#e

  • La #pandémie du #Covid-19 : un risque inhérent à la #mondialisation (2) ?

    Dans un contexte (national, européen et mondial) fortement marqué par la pandémie du Covid-19, ce deuxième billet revient sur les enseignements de trois notices développées dans le Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin, 2012), « crises », « risques » et « résilience ». Comment faut-il les interpréter à partir du vécu de la catastrophe du Covid-19 et dans la perspective d’un débat critique sur la « démondialisation » face à la métropolisation (troisième billet) ?

    1-De la « crise » et des crises

    Dans les deux éditions du Dictionnaire critique de la mondialisation, on retrouve la notice « crise » qui évoque la pluralité de crises sous trois angles différents (Martine Azuelos). Il est ainsi question de crise environnementale (en raison de l’épuisement des ressources naturelles et de la perte de la biodiversité) ; crise sociale (montée du chômage et de la précarité dans les pays développés, exploitation des travailleurs dans les pays émergents, y compris des enfants) ; et crise culturelle (déclin de la diversité culturelle et linguistique sous l’effet de l’homogénéisation des modes de vie et de consommation).

    L’analyse insiste principalement sur les risques financiers. Ce choix se justifie aisément dans la mesure où il s’agissait d’apporter un éclairage neuf sur les effets associés aux politiques de déréglementation financière et à la globalisation, soit la métamorphose du capitalisme vers une financiarisation accrue. La seconde édition du Dictionnaire paraît quatre ans après la crise financière de 2008 – – suite à la crise des subprimes (2007) et à la chute de la banque Lehman Brothers aux Etats-Unis.

    La notice fait référence à la crise comme une phase du cycle économique se traduisant par un ralentissement de la croissance et la montée du chômage. Ceci ne représente pas un phénomène propre à la mondialisation dans la mesure où elle a jalonné l’histoire de l’humanité. Mais avec l’intégration des économies productives et des marchés financiers, elle prend une nouvelle ampleur. Sa diffusion est désormais planétaire, expérience vécue lors de la crise financière de 2008.

    Dans les sociétés préindustrielles, les crises étaient liées à la sous-production agricole alors que dans les sociétés industrielles, elles sont la résultante d’un déséquilibre entre la production (industrielle) et la demande solvable suivies de perturbations d’ordre financier. Au XXème siècle, des faillites bancaires ou krachs boursiers ont précédé la baisse de l’activité, comme en 1929, en 2000, ou en 2007-2009.

    Pour de nombreux chercheurs (Michel Aglietta), les crises financières à venir seraient consubstantielles au capitalisme globalisé et financiarisé car soucieux du court terme et de liquidité. Ils insistent notamment sur les nouvelles normes comptables valorisant les actifs d’une entreprise à leur valeur de marché, comme si la vocation première d’une firme était d’être liquidée le lendemain matin. La tradition marxiste voit dans la globalisation le stade suprême du capitalisme mais les libéraux estiment au contraire qu’elle permet une accélération de la croissance et une augmentation de la prospérité à l’échelle planétaire.

    Cette seconde approche de la globalisation fut dominante au moment où les États menaient des politiques de déréglementation financière, c’est-à-dire dans les années 1980-2000. Elle l’est nettement moins depuis la récession mondiale de 2008 au sein des gouvernements européens et des organisations internationales (G20, OMC, FMI). Certes la globalisation stimule la croissance mondiale mais force de reconnaître qu’elle est aussi génératrice d’une forte instabilité.

    Après avoir présenté la notice « crise » et souligné l’ampleur qu’elle peut prendre dans un cycle de mondialisation en raison d’une certaine forme d’instabilité que partagent les sociétés contemporaines, l’analyse se poursuit avec le concept « risque ».
    2-Du « risque » et des risques

    Le « risque » fait l’objet de trois notices et d’un essai rédigé par Magali Reghezza-Zitt. La première notice définit le terme en optant pour un point de vue général. La deuxième est centrée sur le risque environnemental (MRZ) et la troisième sur le risque systémique tel qu’il est évoqué dans les cercles financiers et ceux de la révolution numérique (Catherine Distler). Quant à l’essai, il étudie les « interactions réciproques et complexes entre risques et mondialisation ».

    2.1-Nous commencerons par évoquer le risque systémique en lien avec la crise financière (précédemment explicitée) et les systèmes d’information autour d’Internet.
    Le risque systémique financier résulte de l’imbrication de plusieurs composantes : système bancaire, marchés de capitaux (shadow banking) et Internet dont l’intégrité et le bon fonctionnement sont menacés par des perturbations internes ou externes. Il s’est matérialisé en 2008 lorsque plusieurs établissements financiers américains entrent en cessation de paiement, un an après la crise des subprimes (prêts hypothécaires risqués) de 2007 que certains expliquent en raison de l’abrogation de la loi américaine Glass-Steagall (1999) qui mit fin à la séparation entre la banque d’investissement et la banque de dépôt.

    Le risque systémique est également évoqué pour les systèmes d’information et notamment pour Internet dans la mesure où la diffusion de certains virus est susceptible de corrompre les informations disponibles ou le fonctionnement du système dans son ensemble. D’où l’impératif pour les États du recours à une politique visant la cyber sécurité pour éviter la circulation des virus, à l’initiative des hackers indépendants ou en lien avec des terroristes.

    2.2-La science formalise le risque
    Pour Magali Reghezza-Zitt, le risque est devenu un concept avec l’invention du calcul des probabilités à partir du XVIIème siècle, suite à un changement de paradigme ayant permis une laïcisation du danger. Si jusque-là, la catastrophe était vue comme un acte de Dieu, des philosophes (dont Rousseau), à la suite du tremblement de terre de Lisbonne mettent en exergue la responsabilité humaine. Puis le risque est définitivement formalisé au début du XXème siècle par l’économiste américain F. Knight. Il est alors défini comme l’incertitude en tant qu’elle est objectivable car mesurable.

    2.3-Le risque environnemental désigne tout danger lié à l’environnement en dépit de la difficulté à l’appréhender parce que le concept d’environnement est ambigu du fait de sa polysémie. Ce n’est que depuis les années 1980 que l’environnement est synonyme de nature. Le risque environnemental désigne alors l’ensemble des pollutions, nuisances, atteintes aux écosystèmes, etc.

    Le recours au concept de risque environnemental est devenu au fil du temps un moyen pour contester le capitalisme globalisé jugé responsable des atteintes portées à la planète. La révolution des transports, l’augmentation des mobilités, etc. sont mis en cause. Les revendications sont portées par des idéologies différentes, venues parfois d’horizons radicalement opposés : altermondialistes, antilibéraux, écologie radicale (deep ecology), mouvements réactionnaires, etc.

    2.4-L’essai est centré sur les interactions entre « risques » et « mondialisation » (globalisation). Pour Magali Reghezza-Zitt, la mondialisation transforme les risques existants en même temps que les risques sont susceptibles de devenir une menace pour la mondialisation.
    La globalisation financière qui a permis l’intégration économique et financière des sociétés nationales et qui a renforcé les interdépendances serait à l’origine d’une mutation des risques financiers susceptibles d’entraîner à leur tour de sérieux risques sociaux (exacerbation des inégalités sociales).

    La mondialisation renouvelle des risques anciens et leur donne une nouvelle ampleur. La mondialisation des agricultures qui aurait pu se traduire par une meilleure répartition des denrées alimentaires dans le monde, a en fait participé à la résurgence de crises alimentaires mondiales qui ont plongé certains États dans l’instabilité économique, sociale et politique. Elle a conduit à penser la « sécurité alimentaire » (Nicolas Bricas) certes nationale mais également transnationale. Des ONGs viennent en aide aux personnes déplacées en raison des menaces guerrières ou victimes de catastrophes naturelles.

    L’augmentation des mobilités est source de multiples risques environnementaux : rejet massif de gaz à effet de serre qui s’ajoute à celui des industries, ce qui a des répercussions sur le climat planétaire. La délocalisation d’activités polluantes et de déchets toxiques en direction de pays moins rigoureux sur les législations ou à moindre coûts salariaux, a entraîné une diffusion de polluants dans des espaces jusque-là épargnés.

    L’auteur indique par ailleurs que l’augmentation des mobilités ne se limite pas aux risques environnementaux, elle touche aussi les risques sanitaires, comme le SRAS, les grippes aviaires, la grippe A(H1N1). En 2020 le Coronavirus ou Covid-19 a affecté 500.000 personnes dans le monde et a été à l’origine d’une politique de confinement pour les populations dans de nombreux pays.

    Si la mondialisation influe sur les risques et sur les catastrophes qu’ils entraînent, ces derniers peuvent mettre en péril la mondialisation. L’intensification des échanges pèse sur les ressources énergétiques fossiles qui à moyen terme font planer un risque important sur les échanges qui constituent le fondement de la mondialisation. Risques et catastrophes fragilisent la mondialisation. C’est ce que recherchent les terroristes lorsqu’ils s’attaquent aux tours de Manhattan, haut lieu de la mondialisation. Les attentats du 11 septembre 2001 peuvent être analysés comme une atteinte matérielle, mais aussi symbolique, portée à l’hypercentre de la mondialisation.

    A la suite de E. Michel-Kerjan, les chercheurs soulignent combien la planétarisation de ‘nouveaux’ risques entraînent des risques ‘à grande échelle’. Avec la mondialisation, la grande nouveauté résiderait dans le risque à grande échelle – – comme en témoigne le Covid-19- – qui donnerait de l’ampleur aux catastrophes engendrées tant en termes de coût que d’échelle spatiale. Les risques à « grande échelle » ont trois caractéristiques : (1) une probabilité d’occurrence difficile à calculer et plus largement, une forte incertitude ; (2) la diffusion rapide de la perturbation au-delà du point d’impact initial ; (3) enfin l’ubiquité qui fait que le sinistre se produit au même moment en plusieurs lieux sans que ces lieux ne soient forcément proches dans l’espace.

