#esprit_critique

  • [Vidéo à voir] "Enseigner la Pensée Critique ? - Le Bénéfice du Doute #6"
    Il y a des gens qui t’éclairent. Y’a des gens qui t’ouvrent la conscience à force de questions (#maïeutique ?) ou te font t’en poser mille et cent comme la bande de La Tronche en biais et autres membres de l’Association pour la Science et la Transmission de l’Esprit Critique.
    Pis y’a des gens qui, par la porte ou par la fenêtre, ouverte, vont aussi t’apporter de la vigueur. C’est souvent le cas de celleux qui se consacrent, corps et âmes, à l’Educ Pop. Et moi je suis clairement leur enfant. Et leur enthousiasme me fait toujours un bien fou (particulièrement en ces temps quand l’horizon me semble de plus en plus sombre...)
    Alors cette émission enregistrée avec Patrick Baranger et Jade Herbert des Petits Débrouillards, autant dire qu’elle m’a régalé les neurones et titillé la sérotonine !
    Je vous file l’adresse plutôt que continuer à blablater : https://youtu.be/X04bYhypN2I


    Et un extrait :

    Mais plus on pense de manière critique, plus on peut avoir peur ! Comment on peut avoir envie de se faire peur ?! Comment on peut donner envie aux gens de penser mieux puisque penser mieux ne rend pas heureux ?!

    Et cette citation :

    Ah ! ce n’est pas dans la science qu’est le bonheur, mais dans l’acquisition de la science !
    Edgar Allan Poe

    #enseignement #Education_Populaire #EducPop #critique #esprit_critique

  • Column : Why geography matters for students now more than ever | PBS NewsHour

    https://www.pbs.org/newshour/education/column-geography-matters-students-now-ever

    Intéressant pour poser les termes d’un nécessaire débat autour de cette question.

    Geography matters more now than ever because students need to know human geography. They need to understand the relationships that exist between cultures.

    #géographie #savoir #connaissance #esprit_critique #éducation

  • L’#AfD appelle les jeunes Allemands à la délation

    Dans plusieurs régions d’Allemagne, le parti d’#extrême_droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) ouvre des #plateformes en ligne pour que les élèves puissent dénoncer les enseignants qui font preuve d’#esprit_critique à son égard.
    “Alternative pour l’Allemagne (AfD) incite élèves et parents d’élèves à dénoncer les enseignants de gauche”, titre à sa une le quotidien de Brême et de la Basse-Saxe Weser-Kurier. Annoncé le 11 octobre par la fédération régionale de l’AfD pour une application en 2019 à Brême, ce type d’initiative existe déjà à Hambourg, à Berlin et dans d’autres Länder. “Quand des professeurs présentent l’AfD sous un jour négatif, ils doivent craindre d’être dénoncés par les élèves sur une plateforme en ligne prévue à cet effet”, résume le quotidien régional.

    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/lafd-appelle-les-jeunes-allemands-la-delation
    #Allemagne #délation #éducation #école #it_has_begun #réseaux_sociaux

  • Le #CorteX

    Le #CORTECS (Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences) est né en 2010 dans un triangle entre Grenoble, Marseille et Montpellier. Il a pour objectif central la transmission des divers aspects de l’esprit critique, la pensée critique ou sceptique (critical or skeptical thinking chez les anglophones), qu’on la nomme zététique, à la suite d’#Henri_Broch, hygiène préventive du jugement comme Jean Rostand, ou autodéfense intellectuelle à l’instar de Noam Chomsky. Conjointement, le collectif vise la mise en réseau de toutes les personnes étudiant ou travaillant sur un sujet relatif à l’élaboration, à l’usage ou à la diffusion de la pensée critique, quelle que soit leur origine disciplinaire et leur statut professionnel.

    https://cortecs.org/le-cortex/qui-sommes-nous
    #esprit_critique #pensée_critique #pensée_sceptique #zététique

    Le site propose également du #matériel_pédagogique (cours, séminaires, exercices, TP, etc.)
    #pédagogie #ressources_pédagogiques

    • Pensée critique

      Trois axes, deux couches

      Le projet scientifique est décliné en trois axes complémentaires, résumés ici et détaillés plus bas.

