• Les-Crises : Offre de Stages étudiants
    https://www.les-crises.fr/les-crises-offre-de-stages-etudiants

    Comme chaque année, Les-Crises propose différents stages étudiants. Cette année, nous proposons des stages étudiants conventionnés et rémunérés en télétravail allant de 2 à 6 mois, dans les domaines suivants : Aide à la rédaction d’articles et d’analyses Synthèse de livres (classiques de l’auto-défense intellectuelle) Rédaction de synthèses Et ce dans différents domaines : histoire, […]

    #Divers #convention #étudiant #stage #Divers,_convention,_étudiant,_stage

  • How Law Made Neoliberalism | Boston Review
    http://bostonreview.net/law-justice/jedediah-britton-purdy-amy-kapczynski-david-singh-grewal-how-law-made-

    Many people recognize that the law has changed in anti-egalitarian and anti-democratic ways in recent decades—for example, that Citizens United amplified the role of money in politics, or that the construct of “colorblindness” has become entrenched in constitutional doctrine and helps sustain structural racism. In our view these are not isolated changes, but part of an orientation—an ideology about markets, governments, and law that has become foundational to our legal infrastructure. We call this orientation the “Twentieth-Century Synthesis” in legal thought.

    #corruption_légale #états-unis #néolibéralisme #droit

  • Vaccine Disparity Hits Home For Many Foreign-Born Doctors : NPR
    https://www.npr.org/2021/03/04/973791968/vaccine-disparity-hits-home-for-many-foreign-born-doctors

    Many U.S. doctors have received their COVID-19 vaccines, but nearly a third are foreign-born with family in countries facing no access to it — a disparity that troubles many as they fight the virus.

    #états-unis #leadership #discrimination

  • « L’Etat de droit mute doucement vers une forme ultra-sécuritaire » , Asma Mhalla, le 06 novembre 2018
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/06/l-etat-de-droit-mute-doucement-vers-une-forme-ultra-securitaire_5379355_3232

    Spécialiste des enjeux de l’économie numérique, Asma Mhalla montre, dans une tribune au « Monde », le glissement progressif d’un Etat de droit à un Etat de surveillance attentatoire aux droits des citoyens.

    (Quelqu’un.e traverse le wall, s’il vous plait ?)

    • Le Conseil d’Etat a fini par valider, le 18 octobre, le décret permettant la création du fichier TES (Titres électroniques sécurisés) qui rassemble les données personnelles et biométriques de la quasi-totalité de la population française. Et ce, bien que les risques d’une telle base de données qui généralise la reconnaissance faciale et la surveillance de masse perdurent.

      La même semaine, une étude produite conjointement par Cliqz et Ghostery, deux sociétés produisant des outils de protection des données personnelles, propose une analyse de premiers résultats – à interpréter avec beaucoup de précaution du reste – du règlement général sur la protection des données (#RGPD) appliqué depuis le 25 mai. Face à la promesse initiale de protéger les données personnelles des citoyens européens, l’effet semblerait être particulièrement aberrant puisqu’il aurait au contraire renforcé la position hégémonique de #Google sur ses marchés.

      Au nom de quel principe l’Etat s’autorise-t-il ce qu’il interdit aux entreprises privées ? Ne serions-nous pas en train de basculer d’un Etat de droit vers un Etat de sécurité avec la bénédiction paradoxale du droit lui-même et sans que cela n’émeuve grand monde ? Ce signal a priori faible marque pourtant une étape symbolique forte quant à notre devenir démocratique.

      Concept fondateur du droit public moderne, la fiction juridique qu’est l’Etat de droit traduit une certaine vision du pouvoir qui apparaît comme inhérente à la conception libérale de l’organisation politique : donnant à voir un pouvoir limité parce que régi par des règles, il implique que les gouvernants ne soient pas placés au-dessus des lois, mais exercent une fonction encadrée par le droit. La notion peut aussi se définir par opposition à l’Etat policier, caractérisé par le pouvoir discrétionnaire de l’administration.

      Or, à y regarder de plus près, une répartition inédite du pouvoir prend actuellement forme cristallisée autour de la capacité à collecter et exploiter les métadonnées. Matérialisée par l’apparition de deux pôles, l’un économique, l’autre sécuritaire, articulés autour d’un projet commun tacite de surveillance. C’est autour de ce phénomène que les luttes de pouvoir se concentrent désormais et que la relation des surveillants, Etat et plates-formes géantes, se dessine face aux surveillés.

      Les recours compliqués

      En dépit de leurs postures officielles en apparence divergentes, ces deux pôles d’un nouveau genre se positionnent sur un même continuum porté par une vision du monde cohérente où souveraineté algorithmique et souveraineté territoriale se compléteraient, où le « capitalisme de surveillance » irriguerait à la fois les intérêts publics et privés. Les termes initiaux du contrat social « liberté contre sécurité » glissent sans grande résistance vers la formulation « liberté contre sécurité contre vie privée » articulée autour d’un régime de vérité contemporain qui pose comme postulat que plus nous possédons de données, plus nous nous rapprochons avec précision de la « vérité ».

      Ce transfert d’une partie de la souveraineté de l’Etat le pousse à renforcer ses prérogatives en termes de souveraineté territoriale pour mieux s’auto-légitimer au regard du peuple. Par nécessité de survie, l’Etat de droit mute doucement vers une forme ultra-sécuritaire.

      Dès lors, à ce nouveau régime de vérité est assorti un discours dominant formalisé autour d’une rhétorique du repli, de la peur, de la menace, de la lutte antiterroriste. Légitimant ainsi la collecte massive de données et les dispositifs de surveillance généralisée qu’ils soient en réalité à des fins marchandes ou sécuritaires. Les intrications entre plates-formes privées et services d’intelligence, services d’ordre et armées nationales sont de notoriété publique, forment une complexe toile d’acteurs qui enregistre le moindre frémissement de nos existences numériques et physiques.

      Incertitude

      Le péril démocratique est aggravé par les systèmes de prédiction algorithmique. Ainsi, nul n’échappera à la surveillance et son corollaire la prédictibilité, ultime stratégie de neutralisation de l’incertitude. Car dans ce monde en réseau, c’est bien l’incertitude qui devient la hantise du pouvoir. La police et la justice interviennent désormais de façon prédictive et préventive avant le crime même. Pour être puni, il n’est plus nécessaire de commettre un crime mais de risquer de le commettre. Par cet impératif sécuritaire, nous risquons de faire face à une justice pénale sans crime qui nous considérerait tous coupables parce que tous potentiellement dangereux.

      Or l’Etat, par l’entremise du #Conseil_d’Etat, prend la responsabilité de préfigurer le développement et l’utilisation de ces technologies de surveillance émergentes. A titre d’exemple, l’article 4 du décret autorisant la création du fichier TES prévoit que son accès ne sera guère limité à la lutte contre la falsification et la contrefaçon mais également ouvert aux agents « chargés des missions de prévention et de répression des atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation et des actes de terrorisme » . Ce champ d’application très flou laisse craindre toutes sortes de dérives dans les usages policiers à venir de ce fichier. Abus qui seront démultipliés par le croisement du « mégafichier » avec nos données personnelles.

      Les recours pourront se révéler compliqués pour les citoyens. Sur le modèle des bureaucraties classiques, les algorithmes savent légitimer leur opacité pour conserver leur fonctionnalité. Face à ce qui apparaît comme l’évidence sécuritaire certains applaudissent, d’autres s’engourdissent. Reste que nous ne réussissons pas à nous saisir collectivement de ces occasions offertes pour débattre de la condition de nos libertés publiques et individuelles. A l’aune de ces évolutions récentes, les mots du philosophe Michaël Foessel formulés dès 2010 résonnent avec une acuité toute particulière : « la sécurité est le préalable de la démocratie, pas son horizon indépassable. »

      #État #capitalisme_de_plateforme #biométrie #reconnaissance_faciale #données #métadonnées #surveillance #sécuritaire #justice_pénale_sans_crime

  • U.S. working with allies on #COVID-19 vaccine strategy in Asia to counter China: FT | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-usa-asia-idUSKCN2AV0LG

    The United States is working with allies Japan, India and Australia on a plan to distribute COVID-19 vaccines in Asia to counter the #influence of China, the Financial Times newspaper reported on Wednesday, citing people familiar with the talks.

    #etats-unis #Asie #Chine #vaccins

  • 20 die after human traffickers force migrants into sea en route to Yemen | | UN News
    https://news.un.org/en/story/2021/03/1086392

    20 die after human traffickers force migrants into sea en route to Yemen
    [Migrants rescued from a vessel off the coast of Djibouti are accommodated at a rescue centre. At least 20 people have drowned after smugglers threw dozens of migrants overboard as they sailed from Djibouti to Yemen, UN migration agency IOM said on Thursday.This is the third such incident in the Gulf of Aden in the last six months, according to the International Organization for Migration, which said that survivors are receiving medical treatment in the port town of Obock, Djibouti.“Wednesday’s tragedy is further proof that criminals continue to exploit people desperate to improve their lives for profit regardless of the consequences”, said IOM Djibouti Chief of Mission, Stephanie Daviot. She called for smugglers and human traffickers to be prosecuted, before appealing for the creation of legal migration pathways, “to allow people to pursue work opportunities abroad” without having to risk their lives.
    At least 200 migrants including children were crowded onto the vessel when it departed, according to reports.Thirty minutes into the journey, smugglers forced around 80 people into the sea. Five bodies have already been recovered. Every year, tens of thousands of mainly young east African migrants make the dangerous journey from countries such as Somalia and Ethiopia to Djibouti and on to war-torn Yemen, in search of work in the Gulf countries further north. In 2019, IOM said that roughly 138,000 people made the journey in 2019, compared with 37,500 in 2020 – evidence of the impact of movement restrictions prompted by the COVID-19 pandemic.
    In January this year, more than 2,500 migrants reached Yemen from Djibouti, and the UN agency has expressed concerns that more migrants will cross when coronavirus transmission measures are lifted, raising the prospect of future tragedies.In Yemen, thousands of migrants are believed to be stranded and many face “extreme danger, exploitation and abuse in both Djibouti and Yemen”, according to IOM.It noted that staff continue to provide emergency medical care, food, water and counselling to stranded migrants.In August 2020, IOM launched a $84 million appeal to respond to the needs of migrants on the Horn of Africa and Yemen, including Djibouti.

