• Doit-on et peut-on défendre les oligarchies libérales ?
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?990-Doit-on-et-peut-on-defendre-les

    Texte paru dans « #Guerre et théorie de la guerre. Écrits politiques 1945-1997, VI », Éditions du Sandre, 2016, pp. 485-501. Ce document est plutôt une ébauche de texte du début des années 80, sans doute non relue par l’auteur, censée faire partie du second tome de « Devant la guerre », jamais paru. Les réserves d’usages quant à son contenu sont donc requise, selon l’expression consacrée. Voir la précision des éditeurs (également auteurs des notes) . Après de telles précautions, on est en droit de se (...) #Crises_économique,_sociale,_politique

    / Castoriadis C., #Politique, #Histoire, #Relativisme, Anéantissement / Génocide, #Article, #Totalitarisme, Guerre, #Oligarchie, (...)

    #Castoriadis_C. #Anéantissement_/_Génocide #Empire

  • Empire of Borders
    The Expansion of the US Border around the World
    by Todd Miller
    https://www.versobooks.com/books/2908-emp

    The twenty-first century has witnessed the rapid hardening of international borders. Security, surveillance, and militarization are widening the chasm between those who travel where they please and those whose movements are restricted. But that is only part of the story. As journalist Todd Miller reveals in Empire of Borders, the nature of US borders has changed. These boundaries have effectively expanded thousands of miles outside of US territory to encircle not simply American land but Washington’s interests. Resources, training, and agents from the United States infiltrate the Caribbean and Central America; they reach across the Canadian border; and they go even farther afield, enforcing the division between Global South and North.

    The highly publicized focus on a wall between the United States and Mexico misses the bigger picture of strengthening border enforcement around the world.

    Empire of Borders is a tremendous work of narrative investigative journalism that traces the rise of this border regime. It delves into the practices of “extreme vetting,” which raise the possibility of “ideological” tests and cyber-policing for migrants and visitors, a level of scrutiny that threatens fundamental freedoms and allows, once again, for America’s security concerns to infringe upon the sovereign rights of other nations.

    In Syria, Guatemala, Kenya, Palestine, Mexico, the Philippines, and elsewhere, Miller finds that borders aren’t making the world safe—they are the frontline in a global war against the poor.

    #frontières #états-unis #empire #bibliographie

  • Le vent se lève contre les #GAFA

    Nous assistons peut-être au début de la fin d’une toute-puissance. Ou, du moins, à un certain contrôle des pratiques et de l’emprise globale des géants du #Web. Avec l’avènement d’#internet et la digitalisation accélérée de nos vies et de l’économie, les monstres du secteur que sont #Google, #Apple, #Facebook et #Amazon – les GAFA – ont développé d’immenses #empires en surfant sur le manque de #régulation d’un business totalement nouveau et a priori sans frontières. Au point de rendre une partie de l’humanité captive de leurs services et de leurs politiques commerciales.

    Mais, après des années de laisser-faire au nom de la libre entreprise, les Etats veulent enfin sonner la fin de la récréation. Les chantiers ne manquent pas, tant les GAFA ont su contourner les lois pour étendre leurs tentacules.

    D’abord, la collecte massive de données qu’ils effectuent à des fins publicitaires, voire politiques. Ensuite, leur « optimisation fiscale » poussée au paroxysme. Les géants du net payent, en moyenne, deux fois moins d’impôts que les entreprises traditionnelles, grâce à des délocalisations de bénéfices déclarés dans des pays aux taux minimes. Enfin, les monstres du digital se sont illustrés par leur agressivité visant à s’assurer de quasi-monopoles. Ceci en rachetant presque toutes les jeunes sociétés qui pourraient leur faire de la concurrence.

    C’est ce dernier point qui fait l’actualité aux Etats-Unis. Une cinquantaine de procureurs d’Etat se sont réunis lundi à Washington devant la Cour suprême. Ils ont annoncé l’ouverture d’une enquête antitrust contre Google, qui accapare 92% des recherches en ligne, et les détournerait à son bénéfice.

    Cet été, la France a pour sa part lancé une nouvelle taxe sur les activités des géants d’internet, qui devrait être suivie par la création d’une imposition mondiale du numérique, négociée au sein de l’OCDE. De son côté, Facebook a été condamné en juillet à une amende de 5 milliards de dollars par les autorités étasuniennes pour ne pas avoir protégé les données de ses utilisateurs. Quant au maintien annoncé mardi de la Danoise Margrethe Vestager, célèbre pour avoir amendé les GAFA, à la tête de la Concurrence à la Commission européenne, il semble confirmer un mouvement de fond.

    Il était temps que les Etats sonnent la rébellion. Et il ne faut pas qu’ils en restent là. Car l’idéal d’un internet « libre » est bien mort depuis longtemps, étouffé par le rouleau compresseur de l’ultralibéralisme à outrance incarné par les GAFA.

    https://lecourrier.ch/2019/09/10/le-vent-se-leve-contre-les-gafa
    #résistance

  • How to Think About #Empire

    Boston Review speaks with #Arundhati_Roy on censorship, storytelling, and her problem with the term ‘postcolonialism.’

    In her second novel, The Ministry of Utmost Happiness (2017), Arundhati Roy asks, “What is the acceptable amount of blood for good literature?” This relationship between the imagination and the stuff of real life—violence, injustice, power—is central to Roy’s writing, dating back to her Booker Prize–winning debut novel The God of Small Things (1997). For the twenty years between the release of her first and second novels, the Indian writer has dismayed many—those who preferred that she stick to storytelling and those who were comfortable with the turn of global politics around 9/11—by voicing her political dissent loudly and publicly.

    Her critical essays, many published in major Indian newspapers, take on nuclear weapons, big dams, corporate globalization, India’s caste system, the rise of Hindu nationalism, the many faces of empire, and the U.S. war machine. They have garnered both acclaim and anger. In India Roy has often been vilified by the media, and accused of sedi- tion, for her views on the Indian state, the corruption of the country’s courts, and India’s brutal counterinsurgency in Kashmir. She has, on one occasion, even been sent to prison for committing “contempt of court.” In spite of this, Roy remains outspoken. In this interview, she reflects on the relationship between the aesthetic and the political in her work, how to think about power, and what it means to live and write in imperial times.

    Avni Sejpal: In your book, An Ordinary Person’s Guide to Empire (2004), you identify a few different pillars of empire: globalization and neoliberalism, militarism, and the corporate media. You write, “The project of corporate globalization has cracked the code of democracy. Free elections, a free press and an independent judiciary mean little when the free market has reduced them to commodities on sale to the highest bidder.” How would you update this today?

    Arundhati Roy: That was fourteen years ago! The updates now would include the ways in which big capital uses racism, caste-ism (the Hindu version of racism, more elaborate, and sanctioned by the holy books), and sexism and gender bigotry (sanctioned in almost every holy book) in intricate and extremely imaginative ways to reinforce itself, protect itself, to undermine democracy, and to splinter resistance. It doesn’t help that there has been a failure on the part of the left in general to properly address these issues. In India, caste—that most brutal system of social hierarchy—and capitalism have fused into a dangerous new alloy. It is the engine that runs modern India. Understanding one element of the alloy and not the other doesn’t help. Caste is not color-coded. If it were, if it were visible to the untrained eye, India would look very much like a country that practices apartheid.
    Another “update” that we ought to think about is that new technology could ensure that the world no longer needs a vast working class. What will then emerge is a restive population of people who play no part in economic activity—a surplus population if you like, one that will need to be managed and controlled. Our digital coordinates will ensure that controlling us is easy. Our movements, friendships, relationships, bank accounts, access to money, food, education, healthcare, information (fake, as well as real), even our desires and feelings—all of it is increasingly surveilled and policed by forces we are hardly aware of. How long will it be before the elite of the world feel that almost all the world’s problems could be solved if only they could get rid of that surplus population? If only they could delicately annihilate specific populations in specific ways—using humane and democratic methods, of course. Preferably in the name of justice and liberty. Nothing on an industrial scale, like gas chambers or Fat Men and Little Boys. What else are smart nukes and germ warfare for?

    AS: How does the rise of ethnonationalisms and populisms change your diagnosis?

    AR: Ethno-nationalism is only a particularly virulent strain of nationalism. Nationalism has long been part of the corporate global project. The freer global capital becomes, the harder national borders become. Colonialism needed to move large populations of people—slaves and indentured labor—to work in mines and on plantations. Now the new dispensation needs to keep people in place and move the money—so the new formula is free capital, caged labor. How else are you going to drive down wages and increase profit margins? Profit is the only constant. And it has worked to a point. But now capitalism’s wars for resources and strategic power (otherwise known as “just wars”) have destroyed whole countries and created huge populations of war refugees who are breaching borders. The specter of an endless flow of unwanted immigrants with the wrong skin color or the wrong religion is now being used to rally fascists and ethno-nationalists across the world. That candle is burning at both ends and down the middle, too. It cannot all be laid at the door of resource-plundering or strategic thinking. Eventually it develops a momentum and a logic of its own.

    As the storm builds, the ethno-nationalists are out harnessing the wind, giving each other courage. Israel has just passed a new bill that officially declares itself to be the national homeland of Jewish people, making its Arab citizenry second class. Unsurprising, but still, even by its own standards, pretty brazen. In the rest of the Middle East, of course, Israel and the United States are working hard at sharpening the Sunni–Shia divide, the disastrous end of which could be an attack on Iran. There are plans for Europe, too. Steve Bannon, a former aide of President Donald Trump, has started an organization, The Movement, headquartered in Brussels. The Movement aims to be “a clearing house for populist, nationalist movements in Europe.” It says it wants to bring about a “tectonic shift” in European politics. The idea seems to be to paralyze the European Union. A disintegrated EU would be a less formidable economic bloc, easier for the U.S. government to bully and bargain with. Yet, at the same time, uniting white supremacists in Europe and the United States is an attempt to help them to retain the power they feel is slipping away from them.

    Enough has been said about Trump’s immigration policies—the cages, the separation of infants and young children from their families—all of it just a little worse than what Barack Obama did during his presidency, to the sound of deafening silence. In India, too, the pin on the immigration grenade has just been pulled. In the spirit of the globalization of fascism, U.S. alt-right organizations are good friends of Hindu nationalists. Look to India, if you want to understand the world in microcosm. On July 30, 2018, the state of Assam published a National Register of Citizens (NRC). The register comes in lieu of a virtually nonexistent immigration policy. The NRC’s cut-off date of eligibility for Indian citizenship is 1971—the year that saw a massive influx of refugees from Bangladesh after the war with Pakistan. Most of them settled in Assam, which put enormous pressure on the local population, particularly on the most vulnerable indigenous communities. It led to escalating tensions, which have in the past boiled over into mass murder. In 1983 at least 2,000 Muslims were killed, with unofficial estimates putting the figure at five times that number. Now, at a time when Muslims are being openly demonized, and with the Hindu nationalist BJP (Bharatiya Janata Party) in power, the unforgiveable policy lapse of half a decade is going to be addressed. The selection process, sifting through a population of millions of people who don’t all have “legacy papers”—birth certificates, identity papers, land records, or marriage certificates—is going to create chaos on an unimaginable scale. Four million people who have lived and worked in Assam for years, have been declared stateless—like the Rohingya of Burma were in 1982. They stand to lose homes and property that they have acquired over generations. Families are likely to be split up in entirely arbitrary ways. At best, they face the prospect of becoming a floating population of people with no rights, who will serve as pools of cheap labor. At worst, they could try and deport them to Bangladesh, which is unlikely to accept them. In the growing climate of suspicion and intolerance against Muslims, they could well suffer the fate of the Rohingya.

    The BJP has announced its plans to carry out this exercise in West Bengal, too. If that were ever to happen, tens of millions of people would be uprooted. That could easily turn into yet another Partition. Or even, heaven forbid, another Rwanda. It doesn’t end there. In the Muslim-majority State of Jammu and Kashmir, on the other hand, the BJP has declared that it wants to abrogate Article 370 of the Indian Constitution, which gives the state autonomous status and was the only condition under which it would accede to India in 1947. That means beginning a process of overwhelming the local population with Israeli-type settlements in the Kashmir Valley. Over the past thirty years, almost 70,000 people have died in Kashmir’s struggle for self-determination. Any move to eliminate Article 370 would be simply cataclysmic.

    Meanwhile vulnerable communities that have been oppressed, exploited, and excluded because of their identities—their caste, race, gender, religion, or ethnicity—are organizing themselves, too, along those very lines, to resist oppression and exclusion.
    While it is easy to take lofty moral positions, in truth, there is nothing simple about this problem. Because it is not a problem. It is a symptom of a great churning and a deep malaise. The assertion of ethnicity, race, caste, nationalism, sub-nationalism, patriarchy, and all kinds of identity, by exploiters as well as the exploited, has a lot—but of course not everything—to do with laying collective claim to resources (water, land, jobs, money) that are fast disappearing. There is nothing new here, except the scale at which its happening, the formations that keep changing, and the widening gap between what is said and what is meant. Few countries in the world stand to lose more from this way of thinking than India—a nation of minorities. The fires, once they start, could burn for a thousand years. If we go down this warren and choose to stay there, if we allow our imaginations to be trapped within this matrix, and come to believe there is no other way of seeing things, if we lose sight of the sky and the bigger picture, then we are bound to find ourselves in conflicts that spiral and spread and multiply and could very easily turn apocalyptic.

    AS: You once wrote that George W. Bush “achieved what writers, scholars, and activists have striven to achieve for decades. He has exposed the ducts. He has placed on full public view the working parts, the nuts and bolts of the apocalyptic apparatus of the American empire.” What did you mean by this, and ten years and two presidents later, is the American empire’s apocalyptic nature still so transparent?

    AR: I was referring to Bush’s unnuanced and not very intelligent commentary after the events of 9/11 and in the run-up to the invasion of Afghanistan and Iraq. It exposed the thinking of the deep state in the United States. That transparency disappeared in the Obama years, as it tends to when Democrats are in power. In the Obama years, you had to ferret out information and piece it together to figure out how many bombs were being dropped and how many people were being killed, even as the acceptance speech for the Nobel Peace Prize was being eloquently delivered. However differently their domestic politics plays out on home turf, it is a truism that the Democrats’ foreign policy has tended to be as aggressive as that of the Republicans. But since 9/11, between Bush and Obama, how many countries have been virtually laid to waste? And now we have the era of Trump, in which we learn that intelligence and nuance are relative terms. And that W, when compared to Trump, was a serious intellectual. Now U.S. foreign policy is tweeted to the world on an hourly basis. You can’t get more transparent than that. The Absurd Apocalypse. Who would have imagined that could be possible? But it is possible—more than possible—and it will be quicker in the coming if Trump makes the dreadful mistake of attacking Iran.

    AS: There is a marked stylistic difference between your two novels, The God of Small Things and The Ministry of Utmost Happiness, published two decades apart. While both speak of politics and violence, the former is written in a style often described as lyrical realism. Beauty is one of its preoccupations, and it ends on a hopeful note. The Ministry of Utmost Happiness, on the other hand, is a more urgent, fragmented, and bleak novel, where the losses are harder to sustain. Given the dominance of lyrical realism in the postcolonial and global novel, was your stylistic choice also a statement about the need to narrate global systems of domination differently? Is the novel an indirect call to rethink representation in Indian English fiction?