      Le premier axe Pensée critique et santé vise à étudier les différents freins dans l’accès à l’information des patients et des professionnels de santé ; à lorgner tous les points noirs du triangle patient / professionnel / savoir médical ; à examiner dans quelle mesure le système de publication actuel et les consortiums éditoriaux déforment, et parfois malmène l’information médicale brute, au prix de créer des conceptions erronées en santé ; et à envisager des solutions didactiques adaptées tant pour le grand public que pour les thérapeutes professionnels pour faire émerger, cerner et mettre en balance les heuristiques de jugement.
      L’enjeu de l’axe n°2, Pensée critique et épistémologie est d’explorer les critères d’inclusion ou d’exclusion de certaines analyses dans le champ des connaissances scientifiques. Quel statut donner aux scénarios complotistes, aux créationnismes, à certains corpus théoriques thérapeutiques désuets ? Y a-t-il réellement des critères de scientificité vs. de pseudo-scientificité, et ce dans tous les domaines ? Le scepticisme méthodologique est-il moniste, le rationalisme « à l’occidentale » est-il un modèle abouti, complet, ou dépassable ? Y a-t-il une pluralité de méthodes et de critères, des critères emboîtés ?
      Le troisième pied du triptyque, Pensée critique et pensées radicales extrêmes, se penche sur les processus conduisant des groupes sociaux à développer des théorisations « ultra-radicales », ou « extrêmes » sur le plan politique, en empruntant des discours ou des pseudo-concepts scientifiques pour asseoir leur base. Ainsi en est-il par exemple des courants anti-vaccination, des mysticismes écologiques, des négationnismes historiques, des créationnismes et des radicalisations religieuses. S’il en était besoin, janvier 2015 a sonné le glas d’un certain angélisme à leur propos. Cet axe convoque la psychologie sociale, bien sûr, mais également les recherche en éducation préventive, la philosophie morale, et bien entendu la science politique.


      https://pensee-critique.science/?page_id=16#epistemologie

  • Supporter de #Trump, il fête la fin de l’#Obamacare sans savoir qu’il en bénéficiait
    http://www.rtbf.be/info/dossier/election-presidentielle-americaine-la-course-est-lancee/detail_supporter-de-trump-il-fete-la-fin-de-l-obamacare-sans-savoir-qu-il-en-be

    « Je ne suis pas sur l’Obamacare, mon assurance santé est via l’ACA, c’est ce qu’ils ont dû inventer après que l’Obamacare s’écrase et brûle aussi mal qu’il a brûlé. Donc moi, ça va aller », répond alors l’auteur du statut qui ne réalise toujours pas qu’il a été berné par les discours anti-Obamacare alors qu’il en était lui-même un bénéficiaire.

    C’EST LA MEME CHOSE, PUNAISE (1) !

    Réalisant la confusion, le premier intervenant lui envoie alors un mème insultant avant d’ajouter : « Non mais sérieusement, tu te fous de ma gueule ? C’EST LA MEME CHOSE, PUNAISE (2) ! Obamacare est juste le nom stupide de l’ACA inventé par les Républicains pour faire en sorte que les électeurs crétins comme toi méprisent l’idée même de ce projet juste en entendant le nom. Et ça a marché, on dirait », lui lance-t-il, ajoutant une batterie d’émoticônes hilares.

    #Affordable_Care_Act #ACA

    (1)(2) Le texte original ne comporta pas le mot « punaise » mais un mot dont le sens dans le texte est selon moi « proche » de « punaise ».

  • Parlons-nous de la même chose ? – L’information philologique
    http://iphi.hypotheses.org/335

    Faisons l’hypothèse audacieuse que la question du latin et du grec au collège n’est ni disciplinaire, ni linguistique, ni même culturelle mais méthodologique. Postulons que ce qui risque de manquer de plus en plus aux générations d’élèves à venir, ce ne sont ni les déclinaisons, ni l’alphabet grec, ni la mythologie, mais bel et bien la méthode par laquelle ces différents items sont conservés : j’ai nommé la philologie.

    #philologie #esprit_critique #éducation_nationale

    • Vu qu’y a agoravox en premier, c’est l’occasion pour rapporter que la modération avait rejeté ce texte : http://seenthis.net/messages/368668 au motif :

      Nous vous remercions d’avoir soumis votre article (Petit dictionnaire
      d’ethnologie humaine) sur AgoraVox. Toutefois, le comité de rédaction n’a
      pas validé sa publication. Nous considérons en effet que l’article est
      outrancier et inutilement polémique.
      Nous vous encourageons, à l’avenir, à proposer des articles plus modérés
      et pondérés dans leur approche.

