• Un petit air d’empire
    https://laviedesidees.fr/Dumezil-L-Empire-merovingien

    Le royaume franc qui émerge entre le VIe et le VIIIe siècle a promu la diversité politique et religieuse, avant que les Carolingiens mettent fin à ce pragmatisme. Entre Rome et Charlemagne, l’Europe a-t-elle connu un #empire ? À propos de : Bruno Dumézil, L’Empire mérovingien, Ve-VIIIe siècle, Passés composés

    #Histoire #pouvoir #monarchie

  • #Changement_climatique. Le rôle ignoré des ex-#empires_coloniaux
    https://afriquexxi.info/Changement-climatique-Le-role-ignore-des-ex-empires-coloniaux

    La responsabilité historique du changement climatique est radicalement modifiée lorsque l’on tient compte des #émissions de #CO2 générées par les #anciennes_puissances_coloniales dans les #territoires qu’elles contrôlaient. L’#Europe a ainsi un impact beaucoup plus important que ne le laissent penser les modes de calcul actuels.

  • Project : Roman roads diagrams

    The Roman roads diagram project is a series of maps driven by an unconventional idea: what if we represented Ancient Rome’s famed road network in the style of a modern transit map?

    So far I’ve made five diagrams (below). Click for more information.

    You can see how my style has evolved since I made the first map back in 2017. My ultimate goal is to make a book out of these. I’ll probably have to redesign a few of them.


    https://sashamaps.net/docs/maps/roman-roads-index

    #histoire #Romains #visualisation #cartographie #empire_romain #Europe #transports #infrastructure

    ping @visionscarto

  • Crise capitaliste au moyen orient | Guillaume Deloison
    https://guillaumedeloison.wordpress.com/2018/10/08/dawla-crise-capitaliste-au-moyen-orient

    ISRAËL ET PALESTINE – CAPITAL, COLONIES ET ÉTAT

    Le conflit comme Histoire

    A la fin des guerres napoléoniennes, certaines parties du Moyen-Orient se retrouvèrent envahies par le nouveau mode de production capitaliste. Dans cette région, l’industrie textile indigène, surtout en Egypte, fut détruite par les textiles anglais bon marché dans les années 1830. Dès les années 1860, les fabricants britanniques avaient commencé à cultiver le coton le long du Nil. En 1869, on ouvrit le canal de Suez dans le but de faciliter le commerce britannique et français. Conformément à cette modernisation, on peut dater les origines de l’accumulation primitive en #Palestine à la loi de l’#Empire_ottoman de 1858 sur la #propriété_terrienne qui remplaçait la propriété collective par la propriété individuelle de la terre. Les chefs de village tribaux se transformèrent en classe de propriétaires terriens qui vendaient leurs titres aux marchands libanais, syriens, égyptiens et iraniens. Pendant toute cette période, le modèle de développement fut surtout celui d’un développement inégal, avec une bourgeoisie étrangère qui prenait des initiatives et une bourgeoisie indigène, si l’on peut dire, qui restait faible et politiquement inefficace.

    Sous le #Mandat_britannique, de nombreux propriétaires absentéistes furent rachetés par l’Association de colonisation juive, entraînant l’expulsion de métayers et de fermiers palestiniens. Étant donné que les dépossédés devaient devenir #ouvriers_agricoles sur leurs propres terres, une transformation décisive des relations de production commençait, conduisant aux premières apparitions d’un #prolétariat_palestinien. Ce processus eut lieu malgré une violente opposition de la part des #Palestiniens. Le grand tournant dans une succession de #révoltes fut le soulèvement de #1936-1939. Son importance réside dans le fait que « la force motrice de ce soulèvement n’était plus la paysannerie ou la bourgeoisie, mais, pour la première fois, un prolétariat agricole privé de moyens de travail et de subsistance, associé à un embryon de classe ouvrière concentrée principalement dans les ports et dans la raffinerie de pétrole de Haïfa ». Ce soulèvement entraîna des attaques contre des propriétaires palestiniens ainsi que contre des colons anglais et sionistes. C’est dans le même temps que se développa le mouvement des #kibboutz, comme expérience de vie communautaire inspiré notamment par des anarchistes comme Kropotkine, s’inscrivant dans le cadre du sionisme mais opposées au projet d’un état.

    La Seconde Guerre mondiale laissa un héritage que nous avons du mal à imaginer. L’implantation des juifs en Palestine, déjà en cours, mais de faible importance entre 1880 et 1929, connaît une augmentation dans les années 1930 et puis un formidable élan dans l’après-guerre ; de ce processus naquit #Israël. Le nouvel Etat utilisa l’appareil légal du Mandat britannique pour poursuivre l’expropriation des Palestiniens. La #prolétarisation de la paysannerie palestinienne s’étendit encore lors de l’occupation de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza en 1967. Cette nouvelle vague d’accumulation primitive ne se fit pas sous la seule forme de l’accaparement des #terres. Elle entraîna aussi le contrôle autoritaire des réserves d’#eau de la Cisjordanie par le capital israélien par exemple.

    Après la guerre de 1967, l’Etat israélien se retrouvait non seulement encore entouré d’Etats arabes hostiles, mais aussi dans l’obligation de contrôler la population palestinienne des territoires occupés. Un tiers de la population contrôlée par l’Etat israélien était alors palestinienne. Face à ces menaces internes et externes, la survie permanente de l’Etat sioniste exigeait l’unité de tous les Juifs israéliens, occidentaux et orientaux. Mais unir tous les Juifs derrière l’Etat israélien supposait l’intégration des #Juifs_orientaux, auparavant exclus, au sein d’une vaste colonie de travail sioniste. La politique consistant à établir des colonies juives dans les territoires occupés est un élément important de l’extension de la #colonisation_travailliste sioniste pour inclure les Juifs orientaux auparavant exclus. Bien entendu, le but immédiat de l’installation des #colonies était de consolider le contrôle d’Israël sur les #territoires_occupés. Cependant, la politique de colonisation offrait aussi aux franges pauvres de la #classe_ouvrière_juive un logement et des emplois qui leur permettaient d’échapper à leur position subordonnée en Israël proprement dit. Ceci ne s’est pas fait sans résistance dans la classe ouvrière Israélienne, certain s’y opposaient comme les #Panthéres_noire_israélienne mais l’#Histadrout,« #syndicat » d’Etat et employeur important s’efforçait d’étouffer les luttes de la classe ouvrière israélienne, comme par exemple les violents piquets de grève des cantonniers.

    En 1987, ce sont les habitants du #camp_de_réfugiés de Jabalya à Gaza qui furent à l’origine de l’#Intifada, et non l’#OLP (Organisation de Libération de la Palestine) composé par la bourgeoisie Palestinienne, basée en Tunisie et complètement surprise. Comme plus tard en 2000 avec la seconde intifada, ce fut une réaction de masse spontanée au meurtre de travailleurs palestiniens. A long terme, l’Intifada a permis de parvenir à la réhabilitation diplomatique de l’OLP. Après tout, l’OLP pourrait bien être un moindre mal comparée à l’activité autonome du prolétariat. Cependant, la force de négociation de l’OLP dépendait de sa capacité, en tant que « seul représentant légitime du peuple palestinien », à contrôler sa circonscription, ce qui ne pouvait jamais être garanti, surtout alors que sa stratégie de lutte armée s’était révélée infructueuse. Il était donc difficile pour l’OLP de récupérer un soulèvement à l’initiative des prolétaires, peu intéressés par le nationalisme, et qui haïssaient cette bourgeoisie palestinienne presque autant que l’Etat israélien.

    Quand certaines personnes essayèrent d’affirmer leur autorité en prétendant être des leaders de l’Intifada, on raconte qu’un garçon de quatorze ans montra la pierre qu’il tenait et dit : « C’est ça, le leader de l’Intifada. » Les tentatives actuelles de l’Autorité palestinienne pour militariser l’Intifada d’aujourd’hui sont une tactique pour éviter que cette « anarchie » ne se reproduise. L’utilisation répandue des pierres comme armes contre l’armée israélienne signifiait qu’on avait compris que les Etats arabes étaient incapables de vaincre Israël au moyen d’une guerre conventionnelle, sans parler de la « lutte armée » de l’OLP. Le désordre civil « désarmé » rejetait obligatoirement « la logique de guerre de l’Etat » (bien qu’on puisse aussi le considérer comme une réaction à une situation désespérée, dans laquelle mourir en « martyr » pouvait sembler préférable à vivre dans l’enfer de la situation présente). Jusqu’à un certain point, le fait de lancer des pierres déjouait la puissance armée de l’Etat d’Israël.

    D’autres participants appartenaient à des groupes relativement nouveaux, le #Hamas et le #Jihad_Islamique. Pour essayer de mettre en place un contrepoids à l’OLP, Israël avait encouragé la croissance de la confrérie musulmane au début des années 1980. La confrérie ayant fait preuve de ses sentiments anti-classe ouvrière en brûlant une bibliothèque qu’elle jugeait être un » foyer communiste « , Israël commença à leur fournir des armes.

    D’abord connus comme les « accords Gaza-Jéricho », les accords d’Oslo fit de l’OLP l’autorité palestinienne. Le Hamas a su exploiter ce mécontentement tout en s’adaptant et en faisant des compromis. Ayant rejeté les accords d’Oslo, il avait boycotté les premières élections palestiniennes issues de ces accords en 1996. Ce n’est plus le cas désormais. Comme tous les partis nationalistes, le Hamas avec son discours religieux n’a nullement l’intention de donner le pouvoir au peuple, avec ou sans les apparences de la démocratie bourgeoise. C’est d’ailleurs ce qu’il y a de profondément commun entre ce mouvement et l’OLP dans toutes ses composantes : la mise en place d’un appareil politico-militaire qui se construit au cours de la lutte, au nom du peuple mais clairement au-dessus de lui dès qu’il s’agit de prendre puis d’exercer le pouvoir. Après plusieurs années au gouvernement, le crédit du Hamas est probablement et selon toute apparence bien entamé, sans que personne non plus n’ait envie de revenir dans les bras du Fatah (branche militaire de l’OLP). C’est semble-t-il le scepticisme, voire tout simplement le désespoir et le repli sur soi, qui semblent l’emporter chaque jour un peu plus au sein de la population.

    Le sionisme, un colonialisme comme les autres ?

    Dans cette situation, la question de déterminer les frontières de ce qui délimiterait un État israélien « légitime » est oiseuse, tant il est simplement impossible : la logique de l’accaparement des territoires apparaît inséparable de son existence en tant qu’État-nation. S’interroger dans quelle mesure l’État israélien est plus ou moins « légitime » par rapport à quelque autre État, signifie simplement ignorer comment se constituent toujours les États-nations en tant qu’espaces homogènes.

