• Sources: US-proposed GERD deal sets Ethiopia water release at 37 bcm, major disputes remain | | Mada Masr
    https://madamasr.com/en/2020/02/17/feature/politics/sources-us-proposed-gerd-deal-sets-ethiopia-water-release-at-37-bcm-major-

    A draft agreement prepared by the United States and the World Bank regarding the construction and filling of the Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) is expected to be sent to Egypt, Ethiopia and Sudan on Monday, according to a source in an international development organization close to the talks. The three sides will have around three days to review the terms and send their comments back to US officials, the source says.

    The source, who spoke to Mada Masr on condition of anonymity, says that the US-prepared proposal aims to bridge disputes over a number of key issues, including the annual release of water from the Blue Nile through the dam to the downstream countries of Sudan and Egypt, the latter of which has repeatedly expressed concern over water shortages that would result from the dam’s construction.

  • Egypt bans ’music of the slums’
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/02/egypt-bans-street-music-singers-following-controversy-over.html

    Le syndicat des musiciens (!!!) en #Egypte interdit les chansons de type « mahragan », une musique ultra populaire, dont on a beaucoup parlé par ailleurs au moment des soulèvements de 2011.

    Shaker’s decision came after the controversy over the lyrics of “Bent el-Geran,” whose lyrics include the words, “If you leave me, I will drink wine and take hashish” — both of which are forbidden in Islam.

    The song became a hit on YouTube with so far more than 113 million viewers and 59.9 million listeners on SoundCloud.

    #musique #mahragan
    Singer Hassan Shakoosh performed the song with those lyrics in a ceremony on Valentine’s Day at Cairo International Stadium, but removed the sentence from the lyrics following the reaction.

    This did not deter the syndicate. “The decision is a final and irreversible one and it will include all street music singers,” Shaker said in the statement.

    But it would be difficult to stop those songs that have been playing in buses, cars, cafes, restaurants and at wedding parties in both poor and upscale areas. “They are attacking a genre that cheers us up and makes us forget all our grievances,” Saeed Abdel Hameed, a 40-year-old construction worker, told Al-Monitor. “It is an attempt to put restrictions on people’s choices and tastes. I believe that these songs will win in the end because they talk about people’s problems."

    Un lien précédent ici : https://seenthis.net/messages/243920

    • OMS | Prévalence des mutilations sexuelles féminines
      https://www.who.int/reproductivehealth/topics/fgm/prevalence/fr


      Prévalence des mutilations sexuelles féminines en Afrique et au Yémen (femmes âgées de 15 ans à 49 ans)

      100 millions d’amis ? Pas pour 45.550.000 égyptiennes qui subissent les mutilations sexuelles exercées par 54.450.000 de leurs compatriotes. C’est effectivement un cauchemar.

      Pays, année, pourcentage de mutilations sexuelles
      Égypte, 2008, 91.1

      Dans sept pays, la prévalence nationale est très forte (plus de 85%) ; quatre pays ont une prévalence élevée (60% à 85%) ; dans sept autres pays, la prévalence est moyenne (30% à 40%) et, dans les neuf derniers pays, elle est faible, variant entre 0,6% et 28,2%. Toutefois, les moyennes nationales masquent des variations souvent prononcées d’une région à l’autre.

      Le type de pratiques utilisées varie également, essentiellement en fonction de l’appartenance ethnique. D’après les estimations actuelles, environ 90% des mutilations sexuelles féminines sont des mutilations de types I ou II ou des cas où les organes génitaux des filles ont été « entaillés » mais sans ablation de tissu (type IV), et environ 10% des mutilations sont de type III (Yoder et Khan, 2007).

      On se demande quel ambiance règne dans ce pays à la violence quotidienne excessive qui touche et les hommes et les femmes d’Égypte.

      #femmes #mutilation_sexuelle #Égypte

  • Egyptian readers mourn ALEF bookstores
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/02/egyptian-readers-lament-loss-of--alef-bookstores.html

    La grosse et très bonne chaîne de librairies Alef ferme ses portes en Egypte. Question très philosohique : vaut-il mieux de bonnes librairies financées par des capitaux islamiques ou pas de librairies du tout. Sissi a tranché.

    In the Cairo International Book Fair, the oldest and largest annual literary gathering in the Middle East, there is one conspicuous absence this year. ALEF, one of the regulars with a huge stand in the past, is no longer there to offer books from small publishers and budding writers. The bookstore chain closed the last of its 37 branches on Dec. 28 after allegations that it was linked to the Muslim Brotherhood.

