• What Peter Thiel, J.D. Vance, and Others Are Learning From Curtis Yarvin and the New Right

    Byebye old Lady Rand, here comes the sexiest philosopher of today !
    ... Curtis Yarvin, the “house political philosopher” for a network often called the Thielverse ...

    For this guy culture war is class warfare . I couldn’t agree less.

    20.4.2020 by James Pogue - They’re not MAGA. They’re not QAnon. Curtis Yarvin and the rising right are crafting a different strain of conservative politics.

    It was Halloween in Orlando, and we had piled into a car to make a short trip from the Hilton to an after-party down the road, to wind up the first night of the latest edition of a gathering called the National Conservatism Conference. For at least many of the young people, the actual business of conference going seemed to be beside the point, a gesture at how we used to conduct politics back before life in America spun out of control. There were jokes, or maybe they were serious questions, about whether one of the guys tagging along with us was a fed. I surreptitiously made a few searches of the name he’d given me and was surprised when I couldn’t find a single plausible hit—though that could have been because he was a hyper-secret crypto type; there were some of those floating around. Not that anyone cared. These were people who were used to guarding their words.
    https://www.vanityfair.com/news/2022/04/inside-the-new-right-where-peter-thiel-is-placing-his-biggest-bets


    “Don’t fuck me here,” a dark-haired woman named Amanda Milius said to me—as she somewhat imperiously dealt with a guy at the door who was skeptical about letting a reporter into the party—“and say we’re all in here sacrificing kids to Moloch. We’re just the last normal people, hanging out at the end of the world.”

    I had met Milius outside the Hilton when I asked for a cigarette, and she began to chaperone me around, telling people who eyed my press pass that I was there to profile her as an up-and-coming female director who, she said, had attracted more Amazon streams than any woman ever with her first documentary, a counternarrative about Russiagate. “Annie Leibovitz is still scheduling the photo shoot,” she kept saying. In this world, almost every word is layered in so much irony that you can never be sure what to take seriously or not, perhaps a semiconscious defense mechanism for people convinced that almost everyone is out to get them.

    “Oh, fuck,” she said as we walked into a small ballroom where the party was already underway. The room was pitifully quiet, lit in strip-club red, and the sparse crowd was almost entirely male, with a cash bar off in the corner that seemed unable to produce drinks fast enough to buoy the mood. “We have a thing we say,” she said. “ ‘This is what the people at The Washington Post think we’re doing.’ Well, this is exactly what the people at The Washington Post think we’re doing.”

    A portly guy running for Congress in Georgia made his way to the front of the room to give a speech heavy on MAGA buzzwords and florid expressions of fealty to Donald Trump.

    “This is sad,” Milius said. No one cheered or even seemed interested. But this was not Trumpworld, even if many of the people in the room saw Trump as a useful tool. And these parties aren’t always so lame. NatCon, as this conference is known, has grown into a big-tent gathering for a whole range of people who want to push the American right in a more economically populist, culturally conservative, assertively nationalist direction. It draws everyone from Israel hawks to fusty paleocon professors to mainstream figures like Ted Cruz and Marco Rubio. But most of the media attention that the conference attracts focuses on a cohort of rosy young blazer-wearing activists and writers—a crop of people representing the American right’s “radical young intellectuals,” as a headline in The New Republic would soon put it, or conservatism’s “terrifying future,” as David Brooks called them in The Atlantic.

    But the people these pieces describe, who made up most of the partygoers around me, were only the most buttoned-up seam of a much larger and stranger political ferment, burbling up mainly within America’s young and well-educated elite, part of an intra-media class info-war. The podcasters, bro-ish anonymous Twitter posters, online philosophers, artists, and amorphous scenesters in this world are variously known as “dissidents,” “neo-reactionaries,” “post-leftists,” or the “heterodox” fringe—though they’re all often grouped for convenience under the heading of America’s New Right. They have a wildly diverse set of political backgrounds, with influences ranging from 17th-century Jacobite royalists to Marxist cultural critics to so-called reactionary feminists to the Unabomber, Ted Kaczynski, whom they sometimes refer to with semi-ironic affection as Uncle Ted. Which is to say that this New Right is not a part of the conservative movement as most people in America would understand it. It’s better described as a tangled set of frameworks for critiquing the systems of power and propaganda that most people reading this probably think of as “the way the world is.” And one point shapes all of it: It is a project to overthrow the thrust of progress, at least such as liberals understand the word.

    This worldview, these worldviews, run counter to the American narrative of the last century—that economic growth and technological innovation are inevitably leading us toward a better future. It’s a position that has become quietly edgy and cool in new tech outposts like Miami and Austin, and in downtown Manhattan, where New Right–ish politics are in, and signifiers like a demure cross necklace have become markers of a transgressive chic. No one is leading this movement, but it does have key figures.

    One is Peter Thiel, the billionaire who helped fund NatCon and who had just given the conference’s opening address. Thiel has also funded things like the edgelordy and post-left–inflected New People’s Cinema film festival, which ended its weeklong run of parties and screenings in Manhattan just a few days before NatCon began. He’s long been a big donor to Republican political candidates, but in recent years Thiel has grown increasingly involved in the politics of this younger and weirder world—becoming something like a nefarious godfather or a genial rich uncle, depending on your perspective. Podcasters and art-world figures now joke about their hope to get so-called Thielbucks. His most significant recent outlays have been to two young Senate candidates who are deeply enmeshed in this scene and influenced by its intellectual currents: Hillbilly Elegy author J.D. Vance, running for the Republican nomination in Ohio, and Blake Masters in Arizona.

    Thiel has given more than $10 million to super PACs supporting the men’s candidacies, and both are personally close to him. Vance is a former employee of Thiel’s Mithril Capital, and Masters, until recently the COO of Thiel’s so-called “family office,” also ran the Thiel Foundation, which has become increasingly intertwined with this New Right ecosystem. These three—Thiel, Vance, Masters—are all friends with Curtis Yarvin, a 48-year-old ex-programmer and blogger who has done more than anyone to articulate the world historical critique and popularize the key terms of the New Right. You’ll often hear people in this world—again under many layers of irony—call him things like Lord Yarvin, or Our Prophet.

    I was looking around the party for Vance, who hadn’t arrived yet, when Milius nudged me and pointed to a table off to our left. “Why is it that whenever I see Curtis, he’s surrounded by a big table of incels?” she asked with apparent fondness. I spotted Yarvin, a slight, bespectacled man with long dark hair, drinking a glass of wine with a crowd that included Josh Hammer, the national conservatism–minded young opinion editor of Newsweek, and Michael Anton, a Machiavelli scholar and former spokesman for Trump’s National Security Council—and a prominent public intellectualizer of the Trump movement. Other luminaries afoot for the conference included Dignity author Chris Arnade, who seemed slightly unsure about the whole NatCon thing, and Sohrab Ahmari, the former opinion editor of the New York Post, now a cofounder and editor at the new magazine Compact, whose vision is, according to its mission statement, “shaped by our desire for a strong social-democratic state that defends community—local and national, familial and religious—against a libertine left and a libertarian right.” It is a very of-the-moment project.

    Political reporters, at least the ones who have bothered to write about Yarvin, have often dismissed him as a kook with a readership made up mostly of lonely internet weirdos, fascists, or both. But to ignore him is to underestimate how Yarvin’s ideas, or at least ideas in conversation with his, have become foundational to a whole political and cultural scene that goes much deeper than anything you’d learn from the panels and speeches at an event like NatCon. Or how those ideas are going to shape the future of the American right, whether or not Vance and Masters win their Senate primaries. I introduced myself, and soon Milius and I were outside smoking as Yarvin and I chatted about whether he’d be willing to talk to me on the record.

    People often struggle with what to make of Thiel’s involvement in this ecosystem. Last year the journalist Max Chafkin published a biography of Thiel, titled The Contrarian, in which he described Yarvin as the “house political philosopher” for a network often called the Thielverse. The book focuses heavily on Thiel’s political maneuverings, describing how he evolved from being a hyper-libertarian to someone who now makes common cause with nationalists and populists. And it explains how Thiel helped both Cruz and Josh Hawley on their paths to the Senate. The Contrarian ends with a dark picture of the billionaire trying to extend his political reach ever more overtly by funding and shepherding the campaigns of Masters and Vance. “Masters and Vance are different from Hawley and Cruz,” Chafkin writes; the former two are “extensions” of Thiel.

    This is only partly true. It would be just as accurate to say that Thiel has been influenced by the intellectual currents and political critiques of the New Right that he’s now helping to support. Many of these people are friendly with Thiel, or admire him, but are by no means beholden to him. And many of them hold views that would seem to make Thiel, a tech oligarch currently worth around $8 billion who recently resigned from the Meta—née Facebook—board of directors, their natural enemy.

    This New Right is heavily populated by people with graduate degrees, so there’s a lot of debate about who is in it and whether or not it even exists. At one end are the NatCons, post-liberals, and traditionalist figures like Benedict Option author Rod Dreher, who envision a conservatism reinvigorated by an embrace of localist values, religious identity, and an active role for the state in promoting everything from marriage to environmental conservation. But there’s also a highly online set of Substack writers, podcasters, and anonymous Twitter posters—“our true intellectual elite,” as one podcaster describes them. This group encompasses everyone from rich crypto bros and tech executives to back-to-the-landers to disaffected members of the American intellectual class, like Up in the Air author Walter Kirn, whose fulminations against groupthink and techno-authoritarianism have made him an unlikely champion to the dissident right and heterodox fringe. But they share a the basic worldview: that individualist liberal ideology, increasingly bureaucratic governments, and big tech are all combining into a world that is at once tyrannical, chaotic, and devoid of the systems of value and morality that give human life richness and meaning—as Blake Masters recently put it, a “dystopian hell-world.”

    Kirn didn’t want to put a label on this movement, describing it as a “fractious family of dissenters” when I called him at his home in Montana—“a somewhat new, loose coalition of people whose major concern is that we not end up in a top-down controlled state.” He told me he didn’t consider himself right wing and found some of the antidemocratic ideas he heard expressed in this sphere to be “personally chilling.” But he described it as a zone of experimentation and free expression of a kind that was now closed off in America’s liberal mainstream. “They seem to want a war,” he said. “The last thing I want is some kind of definitive ideological war which leaves out the heterodox, complicated, and almost naively open spirit of American politics.”

    And the ferment is starting to get noticed. “I think that’s a really good sign,” one of the hosts of the dissident-right podcast The Fedpost said recently, discussing how Tucker Carlson had just quoted a tweet from one of their guests. “This is a kind of burgeoning sect of thought,” he went on, “and it’s causing people who are in positions of larger influence and relative power to actually have to start looking into it.”

    Vance sits somewhere in between these two tendencies—at 37, he’s a venture capitalist who is young enough to be exposed to the dissident online currents. But he’s also shaped by the most deeply traditionalist thinking of the American right. He is friends with Yarvin, whom he openly cites as a political influence, and with Dreher, who was there when Vance was baptized into the Catholic Church in 2019. I’d been writing about militias and right-wing stirrings in the rural West for years, but I didn’t really understand how this alchemy worked until I first met him last July. I’d gone back to Ohio to see my uncle, who was dying of cancer. Vance and I both grew up around Cincinnati, immersed in a culture of white rural migrants who had come from coalfields and farm towns to look for work in the cities of the Midwest. We had met as a kind of experiment—I was going to be in town anyway, and because my uncle was sick, I was thinking a lot about the place and what it meant to me. On a whim, I asked an editor at a conservative magazine if I could write something from the perspective of a skeptical leftist. Vance suggested that we meet at a diner where my dad had often taken me as a kid. He was barely registering in the polls at the time.

    Vance believes that a well-educated and culturally liberal American elite has greatly benefited from globalization, the financialization of our economy, and the growing power of big tech. This has led an Ivy League intellectual and management class—a quasi-aristocracy he calls “the regime”—to adopt a set of economic and cultural interests that directly oppose those of people in places like Middletown, Ohio, where he grew up. In the Vancian view, this class has no stake in what people on the New Right often call the “real economy”—the farm and factory jobs that once sustained middle-class life in Middle America. This is a fundamental difference between New Right figures like Vance and the Reaganite right-wingers of their parents’ generation. To Vance—and he’s said this—culture war is class warfare.

