• COSCO Greece says Piraeus port sale terms inconsistent with deal | Reuters
    http://www.reuters.com/article/us-eurozone-greece-piraeus-port-idUSKCN0ZF2GO

    COSCO Greece objected on Wednesday to terms submitted to parliament for the sale of Piraeus Port to China COSCO Shipping, saying they were inconsistent with those previously agreed with the Greek privatization agency.

    Greece sealed the sale of Piraeus Port Authority to China COSCO Shipping Corporation in April, a major step for the bailed-out country in meeting the demands of international creditors that it step up privatizations.

    Under the 368.5 million euro (£298 million) deal, COSCO will buy 51 percent of Piraeus for 280.5 million euros and the remaining 16 percent for 88 million after five years and once it completes investments of 350 million euros over the next decade.

    The terms of the deal were submitted by the country’s shipping ministry to parliament for approval on Tuesday. But, COSCO Greece said in a letter to lawmakers seen by Reuters that key elements of the deal appeared to have been altered.

    The content of the specific plan is a complete reverse of what was agreed between COSCO HK and TAIPED (HRADF),” an email sent by COSCO Greece said, referring to the country’s privatization agency.

    It said that ’key terms’ on which COSCO’s offer was based, had been erased. It included an obligation by the state to approve project licensing within a specific timeframe.

    A lack of such guarantees, the COSCO note said, would have materially affected the amount it bid for the project, and possibly affected the submission of a bid altogether.

    Shipping Minister Theodoris Dritsas acknowledged that there were differences, but said the government had the right to make changes and the ministry was willing to make improvements.

    Ah, ben c’est cool, le gouvernement grec soumet au parlement un texte différent de l’accord signé. Ben oui, on l’a amélioré,…

    #embrouilles #privatisation du Pirée #ports

    • Le Parlement grec valide la cession du port du Pirée au géant chinois Cosco
      http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/01/le-parlement-grec-valide-la-cession-du-port-du-piree-au-geant-chinois-cosco_

      La cession de 67 % de la société du Pirée (OLP), le plus grand port de Grèce, au géant chinois du transport maritime China Ocean Shipping Company (Cosco), a été validée vendredi 1er juillet par le Parlement grec, juste avant une visite du premier ministre, Alexis Tsipras, à Pékin.

      La majorité des députés présents, 223 députés sur les 248, à l’exception de ceux du parti communiste KKE et du parti néo-nazi Aube dorée, ont voté en faveur de cette concession d’exploitation de l’OLP jusqu’à 2052, signée en avril entre Cosco et l’Agence grecque de privatisations, pour 368,5 millions d’euros.

      Certaines dispositions du texte initial de projet de loi, élaboré par le ministère de la marine marchande, avaient été fortement critiquées mardi par Cosco, qui avait accusé le gouvernement de vouloir changer « les termes de base convenus » lors de l’offre de Cosco pour le rachat du Pirée. Le ministre de la marine marchande, Thodoris Dritsas, a dû céder aux exigences du groupe chinois en déposant des amendements mercredi tout en répondant que « les protestations de Cosco étaient exagérées et sans base légale ».

      Selon les médias d’opposition, le gouvernement avait tenté d’imposer à Cosco des réglementations concernant la garantie de l’emploi et de supprimer certaines dispositions bénéficiant au groupe prévues dans le contrat de cession. Nouvelle Démocratie (droite), principal parti d’opposition et favorable à la cession, a qualifié la gestion gouvernementale dans cette affaire « d’irresponsable », et rappelé qu’avant l’arrivée au pouvoir en janvier 2015 du parti Syriza d’Alexis Tsipras, ce dernier était contre la privatisation de l’OLP.

  • « Minute » n’a plus la banane : le journal est en liquidation judiciaire | Jeudi 14 Novembre 2013 sur StreetPress.com
    http://www.streetpress.com/sujet/115013-minute-n-a-plus-la-banane-le-journal-est-en-liquidation-judiciai

    La procédure de liquidation judiciaire [de la SACEN] est donc prononcée en mars dernier, les 6 salariés sont remerciés, et le tribunal nomme un liquidateur judiciaire, dont le rôle est de vendre les actifs de l’entreprise pour, dans la mesure du possible, rembourser les créanciers. Surprise : Malgré la liquidation judiciaire, « Minute » continue à paraître, mais sous la houlette d’une autre société, la SEJMV [Société d’Exploitation du Journal Monde et Vie] propriété… du même Jean-Marie Molitor ! Son ardoise auprès des créanciers et de l’Etat effacée, le patron de presse repart au combat tout beau tout propre, c’est presque trop beau et trop facile.
    (…)
    A qui appartient la marque ? « A une personne qui veut bien que l’on continue à l’éditer. Mais à vous de trouver ! ». En fait… la marque « Minute » a été déposée en 1999 par Catherine Barnay, une ancienne des Jeunesses patriotiques et sociales de Roger Holeindre, d’ Ordre Nouveau et du PFN et désormais… directrice artistique de la revue « #Causeur ». Sauf que la marque, dont l’enregistrement n’a pas été renouvelé, n’est de fait « plus en vigueur », indiquent à StreetPress les services de l’INPI.
    (…)
    Autre surprise : « Minute » continue à être imprimé par la société Roto Presse Numeris, celle-là même à qui il devait plus de 200.000 euros. Sympa, l’imprimeur ! « Il a continué à nous imprimer malgré les pertes, et puis après on s’arrange, nous confie Jean-Marie Molitor. Mais c’est pas une obligation de parler de lui… ».

    Vu par Libé (qui ne reprend qu’une partie des infos) « #Minute » éructe encore, malgré sa liquidation http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2013/11/14/minute-eructe-encore-malgre-sa-liquidation_947055

    Il y a de l’#embrouille dans l’air. D’autant plus que c’est le même imprimeur qui a demandé la liquidation de la première société (c’est indiqué dans le jugement du tribunal de commerce, mais non repris dans l’article…)

  • Claude Guéant : à quoi resse...
    http://www.scoop.it/t/artpol/p/4000910451/claude-gueant-a-quoi-ressemblent-ses-tableaux-la-reponse-des-reseaux-sociaux?h

    « Les réseaux sociaux se moquent de l’affaire Guéant et de la vente de tableaux pour 500 000 euros. Les parodies se multiplient sur Twitter. Florilège en images... »

    #art #politique #Claude_Guéant #embrouille #magouille #satire #parodie #caricature #marine #Kadhafi