• Strasbourg : des « propos racistes », deux eurodéputés estoniens impliqués dans un incident
    https://www.sudouest.fr/justice/strasbourg-des-propos-racistes-deux-eurodeputes-estoniens-impliques-dans-un
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/strasbourg-enquete-preliminaire-apres-un-incident-impliquant-deux-eurodeput

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, un incident a eu lieu à Strasbourg entre l’agent de sécurité d’une discothèque et des parlementaires estoniens, qui auraient tenu des « propos racistes ».

    Une enquête préliminaire a été ouverte après un incident survenu dans la nuit de mercredi à jeudi entre deux eurodéputés estoniens et l’agent de sécurité d’une discothèque de Strasbourg que les parlementaires auraient insulté, a appris l’AFP vendredi de sources proches du dossier et judiciaire. L’incident s’est produit jeudi vers 04h00 dans une boîte de nuit du centre de Strasbourg, selon la source proche du dossier, confirmant une information du quotidien régional Les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA).


    Un groupe de députés européens, qui se trouvaient à Strasbourg dans le cadre de la session plénière du Parlement européen, s’est présenté à la porte de l’établissement, selon cette source. Parmi eux, les deux Estoniens. Le site du média estonien err.ee a interrogé l’un deux, l’ancien chef d’état-major des armées d’Estonie, Riho Terras, et évoque des propos tenus par le second, Jaak Madison, auprès d’un autre média estonien. Riho Terras est membre du Parti populaire européen (PPE), qui regroupe les formations conservatrices.

    « Nègre » et « singe »
    Quant à Jaak Madison, il appartient au groupe Identité et Démocratie (ID), qui rassemble des partis d’extrême droite et avait suscité une polémique il y a quelques années en déclarant que le nazisme avait, « avec sa notion de l’ordre, sorti l’Allemagne de la merde ». Selon les DNA, qui citent le gérant du night-club ainsi que l’agent de sécurité, ce dernier aurait demandé aux parlementaires de payer le vestiaire pour y déposer leur veste, ce que l’un des Estoniens, dont l’identité n’est pas précisée, aurait refusé de faire. Il aurait ensuite « tenu des propos discriminatoires et racistes » à l’encontre de l’agent, le traitant notamment de « nègre » et de « singe », a affirmé le gérant au journal alsacien.

    Contacté par l’AFP, le gérant de l’établissement n’a pas donné suite. Selon la source proche du dossier, le ton est encore monté, jusqu’à l’arrivée de la police, dont l’un des agents a pris « un coup » de la part d’un des Estoniens qui, plaqué « au sol », a invoqué sa qualité de député européen et son immunité, mettant fin à l’intervention. Pour leur part, les deux eurodéputés ont expliqué aux médias estoniens que Riho Terras n’avait pas été admis dans le club en raison « de sa tenue ». Ils ont réfuté tout propos raciste, estimant que la police française avait « surréagi », précise err.ee. L’agent de sécurité « a porté plainte » ainsi que le policier, a indiqué cette même source. Selon une source judiciaire, « une enquête préliminaire est en cours ».

    #ue #union_européenne #Strasbourg #Estonie #racisme #violence

  • Non-white refugees fleeing Ukraine detained in EU immigration facilities

    Non-white students who have fled Ukraine have been detained by EU border authorities in what has been condemned as “clearly discriminatory” and “not acceptable”.

    An investigation by The Independent, in partnership with Lighthouse Reports and other media partners, reveals that Ukraine residents of African origin who have crossed the border to escape the war have been placed in closed facilities, with some having been there for a number of weeks.

    At least four students who have fled Vladimir Putin’s invasion are being held in a long-term holding facility Lesznowola, a village 40km from the Polish capital Warsaw, with little means of communication with the outside world and no legal advice.

    One of the students said they were stopped by officials as they crossed the border and were given “no choice” but to sign a document they did not understand before they were then taken to the camp. They do not know how long they will be held there.

    A Nigerian man currently detained said he was “scared” about what will happen to him after being held in the facility for more than three weeks.

    Polish border police have confirmed that 52 third-country nationals who have fled Ukraine are currently being held in detention facilities in Poland.

    The International Organisation for Migration (IOM) said they were aware of three other facilities in Poland where people non-Ukrainians who have fled the war are being detained.

    Separately, a Nigerian student who fled the Russian invasion is understood to have been detained in Estonia after travelling to the country to join relatives, and is now being threatened with deportation.

    This is despite a EU protection directive dated 4 March which states that third country nationals studying or working in Ukraine should be admitted to the EU temporarily on humanitarian grounds.

    Maria Arena, chair of the EU parliament’s subcommittee on human rights, said: “International students in Ukraine, as well as Ukrainians, are at risk and risking their lives in the country. Detention, deportation or any other measure that does not grant them protection is not acceptable.”

    The findings of the investigation, which was carried out in collaboration with Lighhtouse Reports, Spiegal, Mediapart and Radio France, comes after it emerged that scores of Black and Asian refugees fleeing Ukraine were experiencing racial discrimination while trying to make border crossing last month.
    ‘They took us here to the camp... I’m scared’

    Gabriel*, 29, had been studying trade and economics in Kharkov before war broke out. The Nigerian national left the city and arrived at the border on 27 February, where he says his phone was confiscated by Polish border guards and he was given “no option” but to sign a form he did not understand.

    “It was written in Polish. I didn’t know what I was signing. I said I wouldn’t sign, but they insisted I signed it and that if not I would go to jail for five months,” he said in a recorded conversation with a Nigerian activist.

    The student said he was then taken to court, where there was no interpreter to translate what was being said so that he could understand, and then taken to a detention centre in the small village of Lesznowola.

    “It is a closed camp inside a forest,” said Gabriel, speaking from the facility. “There’s no freedom. Some people have been here more than nine months. Some have gone mad. I’m scared.

    “We escaped Ukraine very horrible experience, the biggest risk of my life [...] Everything was scary and I thought that was the end of it. And now we are in detention.”

    Gabriel said there are at least two other Nigerian students in the camp, along with students from Cameroon, Ghana, the Ivory Coast and French African nations.

    Guards at the centre said inmates have their mobile phones confiscated, with only those who have a second sim card given a phone without a camera.

    Many can only communicate with the outside world via email – and even this is said to be limited to certain times.

    Another individual detained at the centre is Paul, 20, a Cameroonian who had been studying management and language at Agrarian University Bila Tserkva in Kyiv for six months when the war started.

    His brother, Victor, who is in Cameroon, said Paul had told him that he had been apprehended while crossing the border and that on 2 March, a Polish judge ordered that he be transferred to Lesznowola detention centre.

    “From his explanation, the camp doesn’t seem like one that welcomes people fleeing from the war in Ukraine. It’s a camp that has been existing and has people that came to seek for asylum. No one knows why he is being detained,” he said.

    Victor said that Paul was given seven days to appeal the decision to detain him, but that he has been unable to access the internet in order to file the appeal in time.

    “Since that day he filed the appeal, police and guards try to restrict them. He used to get five minutes of internet but on that day they stopped letting them use the internet. The phone he used to communicate with me was blocked. Maybe it’s because they realised that the issue was taking on a legal dimension,” he said.
    ‘He’s not allowed to be in Estonia’

    This investigation has also heard reports that a Nigerian student, Reuben, is facing deportation from Estonia after being detained having fled the war in Ukraine.

    Prior to his arrival in the eastern European country, 32-year-old Reuben emailed the head of International House, a service centre that helps internationals in Estonia to communicate with the state, explaining that he wanted to join his cousin living in the country.

    The head of the organisation Leonardo Ortega responded by letter that he may relocate to Estonia.

    Reuben, who attended Bila Tserkva National Agrarian University in Ukraine and is married to a Ukrainian woman, arrived on 9 March through Poland with his cousin Peter.

    After being delayed for three hours at the Estonia border, the pair were escorted to a police station, according to Peter, 30, who has an Estonian residency permit.

    He said three police officers escorted his cousin away with his luggage and said he would be detained for two days themn deported back to Nigeria.

    The officers reportedly advised that the 32-year-old would be banned from entering any Schengen country for the next five years; his phone was confiscated and he’s been in detention since.

    “A few officers said ‘he’s not allowed to be in Estonia’. Even after asking for international protection, we were told that my cousin needs to have a lawyer to fight his case, but most of the lawyers I initially contacted refused to take my cousin’s case,” said Peter.

    “He received an email in advance saying it was okay to come - and after everything we went through, the next thing they want to deport and ban him for five years. I don’t know why deportation came into the picture.”

    Criney, a London-based campaigner who has been supporting the affected students on a voluntary basis, said there was an “emerging pattern of arbitrary detention of students coming out of Ukraine fleeing the war”.