    Pour comprendre la situation actuelle il faut appréhender la restructuration générale des rapports de classes à partir des années 1970. Parallèlement aux deux « crises pétrolières » de 1973-74 et 1978-80, à la fin du #nationalisme_arabe et l’ascension de l’#islamisme, la structure économique et sociale de l’État d’Israël change radicalement. Le #sionisme, dans son strict sens, fut la protection et la sauvegarde du « travail juif », soit pour le capital israélien, contre la concurrence internationale, soit pour la classe ouvrière contre les prolétaires palestiniens : ce fut en somme, un « compromis fordiste » post-1945, d’enracinement d’une fraction du capital dans dans un État-nation. Le sionisme impliquait qu’il donne alors à l’État et à la société civile une marque de « gauche » dans ce compromis interclassiste et nationaliste. C’est ce compromis que le Likoud a progressivement liquidé ne pouvant plus garantir le même niveau de vie au plus pauvres. Pourtant la définition d’Israël comme « État sioniste » résiste. Agiter des mots comme « sioniste », « lobby », etc. – consciemment ou pas – sert à charger l’existence d’Israël d’une aire d’intrigue, de mystère, de conspiration, d’exceptionnalité, dont il n’est pas difficile de saisir le message subliminal : les Israéliens, c’est-à-dire les Juifs, ne sont pas comme les autres. Alors que le seul secret qu’il y a dans toute cette histoire, c’est le mouvement du capital que peu regardent en face. La concurrence généralisé, qui oppose entre eux « ceux d’en haut » et aussi « ceux d’en bas ». L’aggravation de la situation du prolétariat israélien et la quart-mondialisation du prolétariat palestinien appartiennent bien aux mêmes mutations du capitalisme israélien, mais cela ne nous donne pour autant les conditions de la moindre « solidarité » entre les deux, bien au contraire. Pour le prolétaire israélien, le Palestinien au bas salaire est un danger social et de plus en plus physique, pour le prolétaire palestinien les avantages que l’Israélien peut conserver reposent sur son exploitation, sa relégation accrue et l’accaparement des territoires ».

    La #solidarité est devenue un acte libéral, de conscience, qui se déroule entièrement dans le for intérieur de l’individu. Nous aurons tout au plus quelques slogans, une manifestation, peut-être un tract, deux insultes à un flic… et puis tout le monde rentre chez soi. Splendeur et misère du militantisme. Entre temps, la guerre – traditionnelle ou asymétrique – se fait avec les armes, et la bonne question à se poser est la suivante : d’où viennent-elles ? Qui les paye ? Il fut un temps, les lance-roquettes Katioucha arrivaient avec le « Vent d’Est ». Aujourd’hui, pour les Qassam, il faut dire merci à la #Syrie et à l’#Iran. Il fut un temps où l’on pouvait croire que la Révolution Palestinienne allait enflammer le Tiers Monde et, de là, le monde entier. En réalité le sort des Palestiniens se décidait ailleurs, et ils servirent de chair à canon à l’intérieur des équilibres de la #Guerre_Froide. Réalité et mythe de la « solidarité internationale ».

    Nous savons trop bien comment la #religion peut être « le soupir de la créature opprimée, le sentiment d’un monde sans cœur » (Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel). Mais cette généralité vaut en Palestine, en Italie comme partout ailleurs. Dans le Proche et Moyen-Orient, comme dans la plupart des pays arabes du bassin méditerranéen, l’islamisme n’est pas une idéologie tombée du ciel, elle correspond à l’évolution des luttes entre les classes dans cette zone, à la fin des nationalisme arabe et la nécessité de l’appareil d’état pour assurer l’accumulation capitaliste. Le minimum, je n’ose même pas dire de solidarité, mais de respect pour les prolétaires palestiniens et israeliens, nous impose tout d’abord d’être lucides et sans illusions sur la situation actuelle ; de ne pas considérer le prolétariat palestinien comme des abrutis qui se feraient embobiner par le Hamas ni comme des saints investi par le Mandat du Ciel Prolétarien ; de ne pas considérer le prolétariat israélien comme des abruti qui serait simplement rempli de haine envers les palestinien ni comme des saint dont la situation ne repose pas sur l’exploitation d’autres. L’#antisionisme est une impasse, tout comme l’#antimondialisme (défense du #capital_national contre le capital mondialisé), ou toutes les propositions de gestion alternative du capital, qui font parties du déroulement ordinaire de la lutte des classe sans jamais abolir les classes. Sans pour autant tomber dans un appel à la révolution globale immédiate pour seule solution, il nous faut partir de la réalité concrètes et des divisions existantes du mode de production, pour s’y attaquer. Le communisme n’est pas le fruit d’un choix, c’est un mouvement historique. C’est avec cette approche que nous cherchons à affronter cette question. Il en reste pas moins que désormais – à force de réfléchir a partir de catégories bourgeoises comme « le droit », « la justice » et « le peuple » – il n’est pas seulement difficile d’imaginer une quelconque solution, mais il est devenu quasi impossible de dire des choses sensées à cet égard.

    (version partiellement corrigée de ses erreurs typo et orthographe par moi)

    • il dit lui même « synthèse » et « truc que je ne connais pas », et il le prouve, par exemple en laissant entendre que le sionisme est un mouvement fondamentaliste religieux, alors que c’était en bonne partie un mouvement de juifs sécularisés et laïcs, qui a émergé non seulement en raison des persécutions en Europe mais danse le cadre du développement des nationalismes européens du XIXeme, repris ensuite encore ailleurs et par d’autres.
      idem, si on n’évoque pas la spécificité de l’antisémitisme (il n’y qu’aux juifs que sont attribué des pouvoirs occultes, ce qui permet le « socialisme des imbéciles » et le complotisme antisémite) ou celles du racisme anti-arabe (à la fois « judéo- chrétien », depuis les monothéisme antérieurs à l’islam, et colonial, effectivement). si on veut faire des machins à l’oral plutôt que de tabler sur la lecture d’ouvrages approfondis et contradictoires, ça me semble plus intéressant de livrer des témoignages, des récits, ou des confrontations entre énonciateurs qui travaillent pour de bon sur ces questions que de prétendre tout embrasser sous l’angle d’une grille de lecture préétablie (décoloniale or whatever).

    • oui, @rastapopoulos, il tâche d’être précautionneux sur l’antisémitisme et il dit vrai dans le passage que tu cites (guerre de religion). mais il loupe ce point historiquement décisif de la (re)confessionalisation progressive des deux mouvements nationalistes, sioniste et palestinien. des deux cotés, la religion n’était en rien essentiele, bien que de part et d’autre cela ai aussi joué initialement un rôle, minoritaire (cf. l’histoire du sionisme et celle de l’OLP). voilà qui est altéré par ce qu’il dit du sionisme originel (où il se plante), dont les coordonnées se définissaient dans un espace résolument mécréant, dans un rapport conflictuel avec le Bund, avec le socialisme révolutionnaire européen.
      pour ce que je comprends d’Israël, on peut dire grossièrement que le religieux se divise en deux, un fondamentalisme messianique et guerrier qui caractérise nombre de colons (dans l’acception israélienne du terme) et l’État israélien, et de l’autre une religiosité qui refuse la sécularisation dans l’État guerrier (exemptions du service militaire pour des orthodoxes d’une part, qui fait scandale, dissidence pacifiste au nom de la Thora d’autre part).

      j’avais vu ce bobino avant qu’il soit cité par Mona et repris par toi et ne l’avait pas aimé. la vulgarisation historique est un exercice à haut risque (simplifications impossibles, déperditions, erreurs), le gars d’Histoires crépues en est d’ailleurs conscient.
      un récit au présent qui sait tirer des fils historiques et politiques nécessaires à ce qu’il énonce (comme l’a si bien réussi Mona avec son dernier papier) ne se donne pas pour objectif une synthèse historique. celle-ci émerge par surcroit depuis le présent (une critique, une représentation du présent).

      edit @sandburg, les persécutions des juifs et l’éclosion des nationalismes en Europe sont déterminantes dans cette « histoire du XXeme ». le sionisme nait, lui aussi, au XIXeme...

      #histoire #politique #présent

  • Le destin européen de l’Ukraine
    https://laviedesidees.fr/Le-destin-europeen-de-l-Ukraine

    L’histoire longue de l’Ukraine est celle d’une nation tournée vers l’Europe, ayant construit, au cours des siècles, une identité forte et ayant subi pendant trop longtemps une oppression impériale contre laquelle, aujourd’hui, elle lutte de toutes ses forces. À propos de : Serhiy Plokhii, Aux portes de l’Europe. #Histoire de l’Ukraine, Gallimard

    #International #Ukraine #Europe #empire
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20230828_plokhy.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20230828_plokhy.pdf

  • Découverte [d’une chambre] d’esclaves près de Pompéi
    https://sciencepost.fr/decouverte-ancien-quartier-esclaves-pompei

    Une équipe d’archéologues annonce avoir identifié le mobilier d’une chambre réservée aux #esclaves dans la ville romaine de Civita Giuliana, à environ 600 m des murs de l’ancienne Pompéi. La scène, figée dans le temps depuis près de 2 000 ans, nous révèle une situation de précarité et de subordination.

    #Empire_romain

  • L’empire des mers du Sud
    https://laviedesidees.fr/Seiji-Shirane-Imperial-Gateway

    À propos de : Seiji Shirane, Imperial Gateway. Colonial Taiwan and Japan’s Expansion in South China and Southeast Asia, 1895-1945, Cornell University Press #Recensions

    / #Histoire, #Japon, #Taïwan, #empire

    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20230518_taiwan.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20230518_taiwan.pdf

  • « Wuambushu » à Mayotte : une opération au service des intérêts impérialistes de la France
    https://www.revolutionpermanente.fr/Wuambushu-a-Mayotte-une-operation-au-service-des-interets-imper

    Placée dans une région centrale de l’Océan Indien et au Nord du Canal du Mozambique, l’île de Mayotte a toujours été un enjeu militaire pour l’impérialisme français et un poste avancé de sa domination dans la région. Permettant à la fois faire valoir de ses intérêts dans le Canal du Mozambique et axe stratégique avec Djibouti et la Réunion, la domination de Mayotte assure à la France une position de « puissance de l’Océan Indien » face aux autres puissances internationales et aux États de la région. D’où l’enjeu pour l’État français non pas de « développer économiquement » Mayotte ou d’assurer la prospérité de la population mais plutôt de maintenir par la force et les armes une forme (précaire) de stabilité, alors que la population de l’île fait face à une situation extrêmement critique sur le plan social et économique.