    AR: The God of Small Things and The Ministry of Utmost Happiness are different kinds of novels. They required different ways of telling a story. In both, the language evolved organically as I wrote them. I am not really aware of making “stylistic choices” in a conscious way. In The God of Small Things, I felt my way toward a language that would contain both English and Malayalam—it was the only way to tell that story of that place and those people. The Ministry of Utmost Happiness was a much riskier venture. To write it, I had to nudge the language of The God of Small Things off the roof of a very tall building, then rush down and gather up the shards. The Ministry of Utmost Happiness is written in English but imagined in many languages—Hindi, Urdu, English... I wanted to try and write a novel that was not just a story told through a few characters whose lives play out against a particular backdrop. I tried to imagine the narrative form of the novel as if it were one of the great metropoles in my part of the world—ancient, modern, planned and unplanned. A story with highways and narrow alleys, old courtyards, new freeways. A story in which you would get lost and have to find your way back. A story that a reader would have to live inside, not consume. A story in which I tried not to walk past people without stopping for a smoke and a quick hello. One in which even the minor characters tell you their names, their stories, where they came from, and where they wish to go.

    I agree, The Ministry of Utmost Happiness is fragmented, urgent—I love the idea of a novel written over almost ten years being urgent—but I wouldn’t call it bleak. Most of the characters, after all, are ordinary folks who refuse to surrender to the bleakness that is all around them, who insist on all kinds of fragile love and humor and vulgarity, which all thrive stubbornly in the most unexpected places. In the lives of the characters in both books, love, sorrow, despair, and hope are so tightly intertwined, and so transient, I am not sure I know which novel of the two is bleaker and which more hopeful.

    I don’t think in some of the categories in which your question is posed to me. For example, I don’t understand what a “global” novel is. I think of both my novels as so very, very local. I am surprised by how easily they have traveled across cultures and languages. Both have been translated into more than forty languages—but does that make them “global” or just universal? And then I wonder about the term postcolonial. I have often used it, too, but is colonialism really post-? Both novels, in different ways, reflect on this question. So many kinds of entrenched and unrecognized colonialisms still exist. Aren’t we letting them off the hook? Even “Indian English fiction” is, on the face of it, a pretty obvious category. But what does it really mean? The boundaries of the country we call India were arbitrarily drawn by the British. What is “Indian English”? Is it different from Pakistani English or Bangladeshi English? Kashmiri English? There are 780 languages in India, 22 of them formally “recognized.” Most of our Englishes are informed by our familiarity with one or more of those languages. Hindi, Telugu, and Malayalam speakers, for example, speak English differently. The characters in my books speak in various languages, and translate for and to each other. Translation, in my writing, is a primary act of creation. They, as well as the author, virtually live in the language of translation. Truly, I don’t think of myself as a writer of “Indian English fiction,” but as a writer whose work and whose characters live in several languages. The original is in itself part translation. I feel that my fiction comes from a place that is more ancient, as well as more modern and certainly less shallow, than the concept of nations.
    Is The Ministry of Utmost Happiness an indirect call to rethink representation in the Indian English novel? Not consciously, no. But an author’s conscious intentions are only a part of what a book ends up being. When I write fiction, my only purpose is to try and build a universe through which I invite readers to walk.

    AS: Toward the end of The Ministry of Utmost Happiness a character asks: “How to tell a shattered story?” The novel is teeming with characters whose lives have, in some way, been curtailed or marginalized by the limits of national imaginaries. And yet their stories are rich with humor, rage, agency, and vitality. How do you approach storytelling at a time when people are constantly being thwarted by the narratives of neo-imperial nation-states?

    AR: National imaginaries and nation-state narratives are only one part of what the characters in The Ministry of Utmost Happiness have to deal with. They also have to negotiate other stultified and limited kinds of imaginations—of caste, religious bigotry, gender stereotyping. Of myth masquerading as history, and of history masquerading as myth. It is a perilous business, and a perilous story to try to tell. In India today, storytelling is being policed not only by the state, but also by religious fanatics, caste groups, vigilantes, and mobs that enjoy political protection, who burn cinema halls, who force writers to withdraw their novels, who assassinate journalists. This violent form of censorship is becoming an accepted mode of political mobilization and constituency building. Literature, cinema, and art are being treated as though they are policy statements or bills waiting to be passed in Parliament that must live up to every self-appointed stakeholders’ idea of how they, their community, their history, or their country must be represented. Not surprisingly, bigotry of all kinds continues to thrive and be turned against those who do not have political backing or an organized constituency. I recently saw a Malayalam film in the progressive state of Kerala called Abrahaminde Santhathikal (The Sons of Abraham). The vicious, idiot-criminal villains were all black Africans. Given that there is no community of Africans in Kerala, they had to be imported into a piece of fiction in order for this racism to be played out! We can’t pin the blame for this kind of thing on the state. This is society. This is people. Artists, filmmakers, actors, writers—South Indians who are mocked by North Indians for their dark skins in turn humiliating Africans for the very same reason. Mind-bending.

    Trying to write, make films, or practice real journalism in a climate like this is unnerving. The hum of the approaching mob is like a permanent background score. But that story must also be told.
    How to tell a shattered story? is a question that one of the main characters in The Ministry of Utmost Happiness, Tilo—Tilotamma—who lives in an illegal Guest House in a Delhi graveyard, has scribbled in her notebook. She answers it herself: By slowly becoming everybody? No. By slowly becoming everything. Tilo is an architect, an archivist of peculiar things, a deathbed stenographer, a teacher, and the author of strange, unpublished tales. The scribble in her notebook is a contemplation about the people, animals, djinns, and spirits with whom she has ended up sharing her living quarters. Considering the debates swirling around us these days, Tilo would probably be severely rebuked for thinking in this way. She would be told that “slowly becoming everyone,” or, even worse, “everything,” was neither practical nor politically correct. Which is absolutely true. However, for a teller of stories, perhaps all that doesn’t matter. In times that are as crazy and as fractured as ours, trying “to slowly become everything” is probably a good place for a writer to start.

    AS: In addition to writing novels, you are also a prolific essayist and political activist. Do you see activism, fiction, and nonfiction as extensions of each other? Where does one begin and the other end for you?

    AR: I am not sure I have the stubborn, unwavering relentlessness it takes to make a good activist. I think that “writer” more or less covers what I do. I don’t actually see my fiction and nonfiction as extensions of each other. They are pretty separate. When I write fiction, I take my time. It is leisurely, unhurried, and it gives me immense pleasure. As I said, I try to create a universe for readers to walk through.

    The essays are always urgent interventions in a situation that is closing down on people. They are arguments, pleas, to look at something differently. My first political essay, “The End of Imagination,” was written after India’s 1998 nuclear tests. The second, “The Greater Common Good,” came after the Supreme Court lifted its stay on the building of the Sardar Sarovar Dam on the Narmada River. I didn’t know that they were just the beginning of what would turn out to be twenty years of essay writing. Those years of writing, traveling, arguing, being hauled up by courts, and even going to prison deepened my understanding of the land I lived in and the people I lived among, in ways I could not have imagined. That understanding built up inside me, layer upon layer.
    Had I not lived those twenty years the way I did, I would not have been able to write The Ministry of Utmost Happiness. But when I write fiction, unlike when I write political essays, I don’t write from a place of logic, reason, argument, fact. The fiction comes from years of contemplating that lived experience, turning it over and over until it appears on my skin like sweat. I write fiction with my skin. By the time I started to write The Ministry of Utmost Happiness, I felt like a sedimentary rock trying to turn itself into a novel.

    AS: In Power Politics (2001), you wrote: “It’s as though the people of India have been rounded up and loaded onto two convoys of trucks (a huge big one and a tiny little one) that have set off resolutely in opposite directions. The tiny convoy is on its way to a glittering destination somewhere near the top of the world. The other convoy just melts into the darkness and disappears. . . . For some of us, life in India is like being suspended between two of the trucks, one in each convoy, and being neatly dismembered as they move apart, not bodily, but emotionally and intellectually.” For nations around the world that have had abrupt and accelerated introductions to globalization and neoliberalism, would you say the convoy headed for the top of the world has crashed? And what has become of those who are being slowly dismembered?

    AR: It has not crashed yet. But its wheels are mired, and the engine is overheating.

    As for those who are being slowly pulled apart, they have been polarized and are preparing to dismember each other. Prime Minister Narendra Modi is the personification of what you could call corporate Hindu nationalism. Like most members of the BJP, he is a member of the Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), the Hindu nationalist cultural guild that is the most powerful organization in India today. The BJP is really just the political arm of the RSS. The aim of the RSS, which was founded in 1925, has long been to change the Indian constitution and to officially declare India a Hindu nation. Modi began his mainstream political career in October 2001, when his party installed him (unelected) as Chief Minister of the state of Gujarat. In February 2002 (at the height of post 9/11 international Islamophobia) came the Gujarat pogrom in which Muslims were massacred in broad daylight by mobs of Hindu vigilantes, and tens of thousands were driven from their homes. Within months of this, several heads of India’s major corporations publicly backed Modi, a man with no political track record, as their pick for prime minister. Perhaps this was because they saw in him a decisive and ruthless politician who could ram through new economic policies and snuff out the protests and the restlessness in the country that the Congress Party government seemed unable to deal with (meanwhile delaying the implementation of the hundreds of memorandums of understanding signed by the government with various corporate entities). It took twelve years; in May 2014, Modi became prime minister with a massive political majority in Parliament. He was welcomed onto the world’s stage by the international media and heads of state who believed he would make India a dream destination for international finance.

    Although his few years in power have seen his favorite corporations and the families of his close allies multiply their wealth several times over, Modi has not been the ruthless, efficient free marketeer that people had hoped for. The reasons for this have more to do with incompetence than with ideology. For example, late one night in November 2016, Modi appeared on TV and announced his policy of “demonetization.” From that moment, 80 percent of Indian currency notes were no longer legal tender. It was supposed to be a lightning strike on hoarders of “black money.” A country of more than a billion people ground to a halt. Nothing on this scale has ever been attempted by any government before. It was an act of hubris that belonged in a totalitarian dictatorship. For weeks together, daily wage workers, cab drivers, small shop keepers stood in long lines, hour upon hour, hoping to get their meager savings converted into new bank notes. All the currency, almost to the last rupee, “black” as well as “white,” was returned to the banks. Officially at least, there was no “black money.” It was a big-budget, razzle-dazzle flop.

    Demonetization and the chaotic new Goods and Services Tax have knocked the wind out of small businesses and ordinary people. For big investors, or for the most ordinary person, this sort of caprice on the part of a government that says it is “business-friendly” is lethal. It’s a bald declaration that its word cannot be trusted and is not legally binding.

    Demonetization also emptied the coffers of almost all political parties, since their unaccounted-for wealth is usually held in cash. The BJP, on the other hand, has mysteriously emerged as one of the richest, if not the richest, political party in the world. Hindu nationalism has come to power on mass murder and the most dangerously bigoted rhetoric that could—and has—ripped through the fabric of a diverse population. A few months ago, four of the most senior judges of the Supreme Court held a press conference in which they warned that democracy in India was in grave danger. Nothing like it has ever happened before. As hatred is dripped into peoples’ souls, every day, with sickened hearts we wake up to Muslim-lynching videos put up on YouTube by gloating vigilantes, news of Dalits being publicly flogged, of women and infants being raped, of thousands marching in support of people who have been arrested for rape, of those convicted for mass murder in the Gujarat pogrom being let out of jail while human rights defenders and thousands of indigenous people are in jail on charges of sedition, of children’s history textbooks being written by complete fools, of glaciers melting and of water tables plummeting just as fast as our collective IQ.
    But it is all OK, because we are buying more weapons from Europe and the United States than almost anyone else. So, India, which has the largest population of malnutritioned children in the world, where hundreds of thousands of debt-ridden farmers and farm laborers have committed suicide, where it is safer to be a cow than it is to be a woman, is still being celebrated as one of the fastest growing economies in the world.

    AS: The word “empire” has often been invoked as a uniquely European and U.S. problem. Do you see India and other postcolonial nations as adapting older forms of empire in new geopolitical clothing? In The Ministry of Utmost Happiness, you show us how the Indian government has developed strategies of surveillance and counterterrorism that are, to put it mildly, totalitarian in their scope. How can we think of empire now in the Global South, especially at a time when postcolonial nations are emulating the moral calculus of their old colonial masters?

    AR: It is interesting that countries that call themselves democracies— India, Israel, and the United States—are busy running military occupations. Kashmir is one of the deadliest and densest military occupations in the world. India transformed from colony to imperial power virtually overnight. There has not been a day since the British left India in August 1947 that the Indian army and paramilitary have not been deployed within the country’s borders against its “own people”: Mizoram, Manipur, Nagaland, Assam, Kashmir, Jammu, Hyderabad, Goa, Punjab, Bengal, and now Chhattisgarh, Orissa, Jharkhand. The dead number in the tens or perhaps hundreds of thousands. Who are these dangerous citizens who need to be held down with military might? They are indigenous people, Christians, Muslims, Sikhs, communists. The pattern that emerges is telling. What it shows quite clearly is an “upper”-caste Hindu state that views everyone else as an enemy. There are many who see Hinduism itself as a form of colonialism—the rule of Aryans over Dravidians and other indigenous peoples whose histories have been erased and whose deposed rulers have been turned into the vanquished demons and asuras of Hindu mythology. The stories of these battles continue to live on in hundreds of folktales and local village festivals in which Hinduism’s “demons” are other peoples’ deities. That is why I am uncomfortable with the word postcolonialism.

    AS: Talk of dissent and social justice has become mainstream in the age of Trump—but social media hashtags often stand in for direct action, and corporations frequently use the language of uplift and social responsibility while doubling down on unethical business practices. Has protest been evacuated of its potential today? And in such an environment, what kind of dissent is capable of cracking the edifice of empire?

    AR: You are right. Corporations are hosting happiness fairs and dissent seminars and sponsoring literature festivals in which free speech is stoutly defended by great writers. Dissent Is the Cool (and Corporate) New Way To Be. What can we do about that? When you think about the grandeur of the civil rights movement in the United States, the anti–Vietnam War protests, it makes you wonder whether real protest is even possible any more. It is. It surely is. I was in Gothenburg, Sweden, recently, when the largest Nazi march since World War II took place. The Nazis were outnumbered by anti-Nazi demonstrators, including the ferocious Antifa, by more than ten to one. In Kashmir, unarmed villagers face down army bullets. In Bastar, in Central India, the armed struggle by the poorest people in the world has stopped some of the richest corporations in their tracks. It is important to salute people’s victories, even if they don’t always get reported on TV. At least the ones we know about. Making people feel helpless, powerless, and hopeless is part of the propaganda.

    But what is going on in the world right now is coming from every direction and has already gone too far. It has to stop. But how? I don’t have any cure-all advice, really. I think we all need to become seriously mutinous. I think, at some point, the situation will become unsustainable for the powers that be. The tipping point will come. An attack on Iran, for example, might be that moment. It would lead to unthinkable chaos, and out of it something unpredictable would arise. The great danger is that, time and time again, the storm of rage that builds up gets defused and coopted into yet another election campaign. We fool ourselves into believing that the change we want will come with fresh elections and a new president or prime minister at the helm of the same old system. Of course, it is important to bounce the old bastards out of office and bounce new ones in, but that can’t be the only bucket into which we pour our passion. Frankly, as long as we continue to view the planet as an endless “resource,” as long as we uphold the rights of individuals and corporations to amass infinite wealth while others go hungry, as long as we continue to believe that governments do not have the responsibility to feed, clothe, house, and educate everyone—all our talk is mere posturing. Why do these simple things scare people so much? It is just common decency. Let’s face it: the free market is not free, and it doesn’t give a shit about justice or equality.

