• Entre deux confinements

    Balade ce soir 16 septembre 2020 dans Toulouse, 22h30, retour par le petit parc ouvert la nuit qui permet de rejoindre Blagnac à vélo.

    Un policier municipal au volant d’une voiture de police manœuvre difficilement son véhicule et on se demande même en rigolant si ils n’a pas bu parce qu’il s’y reprend à trois fois puis il cale la voiture sur le trottoir à l’entrée du parc où il a vainement tenté d’entrer.

    Sous les arbres éclairés par les lampadaires, on aperçoit une dizaine de jeunes tous avec des masques et debouts autour d’une table qui discutent silencieusement en faisant visiblement attention à la distance entre chacun.
    Je passe près d’eux pour signaler la présence des keufs, ils ont tous l’air bien calmes et une fille me sourit des yeux.

    Les policiers sont descendus du véhicule et s’approchent en brandissant le rayon lumineux de leurs torches sur les jeunes pour leur dire de dégager « pas de discussion, si vous ne partez pas immédiatement, c’est 150€ par personne »
    On est trois à regarder la scène interloqués à moins de 20 mètres de là. J’interpelle poliment mais avec une forte voix espérant leur faire honte en dénonçant publiquement leurs agissements et leur demande de cesser leur intervention, que c’est de l’abus de pouvoir parce qu’il n’y a aucune perturbation et qu’ils ont tous leurs masques et respectent les gestes barrières. Peine perdue, ce sont les jeunes qui me demandent de laisser tomber, car c’est toujours la même chose.
    Pendant ce temps, un peu plus haut sur le boulevard il y a des restaurants avec du monde à l’intérieur et autant sur les terrasses des trottoirs qui empêchent les piétons de circuler.
    J’ai juste gueulé en partant que la police ne vienne pas se plaindre que tout le monde les hait parce qu’ils sont vraiment pires que dégueulasses.

    #police_covid
    #toulouse_sous_moudenc
    #droite_toulousaine
    #commerce
    #jeunesse
    #ne_pas_laisser_faire

  • Derrière les cafés Joyeux, la galaxie catholique réactionnaire
    https://www.bastamag.net/Cafe-Joyeux-Manif-pour-Tous-Anti-IVG-Opus-Dei-cathos-integristes-Brigitte-

    Côté rue, l’enseigne Café Joyeux présente un visage avenant où bonté de cœur et esprit d’entreprise œuvrent de concert pour favoriser l’intégration au monde du travail de personnes en situation de handicap cognitif. Côté cour, ses intrications avec les sphères les plus réactionnaires du catholicisme français questionnent. Tout comme les soutiens institutionnels et politiques dont elle bénéficie. « Non merci, on a déjà eu des articles dans tous les titres de la presse nationale. » Au téléphone, le ton est sec (...) #Décrypter

    / A la une, #Enquêtes, #Droites_extrêmes

    • À l’origine de l’initiative, on trouve Yann et Lydwine Bucaille Lanrezac, entrepreneurs fortunés, philanthropes et catholiques pratiquants. Lui est à la tête d’Émeraude, une multinationale de négoce de matières plastiques qu’il a rachetée à son père. Le couple est également propriétaire d’un hôtel 5 étoiles, le Castelbrac, à Dinard (Ille-et-Vilaine). Outre leurs activités entrepreneuriales, les Bucaille Lanrezac soutiennent différentes œuvres de charité. C’est ainsi qu’en 2010, ils créent le fonds de dotation Émeraude Solidaire, qui reçoit une partie des bénéfices du groupe Émeraude et les redistribue en finançant une multitude d’associations.

      https://www.emeraudesolidaire.org

      Le Castelbrac, hôtel 5 étoiles comprend aussi une chapelle, La chapelle Saint Gabriel est ouverte à tous, parce que Dieu nous a voulu tous et, nous aime tous, qui que nous soyons.
      https://www.castelbrac.com/fr/la-chapelle-st-gabriel
      https://twitter.com/Castelbrac/status/1263379152364802048
      faut que j’y aille avec ma copine, réciter 3 avés et 2 paters.


      #vade_retro_satana

    • Lydwine Bucaille 100% féminine - 100%chrétienne
      https://www.magazine-zelie.com/single-post/2018/09/21/Lydwine-Bucaille-initiatrice-de-projets
      Jésus Marie Joseph !

      Cet hôtel n’est que l’une des nombreuses réalisations de Lydwine, et de son mari. En effet, même en souhaitant écrire un portrait de Lydwine, il est impossible de ne pas évoquer Yann, tant leurs initiatives sont communes.
      A l’origine de celles-ci, un événement : en 2007, Lydwine, qui travaille alors à Paris dans le marketing de luxe chez Louis Vuitton, est hospitalisée pour un burn-out. « Alors que j’avais coché les cases de la reconnaissance sociale, je me suis retrouvée seule face à moi-même, raconte-t-elle. J’ai dû redéfinir ce qui comptait pour moi. C’est le Seigneur qui m’a sauvée : grâce à lui, j’ai retrouvé la joie de vivre ! Je me suis donc basée sur ma foi pour me reconstruire, et je me suis recentrée sur ma famille. Avec mon mari, nous avons vécu une seconde conversion : de chrétiens « d’élevage », nous sommes passés à une foi personnelle, « sauvage » !

    • Elle me fait penser à Ludivine de Saint Léger, l’héroïne du blog parodique d’Aude Sécheret. Le nom, le luxe (Louis Vuitton et les masques de luxe).

      Journal d’un confinement — Dimanche 21 juin 2020
      https://ludivinedesaintleger.tumblr.com/post/621526518944940032/dimanche-21-juin-2020

      Je sais que comme vous êtes devenus de meilleures personnes à mon contact, vous vous demandez ce que vous pourriez faire, du haut de votre petite vie simplette, pour me rendre la pareille et m’aider autant que je vous ai aidé, moi, à tenir bon.

      En tout état de cause, à moins que je présente un jour une pathologie du rein et qu’il faille que vous m’en donniez un (quoique cela a très peu de chance d’arriver tant mon hygiène de vie est impeccable), nous ne serons jamais à égalité. Vous ne serez jamais en mesure de me rendre la pareille. De m’aider autant que je vous ai aidé à vous accrocher à la vie et à l’optimisme grâce à la beauté de mes textes, à la précision académique de mes réflexions, et à l’évasion que je vous ai offerte pendant ce confinement.

      Mais ce n’est pas grave. Je ne vous en tiendrai jamais rigueur. Comment le pourrais-je ? Comment en vouloir aux indigents de ne pas pouvoir donner, aux aveugles de ne pas pouvoir montrer le chemin à leur prochain, aux provinciaux de ne pas connaître le français ? Et si vous vous demandez tout de même ce que vous allez bien pouvoir faire pour moi – car oui, je vous entends penser “Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pour Ludivine, pour la remercier de m’avoir aidé à tenir, d’avoir été mon phare d’esthétique et de courage dans la tempête pandémique” – alors je vous réponds : continuez de lire.

      N’abandonnez pas ce beau chemin parcouru. N’ayez pas peur de vous frotter aux grands auteurs de nos bibliothèques, comme Lautréamont, Ayn Rand, Maurice Blanchot, Raymond Aron, ou moi.

    • Or, ce n’est pas la première fois que l’État participe au soutien de Café Joyeux. Il s’avère même qu’il lui prête désormais main-forte. En mars dernier, l’enseigne ouvrait un troisième restaurant à Paris, sur l’Avenue des Champs-Élysées. Le local, prêté temporairement par l’assureur Groupama, offre l’occasion d’un nouveau coup de projecteur sur l’initiative. Ce jour-là, le Président en personne, ainsi que sa femme et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées (jusqu’au 6 juillet 2020), viennent à l’inauguration. Face aux caméras, entouré des salariés du Café Joyeux, Emmanuel Macron salue « celles et ceux qui font », et « sont en train d’inventer l’entrepreneuriat du 21ème siècle ». « Je crois au travail et à la prise de risque », ajoute-t-il, puis de conclure : « Vous êtes en train de montrer que tout est possible avec de la volonté », saisissant au passage une des employées à ses cotés pour l’embrasser [14].

  • #Municipales_2020 : les alliances #LREM - #LR ou le retour du #clivage #gauche / #droite ?

    À #Clermont-Ferrand, comme à #Bordeaux, à #Lyon ou encore à #Aurillac, beaucoup de candidats de #La_République_en_marche (LREM) s’allient au second tour avec #Les_Républicains (LR) pour contrer la gauche. Pourtant, ces #alliances ne font pas l’unanimité dans les deux forces politiques, obligeant les candidats à revoir leur programme du premier tour.

    On est face à un jeu politique classique qui montre que l’ancien monde est toujours d’actualité et que le clivage gauche-droite n’est en rien dépassé.

    Cette vision d’un clivage obsolète n’est pas innocente : elle est très dépendante d’une volonté d’affirmer que « l’entreprise Macron » inaugure un monde nouveau, il s’agirait d’une rupture fondamentale introduisant en France un nouveau système partisan avec un parti dominant au centre de l’échiquier politique.

    De fait, l’électorat d’Emmanuel #Macron de 2017 n’était pas du tout « #ni_droite_ni_gauche », il acceptait autant que les autres électorats de se situer sur une échelle gauche-droite et il choisissait souvent la position au centre de l’échelle (39 %) ou les positions voisines de centre gauche (27 %) ou de droite modérée (21 %), d’après l’enquête post-électorale « French Election Study » (FES 2017).