    For Cairo’s bibliophiles, ALEF was a book lover’s paradise: a good and varied selection of books, good prices and good salespeople with a knack for finding requested books and suggesting new ones to suit customers’ taste.

    #égypte #librairie

  • Could mega-dams kill the mighty River Nile? (an interactive report) | Al Jazeera English

    https://interactive.aljazeera.com/aje/2020/saving-the-nile/index.html

    For the 280 million people from 11 countries who live along the banks of the Nile, it symbolises life. For Ethiopia, a new dam holds the promise of much-needed electricity; for Egypt, the fear of a Large hydroelectric dams are touted as a green source of electricity, but they can leave a trail of environmental damage and water insecurity.

    In this interactive scientific report, Al Jazeera partnered with earth and space scientist Dr Essam Heggy to analyse the impact of large dams on the Nile as the Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) nears its completion date in 2023.

    The mega-dam has triggered a major dispute between Egypt and Ethiopia over access to the Nile’s vital water resources. How much will each country get and who controls the flow?devastating water crisis.

    #delta_du_nil #nil #eau #barrages #égypte

  • African migrants allege mistreatment in North Africa

    Egypt hosts more than 6 million migrants, more than half of them from Sudan and South Sudan.

    North African countries have long been a refuge for sub-Saharan migrants trying to escape war or poverty. However, the streets of Cairo, #Tunis or #Tripoli can turn dangerous, with racist harassment and violence.

    While Europe has been wrestling with racist violence, North African countries, with complex situations including their own illegal emigration problems, have made only small steps in addressing the issue.

    For some migrants, Egypt, Libya and Tunisia are the closest and easiest countries for them to enter. For others, the countries are a point of transit before attempting the Mediterranean crossing to Europe.

    The International Organisation for Migration said Egypt hosts more than 6 million migrants, more than half of them from Sudan and South Sudan, where simmering conflicts displace tens of thousands of people annually.

    At least two dozen sub-Saharan Africans, including four children, in Cairo told the Associated Press they have endured racist insults, sexual harassment or other abuses in the past three months.

    The children said they have had rocks and trash thrown at them as they go to or from school. One Ethiopian woman said neighbours pound on the windows of her family’s home, yelling “slaves” before disappearing.

    A study last year by the Tunisian Forum for Economic and Social Rights indicated that 50% of immigrant respondents from sub-Saharan African countries said their migration experience, after several years spent in Tunisia, was “a failure,” while 41% described the experience as “successful.”

    Among those questioned about their medium-term goals, 54% expressed a desire to leave for Europe and 42% expressed a preference to return to their country of origin. Only 2% said they preferred to settle in Tunisia.

    The study stated that 48.3% of respondents said it is necessary to review the legal status of migrants.

    Respondents called on Tunisia to allow African migrants to benefit from work opportunities in the country, defend their rights, facilitate the acquirement of residence permit and revise social security laws, in a way that would simplify procedures to obtain Tunisian nationality for migrants’ children born in the country and allow foreigners to open bank accounts.

    In Libya, a country plagued by corruption and caught in civil war, the picture looks gloomier for African migrants. A report by the Associated Press said millions of dollars from the European Union had been diverted to networks of militiamen, traffickers and Coast Guard members who allegedly exploit migrants. The report said UN officials knew militia networks were getting the money.

    The report revealed torture, extortion and other abuse for ransom in migrant detention centres and under the nose of the United Nations, often in compounds that receive millions of dollars in aid. This was in addition to reports of disappearances from detention centres, with migrants allegedly sold to traffickers or sent to other centres.

    In Libya, abuses generally go unpunished amid the chaos in the country. In Tunisia and Egypt, however, there were signs the two countries were starting to recognise and censure racist crimes.

    In November, a video showing three Egyptian teenagers bullying South Sudanese schoolboy John Manuth triggered a public outcry. Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi later hosted Manuth at a youth forum and made a rare high-level acknowledgement of the problem.

    “They are our guests and negative treatment is not acceptable and not allowed,” Sisi said.

    In 2018, a court sentenced to seven years in prison a man who was known to harass refugees and who beat to death a South Sudanese teacher who had worked in a community-run school for refugees in Cairo.

    In Tunisia, the Elimination of All Forms of Racial Discrimination Act was adopted in October 2018, with penalties ranging from 1-3 months in prison for racist language and 1-3 years for inciting hatred, disseminating ideas about racial superiority or supporting a racist organisation or activity.

