. Y participent des universitaires, des professionnels (ou futurs pros) des métiers de la ville, des militants de quartiers populaires et des habitants qui vivent (ou ont vécu) des projets urbains importants. Toutes les participations sont bénévoles – je suis le seul salarié, chargé de coordonner les différentes actions. »

    En théorie, la loi impose la concertation avec les habitants d’un quartier sur le point d’être rénové, a fortiori quand le financement provient de l’Anru [2]... Ce n’est que de la poudre aux yeux ?

    « La concertation est certes inscrite dans la loi. Et des bureaux d’études sont missionnés par les acteurs institutionnels qui portent un projet urbain, pour le présenter à la population. Mais ça ne marche que dans un sens : les habitants peuvent au mieux exprimer des avis, sans savoir s’ils seront pris en compte. C’est très insuffisant. Il faut de vrais espaces de débat, dans lesquels les habitants disposent d’outils pour faire valoir leurs droits, peser dans le processus, émettre d’autres propositions. D’où l’idée de créer une sorte de plate-forme, de réseau.

    Les discours des décideurs ont évolué sur la question de la participation, mais cette évolution n’a pas forcément été suivie d’effets. Parfois, tout est même fait pour étouffer les initiatives… L’Anru reconnaît elle-même le manque de concertation de sa première vague de rénovation urbaine, dans les années 2000. Elle a donc lancé des conseils citoyens pour la deuxième vague, qui a débuté il y a deux ans. Avec Appuii, on a mené un gros travail pour voir si ces conseils fonctionnaient. Au final, on a constaté qu’ils ne changeaient pas grand-chose : la démolition/reconstruction imposée aux habitants reste la norme. »

    De quelle façon intervenez-vous ?

    « Appuii n’est ni un labo de recherche, ni une association de professionnels, ni un collectif local de quartier. Mais un peu tout ça mélangé – il y a différentes sensibilités et des membres d’horizons divers. On intervient seulement quand on est sollicités par un groupe d’habitants déjà constitué et mobilisé. Quand c’est le cas, on essaye de rapidement nouer contact avec d’autres habitants et collectifs locaux, puis on élargit à d’autres structures – par exemple, le Dal [3], Pas Sans Nous, des associations de locataires…

    Mais on n’est pas un syndicat des quartiers populaires, il n’y a aucune volonté de représenter. Notre rôle tient d’abord aux conseils (techniques, méthodologiques, voire juridiques), puis à la mise en réseau, en tissant des liens et en apportant des retours d’expérience d’autres quartiers. Avec pour objectif qu’il y ait des échanges entre les groupes concernés par des rénovations urbaines (surtout quand elles relèvent de la politique nationale de l’Anru). Appuii est d’abord un facilitateur. On fait par exemple circuler des chartes de relogement produites par des groupes locaux, afin que d’autres s’en emparent, ainsi que des conseils juridiques, des astuces pour financer un avocat…

    L’association ambitionne aussi, à un autre niveau, d’amener les professionnels à s’interroger sur leurs pratiques. Par exemple, dans le domaine juridique : la plupart des avocats spécialisés dans l’urbain travaillent pour les aménageurs, promoteurs et collectivités. Ils se placent rarement au service d’habitants en lutte. Résultat : il y a peu de recours sur les opérations de renouvellement urbain, et trop peu d’attention est portée aux droits des résidents. D’où notre idée de constituer une sorte de réseau de compétences solidaires. Et ce n’est pas qu’une question de diplôme. Par exemple, quand il y a eu des problèmes de plomberie à La Coudraie, c’est un habitant bossant sur des chantiers qui comprenait le mieux les défauts de la réhabilitation et était capable de les expliquer. »

    Y a-t-il une lutte dont tu voudrais particulièrement parler ?