    #Covid-19#migrant#migration#djibouti#yemen#somalie#ethiopie#cornedelafrique#sante#mortalite#trafic#droit#refugie#vulnerabilite#parcoursmigratoire

  • In the Atlantic Ocean, Subtle Shifts Hint at Dramatic Dangers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2021/03/02/climate/atlantic-ocean-climate-change.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur

    In the Atlantic Ocean, Subtle Shifts Hint at Dramatic Dangers

    The warming atmosphere is causing an arm of the powerful Gulf Stream to weaken, some scientists fear.

  • Chinese students weigh overseas options as Covid-19 and US visa limits take toll: report | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3123803/chinese-students-weigh-overseas-options-covid-19-and-us-visa

    Chinese students weigh overseas options as Covid-19 and US visa limits take toll: report Trump administration’s restrictions on academics have contributed to almost stagnant growth in the number of Chinese students heading to the US, think tank says. Some parents are ‘opting for international schools in China’ rather than sending their children elsewhere
    The decline in growth in the number of Chinese students studying the US is directly related to the Trump administration’s restrictions, according to a Beijing-based think tank. Photo: Xinhua The decline in growth in the number of Chinese students studying the US is directly related to the Trump administration’s restrictions, according to a Beijing-based think tank.
    The decline in growth in the number of Chinese students studying the US is directly related to the Trump administration’s restrictions, according to a Beijing-based think tank.
    Growth in the once-booming business of educating Chinese students in the United States has slowed dramatically as the US’ handling of the coronavirus
    and American visa restrictions have taken their toll, according to a report by a Beijing-based think tank.The growth in the number of Chinese students studying in the US plunged to less than 1 per cent last year, and some parents were opting for international schools in China rather than sending their children overseas, the report said.
    “Political factors will affect the trend of Chinese students going to the US,” the Centre for China and Globalisation said in a report published jointly with the Institute of Development Studies at Southwestern University of Finance and Economics.“The Trump administration [discriminated] against Chinese students, especially those in the tech and postgraduate sectors. It has also imposed strict restrictions on Chinese students on government sponsorship, restricting normal international education and exchanges.”
    It also said: “Many universities have cut budgets because of the reduction of the number of international students, due to the spread of the epidemic.”
    Visa denied: US says Chinese students threaten national securityIt said the number of Chinese students in the US had risen consistently over the decades, from over 60,000 in 2004 to more than 350,000 last year.
    But last year’s growth of just 0.8 per cent was dramatically slower than, for example, the 29.9 per cent reported for the school year of 2009-2010 school year.“This is directly related to the Trump administration’s restrictions targeting international students studying in the US,” according to the report.In May, then US secretary of state Mike Pompeo took aim at Chinese students and academics allegedly involved in espionage in the United States, revoking the visas of Chinese students and researchers with direct links to Chinese universities affiliated to the country’s military.
    (...)The report also cited figures from the Open Doors Report 2020, published by the Institute of International Education, pointing to a broader decline.The institute said about 1.1 million international students were studying in the US in 2019-2020, a 1.8 per cent drop year on year.
    It was the first decline registered since the 2008 financial crisis. A similar trend has been observed in Britain, with European Union students reconsidering their options in the wake of Brexit, according to the Beijing think tank.As of the academic year 2018-2019, the top three destinations for studying abroad were the US, Britain and China, the report said.
    The report also said more Chinese students were returning to China after completing their studies overseas. In 2019, 580,003 of those graduates returned to China, an increase of 11.73 per cent from 2018.It said the international education sector as a whole would continue to suffer a severe blow as the pandemic put the brakes on international travel.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#chine#sante#education#etudiant#politiquemigratoire#pandemie#economie#frontiere#circulation

  • Ice reached a new low: using utility bills to hunt undocumented immigrants | US immigration | The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2021/mar/03/ice-reached-a-new-low-using-utility-bills-to-hunt-undocumented-immigran
    https://i.guim.co.uk/img/media/0e5bd6e6bc3429d981db9262197dbcbcf3887ebd/0_34_1029_618/master/1029.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Because the power of the government is so immense, the union of government might with surveillance capitalism should worry every single one of us. Facebook may want to know everything about your shopping and surfing habits, but perhaps the worst it can do to you individually is put you in a metaphorical “Facebook jail”. Governments, needless to say, can send you to a real prison. And, as it turns out, government agencies can also try to find you on the basis of a utility bill so as to deport you. Georgetown Law School’s Center on Privacy & Technology discovered the link between Clear and Ice, and as the Center’s Nina Wang told the Washington Post: “There needs to be a line drawn in defense of people’s basic dignity. And when the fear of deportation could endanger their ability to access these basic services, that line is being crossed.” The notion that Ice would force such a Faustian tradeoff – between having heat in your apartment and exposing yourself to deportation – is unconscionable.
    Before anyone wants to argue that these immigrants brought the situation upon themselves, take a moment to consider that almost 70% of undocumented immigrant workers have frontline jobs considered essential to the US fight against Covid-19. About half of the farm workers in the US are undocumented, according to the US Department of Agriculture. It’s further estimated that one out of every 20 workers in agriculture, housing, food services and healthcare is undocumented. The fact is that undocumented workers are often the very people keeping all of us fed, warm and healthy during this terrible pandemic.
    In recognition of this fact, Senator Alex Padilla, a Democrat from California, introduced his first bill last week, the Citizenship for Essential Workers Act. The bill offers “a fast, accessible, and secure path to citizenship, beginning with immediate adjustment of status to legal permanent resident”. While France has done something similar recently by fast-tracking citizenship for its frontline foreign workers, the US could do it better by recognizing the heroic labor that undocumented immigrants have contributed to the national effort to combat Covid.
    More than 60 leading economists also recently wrote a group letter to the Biden administration arguing for a pathway to citizenship for undocumented workers, especially undocumented essential workers. Providing these workers with the chance to earn citizenship, they wrote, “will help to ensure that the economic recovery reaches all corners of society, including those that have disproportionately been on the frontlines of the pandemic and yet left out of prior relief bills, and establishes a more stable and equitable foundation on which future economic success can be built”.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#france#sante#migrantirregulier#travailmigrant#regularisation#travailleurpremiereligne#politiquemigratoire

  • Amazon Has Become a Prime Revolving-Door Destination in Washington – Mother Jones
    https://www.motherjones.com/politics/2021/03/amazon-has-become-a-prime-revolving-door-destination-in-washington

    A Mother Jones investigation has identified at least 247 US government officials and employees—with about 150 hailing from the intelligence, cybersecurity, law enforcement, and military fields—who were hired by Amazon in the past 10 years or so. About 200 of them have been retained by the fast-growing company since the start of 2017. This list is not comprehensive and represents what is likely only a portion of federal employees who left government service for Amazon. It was compiled by searching LinkedIn and locating people who, according to their profiles, had worked in the federal government directly before moving to Amazon; it relies on information provided by the platform’s users. There are no public records that track all the US officials and employees hired by Amazon or other firms.

    It is not uncommon for prominent firms to vacuum up government officials who can lobby their former agencies, win and manage lucrative government contracts, offer strategic or legal advice, or perform other services. Boeing, Raytheon, and other military contractors hire loads of people from the Defense Department and the armed services. (Most of the senior military officials—generals, admirals, and others—who leave the Pentagon for the private sector do become lobbyists for military firms.) Consulting firms, including McKinsey & Company, frequently recruit former US officials.

    “If you combine the quantity and breadth of their hires, Amazon may have more of a revolving door than any other American company now,” says Jeff Hauser, director of the Revolving Door Project at the Center for Economic and Policy Research. “There is almost no department of the US government Amazon is not interested in.” Timothy LaPira, a professor of political science and revolving-door expert at James Madison University, points out that Amazon wants people with government experience who can help the company understand the regulatory landscape and how to adapt to it: “Amazon is probably not buying access so much as they’re buying the expertise of what happens behind closed doors.”

    Amazon declined to comment for this story.

    The roster of Amazon hires spans the US government. The list includes an undersecretary for the Transportation Department, a Pentagon deputy general counsel, a US Treasury economist, a Federal Trade Commission associate general counsel, a Food and Drug Administration cybersecurity operations director, a US Trade Representative senior director, a National Economic Council senior director for trade policy, a former US ambassador to the World Trade Organization, a Justice Department senior counsel in the computer crime and intellectual property section, a National Transportation Safety Board public affairs director, a General Services Administration acting assistant commissioner, a Veterans Administration senior program manager, a Center for Medicaid and Medicare Services senior adviser for information technology, and an Office of Management and Budget chief acquisition officer.