    The law, which created a National Instance against Racial Discrimination to present an annual report to the parliament, commits the state to undertake awareness and training campaigns.

    https://thearabweekly.com/african-migrants-allege-mistreatment-north-africa

    #Afrique_du_Nord #réfugiés #asile #migrations #migrants_sub-sahariens #villes #Maghreb #Moyen-Orient #Le_Caire #violence #racisme #xénophobie #Egypte #Libye #Tunisie

    ping @_kg_

  • Egypt Arrests Senior Editor of Independent News Outlet - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/11/23/world/middleeast/egypt-arrests-senior-editor-of-independent-news-outlet.html

    Egyptian security forces arrested a senior editor of the country’s last significant independent news outlet on Saturday, in a new peak to a six-year-old crackdown on press freedom under President Abdel Fattah el-Sisi.

    The editor in chief of the outlet, the online publication Mada Masr, said Saturday that a few weeks ago, the authorities had also deported another senior editor, who is an American citizen.

    Known for its pioneering investigative journalism and published in both Arabic and English, Mada Masr has remained a critical source of information for intellectuals and activists inside Egypt as well as for researchers and policymakers around the world. Since 2013, almost every other news organization in the country has come under the effective control of the government.

    #égypte #droits_humains #censure #sisi #totalitarisme

    • https://madamasr.com/en/2019/11/23/news/u/update-from-mada-masr-regarding-the-arrest-of-colleague-shady-zalat
      The whereabouts of Mada Masr editor Shady Zalat remain unknown 18 hours after he was detained in the early morning of November 23.

      While security forces told Shady’s wife that he had been being taken to the Giza Security Directorate, Hassan al-Azhari, Mada Masr’s lawyer, was told that Shady was not at the directorate when he visited the premises this morning. We now consider Shady disappeared.

      “Shady’s detention is not legal,” Azhari says. “He hasn’t yet been referred to an investigative authority yet, a delay that is a common practice used by authorities in Egypt in targeting journalists and others.”

      In addition to our deep concern for our colleague’s personal safety and well being, we view his arrest as an existential threat to Mada Masr. It comes in the wake of the largest arrest campaign since President Abdel Fattah al-Sisi formally came to power in 2014, with over 4,000 people detained since anti-government protests broke on September 20, according to rights groups. Activists, university professors, lawyers, journalists and political opposition figures have all been detained in recent weeks.

  • UN experts call Morsi’s death in Egypt ’arbitrary killing’ | News | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/news/2019/11/experts-call-morsi-death-egypt-arbitrary-killing-191108184704797.html

    Led by special rapporteur Agnes Callamard and the UN Working Group on Arbitrary Detention, the human rights experts explicitly called out Sisi’s government for rights violations in jails describing them as “intentional”.

    Morsi spent nearly six years in solitary confinement where the panel said he “was denied life-saving and ongoing care for his diabetes and high blood pressure”.

    Morsi’s son Abdullah dies of heart attack in Cairo hospital

    The experts noted Friday that “authorities were warned repeatedly” about his deteriorating health to the “point of killing him”.

    “There is no evidence they (authorities) acted to address these concerns, even though the consequences were foreseeable,” the statement added.

    Egyptian authorities have not yet commented on the panel’s findings.

    #crime_d'Etat #Egypte #frères_musulmans

  • #Crises sociales, crises démocratiques, crise du #néolibéralisme
    21 OCTOBRE 2019
    PAR #ROMARIC #GODIN

    Les tensions sociales dans le monde ont un point commun : le rejet des #inégalités et de la perte de contrôle démocratique. Le moteur de la #contestation pourrait bien être la perte de pertinence face aux défis actuels du néolibéralisme, qui aggrave sa propre #crise et ouvre la porte à l’affrontement.

    Les militaires dans les rues de Santiago du #Chili, la place Urquinaona de #Barcelone en flammes, des barricades qui hérissent les rues de #Beyrouth… Pendant que la France politique et médiatique se passionne pour un voile, le monde semble s’embraser. Car ces scènes d’#émeutes violentes qui ont marqué les derniers jours ne sont pas isolées. Elles viennent après des scènes similaires en #Équateur, en #Haïti (où le soulèvement populaire se poursuit), en #Irak, en #Égypte, en #Indonésie, à #Hong_Kong, en #Colombie… Sans compter les mouvements moins récents au Zimbabwe, au Nicaragua, en Roumanie et en Serbie durant l’hiver dernier ou, bien sûr, le mouvement des #gilets_jaunes en France.

