• Les post-fascistes Italiens au pouvoir (+ entretien avec Johann Chapoutot)

    Le retour en force en Europe des vieux démons de l’entre deux-guerres !

    « Jours de 1922 ? Pas encore mais l’Italie est sur la bonne voie pour “fêter” dans quatre ans le centenaire de la montée de Mussolini et de son mouvement fasciste au pouvoir avec un régime qui lui ressemblera – presque – comme deux gouttes d’eau ! » C’est avec cette phrase prémonitoire en guise d’avertissement, que s’ouvrait notre article écrit au lendemain des élections italiennes de mars 2018 remportées alors haut la main par la Lega de Salvini [1]. Quatre ans plus tard, c’est à dire aujourd’hui, force est de constater que – hélas – notre pronostic est pleinement confirmé par les faits : le centenaire de l’accession de Benito Mussolini au pouvoir en Octobre 1922 coïncidera avec l’accession au pouvoir de la post-fasciste Giorgia Meloni et de ses Fratelli d’Italia, le parti qui n’est que la continuation du MSI fondé et dirigé par Giorgio Almirante et autres éminences de la Repubblica di Salò, le dernier et minuscule État fantoche de Mussolini sous influence des nazis allemands !

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/09/28/__trashed-2

    #extreme-droite

  • LA RÉPUBLIQUE POURRAIT-ELLE RÉSISTER À L’EXTRÊME DROITE AU POUVOIR ?
    24 sept. 2022
    https://www.youtube.com/watch?v=KyL2qUP8O1c&t=990s

    Ça n’arrive pas qu’aux autres, qu’ils soient Hongrois ou Polonais. En France aussi, le « choc autoritaire » menace. Le groupe écologiste européen vient de publier une étude juridique internationale sur la capacité des institutions françaises à maintenir un Etat de droit en cas d’arrivée au pouvoir de devinez-qui (ou de dérive continue de ce qui nous arrive).

    Les auteurs ont appliqué la méthodologie dite du « stress test » – tests de résistance opérés par la Banque centrale européenne pour éprouver la solidité financière des banques. Leur bilan : globalement alarmant.

    Le rapport : http://www.davduf.net/IMG/pdf/ale-072...

    Gwendoline Delbos-Corfield (eurodéputée Verte) et Mélanie Vogel (sénatrice EELV, co-présidente du Parti Vert Européen) seront Au Poste pour décortiquer tout ça. Et ça promet.

    #extrême-droite

    • VIDÉO. Venue de Jordan Bardella près de Rennes : affrontements entre opposants et forces de l’ordre
      Ouest-France Romain LECOMPTE, Laurent LE GOFF, Sophie MARÉCHAL. Publié le 25/09/2022
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/venue-de-jordan-bardella-a-bruz-une-centaine-de-manifestants-font-face-

      Dans le cadre de la campagne pour la présidence du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, député européen, doit se rendre ce matin, dimanche 25 septembre, auprès de militants à Bruz, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Hostiles à cette visite, 150 à 200 personnes, se revendiquant antifas, se sont rassemblées à proximité du lieu de la rencontre. Le député européen RN a réagi en disant qu’il ne voulait pas céder « aux intimidations ». (...)

      Gaz lacrymogènes, hélicoptère…

      L’ambiance, très électrique, s’est tendue davantage. Il ne manquait plus que l’étincelle pour ça éclate. Les manifestants, des antifas massés derrière une banderole hostile à la venue de Jordan Bardella en Ille-et-Vilaine, ont tiré des mortiers d’artifices sur les forces de l’ordre. Les CRS ont riposté en chargeant à deux reprises. La route départementale 34 a été, durant tout ce temps, fermée à la circulation.

    • Rassemblement contre la venue à Rennes de Jordan Bardella - La Horde
      https://lahorde.samizdat.net/Rassemblement-contre-la-venue-a-Rennes-de-Jordan-Bardella

      Sous couvert d’un « buffet champêtre » dans une ferme, cette rencontre a en réalité pour objectif de réunir tous les militants du RN d’Île et Vilaine autour de leur chef pour réorganiser le parti après les élections.
      La discrétion de ce meeting déguisé a une raison : depuis presque dix ans, l’extrême-droite ne parvient pas à se réunir à Rennes sans une forte résistance de sa population et du mouvement social. Leur tentative de meeting en 2014, à la salle de la cité, avait déclenché des émeutes en plein centre-ville de Rennes.

  • États-Unis : sera-t-il possible d’interdire d’interdire les livres ?
    https://actualitte.com/article/107960/international/etats-unis-sera-t-il-possible-d-interdire-d-interdire-les-livres

    BookBanUSA — Une vague de censure de livres traverse les États-Unis depuis plus d’un an, écartant des centaines de titres des bibliothèques publiques ou scolaires. Si certaines tentatives sont contrées, d’autres parviennent à leur fin. Au Sénat et à la Chambre des représentants, deux démocrates souhaitent réaffirmer les principes de liberté d’expression et de liberté d’apprentissage.

    Publié le :

    23/09/2022 à 11:20

    Antoine Oury

    681 tentatives de censure entre janvier et août 2022, selon l’Association des bibliothécaires américains, 1648 titres visés entre juillet 2021 et juin 2022, selon PEN America. Tel est le triste décompte de la censure et des tentatives de retraits de livres aux États-Unis.

    Depuis plusieurs mois, les bibliothèques publiques et scolaires font l’objet d’attaques vis-à-vis de certains livres de leurs collections. Parce qu’ils abordent des thèmes comme les violences sexuelles, l’homophobie, le racisme ou encore les questionnements liés aux genres, ils sont qualifiés d’« obscènes », voire de « pornographiques » et jugés inappropriés par certains usagers, parents d’élèves ou citoyens.

    Ces derniers effectuent des signalements, estimant, malgré les compétences professionnelles des bibliothécaires, qu’ils ne doivent pas être mis à la disposition des usagers des établissements. Les tentatives de censure sont encouragées et parfois soutenues par des groupes de pression et autres associations conservatrices, d’autant plus que les titres visés sont souvent signés par des auteurs afro-américains, latinx, sino-américains et issus de la diversité, ou appartenant à la communauté LGBTQIA+.

    Dans plusieurs États, notamment au Texas, dans l’Idaho, en Caroline du Sud ou en Virginie, gouverneurs et autres responsables politiques ont fait de la censure un programme politique, incitant les partisans à faire pression sur les établissements. L’Association des bibliothécaires américains y voit d’ailleurs la principale différence celle du passé : elle est désormais organisée et massive, et ne porte plus sur un ou deux titres en particulier par an.

    Parmi les titres touchés, citons Maus, d’Art Spiegelman, Watchmen, d’Alan Moore et Dave Gibbons, Batman : White Knight, de Sean Murphy et Matt Hollingsworth, La Servante écarlate, de Margaret Atwood et Renée Nault (pour l’adaptation en BD), ou encore le Journal d’Anne Frank, adapté également en BD par Ari Folman et David Polonsky. Mais aussi des livres de Rupi Kaur, Toni Morrison, Alison Bechdel ou encore George M. Johnson...
    Deux résolutions symboliques

    Parallèlement à la Banned Book Week, semaine dédiée aux livres visés par la censure, deux responsables démocrates, à la Chambre des représentants et au Sénat, ont introduit des résolutions portant sur cette vague. Jamie Raskin, du côté de la Chambre, et Brian Schatz, au Sénat, s’inquiètent dans deux textes « de la prolifération des cas de censure de livres et des menaces à l’encontre de la liberté d’expression aux États-Unis ».

    Ces résolutions, des textes symboliques, mais qui révèlent les préoccupations du parlement américain s’ils sont adoptés, entendent aussi « affirmer le soutien des États-Unis à la liberté d’expression des auteurs et à la liberté de tous les Américains en matière de lecture, à l’encontre de toute censure étatique ».

    Le texte de Jamie Raskin appelle aussi « les gouvernements locaux et les institutions pédagogiques à protéger le droit à l’apprentissage des étudiants et la liberté des enseignants et bibliothécaires à assurer des enseignements en fournissant aux étudiants des opportunités de lire une large sélection de livres reflétant des points de vue et des perspectives multiples ».
    Interdire la censure ?

    Certains cas ont déjà été contestés avec succès dans certains États. Dans le Missouri, deux élèves avaient attaqué leur administration scolaire après la suppression de 8 titres. Si la justice ne s’est toujours pas prononcée, l’administration avait fait machine arrière, partiellement, en réintégrant L’œil le plus bleu de Toni Morrison. Dans d’autres cas, le Premier amendement, qui protège la liberté d’expression, est régulièrement évoqué, mais les cas de censure passent rarement devant les tribunaux.