    Au moment des législatives, la nomination d’un premier ministre issu de la droite juppéiste, en la personne d’Edouard Philippe, avait contribué à siphonner l’électorat de droite. La République en marche (LREM) gagnait très largement la majorité absolue à l’Assemblée nationale, mais sur des profils de candidats très diversifiés, ce qui laissait présager la montée des divisions internes et… un avenir incertain. Les Républicains demeuraient malgré tout la première force d’opposition parlementaire.

    Comment a-t-on pu en arriver, trois ans plus tard, à des compétitions de second tour municipal où la majorité présidentielle pactise avec la première force d’opposition ? Même si les politiques suivies par le président ont de plus en plus été marquées à droite, le phénomène demande des explications.
    Aux européennes, LREM voulait surtout s’opposer au Rassemblement national

    Au moment des élections européennes de 2019, la majorité présidentielle résistait plutôt bien, réunissant 22,4 % des suffrages (contre 24 % pour Emmanuel Macron au premier tour présidentiel), mais était devancée par le Rassemblement national (23,7 %), ce qui semblait annoncer un système partisan opposant deux forces centrales, LREM et le Rassemblement national, alors que Les Républicains (avec seulement 8,5 % des suffrages) et la gauche semblaient en perdition. Le résultat de LREM s’expliquait avant tout par un glissement d’électeurs de droite vers la parti présidentiel alors qu’il perdait des électeurs de gauche.

    Depuis les européennes de 2019, la division s’est progressivement concrétisée à LREM, notamment autour du projet de réforme des retraites, jugé très bon par certains, trop libéral par d’autres. LREM a perdu récemment la majorité absolue à l’Assemblée. Des députés ont quitté de manière isolée le groupe parlementaire et d’autres sont partis en créant deux nouveaux groupes minoritaires : « Ecologie, démocratie, solidarité », plutôt à la gauche de l’axe central gouvernemental, l’autre, « Agir ensemble », plutôt sur sa droite. Au même moment, une cinquantaine de députés LREM ont lancé l’association « En commun » pour peser dans les débats internes à la majorité sur la « transition écologique et sociale ».

    Les élections municipales n’étant, en général, pas favorables au pouvoir en place, elles s’annonçaient très difficiles pour LREM. D’autant que le parti présidentiel avait jusque là très peu d’élus municipaux, puisqu’il n’existait pas en 2014. Il ne disposait donc que de quelques maires ralliés après 2017 comme Gérard Collomb à Lyon ou Jean‑Louis Fousseret à Besançon.

    Une possible implantation communale du parti présidentiel apparaissait d’autant plus difficile que les maires sortants étaient, en général, à la vielle des élections, assez bien perçus par leurs électeurs.
    L’échec de l’implantation locale de LREM

    Avec la crise du Covid-19, le premier tour municipal faillit être repoussé alors que le confinement de la population se mettait en place. L’abstention a donc atteint un niveau historique (55,7 % contre 36,5 % en 2014).

    Les résultats mettent en évidence une prime aux maires sortants, un nombre assez important de maires, qu’ils soient membres du Parti Les Républicains (LR) (comme à Troyes), socialistes (comme à Denain, Cahors, Bourg-en-Bresse, Pantin, Alfortville), Rassemblement national (RN) (comme à Hénin Beaumont, à Beaucaire, à Béziers) étant réélus. D’autres édiles sont en ballotage favorable comme à Paris, Nantes et Rennes.

    Les conseils municipaux ont été élus dès le premier tour dans plus de 90 % des communes françaises (essentiellement celles de taille limitée). On n’observe pas de rupture électorale avec les résultats de 2014, pas de raz de marée du « nouveau monde » pour reléguer l’ancien aux oubliettes de l’Histoire. Pour LREM, on est très loin de l’euphorie des législatives de 2017. Le parti peine à s’imposer et à s’implanter, même dans des villes qui lui étaient pourtant favorables dans les scrutins précédents. Ainsi, ses listes à Paris, minées par la division, font des scores décevants, 17,3 % pour Agnès Buzyn (LREM), 7,9 % pour Cédric Villani (dissident LREM).

    Pour le second tour, les espoirs de gains de villes importantes sont rares. Derrière Edouard Philippe, la liste LREM pourrait cependant l’emporter au Havre mais dans un duel serré contre une liste communiste.

    Si LREM échoue à s’implanter, les écologistes profitent fortement de ce premier tour, ce qui prolonge leur succès des européennes de 2019 et s’explique par les préoccupations renforcées des Français pour l’écologie de proximité.

    Cet échec au niveau local pousse LREM à trouver chez Les Républicains (LR) de nouveaux alliés leur permettant de remporter plus de communes au second tour.
    Ententes entre gauche et EELV, LR et LREM : des répercussions nationales ?

    Le scrutin du 28 juin concerne donc surtout les grandes villes, soit un tiers de la population française. Les enjeux de ces élections sont considérés comme locaux par beaucoup d’électeurs qui votent en fonction des programmes et de la personnalité des candidats, plutôt qu’en fonction de leurs appartenances partisanes. Mais on pourra cependant probablement tirer quelques enseignements de portée plus générale.

    https://twitter.com/lemondefr/status/1275099666712068098?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E12

    Les alliances entre listes se sont fait dans des négociations surtout locales, sans grande régulation nationale, du fait de l’affaiblissement des partis. On trouve de nombreuses alliances entre listes écologistes et listes de gauche, constituant un « front de gauche écolo », contre lequel l’alliance LREM-LR va tenter de se dresser.

    Cette stratégie souvent vert-rose, alors qu’elle était plutôt rose-verte autrefois du fait de la domination socialiste, semble pouvoir être payante. Cette union pourrait s’imposer dans plusieurs grandes villes.

    Les Verts ne dirigeaient un grand exécutif municipal qu’à Grenoble, mais pourraient gagner Lyon, Strasbourg, Poitiers, Besançon, Bordeaux, Toulouse, Tours. Ils menacent Martine Aubry à Lille. Les résultats à Marseille restent très incertains, ils se jouent sur 8 secteurs avec des alliances variées, résultat des tensions internes aussi bien à gauche qu’à droite. Marseille pourrait basculer à gauche, ce qui serait un désaveu fort des politiques menées par Jean‑Claude Gaudin.

    Face à la dynamique écologiste souvent appuyée par les autre partis de gauche, LREM et Les Républicains se sont aussi souvent unis pour le second tour, comme à Bordeaux, Strasbourg, Tours et même Lyon. Les alliances entre LREM et la gauche au premier et au second tour sont rares et concernent des villes plus petites. Ce qui confirme l’évolution à droite de la majorité depuis 2017.

    On verra donc dimanche prochain s’opposer le plus souvent une alliance LR-LREM à une alliance EELV-gauche. Le clivage gauche droite semble donc bien structurer cette élection locale. C’est à l’intérieur de chaque camp que les équilibres ont bougé par rapport au passé, avec la montée des écologistes d’un côté, et celle d’un parti centriste de l’autre.

    Ce rapprochement – municipal – entre LR et LREM avait été envisagé il y a déjà plusieurs mois. Mais du fait de récriminations nombreuses chez les Républicains, craignant d’y perdre leur âme et d’être vassalisés, cela n’avait pas abouti.

    https://www.youtube.com/watch?v=se-IhgHd_CI&feature=emb_logo

    Le risque de nombreuses victoires de l’écologie rose et rouge le 28 juin a donc poussé les listes en difficulté à s’unir pour espérer sauver des villes. On verra dimanche soir si cette stratégie aura convaincu les électeurs.
    Une alliance LR-LREM au-delà des municipales, pour faire barrage à la gauche et au RN ?

    L’implantation municipale du Rassemblement national (RN) reste timide. S’il a réussi à maintenir ses quelques fiefs, il n’est que rarement en position de s’imposer au second tour. Perpignan est la seule ville, traditionnellement de droite, où le Rassemblement peut espérer l’emporter, Louis Aliot ayant obtenu 35,7 % des suffrages, loin devant le sortant LR.

    On affirmait il y a quelques années que le système partisan avait de fortes chances d’évoluer d’un système bipartisan avec alternance entre les deux grands partis de gouvernement vers un système tripolaire opposant gauche, droite et Rassemblement national (RN). Depuis 2017, on semblait s’acheminer vers un duopole entre République en marche (LREM) et Rassemblement national (RN).

    Avec ces municipales, on semble voir émerger un tripode un peu nouveau, avec des écologistes unis à d’autres forces de gauche, une alliance entre LREM et Les Républicains, et, toujours isolé, le Rassemblement national (RN).

    L’alliance entre La République en marche (LREM) et Les Républicains n’est-elle que conjoncturelle pour faire face à la progression écologiste ou bien aura-t-elle un véritable impact sur les présidentielles de 2022 ? Et auparavant, sur les départementales et les régionales prévues – théoriquement – en 2021 ?

    Les alliances électorales municipales peuvent rester longtemps différentes des coalitions nationales, comme le maintien d’ententes locales de gauche, alors que la désunion faisait rage au plan national, l’a démontré ces dernières décennies.

