#eau_potable

  • Desalination plants are here, but they’re not solving the water crisis yet | Grist
    https://grist.org/article/are-desalination-plants-the-solution-to-water-scarcity-not-yet-experts-say

    Because of the cost of seawater processing and the impacts on the ocean, much of the recent desalination growth has involved the use of brackish water. The solids in brackish water are one-tenth the amount in ocean water, and that makes the process much cheaper.

    #eau #eau_potable #eau_saumâtre #désalinisation

    • https://www.lorientlejour.com/article/1174205/un-hydrogeologue-repond-au-cdr-pourquoi-stocker-de-leau-superficielle

      Dans le feuilleton à rebondissements de la construction du barrage de Bisri (la vallée entre Jezzine et le Chouf), un nouvel épisode vient de s’inscrire avec une réponse du Conseil du développement et de la reconstruction à des détracteurs du barrage après une éruption violente d’eau souterraine lors de la construction d’un puits destiné au village de Chehim dans l’Iqlim el-Kharroub. Le creusement d’un des puits s’était heurté à une couche de roches calcaires fissurées et fracturées, parcourues de zones caverneuses et de cours d’eau, ce qui a endommagé la structure en cours, selon les informations de l’hydrogéologue Samir Zaatiti à L’Orient-Le Jour. Les détracteurs du barrage, dont il fait partie, se demandent pourquoi stocker une si grande quantité d’eau venue d’ailleurs quand la région est si riche en eau souterraine accessible, d’autant plus que le sous-sol de la vallée pourrait ne pas supporter un poids si considérable.

      Le barrage de Bisri, rappelons-le, sera conçu pour stocker 125 millions de mètres cubes d’eau. Le projet devrait être exécuté par le CDR sur six millions de mètres carrés, pour un budget de plus de 1,2 milliard de dollars assurés par un prêt de la Banque mondiale. Il rencontre une vive opposition de la part des écologistes comme des habitants de la région : les détracteurs du barrage font valoir qu’il s’agit d’une vallée d’une grande beauté, dotée d’une biodiversité impressionnante et renfermant des vestiges historiques de première importance. De plus, ils invoquent tour à tour le fait que la vallée est traversée par l’une des failles géologiques les plus importantes du pays, mais aussi qu’elle possède un système d’eau souterraine qui aurait permis une exploitation différente, moins coûteuse pour l’environnement.

      La réponse du CDR à ces avis contraires, notamment après l’épisode du puits, s’est concentrée à démontrer que « le barrage de Bisri est la meilleure solution technique et économique pour assurer de l’eau au Grand Beyrouth » et que « s’il fallait assurer la même quantité d’eau par les puits, il faudrait en creuser 200, ce qui n’est pas justifiable étant donné le coût que cela impliquerait ». Le CDR assure qu’il n’est pas étonnant que l’eau ait jailli à l’endroit du puits en question, puisque toutes les études avaient montré la richesse de l’endroit en eaux souterraines. « Il ne sert à rien de dire que le niveau élevé de l’eau souterraine est un argument en faveur des détracteurs du barrage, puisque ce fait a toujours été connu », poursuit le communiqué.

      Pour ce qui est des roches fissurées et des grands vides de centaines de mètres sous terre, « il s’agit d’allégations sorties droit de l’imagination de certains », poursuit le texte. « Le travail sur ces puits se poursuivra puisque le niveau élevé constaté actuellement est dû à l’intensité des précipitations cette année et qu’il devrait baisser durant la période d’étiage ou lors de saisons plus sèches », souligne également le CDR. Il précise également que ce projet de creuser quatre puits ainsi que de construire une station de pompage fait partie du projet du barrage et qu’il servira à assurer une quantité supplémentaire d’eau en cas de besoin, le barrage devant également alimenter le caza de Jezzine et l’Iqlim el-Kharroub

    • A lire absolument
      Aujourd’hui, les 500 habitants de la réserve Cree, dont plusieurs vivent dans de petites maisons préfabriquées, sont victimes d’une nouvelle vague d’exploitation coloniale, centrée sur l’extraction du pétrole des vastes sables bitumineux de l’Alberta. Cette atrocité présage la destruction de l’écosystème dont ils dépendent pour vivre. Si les Cree n’arrêtent pas les exploiteurs cette fois-ci, ils mourront, tout comme les exploiteurs.
      . . . . . .
      Il est difficile, à moins de venir ici, de saisir l’ampleur de l’exploitation des #sables_bitumineux. Aux alentours du lac Beaver se trouvent plus de 35 000 puits de pétrole et de gaz naturel et des milliers de kilomètres de pipelines, de routes d’accès et de lignes sismiques. (La région comprend également le polygone de tir aérien de Cold Lake, qui s’est approprié d’énormes étendues de territoire traditionnel des habitants autochtones pour tester des armes.) Des usines de transformation géantes, ainsi que des machines d’extraction gargantuesques, y compris des excavateurs à roue de plus de 800 mètres de long et des draglines de plusieurs étages, qui ravagent des centaines de milliers d’hectares. Ces centres de la mort tel le Styx crachent des vapeurs sulfureuses, sans arrêt, et envoient des flambées ardentes dans le ciel obscur. L’air a un goût métallique. À l’extérieur des centres de traitement, il y a de vastes lacs toxiques connus sous le nom de bassins de résidus, remplis de milliards de litres d’eau et de produits chimiques liés à l’extraction du pétrole, dont le #mercure et d’autres métaux lourds, les #hydrocarbures cancérigènes, l’#arsenic et la #strychnine. Les boues des bassins de résidus s’infiltrent dans la rivière Athabasca, qui se jette dans le Mackenzie, le plus grand réseau hydrographique du Canada. Rien ici, à la fin, ne portera la vie. Les #oiseaux_migrateurs qui se posent dans les bassins de résidus meurent en grand nombre. Tant d’oiseaux ont été tués que le gouvernement canadien a ordonné aux compagnies d’extraction d’utiliser des canons à bruit sur certains sites pour faire fuir les nuées qui arrivent. Autour de ces lacs infernaux, il y a un boum-boum-boum constant des engins explosifs.

      Dans une grande partie du nord de l’#Alberta, l’eau n’est plus propre à la consommation humaine. L’#eau_potable doit être acheminée par camion à la réserve de Beaver Lake.

      Des torrents d’autobus transportent les travailleurs, presque tous des hommes, de jour comme de nuit, de haut en bas des routes.
      . . . . . . .
      Les Cree, les Dénés et les autres tribus qui vivent au milieu du carnage environnemental et dont les terres ancestrales ont été expropriées par le gouvernement pour extraire le pétrole des #sables_bitumineux souffrent de taux astronomiques de #maladies_respiratoires et autres maladies. Le taux de #cancer est 30 % plus élevé que dans le reste de l’Alberta, selon l’Alberta Cancer Board, qui a été dissous peu après la diffusion de cette information en 2008.

      Quand il était enfant, Eric Lameman a été enlevé à ses parents par le gouvernement, une pratique courante il y a quelques décennies, et envoyé dans un #pensionnat_indien où les passages à tabac étaient monnaie courante,
      . . . . . . . .

