• « Quand on vient de l’étranger, on a un autre regard sur le pays » : en Allemagne, l’immigration source de renouveau de l’économie
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/24/quand-on-vient-de-l-etranger-on-a-un-autre-regard-sur-le-pays-en-allemagne-l

    Le Syrien nourrit le rêve de fonder une start-up. « Je suis créatif, j’aime les idées nouvelles. Mais au début, je ne savais même pas ce qu’était un fonds de capital-risque ! », se remémore-t-il en riant. Il quitte alors l’hôpital où il exerce, passe deux ans dans un fonds d’investissement en Belgique, avant de retourner en Allemagne pour concrétiser une idée qui lui semble porteuse : créer une plate-forme de suivi à distance des patients atteints de maladies chroniques dans les pays en développement. Avec l’aide d’un programmeur égyptien installé à Munich et rencontré sur les réseaux sociaux, il développe son application, Kanzi, et recrute ses premiers clients.
    « Nous avons déjà une base de 7 000 patients arabophones, mais nous n’avons pas encore créé d’entreprise. Les démarches administratives en allemand sont très compliquées », concède-t-il. « J’ai hésité, bien sûr, à aller aux Etats-Unis. Mais en Allemagne, j’ai été attiré par le fait qu’il y a un bon système pour demander la nationalité allemande, que j’ai obtenue il y a deux ans [en 2019]. Cela donne une grande sécurité. Le besoin de sécurité, la capacité à trouver un emploi rapidement, pour un immigrant, ce sont les deux priorités de base. Sur ce plan, l’Allemagne est très attractive », assure Tarek.Depuis quelques jours, Tarek n’est plus seul pour développer sa start-up. Il a postulé avec succès à un programme d’accompagnement d’entrepreneurs d’origine étrangère, fondé par le fonds de capital-risque berlinois Earlybird. Baptisé « Vision Lab », il vise à recruter des équipes d’entrepreneurs étrangers porteurs de projets technologiques à un niveau précoce de développement. Ces fondateurs reçoivent une aide administrative, un tutorat de la part d’entrepreneurs chevronnés, des contacts et un premier financement de 25 000 euros.
    Le but n’est pas que philanthropique. Les études montrent que les personnes issues de l’immigration sont davantage susceptibles de créer une entreprise que le reste de la population. Selon une enquête de la banque publique KfW, parue en novembre 2020, un quart des créations d’entreprises en Allemagne en 2019 étaient le fait de personnes d’origine étrangère. Les raisons sont clairement identifiées par la recherche : les migrants disposent de chances moindres sur le marché du travail classique que les locaux. De ce fait, ils éprouvent moins d’aversion pour le risque et ont davantage de modèles d’entrepreneurs autour d’eux. Ces modèles d’entrepreneurs d’origine étrangère outre-Rhin sont aujourd’hui loin de se limiter aux secteurs de la construction, de la gastronomie ou de la petite distribution. Par un hasard fortuit, mais significatif, deux des jeunes entreprises allemandes actuellement les plus en vue ont été créées par des enfants d’immigrés turcs. A Mayence, le 9 novembre 2020, les fondateurs de BioNTech, Ugur Sahin et Özlem Türeci, sont devenus des célébrités mondiales, en annonçant avoir mis au point le tout premier vaccin mondial contre le Covid-19, en partenariat avec le groupe pharmaceutique Pfizer. A Berlin, le 4 février 2021, le cofondateur de la startup Auto1, Hakan Koç, est devenu milliardaire, à la suite de la spectaculaire mise en Bourse de la plate-forme spécialiste de l’achat et de la vente de voitures d’occasion, actuellement évaluée à 10 milliards d’euros. Ces succès entrepreneuriaux exceptionnels sont en train de renouveler la perception de l’immigration en Allemagne : il s’agit moins de la considérer sous l’angle du problème de l’intégration que de reconnaître son apport spécifique dans l’innovation et la transformation de l’économie. « Nous observons depuis longtemps que de plus en plus d’entreprises fondées par des migrants ou des personnes ayant un passé migratoire sont actives dans des secteurs de haute technologie, souligne Herbert Brücker, directeur de l’Institut pour la recherche empirique sur l’intégration et l’immigration, à Berlin. L’image qu’on avait autrefois en Allemagne, celle de l’immigré illettré ou sans qualification, ne correspond plus du tout à la réalité. Cela tient aussi au fait qu’une grande part de l’immigration arrivée ces dix dernières années est originaire de l’Union européenne. »