    Les sociétés mondialisées seraient caractérisées par des niveaux de risques globaux très élevés et inédits alors même que la nature de l’aléa n’a pas changé. Ces risques globaux affectent les territoires en fonction de leur insertion à la mondialisation et la globalisation : plus le territoire affecté initialement est intégrée à l’économie globalisée, plus les risques de diffusion seront importants.

    L’idée de changement d’échelle, consubstantielle à la mondialisation, entraîne l’idée qu’il est indispensable de penser certains risques à l’échelle planétaire et plus uniquement au niveau local ou national. Il y a désormais des interactions entre les échelles. Les thématiques du changement climatique et de la biodiversité rappellent régulièrement le caractère systémique de l’environnement naturel. Les notions de risques globaux ou de risques planétaires caractériseraient nos sociétés modernes.

    2.5-Qu’en est-il pour les villes ?

    Mondialisation et « métropolisation » – -concept utilisé depuis plusieurs décennies pour rendre compte des changements identifiés dans les processus d’urbanisation (Cynthia Ghorra-Gobin)- – qui résultent de la globalisation financière sont à l’origine d’une transformation de la matérialité des espaces urbains. La concentration des biens et des personnes entraîne une augmentation des richesses exposées aux catastrophes pendant que l’urbanisme vertical modifie sérieusement la nature des impacts physiques. Les tours et gratte-ciel (skyscraper) ont une fragilité intrinsèque qui demande des mesures de sécurité spécifiques.

    D’après Magali Reghezza-Zitt la métropolisation encouragerait l’intensification des réseaux, qui facilitent des échanges rapides, parfois instantanés, d’informations, de biens, de personnes. Or les réseaux sont de plus en plus interdépendants et ils sont devenus de puissants éléments de diffusion des sinistres à l’ensemble de la ville, mais également à des échelles supra-urbaines, qu’il s’agisse des régions métropolitaines, du pays tout entier voire du monde ou du continent. C’est la structure réticulaire des villes globalisées qui est concernée.

    Au final, la question des risques peut se comprendre comme une clé de lecture pertinente des mécanismes et conséquences de la mondialisation et de la globalisation. Mais paradoxalement les questions autour des couples risque/mondialisation/ et risque/globalisation apparaissent peu dans la littérature française alors que les corpus anglo-américains incluent de nombreuses réflexions sur le thème de « disasters and globalization » tout en se limitant, il est vrai, à la globalisation financière. L’approche française de la mondialisation qui différencie « mondialisation » et « globalisation » et « planétarisation » permettrait de mettre en évidence la question des changements d’échelle qui exprime la dialectique local/global.
    3-De la « résilience »

    L’auteur (MRZ) de la notice sur la résilience constate que depuis la fin des années 1990, le concept de résilience est présent dans une très grande variété de travaux interdisciplinaires. Il viendrait de l’écologie et aurait été théorisé par C.S. Holling (1973), pour signifier la capacité d’un écosystème à maintenir son état d’équilibre en cas de perturbation avant d’être utilisé en sciences sociales à la suite de P. Timmerman (1981). La résilience est alors perçue comme un antonyme positif de la « vulnérabilité ». Elle signifie la capacité des communautés humaines à supporter les chocs ou les perturbations externes et à se relever de tels bouleversements.

    La résilience apparaît donc comme une propriété souhaitable des sociétés et des systèmes territoriaux, dans un contexte de mondialisation des menaces (risques environnementaux, risques sanitaires, changement climatique, risques financiers et économiques, terrorisme de masse, cyber-risques etc.) en raison de l’incertitude concernant l’ampleur et la nature des changements. Elle a été mobilisée aux Etats-Unis suite aux attentats du 11 septembre 2001, pour penser la capacité des habitants de la ville à se relever et à reconstruire leur ville.

    Les chercheurs proposent également de différencier la résilience ‘réactive’ de la résilience ‘proactive’ (J.W. Handmer et S.R. Dovers, 1996). La première renvoie à la capacité à intégrer la perturbation dans son fonctionnement alors que la seconde accepte le changement et tente de créer un système capable de s’adapter à de nouvelles conditions. Mais cette distinction aisée à comprendre pose en fait de sérieuses questions méthodologiques. Sur la base de quels critères peut-on parler de ‘résilience’ ou au contraire de ‘bifurcation’ du système considéré ?

    L’auteur insiste au final sur les enjeux politiques du discours sur la résilience : ce dernier peut en effet servir une stratégie d’appropriation et de maintien d’un pouvoir sur un espace. En d’autres termes il peut servir à reproduire à l’identique des systèmes inégalitaires ou injustes. Le récit de la résilience peut certainement être salué : il évite de mettre l’accent sur l’idée de vulnérabilité qui peut conduire au fatalisme pour insister sur les capacités de rebond des sociétés.
    Que nous apprend le Dictionnaire ?

    La démarche réflexive sur les trois concepts « crise », « risque » et « résilience » qui ont fait l’objet de notices dans le Dictionnaire critique de la mondialisation permet d’en déduire que les chercheurs.res qui ont participé à la fabrique du dictionnaire ont pris en compte sur le mode explicite les enjeux sociaux et politiques liés aux processus inhérents à la mondialisation, globalisation et planétarisation. Ils/elles ont ainsi mis le doigt sur les fragilités de ces processus ainsi que sur les risques conduisant à l’exacerbation des inégalités sociales.

    Mais si le Dictionnaire inclut des notices et des analyses soulignant avec précision l’incertitude qu’entraîne la mondialisation, le risque sanitaire a été moins bien mis en lumière que les risques financiers, environnementaux et ceux liés au terrorisme de masse. En d’autres termes, le changement climatique tout comme l’affirmation de réseaux transnationaux dans le trafic de la drogue ou le terrorisme ont pris le dessus sur les questions liées à la santé, en dehors des notices « pandémie » et « médicament ».

    Avec le Covid-19, les sociétés contemporaines prennent la mesure de la fragilité sanitaire des sociétés dans un monde globalisé faisant face au changement climatique. Avec cette prise de conscience quelles seront les réactions des décideurs et de la société en général ? L’idéologie en faveur d’une « démondialisation » (Cynthia Ghorra-Gobin) préconisée par certains dominera-t-elle le débat ? Le principe de la « décroissance » (Martine Azuelos) réussira-t-il à l’emporter pour mettre fin au sentiment de « vulnérabilité » (Magali Rehezza-Zitt) ?

    Ce questionnement sera explicité dans un troisième billet à partir de trois notices du Dictionnaire critique de la mondialisation (Armand Colin, 2012) : décroissance, démondialisation et vulnérabilité.

    https://skyscraper.hypotheses.org/890
    #globalisation #risque #risques #résilience #pandémie #épidémie #économie #risque_systémique

  • #COVID-19: Facebook et Instagram suppriment des vidéos de Bolsonaro
    https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/202003/30/01-5267192-covid-19-facebook-et-instagram-suppriment-des-videos-de-bolsonar

    Les vidéos concernées montraient le chef de l’État prenant des bains de foule dimanche à Brasilia, en contradiction flagrante avec les consignes officielles au #Brésil.

    #extrême_droite

  • Götz-Aly-Kolumne : Corona, die Krise und Hitler – eine Geschichtsstunde
    https://www.berliner-zeitung.de/politik-gesellschaft/corona-die-krise-und-hitler-eine-geschichtsstunde-li.79954


    L’historien maison du journal Berliner Zeitung nous prépare à ce qui arrivera une fois la crise du virus COVID-19 passée : on sera saignés pour rembourser les subventions distribuées actuellement aux entreprises . Ce penseur de la bourgeoisie libérale ne mentionne pas que les responsables pour le désastre sanitaire et économique ne sont pas ceux qu’il appelle « nous », c’est à dire les retraités, les employés et les plus ou moins fortunés - cad les moins fortunés.

    A mon avis il serait temps de faire payer ceux qui depuis 40 ans profitent de la politique libérale , parce que ce sont les mêmes personnes qui ont corrompu et poussé les politiciens « au pouvoir » à dévaliser le patrimoine et les caisses publiques au profit des « investisseurs » et autres vautours de l’après 1989 .

    Pour lui l’époque nazie est une joli prétexte pour faire appel à notre mauvaise conscience nationale en criant gare à ne pas répéter les erreurs des nazies. Là il faudra rembourser au lieu de mener une guerre.

    Qu’il le dise à Romano Prodi et aux partenaires allemands de Goldmann-Sachs qui ont incité les chefs l’état et les banques centrales à suivre de nos jours les principes développés par Hjalmar Schacht pour relancer l’économie allemande en 1933.

    Götz Aly ne partage évidemment pas cette perspective. Il fait partie de l’élite qui a amplement profité de la redistibution continue des richesses européennes après la victoire de ses commanditaires sur le socialisme étatique à l’Est.

    31.3.2020 - Götz Aly - Warum wir alle die aufgenommenen Schulden bald nach der Corona-Krise zurückbezahlen müssen.
    ...
    Vor allem bediente sich die NS-Regierung hemmungsloser Staatsverschuldung. Diese ermöglichte die äußerlich perfekte Überwindung der Krise – Wirtschaftsboom und Vollbeschäftigung. Die Leute fragten nicht, und fragen auch heute nur selten, woher das Geld für ihre so sehr erwünschten Hilfen in schweren Zeiten kommt. Deshalb verschaffte die Politik der ungedeckten Schecks Hitler bis 1939 ständig wachsende Zustimmungswerte. Und in diesem Zusammenspiel von Volk und Führung steuerte Deutschland geradewegs in die Alternative Staatsbankrott oder Krieg. Das prognostizierten Staatswissenschaftler wie der konservative Carl Friedrich Goerdeler und der ordoliberale Wilhelm Röpke schon früh.