    On peut penser que l’exécutif aimerait bien vassaliser Les Républicains et peut pour cela chercher à étendre la majorité lors de remaniements ministériels. Mais une partie des Républicains résistera certainement.

    Pour les présidentielles de 2022, face à Emmanuel Macron, il est vraisemblable que Les Républicains voudront faire entendre leur différence et qu’ils choisiront donc un candidat pour les représenter au premier tour. Tout dépendra ensuite des résultats. C’est avec la qualification de deux candidats pour le « scrutin décisif » que les désistements et les alliances pour gouverner au cours du prochain quinquennat pourront se nouer.

    https://theconversation.com/municipales-2020-les-alliances-lrem-lr-ou-le-retour-du-clivage-gauc
    #élections_municipales

  • La multiplication de groupes d’extrême droite dans la police et l’armée inquiète les autorités allemandes
    https://www.bastamag.net/Police-extreme-droite-armee-propos-racistes-haineux-cache-d-armes-explosif

    Les révélations récentes des échanges violemment racistes, antisémites, homophobes et misogynes de policiers français sur des groupes Facebook et Whatsapp ont choqué. Outre-Rhin, les révélations sur la présence de groupes d’extrême droite impliquant des policiers et des militaires, ainsi que des saisies d’armes, se multiplient. La ministre de la Défense allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer, a annoncé cette semaine la dissolution d’une compagnie du commando d’intervention spéciale de l’armée. En cause : (...) #Décrypter

    / #Droites_extrêmes, #Europe, #Violences_policières, #Discriminations, A la une

  • Cartographie de l’extrême-droite : fachos, ni à la fac ni ailleurs !

    Depuis environ deux ans, les syndicats membres de notre fédération ont pu attester de la #résurgence de groupuscules d’extrême-droite au sein de nos universités.

    En effet, depuis la mobilisation nationale contre le plan étudiant en 2018, et avec l’essor de nouvelles formes de mobilisations sociales notamment par le mouvement contestataire des Gilets Jaunes, ce qu’on appelle la “#droite_dure” a commencé à s’organiser et à devenir de plus en plus active sur nos campus.

    Au niveau étudiant, cette résurgence s’est traduite à la fois par la formation ou reformation de la #Cocarde_étudiante, par l’implantation de nombreuses sections de l’#Action_Française mais aussi par la montée des « #identitaires ».

    L’idéologie d’extrême droite, qu’elle soit royaliste, identitaire ou racialiste rentre de fait en contradiction avec la vision de l’université et plus largement de la société, que nous défendons. Nous luttons fermement chaque jour contre tout ce qui crée le terreau favorable au fascisme : aliénation au travail, oppression raciste, sexiste, xénophobe, homophobe, transphobe … Ces groupes fascistes s’appuient sur une vision réactionnaire et conservatrice de la société pour donner du sens à leurs actions, et entrent ainsi en totale opposition avec ce que nous défendons et construisons chaque jour.

    Ces idéologies sont en corrélation directe et constante avec la bourgeoisie, et sont ainsi l’ennemi des travailleur-euses ! Elles sont par ailleurs intrinsèquement liées aux modes d’action violents. Ces groupes emploient le #harcèlement_moral comme à Lyon ou Montpellier pour tenter de casser les luttes sociales et sont responsables d’#agressions_racistes, comme à Lille par exemple.

    Face à cela, nous avons décidé de dresser un #état_des_lieux de l’extrême droite dans nos universités, qui se matérialise par une cartographie.

    Sur celle-ci, que vous pourrez consulter bientôt sur notre site, vous trouverez les groupes actifs sur les campus, leurs modes d’action et degrés de #violence. Nous pensons qu’il est nécessaire que les étudiant-e-s défendant l’idée d’une université libre et ouverte à tou-te-s aient accès à ces informations et puissent s’en saisir pour lutter contre la montée de l’extrême-droite sur nos campus. C’est pourquoi sur la carte vous trouverez également la liste des collectifs antifascistes présents au niveau local et national, des liens vers les médias locaux indépendants et antifascistes, mais aussi des lieux où vous pourrez pratiquer de l’autodéfense, en mixité ou en non-mixité.

    Quel bilan faisons-nous de cet état des lieux ?

    Les groupes les plus actifs sont l’#UNI, la Cocarde Étudiante ainsi que l’Action Française. On retrouve également dans une moindre mesure la présence de #Génération_Identitaire de certains groupes locaux identitaires et régionalistes.

    L’UNI se revendique comme étant un “syndicat étudiant”, qui existe depuis 1969, se revendiquant gaulliste et pour l’”union de la Droite”. La particularité de cette organisation est de présenter régulièrement des listes aux élections des conseils au niveau local (CROUS, conseils centraux) mais aussi au niveau national (CNOUS, CNESER). Si l’UNI joue sur une vitrine légale relativement présentable, nombreux de ses membres sont souvent en réalité affilié-es à des groupes violents, comme la Cocarde ou l’ancien Bastion Social. Elle s’oppose régulièrement à toute forme de mobilisation sociale.

    La Cocarde Étudiante, créée en 2015, est une organisation étudiante se revendiquant comme indépendante de tout parti politique, de droite conservatrice, gaulliste et souverainiste. Elle rassemble dans 22 universités de France toutes les tendances de droite, allant du Front National à Génération identitaire ou encore Debout la France. Cette organisation s’oppose elle aussi à toute forme de mobilisation étudiante à l’Université, présente sur les blocages et en Assemblées Générales, elle n’hésite pas à user de méthodes particulièrement violentes.

    L’Action Française, pour sa part créée en 1899, est l’une des organisations les plus anciennes encore active de nos jours. Construite à l’époque de l’Affaire Dreyfus sur des bases antisémites (nourrie par la pensée de Charles Maurras), elle est royaliste et nationaliste. De nos jours, elle organise régulièrement des conférences trempées de xénophobie, et ses membres sont auteurs de nombreuses agressions.

    Face à la montée de l’extrême droite dans les universités, nous appelons les étudiant-e-s à s’organiser collectivement dans les syndicats et les collectifs antifascistes pour constituer un front unitaire de lutte !

    https://solidaires-etudiant-e-s.org/blog/2020/05/27/cartographie-de-lextreme-droite-fachos-ni-a-la-fac-ni-aille

    #cartographie #extrême_droite #université #facs #France #visualisation
    #racisme #xénophobie

  • L’Église, les droits de propriété et l’environnement - Institut des affaires économiques - Urban Fusions
    https://www.urban-fusions.fr/2020/05/21/leglise-les-droits-de-propriete-et-lenvironnement-institut-des-affaire

    Un artcile intéressant de catholiques qui n’acceptent pas l’approche par les communs de l’encyclique Laudato Si, et défendent la propriété privée comme meilleur moyen de protéger l’environnement, en reprenant les arguments de Thomas D’Aquin. C’est beau la pensée réactionnaire quand elle est hors jeu face à la réalité, mais se plonge dans l’idéologie. Si la propriété privée pouvait défendre l’environnement, nous n’en serions pas là, et tous les beaux arguments s’écroulent devant l’analyse des faits.

    L’évêque Robert Byrne de Hexham et Newcastle a décrit Laudato Si, publié il y a cinq ans la semaine prochaine, comme « un document prophétique qui a donné un cadre théologique et spirituel à la crise environnementale à laquelle notre monde est confronté ». Un article précédent sur le blog Catholic Social Thought a développé un point similaire.

    Cependant, Laudato Si a appelé au dialogue et c’est dans cet esprit que ce billet a été écrit. Il est raisonnable de dire que les aspects économiques du document ne reflètent pas vraiment les développements modernes de la discipline, dont beaucoup sont admirés à travers le spectre politique (le travail d’Elinor Ostrom en est un excellent exemple).

    Laudato Si a une image négative de la propriété privée et de sa relation avec l’environnement. Le pape François dit que la tradition chrétienne n’a jamais reconnu les droits de propriété comme absolus ou inviolables et qu’ils doivent être subordonnés à un but social. Bien sûr, cela a toujours été l’enseignement de l’Église. Plus précisément, le pape François dit :

    « L’environnement naturel est un bien collectif, le patrimoine de toute l’humanité et la responsabilité de chacun. Si nous faisons nôtre quelque chose, ce n’est que pour l’administrer pour le bien de tous »(95).

    #Propriété_privée #Environnement #Laudato_Si #Droite_catholique

  • « Nous ne reverrons jamais le monde que nous avons quitté il y a un mois » | Stéphane Audoin-Rouzeau, historien
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/stephane-audoin-rouzeau-nous-ne-reverrons-jamais-le-monde-que-nous-avons-q

    Stéphane Audoin-Rouzeau, historien de la guerre de 1914-1918, juge que nous sommes entrés dans un « temps de guerre » et un moment de rupture anthropologique.

    Stéphane Audoin-Rouzeau est directeur d’études à l’EHESS et président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés à la Première Guerre mondiale et à l’anthropologie historique du combat et de la violence de guerre. Nous l’avions reçu pour son dernier livre, Une initiation - Rwanda (1994-2016), publié aux Éditions du Seuil.

    Quel regard porte l’historien de la Grande Guerre que vous êtes sur la situation présente ?