    Vance recently told an interviewer, “I gotta be honest with you, I don’t really care what happens to Ukraine,” a flick at the fact that he thinks the American-led global order is as much about enriching defense contractors and think-tank types as it is about defending America’s interests. “I do care about the fact that in my community right now the leading cause of death among 18- to 45-year-olds is Mexican fentanyl.” His criticisms of big tech as “enemies of Western civilization” often get lost in the run of Republican outrage over Trump being kicked off Twitter and Facebook, though they go much deeper than this. Vance believes that the regime has sold an illusive story that consumer gadgets and social media are constantly making our lives better, even as wages stagnate and technology feeds an epidemic of depression.

    I wrote a piece that came across as critical of him. It expressed my deep hopelessness about the future of America. I figured he’d want nothing more to do with me. But the morning it was published he sent me a short, heartfelt email. He said that he’d been a bit “pained” to read in the piece that my parents disliked him but said he’d like to talk more. “I don’t see you as a member of the elite because I see you as independent of their ideological strictures and incentives,” he wrote. “But maybe I’m just saying that because I like you.”

    “Despair,” he signed off, “serves the regime.”

    Part of why people have trouble describing this New Right is because it’s a bunch of people who believe that the system that organizes our society and government, which most of us think of as normal, is actually bizarre and insane. Which naturally makes them look bizarre and insane to people who think this system is normal. You’ll hear these people talk about our globalized consumerist society as “clown world.” You’ll often hear the worldview expressed by our media and intellectual class described as “the matrix” or the “Ministry of Truth,” as Thiel described it in his opening keynote speech to NatCon. It can be confusing to turn on something like the influential underground podcast Good Ol Boyz and hear a figure like Anton talk to two autodidact Southern gamers about the makeup of the regime, if only because most people reading this probably don’t think of America as the kind of place that has a regime at all. But that’s because, as many people in this world would argue, we’ve been so effectively propagandized that we can’t see how the system of power around us really works.

    This is not a conspiracy theory like QAnon, which presupposes that there are systems of power at work that normal people don’t see. This is an idea that the people who work in our systems of power are so obtuse that they can’t even see that they’re part of a conspiracy.

    “The fundamental premise of liberalism,” Yarvin told me, “is that there is this inexorable march toward progress. I disagree with that premise.” He believes that this premise underpins a massive framework of power. “My job,” as he puts it, “is to wake people up from the Truman Show.”

    We spoke sharing a bench outside in the dark one evening, a few days into the conference. Yarvin is friendly and solicitous in person, despite the fact that he tends to think and talk so fast that he can start unspooling, reworking baroque metaphors to explain ideas to listeners who have heard them many times before.

    Strange things can happen when you meet him. I’d gotten in touch with him through a mutual friend, a journalist I knew from New York who once had a big magazine assignment to write about him. The piece never came out. “They wanted him to say I was really evil and all that,” Yarvin told me. “He wouldn’t do it and pulled the piece. And I thought, Okay, that’s a cool guy.” This friend has now made a bunch of money in crypto, works on a project Yarvin helped launch to build a decentralized internet, and lives hours out into the desert in Utah, where he’ll occasionally call in to New Right–ish podcasts. He recently had dinner with Thiel and Masters—both Masters and Vance have raised money by offering donors a chance to dine with Thiel and the candidate.

    Yarvin has a pretty condescending view of the mainstream media: “They’re just predators,” he has said, who have to make a living attacking people like him. “They just need to eat.” He doesn’t usually deal with mainstream magazines and wrote that he’d been “ambushed” at the last NatCon, in 2019, by a reporter for Harper’s—where I also write—who made him out to be a bit of a loon and predicted that the NatCons’ populist program would soon be “stripped of its parts” by the corporate-minded Republican establishment.

    But the winds are shifting. He told me about how he’d gone to read poetry in New York recently, at the Thiel-funded NPC fest. “A bunch of lit kids showed up,” he said, grinning. I had grown into adulthood in the New York lit-kid world; even a few years ago, there was no question that anything like this could have happened. But now Yarvin is a cult hero to many in the ultrahip crowd that you’ll often hear referred to as the “downtown scene.” “I don’t even think antifa bothered showing up,” Yarvin said. “What would they do? It was an art party.”

    Yarvin had asked his new girlfriend, Lydia Laurenson, a 37-year-old founder of a progressive magazine, to vet me. The radical right turn her life had taken created complications.

    “One of my housemates was like—‘I don’t know if I want Curtis in our house,’ ” she told me. “And I’m like, ‘Okay, that makes sense. I understand why you’re saying that.’ ”

    Laurenson had been a well-known blogger and activist in the BDSM scene back when Yarvin was the central early figure in a world of “neo-reactionary” writers, publishing his poetry and political theory on the Blogger site under the name Mencius Moldbug.

    As Moldbug, Yarvin wrote about race-based IQ differences, and in an early post, titled “Why I Am Not a White Nationalist,” he defended reading and linking to white nationalist writing. He told me he’d pursued those early writings in a spirit of “open inquiry,” though Yarvin also openly acknowledged in the post that some of his readers seemed to be white nationalists. Some of Yarvin’s writing from then is so radically right wing that it almost has to be read to be believed, like the time he critiqued the attacks by the Norwegian far-right terrorist Anders Behring Breivik—who killed 77 people, including dozens of children at a youth camp—not on the grounds that terrorism is wrong but because the killings wouldn’t do anything effective to overthrow what Yarvin called Norway’s “communist” government. He argued that Nelson Mandela, once head of the military wing of the African National Congress, had endorsed terror tactics and political murder against opponents, and said anyone who claimed “St. Mandela” was more innocent than Breivik might have “a mother you’d like to fuck.”

    He’s tempered himself in middle age—he now says he has a rule never to “say anything unnecessarily controversial, or go out of my way to be provocative for no reason.” Many liberals who hear him talk would probably question how strictly he follows this rule, but even in his Moldbug days, most of his controversial writings were couched in thickets of irony and metaphor, a mode of speech that younger podcasters and Twitter personalities on the highly online right have adopted—a way to avoid getting kicked off tech platforms or having their words quoted by liberal journalists.

    He considers himself a reactionary, not just a conservative—he thinks it is impossible for an Ivy League–educated person to really be a conservative. He has consistently argued that conservatives waste their time and political energy on fights over issues like gay marriage or critical race theory, because liberal ideology holds sway in the important institutions of prestige media and academia—an intertwined nexus he calls “the Cathedral.” He developed a theory to explain the fact that America has lost its so-called state capacity, his explanation for why it so often seems that it is not actually capable of governing anymore: The power of the executive branch has slowly devolved to an oligarchy of the educated who care more about competing for status within the system than they do about America’s national interest.

    No one directs this system, and hardly anyone who participates in it believes that it’s a system at all. Someone like me who has made a career of writing about militias and extremist groups might go about my work thinking that all I do is try to tell important stories and honestly describe political upheaval. But within the Cathedral, the best way for me to get big assignments and win attention is to identify and attack what seem like threats against the established order, which includes nationalists, antigovernment types, or people who refuse to obey the opinions of the Cathedral’s experts on issues like vaccine mandates, in as alarming a way as I possibly can. This cycle becomes self-reinforcing and has been sent into hyperdrive by Twitter and Facebook, because the stuff that compels people to click on articles or share clips of a professor tends to affirm their worldview, or frighten them, or both at the same time. The more attention you gain in the Cathedral system, the more you can influence opinion and government policy. Journalists and academics and thinkers of any kind now live in a desperate race for attention—and in Yarvin’s view, this is all really a never-ending bid for influence, serving the interests of our oligarchical regime. So I may think I write for a living. But to Yarvin, what I actually do is more like a weird combination of intelligence-gathering and propagandizing. Which is why no one I was talking to at NatCon really thought it would be possible for me to write a fair piece about them.

    You won’t hear people use the Cathedral term a lot in public, although right-wing Twitter lit up with delight when Yarvin sketched the concept on Tucker Carlson’s Fox Nation show last September. People who’ve opened their eyes to this system of control have taken the red pill, a term Yarvin started using back in 2007, long before it got watered down to generally mean supporting Trump. To truly be red-pilled, you have to understand the workings of the Cathedral. And the way conservatives can actually win in America, he has argued, is for a Caesar-like figure to take power back from this devolved oligarchy and replace it with a monarchical regime run like a start-up. As early as 2012, he proposed the acronym RAGE—Retire All Government Employees—as a shorthand for a first step in the overthrow of the American “regime.” What we needed, Yarvin thought, was a “national CEO, [or] what’s called a dictator.” Yarvin now shies away from the word dictator and seems to be trying to promote a friendlier face of authoritarianism as the solution to our political warfare: “If you’re going to have a monarchy, it has to be a monarchy of everyone,” he said.

    By the time TechCrunch publicized Yarvin’s identity, in 2013, he had become influential in a small circle of the disaffected elite. In 2014, The Baffler published a lengthy look at his influence, titled “Mouthbreathing Machiavellis Dream of a Silicon Reich.” The piece warned that Yarvin’s ideas were spreading among prominent figures like Thiel and Balaji Srinivasan, formerly the CTO of Coinbase, and that it was possible for an intellectual fringe to “seize key positions of authority and power” and “eventually bring large numbers of people around,” just as the Koch brothers once had with their pro-business libertarianism, a position that Thiel was quickly moving away from.

    In 2017, BuzzFeed News published an email exchange between Yarvin and Milo Yiannopoulis in which Yarvin said that he’d watched the 2016 election returns with Thiel. “He’s fully enlightened,” Yarvin wrote. “Just plays it very carefully.” Masters soon had an office in Trump Tower. He and Thiel worked, generally without success, to install figures like Srinivasan, whom they proposed to head the FDA, and who himself often talked about the “paper belt,” in an echo of Yarvin’s Cathedral concept, and made common cause with figures like Steve Bannon, who wanted to pick apart the administrative state, an idea that at least had a hint of Yarvin’s RAGE proposal. Yarvin eventually stopped working as a programmer and left the Bay Area, moving with his wife and two children to Nevada. His wife died in April 2021, and he seems to have been devastated, publishing searching poems about her. But last September, a month before we spoke, he posted a dating call, inviting women who were “reasonably pretty and pretty smart,” as he put it, and “have read my work and like it,” and who thought that “the purpose of dating is to get married and have kids,” to email him so they could set up a Zoom date.

    “His writing doesn’t really represent who he is,” Laurenson told me. “So I answered this email and I was just like, ‘Hi, I’m a liberal, but I have a high IQ. And I want kids, and I’m actually just really curious to talk to you.’ ” The two are now engaged.

    Laurenson told me she’d had a gradual awakening that accelerated during the upheavals of the early pandemic and the protests of the summer of 2020. “I started really getting drawn to NRx ideas,” she said, using a common online abbreviation for the neo-reactionary fringe, “because I was tracking the riots,” by which she meant the violence that erupted amid some of the Black Lives Matter protests.

    “I have a background in social justice,” she said. But she was “horrified” by “how the mainstream media covered the riots.… It was just such a violation of all of my values.”

    She’d had a strange realization after she and Yarvin started dating, discovering that some of her friends had been reading him for years. “I found out that all these people had been reading NRx stuff just like me. They just never told anyone about it,” she said. “It has been very striking to me,” she said, “how cool this world is becoming.”

    Yarvin had given people a way to articulate a notion that somehow felt subversive to say out loud in America—that history was headed in the wrong direction. “Somebody said something earlier that captured it for me,” Laurenson said, just before they had to leave to go to a slightly hush-hush private dinner with Vance and a few others. “They said, ‘You can be here and know you’re not alone.’ ”

    People at the conference seemed excited about being in a place where they weren’t alone. I skipped most of the talks—which ranged from sessions about confronting the threat of China to the liberal influence on pop culture to “Worker Power.” Hawley gave a keynote on the “assault on the masculine virtues,” and Cruz offered up a traditional stump speech, evoking Reagan and saying he thought conservatives would soon prevail at the ballot box. “I’m pretty sure a lot of the 20-somethings rolled their eyes at that,” Yarvin said to me afterward with a smirk. The 20-somethings had a bigger vision.