    Société vieillissante, l’Allemagne a pris conscience, ces vingt dernières années, qu’elle ne pourrait maintenir son économie sans l’immigration et qu’elle devait s’ouvrir à la diversité. C’est une transformation majeure : jusqu’au milieu des années 1990, les discours politiques précisaient que l’Allemagne n’était pas « un pays d’immigration ». Les immigrés, d’ailleurs, étaient appelés Gastarbeiter (« travailleurs invités »). Ce n’est qu’en 2000 que le droit de la nationalité, traditionnellement fondée sur le droit du sang, a changé pour faciliter les naturalisations. La mondialisation des grandes entreprises a fait le reste. Au total, 35 % des dirigeants des entreprises cotées au DAX (le premier indice boursier national) sont d’origine étrangère. Daimler, entreprise emblématique du « Made in Germany », est dirigée depuis 2019 par un Suédois, Ola Källenius. D’après l’Office des statistiques, un quart de la population allemande (26 %) a aujourd’hui des origines étrangères, ce qui représente 21,2 millions de personnes, contre 15 millions en 2009. Les immigrés sont un facteur majeur du rajeunissement de la population : ils sont âgés de 35,6 ans en moyenne, contre 47,3 ans pour la population sans passé migratoire. « Les études montrent un très fort taux d’adhésion à l’immigration du travail en général, observe Herbert Brücker. Mais les phénomènes de rejet ou de racisme demeurent, surtout vis-à-vis de certaines origines : les Turcs, les Arabes continuent à faire l’objet de discriminations. BioNTech est une césure, dans le sens où beaucoup n’imaginaient pas que des enfants d’immigrés turcs puissent rencontrer un tel succès. »
    Au fonds Earlybird, on est persuadé que le potentiel d’entrepreneurs issus de l’immigration en Allemagne est sous-exploité. « Sur ce plan, l’écosystème start-up berlinois est bien moins performant qu’aux Etats-Unis, où 50 % des licornes [les sociétés valorisées à plus de 1 milliard de dollars, soit 824 millions d’euros, au cours actuel] sont fondées par des immigrants », explique Nina Rinke, responsable du programme « Vision Lab ». « De manière générale, notre économie accorde encore trop peu de place à la diversité. Dans les start-up financées en Allemagne, les profils sont souvent très similaires. »Afin de recruter des étrangers pour son programme, Mme Rinke a donc dû revoir les processus habituels de recrutement du fonds, et trouver des équipes d’authentiques primo-arrivants apportant une compétence technologique. « Ce qui a le mieux fonctionné, ce sont les annonces sur les groupes Facebook ou LinkedIn, où les étrangers demandent des conseils à une communauté d’immigrés », raconte-t-elle. Elle a reçu des candidatures d’Azerbaïdjan, d’Inde, d’Egypte et de Roumanie. « Les migrants sont le plus souvent des gens qui ont beaucoup d’atouts pour fonder une entreprise. Ceux qui décident de quitter leur pays sont audacieux. Ils sont prêts à quitter leur zone de confort. Certains viennent de zones de guerre. Ce sont des preuves de leur capacité de résistance et de leur envie de créer quelque chose de nouveau. »
    Pawel Chudzinski est l’un des mentors du programme « Vision Lab ». Né en Pologne en 1979, arrivé en Allemagne à 16 ans grâce à un échange entre lycées, il est bien placé pour comprendre le potentiel que représentent les étrangers pour une économie. Avec un autre Polonais, Lukasz Gadowski, rencontré à l’école de commerce de Leipzig au début des années 2000, il est à l’origine du célèbre incubateur de start-up Team-Europe, l’un des pionniers de la scène tech berlinoise. Fondé en 2008, Team Europe a notamment « accouché » du groupe Delivery Hero (aujourd’hui coté au DAX) et du réputé fonds d’investissement Point Nine, dans lequel Pawel est associé.« Quand on vient de l’étranger, on a un autre regard sur le pays. On n’est pas conscient de certaines normes, note Pawel. On n’a pas peur de décevoir les attentes de ses parents ou de son cercle d’amis, de bouleverser des structures de pensée bien établies. On est plus libre pour prendre des risques. » En tant qu’investisseur, il continue de jouer les pionniers, et repère des modèles d’affaires à un stade très précoce de développement. « Aller dans la Silicon Valley ? Non. Je préfère découvrir les opportunités dans un environnement moins compétitif, et tabler sur des modèles plus controversés. Et puis, je préfère être plus près de ma famille en Pologne, confie-t-il. J’en suis persuadé : les immigrants qui arrivent ici ont encore de belles chances, même sans parler allemand. »