    So gesehen war der von Deutschland verursachte Zweite Weltkrieg die blutigste Konkursverschleppung der Geschichte.Nach der Coronakrise sollten die dafür aufgenommenen Schulden bald zurückbezahlt werden, und zwar von uns allen, die wir jetzt davon profitieren – von Rentnern wie von Lohn- und Gehaltsempfängern, von mehr und von weniger Bemittelten.

    Hjalmar Schacht
    https://de.wikipedia.org/wiki/Hjalmar_Schacht#Nationalsozialismus

    Grundsätze deutscher Wirtschaftspolitik. von Schacht, Hjalmar : (1932) | Antiquariat Im Seefeld / Ernst Jetzer
    https://www.zvab.com/erstausgabe/Grunds%C3%A4tze-deutscher-Wirtschaftspolitik-Schacht-Hjalmar-Oldenburg/22841828481/bd

    #Allemagne #économie #crise #lutte_des_classes #journalisme

  • Compilation d’articles sur Luxfer

    30 mars 2020
    Coronavirus : une usine d’oxygène fermée par un fonds spéculatif demande sa nationalisation

    https://reporterre.net/Coronavirus-une-usine-d-oxygene-fermee-par-un-fonds-speculatif-demande-s

    Le 26 novembre 2018, face aux 136 salariés installés dans le réfectoire, un responsable — appelé « manager de transition » dans le jargon — du groupe britannique Luxfer Holding PLC, détenu par des fonds tels Fidelity ou encore BlackRock, a annoncé la fermeture définitive du site racheté en 2001. La production s’est arrêté en mai 2019.

    L’usine, pourtant bénéficiaire avec un carnet de commandes bien rempli, a fermé en juin et les salariés ont tous été licenciés. Avec 22 millions de chiffre d’affaires et un bénéfice d’un million d’euros en 2018, en progression de 55 % par rapport à l’année précédente, cette mise à mort est difficile à accepter pour les salariés.

    –----
    Février 2019
    Luxfer : « Ils nous ont laissé mourir, ils ont laissé l’usine pourrir » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/02/12/luxfer-ils-nous-ont-laisse-mourir-ils-ont-laisse-l-usine-pourrir_1708987

    En fin de journée, les directeurs anglais avaient trouvé refuge, sous les huées, dans la mairie de Gerzat. Et devant l’usine bloquée, les salariés avaient rallumé un feu de palettes et de colère.

    –----
    20 janvier 2020
    Conflit Luxfer : les salariés occupent l’usine depuis ce lundi à Gerzat
    https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/conflit-luxfer-les-salaries-occupent-l-usine-depuis-ce-lundi-1579517936

    Les Luxfer demandent une intervention directe du ministre de l’Economie, Bruno Lemaire. Depuis 14 mois, ils ont multiplié les rendez-vous avec les différents services de l’Etat, les membres de cabinets ministériels, sans succès. Tout le monde se renvoie la balle. Les salariés ont le sentiment d’être abandonnés par l’Etat et en comprennent pas pourquoi rien n’est fait pour sauvegarder un savoir faire qu’ils sont les seuls à posséder en France. Ils veulent donc une médiation avec le seul décisionnaire, le ministre, pour que l’Etat oblige Luxfer à respecter ses obligations.

    –----
    Février 2020 / Communiqué CGT Luxfer
    Luxfer à Gerzat (63) | Les salariés réquisitionnent leur usine
    https://ftm-cgt.fr/luxfer-a-gerzat-63-les-salaries-requisitionnent-leur-usine

    Mais la volonté politique de désindustrialisation de notre pays ne s’arrête pas au Ministère de l’économie et des finances. En effet, le Président de Région M. #Wauquiez et la vice-présidente Mme André-Laurent ont détourné le regard lorsque cette usine s’est retrouvée fermée sans motif valable. Après de multiples requêtes, la présidence de la région a préféré ignorer les salariés gerzatois. Pire encore, ils se targuent auprès des organisations syndicales et de l’opposition d’être en contact avec les syndicats de #Luxfer, ce qui est totalement faux. A ce jour, les salariés n’ont toujours pas eu de rendez-vous. De la même façon, la préfète du Puy de Dôme (Mme Baudouin-Clerc) ne met plus en place les commissions de revitalisation de l’usine de Gerzat depuis février 2019. Pourtant, depuis, les salariés ont trouvé eux même un repreneur Jinjiang, puis ils ont monté eux même un projet de SCOP.

    Le 13 Janvier 2020, Luxfer a décidé de reprendre les démantèlements dans la plus parfaite illégalitée.

    En plus d’avoir servi à conforter leur position de monopole, ce plan de licenciement a permis à certains de nos actionnaires de spéculer sur la destruction de cette usine. Blackrock (Fond d’investissement qui a fait parler de lui lors de la réforme des retraites) a acheté 33M€ de titres avant la flambé de l’action Luxfer, pour en revendre une partie lorsqu’elle était au plus haut.

    –-----
    #Wauquiez
    #Bercy
    #etat_français

    #BlackRock
    #Fond_d’investissement
    #spéculateurs_assassins
    #surfusion_libérale
    #catastrophe_annoncée
    #oxygène
    #sauver_des_vies
    #hospitalisation

  • Libye : Des détenus exposés au risque de propagation du coronavirus | Human Rights Watch

    Human Rights Watch. « Les préparatifs de la Libye devraient inclure des mesures pour protéger tous les citoyens, y compris les populations vulnérables comme les détenus dans les prisons, ou les personnes déplacées contraintes de vivre dans des refuges. »

    https://www.hrw.org/fr/news/2020/03/29/libye-des-detenus-exposes-au-risque-de-propagation-du-coronavirus


    #Covid-19#Migration#Migrant#Réfugiés#Libye#Enfermement

  • Lectures pour confinement (suite)
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#miseajour

    Mise à jour du 31 mars. En accès libre sur Agone : Utopies américaines. Expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours (epub) de Ronald Creagh ; Se révolter si nécessaire. Textes et discours (1962-2010) de Howard Zinn (epub) et Raison et liberté. Sur la nature humaine, l’éducation et le rôle des intellectuels de Noam Chomsky (epub). Libertalia, de son côté, offre à la lecture plusieurs ouvrages (...)

    #anarchisme #livres #coronavirus #confinement #édition

  • Didier Sicard : « Il est urgent d’enquêter sur l’origine animale de l’épidémie de Covid-19 »
    https://www.franceculture.fr/sciences/didier-sicard-il-est-urgent-denqueter-sur-lorigine-animale-de-lepidemi

    Une interview passionnante.

    Vous souhaitez revenir aux origines du mal ?

    Le point de départ de cette pandémie, c’est un marché ouvert de Wuhan dans lequel s’accumulent des animaux sauvages, serpents, chauves-souris, pangolins, conservés dans des caisses en osier. En Chine, ces animaux sont achetés pour la fête du Rat. Ils coûtent assez cher et ce sont des aliments de choix. Sur ce marché, ils sont touchés par les vendeurs, dépecés, alors qu’ils sont maculés d’urine et que les tiques et les moustiques font une sorte de nuage autour de ces pauvres animaux, par milliers. Ces conditions ont fait que quelques animaux infectés ont forcément infecté d’autres animaux en quelques jours. On peut faire l’hypothèse qu’un vendeur s’est blessé ou a touché des urines contaminantes avant de porter la main à son visage. Et c’est parti !

    Ce qui me frappe toujours, c’est l’indifférence au point de départ. Comme si la société ne s’intéressait qu’au point d’arrivée : le vaccin, les traitements, la réanimation. Mais pour que cela ne recommence pas, il faudrait considérer que le point de départ est vital. Or c’est impressionnant de voir à quel point on le néglige. L’indifférence aux marchés d’animaux sauvages dans le monde est dramatique. On dit que ces marchés rapportent autant d’argent que le marché de la drogue. Au Mexique, il y a un tel trafic que les douaniers retrouvent même des pangolins dans des valises…

    Par ailleurs, on sait que ces épidémies vont recommencer dans les années à venir de façon répétée si on n’interdit pas définitivement le trafic d’animaux sauvages. Cela devrait être criminalisé comme une vente de cocaïne à l’air libre. Il faudrait punir ce crime de prison. Je pense aussi à ces élevages de poulet ou de porc en batterie que l’on trouve en Chine. Ils donnent chaque année de nouvelles crises grippales à partir de virus d’origine aviaire. Rassembler comme cela des animaux, ce n’est pas sérieux.

    C’est comme si l’art vétérinaire et l’art médical humain n’avaient aucun rapport. L’origine de l’épidémie devrait être l’objet d’une mobilisation internationale majeure.

    Une autre hypothèse porte sur la transmission qui se produit quand les chauves-souris sortent la nuit manger des fruits, en particulier dans les bégoniacées. Elles ont un réflexe quasiment automatique, dès qu’elles déglutissent, elles urinent. Elles vont donc contaminer les fruits de ces arbres et les civettes, qui adorent les mêmes fruits, se contaminent en les mangeant. Les fourmis participent aux agapes et les pangolins – pour lesquels la nourriture la plus merveilleuse est constituée de fourmis – dévorent les fourmis et s’infectent à leur tour.

    C’est toute cette chaîne de contamination qu’il faut explorer. Les réservoirs de virus les plus dangereux sont probablement les serpents, car ce sont eux qui se nourrissent perpétuellement des chauves-souris, elles-mêmes porteuses des coronavirus. Il se pourrait donc que les serpents hébergent ces virus en permanence. Mais c’est justement cela qu’il faut savoir et vérifier. Il faudrait donc que des chercheurs capturent des chauves-souris, mais aussi qu’ils fassent le même travail sur les fourmis, les civettes, les pangolins et essayent de comprendre leur tolérance au virus. C’est un peu ingrat, mais essentiel.