    Up by the bar every night, hordes of young men, mostly, would descend to drink and bear-hug and spot favorite podcasters and writers. You could see Dave Rubin, and Jack Murphy, who hosts a popular New Right–ish YouTube channel and is trying to build a fraternal group of men who believe in “positive masculinity” that he calls the Liminal Order. Pretty much everyone had the same trimmed beard and haircut—sides buzzed short, the top longer and combed with a bit of gel to one side.

    I didn’t see a single Black person under the age of 50, though there were attendees of South Asian and Middle Eastern descent. In March, the journalist Jeff Sharlet (a Vanity Fair contributing editor who covers the American right) tweeted that the “intellectual New Right is a white supremacist project designed to cultivate non-white support,” and he linked it to resurgent nationalist and authoritarian politics around the world: “It’s part of a global fascist movement not limited to the anti-blackness of the U.S. & Europe.” Yet many on the New Right seem increasingly unfazed by accusations that they’re white nationalists or racists. Masters in particular seems willing to goad commentators, believing that the ensuing arguments will redound to his political advantage: “Good luck [hitting] me with that,” Masters told the podcaster Alex Kaschuta recently, arguing that accusations of racism had become a political bludgeon used to keep conservative ideas outside the political mainstream. “Good luck criticizing me for saying critical race theory is anti-white.” But for all the chatter of looming dystopia, no one I spoke to raised one of the most dystopian aspects of American life: our vast apparatus of prisons and policing. Most people seemed more caught up in fighting what they perceived as the cant and groupthink among other members of the political media class, or the hypocrisy of rich white liberals who put up Black Lives Matter signs in front of multimillion-dollar homes, than they were with the raw experience that has given shape to America’s current racial politics.

    Milius was a sardonic and constant presence, easy to find smoking as Yarvin stood and talked at warp speed in his unmistakable voice. She was by far the most strikingly dressed person there, favoring Gucci and Ralph Lauren and lots of gold jewelry and big sunglasses. She is the daughter of the conservative director John Milius, who cowrote Apocalypse Now and directed Red Dawn. She grew up in Los Angeles, and it turned out that we’d both gone to the same tiny liberal arts college in Manhattan, so, like pretty much all the people there, she was used to living in social spaces where conservative views were considered strange if not downright evil. She thought something had radically changed since 2015, after she went to film school at USC and started working in Hollywood, before she suddenly dropped everything to work for Trump’s campaign in Nevada, eventually landing a job in his State Department.

    “What this is,” she said, “is a new thought movement. So it’s very hard to put your finger on and articulate what it is outside of Trumpism. Because it really is separate from the man himself, it has nothing to do with that.”

    She argued that the New Right, or whatever you wanted to call it, was, paradoxically, much less authoritarian than the ideology that now presented itself as mainstream. “I get the feeling, and I could be wrong,” she said, “that the right actually at this point is like almost in this live-and-let-live place where the left used to be at.” What she meant specifically: “The idea that you can’t raise your kids in a traditional, somewhat religious household without having them educated at school that their parents are Nazis.” This apparent laissez-faire obscures somewhat the intense focus that some people in this world have on trans issues—or what they might say is the media’s intense focus on trans issues, one of a suite of “mimetic viruses,” as Kaschuta, the podcaster, put it, that spread a highly individualistic liberal culture that is destructive to traditional ways of life. But the laissez-faire has helped win unlikely converts. Milius brought up Red Scare, a podcast that has become the premier example of this attraction—she’d actually cast one of the hosts, Dasha Nekrasova, in the film she made as her senior thesis in directing school at USC.

    The Red Scare hosts both started out as diffident socialists, back when it was still possible to think that socialism represented an edgy political stance, in the little interlocking spheres of America’s media and political set. One of them, Nekrasova, actually became known in media circles for a clip that went megaviral in 2018, when she cut dead a reporter for Alex Jones’s Infowars trying to ambush Bernie Sanders supporters at a festival in Austin. “I just want people to have health care, honey,” she deadpanned. “You people have, like, worms in your brains. Honestly.”

    Fast-forward to November 2021, and Nekrasova and her cohost Anna Khachiyan were posting photos of themselves with Jones’s arms wrapped around them under an evening Texas sun. Nekrasova now has a role on HBO’s Succession, playing a P.R. rep working with Kendall Roy; the show itself set “right-wing Twitter”—a sphere heavily populated by 20-somethings who work in tech or politics and seem to disproportionately live in D.C. and Miami—alight with delight when an episode in the latest season included a litany of key New Right phrases such as “integralist” and “Medicare for all, abortions for none.”

    The Red Scare hosts are only the best-known representatives of a fashionable dissident-y subculture, centered in but not exclusive to downtown Manhattan. “Everyone dresses like a duck hunter now,” a bewildered friend of mine texted recently. People use the derisive term “bugman” to describe liberal men who lack tangible life skills like fixing trucks or growing food—guys who could end up spending their lives behind the bug-eyed screen of a V.R. headset. Women wear clothes from Brandy Melville, which you can hear described ironically as fashionwear for girls with “fascist leanings,” and which named one of its lines after John Galt, the hero of Ayn Rand’s Atlas Shrugged. People are converting to Catholicism. “It’s a good thing I have a girlfriend,” my friend texted. “Because casual sex is out.”

    Yarvin has mused that the liberal regime will begin to fall when the “cool kids” start to abandon its values and worldview. There are signs that this may be happening, though not all the so-called cool kids involved in this vibe shift would want to be colored as the vanguard in a world historical rebellion against the global order.

    “I’m not, like, into politics,” the writer Honor Levy, a Catholic convert and Bennington grad, told me when I called her. “I just want to have a family someday.”

    Levy, who was a leftist recently enough that she cried when it became clear that Bernie Sanders wouldn’t be the Democratic presidential nominee, is friendly with Yarvin and has had him on the podcast she cohosts, Wet Brain—“Yeah, the Cathedral and blah blah,” she said when we got to talking about political media. But she said she’d never even heard of J.D. Vance or Blake Masters.

    Levy is an It girl in a downtown Manhattan scene—The New Yorker has published her fiction; she is named in a New York Times story that tries to describe that scene—where right-wing politics have become an aesthetic pose that mingles strangely with an earnest search for moral grounding. “Until like a year and a half ago I didn’t believe good and evil existed,” she told me, later adding: “But I’m not in a state of grace, I shouldn’t be talking.” I asked if she would take money from Thiel and she cheerily said, “Of course!” She also described her cohort as a bunch of “libertines,” and on her podcast you can get a window into a world of people who enjoy a mind-bendingly ironic thrill by tut-tutting each other for missing church or having premarital sex. “Most of the girls downtown are normal, but they’ll wear a Trump hat as an accessory,” she said. The ones deep into the online scene, she said, “want to be like Leni Riefenstahl–Edie Sedgwick.”

    Like Levy, Milius is in the funny position of being at the intersection of many of these crosscurrents, having worked in mainstream politics but appearing on so-called dissident podcasts and being on the periphery of a cultural scene where right-wing politics have taken on a sheen approximating cool.

    She said she was too “black-pilled”—a very online term used to describe people who think that our world is so messed up that nothing can save it now—to think much about what it would look like for her side to win. “I could fucking trip over the curb,” Milius said, “and that’s going to be considered white supremacism. Like, there’s nothing you can do. What the fuck isn’t white supremacism?”

    “They’re going to come for everything,” she said. “And I think it’s sinister—not that I think that people who want to pay attention to race issues are sinister. But I think that the globalization movement is using these divisive arguments in order to make people think that it’s a good thing.”

    This is the Cathedral at work.

    A few weeks after NatCon, I drove from California to Tucson to meet Masters, a very tall, very thin, very fit 35-year-old. I wanted to see how all this might translate into an actual election campaign, and I’d been watching a lot of Fox News, including Yarvin’s streaming interview with Carlson in which he gave a swirling depiction of how the Cathedral produced its groupthink. “Why do Yale and Harvard always agree on everything?” he asked. “These organizations are essentially branches of the same thing,” he told a mesmerized Carlson. “You’re like, ‘Where are the wires?’ ” He sketched his vision of (as he calls it) a “constitutional” regime change that would take power back from this oligarchy—so diffuse most people hardly knew it was there. “That’s what makes it so hard to kill,” he said.

    At a coffee shop near the house he’d bought when he moved back home to Tucson from the Bay Area, Masters and I went through the tenets of his nationalist platform: on-shoring industrial production, slashing legal immigration, regulating big tech companies, and eventually restructuring the economy so that one salary would be enough to raise a family on. I mentioned Yarvin and his line of arguing that America’s system had become so sclerotic that it was hopeless to imagine making big systemic changes like these. “In a system where state capacity is very low…” I started the question.

    “Alas,” he said, with a twinkle in his eye.

    “Do we need a crisis to get there?” I asked him.

    “Maybe, maybe, maybe,” he said. It wasn’t where his immediate thinking was. “I’ll have the proverbial machete,” he said. “But yeah, it may take some kind of crisis to get us there.”

    He paused. “But we’re already sort of in one, right?”

    Masters often says he’s not as black-pilled and pessimistic as some in the New Right spheres. He seems, unlike many New Righters, to still earnestly believe in the power of electoral politics. But he does think that the culturally liberal and free-market ideology that has guided America’s politics in recent years is a hopeless dead end. “A country is not just an economy,” Masters told the dissident-right outlet IM—1776 recently. “You also need a conception of yourself as a nation, as a people, and as a culture. And that’s what America is increasingly lacking today.”

    “It’s true that I’m incredibly hopeful,” he said to me. “I think it’s really bleak, I think the default is continued stagnation, and maybe you get the crisis in 5 years or maybe it’s 30 years from now.”

    He told me that he didn’t like to use terms like the Cathedral and used “the regime” less often than Vance, although I later noticed that he used this latter phrase frequently with interviewers on the dissident right.

    “ ‘The regime’ sounds really sexy, right?” he said to me. “It’s a tangible enemy—if you could just grapple with it in the right way, you can topple it. And I think it’s actually just a lot less sexy and a lot more bureaucratic,” he said. “But I’ve read that stuff, and I see what it means.”

    I asked him about the term Thielbucks, and how true it was that the Thiel Foundation was funding a network of New Right podcasters and cool-kid cultural figures as a sort of cultural vanguard.

    “It depends if it’s just dissident-right think-tank stuff,” he told me, “or if anyone actually does anything.”

    “I don’t know how that became a meme,” he said about Thielbucks. “I think I would know if those kids were getting money.”

    “We fund some stuff,” he told me. “But we’re not funding an army of meme posters.” He told me that he and Thiel had met with Khachiyan, one of the cohosts of Red Scare. “Which was cool,” he said. “Their podcast is interesting.”

    I asked if there was a world in which they might get funding from Thiel. “Maybe, yeah,” he said. “We fund some weird stuff with the Thiel Foundation.”

    We drove together to a campaign event, talking about everything from how technology is reshaping our brains to environmental policy, both of us circling from different political directions to an apocalyptic place. “I do think we’re at a moment of crossroads,” he said. “And if we play it wrong, it’s the Dark Ages.” Masters has publicly said he thinks “everybody should read” the Unabomber’s anti-tech manifesto, “Industrial Society and Its Future,” which may sound strange for a young tech executive running to serve in the United States Senate. But to Masters, Kaczynski’s critique was a useful analysis of how technology shapes our world and how “degrading and debasing” it could be to human lives.

    I asked whether he thought the core of his project was a fight against a consumerist techno-dystopia that many on the left have also come to fear. He said yes. I asked why, if this was the case, it almost never came across in his mainstream media appearances. “That’s interesting feedback,” he said. “That it’s not coming through.”

    “I go on, and it’s the tail end of the B block, and I’ve got two minutes to talk about Kyle Rittenhouse,” he’d said earlier, talking about his spots on Fox News. “And it’s like, ‘Well, the left is insane, and this kid shouldn’t have been on trial, and they’re punishing him for being a white guy who defended himself with an AR-15.’ ” Conservative media seems to thrive on culture-war touch points as much as all the rest of it. “I feel like I’m willing to go there,” he said. “But you can’t do that on Laura Ingraham sound bites.”