      Les camps d’hommes de dizaines de milliers de travailleurs des sables bitumineux alimentent l’industrie de la #prostitution. Les filles et les femmes #autochtones, qui vivent dans la misère et la pauvreté, sont attirées par l’argent apparemment facile et rapide. Leur dégradation sexuelle entraîne rapidement des addictions pour atténuer la douleur. C’est là aussi un héritage du colonialisme. Le Canada a d’abord été un avant-poste militaire et commercial de la Grande-Bretagne. La Compagnie de la Baie d’Hudson ne permettait pas aux femmes européennes d’immigrer au Canada. Des bordels, peuplés de filles et de #femmes_autochtones prostituées, ont été établis à côté des forts militaires et des comptoirs commerciaux. En 2015, la Gendarmerie royale du Canada a publié un rapport selon lequel les femmes autochtones, ou des Premières nations, qui représentent 4,3 % de la population féminine du Canada, sont quatre fois plus susceptibles de disparaître ou d’être assassinées que les autres femmes canadiennes. Elles représentent 16 % des femmes victimes de meurtre et font l’objet de 11 % des cas de femmes disparues.

      « J’ai fait partie d’un groupe d’experts à Vancouver », dit Crystal Lameman. « J’ai utilisé le mot “#prostitution”. Une personne s’est levée et m’a dit d’utiliser le terme “travail du sexe” en disant que c’était un choix. Les filles et les femmes autochtones pauvres et vulnérables ne choisissent pas de se prostituer. Elles sont forcées d’entrer dans ce monde. Les filles sont conditionnées pour cela par la désintégration familiale et les #abus_sexuels. … L’abus sexuel, une expérience courante chez les filles dans les pensionnats et dans le système de placement en famille d’accueil, est un autre héritage du #colonialisme. »

      L’injection de travailleurs à revenu disponible a également entraîné une explosion du #trafic_de_drogues dans le nord de l’Alberta, comme le crack et la méthamphétamine en cristaux, et ces drogues ont entraîné une vague de suicides parmi la population autochtone. Le #suicide et les automutilations non suicidaires sont les principales causes de décès chez les membres des #nations_premières de moins de 44 ans au Canada.
      . . . .
      #peuples_autochtones #nations_premières #peuples_premiers #canada

  • Pauvreté: la misère des indicateurs

    Alors que l’#ONU s’était félicitée de la diminution de l’#extrême_pauvreté de moitié, la pauvreté, elle, aurait au contraire augmenté depuis 1990. Tout dépend des critères retenus.

    Eradiquer l’extrême pauvreté et réduire de moitié la pauvreté dans le monde. Tels sont les deux premiers buts que se sont fixés les Nations Unies d’ici à 2030 dans le cadre des Objectifs du développement durable (#Agenda_2030). Est-ce réaliste ? Tout dépend de la façon dont seront calculés les résultats !

    En 2015, l’ONU avait annoncé avoir atteint sa cible fixée en l’an 2000 : l’extrême pauvreté avait été réduite de moitié. Pourtant, son mode de calcul est largement contesté aujourd’hui. Non seulement, il n’est pas aisé de mesurer la pauvreté, mais la méthode choisie peut répondre avant tout à des considérations idéologiques et politiques.

    Selon le multimilliardaire #Bill_Gates, s’appuyant sur les chiffres de l’ONU, le monde n’a jamais été meilleur qu’aujourd’hui. Selon d’autres voix critiques, la pauvreté a en réalité progressé depuis les années 1980. Où est la vérité ?

    Le Courrier a voulu en savoir davantage en interrogeant #Sabin_Bieri, chercheuse au Centre pour le développement et l’environnement de l’université de Berne. La spécialiste était invitée récemment à Genève dans le cadre d’une table ronde consacrée à la lutte contre la pauvreté, organisée par la Fédération genevoise de coopération.

    L’ONU s’était félicitée de la réduction de l’extrême pauvreté de moitié (Objectifs du millénaire). Est- ce que cela correspond à la réalité des faits ?

    Sabin Bieri : Si l’on prend le critère qu’elle a choisi pour l’évaluer (élaboré par la #Banque_mondiale), à savoir un revenu de 1,25 dollar par jour pour vivre (1,9 à partir de 2005), c’est effectivement le cas, en pourcentage de la population mondiale. Mais pour arriver à ce résultat, la Banque mondiale a dû modifier quelques critères, comme considérer la situation à partir de 1990 et pas de 2000.

    Ce critère de 1,9 dollar par jour pour évaluer l’extrême pauvreté est-il pertinent justement ?

    Ce chiffre est trop bas. Il a été choisi en fonction de quinze pays parmi les plus pauvres du monde, tout en étant pondéré dans une certaine mesure par le pouvoir d’achat dans chaque pays. Ce seuil n’est vraiment pas adapté à tous les pays.

    Et si une personne passe à trois dollars par jour, cela ne signifie pas que sa qualité de vie se soit vraiment améliorée. De surcroît, la majeure partie de cette réduction de l’extrême pauvreté a été réalisée en #Chine, surtout dans les années 1990. Si on enlève la Chine de l’équation, la réduction de l’extrême pauvreté a été beaucoup plus modeste, et très inégale selon les continents et les pays. On ne peut donc plus s’en prévaloir comme un succès de la politique internationale ! L’extrême pauvreté a beaucoup augmenté en #Afrique_sub-saharienne en particulier.

    Tout cela est-il vraiment utile alors ?

    Il est pertinent de parvenir à une comparaison globale de la pauvreté. Je vois surtout comme un progrès le discours public qui a émergé dans le cadre de ces Objectifs du millénaire. La réduction de l’extrême pauvreté est devenue une préoccupation centrale. La communauté internationale ne l’accepte plus. Un débat s’en est suivi. Accepte-t-on de calculer l’extrême pauvreté de cette manière ? Comment faire autrement ? C’est là que j’y vois un succès.

    Dans ses travaux, le chercheur britannique #Jason_Hickel considère que la Banque mondiale et l’ONU ont choisi ces chiffres à des fins idéologiques et politiques pour justifier les politiques néolibérales imposées aux pays du Sud depuis la fin des années 1980. Qu’en pensez-vous ?

    Ce n’est pas loin de la réalité. Ce sont des #choix_politiques qui ont présidé à la construction de cet #indice, et son évolution dans le temps. La Banque mondiale et le #Fonds_monétaire_international ont mené des politiques d’#austérité très dures qui ont été vertement critiquées. Si on avait montré que la pauvreté avait augmenté dans le même temps, cela aurait questionné l’efficacité de ces mesures. Au-delà, ces #chiffres sur l’extrême pauvreté sont utilisés par nombre de personnalités, comme le professeur de l’université d’Harvard #Steven_Pinker pour justifier l’#ordre_mondial actuel.

    Certains experts en #développement considèrent qu’il faudrait retenir le seuil de 7,4 dollars par jour pour mesurer la pauvreté. A cette aune, si l’on retire les performances de la Chine, non seulement la pauvreté aurait augmenté en chiffres absolus depuis 1981, mais elle serait restée stable en proportion de la population mondiale, à environ 60%, est-ce exact ?

    Oui, c’est juste. Nombre de pays ont fait en sorte que leurs citoyens puissent vivre avec un peu plus de 2 dollars par jour, mais cela ne signifie pas qu’ils aient vraiment augmenté leur #standard_de_vie. Et le plus grand souci est que les #inégalités ont augmenté depuis les années 1990.

    Une mesure plus correcte de la pauvreté existe : l’#Indice_de_la_pauvreté_multidimensionnelle (#IPM). Qui l’a développé et comment est-il utilisé aujourd’hui dans le monde ?

