• Lettre ouverte aux militant-e-s écologistes. Et aux autres.

    Devant le spectacle accablant d’une gauche socialiste et écologiste aux abois, j’ai hésité à m’exprimer. Il est plus commode de poursuivre son chemin et continuer à (essayer de) semer les graines du renouveau et de la transition en feignant de les ignorer. Déçu-e-s ou sans illusion, nous n’avons pourtant pas le droit de nous résigner : notre pouvoir d’agir est plus important qu’ils ne le croient.

    https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/180216/lettre-ouverte-aux-militant-e-s-ecologistes-et-aux-autres

    #climaticide #Ecologistes #EELV #Emmanuelle_Cosse #François_Hollande #liberticide #Melenchon #mouvement #NDDL #pouvoir #Productivisme #Taubira

  • #Emmanuelle_Cosse au logement : un coup fatal porté à #EELV
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110216/emmanuelle-cosse-au-logement-un-coup-fatal-porte-eelv

    Manuel Valls, Emmanuelle Cosse et le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, lors d’un meeting pour les départementales en mars 2015 © Reuters Courtisée depuis des mois par #François_Hollande, la secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts a accepté d’entrer au #gouvernement comme ministre du logement. Ce choix risque de provoquer l’ultime explosion de son parti qui s’était prononcé contre un retour dans l’équipe gouvernementale. Ses amis et anciens camarades d’Act Up à Regards sont incrédules.

    #France #Ecologie #Manuel_Valls #remaniement

  • #Emmanuelle_Cosse, de l’activisme d’Act Up au #gouvernement de #Manuel_Valls
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110216/emmanuelle-cosse-de-lactivisme-dact-au-gouvernement-de-manuel-valls

    Manuel Valls, Emmanuelle Cosse et le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, lors d’un meeting pour les départementales en mars 2015 © Reuters Courtisée depuis des mois par #François_Hollande, la secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts a fini par accepter d’entrer au gouvernement. Au risque de provoquer l’ultime explosion de son parti qui est en désaccord avec ce choix. Ses amis et anciens camarades d’Act Up à Regards sont incrédules. Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili intègrent également l’équipe dirigée par Manuel Valls.

    #France #Ecologie #EELV #remaniement

  • Le radeau de la Méduse climatique (1)
    http://www.eauxglacees.com/Le-radeau-de-la-Meduse-climatique

    « Pourquoi les meilleurs d’entre nous s’en vont-ils à vau-l’eau tandis que les pires continuent à prospérer ? Je veux savoir (*) ». Jeudi 26 novembre, 10 heures du matin, au carrefour de la rue du Jourdain et de la rue des Pyrénées, dans le 20ème arrondissement à Paris. La petite place pavée où se tiennent les innombrables brocantes qui font désormais l’ordinaire des loisirs métropolitains est cernée de barrières, envahie de camions, illuminés de gilets fluo qui s’agitent dans tous les sens. Mon premier (...)

    • En fait j’avais tout faux ! Y avait les barrières, les camions, les gilets fluo, le gros moteur diesel, mais c’était pas Canal Bolloré et les intégristes ! C’était Paris qui plantait des arbres pour « compenser » la #COP_21 !

      Déjà là on a l’instantané de la période. Une vraie scène de crime. D’un côté de la placette, vers Jourdain, les librairies, les terrasses, avec les brunchs « populaires et familiaux » à 35 euros le dimanche, de l’autre les kebabs, l’épicier paki, les bazars à deux balles…

      Et donc, au milieu, maintenant, poussent les #arbres ! Enfin faut pas pousser, d’ailleurs je me pince pour y croire. A trois jours de l’ouverture de la grande caravane #publicitaire, la Ville a donc été chercher à grands frais, au moins à plusieurs centaines de bornes, donc les camions, l’autoroute, j’en passe et des pires, des « arbres » arrachés à une quelconque pépinière industrielle, qui, après avoir été transbahutés à grand frais, sont transplantés dans tout Paris, à grands coups de marteau piqueurs et de générateurs carburant bruyamment au diesel… (...)

      Les WWF, Greenpeace, Fondation Henrich Böhl, LDH… montent alors au créneau pour expliquer que la COP, l’ONU et les gouvernements c’est vachement bien, que la COP est un lieu de dialogue avec les gouvernements, les habituelles conneries...

      #Emmanuelle_Cosse, dont le directeur de la communication est un (ancien ?) haut-cadre de la direction de la communication de… Veolia (...)