    Quel est le rapport qu’entretient la population locale avec ces chauves-souris ?

    Ce qui m’a frappé au Laos, où je vais souvent, c’est que la forêt primaire est en train de régresser parce que les Chinois y construisent des gares et des trains. Ces trains, qui traversent la jungle sans aucune précaution sanitaire, peuvent devenir le vecteur de maladies parasitaires ou virales et les transporter à travers la Chine, le Laos, la Thaïlande, la Malaisie et même Singapour. La route de la soie, que les chinois sont en train d’achever, deviendra peut-être aussi la route de propagation de graves maladies.

    Sur place, les grottes sont de plus en plus accessibles. Les humains ont donc tendance à s’approcher des lieux d’habitation des chauves-souris, qui sont de surcroît des aliments très recherchés. Les hommes construisent aussi désormais des parcs d’arbres à fruit tout près de ces grottes parce qu’il n’y a plus d’arbres en raison de la déforestation. Les habitants ont l’impression qu’ils peuvent gagner des territoires, comme en Amazonie. Et ils construisent donc des zones agricoles toutes proches de zones de réservoir de virus extrêmement dangereuses.

    Moi, je n’ai pas la réponse à toutes ces questions, mais je sais simplement que le point de départ est mal connu. Et qu’il est totalement méprisé. On en fait des discours de conférence sur un mode folklorique. On parle à propos des chauves-souris de la malédiction des pharaons.

    La recherche entomologique et la recherche sur les animaux transmetteurs n’est donc pas à la hauteur des enjeux. Bien sûr qu’elle existe, mais elle doit compter peut-être pour 1% de la recherche. Parce que ce qui fascine les candidats au Prix Nobel, c’est de trouver un traitement ou un nouveau virus en biologie moléculaire et pas de reconstituer les chaînes épidémiologiques. Or les grandes découvertes infectieuses sont nées ainsi : l’agent du paludisme, le Plasmodium, a été découvert par un Français, Alphonse Laveran sur le terrain, en Tunisie. Et ce sont des recherches qui sont fondamentales et qui sont faites à une échelle qu’on a un peu oubliée. Comme si la vision micro avait fini par faire disparaître l’importance du macro.

    #Epidémiologie #Sciences_naturelles #Environnement

  • Les petits #morts de #Lesbos

    Sur cette île grecque, une « #zone_sécurisée » est réservée aux #enfants migrants, censée les protéger. Avant même le durcissement des conditions de vie liées au #Covid-19, ils y étaient, en réalité, vulnérables aux pires violences. Jusqu’au #meurtre. Premier reportage d’une série du collectif Investigate Europe : comment l’UE enferme les mineurs à ses frontières.

    « Un Afghan de 15 ans est décédé des suites des blessures causées par plusieurs coups de couteau reçus lors d’une bagarre dans la “zone sécurisée” du camp de #Moria. » Le communiqué de la police grecque détaille brièvement les circonstances de la mort de l’adolescent sans jamais nommer cet « Afghan de 15 ans ». Sur Facebook, les internautes qui se préoccupent moins de l’anonymat des victimes décident cependant de lui rendre hommage. En quelques heures, le réseau social par lequel communiquent la plupart des personnes réfugiées en Grèce retrouve l’identité du petit cadavre et rassemble même quelques bribes de son histoire.

    #Reza_Ebrahimi, 15 ans donc, avait pris la route de l’Autriche avec ses deux petits frères pour y rejoindre sa famille. Par une chaude nuit d’été, en août dernier, son périple s’est brutalement arrêté sur l’île de Lesbos, dans la poussière et devant un conteneur crasseux. Sur la photo exhumée par les internautes, Reza a des traits fins, de grands yeux légèrement bridés, des cheveux noirs coiffés en arrière, l’air intimidé. « Il a vécu un enfer sur Terre, un enfer créé par des humains », commente Giorgos Tsiakalos, universitaire et célèbre militant des droits humains qui a publié le portrait sur son profil.

    Ironiquement, « l’#enfer_sur_Terre » s’appelle en réalité la « zone sécurisée » de Moria. Un endroit protégé au cœur du gigantesque camp de migrants où, en théorie, les mineurs isolés sont à l’abri des violences et accompagnés par des professionnels 24 heures sur 24. En théorie seulement. Dans les faits, ce coin de terre entouré de barbelés, composé de conteneurs surchargés (jusqu’à 25 enfants par conteneur), n’a de sécurisé que le nom. Au point que ni les humanitaires, ni les demandeurs d’asile, ni même le directeur du camp avec lesquels nous nous sommes entretenus n’ont été surpris quand la police leur a annoncé le meurtre de Reza dans ce lieu protégé. « Ce n’était pas du tout inattendu, témoigne ainsi Lorraine Leete, avocate de l’organisation Legal Center Lesvos. Les ONG avertissent le gouvernement depuis des années que l’endroit n’est pas sûr pour les enfants. La seule chose dont je suis surprise, c’est qu’il n’y ait pas eu davantage de morts avec autant de personnes entassées dans si peu d’espace. »

    C’est le moins qu’on puisse dire : la « zone sécurisée » abrite plus de 600 mineurs isolés (chiffres de début février), quand elle a été prévue pour 160. L’ensemble du camp, 19 467 personnes, a été construit pour 2 840. Une augmentation exponentielle qui inquiète jusqu’à la Fédération panhellénique des officiers de police. La coexistence d’un si grand nombre de personnes dans un si petit espace a « créé une situation explosive qui va mathématiquement entraîner davantage de morts et de blessés », a-t-elle déclaré en octobre 2019, quand il y avait « seulement » 12 738 personnes dans le camp.

    Le stress « immense » provoqué par l’incertitude et les conditions de vie joue aussi un rôle central dans l’augmentation des violences, notamment des bagarres au couteau de plus en plus nombreuses à Moria, explique Patric Mansour, expert du Norwegian Refugee Council présent dans le camp depuis 2015. Depuis le début de l’année 2020, au moins dix personnes majeures et mineures de Moria ont été admises à l’hôpital de Lesbos avec des blessures au couteau, fatales pour certaines. « Les gens se disputent pour de petites choses, précise Patric Mansour, et à cause du stress, les choses tournent vite à la violence chez les majeurs comme chez les mineurs. » Est-ce cela qui est arrivé la nuit du 25 août quand Reza a été tué ? Une dispute pour une broutille entre trois adolescents afghans qui dégénère en combat à l’arme blanche ? Peut-être. Mais à Moria, certains croient que le drame aurait pu être évité.

    La zone protégée est composée de trois sections, A et B – pour les mineurs masculins âgés de 14 à 17 ans – et une troisième pour les enfants en dessous de 13 ans et les filles jusqu’à 17 ans. Comme l’a découvert Investigate Europe, à l’exception de « A drop in the Ocean » qui assure les nuits, aucune autre ONG ne reste avec les enfants après 20 h 30. Les horaires nocturnes seraient en effet considérés comme « les moins sexy » pour les humanitaires, qui préfèrent la journée, nous confient deux sources internes. Seulement, le soir où Reza a été tué, tout le personnel de « A drop in the Ocean » était en congé. Sans aucun adulte à l’intérieur de la zone, les 600 enfants et les adolescents étaient livrés à eux-mêmes, prêts, couteau en main, à se protéger d’éventuels vols ou tentatives d’agression.

    Deux témoins présents au moment des faits nous ont affirmé qu’ils avaient appelé les agents de la police anti-émeutes qui se trouvaient de l’autre côté des barbelés quand la bagarre a commencé. Ces derniers leur auraient répondu qu’ils « ne pouvaient pas intervenir sans avoir reçu des ordres d’Athènes ».

    Les problèmes de sécurité dans la « zone sécurisée » ne se sont pas résolus le soir de la mort de l’adolescent afghan. Les incursions d’adultes au sein du lieu protégé sont récurrentes. L’ONG Euro Relief est chargée de garder la porte de la section B, c’est-à-dire de vérifier que seulement les mineurs vivant là puissent y accéder. En revanche, comme nous l’avons découvert, aucune organisation n’a été mandatée pour surveiller la porte de la zone A. Et comme plusieurs employés de l’ONG « Drop in the Ocean » nous l’ont confirmé, des majeurs ont pu y pénétrer, y compris certains qui avaient l’intention de voler ou semblaient inspirer un véritable sentiment de terreur aux enfants. Interrogée par Investigate Europe, la direction de Moria n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

    Si les failles dans la sécurité de la zone sécurisée de Moria sont criantes, les risques sont encore plus grands de l’autre côté des barbelés. En février, 600 autres mineurs isolés qui n’avaient pas été acceptés dans la zone protégée faute de place, vivaient au milieu des adultes dans la forêt de tentes et de bâches de Moria. 600 enfants abandonnés à eux-mêmes auxquels il faut ajouter 7 000 mineurs accompagnés de leurs parents.

    Gulsom, 3 ans, et Tabasom, 2 ans, font partie de ceux-là. Arrivées avec leurs parents à Moria à la fin 2019, les deux petites afghanes restent le plus souvent sous la tente qui leur sert de maison. Leur père, Ahmad Reshad Mahdiyar, la quarantaine, ne les quitte pas d’une semelle. Surtout la nuit. Les cernes noirs autour de ses yeux témoignent des longues veillées nocturnes qu’il a passées. Ce matin pluvieux de décembre, on a du mal à reconnaître dans cet homme exténué le jeune père souriant qui pose avec ses lunettes de soleil, façon star de clip de rap, sur son fond d’écran. On a du mal à le croire aussi quand il nous confie que sa femme et lui portent des couches, chaque nuit, pour éviter de se rendre aux toilettes.