    Cet indice a été créé à l’université d’Oxford. Adapté par l’ONU en 2012, il est composé de trois dimensions, #santé, #éducation et #standard_de_vie, chacune représentée par plusieurs indicateurs : le niveau de #nutrition, la #mortalité_infantile, années d’#école et présence à l’école, et le #niveau_de_vie (qui prend en compte l’état du #logement, l’existence de #sanitaires, l’accès à l’#électricité, à l’#eau_potable, etc.). L’indice reste suffisamment simple pour permettre une #comparaison au niveau mondial et évaluer l’évolution dans le temps. Cela nous donne une meilleure idée de la réalité, notamment pour les pays les moins avancés. Cela permet en théorie de mieux orienter les politiques.

    https://lecourrier.ch/2019/06/13/pauvrete-la-misere-des-indicateurs
    #indicateurs #pauvreté #statistiques #chiffres #ressources_pédagogiques #dynamiques_des_suds

    ping @reka @simplicissimus

    • J’explique régulièrement que l’argument monétaire est globalement de la grosse merde pour évaluer la pauvreté. Ce qu’on évalue, en réalité, c’est la marchandisation de populations qui étaient jusqu’à présent épargnées et donc une réelle augmentation de la pauvreté inhérente au fonctionnement du capitalisme.

      Un exemple simple pour comprendre : une famille de petits paysans qui vivent plus ou moins en autosuffisance.

      Ils ont un toit sur la tête (mais pas forcément l’eau courante et l’électricité) et ils cultivent et élèvent une grande part de leur alimentation. Les excédents ou produits d’artisanat permettent éventuellement d’acquérir des merdes modernes sur le marché monétarisé, mais majoritairement, ils échangent avec des gens comme eux.
      Ils sont classés extrêmement pauvres par la BM, parce qu’ils n’ont pas 2$/jour.

      Maintenant, ils sont dépossédés de leur lopin de terre, expulsés par le proprio ou à la recherche d’une vie plus moderne en ville.
      En ville, ils n’ont plus de toit sur la tête et tous leurs besoins fondamentaux sont soumis à la nécessité d’avoir de l’argent. S’ils se prostituent ou louent leur bras pour les jobs pourris et dangereux que personne ne veut, ils pourront éventuellement gagner assez pour manger un jour de plus (pas pour se loger ou subvenir à leurs besoins vitaux), ils n’auront jamais été aussi démunis et proches de la mort, mais du point de vue de la BM, ils sont sortis de la grande pauvreté parce qu’ils se vendent pour plus de 2$/jour.

      L’IPM est mieux adapté, mais je doute qu’on l’utilise beaucoup pour se vanter du soit-disant recul de la pauvreté dans le monde !

    • En France aussi, être pauvre n’est pas qu’une question monétaire. Être pauvre (= avoir peu de pognon) n’empêche pas a priori l’accès à : école, université, soins de santé, transports, etc. Mais ça commence à être violent quand à la pauvreté monétaire s’ajoute l’impossibilité de faire valoir des droits de base.

    • En fait, si, en France, être pauvre prive de l’accès à beaucoup de choses.
      Prenons le RSA 559,74€ pour une personne seule, moins le forfait logement de 67,17 (en gros 12% du montant), soit, royalement 492,57€ → 16,42€/jour pour les mois à 30 jours.

      Ceci n’est pas de l’argent de poche. En admettant que l’on touche l’APL au taquet, ce qui n’est jamais évident, on peut ajouter 295,05€ max d’APL à Paris et 241,00 pour un bled quelconque de province. Comparez avec le montant des loyers pratiqués, le prix des factures (eau, énergie, au même prix pour tout le monde) et demandez-vous comment fait la personne pour seulement se nourrir correctement.

    • Être pauvre prive de l’accès à du pognon. Dans l’idéal, ça ne prive pas d’accès aux soins, à l’éducation (supérieure). Ajoute le logement (être pauvre prive d’accès aux logement dits sociaux pour la petite bourgeoisie, 80 % des logements pour 20 % des demandes, même s’ils sont moins chers que les logements du privé qu’habitent effectivement les pauvres) et toutes les choses dont tu considères, @monolecte, qu’elles font une vie digne : transports métropolitains ou à la métropole, culture, activité physique, etc. Avec le même revenu, tu peux être pauvre dans un pays qui socialise l’accès à plein de choses et misérable dans les pays où c’est le marché qui prévaut.

      En tournée chez les paysan·nes, je suis hébergée par un précurseur de la bio qui s’intéresse depuis longtemps à la question de l’accès à l’alimentation de qualité et parle de service public alimentaire...

      https://seenthis.net/messages/788028

    • Être pauvre monétairement est surtout du au fait que seules les banques sont autorisées a créer la monnaie (€)
      Mais rien nous empêche de créer notre propre monnaie (sans banque ni état), une monnaie créée à égalité par les citoyens pour les citoyens. Un vrai Revenu Universel n’est pas compliqué a mettre en place, ce sont seulement des chiffres dans des ordinateurs (comme pour l’€).
      Une nouvelle monnaie pour un nouveau monde ;)
      https://www.youtube.com/watch?v=SjoYIz_3JLI

  • À #Vittel, #Nestlé contrôle l’eau, la politique et les esprits
    https://reporterre.net/A-Vittel-Nestle-controle-l-eau-la-politique-et-les-esprits

    Nestlé pompe abondamment l’eau de Vittel, dans les Vosges, malgré un déficit inquiétant de la #nappe_phréatique. À tel point que la commune va devoir importer de l’#eau_potable de villages voisins. Depuis près de trente ans, la multinationale a noyauté le territoire, régentant le développement économique et agricole. Elle est l’objet d’une enquête pour #corruption.

    #agriculture #contrôle_des_terres #stratégie_foncière #Agrivair #Nestlé_Waters « #associations-écrans » #lutte_d'influences #économie #chantage_à_l'emploi #microcosme

  • L’éco-station qui pourrit l’eau potable

    Qu’elle est verte ma station de ski ! À en croire la communication et la presse locale, la « smart-station » Chamrousse serait à la pointe de l’écologie. En réalité, elle élabore des solutions artificielles et polluantes pour stimuler des activités sans lendemain. Son plus haut fait d’armes : avoir pourri l’eau potable de toutes les communes en-dessous. Le pire c’est que c’est pas fini.

    La suite sur https://www.lepostillon.org/L-eco-station-qui-pourrit-l-eau-potable.html

    #smart-mensonge #eau-potable-pourrie #stationsdeski #Chamrousse

  • De l’eau potable quoi qu’il arrive, ou presque.
    https://tagrawlaineqqiqi.wordpress.com/2019/04/30/de-leau-potable-quoi-quil-arrive-ou-presque

    Ça n’est pas nouveau : je n’ai aucune confiance dans la capacité, à moyen et long termes, des pouvoirs publics et entreprises privées à nous fournir de l’eau potable. Les sécheresses répétées concentrent les pollutions, une cuve à lisier qui lâche – ce qui arrive beaucoup trop souvent – et c’est un cours d’eau de […]

    https://0.gravatar.com/avatar/fae7880a13ff373ef7ab14b76ec88027?s=96&d=identicon&r=G

  • Swiss scientists get water gushing in Uganda

    In a refugee camp, one of the first challenges is usually water. But a Swiss project has helped one camp to find more.

    The Geneva-based United Nations refugee agency has an obligation to provide enough water, and it often has to spend a lot of money trucking it in from elsewhere. But at #Bidi_Bidi camp in northern Uganda, a Swiss method has helped quadruple the water supply by finding more productive wells. So how does it work, and can it be applied elsewhere?


    https://www.swissinfo.ch/eng/podcast_swiss-scientists-get-water-gushing-in-uganda/44853646
    #eau #camps_de_réfugiés #asile #migrations #réfugiés #Ouganda #eau_potable

  • As Afghanistan’s capital grows, its residents scramble for clean water

    Twice a week, Farid Rahimi gets up at dawn, wraps a blanket around his shoulders to keep warm, gathers his empty jerrycans, and waits beside the tap outside his house in a hillside neighbourhood above Kabul.