    Dans l’État de Virginie, une tentative cherchant à interdire la vente en librairie de deux ouvrages, Gender Queer, de la dessinatrice Maia Kobabe (Genre Queer, traduit en France par Anne-Charlotte Husson) et A Court of Mist and Fury de Sarah J. Maas (Un palais d’épines et de roses, traduit en France par Anne-Judith Descombey), a toutefois été écartée par la justice.

    À Wellington, dans l’État du Colorado, le conseil d’administration d’une bibliothèque publique a récemment voté une résolution prohibant « la censure, la suppression, le retrait, la surveillance ou l’ajout d’une restriction liée à l’âge sur des idées ou information, au sein de la bibliothèque ». Toute la difficulté résidant dans le fait qu’un établissement scolaire ou public peut toujours subir des pressions de l’administration, exercée sur ses financements ou sa réputation...

    #Censure #Bibliothèques #Extrême-droite

  • Contre l’imposture et le pseudo-rationalisme | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-zilsel-2020-2-page-15.htm

    Rien ne distingue en soi un énoncé scientifique d’un autre qui ne l’est pas ; ce n’est pas plus le statut de l’énonciateur qui confère un caractère scientifique à son énoncé. Ce qui établit la scientificité, ce sont les normes de probation scientifiques, qui ont une histoire et présentent de légères variations selon les domaines, composant une géographie disciplinaire. La véridiction savante repose sur la recension de faits objectivables, publiés avec leur appareil probatoire (données, graphiques, raisonnements, développement en métalangage mathématique, etc.), avec une bibliographie établissant l’état de l’art sur le sujet. Elle suppose l’absence de conflits d’intérêts, ou leur explicitation, quand ils ne sont pas de nature à fausser l’objectivité. Elle passe par la disputatio des résultats obtenus avec les pairs, c’est-à-dire avec les autres scientifiques ayant produit un travail savant dans un sujet connexe : il n’y a de vérité scientifique que comme visée collective, jamais comme dévoilement individuel d’une vérité préexistante.

    […]

    Le pseudo-rationalisme se nourrit ainsi de la frustration de cadres supérieurs qui conjuguent un attrait pour la science et un éloignement prolongé vis-à-vis de sa pratique : la formation professionnelle des Grandes Écoles ne les a jamais confrontés qu’à des problèmes qui admettent des solutions calculatoires préétablies. Il témoigne de l’héritage délétère du système napoléonien, fondé sur le concours, qui n’a jamais réussi à se réformer pour se rapprocher du système humboldtien, fondé sur la science.

    […]

    Pourtant, de la méthode scientifique, telle que je l’ai définie plus haut, il ne reste presque rien hormis la reproduction objectivée et raisonnée de phénomènes présentés comme paranormaux. En particulier, toute la dimension collective du travail de véridiction scientifique s’en trouve évacuée. La zététique prétend au contraire transposer la méthode scientifique à l’échelle de l’individu comme mode d’appréhension de son environnement quotidien, le doute méthodique et l’exercice du raisonnement étant supposés lui permettre de réfuter des croyances par leur seul exercice. Comparé au rationalisme, c’est non seulement l’institution scientifique qui est congédiée au profit du seul doute, mais aussi la responsabilité du savant dans le développement technoscientifique.

    […]

    Plus récemment, Michael Shermer, fondateur et président de la Skeptics Society, et rédacteur en chef de la revue Skeptic, fondamentaliste chrétien devenu « libertarien », a écrit que Mussolini et Hitler étaient les représentants de la gauche italienne et allemande des années 1920, puis ceci, qui témoigne du degré de finesse analytique de cette communauté : « Good to remember that Nazi = National Socialism. Not far right but far left. » On peut conclure a minima que le bréviaire du doute méthodique et des biais cognitifs n’immunise pas contre la falsification historique, et ne saurait remplacer ni la fréquentation de livres d’histoire ni une solide culture en sciences humaines. Cependant, il convient de s’interroger sur la permanence d’une porosité de la communauté pseudo-rationaliste au confusionnisme politique.

    […]

    La seconde caractéristique des pseudo-rationalistes est de substituer la « vulgarisation » à la publication scientifique. […] Il s’agirait donc de substituer l’exercice du doute et de la raison individuelle au régime collectif de véridiction scientifique. Wikipedia qui privilégie ordinairement les sources secondaires (quotidiens, rapports d’agences gouvernementales, etc.) sur les sources proprement scientifiques, a peut-être contribué à façonner le vocabulaire des plus jeunes des pseudo-rationalistes, qui ne cessent de se revendiquer du « consensus » contre le « cherry-picking » – termes inusités dans la recherche scientifique. À supposer qu’il y ait une crise du journalisme scientifique, liée au double impératif de rendre compte de l’« actualité » et de capter l’attention, l’éthique minimale consisterait à promouvoir les références à la littérature scientifique primaire. S’il faut prêter attention à ces polémiques, c’est plutôt comme symptôme d’un mal réel plus profond : l’abandon graduel de l’éducation du plus grand nombre au raisonnement et à la science.

    (signalé dans un com par @colporteur mais méritait un seen dédié)

    #Bruno_Andreotti #raison #rationalisme #science #scientificité #épistémologie #méthode_scientifique #extrême-droite #confusionnisme #marxisme_culturel

  • Début juillet à Angers, le « 21 », local qui héberge la librairie Les Nuits Bleues et un atelier vélo, a de nouveau été attaqué.

    Nouvelles dégradations fascistes contre le « 21 » - Les Nuits Bleues
    https://lesnuitsbleues.fermeasites.net/spip.php?article29

    Dans la nuit du 2 au 3 juillet 2022, des membres de l’extrême droite locale s’en sont pris à notre lieu. Un lieu pour eux symbolique de ce qu’ils n’aiment pas, un lieu qu’ils détestent même.

    #Angers #extrême-droite #Alvarium #RED

    • Dans la PQR (notons que pour OF c’est d’abord l’atelier vélo qui était ciblé..)

      Angers. Un atelier de réparation de vélos attaqué : un militant identitaire déféré au tribunal
      https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/angers-un-atelier-de-reparation-de-velos-attaque-un-militant-identitair

      Un militant d’extrême-droite a été interpellé, dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 juillet, après les dégradations perpétrées à Angers (Maine-et-Loire) contre le local qui abrite également Les nuits bleues, une bibliothèque marquée très à gauche.

      La Tête dans le guidon a subi une attaque, dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 juillet. Le local de réparation de vélos, qui partage ses locaux de la rue Maillé avec Les nuits bleues, une bibliothèque marquée à gauche, a été la cible de dégradations.

      La seconde fois en une semaine

      C’est la seconde fois cette semaine que l’atelier est victime de tels actes. Déjà, dans la nuit de mercredi 29 à jeudi 30 juin, le rideau avait subi des coups. Régulièrement, l’endroit serait visé par des tentatives d’incendie et des collages d’autocollants néonazis. Dans la nuit, vers 1 h 30, une voisine a prévenu que des actes malveillants étaient en cours. Manifestement, les services de police sont parvenus à interpeller trois suspects.

      Un suspect connu

      L’un d’eux n’a rien d’un inconnu : il s’agit du Versaillais, passé par Angers, militant des groupes identitaires Auctorum, près de Paris, et de l’Alvarium à Angers, dissous en novembre 2021 en conseil des ministres. Il avait été interpellé, jugé et relaxé en janvier 2021 après avoir plaqué au sol, en septembre 2020, à Angers, des passants qui avaient tenté de retirer des banderoles affichant la préférence nationale sur un squat, rue Thiers.

      Le militant identitaire déféré

      À l’issue de sa garde à vue, il a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel le 11 octobre. Il sera jugé pour dégradation volontaire et port d’arme de catégorie D, en l’occurrence un marteau. Les deux autres ne font pas l’objet de poursuites.

    • Une libraire militante vandalisée à Angers : l’extrême droite pointée du doigt
      https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/une-libraire-militante-vandalisee-a-angers-un-gerant-pointe-du-doigt-l-

      La nuit du samedi 2 juillet au dimanche 3 juillet a été agitée dans la rue Maillé, à Angers. C’est au numéro 19 que se trouvent Les Nuits bleues (une librairie militante et associative de gauche) et La Tête dans le guidon (un atelier de réparation de vélos). Vers 1 h 30 du matin, le store a été arraché et la vitrine a reçu un coup de marteau. La police a interpellé trois suspects.

      Un coup de "l’extrême droite locale"​, estime la librairie dans un communiqué publié sur son site. "À plusieurs reprises au cours des dernières années, nous avons été victimes de « petites » ​tentatives d’incendies." ​Mardi 5 juillet, le gérant de La Tête dans le guidon, Xavier, annonce avoir porté plainte et montre, comme preuve, des stickers de divers groupes d’extrême droite décollées de sa vitrine.