    Des ados contraints de s’organiser en groupes d’#autodéfense

    Car se rendre aux sanitaires de Moria pendant la nuit peut s’avérer très périlleux : en octobre 2018, le Guardian rapportait plusieurs viols collectifs de demandeuses d’asile dans ces toilettes. Laisser ses enfants seuls dans la tente est tout aussi dangereux.

    Le même mois, le coordinateur de Médecins sans frontières (MSF) affirmait qu’ils avaient recueilli 24 victimes de viols, dont la moitié était des mineurs, filles et garçons. Deux d’entre elles étaient un peu plus âgées que Gulsom et Tabasom : elles avaient tout juste 5 ans. Dans l’une de ces affaires, le père au désespoir avait expliqué à l’ONG qu’il avait juste quitté la tente quelques instants pour aller chercher de la nourriture, et avait retrouvé son enfant violée quand il était revenu.

    En 2019, l’ONG « a soigné 17 adolescents pour des violences sexuelles », nous révèle le coordinateur des opérations médicales de MSF Grèce. Apostolos Veizis confirme avoir reçu aussi « 20 enfants pour des automutilations, et 4 pour des tentatives de suicide ». Au moins ceux-là ont-ils pu être sauvés…

    Le 24 septembre 2019, quelques semaines après le décès de Reza, un petit Afghan de 5 ans qui avait échappé au regard de ses parents et jouait dans un carton mourait écrasé par un chauffeur de camion qui ne l’avait pas vu. Trois semaines plus tard, une petite Congolaise de 9 mois mourait de fièvre et de déshydratation non loin de là. Depuis plusieurs mois, MSF demande en vain « l’évacuation d’urgence » des enfants de Moria, les plus vulnérables aux violences physiques et sexuelles, à la promiscuité, au manque d’hygiène.

    « Même les soi-disant espaces protégés pour eux ne sont pas sûrs. Il y a l’exploitation sexuelle, trop peu de nourriture, le crime. Les jeunes garçons se livrent à des rapports sexuels de survie ; ils sont ramassés à l’extérieur du camp et reçoivent de l’argent ou des cigarettes en échange de sexe. Avant, c’était 50 euros. Aujourd’hui, le tarif de la passe infantile est passé à 30 euros… », déclare Elina Sarantou, coordinatrice des programmes de l’ONG Hebrew Immigrant Aid Society (HIAS).

    En attendant, Mohammadi, 16 ans, Bashar Dost, 15 ans, Shams, 16 ans, Shams, 17 ans, Malikzada, 16 ans, et Bunyad, 15 ans, ont décidé de constituer eux-mêmes un groupe d’autodéfense. Les six garçons qui n’ont pas été acceptés dans la « zone sécurisée » faute de place partagent une tente et montent la garde à tour de rôle. Les adolescents, arrivés depuis un mois et demi, supportent la faim et le froid, mais craignent par-dessus tout « les combats » qui surviennent la nuit venue.

    Trois jours avant notre rencontre, des bandes rivales se sont affrontées au couteau juste devant leurs tentes. Quelques jours plus tôt, les deux adultes qui partagent la tente voisine se sont battus au couteau avec d’autres personnes qui les avaient attaquées. « Il y avait du sang partout et des hurlements, et nous, nous restions terrorisés dans notre tente », témoigne l’un des adolescents. À les entendre, une fois le soleil couché, Moria se transforme en Far West.

    Le mardi 28 janvier 2020, deux autres adolescents ont été poignardés à l’intérieur de Moria, l’un d’eux restant dans un état critique. Au moins deux jeunes hommes ont été poignardés à mort en janvier, tandis que depuis le début de la nouvelle année, au moins 12 cas de demandeurs d’asile de Moria ont été enregistrés à l’hôpital de Lesbos en raison de blessures au couteau.

    « Moria est un environnement dangereux où la vie n’a parfois aucune valeur, confirme Danae Papadopoulou, psychologue à MSF. Les mineurs non accompagnés préfèrent souvent dormir la journée, car ils ont peur la nuit et doivent être sur leurs gardes et rester éveillés. » Reza aussi. D’après nos informations, il avait même essuyé une première attaque au couteau la veille de son meurtre. Contrairement à ce que nous racontait en novembre 2019 Dimitris Vafeas, le sous-commandant du camp, qui nous assurait que Reza avait été tué « dans une bagarre entre deux adolescents pour une raison stupide comme le choix d’une chanson », une source proche du dossier nous indique que l’adolescent de 15 ans était bien visé. « Il s’agissait d’un meurtre homophobe », nous a-t-elle confié.

    D’après ses avocats, les deux cadets de la famille Ebrahimi, désormais privés de la protection de leur grand frère, ont été placés dans un refuge sur le continent. Le meurtrier de Reza vient d’être condamné à 5 ans de prison. Il était aussi afghan et avait le même âge que lui, 15 ans. Mais ses défenseurs n’ont pas l’intention d’en rester là : ils viennent de déposer plainte contre l’État grec pour obtenir des dommages et intérêts pour sa famille. L’humanitaire Elina Sarantou estime aussi que le jeune meurtrier n’est pas l’unique responsable. « Nous considérons également l’agresseur comme une victime, conclut-elle. Ce qui s’est passé était la conséquence désastreuse de l’incapacité de l’État. Les conditions étaient telles qu’un meurtre devait avoir lieu. »

    https://www.mediapart.fr/journal/international/290320/les-petits-morts-de-lesbos?onglet=full
    #mineurs #migrations #Grèce #asile #réfugiés #coronavirus #décès #mort

    ping @thomas_lacroix

  • Municipales et #Coronavirus : la colère monte dans le personnel politique
    https://www.les-crises.fr/municipales-et-coronavirus-la-colere-monte-dans-le-personnel-politique

    Source : Pauline Graulle et Manuel Jardinaud, pour Mediapart, le 28/03/2020. Le nombre d’élus locaux et de militants atteints par le Covid-19 explose. D’aucuns font le parallèle entre le maintien du premier tour, le 15 mars dernier, et l’affaire du sang contaminé. Difficile de s’y retrouver dans le vertige des nombres et des lieux. Toute cette semaine, les journaux locaux ont tenté de remonter, au compte-gouttes, les noms des élus, militants politiques ou assesseurs atteints par le coronavirus qui ont participé au premier tour des municipales. Des dizaines, pour l’instant. Des centaines, peut-être, bientôt. Plus la maladie gagne du terrain, plus ils sont nombreux, dans le monde politique, à redouter les effets sanitaires du vote du 15 mars. Un scrutin qui, malgré l’abstention record, a déplacé 20 (...)

    #Santé #Elections_municipales #Scandale_Sanitaire #Santé,_Coronavirus,_Elections_municipales,_Scandale_Sanitaire

    • Des mésaventures aberrantes qui prouvent, qu’en 2020, les protections périodiques ne sont toujours pas considérées comme « de première nécessité » dans l’esprit de tous.

      Ca prouve que les flics sont des merdes et que c’est pas possible de compter sur eux pour les violences faites aux femmes car se sont les premiers à les commettre.
      #étrons_assermentés

  • C’est la guerre, malheur à celui qui se pose des questions ! (Marianne.net)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/17067-c-est-la-guerre-malheur-a-celui-qui-se-pose-des-questions-marianne-

    Et bien nous on ne projette pas des « fantasmes », mais des faits historique, c’est ce qui fait notre force, hélas les français(es) ne sont pas très curieux.

    Pour le reste Natacha Polony à raisons, ce sont ceux qui ont détruit notre pays qui nous parlent d’union nationale et en profite pour réformer le droit du travail par ordonnance.

    Vous savez comme le dit votigeur des moutons enragés vous devriez revoir la stratégie du choc, car je suis intimement persuadé qu’on est encore dans ce genre de schéma.

    Et je pense très sincérement qu’ils risque d’utiliser ce coronavirus pour nous faire payer la faillite du système et éventuellement imposer un gouvernement mondial.

    Et si on est totalement alarmiste on vous rappeleras aussi l’Agenda 21....

    Le seul moyen de sortir de tout ce (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Vers la fin du #développement_durable comme outil de justification du projet ? Un éclairage par les concours de #projet_urbain

    Cet article analyse les logiques d’intégration du développement durable1, comme contenant et comme porteur de contenus dans le processus de conception urbaine au sein des agences privées d’#architecture, d’urbanisme et de paysage, en France. S’appuyant et prolongeant les résultats d’une enquête par immersion (entre 2010 et 2013) au sein d’une agence parisienne, nous analysons trois situations de concours de #projets_urbains, moments d’observation privilégiés (et singuliers) pour éclairer conjointement 1) la diversité des logiques d’appropriation du développement durable dans ces agences (tant dans les modalités de mise en récit que dans les contenus mobilisés et les collaborations envisagées) ; 2) la diversité des logiques d’action (convergentes ou divergentes) au sein de telles organisations. Finalement, nous faisons l’hypothèse de la fin d’une période de justification du projet urbain par le développement durable.

    http://www.riurba.review/Revue/vers-la-fin-du-developpement-durable-comme-outil-de-justification-du-proj
    #urbanisme

  • L’essor des listes participatives
    http://www.laviedesidees.fr/L-essor-des-listes-participatives.html

    La crise sanitaire semble amplifier une certaine méfiance à l’égard du pouvoir exécutif et réduire la représentation nationale dans l’espace public. Les listes citoyennes qui ont fleuri lors des élections municipales permettront-elles d’assurer la réinvention démocratique, sociale et écologique ?

    #Société #représentation_politique #citoyenneté #Etat
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200317_gourgues.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200317_gourgues.docx

  • #Chaos and hunger amid India #coronavirus lockdown

    India’s strict lockdown of 1.3 billion people disrupts lives with migrant workers facing hunger and forced to walk home.