    Évidemment, il est possible de ne voir dans tous ces événements que des mouvements locaux répondant à des cas précis : la pauvreté endémique en Haïti, la persistance du militarisme de la droite chilienne, la dollarisation partielle ou totale des économies équatorienne et libanaise, le refus de l’#Espagne de reconnaître l’existence d’une « question catalane » ou encore l’aspiration démocratique de Hong Kong. Toutes ces explications sont justes. Mais sont-elles suffisantes ? Les mouvements sociaux ou démocratiques locaux ont toujours existé, mais qu’on le veuille ou non, la particularité du moment est bien qu’ils surgissent au même moment. Immanquablement, cet aspect contemporain des #révoltes sur les cinq continents amène à penser qu’il existe bien un lien entre elles.

    Le néolibéralisme veut vivre et aggrave sa propre crise

    Ce lien pourrait bien se trouver dans la grande crise dans laquelle le monde est entré en 2007-2008. Au-delà de ce qu’en retiennent la plupart des observateurs, le « grand krach » qui a suivi la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008, cette crise est bien plus profonde et elle s’est poursuivie jusqu’à nos jours. Car ce n’est pas une simple crise financière ou économique, c’est la crise d’un mode de gestion du capitalisme, le néolibéralisme, qui se fonde sur la mise au service du capital de l’État, la financiarisation de l’économie et la marchandisation de la société.

    Comme celle des années 1930 ou 1970, la crise actuelle remet en cause profondément le fonctionnement contemporain du capitalisme. Ces crises sont souvent longues et accompagnées de périodes de troubles. Comme l’a montré l’historien Adam Tooze dans Le Déluge (Les Belles Lettres, 2015), la crise de 1929 n’est pas le début d’une perturbation du capitalisme, laquelle a commencé pendant la Première Guerre mondiale et n’a réellement trouvé son issue qu’après cette Grande Guerre. Quant au néolibéralisme, il ne s’est imposé que dans les années 1990, vingt ans après le début de la crise de l’ancien paradigme.

    Aujourd’hui encore, la crise est longue et s’approfondit à mesure que le néolibéralisme se débat pour ne pas mourir. Or en voulant survivre, il pousse le monde dans l’abîme. Car, certes, le néolibéralisme a survécu au choc de 2008 et il a même pu revenir après 2010 pour proposer comme solutions au monde l’austérité budgétaire et les « réformes structurelles » visant à détruire les protections des travailleurs et des plus fragiles. Mais en cherchant à rester dominant, le néolibéralisme a encore approfondi sa propre crise.

    Le premier salut de ce système économique mondial a été en effet une fuite en avant dans la croissance menée principalement par un régime chinois soucieux de continuer à alimenter la demande occidentale, dont vit son système économique. Et cette fuite en avant s’est traduite par une surproduction industrielle inouïe qui n’est pas pour rien dans la dégradation brutale de la situation climatique actuelle. Quelques chiffres le prouveront aisément. La Chine produit en deux ans plus d’acier que le Royaume-Uni, qui fut longtemps le premier producteur mondial, en 150 ans et plus de ciment que les États-Unis au cours de tout le XXe siècle. Cette stratégie a échoué. Elle a conduit à un ajustement de l’économie chinoise qui a frappé directement ses fournisseurs émergents, du Brésil à l’Argentine en passant par l’Équateur et le Venezuela. Tous ont vu disparaître la manne des matières premières et ont dû ajuster leurs politiques.

    L’autre moteur de la sauvegarde du néolibéralisme a été la politique monétaire conçue comme un moyen d’éviter toute relance budgétaire dans les pays occidentaux, mais qui, en réalité, n’est parvenue à sauver que le secteur financier et les grands groupes multinationaux. Ce plan de sauvetage du néolibéralisme a profondément échoué. La croissance mondiale n’a pas redécollé et la productivité est au plus bas malgré la « révolution technologique ». Le secteur privé investit trop peu et souvent mal. Depuis quelques mois, l’économie mondiale est entrée dans une phase de nouveau ralentissement.

    Dans ces conditions, l’application continuelle des réformes néolibérales pour sauvegarder les marges des entreprises et les revenus des plus riches a eu également un effet aggravant. On l’a vu : les profits sont mal ou peu investis, la productivité ne cesse de ralentir et la richesse à partager est donc moins abondante. Mais puisque, pour réagir à ce ralentissement, on donne encore la priorité aux riches et aux entreprises, donc à ceux qui investissent mal ou peu, alors les inégalités se creusent encore plus. Dans cette logique, dès qu’un ajustement doit avoir lieu, on réclame aux plus modestes une part d’effort plus importante : par une taxe proportionnelle comme celle sur les appels Whatsapp au Liban, par la fin des subventions pour les carburants en Équateur ou en Haïti ou encore par la hausse du prix des transports publics au Chili. Toutes ces mesures touchent de plein fouet les besoins des populations pour travailler et générer des revenus.