    There are many from the military and national security agencies: a State Department internet policy adviser, a Department of Homeland Security cyberthreat intelligence analyst, a National Security Council director for space policy, a US Air Force deputy chief of staff for operations, an FBI assistant director, a National Geospatial-Intelligence Agency talent acquisition manager, a National Security Agency network analysis chief, a US Navy cryptologic warfare officer, a Defense Intelligence Agency operations officer, a senior official at the Cybersecurity and Infrastructure Security Agency, a Defense Contract Audit Agency auditor, an Office of the Director of National Intelligence senior plans officer, and a CIA East Africa Branch chief. (According to the Intercept, Amazon has in recent years hired more than 20 former FBI agents for its global security center in Arizona.)

    One prominent example: In 2018, Lartease Tiffith, a senior counsel for then-Sen. Kamala Harris (D-Calif.), jumped to Amazon to become an in-house lobbyist and senior manager for privacy, security, and consumer protection. Previously, Tiffith had worked for Feinstein and the Justice Department.

    In 2020, Amazon spent $18.7 million on Washington lobbying—about a $2 million increase from the previous year—and assembled an influence-swaying army of 20 different lobbying firms and 118 individual lobbyists, which included 41 in-house lobbyists. One member of this force was veteran lobbyist Jeff Ricchetti, the brother of Steve Ricchetti, a counselor to President Joe Biden. Amazon signed a contract with Jeff Ricchetti a week after Biden was declared the winner of the 2020 election.

    Perhaps the most noticed move from DC politics to Amazon came in 2015 when Jay Carney, a onetime journalist who had been President Barack Obama’s press secretary, joined the firm as its senior vice president of global corporate affairs—Amazon’s top person in Washington. (Before working for Obama, Carney was communications director for then–Vice President Biden.) As Business Insider reported, Carney “oversees public policy and communications and is a member of Amazon’s elite ‘S-team,’ a group of 23 of the company’s most senior employees that helps shape culture and policy at Amazon.” He reports directly to Bezos.

    Amazon has grown substantially in recent years to become a company like no other in the United States. It has a wide array of interests that stretch across the entire landscape of the US government and that mostly fall within two fundamental areas: regulation and contracts. The firm, the second-largest employer in the United States (after Walmart), has long been criticized for its workplace conditions and is battling a much-watched union organizing effort in Alabama. (So it would deeply care about the Department of Labor, the Occupational Safety and Health Administration, and the National Labor Relations Board.) It owns Whole Foods. (Cue the US Department of Agriculture and the Food and Drug Administration.) It faces international regulatory challenges. (Keep an eye on the USTR, the State Department, and the Commerce Department.) It has developed one of the largest trucking and delivery systems in the nation. (Watch the Department of Transportation.) Cyber-commerce and cybersecurity are top concerns. (Track the National Security Agency, the Cybersecurity and Infrastructure Security Agency, and the FBI.) And with its Prime streaming service, there’s telecommunications, net neutrality, and broadband issues. (That means the Federal Communications Commission.) Intellectual property, privacy, Section 230, tax regulations, trade policy, mail delivery, infrastructure, energy, and sustainability—so many matters critical to Amazon are overseen by one or multiple government entities.

    And then there’s antitrust. As one of the biggest companies on the planet, Amazon needs to fret about regulators and officials at the Justice Department and the Federal Trade Commission who could be concerned about its dominance in multiple markets and its possible use of monopolistic predatory pricing.

    Simultaneously, the US government has become an important source of revenue for Amazon, primarily though Amazon Web Services, which sells cloud-based services. AWS pitches itself on its website as a crucial supplier for the government: “The AWS Cloud provides secure, scalable, and cost-efficient solutions to support the unique requirements and missions of the US federal government. Our cloud services can be employed to meet mandates, reduce costs, drive efficiencies, and increase innovation across civilian agencies, intelligence community, and the Department of Defense.”

    #Amazon #Lobbying #Pantouflage #Etat_dans_l_Etat

  • Notes anthropologiques (LVI)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-LVI

    Dans une brève récapitulation des événements marquant notre civilisation et qui se trouvent à l’origine de notre histoire, je retiendrai la division de la société entre dominants (formant une classe sociale) et dominés (constituant la population ou le « peuple » comme l’écrit Homère) ; la naissance du religieux, lié au pouvoir d’une partie de la société sur l’autre partie (en ce sens le pouvoir est religieux, la naissance de la religion coïncidant avec celle du pouvoir) ; enfin, la naissance de l’activité marchande comme moteur occulte de la vie sociale (le marchand, l’âme damnée du guerrier). La naissance de l’État et de la monnaie confirme cette connivence qui se voudrait cachée entre le pouvoir, le religieux et l’activité marchande — « le fait même d’accepter la monnaie d’une cité ou, plus généralement d’un État, impliquant la reconnaissance de son autorité ».

    La pénétration, lente, progressive et parfois brutale, à l’intérieur de la Péninsule d’un peuple de langue grecque. Langue indo-européenne, venu du Nord ou du Nord-Est, les Achéens, et dominant les populations autochtones marque le début de notre civilisation. Il y eut plusieurs vagues successives à partir du Bronze ancien, une des premières marquée par des destructions et repérées, de ce fait, par les archéologues date de 2200 avant notre ère. Les historiens ont fait de cette date le point de départ de la civilisation grecque marquée avant tout par la domination d’une aristocratie guerrière issue du peuple achéen sur les peuples autochtones où « plutôt qu’un monde pauvre, il faut y voir le signe d’un monde de communautés soudées et égalitaires — l’un n’empêchant pas forcément l’autre ». Cette présence d’un peuple dominant a profondément modifié la composition sociale originelle et a obligé la société à se reconstituer en la prenant en compte. (...)

    #religieux #Antiquité #Grèce #civilisation #aliénation #État #pouvoir

  • Tribune. « Pour l’extension du RSA aux moins de 25 ans », Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Paul Mayaux, président de la Fédération des associations générales étudiantes

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/02/laurent-berger-pascal-brice-paul-mayaux-pour-l-extension-du-rsa-aux-moins-de

    La crise sanitaire risque de faire basculer des milliers de jeunes dans la grande précarité. Les mesures d’aide doivent s’inscrire dans la durée et ne laisser aucun jeune sans ressources monétaires, écrivent ces responsables d’organisations syndicales et associatives dans une tribune au « Monde ».

    Notre jeunesse est diverse mais elle a désormais en commun d’être en grande fragilité. De plus en plus de #jeunes apparaissent dans les distributions alimentaires des associations. De nombreux #étudiants subissent la solitude, à laquelle s’ajoute la disparition des emplois qui leur permettaient d’améliorer leurs revenus. Pour les enfants des familles qui n’ont pas pu épargner pendant cette crise s’ouvre une perspective d’amplification de ces déterminismes sociaux qui font l’une des particularités les plus inacceptables de la #pauvreté.

    Nous nous inquiétons aussi pour les jeunes sans emploi ni formation qui sont déjà confrontés à la pauvreté ou, étant à la limite, vont s’y trouver poussés si rien n’est fait. Ce sont des dizaines de milliers de jeunes qui peuvent basculer dans la grande précarité, voire dans la rue. Ce qu’ils vivent nous préoccupe de longue date. Avant cette crise, plus de 10 % des jeunes étaient sans emploi, sans études, sans formation. Les taux de chômage et de pauvreté des jeunes atteignaient déjà plus de 20 % (selon l’Insee). Pour ces jeunes-là, et pour toutes celles et ceux qui risquent de les rejoindre avec cette crise, il y a urgence.

    Un accompagnement dans la durée

    D’importantes mesures ont été prises pour les jeunes par le gouvernement. La prise en charge du chômage partiel a permis à nombre de familles de continuer à les aider. Des mesures plus ciblées ont été les bienvenues, comme les aides en faveur des bénéficiaires de l’APL (aide personnalisée au logement) ou l’ensemble des soutiens du plan « 1 jeune, 1 solution ».

    Mais cela ne suffit pas, ne suffit plus. La pauvreté des jeunes est ancienne et cette crise va produire des effets durables. Les soutiens doivent donc être présents, non pas de manière ponctuelle mais dans la durée, pour offrir une solution adaptée à chaque situation. De nombreuses solutions ont été évoquées dans le débat public. Nous n’avons pour notre part d’autre religion que celle de l’efficacité pour accompagner les jeunes dans la construction et la réalisation de leurs choix.

    L’extension du #RSA (revenu de solidarité active) aux moins de 25 ans est l’option la plus simple. Elle aurait le mérite de ne pas ajouter un nouveau dispositif à tous ceux qui existent déjà. L’accès effectif aux droits sociaux est d’ailleurs l’un des enjeux, avec le relèvement des minima. Il serait en tout état de cause paradoxal de prendre appui sur les insuffisances du RSA pour récuser son extension aux jeunes. L’accompagnement des allocataires du RSA est insuffisant et il convient précisément que les pouvoirs publics fassent le nécessaire pour y remédier.

    Quoi qu’il en soit, nous soutiendrons toute démarche qui permette d’aboutir rapidement à ce dont les jeunes ont besoin : un droit à un accompagnement, avec un soutien monétaire sous conditions de ressources correspondant au montant du RSA, pour construire leur avenir.

    Si telle est la vocation d’une « garantie jeunes », évoquée par Elisabeth Borne, la ministre du travail, qui deviendrait alors pleinement universelle, nous sommes prêts à y contribuer. La Garantie jeunes, étendue à la demande de la CFDT à la suite de la conférence sociale de 2014, fonctionne bien. Elle permet l’accompagnement d’un nombre croissant de jeunes vers l’emploi. Le gouvernement a d’ores et déjà annoncé un doublement, à 200 000, des parcours à ce titre. Il faut cependant aller plus loin pour offrir à chaque jeune qui en a besoin un véritable droit à cet accompagnement vers l’autonomie.