    “There are other cases in Austria and Germany with regards to students who have applied for asylum or asked for permits to remain,” the campaigner said.
    Detained ‘for the purpose of identity verification’

    The EU directive on 4 March aims to help refugees fleeing the invasion to stay for at least one year in one country and also have access to the labour market and education.

    It states that it also applies to “nationals of third countries other than Ukraine residing legally in Ukraine who are unable to return in safe and durable conditions to their country or region of origin”.

    This can include third-country nationals who were studying or working in Ukraine, it states, adding that this cohort should “in any event be admitted into the union on humanitarian grounds”, without requiring valid travel documents, to ensure “safe passage with a view to returning to their country or region of origin”.

    Michał Dworczyk, a top aide to the Polish prime minister, said when war broke out that “everyone escaping the war will be received in Poland, including people without passports”.

    But the Polish government has admitted that it is sending some of this cohort to closed facilities once they cross the border.

    In a tweet on 2 March, the Polish ministry of internal affairs and administration said: “Ukrainians are fleeing the war, people of other nationalities are also fleeing. All those who do not have documents and cannot prove Ukrainian citizenship are carefully checked. If there is a need, they go to closed detention centres.”

    In a letter to a member of the EU Parliament, Poland’s border police admitted that 52 third country nationals who had fled from Ukraine had been taken to closed detention centres in the first three weeks of the war.

    The letter stated that this was necessary “to carry out administrative proceedings for granting international protection or issuing a decision on obliging a foreigner to return”.

    Ryan Schroeder, press officer at the IOM, said the organisation was aware of three other facilities in Poland where “third-country nationals arriving from Ukraine, who lack proper travel documentation, are brought to for the purpose of identity verification”.

    The Polish government, the Polish police and the Estonian authorities declined to comment on the allegations.

    A spokesperson for the Polish border force said it “couldn’t give any detail about the procedures on foreigners because of the protection on personal data”, adding that it is “the court which takes the decision each time to place people in guarded centres for foreigners”.
    ‘Clearly unsatisfactory and discriminatory’

    Steve Peers, a professor of EU law in the UK, says that even if member states choose not to apply temporary protection to legal residents of Ukraine, they should give them “simplified entry, humanitarian support and safe passage to their country of origin”.

    “In my view this is obviously a case where students could not have applied for a visa and might not meet the other usual criteria to cross the external borders, yet there are overwhelming reasons to let them cross the border anyway on humanitarian grounds. There are no good grounds for immigration detention in the circumstances,” he added.

    Jeff Crisp, a former head of policy, development and evaluation at UNHCR, said it was “clearly unsatisfactory and discriminatory” for third country nationals who have fled from Ukraine to be held in detention centres in EU states, “not least because of the trauma they will have experienced in their efforts to leave Ukraine and find safety elsewhere”.

    He added: “They should be released immediately and treated on an equal basis with all others who have been forced to leave Ukraine.”

    It comes after the UN High Commissioner for Refugees Filippo Grandi warned this week that, although he had been “humbled” by the outpouring of support seen by communities welcoming Ukrainian refugees, many minorities – often foreigners who had been studying or working there – had described a very different experience.

    “We also bore witness to the ugly reality, that some Black and Brown people fleeing Ukraine – and other wars and conflicts around the world – have not received the same treatment as Ukrainian refugees,” he said.

    “They reported disturbing incidents of discrimination, violence, and racism. These acts of discrimination are unacceptable, and we are using our many channels and resources to make sure that all people are protected equally.”

    Mr Grandi appealed to countries, in particular those neighbouring Ukraine, to continue to allow entry to anyone fleeing the conflict “without discrimination on grounds of race, colour, descent, or national or ethnic origin and regardless of their immigration status”.

    *Names have been changed

    https://www.independent.co.uk/news/world/europe/ukraine-refugees-detention-international-students-b2041310.html

    #étudiants #Ukraine #rétention #détention_administrative #guerre #guerre_en_Ukraine #Pologne #Estonie

    • I rifugiati “non bianchi” in fuga dall’Ucraina finiscono nei centri di detenzione

      Un’indagine di The Independent in collaborazione con Lighthouse Reports lo dice chiaro e tondo: i residenti ucraini di origine africana che hanno attraversato il confine per sfuggire alla guerra sono stati rinchiusi in centri per l’immigrazione, alcuni di loro si trovano lì da diverse settimane.

      Almeno quattro studenti fuggiti dall’invasione di Vladimir Putin sono detenuti in una struttura di detenzione a lungo termine di Lesznowola, un villaggio a 40 km dalla capitale polacca Varsavia, con pochi mezzi di comunicazione con il mondo esterno e senza consulenza legale. Uno di loro ha detto di essere stato fermato dai funzionari mentre attraversavano il confine e di non aver avuto “scelta”: ha dovuto di firmare un documento che non comprendeva prima di essere trasferito al campo. Un uomo nigeriano attualmente detenuto ha detto di essere “spaventato” per quello che gli accadrà dopo essere stato trattenuto nella struttura per più di tre settimane.

      La polizia di frontiera polacca ha confermato che 52 cittadini di Paesi terzi fuggiti dall’Ucraina sono attualmente detenuti in centri di detenzione in Polonia. L’Organizzazione internazionale per le migrazioni (Oim) ha affermato di essere a conoscenza di altre tre strutture in Polonia dove sono detenute persone non ucraine fuggite dalla guerra. Uno studente nigeriano fuggito dall’invasione russa sarebbe stato detenuto in Estonia dopo essersi recato nel Paese per raggiungere i parenti e ora è minacciato di espulsione.

      Maria Arena, presidente della commissione per i diritti umani del parlamento Ue, ha dichiarato: «Gli studenti internazionali in Ucraina, così come gli ucraini, sono a rischio e rischiano la vita nel Paese. La detenzione, l’espulsione o qualsiasi altra misura che non garantisca loro protezione non è accettabile».

      Jeff Crisp, ex capo della politica, dello sviluppo e della valutazione dell’Unhcr, ha affermato che è «chiaramente insoddisfacente e discriminatorio» che cittadini di Paesi terzi fuggiti dall’Ucraina vengano trattenuti nei centri di detenzione negli Stati dell’Ue. Ha aggiunto: «Dovrebbero essere rilasciati immediatamente e trattati alla pari con tutti gli altri che sono stati costretti a lasciare l’Ucraina».

      L’Alto Commissario delle Nazioni Unite per i rifugiati Filippo Grandi ha avvertito questa settimana che, sebbene sia soddisfatto dal sostegno dei Paesi che accolgono i rifugiati ucraini, molte minoranze – spesso stranieri che vi hanno studiato o lavorato – hanno descritto un’esperienza molto diversa. «Abbiamo anche testimoniato una pessima realtà: alcuni neri in fuga dall’Ucraina – e altre guerre e conflitti in tutto il mondo – non hanno ricevuto lo stesso trattamento dei rifugiati ucraini», ha spiegato.

      Se ne parla ormai da settimane. Intanto il razzismo continua. Aiutare tutti, ma proprio tutti: questo è il dovere.

      Buon venerdì.

      https://left.it/2022/03/25/i-rifugiati-non-bianchi-in-fuga-dallucraina-finiscono-nei-centri-di-detenzione

    • Des réfugiés fuyant la guerre en Ukraine sont détenus en Pologne

      Selon une enquête menée sous l’égide de Lighthouse Reports – une ONG spécialisée dans l’investigation, à laquelle se sont joints plusieurs médias européens dont Mediapart –, plusieurs étudiants étrangers ayant fui l’Ukraine en guerre séjournent actuellement dans des centres d’accueil fermés en Pologne, en situation de détention.

      https://www.mediapart.fr/journal/international/230322/des-refugies-fuyant-la-guerre-en-ukraine-sont-detenus-en-pologne

    • "C’est comme si j’étais un criminel" : des étudiants étrangers enfermés en Pologne après avoir fui l’Ukraine

      Une enquête réalisée par Radio France, en partenariat avec plusieurs médias internationaux et avec le soutien de l’ONG Lighthouse Reports, révèle que plusieurs étudiants d’origine africaine qui vivaient en Ukraine sont actuellement détenus dans des centres fermés pour étrangers en Pologne.

      Ils faisaient des études dans les technologies de l’information, dans le management, à Kharkiv, à Lutsk ou encore à Bila Tserkva…et se retrouvent désormais enfermés dans un centre de détention pour étrangers à une quarantaine de kilomètres de Varsovie, après avoir fui la guerre en Ukraine. C’est ce que révèle l’enquête de Radio France, mercredi 23 mars, menée en partenariat avec plusieurs médias internationaux et avec le soutien de l’ONG Lighthouse Reports.