    Stéphane Audoin-Rouzeau : J’ai le sentiment de me trouver plongé, soudainement et concrètement, dans mes objets d’étude ; de vivre, sur un mode évidemment très mineur, quelque chose de ce qu’a été la Grande Guerre – pour les civils naturellement, pas pour les combattants –, cette référence si présente aujourd’hui. La phrase la plus frappante d’Emmanuel Macron, lors de son second discours à Mulhouse, a été celle qui a été la moins relevée : « Ils ont des droits sur nous », pour parler des soignants. C’est le verbatim d’une phrase de Clemenceau pour parler des combattants français à la sortie de la guerre. La référence à la Grande Guerre est explicite, d’autant plus quand on sait que l’ancien directeur de la mission du Centenaire, Joseph Zimet, a rejoint l’équipe de communication de l’Élysée. De même, pour le « nous tiendrons ». « Tenir », c’est un mot de la Grande Guerre, il fallait que les civils « tiennent », que le front « tienne », il fallait « tenir » un quart d’heure de plus que l’adversaire…

    Ce référent 14-18 est pour moi fascinant. Comme historien, je ne peux pas approuver cette rhétorique parce que pour qu’il y ait guerre, il faut qu’il y ait combat et morts violentes, à moins de diluer totalement la notion. Mais ce qui me frappe comme historien de la guerre, c’est qu’on est en effet dans un temps de guerre. D’habitude, on ne fait guère attention au temps, alors que c’est une variable extrêmement importante de nos expériences sociales. Le week-end d’avant le confinement, avec la perception croissante de la gravité de la situation, le temps s’est comme épaissi et on ne s’est plus focalisé que sur un seul sujet, qui a balayé tous les autres. De même, entre le 31 juillet et le 1er août 1914, le temps a changé. Ce qui était inconcevable la veille est devenu possible le lendemain.

    Le propre du temps de guerre est aussi que ce temps devient infini. On ne sait pas quand cela va se terminer. On espère simplement – c’est vrai aujourd’hui comme pendant la Grande Guerre ou l’Occupation – que ce sera fini « bientôt ». Pour Noël 1914, après l’offensive de printemps de 1917, etc. C’est par une addition de courts termes qu’on entre en fait dans le long terme de la guerre. Si on nous avait dit, au début du confinement, que ce serait pour deux mois ou davantage, cela n’aurait pas été accepté de la même façon. Mais on nous a dit, comme pour la guerre, que c’était seulement un mauvais moment à passer. Pour la Grande Guerre, il me paraît évident que si l’on avait annoncé dès le départ aux acteurs sociaux que cela durerait quatre ans et demi et qu’il y aurait 1,4 million de morts, ils n’auraient pas agi de la même façon. Après la contraction du temps initiale, on est entré dans ce temps indéfini qui nous a fait passer dans une temporalité « autre », sans savoir quand elle trouvera son terme.

    On parle déjà de déconfinement, est-ce une illusion comparable à ce qu’a été l’idée que la guerre serait bientôt terminée ?

    Je suis fasciné par l’imaginaire de la « sortie » tel qu’il se manifeste aujourd’hui dans le cas du déconfinement, sur le même mode de déploiement déjà pendant la Grande Guerre. Face à une crise immense, ses contemporains ne semblent pas imaginer autre chose qu’une fermeture de la parenthèse temporelle. Cette fois, on imagine un retour aux normes et au « temps d’avant ». Alors, je sais bien que la valeur prédictive des sciences sociales est équivalente à zéro, mais l’histoire nous apprend quand même qu’après les grandes crises, il n’y a jamais de fermeture de la parenthèse. Il y aura un « jour d’après », certes, mais il ne ressemblera pas au jour d’avant. Je peux et je souhaite me tromper, mais je pense que nous ne reverrons jamais le monde que nous avons quitté il y a un mois.

    Pourquoi concevoir une telle rupture alors que, précisément, on n’est pas dans un moment de brutalisation et de violence comparable à ce qu’a été la Grande Guerre ?

    Je le dis en tant qu’historien et avec une franchise qui peut paraître brutale : l’ampleur du choc économique et social, mais aussi politique et moral, me paraît nous mener vers une période tout autre. Sur le plan politique, le conservateur que je suis se sent un peu comme un pacifiste à la fin du mois de juillet 1914, qui croit encore aux progrès de l’humanité, à l’entente entre les peuples, à la bonne volonté du gouvernement. Qui pense que les diverses internationales (catholique, protestante, ouvrière…) empêcheront la guerre, perçue comme une absurdité anachronique.

    Aujourd’hui, peut-on croire comme avant à l’Union européenne, à la libre circulation des individus, des idées ou des biens, au recul continu des souverainetés nationales ? En une semaine, sont réapparus les Nations et leurs États, avec le sentiment que plus l’État-nation est puissant, mieux il s’en sort. C’est aussi l’heure des chefs : on écoutait de moins en moins les chefs d’État, me semble-t-il, et là, nous voici suspendus à leurs lèvres. Les germes d’une crise politique grave étaient déjà présents avant le Covid-19, mais je crains que demain, la crise politique soit terrible, avec une reddition des comptes potentiellement meurtrière pour la classe politique.

    Mais à cela, il faut ajouter, d’un point de vue plus anthropologique, les risques d’une crise morale comparable à celle qui s’est produite après chacune des deux guerres mondiales. La Première a été un choc pour l’idée de progrès, qui était consubstantielle à la République. La fameuse phrase de Paul Valéry, « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », dit quelque chose de très profond sur l’effondrement de la croyance en un monde meilleur : un effondrement sans lequel on ne peut pas comprendre le développement des totalitarismes au cours de l’entre-deux-guerres. La Seconde Guerre mondiale a constitué un second choc anthropologique, non pas tellement par la prise de conscience de l’extermination des juifs d’Europe, bien plus tardive, mais avec l’explosion de la bombe atomique qui ouvrait la possibilité d’une autodestruction des sociétés humaines.

    À mes yeux, nos sociétés subissent aujourd’hui un choc anthropologique de tout premier ordre. Elles ont tout fait pour bannir la mort de leurs horizons d’attente, elles se fondaient de manière croissante sur la puissance du numérique et les promesses de l’intelligence artificielle. Mais nous sommes rappelés à notre animalité fondamentale, au « socle biologique de notre humanité » comme l’appelait l’anthropologue Françoise Héritier. Nous restons des homo sapiens appartenant au monde animal, attaquables par des maladies contre lesquelles les moyens de lutte demeurent rustiques en regard de notre puissance technologique supposée : rester chez soi, sans médicament, sans vaccin… Est-ce très différent de ce qui se passait à Marseille pendant la peste de 1720 ?

    Ce rappel incroyable de notre substrat biologique se double d’un autre rappel, celui de l’importance de la chaîne d’approvisionnement, déficiente pour les médicaments, les masques ou les tests, mais qui fonctionne pour l’alimentation, sans quoi ce serait très vite la dislocation sociale et la mort de masse. C’est une leçon d’humilité dont sortiront peut-être, à terme, de bonnes choses, mais auparavant, il va falloir faire face à nos dénis.

    De même qu’on avait prévu la Grande Guerre, on avait prévu la possibilité d’une grande pandémie. Par exemple, le Livre blanc de la Défense de 2008 inscrivait déjà les pandémies comme une des menaces à envisager. Mais, comme pour la guerre, il existe toujours une dissonance cognitive entre l’événement imaginé et l’événement qui survient. Ce dernier ne correspond jamais à ce que l’on avait prévu. Ceci nous a rendu incapables de profiter des capacités d’anticipation dont nous pensions disposer.

    Même si, comme chercheur, je trouve que ce confinement généralisé et interminable constitue une expérience sociale du plus haut intérêt, je crains donc que nous devions nous préparer à une sortie de temps de guerre très difficile.

    De quoi dépendra que l’après soit plus difficile ou porteur d’espoir ?

    Cela dépendra sans doute des modalités de la « victoire ». Je pense qu’il y aura victoire, car le virus a vocation à s’éteindre, comme s’est éteint celui de la grippe espagnole en 1918-1919. Mais le virus disparaîtra-t-il « naturellement » ou sera-t-il vaincu par nos capacités techniques et organisationnelles ? Et quel sera le prix de la victoire ? Si le bilan est très lourd, je crains alors que l’après-coup ne soit terrible. À cela s’ajoute le fait que certaines régions du monde pourront avoir le sentiment d’avoir vaincu la maladie, tandis que d’autres seront défaites, je pense notamment aux pays les plus pauvres.

    Pendant la Première Guerre mondiale en France, on n’imaginait pas vraiment le monde de l’après-guerre. Il fallait gagner, refermer la parenthèse, et puis « l’Allemagne paierait ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, les choses ont été différentes puisque la construction de la société d’après-guerre a commencé bien avant que les combats ne se terminent.

    Cette fois, on a le plus grand mal à penser « l’après », même si on s’y essaie, parce qu’on sait qu’on ne sera pas débarrassés de ce type de pandémie, même une fois la vague passée. On redoutera la suivante. Or, rappelons que le Covid-19 a jusqu’ici une létalité faible par rapport au Sras ou à Ebola. Mais imaginons qu’au lieu de frapper particulièrement les plus âgés, il ait atteint en priorité les enfants ?… Nos sociétés se trouveraient déjà en situation de dislocation sociale majeure.