    #Mayotte #géostratégie #empire_colonial_français

  • « Pour devenir meilleur, un pays doit perdre sa dernière guerre coloniale »

    Un long entretien avec l’historien étatsunien Timothy Snyder à propos des perspectives ouvertes par la résistance ukrainienne à l’invasion russe. Au travers de cette situation contemporaine il évoque de nombreux points abordés en cours à propos du colonialisme et de l’impérialisme (voir les passages soulignés en gras).

    https://www.lemonde.fr/international/article/2023/04/07/timothy-snyder-pour-devenir-meilleur-un-pays-doit-perdre-sa-derniere-guerre-

    Timothy Snyder : « Pour devenir meilleur, un pays doit perdre sa dernière guerre coloniale »

    Selon l’historien américain, seule une victoire de l’Ukraine peut mener à la paix. Dans un entretien au « Monde », il plaide pour un soutien décisif à Kiev, contre un projet impérial russe qu’il qualifie de « génocidaire ».

    Propos recueillis par Rémy Ourdan, Publié le 07 avril 2023

    Rencontré à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, Timothy Snyder est un historien américain, spécialiste de l’histoire de l’Europe centrale et orientale et de la Shoah. Professeur à l’université Yale, il a notamment publié Terres de sang et Terre noire (Gallimard, 2012 et 2016). Egalement essayiste, il est l’auteur de De la tyrannie (Gallimard, 2017) et de The Road to Unfreedom (Penguin, 2018), à paraître prochainement en français chez Gallimard, avec une nouvelle introduction écrite à l’aune de la guerre en Ukraine.

    Quel est votre sentiment après plus d’un an de guerre russo-ukrainienne ?

    Je crains que l’Occident ne soit passé de l’idée que les Ukrainiens ne peuvent rien faire, comme beaucoup le pensaient au début de la guerre, à la croyance que les Ukrainiens peuvent tout faire, ce qui n’est bien sûr pas vrai. Je pense que les Ukrainiens peuvent gagner cette guerre, mais qu’ils ont besoin de beaucoup plus d’aide qu’ils n’en obtiennent. Il faudrait se concentrer sur le fait de leur en accorder autant que possible.

    Que cette guerre vous a-t-elle révélé de la Russie ?

    Ceux d’entre nous qui avaient décrit la Russie comme un pays fasciste, ceux qui avaient pris les idées du président Vladimir Poutine au sérieux ont eu raison. Les autres – la majorité –, qui ne parlaient que de technocratie et d’intérêts économiques, ont eu tort. La Russie n’a pas changé, mais davantage d’Européens la voient aujourd’hui pour ce qu’elle est vraiment.

    Et que cette guerre vous a-t-elle révélé de l’Ukraine ?

    Là aussi, c’est l’Ukraine que je connais. Mes amis [ukrainiens] font ce que je m’attendais à les voir faire. C’est le pays qui a progressivement émergé ces trente dernières années, de l’indépendance de 1991 à aujourd’hui, et particulièrement depuis la révolution de Maïdan, en 2014, avec une consolidation de la société civile et un renouvellement des générations. Les dirigeants du pays sont jeunes.
    Il s’agit là d’une différence très importante entre l’Ukraine et la Russie. Au début de la guerre, le monde était perplexe face à des questions telles que l’ethnicité et la langue, qui n’ont en fait guère d’importance. Ce qui compte réellement, c’est la politique, l’expérience. En Russie, l’expression politique n’a pas été autorisée, il n’y a pas eu de moment où la population a pu s’affirmer par le vote, et le renouvellement des générations n’a pas été permis. Poutine fait la guerre à l’Ukraine, mais aussi à la jeunesse russe. Il l’enferme dans une prison générationnelle pour l’envoyer combattre dans cette guerre insensée.

    On évoque une volonté impériale, ou coloniale, de la Russie. Comment qualifieriez-vous le projet russe ?

    L’Europe d’aujourd’hui est une Europe postcoloniale. Le projet qui la sous-tend – l’intégration européenne – est né après la guerre, mais il s’inscrit surtout dans une période postcoloniale. La seconde guerre mondiale fut une guerre coloniale allemande, qui a échoué et qui a été suivie par d’autres guerres coloniales, hollandaises, françaises, etc., qui ont échoué. L’Europe est une collection d’Etats postimpériaux.
    Or, le projet de la Russie consiste à réaffirmer le principe de l’empire, contre l’Ukraine mais aussi contre l’Europe. Car, si le principe de l’empire était victorieux, alors l’intégration échouerait. La Russie traite l’Ukraine comme une sorte de colonie. Les affirmations de Poutine selon lesquelles il n’existe pas de nation ukrainienne, pas d’Etat ukrainien, sont des classiques de la rhétorique de la supériorité coloniale. C’est la raison pour laquelle Moscou a besoin de perdre cette guerre : pour devenir meilleur, un pays doit perdre sa dernière guerre coloniale. Ceux qui aiment la Russie devraient lui souhaiter une défaite aussi rapide et décisive que possible. La défaite est la seule solution pour que la Russie y gagne.

    Dans sa diplomatie et ses relations internationales, la Russie ne cesse de mettre en avant le concept de « souveraineté ». Or, on voit qu’elle n’accorde aucune importance à la souveraineté de la Géorgie ou de l’Ukraine, telle qu’on l’entend communément, avec un respect des Etats et des frontières. Qu’est-ce que la « souveraineté », selon Moscou ?

    C ’est là une question essentielle. Quand on parle de souveraineté en Occident, on parle de droit et de frontières. Quand on parle de souveraineté dans le « Sud global », on parle de sortie des empires. Mais quand la Russie parle de souveraineté, il s’agit de s’affranchir de toutes les règles. Un bon exemple est fourni par le discours de Poutine [le 30 septembre 2022] quand la Russie a proclamé avoir annexé des régions ukrainiennes [Louhansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia]. Poutine a expliqué que, parce que la Russie est une civilisation millénaire, les règles contemporaines ne s’appliquent pas à elle.
    Cette idée russe est proche de l’idée fasciste. C’est aussi ce que disaient les nazis quand ils affirmaient que, parce qu’ils étaient « spéciaux », les règles étaient artificielles et ne s’appliquaient pas à eux. C’est l’idée fasciste d’être investi d’une « mission spéciale ».

    Les juristes internationaux s’accordent sur le fait qu’il y a un crime d’agression de la Russie contre l’Ukraine et que des crimes de guerre sont commis, mais ils débattent de la nature génocidaire du crime. Pourquoi affirmez-vous que cette guerre est génocidaire ?

    La Russie commet en Ukraine toutes les catégories de crimes, jusqu’à la déportation forcée d’enfants, explicitement mentionnée dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948. Elle commet des actes génocidaires. Tel qu’on l’entend communément, il y a génocide si tout le monde est tué, jusqu’au dernier. Or, le génocide est aussi un crime fondé sur l’intention de détruire une nation, une communauté.
    La difficulté, selon beaucoup d’observateurs, est de prouver l’intention génocidaire. Or, nous sommes dans une situation historiquement inhabituelle, où la Russie, au lieu de cacher ses intentions, les banalise. Elle dit clairement qu’elle tuera suffisamment d’Ukrainiens pour que les survivants se rangent de son côté. Les déclarations russes sur cette guerre sont génocidaires. Presque chaque jour à la télévision d’Etat, quelqu’un fait une déclaration génocidaire. La notion même de « désukrainisation » montre une intention génocidaire.
    Dmitri Medvedev, ex-président de la Fédération de Russie [2008-2012] et vice-président du Conseil de sécurité de Russie, poste régulièrement des déclarations génocidaires sur sa chaîne Telegram. Le président Poutine lui-même, lorsqu’il nie l’existence d’une nation ukrainienne, utilise un langage prégénocidaire. Nous sommes inondés de ces déclarations. Mon avis est donc que nous avons des preuves de l’intention génocidaire, mais que la tactique russe consiste à donner le sentiment que la situation est normale.

    L’Ukraine discute beaucoup, ces dernières années, de son histoire, de son identité. Comment comprenez-vous l’évolution de l’identité nationale ukrainienne ?

    L’historien français Ernest Renan disait [en 1882] que « l’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours ». Une nation se détermine par ce qu’il s’y passe chaque jour, pas par des événements advenus il y a mille ans. C’est ce que l’Ukraine vient nous rappeler. Nous sommes distraits par une question de langue, qui compte en fait peu – je parle anglais, mais je ne suis pas anglais –, et de mythes. Les Européens et les Américains sont séduits par l’idée qu’en Europe de l’Est les choses anciennes se prolongent à travers l’histoire et restent vraies. Quand Poutine dit que tout doit rester à l’identique, il est étrange que cela nous séduise.
    Les Ukrainiens nous donnent une leçon sur la construction d’une nation, par de petites actions, par les risques pris par chacun. Quand je pense à la nation ukrainienne, je pense surtout à la société civile. Les habitants mènent des actions ensemble. Quelqu’un conduit une camionnette, de l’ouest à l’est de l’Ukraine, pour acheminer quelque chose à une personne qu’il ne connaît pas, mais il connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît cette personne. Cela établit un réseau horizontal, une confiance. C’est ainsi que les Ukrainiens combattent dans cette guerre, et cela définit ce qu’est la nation ukrainienne.
    L’autre aspect de cette question est d’ordre moral. Quand se produit un événement important dans une histoire nationale, il doit y avoir une prise de risque. La Révolution française était un risque, la révolution américaine était un risque. La décision du président Volodymyr Zelensky de rester en Ukraine était un risque, et cela a à voir avec l’idée de nation. La nation est aussi une entité morale.
    Par ailleurs, les Ukrainiens construisent une nation européenne afin de rejoindre l’Europe. Ils ne se font aucune illusion sur leurs chances de réussir seuls. C’est là une leçon importante.
    Dans cette guerre, la question de l’identité nationale russe m’interroge davantage. La Russie se définit elle-même comme une anti-Ukraine. Si votre existence se résume à la négation d’autre chose, alors qu’êtes-vous ? La Russie a choisi son ennemi, et maintenant, l’identité russe est basée sur ce choix de vouloir détruire l’Ukraine.

    Quel est le projet politique ukrainien, et a-t-il changé avec la guerre ?

    L’Ukraine a une longue histoire, qui ne commence pas avec l’indépendance de 1991. Quand certains disent que « Poutine a inventé l’Ukraine en l’envahissant », cela me rend un peu malade, car, alors, qui est ce peuple qui s’est levé au premier jour de la guerre pour résister ? D’où vient-il ? Il y avait un débat, avant 1991, sur ce qu’est l’Ukraine, sur le fait qu’elle soit une nation parce qu’elle avait une langue et une culture, ou qu’elle soit une nation du fait de l’engagement civique de ses habitants. Or, ce débat a été clos en 1991 : l’Ukraine était une entité politique et civique. Dans un pays où la langue russe est très importante, vous pouvez vous sentir ukrainien, quelles que soient votre langue natale et votre appartenance ethnique. Le premier des Ukrainiens aujourd’hui [Volodymyr Zelensky] est un Ukrainien juif russophone. Et cela est possible parce qu’il y a trente ans les Ukrainiens ont eu cette compréhension de ce qu’est la nation, et parce que cette période a été riche en actions démocratiques, destinées à construire une société.
    L’Ukraine et la Russie sont, en ce moment, deux pays très différents. Le projet de Poutine est tourné vers le passé, voire un passé imaginaire, tandis que le projet ukrainien est tourné vers l’avenir, vers la construction d’une entité politique qui s’améliore.

