• Pour info, le contexte de son intervention sur la Chine et les démocraties, à la fin de l’entretien daté du 17 mars :

      Avec le recul, la Chine semble avoir mieux géré cette crise. Quelles leçons faut-il en tirer ?

      On voit que face à une pandémie, un système autocratique semble pour le moment mieux armé pour bloquer une pandémie que ne le sont nos démocraties. En Chine, dimanche, on n’aurait pas laissé les habitants aller dans les parcs ou les marchés. Il faut réfléchir à la façon dont nos démocraties pourraient être collectivement plus efficaces.

      ENTRETIEN. Geoffroy Roux de Bézieux : « Nous avons besoin des héros quotidiens de l’entreprise »
      https://www.ouest-france.fr/economie/entretien-geoffroy-roux-de-bezieux-nous-avons-besoin-des-heros-quotidie

      (Christophe Barbier a aussi causé un truc comme ça à la télé, mais je ne retrouve pas.)

      #encore_un_champion #medef

  • Coronavirus : pourquoi la France ne dépiste pas davantage
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/25/coronavirus-pourquoi-la-france-ne-depiste-pas-davantage_6034367_3244.html


    Des pompiers désinfectent du matériel après une intervention sur un patient atteint du Covid-19, le 24 mars à Paris.
    FRANCK FIFE / AFP

    Outil majeur de lutte contre l’épidémie de Covid-19, le dépistage a été jusqu’à présent pratiqué à petite échelle dans la population, en raison de difficultés techniques et logistiques présentes à toutes les étapes du processus.

    « Testez, testez, testez tous les cas suspects de Covid-19. » La recommandation en forme de supplique du directeur général de l’OMS est-elle tombée dans l’oreille d’un gouvernement français sourd ? « Nous ne pourrons pas stopper cette pandémie si nous ne savons pas qui est infecté », ajoutait le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. C’était le 16 mars.

    Déjà asséné depuis plusieurs semaines, le message ne semblait pas jusqu’à présent avoir affecté le choix du gouvernement : ne tester que les cas sévères et les publics considérés prioritaires, comme les membres du personnel de santé présentant des symptômes ou des personnes déjà atteintes d’une pathologie. A raison de 5 000 tests par jour.

    Mais était-ce réellement un choix ou un pis-aller ? Difficile d’y voir clair, d’une déclaration à l’autre du ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, ou du directeur général de la santé, Jérôme Salomon. Mardi 24 mars, l’avis du conseil scientifique sur le Covid-19, fort attendu sur ce point, n’a apporté ni indice ni éclaircissement. « L’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées [n’est] pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale », s’est-il borné à déclarer.

    Dans les pays et les régions où il a été réalisé, le testing systématique a montré qu’une proportion importante d’individus qui contractent le virus ne manifeste pas de symptômes ou des symptômes légers. Or ces contaminés invisibles contribuent massivement à la dispersion du virus. Alors pourquoi ne fait-on pas ces tests pour contenir la progression du Covid-19 ? La question figure dans nombre de critiques adressées aux pouvoirs publics, mais aussi dans les esprits des Français confinés. Le gouvernement semble désormais envisager une politique de dépistage massif, afin de préparer la sortie du confinement d’ici à quelques semaines et d’éviter un rebond de l’épidémie. Encore faut-il qu’il s’en donne les moyens.

    #encore_faut_il_s'en_donner_les_moyens
    Le Monde serait-il prêt à demander des comptes,…
    la suite derrière le #paywall

    • Entre complications dans la chaîne logistique, reproches d’impréparation et rumeurs de pénurie de produits nécessaires aux tests, Le Monde a tenté d’identifier les obstacles à une montée en puissance des capacités de tests en France, en explorant chacune des étapes de leur réalisation.

      Effet ramonage
      La première est le prélèvement. Un technicien de santé recueille un échantillon de mucus – plus connu sous l’appellation familière de morve – dans lequel est tapi le virus. Pour cela, il se sert d’un écouvillon, cet objet qui ressemble à un coton-tige, mais en beaucoup plus long et beaucoup plus fin : il faut pouvoir le glisser dans l’arrière du nez et le faire remonter sur plusieurs centimètres jusqu’au nasopharynx. L’effet ramonage, notoirement désagréable, peut entraîner projections et crises d’éternuements et, donc, une contamination. Le technicien doit ainsi être muni d’un équipement de protection individuelle : masque, surblouse, charlotte et lunettes.

      Deux problèmes se présentent dès ce stade. D’abord la pénurie de masques, qui a eu un effet ralentisseur certain sur le nombre de tests pratiqués dans les hôpitaux. Mais aussi en ville. Dans le pays, en effet, entre 400 et 500 laboratoires d’analyse médicale privés seraient théoriquement à même d’effectuer ces prélèvements. Mais « on a été oubliés dans tous les arrêtés listant les professionnels prioritaires » pour se voir distribuer des masques, s’indigne François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes, lesquels ne figurent pas dans le dernier arrêté pris le 23 mars par Olivier Véran. « On en a marre de se battre contre du vent. On en a trouvé en demandant dans les entreprises, les mairies, au Rotary. C’est la démerde. »

      L’écouvillon, ensuite. Si les laboratoires privés disent ne plus en avoir et si de nombreux hôpitaux ont rapporté des pénuries ponctuelles, ce problème semble plus ou moins résolu aujourd’hui. Les usines des principaux fabricants tourneraient désormais jour et nuit pour répondre à la demande, selon le réseau de soins américain Kaiser Permanente. Le numéro un, Copan, possédait une capacité de production de 720 000 écouvillons par jour… avant de se retrouver en plein épicentre du drame italien, à Brescia, en Lombardie.
      Cet écouvillon est ensuite inséré dans un tube fermé et envoyé à un laboratoire. Là, trois phases attendent l’échantillon : inactivation, extraction, amplification. C’est alors qu’entrent en scène les tests de dépistage du SARS-CoV-2 à proprement parler. Mais d’abord l’inactivation. Une opération, appelée lyse, détruit la couronne de lipides qui rend le virus contagieux et dont il tient son nom de « corona ». Le processus présentant un danger, seuls les laboratoires médicaux de sécurité biologique de niveau 2 y sont habilités, ce qui n’est pas le cas de tous.

      Vient ensuite l’extraction du matériel génétique du virus, son ARN en l’occurrence. Comme tous les coronavirus en effet, le SARS-CoV-2 est un virus à ARN (acide ribonucléique), une version inversée de l’ADN (acide désoxyribonucléique), à la manière du négatif d’une photo sur pellicule. Cette opération est réalisée de manière groupée par des automates appelés des extracteurs. Les échantillons n’y sont insérés qu’après avoir reçu, un à un, une petite onction de produits chimiques – les « réactifs ».

      Manque de moyens humains
      Une fois isolé, à l’issue de ce processus, l’ARN est plongé dans un autre mix de produits, puis enfourné dans un thermocycleur, ou machine PCR (pour polymerase chain reaction). Cet appareil fonctionne grâce à un phénomène chimique reposant sur un principe connu de tous : le bain-marie. C’est ici que le négatif de l’ARN est « développé » par une enzyme, appelée transcriptase inverse, et transformé en ADN. Plusieurs copies sont réalisées, d’où le terme « amplification » pour nommer cette ultime étape. Si le virus se multiplie, c’est que l’échantillon est positif au SARS-CoV-2. A noter que, pour diverses raisons, au fil de tout le processus depuis le moment du prélèvement, on peut rater le virus. Ainsi, des patients pourtant contaminés présentent un résultat négatif : ce sont des « faux négatifs ».

      Qui dit multiplicité d’étapes, de produits et de systèmes dit aussi multiplicité de goulots d’étranglement possibles. La plupart d’entre eux tournent autour des machines. Certains automates réalisent les deux opérations – extraction et amplification – en même temps. Le laboratoire suisse Roche propose ainsi deux modèles de sa Cobas, une machine « aussi grande qu’une voiture », avance un porte-parole du fabricant pour justifier le mystère autour de son prix, que l’on dit prohibitif (entre 100 000 et 400 000 euros, selon les sources et les « ristournes » accordées), mais sur lequel il refuse de communiquer.

      Le service de presse de Roche vante des capacités théoriques – bien moins en pratique – allant jusqu’à 1 000 tests en huit heures. Mais ces plates-formes sont des systèmes « fermés » : elles ne fonctionnent qu’avec les tests estampillés Roche. Or, le fabricant n’a obtenu l’autorisation de commercialiser son test « Cobas SARS-CoV-2 » dans l’Union européenne que le 13 mars. Les Cobas sont donc restées inactives sur le front des tests Covid-19 jusqu’alors. « Quarante-huit CHU et laboratoires de recherche ont des plates-formes ouvertes, c’est ce qui nous a sauvés », explique Pauline Londeix, cofondatrice de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament. Combien de laboratoires publics et privés sont-ils équipés de ces machines fermées – également fournies par Abbott, engagé dans une joint-venture avec Roche ? Personne à ce jour ne dispose de ces informations, pourtant cruciales, pour déterminer la capacité de tests en France.

      Seul acteur français présent sur les tests Covid-19, bioMérieux est un des derniers à proposer deux tests, l’un pour ses plates-formes fermées, l’autre pour les plates-formes ouvertes. Ce dernier, qui n’a pas encore obtenu l’autorisation européenne, bénéficie d’une autorisation dérogatoire de l’ANSM depuis le 19 mars. Assez pour faire s’envoler son cours en Bourse mardi 25 mars au matin.

