• Chômage : retour sur 40 ans de droits rognés pour les plus précaires | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr/chomage-retour-40-ans-de-droits-rognes-plus-precaires/00093071

    Depuis 1979, la logique assurantielle de l’Unédic s’est perdue en route, pénalisant les chômeurs les plus précaires. Une étude de l’Ires constate qu’ils sont beaucoup moins bien indemnisés qu’en 1979, alors que les salariés stables, eux, ont gardé quasiment les mêmes droits. Et la tendance pourrait s’aggraver avec la dernière réforme.

    Les trous dans le filet de protection sociale sont de plus en plus grands. Et les chômeurs, en particulier, ont du souci à se faire. Pour cause de confinement, seule une partie de la réforme de l’assurance chômage, imposée par décret par le gouvernement l’année dernière, a été mise en œuvre. Depuis novembre dernier, les conditions pour toucher une allocation ont été durcies https://www.alternatives-economiques.fr/assurance-chomage-une-reforme-sanglante/00090433 : il faut désormais avoir cotisé plus longtemps (six mois au lieu de quatre) sur une période plus courte (24 mois au lieu de 28) pour y être éligible.

    Autre nouveauté, les indemnités des chômeurs qui avaient les salaires les plus élevés sont désormais dégressives, c’est-à-dire qu’elles diminuent au bout du 7e mois. Là encore, la crise sanitaire a offert un léger sursis aux chômeurs et cette disposition a été suspendue pour le moment. Le deuxième volet de la réforme, qui devait entrer en vigueur le 1er avril, a de son côté été reporté au 1er septembre. C’est lui qui comporte les éléments les plus restrictifs : la formule de calcul des indemnités a été changée https://www.alternatives-economiques.fr/gouvernement-taxe-chomeurs/00089668 et pénalisera très fortement les travailleurs précaires, ceux qui font de nombreux allers-retours entre emploi et chômage.

    Des discussions sont en cours entre le gouvernement et les partenaires sociaux pour savoir si toutes les modalités de cette réforme seront maintenues ou non après la crise sanitaire. La ministre du Travail fera sans doute des concessions, mais il est peu probable qu’elle renonce complètement à cette réforme. Et ce sont les chômeurs les plus vulnérables qui en feront sans doute les frais https://www.alternatives-economiques.fr/oublies-de-pole-emploi/00092637. Ceux-là mêmes qui ont déjà subi les effets des précédentes réformes de l’assurance chômage.

    En effet, tous les demandeurs d’emploi ne sont pas égaux face au serrage de vis. Les droits des salariés qui se retrouvent au chômage après une longue période d’emploi ont été assez peu rognés par les multiples réformes de l’assurance chômage qui se sont succédé. On ne peut malheureusement pas en dire autant de ceux qui ont connu des périodes d’emploi en pointillé. Et ils sont de plus en plus nombreux…

    C’est ce que montre une récente étude http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020 qui passe au crible 40 ans de réformes de l’assurance chômage. Ce travail, réalisé pour l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), et soutenu par la CGT, est intéressant à plus d’un titre. « Alors qu’on constate une réduction de la durée des contrats et une forte augmentation des recrutements en contrat de moins d’un mois, les règles d’indemnisation évoluent dans le sens d’une moindre couverture des salariés qui occupent ces types de contrat », constatent les sociologues Mathieu Grégoire et Claire Vivès, ainsi que l’économiste Jérôme Deyris. Démonstration en deux points.

    1/ Jamais aussi peu de chômeurs n’ont été indemnisés

    Officiellement, tout va bien. Fin septembre 2019, dernier chiffre connu, « 70,5 % des demandeurs d’emploi sont indemnisables » 1. C’est Pôle emploi qui le dit, à grand renfort de courbes opportunément orientées vers le haut depuis 2014. Ça tombe bien, 2014 c’est l’année de mise en œuvre de la dernière réforme de l’assurance chômage, celle qui a institué les droits dits « rechargeables »2.

    Concrètement, si un chômeur retrouve un emploi avant d’avoir épuisé ses droits, il ne les perd pas. S’il retourne ensuite au chômage, sa durée d’indemnisation sera plus longue. Un système jugé plus incitatif au retour à l’emploi que le mécanisme précédent. Et l’objectif de cette réforme était notamment d’améliorer la couverture des chômeurs précaires, autrement dit de leur permettre de bénéficier plus facilement d’une indemnité. Ce que semblent confirmer les statistiques de Pôle emploi.

    Sauf qu’« indemnisable » ne veut pas dire « indemnisé ». On peut être indemnisable et ne pas toucher d’allocation chômage. D’ailleurs, parmi les indemnisables, il y a de moins en moins d’indemnisés… Tout cela peut sembler un peu confus. Et il n’est pas exclu que ce soit voulu. Pourquoi ne pas simplement calculer la part des chômeurs indemnisés dans l’ensemble des chômeurs ? C’est ce que faisait la Dares, le service statistique du ministère du Travail, jusqu’en 2016.

    Mais depuis, changement de méthodologie : on compte désormais en plus des indemnisés ceux qui ont droit à une indemnité, mais ne l’ont pas touchée durant le mois, pour diverses raisons (activité réduite, différé d’indemnisation, délai d’attente, sanction, prise en charge par la Sécurité sociale...)3.

    Pour combler ce trou dans la raquette de la statistique publique, Mathieu Grégoire, Claire Vivès et Jérôme Deyris ont reconstitué une série inédite et calculé la part des chômeurs indemnisés depuis 1985. Résultat : loin des 70 % affichés par Pôle emploi quand il parle d’« indemnisables », c’est en fait à peine plus d’un chômeur sur deux qui est indemnisé, que ce soit par l’assurance chômage ou par l’Etat – qui distribue une allocation aux demandeurs d’emploi qui arrivent en fin de droits (ASS). Ce « taux de couverture » n’a jamais été aussi faible qu’en juin 2018, dégringolant à 49,5 %. Le précédent point bas (à 51,8 %) datait de septembre 1998. Depuis, il connaît un léger rebond lié à la baisse du nombre de chômeurs en 2018 et 2019.

    Cette couverture des chômeurs indemnisés a notamment baissé de plus de 20 % entre 2003 et 2019, alors même que la réforme des droits rechargeables de 2014 était censée l’améliorer. En cause, le développement de l’activité partielle notamment, c’est-à-dire des formes de chômage atypique, où l’on est inscrit à Pôle emploi tout en travaillant une partie du temps.