    As countries globally began enforcing strict lockdowns to prevent the spread of the coronavirus, India, the world’s second most populous country, followed suit.

    Prime Minister Narendra Modi on Tuesday announced a 21-day lockdown to contain the virus spread that has now killed 17 Indians and infected more than 700 others.

    The South Asian nation reported its first coronavirus case on January 30 but in recent weeks the number of infections has climbed rapidly, worrying public health experts who say the government should have acted sooner.

    India’s main opposition Congress party has also criticised the government over a delayed response.
    Government defends lockdown

    But the ruling Bharatiya Janata Party (BJP) leader Sundhanshu Mittal said India was one of few countries to have acted swiftly and decisively to contain the outbreak.

    “You can’t have knee-jerk reactions to such catastrophes without evaluating and anticipating the scale of the problem and looking at the international domain knowledge and consensus. A lot of administrative decisions were made,” he said.

    India’s Health and Family Welfare Ministry claims the rate of increase in infections has stabilised. “While the numbers of COVID-19 cases are increasing, the rate at which they are increasing appears to be relatively stabilising. However, this is only the initial trend,” a spokesperson said.

    According to the latest report by the country’s top medical research body, the Indian Council of Medical Research (ICMR), 27,688 coronavirus tests had been carried out by 9am on Friday.

    “A total of 691 individuals have been confirmed positive among suspected cases and contacts of known positive cases,” read the ICMR update. On Thursday, India witnessed the highest daily increase in COVID-19 cases of 88 people.

    While the numbers do not paint a grim picture compared to other countries that are finding it difficult to contain the virus, concern is growing among healthcare experts who believe that the number of infections could be far higher than what is being reported.

    Academics from three American universities and the Delhi School of Economics in a report based on current trends and demographics have claimed that India could experience as many as 1.3 million coronavirus infections by mid-May.
    Scaling up testing facilities

    Experts also say India’s capacity to test is poor and more robust testing would reveal the true extent of the pandemic.

    “We have to test anyone who is showing any symptoms, we can’t be restricted to hospitalised cases or those with travel history,” said Dr T Sundaraman, the national convener of the People’s Health Movement.

    “We don’t know much because the rate of testing is still modest and very limited. If the testing expands we may find the real numbers which we don’t have,” he told Al Jazeera.

    Facing its biggest health emergency since the country gained independence from Britain in 1947, the Indian government announced a series of steps starting with a 14-hour public curfew on Sunday.

    The government has also scaled up testing facilities and engaged private contractors to help it conduct tests.

    From 72 testing centres initially, India now has 104, with a capacity to test 8,000 samples daily. Another two rapid testing laboratories that can conduct more than 1,400 tests per day are also expected to be operating soon.

    Leena Meghaney, a legal expert on public healthcare, claimed that a global shortage of chemicals used in the tests and the validation of testing kits being produced domestically were hindering India’s testing capacity.

    “This shortage was not specific to India but a global phenomenon. It happened in the USA and France, and India must have faced a similar shortage. The government had to scale it up and procure testing kits from companies which had to be first validated [which] also took some time,” Meghaney told Al Jazeera.
    Shortage of PPE and ventilators

    Not only is India’s testing capability low, as COVID-19 cases continue to rise, the country is also facing a shortage of equipment needed to support medical staff.

    Some say shortages of N-95 masks and other personal protective equipment (PPE) used by healthcare workers have been caused by a last-minute rush by the government, despite the World Health Organization (WHO) warning governments in February to scale up production.

    India has 0.7 hospital beds for every 100,000 people, far fewer than countries like South Korea (six per 100,000) that have been able to successfully contain the virus.

    Ventilators are also in short supply. India has nearly 100,000 ventilators but most are owned by private hospitals and are already being used by existing patients with critical illnesses.

    Some reports suggest that India needs another 70,000 ventilators, which it usually imports, but on Friday, the government announced that it had ordered only 10,000.

    “Ventilators are a costly and critical piece of equipment which are going to go under production by [the state-run] Defence Research and Development Organisation,” said Dr Preeti Kumar of the Public Health Foundation of India, a public-private organisation.

    “And then we have items like caps, masks, gowns and gloves. These are high-volume and low-cost consumables that will definitely be produced. It is not the state that is going to produce, it will only order. A lot will depend on how geared up our production companies are to come up to speed and start producing.”
    Migrants workers stranded

    Meanwhile, Sundaraman from the People’s Health Movement highlighted how the stress of lockdown appeared to be overtaking the stress of the disease. Sundaraman said his biggest concern was the thousands of migrants who found themselves stranded across India as Modi announced the lockdown with just four hours’ notice.

    “What is really worrying is the huge migration that has started across the country. You just can’t stop public transport like that. The lockdown should have been done in a phased way. People shouldn’t be stranded without income, without work. Even in an authoritarian state, they would know that this is something the state has to do,” said Sundaraman.

    Photographs of migrant workers walking hundreds of kilometres or crammed in trucks and empty railway crates show how the government ignored their plight.

    Police have also resorted to heavy-handedness against migrants, street vendors and meat sellers. One person died in the state of West Bengal after being beaten up by police for venturing out to buy milk during the lockdown.

    In a video shared on Twitter, police appeared to use batons on Muslim worshippers leaving a mosque during a ban on religious gatherings. Al Jazeera has not verified whether the video is authentic.

    Meanwhile, in an apparent violation of the lockdown rules, Chief Minister Yogi Adityanath of India’s most populous state, Uttar Pradesh, was seen organising a religious function in Ayodhya town.
    ’Totally unplanned’

    Reetika Khera, associate professor at the Indian Institute of Management, Ahmedabad and a right to food activist, claimed that the prime minister’s speeches created panic among migrants and then police mishandled the lockdown.

    “Now the police are the biggest problem. They are violating government rules. Essential services are to remain open and the biggest violator is the police. I am not sure about the government’s communication strategy, they are supposed to be sharp at that but clearly that is not the case if we can’t communicate clearly to the police,” she said.

    The lockdown has also led to the shutdown of routine healthcare services, with Megahney claiming that people with other illnesses have now been stranded without healthcare.

    “I know a number of people with HIV who have been stranded. Similarly, a lot of cancer patients are finding it hard to access basic healthcare services. This must be addressed urgently because one of the fallouts of COVID-19 could be that people with other diseases could end up paying the price,” said Meghaney.

    Mittal, the BJP leader said the lockdown was announced swiftly so the government could contain the spread of infection.

    “If there are migrants who are stranded, government is making provisions to make them reach their houses.”

    Meanwhile, the Indian government on Thursday announced a $23bn fiscal stimulus package to help the poor address financial hardships during the three-week lockdown. India’s finance minister claimed that no one would go hungry during this period.

    “One unequivocally good announcement is the doubling of entitlement for existing Public Distribution System card holders,” Khera told Al Jazeera.

    India has an existing welfare programme for the poor and the government appears to be using that to provide direct cash transfers and food grains.

    However, nearly 85 percent of India’s population works in the informal sector and migrants, in particular, do not have access to these resources.

    https://www.aljazeera.com/news/2020/03/chaos-hunger-india-coronavirus-lockdown-200327094522268.html
    #Inde #confinement #faim #alimentation #travailleurs_étrangers #migrations

    ping @thomas_lacroix @isskein

    • Et nouvelles de l’#île_Maurice, reçues d’une amie qui y a habité et qui a donc des informations de première main (30.03.2020) :

      Le premier ministre mauricien a calqué le lockdown mauricien sur l’Inde. Résultat : depuis 5 jours, tous les #supermarchés et #épiceries sont fermées. La brigade anti-emeute « gère » les gens qui sortent pour se procurer de la #nourriture. Les supermarchés vont de nouveau ouvrir dans deux jours, mais dans maintes quartiers, il n’y a pas de supermachés et les gens n’ont pas de voiture !

  • [Émissions spéciales] Vous faites quoi ? les #entretiens
    http://www.radiopanik.org/emissions/emissions-speciales/vous-faites-quoi-les-entretiens

    Dans le cadre de cette programmation transversale inopinée, une émission amie de radio Pandemik.

    Premier entretien dans cette récolte de récits, #témoignages, histoires de la vie quotidienne sous conditions, conditions particulières...

    le mode d’application de la condition particulière est différent selon le pays, reflétant l’esprit ou la culture politique du gouvernement en question.

    Donya est enseignante de français, latin et grec dans un collège du sud de la france, elle nous décrit ses difficultés à mettre en place les cours à distance par le net - comment agir au milieu des injonctions contradictoires.

    réalisation : Vincent (...)

    #confinement #témoignages,confinement,entretiens
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/emissions-speciales/vous-faites-quoi-les-entretiens_08560__1.mp3

    • Cette lettre, envoyée d’Italie, comme une bouteille à la mer...

      Lettre d’Italie,

      Il est 00h28 à Brescia.

      « Je vous écris d’Italie, je vous écris donc depuis votre futur. Nous sommes maintenant là où vous serez dans quelques jours. Les courbes de l’épidémie nous montrent embrassés en une danse parallèle dans laquelle nous nous trouvons quelques pas devant vous sur la ligne du temps, tout comme Wuhan l’était par rapport à nous il y a quelques semaines. Nous voyons que vous vous comportez comme nous nous sommes comportés. Vous avez les mêmes discussions que celles que nous avions il y a encore peu de temps, entre ceux qui encore disent « toutes ces histoires pour ce qui est juste un peu plus qu’une grippe », et ceux qui ont déjà compris.