      Professeur de virologie émérite de l’université Paris-Descartes, Christine Rouzioux a fait basculer l’activité de son laboratoire de recherche à l’hôpital Necker du HIV vers les tests SARS-CoV-2. Avec ses machines ouvertes, le labo réalise « 4 × 80 tests par jour minimum ». Mais « tout ne se résume pas à des problèmes de machines et de réactifs », ajoute-t-elle. Chaque échantillon doit être dûment enregistré « pour qu’on ne rende pas le résultat de Dupont à Durand ». Rentrer 300 à 600 noms dans un ordinateur, voilà qui mange aussi des moyens. Ces moyens humains qui manquent par endroits autant que les enzymes…

      « Du temps, on n’en a pas »
      Autre problème majeur : celui des réactifs, ces « kits » de produits chimiques utilisés pour traiter le virus, que l’on dit en rupture de stock. En particulier la SuperScript III, une enzyme commercialisée par le groupe américain Thermo Fisher. D’après nos informations, il ne s’agirait pas, malgré l’explosion de la demande, d’un problème de production, mais plutôt de tensions sur l’acheminement à travers le monde. Fabriquée aux Etats-Unis, en Chine, mais aussi en Europe, à Vilnius (Lituanie), vendue sous la forme de kits de 100 (604 euros) ou 500 (2 590 euros) réactions, l’enzyme est d’ordinaire livrée sous vingt-quatre ou quarante-huit heures. Les délais atteignent désormais plusieurs jours, dus aux transporteurs, dont le travail est affecté par la pandémie, et à des priorités déterminées en fonction des zones les plus touchées.

      Si la SuperScript manque, pourquoi ne pas la remplacer par une autre enzyme ? Lorsqu’on emploie des technologies aussi sophistiquées et que les enjeux sont aussi vitaux, le bricolage rencontre vite ses limites. Directeur du laboratoire Production et analyse des données en sciences de la vie et en santé (Sorbonne Université-Inserm), Stéphane Le Crom compare le protocole d’un test à une recette. « Prenez la mousse au chocolat de Cyril Lignac. On peut faire une mousse au caramel s’il n’y a plus de chocolat, mais encore faut-il adapter la recette pour que la mousse soit bonne. » Cela demande un peu de temps. « Et du temps, on n’en a pas. »
      Pour Christine Rouzioux, « le gouvernement doit créer un accès plus fluide aux réactifs et passer à une échelle supérieure ». Cette impréparation à des pénuries prévisibles laisse perplexe Pauline Londeix, ancienne vice-présidente d’Act Up. « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de réflexion à partir de janvier [au moment de l’émergence du virus en Chine] au gouvernement pour fabriquer ces réactifs, qui ne sont protégés par aucun brevet ? »

      Au sein des organismes de recherche publique, c’est le branle-bas de combat pour recenser « matériels et réactifs que les unités peuvent mettre à disposition pour les tests Covid-19 en dehors de leurs besoins à court et à moyen terme » – des masques aux machines PCR. Dans un courriel envoyé dimanche 22 mars, les directeurs des cinq organismes de recherche publique français (CNRS, Inserm, Inrae, Inria, CEA) demandent aux équipes de relever moyens matériels et humains. D’après nos informations, il s’agit de leur initiative propre, et non d’une demande du gouvernement.

      « Entre l’état de l’hôpital et celui de la recherche publique, on n’arrivait déjà plus à faire le travail normalement, ironise Christine Rouzioux. Alors ça ne sert à rien de dire qu’on n’était pas prêts pour une pandémie, on n’était prêts à rien ! »
      Au soir du 24 mars, le directeur de la santé, Jérôme Salomon, annonçait que la France avait désormais une capacité de 9 000 tests par jour, et que l’achat d’automates allait permettre de grimper à 29 000 tests d’ici à la fin de la semaine prochaine.

  • Pour Emmanuel Macron, la Russie va « continuer à essayer de déstabiliser » les démocraties occidentales
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/15/pour-emmanuel-macron-la-russie-va-continuer-a-essayer-de-destabiliser-les-de

    Lors de la conférence de Munich sur la sécurité, le président français a estimé qu’il fallait « renforcer les défenses technologiques, les coopérations entre services » occidentaux.

    Pour Emmanuel Macron, la Russie va « continuer à essayer de déstabiliser » les démocraties occidentales en s’ingérant dans leurs élections et en manipulant les réseaux sociaux. « Je pense que la Russie continuera à essayer de déstabiliser, soit [via] des acteurs privés, soit directement des services, soit des “proxies” [intermédiaires] », a dit le président de la République lors de la conférence de Munich sur la sécurité, samedi 15 février.

    La Russie « continuera d’être un acteur extrêmement agressif sur ce sujet dans les prochains mois et les prochaines années et dans toutes les élections ; elle cherchera à avoir des stratégies de la sorte ou elle aura des acteurs » agissant pour son compte, a-t-il ajouté.

    « Face à ces attaques, nous avons très peu d’anticorps », a-t-il concédé, estimant qu’il fallait « renforcer les défenses technologiques, les coopérations entre services » occidentaux afin d’identifier et « d’attribuer » ces attaques qui restent souvent anonymes. « Des acteurs privés utilisent des technologies de “deep fake”, manipulent, pénètrent, diffusent de l’information à très grande vitesse de toutes natures, sans traçabilité, dans des systèmes démocratiques hypermédiatisés où tout se sait tout de suite, avec un effet d’émotion et d’intimidation », a-t-il déploré.

    « Je ne suis pas prorusse, je ne suis pas antirusse »
    Sur ce sujet comme sur les autres, l’Europe doit dialoguer avec la Russie, aboutir à des « stratégies de désescalade » et à une « transparence commune », a plaidé Emmanuel Macron, dont la politique de rapprochement avec Moscou suscite de nombreuses inquiétudes en Europe, notamment à l’Est. « Je ne suis pas prorusse, je ne suis pas antirusse, je suis pro-européen ! », a-t-il affirmé.

    Emmanuel Macron a noté au passage que ces manipulations n’étaient pas le seul apanage de la Russie. « Des acteurs conservateurs de l’ultradroite américaine ont été intrusifs dans des élections européennes », a-t-il dénoncé, en référence à des soutiens du président Donald Trump.

    #encore_un_coup_des_Russes !

  • Les obstacles se multiplient pour le gazoduc #Nord_Stream_2
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/08/03/les-obstacles-se-multiplient-pour-nord-stream-2_5496119_3234.html


    Le navire Pioneering Spirit lance la pose de la conduite de gazoduc Nord Stream 2 dans le golfe d’Helsinki, en Finlande, le 23 décembre 2018.
    AXEL SCHMIDT / REUTERS

    Le projet qui doit relier la Russie à l’Allemagne ne sera pas opérationnel à temps, ce qui pourrait entraîner des difficultés dans l’approvisionnement gaz de l’Europe occidentale.

    La guerre des tuyaux est-elle sur le point de toucher l’Europe ? Le gazoduc Nord Stream 2, qui doit relier la Russie à l’Allemagne en traversant la mer Baltique, est au centre d’une bataille économique et géopolitique entre le géant russe Gazprom et ses partenaires européens d’une part, et la Commission européenne, le président américain Donald Trump et d’autres pays du Vieux Continent d’autre part.

    Ce projet de 1 200 km de long, qui doit acheminer 55 milliards de mètres cubes (m3) de gaz en Europe, devrait être terminé avant la fin de l’année pour être opérationnel.

    Mais, selon les informations du Monde, confirmant celles du Financial Times, le projet sera retardé de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois, sous la pression des autorités danoises. « Pour être sûr de finir dans les temps, il fallait avoir un permis au Danemark avant le 1er août. Tout mois supplémentaire qui s’écoule retarde d’autant la mise en service », note un acteur du projet.

    Un retard réfuté par le consortium Nord Stream 2, qui continue d’assurer que le projet sera prêt dans les temps, avant la fin de l’année 2019. « Nous pouvons encore tenir notre calendrier », assure un porte-parole au Monde. Mais le risque de retard est bien là.

    #paywall

    • Le chapeau qui éclaire tout…

      Le projet qui doit relier la Russie à l’Allemagne ne sera pas opérationnel à temps, ce qui pourrait entraîner des difficultés dans l’approvisionnement gaz de l’Europe occidentale.

      Je croyais que c’est l’existence de Nord Stream 2 qui permettrait aux Russes de créer des difficultés d’approvisionnement en gaz en Europe occidentale.

      Et là, c’est le retard de sa mise en service.
      #encore_un_coup_des_Russes

  • Panne des impôts : et si c’était une attaque informatique ?
    https://www.linformaticien.com/actualites/id/52175/panne-des-impots-et-si-c-etait-une-attaque-informatique.aspx

    Où l’on apprend que le site de la DGFIP se bloque en cas d’un trop grand nombre de connexions et que Bercy soupçonne une attaque DDoS. Deux enquêtes auraient été ouvertes suite à la panne qui a touché impots.gouv lundi.

    Le 4 juin, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, lançait oups.gouv.fr, un site qui veut aider les administrés à éviter les erreurs administratives. Sous-titre : « vous avez le droit à l’erreur ». Au lendemain de la panne rencontrée par le site impots.gouv.fr, alors que la date limite pour remplir sa déclaration était fixée au 4 juin, ce droit à l’erreur pouvait prêter à sourire.

    Mais à Bercy, on ne rigole pas. A en croire les informations de France Info, le ministère a ouvert deux enquêtes après l’interruption de service du site de la DGFIP le 3 juin. On soupçonnait un trop grand nombre de connexions que l’infrastructure sous-jacente de Bercy n’a pas été en mesure de supporter : que nenni, le site s’est bloqué de lui-même, « comme le veut la procédure » explique très sérieusement France Info.

    Les bras nous en tombent. Si 3 millions de connexions en 30 minutes, comme l’indiquait le ministre, représentent effectivement un pic de trafic important, nous étions bien loin de penser qu’un mécanisme allait mettre le site en panne. Où est donc passé le load balancing ? Mais il s’agirait d’une mesure de sécurité, car Bercy soupçonne très fortement une attaque DDoS. Car, « selon une source proche de Bercy […] des adresses IP suspectes venues de l’étranger ont été repérées ».

    On est bien loin de « l’effet de ce long week-end ensoleillé » et de « l’augmentation du nombre de gens qui télédéclarent » et font preuve d’un « peu de procrastination », explications de la panne selon Gérald Darmanin, au micro de France Info mardi.

    Les deux enquêtes, l’une interne au ministère de l’Action et des Comptes publiques, l’autre confiée à l’ANSSI, vont donc devoir déterminer ce qu’il s’est réellement passé dans la nuit du 3 au 4 juin.