    Diagnostic personnalisé

    Chaque jeune en difficulté de 16 à 30 ans devrait ainsi pouvoir y accéder, sans contingentement. Les jeunes en difficulté qui ne sont aujourd’hui pas identifiés par les missions locales, précieux piliers de ce dispositif, doivent pouvoir être accompagnés dans cette démarche. Les travailleurs sociaux qui les connaissent bien doivent pouvoir y contribuer, au titre de conventions entre les missions locales et les associations.

    Par ailleurs, la durée de l’accompagnement, actuellement limitée à un an, n’est pas adaptée à tous les jeunes et notamment à celles et ceux qui sont les plus en difficulté d’insertion. La durée de la prise en charge doit être étendue pour celles et ceux qui en ont besoin, le temps nécessaire.

    Enfin, le contenu doit être adapté à la diversité des jeunes, de leurs difficultés et de leurs parcours. Il doit s’agir d’un accompagnement global s’appuyant sur un diagnostic de la situation sociale, professionnelle et financière personnelle. Quelle que soit son appellation, nous disposerons ainsi de la garantie d’un accompagnement global et personnalisé, ne laissant aucun jeune sans ressources monétaires, d’un droit pour chaque jeune à construire son propre avenir en ces temps si périlleux.

    • Le fait est que les gens de moins de 25 ans sont essentiellement soutenus par leur famille… et que ce soutien est terriblement inégalitaire.

      Témoignage sur l’oiseau bleu
      Menaces et suspension du RSA par l’Etat : la chasse aux gueux continue de plus belle pendant l’épidémie → https://www.frustrationmagazine.fr/menaces-et-suspension-du-rsa

      Et à la suite de cet article, le témoignage de https://twitter.com/EllenAgreaux

      « ne vous en sentez pas persécutée »

      on s’acharne juste plusieurs années de suite sur votre cul de mères solos c’est pas pareil.

      on note que la cible de la caf est prioritairement la mère solo avec un jeune majeur à charge
      ils savent qu’on se retrouve à être comptée SEULE , sans le gamin, majeur de plus de 20 ans c’est fini il compte plus
      donc ça fait 1 RSA pour 2

      ils ciblent sur nos gueules les contrôles parce qu’ils SAVENT QU ON CREVE DEUX FOIS PLUS VITE AVEC SI PEU
      donc d’après eux si on crève pas c’est qu’on triche et que le gosse gagne du fric
      tu vois la logique ?

      on t’affame on te fout dans une merde sans nom et si tu crèves pas c’est la preuve par défaut que tu es coupable de quelque chose DONC on va te CIBLER plusieurs années de suite et surtout ne te sens pas PERSECUTEE hein
      Tête de clown

      être à DEUX sur un minima compté pour UNE SEULE être à TROIS sur un minima compté pour SEULEMENT DEUX
      les minimas sont à 50% du seuil de pauvreté, 30% QUAND ILS COMPTENT ENCORE LES GOSSES.
      c’est ce que vivent TOUTES les mères solos entre les 20 et les 25 ans de chaque enfant

      et c’est LE moment qu’ils choisissent pour contrôler
      quand déjà on ne mange PLUS quand on en chie pour le moindre détail quand on est au fond de la dépression parce qu’en effet la prophétie s’est réalisée, en même temps ils ont TOUT FAIT POUR, notre enfant n’a RIEN

      ce moment où après 10, 15, parfois 20 ans DE GALERE, pour avoir plaqué un mec qui en général n’était pas du tout un prince charmant mais un pur connard doublé à la brute, ce moment après tout ça où la punition se confirme HEREDITAIRE, c’est LA qu’ils attaquent.

      ils te ciblent, plusieurs années de suite, ces années là où tu vois, où tu SAIS, que ton gamin n’a RIEN, ni à 20, ni à 21, ni à 22 ans, ni à 23...là dans CE TUNNEL DE LA MORT SOCIALE LONG COMME LES JOURNEES SANS MANGER
      mais surtout ne le prend pas mal
      ne te sens pas persécutée.

      non pourquoi te sentirais tu persécutée allons. on s’acharne sur toi, on établit l’hérédité de ta punition pour avoir quitté un homme sur tes enfants, les mêmes gens qui naguère te disaient « quittez le, AU MOINS POUR VOS ENFANTS madame »
      aucune putain de persécution hein

      l’intégralité de la société autour, loin de reconnaître ce qui t’es fait, et à tes enfants, te traite de PUTE A CAF, les médias ne prononcent ton nom, « mère isolée » que pour colporter de vieilles histories d’allocation spécifique qui n’a JAMAIS existé dont tu serais gavée

      pourquoi diable te sentirais tu PERSECUTEE dans un contexte pareil où clairement chaque personne, chaque institution, veut ta MORT pure et simple sans que tu puisses juste comprendre ce que ça leur rapporterait vu qu’ils ne paient déjà qu’une aumône... MOINS UN OU DEUX.

      pourquoi te sentirais tu persécutée en plein fascisme crasse quand on nous refait les lois familles mussoliniennes quasi à la virgule près avec bonus ciblage au carré si t’es pas super blanche pour bien enfoncer le clou, franchement. on se demande.

    • Ce matin, @EllenAgreaux enfonce le clou (du cercueil social)

      jvois que ça découvre que la caf punint de mères en fils...bin dites vous bien que nous, els divorcées sacrifiées, et nos gamins que vous êtes fiers d’enterrer dans la pauvreté dès qu’ils ont 20 ans en venant encore harceler de contrôles par dessus, on avait toutes le même but

      quand on a plaqué le père, quand on s’est engagées sur ce chemin qu’on savait de toute manière sacrificiel de force, on avait toutes le même objectif de fond : que nos gamins ne deviennent PAS des asociaux brutes épaisses connards immondes comme l’étaient devenus leurs pères.

      sans ça AUCUNE meuf n’a intérêt à divorcer. on a TOUT à y PERDRE. absolument tout. la seule chose à gagner, c’est de ne pas laisser reproduire la saloperie. c’est la seule chose possible dans l’affaire. tout le reste on sait qu’on a toutes les chances de jamais y arriver.

      on sait très bien, merci, qu’avec des enfants dans les pattes, on ne fera pas carrière. qu’on sera pauvre. avec la loi boutin on sait qu’on n’aura même plus jamais un logement décent. on sait qu’on en chiera tout le temps de la putain de coparentalité forcée.

      on sait même qu’on sera jugée, traitée comme de la merde, quasiment partout, on sait qu’on va pas « refaire notre vie », qu’on va vieillir, que les seuls qui peuvent y gagner quelque chose c’est nos gosses et que la seule chose qu’ils y gagneront c’est de pas devenir des connards.

      c’est pour ça que ce qui se passe avec la pandémie est la PIRE chose qui pouvait arriver pour nous. la pire. le fléau final. l’arrêt de tout espoir. on a tout fait pour ne pas enfanter des brutes asociales complètes, et c’est devenu l’objectif politique du pays --

      je ne suis pas la seule à me sentir totalement de trop, à avoir juste envie de mourir, devant ce constat. vous foutez en l’air notre dernier espoir. on a tout sacrifié, tout, pour ne pas avoir des connards de brutes fachos sous notre toit, vous forcez nos enfants à le devenir.

      batailler avec ses enfants, tout ce qu’il vous reste, votre dernière accroche à la société, à l’humanité, faut voir ce qu’on nous fait autour, hein, batailler jusqu’avec ceux là pour qu’ils respectent votre santé portent leur masque fassent un effort soient HUMAINS...

      devoir lutter pour qu’ils ne deviennent pas des monstres complets, qu’ils comprennent que là on rigole pas on jour avec la santé des gens et de maman en particulier, parce que NOUS SOMMES LES PLUS EXPOSEES, nous sommes déjà covidées, quasi toutes, bin oui...

      pauvres, dans des logements trop petits, mères, seules au front, toujours en contact avec toute la marmaille du monde, seules à soigner quand ils sont malades, je ne suis pas la seule pour qui ça n’a pas loupé, covid direct en 1ere vague.
      et vous apprenez à mon fils à m’achever.

      faut se rendre compte, pour nous, pour moi, si même nos enfants trouvent qu’on est bonnes à crever, cèdent, deviennent comme les autres, égoïstes, ignobles, criminels de 10 ans lààà...c’est la fin de tout.
      je vis la pire période de ma vie là.

      le projet politique de ce pays n’a jamais prévu que j’aie une vie correcte mais jusqu’ici il n’avait pas prévu d’amener jusqu’à mes enfants dans une volonté mortifère à mon égard, c’est d’une violence inouïe.

      si ils cèdent face au nombre on ne pourra même pas leur en vouloir. mais voilà. chaque fois qu’un de mes gamins me sort que oui bon le masque jpeux l’enlever, les copains le mettent plus, je repasserais bien au tissu rigolo au lieu du n95, papa a dit que ça suffit bien...

      c’est douloureux. déjà je devais sans arrêt encaisser et me défendre de trucs dégueulasses que le monde entier raconte sur les mères solos. putes. voleuses vénales. profiteuses d’allocs. j’en passe. mais devoir en plus lutter pour qu’on respecte ma santé en pandémie c’est trop.

      vous avez une espèce de volonté criminelle mortifère collective hyper flippante là, et les mères solos comme les vieux et autres « fragiles » (essaie de subir le 10e de ce que tu m’as fait sans crever et on va voir qui est fragile) vous nous donnez envie de crever.

      vraiment, c’est pas histoire de faire peine ou quoi on s’en fout ya des décennies qu’on en chie on n’attend aucune pitié ni rien de votre part non, juste un constat : vous nous dégoûtez de la vie. littéralement.
      personne n’a envie de faire partie du monde que vous préparez.