    Afghanistan’s capital is running dry – its groundwater levels depleted by an expanding population and the long-term impacts of climate change. But its teeming informal settlements continue to grow as decades-long conflict and – more recently – drought drive people like Rahimi into the cities, straining already scarce water supplies.

    With large numbers migrating to Kabul, the city’s resources are overstretched and aid agencies and the government are facing a new problem: how to adjust to a shifting population still dependent on some form of humanitarian assistance.


    https://www.irinnews.org/feature/2019/02/19/afghanistan-capital-residents-scramble-clean-water-climate-change
    #eau #eau_potable #Afghanistan #Kaboul #sécheresse #climat #changement_climatique #IDPs #déplacés_internes #migrations #réfugiés #urban_matter #urban_refugees #réfugiés_urbains

  • In India, clean water is out of reach for many
    https://www.nationalgeographic.com/magazine/2019/03/paul-salopek-out-of-eden-walk-india-water

    Northern India embraces a sprawling network of waters, from the muddy tributaries of the Indus in the west to the banks of the sacred Ganges coiling along its central plains and the miles-wide currents of the Brahmaputra in the east. Creeks, canals, wetlands, dams, and swollen torrents help irrigate the most populous democracy on Earth. Yet this river-etched heartland is the scene of one of the most dire water crises today.

    Last year, a government study revealed that nearly half India’s population—some 600 million people—ekes by on scarce or polluted supplies of water. As many as 200,000 Indians die annually from the effects of water contamination. And it’s been projected that more than 20 major cities—Delhi, Bangalore, and Hyderabad among them—will zero out their groundwater stores in less than two years.

    #Inde #eau

  • #Grand_débat national : l’#UFC_Que_Choisir émet #12_propositions pour augmenter le pouvoir d’achat de neuf milliards d’euros
    https://mobile.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/grand-debat-national-l-ufc-que-choisir-emet-12-propositions-pour

    Annuler les augmentations du 1er février
    L’UFC-Que Choisir demande l’annulation de la hausse du seuil de revente à perte inscrite dans la Loi #Agriculture-Alimentation. Cette dernière est entrée en vigueur le 1er février, car « la mesure aura un effet inflationniste certain et immédiat ». Les « analyses, notamment gouvernementales, convergent vers un surcoût sur deux ans de 1,6-1,7 milliard d’euros, soit au moins 800 millions d’euros par an », précise l’association.

    3Supprimer les commissions d’intervention
    L’association pense que les ménages pourraient économiser 2,8 milliards d’euros lors de la facturation des frais d’#incidents_bancaires par les banques lorsque les consommateurs dépassent leur découvert. Cette somme « est censée rémunérer la banque pour l’analyse de la solvabilité de son client ». Or, « ce service qui n’existe qu’en apparence » est « automatique » et « systématique ».

    4Faciliter le changement de banque
    L’UFC-Que Choisir souhaite que les consommateurs puissent garder le même numéro de compte bancaire lorsqu’ils changent de banque afin de pouvoir plus facilement « faire jouer la concurrence » et baisser leurs frais bancaires, ce qui représenterait une économie d’1,2 milliards d’euros par an.

    5Faciliter le changement des assurances santé
    « L’UFC-Que Choisir milite pour un ’choc de concurrence’ sur l’assurance santé, qui passe par la résiliation possible à tout moment, une présentation harmonisée et plus lisible des garanties proposées, et une information sur le taux de redistribution de chaque organisme, c’est-à-dire la part des cotisations qui est retournée vers la communauté des assurés. Cette mise sous tension des organismes assureurs les contraindrait à enfin réduire leurs frais de gestion », soit une économie d’1,2 milliards d’euros par an.

    6Encadrer les loyers dans les zones tendues
    Autre mesure non quantifiable, l’UFC-Que Choisir demande l’application de l’encadrement des loyers dans les zones les plus tendues pour « favoriser l’accès de tous au logement » et regrette que « le caractère facultatif de l’encadrement perdure » dans la loi Elan 2018.

    Libéraliser la vente de #pièces_de_carrosserie
    En supprimant le monopole des constructeurs automobiles « sur les pièces de carrosserie, les consommateurs pourraient économiser jusqu’à 415 millions d’euros par an », estime l’association. L’UFC-Que Choisir regrette qu’en France « les constructeurs sont les seuls à décider qui a le droit de fabriquer et qui a le droit de vendre les pièces détachées de carrosserie », ce qui provoque une hausse de leurs prix.

    –-> & autres pièces ?

    9Allonger la durée de #garantie légale
    L’association propose d’allonger la durée de garantie légale de certains produits, aujourd’hui établie à deux ans, afin d’encourager les fabricants « à faire des produits vraiment durables, afin de ne pas être contraints de remplacer leurs appareils trop souvent ». Toutefois, l’UFC-Que Choisir reconnaît que le bénéfice de cette mesure n’est pas quantifiable.

    10Appliquer le principe « pollueur-payeur » pour l’#eau_potable
    « L’UFC-Que Choisir demande que les coûts spécifiques du traitement des pollutions d’origine agricole soit progressivement reportés sur les filières agricoles » et non sur la facture des consommateurs, ce qui représenterait une économie de 1,04 milliards d’euros par an pour les ménages.

    11Réformer les aides à la #rénovation_énergétique
    L’association estime que le « système actuel d’aides publiques est mal conçu », car « les subventions varient essentiellement en fonction des équipements et matériaux utilisés et non de l’efficacité des travaux entrepris ». « Avec une aide publique mieux conçue » et la même enveloppe, l’UFC-Que Choisir pense inciter davantage les Français à réaliser des travaux de rénovation énergétique efficaces et ainsi leur permettre de faire 450 millions d’euros d’économies de consommation par an.

    12Répercuter les baisses des cours des #matières_agricoles sur les prix alimentaires
    L’association propose de créer un prix de vente maximal de tous les produits alimentaires, cela existe déjà pour les fruits et légumes, afin que les prix de vente n’augmentent pas quand les coûts agricoles de leurs ingrédients baissent. Cela représenterait un gain de « 340 millions d’euros par an, rien que sur le lait de consommation, les viandes fraîches bovines et le filet de poulet ».❞

    via Muarent Muchielli (https://twitter.com/LMucchielli)

  • Dans les Alpes, la #neige_artificielle menace l’#eau_potable, par Marc Laimé (Les blogs du Diplo, 21 janvier 2019)
    https://blog.mondediplo.net/dans-les-alpes-la-neige-artificielle-menace-l-eau

    Développée aux États-Unis dans les années 1950, la fabrication de neige artificielle s’est répandue en Europe depuis une trentaine d’années. En France, la neige de culture, utilisée sur 120 hectares au milieu des années 1980, s’étendait vingt ans plus tard sur plus de 4 500 hectares, soit 18 % de l’ensemble du domaine skiable. Depuis, l’industrie de l’or blanc n’a cessé de mettre de nouvelles installations en service, menaçant l’ensemble du cycle hydrologique naturel, et désormais jusqu’à la production d’eau potable.