      L’indépendance se doit donc d’être pondérément polémique j’imagine ...

    • M’enfin, vous déconnez. C’est exactement le même procédé, en plus grossier, que la presse la plus main stream, un peu de vérité (citer bastamag comme exemple de site « indépendant ») et un max d’intox (présenter des indépendants dont la fonction première est de créer une dépendance à des « théorie » qui expliquent tout, c’est-à-dire rien, par ex. égalité et réconciliation, c’est la preuve par 9 que cette liste est de la merde). L’esprit critique ça commence par ne pas gober les hameçons, même enrobées de la mie de pain le plus présentable, même bien cachée dans le merveilleux poisson de l’indépendance, terme toujours utilisé par les apolitiques (c-à-d la droite), et les fafs..

    • Je ne comprends pas pourquoi un site de droite, d’extrême droite, ou complotiste ne pourrait pas être indépendant ?

      Pour moi il y a très peu de confusionnisme car je ne pense pas que les gens de E&R (par exemple) essaient d’embrouiller les gens de gauche, mais plutôt qu’ils piochent où ils veulent ce qu’ils veulent pour se construire leur doctrine. Et franchement quand en face il n’y a que des personnes pour crier au confusionnisme, ou dire que c’est nauséabond, ou que c’était à la gauche qu’ils l’ont volé et qu’ils avaient pas le droit ça fait pas sérieux. Et que ça leur donne du crédit par rapport à la riposte apportée.

    • Oui, indépendant ne veut rien dire. C’est parfait pour les fafs.
      Tu pense ce que tu veux. Mais tu peux aussi te renseigner. Il n’y a pas un fascisme que ne se soit occupé « d’embrouiller les gens de gauche ». Le NSADP se revendique du « national socialisme » (avec du rouge dans le drapeau pour rappeler aussi son nom d’origine faisant référence aux « ouvriers »). Mussolini sort du parti socialiste, un prototype de ces « gens de gauche embrouillés », un modèle de la ressource dont ces partis ont besoin. Soral la ramène sur son passage au PCF pour montrer aussi la voie (qui s’impose) de la gauche à la droite, etc.
      E&R ne « construit » aucune « doctrine », mais picore de ci de là de quoi revivifier la thèse du complot juif, et faire du fric depuis cette escroquerie intellectuelle.

    • Je me renseigne justement, et j’ai du mal à comprendre comment des gens qui se pincent le nez et ferment les yeux dès qu’ils voient un truc apparenté à ces courants se renseignent.

      Je pense que faire appel au « confusionnisme » ça démontre qu’on est sur une position statique, et qu’au lieu d’affronter les nouvelles idéologies type « droite des valeurs gauche du travail » de Soral qui pioche un peu partout en les prenant comme telles, on botte en touche en disant « hey c’était à nous il a pas le droit de les prendre et il embrouille les cerveaux faibles ». En tout cas c’est quelque chose que je constate régulièrement, et c’était du pain bénit pour les gens d’E&R

  • Le gendarme et le voleur
    http://cyrille-borne.com/article327/le-gendarme-et-le-voleur

    Le gendarme et le voleur

    Il y a quelques jours de cela, j’avais écrit que je n’arrivais pas à m’en sortir avec le moteur de recherche duckduckgo et qu’il serait peut être temps d’arrêter de céder à la paranoïa pour savoir faire la part des choses entre les vrais méchants et les pas si méchants que ça. Avec l’attentat de Charlie Hebdo on a un triste exemple qu’il faut prendre en considération. Une fois de plus les agités du bocal posent l’équation suivante. Le gouvernement va nous poser des lois anti-terroristes de la mort pour ne plus revivre les événements du sept janvier, l’internet va prendre sévère, la solution, les lois liberticides, tout ça. Je note là un paradoxe qui est de taille. La police, les agents du GIPN, du GIGN, ont été particulièrement acclamés et mis en avant lors des attentats, à juste titre. Les policiers qui ont essayé de protéger les dessinateurs l’ont fait au péril de leur vie, parmi eux, un musulman qui est mort pour des idées qu’il ne défendait certainement pas, mais qui a exercé sa mission jusqu’au bout, c’est le moins que l’on puisse dire. Les services anti-terroristes ont réussi à neutraliser les coupables, montrant leur efficacité, la France acclame d’une part le dévouement dans l’exercice des fonctions, d’autre part le professionnalisme dans une situation totalement ingérable, des hommes et des femmes qui nous protègent.

