• Russie-Ukraine : “faible probabilité de victoire” et pressions américaines
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2022/11/23/russie-ukraine-faible-probabilite-de-victoire-et-pressions-a

    En #Ukraine, où la neige est déjà là, dix millions de personnes, selon le président #Zelensky, sont privées d’électricité du fait des #frappes_russes massives sur les installations énergétiques du pays. En face, les troupes russes, forcées d’abandonner #Kherson, se sont redéployées sur les 20 % de territoire qu’elles tiennent au sud et à l’est de l’Ukraine.

    Chaque camp se prépare à poursuivre la #guerre dans des conditions aggravées par l’hiver. Faute de moyens matériels et humains pour une offensive, l’armée de Poutine fortifie ses centaines de kilomètres de lignes de défense. Celle de Zelensky tente de repousser un peu plus son adversaire et s’apprête à recevoir les nouvelles armes que le Sénat américain a décidé de lui livrer.

    Mais, dans le même temps, on a la confirmation en haut lieu que Washington pousse Kiev à négocier avec Moscou. Lors d’une conférence de presse, le général et chef d’état-major Milley a déclaré qu’à brève échéance « la probabilité d’une victoire militaire […] qui expulse les Russes de toute l’Ukraine […] n’est pas très élevée ». Et, pour bien se faire comprendre de Zelensky, il a ajouté : « Les Russes sont vraiment dans une mauvaise passe », conseillant de « négocier à un moment où vous êtes en position de force ».

    – Vers une négociation ?

    Zelensky avait déjà infléchi sa position en disant qu’il acceptait de discuter avec Poutine, mais sans vouloir céder la moindre part de territoire. Or, pour Washington, la Crimée doit rester à la Russie, qui réagirait par une forte riposte à toute tentative de la reprendre. Et, même dans le camp ukrainien, certains n’hésitent plus à dire que réintégrer de force le Donbass, dont la population regarde vers Moscou, poserait des problèmes insolubles à l’État ukrainien.

    Mais accepter des pourparlers sans retrait préalable des forces russes de toute l’Ukraine « cela veut dire, a déclaré à l’AFP un conseiller de la présidence ukrainienne, capituler devant le pays qui est en train de perdre ». Or Zelensky, auquel le soutien de l’Amérique et de l’Europe a permis de prendre la posture du Père la Victoire, estime qu’il ne peut pas se permettre de sembler mollir et de risquer que la mouvance nationaliste et d’extrême droite, qui l’accepte comme chef de guerre, l’accuse de brader l’intégrité nationale. Cela lui poserait d’autant plus de problèmes qu’une partie de la population pourrait exprimer de nouveau son rejet de sa politique antisociale, comme elle le faisait avant la guerre.

    Les médias occidentaux semblent découvrir ces jours-ci que Zelensky n’est pas aussi populaire qu’ils le prétendaient quand leurs dirigeants le soutenaient sans réserve. C’est leur façon de coller aux inflexions de la politique du camp impérialiste. Car, pour les États des pays riches, les peuples et leurs dirigeants, même vantés un temps comme alliés, ne sont que des pions sur l’échiquier de leurs grandes manœuvres.

    Les pressions de plus en plus ouvertes que les États-Unis exercent sur le gouvernement ukrainien ne signifient en aucun cas que des négociations, et a fortiori un accord, sont pour demain. Elles peuvent prendre des mois, des années, en fonction du rapport de force sur le terrain et dans chaque camp. Et ce sera aussi fonction de ce que les grandes puissances impérialistes estimeront le plus favorable à leurs intérêts, sur fond de tensions internationales qui s’accroissent.

    Le plus haut gradé américain, déjà cité, a comparé la guerre de tranchées en Ukraine à celle qui prévalait en Europe en 1915 : chaque camp était tellement fortifié que les lignes ne bougeaient plus. Il aurait fallu négocier, selon le général Milley, alors qu’en continuant les combats on passa de un à vingt millions de morts. C’est une façon de rejeter les morts à venir de cette guerre sur le régime de Kiev, que Washington a armé, mais dont il souhaiterait maintenant qu’il prenne un virage.

    – Poutine suffisamment affaibli ?

    Tout se passe comme si les États-Unis, maîtres de l’escalade guerrière en Ukraine, estimaient maintenant sa prolongation plus nuisible que profitable à leurs intérêts. Après neuf mois de guerre, Poutine apparaît comme ayant raté son « opération spéciale ». Aux yeux de tous, la #Russie en est visiblement affaiblie, ce qui était un des objectifs proclamés de #Biden. Militairement, elle doit reculer. Les sanctions occidentales ont frappé son économie, au point que les autorités reconnaissent que le pays est en récession. Et puis, les critiques à l’égard de Poutine, qui n’ont jamais cessé, se font plus fortes en haut lieu, même si l’on ne sait exactement ce qu’elles recouvrent, ni ce qui pourrait résulter d’un mouvement de mécontentement social qui éclaterait face à un pouvoir affaibli.

    Pour les dirigeants américains et européens, c’est une chose d’affaiblir le pouvoir de Poutine. Mais c’en est une autre de prendre le risque que son régime s’écroule, en entraînant un chaos à grande échelle, qui serait pour eux difficilement gérable. Ils ne veulent probablement pas d’une situation qui déstabilise profondément la Russie, alors qu’elle reste à sa façon un des piliers de l’ordre mondial. Les trusts pétroliers ont encore pu le vérifier en janvier dernier : l’armée russe était allée au Kazakhstan mater une révolte populaire qui menaçait les intérêts de la dictature locale aussi bien que du Kremlin et des firmes occidentales présentes.