  • Dans les Alpes, la #neige_artificielle menace l’eau potable

    Développée aux États-Unis dans les années 1950, la fabrication de neige artificielle s’est répandue en Europe depuis une trentaine d’années. En France, la neige de culture, utilisée sur 120 hectares au milieu des années 1980, s’étendait vingt ans plus tard sur plus de 4 500 hectares, soit 18 % de l’ensemble du domaine skiable. Depuis, l’industrie de l’#or_blanc n’a cessé de mettre de nouvelles installations en service, menaçant l’ensemble du cycle hydrologique naturel, et désormais jusqu’à la production d’eau potable.


    https://blog.mondediplo.net/dans-les-alpes-la-neige-artificielle-menace-l-eau

    #eau_potable #ski #Alpes #eau #neige #changement_climatique #climat #boire #skier

  • Négocier les règles d’accès au #marché d’#eau urbain à #Douala

    A Douala au #Cameroun, les réformes de #libéralisation du service d’eau au cours de la décennie 1990 se sont traduites par le développement d’un entrepreneuriat privé, le plus souvent informel, spécialisé dans la distribution d’eau. Notre propos est de rendre compte des modalités de redéploiement de l’action de l’Etat à la suite des réformes de ce secteur. L’article montre que l’arrangement dans les hautes sphères de l’Etat conduit à la formation de coalitions d’acteurs publics (hauts fonctionnaires répondant directement au pouvoir) et privés, qui construisent le marché de l’eau en ville.

    https://journals.openedition.org/espacepolitique/5037
    #privatisation #accès_à_l'eau #eau_potable

  • Détroit Les profs montent au front Marco Fortier - 3 Novembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/540534/les-profs-montent-au-front

    On se trouve au sud-est du Michigan, un État du nord des États-Unis. Mais parfois, on se croirait au Québec.

    Les élèves des 106 écoles publiques de Detroit ont eu toute une surprise à la rentrée scolaire : il n’y avait plus d’eau potable. Dans aucune école. La commission scolaire a découvert que l’eau des trois quarts des écoles publiques est contaminée au plomb à cause de la plomberie datant du siècle dernier. Les autorités n’ont pas couru de risques. Elles ont fermé les robinets de toutes les écoles.

    Autre signal alarmant pour les écoles publiques, les bâtiments ont été tellement négligés qu’ils ont besoin de travaux de 500 millions de dollars. Toits qui coulent, trous dans les murs, moisissures, portes et fenêtres qui ne ferment pas, la liste des rénovations est interminable.

    Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, on se croirait au Québec. Mais encore ? Les enseignants des écoles publiques du Michigan ont le moral à terre. Ils désertent la profession, épuisés par les classes remplies d’élèves ayant des difficultés. Le métier est dévalorisé. Il y a une pénurie de profs. Comme chez nous.


    Photo : Carlos Osorio Associated Press Le délabrement des écoles publiques au Michigan préoccupe les parents et les enseignants. Une manifestation s’est déroulée en février à Detroit pour protester contre la fermeture de dizaines d’écoles.

    En roulant au #Michigan, on peut aussi s’imaginer au Québec. Les ponts et chaussées ont été négligés depuis des décennies dans cet État éprouvé par les fermetures d’usine et la délocalisation des emplois en Chine et au Mexique. Les nids-de-poule font partie des joies de la conduite automobile — et de la marche en ville : l’autre jour, un pauvre journaliste montréalais a failli se fouler la cheville (et se faire écrapoutir par une camionnette) en mettant le pied dans une crevasse en traversant un de ces immenses boulevards à six voies…

    Loin des coups de gueule et des pitreries de Trump, l’avenir des #services_publics — la notion même de service public — est au coeur de la campagne électorale américaine, qui connaîtra son dénouement aux urnes, mardi.

    La bataille des services
    Deux visions s’affrontent : le Parti républicain prône bien sûr le « libre choix » (y compris en éducation) et favorise l’entreprise privée tous azimuts. Ce qui est nouveau, c’est que le Parti démocrate prend résolument position pour les services publics et pour les droits des travailleurs, que ce soit en éducation, en santé ou en services sociaux. Quitte à passer pour un parti « socialiste ».

    « On assiste à la montée d’une aile progressiste chez les démocrates, qui s’inspirent de la campagne de Bernie Sanders en 2016 », dit Frédérick Gagnon, directeur de l’Observatoire sur les États-Unis et professeur au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

    Le chercheur rentre d’une tournée d’une demi-douzaine d’États du Midwest, dont le Michigan. Ce qui l’a frappé, c’est la montée d’une gauche décomplexée chez les #démocrates.

    « Trump a remporté la présidence, mais les démocrates estiment que ce sont d’abord eux qui ont perdu l’élection de 2016. Ils en ont tiré des leçons. »

    Fouettés par Trump, les jeunes, les femmes et les minorités s’engagent comme jamais en politique. Et ça commence sur les bancs d’école. La semaine dernière, les élèves d’une école secondaire de Detroit ont fait la grève. Avec leur campagne #DoWeCount, ils réclamaient de l’#eau_potable et des tests de qualité de l’#eau dans toute la ville, et non seulement dans les écoles.

    Les jeunes s’inspirent de leurs profs. Au printemps dernier, des #enseignants d’une série d’États sont sortis dans les rues pour réclamer de meilleures conditions de travail.

    La suite logique, on la voit dans cette campagne électorale : pas moins de 554 membres du personnel de l’éducation, en vaste majorité des femmes (profs, orthophonistes, directions d’école, etc.), sont candidates pour des postes à Washington ou dans les législatures d’État, selon une compilation menée par les deux plus grands syndicats de l’éducation.

    Inégalités croissantes
    « Les enseignants se prennent en main pour sauver l’école publique. Le problème de notre système, c’est que la majorité des élus n’ont jamais mis les pieds dans une école publique, sauf pour se rendre dans un bureau de vote le jour des élections », dit Deb Lotan, directrice générale du Michigan Education Association (MEA), un des grands syndicats de l’éducation.

    Deb Lotan est fâchée. Les huit années de règne républicain au Michigan ont porté un coup dur aux écoles publiques, selon elle. Dans les faits, la plupart des familles qui en ont les moyens envoient leurs enfants au privé ou dans les #écoles_à_charte — des écoles financées par les fonds publics, mais qui ne relèvent pas des commissions scolaires.

    Le gouverneur républicain sortant, Rick Snyder, a tout fait pour favoriser l’éclosion des écoles à charte, fait valoir le MEA. À commencer par éliminer les limites au financement de ces écoles hybrides, dont certaines font des profits. Les conditions de travail des enseignants du secteur public ont aussi souffert. Gel salarial, hausse des primes d’assurance maladie, dégradation des conditions de retraite…

    « Les républicains gouvernent pour les riches. Les élèves démunis ou handicapés et leurs enseignants écopent en se retrouvant dans des classes difficiles de l’école publique », dit Deb Lotan.

    Maternelle 4 ans
    Gretchen Whitmer, candidate démocrate au poste de gouverneur de l’État (qui devance son adversaire républicain Bill Schuette), incarne la gauche progressiste qui promet de « redonner ses lettres de noblesse à l’#école_publique ». À la rentrée scolaire, elle a accompagné une enseignante qui allait acheter — de sa poche — des fournitures pour ses élèves démunis du comté de Jackson. Facture : 84 $ de papier, crayons, gommes à effacer et cartables.

    Le programme de Whitmer éveille des souvenirs de la campagne électorale québécoise : maternelle 4 ans pour tous (ça, c’est socialiste, du moins au Michigan !), investissements dans les infrastructures scolaires, hausse des salaires des enseignants et embauche de professionnels pour soutenir les profs en classe.

    Mais on est ici aux #États-Unis : la présence d’armes à feu en classe est au coeur de la campagne. Dans le 20e district, le sénateur #républicain sortant (au Parlement de l’État du Michigan) veut armer le personnel. Son opposant démocrate, le prof Matt Koleszar, s’oppose à la présence d’armes dans les écoles.

    « Les commissions scolaires n’en veulent pas, les enseignants n’en veulent pas, les gestionnaires n’en veulent pas, mais surtout les enfants et leurs parents n’en veulent pas », a déclaré Koleszar dans le journal interne de la MEA.

    Des armes dans les écoles. Cette fois, pas de doute : on est bel et bien aux États-Unis, et non au Québec.

