• Comment l’Etat français recrute les femmes au ministère de la culture -
    https://www.liberation.fr/france/2019/11/07/au-ministere-de-la-culture-les-entretiens-pervers-d-un-haut-fonctionnaire

    « J’ai uriné par terre, quasiment à ses pieds. J’étais humiliée et honteuse » : Claire (1) est l’ une des dizaines de femmes ayant passé un entretien d’embauche au ministère de la Culture avec Christian N., haut fonctionnaire du ministère de la Culture. Comme toutes celles qui ont subi ses agissements et que Libération a retrouvées, une question la hante : « Comment a-t-il pu faire autant de victimes, sans jamais être découvert ? » Dans cette affaire, les chiffres donnent le vertige. Entre 2009 et 2018, plus de 200 femmes - selon une liste qu’il a rédigée lui-même - ont été photographiées et/ou intoxiquées aux diurétiques, à leur insu, au ministère de la Culture puis à la direction régionale des affaires culturelles (Drac) de la région Grand Est. Elles l’ont toutes été par l’ancien sous-directeur des politiques de ressources humaines au siège du ministère, situé rue de Valois, à Paris. Son but : les pousser à perdre le contrôle et à uriner devant lui.

    #travail #femmes #recrutement #emploi #violences_sexuelles #toilettes #empoisonnement #metoo

    A l’époque, la police, aussi, va refuser de s’intéresser à la situation. En 2015, Marie a tenté de porter plainte quelques semaines après son entretien avec Christian N. Sans savoir alors précisément quoi, la jeune femme est persuadée que quelque chose d’anormal s’est produit lors de la rencontre. Las. Dans un commissariat parisien, elle est éconduite : « Ils ne m’ont pas du tout prise au sérieux. Ils m’ont dit que c’était quelqu’un de haut placé et qu’on ne pouvait pas porter plainte comme ça. » Cette situation perdurera même après la révélation de l’affaire. En mai dernier, le Canard enchaîné publie le témoignage d’une victime sous le titre : « Le parquet saisi d’une histoire à se pisser dessus ». Choquées par cette formulation, plusieurs victimes se reconnaissent néanmoins dans les faits relatés par l’hebdomadaire et décident d’aller porter plainte. Claire a dû convaincre les policiers : « Ils minimisaient en disant que je n’allais pas porter plainte ou déposer une main courante pour avoir fait pipi. J’ai dû leur montrer l’article du Canard enchaîné pour qu’ils me reçoivent. »

    Face à ces difficultés et à l’impossibilité d’obtenir le soutien du ministère, Alizée s’est tournée vers Marlène Schiappa. En juin, la jeune femme l’interpelle sur Twitter. Le compte de soutien à la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, « Avec_Marlene », lui répond. Derrière ce pseudo, il y a une conseillère du cabinet (2). Dans un échange de textos que Libération a pu consulter, cette dernière promet à Alizée de l’aider en la mettant en lien avec Agnès Saal, haute fonctionnaire chargée de l’égalité et de la diversité au ministère de la Culture. Contactée par Libération, la conseillère n’a pas donné suite. « Depuis, elle ne m’a jamais recontactée. J’ai relancé le cabinet de Marlène Schiappa début juillet, mais ils ne me répondent plus du tout, regrette Alizée. Moi, je suis suivie psychologiquement, mais pour toutes les autres victimes, on fait quoi ? »

    #police #injustice #déni #omerta

    Le titre de cet article existe en plusieurs versions.
    Sur le papier « un sérial voyeur au ministère de la culture » #euphémisme
    Sur la version web « Au ministère de la Culture, les entretiens pervers d’un haut fonctionnaire ». #pornification
    #ligue_du_lol #male_gaze

    • « Ils m’ont dit que c’était quelqu’un de haut placé et qu’on ne pouvait pas porter plainte »

      Ca me rappel une remarque qu’a glissé Costa-Gavras interrogé sur Médiaprat à propos de #metoo et du cas de Adèle Haenel. Costa-Gavras a marmonné à un moment qu’on pouvait croire Adèle Haenel parceque c’était une jeune femme qui avait un césar. Même phénomène lorsqu’on a parlé de #MeToo au moment ou des star s’en sont emparées. Le tag existait bien avant, inventé par Tarana Burke en 2007 pour dénoncer les violences sexuelles, notamment à l’encontre des minorités visibles (et invisibiles médiatiquement). On limite toujours le phénomène au secteur du cinéma, à la limite c’est parfois un peu étendu au domaine aux arts, mais le lien avec ce qui se passe dans l’emploi n’est pas fait. Adele Haenel et les 200 victimes de Christian N c’est exactement le même problème.

      Costa-Gavras ce qui lui importe c’est qui a le Césare. Heureusement l’agresseur d’Adèle Haenel n’as pas de césare ni palme d’or. Il n’est pas Luc Besson alors on se fait une bonne conscience en se déchainant sur lui. Adèle Haenel fait versé de grosses larmes aux crocodiles mais les victimes de Besson laissent de glace, tout comme les minorités visibles qui utilisent #metoo depuis 2007. D’ailleurs Costa-Gavras et les medias mainstream font comme si Adèle Haenel était la première à parler en France.

      Ce matin je retrouve Marlène Schiappa qui déclare dans Marianne (rapporté par le parisien) ;

      "« Nous allons désormais expulser les citoyens étrangers condamnés pour violences sexistes ou sexuelles », a-t-il clamé auprès du magazine.

      « Ces violences ne sont excusables en aucun cas, y compris lorsqu’elles se produisent chez des populations en difficulté », souligne la ministre, qui avoue que sa proposition a suscité des débats en interne. Elle a pourtant été retenue lors du comité interministériel sur l’immigration piloté par Édouard Philippe.

      http://www.leparisien.fr/politique/tolerance-zero-schiappa-veut-faire-expulser-les-etrangers-condamnes-pour-

      (au passage je croi pas que Schiappa soit ministre et « a-t-il déclaré » est une coquille)
      –—
      Ce que je comprend c’est que c’est pas la violence le problème, en fait Schiappa s’en fiche des victimes de Christian N ou de Besson, ce qui compte c’est le niveau de hiérarchie de qui l’exerce et qui la subit. C’est un peu une évidence mais ca me frappe ces derniers jours.