  • Tous chasseurs cueilleurs !
    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-08-juin-2019

    Quand la civilisation menace l’#environnement... retour à la chasse et la cueillette. Entretien avec James C. Scott autour de son livre "#HomoDomesticus, une histoire profonde des premiers Etats".

    On a tous en tête des souvenirs d’école sur les débuts de l’Histoire avec un grand H. Quelque part entre le Tigre et l’Euphrate il y a 10 000 ans, des chasseurs-cueilleurs se sont peu à peu sédentarisés en domestiquant les plantes et les animaux, inventant dans la foulée l’#agriculture, l’écriture et les premiers Etats. C’était l’aube de la #civilisation et le début de la marche forcée vers le #progrès.

    Cette histoire, #JamesScott, anthropologue anarchiste et professeur de sciences politiques, l’a enseignée pendant des années à ses élèves de l’Université de Yale. Mais les découvertes archéologiques dans l’actuel Irak des dernières années l’ont amené à réviser complètement ce « storytelling » du commencement des sociétés humaines, et par là même remettre en question notre rapport au monde dans son dernier livre : Homo Domesticus, une histoire profonde des premiers Etats (Ed. La Découverte).

    Alors même que climat et biodiversité sont aujourd’hui plus que jamais menacés par les activités humaines, James C. Scott propose de réévaluer l’intérêt des sociétés d’avant l’Etat et l’agriculture. Car ces chasseurs-cueilleurs semi-nomades ont longtemps résisté face aux civilisations agraires, basées sur les céréales et qui, en domestiquant le monde, se sont domestiqués eux-mêmes, en appauvrissant leur connaissance du monde.

    Un reportage de Giv Anquetil.
    Les liens

    James C. Scott : « Le monde des chasseurs-cueilleurs était un monde enchanté » (Le grand entretien) par Jean-Christophe Cavallin, Diakritik

    Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce, Réflexions sur l’effondrement, Corinne Morel Darleux, Editions Libertalia

    "Amador Rojas invite Karime Amaya" Chapiteau du Cirque Romanès - Paris 16, Paris. Prochaine séance le vendredi 14 juin à 20h.

    Homo Domesticus, une histoire profonde des premiers Etats, James C. Scott (Editions La Découverte)

    Eloge des chasseurs-cueilleurs, revue Books (mai 2019).

    HOMO DOMESTICUS - JAMES C. SCOTT Une Histoire profonde des premiers États [Fiche de lecture], Lundi matin

    Bibliographie de l’association Deep Green Resistance
    Programmation musicale

    "Mesopotamia"- B52’s

    "Cholera" - El Rego et ses commandos

    #podcast @cdb_77

    • Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États

      Aucun ouvrage n’avait jusqu’à présent réussi à restituer toute la profondeur et l’extension universelle des dynamiques indissociablement écologiques et anthropologiques qui se sont déployées au cours des dix millénaires ayant précédé notre ère, de l’émergence de l’agriculture à la formation des premiers centres urbains, puis des premiers États.
      C’est ce tour de force que réalise avec un brio extraordinaire #Homo_domesticus. Servi par une érudition étourdissante, une plume agile et un sens aigu de la formule, ce livre démonte implacablement le grand récit de la naissance de l’#État antique comme étape cruciale de la « #civilisation » humaine.
      Ce faisant, il nous offre une véritable #écologie_politique des formes primitives d’#aménagement_du_territoire, de l’« #autodomestication » paradoxale de l’animal humain, des dynamiques démographiques et épidémiologiques de la #sédentarisation et des logiques de la #servitude et de la #guerre dans le monde antique.
      Cette fresque omnivore et iconoclaste révolutionne nos connaissances sur l’évolution de l’humanité et sur ce que Rousseau appelait « l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes ».


      https://www.editionsladecouverte.fr/homo_domesticus-9782707199232

      #James_Scott #livre #démographie #épidémiologie #évolution #humanité #histoire #inégalité #inégalités #Etat #écologie #anthropologie #ressources_pédagogiques #auto-domestication

    • Fiche de lecture: Homo Domesticus - James C. Scott

      Un fidèle lecteur de lundimatin nous a transmis cette fiche de lecture du dernier ouvrage de James C. Scott, (on peut la retrouver sur le blog de la bibliothèque fahrenheit) qui peut s’avérer utile au moment l’institution étatique semble si forte et fragile à la fois.
      « L’État est à l’origine un racket de protection mis en œuvre par une bande de voleurs qui l’a emporté sur les autres »
      À la recherche de l’origine des États antiques, James C. Scott, professeur de science politique et d’anthropologie, bouleverse les grands #récits_civilisationnels. Contrairement à bien des idées reçues, la #domestication des plantes et des animaux n’a pas entraîné la fin du #nomadisme ni engendré l’#agriculture_sédentaire. Et jusqu’il y a environ quatre siècles un tiers du globe était occupé par des #chasseurs-cueilleurs tandis que la majorité de la population mondiale vivait « hors d’atteinte des entités étatiques et de leur appareil fiscal ».
      Dans la continuité de #Pierre_Clastres et de #David_Graeber, James C. Scott contribue à mettre à mal les récits civilisationnels dominants. Avec cette étude, il démontre que l’apparition de l’État est une anomalie et une contrainte, présentant plus d’inconvénients que d’avantages, raison pour laquelle ses sujets le fuyait. Comprendre la véritable origine de l’État c’est découvrir qu’une toute autre voie était possible et sans doute encore aujourd’hui.

      La première domestication, celle du #feu, est responsable de la première #concentration_de_population. La construction de niche de #biodiversité par le biais d’une #horticulture assistée par le feu a permis de relocaliser la faune et la flore désirable à l’intérieur d’un cercle restreint autour des #campements. La #cuisson des aliments a externalisé une partie du processus de #digestion. Entre 8000 et 6000 avant notre ère, Homo sapiens a commencé à planter toute la gamme des #céréales et des #légumineuses, à domestiquer des #chèvres, des #moutons, des #porcs, des #bovins, c’est-à-dire bien avant l’émergence de sociétés étatiques de type agraire. Les premiers grands établissements sédentaires sont apparus en #zones_humides et non en milieu aride comme l’affirment les récits traditionnels, dans des plaines alluviales à la lisière de plusieurs écosystèmes (#Mésopotamie, #vallée_du_Nil, #fleuve_Indus, #baie_de_Hangzhou, #lac_Titicata, site de #Teotihuacan) reposant sur des modes de subsistance hautement diversifiés (sauvages, semi-apprivoisés et entièrement domestiqués) défiant toute forme de comptabilité centralisée. Des sous-groupes pouvaient se consacrer plus spécifiquement à une stratégie au sein d’un économie unifiée et des variations climatiques entraînaient mobilité et adaptation « technologique ». La #sécurité_alimentaire était donc incompatible avec une #spécialisation étroite sur une seule forme de #culture ou d’#élevage, requérant qui plus est un travail intensif. L’#agriculture_de_décrue fut la première à apparaître, n’impliquant que peu d’efforts humains.
      Les #plantes complètement domestiquées sont des « anomalies hyperspécialisées » puisque le cultivateur doit contre-sélectionner les traits sélectionnés à l’état sauvage (petite taille des graines, nombreux appendices, etc). De même les #animaux_domestiqués échappent à de nombreuses pressions sélectives (prédation, rivalité alimentaire ou sexuelle) tout en étant soumis à de nouvelles contraintes, par exemple leur moins grande réactivité aux stimuli externes va entraîner une évolution comportementale et provoquer la #sélection des plus dociles. On peut dire que l’espèce humaine elle-même a été domestiquée, enchaînée à un ensemble de routines. Les chasseurs-cueilleurs maîtrisaient une immense variété de techniques, basées sur une connaissance encyclopédique conservée dans la mémoire collective et transmise par #tradition_orale. « Une fois qu’#Homo_sapiens a franchi le Rubicon de l’agriculture, notre espèce s’est retrouvée prisonnière d’une austère discipline monacale rythmée essentiellement par le tic-tac contraignant de l’horloge génétique d’une poignée d’espèces cultivées. » James C. Scott considère la #révolution_néolithique récente comme « un cas de #déqualification massive », suscitant un #appauvrissement du #régime_alimentaire, une contraction de l’espace vital.
      Les humains se sont abstenus le plus longtemps possible de faire de l’agriculture et de l’élevage les pratiques de subsistance dominantes en raison des efforts qu’elles exigeaient. Ils ont peut-être été contraints d’essayer d’extraire plus de #ressources de leur environnement, au prix d’efforts plus intenses, à cause d’une pénurie de #gros_gibier.
      La population mondiale en 10 000 avant notre ère était sans doute de quatre millions de personnes. En 5 000, elle avait augmenté de cinq millions. Au cours des cinq mille ans qui suivront, elle sera multipliée par vingt pour atteindre cent millions. La stagnation démographique du #néolithique, contrastant avec le progrès apparent des #techniques_de_subsistance, permet de supposer que cette période fut la plus meurtrière de l’histoire de l’humanité sur le plan épidémiologique. La sédentarisation créa des conditions de #concentration_démographique agissant comme de véritables « parcs d’engraissement » d’#agents_pathogènes affectant aussi bien les animaux, les plantes que les humains. Nombre de #maladies_infectieuses constituent un « #effet_civilisationnel » et un premier franchissement massif de la barrière des espèces par un groupe pathogènes.
      Le #régime_alimentaire_céréalier, déficient en #acides_gras essentiels, inhibe l’assimilation du #fer et affecte en premier lieu les #femmes. Malgré une #santé fragile, une #mortalité infantile et maternelle élevée par rapport aux chasseurs-cueilleurs, les agriculteurs sédentaires connaissaient des #taux_de_reproduction sans précédent, du fait de la combinaison d’une activité physique intense avec un régime riche en #glucides, provoquant une #puberté plus précoce, une #ovulation plus régulière et une #ménopause plus tardive.