  • Le manuscrit de Voynich déchiffré (si, si)

    https://m.phys.org/news/2019-05-bristol-academic-voynich-code-century-old.html

    What it reveals is even more amazing than the myths and fantasies it has generated. For example, the manuscript was compiled by Dominican nuns as a source of reference for Maria of Castile, Queen of Aragon, who happens to have been great aunt to Catherine of Aragon.

    The manuscript is written in proto-Romance—ancestral to today’s Romance languages including Portuguese, Spanish, French, Italian, Romanian, Catalan and Galician. The language used was ubiquitous in the Mediterranean during the Medieval period, but it was seldom written in official or important documents because Latin was the language of royalty, church and government. As a result, proto-Romance was lost from the record, until now.

    L’article: https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02639904.2019.1599566

    https://www.tandfonline.com/na101/home/literatum/publisher/tandf/journals/content/yros20/0/yros20.ahead-of-print/02639904.2019.1599566/20190429/images/large/yros_a_1599566_f0029_b.jpeg

  • Donald Trump admet que son fils a rencontré une Russe pour obtenir des informations sur Hillary Clinton
    https://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2018/08/06/donald-trump-admet-que-son-fils-a-rencontre-une-russe-pour-obtenir-des-infor

    S’il évoque clairement, pour la première fois, le motif de cette réunion, le président américain affirme que celui-ci était « totalement légal ».

    Lorsqu’un intermédiaire lui avait promis des informations compromettantes supposées émaner du gouvernement russe sur la candidate démocrate à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, son fils Donald Trump Junior avait accepté avec enthousiasme de rencontrer l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, qui a nié par la suite avoir des liens avec le Kremlin.

    Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, et son directeur de campagne de l’époque, Paul Manafort, actuellement poursuivi pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, étaient également présents lors cette rencontre.

    le tweet,… (le croisillon est de moi)

    @realDonaldTrump
    #Fake_News reporting, a complete fabrication, that I am concerned about the meeting my wonderful son, Donald, had in Trump Tower. This was a meeting to get information on an opponent, totally legal and done all the time in politics - and it went nowhere. I did not know about it!

    #encore_un_coup_des_Russes :-D

    De fait, on ne voit pas en quoi une telle rencontre trois mois avant l’élection, à laquelle participe son fils et son directeur de campagne, pourrait concerner le candidat en quoi que ce soit…

  • L’affaire Benalla gonflée sur Twitter par « la communauté russophile » ? par Lynda Zerouk | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/laffaire-benalla-gonflee-sur-twitter-par-la-communaute-russophile

    Selon une enquête de l’ONG européenne EU Disinfo Lab, l’affaire Benalla a été amplifiée sur Twitter notamment par des « comptes russophiles ». 2 600 comptes « suractifs » auraient tweeté près de 44 % du contenu sur le sujet, avance l’association. Sans jamais préciser s’il s’agit de bots et de compte créés pour l’occasion, l’enquête présente plusieurs limites.

    Les ONG, c’est bon, mangez-en, surtout quand vous avez besoin de faire passer un vrai scandale d’état pour un truc téléguidé par les klingons.

    • On le sait, l’affaire Benalla a fait un carton sur Twitter. Dès les premières révélations du "Monde "sur l’ex-collaborateur du chef de l’Etat, mis en examen pour violence en réunion (notre dossier est à lire ici), on a vu une multiplication de tweets se répandre sur le réseau social. Avec chaque jour une occurrence #Benalla, #affaireBenalla ou encore #Elysée se retrouvant en tête des mots-clés les plus commentés. Un buzz attendu sur un scandale impliquant les plus hautes autorités de l’Etat. Mais un buzz suspect de manipulation, à en croire les analystes de EU Disinfo Lab.

      Cette ONG européenne basée à Bruxelles est spécialisée dans l’étude de phénomènes d’amplification et de désinformation. Elle est actuellement ""financée exclusivement par Twitter à hauteur de 100 000 euros alloués au cours de l’année 2017"". Et compte parmi ses partenaires l’Union européenne, auprès de qui elle envisage de formuler prochainement une demande de financements pour les années à venir.

      Créée en 2017, cette ONG s’est très vite fait connaître dans la presse, en menant notamment un travail visant ""à démystifier plusieurs campagnes de désinformation"", ""comme Emmanuel Macron ""ayant un compte off-shore aux Bahamas""", "et" "plus particulièrement, #MacronLeaks"", comme on peut le lire sur son site.

      Cette fois, Eu Disinfo Lab a mené une enquête à partir de l’API Twitter, une extraction de données accessible au public. Il ressortirait de cette étude que l’affaire Benalla a été amplifiée ""par un gonflage numérique"", comme l’a repris, entre autres, le site de BFMTV.
      BFm

      Que révèle exactement cette enquête ? ""Nous avons été alertés par le volume de tweets en lien avec l’affaire Benalla, c’est ce qui nous a conduits à pousser les investigations", explique à "Arrêt sur Images", Alexandre Alaphilippe, directeur exécutif de l’ONG." D’après nos premiers résultats, 4 millions de tweets au total ont été postés autour de cette affaire, score nettement supérieur à celui du ""#BalanceTonPorc qui a enregistré, lui, 770 000 tweets, pour un même nombre d’auteurs, soit 245 000 comptes actifs dans les deux cas.""

      L’enquête révèle également que 1% des comptes actifs autour de l’affaire Benalla, soit environ 2 600 comptes, sont à l’origine de 44 % des messages postés sur Twitter. Autrement dit, ""ces comptes ont produit 1,7 millions de tweets sur un total de 4 millions qui ont parlé du sujet "", souligne Alaphilippe.
      "La communauté russophile" très active ?

      La capacité de cette proportion d’internautes à produire ""300 tweets par semaine en moyenne"" autour de l’affaire Benalla a interpellé les analystes de Bruxelles. Notons toutefois que ces ces 300 tweets hebdomadaires représentent en moyenne 40 posts par jour. Est-ce forcément une activité anormale ou suspecte ? Cependant, EU Disinfo Lab a cherché à savoir si ces 2 600 comptes frénétiques avaient déjà été repérés dans d’autres opérations de propagation. ""On s’est rendu compte que pour 27 % d’entre eux, il y avait des correspondances avec la communauté russophile"", nous confie le directeur exécutif.

      Qui compose cette communauté russophile et comment a-elle été identifiée par cette ONG ? ""Elle est constituée d’internautes qui ont une sympathie pour RT (Russia Today) ou encore Sputnik, c’est à dire qui ont tendance à tweeter ou retweeter ces deux médias ", "précise Alaphilippe. ""Cela ne veut pas dire qu’ils sont russes," poursuit-il. "Mais qu’il y a des accointances en matière de narratifs avec ces médias"". Si le délégué exécutif semble redoubler de précautions sémantiques pour ne pas qualifier ces comptes de ""pro-russes"", on s’aperçoit que sur son compte Twitter, EU Desinfo Lab France ne s’en prive pas. ""Nos experts notent une corrélation de 27 % avec des comptes pro-russes déjà repérés en France"", exprime clairement l’ONG.

      ProRusse
      Eu disinfo lab accuse les comptes pro-russes
      répartition de l’influence pro russe sur twitter - avril 2017


      Capture d’écran

      Eu Disinfo Lab a pu cartographier ""cet écosystème russophile"" lors d’une enquête menée trois mois avant l’élection présidentielle de 2017. Durant cette période, l’association a analysé l’influence des médias russes sur Twitter, ce qui lui a permis d’identifier les comptes ayant une tendance à propager des contenus de "RT "et "Sputnik". Revenant sur cette enquête, Alaphilippe, emploie cette fois plus volontiers le terme "pro-russe". ""On avait démontré que les narratives pro-russes se propageaient mieux au sein de ce réseau, scindé en trois communautés, l’une autour du candidat à l’élection François Asselineau, un autre autour de Marine Le Pen et la dernière supportait le candidat François Fillon"", détaille-t-il.

      On peut observer sur le visuel ci-dessous la répartition de ""l’influence pro-russe"" en amont de la présidentielle française. ""Nous avions notamment remarqué que la communauté de François Asselineau est la plus isolée et la plus complotiste via les liens qu’elle partage"", analyse le directeur exécutif .

      Les limites de l’enquête

      Reste à savoir à partir de combien de tweets et retweets de "RT" et/ou de "Sputnik", un compte peut être considéré comme diffusant des récits pro-russes. Interrogé sur ce point, Alaphilippe explique que les analystes ""repèrent dans un premier temps les profils qui ont retweeté plus de 10 fois un contenu RT ou Sputnik durant une période de deux mois"". ""Ensuite nous observons les interactions qu’il peut y avoir entre les comptes qui partagent ces contenus", poursuit-il. "Si des utilisateurs n’ont aucun lien avec le réseau, ils sont éliminés, parce que hors communauté.""

      Peut-on avancer pour autant que ces 2600 comptes, parmi lesquels 27 % ont été identifiés ""russophiles"" sont à l’origine d’un ""gonflage numérique"" délibéré ? ""Il y a un phénomène de surreprésentation, il y a donc forcément un gonflage, "répond, catégorique, le directeur exécutif." A titre de comparaison, on est dans une opération encore plus forte que Je suis Charlie." "Or si ces comptes les plus actifs ont produit 1,7 million de tweets sur le sujet sur un total de 4 millions, les 2,3 millions restants devraient alors suffire à mesurer l’incroyable audience qu’a suscité cette affaire. Mais l’enquête se concentre sur les comptes les plus actifs.