      Peut être parceque cette semaine j’écoutais un cours sur le talent pendant que je dessine, pour essayé de comprendre pourquoi les discriminé·es en seraient autant dénué·es pour qu’on les voient et les entendent si peu.
      https://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/course-2016-2017.htm
      Pierre-Michel Menger parle de la parabole des talents qui serait à la base de l’idée de mérite en occident.

      Évangile selon Matthieu, chapitre 25, versets 14 à 30 :

      D’après la traduction officielle liturgique de la Bible (source wikipédia).

      « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” »

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Parabole_des_talents#Texte_de_la_parabole_des_talents

      Alors si tu as 10 talents comme Polansky, le maitre te donnera tout, mais si tu as un seul talent comme une personne immigrée racisée, Jupiter et Schiappa en bons chrétiens, te jetterons dans les ténèbres extérieurs, pour y pleurer et grincer des dents, après t’avoir délesté de ton unique talent pour le filer à Polansky.

      #inversion_patriarcale #critique_de_la_valeur #talent #mérite #christianisme #ordolibéralisme

    • Pourquoi dans l’article son nom n’est pas cité en entier ?
      On trouve encore sa photo sur le site du ministère de la culture mais sa page a été supprimée.

    • Un commentaire qui développe les particularités sociales de Adèle Haenel -

      Un des enseignements de l’affaire Haenel, au-delà du décryptage des mécanismes de la violence sexuelle, est de mettre au jour les conditions sociales extrêmement improbables d’une telle prise de parole. Pourquoi le récit d’Adèle Haenel est-il audible/crédible (pour l’instant en tout cas), plus que ceux des autres femmes ayant dénoncé des agresseurs dans le monde du cinéma, y compris depuis l’émergence du mouvement MeToo ?
      –Parce que le rapport de force entre elle et son agresseur s’est inversé, comme elle le dit elle-même. Depuis les faits, elle est montée en puissance, alors que son pouvoir à lui n’a fait que s’amoindrir. Elle ne peut donc être vraiment suspectée de monter de toute pièce cette histoire pour attirer l’attention sur elle, ou pour gagner de l’argent. Elle dispose d’allié.e.s dans le cinéma français (surtout parmi les réalisatrices), et elle peut s’appuyer sur un réseau de soutiens plus étendu que lui. Le fait que tous les témoins cité.e.s dans le papier de Mediapart parlent à visage découvert (en « on »), fait tout à fait exceptionnel comme le souligne la journaliste Marine Turchi, en atteste.
      –Parce qu’elle est belle (et blanche, et conforme aux canons de la féminité bourgeoise), et qu’elle était déjà belle au moment des faits, les photos en attestent : elle échappe donc à la suspicion d’être trop repoussante pour avoir été agressée (contrairement à Nafissatou Diallo, cible de commentaires hallucinants sur son apparence physique, au moment de l’affaire DSK).
      –Parce que, les photos en attestent aussi, elle avait le corps d’une enfant au moment des faits, c’est sûr : on le voit car une dent définitive n’avait pas encore poussé et entravait son sourire enfantin, malgré les longues robes de soirée et le maquillage discret qu’elle portait lors des cocktails autour de la promotion du film. Elle ne peut pas être suspectée d’avoir joué la « Lolita » provocatrice (contrairement à la victime de Roman Polanski, âgée de 13 ans au moment des faits, déjà « formée » et « aguicheuse », comme l’ont répété à l’envi les commentateurs autorisés). Ce d’autant qu’elle est issue d’une famille de classe moyenne supérieure, un milieu dans lequel les normes de la féminité, à cet âge, mettent fortement à distance les marqueurs de la séduction. Cela se voit, aussi, sur les photos.
      –Parce qu’elle est soutenue par une enquête journalistique d’une très grande qualité, précise, rigoureuse, de long cours.
      –Parce que, en plus de son témoignage, des documents viennent fortement conforter son récit (des lettres datant du milieu des années 2000, conservées par Adèle Haenel, dans lesquelles Christophe Ruggia lui déclare l’amour « lourd à porter » qu’il lui a porté au cours des années précédentes – alors qu’elle avait 12-13 ans).
      –Parce qu’elle dispose des ressources intellectuelles et politiques nécessaires pour désingulariser son cas et dénoncer des rapports de force systémiques, en se prémunissant ainsi (pour l’instant…) contre les classiques accusations d’hystérie et de chasse aux sorcières.
      Ce sont des conditions socialement très improbables. Adèle Haenel elle-même dit qu’une des raisons pour lesquelles elle porte ce récit dans l’espace public est qu’elle se sent en position (et en devoir) de parler au non de toutes celles qui ne peuvent être entendues - qu’elles parlent ou pas. Les conditions socialement très improbables de la crédibilité des récits de violence sexuelle par les victimes : voilà ce qu’on doit garder en tête à chaque fois que nous parvient le récit d’une femme qui dit avoir été victime de violences sexuelles, dans le cinéma ou ailleurs.

      https://www.facebook.com/laure.ber.7/posts/10156975786138737

    • Diurétiques : nouvelles victimes et ministère de la Culture aux abonnés absents

      depuis l’enquête de Libération, rien de nouveau n’a été annoncé par le ministère de la Culture. Interrogé vendredi sur Europe 1, le ministre de la Culture, Franck Riester, s’est déclaré atterré par « cette histoire complètement folle ». « La justice va prendre les décisions qui s’imposent », ajoutait-il sans évoquer ni l’ouverture d’une enquête interne ni même la mise en place d’une procédure pour recenser ou aider les victimes. « A aucun moment le ministère ne s’est rapproché de celles qui étaient sur le fameux tableau Excel de Christian N. pour donner une quelconque info, voire un accompagnement », constate aujourd’hui un salarié du ministère qui souhaite rester anonyme. En interne, on dit même « n’avoir jamais vu la couleur de la cellule d’écoute ».