    Et si les frontières entre emploi et chômage sont devenues de plus en plus floues, c’est lié aux transformations du monde du travail sans aucun doute, mais aussi aux nouvelles règles de l’assurance chômage qui vont dans le même sens : « Cette évolution majeure du chômage que représentent ces "chômeurs qui travaillent" dépend à la fois de l’augmentation des "formes atypiques d’emploi" (c’est-à-dire des emplois qui s’éloignent de la norme de l’emploi en CDI à temps plein) et des politiques d’indemnisation incitant à la reprise d’un emploi pour un temps de travail ou une durée de contrat réduits », notent les auteurs.

    Dit autrement, l’assurance chômage n’est plus là simplement pour indemniser les chômeurs, elle doit aussi désormais les « activer », c’est-à-dire les inciter à reprendre un emploi, y compris si celui-ci est mal payé, quitte à le subventionner. « L’idée sous-jacente étant qu’un "petit" emploi (durée de contrat courte, salaire faible, etc.) vaut mieux que pas d’emploi du tout et que tout petit emploi est un "tremplin" vers un meilleur emploi », ajoutent-ils.

    Mais ces « politiques d’activation » sont ambiguës, car en même temps les gestionnaires de l’assurance chômage ne sont pas dupes : encourager à prendre des emplois courts ou mal rémunérés, c’est contribuer à dégrader la norme d’emploi. Et en parallèle, ils expriment la crainte d’enfermer les précaires dans la précarité s’ils leur offrent trop de droits. « Indemniser le chômage, mais pas trop, mais quand même assez : l’indemnisation des périodes en partie chômées et en partie travaillées est sans cesse sur une ligne de crête », résument les chercheurs. Et cette ambiguïté est clairement au détriment de ceux qui sont abonnés à ces emplois en pointillé.

    2/ La chute des droits des salariés à l’emploi discontinu

    C’est l’autre enseignement inédit de cette étude : l’assurance chômage obéit de moins en moins à une logique assurantielle, et de plus en plus à une logique contributive. En clair, ce n’est pas tant la situation actuelle qui compte – le fait d’être au chômage, c’est-à-dire la survenue du risque contre lequel on était assuré – que le passé d’emploi, ou dit autrement le fait d’avoir cotisé plus ou moins longtemps.

    « Affirmer un principe de contributivité c’est accorder de "petits" droits à ceux qui ont de petits emplois et de "gros" droits à ceux qui ont le plus d’emplois », précisent les auteurs. L’assurance chômage a désormais tendance à assurer une protection d’autant plus forte que l’emploi est continu, et d’autant moins forte que l’emploi est fragmenté et réduit dans sa durée. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

    Pour le démonter, Mathieu Grégoire, Claire Vivès et Jérôme Deyris ont construit un simulateur capable de retracer l’évolution des droits pour des profils particuliers de salariés. Leur objectif était de mesurer l’effet des différentes réformes intervenues depuis 1979 pour différents types de parcours. Résultat, les salariés dits stables, ceux qui se retrouvent au chômage après une longue période d’emploi, ont gardé peu ou prou les mêmes droits depuis quarante ans, et ceci malgré le nombre impressionnant de réformes intervenues entre-temps.

    « Dans le cas banal d’un salarié au Smic qui perd son emploi et demeure quinze mois au chômage avant de trouver un autre emploi, l’indemnisation totale n’a, sur quarante ans, jamais varié de plus de 5 % à la hausse ou de 2,5 % à la baisse par rapport à 1979 », écrivent les auteurs.

    Les grands perdants sont les salariés précaires. Et parmi eux, particulièrement ceux qui alternent régulièrement les périodes de chômage et d’emploi. « Par exemple, un salarié à l’emploi discontinu alternant un mois d’emploi et deux mois de chômage a, durant les années 2000 et 2010 une indemnisation variant entre 50 et 60 % de son niveau de 1979. Dans les années 1990 son indemnisation était nulle. Avec les règles de 2019, elle chute en dessous de 40 % du niveau de 1979. »

    Ceux qui ont eu un emploi stable avant d’être au chômage et d’enchaîner ensuite les emplois précaires sont un peu moins pénalisés. « Les salariés ayant connu des périodes d’emploi stables cumulent pendant celles-ci des droits qui permettent ensuite d’atténuer les effets de la discontinuité. A l’inverse, les allocataires qui connaissent des trajectoires strictement discontinues n’ont pas généré ces droits susceptibles de les protéger et peuvent même parfois se trouver "prisonniers" de petits droits. »

    Et de conclure : « Toutes les simulations montrent ainsi une inversion de logique qui s’opère entre les plus précaires et les plus stables. Pour ces derniers, davantage de chômage signifie davantage d’indemnisation. Pour les premiers, c’est l’inverse : davantage de chômage se traduit par moins d’indemnisation. Pour les plus stables, c’est encore une logique de revenu de remplacement qui domine. Pour les plus précaires, c’est au contraire une fonction de prime à l’emploi qui devient prééminente. »

    Si la réforme de 2019 devait être appliquée en intégralité, les auteurs prédisent une « accentuation radicale » de ces tendances déjà à l’œuvre. La nouvelle règle de calcul du montant des allocations, qui doit être appliquée en septembre prochain, est particulièrement pénalisante pour les salariés à l’emploi discontinu. https://www.alternatives-economiques.fr/chomage-paie-t-plus-travail/00088190

    Avant la réforme, le montant de l’allocation chômage était calculé par rapport à un salaire journalier de référence (SJR) et non pas à partir d’un revenu mensuel. Pour établir une indemnité mensuelle, l’assurance chômage multipliait par 30 (jours) une allocation journalière brute qui correspondait à 80 % de ce qu’avait perçu la personne par jour en travaillant. En gros, on divisait les rémunérations perçues les douze derniers mois par le nombre de jours travaillés sur la même période.

    Après la réforme, le mode de calcul change : on prend la somme des rémunérations perçues sur deux ans (et non plus un an) et on la divise par le nombre de jours travaillés (comme précédemment) et de jours chômés, ce qui est nouveau. Concrètement, si le demandeur d’emploi a connu des périodes chômées les deux dernières années, le montant de son allocation va diminuer, même s’il pourra la percevoir plus longtemps.