      Alors que sait-on exactement de ces 2600 comptes ? Sont-ils apparus récemment ? Y a-t-il parmi eux des comptes-robots ? Si oui, quelle est la proportion ? Autant de questions auxquelles EU Disinfo Lab n’est pas en mesure d’apporter de réponse dans l’immédiat. Une enquête plus approfondie est en cours. ""On se concentre désormais sur ces 2 600 comptes suractifs, pour déterminer pourquoi ils ont été actifs sur ce sujet, quels sont les pics de publication et la part éventuel de bots"", indique Alaphilippe avant de conclure : """ces derniers résultats nous permettront d’établir s’il s’agit d’un gonflage lié à l’affaire, ou plus organisé."" "En réalité, tant que les résultats de cette seconde phase de l’enquête ne sont pas connus, il est difficile de conclure à un"gonflage numérique" tout court." "
      La riposte de RT France

      De son côté, dans la soirée du jeudi 3 août 2018, "RT France" a vivement critiqué l’enquête de EU Disinfo France. ""Décidément, l’influence russe supposée se retrouve partout"", écrit "Russia Today", qui qualifie la méthodologie employée par cette ""ONG pro européenne" "de""subjective"".

      Pour expliquer combien la portée de l’affaire Benalla a dépassé le twittosphère, "RT "revient longuement sur la couverture médiatique de grande ampleur de la presse et des chaînes de télévision françaises qui ont battu des records d’audience. En conclusion, "Russia Today" rappelle également que" ""la page Facebook du "Monde" a """"enregistré une augmentation de 67% de ses interactions sur ses contenus relatifs à l’affaire Benalla. "De là à conclure que ""Le Monde"" alimenterait « l’écosystème russophile »...", ""ironise le média russe. La question d’un ""gonflage numérique"" reste en effet en suspens. Les derniers résultats de l’enquête de Eu Disinfo Lab devraient être connus courant de la semaine prochaine.""

    • "Il y a un phénomène de surreprésentation, il y a donc forcément un gonflage,"répond, catégorique, le directeur exécutif.

      Euh, sérieux ? Si je reformule :
      • 27% (soit 700) des 1% « sur-actifs » (les 2600 qui ont émis 1,7 M de tweets) sont « russophiles », identifiés à l’occasion de la campagne présidentielle française de 2017, parce qu’ils ont RT (retweeté) plus de 10 fois en 2 mois un message RT (Russia Today) ou Sputnik ; au passage, on ne sait pas combien ces 700 représentent de tweets,
      • il y a «  surreprésentation  ». De qui ? des 1,7 M de tweets dans les 4 M (émis par le 1% (2600)) ou des 700 parmi les 2600 ?
      • surreprésentation DONC gonflage
      EUH ?

      Que des gens a priori peu macron-philes retweetent à tour de bras des infos défavorables au héros, ça ne peut qu’être une manipulation ou un complot… Qu’en plus, ils pèchent leurs infos les uns chez les autres, c’est forcément qu’ils forment un réseau, forcément organisé, voire supervisé par le centre occulte pro-Kremlin.

      Vu les éléments dont on dispose, il semblerait qu’on puisse assez facilement reformuler l’ensemble de ce blabla en :
      Aujourd’hui, RIEN !
      ou encore,
      quand des opposants sont dans une #bulle_de_filtres, c’est forcément qu’il y a #complot

      #encore_un_coup_des_Russes

      L’enquête continue sur les 2600…

      PS : le beau graphique, c’est les Russkofs et l’élection présidentielle de 2017…
      Comment ils s’appellent déjà ? ah oui EU Disinfo Lab …
      en français, ça doit être #désinformation.

    • De rien ! C’est quand même assez étonnant à observer, la façon dont ce chercheur représente lui-même ce qu’il prétend dénoncer, à savoir la création de toutes pièces d’un #bruit_médiatique à des fins politiques. Et les médias sont ravis de tomber dans le panneau, tout fascinés qu’ils sont par cette fumeuse application du #big_data aux #réseaux_sociaux et ravis des belles infographies qu’on leur sert clés en main.

    • EU Disinfo Lab sort « l’étude » sur le sujet
      http://disinfo.eu/2018/08/08/08-08-2018-affaire-benalla-les-ressorts-dun-hyperactivisme-sur-twitter

      Rien de nouveau (si ce n’est des graphiques illisibles), c’est surtout la compilation en un seul endroit des différents tweets.

      À aucun moment un travail minimum d’analyse. Seul exemple que je retiendrai (dans le chapitre Analyse (si, si !)) :

      D’un point de vue macroscopique, quelle est la nature de ces comptes ?
      Premièrement, nous pouvons dire, sur base de leur date de création, qu’ils ont été ouverts dans un contexte plus que politique :

      En effet, nous observons d’importants pics de création de comptes Twitter pendant les périodes d’élections présidentielles : 2012 et 2017. Sans surprise ici, les périodes électorales incitent des utilisateurs à s’engager dans les campagnes en ligne.

      Sans surprise, en effet…

      Et donc, en l’espèce ? En quoi, ces comptes-là sont-ils différents d’autres comptes « politiques » ? J’ai comme l’idée que les comptes pro-En Marche ont dû être créés l’année de la présidentielle de 2017, mais je n’ai pas été voir, il faudrait (!) que je vérifie… Il doit forcément y avoir des réseaux occultes derrière ça. Il faut que je continue l’analyse…

      Je dois dire que j’admire les gens (Les Crises, p. ex.) qui ont le courage de démonter ce genre de choses.

    • L’enquête des #Décodeurs Léa Sanchez et Samuel Laurent, sans vraiment remettre en cause la "méthode", conclue ainsi :

      L’impossible quête des « bots russes » de l’affaire Benalla
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/08/08/l-impossible-quete-des-bots-russes-de-l-affaire-benalla_5340540_4355770.html

      Les deux études d’EU Disinfo Lab et de Damien Liccia concluent finalement dans le même sens : sans infirmer catégoriquement la présence de « bots », ceux-ci n’auront de toute façon joué qu’un rôle mineur dans cette polémique.

      De fait, s’il est celui des journalistes, des communicants ou des politiques, Twitter n’est pas, contrairement à Facebook, un réseau de masse. S’il peut être efficace d’y utiliser des méthodes artificielles pour faire exister médiatiquement un sujet dont on craint qu’il ne le soit pas, il est moins aisé de comprendre l’intérêt de tenter d’y « gonfler » une affaire qui fait déjà l’ouverture des journaux télévisés et les couvertures des quotidiens et revues périodiques, comme ce fut le cas de l’affaire Benalla.

      Ouf ! Samuel Laurent peut continuer à décoder tranquille : il reste encore un petit espace pour les bots (russes). C’est, de toutes façons, ce que choisiront d’en retenir celles et ceux qui citeront " l’étude ".

      Et les médias de masse, ça reste le JT (5 millions pour TF1,…) et… les quotidiens (dont certain est plus #de_référence que d’autres ;-)

    • Si tu fais partie du #listing des 3393 comptes Twitter fichés par #Disinfo (ou si tu te demandes) voici un lien pour vérifier & savoir comment porter plainte (la #CNIL a confirmé s’emparer de l’affaire)
      https://mensuel.framapad.org/p/fichier_bot_russe_03

      (moi je fais juste partie des 55000 comptes recensés mais pas comme « hyperactifs » avec seulement 81 tweets, je crois que le fichage commence entre 200 et 300 tweets)

  • Edward Snowden’s New App Uses Your Smartphone to Physically Guard Your Laptop
    https://theintercept.com/2017/12/22/snowdens-new-app-uses-your-smartphone-to-physically-guard-your-laptop

    Like many other journalists, activists, and software developers I know, I carry my laptop everywhere while I’m traveling. It contains sensitive information; messaging app conversations, email, password databases, encryption keys, unreleased work, web browsers logged into various accounts, and so on. My disk is encrypted, but all it takes to bypass this protection is for an attacker — a malicious hotel housekeeper, or “evil maid,” for example — to spend a few minutes physically tampering with it without my knowledge. If I come back and continue to use my compromised computer, the attacker could gain access to everything.

    Edward Snowden and his friends have a solution. The NSA whistleblower and a team of collaborators have been working on a new open source Android app called Haven that you install on a spare smartphone, turning the device into a sort of sentry to watch over your laptop. Haven uses the smartphone’s many sensors — microphone, motion detector, light detector, and cameras — to monitor the room for changes, and it logs everything it notices. The first public beta version of Haven has officially been released; it’s available in the Play Store and on F-Droid, an open source app store for Android.

    #haven #surveillance
    https://github.com/guardianproject/haven

  • GMO golden rice trials fail: stunted plants, reduced grain yield - The Ecologist
    http://www.theecologist.org/News/news_round_up/2988704/gmo_golden_rice_trials_fail_stunted_plants_reduced_grain_yield.html

    A new study reports unintended effects in GM golden rice, which is engineered to produce precursors of vitamin A called carotenoids.

    Crossing the GM rice with the Indian variety Swarna, a step necessary for commercialization, led to a nasty surprise.

    The resulting plants were stunted, showed extensive abnormalities in their growth, and had reduced grain yield, as compared with the non-GM Swarna variety.

    The researchers identified several reasons for the unexpected effects, all indicative of genomic instability in offspring plants resulting from ’breeding out’ the parent golden rice with non-GMO in-field cultivars.

    #riz_doré #OGM #encore_raté

  • #Yémen : plusieurs morts dans un hôpital de Médecins sans frontières atteint par un raid | ICI.Radio-Canada.ca
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2016/08/15/009-yemen-msf-frappe-aerienne.shtml

    Une frappe aérienne de la coalition arabe qui soutient le président yéménite en exil a touché un hôpital de Médecins sans frontières (#MSF) dans la province de Hadja, dans le nord du Yémen, faisant au moins 11 morts, dont un membre de l’organisation humanitaire. Au moins 19 personnes ont aussi été blessées.

    • Return of Kings is basically an MRA site(In all but name) run by racist,sexist,Islamaphobic,anti-semetic fucks who can never be trusted. Roosh Valizadeh has actively harassed people,doxxed people,basically admitted to raping someone,and lead a hate fat people movement,and that’s not close to what he has done. Roosh was a part of the harassment movement gamergate and part of this harmful pick up artist circle know as “the red pill”.

      http://www.wehuntedthemammoth.com/category/rhymes-with-roosh

      He was in a documentary about the “manosphere,” by BBC’s Reggie Yates.

      http://www.wehuntedthemammoth.com/2015/12/23/roosh-v-is-angry-that-the-bbc-has-portrayed-him-as-the-monster-he-is/#more-21504

      http://www.wehuntedthemammoth.com/2015/04/28/roosh-v-seduced-and-abandoned-by-the-dr-oz-show

      Here is a link to him admitting on Dr.Oz he has no regrets on shaming and bullying fat people.