    « Celle de Fresnes à la cité des Groux, une cité de 200 logements. On a été appelé par l’association locale, Renaissance des Groux, qui lutte contre un projet de démolition totale du quartier, ni justifié, ni concerté. Les gens l’ont appris du jour au lendemain. Ils n’avaient pas l’habitude de s’exprimer et se sont demandé comment empêcher le bailleur d’effacer leur quartier et comment faire face aux pressions. Appuii est alors venue leur prêter main-forte. Depuis deux ans, on a lancé (et participé à) pas mal d’initiatives : des ateliers pour enfants, des pétitions, des recueils de témoignages d’habitants, la construction d’une maquette du quartier, une expo de photos… Le but : redonner une place centrale aux habitants. Pour qu’ils construisent des envies communes pour le futur, sans se laisser abattre par le mépris des institutions – par exemple, le bailleur ne répond ni à leurs sollicitations, ni à leurs courriers… En parallèle, Appuii a aussi lancé une procédure pour avoir accès aux documents administratifs. »

    Comment vois-tu les différentes luttes d’habitants dans l’Hexagone ?

    « Que ce soit en Île-de-France, à Nantes, à Échirolles, à Marseille ou à Clermont-Ferrand, un même constat se fait jour, celui de la nécessité d’une convergence des luttes urbaines. Il faut croiser les luttes, qu’il s’agisse de sauver des terres agricoles ou de combattre des projets imposés et destructeurs. C’est la seule façon d’exister face à la machinerie de communication des métropoles ou promoteurs. Et de faire échec aux logiques de la ville industrielle, puis post-industrielle : relégation des plus pauvres et accaparement des terres pour le seul profit. Des logiques très bien exposées par Henri Lefebvre dans Le Droit à la ville, livre fondamental dont on fête cette année les cinquante ans. Pour célébrer cet anniversaire, une série d’événements auront d’ailleurs lieu de mars à mai à Paris-Nanterre, Grenoble, Tours, Lille, etc. Il ne s’agit pas seulement de commémoration, mais de luttes actuelles pour faire vivre ce droit à la ville. »

    http://cqfd-journal.org/En-Appuii-aux-habitants
    #résistance #urban_matter #villes #géographie_urbaine #logement #droit_à_la_ville #concertation #participation #Fresnes #cité_des_Groux #France

    • Appuii

      L’association APPUII est composée d’enseignants-chercheurs, de professionnels des métiers de la ville, d’étudiants, de membres d’associations locales et d’habitants de quartiers populaires.

      APPUII intervient en soutien à des demandes de collectifs informels ou associations reconnues qui se mobilisent pour que la ville se fasse avec eux et non contre eux.

      Il s’agit de mobiliser des ressources, de renforcer des capacités, de mettre en place des intermédiations avec ces collectifs et associations afin de produire d’autres informations, des #alternatives d’aménagement ou des méthodes de débat.

      APPUII se positionne aussi à l’échelle nationale pour contribuer à alimenter une action sur la ville COOPERATIVE, SOUCIEUSE D’ECOUTE ET D’EGALITE.

      https://appuii.wordpress.com
      #alternative

  • Le #Commonscamp : imaginer la ville en commun !

    300 personnes ont participé au premier Commonscamp organisé à #Grenoble, du 22 au 26 août 2018, pendant l’université d’été rebelle et solidaire des mouvements sociaux et citoyens. Cette première édition abordait trois thématiques : les #communs, le #municipalisme et le #droit_à_la_ville. Ce parcours numérique vous propose de revenir sur cette expérience inédite. Découvrez des #témoignages inspirants et rejoignez-nous pour les prochaines éditions !


    https://uneseuleplanete.org/Le-Commonscamp-imaginer-la-ville-en-commun
    #webdoc #commons

  • Saga de l’été 2/5 : LED & Néons : Lille branchée en flux continu
    http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1037-lumieres-ii

    http://labrique.net/images/numeros/numéro57/lumieres.jpg

    Deuxième épisode consacré aux lumières lilloises, ce papier propose une nouvelle plongée nocturne dans Lille : entre immeubles de bureaux, lofts et parkings souterrains. La promenade se transforme en errance entre les îlots habités mais planifiés pour être déserts.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • Capitalisme à visage urbain
    http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1082-capitalisme-a-visage-urbain