      « Je ne pensais pas me retrouver dans cette situation en fuyant en Pologne, comme si j’étais un criminel », témoigne Samuel (le prénom a été changé) au téléphone, étudiant de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine. Après avoir voyagé jusqu’à Kiev, puis Lviv (près de la frontière polonaise), le jeune Nigérian explique avoir traversé la frontière le 27 février avec sa carte d’étudiant, son passeport étant resté à l’université pour des raisons administratives. « Mais quand je suis arrivé en Pologne, les garde-frontières m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas me laisser circuler, car je n’ai pas de passeport, et pour cette raison, je devais être détenu », se remémore celui qui a de la famille en Allemagne, enfermé depuis plus de trois semaines.

      Le 25 février, Michał Dworczyk, chef du cabinet du Premier ministre polonais, assurait pourtant que « toute personne fuyant la guerre serait accueilli en Pologne, notamment les personnes sans passeport ». « Difficile de ne pas y voir du racisme », observe Małgorzata Rycharska, de l’ONG Hope & Humanity Poland, qui ajoute « ne pas comprendre pourquoi ces personnes ont été enfermées ». Contactée, l’ambassade du Cameroun à Berlin, qui a identifié pour l’instant trois de ses ressortissants dans ces centres fermés, fait part aussi de sa surprise. Et assure que les étudiants camerounais avaient des documents d’identité valides avec eux.
      52 étrangers fuyant l’Ukraine envoyés dans des centres fermés

      Dans le centre de Lesznowola, une vingtaine de non-Ukrainiens arrivant d’Ukraine sont actuellement détenus, parmi lesquels nous avons identifié pour l’instant quatre étudiants d’origine africaine. En tout, il y aurait 52 personnes étrangères fuyant l’Ukraine envoyées dans ces centres fermés du 24 février au 15 mars, selon une lettre des garde-frontières adressée au député Tomasz Anisko.

      Lettre des garde-frontières polonais indiquant que 52 personnes non-ukrainiennes mais fuyant l’Ukraine ont été envoyés du 24 février au 15 mars dans des centres pour étrangers.

      Contactés, les garde-frontières indiquent ne pas pouvoir donner davantage d’informations, pour des raisons de protection d’identité. De son côté, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) explique « être au courant de trois centres en Pologne où les ressortissants de pays tiers arrivant d’Ukraine, sans documents de voyage adéquats, sont emmenés pour des vérifications d’identité » mais précise ne pas inclure celui de Lesznowola.

      « Nous sommes des étudiants d’Ukraine, nous ne méritons pas d’être ici », dénonce Samuel, qui ajoute ne pas comprendre pourquoi il se retrouve dans un centre où sont enfermés des migrants ayant tenté de traverser illégalement la frontière avec la Biélorussie l’an dernier. Gabriel (le prénom a été changé), un autre étudiant nigérian qui étudiait à l’Institut national du commerce et de l’économie de Kharkiv, raconte lui qu’à son arrivée en Pologne, « les garde-frontières nous ont pris nos téléphones de force ». Dans un entretien téléphonique avec un représentant de la diaspora nigériane - obtenu par Radio France -, Gabriel indique avoir été forcé à demander la protection internationale en Pologne, « sinon ils m’ont dit que j’allais en prison ». Dans l’attente de la décision, il a été envoyé dans ce camp fermé où il séjourne depuis fin février, décrivant « une situation très mauvaise ».

      Si théoriquement, la loi polonaise permet le placement en centres fermés en cas de demande d’asile dans des situations très précises (en cas de risque, par exemple, que la personne s’échappe lors de la procédure), la pratique diffère. Varsovie avait déjà été pointé du doigt par l’ONU pour la détention systématique de migrants et réfugiés lors de la crise à la frontière biélorusse l’an dernier. « Plein de gens ici sont devenus fous, je suis terrifié, il y en a qui sont là depuis neuf mois », s’effraie Gabriel. Pas d’accès à des avocats, téléphones avec caméra retirés, accès internet d’une vingtaine de minutes par jour seulement… L’étudiant, qui indique être passé devant un tribunal, menottes aux poignets, explique ne jamais avoir voulu demander l’asile en Pologne. « Nous étions juste des étudiants, répète-t-il. Ils devraient me déporter et me laisser rentrer au Nigeria, mais même cela, ça peut prendre parfois six mois », s’inquiète-t-il.

      https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/enquete-c-est-comme-si-j-etais-un-criminel-des-etudiants-etrangers-enfe

  • Rossolje, salade estonienne
    https://www.cuisine-libre.org/rossolje-salade-estonienne

    Salade estonienne de #Betterave, hareng et pommes de terre. Mélange étonnant, mais délicieux, pour cette salade venue du froid. Couper les filets de harengs, la viande de bœuf, les betteraves rouges, les pommes de terre, les cornichons, les pommes, les œufs et l’oignon en cubes. Verser la crème fraîche dans un saladier, ainsi que la moutarde, le sucre, le sel et le poivre. Mélanger le tout. Ajouter du sel et du poivre si nécessaire. Laisser au réfrigérateur pendant une demi-heure et servir en…

    Betterave, #Macédoines, #Salades_de patates, #Cuisine_de l’Est, #Hareng salé #matjes / #Sans gluten
    #Hareng_salé #Estonie

  • 100 ans du traité de #Tartu : célébrations collectives et dialogue de sourds - REGARD SUR L’EST

    http://regard-est.com/100-ans-du-traite-de-tartu-celebrations-collectives-et-dialogue-de-sourd

    Le 2 février 2020, l’Estonie a célébré le centenaire du traité de Tartu, qui a mis fin à la guerre entre l’Estonie et la Russie soviétique (1918-1920). Aussi important pour les Estoniens que la déclaration d’indépendance du 24 février 1918, ce Traité demeure un point de tension avec les autorités de la Russie voisine.

    #russie #estonie #murs #frontières #différends_frontaliers #urss #ex-urss

  • Via polare della Seta. Le mosse della Cina

    Il tunnel da record sotto il baltico, i giacimenti minerari in groenlandia e il controllo dello spazio aereo NATO. Le strategie per sfruttare i mari artici liberati dai ghiacci.

    Le prime prenotazioni on line, 50 euro l’una, sono state vendute subito dopo l’annuncio ufficiale: il più lungo #tunnel sottomarino del mondo (100 km) sarà scavato dal 2020 sul fondo del Mar Baltico, fra la capitale estone #Tallinn e quella finlandese, #Helsinki. Lo scaveranno e pagheranno quasi tutto i cinesi: quindici miliardi di euro, più 100 milioni offerti da un’impresa saudita. L’investimento a oltre 6.300 chilometri da Pechino non è lontano dalla loro «Via della Seta marittimo-terrestre», che dovrebbe collegare circa sessanta Paesi di tre Continenti. Uno dei suoi tratti vitali sarà la «Via polare della Seta», che sfrutterà i mari artici sempre più liberi dai ghiacci grazie al riscaldamento del clima.

    La Via polare della Seta

    Oggi, da Shanghai a Rotterdam attraverso la rotta tradizionale del canale di Suez, bisogna navigare per 48-50 giorni. Con la Via polare si scende a 33. Accorcerà di una settimana anche il passaggio che unisce Atlantico e Pacifico costeggiando Groenlandia, Canada e Alaska, rispetto alla rotta attraverso il canale di Panama. Navi cinesi hanno già collaudato entrambe le rotte. A fine maggio, il vice primo ministro russo Maxim Akimov ha annunciato che anche Mosca potrebbe unirsi al progetto di Pechino. La Cina è pronta a fare il suo gioco: da una parte marcare la sua presenza commerciale, politica e militare nel mondo, dall’altra sfruttare il sottosuolo dell’Artico. Parliamo del 20% di tutte le riserve del pianeta: fra cui petrolio, gas, uranio, oro, platino, zinco. Pechino ha già commissionato i rompighiaccio, fra cui — gara appena chiusa — uno atomico da 152 metri, costo previsto 140 milioni di euro, con 90 persone di equipaggio. Il più grande al mondo di questo tipo, e potrà spaccare uno strato di ghiaccio spesso un metro e mezzo. La Cina ha iniziato anche i test per l’«Aquila delle nevi», un aereo progettato per i voli polari, e sta studiando che cosa può combinare un sommergibile che emerga dai ghiacci. Un articoletto pubblicato dal Giornale cinese di ricerca navale, e subito monitorato dagli analisti militari occidentali, spiega: «Sebbene il ghiaccio spesso dell’Artico provveda a una protezione naturale per i sottomarini, tuttavia costituisce anche un rischio per loro durante il processo di emersione». Segue uno studio dettagliato sulle manovre da eseguire . Tutte le superpotenze compiono queste ricerche. Però la Cina non è uno Stato artico come la Russia o gli Usa, ma nel 2018 si è autodefinita uno «Stato quasi-artico». Il segretario di Stato americano Mike Pompeo ha risposto qualche settimana fa: «Ci sono solo Stati artici e non artici. Una terza categoria non esiste».