    He was a little less rosy about the future with some interviewers than he was with me. “We need someone with their hand on the tiller who understands where we’ve been and where we need to go,” he told the podcaster Alex Kaschuta recently. “Otherwise we will get just totally owned by the progressive left. And the progressive left just remains the enemy. It’s the enemy of true progress. It’s the enemy of everything that is good.”

    I asked if he could give me a vision of what he thought victory for his side would look like.

    “It’s just families and meaningful work,” he said, “so that you can raise your kids and worship and pursue your hobbies and figure out what the meaning of it all is.” Pretty much anyone could agree with this. And pretty much anyone could wonder how it is that this sort of thing has come to seem radical, or distant from the lives of many people growing into adulthood today. “It just feels so networked,” he said. “It’s so in-the-matrix.”

    We drove a long way into the desert before we arrived at the campaign meet-and-greet, which was being hosted by a former CIA official in a comfortable retirement community. The crowd of a few dozen was mostly sweater-wearing retirees, immersed in a media culture in which the people who repeated the most incendiary and Trumpist talking points tended to gain attention and political support. This kind of groupthink was not just a phenomenon of the liberal media, and this fact has hampered the campaigns of both Masters and Vance, who are often seen as Trump-aligned culture warriors, and who have had a lot of trouble working their more complicated policy ideas into our fervid political conversation. He talked through his proposal to regulate tech companies as common carriers, like America once regulated phone companies. The crowd seemed interested but hardly electrified. When he took questions at the end, they were mostly the usual ones about the supposedly stolen 2020 election—a view that Masters did not push back on—the border wall, vaccine mandates. One man raised his hand to ask how Masters planned to drain the swamp. He gave me a sly look. “Well, one of my friends has this acronym he calls RAGE,” he said. “Retire All Government Employees.” The crowd liked the sound of this and erupted in a cheer.

    On the last afternoon of NatCon, a few hours before he was set to give the keynote address, Vance showed up. He spotted me drinking a beer at the bar and came over to say hello. “I still have no idea what I’m going to say,” he said, though he didn’t seem worried.

    I wandered down to the ballroom to wait and ended up sitting with the U.S. correspondent for the German newsmagazine Der Spiegel. I knew that some of the reporters there might have been under the impression that this was all mostly just tweedy MAGA pageantry. He had a more complex view, having just spoken to Yarvin, and asked me to explain his philosophy. I found myself at a loss. I said that there were these things called the regime and the Cathedral and that Yarvin was “sort of a monarchist.”

    “A monarchist?”he asked. He seemed taken aback to learn that what this hero figure of the New Right dreamed of was a king.

    Vance showed up, wearing a suit and bright red tie, looking relaxed for a person who was about to give a speech to hundreds of people who viewed him as possibly a last great hope in saving the American nation from global corporatist subjugation. He’d shot up in the polls and at that moment was second in his primary, helped by regular invitations from Carlson.

    I asked how he was feeling about the speech. He looked impish. “I think I’ve got a good topic,” he said. “I’m going to talk about college.”

    What he meant was that he was about to give a genuinely thunderous speech, titled “The Universities Are the Enemy.” People immediately pointed out that it was a variation on something that Richard Nixon said to Henry Kissinger on White House tapes back in 1972. Vance denounced elite colleges as enemies of the American people; he has long proposed cutting off their federal funding and seizing their endowments. The speech was later linked in alarmed op-eds to “anti-intellectual” movements that had attacked institutions of learning. But that doesn’t quite reckon with what an apocalyptic message he was offering. Because Vance and this New Right cohort, who are mostly so, so highly educated and well-read that their big problem often seems to be that they’re just too nerdy to be an effective force in mass politics, are not anti-intellectual. Vance is an intellectual himself, even if he’s not currently playing one on TV. But he thinks that our universities are full of people who have a structural, self-serving, and financial interest in coloring American culture as racist and evil. And he is ready to go to extraordinary lengths to fight them.

    Yarvin and Laurenson bounded out of the crowd as the cheers were still ringing. They were giggling, seeming to have had some wine. “Nixon—Nixon!”Laurenson said, still laughing. I couldn’t tell if she was delighted or horrified.

    A couple of hours later I found Vance standing up by the bar, surrounded by a circle of young and identical-looking fanboys. I went over. He asked what I’d thought of the speech, and he suggested we find somewhere to talk.

    He asked me to turn my recorder off so we could speak candidly. I agreed, with regret, because the conversation revealed someone who I think will be hugely influential in our politics in the coming years, even if he loses his Senate primary, as both of us thought was possible.

    It also revealed someone who is in a dark place, with a view that we are at an ominous turning point in America’s history. He didn’t want to describe this to me on the record. But I can show it anyway, because he already says it publicly, and you can hear it too.

    That night, I went up to my hotel room and listened to a podcast interview Vance had conducted with Jack Murphy, the big, bearded head of the Liminal Order men’s group. Murphy asked how it was that Vance proposed to rip out America’s leadership class.

    Vance described two possibilities that many on the New Right imagine—that our system will either fall apart naturally, or that a great leader will assume semi-dictatorial powers.

    “So there’s this guy Curtis Yarvin, who has written about some of these things,” Vance said. Murphy chortled knowingly. “So one [option] is to basically accept that this entire thing is going to fall in on itself,” Vance went on. “And so the task of conservatives right now is to preserve as much as can be preserved,” waiting for the “inevitable collapse” of the current order.

    He said he thought this was pessimistic. “I tend to think that we should seize the institutions of the left,” he said. “And turn them against the left. We need like a de-Baathification program, a de-woke-ification program.”

    “I think Trump is going to run again in 2024,” he said. “I think that what Trump should do, if I was giving him one piece of advice: Fire every single midlevel bureaucrat, every civil servant in the administrative state, replace them with our people.”

    “And when the courts stop you,” he went on, “stand before the country, and say—” he quoted Andrew Jackson, giving a challenge to the entire constitutional order—“the chief justice has made his ruling. Now let him enforce it.”

    This is a description, essentially, of a coup.

    “We are in a late republican period,” Vance said later, evoking the common New Right view of America as Rome awaiting its Caesar. “If we’re going to push back against it, we’re going to have to get pretty wild, and pretty far out there, and go in directions that a lot of conservatives right now are uncomfortable with.”

    “Indeed,” Murphy said. “Among some of my circle, the phrase ‘extra-constitutional’ has come up quite a bit.”

    I’d asked Vance to tell me, on the record, what he’d like liberal Americans who thought that what he was proposing was a fascist takeover of America to understand.

    He spoke earnestly. “I think the cultural world you operate in is incredibly biased,” he said—against his movement and “the leaders of it, like me in particular.” He encouraged me to resist this tendency, which he thought was the product of a media machine leading us toward a soulless dystopia that none of us want to live in. “That impulse,” he said, “is fundamentally in service of something that is far worse than anything, in your wildest nightmares, than what you see here.”

    He gave me an imploring look, as though to suggest that he was more on the side of the kind of people who read Vanity Fair than most of you realize.

    If what he was doing worked, he said, “it will mean that my son grows up in a world where his masculinity—his support of his family and his community, his love of his community—is more important than whether it works for fucking McKinsey.”

    At that, we called it, and the crowd of young men who wanted to talk to him immediately descended on the couches. People kept bringing drinks, and there was a lot of shit talk, and it went on late. I remember thinking at one point how strange it was that in our mid-30s Vance and I were significantly older than almost everyone there, all of whom thought they were organizing a struggle to change the course of human history, and all of whom were now going to get sloppy drunk.

    The next morning, wrecked, I put on sweatpants and a hoodie and tried to smuggle myself out of the hotel without having to talk to anyone. I gave my chit to the valet and looked around to find Vance and Yarvin standing there waiting for cars. “How do you guys feel?” Yarvin asked. Vance was wearing a hoodie too and looked like I felt. “I feel horrible,” he said. “Not good.”

    Yarvin asked what I’d thought of everything. I said it would take a long time for me to figure that out. We all shook hands, and they waved as I got into my car and we all resumed our usual battle stations in the American info-wars.

    The Plot Against the President
    https://www.imdb.com/title/tt12734800

    Amanda Milius is the director and writer of a documentary film that explores the political scandal of the 2020 U.S. presidential election. The film features interviews with former officials, journalists, and commentators who discuss the deep state conspiracy theory and the role of the media.
    Featured in Tucker Carlson Tonight: Episode dated 30 October 2020 (2020)

    Compact
    https://www.compactmag.com/masthead

    Compact, an online magazine founded in 2022, seeks a new political center devoted to the common good. Believing that political forces, not economic ones, should determine our common life, we draw on the social-democratic tradition to argue for an order marked by authentic freedom, social stability, and shared prosperity. Though we have definite opinions, we proudly publish writers with whom we disagree.

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Compact_(American_magazine)

    According to Danny Postel, writing in New Lines Magazine, its approach is a “’synthesis’ of communitarian conservatism and social democracy”." According to Matt McManus, writing in Jacobin, it is “an ideologically syncretic outlet in the spirit of Christopher Lasch”. McManus further wrote that “Compact’s ambition is to argue for a strong social democratic state that also resists libertine ideologies and upholds local, national, familial, and religious communities.” Stephanie Slade, writing in Reason, describes it as the new home of post-liberalism, whose editors espouse “intense religious conservatism [with] a whiff of socialism”. Slade wrote: “By bringing a ’labor populism’ with deep roots in the socialist tradition and a ’political Catholicism’ that questions the very separation of church and state under a single roof, Compact has built an intellectual meeting place not just for post-liberal conservatives but for anti-liberals of every stripe.”

    #USA #extrême_droite #nationalisme

  • Exclusif : Périclès, le projet secret de Pierre-Édouard Stérin pour installer le RN au pouvoir - L’Humanité
    https://www.humanite.fr/politique/bien-commun/exclusif-pericles-le-projet-secret-de-pierre-edouard-sterin-pour-installer-

    « 150 millions d’euros sur les dix prochaines années » pour promouvoir des « valeurs clés » de l’#extrême_droite, « servir et sauver la France » : le projet Périclès, dont l’Humanité publie les détails, fixe les ambitions du milliardaire Pierre-Édouard Stérin pour porter le RN au pouvoir.

    [...]

    Ce projet politique, rédigé comme un business plan de start-up, détaille un plan global et systémique en une série d’étapes savamment coordonnées, avec un rétroplanning, des « cibles » à approcher, des « talents » à recruter…

    #paywall #Pierre-Édouard_Stérin #RN

  • Harter Schlag gegen die rechtsextremistische Szene : Bundesinnenministerin Nancy Faeser verbietet das Magazin « COMPACT »
    https://www.bmi.bund.de/SharedDocs/pressemitteilungen/DE/2024/07/exekutive1.html

    La bande d’extrême droite autor de Jürgen Elsässer n’est pas sympathique du tout. Pourtant son interdiction accompagnée de perquisitions et saisies pose la question de la liberté d’expression. Rien n’est gagné. On a vu trop d’actions de l’état policier contre les libraires et éditeurs de gauche pour applaudir les défenseurs de la FDGO (freiheitlich-demokratischr Grundordnung). Pour le moment la classe au pouvoir en Allemagne estime pouvoir se passe de l’extrême droite. L’exemple francais montre qu’on y fait appel quand le besoin l’impose.

    16.7.2024 Pressemitteilung - Seit den frühen Morgenstunden laufen Durchsuchungen in Brandenburg, Hessen, Sachsen und Sachsen-Anhalt

    Bundesinnenministerin Nancy Faeser hat heute die rechtsextremistische „COMPACT-Magazin GmbH“ sowie die „CONSPECT FILM GmbH“ verboten. Auch Unternehmen können unter bestimmten Voraussetzungen durch Vereinsverbote verboten werden. Die Organisationen richten sich gegen die verfassungsmäßige Ordnung im Sinne von Artikel 9 des Grundgesetzes und § 3 des Vereinsgesetzes.

    Seit den frühen Morgenstunden durchsuchen Einsatzkräfte in den Ländern Brandenburg, Hessen, Sachsen und Sachsen-Anhalt die Liegenschaften dieser Organisationen und die Wohnungen von führenden Akteuren, der Geschäftsführung und wesentlichen Anteilseignern, um Vermögenswerte und weitere Beweismittel zu beschlagnahmen. Das heutige Verbot untersagt jede Fortführung der bisherigen Tätigkeiten. Verstöße dagegen sind Straftaten.