      Ce statu quo a poussé les syndicats à écrire ce mercredi matin à tous les personnels du ministère. Dans ce mail interne, signé par 7 syndicats (dont la CGT, la CFDT et la Snac-FSU), ils demandent d’« en finir avec l’omerta et l’impunité des violences hiérarchiques dans la fonction publique ». Ils dénoncent par ailleurs « une situation systémique au ministère de la Culture […] où la couverture des actes de violence et d’abus de pouvoir est favorisée par un système hiérarchique vertical violent et rigide » et demandent « la protection fonctionnelle pour les victimes de Christian N. », « une enquête ministérielle approfondie » et « le retrait immédiat des labels Egalité et Diversité décernés au ministère de la Culture ».

      https://www.liberation.fr/france/2019/11/13/diuretiques-nouvelles-victimes-et-ministere-de-la-culture-aux-abonnes-abs

  • Hérault : 44 pisseurs volontaires déposent leur plainte devant le TGI de #Montpellier
    https://www.midilibre.fr/2019/05/17/herault-44-pisseurs-volontaires-deposent-leur-plainte-devant-le-tgi-de-mon

    Mi-mars, à Murviel-lès-Montpellier, 64 Héraultais avaient fait tester leur urine pour y rechercher des traces de glyphosate. Les résultats avaient été dévoilés le 11 avril. Sur la soixantaine d’inscrits, un seul participant affichait un taux inférieur au seuil autorisé de 0,1 nanogramme par millilitre dans l’eau potable. Le taux le plus élevé des inscrits avait été relevé à 3,29 nanogrammes.

    Murviel, c’est juste à l’ouest tout près de Montpellier. (Je ne comprends pas cette histoire de nanogramme par millilitre dans l’eau potable alors qu’on parle de pisse, mais bon.)

  • Italie : mystère sur la mort d’un témoin dans un procès contre Berlusconi
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/italie-mystere-sur-la-mort-d-un-temoin-dans-un-proces-contre-berlusconi-201

    Le récent décès de l’ex-mannequin Imane Fadil, témoin dans des procès contre Silvio Berlusconi et ses soirées « #bunga-bunga », est entouré de mystère, la jeune femme semblant avoir été empoisonnée avec des substances radioactives, rapporte samedi la presse italienne.

    Imane Fadil, 33 ans, avait été hospitalisée le 29 janvier dans les environs de Milan (nord) et elle est décédée le 1er mars dans le même établissement, a indiqué le procureur de Milan Francesco Greco, annonçant l’ouverture d’une enquête.

    Selon le Corriere della Sera, l’hôpital où se trouvait la jeune femme a procédé à des examens pour tenter de comprendre quelle était la cause de la détérioration de sa santé et, n’ayant rien trouvé, a envoyé des échantillons à un laboratoire spécialisé de Pavie (nord). Citant des sources non identifiées, le quotidien écrit que les résultats sont parvenus le 6 mars, cinq jours après le décès de la jeune femme, et évoquent « la présence d’un mélange de substances radioactives qu’il n’est pas possible de trouver normalement dans le commerce ». Selon Paolo Sevesi, l’avocat d’Imane Fadil, cette dernière lui aurait confié « sa crainte d’avoir été empoisonnée », indique pour sa part l’agence AGI.

    « Je suis navré quand une personne jeune meurt. Je n’ai jamais connu cette personne et je ne lui ai jamais parlé », a affirmé pour sa part Silvio Berlusconi au cours d’une réunion électorale dans la région de Basilicate qui doit élire son président demain. « Ce que j’ai lu concernant ses déclarations m’a toujours fait penser qu’il s’agissait de choses inventées et absurdes », a-t-il ajouté. Dans le dernier procès en cours de la série Ruby, dans lequel Silvio Berlusconi est accusé de subornation de témoin et qui est toujours en cours, le tribunal avait rejeté en janvier la demande d’Imane Fadil de se constituer partie civile.

  • Renforcement par décret de la loi obligeant aux 11 vaccins

    25 janvier 2019

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=DC5344014AF6BA1D3DB27376C6EDDAAE.tpl

    Oh, ce ne sont que trois mots qui ont été rajoutés par décret ce 25 janvier, trois petits mots qui pourraient passer inaperçus : « . le . cas . échéant »
    Mais en fait, ce « cas échéant », ça veut simplement dire que la batterie de tests biologiques qui était obligatoire et coutait un bras à la sécu pour s’assurer que l’enfant ne soit pas malade des vaccins qui lui seraient (ou pas) inoculés est tout simplement abrogé.

    Modification de l’ Article D3111-7

    Avant

    2° Examens médicaux et tests biologiques effectués préalablement à la vaccination ;

    Après

    2° Examens médicaux et, le cas échéant, tests biologiques effectués préalablement à la vaccination ;

    #bigpharma #vaccinations #scandale_sanitaire #decret #empoisonnement #enfants #jargon_juridique

  • Etude : L’eau polluée principale cause de mort à Gaza | Agence Media Palestine
    Source : Middle East Monitor | Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/10/18/etude-leau-polluee-principale-cause-de-mort-a-gaza

    Plus d’un quart des maladies à Gaza sont causées par la pollution de l’eau, a révélé une nouvelle étude, faisant remarquer que c’était la principale cause de mortalité dans l’enclave côtière qui subit un siège israélien depuis 2007.

    Cette étude, dont le journal israélien Haaretz a publié une copie, a été menée par RAND Corporation, ONG américaine. Elle a dit qu’elle était arrivée à ces découvertes il y a quatre ans et que « depuis, ces chiffres ont continué à grimper ».

    En se fondant sur ce rapport, Haaretz a dit que l’effondrement des infrastructures hydrauliques a provoqué une forte hausse des germes et des virus, tels le rotavirus, le choléra et les salmonelles.

    Le rapport a dit que la situation empire à cause des opérations israéliennes répétées sur Gaza depuis 2008.

    « Aujourd’hui, 97 % de l’eau à boire à Gaza n’est admise comme potable selon aucune norme internationale reconnue », a rapporté Haaretz.

    « Quelque 90 % des résidents boivent l’eau passée par des purificateurs privés, parce que les grandes installations ont été endommagées par les combats ou sont tombés en désuétude parce qu’on n’a pas pu les entretenir », a poursuivi le journal israélien. (...)

    https://seenthis.net/messages/729325
    #Gaza

  • Maine-et-Loire : 46 personnes intoxiquées, un produit phytosanitaire mis en cause
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/10/09/maine-et-loire-46-personnes-intoxiquees-un-produit-phytosanitaire-mis-en-cau

    La préfecture du Maine-et-Loire a annoncé mardi 9 octobre que quarante-six personnes – trente salariés d’une pépinière ainsi que seize riverains de l’entreprise – avaient été intoxiquées à Brain-sur-l’Authion (Maine-et-Loire) et cinq d’entre elles ont été transportées au centre hospitalier universitaire d’Angers.