      Les manifestations sont maintenues si elles ont lieu « dans les espaces fermés et aisément sécurisables », souligne le communiqué du secrétariat de la COP21.

      #Ville_de_Paris #Coalition_Climat #état-d'urgence et ses caniches.

    • A l’origine, une « Marche Mondiale pour le Climat » devait avoir lieu à Paris le 29 novembre, et dans d’autres villes comme Berlin, Milan... les 28 ou 29 novembre.

      Ensuite un « climat-forum » devait se tenir les 5 et 6 décembre durant le « Sommet citoyen pour le climat » organisé lui à Montreuil, en lisière de Paris, en Seine-Saint-Denis.

      Deux salles de 500 places, 3 salles de 200 places et beaucoup de salles de 50 places, genre salles de classe d’un lycée. La réservation d’une salle pour une tranche horaire de deux heures avait débuté dès le mois d’octobre sur le site web de la Coalition climat qui recensait les évènements et mobilisations prévues en parallèle de la COP21 « officielle ».

      Enfin, une « action de masse pour la justice climatique » était programmée à Paris le 12 décembre. L’une des initiatives proposées, dénommée « Red Line » étant une action de désobéissance sur le site officiel de la COP21 à Paris-Le Bourget, où se gobergeront les entreprises privées et les « ONG » accréditées.

      Evidemment, très tôt, aucun consensus ne pouvait être réuni pour l’action « Red Line » au sein de la Coalition climat, puisque certaines « ONG » membres de la Coalition climat seraient aussi présentes… à l’intérieur de la COP21 officielle à Paris-Le Bourget…

      Autre problème, sur un budget global initialement évalué à 590 millions d’euros, l’Etat, la Région Ile-de-France et la ville de Paris allaient donner beaucoup moins d’argent que prévu.

      Avec un « trou » de 100 millions d’euros, la traduction (interprètes et matériel) des échanges « alternatifs » n’était plus financée, et ce dès le mois de septembre. La Coalition climat envisageait dès lors de solliciter pouvoirs publics et collectivités.

    • Les membres d’Attac se reconnaissant à leur âge avancé (60 ans et quelques grosses brouettes), et les membres d’Alternatiba à leur jeune âge (moins de 30 ans) et un super t-shirt bling-bling, souvent avec la coupe de douilles genre Julien Bayou, ou la variante petite natte qu’on associe tout de suite aux braies des Gaulois (et tout le tintouin, les toilettes sèches qui sauveront le genre humain, et tutti frutti...). Ca à l’air de rien mais ça rend bien sur les selfies, faut pas déconner avec ça…
      [...]
      A la fin de la réunion, il est demandé à l’assistance d’approuver une déclaration rédigée avant la réunion par la petite poignée de gens qui pilotent le truc. Jusque là rien de surprenant. Sauf que, une personne demande à ce qu’un mot soit supprimé dans une phrase. La phrase était « La COP21 n’est pas la seule solution pour lutter contre le changement climatique ». Le mot à supprimer était « seule ».

      De nombreux participants agitent leurs petites mains en guise d’approbation. Les WWF, Greenpeace, Fondation Henrich Böhl, LDH… montent alors au créneau pour expliquer que la COP, l’ONU et les gouvernements c’est vachement bien, que la COP est un lieu de dialogue avec les gouvernements, les habituelles conneries...

    • Les moyens puissants sont oppressifs, les moyens faibles sont inopérants. Toutes les fois que les opprimés ont voulu constituer des groupements capables d’exercer une influence réelle, ces groupements, qu’ils aient eu nom partis ou syndicats, ont intégralement reproduit dans leur sein toutes les tares du régime qu’ils prétendaient réformer ou abattre, à savoir l’organisation bureaucratique, le renversement du rapport entre les moyens et les fins, le mépris de l’individu, la séparation entre la pensée et l’action, le caractère machinal de la pensée elle-même, l’utilisation de l’abêtissement et du mensonge comme moyens de propagande, et ainsi de suite. L’unique possibilité de salut consisterait dans une coopération méthodique de tous, puissants et faibles, en vue d’une décentralisation progressive de la vie sociale ; mais l’absurdité d’une telle idée saute immédiatement aux yeux. Une telle coopération ne peut pas s’imaginer même en rêve dans une civilisation qui repose sur la rivalité, sur la lutte, sur la guerre

      http://seenthis.net/messages/406040

  • Manifestation de Nantes : des casseurs, mais aussi des tracteurs
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5458