    Je suis, au fond, frappé par la prégnance de la dimension tragique de la vie sociale telle qu’elle nous rattrape aujourd’hui, comme jamais elle ne nous avait rattrapés jusqu’ici en Europe depuis 1945. Cette confrontation à la part d’ombre, on ne peut savoir comment les sociétés et leurs acteurs vont y répondre. Ils peuvent s’y adapter tant bien que mal, mieux qu’on ne le pense en tout cas, ou bien l’inverse.

    Je reste sidéré, d’un point de vue anthropologique, par l’acceptation, sans beaucoup de protestations me semble-t-il, des modalités d’accompagnement des mourants du Covid-19 dans les Ehpad. L’obligation d’accompagnement des mourants, puis des morts, constitue en effet une caractéristique fondamentale de toutes les sociétés humaines. Or, il a été décidé que des personnes mourraient sans l’assistance de leurs proches, et que ce non-accompagnement se poursuivrait pour partie lors des enterrements, réduits au minimum. Pour moi, c’est une transgression anthropologique majeure qui s’est produite quasiment « toute seule ». Alors que si on nous avait proposé cela il y a deux mois, on se serait récriés en désignant de telles pratiques comme inhumaines et inacceptables. Je ne m’insurge pas davantage que les autres. Je dis simplement que devant le péril, en très peu de temps, les seuils de tolérance se sont modifiés à une vitesse très impressionnante, au rythme de ce qu’on a connu pendant les guerres. Cela semble indiquer que quelque chose de très profond se joue en ce moment dans le corps social.

    L’ouvrage que vous aviez dirigé avec Christophe Prochasson en 2008, intitulé Sortir de la Grande Guerre (Tallandier), montrait notamment que la sortie de guerre n’avait pas le même sens dans chaque pays. Pensez-vous que dans un monde confronté au coronavirus, la sortie du confinement sera très différente selon les pays ?

    Nous ne sommes pas dans le même type d’événement. En 1918, il y avait des vainqueurs et des vaincus, des nations humiliées et d’autres triomphantes. Mais la gestion différentielle de la crise peut entraîner une dissociation qu’on voit déjà se profiler en pointillé. Entre les États qui s’en seront relativement bien sortis, comme peut-être l’Allemagne, et ceux qui auront été touchés de plein fouet, à l’instar de l’Italie. Entre les États qui se seront organisés en supprimant les libertés publiques, comme la Hongrie, et ceux qui auront essayé de les maintenir au moins en partie.

    Peut-on aussi imaginer des changements de statut selon les professions confrontées très inégalement à la crise ?

    La reprise de la phrase de Georges Clemenceau par Emmanuel Macron était discutable, mais elle dit quelque chose de vrai : les soignants vont sortir de là un peu comme les poilus en 1918-1919, avec une aura d’autant plus forte que les pertes seront là pour attester leur sacrifice. Le sacrifice, par définition, c’est ce qui rend sacré. On peut donc tout à fait imaginer la sacralisation de certaines professions très exposées, et une démonétisation de beaucoup d’autres (les métiers universitaires, par exemple ?). En termes de capital symbolique, comme aurait dit Bourdieu, les statuts sociaux vont se trouver modifiés. Pour parler de mon domaine, les sciences sociales, il se peut que des domaines entiers se trouvent démonétisés et que d’autres émergent, avec une nouvelle hiérarchie des centres d’intérêt et des priorités. Il n’est malheureusement guère possible de donner des exemples, car les sciences sociales sont dénuées de toute capacité prédictive y compris dans le champ qui leur est propre !

    Peut-on déterminer la durée d’une sortie de crise ou d’une sortie de guerre ?

    Il ne me semble pas. La notion d’après-guerre suggérait une date déterminant un avant et un après : l’armistice du 11 novembre par exemple ou le traité de Versailles de juin 1919. Mais la notion de « sortie de guerre », plus riche, suggère en réalité un glissement. À la limite, on peut ne jamais sortir complètement d’un événement guerrier… Certaines en sortent, d’autres pas. On peut faire l’hypothèse que les sociétés française et britannique, par exemple, ne sont jamais sorties complètement de la mort de masse du premier conflit mondial. La notion de sortie de guerre suggère une direction, pas un segment chronologique avec un début et une fin. N’en sera-t-il pas de même pour une « sortie de pandémie » dont on ne peut connaître ni les effets ni la durée ?

    Est-ce que, dès le début de la Grande Guerre, les responsabilités ont été recherchées, comme elles le sont aujourd’hui ?

    Pas vraiment. En raison de l’Union sacrée, l’inventaire des erreurs commises a été remis à plus tard. Cette fois, on sent bien qu’il y aura inventaire, mais on s’accorde globalement pour estimer qu’il n’est pas temps de le dresser au cœur de l’action. Mais « l’Union sacrée », selon l’expression du président Poincaré, le 4 août 1914, n’est qu’une suspension du combat politique. Elle ne consiste pas à dire qu’il n’existe plus d’affrontement, mais que chaque acteur a intérêt à y renoncer momentanément tout en pensant, plus tard, ramasser la mise.

    De ce point de vue, les accusations actuelles me semblent n’être rien par rapport à ce qui va suivre. À la sortie, le combat politique a de bonnes chances d’être plus impitoyable que jamais, d’autant qu’on ne manquera pas de déclarations imprudentes et de décisions malvenues pour alimenter la machine. Rappelons au passage qu’en France, les unions sacrées s’achèvent en général en profitant aux droites, voire à l’extrême droite. Cette seconde hypothèse, je la redoute beaucoup pour notre pays.

    Une couche du palimpseste de la chefferie nationale, la photo qui ouvre l’article


    Georges Clemenceau en 1904. © Paul Nadar

    #histoire #temporalité #communication #temps_de_guerre #heure_des_ chefs #soignants (aura des) #tragique #anthoropologie #solitude_des_mourants (augmentée) #société_d'abandon #droite

    • C’est la première fois que je vois apparaitre un peu de cette question qui me hante sur la remise en cause de notre rapport (déni) à la mort et à notre temporalité.

      La fameuse phrase de Paul Valéry, « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », dit quelque chose de très profond sur l’effondrement de la croyance en un monde meilleur : un effondrement sans lequel on ne peut pas comprendre le développement des totalitarismes au cours de l’entre-deux-guerres. La Seconde Guerre mondiale a constitué un second choc anthropologique, non pas tellement par la prise de conscience de l’extermination des juifs d’Europe, bien plus tardive, mais avec l’explosion de la bombe atomique qui ouvrait la possibilité d’une autodestruction des sociétés humaines.

      À mes yeux, nos sociétés subissent aujourd’hui un choc anthropologique de tout premier ordre. Elles ont tout fait pour bannir la mort de leurs horizons d’attente , elles se fondaient de manière croissante sur la puissance du numérique et les promesses de l’intelligence artificielle. Mais nous sommes rappelés à notre animalité fondamentale, au « socle biologique de notre humanité » comme l’appelait l’anthropologue Françoise Héritier.

      (…)

      Je reste sidéré, d’un point de vue anthropologique, par l’acceptation, sans beaucoup de protestations me semble-t-il, des modalités d’accompagnement des mourants du Covid-19 dans les Ehpad. L’obligation d’accompagnement des mourants, puis des morts, constitue en effet une caractéristique fondamentale de toutes les sociétés humaines.

  • Pas de quarantaine pour la démocratie
    https://www.bastamag.net/petition-Europe-democratie-Orban-Hongrie-Covid19-epidemie

    Partout en #Europe, la menace épidémique devient une excuse pour limiter les libertés. En France plusieurs mesures d’exception adoptées le 19 mars sont très controversées. En Hongrie, le gouvernement de Viktor Orbán vient de démettre le Parlement de ses pouvoir et donne au Premier ministre la possibilité de gouverner par décrets. Des élus européens et des activistes appellent à l’action. La pandémie de coronavirus appelle une réponse urgente et ambitieuse. Des mesures doivent être prises pour sauver des (...) ça bouge !

    / #Droites_extrêmes, #Politique, Europe, #Droits_fondamentaux

    #ça_bouge_ !

  • En niant la gravité de l’épidémie, Bolsonaro met les favelas et les peuples autochtones en grand danger
    https://www.bastamag.net/Bresil-Covid19-Coronavirus-favelas-Bolsonaro-confinement-peuples-autochton

    Dans les quartiers pauvres des grandes villes brésiliennes, surpeuplés, le confinement est presque impossible. Les médecins demandent des moyens pour le service public de santé. Le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, rejette toute mesure de lutte contre la propagation du coronavirus. « L’ironie, c’est que cette maladie a été amenée au Brésil par avion, par les riches, mais c’est chez les pauvres qu’elle va exploser. » L’alerte est lancée le 23 mars par Paulo Buss, médecin pédiatre et responsable (...) #Décrypter

    / #Amériques, #Classes_populaires, Santé , #Services_publics, #Droites_extrêmes, A la une

    #Santé_

  • Dans les villes gérées par le RN : budgets sociaux sabrés, démocratie entravée, indemnités des maires augmentées…
    https://www.bastamag.net/RN-FN-Marine-Le-Pen-extreme-droite-municipales-2020-Henin-Beaumont-identit

    Que s’est-il passé pendant six ans au sein des quatorze villes gérées par le RN/FN ? Le collectif Vigilance et initiatives syndicales antifascistes livre, avec les éditions Syllepses, son bilan de la gestion communale par l’extrême droite. En voici quelques illustrations. Quatorze villes françaises sont aujourd’hui gérées par des maires d’extrême droite, ainsi que deux arrondissements de Marseille. Qu’y font-ils ? Quelle y est leur #Politique ? À l’approche des municipales, le collectif Vigilance et (...) #Décrypter