    « Sous réserve de confirmation par une enquête approfondie, l’origine de ces intoxications pourrait être l’épandage à proximité d’un produit phytosanitaire, dans le cadre de la production de la pépinière. Le produit visé contiendrait du métham sodium, pouvant provoquer des atteintes ORL et pulmonaires », précise-t-on de même source.

    #phytoxicité #pesticides #empoisonnement

    • Pour en savoir plus sur la cochonnerie en question : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tham_sodium

      Il est au moins provisoirement interdit dans l’Union européenne où 12 États membres l’ont totalement interdit et où (en 2011) 15 États membres l’autorisaient encore (dispenses pour la fumigation du sol, en s’appuyant sur une possibilité dérogatoire offerte par la Décision du Conseil 2009/562/EC). Ainsi en France, le ministère de l’Agriculture permet-il par dérogations des usages sur légumes (mâche, carottes, tomates, fraises, asperges), plantes ornementales et fruitières, arbres et arbustes. Mais même dans ces conditions ce produit est soumis aux principes généraux de la directive Biocide, de la directive sur les pesticides et aux réglementations nationales.

      Et nous sommes juste flatté·es d’appartenir à l’"exception française".
      ( On ne s’étonne plus d’avoir, ma compagne et moi, les yeux qui brûlent, le nez sec et des quintes d’éternuements certains jours. Mais ceci dit, je suspectais depuis un moment les agroproductivistes.)

    • Un petit « thread » sur touitteur : https://twitter.com/E_Rat_Smus6666/status/1049702215038976000
      Dans l’article mis en lien : il est précisé que

      La Préfecture tient à rappeler que l’usage du METAM-SODIUM est strictement encadré. L’arrêté préfectoral du 20 janvier 2017 définit ainsi les conditions d’application et de stockage du METAM-SODIUM dans le département.

      L’exploitant mis en cause aurait donc fait du « hors-cadre » ?

    • https://www.sudouest.fr/2018/10/15/qu-est-ce-que-le-metham-sodium-plus-nocif-que-le-glyphosate-et-responsable-

      Le métham sodium est puissant biocide (qui tue pêle-mêle insectes, mauvaises herbes et champignons). Utilisé par les maraîchers, il est particulièrement prisé par les producteurs de mâche en Anjou, car il nettoie les sols et permet d’enchaîner trois à quatre rotations de culture par saison hivernale.

      Mais plusieurs études l’accusent d’être à la fois cancérigène, perturbateur endocrinien, et reprotoxique.

  • Le mentor des Pussy Riot empoisonné - Le Temps
    https://www.letemps.ch/monde/mentor-pussy-riot-empoisonne
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2018/09/13/file71vrd6oladuh3rwv8nh.jpg.png?itok=7P_Y0AUC

    Piotr #Verzilov se trouve entre la vie et la mort après avoir été pris d’un mystérieux malaise. Sa dernière performance, qui a consisté à interrompre la finale de la Coupe du monde, a profondément humilié les structures russes de sécurité

    #russie #empoisonnement

  • Risques de contamination : le spectre d’un nouveau scandale sanitaire en Bretagne - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290818/risques-de-contamination-le-spectre-d-un-nouveau-scandale-sanitaire-en-bre

    Le géant agroalimentaire Triskalia a tenté de cacher à un éleveur breton de 240 bovins qu’il lui avait fourni des aliments contaminés par des antibiotiques non autorisés. La production est partie sur les circuits de consommation.

    #paywall (si jamais..)

    • La coopérative agroalimentaire Triskalia, qui détient les marques Paysan breton, Régilait ou Mamie Nova, a tenté de cacher à un éleveur breton de 240 bovins qu’elle lui avait fourni en début d’année des aliments contaminés par des antibiotiques non autorisés chez les ruminants, selon des documents et témoignages réunis par Mediapart. La production de l’éleveur est pourtant partie sur les circuits de consommation.

      Décidé à faire toute la lumière sur une possible contamination alimentaire dont il aurait été l’acteur à son insu, l’éleveur en question, Christophe Thomas, a saisi un cabinet d’avocats spécialisé dans la criminalité environnementale et industrielle, et a déposé le 3 août 2018 une plainte auprès du parquet de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).

      Triskalia, qui regroupe 16 000 agriculteurs avec un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros (en 2016) et 16 millions d’euros de bénéfices, traîne déjà derrière elle plusieurs scandales liés à des produits chimiques.

      Le 21 mars 2018, à Moustéru, petite commune des Côtes-d’Armor, un transporteur d’aliments du groupe Triskalia livre chez Christophe Thomas, producteur de viande et de lait, 2,5 tonnes de granulés « blancs », c’est-à-dire sans médicaments, pour la nourriture de son bétail. C’est, du moins, ce que croyait l’éleveur. Trois jours plus tard, en ouvrant son silo, il découvre que les granulés, d’ordinaire marron, sont mélangés cette fois-ci à des granulés de couleur verte.

      Il prévient immédiatement un technicien de la coopérative. Selon ce dernier, il aurait reçu par erreur un aliment pour lapin contenant des antibiotiques. « Une erreur, ça peut arriver, mais le hic c’est que c’est moi qui ai dû suggérer à la coopérative de suspendre la collecte du lait, le temps de faire des analyses », explique aujourd’hui Christophe Thomas.

      Au bout de quelques jours, Triskalia revient chercher le lait sur la ferme. Il ne présente aucune trace d’antibiotiques, selon la multinationale, qui lance néanmoins une analyse sur l’aliment douteux.

      Dans le même temps, l’éleveur observe des signes inquiétants chez ses bêtes : des diarrhées et une baisse de la production laitière. Dans les mois qui suivront, Christophe Thomas va constater chez ses bovins des mortalités, des avortements, ainsi que des écoulements de sang par les naseaux.

      Par prudence, et sans avertir sa coopérative, l’éleveur décide alors d’envoyer lui aussi un échantillon de l’aliment pour lapin (le Rafal Tonic Optima) reçu par erreur – qu’il a précieusement conservé – à un laboratoire proche de chez lui. Dès le lendemain, il apprend qu’une présence d’antibiotiques y est « détectée ». Si ce test basique ne lui indique pas de quels antibiotiques il s’agit, une chose est au moins certaine : l’aliment ingéré par ses vaches était médicamenteux, donc dangereux pour les bêtes et potentiellement proscrit s’il intègre le circuit de consommation alimentaire pour les humains.