    Les pressions de Washington pour que Zelensky négocie sans trop tarder avec #Poutine semblent indiquer que les dirigeants américains, après avoir joué avec le feu en Ukraine, veulent éviter que l’incendie puisse s’étendre en Russie et échapper à tout contrôle.

    #impérialisme #États-Unis

  • Biden administration quietly approves huge Texas oil export project | The Texas Tribune
    https://www.texastribune.org/2022/11/23/texas-oil-export-terminal-approval-biden-climate

    “President Biden cannot lead on combating climate change, protecting public health or advocating for environmental justice while simultaneously allowing fossil fuel companies to lock-in decades of fossil fuel extraction,” the group’s senior policy advocate, Kelsey Crane, said in a statement.

    #climat #états-unis #bonimenteurs #leadership

  • États-Unis : Shakespeare, Mark Twain, Batman et les X-Men censurés
    https://actualitte.com/article/108781/international/etats-unis-shakespeare-mark-twain-batman-et-les-x-men-censures

    La vague de censure américaine ne s’est toujours pas tarie. Portée, à l’origine, par des parents d’élèves conservateurs et des groupes de pression, elle a été politisée par des représentants républicains, gouverneurs, sénateurs et autres candidats à diverses élections.
    La censure n’épargne personne

    Les livres et les bibliothèques sont les principales cibles de cette vague de censure. Des ouvrages présents dans les établissements de lecture publique ou au sein des établissements scolaires sont pointés du doigt, parce qu’ils évoquent des sujets difficiles comme les violences sexuelles, le racisme, le sexisme et d’autres formes de violences. Diverses lois adoptées dans un certain nombre d’États bannissent des évocations de la sexualité, au prétexte de protéger les enfants.

    En réponse, les bibliothécaires font valoir la liberté d’expression et d’information, et mettent en avant leur expertise, pour déterminer à quelle catégorie d’âge convient telle ou telle lecture.

    L’État du Missouri, dans le Midwest américain, s’est joint au mouvement de censure avec une loi entrée en vigueur le 28 août dernier. Cette dernière prohibe la mise en contact des mineurs avec des « éléments sexuels explicites » et menace d’une amende et d’une peine d’un an de prison toute personne qui s’y risquerait.

    La définition des « éléments sexuels explicites » est suffisamment large pour pousser les bibliothèques et professionnels à censurer les titres de leurs collections. Début septembre, un district scolaire retirait ainsi plusieurs ouvrages, des romans et des bandes dessinées, dont Batman : White Knight, de Sean Murphy et Matt Hollingsworth (traduit par Benjamin Rivière, Urban Comics), et Watchmen, d’Alan Moore et Dave Gibbons (traduit par Jean-Patrick Manchette, Urban Comics).

    Ou encore Gender Queer de Maia Kobabe (Genre Queer, traduit en France par Anne-Charlotte Husson) ou Le soleil et ses fleurs de Rupi Kaur (traduit par Sabine Rolland, chez Nil).
    L’inflation de la censure

    De peur d’une action en justice, les districts scolaires pratiquent une autocensure particulièrement assidue. En quelques mois, 11 d’entre eux, dans l’État du Missouri, ont ainsi retiré près de 300 titres de leurs collections, considérant qu’ils pouvaient présenter des « éléments sexuels explicites ».

    Parmi les nouveaux titres visés, les bandes dessinées The Walking Dead de Robert Kirkman et Charlie Adlard, American Gods, de P. Craig Russell et Scott Hampton, d’après Neil Gaiman, Batman : The Killing Joke, d’Alan Moore et Brian Bolland ou encore X-Men : Age of X de Mike Carey, Clay Mann et Steve Kurth.

    En raison des termes de la loi, qui visent les « images [...], photographie, film, vidéo, dessin », les bandes dessinées sont en première ligne : des adaptations d’œuvres classiques ont ainsi été retirées, notamment des textes d’Homère, de Shakespeare ou de Mark Twain. Si la loi entend restreindre sa censure lorsqu’il s’agit de contenus éducatifs ou d’œuvres d’art « sérieuses », les bibliothécaires et administrateurs des districts font du zèle, pour se prémunir, encore une fois, de l’action en justice.

    C’est ainsi qu’un manuel de dessin se retrouve exclu, le Complete Guide to Drawing & Painting du Reader’s Digest... Mais aussi plus de 70 ouvrages sur l’histoire de l’art, en raison de nus peints par Rembrandt, Raphaël, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Vincent Van Gogh ou Matisse. Outre Maus d’Art Spiegelman, plusieurs livres d’histoire évoquant l’Holocauste ont aussi été retirés dans le district de Wentzville, en raison d’images « dérangeantes ».

    Pour protester publiquement contre cette censure massive d’ouvrages, plusieurs auteurs anglophones ont signé une lettre ouverte, dont Art Spiegelman, Margaret Atwood, Neil Gaiman, Lois Lowry, Roxane Gay, Rupi Kaur et Alison Bechdel (auteurs et autrices dont les œuvres sont d’ailleurs victimes de la censure aux États-Unis). Il est possible de souscrire à cet appel contre la censure à cette adresse.