    La manifestation de Nantes samedi contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes a été marquée par des affrontements entre des ("antifas" et la police. Une réalité qui fait oublier la forte présence des paysans et le nombre des manifestants. (...) Source : Reporterre

    • C’est le plus souvent au nom de l’"image", de la "respectabilité" que ce type de séparations sont légitimées. Faut pas être complaisant avec les "éléments" (comme les nomme l’article, empruntant au style policier).
      D’ailleurs, au vu par exemple du peu d’arrestations, ce qui dénote d’un certain rapport de forces, pourquoi ne pas croire plutôt qu’« Il y a eu un espèce de laisser-aller, quasiment de la complaisance » comme le déclare le Maire PS de Nantes qui porte plainte ?http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/23/notre-dame-des-landes-le-maire-de-nantes-porte-plainte_4371883_3244.html

    • Ayrault le dit, faut _« sortir de l’ambiguïté ».
      « Tous ceux qui exercent des responsabilités publiques doivent condamner les squatteurs de la ZAD [zone d’aménagement différé réservée à l’aéroport], organisateurs délibérés de ces violences », a déclaré le premier ministre dimanche au quotidien Presse-Océan.

    • ouais, l’opposition entre « casseurs », « fauteurs de troubles », etc. et « gentils manifestants non-violents » est franchement crade. d’autant que des milliers de gentils manifestants non-violents sont restés à proximité des affrontements, et se replaçaient une fois le gaz lacrymogène dissipé. me semble que ça témoigne de leur volonté de ne pas prendre leurs distances avec ceux qui étaient en première ligne.

    • (…) Cela veut dire diffusion d’une pratique radicale dans un espace démocratique. Toute la question est celle de l’admissibilité de certaines pratiques illégales. Les luttes politiques et sociales ont toujours supposé un espace de jeu entre légalité et légitimité. C’est cet espace de jeu que bloque le concept de terrorisme. Il faut voir sa nouveauté. Autour de 68, on incriminait les « #casseurs » auprès de l’opinion en dépolitisant ainsi leurs actions et, d’un autre côté, on utilisait contre les militants une législation interdisant la reconstitution des ligues dissoutes qui avait été établie par la gauche en 1936 contre les ligues d’extrême-droite. Mais on ne parlait pas alors de « terrorisme ». Ce qui s’opère avant tout aujourd’hui, c’est une criminalisation des #illégalismes, qui était impensable dans ces années-là. L’occupation de locaux ou la séquestration des cadres étaient à l’époque considérés comme éléments du rapport de force, et le sabotage était poursuivi comme action criminelle ordinaire.

      Un entretien avec Jacques Rancière, Le sabot, outil de liaison locale sur Rennes et ses environs, n° 4, mars 2009
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4442

    • NOUS SOMMES TOUS DES CASSEURS

      une majorité d’interventions dans la sens d’une indistinction/solidarité grévistes/casseurs. ont été votés, un communiqué (qu’on devrait voir ici tôt ou tard) et deux banderolles en tête de manif. la première « nous sommes tous des casseurs », la seconde, un truc du genre « casseurs, grévistes, nous sommes tous des insoumis ».

      20 mars 2006, AG de plusieurs milliers de personnes à la fac de Rennes
      http://nantes.indymedia.org/articles/8175

    • #Emmanuelle_Cosse, (…). « On a toujours dénoncé les actes de violence donc les choses sont très simples » a-t-elle déclaré avant de souligner que son parti avait condamné dès samedi soir les violences à Nantes dues à des « éléments perturbateurs ».

      le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, a déclaré que « l’opposition institutionnelle à l’aéroport d[eva]it cesser d’être la vitrine légale d’un #mouvement_armé »

      Le même article du Monde, journal officiel de tous les pouvoirs, « actualisé » à plusieurs reprises.
      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/23/notre-dame-des-landes-le-maire-de-nantes-porte-plainte_4371883_3244.html

    • Quentin, gravement blessé à l’oeil le 22 février à Nantes
      http://nantes.indymedia.org/articles/28990

      Et ils visaient, au flash ball, ils étaient cachés, on les voyait viser, suivre des gens qui marchaient ou qui couraient en face pour aller se mettre à l’abri. Ils les visaient, les suivaient et shootaient, quoi. et ils visaient pas les pieds. On a vu la façon dont ils tiraient, c’était très... c’était ciblé.