    AS: The vexed question of violent struggle against domination has come up at different moments in history. It has been debated in the context of Frantz Fanon’s writing, Gandhi, Black Lives Matter, Palestine, and the Naxalite movement, to name a few. It is a question that also comes up in your fiction and nonfiction. What do you make of the injunction against the use of violence in resistance from below?

    AR: I am against unctuous injunctions and prescriptions from above to resistance from below. That’s ridiculous, isn’t it? Oppressors telling the oppressed how they would like to be resisted? Fighting people will choose their own weapons. For me, the question of armed struggle versus passive resistance is a tactical one, not an ideological one. For example, how do indigenous people who live deep inside the forest passively resist armed vigilantes and thousands of paramilitary forces who surround their villages at night and burn them to the ground? Passive resistance is political theater. It requires a sympathetic audience. There isn’t one inside the forest. And how do starving people go on a hunger strike?

    In certain situations, preaching nonviolence can be a kind of violence. Also, it is the kind of terminology that dovetails beautifully with the “human rights” discourse in which, from an exalted position of faux neutrality, politics, morality, and justice can be airbrushed out of the picture, all parties can be declared human rights offenders, and the status quo can be maintained.

    AS: While this volume is called Evil Empire, a term borrowed from Ronald Reagan’s description of the Soviet Union, there are many who think of empire as the only sustainable administrative and political mechanism to manage large populations. How might we challenge dominant voices, such as Niall Ferguson, who put so much faith in thinking with the grain of empire? On the flipside, how might we speak to liberals who put their faith in American empire’s militarism in a post–9/11 era? Do you see any way out of the current grip of imperial thinking?

    AR: The “managed populations” don’t necessarily think from Ferguson’s managerial perspective. What the managers see as stability, the managed see as violence upon themselves. It is not stability that underpins empire. It is violence. And I don’t just mean wars in which humans fight humans. I also mean the psychotic violence against our dying planet.

    I don’t believe that the current supporters of empire are supporters of empire in general. They support the American empire. In truth, captalism is the new empire. Capitalism run by white capitalists. Perhaps a Chinese empire or an Iranian empire or an African empire would not inspire the same warm feelings? “Imperial thinking,” as you call it, arises in the hearts of those who are happy to benefit from it. It is resisted by those who are not. And those who do not wish to be.

    Empire is not just an idea. It is a kind of momentum. An impetus to dominate that contains within its circuitry the inevitability of overreach and self-destruction. When the tide changes, and a new empire rises, the managers will change, too. As will the rhetoric of the old managers. And then we will have new managers, with new rhetoric. And there will be new populations who rise up and refuse to be managed.

    http://bostonreview.net/literature-culture-global-justice/arundhati-roy-avni-sejpal-challenging-%E2%80%9Cpost-%E2%80%9D-postcolo
    #post-colonialisme #terminologie #mots #vocabulaire

    • A propos du #Cachemire (et un peu d’#israel aussi) :

      The BJP has announced its plans to carry out this exercise in West Bengal, too. If that were ever to happen, tens of millions of people would be uprooted. That could easily turn into yet another Partition. Or even, heaven forbid, another Rwanda. It doesn’t end there. In the Muslim-majority State of Jammu and Kashmir, on the other hand, the BJP has declared that it wants to abrogate Article 370 of the Indian Constitution, which gives the state autonomous status and was the only condition under which it would accede to India in 1947. That means beginning a process of overwhelming the local population with Israeli-type settlements in the Kashmir Valley. Over the past thirty years, almost 70,000 people have died in Kashmir’s struggle for self-determination. Any move to eliminate Article 370 would be simply cataclysmic.

      It is interesting that countries that call themselves democracies— India, Israel, and the United States—are busy running military occupations. Kashmir is one of the deadliest and densest military occupations in the world. India transformed from colony to imperial power virtually overnight.

      Et 6 mois plus tard :
      https://seenthis.net/messages/796004

      #Arundhati_Roy #Inde

    • peau noires ...

      I recently saw a Malayalam film in the progressive state of Kerala called Abrahaminde Santhathikal (The Sons of Abraham). The vicious, idiot-criminal villains were all black Africans. Given that there is no community of Africans in Kerala, they had to be imported into a piece of fiction in order for this racism to be played out! We can’t pin the blame for this kind of thing on the state. This is society. This is people. Artists, filmmakers, actors, writers—South Indians who are mocked by North Indians for their dark skins in turn humiliating Africans for the very same reason. Mind-bending.

      #racisme #Inde #Kerala

  • Astonishing Chapters from the Life of David Ben Gurion In the Ottoman Empire - رصيف 22
    https://raseef22.com/article/1074609-astonishing-chapters-from-the-life-of-david-ben-gurion-in-the-otto

    It will probably come as a shock to many that the founder of Israel, David Ben Gurion, lived some of his most formative years in Turkey - a period in which he developed his character, honed his identity as well as his cultural, educational, intellectual, social and political foundations. This period in Ben Gurion’s life reveals to us many important secrets, firstly surrounding the personality of Ben Gurion, and secondly on the concept of Zionism during its early stages - especially as held by the major figures of the Zionist movement who would go on to participate in the foundation of the State of Israel, such as Ben Gurion - Israel’s first Prime Minister - and his friend Yitzhak Ben-Zvi - one of the major figures during the foundation of the State and Israel’s second and longest-serving president. Perhaps the most peculiar development was the discovery by Ben Gurion and Ben-Zvi of Zionism while living unde Ottoman rule - for the duo’s aspirations were inextricably linked to loyalty to the Ottomans and Ottoman society, which they loved and defended like any other Ottoman citizen - regardless of their religious, national or ethnic affiliations.

    While it may no longer be possible to politically build upon this discovery - with the suitable moment for that having long passed - it nonetheless was an important matter in Ben Gurion’s time and era during the early twentieth century: for it is probable that the Zionist project at that time was not planning to create a separate state independent from the Ottoman Empire, but a social and collective state, or a refuge or sanctuary specific to Jews which could offer them a safe haven to escape the persecution they encountered in both Eastern and Western European states. The most important aspect of such a project was for Jews to become Ottoman citizens, no longer holding Russian nationality or that of some other persecuting state. If so, the trajectory of the Zionist movement could have been significantly altered if the conception of Zionism as held by Ben Gurion and his likes was contained by the Ottoman state: for at the time, these figures preferred cooperation with the Ottoman state over seeking support from the English and French.

    #sionisme #turquie #empire_ottoman

  • Eva_Joly balance tout sur la Françafrique La Rédaction - 23 Juillet 2019 - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/eva-joly-balance-tout-sur-la-francafrique

    Nous ne résistons pas à l’envie de publier pour nos lecteurs ces extraits du dernier livre de la députée française Eva Joly, détaillant les « crimes » de la France en Afrique en général et au Cameroun en particulier ; elle parle notamment du massacre des #Bamilékés par son pays.
     
    Je n’avais rien compris à ce que l’écrivain #Slimane_Zeghidour appelle « le secret de famille de la République ». Lorsque j’ai pris en charge l’instruction de l’affaire #Elf, j’avais en face de moi les puissants du pétrole français, je n’aimais pas leur arrogance, la façon qu’ils avaient de se servir dans les caisses, mais lorsqu’ils invoquaient les intérêts supérieurs du pays, j’étais prête à les croire.

    Je sortais de plusieurs années en détachement au Ministère des Finances, entourée de hauts fonctionnaires intègres, d’une compétence absolue.

    J’avais confiance dans les institutions de mon pays d’adoption. Je n’imaginais pas que la finalité des dirigeants des sociétés nationales du #pétrole fut autre chose que le bien commun. Je traquais les dérives et non le système lui-même.

    Pourtant au fil de mon enquête, j’ai découvert un monde souterrain. Magistrate, limitée par le cadre de ma saisine et des compétences nationales, je devais m’arrêter sur le seuil de certaines portes, qui menaient vers l’étranger.

    Je découvrais des chemins qu’il aurait été passionnant de remonter, des connexions qui m’ahurissaient. Avec des chiffres, des comptes, nous avions sous nos yeux le déchiffrage d’un vaste réseau de #corruption institutionnalisé, dont les fils étaient reliés en direct à l’#Elysée.

    Ce n’était pas mon rôle d’en tirer les conclusions politiques, mais j’en ai gardé l’empreinte. Nous avions dessiné alors un vaste schéma, que j’ai toujours avec moi. Il fait huit mètres une fois déplié.

    Il serpente depuis le bureau d’un directeur des hydrocarbures d’Elf, jusqu’à des comptes obscurs alimentés par le Gabon, aux mains d’#Omar_Bongo : quarante ans de pouvoir et une difficulté récurrente à distinguer sa tirelire et sa famille d’une part, le budget de l’Etat et le Gouvernement d’autre part.

    J’emporte souvent ce schéma avec moi, au fil des rendez-vous. Je l’étale sur les tables, un peu comme un capitaine au combat sort ses vieilles cartes.

    Les positions ont sans doute varié, les techniques de camouflage se sont sophistiquées, mais le système est là : les tyrans sont des amis que la France a placés au pouvoir et dont elle protège la fortune et l’influence par de vastes réseaux de corruption ; en échange ils veillent sur les intérêts et les ressources des entreprises françaises venues creuser le sol. Tout ce beau monde a intérêt à ce que rien, jamais, ne stimule ni les institutions ni l’économie des pays.

    La France aide à appauvrir le Gabon.
    Et si je m’arrête un instant au Gabon, qu’est-ce que j’y vois ? Un pays riche qui exporte plus de treize milliards de dollars de pétrole brut par an et affiche un PIB par habitant largement au-dessus de la moyenne africaine (6 397 $) ? Ou un pays pauvre où l’espérance de vie est estimée à 55 ans pour les femmes et 53 pour les hommes, ce qui leur laisse un an de moins que les Malgaches nés sur un sol sans pétrole ? Le taux de mortalité infantile est au Gabon particulièrement élevé, le taux de vaccination contre la rougeole est de 40% contre une moyenne de 79% dans les pays en développement.

    Voilà où en est le Gabon, chasse gardée de la France, fournisseur des trésors du pétrole et de l’uranium, fief de #Total-Elf, la première capitalisation boursière française.

    Si les habitants de Libreville n’ont pas bénéficié de la richesse de leur pays, c’est parce que la France s’est accaparée ses ressources minières, avec la complicité d’un Président, enrôlé dès son service militaire par l’armée française et ses services secrets, placé à la tête du pays à 32 ans par Paris, il était alors le plus jeune Chef d’Etat du monde. La France contrôle son armée, ses élections et protège sa fortune.

    En retour, Omar Bongo fait table ouverte plusieurs fois par an, Avenue Foch ou l’Hôtel Crillon, où il reçoit les hommes politiques, des publicitaires et les journalistes français qui comptent. Chacun se presse à ces audiences.

    Dans les années 1990, un homme politique français de premier plan, alors en fonction, bénéficiait en parallèle d’un contrat de « consultant » signé par Omar Bongo et largement rémunéré. De #Roland_Dumas, le Président gabonais dit qu’il est un « ami intime ». Prévoyant, il apprécie aussi #Nicolas_Sarkozy, venu « prendre conseil » en tant que candidat à l’élection présidentielle.

    Lorsqu’au cours de l’instruction, nous avons perquisitionné au siège de la #FIBA, la banque franco-gabonaise, nous avons consulté le listing des clients qui paraissait tenu à la plume sergent-major. C’était une sorte de Who’s Who de la France en Afrique, qui en disait long sur l’envers de la République et des médias.

    La France fait semblant d’aider des pays qui sont riches en matières premières.

    A ceux qui croient encore à l’aide désintéressée de la France en Afrique, il suffit de consulter les chiffres du #PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement). La corrélation est régulière entre le montant de l’aide française et la richesse en matières premières.

    En clair, celui qui n’a rien dans son sous-sol ne doit pas attendre grand-chose de Paris. Il n’est pas étonnant de retrouver le Gabon comme l’un des premiers bénéficiaires de l’aide publique française au développement. Le résultat est affligeant en termes de système de santé et d’éducation. L’argent s’est perdu en route. Il est justement fait pour cela.

    Il ne s’agit pas d’une dérive mais d’une organisation cohérente et raisonnée. Dans chaque audition durant notre instruction, nous entendions parler de pressions physiques, d’espionnage permanent et de #barbouzes.

    Les perquisitions dans la tour Elf à la Défense livraient une moisson de documents révélant la confusion des genres, nous les transmettions au Parquet de Nanterre, qui se gardait bien d’ouvrir des enquêtes.

    Car #Elf hier, Total aujourd’hui, est un Etat dans l’Etat, conçu par #Pierre_Guillaumat, un ancien Ministre de la Défense, patron des services secrets et responsable du programme nucléaire français afin de servir les intérêts géopolitiques de Paris.

    La Norvège a utilisé son pétrole pour construire et assurer le paiement des retraites futures. La France se sert d’Elf Total pour affirmer sa puissance.

    La compagnie intervient dans le Golfe de #Guinée, au #Nigeria, au #Congo-Brazzaville, en #Angola… Tous ces pays ont connu la guerre civile et la dictature, derrière laquelle la main française s’est fait sentir. Le chaos, lorsqu’il se produit, ne trouble pas le système. Il n’est qu’à voir l’Angola en guerre pendant des dizaines d’années, mais dont aucune goutte de pétrole, jamais, n’a raté sa destination.

    Pendant la guerre, les affaires continuaient…les banques françaises, #Bnp-Paribas en tête, ont même profité de l’occasion pour élaborer des montages financiers destinés aux pays en guerre, à des taux affolants, tout en sachant qu’elles ne prenaient pas le moindre risque. L’argent, là aussi, n’a pas été perdu pour tout le monde. C’est un miroir dans lequel il ne faut pas trop souvent regarder les élites françaises.

    Depuis que j’ai ouvert le dossier Elf dans mon bureau de la galerie financière, j’ai voyagé physiquement et intellectuellement bien loin de la Seine et de ses quais gris et bleus…j’ai appris en marchant. A l’arrivée, le tableau est effrayant.

    L’Afrique a refait de moi une Norvégienne, fière de l’être. Mon pays est riche, mais, il se souvient avoir été pauvre, un peuple d’émigrants regardant vers le nouveau monde américain.

    Son esprit de conquête, ses allures vikings sont des traces d’un passé très lointain, vinrent ensuite les tutelles danoise puis suédoise, dont il fallut se libérer, Il envoya vers l’Afrique des missionnaires protestants, personnages austères au visage buriné, taillé par la parole chrétienne et l’œuvre humanitaire, plutôt que des nouveaux colons, comme on les croise encore dans les quartiers d’expatriés blancs.

    Pendant que la France fondait Elf, la Norvège mettait en place l’exploitation des ressources de la mer du Nord, accumulant un fonds de réserve, aussitôt placé pour les générations futures et soigneusement contrôlé. Ce petit pays des terres gelées est devenu la première nation donatrice en dollars par habitant.

    Bien sûr, les pétroliers norvégiens ne sont pas des enfants de chœur. De récentes enquêtes ont montré que certains d’entre eux ont versé des commissions et que la tentation d’abuser de leur pouvoir est permanente. Mais la Norvège n’a pas à rougir de ce qu’elle a fait de son pétrole. Ce que j’ai vu, les rapports internationaux qui l’attestent, est une œuvre d’espoir.