      Les populations sédentaires cultivant des #céréales domestiquées, pratiquant le commerce par voie fluviale ou maritime, organisées en « #complexe_proto-urbain », étaient en place au néolithique, deux millénaires avant l’apparition des premiers États. Cette « plateforme » pouvait alors être « capturée », « parasitée » pour constituer une solide base de #pouvoir et de #privilèges politiques. Un #impôt sur les céréales, sans doute pas inférieur au cinquième de la récolte, fournissait une rente aux élites. « L’État archaïque était comme les aléas climatiques : une menace supplémentaire plus qu’un bienfaiteur. » Seules les céréales peuvent servir de base à l’impôt, de part leur visibilité, leur divisibilité, leur « évaluabilité », leur « stockabilité », leur transportabilité et leur « rationabilité ». Au détour d’un note James C. Scott réfute l’hypothèse selon laquelle des élites bienveillantes ont créé l’État essentiellement pour défendre les #stocks_de_céréales et affirme au contraire que « l’État est à l’origine un racket de protection mis en œuvre par une bande de voleurs qui l’a emporté sur les autres ». La majeure partie du monde et de sa population a longtemps existé en dehors du périmètre des premiers États céréaliers qui n’occupaient que des niches écologiques étroites favorisant l’#agriculture_intensive, les #plaines_alluviales. Les populations non-céréalières n’étaient pas isolées et autarciques mais s’adonnaient à l’#échange et au #commerce entre elles.
      Nombre de #villes de #Basse_Mésopotamie du milieu du troisième millénaire avant notre ère, étaient entourées de murailles, indicateurs infaillibles de la présence d’une agriculture sédentaire et de stocks d’aliments. De même que les grandes #murailles en Chine, ces #murs d’enceinte étaient érigés autant dans un but défensif que dans le but de confiner les paysans contribuables et de les empêcher de se soustraire.
      L’apparition des premiers systèmes scripturaux coïncide avec l’émergence des premiers États. Comme l’expliquait #Proudhon, « être gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé ». L’#administration_étatique s’occupait de l’#inventaire des ressources disponibles, de #statistiques et de l’#uniformisation des #monnaies et des #unités_de_poids, de distance et de volume. En Mésopotamie l’#écriture a été utilisée à des fins de #comptabilité pendant cinq siècle avant de commencer à refléter les gloires civilisationnelles. Ces efforts de façonnage radical de la société ont entraîné la perte des États les plus ambitieux : la Troisième Dynastie d’#Ur (vers 2100 avant J.-C.) ne dura qu’à peine un siècle et la fameuse dynastie #Qin (221-206 avant J.-C.) seulement quinze ans. Les populations de la périphérie auraient rejeté l’usage de l’écriture, associée à l’État et à l’#impôt.

      La #paysannerie ne produisait pas automatiquement un excédent susceptible d’être approprié par les élites non productrices et devait être contrainte par le biais de #travail_forcé (#corvées, réquisitions de céréales, #servitude pour dettes, #servage, #asservissement_collectif ou paiement d’un tribu, #esclavage). L’État devait respecter un équilibre entre maximisation de l’excédent et risque de provoquer un exode massif. Les premiers codes juridiques témoignent des efforts en vue de décourager et punir l’#immigration même si l’État archaïque n’avait pas les moyens d’empêcher un certain degré de déperdition démographique. Comme pour la sédentarité et la domestication des céréales, il n’a cependant fait que développer et consolider l’esclavage, pratiqué antérieurement par les peuples sans État. Égypte, Mésopotamie, Grèce, Sparte, Rome impériale, Chine, « sans esclavage, pas d’État. » L’asservissement des #prisonniers_de_guerre constituait un prélèvement sauvage de main d’œuvre immédiatement productive et compétente. Disposer d’un #prolétariat corvéable épargnait aux sujets les travaux les plus dégradants et prévenait les tensions insurrectionnelles tout en satisfaisant les ambitions militaires et monumentales.

      La disparition périodique de la plupart de ces entités politiques était « surdéterminée » en raison de leur dépendance à une seule récolte annuelle d’une ou deux céréales de base, de la concentration démographique qui rendait la population et le bétail vulnérables aux maladies infectieuses. La vaste expansion de la sphère commerciale eut pour effet d’étendre le domaine des maladies transmissibles. L’appétit dévorant de #bois des États archaïques pour le #chauffage, la cuisson et la #construction, est responsable de la #déforestation et de la #salinisation_des_sols. Des #conflits incessants et la rivalité autour du contrôle de la #main-d’œuvre locale ont également contribué à la fragilité des premiers États. Ce que l’histoire interprète comme un « effondrement » pouvait aussi être provoqué par une fuite des sujets de la région centrale et vécu comme une #émancipation. James C. Scott conteste le #préjugé selon lequel « la concentration de la population au cœur des centres étatiques constituerait une grande conquête de la civilisation, tandis que la décentralisation à travers des unités politiques de taille inférieure traduirait une rupture ou un échec de l’ordre politique ». De même, les « âges sombres » qui suivaient, peuvent être interprétés comme des moments de résistance, de retours à des #économies_mixtes, plus à même de composer avec son environnement, préservé des effets négatifs de la concentration et des fardeaux imposés par l’État.

      Jusqu’en 1600 de notre ère, en dehors de quelques centres étatiques, la population mondiale occupait en majorité des territoires non gouvernés, constituant soit des « #barbares », c’est-à-dire des « populations pastorales hostiles qui constituaient une menace militaire » pour l’État, soit des « #sauvages », impropres à servir de matière première à la #civilisation. La menace des barbares limitait la croissance des États et ceux-ci constituaient des cibles de pillages et de prélèvement de tribut. James C. Scott considère la période qui s’étend entre l’émergence initiale de l’État jusqu’à sa conquête de l’hégémonie sur les peuples sans État, comme une sorte d’ « âge d’or des barbares ». Les notions de #tribu ou de peuple sont des « #fictions_administratives » inventées en tant qu’instrument de #domination, pour désigner des #réfugiés politiques ou économiques ayant fuit vers la périphérie. « Avec le recul, on peut percevoir les relations entre les barbares et l’État comme une compétition pour le droit de s’approprier l’excédent du module sédentaire « céréales/main-d’œuvre ». » Si les chasseurs-cueilleurs itinérants grappillaient quelques miettes de la richesse étatique, de grandes confédérations politiques, notamment les peuples équestres, véritables « proto-États » ou « Empires fantômes » comme l’État itinérant de #Gengis_Kahn ou l’#Empire_Comanche, constituaient des concurrents redoutables. Les milices barbares, en reconstituant les réserves de main d’œuvre de l’État et en mettant leur savoir faire militaire au service de sa protection et de son expansion, ont creusé leur propre tombe.

      Dans la continuité de Pierre Clastres et de David Graeber, James C. Scott contribue à mettre à mal les récits civilisationnels dominants. Avec cette étude, il démontre que l’apparition de l’État est une #anomalie et une #contrainte, présentant plus d’inconvénients que d’avantages, raison pour laquelle ses sujets le fuyait. Comprendre la véritable origine de l’État c’est découvrir qu’une toute autre voie était possible et sans doute encore aujourd’hui.

      https://lundi.am/HOMO-DOMESTICUS-Une-Histoire-profonde-des-premiers-Etats
      #historicisation

  • L’Amérique fait-elle encore tourner le monde ?
    https://laviedesidees.fr/Ludovic-Tournes-Americanisation-histoire-mondiale.html

    À propos de : Ludovic Tournès, Américanisation ? Une histoire mondiale (XVIIIe-XXIe siècle), Fayard.. Les #États-Unis ont cessé d’être les porteurs et l’emblème de la modernité. L’impérialisme culturel prend fin. C’est le moment de rappeler que cette culture aussi adulée que vilipendée est elle-même issue d’innombrables métissages, comme dans le reste du continent.

    #International #impérialisme #culture_populaire
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20210301_gruzinski.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20210301_gruzinski.docx

  • L’Irak post-Saddam Hussein, une énorme machine à cash - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280221/l-irak-post-saddam-hussein-une-enorme-machine-cash

    Après la chute du dictateur irakien en 2003, les Américains ont déversé des milliards de dollars sur le pays. Les futurs membres du gouvernement irakien adoubés par eux ont notamment profité de cette manne financière. Nous avons enquêté sur ces mouvements de fonds sans aucun contrôle.

    [...] Dans ce camion-poubelle se trouve un milliard de dollars, disposés dans des palettes. Il doit les déposer à la banque Rafidayn, sur la rive droite de Bagdad. C’est sa dernière mission pour le compte du Pentagone. Dans le plus grand secret, entre 2003 et 2008, il a transporté à lui seul 40 milliards de dollars en petites coupures entre l’aéroport de Bagdad et la Banque centrale d’Irak. L’équivalent du PIB d’un pays comme le Mali. Ce récit est confirmé par David Nummy, le responsable du Trésor américain en place à Bagdad. « Il était notre homme de confiance pour ces missions difficiles. Il savait ce qu’il faisait. J’avais une entière confiance en lui », se souvient-il.