    Bundesinnenministerin Nancy Faeser: ""Ich habe heute das rechtsextremistische „COMPACT-Magazin“ verboten. Es ist ein zentrales Sprachrohr der rechtsextremistischen Szene. Dieses Magazin hetzt auf unsägliche Weise gegen Jüdinnen und Juden, gegen Menschen mit Migrationsgeschichte und gegen unsere parlamentarische Demokratie."

    „Unser Verbot ist ein harter Schlag gegen die rechtsextremistische Szene. Das Verbot zeigt, dass wir auch gegen die geistigen Brandstifter vorgehen, die ein Klima von Hass und Gewalt gegenüber Geflüchteten und Migranten schüren und unseren demokratischen Staat überwinden wollen. Unser Signal ist ganz klar: Wir lassen nicht zu, dass ethnisch definiert wird, wer zu Deutschland gehört und wer nicht. Unser Rechtsstaat schützt all diejenigen, die wegen ihres Glaubens, ihrer Herkunft, ihrer Hautfarbe oder auch wegen ihrer demokratischen Haltung angefeindet werden.“

    „Ich danke den Sicherheitsbehörden im Bund und in den beteiligten Ländern für die eng abgestimmten, konsequenten Maßnahmen. Besonders danke ich den Einsatzkräften, die seit den frühen Morgenstunden verschiedene Objekte durchsuchen.“"

    Die „COMPACT-Magazin GmbH“ wird von dem Rechtsextremisten Jürgen Elsässer geleitet. Die Hauptprodukte des multimedial ausgerichteten Unternehmens sind das monatlich erscheinende „COMPACT-Magazin“ mit einer Auflage von 40.000 Exemplaren und der Online-Videokanal „COMPACT-TV“. Daneben ist die „COMPACT-Magazin GmbH“ in zahlreichen sozialen Medien präsent und betreibt einen Online-Shop, über den neben eigenen Printerzeugnissen Bücher, Hörbücher, CDs und DVDs sowie Merchandise-Artikel wie Kleidungsstücke, Plakate, Aufkleber, Tassen und Medaillen vertrieben werden.

    In ihren reichweitenstarken Publikationen und Produkten verbreitet die „COMPACT-Magazin GmbH“ antisemitische, rassistische, minderheitenfeindliche, geschichtsrevisionistische und verschwörungstheoretische Inhalte. Sie agitiert gegen ein pluralistisches Gesellschaftssystem, das die Menschenwürde des Einzelnen achtet und die freie und gleichwertige Teilhabe aller Staatsbürgerinnen und Staatsbürger an der politischen Willensbildung vorsieht. In ihren Publikationen und Online-Auftritten propagiert die „COMPACT-Magazin GmbH“ ein völkisch-nationalistisches Gesellschaftskonzept, das nach ihrer Ansicht „ethnisch Fremde“ aus dem Staatsvolk ausschließen will. Die Menschenwürde derer wird missachtet, die nicht in dieses ethnische Konzept passen. Die „COMPACT-Magazin GmbH“ bedient sich dabei einer Widerstands- und Revolutionsrhetorik und nutzt gezielte Grenzüberschreitungen ebenso wie verzerrende und manipulative Darstellungen.

    Die von der „COMPACT-Magazin GmbH“ verbreiteten Inhalte zielen zudem darauf ab, Angehörige bestimmter ethnischer, insbesondere arabischstämmiger Bevölkerungsgruppen als Menschen zweiter Klasse herabzuwürdigen. Ihnen werden pauschal Negativeigenschaften wie Gewaltneigung und ein Hang zu Kriminalität zugeschrieben. Hierdurch soll ein gesellschaftliches und politisches Klima der Ausgrenzung dieser Bevölkerungsgruppen geschaffen werden.

    Die „COMPACT-Magazin GmbH“ verbreitet zudem antisemitische Inhalte. Dabei werden Verschwörungserzählungen etwa von einer omnipotenten jüdischen Finanzelite verbreitet, um Hass gegen Jüdinnen und Juden zu schüren.

    Es ist zu befürchten, dass Rezipienten der Medienprodukte durch die Publikationen, die auch offensiv den Sturz der politischen Ordnung propagieren, aufgewiegelt und zu Handlungen gegen die verfassungsmäßige Ordnung animiert werden.

    Die zentrale Rolle der „COMPACT-Magazin GmbH“ liegt in der Popularisierung und weitreichenden Verbreitung des rechtsextremistischen Gedankenguts der „Neuen Rechten“ über zahlreiche Publikationen und Veranstaltungen.

    Die „COMPACT-Magazin GmbH“ ist ein zentraler Akteur bei der Vernetzung der „Neuen Rechten“. So weist die Vereinigung enge Verbindungen zur rechtsextremistischen „Identitären Bewegung“ (IB) und zum rechtsextremistischen Parteienspektrum auf. Die enge Vernetzung zeigt sich unter anderem in der wechselseitigen Teilnahme an und Unterstützung von Veranstaltungen.

    Dem Vereinsverbot vorausgegangen sind intensive Vorbereitungen und Kooperationen zwischen Bund und Ländern.

    Razzia bei Rechtsextremisten : Innenministerium verbietet Elsässers Compact-Magazin
    https://www.tagesspiegel.de/berlin/razzia-bei-rechtsextremisten-innenministerium-verbietet-elsassers-compa

    16.7.2024 von Alexander Fröhlich - Polizeieinsatz im brandenburgischen Falkensee und an anderen Orten: Das Bundesinnenministerium verbietet das Medienunternehmen des Rechtsextremisten Jürgen Elsässer.

    Prorussische Propaganda, Multiextremismus und Revolution von rechts: Das Bundesinnenministerium hat am Dienstag das Medienunternehmen Compact des rechtsextremistischen Publizisten Jürgen Elsässer verboten. Polizisten rückten am Dienstagmorgen am Firmensitz im brandenburgischen Falkensee (Havel) an, um das Verbot durchzusetzen und Beweismittel sicherzustellen. Auch in anderen Orten in Brandenburg, Sachsen, Sachsen-Anhalt und Hessen durchsuchten Beamte Wohnungen und Büros.

    Das Magazin richte sich gegen die verfassungsmäßige Ordnung, heißt es in der Verbotsverfügung des Bundesinnenministeriums. Das Verbot untersage jede Fortführung der bisherigen Tätigkeiten, Verstöße dagegen sind Straftaten. Neben der Firmenzentrale und Elsässers Wohnung wurden auch Wohnungen von „führenden Akteuren“ und „wesentlichen Anteilseignern“ durchsucht, darunter sollen auch Finanziers im Hintergrund sein.

    Bei der Razzia soll neben Dokumenten und Datenträgern auch das Vermögen der Compact-Magazin GmbH beschlagnahmt werden. Die Beamten suchten nach Tagesspiegel-Informationen größere Summen Bargeld. Befürchtet wird, dass Elsässer das Geld sonst beiseiteschafft. Erst am Sonntag hatte Elsässer in einem Spendenaufruf verkündet, dass das Unternehmen nun wieder ein Konto bei einem Geldinstitut habe. Im Frühjahr hatte die Mittelbrandenburgische Sparkasse Compact das Konto gekündigt, Grund war eine Spendenkampagne für eine AfD-Wahlkampfbühne.

    Compact sei ein zentrales Sprachrohr der rechtsextremistischen Szene, sagte Bundesinnenministerin Nancy Faeser (SPD) am Dienstagmorgen. Das Magazin hetze auf unsägliche Weise gegen Juden, Menschen mit Migrationsgeschichte und die parlamentarische Demokratie. „Unser Verbot ist ein harter Schlag gegen die rechtsextremistische Szene. Das Verbot zeigt, dass wir auch gegen die geistigen Brandstifter vorgehen, die ein Klima von Hass und Gewalt gegenüber Geflüchteten und Migranten schüren und unseren demokratischen Staat überwinden wollen“, sagte die Innenministerin. „Unser Signal ist ganz klar: Wir lassen nicht zu, dass ethnisch definiert wird, wer zu Deutschland gehört und wer nicht.“

    Seit 2020 wurde Compact vom Bundesamt für Verfassungsschutz (BfV) und vom Verfassungsschutz Brandenburg als Verdachtsfall beobachtet. Seit Ende 2021 stufen beide Behörden das Unternehmen als erwiesen rechtsextremistische Bestrebung gegen die freiheitliche demokratische Grundordnung der Bundesrepublik. Im Februar verhängte der Marktführer im deutschen Bahnhofsgroßhandel einen Verkaufsstopp für das Magazin.

    Verfassungsschutz bescheinigt Elsässer „devote Moskau-Ausrichtung“

    Nach Angaben der Behörden stellt Compact die Legitimität des Grundgesetzes offen infrage. Hinzu kommen Fantasien, zusammen mit anderen Rechtsextremisten „zum Sturz des Regimes beizutragen“.

    Compact-Chef Elsässer gilt als zentrale Figur für die Vernetzung der Neuen Rechten und dem rechtsextremistischen Spektrum. Elsässer stehe für Rechtsextremismus, Antisemitismus und Reichsbürgerfantasien, sagt ein Verfassungsschützer. „Früher war Elsässer Linksextremist. Seine devote Moskau-Ausrichtung hat er über die Jahre und all seine extremistischen Schwenks hinweg immer beibehalten.“

    Der Brandenburger Verfassungsschutz warnte, dass Compact wegen seiner relativ großen Reichweite zu „gesellschaftlichen Verwerfungen und zur politischen Destabilisierung in Deutschland beitragen kann“. Zum Invasionskrieg Russland in der Ukrainer verbreite das Magazin „gezielt Desinformation“ und mache sich „teilweise die Propaganda der russischen Regierung zu eigen“. Zitiert wird Elsässer etwa mit den Worten: „Ich bin kein Putin-Versteher, sondern ich bin ein Putin-Unterstützer.“

    Elsässer gab sich stets selbstbewusst. Erst im April informierte die Compact-Magazin GmbH das Amtsgericht Potsdamer darüber, dass der ihr Eintrag im Handelsregister ergänzt werden müsse. Denn der Gesellschaftervertrag wurde geändert. Geschäftsführer Elsässer als Mehrheitsgesellschafter und der Verleger Kai Homilius haben beschlossen, dass der Zweck der Firma nicht mehr nur die Herausgabe des seit 2010 erscheinenden Compact-Magazins sei – mit einer monatlichen Auflage von 40.000 Exemplaren.

    Vielmehr gehe es der Firma auch um weitere „Publikationen und die Organisation von damit in Zusammenhang stehenden Veranstaltungen und Filmproduktionen“. Tatsächlich betreibt Elsässer auch einen YouTube-Kanal, wochentags strahle er das Online-TV-Format „Der Tag“ aus. Bei Telegram hat Compact mehr als 50.000 Abonnenten.

    Nach eigenen Angaben hat Compact inzwischen sogar ein „TV-Büro in Moskau“. Für „Compact-TV arbeiteten, so heißt es in dem am Sonntag veröffentlichten Spendenaufruf, inzwischen mehr Mitarbeiter als für die Print-Magazine.

    Laut Verfassungsschutz verbreitet Compact antisemitische, rassistische, geschichtsrevisionistische und verschwörungsideologische Inhalte. Zudem agitiere das Unternehmen gegen die parlamentarische Demokratie. Es instrumentalisiere verschwörungsideologische Erzählungen politisch, „um staatstragende Institutionen und das Konzept einer offenen, pluralistischen Gesellschaft zu diskreditieren“.

    So wird die demokratische Ordnung regelmäßig als „Diktatur“ und „Regime“ bezeichnet. Elsässer selbst sagte einst über seine Medienfirma: „Aufgabe der oppositionellen Medien ist es, zum Sturz des Regimes beizutragen, und dabei gehen wir Schulter an Schulter.“
    Elsässer wünschte sich „ein“ DDR – das „Deutsche Demokratische Reich“

    Tatsächlich gibt es weite Überschneidungen in der Neuen Rechte, dazu zu Martin Sellner, Kopf der rechtsextremistischen Identitären Bewegung in Österreich, aber vor allem auch zu AfD. Verschiedene Akteure aus dem rechtsextremistischen Spektrum bekommen durch Compact breite Wirkung. Seit einigen Jahren warnt der Verfassungsschutz deshalb vor einer Entgrenzung des Rechtsextremismus.