    Au total, les salariés à l’emploi discontinu seront perdants, comme le montre le simulateur des auteurs : « Certes, nous observons une plus grande continuité des droits liée à un allongement de la durée d’indemnisation pour certaines configurations (…) mais cette meilleure couverture dans la durée est très loin de compenser l’effondrement des montants perçus, contrairement à ce que le gouvernement avançait. »

    Autre effet mis en valeur par cette étude : la réforme devrait rendre plus compliqué le cumul entre une allocation et un salaire. Résultat, de nombreux allocataires auparavant indemnisés dans le cadre de l’activité réduite pourront ne plus l’être. De quoi faire baisser encore la part des chômeurs indemnisés. Mais on ne le verra pas, car le ministère du Travail ne calcule plus ce chiffre…

    1. Chiffre qui concerne les catégories A, B et C. Cette part est de 68,5 % pour l’ensemble des chômeurs inscrits à Pôle emploi, c’est-à-dire avec les catégories D et E en plus.

    2. Entrés en vigueur en octobre 2014, les droits rechargeables permettaient à un chômeur indemnisé qui retrouve un emploi, même de courte durée, de ne pas perdre le bénéfice de ses anciens droits acquis. Il n’a pas à se réinscrire, ni à faire recalculer ses droits. Il n’a pas à sortir du système d’assurance chômage et à repartir de zéro. Pour en bénéficier, il fallait avoir travaillé au moins 150 heures (soit un mois) pendant la période d‘indemnisation, mais cette borne est passée à 180 jours, soit six mois depuis le 1er novembre. Autant dire que ce droit devient virtuel, surtout pour celles et ceux qui ont de petites durées d’indemnisation.

    3. L’Unédic et Pôle emploi ne publient plus le taux de chômeurs indemnisés, comme avant, mais seulement leur nombre absolu et la part des chômeurs indemnisés parmi les chômeurs indemnisables. Et ces chiffres sont nettement moins promus qu’avant. Charge à l’utilisateur de la statistique publique de refaire lui-même le calcul pour obtenir ce taux. Fin février 2020, sur 6,6 millions d’inscrits à Pôle emploi, 3,7 millions étaient « indemnisables » dont 3 millions réellement « indemnisés ».

    https://seenthis.net/messages/859288
    https://seenthis.net/messages/858232

    Les canons sont rouillés. La catégorie « #chômeur_atypique » (non dite dans ce rapport) émerge, 45 après celle d’#emploi_atypique.

    #travail #salariat #histoire_sociale #revenu #économie #précarisation #emploi #droit_au_chômage #Chômage #chômeurs #travailleurs_précaires #chômage_atypique #emploi_discontinu #intermittents_de_l'emploi #droits_sociaux #indemnisation_du_chômage #prime_à_l'emploi #activation_des_dépenses_passives #Unedic #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit

  • 40 ans de réformes de l’assurance-chômage : la réduction des droits touche d’abord les plus précaires, entretien avec Mathieu Grégoire réalisé par Catherine Petillon
    https://www.franceculture.fr/economie/40-ans-de-reformes-de-lassurance-chomage-la-reduction-des-droits-touch

    Depuis quarante ans, le chômage s’est beaucoup transformé : il a augmenté mais s’est aussi modifié, avec la montée en puissance de l’emploi atypique et la multiplication des contrats courts. Qu’en est-il de la couverture du chômage ?
    [...]
    Qu’avez-vous observé sur cette période de 40 ans de réformes de l’assurance-chômage ?

    L’objet de cette étude était de s’intéresser aux droits des chômeurs à l’assurance-chômage et à l’indemnisation sur une longue période, afin de comprendre comment ont évolué ces droits, en particulier pour les salariés à l’emploi discontinu — comme les intérimaires, les intermittents, les travailleurs de l’hôtellerie ou de la restauration, les personnes en contrats courts. En somme, tous ceux qui alternent de l’emploi et du chômage, que ce soit à des rythmes très saccadés ou plus lents.

    Ces profils nous intéressaient plus particulièrement car ils ont été mis en avant lors des réformes de 2009 et 2014. Et ce sont leurs droits qui ont été remis en cause en 2017, puis très profondément avec la réforme de 2019.
    Grâce à un simulateur de droits nous avons pu comparer pour différents cas-types les effets de chaque réforme.

    Quels sont les principaux enseignements ?

    Le temps long montre des évolutions assez profondes dont les négociateurs n’ont pas forcément conscience quand ils travaillent, réforme après réforme, à modifier les droits. Or c’est intéressant, en particulier pour la dernière réforme, car cela contredit l’affirmation récurrente selon laquelle les règles de 2019 consisteraient simplement à revenir sur des droits plus généreux, accordés après la crise de 2008. Et qu’il ne s’agirait en somme que d’un retour à la normale.

    Or ce qu’on montre, c’est qu’en 40 ans, pour les salariés en emploi discontinu, jamais l’indemnisation n’a été aussi basse que celle qui est prévue dans le décret de 2019.

    Les conditions sont toujours plus restrictives ?

    On constate une inversion complète de la hiérarchie de l’indemnisation au cours de la période. En 1979, l’assurance-chômage fonctionne vraiment comme une assurance : les personnes les plus exposées au chômage sont les plus indemnisées. Mais à la fin des années 2000, pour les plus précaires, c’est une autre logique qui l’emporte : les chômeurs sont d’autant plus indemnisés qu’ils sont en emploi. Selon une logique cette fois de compte-épargne ; à chaque fois qu’ils travaillent, ils gagnent des droits supplémentaires.
    Concrètement, cela se traduit par une course-poursuite durant laquelle ils travaillent, acquièrent des droits, deviennent éligibles à l’assurance chômage, puis épuisent leurs droits, en gagnent de nouveaux et ainsi de suite. Ils remplissent leurs comptes et le consomment successivement.

    Autrement dit, l’indemnisation du chômage s’est beaucoup transformée pour inciter les salariés les plus précaires à l’emploi, davantage que pour leur assurer un revenu de remplacement pendant les périodes de chômage.
    Avec l’idée qu’il vaut mieux un mauvais emploi que pas du tout. Et les dispositifs comme l’activité réduite sont d’ailleurs une manière d’inciter à accepter des emplois dans des conditions dégradées.

    Pour ce type de travailleurs, c’est une évolution continue dans le temps ?