    Le attività cinesi in Groenlandia

    Pechino tira dritto, sopratutto in Groenlandia, portaerei naturale di fronte agli Usa e al Canada, dove il riscaldamento del clima sta sciogliendo 280 miliardi di tonnellate di ghiaccio all’anno. Un dramma mondiale che però agevola l’estrazione di ciò che sta sotto. Perciò ha acquistato o gestisce con le sue compagnie di Stato i quattro più importanti giacimenti minerari. All’estremo Nord, nel fiordo di Cjtronen, c’è quello di zinco, gestito al 70% dalla cinese NFC, considerato il più ricco della terra. È strategico perché si trova di fronte all’ipotetica «Via polare della Seta», quella del passaggio verso Canada e Usa; e perché potrebbe placare la domanda di zinco della Cina, salita del 122% dal 2005 al 2015. Poi c’è il giacimento di rame di Carlsberg, proprietà della Jangxi Copper, colosso di Stato considerato il massimo produttore cinese di rame nel mondo. Il suo ex-presidente è stato appena condannato a 18 anni per corruzione.

    La Cina controlla le «terre rare»

    Poi ancora la miniera di ferro di Isua (della «General Nice» di Hong Kong); e infine Kvanefjeld, nell’estremo Sud: una riserva mai sfruttata di uranio e «terre rare», i metalli usati per la costruzione di missili, smartphone, batterie, hard-disk. Kvanefjeld , che è accessibile solo via mare, è proprietà della compagnia australiana Greenland Minerals Energy e al 12,5% della compagnia di Stato cinese Shenghe Resources, considerata la maggiore fornitrice di «terre rare» sui mercati internazionali. Con un investimento da 1,3 miliardi di dollari il giacimento potrà fornire una delle più alte produzioni al mondo di «terre rare». La quota azionaria della Shenghe è limitata, ma il suo ruolo nel progetto no, perché il prodotto estratto da Kvanefjeld sarà un concentrato di «terre rare» e uranio, i cui elementi dovranno essere processati e separati, e questo accadrà soprattutto a Xinfeng, in Cina, dove gli stabilimenti sono già in costruzione. Nel progetto anche un nuovo porto, nella baia accanto al giacimento. La Cina possiede già oltre il 90% di tutte le «terre rare» del mondo, dunque ne controlla i prezzi. Con quel che arriverà da Kvanefjeld, chiuderà quasi il cerchio. Nei lavori del porto, è coinvolto anche il colosso di Stato cinese CCCC, già messo sulla lista nera della Banca Mondiale per una presunta frode nelle Filippine. I dirigenti della Shenghe nel gennaio di quest’anno hanno formato una joint-venture con compagnie sussidiarie della China National Nuclear Corporation.

    Aereoporti: la CCCC non lascia

    La sigla del colosso edilizio CCCC è riemersa nella gara d’appalto lanciata dal governo groenlandese per l’allargamento e la costruzione di tre nuovi aeroporti intercontinentali — a Nuuk, Ilulissat e Qaqortoq — che dovrebbero assicurare all’isola collegamenti diretti con gli Usa e l’Europa. Nel 2018, sei imprese sono state ammesse: l’unica non europea era la CCCC. Ma la sua offerta ha preoccupato gli Usa (nell’isola c’è la base americana di Thule, che può intercettare i missili in arrivo su Washington) e la Danimarca (che ha un diritto di veto sulle questioni che toccano la sicurezza). Così i danesi hanno lanciato all’ultimo momento un’offerta d’oro rilevando un terzo della compagnia groenlandese che appaltava la gara, e la CCCC è stata esclusa. Ma lo scorso 5 aprile è stata annunciata una nuova gara per il «completamento» delle piste e dei terminal a Nuuk e Ilulissat: altro affare milionario, e i cinesi hanno tentato di rientrare grazie a joint-venture formate con imprese olandesi, canadesi e danesi. I lavori inizieranno a settembre.

    Le operazioni di controllo in Islanda

    Pechino ha messo a segno un altro successo nordico, questa volta a Karholl in Islanda: l’osservatorio meteo-astronomico battezzato «CIAO» («China-Iceland Joint Arctic Science Observatory»), tutto finanziato dai cinesi. Tre piani, 760 metri quadrati, controlla i cambiamenti climatici, le aurore boreali, i percorsi dei satelliti. E lo spazio aereo della Nato. Il vice responsabile dell’osservatorio è Halldor Johannson, che in Islanda è anche portavoce di Huang Nubo, il miliardario imprenditore ed ex dirigente del Partito comunista cinese che nel 2012 tentò di comprare per circa sette milioni di euro 300 chilometri di foreste islandesi, dichiarando di volerne fare un parco naturale e turistico. Anche su quelle foreste passavano e passano le rotte della Nato.

    https://www.corriere.it/digital-edition/CORRIEREFC_NAZIONALE_WEB/2019/06/24/12/pvia-polare-span-classrossodella-seta-span-classsezionele-mosse-della-cinas
    #arctique #Chine #Chinarctique #Groenland #espace_aérien #OTAN #mines #extractivisme #Baltique #route_de_la_soie #route_polaire #Estonie #Finlande

    ping @reka @simplicissimus

  • Estonie. Climat de guerre froide à la frontière russe

    En 2016, le photographe italien #Alessandro_Gandolfi s’est rendu en Estonie, tout près de la frontière russe, pour y réaliser cette série intitulée “Estonie. La nouvelle Crimée ?” Selon lui, un rideau de fer s’est à nouveau abattu sur l’Europe. Et plus précisément dans cet État. Ce pays Balte, aujourd’hui membre de l’Union européenne et de l’Otan, faisait partie de l’Union soviétique pendant la première guerre froide. Aujourd’hui, il se retrouve au beau milieu de la partie qui se joue entre Washington et Moscou. “Il me semblait intéressant de raconter le quotidien des Estoniens, surtout ceux qui vivent à la frontière avec la Russie. Ils sont russophones pour la plupart, pro-Poutine et peu intégrés”, explique Alessandro Gandolfi à Courrier international.

    Depuis que la Russie a annexé la Crimée en 2014, l’Estonie craint d’être la prochaine victime de son expansionnisme. L’Otan est d’ailleurs en train d’intensifier sa présence militaire le long de la frontière balte. En 2017, son budget pour cette région est monté à 3,4 milliards de dollars, et l’organisation y a détaché des milliers de soldats supplémentaires. De plus, le nombre de civils qui rejoignent des milices de volontaires ne cesse de croître.
    Né en 1970 à Parme, Alessandro Gandolfi a été journaliste au quotidien La Repubblica avant de se consacrer au photojournalisme à partir de 2001. Il a cofondé l’agence Parallelozero à Milan. Son travail, publié dans de nombreux titres internationaux comme Time, Die Zeit et National Geographic, a été plusieurs fois primé.


    https://www.courrierinternational.com/diaporama/estonie-climat-de-guerre-froide-la-frontiere-russe

    #Estonie #frontières #Russie #photographie
    ping @reka @albertocampiphoto

  • Ardennes : Peste porcine africaine : la filière française s’inquiète

    Le ministère français de l’Agriculture a reçu les différents acteurs de la filière porcine pour faire le point sur la situation, ce vendredi après-midi. Alors que deux cas de peste porcine africaine ont été détectés en Province de Luxembourg ce jeudi, les autorités françaises prennent des mesures pour contrer une menace économique importante dans l’Hexagone.


    Au lendemain de la détection de deux cas de Peste porcine africaine en Belgique, les acteurs français de la filière porcine ont été reçus par la Direction générale de l’Alimentation, qui dépend du ministère de l’Agriculture. Éleveurs, abatteurs, vétérinaires et chasseurs ont participé à cette réunion. L’objectif principal était qu’ils présentent leur stratégie pour contrer l’entrée de la maladie des suidés sur le territoire français.