    Il y a actuellement en Ukraine un fort rejet de la culture russe, avec des appels au boycott de la Russie dans tous les domaines. Pensez-vous que ce phénomène se prolongera après la guerre ?

    D’abord, nous devrions nous souvenir à quel point l’Ukraine a été tolérante et favorable à la culture russe, jusqu’au 24 février 2022 [date de l’invasion militaire russe]. Il existait une presse russophone, la langue russe était parlée à la télévision comme dans la rue. On oublie que l’Ukraine est le pays du monde où le plus de gens peuvent parler le plus librement le russe. Cela reste vrai aujourd’hui, même si quelques personnes tentent désormais de ne parler que l’ukrainien.
    Nous sous-estimons à quel point l’Ukraine est moderne avec, par exemple, une capitale bilingue. Berne n’est pas vraiment une capitale bilingue, Bruxelles n’est pas vraiment une capitale bilingue non plus, l’Europe n’a pas vraiment de capitales bilingues, alors que Kiev l’est.
    Ensuite, je ne suis pas surpris que les Ukrainiens aient une réaction négative à l’égard de la culture russe, car ils l’associent à l’idée de l’empire.

    La paix doit-elle nécessairement passer par une victoire militaire et la défaite de l’ennemi, comme cela est envisagé aujourd’hui tant par Moscou que par Kiev, ou peut-elle être une paix négociée ?

    Je pense que ni les Russes ni les Ukrainiens ne veulent de paix négociée. Tous deux sont déterminés à vaincre. On parle de la négociation comme d’une alternative à la guerre, mais la négociation n’est possible que lorsque les deux belligérants ont décidé de ne plus combattre. Au début de la guerre, Moscou et Kiev se sont parlé, mais actuellement il est clair qu’aucun camp ne veut négocier. Et cela, parce que la Russie pense toujours – à mon avis à tort – qu’elle peut encore vaincre l’Ukraine, et parce que l’Ukraine pense – à mon avis à raison – qu’elle devrait et qu’elle peut reconquérir ses territoires occupés.
    La paix interviendra avec la victoire des Ukrainiens. Le seul moyen de terminer la guerre est que la Russie ne puisse plus combattre. Il y a deux scénarios possibles. Le premier est que Poutine déclare que la Russie a gagné, que l’OTAN s’apprêtait à envahir la Russie via l’Ukraine et que, grâce à son brillant commandement, il l’a stoppée en Ukraine, sans qu’un seul soldat de l’OTAN atteigne la Russie. Son discours pourrait ressembler à ça, et il est possible que les Russes y croient, ou fassent semblant d’y croire. Dans le second scénario, quelqu’un en Russie renverse Poutine.
    Je n’imagine pas que la Russie puisse admettre sa défaite. Dans les deux cas, le pays passera à autre chose : les propagandistes russes cesseront soudain de parler de l’Ukraine, et tout le monde comprendra qu’il ne faut plus y penser. C’est ainsi que la politique russe fonctionne. Soit Poutine changera de sujet, soit le sujet changera de lui-même, car ce sera l’après-Poutine.

    Craignez-vous une escalade militaire, soit parce que le conflit s’étendrait au-delà des frontières de l’Ukraine, soit parce que la Russie utiliserait des armes de destruction massive ?

    Je suis embarrassé par le débat sur le nucléaire. Je pense que les Russes ont très consciencieusement et soigneusement conçu leurs déclarations sur le nucléaire pour faire peur à l’Occident. Stratégiquement, ils n’ont aucune raison d’utiliser l’arme nucléaire et de nombreuses raisons de ne pas l’utiliser. La plus importante est que, pour eux, le prestige nucléaire est ce qui fait de la Russie une superpuissance. Si Moscou utilisait l’arme nucléaire, il perdrait immédiatement ce prestige et deviendrait paria, et les pays voisins chercheraient à se doter d’armes nucléaires. Par ailleurs, le risque de voir le conflit s’étendre n’existe que si on laisse la Russie gagner la guerre. Les Ukrainiens sont en train de contenir l’agression russe à l’intérieur de leurs frontières.

    Malgré la guerre, Vladimir Poutine reste une figure acceptable pour certains mouvements politiques européens, ainsi que pour une frange de l’opinion publique. Pourquoi, dans des pays démocratiques, certains sont-ils attirés par des tyrans ou des figures autoritaires ?

    Dans l’histoire des démocraties, il y a toujours eu des personnes fascinées par les tyrans. Dans les années 1930, en Europe comme aux Etats-Unis, beaucoup ont été séduits par Staline ou Hitler. Il y a des gens qui souscrivent au mythe d’un homme qui résout tous les problèmes. C’est une vision fantaisiste et infantile de la politique. La démocratie nécessite des citoyens matures, capables de compromis, patients, et qui acceptent que des idées différentes des leurs puissent s’exprimer. Mais il faut bien reconnaître que certains n’aiment pas la liberté. Ils veulent qu’on leur mente, ou qu’on leur dise quoi faire. C’est aussi le cas actuellement dans mon pays [aux Etats-Unis].

    Les relations internationales et le droit international connaissent parfois des tournants, comme, après la seconde guerre mondiale, la création de l’ONU, la Déclaration universelle des droits de l’homme et les conventions de Genève – ou, dans une moindre mesure, après la guerre froide. La guerre russo-ukrainienne pourrait-elle marquer un tournant ?

    Les Ukrainiens sont en train de sauver le système international actuel. En termes purement stratégiques, la résistance ukrainienne a rendu le monde beaucoup plus sûr qu’il y a un an, pour trois raisons. Cela rend une confrontation américano-chinoise dans le Pacifique moins probable, parce que cela force Pékin à réfléchir à deux fois à une intervention à Taïwan ; cela rend une confrontation entre la Russie et l’OTAN moins probable, car la Russie n’a plus l’armée nécessaire pour menacer des pays membres de l’OTAN ; et cela rend une guerre nucléaire beaucoup moins probable, car l’Ukraine résiste au chantage nucléaire et démontre qu’il n’y a pas besoin de posséder des armes nucléaires pour résister à une puissance nucléaire.
    On n’est pas obligé de voir cette guerre comme une crise de l’ordre contemporain. On peut aussi la considérer comme son salut. Evidemment, tout dépend d’une victoire de l’Ukraine.

    #Empire #colonialisme #impérialisme #génocide #Ukraine #Russie

  • Aux origines, lointaines et proches, de la révolte des peuples arabes https://lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/aux-origines-lointaines-et-proches-14843

    #archiveLO #conférenceLO | #CLT du 1er avril 2011

    https://videos.lutte-ouvriere.org/download/video/20110401_CLT_PaysArabes_part1.mp4

    Sommaire :

    Introduction

    Le déclin de l’Empire Ottoman
    – La perte de l’Algérie et de la Tunisie
    – L’Égypte : tentative de développement national
    – Premier sentiment national
    – Les rivalités impérialistes et la Première Guerre mondiale

    Les rivalités franco-britanniques
    – La fin de la Première Guerre mondiale
    – La révolution russe
    – Révolte en Égypte en 1919
    – Révolte à Damas
    – L’Irak en insurrection
    – Bilan d’après guerre

    La crise des années 1930, nouvelle vague de contestation dans le monde arabe
    Bilan

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale

    La révolte coloniale
    – La France réprime en Algérie
    – ... et est chassée de Syrie
    – 1945-1947, révoltes ouvrières en Irak
    – ... et en Égypte
    – A propos d’Israël
    – La guerre israélo-arabe
    – Les « officiers libres »
    – Nasser et la guerre froide
    – L’expédition de Suez
    – Le panarabisme
    – Usure du nassérisme

    La lutte du peuple palestinien

    La révolte actuelle des peuples arabes

    La classe ouvrière porte l’avenir

    https://videos.lutte-ouvriere.org/download/video/20110401_CLT_PaysArabes_part2.mp4

    #Empire_Ottoman #Tunisie #Egypte #Algérie #impérialisme #nasser #nassérisme #Guerre_Mondiale #colonialisme #Palestine #Israël #Suez #panarabisme #peuple_palestinien #Israël #Égypte #lutte_de_classe #irak #révolution_russe

  • « La Horde », de Marie Favereau : la Horde d’or, empire oublié


    La bataille de Kulikovo (1380), entre les armées de la Horde d’or et celles de plusieurs principautés russes. SCIENCE HISTORY IMAGES/ALAMY/HÉMIS.FR

    Au Moyen Age, l’Etat nomade du fils de Gengis Khan domina un territoire immense, de l’Asie à l’Europe. L’historienne le ressuscite dans un livre brillant.
    Par Marie Dejoux (historienne et collaboratrice du « Monde des livres »)

    « La Horde. Comment les Mongols ont changé le monde » (The Horde), de Marie Favereau, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par l’autrice, Perrin, 432 p., 25 €, numérique 17 €.
    Rituellement, les historiens justifient l’écriture de leurs ouvrages par une lacune à combler. Chez Marie Favereau, l’argument n’est pas une posture, tant son ­livre La Horde peut être vu comme la pièce centrale, mais étonnamment manquante, d’un puzzle pourtant célèbre : l’Empire mongol. Les livres portant sur ce dernier sont en effet légion, mais ils se centrent en général sur le grand Gengis Khan et sur les Etats fondés, après sa mort, en 1227, par les Yuan, en Chine, ou par les Ilkhans, au Moyen-Orient. Rien ou presque sur la Horde d’or de ­Jochi (ou Djötchi), fils aîné du ­conquérant, structure politique pourtant pluriséculaire et qui engloba, entre le XIIIe et le XVe siècle, le Kazakhstan, la Russie et une bonne partie de l’Europe orientale (l’Ukraine, notamment).

    Que l’Empire jochide soit demeuré dans l’ombre s’explique par plusieurs raisons, que Marie Favereau explore brillamment. Bien sûr, il y a la disgrâce même de Jochi (v. 1182-1227), que son père écarta de la succession et qui dut partir se tailler un nouveau royaume. La fonction que les khans (les souverains) de la Horde assignèrent à l’écrit n’aida pas non plus. Négligeant la rédaction de grands récits fondateurs au profit de traités diplomatiques ou commerciaux, ils abandonnèrent la narration de leurs conquêtes à ceux qui en pâtirent, laissant, à l’instar des Vikings, l’image sombre de pillards sanguinaires et destructeurs. Mais l’originalité de la proposition de Marie Favereau est ailleurs : selon elle, notre oubli de la Horde d’or tiendrait avant tout à notre incapacité à concevoir aujourd’hui qu’un empire ait pu être nomade.