    La République française, à la même époque, a mis en place en Afrique un système loin de ses valeurs et de l’image qu’elle aime renvoyer au monde. Comment des institutions solides et démocratiques, des esprits brillants et éclairés, ont-ils pu tisser des réseaux violant systématiquement la loi, la justice et la démocratie ? Pourquoi des journalistes réputés, de tout bord, ont-ils toléré ce qu’ils ont vu ? Pourquoi des partis politiques et des ONG, par ailleurs prompts a s’enflammer, n’ont-ils rien voulu voir ?

    L’Occident a fermé les yeux sur les #crimes de la France.
    Je ne condamne pas. J’ai partagé cet aveuglement. J’étais comme eux, avant de glisser l’œil dans le trou de la serrure et de prendre la mesure de ce secret de famille : la France reste un #empire et ne se remet pas de sa puissance perdue. L’indépendance politique a été largement une mascarade en Afrique de l’Ouest.

    L’Occident a fermé les yeux, car la France se prévalait d’être le « gendarme » qui défendait la moitié du continent contre le communisme. Les Français ont laissé faire, car astucieusement, De Gaulle et ses successeurs ont présenté leur action comme un rempart contre l’hydre américaine. Elf était l’une des pièces maîtresses de cette partie géopolitique.

    Le double jeu a été facilité par la certitude, ancrée dans les mentalités, que « là-bas, c’est différent ». Là-bas, c’est normal la corruption, le #népotisme, la #guerre, la #violence. Là-bas, c’est normal la présence de l’armée française, les proconsuls à l’ambassade ou à l’état-major, les camps militaires. Là-bas, c’est normal l’instruction des gardes présidentielles. Là-bas, c’est normal la captation des richesses naturelles.

    D’ailleurs, « tout le monde fait pareil ». Jeune ou vieux, de gauche ou de droite, nul Français ne songe à s’offusquer de voir nos soldats mener, presque chaque année, une opération militaire en Afrique, au #Tchad, en Côte_d_Ivoire, au #Rwanda, quand tous se gaussent de cette Amérique venue faire la police en Irak, en maquillant d’un fard démocratique les intérêts géopolitiques et pétroliers de Washington. Il y a pourtant bien des symétries.

    J’ai vu récemment un documentaire sur la guerre du #Biafra, quatre ou cinq demi-heures de témoignage brut des principaux acteurs, sans commentaires. Je suis restée sans voix. A ceux qui sont nés après 1970, le Biafra ne dit rien. Dans cette région du #Nigeria, riche en pétrole, une ethnie, chrétienne et animiste armée par la France, réclama l’indépendance. S’ensuivit une guerre meurtrière de trois ans, révolte financée depuis l’Elysée via des sociétés #suisses.

    La télévision française aimait alors montrer les enfants affamés que les militaires français ramenaient par avion pour les soigner, jamais elle ne laissait voir la cargaison de l’aller, remplie d’armes. A l’image maintenant, les anciens collaborateurs de #Jacques_Foccart, repus dans leurs fauteuils Louis XV, détaillent sans émotion ces montages illégaux. Les officiers, lieutenants d’alors, généraux d’aujourd’hui, racontent ce bon tour le sourire aux lèvres. Fin du documentaire. Pas un mot, pas une ligne dans les livres d’histoire.

    La France au cœur de la guerre du Biafra et du massacre des #Bamilékés au Cameroun
    Des drames comme celui-ci, l’Afrique en contient des dizaines, soigneusement passés sous silence. Les massacres des Bamiléké au Cameroun par la France du Général De Gaulle, le génocide des #Tutsi commis par un régime soutenu par #François_Mitterrand, les assassinats d’opposants, les manipulations d’élections.. Le passif de la France sur le continent africain n’a rien à envier à l’#impérialisme américain en Amérique latine ou au Moyen-Orient.

    Il est à la mode parmi les intellectuels français de se plaindre du mouvement de repentance qui s’est répandu depuis quelques années. Les bienfaits de la colonisation, à inscrire dans les manuels scolaires, ont même fait l’objet d’une proposition de loi, largement soutenue par les députés.
    Bien sûr, l’histoire de la France en Afrique ou en Asie du sud-est a compté aussi des aventuriers sincères, exportateurs, instituteurs ou pionniers, qui ont fait corps avec les pays qu’ils ont découverts. A Madagascar, les #Vazas, ces pieds noirs malgaches, ne cessent de louer devant moi l’état des routes et des infrastructures françaises au moment de l’indépendance.

    Mais les peuples sont comme les familles. On ne peut pas faire le tri de la mémoire. Il est des secrets soigneusement cachés dont l’onde portée va bien au-delà d’une ou de deux générations. Les enfants héritent de tout : du malheur comme du bonheur, de la richesse comme des dettes.

    La République française paie aujourd’hui la facture de son passé. Il suffit de dérouler la liste des appellations officielles des Maghrébins nés dans un département français avant 1962 ou sur le sol hexagonal depuis les années 1970. Par la loi, ils furent et sont des Français comme les autres.

    Les gouvernements successifs n’ont pourtant cessé d’inventer des périphrases : « indigène musulman », « sujet africain non naturalisé », « JFOM » (Jeune français originaire du Maghreb), « jeune issu de l’immigration », « fils de harkis », « jeune des quartiers », « Arabo-musulman », « Français d’origine arabe », « Français musulman »…

    La France vit encore comme si en Afrique, elle était chez elle, et comme si, ses enfants d’ascendance africaine n’étaient pas Français. Le développement de la Françafrique, notre tolérance vis-à-vis des réseaux, tout ramène à ce secret colonial, cet empire qui hante les esprits comme un fantôme. Oui, Total, la première entreprise française, est riche et prospère.

    Mais la manière dont la firme s’est bâtie fait partie de l’héritage. Qui osera un jour rendre au Nigeria, au Cameroun, au Gabon, au Congo-Brazzaville ce que la France leur doit ? Qui contestera les contrats conclus par #Areva pour l’#uranium du #Niger ou ceux des mines d’or de #Sadiola au #Mali, deux pays parmi les plus pauvres du globe, qui ne touchent qu’une part dérisoire des richesses prélevées dans leur sol ? La République a contracté une dette qu’il lui faudra bien honorer.

    Notre prospérité est nourrie de #richesses que nous détournons. A certains de ces sans-papiers qui risquent leur vie pour gagner l’Europe, il pourrait-être versé une rente au lieu d’un avis d’expulsion. Je rêve pour ce pays que j’aime, d’un réveil collectif.

    Une France digne de son idéal et de son héritage de 1789 est incompatible avec la Françafrique : ce qu’une génération a fait, une autre peut le défaire. C’est possible.
     
    Extrait de : La force qui nous manque. Eva Joly. Editions des Arènes (Paris) 190 pages. https://www.jmtvplus.com/eva-joly-balance-toutmeme-sur-le-cameroun-40110

    #françafrique #afrique #france  #colonialisme #tchad #armée_française #centrafrique  #francafrique #armée #guerre #Livre #Eva_Joly #Femme

  • « Une histoire populaire de l’empire américain »

    Depuis le #génocide des #Indiens jusqu’à la #guerre en #Irak en passant par le développement d’un #capitalisme financier globalisé, les États- Unis se sont constitués au fil des siècles comme un #empire incontournable. Peu à peu, leur histoire est devenue #mythologie, mais ce livre propose le récit d’une #nation, un récit qui a réussi à changer le regard des Américains sur eux-mêmes.



    https://www.editions-delcourt.fr/serie/une-histoire-populaire-de-l-empire-americian-ned.html
    #BD #histoire #USA #Etats-Unis #histoire_populaire

    J’en parle ici aussi, à propos de la chanson #Ludlow Massacre, citée dans le livre :
    https://seenthis.net/messages/784622

  • Save the Date & Call for Papers for the 8th International Symposium on the History of Cartography: Mapping the Ottoman Realm International Cartographic Association

    https://icaci.org/cfp-8th-international-symposium-on-the-history-of-cartography

    Since its massive expansion under Sultans Selim I (1512-20) and Suleiman the Magnificent (1520-66), the Ottoman Empire extended from the Algerian shores to Georgia in the Caucasus and from Hungary in the heart of Europe to Yemen on the shores of the Indian Ocean. Albeit in a long decline thereafter, the core of this multi-cultural conglomerate survived into the early 20th century, before it finally disintegrated after World War I. Throughout these five centuries, the Ottomans deeply influenced these heterogeneous countries with at times closer or looser ties to the metropolis Constantinople, leaving a multi-faceted cartographic legacy behind.

    The symposium is open to everyone with an interest in the cartography of the (former) Ottoman countries during, but not limited to, the 16th to 20th centuries. The symposium will focus on two main themes:

    #cartographie #empire_ottoman #turquie

    cc @alaingresh

  • Écoutons encore une fois Servan* :

    “(...) Quand vous aurez ainsi formé la chaîne des #idées dans la tête de vos #citoyens, vous pourrez alors vous vanter de les conduire et d’être leurs #maîtres. Un #despote #imbécile peut contraindre des #esclaves avec des #chaînes de fer ; mais un vrai #politique les lie bien plus fortement par la chaîne de leurs propres idées ; c’est au plan fixe de la #raison qu’il en attache le premier bout ; lien d’autant plus fort que nous en ignorons la texture et que nous le croyons notre ouvrage ; le désespoir et le temps rongent les liens de fer et d’acier, mais il ne peut rien contre l’union habituelle des idées, il ne fait que la resserrer davantage ; et sur les molles fibres du cerveau est fondée la base inébranlable des plus fermes #Empires”.

    * JM Servan, Discours sur l’administration et la justice criminelle 1767, p. 35.

    #MICHEL_FOUCAULT (Surveiller et punir, p. 105, collection Bibliothèque des histoires, Gallimard, 1975)

  • À Lunel (à l’est de #Montpellier), cette statue d’un héroïque bidasse français dont on ne saura pas sur qui il tire, ni pourquoi :

    Comme toujours en France, on a des statue remontant aux (glorieuses) heures du colonialisme, mais il y a des chances pour que tu n’en aies jamais entendu parler : Charles Ménard
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_M%C3%A9nard

    Fils d’un pharmacien de Lunel, il est le frère de Joseph Ménard, il entre à l’Ecole de Saint-Cyr, le 29 octobre 1880, nommé sous-lieutenant d’infanterie de marine le 1er octobre 1882. L’année suivante, il est envoyé avec Louis-Gustave Binger au Soudan avec la mission topographique de Parfait-Louis Monteil, puis muté à Madagascar. Une nouvelle mission lui est confiée en septembre 1890 par Eugène Étienne, sous-secrétaire d’Etat aux Colonies. Il devait faire le voyage de Louis-Gustave Binger en sens inverse, en partant de Grand-Bassam en novembre 1890 pour rejoindre le Niger. Il arrive à Kong en mars 1891, y reste deux mois, puis traverse le fleuve Bandama et se dirigea vers le village de Séguéla. Il est tué au combat le 4 février 1892, avec la plupart des membres de sa mission, au cours d’une opération dans le Soudan occidental contre le village de Séguéla, situé dans l’actuelle Côte d’Ivoire, tenu par les rebelles du chef dioula Samory, alors en lutte contre la conquête coloniale française.

    Et donc surtout, jamais à l’école de la République : Samory Touré
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Samory_Touré

    Samory Touré fut sans doute l’adversaire le plus redoutable que les Français eurent à affronter en Afrique de l’Ouest. C’est pourquoi il apparaît, dans l’historiographie nationaliste post-coloniale, en figure de héros de la résistance africaine à l’expansion coloniale.

    Même ces fiches Kikipédia sont extrêmement édulcorées, utilisant systématiquement le bidasse-talk avec ses euphémismes et ses approximations (pas de morts, pas de massacres…). Ménard est mort « au cours d’une opération contre [un] village », Samory Touré a été capturé dans « une campagne française de représailles »…

  • Notes de lecture sur Jack Goody
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?817-notes-de-lecture-sur-jack-goody

    Texte extrait du bulletin de G. Fargette,« Le Crépuscule du XXe siècle », n°14-15, mars 2006 Jack Goody, anthropologue britannique, particulièrement connu dans sa spécialité pour quelques aperçus intéressants sur les sociétés de l’écriture et la manière dont il envisage tout l’arc de civilisations qui s’est développé à partir du Proche- orient, a aussi commis quelques “essais” où l’érudition de façade lui sert d’introduction commode pour tenter de faire passer en contrebande des visées politiques qui ne (...)

    Fargette G.

    / Fargette G., #Géopolitique, #Histoire, #Relativisme, #Guerre, #Article, #Islam, #Empire

    #Fargette_G.

  • Remarques sur l’effondrement de l’Empire romain (par Ana Minski) – Le Partage
    http://partage-le.com/2019/03/de-leffondrement-de-lempire-romain-par-ana-minski

    Les éditions La Découverte ont récemment publié l’ouvrage de Kyle Harper, Comment l’Empire romain s’est effondré, le climat, les maladies et la chute de Rome. Kyle Harper, professeur d’histoire à l’université d’Oklahoma, renouvelle les connaissances sociales, environnementales et épidémiologiques de la chute de l’Empire. S’appuyant sur les dernières données archéologiques, historiques, climatiques et microbiennes, il rend compte du rôle important des changements climatiques, de l’exploitation de l’environnement et des maladies, principales causes de l’effondrement de la civilisation romaine.