    #Censure #Etats-Unis

  • Las estatuas más incómodas de América

    En años recientes, conquistadores, militares y caudillos han sido bajados de sus pedestales por manifestantes o por los mismos gobiernos, que enfrentan un debate creciente sobre los símbolos y deben definir qué hacer con los monumentos antiguos, qué representan y qué lugar les corresponde

    En marzo de 2011, durante una visita oficial a la Argentina, el entonces presidente Hugo Chávez vio la estatua que se levantaba detrás de la Casa Rosada y preguntó: “¿Qué hace ahí ese genocida?”. Era una escultura de Cristóbal Colón de unos seis metros de alto y 38 toneladas, hecha en mármol de Carrara, ubicada allí desde hacía casi un siglo. “Colón fue el jefe de una invasión que produjo no una matanza, sino un genocidio. Ahí hay que poner un indio”, dijo Chávez. Para los funcionarios que lo acompañaban, ciudadanos de un país donde aún se repite que los argentinos descienden de los barcos, aquella figura tal vez nunca había resultado incómoda hasta ese momento. Pero tomaron nota de sus palabras.

    El comentario de Chávez no solo fue disparador de la remoción del monumento dedicado al marino genovés en Buenos Aires —una medida que tomó el Gobierno de Cristina Kirchner en 2013 y desató una larga polémica y una batalla judicial con la comunidad italiana—, sino también el síntoma de una época en que las sociedades de América, y algunos de sus dirigentes, empezaban a poner en discusión de forma más o menos central los símbolos que han dominado los espacios urbanos durante décadas. A veces manifestación de impotencia, a veces demagogia, a veces el descubrimiento repentino de una forma de mostrar la historia y de una resistencia que ya estaban allí desde hacía bastante tiempo, pero en los márgenes.

    “Las estatuas hablan siempre de quien las colocó”, escribió en 2020 el autor peruano Marco Avilés, columnista del Washington Post, después de una serie de ataques a monumentos confederados y a figuras de Cristóbal Colón durante las protestas antirracistas en Estados Unidos. En su texto, Avilés cuenta sobre el derribo a martillazos de una escultura del conquistador Diego de Mazariegos en San Cristóbal de las Casas, México, en octubre de 1992. Aquella estatua había sido emplazada 14 años antes frente a la Casa Indígena por orden del alcalde, para celebrar un aniversario de fundación de la ciudad. “Consultar a las personas indígenas o negras no es una costumbre muy extendida entre las élites que ahora gobiernan América Latina, y era peor hace cuatro décadas”, escribe Avilés.

    Bajar o dañar monumentos no es algo nuevo, pero desde finales de 2019, cuando las protestas en Chile marcaron el inicio de una ola de estallidos sociales en todo el continente, dejó de ser un gesto extremo, marginal, y pasó a ser una especie de corriente revisionista febril que recorría la región a martillazos. Y un desafío esperado. En Santiago, la escultura del general Baquedano —militar que participó en las campañas contra los mapuche y es considerado un héroe de la Guerra del Pacífico— se convirtió en ícono de la revuelta ciudadana. Fue pintada y repintada, embanderada, convertida en blanco y en proclama: la más notable de los más de mil monumentos dañados esos meses. En Ciudad de México, la estatua de Cristóbal Colón que estaba en el Paseo de la Reforma —la avenida más importante de la ciudad— fue retirada con rapidez la noche del 10 de octubre de 2020, ante el rumor de que algunos grupos planeaban destruirla el 12 de octubre. Ese mismo año comenzó en Colombia una serie de derribos de estatuas que llegó a su punto máximo durante el Paro Nacional de 2021, cuando bajaron la escultura del conquistador Sebastián de Belalcázar en Cali y siguieron con Gonzalo Jiménez de Quesada en Bogotá —fundador de la ciudad—, Cristóbal Colón, Isabel la Católica y hasta Simón Bolívar.

    Durante los últimos dos años, la pandemia permitió mitigar por momentos el fuego de la protesta social en el continente y ofreció un respiro a los monumentos, pero la crisis sanitaria ha dejado de ocupar un lugar central en la vida pública y los asuntos pendientes vuelven a salir a flote. Este mes, la alcaldía de Cali ha decidido restituir —y resignificar— la estatua de Belalcázar, y Chile ha reinstalado la estatua de Manuel Baquedano, ya restaurada, en el Museo Histórico Militar, aunque no está claro su destino final. Mientras el aumento en el costo de vida vuelve a caldear los ánimos en las calles de la región, y un nuevo 12 de octubre se acerca, la discusión sobre cómo y con qué símbolos se recuerda la historia propia en las ciudades de América sigue abierta.

    México y Argentina: un Colón en el armario

    En 2013, dos años después de la visita de Hugo Chávez a la capital argentina, el Gobierno de Cristina Kirchner finalmente retiró la estatua de Cristóbal Colón de su sitio y la reemplazó por una de Juana Azurduy, heroína de la independencia que luchó contra la monarquía española por la emancipación del Virreinato del Río de la Plata.

    El cambio levantó ampollas en la colectividad italiana en el país. Sus miembros recordaron que habían sido ellos los donantes de la estatua de Colón hacía más de un siglo y exigieron un nuevo emplazamiento a la altura del personaje. El proceso no fue sencillo. Colón estuvo a la intemperie durante más de dos años, repartido en múltiples fragmentos y preso de un arduo debate político. La oposición criticaba lo que consideraba una decisión desafectada de la historia; el Gobierno se escudaba en el revisionismo histórico y en la necesidad de respetar la memoria de los pueblos originarios.

    El Colón de mármol terminó de encontrar un sitio en 2017. El Gobierno levantó un pedestal en la costanera norte del Río de la Plata, entre pescadores, caminantes y puestos de comida que los fines de semana se llenan de gente. La estatua mira desde entonces hacia Europa, como lo hacía antes del traslado, con el rostro atento a las olas y abierto a las tormentas. Un sitio solo apto para marinos.