    De fait, pour nous autres ­sédentaires, un empire est certes caractérisé par sa vastitude, sa longévité et le nombre de peuples qu’il agrège, mais il a nécessairement un ou plusieurs centres administratifs, ainsi qu’un territoire borné que l’empereur entend à la fois défendre et étendre. En la ­matière, notre horizon de référence est l’Empire romain et l’on comprend dès lors mieux que la Chine des Yuan, mongole elle aussi, mais dont l’organisation bureaucratique émerveilla si fort Marco Polo en son temps, ait davantage reçu de lumière. Marie Favereau parvient pourtant à nous ­convaincre, page après page, que la longévité et l’extension remarquables de la Horde tinrent, au contraire, à la flexibilité que lui conféra le nomadisme. « En adéquation avec la vie quotidienne des Mongols, cette organisation était toujours en mouvement », écrit-elle.

    La « tolérance mongole »

    Aussi la Horde aurait-elle été, plus que toute autre structure ­impériale, capable d’adaptation, mais aussi de résistance. Sans autre toit que celui de leurs tentes de feutre, ces sociétés d’éleveurs itinérants avaient une force : ­elles n’avaient ni terres à cultiver, ni sanctuaires à honorer, ni frontières à défendre. Percées foudroyantes, replis et abandons stratégiques, retournements brusques d’alliances, organisation politique interne fluide étaient autant de cartes entre les mains de « ce royaume résolument nomade » qui, partant, excella aussi bien dans l’art de la guerre que dans celui de la diplomatie et du grand commerce.

    Quel conquérant pouvait-il, en outre, être mieux accepté que ­celui qui, n’étant pas un colon, ne forçait pas les peuples à adopter ses traditions ou sa religion ? L’historienne dévoile un empire original, où bouddhistes, taoïstes, chrétiens et musulmans bénéficiaient de la « tolérance mongole » dès avant la conversion oppor­tuniste des khans à l’islam, au XIIIe siècle, et où l’esclavage, pilier des empires sédentaires, n’existait pas. Au sein de la Horde, l’altérité culturelle ne posait pas de problème, à condition que les peuples et les tribus agrégés, sédentaires ou nomades, reconnaissent la domination du khan, s’acquittent des impôts et n’entravent pas, voire encouragent, l’activité commerciale sur laquelle reposait le « grand échange mongol », ample réseau commercial connectant entre elles l’Europe centrale, la Méditerranée, la ­Sibérie et la mer Noire aux XIIIe-XIVe siècles. Le lecteur connaissait la paix romaine, la pax romana, il découvre enthousiaste la pax mongolica !

    Convaincante lorsqu’elle invite le lecteur à renoncer à ses préjugés et à se décentrer, Marie Favereau se trompe en revanche peut-être quand elle entend réhabiliter les Mongols de la Horde en en ­faisant les artisans d’une « première mondialisation ». Les historiens de la Scandinavie commencèrent eux aussi par revaloriser les Vikings en les dépeignant comme de grands explorateurs, habiles commerçants et précurseurs de la globalisation. Mais ils insistent également aujourd’hui sur la violence que ­représenta ce choc viking, ce qui n’est pas incompa­tible. Ce retour critique était sans doute prématuré dans le cas de la Horde, dont le fonctionnement interne et l’ample récit étaient ­largement inconnus. On attend donc avec d’autant plus d’impatience la suite d’une histoire que Marie Favereau amorce ici avec maestria.

    Marie Dejoux(historienne et collaboratrice du « Monde des livres »)
    https://www.lemonde.fr/livres/article/2023/03/26/la-horde-de-marie-favereau-la-horde-d-or-empire-oublie_6167024_3260.html

    #histoire #Moyen_Age #Empire_mongol #Horde_d’or_de_Jochi #Mongols #nomadisme

  • Un entretien très riche avec l’économiste et historien, Denis Cogneau qui vient apporter de nouveaux arguments et résultats très documentés (à partir de la reconstitution de séries statistiques) sur l’économie et l’Etat colonial dans l’empire français. A lire absolument.

    « La France s’est offert un empire colonial bon marché » |
    https://www.alternatives-economiques.fr/france-sest-offert-un-empire-colonial-marche/00105844

    ❝« La France s’est offert un empire colonial bon marché »
    Le 28/01/2023

    Denis Cogneau professeur à l’école d’économie de Paris, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

    L’économiste Denis Cogneau vient de publier Un empire bon marché. Histoire et économie politique de la colonisation française, XIXe-XXIe siècle (Seuil, 2023), résultat de quinze années d’enquête statistique et économique sur la colonisation française. Un livre passionnant et limpide d’histoire économique sur une période dont nous vivons encore les répercussions aujourd’hui.

    En plus de la somme d’informations offertes, l’intérêt de l’ouvrage tient au fait qu’il remet complètement en cause le célèbre travail de Jacques Marseille paru il y a pratiquement quarante ans dans Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce (Albin Michel, 1984). Là où Jacques Marseille décrit le fardeau financier que faisaient porter les colonies à la France, poussant les capitalistes à en sortir dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, Denis Cogneau montre qu’ils se sont accrochés jusqu’au bout pour maintenir leur présence coloniale et qu’au final, l’empire s’est révélé bon marché pour la France.

    L’esprit colonialiste de la IIIe République fait l’objet d’un consensus droite-gauche : quels étaient les arguments mis en avant ?

    Denis Cogneau : Il faut bien comprendre que l’on assiste alors à un renversement. La pensée politique libérale, qui domine à l’époque, conserve les traces de la critique du premier empire colonial de la France, mercantiliste et esclavagiste, dont la plupart des territoires ont été perdus après la guerre de sept ans (1756-1763) et la période napoléonienne. Puis, à mesure du développement de la révolution industrielle, l’idée d’une supériorité de la civilisation européenne s’impose, et on se convainc qu’il est possible et légitime de coloniser « libéralement », sans retomber dans les mauvaises pratiques du passé

    Y compris à gauche ?

    D. C. : La gauche de l’époque, ce sont les radicaux-socialistes, des individualités comme Clemenceau ! C’est sûrement le plus anticolonialiste, mais il ne sera pas suivi par le reste de son parti qui fournira des administrateurs coloniaux tout autant que les autres partis. Avant de devenir socialiste, Jean Jaurès se situe alors au centre, il est proche de Jules Ferry et de ses ambitions impériales. Il y a également un lobby colonial actif, soutenu par les commerçants marseillais, bordelais, etc., qui pense pouvoir faire du profit. Tout cela soutient le mouvement.

    Comment les économistes se sont-ils inscrits dans ce débat ?

    D. C. : Sur ce sujet, le libéral Paul Leroy-Beaulieu est l’économiste phare du moment. Il est l’auteur de De la colonisation chez les peuples modernes qui représente le manifeste économique de la colonisation. Le premier argument, principalement politique, peut se résumer ainsi : si on ne bâtit pas un empire, les autres grandes puissances, en particulier l’Angleterre, le feront, et la France sera dépassée. Par ailleurs, personne ne sait vraiment si cela sera une grosse source de profit, les régions sont pauvres, isolées du commerce mondial, mais cela fournira quand même des débouchés pour la production manufacturière et cela permettra d’importer des matières premières bon marché. Le saint-simonien Michel Chevalier, le beau-père de Leroy-Beaulieu, qui l’a précédé au Collège de France, rêvait d’un monde ouvert unifiant Europe, Afrique et Orient, reliés par les chemins de fer français.

    Des économistes comme Léon Walras ou Clément Juglar ne soutiennent pas particulièrement le projet colonial mais ne s’y opposent pas franchement non plus. Le plus farouche opposant est Auguste Comte, il juge la colonisation inacceptable. Cette opposition se retrouve aussi chez l’économiste pacifiste Frédéric Passy. Pour Tocqueville, plus la France retrouvera son honneur et sa fierté, plus sa démocratie sera préservée. Pour tous les libéraux, la violence de la conquête est un mauvais moment à passer avant que les autochtones comprennent les bienfaits de la présence française.

    La fin du XIXe siècle jusqu’en 1914 correspond à ce que l’on appelle la première mondialisation : l’empire colonial y jouait-il un rôle important pour la France ?

    D. C. : Juste avant la Première Guerre mondiale, la France est à l’apogée de sa puissance économique, elle a pu se tailler un vaste empire colonial, comparable en superficie à celui de son rival anglais. L’empire y joue cependant un rôle modeste : le capital investi dans les colonies ne représente que 10 % des actifs investis à l’étranger (c’est 15 % pour les Britanniques) et 2-3 % de la richesse mobilière (hors terres et logements) totale en 1914.

    Pour les entreprises, il n’y a donc pas eu de course à l’empire comme source de profits ?

    D. C. : Certains auteurs expliquent la volonté impériale par le nationalisme de l’époque et la quête de puissance, d’autres insistent sur l’avidité des capitalistes en quête de profits. Au-delà du fait que les deux motivations puissent être complémentaires, ma lecture est que les entrepreneurs français n’avaient pas de raison de ne pas tenter le coup.

    Dans la mesure où l’Etat assure le contrôle policier et engage les investissements nécessaires en infrastructures, le coût pour le privé n’est pas très élevé. Dans les colonies africaines, les deux tiers du capital investi sont publics et un tiers privé, la ligne transindochinoise qui traverse le Vietnam, est publique… Il n’y a pas eu de ruée des capitalistes français vers l’empire, ils ont juste profité de son existence.

    Pourtant, des fortunes se sont bâties sur la colonisation ?

    D. C. : Oui, mais il y a eu aussi de gros échecs ! Les négociants marseillais ont rêvé de faire de l’Algérie la nouvelle Saint-Domingue (Haïti) en y cultivant du sucre ou du coton. A la fin, le pays exportera du blé et du vin, des cultures pas vraiment exotiques. Certains ont beaucoup misé sur le caoutchouc dont l’utilisation est en plein boom mais la récolte de l’hévéa est très intensive en main-d’œuvre et, en Afrique équatoriale, cela va échouer à cause du manque de bras, avec d’énormes scandales humanitaires liés au travail forcé.

    A l’inverse, cela fonctionnera en Indochine, Michelin y possède des plantations, Edmond Giscard d’Estaing, le père du futur président, est très présent aux conseils d’administration de plusieurs entreprises coloniales. Autre grande réussite, les huiles Lesieur à partir de l’arachide du Sénégal : grâce à la coopération avec la confrérie mouride, l’arachide est exportée puis raffinée à Dunkerque. Le vin va très bien marcher en Algérie, non sans conflit avec les productions du sud de la France, mais le vin du Languedoc coupé avec celui d’Algérie sera la boisson des poilus de 1914. Ils fument aussi les cigarettes Bastos, qui proviennent d’une entreprise à capital moyen, créée par un colon espagnol installé en Algérie.

    Et pendant l’entre-deux-guerres ?