    Les récentes études pluridisciplinaires intégrant les conditions climatiques, épidémiologiques et démographiques confirment que les peuples du Paléolithique bénéficiaient d’une structure sociale et d’une écologie des maladies bienveillantes[1]. La révolution néolithique, à l’origine de modes de vie exclusivement sédentaires, de régimes alimentaires plus monotones, d’habitats plus denses, de transformation des paysages, de nouvelles technologies de déplacement et de communication, permet à de nouveaux agents pathogènes de se développer. Les animaux de ferme constituent une partie du réservoir biologique d’où émergent les agents infectieux mais l’exploitation de l’environnement génère des destructions des écosystèmes, des déplacements et modifications de populations non humaines, principaux responsables de nouvelles formes de maladies. L’accroissement de la population, le développement de l’urbanisation, des moyens de subsistances nécessairement intensifs (agriculture et élevage) favorisent l’apparition d’agents infectieux toujours plus dangereux. L’état de santé des Romains, lié à l’impact environnemental de leur culture, était mauvais. « Chaque jour, on peut trouver dix mille personnes souffrant de la jaunisse et dix mille d’hydropisie » écrivit Galien qui n’ignorait pas la sagesse commune : « Quand l’année entière devient humide ou très chaude, survient nécessairement une très grande peste ». Les collines de Rome dominaient un marais, la vallée du fleuve, les bassins, les fontaines, étaient un refuge pour le moustique anophèle, vecteur du paludisme, l’un des principaux tueurs, avec la diarrhée :

    « En ville les rats grouillaient, les mouches pullulaient, les petits rongeurs couinaient dans les passages et les cours. Il n’y avait pas de théorie microbienne, on se lavait peu ou pas les mains, et la nourriture ne pouvait pas être protégée des contaminations. La cité ancienne était un lieu d’insalubrité maximale. Les maladies banales se répandant par contamination féco-orale, causes de diarrhées fatales, étaient sans doute la première cause de mortalité dans l’Empire romain. Hors des villes, la transformation du paysage a exposé les romains à des menaces tout aussi périlleuses. Les romains n’ont pas seulement modifié les paysages  ; ils leur ont imposé leur volonté. Ils ont coupé ou brûlé les forêts. Ils ont déplacé les rivières et asséché des lacs, construit des routes au travers des marais les plus impénétrables. L’empiétement humain sur de nouveaux environnements est un jeu dangereux. Il expose non seulement à de nouveaux parasites inhabituels mais peut provoquer une cascade de changements écologiques aux conséquences imprévisibles […] Les cités fétides de l’Empire étaient des boîtes de Petri grouillantes de parasites intestinaux. […] L’espérance de vie à la naissance variait entre vingt et trente ans. La force brutale des maladies infectieuses était, de loin, le facteur principal du régime de mortalité qui pesait de tout son poids sur la démographie. »

    Cet état de santé médiocre est confirmé par l’examen de la dentition qui montre un important défaut de croissance, l’hypoplasie linéaire de l’émail, qui survient au cours de l’enfance dans les cas de malnutrition et de maladie infectieuse. À l’époque de l’Empire, la civilisation romaine, fortement urbanisée et interconnectée, s’étend jusqu’au tropique, son centre écologique est la Méditerranée et ses parties occidentale et nordique sont sous l’influence de la zone climatique atlantique. La densité de l’habitat urbain, les transformations permanentes des paysages, le développement des routes terrestres et maritimes, contribuent à créer une écologie microbienne unique. Cet impact environnemental, combiné à l’évolution des pathogènes, stimule la propagation des infections chroniques, rendant plus vulnérables les populations, et permettant à la lèpre et à la tuberculose de profiter du système de circulation de l’Empire pour se développer et s’installer. La tuberculose, qui n’aurait pas plus de 5 000 ans, aime particulièrement les villes et laisse sa signature sur les os de ses victimes, ce qui permet aux archéologues de constater sa présence exceptionnelle sur les squelettes des siècles de domination romaine. Jusqu’au XXe siècle, elle est une cause importante de mortalité et reste encore aujourd’hui dangereuse. La lèpre, quant à elle, est connue depuis le IIe millénaire avant J.C. en Inde, mais commence véritablement à se développer dans le contexte archéologique de l’empire romain. Le drame de l’histoire des maladies est le résultat de la collusion permanente entre l’évolution des agents pathogènes et les rencontres humaines. Les croissances territoriale, commerciale et démographique de la civilisation romaine participent à l’explosion souterraine des maladies jusqu’à donner naissance aux premières pandémies.

    L’optimum climatique romain (OCR) est une période de climat chaud, humide et invariable qui domine la plus grande partie du cœur méditerranéen de 200 avant J.-C. à 150 après J.C. La civilisation romaine profite de ce climat bénéfique pour urbaniser des zones jusque-là difficiles à domestiquer. Pour répondre aux exigences de croissances économique et démographique qui caractérisent toute civilisation, l’urbanisation et l’agriculture colonisent la nature, créant des écosystèmes favorables à l’évolution des agents pathogènes : « Les Romains furent submergés par les forces de ce que l’on appelle l’émergence des maladies infectieuses. » Pour lutter contre une forte mortalité infantile causée par le développement des virus, bactéries et parasites, un taux de fertilité élevé est nécessaire, ce qui pèse lourdement sur le corps des femmes chargées de repeupler les rangs. La loi romaine autorise les filles à se marier dès l’âge de 12 ans. Il n’y a pas de célibataire dans le monde romain et le mariage est un engagement à procréer : « Les femmes sont habituellement mariées pour les enfants et la succession, et non pas d’abord pour le plaisir. »[2] À partir d’Auguste, l’État met en place une politique nataliste qui pénalise les personnes sans enfant et encourage la fécondité. Les femmes ont en moyenne six enfants. La principale source de croissance démographique dans l’Empire n’est pas un déclin de la mortalité mais une fertilité importante. Les Romains vivent et meurent en affrontant des vagues incontrôlées de maladies infectieuses. La terre est le principal facteur de production, et l’augmentation démographique oblige à cultiver des terres toujours moins fertiles pour en tirer toujours davantage. Ce besoin expansionniste, intrinsèque à toute civilisation, est l’un des principaux responsables des destructions environnementales :

    « L’augmentation de la population a poussé des personnes à s’installer dans les marges. Mais, de plus, le réseau serré des échanges était un encouragement pour les paysans à s’installer dans des zones où les risques étaient plus importants. Les connexions limitaient les conséquences les plus graves des années de sécheresse. Et la croissance des marchés nourrissait l’expansion entrepreneuriale et les institutions romaines poussaient exprès les paysans à occuper des terres situées aux marges. La circulation des capitaux a favorisé une explosion des travaux d’irrigation dans les régions semi-arides. L’essor économique de l’Afrique romaine a été favorisé par la construction d’aqueducs, de puits, de citernes, de terrasses, de barrages, de réservoirs et de foggaras (de longues canalisations souterraines permettant le transport de l’eau des sommets aux zones cultivées). Les technologies hydrauliques soit d’inspiration indigène soit de nature impériale se retrouvaient dans les hautes terres comme dans les vallées. Grâce à ces dispositifs l’eau était soigneusement collectée et exploitée dans les zones semi-arides occupées comme jamais auparavant par de nouvelle populations. […] Le désert a gagné des zones qui étaient sans conteste cultivées pendant l’OCR. »

    L’Empire, consommateur vorace de sources d’énergie et de matériaux, dénude les montagnes de leur manteau sylvestre, autrefois dense. Cette déforestation est à l’origine des inondations catastrophiques dont est régulièrement victime l’Empire romain, inondations quasiment inexistantes au Moyen-Âge, lorsque les montagnes se recouvrent à nouveau d’arbres. La croissance territoriale et démographique s’accompagne d’un développement commercial toujours plus frénétique et débridé :

    « … cargaison d’or, d’argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute variété d’objets d’ivoire, ou en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, de cinnamome, d’aromates, de parfums, de myrrhe, d’encens, de vin, d’huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d’âmes d’hommes. »[3]

    Les marchands, toujours en quête de soie et d’épices, d’esclaves et d’ivoire, ne cessent de franchir le Sahara le long des routes commerciales, traversent l’océan Indien en passant par les ports de la mer Rouge, transportant les animaux exotiques destinés à être massacrés au cours des spectacles romains. Le vivant ayant perdu toute valeur intrinsèque, les autres espèces n’existent plus que pour servir la démesure des Empereurs et de l’élite. Le citoyen romain, incapable de remettre en question l’idéologie de la croissance démographique et économique, incapable d’envisager le monde et ses existants autrement que comme un grenier dont il peut user et abuser, assiste à la mise en scène de la surpuissance de Rome :

    « Les créatures les plus étranges capturées dans le monde entier – un véritable zoo – furent offertes au peuple et massacrées sous ses yeux : trente-deux éléphants, dix élans, dix tigres, soixante lions, trente léopards, six hippopotames, dix girafes, un rhinocéros, et une quantité innombrable d’autres bêtes sauvages, sans oublier mille couples de gladiateurs. »

    La mauvaise santé physique et psychique des sujets de l’Empire et sa destructivité écologique est également le produit d’un régime autoritaire et très hiérarchique. La République des dernières années est une période de pillage sans contrôle, et le maintien de l’Empire nécessite des négociations permanentes avec tous ceux qui vivent à l’intérieur de ses frontières. Le pillage est donc peu à peu transformé en impôts dont la collecte, confiée à la petite noblesse locale qui se voit accorder la citoyenneté, permet de transformer sur tous les continents l’élite en classe dominante au service de l’Empire. Ainsi devient-il possible de diriger un vaste territoire avec seulement quelques centaines de fonctionnaires romains. Le nombre d’habitants double, de plus en plus de territoires sont occupés et toute tentative de résistance écrasée avec violence, comme en Judée et en Bretagne. Sous Auguste, les légions citoyennes permanentes sont remplacées par des armées professionnelles et les hommes libres des provinces deviennent peu à peu des citoyens. La paix n’existe pourtant pas, la zone frontalière est constituée d’un réseau de fortins, de tours de guet et de postes d’observations, de forts construits pour surveiller les populations et les zones inamicales où sont installées d’importantes bases militaires. Avec Auguste, l’expansion territoriale ralentit mais ne s’arrête pas. Les frictions provoquées par cette expansion permanente aboutissent peu à peu à des lignes de séparation démarquant les territoires sous hégémonie romaine, et au développement d’un réseau de communication et de transport destiné à gérer le système et le pouvoir militaire depuis le centre impérial. La machine de guerre approche le demi-million d’hommes et le budget de la défense est de loin la dépense la plus importante de l’État. La paix à l’intérieur de l’Empire dépend de la discipline, de la valeur et de la loyauté d’une gigantesque armée rémunérée. D’autant plus que : « La répartition des richesses était terriblement inégale. La richesse et le statut légal formaient la structure entremêlée d’une hiérarchie sociale exacerbée. En bas, de manière légale, il y avait la vaste classe des personnes totalement non libres. L’Empire romain a été l’un des systèmes esclavagistes les plus importants et les plus complexes de l’histoire – dont l’endurance exceptionnelle est, par ailleurs, un autre signe que la surpopulation n’a pas suffisamment fait baisser le coût d’un travail libre pour rendre inutile le travail servile. »

    La population de l’Empire, constituée principalement de pauvres et de sans terre, augmente au cours des cent cinquante années qui suivent le règne d’Auguste, et atteint son maximum avant que la peste antonine éclate.
    Le livre de Kyle Harper.

    C’est ainsi qu’à la fin de l’OCR, en 165 après J.-C., sous le règne de Marc Aurèle, la peste antonine fait sept millions de victimes. L’agent pathogène de la peste antonine est probablement celui de la variole, maladie contagieuse dont le virus se propage par inhalation de gouttelettes aériennes expulsées par une personne infectée. La variole n’est pas un ennemi si ancien, tout comme la lèpre et la tuberculose, elle semble apparaître au cours des mille dernières années. Elle est particulièrement violente dans les villes et les zones côtières où la densité de la population était importante. Le réseau de transport permet sa diffusion de région en région. La peste antonine est un phénomène létal d’une ampleur telle qu’elle interrompt l’expansion démographique et économique de l’Empire, qui parvient malgré tout à se stabiliser en maintenant toujours un fort autoritarisme.

    Sous le règne des Sévères (193–235 après J.-C.) l’Empire retrouve son équilibre économique et démographique. Le pouvoir de l’armée, dont la paye n’a cessé d’augmenter, est davantage considéré. L’explosion des constructions est un des signes du rétablissement économique et démographique qui caractérisent leur règne. Septime reconstruit le grand temple de la Paix, construit l’arche de Septime, les colonnes géantes de granit d’Assouan, la Forma Urbis Romae, le Septizodium  ; son fils Caracalla finance des bains monumentaux, de grands moulins à eau et greniers gigantesques qui s’élèvent tout autour de la cité.

    « Assurément, il suffit de jeter les yeux sur l’univers pour reconnaître qu’il devient de jour en jour plus riche et plus peuplé qu’autrefois. Tout est frayé  ; tout est connu  ; tout s’ouvre au commerce. De riantes métairies ont effacé les déserts les plus fameux  ; les champs ont remplacé les forêts  ; les troupeaux ont mis en fuite les animaux sauvages  ; les sables sont ensemencés  ; l’arbre croît sur les pierres  ; les marais sont desséchés  ; il s’élève plus de villes aujourd’hui qu’autrefois de masures. Les îles ont cessé d’être un lieu d’horreur  ; les rochers n’ont plus rien qui épouvante  ; partout des maisons, partout un peuple, partout une république, partout la vie », écrit Tertullien.

    L’OCR disparait lentement, sur une durée de trois siècles, laissant place à un climat plus instable. Il y a une forte interaction entre les crues du Nil et le mode de variabilité climatique connu sous le nom de ENSO (El Niño-Southern Oscillation), un El Niño puissant, corrélé avec une crue du Nil faible. Au cours de la période romaine de transition climatique (150 – 450 après J.-C.) les phénomènes ENSO deviennent plus courants, tous les trois ans environ. Devenus dépendants des conditions favorables de la fertile vallée du Nil, les Romains sont confrontés aux oscillation de ses crues. À ces problèmes climatiques s’ajoute la peste de Cyprien, partie d’Éthiopie, qui dure plus de quinze ans, de 249 à 270 après J.-C. « Il n’y eut presque aucune province romaine, aucune cité, aucune demeure qui ne fût attaquée par cette pestilence générale et désolée par elle » (Orose). La peste de Cyprien vida l’Empire, ravage la ville sans épargner les zones rurales, « aucune peste du passé n’a provoqué une telle destruction en vies humaines » (Zosime).

    « La maladie s’abattait d’un coup sur les gens, pénétrant beaucoup plus vite que tout ce que l’on pouvait penser, se nourrissant de leur maison comme le feu si bien que les temples étaient remplis de ceux qui, terrassés par la maladie, avaient fui dans l’espoir d’être guéris. […] Tous ceux qui brûlaient de soif à cause de la faiblesse provoquée par la maladie se pressaient aux sources, aux cours d’eau et aux citernes. Mais l’eau ne parvenait pas à apaiser la flamme de l’intérieur, laissant ceux qui étaient affectés par la maladie dans le même état qu’avant. » (Grégoire de Naziance).

    La pestilence frappe sans considération d’âge, de sexe ou de condition. Il est probable que l’agent pathogène de la peste de Cyprien soit un filovirus proche de celui d’Ebola.

    Les troubles climatiques globaux des années 240 après J.C. suscitent des changements écologiques susceptibles d’être à l’origine de la peste. La pandémie frappe les soldats et les civils, les habitants des villes et des villages. Elle fait éclater l’intégrité structurelle de la machine du pouvoir plongeant l’Empire dans une succession de faillites violentes. Les frontières sont fragilisées et l’économie et l’armée mises à mal par des successions d’attaques aux frontières. L’Empire se disloque. La mortalité ravage l’armée romaine, les casernes étant des lieux propices à la propagation du virus. Le temps des empereurs-soldats commence, et la crise du IIIe siècle permet l’avènement d’une nouvelle religion, le christianisme. Dans les années 260 après. J.C., la fortune et la démographie de l’Empire sont au plus bas. La restauration est lente et les villes, plus petites et moins nombreuses, ne sont plus les mêmes. À partir de 266 après J.C., le climat se stabilise, le IVe siècle est une période de réchauffement sans précédent. Les tendances climatiques sont alors sous l’influence dominante de l’Atlantique Nord. Les fluctuations des différences de pression entre l’anticyclone des Açores et la dépression d’Islande sont connues sous le nom d’Oscillation Nord-Atlantique (ONA), et font partie des grands mécanismes climatiques du globe. Sécheresses et famines sont fréquentes, les données bioarchéologiques témoignent de la lutte contre les maladies infectieuses qui épuisaient les capacités physiques des victimes. Les microbes ne laissent aucun répit aux hommes.