    L’un des résultats qui nous a surpris, c’est la stabilité totale et absolue sur quarante ans des droits des “salariés stables” — c’est-à-dire le cas d’une personne en emploi pendant une longue période, qui se retrouverait au chômage pendant 15 mois et puis retrouverait un emploi. Cette situation là donne lieu à des variations infimes. Et ça, je ne pense pas que les négociateurs en aient une conscience entière quand ils négocient à chaque réforme, les conditions d’indemnisation de l’assurance-chômage. Cela montre une forme d’impensé de la négociation, à savoir que cette figure du salariat, on n’y touche pas. Ce sont les travailleurs plus à la marge qui vont connaître des variations régulières et très importantes de leur indemnisation.

    C’est plus vrai encore depuis la réforme de 2019 ?

    Pour les salariés stables, encore une fois, cela ne change rien à ce qui existe depuis depuis 1979, à quelques exceptions près comme des mesures de dégressivité pour les hauts revenus. En revanche, pour les salariés en emploi discontinu, c’est une révolution. Cela constitue un effondrement historique de leurs droits. Notamment parce que le calcul du salaire journalier de référence prend en compte non plus simplement le salaire, mais aussi la performance d’emploi. Par exemple, un travailleur payé au Smic mais au chômage la moitié du temps considéré verra son salaire journalier divisé par deux. Cela a des effets extrêmement forts sur les droits des salariés en emploi discontinu et cela introduit encore plus l’idée de compte épargne.

    Vous avez conçu un simulateur d’indemnisation qui permet de mesurer les effets des réformes pour chaque cas type pour une période de 60 mois. Pourquoi choisir une durée si longue ?

    Les personnes en intermittence d’emploi ne sont pas souvent éligibles au chômage de façon claire. lls le deviennent au bout d’un certain temps, puis consomment leurs droits ; comme ils travaillent, ils finissent par redevenir éligibles, et ainsi de suite. Ils sont dans une intermittence de l’emploi, mais aussi de l’indemnisation. Or ne regarder qu’une seule période de droit, c’est ne pas considérer les périodes durant lesquelles les personnes ne sont pas indemnisées, ni celles durant lesquelles elles le sont à nouveau.. C’est pourquoi nous avons considéré systématiquement les parcours sur 60 mois.

    Un autre intérêt de la simulation est de mesurer la diversité des profils. Car quand on parle des salariés à l’emploi discontinu, il est essentiel de bien distinguer ceux qui ont eu un emploi stable auparavant, et ressemblent plus à des chômeurs “standard” ; et ceux qui entrent sur le marché du travail ou alors vivent en permanence dans l’intermittence de l’emploi. Ces deux cas sont désignés de la même façon, comme des précaires. En réalité, leur traitement par l’assurance-chômage est radicalement différent.

    Vous insistez aussi sur ce qu’on appelle le taux de couverture. Pourquoi est-ce important, et quel usage politique est fait de cette indicateur ?

    Le taux de couverture est simplement la part des chômeurs qui perçoivent une indemnisation. Ce taux de couverture, il a fallu qu’on le reconstitue parce que les données n’étaient pas disponibles, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. Et on a constaté que la part des salariés indemnisés chute de façon très importante à partir de 2003, pour arriver en 2018 à la part des chômeurs indemnisés, la plus basse de toute l’Histoire depuis 1985.
    Et pourtant, la surprise c’est qu’à partir de 2016 les publications officielles se sont intéressées à un nouvel indicateur, le seul publié depuis : la part des chômeurs non pas indemnisés, mais indemnisables. C’est le cas quand on est inscrit à Pôle emploi.
    Or cet indicateur pose un certain nombre de questions puisqu’il prend en considération des gens qui ne sont pas forcément indemnisés et même sont parfois en emploi.
    Par exemple, quelqu’un qui a travaillé à temps plein durant le mois considéré mais reste inscrit à Pôle emploi, ce qui est de plus en plus courant, sera considéré comme couvert par l’assurance-chômage, dont on se félicitera alors des performances positives.

    Même si les deux indicateurs sont intéressants, cela pose un gros problème si le nouveau taux de couverture officiel occulte d’une certaine manière à la réalité, quand même beaucoup plus crue, qui est que l’indemnisation du chômage n’a jamais concerné une proportion aussi faible de chômeurs qu’à la fin des années 2010. On peut aussi penser, et c’est l’un des résultats de la simulation, que la réforme de 2019 baissera encore le nombre d’indemnisations.

    Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) - Mathieu GREGOIRE, Claire VIVES, Jérôme DEYRIS - IRES
    http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020
    https://seenthis.net/messages/858232
    #toctoc
    #Mathieu_Grégoire #Chômage #chômeurs #précaires #salariat #travailleurs_précaires #allocation_chômage #taux_de_couverture #non_indemnisation #droits_des_chômeurs #assurance_chômage #Unedic #droit_au_chômage #précarisation #activité_réduite #intermittents_de_l'emploi #emploi_intermittent #emploi_discontinu #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit #revenu #économie #emploi #histoire_sociale

  • Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) - Mathieu GREGOIRE, Claire VIVES, Jérôme DEYRIS - IRES
    http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020


    Cette recherche vise à objectiver sur le long terme (1979-2019) les évolutions des droits à indemnisation des chômeurs en portant une attention particulière aux salariés à l’emploi discontinu.

    Pour comprendre l’évolution des droits à l’assurance chômage depuis 1979, le rapport débute par une étude sur l’évolution sur 40 ans du taux de couverture en reconstituant des séries inédites et montrant notamment que la part des chômeurs indemnisés n’a jamais été aussi basse qu’à la fin des années 2010 (chapitre 1). Dans un second temps, l’étude retrace l’évolution de la règlementation de 1979 à 2019 (chapitre 2).
    Le rapport présente ensuite (chapitres 3 à 6) le cœur de cette recherche : la construction d’un simulateur destiné à objectiver l’évolution des droits pour des profils particuliers de salariés. L’outil permet de calculer, pour tout cas constitué d’une trajectoire particulière d’emploi-chômage de 120 mois, les droits générés, mois par mois, dans le cadre de chacune des 10 principales conventions retenues entre 1979 et 2019. Il permet ainsi à la fois d’étudier les droits pour des trajectoires d’emploi très diverses et de comparer ces droits pour quarante ans de réglementation. Trois principaux types de trajectoires sont étudiés : les trajectoires des salariés stables, celles des salariés à l’emploi discontinu ayant des contrats de plus d’un mois et celles des salariés à l’emploi discontinu ayant des contrats de moins d’un mois.