      #bouchers #flashball

      il y aurait au moins 4 blessés graves suite à la manif d’hier à Nantes (mel)

    • #Hervé_Kempf, ah wéééé, je prends note…
      Pour la #culture_politique des rapports de force, des principes de perturbations de la société (peut-elle bouger autrement que par des affrontements ?) on relira avec plaisir Francis Dupuis-Déri http://www.atelierdecreationlibertaire.com/article.php3?id_article=382

      Du politicien au policier, en passant par l’idéologue capitaliste, le bon manifestant, la « porte-parole » du mouvement altermondialiste, l’éditorialiste, le journaliste et même l’analyste communiste, tous partagent ici les mêmes sentiments et les mêmes conclusions. À ce discours unanime ne manque pourtant qu’une voix, celle des personnes ayant participé à des Black Blocs. La réalité devient à la fois plus complexe et plus intéressante lorsqu’on accepte de prêter l’oreille à leurs discours, un effort qui permet de mieux comprendre ce phénomène, ses origines, sa dynamique, ses objectifs, ses faiblesses et ses succès.

    • cc (pour les commentaires) @bastamag qui a repris l’article avec un bien meilleur titre mais la même analyse - et notamment ceci qui mériterait quelques précisions vues les infos qui ont suivi...

      Les gendarmes, retranchés derrière leurs grilles, ne bronchent pas, répliquant par des tirs de grenades – en l’air et non en tir tendu – et par le canon à eau. Il s’agit de ne pas blesser les milliers de manifestants pacifiques qui sont encore sur le cours Franklin Roosevelt.

    • Cassons la figure du « casseur » !
      http://nantes.indymedia.org/articles/29041

      J’ose espérer également que les « casseurs » étaient aussi des « casseuses », et que lancer des projectiles ne renvoie pas juste à un comportement de mec viril. Les femmes aussi ont le droit de l’être [le faire, ndc] non ? Et si on parlait de « casseures » ?

      J’ose espérer enfin que les centaines de personnes qui assistaient et soutenaient les « casseures » avaient envie d’en faire autant mais n’osaient pas se lancer tant la violence symbolique imposée par ce dispositif militaire et les risques d’interpellations et de blessures physiques étaient forts.

      Moi même, j’étais pris dans ce sentiment d’ « attraction-répulsion » vis à vis des zones d’ « émeutes ». Impossible de fuir ces zones et de laisser ces gens qui dépassaient leur peur pour résister et nous protéger tou-te-s, car oui, face à un tel dispositif policier, il est difficile de se sentir en sécurité. L’envie était forte de lancer moi aussi des projectiles. Mes quelques œufs de peinture préparés pour l’occasion commençaient à faire pale figure à côté des pavés qui commençaient à pleuvoir en tous sens. Mon dernier œuf rose lancé derrière les grilles anti-émeutes pour rendre visible la couleur socialiste de tout cet armement m’a valu de belles critiques de la part d’un ’manifestant pacificiste’ : « faux-révolutionnaire », « bouffon », « petit bourgeois ». Ma réponse fut instantanée : « si tu veux garder ta rage dans ta tête, c’est ton problème, mais ne m’empêche pas d’exprimer la mienne ! ». Son attaque méprisante fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase de ma colère. Ras le bol de leur stratégie politique bidon où il faudrait jouer l’unité et attendre le soutien de BFM pour que l’aéroport ne se fasse pas.

      RETOUR À NANTES (RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA MANIFESTATION DU 22 FÉVRIER ET SES SUITES)
      http://www.article11.info/?Retour-a-Nantes-Reflexions-autour#pagination_page

      Fabrice Nicolino a fort bien répondu sur son site dans un texte adressé à Hervé Kempf : « Crois-tu sérieusement qu’on parlerait encore de Notre-Dame-des-Landes sans eux ? [les « violents »] Penses-tu - mais dans ce cas, écris-le ! - que les traditionnelles protestations auraient permis à elles seules de bloquer ce foutu chantier ? Moi, je suis certain que la détermination sans faille des zadistes - dont un nombre x sont aussi jeunes et violents que je l’ai été - a permis la création d’un rapport de forces favorable à notre combat commun. Attention ! Je ne prétends pas qu’ils auraient suffi, car je suis sûr du contraire. Il fallait aussi, bien entendu, la mobilisation des habitants, des paysans de la Conf’, de la gauche non inféodée… »