    #Covid-19#migrant#migration#allemagne#sante#travailleurmigrant#integration#economie#entrepreunariat

  • China’s rich face million dollar question: stay and risk losing assets, or face the coronavirus abroad? | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/3116010/chinas-rich-face-million-dollar-question-stay-and-risk-losing

    While some affluent Chinese would like to emigrate to escape a perceived harsher environment for private entrepreneurs at home, they are increasingly reluctant to do so – at least in the next few years – because of concern about the coronavirus pandemic in popular destinations abroad, consultants and businesspeople say. Many are conflicted and feel under pressure given changing rules in China and around the world: move now and risk infection, or delay and risk assets being seized by the government in what is perceived to be a campaign against private businesspeople.
    It is not uncommon for Chinese entrepreneurs, who have benefited most from the nation’s rapid growth in recent years, to fall foul of the authorities. The high-profile arrest of Chinese entrepreneur Sun Dawu
    in November and a squeeze on the country’s tech giants has sent chills through some quarters of the business sector, even though the Chinese government has repeated assured the country’s private business owners in recent months that they will be cherished and protected.
    “All of a sudden, policies could change in any sector – fintech, financing, energy and entrepreneurship – and we private companies that might be forced to make adjustments,” said Ken Liu, a Zhejiang-based senior executive of a foreign trading firm. “It requires us to rethink the risks in the future for what we own and how to protect it.” For many wealthy Chinese, the aim is to gain residency in a second country to safeguard family and financial assets, while keeping China as their primary place to live and work. But the pandemic has complicated the calculation. Wendy Zhao and her husband own properties worth more than 20 million yuan (US$3 million) in Shenzhen, China’s hi-tech hub, and currently disagree over whether to move to New Zealand next year to start a new life. “Our immigration application was successfully approved, but now I’m worried about the overseas pandemic and feel that only China has done a good job of controlling it,” she said.

    #Covid-19#migrant#migration#chine#sante#politiquemigratoire#elite#residentetranger#economie#sante#entrepreunariat

  • Ces nouveaux troubles mentaux qui frappent les entrepreneurs
    https://www.lesechos.fr/amp/1019511

    Tremblez (auto)entrepreneurs : les maladies mentales sont devant vous !

    En cause, la mythologie de l’entrepreneur capable de tout sacrifier au nom de la réussite. « La Silicon Valley a lié l’idée du succès entrepreneurial à celle de la souffrance et du sacrifice. Prenez Elon Musk (PDG fondateur de Tesla), présenté comme l’un des hommes les plus créatifs du xxie siècle. Et pourtant lorsque l’on parle de lui, on valorise sa productivité : Elon dort dans les usines de Tesla, Elon bosse seize heures par jour. Même scénario avec Steve Jobs. On a mis la créativité du fondateur d’Apple sur un piédestal mais sa légende a été principalement alimentée par son addiction au travail », explique Rahaf Harfoush, anthropologue du numérique.

    Cette course à la réussite entrepreneuriale a fini par normaliser le burn-out comme condition physique de l’entrepreneur méritant.

    #Burn-out #Travail #Santé #entrepreunariat

    • Augmentalisme : Psychose liée à l’impression de ne pas être assez « augmenté ». Certains individus ne se trouvent pas assez intelligents, forts, jeunes, connectés… Des insatisfactions qui deviennent psychoses et provoquent des dénis de personnalité.

      Binarisme : Le fruit d’une utilisation excessive des ordinateurs, dont le fonctionnement binaire modifie la personnalité des utilisateurs qui souffrent d’une informatisation de leur personnalité. Leurs raisonnements se limitent à des réponses binaires : oui/non, continuer/annuler, ouvrir/fermer… Ce rationalisme excessif leur donne l’impression d’être des machines.

      Nomophobie : Le smartphone étant devenu pour certains une extension d’eux-mêmes, la peur excessive d’en être séparé et de ne plus pouvoir l’utiliser génère un stress intense, une augmentation de l’anxiété, du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Cette pathologie peut se doubler de fomophobie, la peur de manquer une information.

      Zappite : Qualifie ces crises d’ennui provoquées par l’absence de sollicitation. Le constant zapping permis par Internet a rendu les individus accros aux clics.

      Zombiquisme : Un syndrome qui se manifeste par l’incapacité à communiquer directement avec des personnes dans une pièce : les individus sont présents physiquement mais absents mentalement.

  • From refugees to entrepreneurs: How one family started over

    With just 30 days notice, the Rawas family was plucked from their temporary home in Jordan, where they’d fled the Syrian civil war, and resettled in Oakland. As refugees, they knew no one, had no job prospects and didn’t speak a word of English.

    Three years later, Mohammed Aref Rawas, Rawaa Kasedah and their four children are running a budding catering business that serves authentic Syrian food such as smoked basmati rice, falafel and fattoush salad. They’ve hired their first employee. Their clients include big tech companies. And the days when starting over seemed impossible are far behind them.