      Jugement le 11 octobre

      Après sa garde à vue, un suspect d’une vingtaine d’années a été placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé le 11 octobre pour des dégradations volontaires et port d’un marteau. Une seconde personne comparaîtra également, mi-octobre, pour avoir refusé de donner le code de son téléphone portable. Selon Ouest-France, le suspect serait un homme originaire de Versailles, "militant des groupes identitaires Auctorum, près de Paris, et de l’Alvarium à Angers"​.

      Sur Twitter, le Rassemblement des étudiants de droite (RED), qui a « pris la suite » ​de l’Alvarium (dissous fin 2021), nommément visé par le communiqué, répond : "Les 3 personnes arrêtées ne font pas partie de nos militants, n’habitent pas sur Angers et ne sont même pas de la Région."

      Hasard du calendrier : le lendemain, le 12 octobre, deux militants d’extrême droite seront jugés par ce même tribunal. Lors de la manifestation en soutien au droit à l’avortement du 29 juin, ils étaient apparus derrière une banderole anti-IVG, bien siglée du RED cette fois-ci.

    • Et donc en passant :

      La Tête dans le Guidon, (excellent) « atelier de réparation vélo ainsi qu’association de promotion de la petite reine ».

      Le blog du tenancier, autour du vélo en général et de l’atelier en particulier, avec pêle-mêle du cambouis et des lectures, concerts, hacking et jeux-concours, trouvailles et jeux de mots douteux : https://latetedansleguidon.blogspot.com

  • Thierry Meyssan et ses copains conspis réunis à Paris pour défendre Bachar et Poutine
    https://www.streetpress.com/sujet/1655132446-thierry-meyssan-copains-conspis-bachar-poutine-conspirationn

    "C’est donc sous la houlette du « Mouvement international pour la souveraineté des peuples », présidé par Azzam, que tout ce petit monde va s’évertuer à nier devant une vingtaine de personnes le droit à l’autodétermination des Syriens, mais aussi, tant qu’à faire, celui des Ukrainiens, eux aussi en train de subir l’agression de l’armée russe. Adnan Azzam désigne la cible dès le lancement du colloque :

    « Le monde atlantiste anglo-saxon. »

    Semences transgéniques et antifas

    Pour résumer : la révolution syrienne serait un complot occidental contre les « nations souveraines ». Tout comme le conflit en Ukraine, et en réalité comme « toutes les guerres civiles depuis la Yougoslavie », d’après Meyssan. La preuve : Bachar serait aimé par son peuple, puisqu’il aurait été réélu à l’unanimité pour un quatrième mandat en 2020, semble croire Poumier. Le rapport César, qui avait dévoilé l’ampleur de l’industrie de la mort des geôles syriennes en 2013 et permis la tenue de premiers procès en Europe ? Un coup du Qatar et de George Soros, pour Claude Janvier. D’ailleurs, les djihadistes en Syrie, tout comme « les néo-nazis d’Azov en Ukraine », et même les antifas en France seraient en fait des agents de déstabilisation des services de renseignements occidentaux, assure Cerise. Il paraît aussi que l’US Aid, l’agence humanitaire américaine, aurait fourni à la Syrie des semences transgéniques afin d’y rendre les terres stériles.

    Bref : l’Ukraine et la Syrie seraient les deux faces d’une même machination mondiale diabolique, celle de « l’hydre qui a étendu ses tentacules sur toute l’Europe : l’OTAN », selon Corvez. Pierre-Emmanuel Thomann – « qui n’a pas dormi cette nuit car il revient tout juste de Russie », croit bon de préciser Leroy – pense qu’une victoire de Poutine en Ukraine permettrait l’avènement « d’un nouvel ordre mondial » qui renverra l’Occident dans ses cordes. « J’attends avec impatience l’accomplissement de ce bouleversement », précise-t-il, au cas où il subsisterait encore un doute. Conclusion : il faudrait lever les sanctions contre le régime syrien de toute urgence, afin de permettre à Bachar Al-Assad de reconstruire le pays qu’il a mis tant d’efforts à détruire pendant plus de dix ans avec l’aide de Vladimir Poutine."
    #Meyssan #Bachar-Al-Assad #conspirationnisme #extrême-droite

  • La possibilité de l’écofascisme
    https://perspectives-printanieres.info/la-possibilite-de-lecofascisme
    par Antoine Dubiau

    Si la menace néofasciste n’a pas attendu les alertes du #GIEC pour se constituer, le drame climatique en cours pourrait bien lui donner un nouveau souffle, ainsi qu’une nouvelle couleur – le vert. Malgré une multitude de signaux faibles et l’existence d’un corpus théorique suffisamment profond pour soutenir une telle reconfiguration idéologique, le double processus d’écologisation du #fascisme et de fascisation de l’écologie n’est pas encore une réalité massive qu’il ne serait possible de constater qu’avec impuissance. C’est un mouvement en germe dont les prémisses idéologiques peuvent encore être détruites, en comprenant ses fondements, son ancrage organisationnel et les voies par lesquelles il se déploie aujourd’hui.

    Prêter attention à ces écologies politiques d’#extrême-droite, en repérant ses multiples manifestations et les dangers qu’elles représentent, pourrait s’avérer utile sur le plan #antifasciste comme écologiste lui-même. Cela nécessite de prendre au sérieux ces appropriations politiques de la question écologique par l’extrême-droite, non pas en les accréditant mais en les reconnaissant comme de véritables positions écologistes. Beaucoup à gauche cèdent à la tentative de qualifier de « #greenwashing » toute appropriation de la question écologique par leurs ennemis politiques : l’écologie serait intrinsèquement de gauche, par sa seule histoire. Ce récit trop grossier occulte dangereusement les autres écologies politiques. Le verdissement en cours d’organisations électoralistes longtemps hostiles à l’écologie, notamment à l’extrême-droite, n’est peut-être pas sincère (ce qui en ferait effectivement du greenwashing), mais cela importe peu. Comme il ne sera jamais possible d’avoir accès aux intentions derrière ces conceptions droitières de l’écologie, ce n’est pas la sincérité de l’extrême-droite pour l’enjeu écologique qui compte, mais bien l’effet de son discours écologique. La construction de ce dernier est à chercher en-dehors des formes visibles de l’extrême-droite, car ce n’est pas au sein du #Front National que furent théorisées ces écologies politiques réactionnaires.

    En France, dans les années 70, une large nébuleuse idéologique d’extrême-droite s’est constituée autour de quelques organisations intellectuelles et d’une constellation de revues philosophico-politiques. L’organisation la plus visible ayant structuré cette nébuleuse fut le Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE), fondé en 1969. Trois revues sont directement liées à celui-ci – Éléments, Nouvelle École et Krisis – tandis qu’une multitude d’autres publications (pérennes ou temporaires) ont accompagné la structuration idéologique de cette mouvance d’extrême-droite. Dans l’espace médiatique, cette dynamique droitière reçut l’appellation de « Nouvelle Droite » par analogie avec d’autres mouvances intellectuelles et politiques contemporaines qui reçurent le même qualificatif. Plusieurs traditions politiques s’y croisent, souvent rassemblées en quatre tendances distinctes – le traditionalisme anticatholique, le #néoconservatisme, le #communautarisme ethniste et une forme particulière de positivisme, voire de scientisme – par les observateurs extérieurs, sans que cette classification ne soit officielle. C’est de cette pluralité théorique qu’émergera, plus ou moins directement, une conception #réactionnaire de l’écologie politique, influencée par les thèses fortes de plusieurs tendances précitées.
    Le philosophe Alain de Benoist fut (et reste) la principale figure de la mouvance néo-droitière. Celui-ci joue à la fois le rôle de façade respectable et de modérateur entre les différentes tendances, au carrefour desquelles il s’est lui-même toujours situé – malgré quelques revirements idéologiques lors des 5 dernières décennies. Sous une multitude de pseudonymes (qui n’ont probablement pas tous été identifiés), il participa à plusieurs médias grand public comme Le Figaro ou France Culture, et publia de nombreux ouvrages, y compris chez des éditeurs d’importance (comme Albin Michel ou Robert Laffont). Il illustre ainsi la stratégie métapolitique du « gramscisme de droite » qui caractérise la Nouvelle Droite, qu’il a lui-même rethéorisée et appliquée : diffuser, dans l’imaginaire collectif, les « valeurs » et idées de l’extrême-droite, préparant sa future réussite politique par son hégémonie culturelle. Derrière Alain de Benoist, de nombreux autres théoriciens fascistes ont suivi cette stratégie, comme Guillaume Faye, dont les thèses #identitaires semblent aujourd’hui hégémoniques dans l’espace médiatique. En effet, le mouvement #identitaire contemporain recycle largement les thèses fondatrices de la Nouvelle Droite dans son discours fictionnel sur le « choc des civilisations » ou le #grand_remplacement. Le #racisme derrière ces concepts n’est plus pseudo-biologique mais ethno-différentialiste, revendiquant la préservation de l’héritage culturel européen face à sa supposée dissolution par l’arrivée de populations jugées ethniquement allogènes. Cette culturalisation du racisme, alors débarrassé (en façade) de ses justifications pseudo-biologiques, résulte directement du travail idéologique de la Nouvelle Droite. L’écologisation du socle idéologique de la mouvance néo-droitière semble s’ancrer dans ce virage culturaliste, mais rend en réalité évident le continuum entre racismes biologique et culturel dans les théories politiques de l’extrême-droite.