    Im vergangenen Jahr träumte Elsässer von einem „Deutschen Demokratischen Reich“ (DDR) in Ostdeutschland, abgespalten vom Westen der Bundesrepublik. Den AfD-Rechtsextremisten Björn Höcke wünschte er sich als „Reichskanzler“. Im Ukraine-Krieg steht Elsässer klar auf der Seite Russlands. Er forderte „gemischte deutsch-russische Bataillone“, die „an der Oder“ Deutschland „gegen die Polen verteidigen“ sollen.
    Im Buchshop gibt es „Die 88 besten Fleischgerichte aus dem Reich“

    In seinem Compact-Shop vertreibt Elsässer nicht nur seine Magazine, sondern auch Bücher, beispielsweise von Martin Sellner. Aber auch über „Pflanzliche Notnahrung – Survivalwissen für Extremsituation“, „Freie Waffen für den Eigenschutz“ oder „Die 88 besten Fleischgerichte aus dem Reich“. Die Zahl 88 ist ein Code für „Heil Hitler“. Auch für die frühe ideologische Schulung von Kindern ist etwas dabei: „Der kleine Fisch schwimmt gegen den Strom. Das andere Kinderbuch“. Es sei für „rebellische Menschen“.

    Elsässer bietet auch Münzen an. Für 74,95 Euro gibt es den „Höcke-Taler“ mit dem Konterfei des AfD-Politikers. Eine halbe Unze Silber ist das – nach aktuellem Kurs 28 Euro wert. Der Taler soll eine „bedeutenden Patrioten“ ehren, der bei der Landtagswahl in Thüringen die „politische Wende“ bringen könnte, das wäre ein „Durchbruch für Deutschland“.

    Aber, so fantasiert Compact, der Taler sei nicht nur ein „patriotisches Bekenntnis“, er könne auch stabile Kapitalanlage sein. „In Zeiten der Inflation und unseriöser Staatsfinanzen behält oder steigert das Edelmetall seinen Wert. Und wer weiß: Wenn der Euro kollabiert, könnte er zur Währung eines echten Freistaates werden.“

    Zu Ehren von US-Präsident Donald Trump hat Elsässer nach dem Attentat auf den Republikaner eine „Compact-Heldenmedaille“ prägen lassen. Andererseits gibt es auch die Silbermedaille „Druschba“ für die deutsche russische Freundschaft. USA und NATO wollten Deutsche Russen wieder aufeinander hetzen, heißt es in der Produktbeschreibung – „welch‘ ein Verbrechen“. Auf der Internetseite des Shops gibt es eigens die Rubrik: „Ami go home“.

    #Allemagne #extrême_droite #interdiction #état_policier #presse

  • Hymnes à Mussolini et « Sieg Heil » : à l’intérieur du mouvement de jeunesse du parti de #Giorgia_Meloni

    Une journaliste du site italien Fanpage s’est infiltrée au sein du mouvement de jeunesse de la première ministre Giorgia Meloni. Son enquête #vidéo montre le vrai visage de ces jeunes : derrière une façade respectable, la #Gioventù_nazionale célèbre le fascisme.

    Dans leurs chants, les militantes et militants se présentent comme « la migliore gioventù » (« la meilleure des jeunesses »). En public, Giorgia Meloni les qualifie de « ragazzi stupendi » (« jeunes magnifiques »). Fratelli d’Italia (Frères d’Italie) les définit tout simplement comme « l’âme et le moteur » nécessaires à la victoire du parti de la première ministre italienne. Cependant, derrière une façade respectable, la Gioventù nazionale (« Jeunesse nationale »), l’aile jeunesse de Fratelli d’Italia, célèbre le fascisme et scande « Duce » (Benito Mussolini, fondateur du fascisme) et « Sieg Heil », tout en regrettant l’époque du terrorisme néofasciste des années 1970.

    C’est ce que révèle une enquête vidéo réalisée par le site italien Fanpage, que Mediapart diffuse. On y voit de jeunes militants appartenant à Fratelli d’Italia, qui participent à des concerts d’extrême droite en effectuant le salut fasciste, ou en chantant des slogans fascistes comme « Boia chi molla » (« ceux qui abandonnent sont des traîtres »). Entre eux, ils se désignent comme des « légionnaires ». Ces actions, menées au vu et au su des chefs du mouvement, sont non seulement tolérées mais parfois même encouragées.

    Créée en 2014, la Gioventù nazionale compte aujourd’hui des milliers de membres et prétend être le mouvement de jeunesse le plus important parmi les partis italiens. Sur la scène d’#Atreju, le festival annuel organisé par Fratelli d’Italia, la première ministre Giorgia Meloni a remercié les jeunes militants de son parti : « C’est ce que tant de gens nous envient, que nous ayons des jeunes qui croient encore à la politique et au militantisme ! C’est rare ; c’est inestimable. »

    L’enquête de Fanpage révèle comment #Flaminia_Pace, la jeune leader émergente du mouvement de jeunesse, qui dans le passé a publiquement défendu le parti contre les accusations de fascisme, affirme en privé son souhait de voter « trois fois pour le Duce » aux élections européennes et insulte les minorités. La journaliste infiltrée de Backstair, l’unité d’investigation de Fanpage, rapporte que Pace a également révélé auprès de militants des liens familiaux avec des personnalités historiques du terrorisme néofasciste des années 1970, responsable de nombreux morts, notamment dans l’attentat de Bologne en 1980 (85 morts et plus de 200 blessés).

    La formation des militants est imprégnée d’idéologies extrémistes. Les adolescents et les jeunes étudiants universitaires qui rejoignent le mouvement sont plongés dans un environnement où il est accepté d’insulter les professeurs queers et de tenir des propos racistes.

    Comme le montre l’enquête vidéo, l’un des moments les plus significatifs pour les militants est le rite consistant à scander « présent » en commémoration de leurs camarades d’extrême droite tombés au combat. Lors de ces cérémonies, les jeunes militants font preuve de discipline militaire, et les responsables veillent attentivement à ce que des comportements compromettants, comme le salut romain, ne soient pas filmés.

    Les partis d’opposition dénoncent le « silence incompréhensible » de Giorgia Meloni

    Les caméras de Fanpage ont vu l’eurodéputé #Nicola_Procaccini, coprésident du groupe de l’#ECR, celui des conservateurs radicaux dans la précédente législature, les députés #Marco_Perissa et #Paolo_Trancassini effectuer des gestes typiquement fascistes, comme le fait de se saluer en se tenant les avant-bras. L’enquête révèle également la participation des jeunes militants à des événements secrets, comme des concerts de musique d’extrême droite au siège même de Fratelli d’Italia où, loin de la presse, les jeunes militants de Giorgia Meloni se déchaînent, se livrant à des saluts romains et à des chants fascistes.

    L’enquête a provoqué des réactions. Les partis italiens d’opposition, le Parti démocrate (PD), le Mouvement cinq étoiles (M5S) et l’Alliance des Verts et de la gauche, ont réclamé une enquête et dénoncé le « silence incompréhensible » de Giorgia Meloni. La présidente du groupe SD (Socialistes et démocrates), Iratxe García Pérez, a jugé sur le réseau social X qu’« il n’y a pas de normalisation possible de l’extrême droite en Europe ». « Ces images choc nous rappellent le passé impardonnable de ceux qui vantent encore le fascisme, le racisme, l’intolérance », a-t-elle ajouté. « J’étais trop près de quelqu’un. L’un de nous s’est saisi de mon biceps, il s’est saisi de mon coude », s’est défendu Procaccini.

    Nous avons interrogé la journaliste qui s’est infiltrée, Selena Frasson.

    Mediapart : Qu’est-ce qui vous a décidée à entreprendre cette enquête ?

    Selena Frasson : La Gioventù nazionale est le mouvement de jeunesse le plus important d’Italie et elle jouit d’une excellente représentation dans la presse. Il suffit de penser qu’en janvier dernier, l’un des principaux journaux télévisés nationaux de la télévision publique a consacré un reportage entier à l’une des manifestations organisées par le mouvement au cimetière de Verano, à Rome, la qualifiant d’apolitique alors qu’en réalité, seuls des membres de Gioventù nazionale l’avaient organisée et y avaient participé. Malgré ce récit, les liens entre certains représentants du mouvement et des mouvements d’extrême droite, comme Casaggì, à Florence, sont connus.

    À partir de ces éléments, Backstair, l’unité d’investigation de Fanpage pour laquelle je travaille et qui est spécialisée dans les enquêtes sous couverture, a voulu comprendre les connexions du mouvement à Rome, dans la capitale, où les relations avec les institutions et le parti sont plus solides. Dès le premier instant, il est apparu clairement que les mêmes militants qui montrent le visage le plus modéré devant les caméras ressentent un lien profond avec la sous-culture d’extrême droite, celle qu’ils ne peuvent pas rappeler en public mais dont ils ne cessent de se vanter en privé, au sein des sections et lors de rassemblements.

    Combien de temps avez-vous mis pour réaliser l’enquête ?

    Plusieurs mois. Dans ce type de travail, il n’y a pas que la phase opérationnelle qui demande du temps. Il y a d’abord une longue phase de planification et d’étude. Le point crucial du journalisme d’infiltration est la construction d’un profil fiable concernant l’environnement dans lequel on décide d’entrer ; nous devons acquérir la confiance des personnes avec lesquelles nous entrons en contact, et ce n’est qu’après avoir surmonté cet obstacle que nous commençons à découvrir quelque chose qui pourrait être très pertinent pour l’opinion publique, ce qui est toujours notre objectif.

    N’était-ce pas psychologiquement exigeant de mener une telle enquête ?

    Lorsque vous travaillez sous couverture, vous devez faire attention à tout ce qui vous entoure : vous devez observer ce qui se passe et être prêt à l’intercepter sans attirer l’attention pour ne pas éveiller les soupçons et protéger votre identité secrète.

    J’ai vécu les moments les plus difficiles au camp communautaire, par exemple, parce que l’endroit était très isolé, que le téléphone ne fonctionnait pas et que je ne pouvais pas entrer en contact avec mon équipe ; dans ces cas-là, la seule façon de se protéger et de protéger son travail est de rester extrêmement lucide. Ce type de travail implique différents niveaux d’implication émotionnelle et psychologique, et il devient compliqué de ne pas se laisser absorber ; il faut aussi savoir trouver des espaces pour reprendre contact avec sa réalité, et dans cette perspective, le travail d’équipe est essentiel.

    Quelles réactions avez-vous eues après la diffusion de votre enquête ? Craignez-vous des pressions ou des intimidations ?

    Nous ne nous attendions pas au silence et à l’absence totale de réponses de la part des institutions, à commencer par la première ministre, Giorgia Meloni, cheffe du parti qui a célébré avec enthousiasme son mouvement de jeunesse. En effet, vous ne pouvez ignorer aucun signal lorsque vous décidez de vous engager dans un travail comme celui-ci.

    Vous savez que vous prenez des risques, mais Backstair, en tant qu’unité d’investigation, et Fanpage, en tant que journal, mènent des enquêtes sous couverture depuis plusieurs années, et nous savons tous comment nous préparer à n’importe quel scénario. Je suis journaliste, et tout journaliste a le devoir de documenter les choses et de raconter ce qu’il voit. Même si ce que vous montrez met mal à l’aise le pouvoir en place, je n’ai fait que mon travail.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/270624/hymnes-mussolini-et-sieg-heil-l-interieur-du-mouvement-de-jeunesse-du-part

    #Fratelli_d'Italia #fascisme #néo-fascisme #Italie #jeunesse #TAR #Nazione_futura #Ferrante_de_Benedictis #Giovanni_Donzelli #Andrea_Piepoli #Piermarco_Silvestroni #Marco_Silvestroni #Casa_Italia #Arianna_Meloni #Colle_Oppio #Fabio_Rampelli #Patrizio_Silvestroni #musique #Aurora #Azione_giovani #Fabio_Roscani #Marco_Perissa #Paolo_Trancassini #Cabiria #extrême_droite

  • Les territoires et l’environnement au prisme du #Rassemblement_national : simplismes nationalistes
    https://metropolitiques.eu/Les-territoires-et-l-environnement-au-prisme-du-Rassemblement-nation

    Quel est le socle idéologique à partir duquel le Rassemblement national aborde les enjeux territoriaux et environnementaux ? Dans un court entretien, Cécile Alduy montre que les solutions qu’il propose ont pour principal ressort la mise en opposition des populations qui composent la diversité des territoires urbains et ruraux, la question migratoire étant obsessionnellement convoquée comme facteur explicatif. Entretien réalisé par Nadine Roudil. Comment le Rassemblement national parle-t-il de la #Entretiens

    / Rassemblement national, #Front_national, #territoire, #environnement, #discours, extrême (...)