    Fue también un gobierno progresista el responsable de remover la estatua de Cristóbal Colón instalada en el Paseo de la Reforma de Ciudad de México, pero la medida no fue convertida en un gesto épico, sino en uno de evasión; una forma de evitar un problema: el 10 de octubre de 2020, dos días antes de la conmemoración de la llegada del genovés a América, las autoridades de la ciudad hicieron quitar la escultura de bronce. La versión extraoficial es que lo hicieron para que el Colón no fuera destruido por manifestantes el 12 de octubre. Sin embargo, semanas después, se anunció que la figura estaba resguardada en una bodega donde iban a intervenirla para su conservación, y que después de estos trabajos sería reubicada en otro sitio.

    Estas decisiones abrieron el debate sobre la pertinencia de la estatua en el siglo XXI. Los grupos que protestaban contra Colón aseguraban que se trataba de “un homenaje al colonialismo” y que su relevancia debía ser revisada. Su retiro coincidió con la conmemoración de los 500 años de la caída de Tenochtitlan ante los conquistadores españoles. A diferencia de lo que ocurrió en Argentina, no existieron reclamos a favor de conservar la estatua en la principal avenida de la capital mexicana, pero su destino siguió siendo una incógnita.

    El próximo mes se cumplirán dos años desde que la figura de Colón — que fue instalada en 1875— fuera retirada de las calles. “Se le dará un lugar, no se trata de esconder la escultura”, dijo el año pasado la jefa de Gobierno de la ciudad, Claudia Sheinbaum, sobre su reubicación. La glorieta que Colón ocupaba ahora alberga el Monumento de las Mujeres que Luchan, una improvisada manifestación de diversos grupos feministas que se han apropiado del sitio para protestar contra la violencia machista. El Gobierno tenía planes de instalar otro tipo de escultura, pero los planes permanecen frustrados hasta ahora.
    Chile y Colombia, de las calles a los museos

    En septiembre de 2020 en Popayán, capital del departamento colombiano del Cauca y una de las ciudades más poderosas del virreinato de la Nueva Granada, un grupo de indígenas de la comunidad misak derribó una estatua ecuestre del conquistador español Sebastián de Belalcázar que había sido ubicada en el lugar de un cementerio precolombino, por lo que era vista como una humillación. Lo hicieron tres meses después de que el Movimiento de Autoridades Indígenas del Sur Occidente difundiera un comunicado en el que los llamados Hijos del Agua o descendientes del Cacique Puben escenificaron un “juicio” a Belalcázar.

    Medio año después, cuando el país se sacudía por las protestas sociales en medio de un paro nacional, de nuevo un grupo misak del movimiento de Autoridades Indígenas del Sur Occidente derribó la estatua de Belalcázar en Cali, la tercera ciudad del país, cerca de Popayán. “Tumbamos a Sebastián de Belalcázar en memoria de nuestro cacique Petecuy, quien luchó contra la corona española, para que hoy sus nietos y nietas sigamos luchando para cambiar este sistema de gobierno criminal que no respeta los derechos de la madre tierra”, explicaron entonces. Diez días después, tras llegar a Bogotá, derribaron la estatua del fundador de la ciudad, Gonzalo Jiménez de Quesada. Y, de forma menos debatida y visible, cayeron también un conjunto de estatuas de Cristóbal Colón e Isabel la Católica, y una estatua ecuestre de Simón Bolívar.

    Esos monumentos y acciones han dejado tras sí una estela de reflexiones y unos dilemas de política pública que se han resuelto de manera diferente, como parte de un proceso de discusión del significado de la conquista en un país mayoritariamente mestizo. En Cali, un decreto ordenó reinstalar la estatua con una placa que debe reconocer a “las víctimas de la conquista española”. Bogotá ha optado por llevar las figuras derribadas a los museos, dejando visible los efectos de las caídas, para así dejar abierto el debate.

    Preservar las marcas de guerra en las esculturas parece una forma hábil de conciliar los significados múltiples que adquiere un monumento intervenido o derribado durante una protesta social, pero no es aplicable a cualquier escala. En Chile, en los cuatro meses siguientes a octubre de 2019, 1.353 bienes patrimoniales sufrieron algún tipo de daño a lo largo del país, según un catastro del Consejo de Monumentos Nacionales. Decenas de ellos se perdieron por completo, se retiraron o se reemplazaron.

    La extracción más simbólica debido a su ubicación en el epicentro de las revueltas fue la escultura del General Manuel Baquedano. La obra de bronce erigida hace casi un siglo en la Plaza Italia de Santiago fue removida de su sitio en marzo de 2021 después de que un grupo intentase cortar las patas del caballo sobre el que posa el militar. Tras una exhaustiva labor de restauración, la escultura ha sido reinstalada esta semana en el Museo Histórico y Militar (MHN) por solicitud del Ejército. Las otras seis piezas que conforman el conjunto escultórico, también seriamente dañadas, están almacenadas en el museo a la espera de ser restauradas.