    Quand bien même le différentiel de croissance rapprocherait les économies émergentes de celles de pays dits plus avancés et ainsi réduirait les inégalités au niveau mondial, dans tous les pays, les inégalités nationales se creusent plus que jamais. C’était le constat que faisait l’économiste Branko Milanović dans Inégalités Mondiales (2016, traduit par La Découverte en 2018) qui y voyait un retour de la question des classes sociales. C’est donc bien à un retour de la lutte de classes que l’on assiste au niveau mondial.

    Longtemps, on a pensé que la critique du néolibéralisme était un « privilège de riches », réservée aux pays les plus avancés qui ne connaissaient pas les bienfaits de ce système. D’une certaine façon, la hausse des inégalités était le prix à payer pour le développement. Et il fallait l’accepter au nom de ces populations que l’on sortait de la misère. Mais ce discours ne peut plus fonctionner désormais et c’est la nouveauté de la situation actuelle. La contestation atteint les pays émergents. Le coup d’envoi avait été donné dès 2013 au Brésil, juste après le retournement du marché des matières premières, avec un mouvement social inédit contre les mesures de Dilma Rousseff prévoyant une hausse du prix des transports publics. Désormais, la vague s’intensifie et touche des pays qui, comme le Chili, ont longtemps été présentés par les institutions internationales comme des exemples de réussite et de stabilité.

    Dans ces pays émergents, le ressort du néolibéralisme s’est aussi brisé. Son besoin de croissance et de concurrence le mène dans l’impasse : alors que la croissance est moins forte, la réalité des inégalités apparaît tandis que les hausses passées du niveau de vie font perdre de la compétitivité dans un contexte de ralentissement du commerce mondial. Le mirage d’un rattrapage des niveaux de vie avec les pays les plus avancés, la grande promesse néolibérale, disparaît avec les mesures déjà citées. Aucune solution n’est proposée à ces populations autre qu’une nouvelle paupérisation.

    Le retour de la question sociale

    Mais le néolibéralisme n’en a que faire. Enfermé dans sa logique de croissance extractiviste et comptable, il s’accroche à ses fantômes : la « théorie du ruissellement », la courbe de Laffer ou encore le « théorème de Coase » voulant que les questions de justice distributive doivent être séparées de la réalité économique. Il le fait grâce à un autre de ses traits saillants : « l’encadrement » de la démocratie. « L’économique » ne saurait relever du choix démocratique, il doit donc être préservé des « affects » de la foule ou, pour reprendre le mot devenu célèbre d’Emmanuel Macron, de ses « passions tristes ». Mais cet enfermement est de moins en moins possible alors que les inégalités se creusent et que la crise climatique s’exacerbe. Après cinq décennies de démocratie encadrée, les populations réclament que l’on prenne en compte leurs urgences et non plus celles des « marchés » ou des « investisseurs ».

    La crise actuelle du néolibéralisme a donc trois faces : une crise écologique, une crise sociale et une crise démocratique. Le système économique actuel est incapable de répondre à ce qui devient trois exigences profondes. Face à l’urgence écologique, il propose de répondre par les marchés et la répression fiscale de la consommation des plus faibles. Face à l’urgence sociale et démocratique, la réponse est l’indifférence. Car en réalité, répondre à ces demandes supposerait un changement profond de paradigme économique.

    Investir pour le climat supposerait ainsi de réorienter entièrement les investissements et de ne plus fonder l’économie uniquement sur une croissance tirée par les bulles immobilières et financières. Cela supposerait donc une remise à plat complète du système de création monétaire, ce qui est en germe dans le Green New Deal proposé aux États-Unis et qui effraie tant les économistes néolibéraux. Car, dès lors, la transition climatique ne se fera plus contre les classes sociales fragilisées mais avec elles. En assurant une redistribution massive des ressources au détriment des plus riches, on donnera ainsi aux classes les plus modestes les moyens de vivre mieux sans détruire la planète. Enfin, une association plus étroite des populations aux décisions permettrait de contrôler que ces dernières ne se font pas pour l’avantage des plus riches et du capital, mais bien de l’intérêt commun. Or, c’est précisément ce que le néolibéralisme a toujours rejeté : cette capacité de la démocratie à « changer la donne » économique. Précisément ce dont le monde a besoin aujourd’hui.

    Autrement dit : ces trois urgences et ces trois exigences sont profondément liées. Reposer la question sociale, c’est nécessairement aujourd’hui poser une question démocratique et écologique. Mais comme ce changement est profondément rejeté par le néolibéralisme et les États qui sont acquis à sa logique, il ne reste alors que la rue pour exprimer son besoin. C’est ce qui est sur le point de se cristalliser aujourd’hui. Selon les régions, les priorités peuvent être différentes, mais c’est bien un même système qui est remis en cause, ce néolibéralisme global. Au reste, tous les mouvements connaissent une évolution où la question démocratique et sociale se retrouve, parfois avec des préoccupations écologiques conscientes. Partout, donc, la contestation est profonde et touche au système économique, social et politique.

    Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux samedi 19 octobre, on voit des policiers espagnols frappant les manifestants indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone. Sur le mur, un graffiti en catalan se détache : « aço és llutta de classe », « ceci est une lutte de classe ». Derrière la question nationale catalane s’est toujours placée la revendication d’une société plus juste et redistributive. Lorsque frappe la répression, cette réalité reprend le dessus. La volonté de reprendre le contrôle démocratique en Catalogne traduit aussi des priorités sociales et écologiques (un des condamnés par la justice espagnol, Raül Romeva, a été un élu écologiste avant de rejoindre le mouvement indépendantiste).

    En France, le mouvement des gilets jaunes ne s’est pas arrêté à une simple « jacquerie fiscale » et la fin de la hausse de la taxe carbone n’a pas mis fin au mouvement. Ce dernier a remis en cause la pratique démocratique du pays et la politique anti-redistributive du gouvernement et le mouvement a même rejoint les mouvements écologistes, comme l’a montré l’occupation d’Italie 2 début octobre. Les angoisses de « fin du mois » et de « fin du monde » commencent à converger. En Équateur, la situation est assez comparable : la lutte contre la fin des subventions à l’essence a permis de mettre en avant l’ampleur des inégalités touchant les populations autochtones, lesquelles sont depuis des années en révolte contre la logique extractiviste de gouvernements à la recherche de dollars.

    Au Liban, où sept personnes détiennent l’équivalent d’un quart du PIB, le rejet du plan de « réformes » prévoyant taxes pour les plus pauvres et privatisations s’est aussi accompagné d’un rejet du gouvernement qui, pourtant, regroupe l’essentiel des partis du pays. Ce lien entre mouvement social et démocratisation est également évident au Chili. À Hong Kong, la contestation démocratique contre un régime chinois qui cherche à tout prix à cacher la crise de son modèle économique a pris un tournant social évident.

    Cette crise n’est qu’un début. Rien ne permet d’espérer que cette crise néolibérale se règle rapidement, bien au contraire. Aux pressions sociales vont s’ajouter les catastrophes climatiques à répétition, comme celles qu’ont connues les Caraïbes depuis quelques années, qui ne feront que dégrader les conditions sociales. Surtout, les États semblent incapables de trouver d’autres solutions que celles issues du bréviaire néolibéral. Certes, en Équateur ou au Liban, les manifestants ont obtenu satisfaction avec le retrait des projets contestés. Au Liban, une mesure redistributive, une taxe sur les bénéfices bancaires a même été accordée. Mais ces victoires sont fragiles et, comme on l’a vu, elles n’épuisent ni les problèmes sous-jacents, ni les revendications démocratiques.

    Confronté à ce conflit permanent et à la contestation de son efficacité, le néolibéralisme pourrait alors se durcir et se réfugier derrière la « violence légitime » de l’État pour survivre. Comme Emmanuel Macron en France qui justifie toutes les violences policières, Pedro Sánchez en Espagne, qui n’a visité que des policiers blessés à Barcelone ce 21 octobre ou Sebastián Piñera, le président chilien invité du G7 de Biarritz en septembre, qui a fait ses annonces sous le regard de militaires comme jadis Augusto Pinochet… Ce dernier a ouvertement déclaré : « Nous sommes en guerre », à propos des manifestants. La guerre sociale devient donc mondiale et elle implique le néolibéralisme et ses défenseurs contre ses opposants.

    Devant la violence de cette guerre et l’incapacité des gouvernants à dépasser le néolibéralisme, on assisterait alors à une convergence du néolibéralisme, autrement dit de la défense étatique des intérêts du capital, avec les mouvements néofascistes et nationalistes, comme cela est le cas depuis longtemps déjà dans les anciens pays de l’Est ou, plus récemment, dans les pays anglophones, mais aussi désormais en Inde et en Chine. Le besoin de stabilité dont le capital a si impérieusement besoin ne pourrait alors être acquis que par une « militarisation » de la société qui accompagnerait sa marchandisation. Le néolibéralisme a prouvé qu’il n’était pas incompatible avec cette évolution : son laboratoire a été… le Chili de Pinochet, un pays alors verrouillé pour les libertés, mais fort ouvert aux capitaux étrangers. Ce retour de l’histoire pourrait être un présage sinistre qui appelle désormais à une réflexion urgente sur la construction d’une alternative sociale, écologique et démocratique.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/211019/crises-sociales-crises-democratiques-crise-du-neoliberalisme?onglet=full