    / #Droites_extrêmes, #Droits_fondamentaux, Élections , Politique, A la une

    #Élections_

  • Féminicide politique : les étranges liens du clan Bolsonaro avec le meurtre de Marielle Franco
    https://www.bastamag.net/Marielle-Franco-Bolsonaro-meurtres-feminicides-Bresil-Rio-de-Janeiro-milic

    Son visage et son nom sont devenus symboles de lutte au Brésil. Sociologue et femme politique, issue d’une favela, noire et lesbienne, Marielle Franco a été assassinée il y a deux ans, le 14 mars 2018. Les enquêteurs recherchent encore les commanditaires du meurtre. L’une des pistes s’arrête à l’entrée de la résidence où habitent le président Jair Bolsonaro et ses fils. Dimanche 16 février 2020. Stade du Maracaña, à Rio de Janeiro. L’équipe de Flamengo, championne en titre du Brésil et d’Amérique du Sud, (...) #Décrypter

    / A la une, #Gauche_radicale, #Droites_extrêmes, #Amériques, #Enquêtes, #Féminisme

  • Réfugiés en Grèce : l’île de Lesbos au bord de l’explosion
    https://www.bastamag.net/Grece-Turquie-refugies-Lesbos-extreme-droite-Idlib-Syrie

    Pris en étau entre le régime autoritaire Turc et la gouvernement de droite grec, les réfugiés coincés dans le camp de Moria sur l’île de Lesbos sont totalement abandonnés par les pays de l’Union européenne. 21 000 personnes s’y entassent, sans nourriture et sans chauffage. Des « check points » sont improvisés sur les routes par des militants d’extrême droite, des étrangers sont attaqués, les voitures de locations visées. Depuis quelques jours, l’île grecque de Lesbos (86 000 habitants), à quelques (...) En bref

    / #Droites_extrêmes, #Europe, #Proche_et_Moyen_Orient, Quel avenir pour la construction européenne ?, #Migrations, Droits (...)

    #Quel_avenir_pour_la_construction_européenne_ ? #Droits_fondamentaux

  • Großbritannien : Dominic Cummings: Wie der Chefberater von Boris Johnson den Umbau des Landes plant
    https://www.berliner-zeitung.de/politik-gesellschaft/dominic-cummings-wie-der-chefberater-von-boris-johnson-den-umbau-de

    24.2.2020 von Peter Nonnemacher - Der Brexit war für den gefürchteten Außenseiter unter den Regierungsmitgliedern nur ein Etappenziel. In Cummings reaktionärer Agenda hat die „etablierte Ordnung“ keinen Platz. Seine Gegner werfen ihm vor, die britische Demokratie zu untergraben.

    Für die einen ist er ein unerschrockener Freigeist, der die Politik im Vereinigten Königreich in gänzlich neue Bahnen lenkt und „den Vergessenen“ im Lande helfen möchte. Für die anderen ist er eine Art machtbesessener Eigenbrötler, der das Tageslicht scheut, Übles ausheckt und die britische Demokratie nach Kräften demontiert.

    An Dominic Cummings scheiden sich die Geister. Nicht einmal die Tory-Hardliner, auf deren Seite er steht, trauen ihm so recht. Der Chefstratege und De-facto-Stabschef Boris Johnsons ist ein derart eigenwilliger Zeitgenosse, dass er jedermann verunsichert. In Wirklichkeit verachtet „Dom“ konventionelles Denken im konservativen Lager ebenso wie das, was er für Scheuklappen-Sozialismus am anderen Ende des Spektrums hält.
    Für Grobheiten und rabiate Sprüche bekannt

    Ein Wunder ist es nicht, dass Westminster und Whitehall in latenter Angst vor ihm leben. Respekt vor anderen zu zeigen, ist nicht seine Natur. Für Grobheiten und rabiate Sprüche ist er bekannt. Theresa Mays ersten Brexit-Minister David Davis hat er ja einmal „dumm wie Minze und faul wie eine Kröte“ genannt.

    Und im vorigen Sommer fuhr er den damaligen Wirtschaftsminister Greg Clark an, Clark und die anderen „bescheuerten Abgeordneten“ pro-europäischer Orientierung wollten offenbar einfach nicht begreifen, woher der Wind wehe. „Wir werden euch alle eliminieren“, warnte er unverblümt.

    Das tat er denn auch, oder genauer gesagt: Das ließ er Boris Johnson tun. 21 „Tory-Rebellen“, darunter prominente Veteranen, Ex-Minister und der Winston-Churchill-Enkel Sir Nicholas Soames wurden unmittelbar nach Johnson Wahl zum Parteichef aus der konservativen Fraktion ausgeschlossen. Der Brachialakt kostete Johnson seinerzeit den Rest seiner schon brüchigen Unterhaus-Mehrheit. Aber sie war eine Lehre für alle Aufmüpfigen, die bis heute niemand vergessen hat.
    Jüngster Coup: Die Entmachtung des Schatzkanzlers

    Von jener spektakulären Aktion spannt sich ein Bogen zum jüngsten Coup Cummings – der rabiaten Entmachtung des Schatzkanzlers, also Finanzministers, Sajid Javid, nach dem Premier wichtigstes Regierungsmitglied, im Zuge einer Regierungsumbildung vor wenigen Tagen. Javid wollte dem Kurs nicht widerspruchlos folgen, den Johnson aufs Geheiß Cummings hin eingeschlagen hatte. Auch er, Javid, begriff offenbar nicht, woher der Wind wehte. Oder er wusste es und nahm die Folgen in Kauf.

    Zum Verhängnis wurde ihm, dass Cummings sich von Johnson ausbedungen hatte, das gesamte Netz ministerieller Berater in der britischen Regierung kontrollieren zu dürfen. Schon voriges Jahr hatte Cummings, zur Empörung Javids, eine Mitarbeiterin und enge Vertraute des Schatzkanzlers wegen Unbotmäßigkeit an die Luft gesetzt.

    Sonia Khan wurde damals von einem bewaffneten Polizisten aus der Regierungszentrale abgeführt. Diesmal verlangte Cummings die Köpfe ausnahmslos aller Berater des Schatzkanzlers und totale Kontrolle über den Mitarbeiterstab in No 11 Downing Street, der gleich neben No 10 liegenden Residenz des Finanzministers. Das hielt Javid nicht für vereinbar mit seinem „Selbstrespekt“. Lieber eliminierte er sich selbst.
    Alle fürchten die Macht des „rechten Revoluzzers“

    Einig ist man sich in London darin, dass kein Kabinettsmitglied und kein anderer Mitarbeiter des Regierungschefs über derart viel Macht verfügt wie Johnsons Topstratege, der seinen Gegnern mal wie ein „rechter Revoluzzer“, mal wie ein „neuer Rasputin“ vorkommt – und den alle fürchten. Wann immer Cummings neueste „Ideen“ an die Öffentlichkeit durchsickern, rührt das mehr Schlagzeilen auf als die Politik aller Johnson-Minister zusammengenommen.

    Bezeichnend für den Einfluss des 48-Jährigen ist, dass Donald Trumps Stabschef Mick Mulvaney sich bei einem London-Besuch vor kurzem weniger an einem Treffen mit seinem nominellen Gegenüber, dem eher moderaten Sir Edward Lister, interessiert zeigte als an einem mit Dominic Cummings. Auch in Washington scheint man davon überzeugt zu sein, dass der „Meister der finsteren Künste“ die maßgebliche Stimme in Downing Street ist, das Gehirn der Operation im Büro des Premiers.

    Was ihm zu dieser Position verhalf, ist kein Geheimnis. Cummings spielte, hinter den Kulissen, für die „Vote Leave“-Kampagne die zentrale Rolle beim Brexit-Referendum vor vier Jahren. Sein genialer Slogan „Take back control“ (Verschafft euch wieder die Kontrolle über euer Leben) ist unvergessen geblieben. Johnson war damals, in seinem „Battle Bus“, das Gesicht der Kampagne. Er lernte Cummings brillianten Einsatz, sein Gespür für die Stimmung im Lande und seine skrupellose Taktik in jener Schlacht zu schätzen.
    Johnson benötigte „Dom“ für die Umsetzung des Brexit

    Schon damals beschrieben Mitarbeiter und Gesprächspartner Dominic Cummings als totalen Außenseiter im Herzen der britischen Politik und ihrer traditionellen Club-Atmosphäre. Nicht nur wegen seiner saloppen Kleidung, dem ewig heraushängenden Hemd und Gürtel, den Sportschuhen und der wollenen Teewärmer-Mütze, die er noch heute zur Arbeit in No 10 Downing Street trägt.

    „Normale Arbeitsstunden“ habe Cummings nie gekannt, berichtete einer, der mit ihm ein Büro teilte. Manchmal sei er ganz aufgeregt vor seinem Bildschirm herumgesprungen, habe dann wieder stundenlang verdrossen und verschlossen in einer Ecke gesessen. „Arrogant und aggressiv“ habe man ihn stets erlebt. Dann wieder wartete Cummings aber mit Ideen auf, die es in sich hatten. Das machte ihn für Leute wie Johnson unverzichtbar.