      He has been banned from countries and was run out of one city. If you feel safe enough to try and stop this then Call the police(if you feel comfortable talking to them of course), call the stores and companies they are planing to decoy meet in front of,call the newspapers and warn them. Do everything to warn people of these harassers. If you don’t want to do that then down vote his books he has written online and warn your friends and family. Do not let him do this kind of thing.

      Roosh has been denounced by mayors and leaders alike. He is dangerous and it must be known how dangerous he is.

      http://mamie-caro.tumblr.com/post/138599341824/regarding-that-rape-rally-list

    • This coming Saturday, February 6, at 8pm local time, followers of “Roosh V”- noted sexist, racist, homophobic, and overall horrible monster (not a human being)- will be holding secret meetings to rally for rape to be legalized. You didn’t read this wrong THEY WANT RAPE TO BE LEGALIZED.

      This shit is dangerous af, and as they have barred anyone who isn’t male or straight, so we need all our white male allies to gather and shut this shit down. If you are a straight man of colour, please be careful. Even though the website says the meeting is for straight men of all races, the Roosh V following has also been known to be very racist and xenophobic.

      Here is how the meeting will take place, as according to their website (I’m not going to link it because it does not deserve any hits, but all the info here is authentic- you may google and see for yourself):

      We will have 165 meetings in 43 countries for our international meetup day on February 6, 2016 at 8PM local time. Hosts have been instructed to wait at the meeting point from 8:00-8:20pm before moving on to the final location. If you arrive at the meeting point at 8:21pm, you will miss the meetup. Arriving on time within the window is absolutely paramount.

      To identify your fellow tribesmen, ask the following question to a man you suspect is there for the meetup: “Do you know where I can find a pet shop?” If you are asked this question, answer in the affirmative: “Yes, it’s right here.” You can then introduce yourself and get details about where to proceed at 8:20. If you ask someone for the pet shop and they appear confused or actually try to direct you to a real pet shop, they’re not there for the meetup.

      If you are a woman, DO NOT GO, your safety is at risk. Roosh V has made it very apparent that your presence might be met with violence.

      I won’t be able to attend a shut down (obvs- brown gay turban guy), but we need to shut this down ASAP. So to all my white brothers who identify as allies, now is your time to stand up and act.

      I will be calling the RCMP and reporting this, make sure you report this to your local police as well.

      http://mirrorontheworld.tumblr.com/post/138600015376/urgent-straight-male-allies-needed-to-shut-down

    • Le truc qui m’inquiète c’est de me dire qu’il est possible que personne n’en parle et que ça ne concerne qu’une poignée de mecs dans le monde et de leur faire de la pub en balançant ça... Je suis vraiment pas à l’aise avec ce truc.
      En cherchant je suis tombée sur une campagne de ce groupe #ROK à qui ont doit déjà la #FatShamingWeek et le #BodyShaming : http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/32569-fat-shaming-week-et-body-shaming-le-probleme-de-la-grossophobie.h

    • Je confirme : après un tour sur les réseaux sociaux, ce sont surtout ses opposant-e-s qui en parlent le plus. A moins d’un monde secret auquel je n’aurai pas accès (tout à fait possible) je penche sur l’égo sur-développé d’un mec qui fait tout pour faire parler de lui.
      Par exemple avec le dernier Mad Max : http://www.ecranlarge.com/films/news/939952-cannes-2015-mad-max-boycotte-pour-cause-de-feminisme

      Y’a aussi une pétition qui tourne contre lui : https://www.change.org/p/the-nsw-police-force-stop-supporters-of-legal-rape-roosh-v-advocates-meeting

    • Je retrouve tes publications passées sur le sujet @mad_meg : merci à toi. Je reposte celui-ci ici :
      "Roosh V n’est pas une sensation YouTube ordinaire qui explique aux hommes comment avoir des relations sexuelles avec des partenaires féminines aléatoires.

      Le blogueur, auteur et conférencier, attendu demain à Montréal dans le cadre de sa tournée mondiale, est l’instigateur de Return of Kings, un blogue hétérosexuel et masculin qui prône en quelque sorte la domination de l’homme blanc. Il est de plus l’auteur de 14 ouvrages. Le grand mal du XXIe siècle à ses yeux ? Le backlash des hommes menacés par la gent féminine.

      Il ne se limite pas à faire quelques blagues de mauvais goût sur la culture du viol. Son argumentaire, à la lecture de ses nombreux billets, relève de ce qu’il qualifie de « néomasculinité », une idéologie masculiniste, antiféministe et misogyne. Elle combine les valeurs traditionnelles, la masculinité et la biologie animale comme système idéologique. À ses yeux, le socialisme, le féminisme et le marxisme culturel auraient contribué à la destruction de la famille et à l’appauvrissement de l’État-providence. Montréal, ville qui a donné lieu à des mobilisations féministes importantes, s’impose comme un laboratoire fort intéressant pour le néomasculiniste. C’est du moins ce qu’il affirme sur son blogue.

      RENFORCER LA DOMINATION MASCULINE

      Roosh V, à travers cette théorie élaborée, fait l’apologie de la culture du viol. Il propose, entre autres, de légaliser l’agression sexuelle si elle se déroule dans un lieu privé. Après tout, les femmes, à l’affût des derniers avancements juridiques, seraient prêtes à faire des fausses dénonciations de viol, pour le plaisir. Dans l’article « 6 qualities of a good rape scene », on peut lire ces mots : « La clé pour une bonne scène de viol, c’est de voir la fille passer du fait qu’elle déteste ça au fait qu’elle adore ça ».

      Ce n’est pas tout. Roosh V donne dans une sorte de darwinisme social. La valeur des femmes, contrairement aux hommes, repose sur leur fertilité et leur beauté. Le succès des hommes repose sur leurs ressources matérielles et leur intellect. Dans cette logique, les femmes, dès le début de la trentaine, devraient abaisser leurs critères pour se trouver un partenaire, car leur « valeur » dans le « marché » est en baisse.

      L’antiféministe fait en outre des appels à la tradition et à l’ordre naturel tout en usant d’analogies douteuses avec la faune, un trope répandu dans la pornographie qui consiste à comparer les femmes, surtout les femmes de couleur, à des animaux. Pour donner un vernis intellectuel à son argumentation, il n’hésite pas à citer Arthur Schopenhauer, philosophe misogyne du XIXe siècle s’inquiétant lui aussi de la montée du féminisme.

      Outre sa glorification de la supériorité masculine et sa banalisation du viol, Roosh V incite également ses lecteurs à faire du fat shaming. « Une des raisons pour lesquelles il faut sortir avec une femme qui a un trouble alimentaire, c’est que l’obsession qu’elle porte à son corps va lui permettre d’améliorer son look », affirme-t-il. À ses yeux, les femmes deviennent une pâte à modeler d’hommes qui peuvent ainsi se prendre pour Pygmalion.

      Parmi les commentaires de ses nombreux admirateurs, on retrouve des compliments élogieux : « Tu devrais faire partie du programme scolaire. » Sa popularité est presque plus dérangeante que son propos, une idéologie populiste faisant l’apologie de la supériorité de l’homme blanc.

      Les lois canadiennes interdisent la publication de messages incitant à la haine. C’est à travers ce motif que la remise en question de la venue de Roosh V devient pertinente.

      Car l’ensemble de son propos exhale une haine viscérale des femmes qui ne sont pas considérées comme des êtres humains, mais objectivées comme choses qui ne prennent sens qu’au contact d’un homme.

      Tempête dans un verre d’eau ? Antiféministe isolé ? Misogyne solitaire ? À partir du moment où il est suivi sur le web, il n’est malheureusement pas solitaire."
      http://seenthis.net/messages/397118

    • Je pense qu’il ne faut pas sous estimé le pouvoir de nuisance dont sont capable les hommes misogynes. Les masculinistes les plus violents trouvent beaucoup de soutiens (CF : « Sos papa » reçu à l’Élysée). Et si on leur fiche la paix, eux n’en font pas autant, ils torturent, ils assassinent. A mon avis c’est pas possible de se taire face à un tel discours et sachant qu’une femme sur trois subira au moins une agression sexuelle dans sa vie, les agresseurs sexuels parmi les hommes sont infiniment plus nombreux qu’on veut le dire. Il est important que tous ces mecs comprennent bien qu’on va leur casser les couilles.

    • Son idée pour combattre le viol ? « Le légaliser dans le cadre privé », comme il l’expliquait dans un article publié en février 2014. S’il clame aujourd’hui que c’était « satirique » (vous n’avez pas d’humour ?), un coup d’œil à son site « néo-masculiniste » ou à ses 15 livres de conseil pour « ramasser des filles » nous éclaire sur ses intentions : oui, Daryush Valizadeh, alias Roosh V, un Américain de 36 ans, pense bien que le non-consentement d’une femme est un obstacle dérisoire à qui veut profiter d’elle.

      Un gros malade qui a le syndrome Zemmour.

    • Rassemblements annulés, promo réussie...
      http://geopolis.francetvinfo.fr/bureau-washington/2016/02/04/le-blogueur-americain-anti-femmes-annule-son-grand-rassembleme

      Daryush Valizadeh (son vrai nom) avait prévu de réunir ses partisans dans des rassemblements « interdits aux femmes, aux homosexuels et aux transsexuels » qui auraient dû avoir lieu dans 160 villes et 43 pays différents. Mais Roosh finalement annulé la petite fête, regrettant qu’il ne "pouvai[t] plus garantir la sécurité ou la protection de la vie privée des hommes qui souhaitaient participer le 6 février ". (...) "depuis les 50 dernières années, on n’apprend plus aux femmes à se soumettre aux hommes". (...) Dans la chambre de Roosh, au-dessus de son lit, un écriteau prévient « ton visage sera flouté dans toute production vidéo qui pourrait être réalisée ».