  • COMMUNITY WORKSHOP | `Izbit Khayrallah - Tadamun
    http://www.tadamun.co/?post_type=voice&p=3131&lang=en&lang=en

    The purpose of the community workshops is to develop an understanding for different neighborhoods in Cairo from the perspective of those who know it the best; its residents. The community workshops start with a brief introduction of TADAMUN project that also showcases success stories of some local initiatives. The participants are then divided into small groups and are asked to draw a map of their area. No instruction is given to influence the type of information or format used. The groups are then asked to comment on their own maps to highlight the following:

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter #participative_mapping #cartographie_participative #cartoexpériment

  • Cairo 2050 Revisited: Cairo’s Mysterious Planning – What We Know and What We Do Not Know About Al-Fusṭāṭ - Tadamun
    http://www.tadamun.co/cairo-2050-revisited-cairos-mysterious-planning-know-know-al-fus%e1%b9%ada%e1%b9%ad/?lang=en

    There are many things that can be said about planning in Egypt. Transparent is not one of them. As discussed previously in another TADAMUN article on urban issues –“Where is Cairo’s Strategic Development,”– figuring out how urban plans are being designed and implemented in any given area of Egypt’s capital, Cairo, usually involves searching for random pieces of information from various sources that almost always leads to a muddled and self-contradictory picture. To illustrate this further, this article will provide a prime example of the mystery and ambiguity that almost always surrounds Egypt’s urban planning.

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • Cairo 2050 Revisited : A Planning Logic - Tadamun
    http://www.tadamun.co/introduction-cairo-2050-planning-logic/?lang=en

    Nobody can deny the daily struggles that citizens of Cairo have to deal with such as deterioration of housing and services, incredibly high population densities, and weak transportation. It is for this reason that Cairo’s planners deemed it necessary to develop a vision and strategic plan that would turn Cairo into a “modern city,” fulfilling the dreams of its citizens. This effort culminated in ‘Cairo 2050′ – a vision for Cairo’s future that was proposed in 2007/2008, and that was situated within a broader national strategic plan “Egypt 2050..”. The vision for Egypt revolved around raising the overall living standards for the Egyptian citizens through things like redistributing the population and developing the countryside rural areas, among other policies. The vision for Cairo depicted the city as full of wide boulevards and green spaces often replacing areas where millions of Egyptians currently live.

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • The Anti-Cairo
    https://placesjournal.org/article/the-anti-cairo

    The new capital of Egypt has no residents. It doesn’t have a local source of water. It just lost a major developer, the Chinese state company that had agreed to build the first phase. You might say the planned city in the desert 45 kilometers east of Cairo doesn’t have a reason to exist. Urban planner David Sims told the Wall Street Journal, “Egypt needs a new capital like a hole in the head.” 1

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • Asmarat: The state’s model housing for former ’slum’ residents | | Mada Masr
    https://madamasr.com/en/2018/06/18/feature/politics/asmarat-the-states-model-housing-for-former-slum-residents

    As the public bus approaches the main gate of Asmarat on Street 9 of the Cairo district of Moqattam, a police officer and two security guards appear. The bus goes through the manually operated boom barrier uninterrupted, while passengers of private cars and taxicabs are questioned about their destinations. Some drivers are asked to open their trunks to be searched before they are granted passage.

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • Egypt’s new administrative capital getting its own ’Nile’
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/01/egypt-administrative-capital-nile-river-green-park.html

    Egypt is racing against time to build a river in the middle of the desert, to go with the new administrative capital it is working on about 30 miles (45 kilometers) east of Cairo.

    On Jan. 14, Prime Minister Mostafa Madbouly attended the construction launch of the Green River project, worth 9 billion Egyptian pounds ($501.8 million), in the $45 billion new administrative capital. Seven construction companies are working on the project, which involves hundreds of workers.

    Madbouly said during the ceremony that the man-made river will link a series of the new administrative capital’s “smart,” modern neighborhoods and will feature a chain of gardens making up one of the most distinctive botanical parks in the world.

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • Egypt’s architects mobilize against tsunami of high-rise buildings
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/05/egypt-architect-tsunami-new-cairo.html

    The residential villas and the modern corporate buildings that line the main streets of New Cairo, a new suburb to the east of its namesake, often draw the lavish praise of politicians and admirations of the public.