    D. C. : Entre la répudiation des emprunts russes et la crise des années 1930, la valeur des actifs s’effondre, l’empire colonial sert alors de matelas de sécurité. Les économies se referment sur elles-mêmes et, pour la France, cela signifie se replier sur son territoire et ses colonies. Le commerce avec l’empire représente alors presque un tiers des échanges extérieurs français, et les actifs coloniaux finissent par représenter environ 10 % de la richesse mobilière.

    Si l’on s’attelle au bilan de la colonisation sur un plan strictement financier, les dépenses publiques ont-elles coûté cher à la France ?

    D. C. : Entre 1830 et la Seconde Guerre mondiale, ce que le contribuable français débourse à travers les dépenses de l’Etat français dans l’empire correspond à 0,5 % du produit intérieur brut (PIB) en moyenne annuelle. C’est très peu pour un empire qui fait 20 fois la superficie de la France et dans ce « peu », il y a 80 % de dépenses militaires. Cela change après la Seconde Guerre mondiale, où l’on passe en moyenne annuelle à 3 % du PIB entre 1945 et 1962. Mais là encore, il y a 0,5 point de pourcentage de dépenses civiles et 2,5 points de dépenses militaires, entre la guerre d’Indochine et la guerre d’Algérie qui coûtent très cher. L’empire a commencé à réclamer beaucoup d’argent lorsque la France a voulu conserver ses colonies à tout prix.

    On ne peut pas dire que l’argent ait ruisselé de la France vers l’empire au détriment de la métropole, la France s’est offert un empire bon marché. Beaucoup d’impôts ont été prélevés sur place pour faire fonctionner l’Etat colonial : dans les années 1920, les recettes fiscales correspondent à environ 10 % du PIB des colonies, elles s’élèveront à près de 20 % dans les années 1950. C’est un niveau plus élevé que celui pratiqué dans des pays indépendants équivalents comme la Bolivie ou la Thaïlande. L’Etat coercitif, la peur du gendarme incitent à payer ses impôts. Il fallait avoir sa carte justifiant du paiement de l’impôt pour pouvoir travailler, se déplacer.

    La France a-t-elle contribué au développement des infrastructures économiques et sociales locales ?
    D. C. : Pour l’essentiel, la métropole a construit des routes, des trains et des ports, les infrastructures nécessaires aux exportations. Elle n’a pas cherché à développer le marché intérieur. Il y a aussi un petit côté pharaonique dans les projets développés par les ingénieurs français. Mais sans commune mesure avec tout ce qui a été réalisé en France : pour paraphraser un vieux slogan, la Corrèze est toujours passée avant le Zambèze !
    Au début du XXe siècle, la Creuse ou la Corse ne sont pas mieux électrifiées que l’Algérie, mais au milieu des années 1950, elles le sont beaucoup plus. La France a également investi dans les villes coloniales, là où habitaient les colons, elles ont l’adduction d’eau, l’électricité, les lampadaires, etc. Alors que l’irrigation et les routes rurales sont délaissées, mais pas autant dans la Creuse ou en Corse, sans parler du Finistère, ou de la Corrèze justement !

    Comment se comportent les entreprises après-guerre ?

    D. C. : Le patronat français n’a pas fui en masse. Il croit qu’il va pouvoir rester longtemps, même si les colonies prennent leur autonomie. Sa seule crainte est de voir progresser trop vite les droits sociaux. Il n’anticipe pas les nationalisations en Algérie et ailleurs. On voit des retours de capitaux très significatifs juste avant les indépendances, et aussi juste après, ce qui ne signifie pas forcément qu’ils reviennent en France, on sait qu’une partie s’est retrouvée en Suisse…

    Quel héritage économique a laissé la colonisation française ?

    D. C. : En Indochine, la rupture est forte, les dirigeants s’orientant vers un modèle de socialisme réel et réellement appliqué ! En Algérie, tout le monde est surpris par le départ massif et rapide des pieds-noirs, en Tunisie et au Maroc les colons français et les juifs autochtones partent un peu plus graduellement. En Afrique subsaharienne, les quelques colons ont tendance à rester, et le pouvoir, notamment par l’intermédiaire de Jacques Foccart, le conseiller de de Gaulle, organise une transition qui protège les intérêts français. Aujourd’hui, si la « Françafrique » n’a pas disparu, le poids de la France a quand même beaucoup diminué dans le commerce, les investissements et même l’aide au développement.

    Si l’on se place du côté des pays colonisés, l’héritage principal se trouve du côté des structures de l’Etat. Ils ont conservé un Etat fiscalement coercitif, autoritaire et inégalitaire, dualiste dans le sens où une petite élite publique bien rémunérée s’est glissée sans problème dans le costume des administrateurs français. Des figures de l’anticolonialisme comme René Dumont, Frantz Fanon et Samir Amin dénoncent ce que ce dernier va qualifier de « socialisme petit bourgeois ».

    Il n’y a jamais eu de convergence entre les pays de l’empire et la métropole. Si l’on revient à notre point de départ, la supposée mission civilisatrice de la France, on aurait pu s’attendre à ce qu’elle se traduise par des rapprochements en termes de bien-être matériel, d’éducation, de santé, etc. Cela n’a pas été le cas. Il y a eu quelques progrès, mais peu au regard de ceux enregistrés en métropole ou dans d’autres pays indépendants, il n’y a pas eu de « bonus » lié à l’appartenance à l’empire. Le bilan de la « mission civilisatrice » s’avère, in fine, très mauvais.

    Propos recueillis par Christian Chavagneux

    #économie #exploitation #impôts #empire #colonisation

  • Tirailleurs sénégalais : la chair à canon venue des colonies
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2023/01/11/tirailleurs-senegalais-la-chair-canon-venue-des-colonies_467

    La sortie du #film #Tirailleurs a servi de prétexte à divers politiciens allant de l’#extrême_droite aux macronistes pour déverser leurs injures contre ceux qui critiquent le passé colonial de la France.

    Ce corps militaire fut créé en 1857 pour aider l’armée française à imposer sa domination aux populations des colonies. Avec la montée vers la #Première_Guerre_mondiale, l’idée surgit d’utiliser ces soldats en dehors des #colonies. Le général Mangin, un officier colonial, justifia par sa rhétorique raciste la constitution d’une « #force_noire ». « Le noir naît soldat », écrivait-il pour justifier l’emploi de ces soldats qu’il décrivait comme des « primitifs pour lesquels la vie compte si peu ». À partir de 1915, de grandes opérations de recrutement de force eurent lieu dans les colonies d’Afrique de l’ouest. Contrairement à la légende, la population résista à cet enrôlement particulièrement violent, comme le montre le film. Des #révoltes éclatèrent même à #Madagascar en 1915, dans des villages de l’actuel Burkina et parmi les populations du Tchad et du nord du #Niger en 1916, dans les Aurès en 1917, ainsi qu’en #Indochine et en #Nouvelle-Calédonie.

    485 000 soldats enrôlés dans tout l’empire colonial furent envoyés au front. Ils tombèrent massivement à Verdun en 1916, lors de l’offensive du Chemin des Dames en 1917 et pour la prise de la ville de Reims en 1918. Sur les 134 000 #tirailleurs_sénégalais envoyés en Europe, plus de 20 % périrent, sur les champs de bataille et dans l’horreur des tranchées d’abord, et aussi du fait de toutes les maladies pulmonaires qui leur étaient inconnues jusque-là. Des dizaines de milliers d’hommes venant des colonies étaient aussi enrôlés dans les usines en France pour faire la richesse des marchands de canons. Pendant ce temps, les populations des colonies connaissaient les réquisitions et le travail forcé pour participer bien malgré elles à l’#effort_de_guerre.

    Lors de la Deuxième Guerre mondiale, de nouveau des troupes coloniales participèrent en masse aux combats pour que la France fasse partie des vainqueurs et garde son #empire_colonial. Mais les discours sur la liberté et la démocratie ne leur étaient pas adressés. Le 1er décembre 1944, plusieurs dizaines de tirailleurs sénégalais furent massacrés par des gendarmes français dans le camp de Thiaroye au #Sénégal. Après avoir été prisonniers de guerre, ils étaient rapatriés au pays et manifestaient pour obtenir la solde à laquelle ils avaient droit.

    Quant aux soldats venant d’Algérie, ils découvrirent, à leur retour, les massacres à Sétif et Guelma contre ceux qui avaient osé réclamer l’indépendance et la liberté pour eux-mêmes. La puissance coloniale française allait finir par payer sa politique. En armant ces soldats, elle fit de certains des combattants qui décidèrent de ne plus se laisser dominer. Beaucoup luttèrent ensuite contre la présence française dans leur pays.

    Jusqu’au bout, l’#armée_française utilisa des tirailleurs et autres soldats enrôlés dans les colonies pour combattre leurs frères d’oppression. En Indochine, en #Algérie, ils servirent à nouveau de #chair_à_canon. Comment s’étonner que les différents gouvernements n’aient jamais traité les soldats africains à égalité avec les soldats français ? Le personnel politique de cette vieille puissance coloniale est élevé dans le #racisme comme il est élevé dans la #haine_antiouvrière et antipauvres.

  • Vestiges d’Empire
    https://laviedesidees.fr/Vestiges-d-Empire.html

    À propos de : Pierre Sintès, dir., Rue d’Alger, Art, mémoire, espace public, éditions MF. Que faire des traces de l’histoire coloniale dans l’espace public ? À partir du cas de Marseille, un ouvrage collectif propose d’explorer la place des monumentalités impériales dans le tissu urbain, dans un dialogue entre recherche et création.

    #Histoire #politique_de_mémoire #empire
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20230104_alger.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20230104_alger.pdf

    • Rue d’Alger. Art, mémoire, espace public

      En Méditerranée comme ailleurs, les sociétés portent les traces des matrices politiques et identitaires produites par leur passé. C’est ainsi que, discrètes ou flagrantes, les mémoires de périodes aujourd’hui révolues telles que la colonisation ou les régimes autoritaires perdurent dans les paysages comme dans les imaginaires des villes d’aujourd’hui. Quel est le sens de la permanence de ces mémoires dissensuelles dans l’espace public ? Quels sont leurs effets de long terme sur les sociétés ? Depuis plusieurs décennies déjà, de nombreux acteurs (militants, artistes, chercheurs) ont entrepris de démontrer que les rapports inégaux du présent peuvent être éclairés à la lumière de l’histoire et de ses traces dans le présent. Pour certains, cette reconnaissance est devenue indispensable pour que soient construites des lectures plus apaisées du passé et qu’adviennent des sociétés plus respectueuses de la place de chacun. 