      D’ici, depuis votre futur, nous savons par exemple que lorsqu’ils vous diront de rester confinés chez vous, d’aucuns citeront Foucault, puis Hobbes. Mais très tôt vous aurez bien autre chose à faire. Avant tout, vous mangerez. Et pas seulement parce que cuisiner est l’une des rares choses que vous pourrez faire. Sur les réseaux sociaux, naîtront des groupes qui feront des propositions sur la manière dont on peut passer le temps utilement et de façon instructive ; vous vous inscrirez à tous, et, après quelques jours, vous n’en pourrez plus. Vous sortirez de vos étagères La Peste de Camus, mais découvrirez que vous n’avez pas vraiment envie de le lire.

      Vous mangerez de nouveau.

      Vous dormirez mal.

      Vous vous interrogerez sur le futur de la démocratie.

      Vous aurez une vie sociale irrésistible, entre apéritifs sur des tchats, rendez-vous groupés sur Zoom, dîners sur Skype.

      Vous manqueront comme jamais vos enfants adultes, et vous recevrez comme un coup de poing dans l’estomac la pensée que, pour la première fois depuis qu’ils ont quitté la maison, vous n’avez aucune idée de quand vous les reverrez.

      De vieux différends, de vieilles antipathies vous apparaîtront sans importance. Vous téléphonerez pour savoir comment ils vont à des gens que vous aviez juré de ne plus revoir.

      Beaucoup de femmes seront frappées dans leur maison.

      Vous vous demanderez comment ça se passe pour ceux qui ne peuvent pas rester à la maison, parce qu’ils n’en ont pas, de maison.

      Vous vous sentirez vulnérables quand vous sortirez faire des courses dans des rues vides, surtout si vous êtes une femme. Vous vous demanderez si c’est comme ça que s’effondrent les sociétés, si vraiment ça se passe aussi vite, vous vous interdirez d’avoir de telles pensées.

      Vous rentrerez chez vous, et vous mangerez. Vous prendrez du poids.

      Vous chercherez sur Internet des vidéos de fitness.

      Vous rirez, vous rirez beaucoup. Il en sortira un humour noir, sarcastique, à se pendre.

      Même ceux qui prennent toujours tout au sérieux auront pleine conscience de l’absurdité de la vie.

      Vous donnerez rendez-vous dans les queues organisées hors des magasins, pour rencontrer en personne les amis - mais à distance de sécurité.

      Tout ce dont vous n’avez pas besoin vous apparaîtra clairement.

      Vous sera révélée avec une évidence absolue la vraie nature des êtres humains qui sont autour de vous : vous aurez autant de confirmations que de surprises.

      De grands intellectuels qui jusqu’à hier avaient pontifié sur tout n’auront plus de mots et disparaîtront des médias, certains se réfugieront dans quelques abstractions intelligentes, mais auxquelles fera défaut le moindre souffle d’empathie, si bien que vous arrêterez de les écouter. Des personnes que vous aviez sous-estimées se révéleront au contraire pragmatiques, rassurantes, solides, généreuses, clairvoyantes.

      Ceux qui invitent à considérer tout cela comme une occasion de renaissance planétaire vous aideront à élargir la perspective, mais vous embêteront terriblement, aussi : la planète respire à cause de la diminution des émissions de CO2, mais vous, à la fin du mois, comment vous allez payer vos factures de gaz et d’électricité ? Vous ne comprendrez pas si assister à la naissance du monde de demain est une chose grandiose, ou misérable.

      Vous ferez de la musique aux balcons. Lorsque vous avez vu les vidéos où nous chantions de l’opéra, vous avez pensé « ah ! les Italiens », mais nous, nous savons que vous aussi vous chanterez la Marseillaise. Et quand vous aussi des fenêtres lancerez à plein tube I Will Survive, nous, nous vous regarderons en acquiesçant, comme depuis Wuhan, où ils chantaient sur les balcons en février, ils nous ont regardés.

      Beaucoup s’endormiront en pensant que la première chose qu’ils feront dès qu’ils sortiront, sera de divorcer. Plein d’enfants seront conçus.

      Vos enfants suivront les cours en ligne, seront insupportables, vous donneront de la joie. Les aînés vous désobéiront, comme des adolescents ; vous devrez vous disputer pour éviter qu’ils n’aillent dehors, attrapent le virus et meurent. Vous essaierez de ne pas penser à ceux qui, dans les hôpitaux, meurent dans la solitude. Vous aurez envie de lancer des pétales de rose au personnel médical.

      On vous dira à quel point la société est unie dans un effort commun, et que vous êtes tous sur le même bateau. Ce sera vrai. Cette expérience changera à jamais votre perception d’individus. L’appartenance de classe fera quand même une très grande différence. Etre enfermé dans une maison avec terrasse et jardin ou dans un immeuble populaire surpeuplé : non, ce n’est pas la même chose. Et ce ne sera pas la même que de pouvoir travailler à la maison ou voir son travail se perdre. Ce bateau sur lequel vous serez ensemble pour vaincre l’épidémie ne semblera guère être la même chose pour tous, parce que ça ne l’est pas et ne l’a jamais été.
      À un certain moment, vous vous rendrez compte que c’est vraiment dur.

      Vous aurez peur. Vous en parlerez à ceux qui vous sont chers, ou alors vous garderez l’angoisse en vous, afin qu’ils ne la portent pas. Vous mangerez de nouveau.

      Voilà ce que nous vous disons d’Italie sur votre futur. Mais c’est une prophétie de petit, de très petit cabotage : quelques jours à peine. Si nous tournons le regard vers le futur lointain, celui qui vous est inconnu et nous est inconnu, alors nous ne pouvons vous dire qu’une seule chose : lorsque tout sera fini, le monde ne sera plus ce qu’il était. »

      #lettre #11_jours #futur #Italie #cuisiner #démocratie #vie_sociale #rire #humour_noir #confinement #monde_de_demain #balcons #unité_nationale #classe_sociale #inégalités #épidémie #travail #peur #prophétie

  • ESA - Le confinement lié au coronavirus entraîne une chute de la pollution à travers l’Europe

    https://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/Le_confinement_lie_au_coronavirus_entraine_une_chute_de_la_pollution_a_travers_

    De nouvelles données, basées sur les observations du satellite Sentinel-5P du programme Copernicus, montrent de fortes réductions dans les concentrations de dioxyde d’azote au-dessus de plusieurs grandes villes européennes, dont Paris, Madrid et Rome.
    [...]
    Le satellite Sentinel-5P du programme Copernicus a récemment cartographié la pollution de l’air au-dessus de l’Europe et de la Chine et a révélé une chute significative de la pollution au dioxyde d’azote, qui coïncide avec les mesures strictes de mise en quarantaine.
    [...]

    (via https://seenthis.net/messages/836330)

    #pollution_atmosphérique #confinement

  • La policière, l’attestation, et « les gens comme ça » - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2020/03/30/la-policiere-l-attestation-et-les-gens-comme-ca_1783580

    Par naïveté sans doute, et parce que je considérais la démarche légitime, je suis saisie par l’absence absolue de discussion possible, la condescendance méprisante envers les patients. Le verdict est évidemment sans appel, rien à faire, « Je fais mon travail ». Je suis tellement sidérée par cette phrase que j’ai un mouvement de recul, je demande par la même occasion à l’agent de bien vouloir respecter la distance de sécurité, et également de me parler correctement. J’aurais dû m’y attendre, elle me répond : « C’est à vous de me parler correctement. » Je me résigne, mais avant de partir, je lui demande son RIO, elle dit d’abord, « bien sûr vous pouvez l’avoir ! » puis se ravise « et puis non, vous me parlez tellement mal, je ne vous le donnerai pas ! »

    Elle ne m’a pas touchée, elle ne m’a pas insultée, mais il y a une telle violence dans son attitude, dans son refus, dans son autorité injuste, que je finis par m’adresser à l’un des deux agents qui l’accompagnent, et qui reste silencieux, « Comment pouvez-vous laisser faire cela ? » Il ignore ma question. Je repars avec mon patient.

  • Coronavirus : « Une classification systématique d’une population en fonction d’un critère de santé est dangereuse »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/26/coronavirus-une-classification-systematique-d-une-population-en-fonction-d-u

    Le comité CARE, mis en place par le président de la République, doit inclure des spécialistes des libertés fondamentales, observe l’avocate Zoé Vilain, dans une tribune au « Monde », pour éviter une surveillance généralisée des citoyens et de leur vie privée. Depuis le 17 mars 2020, toute personne sur le territoire français doit être en mesure de justifier le motif de sa sortie, et depuis le 24 mars, l’heure à laquelle elle a quitté son domicile. Le gouvernement envisagerait désormais un contrôle massif (...)

    #Google #algorithme #smartphone #géolocalisation #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #BigData #santé #surveillance #métadonnées (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##santé ##ICO-UK

    • Décret n° 2020-356 du 27 mars 2020 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « DataJust »
      https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=8B2997ECAD85AEB6E9AB37994EEDF6E1.tplgfr38s

      ce décret autorise le ministre de la justice à mettre en œuvre, pour une durée de deux ans, un traitement automatisé de données à caractère personnel, dénommé « DataJust », ayant pour finalité le développement d’un algorithme destiné à permettre l’évaluation rétrospective et prospective des politiques publiques en matière de responsabilité civile et administrative, l’élaboration d’un référentiel indicatif d’indemnisation des préjudices corporels, l’information des parties et l’aide à l’évaluation du montant de l’indemnisation à laquelle les victimes peuvent prétendre afin de favoriser un règlement amiable des litiges, ainsi que l’information ou la documentation des juges appelés à statuer sur des demandes d’indemnisation des préjudices corporels. Le décret définit les finalités du traitement, la nature et la durée de conservation des données enregistrées ainsi que les catégories de personnes y ayant accès. Il précise enfin les modalités d’exercice des droits des personnes concernées.