    Le parcours intellectuel d’Alain de Benoist lui-même permet de comprendre la montée en puissance de la question écologique au sein de la Nouvelle Droite : initialement acquis au #scientisme technophile, qui constitue l’une des quatre tendances historiques de la mouvance, le philosophe a par la suite mis en cohérence les différences facettes de sa pensée en synthétisant, par l’écologie, ses visées traditionalistes/païennes et communautaristes sur le plan ethnique. Au milieu des années 70, l’écologie est en effet apparue comme cohérente avec le rejet romantique de la modernité d’inspiration chrétienne qui fondait déjà certaines thèses néopaïennes de la Nouvelle Droite. La défense de la culture européenne devient dès lors écologique : les communautés humaines seraient liées à leur #environnement, dans une perspective radicalement déterministe selon laquelle l’environnement détermine la culture. Cet équilibre « naturel » entre les humain-es et leur sol serait perturbé par l’arrivée de populations non-européennes, jugées culturellement inadaptées à l’environnement local. Protéger l’environnement consisterait alors à préserver cet équilibre en empêchant l’#immigration. Le fait que cette conception politique de l’écologie fasse notamment écho aux thèses nazies – et plus généralement fascistes – sur le rapport au sol n’est absolument pas un hasard. Elle s’ancre en effet dans plusieurs mythes pseudo-scientifiques et ésotériques très structurants à l’extrême-droite, comme celui du #nordicisme, qui prétend que les populations « indo-européennes » (comprendre : blanches) ne seraient pas originaires d’Afrique comme l’ensemble de l’Humanité, mais auraient vu le jour au-delà du cercle polaire arctique. Abandonnées (en façade) par la Nouvelle Droite au profit de justifications culturelles, les justifications pseudo-biologiques refont explicitement surface avec l’écologisation des thèses fascistes sur l’origine du « peuple » indo-européen et son inscription environnementale, légitimant le recours à l’appellation d’« #écofascisme ».

    • « Bernard Henry de la Béchamel reçoit enfin un prix pour l’ensemble de son œuvre. »
      Villepin qui remet en place #BHL !

      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1496949685738684418/pu/vid/874x466/RcMJ_VcE_R3PoVHM.mp4?tag=12

      🗣 « Les interventions militaires ne donnent jamais les résultats espérés. L’histoire nous l’a appris en Libye, en Irak et au Sahel. »

      👤 #Villepin, ancien Premier ministre, réagit à l’invasion russe en Ukraine #SpécialeUkraineFrance2

    • La position de Bernie Sanders

      Le sénateur Bernie Sanders, jeudi 10 février 2022 appelait à des efforts diplomatiques pour désamorcer la crise sur l’Ukraine :

      Monsieur le Président, je me lève pour parler de la crise imminente en Ukraine.

      Au moment où je parle aujourd’hui, l’Europe, pour la première fois depuis près de 80 ans, est confrontée à la menace d’une invasion majeure. Une grande nation menace un voisin plus petit et moins puissant, l’entourant sur trois côtés avec des dizaines de milliers de soldats, de chars et d’artillerie.

      Nous ne devons jamais oublier les horreurs qu’entraînerait une guerre dans la région et nous devons travailler dur pour parvenir à une solution réaliste et mutuellement acceptable - une solution qui soit acceptable pour l’Ukraine, la Russie, les États-Unis et nos alliés européens - et qui empêche ce qui pourrait être la pire guerre européenne en plus de 75 ans.

      Mes amis, comme nous l’avons douloureusement appris, les guerres ont des conséquences imprévues. Ils se déroulent rarement comme les planificateurs et les experts nous le disent. Demandez simplement aux responsables qui ont fourni des scénarios optimistes pour les guerres au Vietnam, en Afghanistan et en Irak, pour se révéler horriblement faux. Demandez aux mères des soldats qui ont été tués ou blessés au combat pendant ces guerres. Demandez simplement aux millions de civils qui sont devenus des "dommages collatéraux".

      La guerre du Vietnam nous a coûté 59 000 morts américains et bien d’autres qui sont rentrés blessés au corps et à l’esprit. En fait, toute une génération a été dévastée par cette guerre. Les pertes au Vietnam, au Laos et au Cambodge sont presque incalculables.

      En Afghanistan, ce qui a commencé comme une réponse à ceux qui nous ont attaqués le 11 septembre 2001, est finalement devenu une guerre de 2 000 milliards de dollars qui a duré vingt ans et au cours de laquelle plus de 3 500 Américains ont été tués ainsi que des dizaines de milliers de civils afghans. George W. Bush a affirmé en 2003 que les États-Unis avaient « mis les talibans à la faillite pour toujours ». Malheureusement, comme nous le savons tous, les talibans sont actuellement au pouvoir.

      La guerre en Irak - qui a été vendue au peuple américain en attisant la peur d’un "nuage de champignons" provenant des armes de destruction massive inexistantes de l’Irak - a entraîné la mort de quelque 4 500 soldats américains et les blessures - physiques et émotionnelles - de des dizaines de milliers d’autres. Elle a entraîné la mort de centaines de milliers d’Irakiens, le déplacement de plus de 5 millions de personnes et une déstabilisation régionale dont le monde continue de se débattre aujourd’hui.

      L’intervention militaire au Vietnam a commencé lentement, les guerres en Afghanistan et en Irak ont commencé beaucoup plus rapidement, mais ce qu’elles partagent toutes, c’est que l’establishment de la politique étrangère a insisté sur le fait qu’elles étaient nécessaires. Qu’il n’y avait pas d’alternative à l’escalade et à la guerre.

      Eh bien, il s’avère qu’ils se sont trompés. Et des millions d’innocents en ont payé le prix.

      C’est pourquoi nous devons faire tout notre possible pour trouver une solution diplomatique afin d’empêcher ce qui serait une guerre extrêmement destructrice en Ukraine.

      Personne ne sait exactement quel serait le coût humain d’une telle guerre. On estime cependant qu’il pourrait y avoir plus de 50 000 victimes civiles en Ukraine et des millions de réfugiés inondant les pays voisins alors qu’ils fuient ce qui pourrait être le pire conflit européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

      De plus, bien sûr, il y aurait plusieurs milliers de morts au sein des armées ukrainienne et russe. Il y a aussi la possibilité que cette guerre « régionale » puisse s’étendre à d’autres parties de l’Europe. Ce qui pourrait arriver alors est encore plus horrible.

      Mais ce n’est pas tout. Les sanctions contre la Russie qui seraient imposées à la suite de ses actions, et la menace de réponse de la Russie à ces sanctions, pourraient entraîner un bouleversement économique massif - avec des impacts sur l’énergie, les banques, l’alimentation et les besoins quotidiens des gens ordinaires à travers le monde. le monde entier. Il est probable que les Russes ne seront pas les seuls à souffrir des sanctions. Ils se feraient sentir en Europe. Ils se feraient sentir ici aux États-Unis et dans le monde entier.

      Et, soit dit en passant, tout espoir de coopération internationale pour faire face à la menace existentielle du changement climatique mondial et des futures pandémies subirait un revers majeur.

      Monsieur le Président, nous devons être absolument clairs sur le principal responsable de cette crise imminente : le président russe Vladimir Poutine. S’étant déjà emparé de certaines parties de l’Ukraine en 2014, Poutine menace désormais de prendre le contrôle de tout le pays et de détruire la démocratie ukrainienne. Il ne devrait y avoir aucun désaccord sur le fait que cela est inacceptable. À mon avis, nous devons soutenir sans équivoque la souveraineté de l’Ukraine et indiquer clairement que la communauté internationale imposera de graves conséquences à Poutine et à ses collègues oligarques s’il ne change pas de cap.

      Cela dit, Monsieur le Président, je suis extrêmement préoccupé lorsque j’entends les battements de tambour familiers à Washington, la rhétorique belliqueuse qui s’amplifie avant chaque guerre, exigeant que nous devions « montrer notre force », « endurcir » et ne pas nous engager dans « l’apaisement ». .” Un refus simpliste de reconnaître les racines complexes des tensions dans la région sape la capacité des négociateurs à parvenir à une résolution pacifique.