    Atacar esculturas fue una práctica habitual durante las manifestaciones. En la mayoría de los casos fueron rayadas con proclamas, pero en los más extremos llegaron a destruir monumentos, principalmente de figuras de la colonización europea o militares chilenos. En el centro de la ciudad norteña de Arica, por ejemplo, destruyeron un busto de Cristóbal Colón elaborado con mármol, donado por la Sociedad Concordia Itálica en 1910, en el centenario de la independencia chilena. El municipio se encargó de resguardar los pedazos. En La Serena, 400 kilómetros al norte de Santiago, derribaron y quemaron una estatua del conquistador español Fracnisco de Aguirre, que luego fue reemplazada por la de una mujer diaguita amamantando a un bebé.
    Estados Unidos: contra confederados y colonialistas

    Las estatuas que se consideran símbolos del esclavismo y el racismo llevan décadas provocando polémica en Estados Unidos, pero en los últimos años la batalla sobre los símbolos se ha recrudecido. En 2017, la decisión de Charlottesville de retirar la estatua del general confederado Robert E. Lee llevó a movilizarse hasta allí a cientos de neonazis y supremacistas blancos con antorchas, y generó a su vez una contraprotesta de los habitantes de la ciudad. Una mujer de 32 años murió arrollada por el coche de un neonazi. Tras los disturbios, y la respuesta equidistante de Trump, decenas de placas y estatuas en homenaje al general Lee y otros destacados miembros del bando confederado, que defendía la esclavitud en la Guerra Civil, fueron derribadas, dañadas o retiradas. La de Charlottesville fue retirada cuatro años después de la revuelta supremacista.

    Esa llama reivindicativa contra el racismo institucionalizado se reavivó en la primavera de 2020 tras la muerte de George Floyd en Mineápolis a manos de la policía. Una estatua del presidente confederado Jefferson Davis fue derribada en Richmond (Virginia), y también en esa ciudad, que fue capital confederada durante la guerra, fueron atacadas estatuas de los generales J. E. B. Stuart, Stonewall Jackson y el propio Lee. Monumentos confederados en Alabama, Luisiana, Carolina del Norte y Carolina del Sur, entre otros, fueron derribados o pintados también.

    Especialmente en esa última oleada, las protestas han puesto en el punto de mira las estatuas en memoria de quienes consideran artífices del colonialismo. Una manifestación contra el racismo derribó en junio de 2020 en San Francisco una estatua de Fray Junípero Serra, fundador de las primeras misiones de California. También la de Los Ángeles fue derribada por activistas indígenas. Pero el más señalado por esa reivindicación contra el colonialismo fue y sigue siendo Cristóbal Colón, pese a que no pisó Norteamérica. También en junio de 2020, la estatua de Colón en Boston fue decapitada; la de Richmond (Virginia), fue arrancada y arrojada a un lago; la de Saint Paul (capital de Minnesota), fue derribada y la de Miami, llena de pintadas de protesta por parte del movimiento Black Lives Matter.
    Un nuevo sujeto social: los realistas peruanos

    En el Perú, Cristóbal Colón aún conserva su cabeza. No ha sido tumbado por sogas ni ha ido a parar a algún depósito. Pero cada 12 de octubre se discute si su estatua de mármol, inaugurada hace dos siglos, debe permanecer oronda en el Centro de Lima, con una mujer indígena a sus pies.

    Vladimir Velásquez, director del proyecto cultural Lima antigua, sostiene que el descontento ciudadano hacia el navegante genovés se ha manifestado en un ataque simbólico. “La escultura más vandalizada del Centro Histórico es la de Colón. No la han destruido de un combazo, pero en varias ocasiones le han rociado de pintura roja, aludiendo a los charcos de sangre que se desataron en la época colonial”, dice.

    En octubre de 2020, cincuenta activistas enviaron un pedido formal a la Municipalidad de Lima para que la estatua de Cristóbal Colón sea retirada y llevada a un museo. “No estamos a favor que se destruya, pero sí que se le dé una dimensión histórica. Debería construirse un lugar de la memoria sobre el coloniaje”, dice el abogado Abel Aliaga, impulsor de la moción. La respuesta municipal le llegó por correo electrónico el 4 de mayo de este año. Fue breve y contundente: es intocable por ser considerada Patrimonio Cultural de la Nación.

    En octubre del año pasado, sin embargo, sucedió un hecho inédito: al pie del monumento se plantó un grupo de manifestantes, autodenominados realistas, con escudos de madera pintados con el Aspa de Borgoña, símbolo de la monarquía española. El grupo llamado Sociedad Patriotas del Perú, que ha defendido el supuesto fraude a la candidata Keiko Fujimori en las últimas elecciones presidenciales, se enfrentó a los activistas decoloniales. No pasó a mayores, pero hubo tensión. Hay un debate ideológico debajo de la alfombra que amenaza con salir a la luz el próximo 12 de octubre.

    https://elpais.com/internacional/2022-09-25/las-estatuas-mas-incomodas-de-america.html

    #monuments #statue #colonialisme #toponymie #toponymie_politique #Amérique_latine #Christophe_Colomb #Colomb #Mexique #Chili #Manuel_Baquedano #Argentine #Colombie #Popayán #Sebastián_de_Belalcázar #Belalcázar #Cali #Gonzalo_Jiménez_de_Quesada #Simón_Bolívar #Isabelle_la_catholique #Mujeres_Creando #résistance #Arica #USA #Etats-Unis #Charlottesville #Robert_Lee #Jefferson_Davis #Richmond #Stonewall_Jackson #Stuart #Boston #Miami #Black_Lives_Matter (#BLM) #Lima #Pérou

    ping @cede

  • Patrick Tort, l’autre vision de l’Amérique
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/patrick-tort-lautre-vision-de-lamerique-PbExhqAeQdm7NdtrAjo6fQ

    Occasionnellement, Blast donnera la parole à des personnalités ou invités pour évoquer un essai, un récit, un film ou un documentaire. Bertrand Mertz, avocat messin et ex maire PS de Thionville, inaugure la série avec « Du totalitarisme en Amérique » du…