    Mesures de prévention
    Si les éleveurs porcins sont très engagés dans la prévention, c’est notamment parce que la menace de peste les inquiète depuis plusieurs mois, sachant que la maladie existe depuis quatre ou cinq ans dans les pays de l’Est de l’Europe. C’est donc bien préparés que les acteurs de la filière ont interpellé les autorités. Des mesures ont ainsi été prises, notamment auprès des chasseurs de France. Il leur est d’abord demandé de restreindre la chasse dans les communes qui longent la frontière belge, de manière à éviter au maximum les déplacements d’animaux. Mais aussi d’organiser des actions de surveillance de l’état sanitaire des sangliers. Du côté des élevages, les autorités rappellent les règles de biosécurité, demandent d’isoler les bâtiments contre les animaux sauvages, et de porter « une attention particulière au développement frontalier avec la Belgique. »

    Tout un secteur en danger
    C’est la Bretagne qui est particulièrement concernée par le risque économique que représente la maladie, puisque 60% de la production porcine de France viennent de cette région du pays. Si le virus devait passer la frontière, c’est toute une filière pérenne qui serait en danger. Concrètement, si un cas est détecté dans un élevage de l’Hexagone, il sera directement question d’un abattage total. Mais également d’une désinfection complète des lieux, de l’instauration d’un périmètre de sécurité, d’une maîtrise du mouvement des animaux et d’un contrôle de tout ce qui entrera et sortira de l’exploitation victime. Bref, une éradication immédiate qui représenterait une perte colossale pour tout éleveur concerné.

    #agriculture #élevage #productivisme #mondialisation #porcs #cochons #sangliers #ue #union_européenne #Bretagne #transports #camions #sanglier

    • La peste porcine s’étend rapidement dans l’est de l’Europe, plus particulièrement en #Estonie, en #Lettonie, en #Lituanie, en #Pologne, en #Tchéquie, en #Hongrie, en #Roumanie et en #Bulgarie. Sur les huit premiers mois de l’année, quelque 4800 cas ont été recensés dans l’Union européenne, 3800 sur des sangliers et 1000 foyers dans de petits élevages porcins ou des structures plus professionnelles. Le nombre de cas dépasse déjà celui de l’ensemble de l’année 2017 lorsque 4100 foyers avaient été comptabilisés. La situation en Bulgarie est particulièrement préoccupante alors que l’épidémie a aussi vu le jour en #Chine.

      https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-boerenbond-appelle-a-la-vigilance-face-a-la-peste-porcine-africaine?i


      Peste porcine africaine : l’inquiétude des chasseurs
      https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_peste-porcine-africaine-l-inquietude-des-chasseurs?id=10019284

      Jeudi soir, l’Afsca annonçait la découverte dans le sud du pays de plusieurs cas de peste porcine africaine. La maladie a été détectée sur des sangliers localisés sur la commune d’Etalle. Aujourd’hui, les chasseurs s’inquiètent. Dans 3 semaines, la saison de la chasse en battue démarre et ils se demandent franchement s’ils pourront chasser.
      . . . . . .
      Des sangliers contaminés exportés par des chasseurs ?

      D’après les premiers éléments de l’Afsca, l’épidémie serait arrivée chez nous (en Belgique) par le biais d’un morceau de porc venant d’un pays touché par cette peste porcine, un pays de l’est probablement. Si l’hypothèse du déchet alimentaire est privilégiée, une autre piste est avancée. Certains pensent que des sangliers infectés pourraient avoir été importés de ces pays.

    • Des sangliers d’élevage français régulièrement abattus lors de chasses belges, affirme un chasseur Christine Borowiak - 20 Septembre 2018 - RTBF
      https://www.rtbf.be/info/regions/detail_des-sangliers-d-elevage-francais-regulierement-abattus-lors-de-chasses-b


      Ce témoignage interpellant : celui d’un chasseur belge, d’un grand chasseur, habitué autant à chasser en Afrique ou dans les pays de l’Est, que dans nos contrées. Il a choisi de nous expliquer, sous le couvert de l’anonymat par crainte de représailles, le pourquoi de la pratique d’importation de sangliers d’élevage venant de pays étrangers, alors que la peste porcine africaine est présente parmi les sangliers wallons, et que l’importation de sangliers venant de pays de l’Est est une des hypothèses de l’arrivée de la maladie.

      Les sangliers d’élevage, ce chasseur les connaît bien : « J’en ai déjà tiré plusieurs, dans les Ardennes et du côté de Chimay. Souvent, ils ont une médaille à l’oreille. Ils sont numérotés, et la médaille a une couleur différente selon le pays. Ceux que j’ai tués venaient de France. Parfois aussi, je tombe sur des sangliers non identifiables, mais on voit tout de suite de quoi il s’agit, on n’est pas fou : un sanglier qui a le poil luisant comme celui d’un chien, on ne va pas me dire qu’il s’est roulé dans les boues hein ! » Il évoque aussi ce camion, qui avait amené des sangliers du côté de Janhay, dans les Ardennes : « Les bêtes avaient encore de la paille dans les onglets ! »

      Encore un cochon de ferme !
      Des rencontres qui ne semblent pas déranger grand monde : « On rigole entre nous, on se dit : c’est encore un cochon de ferme ! ». Et quand on lui demande ce que deviennent ces médailles, la réponse fuse : « On coupe l’oreille, ainsi ça ne se voit pas ! On en fait pas de la publicité avec un sanglier qui a de la garniture aux oreilles ! ».

      Pourquoi de telles pratiques ? Pour ce chasseur, c’est clair, c’est une question d’argent et de prestige. "Ce sont des chasses d’affaire. Des endroits où on va faire passer un bon moment aux invités, des gens de « la haute », des notables. Il faut leur faire plaisir, parce qu’après la chasse, on va parler affaires avec eux. J’ai connu des chasses où, le matin même ou la veille au soir, on remettait dans le bois quelques belles bêtes, bourrées de calmants. On les envoient vers les invités, et ceux-ci tirent un gros cochon,un deuxième gros cochon, et ils se disent : fantastique, c’est une belle chasse ici ! Et alors, ils prennent des actions."

      1000 euros par jour de #chasse
      Des actions, c’est-à-dire des parts de droit de chasse, payer pour avoir le droit de chasser du gibier. « Ça démarre à 1000 euros par jour, et ça peut aller jusqu’à 3000 euros, quand il y a des cervidés. Vous ajoutez à cela la location. Une grosse chasse, ça peut valoir 100.000 euros par an ! Donc, il faut trouver des actionnaires qui ont des gros moyens ! ».

      Et pour les appâter, il faut du gibier en nombre. "Les invités, ils vont brûler des cartouches, ils vont tirer, tirer, tirer, il faut s’amuser. Avant, lors d’une journée de chasse, on tuait 3, 4, 5 sangliers, et on était satisfait. Maintenant, on aime en tirer 40, 50 sur la journée s’il y a moyen. Les gens ne sont plus contents avec 2 bêtes. Et avec le prix qu’ils mettent par jour, il leur faut du gibier, ils paient pour avoir quelque chose. Et s’il n’y a pas assez de gibier, on va le chercher ailleurs et on le ramène ici.

  • Voyage du Pape François aux pays baltes : Programme du 22 au 25 septembre 2018 - [Lettonie-Francija]

    Voyage du Pape François aux pays baltes : Lituanie, Lettonie et Estonie

    Le programme de la visite du Pape François dans les pays baltes a été dévoilé ce jeudi 5 juillet. Comme annoncé le 9 mars dernier, le Saint-Père se rendra du 22 au 25 septembre prochain en Lituanie, Lettonie et Estonie. Les trois États baltes fêtent cette année, le centenaire de leurs indépendances à la fin de la première Guerre mondiale. En France la chaîne KTO bouleverse ses programmes pour vous faire vivre en direct cette visite apostolique, et propose également des documentaires et des reportages tout au long de la semaine.

    Principaux moments du voyage du pape François dans les pays Baltes

    Samedi 22 septembre 2018 : Bienvenue en Lituanie.
    Dimanche 23 septembre 2018 : Messe au parc Santakos de Kaunas (Lituanie) suivie de l’Angélus.
    Lundi 24 septembre 2018 : Accueil officiel en Lettonie .
    Mardi 25 septembre 2018 : Accueil officiel depuis l’aéroport international de Tallinn (Estonie) .

    Précisions et détails des retransmissions télévisuelles dans la suite de l’article :
    https://www.lettonie-francija.fr/voyage-pape-francois-pays-baltes-programme-1582?lang=fr

    #Pape_François #Pays_baltes #Lituanie, #Lettonie #Estonie

  • Estonie : bus gratuits sur l’ensemble du pays, une première européenne - Sciencesetavenir.fr
    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/estonie-bus-gratuits-sur-l-ensemble-du-pays-une-premiere-europeenne

    « Nous cherchions comment animer les régions rurales, arrêter l’exode vers les villes », a indiqué à l’AFP Mme Simson, soulignant que le programme est le fruit de discussions entre le gouvernement central et les comtés.

    « Au niveau d’un comté, le transport gratuit par bus vise principalement à créer des possibilités pour la #mobilité des habitants des régions rurales, afin de leur garantir l’accès aux services quotidiens », a-t-elle précisé.