      Je sais qu’il n’est pas très populaire à Washington de considérer les perspectives de nos adversaires, mais je pense que c’est important pour formuler une bonne politique.

      Je pense qu’il est utile de considérer ceci : l’un des facteurs déclencheurs de cette crise, du moins du point de vue de la Russie, est la perspective d’une relation de sécurité renforcée entre l’Ukraine et les États-Unis et l’Europe occidentale, y compris ce que la Russie considère comme la menace de L’Ukraine rejoint l’Alliance du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), une alliance militaire créée à l’origine en 1949 pour affronter l’Union soviétique.

      Il est bon de connaître un peu d’histoire. Lorsque l’Ukraine est devenue indépendante après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les dirigeants russes ont clairement exprimé leurs inquiétudes quant à la perspective que d’anciens États soviétiques rejoignent l’OTAN et positionnent des forces militaires hostiles le long de la frontière russe. Les responsables américains ont reconnu ces préoccupations comme légitimes à l’époque.

      L’un de ces responsables était William Perry, qui a été secrétaire à la Défense sous le président Bill Clinton. Dans une interview en 2017, Perry a déclaré et je cite : « Au cours des dernières années, la plupart des reproches peuvent être attribués aux actions entreprises par Poutine. Mais dans les premières années, je dois dire que les États-Unis méritent une grande partie de la blâmer… "Notre première action qui nous a vraiment mis dans une mauvaise direction a été lorsque l’OTAN a commencé à s’étendre, amenant des nations d’Europe de l’Est, dont certaines bordent la Russie."

      Un autre responsable américain qui a reconnu ces préoccupations est l’ancien diplomate américain Bill Burns, qui est maintenant à la tête de la CIA dans l’administration Biden. Dans ses mémoires, Burns cite une note qu’il a écrite alors qu’il était conseiller pour les affaires politiques à l’ambassade des États-Unis à Moscou en 1995, et je cite : « L’hostilité à l’expansion précoce de l’OTAN est presque universellement ressentie à travers le spectre politique intérieur ici.

      Plus de dix ans plus tard, en 2008, Burns a écrit dans une note à la secrétaire d’État Condoleezza Rice, et je cite : « L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (pas seulement Poutine)… En plus de deux ans et un six mois de conversations avec des acteurs russes clés… Je n’ai encore trouvé personne qui considère l’Ukraine dans l’OTAN comme autre chose qu’un défi direct aux intérêts russes.

      Encore une fois : ces préoccupations n’ont pas été inventées à partir de rien par Poutine.

      De toute évidence, l’invasion par la Russie n’est pas une réponse ; l’intransigeance de l’OTAN non plus. Il est important de reconnaître, par exemple, que la Finlande, l’un des pays les plus développés et les plus démocratiques du monde, borde la Russie et a choisi de ne pas être membre de l’OTAN. La Suède et l’Autriche sont d’autres exemples de pays extrêmement prospères et démocratiques qui ont fait le même choix.

      Monsieur le Président, Vladimir Poutine est peut-être un menteur et un démagogue, mais il est hypocrite de la part des États-Unis d’insister sur le fait que nous n’acceptons pas le principe des « sphères d’influence ». Au cours des 200 dernières années, notre pays a opéré selon la doctrine Monroe, en partant du principe qu’en tant que puissance dominante dans l’hémisphère occidental, les États-Unis ont le droit d’intervenir contre tout pays qui pourrait menacer nos prétendus intérêts. Sous cette doctrine, nous avons sapé et renversé au moins une douzaine de gouvernements. En 1962, nous sommes arrivés au bord de la guerre nucléaire avec l’Union soviétique en réponse au placement de missiles soviétiques à Cuba, à 90 miles de nos côtes, que l’administration Kennedy considérait comme une menace inacceptable pour notre sécurité nationale.

      Et la Doctrine Monroe n’est pas de l’histoire ancienne. Pas plus tard qu’en 2018, le secrétaire d’État de Donald Trump, Rex Tillerson, a qualifié la doctrine Monroe de « aussi pertinente aujourd’hui qu’elle l’était le jour où elle a été écrite ». En 2019, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, a déclaré que "la doctrine Monroe est bel et bien vivante".

      Pour le dire simplement, même si la Russie n’était pas dirigée par un dirigeant autoritaire corrompu comme Vladimir Poutine, la Russie, comme les États-Unis, aurait toujours un intérêt dans les politiques de sécurité de ses voisins. Croit-on vraiment que les États-Unis n’auraient rien à dire si, par exemple, le Mexique devait former une alliance militaire avec un adversaire américain ?

      Les pays devraient être libres de faire leurs propres choix en matière de politique étrangère, mais faire ces choix avec sagesse nécessite un examen sérieux des coûts et des avantages. Le fait est que les États-Unis et l’Ukraine qui entrent dans une relation de sécurité plus profonde auront probablement des coûts très importants pour les deux pays.

      Monsieur le Président, Je crois que nous devons soutenir vigoureusement les efforts diplomatiques en cours pour désamorcer cette crise. Je crois que nous devons réaffirmer l’indépendance et la souveraineté de l’Ukraine. Et nous devons faire comprendre à Poutine et à sa bande d’oligarques qu’ils feront face à des conséquences majeures s’il continue sur la voie actuelle.

      Mes amis, nous ne devons jamais oublier les horreurs qu’entraînerait une guerre dans la région et nous devons travailler dur pour parvenir à une solution réaliste et mutuellement acceptable - qui soit acceptable pour l’Ukraine, la Russie, les États-Unis et nos alliés européens - et qui empêche ce qui pourrait être la pire guerre européenne en plus de 75 ans.

      Ce n’est pas de la faiblesse. Ce n’est pas de l’apaisement. Rassembler les gens pour résoudre les conflits de manière non violente est une force, et c’est la bonne chose à faire .

      https://www.commondreams.org/views/2022/02/10/avoiding-war-russia-over-ukraine-not-weakness-it-right-thing-do

  • Tout ce qui bouge n’est pas jaune – A propos du « convoi des libertés »
    https://paris-luttes.info/tout-ce-qui-bouge-n-est-pas-jaune-15732

    "Faire du convoi de la liberté une "rupture" ou un "surgissement inédit" pour mieux le rapprocher des gilets jaunes permet d’occulter ces filiations, et avec elles l’ensemble des ambiguïtés des mobilisations contre le pass sanitaire.

    Il faut rappeler que de nombreuses analyses ont montré que ces mobilisations n’étaient pas spontanées. On trouve à la manœuvre des climato-sceptiques recyclés dans le covido-négationnisme, des réseaux complotistes ou d’extrême-droite. Dire que ces collectifs sont à la manœuvre n’implique pas que l’ensemble des participant-e-s à ces mobilisations étaient d’extrême-droite ou conspirationnistes. Nous ne disons pas non plus qu’il n’existait pas dans ces manifs des postures individuelles opposées au pass sanitaire tout en étant favorable à des mesures de protection face au virus. Cela signifie cependant que les mobilisations n’ont pas été noyautées par l’extrême-droite, mais bien d’avantage impulsées par elle. Si noyautage il y a eu, cela a été du fait de forces militantes de gauche. Et, pour notre part, nous considérons que ces tentatives de noyautage ont été un échec. La raison principale en est que l’horizon esquissé par ces mobilisations ne saurait être compatible avec ce qu’il nous faut appeler, faute de mieux, des valeurs (ou affinités) émancipatrices."

    #convoi #tracerdeslignes #antifascisme #toutsequibouge...