    L’étude donne ainsi à voir des dynamiques de l’indemnisation du chômage qui échappent, pour partie, à une analyse fondée sur les seules évolutions, réformes après réformes, des règles d’indemnisation. Elle montre notamment une inversion complète, entre 1979 et 2019, de la hiérarchie de l’indemnisation pour les salariés à l’emploi discontinu les plus précaires. Alors que ceux qui étaient les plus exposés au chômage en 1979 étaient les plus indemnisés, c’est l’inverse qui se produit en 2019 : leur indemnisation est d’autant plus forte que leur chômage est faible. Aussi cette étude permet-elle de s’interroger sur une transformation profonde du dispositif d’indemnisation du chômage qui, pour ces salariés, relève désormais moins d’une logique d’assurance face à un risque que de ce celle d’un compte d’épargne ou d’une prime pour l’emploi.
    Elle donne aussi à voir à quel point la réforme de 2019 est constitutive d’un effondrement historique de l’indemnisation pour les salariés à l’emploi discontinu.

    #assurance_chômage #emploi_discontinu #emploi

    • Nous publions, avec Matthieu Grégoire et Claire Vivès, notre rapport : « Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) ». Petit thread pour tenter de résumer 190p.

      https://threadreaderapp.com/thread/1268471069507190786.html

      En 40 ans, le chômage a beaucoup augmenté, mais s’est aussi transformé : montée des contrats (très) courts, carrières « atypiques », activité réduite, cumul de l’emploi et du chômage. Ces transformations se traduisent par l’essor des catégories B et C (+244% depuis 1996)

      Les règles d’indemnisation ont également beaucoup évolué, accompagnant les transformations de l’emploi - parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Dans l’ensemble, l’essor d’une indemnisation strictement contributive a défavorisé les plus précaires.

      Premier apport important : la reconstitution du taux de couverture sur longue période (chômeurs indemnisés/total des chômeurs). Depuis 2003, baisse continue de la couverture : chaque mois, un chômeur sur deux ne touche aucune indemnité !

      Ce taux de couverture, peu flatteur, n’était plus fourni dans les statistiques officielles depuis 2016. La raison ? Un discret changement de définition substituant les chômeurs indemnisés par les chômeurs indemnisables : pour en savoir plus :
      Combien de chômeurs indemnisés ? Un taux de couverture au plus bas occulté par un changement de définition
      https://www.ies-salariat.org/combien-de-chomeurs-indemnises-un-taux-de-couverture-au-plus-bas

      Deuxième apport : la construction d’un simulateur permettant d’associer à toute trajectoire emploi-chômage les indemnisations qui auraient été perçues sous la convention de 1979, de 1984, de 1991, etc. Concrètement, nous avons « traduit » les règles d’indemnisations en algo R

      7/18 Grâce à ce dernier, on peut objectiver l’évolution des règles d’indemnisation pour n’importe quel profil, des carrières les plus continues aux plus précaires, en jouant sur la durée d’emploi, le salaire, l’activité réduite, les successions emploi-chômage, etc.
      8/18 La transformation majeure qui ressort est l’augmentation de la contributivité : d’une logique assurantielle déconnectant cotisations et indemnisation (protection d’un risque) on passe à une logique de capitalisation ""j’ai cotisé, j’ai droit")
      9/18 Ainsi, en 1979, vous avez droit à un an de chômage quelque soit votre durée de cotisation si >3 mois.
      En 1984, on commence à lier durée de cotisation et durée d’emploi, mais une forme de déconnexion demeure, ces dernières n’étant pas purement proportionnelle.
      10/18 En 1990 débute « l’activation » du chômage : sous couvert d’inciter les chômeurs à retrouver rapidement un emploi, on introduit des allocations dégressives. Plus la durée de chômage est longue, plus l’indemnité diminue.

      En 2001, cette dégressivité est supprimée.

      En 2009 est consacré le principe du « un jour cotisé, un jour indemnisé ». C’est le début d’une stricte proportionnalité et d’une individualisation des droits

      En 2014 sont créés les droits rechargeables. Ils permettent une succession + favorable des phases travail/emploi
      Concrètement, vous ne « perdez » jamais rien, même en recommençant à travailler avant la fin de vos droits. Ces derniers sont capitalisés dans un compte personnel. Cela marque un progrès pour les carrières discontinues mais individualise encore davantage l’accès aux droits.

      Enfin, 2017 et 2019 marquent un recul notable pour les trajectoires heurtés.

      2017 entraîne un changement des règles de calcul qui entraîne une baisse des salaires de référence des précaires.

      2019 durcit les conditions d’accès aux indemnités (4mois -> 6 minimum)... diminue la période de référence (28 mois -> 24) rendant plus difficile l’ouverture de droits, remet largement en question les droits rechargeables et introduit une dégressivité sur les allocations les + élevées (faisant craindre une généralisation future).

      En bref, une remise en question brutale des règles alors en vigueur, qui touche plus durement les trajectoires emploi-chômages « atypiques », alors que ces dernières deviennent de + en + typiques.

      Le focus a donc été mis sur ce type de carrières dans le choix des cas-types étudiés avec le simulateur. Vous pouvez les retrouver dans le rapport.

      Pour un résumé plus complet, voir cette note de l’IES :
      Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) – Synthèse
      https://www.ies-salariat.org/quelle-evolution-des-droits-a-lassurance-chomage-1979-2020%EF%BB%BF-sy

      #droit_au_chômage #emploi_intermittent

  • Pratiques d’emploi et de travail, subordination et droits sociaux : Intermittents et Pigistes, une analyse comparative - Clémence Aubert
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5806

    Partant de cette spécificité de droit - la présomption de salariat -, nous développons ici une analyse comparative entre #Intermittents et #Pigistes, appuyée par les ateliers de réflexion et les trois journées d’études conduits en collaboration avec des journalistes pigistes de presse écrite et audiovisuelle, des intermittents du spectacle et des chercheurs mais également par un travail de thèse pour lequel plusieurs entretiens avec des journalistes pigiste ont été menés. Nous regardons d’abord les situations de #travail et des formes de #précarités que connaissent les journalistes pigistes et les intermittents du spectacle. #Salariés à #emploi_discontinu, employeurs multiples, rémunérations variables, autant de similitudes qui justifient que la comparaison intermittents/pigistes soit posée. Une comparaison d’autant plus pertinente que dans l’audio-visuel, il existe une forte proximité entre les journalistes pigistes et les intermittents. Nous retenons ici trois axes : les pratiques d’emploi et de travail, les relations de subordination et de dépendance, l’accès aux droits sociaux.