    « Entre la conversion de Constantin et le saccage de Rome en 410 après J.C., nous disposons de milliers de tombes chrétiennes dans la cité impériale gardant la date du jour où le croyant a quitté ce monde (et la baisse brutale après 410 est également le signe des désordres qui ont affligé la vénérable capitale). Une fois agrégées, ces données constituent un dossier sans équivalent sur les rythmes saisonniers de la Grande Faucheuse. Les canicules estivales étaient mortelles, une vague de germes gastro-intestinaux submergeant la ville. La mortalité flambait en juillet et atteignait un pic en août et septembre. Le pic automnal met en évidence la prévalence durable du paludisme. »

    L’État collecte les impôts en or et s’en sert pour payer ses fonctionnaires. Dioclétien réquisitionne le précieux métal en procédant à de vastes expropriations. L’économie de marché se rétablit rapidement, et l’on observe alors une fusion entre les forces du marché et les forces fiscales. Les grandes banques ressuscitent, les preuves d’une activité bancaire et de crédit sont plus fortes à cette époque (au IVe siècle) qu’à aucune autre.

    « Le marchand qui veut s’enrichir équipe un navire, embauche des marins, recrute un capitaine et fait tout ce qui est par ailleurs nécessaire pour prendre la mer, emprunte de l’argent et teste les flots avant de gagner des terres étrangères. » (Jean Chrisostome)

    La renaissance de la monnaie et du crédit réveille les réseaux de commerce en Méditerranée. L’Égypte et la Palestine entrent sérieusement dans le commerce du vin aux IIIe et IVe siècle. La répartition archéologique de la céramique sigillée montre l’essor de l’Afrique jusqu’à occuper une position dominante dans les réseaux connectant l’Empire sur de longues distances. L’appât du gain unifie le monde romain, transformé en une immense zone de libre-échange. Avec la revitalisation de l’économie de marché, le système esclavagiste connaît un renouveau rapide. Comme autrefois, les esclaves sont partout : sans leur sueur et leur peine, pas de fabuleuses fortunes aristocratiques, et la richesse des propriétaires d’esclaves est visible à chaque fois que l’on jette un coup d’œil sur le mode de vie des gens aisés du IVe siècle. Posséder un esclave est le minimum pour un homme respectable. L’ampleur de la stratification sociale est vertigineuse. Il faudra attendre le temps du colonialisme transatlantique pour trouver une élite économique réussissant à accumuler des fortunes privées d’une telle ampleur. Mais l’Empire d’Occident, dont les habitants sont affaiblis par de nombreux germes, perd peu à peu face aux hordes des steppes où le climat sec est plus bénéfique et où le paludisme n’affaiblit pas la population. Les villes de l’Occident se dépeuplent ce qui génère une baisse de la mortalité.

    À la fin de l’Empire romain, les greniers à blé dominent les paysages. Le vaste réseau des villes, des navires et des entrepôts de blé forme un véritable écosystème qui bénéficie particulièrement au rat noir.

    « La fusion du commerce global et de l’infestation par les muridés a été la précondition écologique du plus grand événement sanitaire que la civilisation humaine ait jamais connu : la première pandémie de peste. »

    Elle débute sur les rives de l’Égypte en 541 avant de se répandre dans l’Empire et au-delà. La pandémie de peste bubonique submerge tout par sa durée et son intensité. Son arrivée est le signe d’un nouvel âge, sa persistance sur deux siècles est à l’origine d’une longue période de stagnation démographique.

    Justinien est le dernier des grands ingénieurs environnementaux romains, il façonne tout le paysage local en changeant le cours du Skirtus, creuse un nouveau lit pour le Cydnus, construit un pont imposant, abat une forêt pour remodeler la plaine et contrôler le débit du Drakon, répare et construit de nouveaux aqueducs. Il rêve de soumettre la nature à ses désirs, de restaurer l’Empire d’Occident et mène une campagne pour gagner les provinces occidentales mais n’apporte que la misère. Ce qui n’est rien face à la peste qui s’abat en 541, couvrant les 23 années suivantes de son règne de pestilence. Le commerce de la soie permet au rat noir de voyager vers de nouveaux territoires et le changement climatique constitue le facteur final. L’année 536 est une année sans été. Une série d’explosions volcaniques des années 530 à 540 plongent l’Empire dans un hiver de plusieurs décennies, un des plus froids de l’Holocène. Le taux de mortalité augmente jusqu’à atteindre 50 à 60 % de la population. L’ordre social s’effondre, tous les travaux s’arrêtent, les marchés de détail ferment et une famine s’installe dans la cité. Contrairement aux pandémies précédentes, la peste bubonique touche aussi les zones rurales et toutes les couches de la population dont le système immunitaire est affaibli par l’environnement insalubre du monde romain, et dont les organismes le sont également en raison de la diminution des réserves alimentaires engendrée par les anomalies climatiques des années précédentes. Durant deux siècles, de 543 à 749, la peste jaillit de ses réservoirs, provoquant des épidémies aussi violentes que soudaines. En 589 après J.-C., des pluies torrentielles s’abattent sur l’Italie, l’Agide déborde et la crue du Tibre submerge les murailles de Rome. Des églises s’effondrent, les greniers à blé du pape sont détruits. En 590, la peste emporte le pape Pélage II. En 599, l’Occident subit une nouvelle pestilence. La peste de Justinien est un événement funeste, de même que le petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive traversé d’épisodes sismiques.

    « Pour les contemporains de cette première pandémie, c’était une incroyable nouvelle que d’apprendre qu’un peuple avait été épargné des destructions de la peste. Les Maures, les Turcs et les Arabes habitant le désert auraient été exemptés de la catastrophe globale. […] Les Maures, les Turcs et les habitants du centre de l’Arabie partageaient tous un mode de vie nomade. L’explication écologique est évidente : les formations sociales non sédentaires étaient protégées contre la collusion létale rat-puce-peste. »

    L’expansion territoriale, démographique et commerciale de l’Empire romain et son hubris architecturale n’ont eu de cesse de détruire des écosystèmes entiers : un niveau exceptionnel d’urbanisation, plus d’un millier de villes. Fortement inégalitaire et hiérarchisé, l’Empire étend son domaine agraire jusque dans les environnements les plus pauvres, épuisant les sols et la vie des habitants qui ne cessent de lutter contre les maladies et la faim. Les déforestations, l’urbanisation et l’agriculture, bien plus que les effets du changement climatique, ont eu raison de l’Empire romain qui a été incapable de remettre en question les valeurs intrinsèques à toute civilisation : expansion territoriale, croissance démographique et économique, accumulation de richesses, exploitation du monde et des vivants comme source de distraction, d’accumulation matérielle et d’orgueil.

    « Même en ce qui concerne l’environnement physique, où des forces entièrement indépendantes de l’action humaine sont à l’œuvre, les effets du changement climatique dépendaient des arrangements particuliers entre une économie agraire et la machinerie de l’empire. Et l’histoire des maladies infectieuses est toujours profondément dépendante des écologies créées par les civilisations. »

    L’histoire de l’effondrement de l’Empire romain résonne comme un avertissement à l’heure où de nouveaux agents infectieux émergent – Ebola, Lassa, Nipah, SARS, MERS, Zika – où l’urbanisation se répand comme une lèpre sur le monde sauvage, où les monocultures détruisent les sols, où nos environnements sont de plus en plus toxiques et affaiblissent nos systèmes immunitaires, où nous sommes toujours plus entassés dans des mégapoles toujours plus asphyxiantes. Mieux vaut anticiper l’effondrement de l’Empire de la civilisation industrielle et tout mettre en œuvre pour le démanteler plutôt qu’attendre que les inégalités et l’exploitation toujours plus mortifère du vivant ne nous apportent notre lot de pestilences et d’hécatombes.

    Ana Minski

    #pax_romana

  • L’horizon impérial (2/4)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?L-horizon-imperial-2-4,966

    Voir la partie précédente (.../...) 2 – Guerres impériales et guerres modernes Dans l’empire khaldounien la violence militaire occupe une place originale : éradiquée du centre urbain impérial, exclue dans les confins de l’Empire, elle finit pourtant par le vaincre et le régénérer, paradoxalement, par le truchement des solidarités guerrières (la ’asabiyya) des tribus. G. Martinez-Gros évoque à dessein les différences spectaculaires d’avec la conception occidentale de la #Guerre, mais un autre ouvrage, (...)

    #Analyses

    / #Empire, Guerre, #Islam, #Multiculturalisme, #Histoire, #Politique, #Prospective, #Banlieue, (...)

    #Immigration

  • https://offensivesonore.blogspot.com/2019/02/emission-du-15-fevrier-2018.html

    La révolte des Gilets Jaunes (partie 3)

    Emission du 15 février 2018, enregistrement fait avec lieux Commun le 6 février débats à propos des "Gilets Jaunes". Alors que le mouvement continue inéluctablement, plusieurs éléments change la donne ; les listes estampillés « Gilets Jaunes » et les « assemblées d’assemblées » (comme à Commercy) qui semblent être chacune détaché de la base. D’un autre coté les samedi de manifestation semblent s’enfoncer dans l’impasse de la violence alors que la répression n’a jamais été aussi forte.

    #audio #radio #offensive_sonore #radio_libertaire #audio #mouvement_ouvrier #gilets_jaunes #banlieues #ruralité #mouvement_social #gauchisme #violences #gauches #ric #commercy #empire

  • Introduction à la brochure n °23 : « L’horizon impérial »
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?923-Introduction-a-la-bochure-no23

    Ce texte fait partie de la brochure n°23 « L’horizon impérial » Sociétés chaotiques et logique d’empire Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider à la diffusion). Sommaire : Introduction — ci-dessous (In)Actualité de la démocratie directe L’horizon impérial — bientôt disponible Quatrième de couverture « Ce serait curieux s’il y avait des militants d’un type nouveau, un (...)

    #Brochures

    / #Lieux_Communs, #Histoire, #Politique, #Prospective, #Empire, #Article, #Oligarchie, #Création_sociale-historique, (...)

    #Guerre

  • Visualizing empires decline

    This is mainly an experimentation with soft bodies using toxi’s verlet springs.
    The data refers to the evolution of the top 4 maritime empires of the XIX and XX centuries by extent. The visual emphasis is on their decline.

    https://vimeo.com/6437816


    #empires #déclin #histoire #vidéo #ressources_pédagogiques #Portugal #la_fin_des_empires #UK #Angleterre #Espagne #France #empires_maritimes #visualisation #chronologie #colonialisme #colonialisation #décolonisation
    ping @reka @fil @albertocampiphoto

  • Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États

    Ernest London

    https://lavoiedujaguar.net/Homo-domesticus-Une-histoire-profonde-des-premiers-Etats

    À la recherche de l’origine des États antiques, James C. Scott, professeur de science politique et d’anthropologie, bouleverse les grands récits civilisationnels. Contrairement à bien des idées reçues, la domestication des plantes et des animaux n’a pas entraîné la fin du nomadisme ni engendré l’agriculture sédentaire. Et jusqu’il y a environ quatre siècles un tiers du globe était occupé par des chasseurs-cueilleurs tandis que la majorité de la population mondiale vivait « hors d’atteinte des entités étatiques et de leur appareil fiscal ».

    La première domestication, celle du feu, est responsable de la première concentration de population. La construction de niche de biodiversité par le biais d’une horticulture assistée par le feu a permis de relocaliser la faune et la flore désirables à l’intérieur d’un cercle restreint autour des campements. La cuisson des aliments a externalisé une partie du processus de digestion. Entre 8000 et 6000 avant notre ère, Homo sapiens a commencé à planter toute la gamme des céréales et des légumineuses, à domestiquer des chèvres, des moutons, des porcs, des bovins, c’est-à-dire bien avant l’émergence de sociétés étatiques de type agraire. (...)

    #James_C._Scott #histoire #anthropologie #Homo_sapiens #chasseurs-cueilleurs #agriculture #Mésopotamie #esclavage #État #empires_fantômes

    • Contre le blé, contre l’Etat, Joseph Confavreux

      L’anthropologue anarchiste James C. Scott publie un ouvrage détonnant qui, à l’appui des récentes découvertes de l’archéologie, remet en cause le grand récit civilisationnel fondé sur l’agriculture céréalière, la sédentarité et l’État.

      James C. Scott est éleveur de moutons et dit se sentir « personnellement offensé chaque fois qu’on cite les moutons comme synonyme de comportement conformiste de masse, de pusillanimité et d’absence d’individualité », alors que cela fait 8 000 ans que l’homme a sélectionné les moutons précisément pour les domestiquer et les rendre toujours plus dociles.

      James C. Scott est aussi un des anthropologues les plus singuliers du monde, auteur d’un travail au long cours sur les comportements infrapolitiques (Petit éloge de l’anarchisme), les logiques du pouvoir de l’État moderne (Seeing like a State) ou les peuples sans État, notamment ceux d’Asie du Sud (Zomia ou l’art de ne pas être gouverné).

      homo-domesticusSon dernier livre, que viennent de traduire les éditions La Découverte, s’intitule Homo Domestiscus. Une histoire profonde des premiers États, et combine ce qu’il a pu personnellement observer en matière de domestication des animaux ou des hommes avec des décennies de travail sur les rapports entre les marges et les centres, les nomades et les États, les gouvernés et les gouvernants, les prétendus barbares et les soi-disant civilisés.
      Il se nourrit, aussi et surtout, des récentes avancées de l’archéologie qui, grâce notamment à de nouvelles techniques de recherche, viennent de plus en plus souvent bousculer les savoirs solidifiés dans les livres scolaires et appris par des générations d’écoliers. La récente et impressionnante Histoire des civilisations, sous-titrée Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances, également publiée par les éditions La Découverte et codirigée par l’archéologue Jean-Paul Demoule, s’inscrivait aussi dans ce moment singulier où l’archéologie change notre regard sur le passé, et peut-être ainsi sur le présent.

      Homo domesticus assume d’être une synthèse, voire parfois une forme de braconnage sur des territoires qui ne sont pas ceux de l’anthropologue. Scott définit d’ailleurs lui-même son ouvrage comme le « rapport d’exploration d’un intrus ». Mais son sens du récit et son érudition tout-terrain rendent sa thèse principale très convaincante, tout en permettant au lecteur d’apprendre, au passage, pourquoi les chimpanzés ont un intestin trois fois plus grand que le nôtre, quel est le métabolisme du blé sauvage ou comment lire l’épopée de Gilgamesh…

      Cette thèse consiste à démonter le grand récit civilisationnel de la révolution néolithique et de l’essor de l’humanité, selon lequel « l’agriculture venait se substituer au monde barbare, sauvage, primitif, brutal et sans loi des chasseurs-cueilleurs et des nomades ». Pour l’anthropologue, même si l’on a longtemps supposé que « l’agriculture avait été un grand pas en avant pour l’humanité en termes de bien-être, de nutrition et de temps libre », initialement, « c’est plutôt le contraire qui est vrai ».

      L’hypothèse implicite que la récolte d’une culture plantée serait plus fiable que le rendement des espèces sauvages serait ainsi fausse, « dans la mesure où les espèces sauvages, par définition, ne sont présentes que sur des sites où elles peuvent prospérer ». Celles et ceux qui voient dans l’agriculture sédentaire un pas majeur dans l’avancée de la civilisation négligent en plus les « risques de crise de subsistance impliqués par un mode de vie sédentaire et par la nécessité concomitante de planter, de soigner et de protéger des espèces cultivées ».

      Les avancées récentes de l’archéologie révèlent que les chasseurs-cueilleurs n’avaient rien « de ces populations désemparées, mal nourries, toujours au bord de la famine, qu’imagine l’ethnologie populaire ». Et permettent de mieux comprendre que la « sécurité alimentaire des chasseurs-cueilleurs reposait précisément sur la mobilité et sur la diversité des ressources auxquelles ils avaient accès ».

