#esbrouffe

    • Pour avoir travaillé, un peu, avec des autistes (en IME) et avec des psychanalystes (mais pas ceux là !), je trouve que ce reportage est intéressant mais pas tout à fait honnête non plus.
      Bon, c’est clair, la prise en charge de l’autisme par la psychanalyse n’est pas adaptée (euphémisme) mais on ne peut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. La psychanalyse reste une grille de compréhension de l’humain (avec des erreurs, des tâtonnements, etc comme toute discipline).
      Ce qui me gène, c’est que la famille filmée a été choisi avec un enfant assez « facile » (mais très courageuse) donc dont les progrès ont été « spectaculaires ». Que la conclusion sur les nouvelles méthodes (bien mieux adaptées à l’autisme que la psychanalyse) sont annoncées comme révolutionnaires (elles le sont dans le contexte historique et la guerre psy/anti-psy, mais elles ne « guérissent » pas les enfants.
      Bref, ça manque de nuance à mon goût. Ça place la problématique de l’autisme dans une guerre anti-psy (assez classique d’une prise de pouvoir par une discipline sur un sujet) ce qui est nécessaire mais pas suffisant. Il ne faut pas tomber, après le tout psy dans le tout biologique : on en voit les effets sur le dépistage des « délinquants » dès 5 ans…
      Bref (bis), je rêverais d’un reportage qui fasse mieux avancer les choses plutôt que de repartir dans une nouvelle guerre avec de nouveaux méchants, etc…

    • Oui @Pierre-Emmanuel Weck je ne suis pas honnête dans mon jugement et j’en suis conscient ;-) Je partage toutes tes remarques à 2000%.
      Je me suis lâché car je garde une dent contre les psys pour des raisons personnelles et en particulier contre Dolto qui selon moi est responsable du malheur de quelques générations d’enfants (j’aurai l’occasion de développer un jour car je leur fais confiance, ils vont m’en donner l’occasion).

      Quand une étude les démasque, ca me fait sourire. C’est pas bien de rire du mal fait aux autres, mais je ne suis pas encore rinpotché donc j’ai des excuses ;-)
      Pour être plus sérieux, ce qui m’embête avec la psychologie c’est l’absence de rigueur scientifique ET dans la conceptualisation des pathologies et surtout dans la prise en charge qu’ils proposent (quand ils en proposent). Le doc est à ce titre édifiant.
      #psychologie #pathologies #psychanalyse

    • Le problème n’est peut être pas tant dans le psy (comme Dolto que personnellement j’ai beaucoup) que dans ses disciples. D’ailleurs Dolto n’en voulait pas.
      Comme en pédagogie (Freinet, Cousinet, et compagnie), ce qu’il faut saisir, à mon sens, est la démarche (humanisme, ouverture, écoute de l’autre, bienveillance…) pour mieux comprendre le monde (ce qui ne veut pas dire accepter (les névroses, les psychoses…), tout relativiser parce qu’on aurait tous le même traumatisme, hiérarchiser les douleurs)…
      Pour moi, tout cela, ce sont des outils pour essayer de comprendre où l’on se trouve et tenter de se prendre en main (seul ou accompagné).
      Ça me rappelle la préface du livre « petit manuel de manipulation à l’usage des honnêtes gens » où les auteurs expliquaient qu’on leur était tombé dessus pour apologie de la manipulation. Leur réponse disait que ceux qui nous manipules déjà connaissent toutes ces techniques, en revanche la majorité des gens les ignorent, les faire connaître permettait plutôt de se retrouver sur une relative égalité dans ce domaine.
      Pour revenir à notre sujet de départ, j’ai pu constater aussi, que certaines familles sont véritablement pathologiques et produisent des autistes. La dessus, en France, on est dans le déni. D’un côté on sacralise les enfants, de l"autre on refuse de voir les interaction individu/société avec l’injonction comme quoi il faut être « gentil ».
      Bref, on pourrait résumer en disant qu’il ne faut pas faire de l’outil une religion et qu’il vaut mieux avoir plusieurs outils, l’humain est trop complexe pour se contenter d’une seule explication.

    • @peweck, je suppose que tu voulais dire que tu aimes beaucoup #Dolto.
      Je ne la déteste pas, et effectivement ses disciples sont pour la plupart des ânes, mais c’est bien elle que je remets en cause. Elle a certainement dit et écrit des choses bien, mais elle a également dit et écrit des conneries qui malheureusement servent de base « scientifique » au malheur de pas mal d’enfants.
      Je ne partage pas ton avis sur Dolto, mais par contre je le partage complètement quand tu parles de l’être humain comme d’un système complexe dont il faut essayer d’évaluer toutes les dimensions. Les causes de l’autisme sont pour moi une inconnue et je veux bien te croire quand tu parles d’attavisme ou de déterminisme social pour les expliquer.

      Suis pas compétent pour donner un avis raisonné la dessus mais par contre, la dame au crocodile, je sais que c’est tout sauf un thérapeute pour #enfant ;-)