    #Littérature #Politique #États-Unis
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-patrick-tort-lautre-vision-de-lamerique-PbExhqAeQ

  • Ragoût à la cacahuète
    https://www.cuisine-libre.org/ragout-a-la-cacahuete

    Ce ragoût crémeux aux cacahuètes réchauffe les froides journées d’automne. Mélanger les 9 premiers ingrédients dans une marmite. Porter à ébullition, puis baisser à moyen-doux, couvrir et laisser mijoter 10 minutes. Incorporer le beurre d’arachide et le lait. Remettre à feu doux et cuire à découvert pendant 5 minutes. Incorporer les épinards et cuire jusqu’à ce qu’ils ramollissent, de 2 à 3 minutes. Retirer du feu. Garnir d’arachides et d’oignon vert, si désiré. Réfrigérez les restes dans les 2… #Patate_douce, #Currys, #Beurre_de cacahuète, #États-Unis, #Riz_complet, #Cacahuète / #Végétarien, #Sans viande, #Sans œuf, #Sans gluten, (...)

    #Bouilli

  • Du totalitarisme en Amérique ou comment Patrick Tort instruit l’intelligence #Politique dont nous avons besoin
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/du-totalitarisme-en-amerique-ou-comment-patrick-tort-instruit-lintelligen

    Occasionnellement, Blast donnera la parole à des personnalités ou invités pour évoquer un essai, un récit, un film ou un documentaire. Bertrand Mertz, avocat messin et ex maire PS de Thionville, inaugure la série avec « Du totalitarisme en Amérique » du…

    #Littérature #États-Unis
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-du-totalitarisme-en-amerique-ou-comment-patrick-t

  • Steinbeck enterre la megafusion tant redoutée par l’édition américaine
    https://actualitte.com/article/108672/droit-justice/steinbeck-enterre-la-megafusion-tant-redoutee-par-l-edition-americaine

    « Je suppose qu’il n’y a jamais assez de livres », avait déclaré Steinbeck. Pour la juge Florence Pan, qui a publié un long document en appui à sa propro décision d’empêcher le rachat, cette phrase a deux sens. Le premier porte sur le pouvoir des ouvrages, dans leur capacité à éduquer, enrichir et explorer les possibles. Mais avec un marché de l’édition américaine qui pesait 11,5 milliards $ en 2019, cette sentence « sonne également juste, dans une acception économique », poursuit la juge en introduction.

    Ainsi, face aux impératifs commerciaux, la justice aura donc bien agi en s’opposant à la concentration éditoriale que représentait la transaction PRH/S&S, à même de bouleverser le paysage.
    Concurrence dans les choux

    La somme engagée par la société mère, Bertelsmann, pour cette emplette était de 2,175 milliards $. Or, si l’accord échoue — et il semble mal engagé —, le groupe sera redevable de 200 millions $ à Paramount, en dédommagement. Suite au verdict, Bertelsmann avait immédiatement dégainé un communiqué annonçant sa volonté d’interjeter appel. Et ce, parce que le regroupement serait « favorable à la concurrence », de son point de vue. Une notion qui était pourtant le fer de lance de la procédure engagée contre PRH par le Department of Justice.

    À LIRE : “Vivendi nous suivrait pour le rachat de Simon & Schuster” (Lagardère)

    Dans le mémorandum dévoilé ce 7 novembre (voir en fin d’article), la juge Pan s’est prononcée en faveur de l’ensemble des arguments qu’avançait le ministère de la Justice. Et de pointer que les best-sellers représentent 70 % des avances que les éditeurs versent aux auteurs. « La concentration post-fusion remettrait en cause la pertinence du marché : l’entité en découlant obtiendrait des parts de marché de l’ordre de 49 %, soit plus du double de son concurrent le plus proche », relève-t-elle.

    Et d’affirmer que les défenseurs n’ont pas su réfuter efficacement les éléments qu’opposait le gouvernement quant au préjudice concurrentiel. Selon elle, Simon & Schuster deviendrait une simple filiale du groupe, et que l’engagement du CEO, Markus Dohle, à le traiter comme une entité à part entière dans les enchères sur les achats de droits, « était inapplicable ».

    La juge Florence Pan insiste par ailleurs sur le fait que, si certaines enchères ne vont pas au mieux-disant économiquement, elles ne seraient que marginales. « Bien que le choix de l’éditeur soit sans aucun doute important, l’agent soumet en règle générale le livre à une liste préétablie de structures sélectionnées. Et il peut donc opter pour la meilleure offre parmi les sociétés en lice. » Le bon éditeur, un stricte question d’argent ? Tout le monde ne serait pas raccord...

    Dès lors, une mégacorporation PRH-S&S conduirait automatiquement à ce que les avances diminuent pour les auteurs. D’ailleurs, il ne serait pas même nécessaire de les voir diminuer drastiquement « pour que les auteurs soient lésés ». La fusion aurait en effet pour autre conséquence de ralentir la croissance que le marché a enregistrée ces dernières années. Elle serait alors en proie à un paradoxe où les éditeurs achèteraient les livres plus cher qu’aujourd’hui, mais moins qu’ils ne les auraient obtenus si le rachat avait été validé.

    Et surtout, les best-sellers (et leurs agents) auraient moins de guichets auxquels proposer leurs nouveautés : « [I]l sont donc vulnérables aux comportements anticoncurrentiels. » C’était là un des arguments majeurs du DoJ : d’après son analyse, les auteurs qui obtiennent 250.000 $ d’avance, ou plus, seront les premiers frappés.