      #encore_plus_con_qu'une_bite.

    • ‘Hijack his campaign’: Waleed Aly slams ‘legal rape’ leader Daryush ‘Roosh V’ Valizadeh

      http://www.news.com.au/entertainment/tv/hijack-his-campaign-waleed-aly-slams-legal-rape-leader-daryush-roosh-v-valizadeh/news-story/5efd2b7be85b97b4d1256e69cf1a3eb6

      J’aime bien la réaction de Waleed Aly

      “Instead of linking to articles about Roosh V or responding to his calculated, vile tweets which just keep him trending, I challenge you to click something else,” he said.
      “Specifically, click on your social media and share a link to Lou’s Place. This is a women’s refuge in Sydney. You have never heard of them because they don’t troll people with deliberately outrageous sexist comments and they are not pumped up, self-important media hacks who give trolls like that attention.
      “They actually do amazing work and receive no ongoing government funding. They rely on donations from people like you,” he said, before suggesting viewers donate to the refuge.
      “Let’s hijack everything this guy stands for. Click something else.”

    • C’est un avatar de la communauté de la séduction.
      http://www.slate.fr/story/32839/drague-seduction-communaute-fight-club-the-game
      On a plusieurs versions françaises, dont Soral avec sa sociologie du dragueur...

      La Communauté de la séduction en France. Des apprentissages masculins
      http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ETHN_133_0425
      http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120813.OBS9518/communaute-de-la-seduction-devenir-un-entrepreneur-de-sa-propre

      Ça n’a rien de neuf, c’est le personnage de Tom Cruise dans Magnolia, par exemple. Et ces types se nourrissent des cris d’orfraies qui les renforcent dans leur position victimaire. Ils s’appellent entre eux des Pick up Artist (PUA), les rois de la drague en somme, qu’on pourrait traduire par les Artistes choppeurs ou un truc comme ça. Bon, ça vend du coaching, et c’est un sujet vendeur pour les journaux, ça occupe de l’espace et c’est un ennemi facile à démonter qui met tout le monde d’accord (d’où les interdictions de rassemblement). Mais est-ce représentatif du sexisme aujourd’hui ? I don’t think so. C’est un peu comme Orelsan pendant la polémique, ça sert surtout à déforcer le discours féministe en le focalisant sur des cibles tellement caricaturales, qu’il n’y a rien à en dire, elles contiennent leur propre contre discours comme Roosh V. et son discours pro-rape. Bref, une scorie libérale-patriarcale parmi d’autres.

    • Tu as le syndrome Finky aussi dans le même genre, c’est tout pareil. Le dominant qui surjoue le rôle de la victime, juste parce qu’on lui rappelle que ses opinions sont des délits ou des crimes.

      Dans mon entourage, il a fallu que je rappelle que le racisme est puni par la loi (que ce n’est pas une opinion), pour qu’on arrête de trouver des excuses au voisin raciste, parce que je me prenais des remarques du genre « mais faut respecter les opinions des autres BigGrizzly, t’es intolérant et violent quand tu t’exprimes... » (en gros, c’était moi le méchant, juste parce que je faisais remarquer que l’autre avait des opinions bien rances... dire la vérité est une violence que beaucoup de gens ont du mal à encaisser...)

      Je continue sur le « mais c’est la loi » qu’on se prend dans les dents quand on tâche d’éclairer sur le fait que la loi sur le voile est utilisée pour discriminer les femmes qui portent le voile, et qu’elle est donc contre-productive. « Mais c’est la loi, elles ne doivent pas porter le voile ». La prochaine fois qu’on me le sort, je me suis promis de retourner l’argument, en expliquant que la loi n’est pas « bonne » par nature, qu’il y a des pays où la Loi elle dit que le voile est obligatoire et qu’avec leur argument massue ils se promettent des lendemains pas vraiment rigolos...

    • Mais est-ce représentatif du sexisme aujourd’hui ? I don’t think so. C’est un peu comme Orelsan pendant la polémique, ça sert surtout à déforcer le discours féministe en le focalisant sur des cibles tellement caricaturales, qu’il n’y a rien à en dire, elles contiennent leur propre contre discours comme Roosh V. et son discours pro-rape. Bref, une scorie libérale-patriarcale parmi d’autres.

      Ca fait plusieurs fois que je voie ici ce reproche de faire de la pub a ce type. Ca me dérange pas mal car finalement c’est encore aux féministes qu’on fait des reproches. Il faudrait quoi ? qu’on se taise et laisse ces mecs faire leurs petite fiesta de violeurs tranquillement dans l’indifférence général pour pas leur faire de pub. C’est ce qu’on fait depuis pas mal de millénaires et le résultat est pas génial. Et si on leur fout la paix, ils finissent par être reçu a l’Elysée comme ca a été le cas pour les trouducul de SOSPapa. Est-ce qu’il faut laisser les pires racistes/homophobes/transphobes... parlé pour pas leur faire de pub ?
      Aujourd’hui le viol n’est pas réprimé, il l’est uniquement si l’agresseur est racisé, comme c’est le cas avec les agressions et viols de Colognes, le reste du temps c’est plus grave de s’en prendre à un chat qu’a une femme.

      A mon avis ces mecs sont représentatifs du sexisme d’aujourd’hui. Tout comme Orselan est représentatif lui aussi de cette misogynie contemporaine qui fait qu’on est sensé accepter les lamentation d’un type qui nous raconte qu’il va avorter son ex au cutter. Comme si y avait pas des mecs par paquet pour venir buter leur ex, y en a plein les journaux sous la rubrique « amour passionnel ». Si un tiers des femmes aujourd’hui subit au moins une agression sexuelle au cours de sa vie il faut bien qu’un tiers des mecs sur cette terre les agressent. Les femmes ne s’agressent pas entre elles, ce sont les hommes qui commettent ces crimes contre elles.

      Comme dit @monolecte c’est pas un discours différent de celui d’un Zemmour ou d’une Iacube. C’est le discours majoritaire puisque de fait le viol n’est pas réprimé dans nos sociétés, ce qui est réprimé c’est la parole des victimes et leurs actes de résistances.
      Ce mec participe aussi au Gamegate, et là aussi c’est pas un petit groupe marginal venu d’une autre époque.
      Perso je trouve bien normal que ce rassemblement de criminels rencontre des obstacles et soit annulé. Des types comme lui j’en connait, j’en ai croisé un bon paquet dans ma vie et je m’en suis même coltiné un à la soirée seenthis alors franchement ils ne sont ni rares ni d’une autre époque et ni caricaturaux.

    • Ils veulent qu’on applique les lois sur le voile, sur la criminalisation d’Internet, sur l’état d’urgence ?
      Qu’on applique avec le même zèle les lois sur le viol, sur les violences faites aux femmes, sur le harcèlement au travail, sur le racisme, et j’en passe...
      C’est sans fin, en fait, cet appel à la loi, mais la pose victimaire de ces privilégiés est consternante sinon révoltante.

    • @mad_meg je n’ai pas dit que ces rassemblements ne devaient pas être interdits. J’ai juste dit que je suis étonnée de la publicité subite que rencontre cette communauté de la séduction alors qu’ils sévissent depuis longtemps. Et que focaliser sur ce type est contre productif, alors que les mesures nécessaires ont été prises par les autorités contre eux, ce qui est quand même la moindre des choses, vu la teneur du discours. Ils sont sanctionnés, passons notre chemin et avançons sur ce qui ne l’est pas.

    • @supergeante j’ai pas pensé que tu était contre l’interdiction de ce rassemblement.
      Je croi que ce qui nous oppose ici est un problème de méthode ou priorité des luttes et encore je suis même pas sur qu’on soit en désaccord. Cette question de la « publicité » est un peu insoluble. De mon point de vue c’est grâce à cette publicité que le rdv a été annulé, c’est pas par l’action policière, police qui n’était probablement pas au courant vu qu’il n’y avait pas de demande d’autorisation de manifesté et que les flics n’ont pas de malignité contre les fafs. La manif était déjà interdite en France, de fait. J’ai pas eu l’impression que ca soit une interdiction des autorités qui ait pesé dans l’annulation, mais plutot la menace de se faire péter la gueule par des antifa et alliés rameuté par les millitant·e·s féministe, antiracistes, queer, trans... du web.

      Aussi pour moi ce mec est pas marginal, son discours n’est pas isolé (le sexisme, le racisme, l’homophobie, la transphobie, la xenophobie...sont tout de même l’ordinaire de ce qu’on entend). Du coup j’ai pas l’impression de ne pas avancé en rapprochant ce discours de celui de Iacube, Zemmour, Soral ou d’autres moins affichés qui font la culture du viol et qui permet au patriarcat de fonctionné.

      Bon la manif semble annulée, c’est vrai que ces mecs n’ont aucun intérêt et qu’on leur a assez consacré d’attention. C’est juste un peu réconfortant de savoir qu’ils vont resté cachés. Et c’est pas comme si les occasions de parler de la culture du viol manquaient. Alors je vais suivre ton conseil et avancé ailleurs.
      Bonne journée

    • Pour illustrer la PUA (les agresseurs de rue qui disent « draguer »), je n’utiliserais pas Soral, c’est un peu comme de s’arrêter à Patrick Bruel quand on parle de Poker.
      Les PUAs ont encore de beaux jours devant eux, car ils répondent pile poil à des névroses renforcées par notre société. Mais donc si on veut s’opposer à ces lavages de cerveau, il est mieux, je crois, de ne pas renforcer PUA=Soral, la PUA a plus à voir avec le libertarianisme, la marchandisation des personnes et le développement personnel mal intentionné.
      Ce que me sidère c’est ce rapprochement PUA + masculinistes chez Return of Kings. Les 2 s’appuient et renforcent les stéréotypes de genre (comme les jouets pour enfants, les pubs…), mais c’est un peu la grenade ET le lance missile réunis sur une même personne, c’est too much.

  • Biocoop fait sa pub avec une conception web éco-responsable

    Biocoop, premier réseau de magasins bio en France, s’illustre par un choix surprenant pour sa dernière campagne éco-responsable. En effet le site internet dédiée à celle-ci ne pèse que 3 Mo.