    Table des matières
    Introduction
    1. Les pratiques d’emploi et de travail des Intermittents et Pigistes
    1.1. Le rapport à la #commande
    1.2. Etre porteur de #projet
    1.3. La question de la spécialisation
    2/ Le lien de #subordination et ses modalités
    2.1. Le rapport au risque
    2.2. Le rapport au #temps
    2.3. Le contenu du travail
    3/ Vers une précarisation croissante ?
    3.1. En termes de rémunération
    3.2. Des dispositions légales et conventionnelles difficilement applicables
    3.2.1. La rémunération en salaire et sa détermination
    3.2.2. L’#assurance_chômage : de réelles différences entre les pigistes et les intermittents
    3.3. Pigistes et intermittents, des travailleurs précaires mais qualifiés et compétents
    3.3.1. Des travailleurs qualifiés
    3.3.2. L’acquisition de compétences variées
    Conclusion

  • Insee - Revenus-Salaires - Écarts de revenus au sein des couples - Trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint
    http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1492

    En 2011, aux âges actifs, trois #femmes en #couple sur quatre gagnent moins que leur conjoint, en tenant compte des revenus d’activité (#salaires, #revenus des indépendants) et de remplacement (chômage et retraites). En moyenne, les femmes contribuent à hauteur de 36 % aux revenus du couple. Elles perçoivent un salaire inférieur en moyenne à celui de leur conjoint, travaillent plus souvent à temps partiel et ont un taux d’activité moins élevé. De 2002 à 2011, la contribution moyenne des femmes a augmenté de trois points, du fait principalement du recul de la part des femmes au foyer. Les écarts de revenus au sein des couples sont plus prononcés quand il y a des enfants et quand les conjoints sont mariés ; ils le sont moins quand les couples sont plus jeunes et plus diplômés.

    #inégalités #travail_domestique

  • Lundi 20 janvier à 13h30, avec deux Matermittentes* -http://www.matermittentes.com - au Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (#TASS).

    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6777

    Pour que cessent les mises en cause répétées des droits des salarié-e-s à l’#emploi_discontinu, soyons présent-e-s en nombre.

    Nathalie est depuis deux ans en procès contre la CPAM qui a refusé de payer son #congé_maternité alors qu’elle répond aux conditions d’ouverture de #droits. Déjà reportée quatre fois, cette audience est déterminante.

    • RDV à 13H30 au TASS
    11 rue de Cambrai, salle D, Paris 19e
    Métro Corentin Cariou.

    Maud a intenté un procès contre la CPAM pour les mêmes raisons. Elle a passé plusieurs mois sans #revenu car la #non-indemnisation de son congé maternité a entrainé la perte de l’indemnité chômage puis l’impossibilité de rouvrir des droits… L’audience aura lieu ce mardi 21 janvier à 14h.

    Bien que cette #discrimination ait été constaté par le Défenseur des Droits, malgré les procès gagnés, la CPAM persiste à agir illégalement.

    Les torts ainsi infligés sont emblématiques des innombrables dénis de droit qui précarisent les salarié-e-s à l’emploi discontinu et tous les #précaires.

    Soyons également présent-e-s au TASS de Versailles, mardi 21 janvier à 14h
    Palais de Justice, 5 place André Mignot Salle d’audience civile n°2, 1er étage.

    * #collectif de mères intermittentes du spectacle, Les #Matermittentes défend les droits sur le terrain et vise également à faire évoluer la législation. Ces non-spécialistes s’appuient avant tout sur la mise en commun des expérience.

  • Assurance #chômage : la CGPME aborde la négociation « dans un esprit constructif et offensif »
    http://www.boursorama.com/actualites/assurance-chomage-la-cgpme-aborde-la-negociation-dans-un-esprit-construc

    « On peut légitimement s’interroger pour savoir si l’incitation au retour à l’#emploi ne doit pas être plus contraignante », a déclaré M. Roubaud.

    « Est-il normal qu’un salarié en #CDD à qui l’on propose un CDI, choisisse de refuser pour s’inscrire à #Pôle_Emploi ? », a-t-il poursuivi. « Est-ce normal que sur les 50 #salariés d’une usine de l’ouest de la France à qui l’on a proposé un emploi dans les mêmes conditions à 80 km, un seul ait accepté, les autres préférant toucher les indemnités et s’inscrire, eux aussi, à Pôle Emploi ? », a-t-il ajouté disant citer un « cas réel vécu ».

    • Aujourd’hui, vendredi 17 janvier 2014, premier jour des négociations UNEDIC, les collectifs de chômeurs et chômeuses de Bretagne se sont réunis en coordination à Brest. Quinze délégué-e-s représentaient les groupes suivants : AC ! Quimper, le collectif brestois en marche contre l’injustice sociale, le Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte de Rennes, le Collectif Anticapitaliste du Pays de Morlaix.

      Alors que le chômage augmente et que le patronat veut s’attaquer aux droits des chômeur-se-s, nos collectifs ont décidé d’organiser la riposte. Dans une société qui ne garantit pas le droit au travail, nous revendiquons le maintien du salaire pour tou-te-s celles/ceux qui sont privé-e-s d’emploi. Il est prévu l’organisation de réunions publiques le 7 février dans chaque ville afin de préparer une journée d’action le 14 février prochain .