      Sa surprise est donc totale quand un cadre de Triskalia l’informe par téléphone des résultats obtenus par le groupe – le message a été enregistré : « Il n’y a absolument rien dans l’aliment. Tu auras le double de l’analyse hein, y aura tout ce qu’il faut. On a certainement été au-delà de toutes les sécurités qu’on pouvait prendre. (…) Donc moi je suis très heureux ce soir ! »

      Le groupe est-il en train de mentir à l’éleveur ? Celui-ci demande copie des analyses effectuées, y compris en présence d’un huissier auquel il fait appel. En vain.

      Il décide alors de faire, à ses frais, des analyses plus approfondies de ses échantillons d’aliment. Stupeur : elles révèlent la présence de six antibiotiques, dont deux non autorisés chez les ruminants et les animaux produisant du lait destiné à la consommation humaine, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). De plus, l’un des deux « ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments vétérinaires ». Soit précisément ce qui s’est passé dans la ferme de Christophe Thomas.

      Mais l’éleveur n’est pas au bout de ses surprises. Sur la fiche de fabrication de l’aliment pour lapin qu’il a reçu, il s’avise que ce dernier – le Rafal Tonic Optima – ne devrait contenir que deux antibiotiques, et non six. Autrement dit, l’aliment pour lapin lui-même ne serait pas conforme.

      « Six antibiotiques dans un aliment pour lapin, c’est dingue ! », s’indigne un vétérinaire d’une coopérative laitière bio interrogé par Mediapart. Celui-ci ajoute que ce phénomène est alarmant pour les animaux, leur flore intestinale étant susceptible de développer des résistances à plusieurs familles d’antibiotiques. Il est aussi inquiétant pour la santé humaine, car l’éleveur est exposé à ces bactéries, qui peuvent donc se propager ensuite à sa famille et à d’autres personnes… « Elles peuvent se développer, rendre malades les gens et derrière en traitement : on n’a rien », dit-il. L’antibiorésistance est en passe de devenir l’une des premières causes de mortalité au monde, selon l’ONU.

      L’éleveur Christophe Thomas dénonce un manque de transparence de Triskalia dans cette affaire dont les conséquences ont été tragiques pour son bétail. Sept de ses vaches ont avorté, cinq sont mortes, d’autres sont malades. Toutes ont consommé un cocktail de médicaments aux conséquences inconnues. Or, d’après lui, Triskalia ne lui a proposé aucune indemnisation, estimant que le lien entre l’état de santé du cheptel et la livraison erronée était encore à démontrer.

      Le dossier recouvre un enjeu de santé publique important. L’éleveur refuse désormais d’envoyer ses bêtes sur les chaînes de consommation : « Quand j’ai reçu les aliments médicamenteux, certaines vaches à l’engraissement mangeaient jusqu’à quatre kilos de granulés par jour. Depuis, elles perdent du poids, leurs selles sont toujours liquides, elles dépérissent. Leur flore intestinale est flinguée, pas besoin d’être vétérinaire pour le voir. Même moi je n’en voudrais pas dans mon assiette », déplore-t-il.

      Où est parti son lait et sous quelle(s) enseigne(s) ? La préfecture garde le silence. « Adressez-vous à l’éleveur », répond-elle. Mais l’éleveur n’en est, lui-même, pas informé. Seule donnée disponible : c’est l’entreprise Sodiaal (Entremont, Yoplait, Candia…) qui récolte le lait de Christophe Thomas. Or Sodiaal, qui n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations, livre entre autres l’usine de lait en poudre infantile Synutra, située à Carhaix (Finistère).

      Si le lait a été commercialisé pour les nourrissons, ce serait « un scandale encore plus grave que l’affaire Lactalis », estime René Louail, agriculteur, syndicaliste et ancien élu au conseil régional, qui soutient l’éleveur tout comme Serge Le Quéau (Sud-Solidaires) et le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest.

      Dans son combat, l’éleveur peut également compter sur son vétérinaire personnel, qui a informé les autorités préfectorales le 21 juin dernier : « Une application rigide de la loi conduirait, selon nous, à écarter ces animaux de la production (…) Or le lait produit actuellement par les vaches est collecté, et l’éleveur aurait des bovins à faire partir pour la viande », a-t-il écrit.

      Selon les informations recueillies par Mediapart, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), rattachée à la préfecture, envisage de dresser un procès-verbal à la multinationale pour avoir manqué à ses obligations : elle devait informer les autorités sanitaires de la contamination dès le mois de mars, ce qui aurait notamment permis de suspendre la commercialisation des produits. Cependant, l’autorité sanitaire estime qu’il est trop tard pour enquêter sur la contamination passée et a adressé à Christophe Thomas, le 13 juillet, le courrier suivant : « Compte tenu du délai écoulé depuis la livraison (…) il n’existe aucune contre-indication à ce que les produits issus de votre cheptel (lait et viande) soient commercialisés pour la consommation humaine. »

      Contactée, la préfecture des Côtes-d’Armor affirme que l’absence de signalement par l’éleveur aux autorités sanitaires dans un délai de trois mois rend aujourd’hui inutile toute analyse de lait ou de viande. Raisonnement tout aussi valable pour Triskalia, qui n’a pas signalé l’incident.

      Depuis ses premières mésaventures, Christophe Thomas a reçu d’autres livraisons de granulés dont la couleur était inhabituelle. La DDPP est venue à sa demande prélever un échantillon d’aliment lors de la première livraison, mais n’a ni suspendu la production de lait, ni livré de résultats d’analyse à l’éleveur. Interrogée sur ce point, la préfecture répond que « la DDPP réserve ses conclusions pour une éventuelle instruction du dossier au pénal et ne peut donc pas communiquer sur ce point ». Lors de la deuxième livraison douteuse, le signalement de l’éleveur est resté lettre morte.