    They are among a large population of refugees who, after fleeing a homeland overrun by violence and political turmoil, started a business in the U.S., integrating quickly into the economy and life of a country that gave them a second chance. The family’s entrepreneurial approach is common among immigrants, studies show.

    An estimated 11 percent of all Syrian immigrants in the labor force are business owners — nearly four times the rate of U.S.-born business owners, according to a study by the New York-based Fiscal Policy Institute and the Center for American Progress. A significant part of that success has been the ability to master the English language, the report said.

    Meanwhile, a 2016 study by the Institute that followed Bosnian, Burmese, Hmong and Somali refugees nationwide found that they too moved up the occupational ladder and started businesses after settling in the U.S. Thirty one out of every 1,000 Bosnian refugees in the labor force are business owners, compared with 26 out of every 1,000 Burmese, 22 out of 1,000 Hmong and 15 out of every 1,000 Somalis, the study found.

    “There’s a hunger for dignified work,” said Dr. Thane Kreiner, executive director of the Miller Center for Social Entrepreneurship at Santa Clara University. Kreiner launched an accelerator program known as Social Entrepreneurship at the Margins, which helps businesses and organizations around the world run by refugees, migrants or victims of human trafficking. “There’s this element of launching businesses, but also of integrating with the new host community so the refugees become part of the community rather than the ‘other.’”

    The Rawas family started Old Damascus Fare casually, by happenstance last year though the family has entrepreneurship in their blood. Rawas owned a successful clothing factory in Syria, where he oversaw about 50 employees. The family lived comfortably in a suburb in their native Damascus. But increasing gunfire, kidnappings and the presence of military groups forced them to leave, and their temporary escape to Jordan in 2012 soon became permanent.

    More than 500,000 Syrians have died and nearly 6 million have fled during a civil war that began seven years ago with an uprising against President Bashar al-Assad. Since the Trump administration’s ban on travel from seven Muslim nations, including Syria, only a handful of Syrian refugees have been resettled in California in the past fiscal year.

    As the Rawas family settled into the Bay Area, new friends and acquaintances in the Arab community asked Kasedah to cater birthday parties and other events. By then, the family had noticed the absence of authentic Syrian food, even in Oakland’s diverse neighborhoods. Soon they were catering events for local tech companies such as Facebook and LinkedIn.

    “We got to the point where we realized it’s not only about food,” said Batool Rawoas, one of the couple’s daughters. “We are making new friends, we are hearing about new opportunities. It’s a way to share our culture with the people here.”

    They’re a powerful example of the American dream, said David Miliband, a former British foreign secretary and CEO of the International Rescue Committee, which resettled the Rawas family in 2015. “They show that these are people who want to work and not be reliant on welfare,” he said.

    Miliband visited the family recently at their catering kiosk on the UC Berkeley campus before he gave a speech, ordering the falafel sandwich and munching on appetizers that the family excitedly prepared for him. Because refugees like the Rawas’ often have to reinvent their lives, he said, that makes them resilient entrepreneurs.

    “In a way, being a refugee, having to flee for your life, having to figure out who to trust, having to figure out new ways of survival … there could hardly be a more effective job training program,” he said. “Those qualities of cooperation, determination, courage, trust are important for any entrepreneur. I don’t want to trivialize it, but it makes the point.”

    The family admits they’re still struggling. Their expenses regularly exceed their income, and they’re overwhelmed by the painstaking details of operating a business.

    “The main challenge for any refugee family is navigating how to survive in the Bay Area because it’s so expensive,” said Rawoas, who is attending community college and hopes to transfer to a four-year university to study psychology and public health. “We lived in Syria, we were from the middle class and we had a very comfortable life. We owned our own house, our own land.”

    “But we’re hoping, in the future, this will be a good thing to support us financially,” she added.

    Their next goal: to own a restaurant.


    https://www.mercurynews.com/2018/11/04/from-refugees-to-entrepreneurs-how-one-family-started-over
    #entrepreunariat #entreprenariat #USA #Etats-Unis #réfugiés #asile #migrations #travail #intégration_professionnelle #réfugiés_syriens #économie

  • Pizza Delivery Now in Jordan’s Largest Refugee Camp
    Owned by Abu Mahmoud, 48, previously a Syrian electrician with no dough-making experience, Pizzeria of Peace opened its doors in the summer of 2013 but business was hurting. It wasn’t quite catching on, Naserddine Touaibia, a Public Information and Mass Communication Associate for UNHCR, told ABC News.


    http://abcnews.go.com/International/International/pizza-delivery-now-jordans-largest-refugee-camp/story?id=29080468

    #entrepreunariat #pizza #réfugiés #asile #migration #camp_de_réfugiés #business #Zaatari
    cc @albertocampiphoto