    #extrême_droite
    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/met_alduy.pdf

  • Benoît Coquard : “la gauche doit aller dans les petites villes”
    https://www.frustrationmagazine.fr/entretien-benoit-coquard

    Dans son livre Ceux qui restent, paru en 2019, le sociologue Benoît Coquard sort des discours convenus sur la France “des territoires” (comme disent les politiques), “périphérique” (comme disent les éditocrates) ou “moche” (comme dit Télérama). Sans doute parce que c’est un milieu qu’il connaît et dont il vient, il ne tombe dans aucun des […]

    • (...) il faut à mon sens comprendre le #vote en lien avec la manière dont les gens se construisent dans les rapports sociaux. Quand t’es en milieu #populaire tu es marqué par le contrôle social : le fait d’être bien vu, d’avoir bonne réputation. Que ça soit dans un quartier populaire d’une petite ville ou dans un village, le contrôle social est permanent. Par conséquent tu sais l’importance, pour être “bien vu”, d’être conforme, d’être dans le moule. Non seulement autour de toi ça fait longtemps que ça parle #RN, mais en plus à l’échelon national ça vote massivement RN. Ça devient un peu le vote du bon sens et cela lui laisse encore une marge de progression chez les indécis entourés de gens qui font la promo du RN.

      (...) j’observe cette dynamique de se sentir encouragé par son environnement social, y compris les gens qui vous dominent socialement (localement ça va être un petit patron par exemple) et maintenant, à la #télévision, des gens en cravate qui expliquent que le RN c’est très bien… Alors il y a un ralliement à l’opinion #majoritaire, ou plutôt, l’opinion dominante.

      (...) ça peut être perturbant pour des surdiplômés, sur « conscientisés » notamment à gauche… mais il y a vraiment un effet de suivi qui prend racine dans des choses bien plus concrètes que l’opinion politique. Ce sont des choses que j’ai vu sur le temps long, dans le mode de vie en général : cette volonté de conformisme dans tous les aspects de ton quotidien, sur laquelle vient se greffer la #politisation.

      [...]

      Dans un très bon livre d’enquête, Simples militants, Raphaël Challier, montre comment certaines personnes qui touchent le RSA et qui sont stigmatisées comme des « cassos », sur-affirment leur vote pour le RN pour retourner le stigmate. Ce qu’il montre c’est que l’affirmation du vote RN permet de dire « on est du côté des gens biens », à côté de ceux qui sont contre l’assistanat, ceux qui veulent travailler…

      #travail #assistanat #extrême_droite #gauche

    • >> les gens qui amenaient les idées de gauche ne sont plus au contact de toute une partie de la population…

      Ou pire : ils exacerbent leurs différences, parfois malgré eux et en essayant de lutter contre ce phénomène là. Je prends l’exemple des tiers lieu en milieu rural : de nos jours, la petite bourgeoisie culturelle de gauche s’expose dans des tiers lieux. Occuper une ancienne usine pour en faire des ateliers d’artistes par exemple. C’est se démarquer symboliquement. Je pense aux néo-ruraux : il y a des campagnes de néo-ruraux qui sont gentrifiées depuis longtemps avec des niveaux de revenus comparables aux grandes villes (la Drôme, l’Ardèche etc.) mais aussi des endroits avec des néo-ruraux pionniers qui sont des galériens. Ils ont peu d’argent, sont en location, vivent en colocation etc. Mais par contre, Ils occupent l’espace public tout en ayant un style de vie qui est non conforme. Ce n’est pas un problème sur le principe : c’est bien que tout le monde ne soit pas pareil, c’est bien d’assumer ce qu’on est, etc. Mais qu’est-ce que cela produit ?

      Ça produit le sentiment que tu ne ressembles pas du tout aux gens qui incarnent la pensée de gauche. Je n’ai pas envie de m’étendre là dessus car je trouve ça désespérant… sur la façon dont la petite bourgeoisie culturelle, ou parfois même le pôle culturel précaire, parfois même plus précaire que les classes populaires installées, peut être perçue comme des extra-terrestres parfois. Je pense par exemple à une exposition organisée dans un village par des artistes, d’animaux empaillés, mais des animaux tués par des voitures puis empaillés… ça semblait délirant auprès des habitants. Et quand on commence à dire que pour organiser ça il y a eu de l’argent public, bon… Et puis ça crée des questions “qu’est-ce qu’ils font comme travail ces gens-là ?”.

      C’est du vécu, mais ça oublie un peu la cause première. “Désormais, la polarisation est beaucoup plus forte.” Pourquoi ? Ce n’est pas la faute aux cultureux et précaires qui viennent ouvrir un tiers-lieu : c’est la dévalorisation des instits, des postiers, etc., qui fait qu’il n’y a plus autant de profils de gauche "qui ressemblent" à la population dont on parle ici. Ceux qui restent ne sont plus perçus comme des modèles mais plutôt comme des losers (mal payés, déconsidérés, vilipendés depuis des décennies comme étant des flemmards). Et donc, plus le programme néolibéral avance, moins les propositions de gauche sont audibles. Les expos d’animaux empaillés ne sont qu’un prétexte pour focaliser la détestation.

    • Il y a clairement une (sale) petite musique qui se joue depuis quelques semaines avec ce discours des Ruffinistes (mais pas que) qui en gros en vient à reprocher aux gens de gauche des villes d’être responsables de la montée du RN. La seule « gauche » responsable de tout cela c’est celle de Hollande (dans laquelle il y avait Valls et Macron, excusez du peu).
      C’est vraiment dégueulasse d’aller montrer du doigt des marginaux, en fait c’est exactement ce que font les fachos.

  • #Législatives : #CNews incite ses téléspectateurs à ne pas accepter le résultat des #élections si le #RN ne l’emporte pas

    https://www.telerama.fr/television/legislatives-cnews-incite-ses-telespectateurs-a-ne-pas-accepter-le-resultat

    CNews incite ses téléspectateurs à ne pas accepter le résultat des élections si le RN ne l’emporte pas

    “MA VIE AU POSTE” – Tandis que les immigrés multiplient les agressions au couteau dans nos rues et nos campagnes, la “politicaillerie” des désistements va voler au peuple sa victoire électorale. Sur CNews, ça fait longtemps que le RN a gagné.

    Capture d’écran CNews

    Par #Samuel_Gontier

  • Comment les idées d’#extrême_droite se sont #banalisées dans le monde "intellectuel français

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/07/05/comment-les-idees-d-extreme-droite-se-sont-banalisees-dans-le-monde-intellec

    La #propagation continue des idéologies #ultraconservatrices et néoréactionnaires dans l’espace public depuis une vingtaine d’années explique pourquoi une partie des intellectuels médiatiques inclinent vers le Rassemblement national et renoncent désormais au front républicain.

    La période d’extrême tension politique accentue le sentiment de #confusion idéologique. Vendredi 28 juin, à deux jours du premier tour des élections #législatives, lors desquelles la France peut basculer à l’extrême droite pour la première fois depuis le régime de #Vichy (1940-1944), l’essayiste Alain Finkielkraut devait donner une conférence au Cercle de Flore, l’espace de rencontres de l’Action française, à Paris.

    « Faut-il être moderne ? », devait se demander l’écrivain « mécontemporain » devant un parterre de royalistes. Se représenter l’auteur du Juif imaginaire (Seuil, 1980) et de L’Avenir d’une négation (Seuil, 1982) discourant devant un mouvement fondé par l’écrivain monarchiste Charles Maurras (1868-1952), antidreyfusard et antisémite notoire, a quelque chose de vertigineux, même si les inclinations antimodernes de l’Académicien sont bien connues. Celui dont les grands-parents et le père ont été déportés à Auschwitz, et dont la mère est une rescapée de la Shoah, devait donc dialoguer avec les héritiers du pamphlétaire du journal L’Action française (1908-1944). Charles Maurras disait du capitaine Dreyfus que « douze balles lui apprendr[aie]nt enfin l’art de ne plus trahir ». Le théoricien du « nationalisme intégral » qualifiait le socialiste Léon Blum (1872-1950), figure tutélaire du Front populaire, de « détritus humain », parlait de lui comme d’« un homme à fusiller, mais dans le dos », espérant dans les années 1940 qu’« avec Pétain nous sortions du tunnel de 1789 ».

    Devant le tollé, Alain Finkielkraut a annulé sa participation. « J’ai répondu à l’invitation d’anciens étudiants, mais aussi parce que des intellectuels très recommandables, comme les philosophes Marcel Gauchet, Pierre Manent et Olivier Rey s’y sont rendus avant moi », se défend-il. Et l’Action française « a rompu avec l’antisémitisme », fait observer M. Finkielkraut.

    « Levée générale des tabous »
    « Le juif n’est plus un ennemi pour l’extrême droite, confirme l’historien Laurent Joly, spécialiste de la France de Vichy. L’ennemi qui ronge le pays de l’intérieur pour ce courant, c’est le musulman. » Mais, précise l’auteur de Naissance de l’Action française (Grasset, 2015), le mouvement monarchiste reste profondément « révisionniste », au sens où « il considère que le maréchal Pétain fut un “bouclier” qui sauva des juifs français, au mépris de la vérité historique ».

    Alain Finkielkraut se défend de tout autre lien avec l’Action française comme de tout ralliement au parti de Marine Le Pen. « Le Rassemblement national [RN] n’est plus pétainiste, mais, entre l’Ukraine et la Russie, il a constamment choisi la Russie, et j’en tire toutes les conséquences », déclare-t-il. Toutefois, le rapprochement, et parfois même le basculement, d’une partie du monde intellectuel français vers les idées d’extrême droite est un long processus, qui s’est accéléré depuis une vingtaine d’années. Dans Le Rappel à l’ordre (Seuil, 2002), l’historien des idées Daniel Lindenberg (1940-2018) estimait que cette inflexion provenait de la « libido réactionnaire » et de la « levée générale des tabous » portées au tournant des années 1990-2000 par des intellectuels souvent venus de la gauche. Dans sa postface de 2016, il écrivait qu’elle s’était transformée en une véritable « révolution conservatrice ». Mais, dès 1981, l’écrivain Alain de Benoist, alors rédacteur en chef de Nouvelle école, qualifiait la « guerre culturelle » occidentaliste qu’il voulait mener de « gramscisme de droite ».

    Le concept, venu du fondateur du Parti communiste italien, Antonio Gramsci (1891-1937), désigne une hégémonie culturelle à conquérir sur le front non seulement politique mais aussi idéologique. Et celle-ci devait passer de gauche à droite. Issu d’une matrice néopaïenne, « le gramscisme de droite était trop ouvertement différentialiste et percutait trop frontalement la culture politique égalitaire française pour s’imposer », analyse le philosophe Serge Audier, auteur de La Pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle (La Découverte, 2008).

    Les intellectuels d’extrême droite ont pris le temps de comprendre pourquoi la gauche était culturellement dominante depuis Mai 68 et les mouvements d’émancipation des années 1970. Ils ont veillé à ne plus se cantonner aux officines confidentielles, même si la revue Eléments, organe de la « nouvelle droite », recevait sondeurs, éditorialistes et intellectuels mainstream, invités à dénoncer le « gauchisme culturel », la « cancel culture » et le « camp du Bien », à la manière des poncifs trumpistes relayés par le conformisme antiprogressiste ambiant. Non sans complicités journalistiques, ils se sont engouffrés dans les émissions de commentaires où s’est répandue leur idéologie réactionnaire. Et les médias du milliardaire défenseur de l’Occident chrétien Vincent Bolloré sont arrivés, accentuant un mouvement qui avait déjà commencé.