  • Alain de Benoist, du néofascisme à l’extrême droite « respectable » | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-du-crieur-2017-1-page-128.htm

    Renoncer à unir les « comploteurs » et les « nostalgiques » est le fondement de la stratégie culturelle d’A. de Benoist. Tout comme la Nouvelle Gauche des années 1960 cherche à s’affranchir du poids mort que constituent à ses yeux les traditions communistes et sociale-démocrates, la Nouvelle Droite ne veut plus avoir à répondre de l’impuissance politique des extrêmes droites de l’époque. Cette stratégie, A. de Benoist lui donne un nom : « métapolitique », un terme aujourd’hui en vogue dans les milieux dits de la « Dissidence », organisés autour d’Alain Soral et Dieudonné. L’idée est simple : toute politique reposant sur une culture, quiconque est hégémonique dans la culture définit le spectre des politiques possibles. D’où l’idée qu’il faut agir sur ce qui se trouve en deçà (meta) de la politique, à savoir le langage et les catégories de la pensée. La métapolitique est une stratégie mise en œuvre par le plus faible contre le plus fort. Plutôt que de la combattre frontalement, le faible cherche à introduire patiemment ses catégories de pensée dans la culture dominante. Le résultat, nous l’avons sous les yeux aujourd’hui.La Nouvelle Droite se forme dans un contexte historique, les années 1960 et 1970, où les idées de gauche saturent l’espace public. D’où l’omniprésence des références à des penseurs révolutionnaires dans les écrits d’A. de Benoist, par l’entremise desquelles il cherche à convaincre son camp de l’importance de la reconquête intellectuelle. L’un des mythes savamment entretenus le concernant, énoncé par exemple dans ses Mémoires [10]
    [10]A. de Benoist, Mémoire vive, entretiens avec François Bousquet,…
    , est qu’il posséderait la plus grande bibliothèque privée de France. « Deux cent mille livres, ils sont dans une maison de campagne », m’assure-t-il lorsque je lui demande comment tous ces livres tiennent dans l’appartement dans lequel il me reçoit. La métapolitique absorbe l’air du temps. Elle se branche sur les débats dominants de l’époque de sorte à accéder au mainstream, et y faire passer en contrebande ses idées. Dans les années 1960, le mainstream intellectuel, c’est la gauche. L’appétence d’A. de Benoist pour la pensée de gauche persiste à ce jour « Je trouve qu’à la fois il y a un déclin de la gauche absolument terrible et, en même temps, c’est quand même la gauche qui a depuis quinze ou vingt ans écrit les choses les plus intéressantes. » Pendant notre entretien, il cite, pêle-mêle, Ernesto Laclau, Karl Marx, Toni Negri, Moishe Postone, ou encore Cornelius Castoriadis.L’ethno-différentialisme affirme que chaque peuple a un « droit à la différence », c’est-à-dire le droit de vivre comme il l’entend. Ce droit, il l’exerce chez lui, raison pour laquelle ce droit s’accompagne d’une hostilité de principe aux migrations. L’ethno-différentialisme est la version de droite du « multiculturalisme ». Le racisme biologique étant devenu intenable avec l’émergence de la « norme antiraciste » déjà évoquée, il s’est transformé en différentialisme culturel. Les « Européens » ont bien sûr eux aussi leur « droit à la différence ». Dans un texte paru en 1974 dans Éléments, intitulé Contre tous les racismes, A. de Benoist déclare : « Si l’on est contre la colonisation, alors il faut être pour la décolonisation réciproque, c’est-à-dire contre toutes les formes de colonisation : stratégique, économique, culturelle, artistique, etc. On a le droit d’être pour le Black Power, mais à la condition d’être, en même temps, pour le White Power, le Yellow Power et le Red Power [16]

    . » L’ethno-différentialisme, c’est la « décolonisation réciproque », autrement dit chacun chez soi. L’idée que les Blancs sont victimes de racisme, et doivent à ce titre être défendus, a fait son chemin depuis. En témoigne l’usage fait par la droite et l’extrême droite du thème du « racisme antiblanc » au cours de la dernière décennie.

  • Le Bouffon au service de l’extrême droite !

    53 % du temps d’antenne politique de l’émission de Cyril Hanouna est consacré aux idées nationalistes et identitaires.
    https://www.humanite.fr/politique/cyril-hanouna/medias-cyril-hanouna-le-bouffon-au-service-de-lextreme-droite-736498

    Qu’on le veuille ou non, la présidentielle passe aussi par les plateaux de l’animateur star de C8. Claire Sécail étudie les contenus politiques de Touche pas à mon poste depuis la rentrée. Verdict : l’extrême droite y est comme à la maison.

    De son propre aveu, il s’est « fait manœuvrer ». Jean-Luc Mélenchon et ses équipes ont en travers de la gorge le passage du candidat FI chez Cyril Hanouna dans Face à Baba , le 27 janvier. Ils crient au traquenard, à cause entre autres d’un face-à-face avec Éric Zemmour taillé pour le polémiste, qui a duré une heure dix au lieu des vingt minutes prévues.

    Surprenant, sur la chaîne de #Vincent-Bolloré ? Pas vraiment, répond Claire Sécail. La chercheuse au CNRS scrute et répertorie les contenus des émissions de Cyril Hanouna depuis le mois d’août, et notamment le temps d’antenne consacré aux questions politiques (17 % en moyenne).

    Avec environ 1,5 million de téléspectateurs quotidiens, Touche pas à mon poste ( TPMP ) a bien grandi depuis sa création en 2010, où il occupait une obscure case horaire sur France 4. Douze ans plus tard, TPMP est devenu un espace fréquenté de la bataille culturelle, qui se décline avec les autres shows de Cyril Hanouna : l’hebdo Balance ton post et le plus événementiel Face à Baba .

    Or, selon l’universitaire, ces émissions, sous couvert d’un esprit cool, pluraliste et détendu revendiqué par l’animateur, déroulent le tapis rouge aux idées nationalistes et identitaires.

    D’après vos résultats, est-ce qu’on peut conclure que l’#extrême-droite joue « à domicile » chez #Hanouna, comme semble s’en rendre compte, un peu tard, la France insoumise ?

    53 % du temps d’antenne politique de TPMP est consacré à l’extrême droite. Je dis ça, mais il faut noter que sur C8, comme sur #CNews, on ne présente jamais les invités comme d’extrême droite, ce qui contribue à banaliser leurs idées. Éric Zemmour a la meilleure part. C’est autour de lui que se construisent les contenus, les débats, comme a pu l’apprendre à ses dépens Jean-Luc Mélenchon dans Face à Baba . Cela démontre d’ailleurs qu’il y a une #stratégie-idéologique au sein du #groupe-Bolloré dans son ensemble, et non pas seulement sur CNews. Non pas que Cyril Hanouna soit d’accord avec Éric Zemmour. Mais il est le loyal entrepreneur des idées de Vincent Bolloré, qui lui a signé un contrat à 250 millions d’euros sur cinq ans. Hanouna a par ailleurs de bonnes relations avec les insoumis, mais ils ne lui servent qu’à être des contradicteurs idéaux face à la parole d’extrême droite qui, elle, cadre le débat, dans la logique du clash. Cela permet ainsi de faire croire à un #pseudo-pluralisme.

  • Avec Bernard Lugan, retour vers le futur pour l’armée française | Rémi Carayol
    https://afriquexxi.info/article4917.html

    La place que l’historien occupe au sein de l’armée, même de manière informelle, en dit long sur le logiciel intellectuel d’un certain nombre d’officiers qui continuent de penser l’Afrique, et notamment le Sahel, comme le faisaient leurs aïeux durant la conquête coloniale. Sur leur univers politique également. Source : AfriqueXXI

  • Quand je pense que j’ai été « d’extrême droite » ! Quand je pense que je le suis peut-être encore sur bien des points – mais d’une manière trop peu méchante pour être crédible auprès des vrais. Tant pis ou tant mieux, il faut mûrir et grâce au Covid, je serai enfin devenu politiquement adulte. Les réactions de certains face à la crise sanitaire (et que j’ai explorées ici) m’auront ouvert les yeux sur l’imbécilité congénitale de « mon camp ». Antivax et anti passe auront fait en trois semaines ce que les antiracistes n’auront pas réussi à faire en trente ans. Parce que je ne sais pas, vous, mais moi, les bigots obtus, les terreux fin de race, les jobards de « la vie d’avant », tous plus ou moins conspi, je n’en peux plus.

    Pierre Cormary, « Extrême droite modérée, je crois que c’est ce qui me correspond le plus… », Causeur, 14/9/2021

    https://www.causeur.fr/extreme-droite-moderee-antivax-210007

    #covid #extrême-droite

  • AntiCovid tu perds ton sang-froid - Covido-négationnisme et luttes populaires - Cabrioles, novembre 2020 (@CabriolesDouze sur l’oiseau bleu, ils ont des difficultés à créer un blog, qui vont se résoudre)
    https://paris-luttes.info/anticovid-tu-perds-ton-sang-froid-15475

    Publié il y a tout juste un an dans un petit journal de confinement aveyronnais ce texte coup de poing entendait combattre la diffusion des discours covido-négationnistes en mettant en lumière leur profonde complicité avec le libéralisme autoritaire. Depuis, les accointances de ces deux faces de l’idéologie covido-négationniste que sont le raoultisme et le macronisme n’ont fait que se confirmer. Et d’autre part, la diffusion dans les réseaux et les média militants de cette idéologie ultralibérale s’est malheureusement considérablement étendue, alors même que l’expérience du climato-négationnisme aurait dû nous trouver armé·es face à elle, et que l’histoire des luttes populaires est riche de formes de réappropriations politiques autonomes des questions de santé et de prévention des risques.

    Au-delà du débat sur la nécessité du confinement et ses modalités se pose la question de l’épidémie et de sa gravité, que font ceux qui la nie ? À quoi joue le gouvernement ? Et qui la prend véritablement au sérieux ?