  • « Pour qu’avoir 20 ans en 2021 soit moins difficile qu’en 2020 »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/28/pour-qu-avoir-20-ans-en-2021-soit-moins-difficile-qu-en-2020_6071449_3232.ht

    Avec le Covid, les jeunes, comme le reste de la population, sont contraints de limiter leurs interactions sociales. Or, si une telle situation pèse …

    #Santé #Médecine #Étudiants #Idées #Société

  • Joe Biden’s US Foreign Policy: Return to the Old Normal? - CounterPunch.org
    https://www.counterpunch.org/2021/02/26/america-is-back-joe-bidens-us-foreign-policy

    Regardless of the changing of the guard in Washington, the imperial goal of the “full spectrum dominance” endures from one administration to the next. The global network of 800-1000 foreign military bases will not be shuttered.

    The fact that the US can with impunity punish a third of humanity (39 nations) with illegal sanctions – what the UN calls unilateral coercive measures – is a measure of its hegemonic standing. These sanctions are a form of “hybrid warfare,” which can be just as deadly as outright war. Although Biden is reviewing the sanctions policy, considering the COVID-19 pandemic, he is expected to “keep using [the] US sanctions weapon but with sharper aim,” as reported by Reuters.

    #états-unis #impunité #crimes

  • Monastère, agora, forteresse ou nœud d’échanges. Quatre modèles pour définir les relations entre les #écoles et leurs environnements — Géoconfluences
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/geographie-espaces-scolaires/geographie-de-l-ecole/quatre-modeles-relations-ecoles-environnements

    En quoi la géographie des #établissements_scolaires, en particulier celle de leurs limites, reflète-t-elle les conceptions de l’#éducation et des modalités d’#apprentissage ? L’article présente quatre modèles : l’école fermée sur elle-même (le monastère), celle ouverte sur le monde extérieur (l’agora), le lieu d’apprentissage barricadé pour éviter les intrusions (la forteresse), et enfin l’établissement tenant de l’un de ces modèles mais bouleversé par l’irruption du #numérique (le nœud d’échanges).

    #sécurité

    Résumé : https://www.banquedesterritoires.fr/architecture-scolaire-quand-les-collectivites-orientent-lhistoi

  • « On a beaucoup parlé ces derniers jours de la prestation de #Gabriel_Attal, le porte-parole du gouvernement sur #Twitch dans "#SansFiltre" C’est encore un exemple intéressant à regarder dans le détail sur la confusion des genres entre #compol et #compublique à l’œuvre en ce moment. »

    Cette émission, qui a réuni des influenceurs a été tournée à l’Elysée. Réalisation soignée, au moins trois caméras dont une en travelling, régie vidéo et son en direct, décor lumineux, outils de streaming. Avec salaires, prestas, c’est probablement une opération à 5 chiffres.

    Que le gouvernement choisisse de développer son audience et la visibilité de ses actions sur différents médias et réseaux, ça peut se discuter dans la forme, mais sur le fond, c’est une stratégie qui a beaucoup de sens, même si cela a un coût pour la collectivité.

    Mais là j’ai un problème. Regardez bien.
    Vous ne voyez rien ? C’est normal. L’émission n’est accessible ni sur le site du gouvernement, ni sur celui de l’Elysée, ni sur leur compte Youtube ou sur le compte Twitch des institutions qui ont produit ce programme avec des fonds publics.

    On la trouve en revanche sur les comptes personnels de Gabriel Attal sur Youtube et Twitch, où elles lui permettront de développer son audience avec ces contenus.

    Ces comptes personnels ne seront soumis à aucune restriction en période électorale, alors que l’usage des comptes des institutions sera évidemment restreint. La stratégie de l’exécutif est d’utiliser les moyens des institutions pour développer l’audience des comptes personnels.

    On ne mesure pas à quel point, dans la dernière ligne droite avant l’élection, au moment où la communication institutionnelle est encadrée, où les temps de parole dans les médias sont soumis à l’équité, avoir capitalisé sur des outils et des audiences propres est déterminant.

    On assiste en ce moment à un déploiement de buzz, d’#opérations_d'influences à tous les niveaux de l’exécutif, payés sur les #fonds_publics, qui vise à construire cette audience avant les prochaines élections.

    Et ce n’est pas le premier épisode de cette confusion des genres, qui est trop régulière pour ne pas traduire une stratégie :

    LREM poursuit sa démarche partisane d’appropriation propagandiste de la #compublique en utilisant sa charte graphique #compol de parti pour la com’ du gouvernement... https://twitter.com/valeriomotta/status/969507347537252352

    https://twitter.com/valeriomotta/status/1365257336990932992

  • Les nouveaux pouvoirs à l’ère de l’intelligence artificielle
    https://blogs.mediapart.fr/emmanuel-prados/blog/220221/les-nouveaux-pouvoirs-l-ere-de-l-intelligence-artificielle

    L’avènement de l’économie de la donnée bouleverse l’ensemble des paradigmes économiques et politiques. De nouvelles formes de pouvoir systémiques apparaissent, cristallisées autour des Big Tech (en particulier les GAFAM). Celles-ci viennent heurter les fonctions étatiques en termes de souveraineté, de gestion de l’espace public et d’exercice démocratique... L’avènement de l’économie de la donnée bouleverse l’ensemble des paradigmes économiques et politiques. De nouvelles formes de pouvoir systémiques (...)

    #éthique #domination #BigData #GAFAM

  • A partir de nations qu’ils ont envahies et qu’ils occupent en toute #illégalité, les #États-Unis affirment leur droit à l’autodéfense sans établir la moindre preuve. Et les médias occidentaux aux ordres publient de tels communiqués sans la moindre critique ni investigation… Ce cri si juste nous vient des États-Unis et c’est un réconfort. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

    https://histoireetsociete.com/2021/02/26/les-etats-unis-bombardent-la-syrie-et-ont-le-ridicule-de-revendiq

  • Automobilité et liberté : Conflits et résolutions
    http://carfree.fr/index.php/2021/02/26/automobilite-et-liberte-conflits-et-resolutions

    Dans cet intéressant article, Tod Litman, directeur exécutif du Victoria Transport Policy Institute (VTPI) au #canada, détruit le mythe présentant la voiture comme un objet de liberté. Automobilité et liberté Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Etalement_urbain #Fin_de_l'automobile #Marche_à_pied #Transports_publics #Vélo #dépendance #économie #liberté #mobilité #nuisances #politique #Québec

  • The Danger of Anti-Immigrant Extremism Posing as Environmentalism—and Who Funds It

    With President Joe Biden in the White House and Vice President Kamala Harris providing the deciding vote in the Senate, a range of long-sought Democratic policy goals are back in play, albeit just barely. That includes ambitious agendas on immigration and the environment.

    Could this be the administration that pushes through comprehensive immigration reform after decades of failed attempts? Will youth activists and the burgeoning movement for a Green New Deal provide a pathway to major climate legislation? If so, advocates and their funders alike face a tough road ahead, including an obstructionist congressional minority and opponents on both fronts that will look to appeal to the public’s darkest impulses to build opposition.

    At this inflection point, a report this month from the Center for American Progress, “The Extremist Campaign to Blame Immigrants for U.S. Environmental Problems,” offers a timely overview of the history of how opponents of immigration falsely portray it as a threat to the natural world—a strategy we’re likely to see more of in the months ahead. The report offers a valuable review of these efforts, ranging from the past anti-immigrant stances of some of the nation’s best-known environmental groups to the funders that have bankrolled the nation’s largest anti-immigration groups.

    Four years of an administration defined by its opposition to immigration, plus growing attention to climate change, breathed new life into the toxic and racist narrative of immigrants as a cause of environmental degradation. As the report lays out, this argument—often part of a right-wing, white supremacist ideology known as ecofascism, though CAP’s report does not use the term—found allies in the top echelons of government and media, including a former head of the U.S. Bureau of Land Management and conservative commentators like Ann Coulter and Fox News host Tucker Carlson.

    In contemporary politics, this strategy is mainly seen as a right-wing phenomenon or an artifact of the racist and Eurocentric early history of conservation. Yet the fact that anti-immigrant sentiment found a home within top environmental groups, including Earthfirst! and the Sierra Club, which had a major faction in support of these ideas as late as 2004, is a reminder that it has found fertile soil in a variety of political camps. That makes the narrative all the more dangerous, and one against which funders working in both immigration and the environment ought to take a firm and vocal stance.

    Who’s funding anti-immigration work in the name of the environment?

    Although not comprehensive, the report highlights three funders as key backers of anti-immigration groups: Colcom Foundation, Weeden Foundation and Foundation for the Carolinas. The first two are, in their branding and language, environmental funders—and make those grants in the name of preventing further damage to the natural world.

    Colcom, founded by Mellon Bank heir Cordelia Scaife May, is far and away the largest funder. With a roughly $500 million endowment, it has provided a large share of the support for a network of groups founded by John Tanton, a Sierra Club official in the 1980s, whom the Southern Poverty Law Center (SPLC) calls “the racist architect of the modern anti-immigrant movement.”

    Recipients include NumbersUSA, Federation for American Immigration Reform (FAIR), and the Center for Immigration Studies, which we once called “Trump’s favorite immigration think tank.” The latter two are classified as hate groups by the SPLC, a designation the organizations reject.

