#dronedefender

    • A mon avis aucun : le bidule en question est un brouilleur portatif avec une antenne directionnelle. Or un opérateur de drone prudent aura probablement programmé un itinéraire de retour de secours en cas de perte du lien radio...

      Difficulté supplémentaire si le brouilleur couvre non seulement la bande 2.4 GHz du Wi-Fi mais aussi les fréquences GPS : le drone ne peut plus compter que sur ses accéléromètres pour dégager vers des cieux plus cléments où il retrouvera un signal GPS... J’ignore si les modèles grand public (tel que le DJI Phantom qu’on voit souvent en Irak) en sont capables.

      Bref, c’est du soft-kill, probablement juste efficace comme chasse-mouches pour ennuyer les observateurs et gêner le vol stationnaire vertical cible que pratiquent les largueurs de grenade artisanaux - mais c’est déjà ça.

      Ceci dit, de nombreuses photos d’épaves de drones circulent - quelque chose produit de l’attrition, mais difficile de savoir si c’est c’est le brouilleur, de généreuses rafales tirées au jugé ou juste les pilotes qui font de fausses manœuvres...