      Certains acteurs de la filière agricole s’inquiètent d’un possible étouffement du scandale. Ce ne serait pas la première fois en Bretagne, selon Denis Lagrue, vétérinaire à la retraite, qui évoque l’affaire de la salmonelle à l’abattoir de porcs de la Cooperl (premier abattoir de porcs en France, situé dans les Côtes-d’Armor). « Mon collègue a alerté sa hiérarchie à la DDPP pendant plus d’un an, en vain. En attendant, des milliers de tonnes de viande contaminée ont été écoulées. C’est en alertant plus haut, auprès d’une brigade de la Direction générale de l’alimentation (DGAL), que l’affaire a éclaté et que la Cooperl a été condamnée [en 2015 – ndlr]. À la préfecture, on ne l’a pas félicité, au contraire, on lui a suggéré de changer de département », témoigne Denis Lagrue.

      Même son de cloche chez Pierre Hinard, ingénieur agronome et auteur du livre Omerta sur la viande (Grasset, 2014), qui déplore des manquements réguliers des autorités face aux scandales sanitaires.

      « Si c’était moi qui avais commis cette erreur [la contamination de l’aliment par un cocktail d’antibiotiques inappropriés – ndlr], l’élevage aurait été fermé. Les mêmes règles ne semblent pas s’appliquer aux agriculteurs et aux industriels », soupire l’éleveur Christophe Thomas. Il faut dire que Triskalia, actuellement engagée dans un processus de fusion avec le groupe d’Aucy, est le plus gros pourvoyeur d’emplois directs et indirects de la région. Après la fusion, le groupe comptera 20 000 agriculteurs et 9 000 salariés.

      Dans l’affaire des vaches contaminées de Christophe Thomas, Triskalia a reconnu le 29 août, dans Ouest-France, un « dysfonctionnement lors de la livraison d’aliment chez l’éleveur », mais dément toute contamination de son bétail. La coopérative n’a pas donné suite aux sollicitations de Mediapart.

      « Je suis au bout du rouleau, mais je dois sortir de ce système fou », soupire quant à lui Christophe Thomas.

  • Flint crisis, four years on: what little trust is left continues to wash away | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2018/apr/25/flint-water-crisis-four-years-later?CMP=twt_a-environment_b-gdneco

    It is four years since the city’s water switched to the Flint river, without lead corrosion controls, prompting the public health crisis.

    In the aftermath, Flint received presidential visits, millions of dollars in donations and government aid. It is the subject of scientific studies. It has a Netflix series, Flint Town. Walters has now won the Goldman environmental prize for activism, which comes with a $175,000 unrestricted prize. And, importantly, the state of the water is improving.

    But, despite all this attention, regular people feel that little has changed since the crisis.

    #eau #Flint #pollution

  • Les oiseaux disparaissent des campagnes françaises à une vitesse « vertigineuse »
    http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineus

    Attribué par les chercheurs à l’intensification des #pratiques_agricoles de ces vingt-cinq dernières années, le déclin observé est plus particulièrement marqué depuis 2008-2009, « une période qui correspond, entre autres, à la fin des #jachères imposées par la politique agricole commune [européenne], à la flambée des cours du blé, à la reprise du #suramendement au #nitrate permettant d’avoir du blé #sur-protéiné et à la généralisation des #néonicotinoïdes », ces fameux #insecticides neurotoxiques, très persistants, notamment impliqués dans le déclin des #abeilles et la raréfaction des #insectes en général.

    Plus inquiétant, les chercheurs observent que le rythme de disparition des oiseaux s’est encore intensifié au cours des deux dernières années.

    #extinction_de_la_nature

  • La première attaque biologique ~ Le Saviez-Vous ?
    http://www.le-saviez-vous.fr/2010/10/la-premiere-attaque-biologique.html

    C’est lors de la guerre de 7 ans, opposant les royaumes de France et de Grande-Bretagne, qu’a eu lieu la première attaque biologique officielle. L’officier britannique Jeffery Ahmerst, suggéra à son subalterne, le colonel Henri Bouquet, l’usage de couverture infectées par la variole, pour tenter de contaminer les indiens des Delaware, alliés des français :

    « You will do well to try to innoculate the Indians by means of blankets, as well as every method that can serve to extirpate this execrable race. » (« Vous feriez bien d’essayer d’infecter les Indiens avec des couvertures, ou par toute autre méthode visant à exterminer cette race exécrable. »)

    Des couvertures contaminées par la petite vérole furent ainsi distribuées(*), causant près de 20 000 morts chez les indiens, pour lesquels cette maladie tout à fait nouvelle fut particulièrement virulente. La petite vérole ou Variole et une infection d’origine virale, provoquant des éruptions cutanées dont les cicatrices perdurent après la maladie, si le patient survit : le taux de mortalité était très élevé et la maladie est toujours restée hors de portée d’un traitement efficace. Elle a été éradiquée, selon l’OMS, en 1977. Plusieurs exemplaires sont néanmoins conservés dans le cadre de la recherche.

    Si le tragique exemple de l’usage de cette arme biologique est le premier réellement recensé, d’autres utilisations de maladies ou d’agents pathogènes avaient fait parler d’eux par le passé. Empoisonner les puits avec des cadavres d’animaux, offrir à ses ennemis des objets manipulés par des malades... Le pouvoir de la contamination dans une guerre est apparu aux yeux des belligérants dès la prise de conscience de contagions.

    En 1344, les Turcs Tatars (tartares) ont ainsi vaincu le comptoir génois de Théodosie, en catapultant des cadavres pestiférés dans la ville assiégée. Cette évènement pourrait avoir déclenché la grande vague de peste bubonique : suite à l’arrêt des combats entre turcs et génois, les bateaux génois purent ré-embarquer et rejoindre l’Europe, diffusant probablement la maladie, l’une des plus importantes pandémies de l’histoire humaine (pics de la peste noire en 1348 et 1350). Cette pandémie tua près de 30 à 50% de la population européenne. Quelques cadavres catapultés pour la prise d’une ville auraient alors scellé le destin de 25 millions de vie. Ce n’est pourtant pas la plus ancienne utilisation du potentiel guerrier biologique.

    Le tout premier incident relaté d’utilisation de matériel contaminé remonte à 1500 avant Jésus-Christ : Des documents estimés à cette période (-1500/-1200) indiquent que les hittites emmenaient en territoires ennemis les victimes de la peste. L’usage de poisons s’est répandu par la suite, de même que la contamination des denrées : lors de la première Guerre Sacrée de Grèce, vers 590 avant J-C., des Athéniens empoisonnèrent l’eau de la ville assiégée de Kihrra, avec des hellébores, connues pour leur toxicité.