    #transport #ruralité #égalité

  • Estonia To Become The World’s First Free Public Transport Nation
    https://popupcity.net/estonia-to-become-the-worlds-first-free-public-transport-nation

    Tallinn, known for its digital government and successful tech startups, is often referred to as Europe’s innovation capital. Now celebrating five years of free public transport for all citizens, the government is planning to make Estonia the first free public transport nation. Allan Alaküla, Head of Tallinn European Union Office, shares some valuable insights for other cities.

    #transport #service_public #gratuité #Estonie

  • L’UE propose une enveloppe de 20 milliards d’euros pour la Défense dans son budget RTBF avec Agences - 29 Avril 2018
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_l-ue-propose-une-enveloppe-de-20-milliards-d-euros-pour-la-defense-dans-

    L’union européenne de la Défense se concrétise financièrement avec une dotation conséquente de près de 20 milliards d’euros dans le projet de budget préparé par la #commission_européenne pour la période 2021-2027, selon des documents de travail vus par l’AFP.


    Sans surprise, le #fonds_européen_de_défense se taille la part du lion avec une dotation pour l’ensemble de la période de 7 milliards pour l’industrie de la défense et une autre de 3,5 milliards pour la recherche et le développement conjoints de technologies et d’équipements.

    Une seconde enveloppe de 6,5 milliards d’euros est consacrée à la #mobilité #militaire en Europe. L’espace n’est pas en reste avec un financement programmé de 13 milliards d’euros pour les systèmes de navigation par satellites #Galileo et #EGNOS.

    « Cela correspond exactement à ce qui est annoncé depuis le lancement du Fonds de Défense avec une dotation de 1,5 milliard d’euros par an », a déclaré à l’AFP l’eurodéputé français Arnaud Danjean, spécialiste des questions militaires.

    Le Fonds doit permettre de financer des projets montés en coopération, a souligné M. Danjean.

    La dotation pour la mobilité vise pour sa part à renforcer les capacités logistiques avec des #infrastructures routières et ferroviaires utilisables pour déplacer des unités et des équipements militaires de l’#Italie à la #Pologne, de la #France à l’#Estonie.

    « Tout cela relève du symbole plus que d’une capacité crédible », a toutefois jugé sous couvert de l’anonymat un eurodéputé membre de la commission des budgets.

    Économies
    L’objectif de l’#union européenne est de se renforcer en tant qu’acteur mondial, mais également de se préparer à un éventuel désengagement des Etats-Unis. 

    L’effort financier demandé est aussi justifié par les économies potentielles. « En procédant à des acquisitions communes, nous pouvons économiser près d’un tiers des dépenses actuellement consacrées à la Défense », soutient le président de la commission européenne Jean-Claude_Juncker.

    « L’UE compte actuellement 178 systèmes d’armes différents contre 30 seulement aux Etats-Unis », se plait-il à rappeler.

    « Lorsque les chefs d’Etat et de gouvernement déclarent que l’Europe doit à l’avenir se mobiliser encore plus fortement pour protéger la population et assurer sa sécurité, ils doivent traduire leurs paroles en actes, répondre aux questions par des moyens financiers concrets », _ a estimé M. Juncker en février.

    Compétence des états membres, la défense est un poste budgétaire nouveau dans le #budget_européen. Aucun euro n’avait été budgétisé pour la mobilité militaire sur l’exercice 2014-2020 et la dotation du fonds européen de défense était de 590 millions d’euros.

    #guerre #infrastructure_de_transport européenne en état de délabrement #impôts #budget

  • « Dictionnaire insolite des pays baltes » par Marielle Vitureau - [Lettonie-Francija]

    Une surprenante aventure alphabétique entre Estonie, Lettonie et Lituanie

    Marielle Vitureau, journaliste, vit en Lituanie depuis près de vingt ans. Colporteuse de sons, elle couvre les pays baltes pour RFI, Radio France, Courrier International et d’autres médias. Elle est l’auteure d’une carte sonore de Vilnius et du livre « Les Lituaniens » (2015). Son nouveau « Dictionnaire insolite des pays baltes » est maintenant en librairie : Un vrai voyage entre Estonie, Lettonie et Lituanie.

    Marielle Vitureau sera présente le dimanche 27 mai 2018 de 12:30 à 13:45 au Musée d’Orsay pour présenter son livre et échanger avec le public.

    « Un voyage dans les pays baltes »

    Ces premiers mots, ouvrent une aventure alphabétique surprenante racontée en Estonie, Lettonie et Lituanie, par Marielle Vitureau.

    Mes curiosités baltophiles m’ont amené à questionner la journaliste qui vit en Lituanie depuis près de vingt ans, à propos de cette collection de surprises rassemblées dans le « dictionnaire insolite des pays baltes ».

    Quand nous avons conversé par téléphone entre Lituanie et Francija, je n’avais pas encore lu une seule ligne de son ouvrage qui était alors sous presse.

    Marielle a eu la gentillesse de nous partager quelques surprises lors d’un entretien téléphonique : Entrons quelques instants dans cette insolite collection de mots ...

    https://soundcloud.com/user-613668453/marielle-vitureau-raconte-son-dictionnaire-insolite-des-pays-baltes

    Pour découvrir les trois pays en naviguant agréablement parmi les mots, l’histoire, la géographie, la culture, les personnages réels ou imaginaires, et quelques autres surprises insolites amusantes, vous pouvez lire cet ouvrage au gré de vos envies, en commençant par la page qui vous attire.

    Marielle Vitureau démarre son dictionnaire sur un grand sourire avec Ačiū . Ce petit mot lituanien prononcé « atchiou » fait penser au compagnon de Blanche-neige qui serait d’origine balte. Car Balta le mot letton se traduit par blanc, couleur de la neige qui recouvre les trois pays. Première surprise confiée par l’auteure, ce terme Ačiū incontournable en Lituanie, comme paldies en Lettonie, aitäh ou tänan en Estonie, est le mot pour dire Merci, comme la chanson qui représente la France à l’Eurovision 2018.

    Avant de poursuivre votre aventure parmi les mots, faites un grand saut à la page ....

    Lire la suite

    Lire la suite : https://www.lettonie-francija.fr/dictionnaire-insolite-des-pays-baltes-par-marielle-vitureau-1552?l

    #Estonie, #Lettonie #Lituanie #pays_balte #Marielle_Vitureau #dictionnaire_insolite

  • Les profondeurs de l’âme balte en Europe : Exposition au Musée d’Orsay du 10 avril au 15 juillet 2018 - [Lettonie-Francija]

    #LV100 - Centenaire des Républiques Baltes

    L’exposition « Symbolisme dans l’Art de la Baltique » du 10 avril au 15 juillet 2018 au Musée d’Orsay, est l’un des plus grands événements internationaux marquant le centenaire des trois pays baltes en 2018. Cette exposition présente au public « l’âge d’or » de l’art balte à travers 150 œuvres - peintures, pastels, graphiques, lithographies, sculptures des années 1920 aux années 1980.

    L’art balte révèle à l’Europe son haut niveau professionnel, faisant partie intégrante de la scène artistique européenne de l’époque de la formation des trois états indépendants : l a Lettonie, la Lituanie et l’Estonie.

    « Âmes sauvages - le symbolisme dans l’Art de la Baltique »
    Du 10 avril au 15 juillet 2018 au Musée d’Orsay à Paris, C’est une exposition internationale, accompagnée de conférences, de Visites-conférences, Concerts en famille, Concerts baltes, Curieuse nocturne Fête du Solstice ...

    Inauguration le 9 avril sous le haut patronage de
    Madame Kersti Kaljulaid, Présidente de la République d’Estonie,
    Madame Dalia Grybauskaitė , Présidente de la République de Lituanie,
    Monsieur Raymonds Vejonis , Président de la République de Lettonie,
    Monsieur Emmanuel Macron , Président de la République française,

    Commissaire général Rodolphe Rapetti, conservateur général du Patrimoine, directeur des Musées nationaux ; Commissaire Béatrice Avanzi, conservateur au musée d’Orsay

    L’exposition est organisée à Paris par
    les Musées d’Orsay et de l’Orangerie,
    le Musée national des Beaux-Arts de Lettonie à Riga,
    le Musée d’Art d’Estonie à Tallinn,
    le Musée d’Art de Lituanie à Vilnius et le Musée National des Beaux-Arts M.K. Ciurlionis de Lituanie à Kaunas,
    avec le soutien des Ministères de la Culture d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie.
    et les bureaux de Célébration du Centenaire d’Estonie, Lettonie et Lituanie.

    « Le symbolisme dans l’art balte » sera la première exposition avec laquelle le musée d’Orsay inaugurera officiellement son rez-de-chaussée rénové, informe Béatrice Avanzi, conservatrice de l’établissement public du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie.

    .../...