      À partir du moment où l’on remet en question l’hypothèse fondamentale de la supériorité et de la plus grande attractivité de l’agriculture sédentaire par rapport à toutes les formes de subsistance antérieures, il devient clair, pour le chercheur, « que ladite hypothèse repose elle-même sur un présupposé plus profond et plus enraciné qui n’est, lui, pratiquement jamais remis en cause : à savoir que l’existence sédentaire serait elle-même supérieure et plus attrayante que les formes de subsistance fondées sur la mobilité ».

      51bn3kwdvel-sx329-bo1-204-203-200Dans ce livre, dont le titre original est Against the Grain : A Deep History of the Earliest States, Scott avance donc l’hypothèse du lien étroit entre les céréales et la constitution d’États jugés coercitifs par l’anarchiste qu’il est depuis des décennies. Pour lui, « seules les céréales sont vraiment adaptées à la concentration de la production, au prélèvement fiscal, à l’appropriation, aux registres cadastraux, au stockage et au rationnement ». Ce qui explique pourquoi l’économie de tous les États antiques reposait sur les céréales et pourquoi « l’histoire n’a pas gardé trace de l’existence d’États du manioc, du sagou, de l’igname, du taro, du plantain, de l’arbre à pain ou de la patate douce ».
      Il s’ensuit pour Scott que « l’émergence de l’État ne devient possible que lorsqu’il n’existe guère d’autres options qu’un régime alimentaire dominé par les céréales domestiquées ». La « clé du lien » entre l’État et les céréales serait donc le fait que « seules ces dernières peuvent servir de base à l’impôt, de par leur visibilité, leur divisibilité, leur “évaluabilité”, leur “stockabilité”, leur transportabilité. »

      « Myopie historique »

      À partir de là, James C. Scott juge donc qu’on surestime très largement la révolution néolithique qui « a entraîné un appauvrissement de la sensibilité et du savoir pratique de notre espèce face au monde naturel, un appauvrissement de son régime alimentaire, une contraction de son espace vital et aussi, sans doute, de la richesse de son existence rituelle ».

      arton2238-a8443Une surévaluation intimement liée à la manière dont les progrès de la civilisation ont été « codifiés par les premiers grands royaumes agraires ». Comme dans Zomia, l’anthropologue juge nécessaire de se départir de la « téléologie de l’État » et d’une « histoire stato-centrée ». Une histoire « impartiale » supposerait, selon lui, qu’on accorde à l’État « un rôle beaucoup plus modeste que celui qu’on lui attribue normalement », même s’il n’est pas étonnant que l’État ait fini par dominer les grands récits archéologiques et historiques.
      En effet, outre l’hégémonie de la forme État dans le monde actuel, « la majeure partie des recherches archéologiques et historiques dans le monde sont parrainées par l’État, ce qui en fait souvent une sorte d’autoportrait narcissique », écrit Scott, en notant qu’on a toujours privilégié l’excavation des grandes ruines historiques sur des indices plus faibles d’installation humaine, que les dernières techniques archéologiques permettent de mieux repérer.

      De plus, les « documents écrits sont invariablement produits par et pour l’État ». Même si bon nombre de peuples nomades connaissaient l’écriture, « ils écrivaient généralement sur des matériaux périssables (écorce, feuille, bambou, roseau) et pour des raisons étrangères aux préoccupations d’un État (comme mémoriser des sortilèges ou des poèmes d’amour) ».

      Décentrer ainsi l’Histoire pour éclairer les zones oubliées par les récits officiels permet notamment de montrer que l’émergence de l’État apparaît en réalité très longtemps après la naissance de l’agriculture sédentaire et ne lui est pas liée, même si cette forme d’organisation sociale demeure, en général, réticente aux zones humides, désertiques ou montagneuses.

      Scott rappelle à ce sujet que les premiers établissements sédentaires de l’histoire de l’humanité sont apparus dans des zones humides, dont le rôle a été largement sous-estimé, pour au moins trois raisons. D’abord en raison de « l’association presque irrésistible entre l’idée de civilisation et les principales céréales : blé, orge, riz et maïs ». Ensuite, parce qu’il s’agissait de cultures largement orales n’ayant laissé derrière elles aucun témoignage écrit. Enfin, parce que cette myopie historique vis-à-vis des sociétés des zones humides pourrait être liée à leur « incompatibilité écologique avec la centralisation administrative et le contrôle par le haut. Ces sociétés reposaient en effet sur ce qu’on appelle aujourd’hui des biens collectifs ou des communs – plantes, animaux et espèces aquatiques sauvages auxquelles toute la communauté avait accès. Il n’existait aucune ressource dominante unique susceptible d’être monopolisée ou contrôlée et encore moins taxée par un centre politique ».

      Décentrer l’histoire permet aussi de comprendre que les premiers États étaient, en réalité, non seulement très fragiles, mais éphémères et réversibles. « Dans la plupart des cas, les périodes d’interrègne, de fragmentation et de décadence étaient plus fréquentes que les phases de domination efficace et stable. » En outre, explique Scott, « dans une grande partie du monde, l’État, même lorsqu’il était robuste, n’était qu’une institution saisonnière. Récemment encore, en Asie du Sud-Est, pendant les averses annuelles de la mousson, il n’était guère capable de projeter sa puissance au-delà des murs du palais royal ».

      Pour l’anthropologue, il a existé plusieurs lignes de faille, « sous-produits de l’émergence de l’État lui-même », liées aux conséquences épidémiologiques de la concentration sans précédent des espaces cultivés, des humains et du bétail, ainsi que des parasites et agents pathogènes, liées également aux effets écologiques plus insidieux de l’urbanisme ou encore aux répercussions d’une agriculture reposant sur l’irrigation intensive et entraînant une déforestation et une salinisation des sols.

      Rompre ainsi l’hypnose provoquée par les récits « narrant la fondation d’une dynastie ou exaltant sa période classique, alors que les périodes de désintégration et de désordre ne laissent que peu ou pas de trace », permet notamment de saisir les nombreux « mouvements de fuite des territoires contrôlés par les premiers États en direction de leur périphérie ». Mouvements dont les traces, « dans la mesure où ils contredisent le récit qui met en scène l’État en tant que porteur de civilisation et bienfaiteur de ses sujets », sont « confinées dans d’obscurs documents juridiques ».

      La Grande Muraille sur le site de Mutianyu
      La Grande Muraille sur le site de Mutianyu
      Le lecteur apprend ainsi que la Grande Muraille de Chine servait tout autant à retenir les paysans Han et les contribuables qu’à faire obstacle aux incursions barbares. Ce fait que les premiers États n’aient pas réussi à retenir leur population est, pour Scott, le signe que « c’est seulement par le biais de diverses formes de servitude que les premiers États ont réussi à capturer et à fixer une bonne partie de leurs populations ».
      « Homo sapiens n’a-t-il pas lui-même été domestiqué ? »

      La mise en cause du récit traditionnel de la civilisation par James Scott n’est pas seulement, pour lui, un moyen de rendre justice à un passé moins linéaire que la vision que nous en avons d’habitude. Elle est aussi une façon de repenser le présent, et notamment le fait que nous acceptons comme quelque chose d’inévitable, voire de normal, de vivre dans des États inégalitaires et dont les premières fondations reposent sur la coercition et l’exploitation de leurs populations.

      41wndayie2l-sx303-bo1-204-203-200L’anthropologue réexamine ainsi « la conception de l’État chère à des théoriciens du contrat social tels que Hobbes et Locke, celle d’un pôle d’attraction irrésistible reposant sur la paix civile, l’ordre social et la sécurité personnelle ». Alors que, pour lui, la « formation des premiers États est pour une bonne part une entreprise coercitive », appuyée sur l’usage « extensif d’une main-d’œuvre servile » : prisonniers de guerre, semi-servage, esclaves, même si celui-ci était présent dans nombre de sociétés pré-étatiques.
      James C. Scott tient à réhabiliter des modes de vie classés comme « barbares » simplement parce qu’il refusaient les rets de l’État, et en particulier l’impôt, que le chercheur n’hésite pas à qualifier de « fléau » pour les populations intégrées aux premiers États, en évoquant les collectes en nature prélevées par l’État sous forme de céréales, de main-d’œuvre et de conscription.

      Il fait ainsi voler en éclats la ligne de démarcation censée passer entre les mondes dits barbares et les mondes prétendument civilisés, c’est-à-dire étatisés, notamment parce que les populations assujetties à l’État et les peuples sans État étaient en réalité des partenaires commerciaux naturels et fréquents, dont le négoce des peaux de castor des Amérindiens a été l’un des plus emblématiques. « Une telle symbiose engendrait une hybridité culturelle beaucoup plus intense que ce que la typique dichotomie “barbare-civilisé” pourrait laisser croire », écrit Scott.

      Pour lui, les « barbares » doivent davantage être compris comme les « jumeaux cachés de la civilisation », comme l’atteste notamment le fait qu’il est arrivé que ces derniers conquièrent l’État, comme ce fut le cas deux fois dans l’histoire de la Chine, avec la dynastie mongole des Yuan et la dynastie mandchoue des Qing, ainsi que dans celui d’Osman, le fondateur de l’Empire ottoman. Pour Scott, l’existence dite barbare a donc « été souvent plus facile, plus libre et plus saine que celle des membres des sociétés civilisées – du moins de ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite ».

      À lire l’anthropologue, on peut même aller jusqu’à désigner « la longue période historique qui vit se côtoyer des États agraires relativement faibles et de nombreux peuples sans État, généralement équestres », comme un « âge d’or » des barbares, comparable à un moment où « le mouvement d’enclosure politique représenté par l’État-nation n’existait pas encore ». Pour lui, ces « barbares » étaient « presque à tous égards plus libres que les petits fermiers anglais de la fin du Moyen Âge et du début de l’ère moderne, dont on a tant vanté l’indépendance ».

      Ce détour par la proto-histoire est aussi, pour Scott, un moyen de réfléchir à la notion de domestication, et à la façon dont elle résonne aujourd’hui. Il rappelle en effet que le terme domestiquer est normalement considéré comme un verbe actif impliquant un complément d’objet direct. Mais, interroge-t-il, Homo sapiens n’a-t-il « pas lui-même été domestiqué, attelé au cycle interminable du labourage, du plantage, du désherbage, de la récolte, du battage, du broyage » ? Pour Scott, l’homme est quasiment devenu esclave des céréales, et a été domestiqué par son confinement, une plus forte densité démographique et de nouveaux modèles d’activité physique et d’organisation sociale…

      Ce qui interroge quand on sait que, par rapport à leurs ancêtres sauvages, les moutons ont connu une réduction de 24 % de la taille de leur cerveau au cours des 10 000 ans d’histoire de leur domestication ou que les furets ont des cerveaux 30 % plus petits que ceux des putois… « La réduction de la taille du cerveau et ses conséquences possibles semblent décisives pour rendre compte de la docilité des animaux domestiques en général », écrit James Scott, en se plaisant sans doute à imaginer ce que serait le cerveau d’un homme sauvage, en liberté et sans État.

      LIRE AUSSI
      De l’importance de traverser hors des clous
      PAR JOSEPH CONFAVREUX
      Cette plongée dans la profondeur de l’histoire est, enfin, un moyen pour Scott de reprendre à nouveaux frais une notion à la mode, qui a pu être féconde pour alerter sur notre destinée civilisationnelle, mais s’avère également sidérante, voire paralysante : celle d’effondrement. Pour Scott, « dans son usage non réfléchi, la notion d’effondrement désigne une tragédie civilisationnelle affectant un grand royaume antique et ses réalisations culturelles ». Elle pourrait pourtant signifier « simplement un retour à la fragmentation de leurs parties constitutives, quitte à ce qu’elles se fédèrent de nouveau ultérieurement ».
      À lire l’anthropologue, une bonne partie de ce qui, dans l’histoire, est passé pour un effondrement n’était en réalité qu’une désagrégation au sens propre du terme : la réduction d’entités politiques de grande taille mais fragiles, à leurs composantes plus modestes et souvent plus stables, mais aussi souvent plus justes politiquement et socialement.

      Scott va jusqu’à effectuer alors un curieux, mais osé, « plaidoyer pour l’effondrement », en faisant l’hypothèse que ce qu’on désigne encore comme des siècles obscurs, des périodes intermédiaires ou des âges sombres a « en fait suscité un net gain de liberté pour de nombreux sujets des États antiques et une amélioration général du bien-être humain ». Une histoire à méditer pour les collapsologues ou les déclinistes contemporains…

    • Je connais mal cette littérature, mais je suppose que ces théories ont été confrontées et confirmées par les récits qu’on a des sociétés de #chasseurs-cueilleurs plus récentes, comme par exemple les sociétés #autochtones nord-américaines ? On a des témoignages du 17ème siècle de colons européens, par exemple :

      Un Français au « Royaume des bestes sauvages »
      #Paul_Lejeune, Lux, le 8 janvier 2009
      https://www.luxediteur.com/catalogue/un-francais-au-royaume-bestes-sauvages

      #Canada #Lux @lux_editeur

  • How to Think About #Empire | Boston Review
    http://bostonreview.net/literature-culture-global-justice/arundhati-roy-avni-sejpal-challenging-%E2%80%9Cpost-%E2%80%9D-postcolo

    Another “update” that we ought to think about is that new technology could ensure that the world no longer needs a vast working class. What will then emerge is a restive population of people who play no part in economic activity—a surplus population if you like, one that will need to be managed and controlled. Our digital coordinates will ensure that controlling us is easy. Our movements, friendships, relationships, bank accounts, access to money, food, education, healthcare, information (fake, as well as real), even our desires and feelings—all of it is increasingly surveilled and policed by forces we are hardly aware of. How long will it be before the elite of the world feel that almost all the world’s problems could be solved if only they could get rid of that #surplus #population? If only they could delicately annihilate specific populations in specific ways—using humane and democratic methods, of course. Preferably in the name of justice and liberty. Nothing on an industrial scale, like gas chambers or Fat Men and Little Boys. What else are smart nukes and germ warfare for?

  • Quoi qu’il en soit, Trump ne quittera pas la Syrie et l’Afghanistan Stephen Gowans - 2 Janvier 2019 - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/117672

    Il ne fait que transférer le fardeau sur les alliés et compter davantage sur les mercenaires

    Le retrait annoncé des troupes américaines de #Syrie et la diminution des troupes d’occupation en #Afghanistan ne correspondent très probablement pas à l’abandon par les #États-Unis de leurs objectifs au #Moyen-Orient, mais bien plutôt à l’adoption de nouveaux moyens pour atteindre les buts que la politique étrangère américaine vise depuis longtemps. Plutôt que de renoncer à l’objectif américain de dominer les mondes arabe et musulman par un système colonialiste et une occupation militaire directe, le président #Donald_Trump ne fait que mettre en œuvre une nouvelle politique – une politique basée sur un transfert plus important du fardeau du maintien de l’#Empire sur ses alliés et sur des soldats privés financés par les monarchies pétrolières.

    Le modus operandi de Trump en matière de relations étrangères a été constamment guidé par l’argument que les alliés des États-Unis ne parviennent pas à peser leur poids et devraient contribuer davantage à l’architecture de la sécurité américaine. Recruter des alliés arabes pour remplacer les troupes américaines en Syrie et déployer des #mercenaires (appelés par euphémisme des fournisseurs de sécurité) sont deux options que la Maison-Blanche examine activement depuis l’année dernière. De plus, il existe déjà une importante présence alliée et mercenaire en Afghanistan et le retrait prévu de 7000 soldats américains de ce pays ne réduira que marginalement l’empreinte militaire occidentale.