    Contre les négationnistes du Covid...
    Raoult, Toubiana, Toussaint, Perrone. Voilà des mois que de douteux scientifiques squattent les charmants plateaux télés de LCI, Cnews et BFM, quand ce n’est pas le micro de la radio d’extrême-droite Sud-Radio [1]. Ils vont de l’un à l’autre répétant qu’on exagère, que le covid ne tue que les vieux et quelques idiots qui ont eu la mauvaise idée d’avoir un diabète, une insuffisance rénale ou un cancer, rien que du surnuméraire donc, que l’absence de confinement n’aurait rien changé [2], et que le gouvernement main dans la main avec les lobbys pharmaceutiques travaille dans l’ombre à notre confinement perpétuel.

    Le covid dans leur bouche a d’abord été un virus « pas bien méchant ». Puis au déconfinement ils nous ont assuré que l’épidémie était terminée. Ensuite qu’il n’y aura pas de deuxième vague. Qu’il n’y a pas de deuxième vague. Qu’il n’y a toujours pas de deuxième vague. Qu’il y a peut-être une vaguelette. Que bon d’accord il y a une deuxième vague mais c’est parce que le virus il a muté en fait. Blablabla.

    Leur discours, qualifié de « rassuriste » et s’appuyant sur une prétendue légitimité scientifique, séduit partout. (...)

    #covid-19 #dénégation #extrême-droite #covidiots

  • Thomas Portes sur Twitter : « HALLUCINANT. À Rome, au cœur de quartier chic de Prati, lors de l’enterrement de Alessia Augello, un #drapeau #nazi a été mis en toute impunité et à la vue de tous sur le cercueil de cette militante du groupuscule d’#extrême-droite Forza Nuova. https://t.co/IHaTpi2FH5 » / Twitter
    https://twitter.com/Portes_Thomas/status/1480982439581343752

    #Italie #Europe #union_européenne #ue

  • Survivalistes d’extrême droite : quand les théories racistes s’ancrent dans nos territoires
    https://theconversation.com/survivalistes-dextreme-droite-quand-les-theories-racistes-sancrent-

    Cette reconquête devait se faire à partir de zones rurales, « libérées », les « bases autonomes durables » (BAD), inspirées des survivalistes, mais aussi des miliciens américains, comme moyen de survie. Celles-ci, sous l’influence des survivalistes américains d’extrême droite (miliciens et communautés suprémacistes blanches) sont conçues comme des bastions autarciques et lourdement armés.

    Concrètement, il s’agit d’acquérir des propriétés dans des zones rurales afin d’y établir des bases retranchées autosuffisantes tant au niveau alimentaire qu’énergétique, avec de quoi tenir une période difficile et de participer à une guerre civile jugée inéluctable.

    Les survivalistes d’extrême droite distinguent plusieurs niveaux de BAD, dont le dernier niveau consiste, pour ses acteurs, une fois installés dans des zones reculées, à mettre en place des communautés autarciques, sur le modèle des groupes extrémistes de droites étatsuniens, fondés durant la Guerre froide.

  • Violences de l’extrême droite : Mediapart saisit la justice | Edwy Plenel
    https://blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/blog/011221/violences-de-l-extreme-droite-mediapart-saisit-la-justice

    « On devrait décapiter les journalistes de Mediapart » ; « Ils méritent une bonne correction fasciste » ; « Y’ a des gens chez Mediapart qui devraient commencer à renifler que cette radicalité de droite finira par les rattraper ; on ne collabore pas impunément » : prononcées dans des vidéos postées sur des chaînes de la plateforme YouTube ou dans leur fil de commentaires, ces phrases ne sont même pas les pires que l’on peut entendre dans la bouche de plusieurs militants d’extrême droite spécialisés dans la diffusion de la haine en ligne. Source : Mediapart

  • Ils se préparent à la « guerre civile » ou ciblent juifs et musulmans : la menace d’extrême droite qui monte | Agathe Breton
    https://basta.media/terrorisme-extreme-droite-guerre-civile-OAS-neo-nazis-grand-remplacement-su

    Au moins neuf attentats terroristes d’ultradroite ont été déjoués en France depuis 2017. Solitaires ou en groupes, la cinquantaine de personnes interpellées révèle une menace grandissante, aux contours flous, mais dont la réalité doit alerter. Source : Basta !

  • Les juifs de France se fracturent sur Éric Zemmour
    Jean Stern > 15 octobre 2021
    https://orientxxi.info/magazine/les-juifs-de-france-se-fracturent-sur-eric-zemmour,5111

    La candidature probable à l’Élysée du partisan du « grand remplacement » provoque une onde de choc dans la communauté juive française. Beaucoup de juifs affirment vouloir voter pour Éric Zemmour, au grand dam de figures communautaires. On peut y voir un feu de paille, mais aussi la conséquence d’erreurs d’analyse sur l’islamophobie et le soutien constant à la politique israélienne. (...)

    • Plus de 1 200 personnes avaient payé pour assister à la conférence de Zemmour se livrant à un éloge appuyé du pétainisme dès 2016 à la grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, en compagnie du grand rabbin Gilles Bernheim : une onction partielle lui avait déjà été fort malencontreusement accordée.

      (...) Pour beaucoup de juifs d’Afrique du Nord issus des milieux populaires, poursuit-elle, « Zemmour incarne “la dernière chance” avant l’exil. Un rempart à la disparition, la perspective d’une vie nouvelle possible qui vaut bien de fermer les yeux sur quelques excès ». Fermer les yeux, tout est dit en somme.

      (...) Zemmour ne dédaigne pas les déjeuners en ville, un rite très français. Il peut ainsi manger avec le multicondamné pour antisémitisme Jean-Marie Le Pen en compagnie de la fille du nazi Joachim von Ribbentrop jugé et exécuté à Nuremberg, a révélé Le Monde. « On peut presque imaginer la viscosité de ce repas, où l’obséquieux monsieur Z cherche ses traits d’esprit, comme autant de courbettes de bon kapo divertissant ses maîtres », ironise férocement le 7 octobre l’historien Jérémy Rubenstein sur Hiya.

      (...) L’historien et chercheur Marc Knobel, directeur des études du CRIF, a d’ailleurs dénoncé dans différents articles depuis plusieurs années l’idéologie du « faiseur d’apocalypse » en qui il voit un « juif de la négation », qui va jusqu’à reprendre des éléments de langage de l’extrême droite antisémite sur la culpabilité du capitaine Alfred Dreyfus.

  • Rafle contre des antifascistes à Lyon : Face à la répression – Solidarité ! | Groupe Antifasciste Lyon et Environs
    https://groupeantifascistelyonenvirons.wordpress.com/2021/09/27/face-a-la-repression-solidarite

    Le 21 septembre 2021, 7 personnes ont été convoquées, perquisitionnées et/ou arrêtées sur leur lieu de travail afin d’être placées en garde à vue. Les faits qui leur sont reprochés : 

    – violence en réunion n’ayant pas entrainé d’ITT 

    – groupement en vue de commettre des délits durant une manifestation 

    – participation à une manifestation non déclarée 

    – refus de donner leur codes de chiffrement (téléphone portable)

    Parmi les 7 interpelés, 4 sont envoyés en détention et les 3 autres se retrouvent soumis à un contrôle judiciaire. Ces faits se réfèrent aux évènements survenus lors de la manifestation contre le pass sanitaire du 28 août dernier, où l’extrême droite et plus précisément le groupe antisémite et ultra-réactionnaire, CIVITAS, a été confronté à une riposte populaire d’un grand nombre de manifestant.e.s qui n’acceptaient plus leur agressivité fasciste (propos homophobes, agressions, revendications antisémites).

    À Lyon, l’extrême droite continue de gangréner la ville. Ces dernières années, et ce malgré des mouvements sociaux de très grande ampleur, nous avons pu constater l’installation d’un climat de plus en plus autoritaire, liberticide, raciste, islamophobe et fascisant. Le gouvernement Macron/Darmanin enchaîne les attaques liberticides et restrictives sous couvert d’Etat d’urgence sanitaire et n’hésite pas non plus à relancer des projets de lois antisociales. Parallèlement à cette levée des forces réactionnaires de nos dirigeants, l’extrême droite tente de reprendre la rue un peu partout en France, en investissant notamment les manifestations contre le pass sanitaire. À Lyon, Génération Identitaire ré-ouvre officiellement son bar dans le 5ème, les patriotes leadés par Philipot appellent à leurs propres rassemblements tous les samedis, surfant sur la colère contre le pass sanitaire pour divulguer leurs thèses conspirationistes et antisémites. Bien sûr, les bandes fascistes (ex-GUD, Bastion Social, Lyon Populaire, Audace, Civitas etc..) profitent aussi de ce terreau pour commettre des agressions sur des jeunes de quartiers populaires et/ou des militant.e.s progressistes. Partout en France, l’extrême droite profane, blesse, tue. Et le climat politique ne fait que la nourrir. 