    L’exposition sera la plus grande manifestation de la culture balte à Paris depuis 1937, lorsque la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ont participé à l’Exposition internationale d’art et de technologie de Paris avec l’exposition conjointe des arts décoratifs. 81 ans plus tard, en 2018, l’exposition symbolique lancera "La saison baltique" à Paris, avec une série de concerts, de séminaires, de spectacles pour marquer le centenaire de la Lettonie, de l’Estonie et de la Lituanie.

    .../...

    Lire les précisions sur la plus grande exposition de la culture balte à Paris : https://www.lettonie-francija.fr/expo-profondeur-ame-balte-paris-Musee-Orsay-1399?lang=fr

    #Lettonie, #Lituanie, #Estonie, #art, #baltique, #exposition, #âme-balte, #culture, #balte, #musée_d_Orsay, #saison_baltique, #symbolisme,

  • Musée d’Orsay : Âmes sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes
    http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/aux-musees/presentation-generale/article/ames-sauvages-46485.html?tx_ttnews[backPid]=254&cHash=b38d1549e0

    Les #pays_baltes, #Estonie, #Lettonie et #Lituanie, se sont constitués en états indépendants peu après la fin de la première Guerre mondiale. Pour célébrer ce centenaire, cette exposition invite à découvrir le symbolisme balte, des années 1890 aux années 1920-1930.

    Le symbolisme européen et l’émancipation de la conscience qu’il véhicule sont indissociables dans les pays baltes de leur indépendance. L’exposition retrace les jeux d’influences et de résistances à travers lesquels les artistes ont forgé un langage propre à leur univers.
    En ayant recours aux éléments de la culture populaire, du folklore et des légendes locales, ainsi qu’à la singularité de leurs paysages, ils font émerger un art d’une réelle originalité.

    Si l’on excepte le Lituanien Mikalojus Konstantinas Čiurlionis, peintre et compositeur mondialement célèbre, la plupart des artistes sont remis en lumière pour la première fois hors de leur pays.

    #art

  • Estonie - Lettonie - Lituanie : 19 mars Colloque organisé au Sénat - [Lettonie-Francija]
    https://www.lettonie-francija.fr/Estonie-Lettonie-Lituanie-colloque-19-mars-senat-1515?lang=fr

    Estonie - Lettonie - Lituanie : 19 mars Colloque organisé au Sénat
    1918-2018 Centenaire des Républiques Baltes

    Colloque organisé au Sénat sous le haut patronage du Président du Sénat, Gérard LARCHER, par le groupe interparlementaire d’amitié France-Pays baltes, présidé par Olivier HENNO, sénateur du Nord, en lien avec les ambassades d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie. Pour assister au colloque et accéder au Palais du Luxembourg l’inscription, nominative et individuelle est requise, plus de détails ....

    Il y a un siècle, les trois États baltes déclaraient leur indépendance : le 16 février 1918 pour la Lituanie, le 24 février pour l’Estonie et le 18 novembre pour la Lettonie.

    Le chemin à parcourir pour que ces pays se constituent ou reconstituent en États indépendants allait encore être long et difficile mais ces déclarations d’indépendance demeurent le fondement de ces démocraties consolidées.

    Ce colloque a pour objet de revenir sur ce siècle d’histoire mouvementée, aux côtés de hauts représentants, de chercheurs et de politologues de ces trois pays qui nous font l’honneur de leur présence, afin de partager leurs analyses et leurs expériences.

    Deux tables rondes seront proposées, chacune suivie d’une discussion avec la salle. La première session se concentrera sur les aspects historiques de ces parcours, tandis que la seconde ouvrira une réflexion prospective sur la vision européenne de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie.

    PROGRAMME PRÉVISIONNEL 19 mars - Paris Sénat

    – 13h45 Accueil des participants

    – 14h30 Ouverture du colloque par Gérard LARCHER , Président du Sénat. Introduction par Olivier HENNO , Sénateur du département du Nord en Hauts de France, Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Pays baltes.

    14h45 Table ronde I : Racines politiques contemporaines

    Modérateur : Yves PLASSERAUD , Président du Groupement pour les Droits des Minorités

    Intervenants :
    Marek TAMM , Professeur d’histoire culturelle à l’Université de Tallinn, « L’Estonie entre les Empires : une perspective historique »
    Kęstutis GIRNIUS , Politologue, journaliste, historien et philosophe lituanien, « La Lituanie : une nation inattendue »
    Juris DREIFELDS , Professeur associé de sciences politiques, « La politique minoritaire de l’État letton 1920 - 2018 »

    – 16h Échanges avec la salle

    16h50 Table ronde II : Quels rôles dans l’Europe à venir ?

    Modératrice : Céline BAYOU, Rédactrice Estonie, Lettonie, Lituanie au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, chercheure associée au CREE (INALCO), co-auteure du livre « Les lettons ».

    Intervenants :
    Ramūnas VILPIŠAUSKAS , Directeur de l’Institut des relations internationales et des sciences politiques de Vilnius, « Souveraineté dans un monde globalisé et économiquement intégré : le cas des États baltes »
    Siim KALLAS , ancien Premier ministre estonien et ancien Vice-président de la Commission européenne, « L’expérience estonienne et les évolutions de l’Europe »
    Vaira VĪĶE-FREIBERGA , ancienne Présidente de la République de Lettonie (1999-2007), Présidente du World Leadership Alliance/ Club de Madrid, « La contribution des États baltes à l’avenir de l’Europe »

    – 18h00 Échanges avec la salle

    – 18h30 Clôture du colloque

    LIEU DU COLLOQUE Palais du Luxembourg
    Entrée : 15 ter rue de Vaugirard, 75006 Paris
    RER Luxembourg – Métro Odéon, Mabillon ou Saint-Sulpice
    Bus : lignes 84, 89, 58 ou 82
    Parcs de stationnement : Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés ou Rue Soufflot
    Vélib : Station « Sénat Condé » n°6017

    L’accès au Palais du Luxembourg sera subordonné à :
    l’inscription préalable au colloque, nominative et individuelle
    la présentation à l’entrée d’une pièce d’identité

    http://www.senat.fr/evenement/colloque/col_ga_etats_baltes_2018.html

    #Estonie, #Lettonie, #Lituanie, #Colloque, #Sénat, #Centenaire, #Républiques_Baltes, #Vaira_VĪĶE-FREIBERGA,

  • Célébrer un siècle de sécurité balte en Europe [Lettonie-Francija]

    Avec l’aimable autorisation de son Excellence Imants Lieģis, Ambassadeur de Lettonie en France, ancien ministre de la Défense, voici la traduction de son texte paru en anglais ce 30 janvier 2018 dans Europeanleadershipnetwork.org

    Célébrer un siècle de sécurité balte en Europe
    par Imants Lieģis, Ambassadeur de Lettonie en France, ancien ministre de la Défense.

    Estonie, Lettonie et Lituanie sont probablement plus sûres aujourd’hui qu’elles ne l’ont jamais été au cours des 100 dernières années. Cependant, l’engagement continu de leurs partenaires euro-atlantiques est essentiel pour relever les défis régionaux.

    Alors que l’Europe commémore le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, la Lettonie et l’Estonie célébreront le centenaire de la naissance de nos États-nations (et la renais­sance de la Lituanie), évolution du système de Versailles d’après-guerre. [1]

    La Lettonie a officiellement déclaré son indépendance le 18 novembre 1918.

    Le conflit a duré un peu plus longtemps. La capi­tale, Rīga, fut libérée des insurgés étrangers en novembre 1919. La reconnaissance officielle (de jure) ne vint qu’en janvier 1921. Ces pre­mières années ont vu des Français, des Britan­niques et d’autres vies européennes, sacrifiés sur notre territoire pour la cause de la liberté..

    La survie au cours du dernier siècle n’a pas été une mince affaire. La liberté a été arrachée à la jeune nation dans la Seconde Guerre mondiale à travers l’accord néfaste entre Staline et Hitler pour diviser entre eux divers pays européens. La victoire des alliés sur l’Allemagne hitlérienne en mai 1945 a laissé la Lettonie et d’autres grandes parties de l’Europe entre les mains de l’Union soviétique totalitaire de Staline pendant près d’un demi-siècle.

    Le retour à l’indépendance en 1991 à travers la « révolution chantante », entièrement pacifique, a marqué le début d’une période sans précédent de paix et de sécurité. Cela a été renforcé après 2004 quand nous sommes devenus membres de l’OTAN et de l’UE. Plutôt qu’une menace pour la Russie, notre adhésion a en fait renforcé la stabilité à la frontière occidentale.