    In keeping with the bending of reflexive political categories, it’s worth noting that May—who died in 2005—was also a substantial funder of Planned Parenthood due to her prioritization of “population control” as a means of achieving conservation. In 2019, the New York Times documented May’s dark journey to becoming a leading funder of the modern anti-immigrant movement, and the millions her foundation continued to move, long after her death, in support of ideas that gained a receptive audience in a nativist Trump administration. May’s wealth came from the Mellon-Scaife family fortune, which yielded several philanthropists, including another prominent conservative donor, Richard Mellon Scaife.

    Weeden, led by Don Weeden, has funded a similar who’s who of top anti-immigration groups, as well as lower-profile or regional groups like Californians for Population Stabilization, Progressives for Immigration Reform—which CAP calls the “most central organization in the anti-immigrant greenwashing universe”—and the Rewilding Institute.

    Both Weeden and Colcom, as well as the groups they fund, generally say they are neither anti-immigrant nor anti-immigration. Aside from restrictionist policy positions and racist comments by former leaders, it is revealing that the groups they fund are the favored information sources for some of the most virulently anti-immigrant politicians, both historically and among those who rose prominence during the Trump administration. For a deeper dive on Weeden and Colcom, see my colleague Philip Rojc’s excellent 2019 piece on these grantmakers.

    Finally, there is the Foundation for the Carolinas, which in many ways is a typical community foundation, with initiatives on topics from COVID-19 relief to local arts. But it also hosts a donor-advised fund that has supported several anti-immigration groups, including Center for Immigration Studies, FAIR and NumbersUSA. That fund channeled nearly $21 million to nine such groups between 2006 and 2018, according to the report.

    There’s a connection here to a larger problem of private foundations and DAFs, some of which are housed at community foundations, supporting 501(c)(3) nonprofits identified as hate groups, according to a recent analysis from the Chronicle of Philanthropy. Foundation for the Carolinas also made its list of top donors to these groups.

    An ideology funders must fight against

    As the debates over both immigration and climate policies move forward under this new administration, and the opposition marshals efforts to defeat them, this report offers a helpful guide to this enduring and noxious myth. It’s also an important reminder that if these ideas are not called actively combated, they can take root within well-intentioned efforts. Though it seems only a small number of foundations directly fund groups advancing these ideas, anti-immigrant sentiment is insidious.

    For example, while some commentators are suggesting that acceding to Trump-fueled demands for a border wall is how Congress could reach bipartisan action on immigration reform, the report notes how the existing sections of wall are ineffective against furtive crossings, disruptive to species migration, and in violation of Indigenous sacred sites. These facts—and more broadly, the connection to white supremacist and fascist movements—should put foundations on guard, whether they support grantees pushing for immigration reform, action on climate or both.

    With the United States and other nations facing greater and greater pressures from climate change—particularly as it forces migration from regions like Latin America and the Middle East—philanthropy would do well to be proactive now and draw a bright line in countering this ideology’s propagation.

    https://www.insidephilanthropy.com/home/2021/2/24/anti-immigrant-environmentalism-is-resurgent-new-report-looks-at
    #extrême_droite #anti-migrants #USA #Etats-Unis #environnementalisme #environnement #migrations #nature #dégradation_environnementale #écofascisme #éco-fascisme #suprématisme_blanc #extrême_droite #Ann_Coulte #Tucker_Carlson #racisme #Earthfirst #Sierra_Club #deep_ecology #fondations #Colcom_Foundation #Weeden_Foundation #Foundation_for_the_Carolinas #Mellon_Bank #Cordelia_Scaife_May #mécénat #John_Tanton #NumbersUSA #Federation_for_American_Immigration_Reform (#FAIR) #Center_for_Immigration_Studies #Planned_Parenthood #démographie #contrôle_démographique #néo-malthusianisme #néomalthusianisme #protection_de_l'environnement #philanthropie #Richard_Mellon_Scaife #Weeden #Don_Weeden #Californians_for_Population_Stabilization #Progressives_for_Immigration_Reform #Rewilding_Institute

    • The Extremist Campaign to Blame Immigrants for U.S. Environmental Problems

      With growing frequency over the past four years, right-wing pundits, policymakers, and political operatives have fiercely and furiously blamed immigrants for the degradation and decline of nature in the United States. William Perry Pendley, who temporarily ran the U.S. Bureau of Land Management under former President Donald Trump, saw “immigration as one of the biggest threats to public lands,” according to an agency spokesperson.1 A handful of right-wing anti-immigration zealots, including Joe Guzzardi, have repeatedly misused data published by the Center for American Progress on nature loss to make xenophobic arguments for anti-immigration policies.2 This so-called “greening of hate”—a term explored by Guardian reporter Susie Cagle—is a common refrain in a wide range of conservative and white supremacist arguments, including those of Ann Coulter, Fox News host Tucker Carlson, neo-Nazi Richard Spencer, and the manifestos of more than one mass shooter.3

      The claim that immigration is to blame for America’s environmental problems is so absurd, racist, and out of the mainstream that it is easily debunked and tempting to ignore. The scientific community, and the little research that has been conducted in this area, resoundingly refutes the premise. Consider, for example, the environmental damage caused by weak and inadequate regulation of polluting industries; the destruction of wildlife habitat to accommodate wealthy exurbs and second homes; the design and propagation of policies that concentrate toxic poisons and environmental destruction near communities of color and low-income communities; the continued subsidization of fossil fuel extraction and trampling of Indigenous rights to accommodate drilling and mining projects; and the propagation of a throw-away culture by industrial powerhouses. All of these factors and others cause exponentially more severe environmental harm than a family that is fleeing violence, poverty, or suffering to seek a new life in the United States.

      The extremist effort to blame immigrants for the nation’s environmental problems deserves scrutiny—and not merely for the purpose of disproving its xenophobic and outlandish claims. The contours, origins, funding sources, and goals of this right-wing effort must be understood in order to effectively combat it and ensure that the extremists pushing it have no place in the conservation movement. The individuals and organizations that are most fervently propagating this argument come largely from well-funded hate groups that are abusing discredited ideologies that were prevalent in the 19th-century American conservation movement in an attempt to make their racist rhetoric more palatable to a public concerned about the health of their environment.

      While leaders of the contemporary, mainstream environmental movement in the United States have disavowed this strain of thought and are working to confront the legacies of colonialism and racism in environmental organizations and policies, a small set of right-wing political operatives are trying to magnify overtly xenophobic and false environmental arguments to achieve specific political objectives. In particular, these right-wing political operatives and their deep-pocketed funders are seeking to broaden the appeal of their anti-immigration zealotry by greenwashing their movement and supplying their right-wing base with alternative explanations for environmental decline that sidestep the culpability of the conservative anti-regulatory agenda. In their refusal to confront the true reasons for environmental decline, they are hurting the people—immigrants, Indigenous peoples, and people of color—who bear a disproportionate burden of environmental consequences and are increasingly the base of the climate justice and conservation movements.

      (...)

      https://www.americanprogress.org/issues/green/reports/2021/02/01/495228/extremist-campaign-blame-immigrants-u-s-environmental-problems

  • Crimes sexuels. Au Tigré, le viol devient une #arme_de_guerre

    Depuis quatre mois, une #guerre se déroule à huis clos dans le nord de l’Éthiopie. Outre les combats et les pillages, de plus en plus de témoins font part de #viols_systématiques commis par les #soldats éthiopiens et érythréens. Lucy Kassa, est une des rares journalistes a avoir pu se rendre sur place, au prix de menaces. Dans le Los Angeles Times, elle rapporte l’horreur d’une sale guerre.

    Une jeune femme et sa sœur marchaient sur le bord d’une route déserte dans le nord de l’Éthiopie le mois dernier lorsque cinq hommes les ont forcées à monter dans un pick-up et les ont conduites jusqu’à un petit bâtiment au toit de métal. L’accent et l’uniforme de leurs ravisseurs ne laissaient aucun doute : c’était des soldats érythréens, ceux venus soutenir les troupes éthiopiennes dans les combats qui font rage depuis novembre dans la région du Tigré, à la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée.

    Mehrawit, 27 ans, mère de deux enfants, a été séparée de sa sœur et enfermée dans une pièce où il n’y avait qu’un matelas fin et sale. Elle a été violée pendant deux semaines. Ses agresseurs lui ont cassé le bassin et la colonne vertébrale, la laissant recroquevillée sur le sol. Un jour, quinze soldats l’ont violée à tour de rôle pendant huit heures. Elle les a comptés. Elle hurlait de douleur, et eux riaient :

    Au bout d’un moment, je suis devenue complètement insensible, raconte-t-elle dans son lit de l’hôpital de Mekele, la capitale de la région du Tigré, quelques jours après avoir réussi à s’enfuir. Je voyais leur visage. Je les entendais rire. Mais je ne sentais plus la douleur.”

    Son récit est l’un des rares dont on dispose sur le conflit sanglant qui secoue le Tigré. Les organisations de défense des droits de l’homme ont tiré la sonnette d’alarme, disant que dans cette zone montagneuse, à l’abri du regard du monde, les soldats des troupes gouvernementales se livrent à des viols et à des agressions sexuelles sur les civils. Les Nations unies craignent l’imminence d’une catastrophe humanitaire dans cette région qui compte 6 millions d’habitants. Plus de 60 000 Tigréens ont rejoint les camps de réfugiés de l’autre côté de la frontière, au Soudan.

    (#paywall)

    https://www.courrierinternational.com/article/crimes-sexuels-au-tigre-le-viol-devient-une-arme-de-guerre

    #Tigré #Ethiopie #viol #viols #armée #soldats