    Le paradoxe est le suivant. Si en France on voit se développer une surveillance de type NSA, des fermetures de sites jugés dangereux, elle sera réalisée par des professionnels, peut être pas les mêmes que sur le terrain, mais dans la même veine, des gens qui accomplissent leur mission au service de la nation et non pas dans le cadre d’une quelconque volonté de faire taire l’internet ou de le contrôler. Le paradoxe, c’est d’avoir confiance en des hommes qui tiennent des flingues et qui sont prêts à mourir pour nous défendre mais de penser que la même institution cherche à nous piéger lorsqu’il s’agit d’internet. Si comme tout le monde le dit, la marche républicaine, les événements de la semaine dernière ont profondément marqué et changé la France, tout site internet exerçant des activités légales devrait soutenir les gens qui veillent sur nous, le Framablog bien sûr ouvre le bal dans le sens contraire.

    #libre #internet #libertés #esprit_critique

    • C’est cela le monde dans lequel on vit, le gendarme est bon pour prendre une balle, mais pas assez bien pour veiller à la sécurité de l’internet, elle est bien belle la vision des intellectuels libristes. Genma qui lui ne se cache pas de la police mais de son entreprise, m’interpellait pour me dire qu’il ne me trouvait plus sur Framasphère, j’ai coupé mon compte. En effet si on ne peut pas avoir confiance en la police qui prend des balles, comment avoir confiance dans une association qui espionne peut être le moindre de mes propos privés ? Voyez comme l’injustice est facile, le dénigrement enfantin, c’est simple comme deux phrases assassines. J’ai viré mon compte car après avoir vu passer toutes les rebellions possibles et imaginables sur tous les sujets abordés, après avoir mangé tous les dessins pour montrer que la plume est plus forte que l’épée, je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien d’autre à part quelques gens qui de temps en temps placent une information technique, trop rare à mon goût. Je pense que refaire le monde, j’ai désormais largement passé l’âge, le regarder c’est suffisamment fatiguant comme ça, essayer d’apporter sa pierre à l’édifice, je vous raconte pas.

  • Que valent blogs et blogueurs dans l’analyse des derniers évènements et, plus généralement, du terrorisme en France et dans le monde ? probablement peanuts dans leur très grande majorité même si bien évidement il ne faut pas généraliser et j’ai d’ailleurs eu l’occasion de lire ici et ailleurs de véritables perles, le plus souvent des témoignages d’un vécu d’ailleurs.

    Nous, sur les réseaux sociaux, sur les blogs, y allons de nos textes, de nos commentaires, de nos savantes analyses mais au fond que connaissons-nous du sujet ? hormis nos petites expériences et nos ressentis de l’instant qu’elle est notre science d’un si vaste problème ? bien peu de chose en réalité. Alors en quoi serions-nous légitimes à faire étalage de cette non science et disserter longuement sur comment régler le problème ou même expliquer le pourquoi des choses ? Ayons au moins l’intelligence de reconnaître que hormis notre droit d’expression rien ne justifie que nous ajoutions inutilement du bruit au bruit.

    Quelques exemples :

    – Ce blog souligné par Agnès Maillard ici : http://seenthis.net/messages/329580 , ce raccourci de SOS Papa revenant en gros à dire que le féminisme engendre des djihadistes par leur « négationnisme sociétal » et leurs efforts à entretenir une « position devenue minimaliste du père ».