    Rejoindre ces deux organisations a ancré notre succès au succès de l’Europe. La Lettonie et nos voisins de la Baltique ont été fiers de contribuer à la sécurité internationale. Nos soldats sont morts en Irak et en Afghanistan, où ils ont servi côte à côte avec les Alliés pour défendre et investir dans la liberté. Malgré le sentiment de sécurité qui prévaut dans le contexte historique, il n’y a pas de place pour la complaisance.

    Après une décennie comme membres de l’OTAN et de l’UE, la sécurité dans notre région & au-delà a subi un coup avec la perturbation des normes et de l’ordre européen qui existait depuis les années 1990. En 2014 l’annexion illégale par la Russie du territoire ukrainien en Crimée et l’at­taque militaire contre l’Ukraine orientale ont amené la communauté euro-atlantique à recon­naître que les actions d’une Russie agressive & imprévisible exigeaient une réponse.

    En outre, les attaques terroristes dans un certain nombre de pays européens et l’émer­gence d’une crise des migrations / des réfugiés ont fonda­mentalement affecté la sécurité européenne au cours des deux dernières années. L’incertitude a augmenté à cause du Brexit et de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Combinée aux menaces en évolution rapide que représentent les guerres hybrides (cyberat­taques, guerre de l’information, etc) et aux défis du régime actuel de contrôle des armes nu­cléaires, la population lettone et ceux qui vivent ailleurs en Europe se sentent plus vulnérables.

    Les décideurs doivent rester unis et vigilants afin d’éviter dérive, tourmente et incertitude.

    L’unité euro-atlantique doit prévaloir en particu­lier dans la politique envers la Russie. La réponse depuis 2014 a été solide et solidaire. Les sanctions ont été maintenues, tout en étant liées aux progrès réalisés dans la mise en œuvre des accords de Minsk. Le dialogue avec la Russie et la recherche de solutions devraient se poursuivre en parallèle à travers les formats Normandie, OSCE ou ONU.

    Malgré les appels à un dialogue accru à tous les niveaux, pour produire ce dialogue constructif, la Russie doit regagner la confiance de ses partenaires en respectant les accords déjà sur la table.

    .../...

    Lire la suite : https://www.lettonie-francija.fr/Imants-Liegis-celebrer-siecle-securite-balte-en-Europe-1486?lang=f

    #Estonie, #Lettonie, #Lituanie, #balte, #Otan, #Europe, #Russiçe, #Ukraine, #Crimée, #France

  • Denmark will increase defense spending to counter Russia : PM

    RIGA (Reuters) - The Danish government expects to win backing for a substantial increase in defense spending next month, to counter Russia’s intensified military activity in eastern and northern Europe, the NATO-member’s prime minister said Monday.

    Denmark last week deployed 200 troops to a UK-led NATO mission in Estonia aimed at deterring Russia from attacking the Baltic NATO members.

    https://www.reuters.com/article/us-russia-security-denmark/denmark-will-increase-defense-spending-to-counter-russia-pm-idUSKBN1F42LT
    #Danemark #armée #armes #armement #Russie #Estonie #pays_baltes

    cc @reka

    –-> un petit air de guerre froidre

  • Hotspot – Estonia - Geographical
    http://geographical.co.uk/geopolitics/hotspot/item/2541-hotspot-estonia

    Klaus Dodds considers a national border which has become a central site for underhand activity: between Estonia and Russia

    Cross-border smuggling is a challenge for many states. Whether its people smuggling or contraband such as drugs and weapons, border security infrastructure is integral to how national governments seek to disrupt, detain and deny illicit flows across international boundaries. One intriguing case of cross-border movement concerns the Estonian Border Guard (EBG), which has responsibility for border security, the major area of focus being the shared border with Russia. Established in 1991, after independence, the EBG is managed by the Ministry of the Interior. Over the last decade, donations from other EU countries has enabled it to acquire helicopters and planes to supplement land and water-based patrolling.

    #frontières #estonie #russie

  • Seul un paiement sur cinq est effectué par carte bancaire dans l’union_européenne L’essentiel - (jt/dpa/L’essentiel) - 25 Novembre 2017
    http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/Combien-de-liquide-dans-vos-portefeuilles--19815094

    Combien de billets vous tombent entre les mains quand vous ouvrez votre portefeuille ? D’après les statistiques, ils devraient être relativement nombreux. Une étude menée par la Banque centrale européenne (BCE) auprès de 92 000 personnes révèle que les citoyens du Luxembourg auraient en moyenne 102 euros dans la poche. En 2016, seuls les Allemands dépassaient ce chiffre, avec 103 euros. À la troisième place figurait l’Autriche (89 euros). Les Portugais, les Français et les Lettons comptaient parmi les pays dont les habitants avaient le moins d’argent liquide sur eux, avec respectivement 29, 32 et 41 euros.

    En matière de paiements en liquide à la caisse dans la zone euro, les Allemands arrivent une nouvelle fois en tête. 80% des opérations effectuées dans le pays voisin sont réglées en espèces contre 92% à Malte, 88% à Chypre et 87% en Espagne. Au Luxembourg, les montants moyens versés en espèces sont les plus élevés, avec 18 euros.

    Le document de la BCE indique qu’il existe une disparité entre les pays « fidèles à l’argent liquide » du sud de la zone euro, avec l’Allemagne, l’Autriche et la Slovénie, d’une part, et les pays du nord, tels que la Finlande et l’Estonie, ainsi que les Pays-Bas, d’autre part. Seuls 45% des Hollandais sortent les billets et les pièces pour régler leur dû, tout comme en Estonie (48%) et en Finlande (54%). Au Luxembourg, ce chiffre s’élève à 64%.

    Malgré la généralisation des procédures de paiement électronique, l’argent liquide reste le moyen de paiement dominant, comme le constate la banque centrale. En moyenne dans la zone euro, 79% des transactions aux points de vente ont été effectuées en espèces, suivies de très loin par les paiements par carte avec 19%. « Cela semble remettre en question la perception selon laquelle l’argent liquide est rapidement remplacé par des méthodes de paiement électronique », déclare la BCE. Des études antérieures ont montré que les résidents étaient très nombreux à sortir la carte au restaurant.

    #carte_bancaire #cash #espèces #liquide #paiements #billets #France #Luxembourg #Allemagne #Autriche #Pays_bas #Portugal #Malte #Lettonie #Filande #Estonie #Chypre #Espagne

  • En 2018 le Pape François prévoit de se rendre en Lettonie et dans les États Baltes pour leur Centenaire

    [Lettonie - Francija : Informations, actualités, échanges, coopération, amitiés France- Latvija]
    https://www.lettonie-francija.fr/Pape-Francois-en-Lettonie-2018-Centenaire-independance-Balte?lang=

    Le Pape François prévoit de se rendre en Lettonie en 2018
    Centenaire de la Lettonie

    Estonie, Lettonie et Lituanie vont probablement accueillir le Pape François en 2018. Une visite dans le cadre du Centenaire des trois États Baltes, selon les informations diffusées par la Chancellerie du Président de la Lettonie. Le Vatican pourrait bientôt annoncer la date et le déroulement de la visite du Pape. Les précisions dans l’article au fur et à mesure ...

    Le pape avait été invité à se rendre en Lettonie par Raimonds Vējonis , Président de la République, et par le Premier ministre Maris Kucinskis , lors d’une audience au Vatican le vendredi 2 juin 2017. Raimonds Vējonis s’est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin , secrétaire d’Etat du Saint-Siège et Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les Relations avec les États.

    Selon un communiqué publié par le bureau de presse du Saint-Siège, les entretiens ont porté sur les bonnes relations entre la Lettonie et le Saint-Siège, ainsi que sur la contribution positive de l’Église catholique à la société lettone.

    Parmi les autres thèmes évoqués : l’accueil des migrants, les perspectives pour le futur du projet européen, et le contexte régional.

    Selon la tradition, la confirmation officielle de ces visites est donnée après accord des parties.

    "Le Pape a exprimé son intérêt à visiter les États baltes. Nous espérons que le pape se rendra en Lettonie l’année prochaine " , a déclaré le ministère.

    Mercredi, Daiva Ulbinaite , la porte-parole du Parti du Président lituanien, a déclaré que le Pape se rendrait en Lituanie l’année prochaine. "La visite du pape François est prévue pour l’automne prochain" , a-t-elle dit, ajoutant que le Vatican pourrait annoncer le calendrier exact et le statut de la visite dans un proche avenir.

    Le pape devrait se rendre en Estonie l’année prochaine. L’évêque Philippe Zurdana l’a annoncé dimanche après une erreur dans la cathédrale catholique de Tallinn. Selon lui, il peut maintenant être revendiqué à 99%, a écrit « Postimees ».

    #Lettonie, #Lv100, #centenaire, #Pays_baltes, #Estonie, #Lituanie, #Raimonds_Vējonis, #Pape_François,