    En effet, ce dernier coup de filet répressif contre des antifascistes nous le prouve : le pouvoir a choisi son camp. Il déploie ainsi tout un arsenal juridique et donc considéré comme “légitime” contre les personnes qui tentent de résister par tous les moyens à ces tendances fascistes. Le procureur s’est auto-saisi contre ces “violences” sans qu’aucune plainte n’ai été déposée. Il a procédé, grâce aux services de police et aux renseignements généraux à diverses arrestations et perquisitions préparées par un grand investissement de surveillance et de traçage des 7 personnes politiquement ciblées. Lors de leur garde à vue, la raison “politique” de cette opération leur a en effet plusieurs fois été répétée. 

    Après plusieurs jours de garde à vue (de 24 à 48h), nos camarades sont déférés au tribunal de grande instance dans le cadre d’une toute nouvelle procédure : la comparution immédiate différée. Cette procédure expérimentée depuis 2019 permet d’imposer le cadre de la comparution immédiate de manière ultérieure en enlevant la possibilité de refus de cette procédure. Elle réduit le délai pour préparer la défense et permet de ne pas clore l’instruction afin de continuer l’enquête tout en infligeant une peine, avec la possibilité pour le procureur de demander la mise en détention provisoire ou un contrôle judiciaire. Dans le cas présent, la procureur était claire, elle ne souhaitait rien savoir de cette affaire, et demandait d’office la détention jusqu’au procès de nos 7 camarades. Face à une juge des libertés et de la détention impassible, 4 de nos camarades sont incarcérés tandis que les 3 autres sont soumis à un contrôle judiciaire drastique.

    #répression #antifascistes

  • A Jewish male model is running for Germany’s parliament - on the far-right ticket
    By Cnaan Liphshiz September 24, 2021- Jewish Telegraphic Agency
    https://www.jta.org/2021/09/24/global/in-a-heavily-muslim-part-of-berlin-a-gay-israeli-is-running-for-germanys-parlia

    (JTA) – At a political rally in Berlin in June, a young Jewish gay man wearing a turquoise kippah launched his campaign to represent one of Germany’s most ethnically diverse constituencies in parliament.

    The man, 34-year-old Marcel Yaron Goldhammer, promised to stoke the “embers of unity, justice and freedom” during his announcement speech in front of about 200 people in the southeastern Berlin neighborhood of Neukolln.

    But he’s not running for a liberal party, or one promoting multiculturalism.

    Goldhammer, a dual German-Israeli citizen and a former soldier in the Israel Defense Forces, is running on the ticket of AfD, or Alternative for Germany, a right-wing populist party that opposes immigration from Muslim countries and wants Germany to leave the European Union. Its critics call it radical, inherently xenophobic and antisemitic.(...)

    #AfD #IsraelAllemagne

  • L’extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches
    http://www.slate.fr/story/216453/extreme-droite-veut-faire-main-basse-uterus-femmes-blanches-natalite-orban-zem
    Titiou Lecoq

    En Hongrie, Viktor Orbán organise un sommet sur la démographie. En France, le magazine Causeur a publié une couv immonde titrée « Souriez, vous êtes grand-remplacés ! » accompagnée d’une photo de bébés (que je me refuse à poster ici).

    On parle assez peu de la menace que représente l’extrême droite pour les femmes. Pourtant, les femmes sont au centre de leurs pensées. La question démographique, comme le montrent ces deux actualités, est fondamentale.

    Quand on lit des textes des suprémacistes blancs, la peur du grand remplacement ne fait pas seulement des « étrangers » des ennemis. Elle vise également les femmes.

    À LIRE AUSSI Comment l’extrême droite s’est réapproprié le féminisme

    L’analyse courante dans ces milieux, c’est qu’avec le féminisme, les femmes ont acquis la liberté de disposer de leurs corps via aussi bien l’IVG que la contraception. Le féminisme a incité les femmes à chercher à s’émanciper hors de la maison. Il les a encouragées à obtenir une indépendance économique et on a vu une augmentation du salariat chez les femmes dans les années 1970.

    Tout cela au détriment de la natalité.

    Or la natalité, c’est la puissance d’une nation.

    Affiche de propagande nataliste sous le gouvernement de Vichy.

    Les féministes ont donc fragilisé le pays et les hommes, en refusant de leur donner des fils.
    Mâles blancs en voie d’extinction

    Dans un second temps seulement, leur analyse se porte sur les « immigrés » (je mets des guillemets parce qu’en réalité, ils parlent moins des immigrés que de tous ceux qu’ils perçoivent comme non-occidentaux. C’est évident sur la couv de Causeur où rien n’indique que ces bébés ne sont pas français. Ce qu’on voit, c’est qu’ils ne sont pas blonds aux yeux bleus.) (Et après, ce sont les militant·es anti-racistes qu’on accuse d’être obsédé·es par la couleur.) Les immigrés (de certains pays bien sûr) auraient, eux, réussi à maintenir une domination patriarcale grâce à laquelle leurs femmes font encore beaucoup d’enfants. La balance serait donc déséquilibrée.

    Dans cette logique paranoïaque, la nation est mise en danger par les féministes et par les étrangers. Les étrangers et les féministes concourent à faire disparaître les mâles blancs.

    Limiter l’immigration ne suffira pas, comme le dit Viktor Orbán. Ce qu’il faut, c’est convaincre nos femmes de faire davantage d’enfants.

    Affiche des années 1950.

    Le féminisme n’a évidemment aucun problème avec le choix d’être mère. Ses différents courants alertent fréquemment sur le manque d’infrastructures telles que les crèches. On dénonce les violences obstétricales. On réclame le droit de vivre différemment sa grossesse et son accouchement. (J’en profite pour signaler que les sages-femmes demandent une revalorisation de leur salaire.)

    Mais on réclame avant tout le choix. Le choix d’avoir ou ne pas avoir d’enfant. Dans de bonnes conditions. Librement. Sans pression. Sans culpabilité.

    Ce que veulent les suprémacistes, c’est faire main basse sur nos utérus et en disposer.

    À LIRE AUSSI Pourquoi fait-on des enfants ?
    Une politique nataliste d’État

    Ainsi, le gouvernement de Orbán a mis en place une série de mesures pour inciter les couples à faire des enfants : il y a des aides pour les familles qui veulent accéder à la propriété ou agrandir leur logement, le doublement des allocations familiales, une aide sociale pour les grands-parents qui gardent leurs petits-enfants, etc.

    Mais, spoiler : parmi ces mesures, aucune ne permet aux femmes seules ou aux couples lesbiens ou homos d’avoir des enfants. Nous ne sommes pas face à une liberté de faire des enfants mais face à une politique nataliste d’État, avec un gouvernement qui décide qui peut ou ne peut pas se reproduire.

    En outre, des critiques expliquent que si la Hongrie se dépeuple à ce point, c’est également parce qu’un million d’habitants serait parti pour des raisons économiques et pour fuir le gouvernement Orbán.

    Le sommet hongrois sur la démographie n’est pas exceptionnel. Il est bisannuel et existe depuis 2015. Ce n’est pas étonnant. Cette question de la natalité est au cœur des préoccupations puisqu’elle s’articule avec l’obsession du grand remplacement. Pour ne pas être remplacé, il faut se multiplier. À cette édition du congrès, devraient être présents : Marion Maréchal-Le Pen, Éric Zemmour, le président serbe Aleksandar Vučić, les Premiers ministres polonais (Mateusz Morawiecki), tchèque (Andrej Babiš) et slovène (Janez Janša), Mike Pence (ancien vice-président de Donald Trump).

    À LIRE AUSSI Zemmour, le pétainiste cool

    En France, l’extrême droite se fait surtout entendre pour ses propos xénophobes et racistes. Mais le premier livre théorique d’Éric Zemmour, sorti en 2006, s’intitulait Le Premier Sexe et dénonçait la prise de pouvoir des femmes en France. Refuser aux femmes la possibilité de se réaliser comme un individu qui fait seul ses choix, faire pression sur elles, les ramener sans cesse à leurs fonctions reproductives, les limiter socialement à leur utérus, c’est au fondement de la pensée d’extrême droite. Ce n’est pas un à-côté dans leur conception du monde. Et la version moderne, dite « néo » (néo-fascisme, néo-extrême droite) n’y échappe pas.

    Mesdames, ces gens ne vous veulent pas du bien. Ils veulent faire main basse sur vos utérus.

    #féminisme