    Source : http://etapes.com/biocoop-fait-sa-pub-avec-une-conception-web-eco-responsable

    Le site : http://www.lacampagneresponsable.fr

    #biocoop #ecologie #ecoresponsable #web

    • #icone_utilisateur et… promis, je collerai un jour sur seenthis les images de la micro conférence sur la défense de l’icône anonyme :)
      D’autant que ce que je vois dans cette image au-dessus est la représentation certes de figures de différentes couleurs de peau, mais que l’on n’y trouve ni gros ni maigrichon, ni surtout vieilles personnes, bref une population débilement souriante et désespérement uniforme ne dépassant pas 12 ans d’âge … #encore_un_effort

    • Tant mieux !
      Ceci dit, ça reste très môche, et il ne suffit pas de dire que c’est môche mais pourquoi et comment ces représentations sont laides et non avenues et à quoi elles se référent.

      Bourdieu reprend un terme de Durkheim, « conformisme logique », pour indiquer ce processus décisif pour la conservation de l’ordre social : « l’orchestration des catégories de perception du monde social qui, étant ajustées aux divisions de l’ordre établi (et par là, aux intérêts de ceux qui le dominent) et communes à tous les esprits structurés conformément à ces structures, s’imposent avec toutes les apparences de la nécessité objective. » (Bourdieu 1979 : 549-550)

      Et ce que je souhaite défendre, s’il faut qu’existe par l’image l’#hyperJE, est une représentation neutre et stylisée, sans état de sexe ni couleur de peau.

      Il serait intéressant de resituer en différenciant dans la chronologie d’autres représentations d’utilisateurices qui étaient nettement moins #politiquement_correct.

      Cette nécessité aujourd’hui à donner une identité raciale et sexuelle tient d’une pensée dominante qui ne veut pas être critiquée et masque mal sa misérable culture wasp.

      En vrac, peur de l’anonymat/castration du mâle et nécessité masqué de l’égo sous surveillance.

      Je vais m’essayer prochainement à démontrer cela.

  • Pouvez vous m’indiquer une crème de jour sans #nanoparticules ?

    C’est la question que j’ai posée à plusieurs pharmacien·ne·s ne trouvant aucune mention sur les boites de cosmétiques de l’usage (ou pas) de nanotechnologie. Surprise ! aucun·e professionnel·le de vente de produits médicaux ne semble connaitre l’existence même des nanos !
    La plus aimable m’a fait remarquer qu’illes étaient formé·e·s par les laboratoires ce qui explique que les informations transmises soient tronquées. J’ai vraiment du mal à admettre quand on s’occupe de santé qu’on soit fournit en si belles œillères depuis plus de 10 ans, mais cela semble se révéler exact, car la réponse a été la même partout : « #connais_pas ».
    La plus drôle des réponses a été qu’évidemment non, il n’y en a pas dedans, sinon ce serait marqué sur la boite !

    Crèmes hydratantes, produits de #maquillage, shampoings, dentifrices, parfums… tous les #cosmétiques sont concernés, les #crèmes_solaires particulièrement sont envahies par les nanoparticules (dioxyde de titane ou oxyde de zinc notamment).

    #militer_en_solo #pharmacie #encore_un_effort

    • @nicolasm La garantie du bio c’est « tous les ingrédients d’origine agricole sont issus... »
      Il n’y a pas de minéraux bio (sur le plan normatif)
      Reste l’éthique du labo qui peut proposer des cosmétiques uniquement basés sur la chimie végétale, et déjà ça c’est pas si courant, à voir le nombre de crème ayant pour base la vaseline (petrolatum (!) dans la composition normalisée)
      En ce qui concerne les crèmes solaire, je crois qu’il est difficile de rivaliser avec les oxydes métalliques sur le plan de l’efficacité, mais antérieurement on les utilisaient sous leur forme « micro » avec une certaine efficacité . Reste à savoir si la forme « nano » à réellement décuplée leur efficacité (bénéfice) au regard du risque.

    • @vazi La balance bénéfice/risque pour les nanos est un leurre, car cela ne peut pas être calculé à long terme et vu le peu d’études, mieux vaudrait appliquer un moratoire, sachant que les nanos sont un peu partout depuis non pas 10 ans mais 20 ans…

      L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire
      de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dans son rapport avoue être incapable de se prononcer, vu le manque d’évaluation, et sachant la facilité des nanos à traverser la barrière hémato-encéphalique, on peut s’inquiéter …

      http://www.anses.fr/sites/default/files/documents/AP2012sa0273Ra.pdf

      Les nanomatériaux manufacturés : des substances présentes sur le marché dont les risques doivent être évalués
      Les nanomatériaux manufacturés entrent dans la composition d’une grande variété de produits de la vie courante d’ores et déjà présents sur le marché (crèmes solaires, textiles, aliments, peintures, etc.) et concernent un grand nombre de secteurs industriels tels que, notamment, le bâtiment, l’automobile, l’emballage, la chimie, l’environnement, l’agro-alimentaire, l’énergie, les produits cosmétiques et les produits de santé. La présence de nanomatériaux dans ces produits soulève des questions, mais également des controverses portant sur l’état des connaissances disponibles, les effets éventuels de ces matériaux sur la santé et l’environnement, l’exposition de la population générale et professionnelle et, in fine, sur les risques associés à ces substances.

    • Page 11 rapport de l’ANSES

      4. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DE L’AGENCE
      (…)
      Les travaux de recherche publiés à ce jour mettent en évidence le fait que chaque nanomatériau présente des caractéristiques physico-chimiques particulières pouvant dépendre de son environnement. De fait, leur toxicité et écotoxicité varient, non seulement selon les familles de nanomatériaux, mais au sein même de ces familles, ainsi qu’au cours de leur cycle de vie en fonction de leur environnement. Les travaux de recherche ne peuvent, à ce jour, toujours pas s’appuyer sur une définition réglementaire univoque et intersectorielle des nanomatériaux.
      Dans le même temps, on note un progrès des connaissances portant sur une meilleure caractérisation physico-chimique des nanomatériaux, sur l’adaptation et l’harmonisation de certains tests (éco)toxicologiques, etc. En matière de caractérisation des dangers, depuis le dernier état des connaissances publié par l’Agence en 2010, différentes publications scientifiques ont observé, pour certains nanomatériaux, des effets sur certains organismes vivants. Ces effets mis en évidence sur des modèles expérimentaux concernent :
      – la persistance de nanomatériaux dans des organismes vivants animaux ou des végétaux ;
      – des retards de croissance, des anomalies ou malformations dans le développement ou la reproduction chez des espèces modèles des compartiments environnementaux ;
      – le passage de certaines barrières physiologiques (hémato-placentaire, testiculaire, intestinale, cutanée, alvéolo-capillaire) ;
      – des effets génotoxiques et de cancérogenèse de certains nanomatériaux ;
      – des effets sur le système nerveux central chez l’animal ;
      – des phénomènes d’immunosuppression ;
      – des réactions d’hypersensibilité et d’allergie.

      Les interrogations associées à la diffusion des nanomatériaux manufacturés se nourrissent également des doutes sur la suffisance et la pertinence de l’encadrement réglementaire en vigueur.

      Voie confirmée et voie potentielle (des nanos particules dans le corps)

      Biocinétique des nanoparticules page 54 du rapport de l’#ANSES

    • Merci @geneghys @odilon pour les produits sans nanos.
      Ce n’est pas pour moi que je faisais cette recherche, à vrai dire j’ai sous la main des récalcitrant·e·s au bio que je voulais naïvement contenter ;-)

    • Je lis maintenant la conclusion du rapport, la faute aux mails qui commencent depuis les plus récents. Et je ne me fais plus de soucis pour ça, parce qu’entre les nanoparticules, les antibiotiques, les particules fines, les radiations j’en passe et des meilleures, selon le rapport européen, c’est que si on s’attrape un cancer, c’est par manque de pot !

      http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150102.OBS9168/decryptage-le-cancer-serait-du-a-un-manque-de-chance-vraiment.html

    • Non, j’ai renoncé, c’était surtout un bon prétexte pour agir à petite échelle et dénoncer les modalités des nanos pour s’imposer.

  • La pollution met en danger le cerveau
    http://www.lemonde.fr/medecine/article/2014/12/10/la-pollution-met-en-danger-le-cerveau_4538177_1650718.html

    Le plus impressionnant n’est pas tant le chiffre lui-même, que la rapidité de son évolution : il est supérieur de 30 % à celui publié seulement deux ans auparavant (un enfant sur 88) par le même réseau de surveillance mis en place par les CDC, et a plus que doublé en moins d’une décennie. Au cours des vingt dernières années, les données américaines suggèrent une augmentation quasi-exponentielle de ces troubles, aujourd’hui diagnostiqués « vingt à trente fois plus » que dans les années 1970, selon le rapport des CDC. 40 % de ces enfants dépistés aux Etats-Unis présentent un quotient intellectuel (QI) inférieur à 70.

    D’autres troubles neuro-comportementaux sont également en forte croissance ces dernières années. Outre-Atlantique, l’hyperactivité et les troubles de l’attention touchaient, selon les chiffres des CDC, 7,8 % des enfants entre 4 et 17 ans en 2003. Ce taux est passé à 9,5 % en 2007, puis à 11 % en 2011. Par comparaison, en France, leur fréquence est estimée entre 3,5 et 6 % pour les 6-12 ans.


    #pollution #autisme #troubles_neurologiques #thyroïde #santé #environnement

  • Patrick Balkany mis en examen dans une affaire d’évasion fiscale
    Le Monde.fr | 21.10.2014 | Par Gérard Davet et Fabrice Lhomme
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/10/21/patrick-balkany-au-centre-d-un-schema-sophistique-de-fraude-selon-tracfin_45

    Le député et maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, convoqué au pôle financier mardi 21 octobre, a été mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption ».