    « Les gens veulent lire. Et les éditeurs de livres détiennent un énorme pouvoir et la responsabilité de décider quels ouvrages — donc, quelles idées et histoires — seront largement diffusés au public », conclut Florence Pan. Coup de grâce ? Nombre de commentateurs voient en effet dans ce document la guillotine qui s’abat définitivement sur la nuque de Bertelsmann.
    Souviens-toi du prix desibouk et d’Apple...

    D’autant que Pan rappelle, non sans malice, qu’une dizaine d’années plus tôt, un certain Apple fut condamné pour entente sur la fixation du prix des livres numériques. Et qu’à ce titre, tous les groupes éditoriaux américains — le Big Five — furent mis en cause. Ils préférèrent s’acquitter d’une amende moins lourde qu’une condamnation au terme d’un procès usant et coûteux. Or, il y avait là « des preuves solides de mesure probablement unilatérales et coordonnées », qui lésaient les clients.

    Si les éditeurs furent capables de telles méthodes, laisse-t-elle entendre, comment PRH n’absorberait-il pas S&S sans autre forme de procès ? Cette collusion avec Apple avait conduit à une amende de 166 millions $ infligés aux sociétés et de 450 millions $ pour la firme de Cupertino. Les Big Five ont démontré à l’époque qu’ils n’étaient pas fiables et se livraient à des ententes tacites, voire des pratiques déloyales : PRH n’échappera pas à ce grief…

    En outre, plusieurs signes font déjà état de frictions : récemment, un agent fut contraint de redémarrer une enchère, parce que sa première offre ne comprenait pas les droits audiolivres. Dans le milieu, la consigne des éditeurs serait : pas de droits audio, pas d’achat. Et justement, S&S avait refusé de soumettre une offre — de même que les autres membres du Big Five.

    « Il est révélateur que, dans un marché déjà sujet aux collusions, où un comportement adopté collégialement s’avère déjà endémique, l’acquisition de S&S par PRH renforcerait la structure oligopolistique du marché », en déduit Pan. Et la messe est dite...

    Cet avis surgit dans les débats une semaine après que la juge a rendu son verdict final — le mémorandum avait été bloqué pour que les avocats des parties en expurgent les éléments d’informations confidentielles et trop sensibles.

    Le memorandum est disponible ci-dessous, en consultation et/ou téléchargement :

    #Edition #Fusion #Marché_livre #Etats-Unis

  • Report: 90% of all U.S. coal plants are contaminating groundwater | Grist
    https://grist.org/regulation/report-90-percent-coal-plants-contaminate-groundwater-pollution

    Et sans surprise,

    Contamination from coal ash isn’t distributed evenly across the country. According to the report, approximately 70 percent of decommissioning power plants with coal ash ponds are located in low-income neighborhoods or majority non-white census tracts.

    #états-unis #leadership #charbon #eau #pollution

  • “Meurtres sans ordonnance”, sur Netflix : un thriller sombre et palpitant au cœur de l’hôpital américain
    https://www.telerama.fr/cinema/meurtres-sans-ordonnance-sur-netflix-un-thriller-sombre-et-palpitant-au-c-u

    Au départ, c’est à une sempiternelle histoire vraie autour d’un tueur en série que nous convie Netflix. Pourtant, ce portrait de Charles Cullen (Eddie Redmayne, brillant), infirmier taciturne peut-être bourreau de quatre-cents victimes aux États-Unis dans les années 1990, est surtout le prétexte à un examen clinique de l’hôpital, et ses fantômes.

    #hopital_privé #états-unis

  • « Ils ruinent toutes les économies du monde » : la charge du président colombien contre les #États-Unis
    https://www.bfmtv.com/international/amerique-latine/colombie/ils-ruinent-toutes-les-economies-du-monde-la-charge-du-president-colombien-co

    Pour lutter contre l’inflation, la Fed a relevé ses taux directeurs à cinq reprises depuis le mois de mars, les faisant passer de la fourchette de 0-0,25% dans laquelle ils se trouvaient depuis mars 2020, à celle de 3,00-3,25%.

    Par conséquent, la dette colombienne en dollars pourrait monter en flèche, et une fuite des capitaux pourrait avoir lieu en raison de la perspective des investisseurs d’un profit plus élevé, estiment des analystes.

  • Un nom pour un autre

    Après leur mariage, un couple quitte Calcutta pour s’installer à #New_York. Ashoke et Ashima ne connaissent pas beaucoup cette grande ville, et doivent donc lutter pour s’adapter à cet univers. Bientôt, un fils naît, que le père décide d’appeler Gogol en l’honneur de l’auteur russe. Lors de son adolescence, #Gogol va vite se faire aux habitudes new-yorkaises et oubliera aussi ses origines, mais son #prénom l’embarrasse.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_nom_pour_un_autre
    #film #migrations #migrants_indiens #Etats-Unis #USA #deuxième_génération

  • La Ballade de Bruno

    À #Berlin, Bruno #Stroszek est libéré de prison après deux ans et demi de détention. Le gardien lui dit de ne plus boire d’alcool pour ne plus commettre de délits en état d’ébriété, mais en vain : dès sa sortie, Bruno se rend au bar qu’il fréquentait avant son séjour en prison. Il y retrouve Eva, une jeune prostituée qu’il connaissait et qui vient habiter chez lui pour échapper à son proxénète qui la frappe. Bruno se révèle être un musicien menant une vie simple en jouant de l’accordéon dans les cours d’immeubles. Il est très proche de son voisin, M. Scheitz, un vieil homme également musicien.