  • Community-Scale Water Sovereignty: Part II

    As part of a series examining best practices in water resilience at the home and community level, this post looks into what happens when water is no longer local — highlighting the challenges faced in Indonesia, and throughout the world, when water is privatized.

    The UN has declared the 10-year period beginning in 2018 as “The International Decade for Action on Water for Sustainable Development.” [1] Construction, production of goods, and local livelihoods all ultimately depend on the quantity of available water; it is a major determinant of settlement patterns, and sets limits to growth. When communities manage their water supplies locally, collective awareness of water quality and availability leads to careful, deliberate, and sustainable use— with enough water available for all. [2]

    In the global growth economy, by contrast, it is assumed that development can go on endlessly, regardless of a community’s locally-available resources, including water. It is also assumed that centralization and privatization lead to greater ‘efficiency’ than when resources are controlled at the community level. But centralized water systems that empower multinational corporations can quickly tip the balance towards crisis, as revealed in the following examples from Indonesia, including the small island of Gili Meno. The question then is: What lessons can we learn from the experience of places like these, when it comes to managing water equitably and sustainably?

    One of a trio of small islands off the northwest coast of Lombok in Indonesia, Gili Meno has about 500 residents, and no fresh water source. For this reason, it was nearly uninhabited until the 1970s, when the government awarded land to privately held coconut plantations and supplied prison inmates as labor. Other residents from Lombok soon followed and settled on the island. [3] For a few decades, rooftop rainwater collection was the only source of drinking water on the island.

    Pak Udin moved to Gili Meno in the late 1980s, and now runs a shop and homestay on the island. He recalls that in his early days there, residents would fill up large containers from their household water tanks after each rainstorm. Stored in cool, dark rooms, the containers would keep water fresh and clean for up to a year, until the following rainy season. In his recollection, people rarely, if ever, got sick from the water.

    But in the following decades, tourism on the Gili islands experienced rapid growth, sparking a spate of new construction. The new buildings usually did not incorporate rainwater harvesting systems, and most homes quickly came to rely on government-built wells — which provided water that was often too salty to drink — and on 21-liter Aqua-brand bottled water. [4]

    Aqua, manufactured by the French company Danone, accounts for 60% of all bottled water sales in Indonesia. [5] At around US$1.50 per jug, it is affordable for the middle class and has caught on throughout the country — but a family with two minimum-wage earners purchasing three Aqua containers per week can find themselves spending nearly 10% of their income on drinking water.

    Absent an alternative, almost all visitors to Gili Meno buy even smaller bottles of water, at an even greater economic and ecological cost. Gili Meno has no recycling program — and no effective waste management program of any kind. [6] The piles of bottles in makeshift landfills on the island continue to grow, as do Danone’s profits. Efforts at building desalination plants or bringing water over in pipes from mainland Lombok, a few miles away, have encountered many setbacks. It is especially risky to depend on such infrastructure given the recent earthquakes that have shaken the region, which left neighboring islands Gili Trawangan and Gili Air without water for days. [7]

    The only residents for whom water is still free, says Pak Udin, are those few households that still maintain and use their rainwater collection systems.

    On mainland Lombok, some communities have no municipal water supply or traditional system, and rely entirely on the private sector for water. In Sekaroh in southwest Lombok, all water arrives on trucks, with residents paying as much as US$34 for 5,000 liters of non-potable water — on top of purchasing drinking water. Those who lack sufficient storage space and must therefore buy partial truckloads of water end up paying even more per liter: as in so many market-based systems, water in Lombok is more expensive for the poor. [8]

    In neighboring Bali, the government supplies water to much of the island via pipes from natural water sources in the central mountains. But in the dry season — the months of July and August — municipal water supplies sometimes shut off without warning for weeks at a time. In 2013, water ran out for two months in the arid region of the Bukit; supply-demand economics took over and truckloads of water soon cost more than US$100 each. Water-insecure Bukit residents are in good company: 2.7 billion people — more than 1/3 of the world’s population — lack reliable access to clean water for at least one month of the year. [9]

    When water is scarce in Bali, less affluent people and businesses are forced to go without. Commercial establishments including hotels, which consume many times more water per capita than Balinese households, are billed at a lower rate, and are given prolonged access to water during times of drought. [10] What’s more, groundwater is severely depleted in much of Bali due to heavy use from the tourism industry, dropping up to 50 meters (164 feet) in the past ten years. [11] Deep wells are often infeasible for local families due to high cost, site conditions, or concerns about further depleting water from neighbors’ shallow wells.

    As on Gili Meno, Aqua-brand bottles are the most common source of drinking water in Bali. Locals, noting that bottles sit in uncovered trucks for hours in the blazing equatorial sun on long journeys throughout the island, have expressed concerns that plastic may leach into the water. They have also noted that the Indonesian rupiah is a volatile currency, and that dependency on global private water suppliers and fossil fuels subjects their drinking water — their most vital resource — to the speculative whims of the global economy.

    So what makes household and drinking water sources truly sustainable? From these examples, it seems clear that sustainable systems are:

    Safe from natural disasters. When centralized systems with no backup storage are damaged, everyone is left without water. Because earthquakes, floods, and other natural disasters often affect homes in a community unevenly, having a large number of smaller systems in place increases the likelihood that at least some will still function after natural disasters, and can provide water to those who need it most in those critical times.

    Insulated from the global economy. Water prices that depend on currency fluctuations and the bottom lines of multi-national companies can devastate families living at the margins. In sustainable systems, safe water from local sources is available to every household, regardless of ability to pay.

    Equally accessible to everyone. Much of the UN rhetoric surrounding the “water for sustainable development” decade is focused on conflict resolution and on preventing the violence that inevitably results from unequal access to water. Large-scale market-based systems and handouts for water-heavy industries reward those with a higher ability to pay, creating and exacerbating class tensions. While some community-managed water systems can lead to biases against minority populations [12], conflict at the community level is often easier to address than structural inequalities built into centralized systems.

    Localized. Ultimately, the above characteristics are most likely to be found when water systems are localized, using technologies that can be managed and maintained locally, and with policies that are decided upon by communities themselves. Localization also encourages systems that are well-matched to the ability of the local environment to provide for its human inhabitants, with support from governments or non-governmental bodies as needed.

    In large-scale centralized systems, several factors lead to a loss of local control. Resource-intensive technologies are needed to access water from deep within the earth and transport it long distances, and non-local industry can become a region’s biggest water consumer. As a result, communities lose control over their most precious resource. Large-scale systems also make it difficult or impossible to know whether local ecosystems can support their human populations. In rapidly growing urban areas — especially in semi-arid regions — development is already so divorced from local water resources [13] that drastic strategies are needed — including a sharp reduction in water use for the highest consumers, and a shift back to a way of life that can support human populations. But for rural areas, the path to sustainable water management is relatively simple: reclaim control of water from the global economy, and protect it from unwelcome heavy industry and multinational corporations.

    Many organizations throughout the world are working on decentralized technology and product-service systems to empower local water management. Part 3 of this series will profile a few of these outstanding organizations in Indonesia and beyond.


    https://medium.com/planet-local/community-scale-water-sovereignty-part-ii-9d7378a9daff
    #privatisation #eau #souveraineté #Indonésie #eau_potable

  • Au #Canada, des milliers d’autochtones n’ont toujours pas l’#eau_potable chez eux

    Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s’était engagé à résoudre ce problème qui mine les #réserves des Premières Nations depuis des années.