      En ce début de XXIe siècle, les exemples se répondent aux quatre coins du monde pour que soient reconnues les souffrances du passé comme les inégalités du présent. Qu’ils inquiètent (séparatisme), amusent (folklore) ou convainquent (progressisme), ces mouvements, souvent regroupés sous le terme de post- ou dé-coloniaux, méritent d’être évalués afin de comprendre les mécanismes contemporains d’appropriation du passé et de son patrimoine, ainsi que la puissance du rôle qu’ils jouent dans la formation ou la contestation des espaces publics. Ce mouvement, qui associe justice mémorielle et activisme, était au cœur des œuvres des artistes regroupées pour l’exposition Rue d’Alger, tenue à Marseille en octobre 2020 lors de la biennale d’art contemporain Manifesta 13. Accompagnant cet événement, un ensemble de rencontres et de débats se sont tenus dont cet ouvrage vise à rendre compte. La vingtaine de contributions qui en résulte permet d’aborder la demande croissante de justice mémorielle aujourd’hui formulée par de nombreux acteurs, dans des États-nations contemporains qui s’enferment souvent dans le mépris des particularités et le déni des oppressions du passé.

      https://www.editions-mf.com/produit/114/9782378040499/rue-d-alger
      #livre

  • Au service de notre grande famille impériale
    https://laviedesidees.fr/Au-service-de-notre-grande-famille-imperiale.html

    En 1947, la princesse Elizabeth a promis de servir « la grande famille impériale », en vue de refaire de la Grande-Bretagne une puissance mondiale. L’Empire britannique s’est effondré, mais ce langage a permis à la Reine d’aborder les préoccupations postcoloniales du XXIe siècle.

    #International #études_postcoloniales #Empire_britannique #Royaume_Uni
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20221213_elisabeth-fr.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20221213_elisabeth-fr-2.docx

  • La storia infinita

    Legionari romani sulle Alpi? Battaglie navali sui nostri laghi? Raduni di streghe sul Ceneri? Ogni pietra, ogni dipinto, ogni spigolo di strada sussurra storie nascoste. La Svizzera italiana e l’intera Confederazione sono disseminate di numerose tracce, curiose e talvolta nascoste, che ci parlano del nostro affascinante passato. Le donne e gli uomini che hanno abitato il nostro territorio prima di noi, attraverso i millenni, hanno lasciato molte testimonianze. E ognuna è una storia che merita di essere raccontata e che evoca non solo ciò che ci siamo lasciati alle spalle, ma anche e soprattutto spiega il nostro presente.

    Nella prima stagione de «La storia infinita» intraprenderemo quattro avvincenti viaggi di scoperta nel tempo. Ci tufferemo nella Svizzera romana e scopriremo la straordinaria globalizzazione di duemila anni fa, quando facevamo parte di un impero che andava dalla Scozia ai deserti dell’Iraq. Parleremo di guerra: oggi è drammaticamente tornata in Europa, ma per tutto il Medioevo insanguinava anche la Svizzera italiana, campo di battaglia sul quale le potenze dell’epoca si sono contese il controllo sulle infinite ricchezze che transitavano dai passi alpini. Cercheremo poi di capire che cosa sia stata l’epoca dei baliaggi, quei tre secoli in cui l’attuale Canton Ticino è stato suddito della «feroce democrazia» svizzera. E infine racconteremo come le vie di comunicazione hanno forgiato la Svizzera italiana, dai primi intrepidi colonizzatori preistorici fino alla costruzione della rete stradale moderna nell’Ottocento: strade che hanno diffuso geni, idee e ricchezze, ma anche pandemie e violenze.

    https://www.rsi.ch/play/tv/programma/la-storia-infinita?id=15525805

    #histoire #Tessin #Suisse #guerres #pandémie #peste #Alpes #Empire_romain #commerce #migrations #bailliages_communs #bagliaggi #transports #série #vidéo #RSI #Jonas_Marti

    –> où je découvre notamment cet impostant mémorial du maréchal #Souvorov:
    https://seenthis.net/messages/978234

  • « Les statues, le nom des rues, ne sont pas innocents » : un guide pour décoloniser l’espace public - Basta !
    https://basta.media/les-statues-le-nom-des-rues-ne-sont-pas-innocents-un-guide-pour-decoloniser

    C’est une #rue discrète, perchée sur une colline résidentielle cossue du sud de #Marseille. Elle s’appelle impasse des Colonies. Au milieu de cette succession de maisons verdoyantes avec vue sur mer, une villa aux tuiles ocre porte un nom évocateur, L’oubli.

    L’oubli, c’est justement ce contre quoi s’élèvent les onze auteurs et autrices du #Guide_du_Marseille_colonial, paru le 1er septembre dernier aux éditions Syllepse [1]. Pendant deux ans, ces militants associatifs ont passé la #ville au peigne fin, arpenté les rues et fouillé les archives. Ils ont cherché les traces du #passé_colonial de ce port qui fut, entre le XIXe et le XXe siècle, la capitale maritime de l’#empire_français.

    https://www.syllepse.net/guide-du-marseille-colonial-_r_25_i_909.html

  • La radicalisation à #Rome
    https://laviedesidees.fr/La-radicalisation-a-Rome.html

    La dégradation de notre société présente de nombreuses analogies avec la crise de la République romaine. À partir du IIe siècle avant notre ère, violence, refus de réforme, intolérance engagèrent un processus de radicalisation, comme si les Romains ne parvenaient plus à faire société.

    #Histoire #Antiquité #empire

  • L’avènement du Sécularocène
    https://laviedesidees.fr/Meziane-Des-empires-sous-la-terre.html

    À propos de : Mohamad Amer Meziane, Des empires sous la terre. #Histoire écologique et raciale de la #sécularisation, La Découverte. La sécularisation n’a rien d’un modèle occidental qui se serait étendu lors de la décolonisation ; c’est, selon M. A. Meziane, le colonialisme lui-même qui l’a propagé comme un moyen de domination.

    #race #écologie #empire
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20220420_bauberot.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20220420_bauberot.pdf

  • Pour rappel, la France contemporaine a connu sa propre controverse sur le “rôle positif de la colonisation”, en particulier au moment de l’adoption de la loi du 23 février 2005 https://www.jeuneafrique.com/67587/archives-thematique/histoire-d-un-fiasco

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/apr/04/pupils-benefits-empire-ignorance-royals-caribbean-windrush
    https://i.guim.co.uk/img/media/0e709d2cf9c1d0afd227c11d99e07a8015d4ebf2/0_13_3500_2100/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Teaching the ‘benefits’ of the British empire is just another attempt to stoke the culture war
    Kojo Koram, 4 April 2022

    The legacy of empire still shapes the world. But Kemi Badenoch’s plan will ensure that ignorance reigns over this.

    If the Duke and Duchess of Cambridge need some comfort reading after their awkward Caribbean tour, they could do worse than turn to Tony Blair’s autobiography. In 1997, Britain’s new prime minister travelled to Hong Kong to oversee its handover to China. Years later, Blair described how he had struggled through a conversation with the Chinese president, Jiang Zemin, on a subject of UK-China history, because, in his own words, Blair had “only a fairly dim and sketchy understanding of what that past was”. The history being discussed was the opium wars, the very reason why Hong Kong had become British in the first place. Yet here was a boarding school and Oxbridge-educated prime minister who had next to no knowledge of the history that produced the very event he had travelled to oversee.

    The impression many ministers give today is that students in British classrooms are being bludgeoned with never-ending tales of Britain’s imperial crimes. This is why the government is now looking to rebalance the scales with a new curriculum that highlights the “benefits” of the British empire, as well as its negatives. Building on last year’s controversial Sewell report, the plans promoted by the equalities minister Kemi Badenoch are part of a wider campaign to move the teaching of empire away from what the government fears is a culture of victimisation and identity politics in schools, instead framing the legacy of empire as a debate of pros and cons. Was the empire wrong? Was it right? Which bits of the empire were naughty or nice?
    (...)

    #Grande_Bretagne #empire_britannique #postcolonialisme #enseignement

  • Impérialisme russe, Stefan Bekier, 2014
    https://blogs.mediapart.fr/stefan-bekier/blog/171214/imperialisme-russe

    Sergueï Nikolski, philosophe russe spécialiste de la culture, affirme que peut-être la pensée la plus importante pour les Russes « depuis la chute de Byzance jusqu’à aujourd’hui est l’idée de l’#empire et qu’ils sont une nation impériale. Nous avons toujours su que nous habitons un pays dont l’histoire est une chaîne ininterrompue d’expansions territoriales, de conquêtes, d’annexions, de leur défense, des pertes temporaires et de nouvelles conquêtes. L’idée de l’empire était une des plus précieuses dans notre bagage idéologique et c’est elle que nous proclamions aux autres nations. C’est par elle que nous surprenions, ravissions ou affolions le reste du monde. »

    (...) « L’Empire russe était nommé “la prison des peuples”. Nous savons aujourd’hui que ce n’était pas seulement l’État des Romanov qui méritait ce qualificatif », écrivait Mikhail Pokrovski, le plus remarquable historien bolchévique. Il prouvait que déjà le Grand-Duché de Moscou (1263-1547) et le Tsarat de Russie (1547-1721) étaient des « prisons des peuples » et que ces États ont été construits sur les cadavres des « inorodtsy », des peuples indigènes non russes.

    [...]

    « Impérialisme militaro-féodal »

    Au cours des siècles, jusqu’à l’effondrement de l’URSS en 1991, les peuples conquis et annexés par la Russie ont subi trois formes successives de domination impérialiste russe. « L’impérialisme militaro-féodal » fut la première, nommée ainsi par Lénine. Il n’est pas inutile de discuter quel mode d’exploitation y prédominait : féodal ou tributaire, ou encore, comme le préfère Youri Semenov, « politaire » (4).

    Ce débat est rendu actuel par les recherches les plus récentes d’Alexander Etkind. Il en découle que c’étaient des modes d’exploitation coloniaux qui dominaient alors : « aussi bien dans ses frontières lointaines que dans sa sombre profondeur, l’empire russe était un immense système colonial » ; « un empire colonial comme la Grande-Bretagne ou l’Autriche, mais en même temps un territoire colonisé, comme le Congo ou les Indes occidentales ». Le clou, c’est que « la Russie, en s’élargissant et en absorbant les très grands espaces, colonisait son propre peuple. C’était un processus de colonisation interne, une colonisation secondaire de son propre territoire. »

    C’est pour cette raison, explique Etkind, qu’il « faut concevoir l’impérialisme russe non seulement en tant qu’un processus extérieur, mais également en tant que processus interne » (5). Le servage – généralisé par la loi en 1649 – y avait un caractère tout autant colonial que l’esclavage des Noirs en Amérique du Nord, mais il concernait les paysans grands-russes ainsi que d’autres, considérés par le tsarisme comme « russes » : les paysans « petits-russes » (ukrainiens) et biélorusses. Etkind attire l’attention sur le fait que, même dans la Grande-Russie, les insurrections paysannes avaient un caractère anticolonial et que les guerres, par lesquelles l’empire écrasait ces révoltes, étaient coloniales. De manière paradoxale, le centre impérial de la Russie était en même temps une périphérie coloniale interne, au sein de laquelle l’exploitation et l’oppression des masses populaire étaient plus sévères que dans bien des périphéries conquises et annexées.

    sur la #colonialité comme fondement de l’exploitation du travail non salarié (dont les goulags), par delà la Russie https://seenthis.net/messages/955636

    #Russie #impérialisme

    • "transformer la guerre impérialiste entre les peuples en une guerre civile des classes opprimées contre leurs oppresseurs, en une guerre pour l’expropriation de la classe des capitalistes, pour la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, pour la réalisation du socialisme." voilà l’axe constitutif d’une révolution de 17 qui n’avait rien à faire avec la défense de l’État russe, impérialiste et guerrier.