    • Suite et fin de la tribune de Zoé Vilain (Avocate associée du cabinet 1862 Avocats et présidente Europe et responsable de la protection des données personnelles de Jumbo Privacy, une application mobile qui permet aux utilisateurs de regagner le contrôle de leur données)

      Le gouvernement envisagerait désormais un contrôle massif des données de santé des Français notamment grâce aux pratiques de « #backtracking » permettant d’identifier non seulement les personnes atteintes du #Covid-19, mais également les personnes en contact avec celles-ci.

      Ce contrôle massif reviendrait à une véritable stratégie numérique d’identification des personnes en raison de leurs données de santé. Les #données_de_santé font l’objet d’une protection particulièrement renforcée depuis la création de textes juridiques portant sur la protection de la vie privée et des données personnelles en étant classée comme données dites « sensibles », depuis l’origine.

      Cette protection dans les textes, nécessaire notamment pour que tout individu atteint d’une pathologie, puisse vivre une vie normale, s’illustre par l’interdiction de tout traitement des données de santé relatives à personne identifiée ou identifiable, et leur commercialisation, selon l’article 9 du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

      La tentation d’exploiter les données de santé des citoyens
      Le RGPD prévoit cependant quelques exceptions à cette interdiction, qui pourrait servir de base à cette stratégie numérique d’identification des personnes. En effet, il prévoit que les traitements de données personnelles de santé peuvent être autorisés si le traitement est nécessaire pour des motifs d’intérêt public à condition que la règle de droit prévoyant ce traitement soit proportionnée à l’objectif poursuivi, respecte l’essence du droit à la protection des données et prévoit des mesures appropriées et spécifiques pour la sauvegarde des droits fondamentaux et des intérêts de la personne concernée (article 9.2).

      Cette obligation est notamment rappelée dans un communiqué du Comité européen de la protection des données du 19 mars 2020 portant « Déclaration sur le traitement des données personnelles dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 ». La tentation d’exploiter les données de santé des citoyens est grande en période de crise sanitaire comme la nôtre, surtout au vu des outils technologiques à disposition en 2020.
      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : « 

      La Chine aurait endigué une grande partie du virus en contrôlant de manière systématique les données mobiles de ses citoyens, notamment en obligeant les personnes à préciser leur température et leur état de santé, en utilisant les caméras de vidéosurveillance pour traquer avec qui les personnes auraient pu être en contact. Des applications auraient même pu être utilisées pour vérifier la proximité de ces personnes, avec des personnes infectées. Les citoyens chinois seraient maintenant classifiés selon trois couleurs indiquant leur risque de contamination : rouge, jaune et vert.

      Pas au détriment du respect des libertés fondamentales

      La Chine n’est pas la seule à avoir mis ce genre de contrôle en place. L’Italie, Israël, la Corée du Sud mettraient en place des contrôles massifs afin de surveiller l’expansion du virus dans leur territoire grâce à l’exploitation des images de #vidéosurveillance, des données de #géolocalisation et les #données_bancaires, pour contrôler les mouvements de leur population.

      Le Royaume-Uni serait en négociation avec Google, qui fait l’objet de plusieurs plaintes pour violation du RGPD devant l’Information Commissioner’s Office (ICO), l’équivalent britannique de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), pour avoir accès aux données de localisation des Anglais, afin de contrôler le respect du confinement.

      Emmanuel Macron a annoncé le 24 mars avoir créé un comité d’analyse, de recherche et d’expertise (CARE) composé exclusivement de scientifiques, afin de se prononcer sur l’utilisation des données de santé des personnes sur le territoire français pour faire face à la pandémie actuelle. A l’ère du numérique et du big data, l’utilisation de la technologie et des données semble inévitable et fondamentale pour lutter contre un virus comme le Covid-19 et faire en sorte que la crise soit la plus courte possible. Mais cela ne doit pas se faire au détriment du respect des libertés fondamentales. Quelles seront les décisions prises par le gouvernement et fondées sur cette classification de la population ?

      Des décisions générales ou personnalisées ?

      Cette classification aura-t-elle pour objet de donner lieu à des décisions générales de santé publique ? Ou, au contraire, visera-t-elle à prendre des décisions personnalisées en fin de crise, pour décider quelles sont les personnes qui auront le droit de sortie de confinement en fonction de leur exposition à des personnes contaminées ? Allons-nous privilégier les personnes exposées, et donc potentiellement immunisées, pour les embauches à des postes à plus haut risque (livreur, caissiers, etc.) au cas où le Covid-19 reviendrait ?

      Cette stratégie numérique d’identification fait naître beaucoup trop d’interrogations pour qu’elle ne fasse pas l’objet d’une réflexion approfondie du cadre légal sans lequel elle ne devrait pas exister. Nous ne savons pas combien de temps cette crise sanitaire va durer. Une classification systématique d’une population en fonction d’un critère de santé est dangereuse, et cela ne peut se faire sans l’appui et l’avis d’experts juridiques, dont le travail est de vérifier que les mesures prises sont proportionnées et prises dans le respect des libertés fondamentales des personnes concernées. N’attendons pas la fin de la crise où nos données de santé seront potentiellement exploitées, pour demander le respect de nos droits au respect de la vie privée.

      Oui, pour sauver l’#économie, la tentation est grande de trier la main d’oeuvre selon son statut sérologique afin que soient assurées des tâches indispensables mais aussi la performance de nos fleurons industriels et productifs (airbus, bagnole, logisitique, ...).
      Assignation à résidence et contrôle de la mobilité, en même temps.

      #Travail #contrôle

    • Face au Covid-19, le choix entre santé ou libertés est un faux dilemme, Le Monde, Editorial
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/30/face-au-covid-19-le-choix-entre-sante-ou-libertes-est-un-faux-dilemme_603488

      Lutter contre une pandémie qui détruit des vies humaines et menace la planète de déstabilisation est une priorité absolue. Mais les dispositifs d’exception ne sont acceptables que s’ils sont provisoires.

      Editorial du « Monde ». Confinement généralisé au domicile, rassemblements prohibés, couvre-feux, parcs surveillés par des drones. Jamais en temps de paix les démocraties n’ont enduré pareilles entorses aux principes qui les fondent : les libertés publiques. Qui aurait imaginé, voici quelques semaines encore, que l’Europe serait plongée dans un climat digne de George Orwell, qui plus est très largement accepté ?

      La liberté d’aller et venir, celle de se réunir ont été mises entre parenthèses, les prérogatives des Parlements rognées, les droits des salariés amputés. Des prévenus sont jugés et parfois privés de liberté sans avocat. L’exécutif s’est donné le droit de restreindre des libertés individuelles, prérogative réservée en temps normal aux juges en vertu du principe fondamental de la séparation des pouvoirs.

      Sous l’effet de la sidération et de la peur, des mesures aussi radicales que le confinement général, la fermeture des institutions non vitales et le placement en quarantaine sont largement acceptées et même approuvées. Personne ne peut contester la réalité d’un « état d’urgence sanitaire » et la nécessité de mesures exceptionnelles pour juguler la pandémie. Le débat de l’heure porte plutôt sur le fait de savoir si ces restrictions n’auraient pas dû être imposées plus tôt. Ce qui conduit à interroger les relations complexes entre information scientifique, conscience de l’opinion et décision politique.

      Lutter contre une pandémie qui détruit des vies humaines et menace la planète de déstabilisation est une priorité absolue. Il faut donc approuver sans réserve les mesures sanitaires, promouvoir leur mise en œuvre et accepter les sanctions infligées aux contrevenants. Ne serait-ce que par respect et par soutien aux personnels de santé exténués.

      L’« effet cliquet »

      Cela ne dispense pas de s’interroger sur le monde d’après et le risque d’une banalisation de dispositifs d’exception qui ne sont acceptables que s’ils sont provisoires. Or l’expérience du passé nourrit l’inquiétude. Une fois la contrainte mise en œuvre, il est rare que le législateur revienne à des textes plus libéraux. Adoptée au début de la guerre d’Algérie, la loi de 1955 sur l’état d’urgence a été actualisée et adaptée, jamais abrogée. Les dispositions prises en 2015 face au terrorisme ont été versées dans le droit commun.

      L’état d’urgence sanitaire est une première dans nos démocraties. Mais la menace d’une nouvelle pandémie restera gravée dans les esprits. La tentation sera donc grande pour les gouvernements de transformer le provisoire en définitif. Il faudra se garder d’un tel « effet cliquet », en particulier dans le domaine du #droit_du travail, de la #procédure_pénale et des #libertés_publiques.

      L’urgence sanitaire doit devenir le laboratoire des bonnes méthodes de prévention et de traitement des pandémies, pas celui de mesures liberticides. Le risque s’annonce particulièrement fort en matière de surveillance individuelle. L’utilisation à grande échelle par la Chine des smartphones pour obliger les individus à communiquer leur température, repérer les déplacements des malades et identifier leurs contacts, donne un avant-goût de l’inquiétante évolution que la pandémie peut accélérer.

      Or la banalisation du recueil des données de santé, si elle peut renforcer un régime autoritaire, peut aussi être mise au service de la santé publique, de la connaissance des risques et de la prévention individuelle et collective des maladies. Entre santé et libertés, nous ne sommes pas contraints de choisir. Menace vitale, le Covid-19 défie aussi la démocratie.

  • Se battre contre le coronavirus en plusieurs langues et vivre le confinement avec ses enfants
    AIEP, le 27 mars 2020
    https://www.transculturel.eu/Se-battre-contre-le-coronavirus-en-plusieurs-langues-et-vivre-le-confi

    Parce qu’il est nécessaire d’aider l’enfant à continuer sa vie d’enfant, ce kit au format PDF avec des liens actifs a été réalisé par les équipes du Professeure Marie Rose Moro pour les parents, et leurs enfants en cette période de confinement.

    #coronavirus #solidarité #France #migrants #enfants

    Voir compile des effets délétères indirects de la pandémie :
    https://seenthis.net/messages/832147