    Für Gesinnungsgenossen war Cummings eh immer „ein Genie“. Und selbst jemand wie Sir Nicholas Soames, der erst aus der Partei verstoßen und dann wieder aufgenommen wurde, nannte Cummings „ausgesprochen begabt, einen cleveren Menschen“. Jede Regierung brauche schließlich einen Störenfried.

    Als „Boris“ 2019 zum Premier aufrückte, benötigte er „Dom“ jedenfalls, um den Brexit endgültig umzusetzen und ihm bei Neuwahlen mit einem zündenden Wahlkampf zu helfen. Er stellte ihn als seinen Chefberater ein, erlaubte ihm, sein altes, handverlesenes „Vote Leave“-Team mit in die Downing Street zu bringen und räumte ihm außergewöhnliche Befugnisse ein. Bereits in den ersten Monaten stießen sich viele Tories und hohe Staatsbeamte an der Macht des in Johnsons Schatten operierenden Cummings, der niemandem sonst Rechenschaft schuldete. Der Günstling des Premiers, klagten sie, übe in No 10 die reinste „Terrorherrschaft“ aus.
    Gegner werfen ihm Anti-Parlamentarismus vor

    Cummings ließ in der Tat niemanden darüber im Zweifel, dass diese Show seine Show war. Schockiert verlangte Ex-Premier Sir John Major von Johnson, Cummings loszuwerden, bevor der die politische Kultur im Lande „vergifte“. Mit seiner Einschüchterung des Kabinetts, den Tiraden gegen alle staatstragenden Organe und seinem ungenierten Populismus und Anti-Parlamentarismus untergrabe Cummings schlicht die britische Demokratie, fanden seine Gegner.

    Das kümmerte Johnson, der auf seinen erfolgreichen Berater schwor, allerdings wenig. Mit der neuen brillianten Parole „Get Brexit Done“, bringen wir den Brexit hinter uns, wusste Cummings die Stimmung wieder richtig zu deuten und Johnson zum heroischen Verteidiger des Volkswillen gegen eine störrische Volksvertretung zu stilisieren. Mit 80 Sitzen Mehrheit gingen die Tories aus den Dezemberwahlen hervor.

    Mittlerweile, da auch der formelle Austritt Großbritanniens aus der EU vollzogen ist, hat es sich Dominic Cummings zur Aufgabe gemacht, sehr viel weiter reichende Änderungen in Gang zu bringen. Brexit war für ihn nur ein Etappenziel. Er hatte von Anfang an viel mehr geplant.

    Denn Cummings Überzeugung ist es, dass die ganze „etablierte Ordnung“ im Lande aus den Angeln gehoben werden muss. Viele Regierungsstrukturen kommen dem Chef-Planer in Downing Street untauglich vor. Die Staatsbeamtenschaft, meint er, sei verkrustet und unbeweglich und müsse mit Schockmaßnahmen aus ihrer Selbstzufriedenheit aufgeschreckt werden. Macht müsse zentralisiert werden. Das Militär brauche eine neue Struktur.
    Die BBC muss „zerschlagen“ werden

    Auch das Bildungswesen, findet Cummings, müsse vollkommen umorganisiert werden. Und die Justiz brauche eine effizientere Aufsicht. Politiker sollen über die Berufung von Richtern mitentscheiden können. Den Einfluss der etablierten Medien müsse man endlich beschneiden. Was Trump mit seinen Tweets erreiche, solle London mit Online-Videos versuchen – nämlich sich direkt an die Bevölkerung zu wenden. Die BBC und ihr öffentlicher Auftrag müssten „zerschlagen“ werden: „Und wir bluffen nicht.“

    Letzterer Programmpunkt scheint bei Premier Johnson immerhin ein paar Zweifel ausgelöst zu haben. Dem „weniger ideologischen“ Regierungschef, war jetzt aus einer anderen Ecke der Regierungszentrale zu hören, sei „mehr an Reform als an Revolution“ gelegen. Und allmächtig sei Cummings nicht. Gegen Cummings Willen setzte Johnson diesen Monat denn auch die Schnellbahntrasse HS2 von London nach Birmingham durch, die der Premier als wichtiges Stück Infrastruktur betrachtet. Und auch das Entwicklungshilfe-Ministerium ist nicht, wie von Cummings geplant, im Foreign Office aufgegangen. Noch zögert Johnson in manchem. Noch hängt einiges in der Luft.

    Mit einer anderen, ganz außerordentlichen Aktion aber hat sich sein Super-Stratege nun selbst in Schwierigkeiten gebracht – ganz unerwartet. Im Rahmen einer witzig gemeinten Stellenausschreibung, über die Cummings unbürokratisch denkende „Spinner“ und „Sonderlinge“ zur Vermehrung „unkonventioneller“ Denkweise anwerben wollte, stieß er auf einen 27-Jährigen namens Andrew Sabisky, den er auch umgehend für sein Team anheuerte.
    Kritiker warnen: Cummings könnte Regierung schaden

    Wie sich gleich danach herausstellte, handelte es sich bei dem „Sonderling“ Sabisky freilich um einen extrem rechts gestrickten Zeitgenossen, der rassistischem Gedankengut verhaftet war und entsprechende Erbgut-Vorstellungen propagierte. Nach einem Tag betretenen Schweigens in No 10 war Sabisky seinen Job wieder los.

    So etwas sei nun wirklich nicht akzeptabel, grollten zwei Staatssekretäre der Johnson-Regierung. Und Londons liberale Tageszeitung The Guardian meinte besorgt, Cummings verfolge nichts als eine „zynische Politik der Provokation“. Er suche das Land zu spalten, statt sich um echte Lösungen zu bemühen. Dominic Cummings selbst ließ solche Kritik kalt. Die „Polit-Brigade“ in London, fand er, habe doch „keine Ahnung, wovon sie spricht“.

    Freilich nimmt auch in konservativen Kreisen neuerdings die Unruhe über Cummings Visionen und seinen Einfluss auf die Arbeit der Exekutive zu. Einer, der mit rücksichtsloser Radikalität Wahlkämpfe und Volksabstimmungen bestreite, meinen zahlreiche Tories, eigne sich nicht auch automatisch fürs zähe und auf Konsens angelegte Regierungsgeschäft.

    Besorgnis erregt vor allem, dass Boris Johnson seinem Helfer bisher keine Zügel hat anlegen wollen. Sitzt Johnson selbst in einer „Blase“ in Downing Street? Cummings Macht in No 10 und sein „überaus aggressiver Stil“ seien dabei, die Regierung Johnson ernsthaft zu beschädigen, „noch bevor sie die Arbeit richtig aufgenommen hat“, warnte an diesem Wochenende in der Tory-freundlichen Londoner Times deren Kommentator Iain Martin. Wenn Johnson Cummings nicht bald die Tür weise, „zerstört der No 10 noch von innen heraus“.

    #Royaume_Uni #politique #droite

  • #Laurent_Alexandre, le docteur qui phosphore avec la #droite radicale – Politique | L’Opinion
    https://www.lopinion.fr/edition/politique/laurent-alexandre-docteur-qui-phosphore-droite-radicale-209761

    #extreme_droite

    Son allure sage, chemise à rayures et lunettes invisibles, est trompeuse : Laurent Alexandre est le showman qui parle de repousser les limites de la mort. Marine Le Pen l’écoute. Elle a invité l’ancien chirurgien-urologue à sa rentrée politique à Fréjus, en septembre, quitte à dérouter un public militant peu porté sur le transhumanisme. Qu’importe, la patronne du RN sort ravie de l’amphithéâtre : la preuve que son parti « réfléchit » ! Quoi de mieux qu’un futurologue médiatique pour dépoussiérer un meeting ronronnant ? « Je les perturbe », rigole l’intéressé auprès de l’Opinion.

    Le médecin passé par Sciences Po, l’Ena et HEC, longtemps chroniqueur à L’Express et au Monde, est connu pour avoir créé Doctissimo. Le site, revendu 140 millions d’euros en 2007, a fait sa fortune. Il préside DNA Vision, une entreprise belge de séquençage d’ADN, et partage sa vie entre publications d’essais, tables Michelin et interviews. Une heure de ses stand-up privés peut être facturée 10 000 euros. On le voit aussi auditionné au Sénat sur l’intelligence artificielle (IA) ou sur la scène de Polytechnique, pour les Tables rondes du Plateau de Saclay. Soutien d’Emmanuel Macron au second tour de 2017, il se revendique « libéral », « progressiste », « macronien »... « pro-GPA » et « pro-borders » (anti-immigration).

    [...]
    Il vitupérait contre la Suédoise écolo à la « Convention de la droite », sous l’égide de Marion Maréchal. Effet garanti. Devient-il un Zemmour de la biotech ? Sur Cnews, il ringardise l’idole des identitaires, jugeant que « le discours zemmourien se renouvellerait grandement s’il injectait un petit peu de technologie dans son logiciel ».

    « Choisir nos bébés ». Retour en 2013. Une chronique d’Alexandre dans le Monde ébranle une vingtaine de scientifiques de renom. Ils adressent une alerte au journal, non publiée, appelant à ne pas se contenter « d’allusions, de suspicions et de suggestions » sur la génétique. Trois ans plus tard, le médiateur doit intervenir. Les #tribunes « à portée polémique » d’Alexandre suscitent des « réactions vives » en interne, mais font l’objet d’un « travail de vérification des sources plus intense », explique Hervé Morin, responsable du cahier Sciences & médecine du Monde.