    Pour boire un verre d’eau, ou même pour prendre une douche, certaines communautés des Premières Nations canadiennes ne peuvent pas se contenter d’ouvrir le robinet. Dans de nombreuses réserves du pays, l’eau courante est contaminée par les algues bleues, ou encore par des bactéries ou du mercure, rappelle dans un récent article le Washington Post.

    Gérés par le Gouvernement fédéral, de nombreux systèmes d’épuration font de ce fait l’objet d’avis de non-consommation de l’eau. Certains sont entrés en vigueur récemment, mais d’autres durent depuis des années : « À Neskantaga, une réserve isolée du Nord de l’Ontario, les résidents font bouillir leur eau depuis 23 ans, décrit le Washington Post, après la panne d’une station de traitement construite en 1993. »

    En novembre 2015, 105 avis préventifs « de longue durée » étaient en vigueur. Depuis, 71 ont été levés, mais 35 nouveaux ont dépassé le délai de 12 mois correspondant à cette définition. En résumé, 69 stations canadiennes fournissent de l’eau non potable depuis plus d’un an. « Et il y a toujours un risque qu’une nouvelle station rejoigne cette longue liste, ou qu’un avis de "courte durée" soit prolongé au-delà de 12 mois », prévient le quotidien américain.

    Pourtant, le Gouvernement Trudeau a déjà dépensé 2 milliards d’euros pour mettre fin à ce fléau digne du « tiers-monde », selon les mots du chef d’une des réserves concernées. Une somme qui reste insuffisante, indiquait dans un rapport de 2017 un comité de surveillance.
    Lourdeurs administratives et manque de personnel

    Tout cet argent ne semble en effet pas suffire pour lever toutes les « lourdeurs administratives » qui empêchent de remettre en état de marche les stations défaillantes. Des études de faisabilité, des mesures, des plans, des remises aux normes... les démarches n’en finissent plus pour que les avis restrictifs prennent fin. « Je sais qu’il y a une volonté politique de la part du Premier ministre, remarque Erwin Redsky, chef d’une réserve indigène de quelques 290 personnes, mais si la bureaucratie ne change pas, rien ne changera ».

    Et quand bien même elles viendraient à bout de la paperasse administrative, les réserves peinent ensuite à trouver du personnel qualifié pour travailler dans ces stations de traitement des eaux ; les opérateurs sont mieux formés, et mieux payés dans les grandes villes. Le Gouvernement soutient en ce sens des programmes visant à inciter ces techniciens à rester dans les réserves.

    Justin Trudeau a promis que les avis de « long terme » interdisant la consommation d’eau courante seraient levés d’ici mars 2021. Mais après des années à se méfier de l’eau du robinet, les autochtones vont-ils vraiment oser la boire ? Dawn Martin-Hill, professeur d’anthropologie et résident de la réserve des Six Nations, assure qu’un « problème plus important mettra plus longtemps à être résolu » : la confiance des habitants en l’eau de leur robinet.


    http://www.slate.fr/story/168854/canada-autochtones-pas-eau-potable
    #eau #peuples_autochtones #eau_de_robinet

  • À la cité Air-Bel de Marseille, le combat des habitants contre les légionelles qui polluent leur eau et leur vie
    https://www.bondyblog.fr/reportages/cest-chaud/la-cite-air-bel-de-marseille-le-combat-des-habitants-contre-les-legionnell

    n septembre 2017, Djamel Haouache, père de famille de 46 ans de la cité Air-Bel, perdait la vie après avoir contracté la légionellose. Sa soeur, Djamila, habitante de la cité egalement et présidente de l’association « Il fait bon vivre dans ma cité » raconte : « Mon frère a dû être plongé dans un comas artificiel avant de perdre la vie. Il avait attrapé les légionelles dans l’eau chaude de ses propres robinets. Aujourd’hui, je suis en colère : je refuse qu’il y ait une nouvelle victime à Air-Bel ».

    Des habitants qui se lavent à l’eau minérale
    Pour éviter le même sort, les habitants doivent faire montre de débrouillardise. A l’instar d’Anaïs, maman d’une petite fille de 18 mois. Pour protéger sa fille, elle emploie une méthode bien connue des habitants d’Air-Bel : « Je lave ma fille à la Cristalline. Ca revient très cher et il y a des ruptures de stock dans les magasins les plus proche. Mais qu’est-ce que je peux faire ? Elle est toute petite. Notre quotidien aujourd’hui, c’est la peur qu’elle attrape la légionellose ». Au bas de la tour, des dizaines de sacs poubelle gisent au soleil pleins de bouteilles d’eau vides à recycler.

  • The future of water infrastructure goes beyond dams and reservoirs — Quartz
    https://qz.com/1353828/dams-and-reservoirs-cant-save-us-this-is-the-new-future-of-water-infrastructure

    #eau #eau_potable #épuration #eaux_usées #désalinisation #eau_saumâtre

    Treating brackish water is expensive, but it’s getting cheaper as the technology matures. In his work at the University of New Mexico, Hightower, the civil engineering professor, has been collecting data on desalination costs for decades. His research shows that in the US, starting in 2005, treating brackish groundwater from nearby sources has been less expensive on average than piping in fresh water from a remote source—especially if that source is 75 miles or more away, a common solution for arid places as their local supply of freshwater dwindles.

    Texas is on it: the 2017 state water plan set a goal to turn 111,000 acre-feet of brackish groundwater a year into drinking water by 2070.

    Toilet-to-tap

    Water engineers politely call it “direct potable reuse.” Others call it “toilet-to-tap.” The United Nations calls it a massive untouched resource that could nudge society into a “circular economy,” where economic development is “balanced with the protection of natural resources…and where a cleaner and more sustainable economy has a positive effect on the water quality.”

    In Singapore, an island nation lacking any freshwater resource big enough to sate its growing population (pdf), they’re a bit more direct: “Basically, you drink the water, you go to the toilet, you pee, and we collect it back and clean it,” George Madhavan, ‪a director at Singapore’s public utility, told USA Today in 2015.

    Since 2003, Singapore has been treating sewage to drinking-water standards. For now, most of that water is used for industrial purposes, but the volumes are impressive. About 40% of the nation’s total water needs are met by toilet-to-tap, significantly reducing the pressure on the rest of its freshwater sources—rainwater, desalinated seawater, and imports. In the last few years, the country started handing out bottles of the reclaimed water at events, to get its citizens used to the idea of drinking it directly. Singapore plans to squeeze a full 55% of its water supply from sewage by 2060. By then, they hope, drinking it will be the norm.

    In Namibia, the driest country in sub-Saharan Africa, the capital city Windhoek has been doing “toilet-to-tap” for so long that several generations of residents don’t bat an eye at drinking the stuff. The city has been turning raw sewage into drinking water for 50 years. Windhoek has never had a single illness attributed to the reclaimed wastewater.

    “Public confidence is that very, very fragile link that keeps the system going,” Pierre van Rensburg, Windhoek’s strategic executive for urban and transport planning, told the American Water Works Association, an international nonprofit, in 2017. “I think if there is ever one incident that could be linked back to the [direct potable reuse] plant, the public would lose all confidence.”

    “It tastes like bottled water, as long as you can psychologically get past the point that it’s recycled urine.”

    The science behind this isn’t new. In fact, a high-tech version of direct potable reuse has been used by American astronauts since humans first left Earth. In space, humans have no choice but to drink their own distilled urine. On the US side of the International Space Station, a high-tech water system collects astronauts’ urine, sweat, shower water, and even the condensate they breathe into the air, and then distills it all to drinking-water standards.

    “It tastes like bottled water, as long as you can psychologically get past the point that it’s recycled urine and condensate,” Layne Carter, who manages the ISS’s water system out of the Marshall Flight Center in Alabama, told Bloomberg Businessweek (paywall) in 2015. The Russian astronauts, however, decline to include their urine in their water-purification system. So the US astronauts go over to the Russian side of the ISS and pick up their urine, bring it back over to the American side, and purify it. Water is precious, after all.