    A group of architects, however, are not among the admirers. They think that New Cairo — and similar suburbs and towns on the outskirts of Cairo — is made up of dull cement blocks and poor imitations of high-rise buildings and gated communities that are found in Gulf states.

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter
    “In New Cairo … there is no harmony of architectural styles. It is a [bizarre melange of] classic, modern, post-modern or high-tech. We are afraid that this alien style will spread to the current capital,” architect Ahmed Salah, one of the organizers of an exhibition titled “Architecture Tsunami” at the American University in Cairo (AUC), told Al-Monitor.

  • Why Egypt’s construction boom creates ghost towns
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/09/egypts-new-cities-risk-turning-to-ghost-towns.html

    Located on Egypt’s northwest coast, New Alamein City is advertised as the “New Riviera” and the first of the “millennial cities.” The Egyptian government allocated 3 billion Egyptian pounds ($183.3 million) to create this city, which aims to host some 2 million people. The Ministry of Antiquities has even relocated the Ramses II obelisk from Cairo’s Zamalek neighborhood to the new city to give it a bit of grandeur. New Alamein is expected to be used as the government’s summer residence, just like Sochi in Russia.

    But will this city, despite the efforts, become one of Egypt’s ghost cities — lavish but unpopulated?

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • Sisi plans urban face-lift for Egypt’s cities
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/01/egypt-painting-building-scheme-unified-color-urbanization.html

    CAIRO — The Egyptian governorates, headed by Cairo governorate, started Jan. 19 implementing the government’s decision to paint building facades in a unified color for a more modern and “civilized” look. The decision stirred controversy among citizens on the costs involved.

    The color white was selected for the coastal governorates, light beige for the governorates in Upper Egypt and dark beige for Greater Cairo.

    The move comes after Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi instructed the government Jan. 17 to deal with the buildings whose facades are still unpainted. The Cabinet confirmed in a statement on the same day that the facades of these buildings will have to be painted or legal action would be taken against their owners, provided that the facades of these buildings are painted in one color to avoid what the statement described as “a noncivilized scene.”

    #Egypte #sisi #villes_nouvelles #villes_du_desert #urban_matter

  • The human cost of Ethiopia’s Grand Renaissance Dam - East Africa Monitor
    https://eastafricamonitor.com/the-human-cost-of-ethiopias-grand-renaissance-dam

    The Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) project has been a constant source of controversy since construction began in 2011. Africa’s biggest dam project is expected to cost a total of US$4.8 billion but the completion date has been pushed back until 2020, raising the prospect of total expenses increasing further. (…) The most obvious concern about Ethiopia’s dam project – ad the one getting most press coverage – is the impact it will have on Egypt’s vital water supply from the river Nile. Egypt is one of the world’s most water-stressed nations, almost entirely dependent on the Nile, which provides 90% of the country’s entire water supply.

    #Égypte #Éthiopie #grand_projets #eau

  • Baisser de rideau pour Sissi ? Mohamed Ali a volé la vedette au plus grand comédien d’Égypte | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/baisser-de-rideau-pour-sissi-mohamed-ali-vole-la-vedette-au-plus-gran

    L’écouter, c’est comme entendre un conducteur de tuk-tuk dire du mal d’un autre. Mais quand il parle, il parle la langue de la rue, et la rue l’écoute. C’est le problème de Sissi. 

    Sissi est un « raté », une « disgrâce », un « nain » qui se maquille et remonte son pantalon trop haut, a déclaré Ali à l’Égypte. Sissi est un escroc qui vous a fait la leçon sur la nécessité de vous serrer la ceinture tout en construisant des palais pour sa femme Intissar. 

    Et laissez-moi vous dire, a poursuivi le magnat de la construction, quels palais exactement ont été construits pour eux. Ali les a énumérés : une maison de luxe à Hilmiya (6 millions de dollars), une résidence présidentielle à Alexandrie (15 millions de dollars), un palais dans la nouvelle capitale administrative et un autre dans la nouvelle ville d’El-Alamein, à l’ouest d’Alexandrie.

    Les révélations sur les palais de Sissi ont galvanisé un peuple plongé dans la #pauvreté ou prêt à y sombrer. Selon un rapport publié par la Banque mondiale en avril, « environ 60 % de la population égyptienne est pauvre ou vulnérable ». 

    Près de la moitié de la population vit désormais non loin du seuil de pauvreté, fixé délibérément à un niveau plus élevé en #Égypte qu’ailleurs. Selon les statistiques égyptiennes, le pourcentage d’Égyptiens vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 25,2 % à 32,5 % depuis 2011.

    Sadate avait justifié la paix avec l’état sioniste par la nécessité de sortir de la pauvreté.