      Brest, le 17 janvier 2014,
      la coordination des collectifs de chômeurs et chômeuses de Bretagne

      contact : reseaudesluttes.brest@gmail.com
      contact téléphonique : 06 79 56 19 97

      Rappel :Moins d’un chômeur sur deux est indemnisé :
      http://www.humanite.fr/social-eco/moins-d-un-chomeur-sur-deux-est-indemnise-557218

      L’habituelle propagande contre une des seules situations d’#emploi_discontinu qui soit encore assortie de quelques droits, inégalitaires, et rares (comme les autres chômeurs, la moitié des intermittents en sont pas indemnisés) :
      Intermittents du spectacle : touche pas au milliard !
      En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/economie/intermittents-du-spectacle-touche-pas-au-milliard_1314437.html

      Grandes manœuvres autour de l’Assurance chômage
      http://www.notretemps.com/retraite/chomage-et-retraite/grandes-manoeuvres-assurance-chomage,i44987

      L’assurance chômage est-elle si généreuse ?
      http://www.liberation.fr/economie/2014/01/17/l-assurance-chomage-est-elle-si-genereuse_973352

      Chômage : des droits rechargeables pour inciter au travail ?http://www.francebleu.fr/infos/emploi/chomage%C2%A0-des-droits-rechargeables-pour-inciter-au-travail%C2%A0-1194

      et donc, on améliorerait chouïa la disponibilité à l’emploi Pôle emploi modifie les aides à la recherche d’emploi
      http://www.dossierfamilial.com/actualites/pole-emploi-modifie-les-aides-a-la-recherche-d-emploi-13325.html

      C’est le moment de faire mine d’aller au delà des chiffres et des stats, des « représentants » et des « responsables » :
      Vous êtes précaire, comment se passent vos relations avec Pôle emploi ????
      http://www.lemonde.fr/politique/appel_temoignage/2014/01/17/vous-etes-precaire-comment-se-passent-vos-relations-avec-pole-emploi_4350008

      La droite pense que cela risque de pas être aussi bénéfique pour les patrons que les annonces d’Hollande (pour eux faut se préserver de l’effet de bordel que ça crée chez UDI et ULMP) :
      http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/01/17/09005-20140117ARTFIG00158-assurance-chomage-une-negociation-pour-rien.php

      Assurance-chômage : la vraie réforme n’aura pas lieu
      http://www.bfmtv.com/economie/assurance-chomage-vers-une-reforme-a-minima-688992.html

      trop de déficit, trop de bureaucratie, qu’on en finisse !
      Dans la jungle des règles de l’assurance-chômage
      http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/01/17/09005-20140117ARTFIG00233-dans-la-jungle-des-regles-de-l-assurance-chomage.

    • Compte rendu de l’occupation du pôle emploi du centre de Toulouse hier.

      Bonjour à tous,

      Sans entrer dans les détails techniques qui sont sinueux et compliqués, la convention UNEDIC, qui a lieu tous les trois ans environ, est à chaque fois l’occasion d’attaques sérieuse du patronat . Depuis dix ans le recul des indemnisations du chômage est spectaculaire, la croissance de la pauvreté aussi.

      Sans mobilisation importante le « rentre dedans » de la classe dominante se fait alors comme dans du beurre, peut-on laisser faire sans broncher ?

      Les intermittents ont quelques moyens de rétorsions, comme bloquer l’animation de la vie culturelle nationale, il l’on fait. Moyens que le chômeur de base n’a hélas pas.

      En 2003 la lutte des intermittents revendiquait « Ce qu’on défend, on le défend pour tous » Hier à Toulouse ils appelaient au rassemblement de tous, arguant que cette lutte était au moins aussi importante que celle des retraites .

      C’était hier la troisième assemblée des intermittents de Toulouse , il était clair cette fois que le « Ce qu’on défend, on le défend pour tous » était mis en avant avec force.

      Trois heures d’occupations, de débats, une demande aux syndicats de mobiliser et... la promesse de se retrouver bientôt.

      Pour la petite histoire, il semble que depuis les très nombreuses occupations des ANPE d’il y a dix ans, qui se sont terminées par les rideaux de fer systématiquement baissés, se soient mis en place désormais, en guise de direction, des "kapos "de service .

      Nous avons pu entrer hier que par surprise je pense, alors que tout se déroulait tranquillement, la direction a appelé la loi et fait des pieds et des mains pour faire enfermer les occupants dans les lieux. La police a judicieusement refusé de boucler les gens, des bribes de conversations entre flics évoquaient la sécurité des personnes.

      Voilà un exemple des « bons services » de la direction d’un pôle emploi....

      Pour finir, il me semble très important en Ariège de suivre le déroulement de ces négociations unedic mieux encore, de se mobiliser.

      Suggestions ?

      D.

      *****************

      Le compte rendu des intermittents de Toulouse :

      Bonjour à tous,

      150 intermittent-es, précaires et salarié-es (une copine a compté !) ont investi ce matin l’agence Pôle emploi Occitane au centre de Toulouse.
      L’occupation a duré 3 heures durant laquelle nous avons tenu une AG.
      Etaient présents et sont intervenus des représentants de l’intersyndicale de Pôle emploi (CGT, SUD Solidaires, SNU/FSU), du MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), du DAL (Droit au Logement), de SUD Solidaires 31 ainsi que des salarié-es qui étaient là en soutien (EDF CGT et santé + impôts SUD Solidaires)
      Etaient aussi présents des élu-es de la ville de Toulouse (Front de gauche, PS). Des images ont été prises (FR3 et TLT). la police présente s’est fait discrète.

      Il été décidé en vue de préparer les mobilisations à venir de se retrouver rapidement dès lundi prochain 17 février à 13H au local de Solidaires 31 qui se situe 52, rue Jacques Babinet au 1er étage (métro Université).
      Cette réunion aura aussi pour but de renforcer la Coordination ceci afin que toutes celles et ceux qui le souhaitent puissent participer activement.
      D’ici-là, nous aurons des informations sur les autres régions
      Nous avons prévu le même soir d’intervenir lors d’une rencontre qu’organise le SYNAVI (Syndicat National des Arts vivants : syndicat de Cies) à 19H au théâtre du Grand -Rond à l’occasion des Municipales avec des candidats de diverses listes.

      D’ici-là informons autour de nous ! Activons nos réseaux ! Il faudra être très nombreux dans les semaines qui viennent.
      Bonne soirée,
      A bientôt,
      L. (CIP-MP)

    • Une simple inversion des déclarations, ca marche souvent bien pour commencer à démonter l’évidence d’une domination.

      (et dans un autre registre, un autre exemple : http://rue89.nouvelobs.com/rue69/2014/02/06/24-heures-vie-dun-homme-249683 )

      http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-jean-marc-ayrault-intermittents-du-spectacle-et-sympathisants-nous-demando

      Intermittents du spectacle et sympathisants, nous demandons la suppression du MEDEF, qui lui aussi coûte trop cher.

      Pétition de Romain Cazeaux, Vannes, France

      Que représente un déficit de 320 millions d’euros assurant la survie de plus de 100.000 intermittents du spectacle, face aux 20 milliards de crédit d’impôt aux entreprises sans effet sur la politique de l’emploi ?