    Le conflit entre le secrétaire américain à la Défense #Jim_Mattis et Trump quant à leurs visions du monde est perçu à tort comme l’expression d’opinions contradictoires sur les objectifs américains plutôt que sur la manière de les atteindre. Mattis privilégie la poursuite des buts impériaux des États-Unis par la participation significative de l’armée américaine tandis que Trump favorise la pression sur les alliés pour qu’ils assument une plus grande partie du fardeau que constitue l’entretien de l’empire américain, tout en embauchant des fournisseurs de sécurité pour combler les lacunes. Le but de Trump est de réduire la ponction de l’Empire sur les finances américaines et d’assurer sa base électorale, à qui il a promis, dans le cadre de son plan « #America_First », de ramener les soldats américains au pays.

    Fait significatif, le plan de Trump est de réduire les dépenses des activités militaires américaines à l’étranger, non pas comme fin en soi mais comme moyen de libérer des revenus pour l’investissement intérieur dans les infrastructures publiques. De son point de vue, les dépenses pour la république devraient avoir la priorité sur les dépenses pour l’#Empire. « Nous avons [dépensé] 7 mille milliards de dollars au Moyen-Orient », s’est plaint le président américain auprès des membres de son administration. « Nous ne pouvons même pas réunir mille milliards de dollars pour l’infrastructure domestique. »[1] Plus tôt, à la veille de l’élection de 2016, Trump se plaignait que Washington avait « gaspillé 6 trillions de dollars en guerres au Moyen-Orient – nous aurions pu reconstruire deux fois notre pays – qui n’ont produit que plus de terrorisme, plus de mort et plus de souffrance – imaginez si cet argent avait été dépensé dans le pays. […] Nous avons dépensé 6 trillions de dollars, perdu des milliers de vies. On pourrait dire des centaines de milliers de vies, parce qu’il faut aussi regarder l’autre côté. » [2]

    En avril de cette année, Trump « a exprimé son impatience croissante face au coût et à la durée de l’effort pour stabiliser la Syrie » et a parlé de l’urgence d’accélérer le retrait des troupes américaines. [3] Les membres de son administration se sont empressés « d’élaborer une stratégie de sortie qui transférerait le fardeau américain sur des partenaires régionaux ». [4]

    La conseiller à la Sécurité nationale, #John_Bolton, « a appelé Abbas Kamel, le chef par intérim des services de renseignement égyptiens pour voir si le Caire contribuerait à cet effort ». [5] Puis l’#Arabie_ saoudite, le #Qatar et les Émirats arabes unis ont été « approchés par rapport à leur soutien financier et, plus largement, pour qu’ils contribuent ». Bolton a également demandé « aux pays arabes d’envoyer des troupes ». [6] Les satellites arabes ont été mis sous pression pour « travailler avec les combattants locaux #kurdes et arabes que les Américains soutenaient » [7] – autrement dit de prendre le relais des États-Unis.

    Peu après, #Erik_Prince, le fondateur de #Blackwater USA, l’entreprise de mercenaires, a « été contactée de manière informelle par des responsables arabes sur la perspective de construire une force en Syrie ». [8] À l’été 2017, Prince – le frère de la secrétaire américaine à l’Éducation #Betsy_De_Vos – a approché la Maison Blanche sur la possibilité de retirer les forces étasuniennes d’Afghanistan et d’envoyer des mercenaires combattre à leur place. [9] Le plan serait que les monarchies pétrolières du golfe Persique paient Prince pour déployer une force mercenaire qui prendrait la relève des troupes américaines.

    En avril, Trump a annoncé : « Nous avons demandé à nos partenaires d’assumer une plus grande responsabilité dans la sécurisation de leur région d’origine. » [10] La rédaction en chef du Wall Street Journal a applaudi cette décision. Le plan de Trump, a-t-il dit, était « la meilleure stratégie » – elle mobiliserait « les opposants régionaux de l’Iran », c’est-à-dire les potentats arabes qui gouvernent à la satisfaction de Washington en vue du projet de transformer « la Syrie en un Vietnam pour l’Ayatollah ». [11]

    En ce moment, il y a 14 000 soldats américains reconnus en Afghanistan, dont la moitié, soit 7 000, seront bientôt retirés. Mais il y a aussi environ 47 000 soldats occidentaux dans le pays, y compris des troupes de l’#OTAN et des mercenaires (14 000 soldats américains, 7 000 de l’OTAN [12] et 26 000 soldats privés [13]). Diviser la contribution étasunienne de moitié laissera encore 40 000 hommes de troupes occidentales comme force d’occupation en Afghanistan. Et la réduction des forces américaines peut être réalisée facilement en engageant 7000 remplaçants mercenaires, payés par les monarques du golfe Persique. « Le retrait », a rapporté The Wall Street Journal, « pourrait ouvrir la voie à un plus grand nombre d’entrepreneurs privés pour assumer des rôles de soutien et de formation », comme le souligne « la campagne de longue date d’Erik Prince ». Le Journal a noté que le frère de la secrétaire à l’Éducation « a mené une campagne agressive pour convaincre M. Trump de privatiser la guerre ». [14]

    La démission de Mattis a été interprétée comme une protestation contre Trump, qui « cède un territoire essentiel à la Russie et à l’Iran » [15] plutôt que comme un reproche à Trump de se reposer sur des alliés pour porter le fardeau de la poursuite des objectifs étasuniens en Syrie. La lettre de démission du secrétaire à la Défense était muette sur la décision de Trump de rapatrier les troupes américaines de Syrie et d’Afghanistan et insistait plutôt sur « les alliances et les partenariats ». Elle soulignait les préoccupations de Mattis sur le fait que le changement de direction de Trump n’accordait pas suffisamment d’attention au « maintien d’alliances solides et de signes de respect » à l’égard des alliés. Alors que cela a été interprété comme un reproche d’avoir abandonné le fer de lance américain en Syrie, les Kurdes, Mattis faisait référence aux « alliances et aux partenariats » au pluriel, ce qui indique que ses griefs vont plus loin que les relations des États-Unis avec les Kurdes. Au contraire, Mattis a exprimé des préoccupations cohérentes avec une plainte durable dans le milieu de la politique étrangère américaine selon laquelle les efforts incessants de Trump pour faire pression sur ses alliés afin qu’ils supportent davantage le coût du maintien de l’Empire aliènent les alliés des Américains et affaiblissent le « système d’alliances et de partenariats » qui le composent. [16]

    L’idée, aussi, que la démission de Mattis est un reproche à Trump pour l’abandon des Kurdes, est sans fondement. Les Kurdes ne sont pas abandonnés. Des commandos britanniques et français sont également présents dans le pays et « on s’attend à ce qu’ils restent en Syrie après le départ des troupes américaines ». [17] Mattis semble avoir été préoccupé par le fait qu’en extrayant les forces américaines de Syrie, Trump fasse peser plus lourdement le poids de la sécurisation des objectifs étasuniens sur les Britanniques et les Français, dont on ne peut guère attendre qu’ils tolèrent longtemps un arrangement où ils agissent comme force expéditionnaire pour Washington tandis que les troupes américaines restent chez elles. À un moment donné, ils se rendront compte qu’ils seraient peut-être mieux en dehors de l’alliance américaine. Pour Mattis, soucieux depuis longtemps de préserver un « système global d’alliances et de partenariats » comme moyen de « faire progresser un ordre international le plus propice à la sécurité, à la prospérité et aux valeurs [des États-Unis], le transfert du fardeau par Trump ne parvient guère à « traiter les alliés avec respect » ou à « faire preuve d’un leadership efficace », comme Mattis a écrit que Washington devrait le faire dans sa lettre de démission.

    Le président russe #Vladimir_Poutine a accueilli l’annonce de Trump avec scepticisme. « Nous ne voyons pas encore de signes du retrait des troupes américaines », a-t-il déclaré. « Depuis combien de temps les États-Unis sont-ils en Afghanistan ? Dix-sept ans ? Et presque chaque année, ils disent qu’ils retirent leurs troupes. » [18] Le #Pentagone parle déjà de déplacer les troupes américaines « vers l’#Irak voisin, où environ 5000 soldats étasuniens sont déjà déployés », et qui ‘déferleront’ en Syrie pour des raids spécifiques ». [19] Cette force pourrait aussi « retourner en Syrie pour des missions spéciales si des menaces graves surgissent » [20] ce qui pourrait inclure les tentatives de l’armée syrienne de récupérer son territoire occupé par les forces #kurdes. De plus, le Pentagone conserve la capacité de continuer de mener des « frappes aériennes et de réapprovisionner les combattants kurdes alliés avec des armes et du matériel » depuis l’Irak. [21]

    Trump n’a jamais eu l’intention d’apporter à la présidence une redéfinition radicale des objectifs de la politique étrangère américaine, mais seulement une manière différente de les atteindre, une manière qui profiterait de ses prouesses autoproclamées de négociation. Les tactiques de négociation de Trump n’impliquent rien de plus que de faire pression sur d’autres pour qu’ils paient la note, et c’est ce qu’il a fait ici. Les Français, les Britanniques et d’autres alliés des Américains remplaceront les bottes étasuniennes sur le terrain, avec des mercenaires qui seront financés par les monarchies pétrolières arabes. C’est vrai, la politique étrangère des États-Unis, instrument pour la protection et la promotion des profits américains, a toujours reposé sur quelqu’un d’autre pour payer la note, notamment les Américains ordinaires qui paient au travers de leurs impôts et, dans certains cas, par leurs vies et leurs corps en tant que soldats. En tant que salariés, ils ne tirent aucun avantage d’une politique façonnée par « des #élites_économiques et des groupes organisés représentant les intérêts des entreprises », comme les politologues Martin Gilens et Benjamin I. Page l’ont montré dans leur enquête de 2014 portant sur plus de 1700 questions politiques américaines. Les grandes entreprises, concluaient les chercheurs, « ont une influence considérable sur la politique gouvernementale, tandis que les citoyens moyens et les groupes fondés sur les intérêts des masses n’ont que peu d’influence ou pas d’influence du tout ». [22] Autrement dit, les grandes entreprises conçoivent la politique étrangère à leur avantage et en font payer le coût aux Américains ordinaires. 

    C’est ainsi que les choses devraient être, selon Mattis et d’autres membres de l’élite de la politique étrangère américaine. Le problème avec Trump, de leur point de vue, est qu’il essaie de transférer une partie du fardeau qui pèse actuellement lourdement sur les épaules des Américains ordinaires sur les épaules des gens ordinaires dans les pays qui constituent les éléments subordonnés de l’Empire américain. Et alors qu’on s’attend à ce que les alliés portent une partie du fardeau, la part accrue que Trump veut leur infliger nuit est peu favorable au maintien des alliances dont dépend l’Empire américain. 

    Notes :
    1. Bob Woodward, Fear : Trump in the White House, (Simon & Shuster, 2018) 307.

    2. Jon Schwarz, “This Thanksgiving, I’m Grateful for Donald Trump, America’s Most Honest President,” The Intercept, November 21, 2018.

    3. Michael R. Gordon, “US seeks Arab force and funding for Syria,” The Wall Street Journal, April 16, 2018.

    4. Gordon, April 16, 2018.

    5. Gordon, April 16, 2018.

    6. Gordon, April 16, 2018.

    7. Gordon, April 16, 2018.

    8. Gordon, April 16, 2018.

    9. Michael R. Gordon, Eric Schmitt and Maggie Haberman, “Trump settles on Afghan strategy expected to raise troop levels,” The New York Times, August 20, 2017.

    10. Gordon, April 16, 2018.

    11. The Editorial Board, “Trump’s next Syria challenge,” The Wall Street Journal, April 15, 2018.

    12. Julian E. Barnes, “NATO announces deployment of more troops to Afghanistan,” The Wall Street Journal, June 29, 2017.

    13. Erik Prince, “Contractors, not troops, will save Afghanistan,” The New York Times, August 30, 2017.

    14. Craig Nelson, “Trump withdrawal plan alters calculus on ground in Afghanistan,” The Wall Street Journal, December 21, 2018.

    15. Helene Cooper, “Jim Mattis, defense secretary, resigns in rebuke of Trump’s worldview,” The New York Times, December 20, 2018.

    16. “Read Jim Mattis’s letter to Trump : Full text,” The New York Times, December 20, 2018.

    17. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    18. Neil MacFarquhar and Andrew E. Kramer, “Putin welcomes withdrawal from Syria as ‘correct’,” The New York Times, December 20, 2018.

    19. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    20. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    21. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    22. Martin Gilens and Benjamin I. Page, “Testing Theories of American Politics : Elites, Interest Groups, and Average Citizens,” Perspectives on Politics, Fall 2014.
    Traduit par Diane Gilliard
    Source : https://gowans.wordpress.com/2018/12/22/no-matter-how-it-appears-trump-isnt-getting-out-of-syria-and-afgha

  • Gilets jaunes et #Démocratie_directe : convergences et obstacles (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-et-democratie-950

    Voir la première partie (.../...) 2 – Les obstacles, ou chantiers, présents et futurs Un mouvement autonome de ce type se trouve au fil de son développement face à l’épreuve de son #Institutionnalisation. Le mot est compliqué, je m’explique : la forme spontanée, largement informelle et improvisée n’est pas durable dans la durée, sinon dans les rêves absurdes des « spontanéistes » et des maniaques de l’émeute ou alors sous forme de dérèglement capillaire progressif, mais qui peut alors facilement dériver (...)

    #Comptes-rendus_d'interventions

    / Gilets jaunes (2018), #Lieux_Communs, #Politique, #Anthropologie, #Insurrectionnalisme, #Multiculturalisme, #Conférence, #Assemblée, Démocratie directe, #Égalité_des_revenus, #Énergie, #Empire, #Immigration, (...)

    #Gilets_jaunes_2018_

  • North Sentinel : derrière la mort d’un missionnaire, une longue histoire de résistance
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/30/north-sentinel-derriere-la-mort-d-un-missionnaire-une-longue-histoire-de-res

    L’archipel était connu des navigateurs chinois, malais et birmans. D’après l’anthropologue Ajay Saini, qui a publié une tribune dans le quotidien britannique The Guardian après la mort de John Allen Chau, ils y menaient des expéditions ayant pour but d’enlever certains de leurs habitants pour les réduire en #esclavage et les vendre sur d’autres rivages.

    A partir du début du XIXe siècle, les peuples insulaires d’#Andaman ont dû faire face à un ennemi encore plus destructeur : l’#Empire_britannique, qui affirmait déjà son emprise sur les #Indes, installe, après les révoltes indiennes de 1857, une colonie pénitentiaire pour les rebelles sur l’île.

    Sa construction donne lieu à de vastes campagnes de #déforestation auxquelles les habitants de l’archipel résistent. Une dizaine de peuples se liguent. Afin de défendre leur habitat, ils forment des troupes de plusieurs milliers de personnes et se préparent à attaquer la garnison britannique. Prévenues du projet par un espion, les troupes impériales écrasent les guerriers insulaires, mettant fin à leur espoir de voir les envahisseurs quitter leurs foyers au terme de cet épisode relaté par Ajay Saini dans la même tribune.