    #guerre #contagion #contamination #empoisonnement #peste #variole

  • Pourquoi l’#industrie de la #charcuterie s’entête à nous faire avaler des produits cancérogènes - Basta !
    https://www.bastamag.net/Pourquoi-l-industrie-de-la-charcuterie-s-entete-a-nous-faire-avaler-des

    À la cuisson, lors de la digestion ou dès la fabrication, les nitrites font apparaître d’autres substances : les nitrosamines et les nitrosamides, qui sont cancérogènes : elles font apparaître des tumeurs. C’est ce risque qui a été dénoncé par le Centre international de recherche sur le #cancer en 2015. Mais dès 1968, le journal médical anglais The Lancet expose ce problème, déjà étudié par des chercheurs. Deux ans plus tard, les cancérologues disposent de preuves suffisantes pour accuser les charcuteries d’être responsables d’un nombre considérable de cancers.

    L’autre risque des nitrites, c’est qu’ils activent le pouvoir cancérogène du fer et le transforment en puissant promoteur des tumeurs, via un phénomène appelé la nitrosylation du fer. Ce risque-là, très grave, n’est pas encore pris en compte par les autorités sanitaires. Malheureusement, les scientifiques qui travaillent sur le sujet sont assez timides et ne disent pas assez fort ce qu’ils savent, ou bien on préfère ne pas les entendre.

  • Des Roms empoisonnés au plomb dans des camps de l’ONU au #Kosovo

    Les Roms « ne sont pas traités comme des humains » : Florim Masurica réclame #justice pour son fils infirme, un de ces « #enfants_du_plomb » du Kosovo, empoisonnés dans des camps où l’ONU les avait installés après la guerre.

    https://www.rts.ch/info/monde/8824539-des-roms-empoisonnes-au-plomb-dans-des-camps-de-l-onu-au-kosovo.html

    #empoisonnement #Roms #plomb
    cc @albertocampiphoto @daphne @marty

  • You’ll never want to buy synthetic clothing after watching ’The Story of Microfibers’ : TreeHugger
    http://www.treehugger.com/sustainable-fashion/microfibers-may-be-small-theyre-enormous-problem.html

    Earlier this month, the Story of Stuff released its newest video on the problem of microfibers. The three-minute film offers a short yet powerful explanation of how the miniscule bits of synthetic fibers washing off our clothes are creating an environmental catastrophe in the #oceans.

    The microfiber pieces are smaller than a grain of rice, measuring less than 5 millimeters in length, which mean they cannot be filtered out by washing machines or even waste water treatment plants. They get flushed out into waterways and oceans, where they act like little sponges, attracting and absorbing other toxic chemicals around them, like motor oil and pesticides. Eventually they climb their way up the food chain, until they reach human bellies at mealtime.

    https://www.youtube.com/watch?v=BqkekY5t7KY&feature=youtu.be

    #vêtements #synthétiques #pollution #chaine_alimentaire #toxiques #empoisonnement

  • #Grèce : des #Anarchistes empoisonnent du Coca-Cola
    http://fr.myeurop.info/2016/12/23/gr-ce-des-anarchistes-empoisonnent-du-coca-cola-14936

    P margin-bottom : 0.21cm ; Un groupe anarchiste grec affirme avoir empoisonné des aliments et boissons des groupes Unilever, Coca-Cola et Nestlé. Les marques ont décidé de retirer leurs produits des supermarchés.

    P margin-bottom : 0.21cm ; lire la suite

    #Société

  • Palestine : Mahmoud Abbas dit savoir qui a « tué » Arafat - Monde - tdg.ch
    10 novembre 2016
    http://www.tdg.ch/monde/mahmoud-abbas-dit-savoir-tue-arafat/story/12405018

    Le président Mahmoud Abbas a déclaré jeudi qu’il savait qui avait « tué » son prédécesseur et leader historique des Palestiniens Yasser Arafat, sans préciser le nom de l’auteur du meurtre présumé.

    « Vous me demandez qui l’a tué, je sais - mais mon seul témoignage ne suffit pas », a ainsi affirmé M. Abbas en prenant la parole devant des milliers de personnes rassemblées à Ramallah, en Cisjordanie occupée, pour marquer le 12e anniversaire de la mort d’Arafat.

    « Une commission d’enquête est en train d’approfondir les choses, mais vous serez informés à la première occasion et serez surpris quand vous saurez qui l’a fait », a-t-il dit. « Je ne veux pas citer de noms parce que ces noms ne méritent pas d’être rappelés, » a-t-il ajouté.

    • Israeli forces injure 4, detain 2 Palestinians after student march erupts into clashes in Ramallah
      Nov. 10, 2016 6:28 P.M. (Updated: Nov. 10, 2016 6:30 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=773912

      RAMALLAH (Ma’an) — Israeli forces Thursday injured four Palestinian teenagers with rubber-coated steel bullets, and detained two others, during clashes that erupted in eastern Beituniya city near Israel’s Ofer detention center in the occupied West Bank district of Ramallah.

      A student march commemorating the 12th anniversary of the death of late Palestinian President Yasser Arafat erupted into clashes with Israeli forces as the march headed to the Ofer detention center to support child prisoners held in Israeli detention centers.

      Palestinian demonstrators threw rocks at Israeli soldiers, while Israeli military vehicles chased the protesters, injuring four, and detaining and assaulting two others.

    • The Infamy of the Palestinian #Elites: An Imminent Split within Fatah?
      http://www.ramzybaroud.net/infamy-palestinian-elites-imminent-split-within-fatah

      Dahlan is involved in various “charity projects” including financing mass weddings in impoverished Gaza. But it is not Dahlan’s money that Hamas is seeking; rather the hope that he mediates with Egypt to ease movement on the Rafah-Egypt border.

      With a growing clout and rising number of benefactors, Dahlan’s resurrection is assured, but imposing him on an embattled Fatah faction in the West Bank remains uncertain.

      To preclude Dahlan’s attempt at regaining his status within Fatah, Abbas’s PA forces in the occupied West Bank have been conducting arrests of Dahlan’s supporters. The latter’s armed men are retaliating and clashes have been reported in various parts of the West Bank.

      Moreover, Abbas has called for the seventh Fatah conference to be held sometime later this month, where the Abbas faction within Fatah is likely to rearrange the various committees to ensure Dahlan’s supporters are weakened, if not permanently removed.