    Pour les scientifiques, la pilule passe mal. « Rien ne permet d’affirmer que le QI est lié pour 50 % au patrimoine génétique », conteste Julien Larregue, chercheur en sciences sociales. Le généticien Axel Kahn pointe un mélange entre « idéologie et connaissance » ; le mathématicien Cédric Villani un « eugénisme positif ». Eugéniste ? Alexandre réfute le terme mais prône la sélection génétique : « Ma conviction, c’est que la société voudra supprimer les choses horribles. Même Israël est un pays eugéniste qui a éradiqué la maladie de Tay-Sachs ». A l’été 2018, Le Monde stoppe sa collaboration. Alexandre poursuit sa chronique dans L’Express, jusqu’à fin 2019.

    [...]

    Le #polémiste s’exprime dans des cénacles très confidentiels. Début janvier, il intervenait au Club de l’Horloge d’Henry de Lesquen, ex-patron de Radio Courtoisie. « Il m’adore », rit Alexandre, en précisant qu’il ne savait pas où il mettait les pieds. Il a aussi discouru au club de l’Alliance, un cercle de 20-30 ans ultra-conservateurs adeptes de l’« esprit français ». A cette soirée, Serge Federbusch, candidat soutenu par le RN aux municipales à Paris, tombe des nues. « Corréler l’intelligence humaine au QI et aux ‘‘races’’ est dangereux, ce terrain glissant mène au racisme », relate-t-il à l’Opinion. Moquerie d’un participant : « Le RN était la caution bien-pensante ». Dans Rage Culture, obscur magazine en ligne qui prône une dose de consanguinité et l’existence des races pour « l’amour de la civilisation occidentale », Alexandre justifie la course aux cerveaux par « une différence de QI moyen entre l’Asie de l’Est et l’Occident. »

  • Christoph Blocher, le grand mécène de la droite nationaliste suisse
    https://www.bastamag.net/Milliardaires-Davos-Inegalites-Suisse-Christoph-Blocher-UDC-extreme-droite

    En Suisse, le milliardaire venue de la chimie a fait en quelques années du parti de droite extrême UDC la force politique la plus puissante du pays, tout en achetant des médias. Les plus riches concentrent toujours plus de richesses entre leurs mains tandis que les inégalités s’accroissent. Au moment où les dirigeants de grandes entreprises et ceux des États se rencontrent au Forum économique mondial de Davos, Basta ! regarde ce qui se cache derrière les légendes dorées des milliardaires (...) #Décrypter

    / #Capitalisme, #Oligarchies, A la une, #Europe, #Droites_extrêmes

  • Il est devenu l’homme le plus riche de Hongrie grâce à « Dieu, la chance, et Viktor Orbán »
    https://www.bastamag.net/Milliardaires-Inegalites-Davos-Hongrie-Orban-Meszeros

    En Hongrie, l’homme qui détient la plus grande fortune du pays, Lőrinc Mészáros, est aussi un proche du Premier ministre. Le milliardaire remporte chaque année des centaines de millions d’euros de marchés publics. Les plus riches concentrent toujours plus de richesses tandis que les inégalités s’accroissent. Au moment où les dirigeants de grandes entreprises et ceux des États se rencontrent au Forum économique mondial de Davos, Basta ! regarde ce qui se cache derrière les légendes dorées des (...) #Décrypter

    / #Droites_extrêmes, #Europe, Quel avenir pour la construction européenne ?, #Oligarchies, #Capitalisme

    #Quel_avenir_pour_la_construction_européenne_ ?

  • Dans l’Amazonie brésilienne, les assassinats de protecteurs de la forêt se multiplient
    https://www.bastamag.net/Amazonie-Bresil-Bolsonaro-autochtones-indigenes-incendies-climat

    Des assassinats et des opérations policières visent les leaders des populations autochtones et les militants écologistes, alors qu’un vaste plan de déforestation et d’exploitation de l’Amazonie se prépare. Une analyse du sociologue Laurent Delcourt. Quelques mois après l’épisode estival des incendies de forêt au Brésil, une nouvelle page noire s’est ouverte pour les défenseurs de l’Amazonie et de ses peuples. Le 1er novembre, l’activiste indigène Paulo Polino, membre de la tribu des Guajajara et leader (...) #Débattre

    / #Droites_extrêmes, #Solidarités_internationales, #Amériques, #Le_défi_du_réchauffement_climatique, #Climat, (...)

    #Néo-colonialisme

  • Le procès en appel des agresseurs de Clément Méric reporté, suite à la défection de plusieurs témoins
    https://www.bastamag.net/Le-proces-en-appel-des-agresseurs-de-Clement-Meric-reporte-suite-a-la-defe

    Du 9 au 20 décembre devait se tenir à la cour d’assises d’Evry le procès en appel de l’affaire Clément Méric, jeune militant antifasciste mort le 5 juin 2013 après avoir été frappé en pleine rue par des skinheads d’extrême-droite. Après deux jours d’audience, la Cour d’assises d’Evry a décidé mercredi 11 octobre de suivre les nombreuses demandes de renvoi de la défense, un effet collatéral du mouvement de grève contre la réforme des retraites. « Plusieurs témoins essentiels ont indiqué qu’ils ne pourraient (...) #Décrypter

    / #Droites_extrêmes, #Justice

  • Romaric Godin : « Les élites néolibérales ne veulent plus transiger avec le corps social »
    https://lvsl.fr/romaric-godin-les-elites-neoliberales-ne-veulent-plus-transiger-avec-le-corps-s

    Nous avons retrouvé Romaric Godin au siège de Médiapart, dans le XIIe arrondissement parisien. Journaliste économique, passé par « La Tribune » où ses analyses hétérodoxes l’ont fait connaître, il travaille désormais pour le site d’actualité dirigé par Edwy Plenel. En septembre dernier, il publie son premier livre « La guerre sociale en France. Aux sources économiques de la démocratie autoritaire » paru aux éditions La Découverte. Dans cet essai, il développe ce qui constitue selon lui la spécificité du moment Macron et analyse les racines sociales et économiques profondes qui ont présidé à l’avènement du néolibéralisme autoritaire qu’il dépeint. Source : Le vent se (...)

  • Brésil : Bolsonaro s’insurge contre TV Globo pour l’avoir lié à l’affaire Marielle Franco
    https://www.lefigaro.fr/international/bresil-bolsonaro-s-insurge-contre-tv-globo-pour-l-avoir-lie-a-l-affaire-mar

    Le président du #Brésil Jair #Bolsonaro a vivement critiqué mardi la chaîne TV Globo, pour avoir fait état d’un rapport qui mentionne son nom dans le cadre d’une enquête portant sur l’assassinat de la conseillère municipale de Rio de Janeiro, Marielle Franco.

    « Critiqué » ?


    https://www.huffingtonpost.fr/entry/colere-jair-bolsonaro-contre-ce-media-bresilien-rappelle-a-beaucoup-l

    #extrême_droite #droite #assassinat

  • Le discret business du propriétaire de Valeurs actuelles, l’hebdo de référence de l’ultra-droite
    https://www.bastamag.net/Convention-de-la-droite-Valeurs-actuelles-Zemmour-milliardaires-qui-possed

    Le magazine Valeurs actuelles suscite régulièrement la controverse par ses unes ultra-réactionnaires, louant la France chrétienne, Eric Zemmour ou les #Droites_extrêmes européennes, stigmatisant en vrac les migrants, l’islam, le féminisme, les fonctionnaires ou l’écologie. Mais au fait, qui est son propriétaire et avec qui fait-il des affaires ? Dans la série « les milliardaires qui possèdent la presse française », il y a les connus – les Arnault, Bolloré ou Niel – et les discrets [1] comme Iskandar Safa. (...) #Décrypter

    / Droites extrêmes, #Europe, #Capitalisme, #Guerres_et_résolution_des_conflits, #Multinationales, A la (...)

    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/chang-boustani-et-al-secret-debt-indictment-edny-redacted-3jan19.pdf

  • Frais de réception : une plainte déposée contre Xavier Bertrand
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190919/frais-de-reception-une-plainte-deposee-contre-xavier-bertrand

    La Région Hauts-de-France a financé plusieurs banquets de la majorité régionale, pour des montants élevés. L’opposition RN y voit un financement #POLITIQUE. Une plainte a été déposée auprès du Parquet national financier.

    #droite,_financement_de_la_vie_politique,_Xavier_Bertrand,_Hauts-de-France

  • Affaire libyenne : 250 000 euros en espèces pour les primes de la campagne 2007
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060919/affaire-libyenne-250-000-euros-en-especes-pour-les-primes-de-la-campagne-2

    Un rapport d’expertise vient d’estimer à 250 000 euros le montant des primes remises en liquide au personnel de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Cela vient confirmer l’« absence de sincérité des comptes de campagne » et l’« ampleur de la circulation d’espèces en marge de la campagne » soulignées par les enquêteurs. Ces sommes n’ont jamais été déclarées aux autorités de contrôle.

    #DROITE #UMP,_affaire_libyenne,_Claude_Guéant,_Nicolas_Sarkozy,_Eric_Woerth,_financement_de_la_campagne_présidentielle,_A_la_Une