  • Israël : Olmert condamné à six ans de prison pour corruption
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/05/13/israel-olmert-condamne-a-six-ans-de-prison-pour-corruption_4415738_3218.html

    Condamné mardi 13 mai pour corruption, l’ancien premier ministre israélien Ehoud Olmert, déshonoré par les scandales à répétition qui ont éclaboussé sa carrière, voit définitivement brisés ses espoirs de jouer à nouveau un rôle politique.

    Après deux années de procédure, M. Olmert, 68 ans, a été condamné par un tribunal de Tel-Aviv à une peine de six ans de prison ferme et à une amende de 1 million de shekels (210 000 euros) pour avoir touché des pots-de-vin dans un mégascandale immobilier à Jérusalem, alors qu’il était maire de la ville (1993-2003).

    #encore_un_escroc_sioniste

    • Alors évidemment, dans les « scandales à répétition », pour le Monde il y a :

      M. Olmert portera, aux yeux des Israéliens, la responsabilité des ratés de la guerre contre le Hezbollah au Liban en juillet-août 2006.

      Par « raté de la guerre », j’ai bien peur qu’on ne parle pas de la même chose. Genre massacrer des civils libanais et palestiniens, ça ça serait un peu une sorte de « raté », tu vois, mais j’ai comme l’impression que ce n’est pas ce qu’ils veulent dire.

  • Assurance maladie : où trouver 10 milliards d’euros ? - Le Nouvel Observateur
    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140409.OBS3220/assurance-maladie-ou-trouver-10-milliards-d-euros.html

    Parmi les 50 milliards d’euros d’économies budgétaires prévues par François Hollande, 10 milliards porteront sur l’assurance maladie, a annoncé Manuel Valls mardi 8 avril lors de son discours de politique générale. Comment accélérer le rythme ? Le point avec Yann Bourgueil, directeur de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes).

    Comment sont dégagées les économies de dépense ?

    – Depuis maintenant trois ans, l’objectif national de dépenses d’assurance maladie est respecté. Cela ne veut pas dire que les dépenses n’augmentent pas, mais qu’elles augmentent comme prévu. On peut limiter davantage cette croissance.

    Quelles sont les pistes envisagées ?

    – Le plus rapide est d’agir sur les médicaments. On peut baisser le prix de certains en se basant sur des comparaisons internationales, ce qui génère des économies pour le patient et pour l’assurance maladie, limiter les volumes, augmenter la prescription de génériques. Il faut changer les habitudes des médecins, car ils sont la cible des stratégies marketing des laboratoires pharmaceutiques.

    Et ensuite ?

    – On peut réduire les honoraires des laboratoires d’analyse ou de radiologie ou économiser sur le transport : les ambulances et les taxis peuvent parfois être remplacés, il suffit de dédommager au kilomètre un patient qui accepte d’utiliser son propre véhicule.

    Et à plus long terme ?

    – La Cour des comptes propose de réduire le nombre de caisses primaires, de fusionner certains régimes. La réforme hospitalière est engagée. On ajuste la tarification à l’acte, on tente de fusionner des services entre hôpitaux, d’en supprimer, d’en redéployer là où ils sont le plus nécessaires. L’hôpital représente la moitié des dépenses de l’Assurance maladie. On hospitalise trop.

    Comment peut-on y remédier ?

    – En repensant le parcours de soin. Il faut éviter que les gens viennent aux urgences pour tout. Ce service est trop cher. Il faut développer prévention, action sociale, aide aux personnes âgées, pour détecter les risques de la maladie avant qu’elle ne survienne. Et réserver l’hôpital aux soins les plus techniques et aux séjours plus courts. Il faut aussi repenser la sortie de l’hôpital, renvoyer les patients chez eux plus rapidement, afin de libérer des lits, en proposant des soins à domicile, par exemple des sages femmes après un accouchement. Toutes ces réformes prennent du temps.

    Quels sont les freins ?

    – Il y a d’abord les lobbys, de l’hôpital, des taxis, de la pharmacie, des médecins libéraux. L’écueil est de basculer le financement des soins vers les assurances complémentaires, ce qui crée des inégalités. Il faut aussi éviter de créer une solution de remplacement sans supprimer l’existant. Une meilleure organisation des soins peut aussi signifier moins de liberté pour le patient. Il faut l’accepter.

    Comment accélérer la cadence ?

    – Par les incitations financières. On valorise mieux les activités que l’on souhaite développer, comme la chirurgie ambulatoire. Il faut aussi mettre autour de la table tous les acteurs de la santé : les conseils généraux, l’Etat, la Caisse nationale d’assurance maladie, d’assurance vieillesse, les agences régionales de santé (ARS)... La réforme territoriale pourrait d’ailleurs être un vecteur de simplification du parcours de soin.

    On va aussi vers une décentralisation de l’assurance maladie ?

    – En 1993, Raymond Soubie proposait de créer les ARS dans le « plan santé 2010 ». Il l’a mis en œuvre lorsqu’il était le conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Entre temps, il y a eu une certaine continuité de la politique de santé, quel que soit le gouvernement. Mais on n’est pas allé jusqu’au bout du plan santé 2010. Les ARS ont des leviers pour réguler les hôpitaux, mais pas suffisamment pour organiser la médecine de ville. Elles pourraient avoir plus de latitude. L’Etat doit fixer les objectifs, mais il doit aussi laisser faire les acteurs de la santé. C’est le prix à payer pour préserver l’utopie qu’est la Sécurité sociale.

    #Hôpitaux
    #Sécurité-Sociale
    #Assurance-maladie
    #dépenses
    #réductions

    • Je reprends ces quelques lignes dans " je vire ma cuti(1) de Bernard Maris ( Charlie Hebdo N°1138 / 9 avril 2014 :

      50 milliards d’euros d’économies .
      À moi tout seul, j’en ai déjà trouvé près de cinq !
      Il suffirait de mettre fin aux partenariats public privé ( PPP).
      Ils ont déjà coûté 18 milliards depuis 2004 et atteindrons 60 milliards d’ici 2020.

      Exemple 1 : la cité judiciaire (Paris Batignolles)
      Construction : 700 millions
      Loyer annuel : 100 millions pendant 27 ans soit 2,7 milliards .
      Si l’état empruntait pour construire, il pourrait rembourser en 8 -9 ans.
      Avec le PPP , c’est Bouygues qui empoche 2 milliards €

      Exemple 2 : le ministère de la défense coût de la construction : 745 millions.
      Coût du loyer sur 27 ans : 3,5 milliards.
      Les promoteurs empochent 2,7 milliards .

      Exemple 3 : le zoo de Vincennes.
      Coût : 167 millions.
      Après 25 ans : 306 millions.
      139 millions pour le promoteur.

      Je ne suis pas loin de 5 milliards !

      On peut compléter la liste avec la fac de Denis Diderot Paris7, le centre hospitalier Sud francilien de Corbeil-Essonnes…..
      texte Oncle Bernard

    • ici les poches sont pleines :

      Banques françaises : les salaires des patrons en forte hausse en 2013.

      Jean-Laurent Bonnafé (BNP Paribas) : 3 440 375 euros.
      Augmentation de 8,1 % par rapport à 2012.

      Frédéric Oudéa (Société Générale) : 2 711 995 euros.
      Augmentation de 8,5 % par rapport à 2012.

      Jean-Paul Chifflet (Crédit Agricole) : 2 140 439 euros.
      Augmentation de 38,8 %. Je dis bien : augmentation de 38,8 %.

      Laurent Mignon (Natixis) : 1 766 120 euros.
      Augmentation de 14,8 %.

      François Pérol (BPCE) : 1 446 286 euros.
      Augmentation de 29,4 %. Je dis bien : augmentation de 29,4 %.

      <> http://yetiblog.org/index.php?post/la-revolution-francaise-n-est-pas-terminee

      #Encore-des-pistes ?

  • Coloriage Onisep, les métiers pour les femmes
    http://seenthis.io0oi.net/seenthis/flashmetiers.onisep2.html

    D’après le tri effectué féminin/masculin sur la page de l’#onisep http://flashmetiers.onisep.fr les jeunes lycéennes ne sont pas invitées à exercer les métiers suivants :

    Bijoutier-joaillier
    Coiffeur
    Comédien
    Développeur multimédia
    Éditeur
    Éditeur de jeux traditionnels
    Enseignant spécialisé
    Enseignant-chercheur
    Fromager
    Gardien de la paix à la PJ
    Moniteur sportif
    Patron de pêche
    Technicien de maintenance industrielle
    Technicien en électronique grand public
    Technicien en électronique grand public
    Technicien en lignes haute tension
    Technicien réalisateur radio

    Les métiers proposés sont dans le menu déroulant « accès direct aux métiers » :

    Animatrice 3D
    Animatrice socio-culturelle
    Chargée d’accueil tourisme
    Chargée d’études marketing
    Chirurgienne-dentiste
    Conductrice de train
    Conseillère d’orientation-psychologue
    Costumière
    Diététicienne
    Éducatrice de jeunes enfants
    Éleveuse bio
    Musicienne d’orchestre
    Professeure de collège et de lycée
    Technicienne de maintenance du réseau gaz
    Technicienne eau et assainissement
    Téléconseillère
    Tradeuse
    Traiteuse organisatrice de réception

    #education_nationale #encore_un_effort #femmes #métiers #français_féminin

  • Gilles Babinet : « Nous sommes à deux doigts de la dictature numérique », Interview
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/interview/0203176354634-gilles-babinet-nous-sommes-a-deux-doigts-de-la-dictature-nume

    Je n’ai pas de problème à ce que l’on aille fouiller dans la vie des gangsters. Encore faut-il savoir qui est celui qui désigne le gangster, et il faut que cela soit un juge. En aucun cas, il ne faut donner un donner un blanc seing aux militaires et à d’autres pour écouter tout et tout le monde en temps réel. Nous sommes à deux doigts de la dictature numérique.

    • @james Excellent ! le facétieux OpenCalais tague un #encore
      Meeuh, OpenCalais sait donc qu’on en est à la énième loi numérique pour encore réduire les droits des internautes !
      LSI LEN LCEN DADVSI LOPPSI HADOPI
      Combien leur faut-il encore d’enterrements et de dictatures ?