    L’ancien proxénète d’Eva vient un jour la récupérer. Il la maltraite puis la ramène chez Bruno où il casse du mobilier avec un autre voyou. La scène se répète peu après avec plus de gravité. Eva, Bruno et le vieux Scheitz décident de fuir dans le Wisconsin où Scheitz a un neveu. Pour payer une partie du voyage, Eva reprend momentanément son activité de prostituée.

    La nouvelle vie des trois Allemands dans le #Wisconsin s’avère rude. Le neveu de Scheitz est un garagiste rustique et libidineux. Bruno travaille pour lui mais les deux hommes ne parlent pas la même langue et ne se comprennent pas. Eva devient serveuse dans un restaurant. Ensemble, Bruno et Eva achètent un mobile home mais doivent pour cela s’endetter et n’ont pas les revenus suffisants pour rembourser les mensualités. Bruno s’en inquiète régulièrement. Eva se prostitue de nouveau pour rembourser une partie du crédit. En parallèle, elle délaisse Bruno qui vit mal le fait que sa compagne fasse désormais chambre à part. Un jour, il surprend Eva en train de se prostituer dans le camion d’un parking. Le couple se sépare et Bruno vit désormais seul dans le mobile home. La banque finit par saisir le bien et le vendre aux enchères.

    Le vieux Scheitz considère que la saisie du mobile home est un complot et décide d’aller récupérer de l’argent à la banque locale avec un fusil. L’opération, qui constitue un petit braquage, lui permet, ainsi qu’à Bruno, de récupérer quelques dollars et d’aller faire des courses. La police arrive dans le magasin, identifie Scheitz et l’arrête tandis que Bruno n’est pas inquiété.

    Seul face à la déchéance, Bruno revient au garage de son employeur, vole une dépanneuse et part au hasard sur les routes du pays. Il arrive dans un lieu montagneux, prend un dernier verre puis met le feu à son véhicule. Il dépense ses derniers centimes dans des attractions animales loufoques puis parvient à faire démarrer un vieux téléphérique. Il s’installe dans une nacelle sans chercher à descendre ni à fuir. Un coup de feu se fait entendre hors-champ : le spectateur peut en déduire que Bruno s’est finalement suicidé avec son fusil. Les pompiers et la police arrivent sur place et peinent à maîtriser le désordre créé. Le film se termine par des gros plans sur les attractions animales déclenchées par Bruno : une poule danse sur une musique répétitive, un canard déclenche des coups de tambour, un lapin fait hurler la sirène d’un camion de pompier miniature.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ballade_de_Bruno
    #film #migrations #Etats-Unis #USA

  • Sécessions américaines, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, octobre 2022)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2022/10/HALIMI/65166

    Reste toutefois un domaine où cette opposition pétrie de haine ne s’observe guère : la défense de l’empire. Affronter la Russie, armer l’Ukraine, contenir la Chine, soutenir Israël, assujettir l’Union européenne fait consensus au sein de la classe politique américaine. La preuve, on n’en parle pas…

    #états-unis

  • Betteraves californiennes
    https://www.cuisine-libre.org/betteraves-californiennes

    Betteraves dorées à l’orange. Laver les betteraves. Couper les racines et les tiges en laissant 2 à 3 cm de toupet. Cuire dans une tasse d’eau bouillante salée, à couvert, environ 40 à 50 minutes, jusqu’à tendreté. Égoutter. Frotter la peau sous l’eau froide courante pour la retirer. Couper les tiges restantes. Faire fondre du beurre ou de la margarine. Ajouter le zeste d’orange, le jus d’orange et le sel. Verser sur les betteraves. Chauffer. Garnir de tranches d’orange non pelées, coupées en petits… #États-Unis, #Orange_à jus, #Betterave_jaune / #Sans gluten, #Sans œuf, #Végétarien, #Sans viande, #Bouilli

  • The Climate Economy Is About to Explode - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/science/archive/2022/10/inflation-reduction-act-climate-economy/671659

    Late last month, analysts at the investment bank Credit Suisse published a research note about America’s new climate law that went nearly unnoticed. The Inflation Reduction Act, the bank argued, is even more important than has been recognized so far: The IRA will “will have a profound effect across industries in the next decade and beyond” and could ultimately shape the direction of the American economy, the bank said. The report shows how even after the bonanza of climate-bill coverage earlier this year, we’re still only beginning to understand how the law works and what it might mean for the economy.

    […]

    By 2029, U.S. solar and wind could be the cheapest in the world at less than $5 per megawatt-hour, the bank projects; it will also become competitive in hydrogen, carbon capture and storage, and wind turbines.

    #climat #états-unis

  • New Infectious Threats Are Coming. The US Probably Won’t Contain Them. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/09/29/health/pandemic-preparedness-covid-monkeypox.html

    If it wasn’t clear enough during the Covid-19 pandemic, it has become obvious during the monkeypox outbreak: The United States, among the richest, most advanced nations in the world, remains wholly unprepared to combat new pathogens.

    #états-unis
    #santé
    #milliers_de_milliards

  • Fargo Season 4 Episode 4 Recap: ‘The Pretend War’
    https://www.vulture.com/article/fargo-season-4-episode-4-recap-the-pretend-war.html

    Recounting his experiences as an immigrant to Doctor, he recalls puzzling over the phrase “American values,” ultimately concluding that “to be an American is to pretend.”

    #valeurs #états-unis