    http://labrique.net/images/numeros/numéro56/Dessin_ANRU_2-retouche.jpg

    « Le plus gros chantier de l’histoire de France hors temps de guerre » dixit Jean-Louis Borloo, son initiateur, entame la deuxième phase de son programme. Quinze ans après le lancement de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU) et ses opérations de démolition à la chaîne, l’ANRU 2 a pris le relais pour venir au secours des quartiers populaires à coups de pelleteuses et de milliards d’euros. Annoncée comme une machine de guerre contre la pauvreté, c’est pourtant dans la guerre contre les pauvres qu’elle semble vouloir continuer à exceller.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • La poudre de Superquinquin
    http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1036-la-poudre-de-superquinquin

    http://labrique.net/images/numeros/numéro57/Quinquin.jpg

    En janvier 2015, quelques lillois.es décident de créer à Lille un supermarché coopératif et participatif au slogan évocateur : « Superquinquin, le supermarché dont tu es le héros ». Ouvert en juillet 2016, ce supermarché propose une alternative à la grande distribution classique promouvant de nouvelles manières de consommer en s’appuyant sur l’autogestion. Si sur le papier l’idée est belle, les derniers échos de la SCOP nous ont fait saigner les oreilles.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • Les #communs_urbains : nouveau #droit_de_cité ?

    La notion de « communs » traduit un intérêt croissant de la société civile pour produire, gérer et partager des ressources matérielles et immatérielles de façon collaborative et ouverte. Comment ces nouvelles façons de faire en commun s’inscrivent-elles dans les territoires et contribuent-elles à les redéfinir ? Sont-elles susceptibles de renouveler la production de la ville et d’accéder au rang d’un nouveau « droit de cité » ?


    https://www.metropolitiques.eu/Les-communs-urbains-nouveau-droit-de-cite.html

    #communs #droit_à_la_ville #villes #géographie_urbaine #urban_matter #villes

  • Bruxelles et la gentrification du canal
    http://www.radiopanik.org/emissions/du-pied-gauche/bruxelles-et-la-gentrification-du-canal

    Nous avons parlé de la gentrification du canal à Bruxelles, du Nord au Sud

    En compagnie de

    Sarah De Laet, Inter-Environnement Bruxelles

    José Garcia, Syndicat des locataires

    Hugo Périlleux Sanchez, ULB

    On a expliqué l’histoire du canal, ce qu’est la gentrification

    On a parcouru les problèmes actuels et les principaux bénéficiaires des nouveaux projets immobiliers

    On a révé à une autre ville, avec plus de logements pour tous et toutes, et plus d’égalité

    Loin des faux concepts de revitalisation et de mixité sociale, on a voulu voir la réalité politique du terrain...

    On a écouté Kenny Arkana, Capitale de la Rupture et Jacques Brel, les (...)

    #logement #construction #intérets_privés #pauvres #droit_à_la_ville #riches #logement,construction,intérets_privés,pauvres,droit_à_la_ville,riches
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/du-pied-gauche/bruxelles-et-la-gentrification-du-canal_06597__1.mp3

  • Éditer les quartiers populaires
    http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1046-editer-les-quartiers-populaires

    http://labrique.net/images/numeros/numéro57/Ici_la_mer.jpg

    Les Étaques, jeune collectif d’édition lillois, publie ces jours-ci leurs deux premiers bouquins : un roman et un recueil de poésie. Un troisième livre sort en avril. Ce qui les inspire ? L’envie de faire de la place à celles et ceux qu’on entend trop peu : les habitant.es des quartiers populaires. Rencontre avec l’équipe.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville

  • Portraits d’expulsé.es
    http://labrique.net/index.php/thematiques/droit-a-la-ville/1045-portraits-d-expulse-es

    http://labrique.net/images/numeros/numéro56/Motif-M.Bertrand.jpg

    La destruction de la dernière barre d’immeubles du grand ensemble du boulevard de Strasbourg (BDS), nommée Marcel Bertrand a débuté1. Cette résidence gérée par Lille Métropole Habitat (LMH), mise à nu, dévoile ce qu’a été l’intérieur des maisons de plusieurs centaines de familles. La destruction est donnée à voir comme un spectacle. Une mise en scène qui a commencé le 10 septembre dernier par l’inauguration du premier coup de pelleteuse et qui s’est terminée silencieusement en décembre.

    #En_vedette #Droit_à_la_ville