      Les principes du socialisme et la guerre de 1914 1915, Lénine, 1915
      https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1915/08/vil19150800b.htm

      Pourquoi la Russie fait-elle la guerre ?

      En Russie, l’impérialisme capitaliste du type moderne s’est pleinement révélé dans la politique du tsarisme à l’égard de la Perse, de la Mandchourie, de la Mongolie ; mais ce qui, d’une façon générale, prédomine en Russie, c’est l’impérialisme militaire et féodal. Nulle part au monde la majorité de la population du pays n’est aussi opprimée : les Grands Russes ne forment que 43% de la population, c’est à dire moins de la moitié, et tous les autres habitants sont privés de droits, en tant qu’allogènes. Sur les 170 millions d’habitants de la Russie, près de 100 millions sont asservis et privés de droits. Le tsarisme fait la guerre pour s’emparer de la Galicie et étrangler définitivement la liberté des Ukrainiens, pour conquérir l’Arménie, Constantinople, etc. Le tsarisme voit dans la guerre un moyen de détourner l’attention du mécontentement qui s’accroît à l’intérieur du pays et d’écraser le mouvement révolutionnaire grandissant. Aujourd’hui, pour deux Grands-Russes, on compte en Russie deux ou trois “ allogènes ” privés de droits : le tsarisme s’efforce, au moyen de la guerre, d’augmenter le nombre des nations opprimées par Russie, d’accentuer leur oppression et de faire ainsi échec à la lutte pour la liberté que mènent les Grand-Russes eux mêmes. La possibilité d’asservir et de piller les autres peuples aggrave le marasme économique, car il arrive souvent que la source des revenus soit moins le développement des forces productives que l’exploitation semi féodale des “ allogènes ”. Ainsi, du côté de la Russie, la guerre porte un caractère foncièrement réactionnaire et hostile aux mouvements de libération.

      Qu’est-ce que le social chauvinisme ?

      Le social chauvinisme, c’est la “ défense de la patrie ” dans la guerre actuelle. De cette position découlent, par voie de conséquence, la renonciation à la lutte de classe pendant la guerre, le vote des crédits militaires, etc. Les social chauvins pratiquent en fait une politique antiprolétarienne, bourgeoise, car ils préconisent en réalité, non pas la “ défense de la patrie ” au sens de la lutte contre l’oppression étrangère, mais le “ droit ” de telles ou telles “ grandes ” puissances à piller les colonies et à opprimer d’autres peuples. Les social chauvins reprennent à leur compte la mystification du peuple par la bourgeoisie, selon laquelle la guerre serait menée pour la défense de la liberté et de l’existence des nations, et se rangent ainsi aux côtés de la bourgeoisie contre le prolétariat. Sont des social chauvins aussi bien ceux qui justifient et exaltent les gouvernements et la bourgeoisie d’un des groupes des puissances belligérantes que ceux qui, à l’instar de Kautsky, reconnaissent aux socialistes de toutes les puissances belligérantes un droit identique à la “ défense de la patrie ”. Le social chauvinisme, qui prône en fait la défense des privilèges, des avantages, des pillages et violences de “ sa propre ” bourgeoisie impérialiste (ou de toute bourgeoisie, en général), constitue une trahison pleine et entière de toutes les convictions socialistes et de la résolution du Congrès socialiste international de Bâle.

    • un discours de Wallerstein lu au public russe surpris en 1995 :

      Vos prochains présidents porteront des épaulettes. Vous ne pouvez rien avoir d’autre. Vous reprendrez la guerre froide avec l’Amérique parce que vous êtes un pays semi-périphérique spécialisé dans la création de nouveaux conflits

      https://twitter.com/kamilkazani/status/1517564831955660801

      On redécouvre même des textes oubliés, comme celui du philosophe Cornélius Castoriadis (1922-1997), Devant la Guerre. Les réalités (Fayard, 1981), qui expliquait que la Russie tendait à devenir « une société stratocratique », terme forgé à partir du grec « stratos » (armée) et « cratos » (le pouvoir), un pays « où le corps social de l’armée est l’instance ultime de la domination effective (…), le seul à être “idéologiquement” (ou imaginairement) efficace car incarnation organique et “naturelle” de l’idéologie et de l’imaginaire nationaliste, grand-russien, “impérial”, alors que l’idéologie du Parti devient de plus en plus insignifiante ».

      https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/04/22/guerre-en-ukraine-covid-19-penser-le-retour-du-tragique-en-europe_6123212_32

  • Le vieux projet d’union du Sahara, source de méfiance entre le Mali et la France
    https://afriquexxi.info/article4952.html

    Depuis que le torchon brûle entre Paris et Bamako, le pouvoir militaro-civil malien accuse la France de jouer un double jeu dans le nord du pays. Une suspicion fantasmée, mais qui se nourrit (entre autres) d’un épisode bien réel : le projet français, à la fin des années 1950, de conserver le Sahara et d’en faire un territoire d’outre-mer à part entière. Retour sur l’éphémère existence de l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS).

    Simon Pierre, 23 mars 2022

    La crise de confiance entre les autorités françaises et le pouvoir militaro-civil au Mali a atteint son paroxysme en ce début d’année. Depuis le coup d’État d’août 2020, des politiciens et des activistes proches de la junte diffusent des interprétations particulières au sujet d’une éventuelle collusion des militaires de l’opération Barkhane avec l’ennemi djihadiste. Cette stratégie vise à transformer les échecs patents à écraser l’insurrection djihadiste en une accusation de complicité. Elle s’appuie sur les tentatives maladroites, à Paris, de ménager la chèvre et le chou entre les indépendantistes touaregs des régions de Kidal et de Ménaka et l’État malien, qui les considère comme des terroristes au même titre que les salafistes avec qui, il est vrai, ils ont collaboré en 2012. Dès lors, par une fausse transitivité, l’ancienne puissance coloniale ne serait pas seulement faible ou inefficace, elle collaborerait ouvertement avec les djihadistes dans le but, selon les versions, de détruire le Mali ou d’y justifier son occupation afin de s’accaparer les richesses naturelles du Nord.❞ (...)

    #Algérie #Décolonisation #Empire_colonial_français #Mali #Maroc #Mauritanie #Sahel #France #Sahara

  • https://aoc.media/analyse/2022/03/20/guerre-en-ukraine-comment-en-est-on-arrive-la



    Trois principaux facteurs expliquent le cheminement vers le conflit. Premièrement, la Russie n’a jamais accepté l’indépendance de l’Ukraine et l’idée que la Russie puisse devenir un État européen « normal ». Deuxièmement, le « dilemme de sécurité » a rendu difficile la résolution des points de vue contradictoires entre Ukraine et Russie. Troisièmement, la diffusion de la démocratie est devenue une question géopolitique.

    Alors que la séparation de l’Ukraine et de la Russie en 1991 fut qualifiée de « divorce civilisé », 30 ans plus tard, la Russie entreprend une invasion majeure de son voisin. Comment en est-on arrivé là ? Et comment ce conflit régional a-t-il provoqué ce que beaucoup qualifient de nouvelle guerre froide ? Il est inévitable d’essayer d’attribuer des responsabilités, mais il est également nécessaire d’examiner aussi objectivement que possible ce qui s’est passé et la raison pour laquelle cela est advenu, même si nous savons impossible une totale objectivité. Dans mon livre Ukraine and Russia : From Civilized Divorce to Uncivil War (Cambridge, 2019), je retrace le chemin parcouru depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991 jusqu’à la guerre qui a commencé en 2014, et qui connaît à présent une escalade dramatique.
    publicité

    Une grande partie de la propagande entourant le conflit consiste à tenter d’avancer des interprétations d’événements datant d’il y a des décennies, voire des siècles, pour justifier des revendications politiques en 2022. Au cœur de la discussion se trouve une question d’une simplicité trompeuse : l’Ukraine doit-elle être un État indépendant ou doit-elle faire partie de la Russie ?

    Il importe de comprendre que, dès l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, une grande partie de l’élite russe a rejeté l’idée que l’Ukraine puisse, ou doive être, un État totalement indépendant. Cette insistance, qui fait suite à des siècles de pensée nationaliste russe, est antérieure à l’expansion de l’OTAN, à la guerre en Irak et aux autres mesures américaines ou occidentales qui font l’objet de tant de récriminations. La pertinence et le caractère moral des décisions de l’Occident concernant la Yougoslavie, l’Irak, l’OTAN et bien d’autres sujets méritent largement d’être examinés. Mais ils n’expliquent en rien ni ne justifient l’invasion russe de l’Ukraine.

    L’Ukraine et la Russie sont entrées dans l’ère post-soviétique avec des conceptions très différentes de leur histoire commune. Pour une grande partie de l’élite ukrainienne, l’histoire de l’Ukraine est celle d’une colonie : exploitée, réprimée et brutalisée. Même si beaucoup cherchaient à maintenir des liens économiques étroits avec la Russie, le soutien à l’indépendance était très fort : lors du référendum sur l’indépendance organisé en décembre 1991, 90 % des Ukrainiens ont voté pour l’indépendance. Même à Donetsk et à Louhansk, les régions de l’est de l’Ukraine revendiquées par la Russie, le vote en faveur de l’indépendance était de 78 %. En Crimée, il était de 54 %.

    La Russie, quant à elle, n’envisage pas cette histoire comme celle d’une colonisation, mais comme celle de deux « nations fraternelles », où les « petits Russes » (les Ukrainiens) sont choyés par leurs « grands frères » russes. Pendant des siècles, le mythe fondateur de la Russie a été centré sur l’affirmation selon laquelle l’empire qui s’est développé à partir de Moscou depuis le XIVe siècle était l’héritier de la Rus de Kiev, une entité antérieure, centrée à Kiev, où les Slaves orientaux avaient accepté le christianisme sous la houlette du prince Volodymyr/Vladimir le Grand en 988. En revendiquant le titre d’héritière de Kiev, la Russie légitimait le pouvoir des tsars sur la base de motifs dynastiques et religieux, et étayait leur revendication selon laquelle tout le territoire qui avait fait partie de la Kiev médiévale, ou qui était peuplé de chrétiens orthodoxes orientaux, appartenait à la Russie.❞ (...)

    #Ukraine #Russie #occupation #guerre #colonialisme #colonisation #impérialisme #empire_russe