      Considering Dahlan’s strong support base and his ability to win followers using his access to wealth and regional allies, a move against his followers is likely to backfire, splitting the party, or worse, leading to an armed conflict. Despite Israel’s intentional silence, there are also reports that Israeli Defence Minister Avigdor Lieberman, who was tied to Dahlan repeatedly in the past, is keen on ensuring the return of Dahlan at the helm of Fatah.

      Tragically, the power struggle rarely involves ordinary Palestinian people, who remain alone facing the Israeli military machine, the growing illegal Jewish settlements, the suffocating siege, while persisting under an unprecedented leadership vacuum.

      This is one of the enduring legacies of the Oslo Accords, which divides Palestinians into classes: a powerful class that is subsidised by “donor countries” and is used to serve the interests of the US, Israel and regional powers, and the vast majority of people, barely surviving on handouts and resisting under growing odds.

      This strange contradiction has become the shameful reality of Palestine, and regardless of what the power struggle between Abbas and Dahlan brings, most Palestinians will find themselves facing the same dual enemy, military occupation, on the one hand, and their leadership’s own acquiescence and #corruption, on the other.

      #Palestine

  • Le drame des salariés de Triskalia intoxiqués aux #pesticides
    https://reporterre.net/Le-drame-des-salaries-de-Triskalia-intoxiques-aux-pesticides


    Ça ne revenait pas moins cher de remettre la ventilation ? #crétins_abyssaux

    Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut remonter à 2008. Cette année-là, la direction décide de réduire la ventilation des silos pour faire des économies d’électricité. Bientôt, 100.000 tonnes de céréales sont infestées par des insectes : « Des charançons, des silvains, des vers de farine, ça grouillait de partout », se souvient Laurent Guillou. La direction décide alors de traiter ces céréales avec des insecticides, en surdosage et jusqu’à 30 fois les doses prescrites, dont le fameux Nuvan Total.

  • #Veolia poursuivi par la justice américaine dans le scandale de l’empoisonnement de l’eau de Flint
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/23/veolia-poursuivi-par-la-justice-americaine-dans-le-scandale-de-l-empoisonnem

    Le groupe français Veolia est poursuivi par la justice américaine dans le cadre du scandale de l’#empoisonnement de l’#eau de la ville de #Flint, dans le Michigan. Le procureur général de l’Etat a annoncé la décision, mercredi 22 juin, accusant l’entreprise de négligence et d’avoir exacerbé une situation déjà critique. Un concurrent américain de Veolia, Lockwood, Andrews & Newnam (LAN) fait lui aussi l’objet de poursuites au civil.

    « A Flint, on a fait appel à Veolia et LAN pour faire un travail, et ils ont lamentablement échoué », a affirmé le procureur, Bill Schuette, lors d’une conférence de presse, qui a parlé de « travail bâclé ». « Ils n’ont pas empêché l’empoisonnement de l’eau, ils ont même aggravé la situation », a-t-il ajouté.

  • Sur la côte sud-africaine, conflit sanglant autour d’un projet de mine de titane
    http://www.lemonde.fr/planete/visuel/2016/05/23/sur-la-cote-sud-africaine-conflit-sanglant-autour-d-un-projet-de-mine-de-tit

    Il l’a appelée le soir même. « Sois très prudente, une liste de gens à abattre circule, je suis le premier nom, tu es le deuxième. » Sur une dune de sable face à l’océan Indien, Nomhle Mbuthuma répète d’une voix triste les mots de son ami Sikhosiphi Rhadebe, prononcés le 22 mars. « Une heure plus tard, son frère m’appelait pour me dire qu’il avait été tué. » De huit balles dans la tête. Deux hommes s’étaient présentés chez lui comme policiers et lui avaient demandé de les suivre.

    A la tête du comité de crise Amadiba (ACC), Sikhosiphi Rhadebe, 52 ans, luttait depuis des années avec abnégation contre l’implantation d’une #mine de #titane sur la Côte sauvage de Xolobeni, dans la région sud-africaine du Cap oriental. La compagnie australienne Mineral Commodities (#MRC) a démenti toute implication dans le meurtre du militant. Le gouvernement sud-africain a appelé au calme. En 2003, 2008 et 2015, trois autres opposants au projet sont morts dans des circonstances troubles. L’un d’entre eux par #empoisonnement.

    Le conflit est révélateur des tensions croissantes en #Afrique_du_Sud, entre une #industrie_minière historiquement puissante mais déclinante et une société civile de plus en plus soucieuse des conséquences sociales et environnementales de ces méga-projets d’#extraction. La rédaction par le gouvernement d’une nouvelle #charte_minière suscite actuellement un vif débat dans le pays, premier producteur mondial de #platine et de #manganèse. Le texte en discussion veut imposer aux compagnies minières de dépenser 1 % de leur chiffre d’affaires pour le développement des communautés locales, et d’attribuer 26 % des parts du projet à des actionnaires sud-africains noirs.

    @fil

  • Il semble de plus en plus évident que la contamination de l’#eau de Flint a causé la #mort
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/jan2016/cntm-j26.shtml

    En plus des morts causées par la maladie du légionnaire, des représentants gouvernementaux ont rapporté qu’ils avaient identifié des dizaines de personnes ayant des concentrations élevées de plomb dans le sang, et des résidents ont rapporté de nombreux autres symptômes, incluant des éruptions cutanées. Les 100.000 habitants de la ville, incluant ses 9.000 enfants, ont été exposés au danger. Il n’existe pas de traitement pour l’intoxication au plomb et ses conséquences peuvent inclure une réduction du Q.I. et de la performance académique pour la vie de la victime.

    #empoisonnement

  • Crevez enfants de la patrie !

    Nous avons creusé des trous dans le sol pour extraire vos précieux métaux.
    Nous ignorions à l’époque que nous y enterrerions nos gosses empoisonnés.

    Ici, à Tornac, Thoiras ou à Anduze, nous pourrions extraire le plomb de notre sang et le revendre à plus pauvre que nous.
    Vous êtes responsables de nos cancers mais trouvez toujours une excuse pour échapper à votre justice corrompue.

    http://anosamis.hautetfort.com/archive/2016/01/26/%EF%BB%BFcrevez-enfants-de-la-patrie-5750391.html

    #etat #insurrection #révolte #écologie #mines #empoisonnement #politique #tornac #blog #anarchiste #le_peuple_creve #plomb #arsenic