      Pétition adressée à :
      M. Jean-Marc AYRAULT, Premier Ministre
      Intermittents du spectacle et sympathisants, nous demandons la suppression du MEDEF, qui lui aussi coûte trop cher.
      Cordialement,
      [Votre nom]

    • communiqué des collectifs de chômeurs en occupation à Carhaix

      Info dernière minute

      Les collectifs de chômeurs et précaires occupant la CECCOB ont été évacués par les services de police vers 17h sans nouvelles du préfet du Finistère.

      AC ! Quimper, Collectif brestois en marche contre l’injustice sociale, Comité anti-capitaliste du Pays de Morlaix
      ___________________________________________________________________________________________________________________

      Communiqué du 14 février 2014

      Le 14 février 2014 à partir de 14h, la coordination des collectifs de chômeurs et précaires de Bretagne a occupé :

      – pour les collectifs de Morlaix, Quimper et Brest, la CECCOB (cellule de coordination des actions de l’Etat en Pays de Centre Ouest Bretagne) à Carhaix. Afin d’exposer leurs revendications, entre autre concernant les négociations de la nouvelle convention UNEDIC, les chômeurs ont demandé à rencontrer le préfet du Finistère. Ce dernier a refusé sans motif de venir à leur rencontre.

      – Le MCPL de Rennes a occupé le Pôle emploi de Henri Fréville. Ils ont demandé à rencontrer la direction territoriale qui ne les a pas reçus non plus. Elle a préférer faire appel aux forces de l’ordre qui les ont évacués.

      – le Collectif La Boufée de Rennes a occupé le CCI et demandé à rencontrer le Préfet d’Ile et Vilaine. Ils ont également eu pour seule réponse l’intervention des forces de l’ordre.

      Dans le contexte actuel des licenciements massifs et de l’explosion du taux de chômage, l’Etat illustre par là son indifférence et son mépris des chômeurs. Le chômage serait-il sa dernière préoccupation, contrairement au discours du gouvernement actuel.

      Nous réitérons notre revendication principale :

      Un emploi pour tous sinon un salaire pour chacun avec ou sans emploi

      Carhaix le 14 février 2014

      AC ! Quimper, Collectif brestois en marche contre l’injustice sociale, Comité anti- capitaliste du Pays de Morlaix

  • Les intermittents du spectacle veulent une réforme #égalitaire - Politis
    http://www.politis.fr/Les-intermittents-du-spectacle,25303.html

    A l’avant-veille de l’ouverture des négociations avec l’#Unedic, le comité de suivi des #intermittents du spectacle remonte au front. Il défend un régime mutualiste contre le régime assuranciel mis en place en 2003.

    Et aussi : journal de 7H30 de France Inter, jeudi 16 janvier matin, entre 3’17’’ et 5’07’’
    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=818094

    #chômage #intermittence #emploi_discontinu #travail

    • Étrange article, vraiment. S’il reflète vraiment le livre dont il est question, celui-ci ne semble pas s’être posé la question des formes d’organisation politiques et sociales que se donnent ces intellos précaires sans pour autant faire de cette catégorie un étendard, hormis la mince évocation de pratiques d’entraide et de débrouille. Pas plus n’avons-nous droit à une sorte d’historicisation de cette catégorie : existait-elle avant la fameuse « économie immatérielle » ? Enfin, alors qu’il s’agit visiblement d’une bonne vieille sociologie bien fixiste, on a même pas le droit aux fameux chiffres qui devraient valider l’importance du phénomène.
      Pourtant, forcément, ça résonne, cette histoire des intellos précaires (sur #seenthis, par exemple). Il devrait pouvoir se faire quelque chose d’un peu mieux que cette bouillie qui se termine sur la phrase qui dévoile mine de rien, l’échec patent de Bourdieu : il n’y a pas eu de miracle avec le mouvement de chômeur, c’était tout simplement la sociologie qui se gourrait... et se gourre toujours ?

    • Une certaine sociologie comprend ce qui ne change pas (sauf si c’est en terme de dégradation de l’existant), et a bien du mal avec tou ce qui peut constituer un évènement. Bourdieu ne pouvait comprendre -même si il avait du/su suivre - car c’était un #travailliste pour qui la création subjective où s’origine la politique devait rester une hérésie ou/et mystère dans le cas des précaires, c’est à dire d’illégitimes, socialement et sociologiquement, d’incapables politiques. Il avait d’ailleurs écrit dans une première version de son texte à propos des mobilisations de chômeurs et précaires de 1997/98 « miracle social » avant de rectifier pour dire « miracle sociologique ». Mais peut-être vaut-il mieux lire le rapport de recherche que cet article qui en rend compte : http://www.cee-recherche.fr/fr/rapports/82-libres-proletarises-travailleurs-intellectuels-precaires-ile-de-fra>
      Quand à la catégorie d’intello précaire, elle a été inventée (ou tout du moins rendue publique) par les Rambach, qui elles aussi ont toujours maintenu un fond « bourdivin » pour leur plaidoyer en défense de cette catégorie, vue comme étant celle des déclassés du travail intellectuel, au regard de la « réussite des parents », ce qui de leur point de vue de filles de la nomenklatura universitaire et éditoriale était parfaitement justifié et leur faisait (sous-)estimer à 200 000 le nombre des « intellos précaires », ce qui est totalement à côté de la plaque quand depuis des décennies l’hexagone compte des millions d’étudiants, que la fonction de l’école , de la fac a été transformée, non pas en raison du « travail immatériel » mais parce que la production de #travail_vivant au moyen de travail vivant est un ressort du capitalisme actuel. Voir, par exemple, 10 thèses sur l’#université productive http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=2685

      Quant aux formes d’#organisation que se donnent les précaires en tous genres, il est vrai que cela reste... une question, et que l’on a bien du mal à y trouver réponse... tout se passant comme si l’organisation purement capitaliste de la concurrence atomistique était quasi intégralement dominante, ce qui renvoie à la sempiternelle énigme « pourquoi n’y a-t-il pas davantage de révoltes ? », ce préalable à toute organisation éventuelle, du coté des dominés en tout cas.

      #auto_entrepreneur #free_lance #emploi_discontinu #vacataires #portage_salarial #enquête #minima_sociaux #CDD #pigiste #autoexploitation #burn_out #entraide