    Autre exemple, ce blogueur connu dans une partie du monde du #logiciellibre et du #libre : https://ploum.net/eradiquons-la-source-du-terrorisme nous assenant son postulat selon lequel : « il y’a proportionnellement plus d’Arabes parmi la classe pauvre et peu éduquée que parmi la classe riche ». L’Arabe est donc pauvre et peu éduqué. Ah ! et où cela ? en France ? en Europe ? dans le monde ? et quelles études permettent d’affirmer cela ? mystère. Et, toujours d’après lui : « nous pouvons lutter afin de réduire cette partie de la population qui donne naissance au terrorisme : la classe sociale humainement pauvre et peu éduquée ». Le terroriste est pauvre et peu éduqué. Donc l’Arabe est un terroriste en puissance. L’arabe pauvre et peu éduqué serait donc une communauté, un groupe identifié ? et à ce titre il faudrait l’exclure d’une certaine communauté du monde aisé en bien pensant, sauf à l’éduquer suivant un universalisme déclaré bienfaiteur ? mais quel universalisme ? Diable.

    On pourrait encore multiplier à l’envie les exemples tous aussi savants ou motivés par une émotivité parfois juste mais trompeuse. À quoi bon.

    Ne serait-il pas plutôt nécessaire de reconnaitre modestement nos insuffisances, nos ignorances et, si l’on veut réellement comprendre ce triste phénomène commencer plutôt par lire des articles de presse produits par des journalistes de formation, impliqués depuis longtemps à étudier ces sujets, à en rendre compte depuis tous les endroits du monde où ces questions se posent, à analyser les causes et les actes ?

    N’oublions pas non plus tous les chercheurs réunis en commissions ou autres organismes étudiant en profondeur toutes les facettes de ces phénomènes, scrutant les sociétés dans plusieurs points du globe et depuis longtemps car le problème ne s’est pas révélé à eux en ce début de janvier 2015 et en France ou en Europe mais touche d’autres continents, d’autres peuples, d’autres cultures aussi, riches et pauvres, éduqués ou ignorants mais tous cultivés d’un besoin de liberté, de croyances ou d’athéisme, tout à la fois semblables et différents car l’universalisme est multiple.

    Il ne faut pas oublier non plus bien sûr les études réalisées par les services officiels des divers États impliqués dans la lutte contre le terrorisme.

    Alors quelles lectures conseiller ? aucune car ce n’est pas mon rôle de le faire et je m’en garderai bien. Il appartient à chacun de faire ses recherches, ses compilations et, évidement, toujours garder son sens critique, ses propres facultés d’analyses et faire son tri dans la masse des données et éléments produits.

    Rien n’empêche ensuite d’alimenter son propre blog mais il faudrait ensuite y avoir la modestie nécessaire, l’honnêteté intellectuelle de citer ses sources pour y dire en quoi on est d’accord ou opposé à telle ou telle étude.

    Les blogs comme vitrine spontanée d’une science illusoire sont inutiles, sauf à entretenir malgré tout une indispensable liberté d’expression. À ce titre ils sont tout à fait justifié même si cela est bien illusoire.

    #Charlie Hebdo #terrorisme #blog #esprit_critique

  • J’adore ces dit-on « baroudeurs » propulsés spécialistes sur tous les plateaux de télévision et très bavards y compris en librairie. Tous les filons sont bons à être exploités :
    « Libération » dévoile les contradictions d’un « spécialiste du djihad » | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/12/22/liberation-devoile-les-contradictions-dun-specialiste-du-dji

    Mais qui est Samuel Laurent, soudainement apparu sur la scène médiatique il y a près d’un an ? Difficile de démêler le vrai du faux. Sur son site Internet, la maison d’édition Seuil présente en quelques mots le parcours de ce « consultant international » qui « sillonne depuis des années les régions contrôlées par les djihadistes, et possède des contacts inégalés dans ces organisations ». A Libération, l’éditeur Jean-Christophe Brochier évoque, là encore, « un consultant international, ce qui veut tout dire, ou ne rien dire. Disons que c’est un baroudeur ».

    #djihadisme #presse #esprit_critique

  • Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à le dire qu’ils ont raison, sont-ils si nombreux d’ailleurs ? - Le Blog de Cyrille BORNE
    http://cyrille-borne.com/article42/ce-n-est-pas-parce-qu-ils-sont-nombreux-a-le-dire-qu-ils-ont-raison-s

    Dernièrement Numerama titrait : Mozilla choisit de défendre Mozilla, pas les valeurs du logiciel libre ! Numerama, site internet un peu rageux de l’espace informatique Français qui donne l’impression de s’engager, de dénoncer, une espèce de volonté de jouer au canard enchaîné de l’informatique.

    #Mozilla #Pub