    Back on Earth, the technology is more rudimentary. Whereas in space, urine is spun in a centrifuge-like system until water vapor emerges, is recondensed, then heated, oxidized, and laced with iodine, the process on Earth involves a combination of extracting waste through membrane filters and exposure to UV light to kill bacteria. (And in Namibia, they use waste-eating bacteria before zapping the microorganisms with UV.) To keep up with the ever-expanding number of chemicals and pharmaceuticals that show up in water, these water-reuse will have to keep evolving. Still, it’s proven technology, and cost-effective at scale.

    Outside of a few examples, however, communities have been slow to adopt them as viable solutions to water scarcity, likely because of cultural stigma around drinking filtered sewage water. That’s slowly changing as rising temperatures, dwindling freshwater, and more frequent, more extreme droughts have cities looking around for options.

  • ’Flint Is the Urban Crisis of the Century’: A Conversation With Anna Clark - Pacific Standard
    https://psmag.com/environment/flint-is-the-urban-crisis-of-the-century

    By now, Americans are generally familiar with the long-term disaster in Flint, Michigan, where lead in the drinking water highlights our nation’s failing infrastructure and the inadequacies of government’s current response to public-health crises. But to see Flint’s crisis fully, one must understand what Michigan resident and journalist Anna Clark calls “the American urban tragedy”—the history of segregation that has been built into the architecture of America’s cities for centuries. In her new book, The Poisoned City: Flint’s Water and the American Urban Tragedy, Clark digs deep into our nation’s industrial past to tell the story of Flint’s water alongside the story of our collective urban tragedy.

    From Flint’s genesis as a functionally segregated auto manufacturing center, to the “white flight” inspired by desegregation in the 1960s, to the near vacancy of the city after General Motors auto plant closures in the 1990s, Clark details Flint’s rise and fall, and how its story is embodied in the lead that turned up in the water in 2014. When Michigan brought in an emergency manager to oversee the disastrous switch from treated water piped in via Lake Huron, to poorly treated water pumped from the notorious Flint River (all through pipes that hadn’t been used for decades), corrosive waterborne material came to poison the city’s citizens. But it was the poorer communities and communities of color that were disproportionately affected, and it’s these same communities where justice has taken the longest to prevail.

    When we talk about cities, we are talking about people. For all the high-pitched coverage of Flint, sometimes the human stories—in all their range and contradictions and depth and beauty—have been lost in the noise. For decades this city has been made invisible and its voices dismissed. Nonetheless, the residents have continually shown up, worked together, shared knowledge, and advocated in every way they could imagine. They weren’t victims waiting to be rescued by someone else; they were agents of their own lives. I wanted not just to tell that story, but to show it.

    Flint has a lot to teach the nation about the value of community organizing. No one single person has all the answers, nor should he have all the power. This is why transparency laws, strong independent journalism, clear environmental regulations, robust public institutions, and empowered community engagement are meaningful checks against corruption.

    #Flint #Environnement #Eau_potable #Communs_urbains

  • Des satellites pour les réserves mondiales d’#eau | Agence Science-Presse
    http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2018/05/18/satellites-pour-reserves-mondiales-eau

    Quatorze années de données satellites révèlent qu’à travers le monde, sur 34 régions-clefs pour l’approvisionnement en #eau_potable, les tendances, largement à la baisse, peuvent être attribuées à l’humain ou aux changements climatiques dans les deux tiers des cas.

    [...]

    Ces observations, écrit une équipe américaine dans la dernière édition de la revue Nature, permettent d’évaluer avec précision comment l’#environnement « réagit » à l’impact humain et aux variations climatiques, et fournissent du coup un outil pour tenter de s’ajuster : « évaluer et prédire les #menaces émergentes pour l’eau et l’#alimentation ». Toutefois, encore faut-il qu’il y ait une #volonté de s’ajuster rapidement.

    Parmi les réactions d’experts à la publication de cette étude, on note la « surprise » face à la « force » de l’empreinte humaine et la vitesse à laquelle « nous avons radicalement altéré le paysage de l’eau douce ».

    https://www.nature.com/articles/s41586-018-0123-1

    #climat #anthropocène

  • Support Water not Conflict in Ukraine

    Along the frontline in eastern Ukraine fighting continues. Regularly, critical water infrastructure, providing water to the people on both the government and non-government controlled areas, is hit and damaged. Over 4 million people are at risk. We call on both parties to the conflict to protect critical civilian water infrastructure.

    https://www.youtube.com/watch?v=20zkgU5PSsY&feature=youtu.be


    #Ukraine #eau #conflit #eau_potable #Donetsk #Luhansk #conflit #guerre #approvisionnement_en_eau #cartographie #visualisation #vidéo

  • The 11 cities most likely to run out of drinking water - like Cape Town - BBC News
    http://www.bbc.com/news/world-42982959

    According to UN-endorsed projections, global demand for fresh water will exceed supply by 40% in 2030, thanks to a combination of climate change, human action and population growth.

    It shouldn’t be a surprise, then, that Cape Town is just the tip of the iceberg. Here are the other 11 cities most likely to run out of water.

    #eau_potable

  • Exposition à l’amiante et cancers digestifs : des études soupçonnent un lien
    http://www.batiactu.com/edito/exposition-a-amiante-et-cancers-digestifs-nouveaux-51319.php?MD5email=4bcd

    D’après une note de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), de nouveaux éléments scientifiques viennent attester l’idée d’un lien entre exposition professionnelle à l’amiante et développement de cancers digestifs.

    Ces observations sont contenues dans un avis de l’Anses plus général qui concerne le risque de contamination par ingestion d’eau contaminée à l’amiante. Un sujet préoccupant, puisqu’en France, 36.000 kilomètres de canalisations sont en amiante-ciment (soit 4% des installations totales), d’après une étude de 2002.

    #amiante #cancer #eau_potable

  • Ces #Lorrains qui luttent courageusement pour un avenir dépollué de l’#héritage_minier - Basta !
    https://www.bastamag.net/Ces-Lorrains-qui-luttent-courageusement-pour-un-avenir-depollue-de-l-herit

    « Ils ont utilisé le foudroyage pour faire des économies. S’ils remblayaient, la tonne de charbon coûtait 750 francs ; là, c’était 75 francs. Mais leur calcul était faussé car ils ne tenaient pas compte des dégâts en surface, ni de l’écologie ! »

    A Auboué, une ville au Nord-Ouest de Metz où étaient exploitées des mines de fer, des affaissements ont eu lieu il y a vingt ans. « 180 familles ont vu leurs maisons détruites »,

    Face au risque de #pollution généralisée des #nappes_phréatiques et des forages d’#eau_potable, c’est désormais le #BRGM – Bureau de recherches géologiques et minières, un organisme de l’État – qui, suite à la liquidation de #Charbonnages_de_France, se charge du suivi de « l’après-mine » [4]. Le BRGM a mis en place, depuis fin 2009, un pompage de l’eau de mine de La Houve. L’eau extraite est reversée dans un bassin de décantation, puis traitée avant d’être rejetée dans le milieu naturel. C’est le BRGM lui-même qui réalise les analyses d’eau, sous le contrôle de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (la Dreal, service déconcentré du ministère de l’Environnement).

    « La Rosselle, qui menace d’inonder Rosbruck, a reçu la peu glorieuse distinction de "#rivière la plus polluée d’Europe". Il n’y a plus de poisson depuis cinquante ans, c’est une rivière totalement morte ! »