    « L’extrême droite ne gagne pas la bataille des idées, elle gagne la bataille des “écrans”, qu’ils soient télévisuels ou ceux des réseaux sociaux », d’autant que « le mode algorithmique privilégie la binarisation et la radicalisation », précise la philosophe Cynthia Fleury. « Comment voulez-vous que les gens qui pensent “s’informer” en regardant des chaînes focalisées sur le traitement des faits divers, des crimes, des catastrophes, etc., ne soient pas enclins à croire des partis dont le fonds de commerce consiste à les exploiter pour alimenter des discours sécuritaires qu’ils présentent comme des programmes politiques ? », se demande l’historien Gérard Noiriel. Cette « nouvelle logique communicationnelle », poursuit-il, conduit à « une manipulation des émotions au détriment de la raison et de la place accordée aux explications ». Pour la mouvance conservatrice, expliquer équivaut à vouloir excuser. Et les analyses venues des sciences sociales sont régulièrement affublées du terme disqualifiant d’« excusisme ».

    Propagandistes du déclin
    L’offensive médiatique a produit des effets. Certains journalistes sont devenus de véritables courroies de transmission, d’autres ont tout simplement rejoint le RN, comme Philippe Ballard, ancien animateur d’émissions de débats sur LCI, réélu député dans l’Oise. Des convergences idéologiques se sont opérées et une « extrême droite “de gauche” », comme le dit le philosophe Jacques Rancière dans Les Trente Inglorieuses (La Fabrique, 2022), s’est peu à peu installée. La bataille idéologique de l’extrême droite a en effet consisté à capter des grandes valeurs démocratiques et de gauche en les vidant de leur substance émancipatrice et universaliste. Ainsi, « la République est devenue synonyme de l’ordre et de l’autorité ; l’Etat social est devenu l’Etat national réservé aux autochtones ; la laïcité a été lestée d’un contenu “civilisationnel” antimusulmans. En somme, l’identitarisme réactionnaire s’est niché au cœur du socle qui fait le “commun” de la République », relève Serge Audier.

    « Toute une partie de la gauche a sous-estimé la constance de cette droite contre-révolutionnaire », insiste le politiste Laurent Jeanpierre, qui a notamment dirigé, avec Christophe Charle, La Vie intellectuelle en France. Tome 2 (Seuil, 2016). Par paresse ou dédain, nombre d’intellectuels progressistes n’ont pas été curieux du ressort idéologique de ces propagandistes du déclin. Des percées, comme celle de l’essayiste Hervé Juvin, devenu député européen du RN en 2019 après avoir publié cinq ouvrages aux éditions Gallimard, aurait pu pourtant avertir du glissement de terrain. L’historien des idées Daniel Lindenberg fut l’un des premiers à en repérer l’émergence, notamment chez des romanciers tel Michel Houellebecq.

    Jacques Rancière a montré comment l’ancienne critique du communisme s’est muée en une critique de l’individualisme démocratique (La Haine de la démocratie, La Fabrique, 2005) ; les historiens des idées François Cusset et Serge Audier ont montré les ressorts d’un vaste « contre-Mai 68 » ; dans Récidive (PUF, 2018), le philosophe Michaël Fœssel a réfléchi aux échos contemporains de l’année 1938 ; et, dans Le Venin dans la plume (La Découverte, 2019), Gérard Noiriel a établi les correspondances entre le pamphlétaire antisémite et raciste Edouard Drumont (1844-1917) et Eric Zemmour, qui « légitime une forme de délinquance de la pensée ». Mais l’alerte ne fut jamais vraiment prise très au sérieux. Et, peu à peu, tous les étages de la fusée se sont agencés : des journalistes, des écrivains, des humoristes, des sportifs ou des cuisiniers ont rejoint les partis de la réaction française.

    Oppositions binaires
    La droite extrême, par contre, a lu les auteurs de gauche. Président de l’institut de sondage PollingVox, directeur de la formation des cadres au RN et actuellement en campagne dans la première circonscription des Hautes-Alpes, Jérôme Sainte-Marie fut sans doute l’un des artisans les plus actifs de ce retournement. Le croisement des analyses critiques du « bloc bourgeois », notamment portées par les économistes néomarxistes Bruno Amable et Stefano Palombarini, avec celles de la fracture territoriale menées par le géographe Christophe Guilluy sur la « France périphérique » ont, selon Serge Audier – qui a consacré un article à ce sujet dans la revue Cités (n° 82, 2020) –, « permis à Jérôme Sainte-Marie et d’autres de disposer d’une grille de lecture “bloc contre bloc” ».

    Prisés par la presse dextriste, les oppositions binaires entre les élites des grandes villes – les « anywhere » (qui viennent de partout) – et le peuple périurbain et rural – les « somewhere » (« qui sont ancrés quelque part ») –, comme dit le journaliste britannique David Goodhart, ont « renforcé cette matrice idéologique ». D’un côté, un bloc qualifié d’élitaire, libéral, bobo et mondialiste ; de l’autre, un bloc populaire considéré comme périphérique, local et patriote national. Une vision de la France « d’autant plus puissante que le clivage entre ouverture et repli caractérisait aussi l’idéologie macroniste qui pensait ainsi disposer d’une rente électorale », poursuit Serge Audier. C’est ainsi que, sur le plan idéologique, le RN a su trouver sa colonne vertébrale. D’autant que, en ciblant au moins autant Jean-Luc Mélenchon que Marine Le Pen, toute une partie de l’intelligentsia a changé de diable.

    Mais le RN « ne ressemble plus à la vieille extrême droite », rétorque Alain Finkielkraut, intarissable contre cette gauche qui ne peut se passer de son meilleur ennemi et qui semble s’exclamer, affirme-t-il : « Le fascisme ne trépassera pas ! » Dans un entretien accordé en janvier 2022 à La Revue des deux mondes, l’historien Marcel Gauchet est explicite : « Tout cela est mort et enterré ou ne subsiste plus qu’à l’état résiduel. » L’ancien rédacteur en chef de la revue Le Débat en est convaincu : « Est réputé d’extrême droite le discours politique hostile à une immigration hors de contrôle et aux effets du multiculturalisme. » Et de conclure : « L’étiquette d’extrême droite fonctionne en réalité comme le moyen de disqualifier un discours qui dérange par rattachement à un passé honni. »

    Le RN est d’extrême droite, réplique Laurent Joly, notamment à cause de « sa focalisation sur l’identité et les immigrés », son aspect clanique qu’il s’attache à gommer – « il est difficile d’y faire une grande carrière sans être membre ou proche de la famille Le Pen » –, mais aussi en raison des propos sur les prétendus « comptes cachés de l’Etat ». Il l’est également en raison du projet de Jordan Bardella visant à interdire certaines hautes fonctions à des binationaux, « qui fait écho à la toute première loi adoptée par le régime pétainiste, le 12 juillet 1940 ». Cela dit, poursuit Gérard Noiriel, dans les années 1930, l’extrême droite antidémocratique « ne cherchait pas à prendre le pouvoir par les urnes ». Le caractère inédit de la situation dans laquelle nous sommes, indique l’auteur de Préférence nationale (Gallimard, collection « Tracts » no 55, 64 pages, 3,90 euros), c’est que, « pour la première fois dans l’histoire de la France, il est possible que l’extrême droite accède au pouvoir d’Etat par la voie électorale ».

    « Trahison des clercs »
    Certains intellectuels ont longtemps considéré que la majorité présidentielle était une digue politique face au RN. « Emmanuel Macron n’est pas un rempart au RN, mais une passerelle, déclare au contraire l’historien des idées François Dosse. Il a contribué à banaliser ses idées. » Le biographe de Cornelius Castoriadis et de Pierre Vidal-Naquet a été le professeur du futur président à Sciences Po. C’est grâce à lui qu’Emmanuel Macron a rencontré le philosophe Paul Ricœur, dont il fut assistant éditorial. Dans un entretien accordé à Valeurs actuelles sur la question migratoire, le 31 octobre 2019, le président de la République désigna les représentants des associations de défense des migrants comme des « droits-de-l’hommistes la main sur le cœur ». Emmanuel Macron juge désormais le programme du Nouveau Front populaire « totalement immigrationniste », a-t-il déclaré lors des commémorations du 84e anniversaire de l’appel du 18 juin. Comme le fait remarquer François Dosse, « c’est le mot employé par Jean-Marie Le Pen et tous les idéologues de l’extrême droite consacrés par Le Figaro, d’Eric Zemmour à Ivan Rioufol ».

    C’est aussi le terme du sociologue Paul Yonnet dans Voyage au centre du malaise français, publié en 1993 aux éditions Gallimard dans la collection « Le Débat », puis réédité en 2022 à L’Artilleur. Immigrationnisme : ce néologisme désigne « une valorisation de l’immigration justifiant l’opposition à toute mesure de contrôle ou de restriction de ses flux », explique Marcel Gauchet dans sa préface. Dans cette perspective, déclare-t-il, « la vocation » de la France n’est autre, en fin de compte, que de « disparaître en tant que patrie singulière, au nom des droits universels de ceux qui demandent à la rejoindre ».

    Dans une tribune parue le 21 juin dans Libération, l’historien #Patrick_Boucheron, professeur au Collège de France, estime qu’« Emmanuel Macron est sorti de l’histoire ». Ou bien il y rentrera « pour y occuper la place la plus infâme qui soit en République, celle des dirigeants ayant trahi la confiance que le peuple leur a accordée en ouvrant la porte à l’extrême droite, d’abord en parlant comme elle ». Une partie de la Macronie n’a, en effet, pas cessé de manier le vocable de la rhétorique ultraconservatrice, à l’image de Frédérique Vidal, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, annonçant, le 14 février 2021, diligenter une enquête sur l’« islamo-gauchisme à l’université », ou bien du ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer, assurant dans un colloque à la Sorbonne, en janvier 2022, que le « wokisme » était un « virus » auquel il fallait trouver le « vaccin ». Des propos qui ont indigné de nombreux chercheurs, en particulier parce qu’il s’agit de termes utilisés en permanence par l’extrême droite, comme Marine Le Pen, qui déclare aujourd’hui que « le bloc islamo-gauchiste prône la disparition de l’ensemble de nos libertés » (Le Figaro, 16 juin), ou Eric Zemmour, expliquant à ses électeurs que « la propagande wokiste endoctrine [leurs] enfants à l’école ».

    Si le RN parvient au pouvoir, « un certain nombre d’intellectuels de droite, mais aussi de gauche, porteront une grave responsabilité », prévient Serge Audier, notamment en raison de « la guerre culturelle quotidienne pour acculer l’ensemble de la gauche et des écologistes dans un statut de minorité clivante, bobo, islamo-gauchiste, woke, etc. ». Le fait que « certains des intellectuels les plus médiatisés à droite – Alain Finkielkraut, Luc Ferry, Pascal Bruckner, Michel Onfray, etc. – ciblent prioritairement le NFP [Nouveau Front populaire], avec la caisse de résonance de puissants médias, est une nouvelle “trahison des clercs” qui risque de contribuer à l’effondrement démocratique en cours », dit-il.

    Sentiment de déclassement
    La gauche n’est pas non plus épargnée dans ses responsabilités. Historien de l’immigration, Gérard Noiriel trouve « symptomatique » que « le cri d’alarme » lancé il y a une vingtaine d’années par le philosophe américain Richard Rorty (1931-2007) ait été « complètement ignoré chez nous ». Celui-ci craignait que « le ressentiment qu’éprouvent les Américains peu instruits à l’idée de se voir dicter leurs manières par les diplômés universitaires » aboutisse à l’élection d’un « homme fort qui remettrait en cause les acquis dans la lutte contre les discriminations, le sexisme et le racisme », écrivait-il en 1998. Un texte « prémonitoire », rédigé une vingtaine d’années avant l’élection de Donald Trump. Les législatives n’étant qu’un préalable à l’élection présidentielle de 2027, « voilà ce qui nous guette aujourd’hui en France », prévient Gérard Noiriel.

    Une gauche représentée par des partis de diplômés se serait largement déconnectée de certaines réalités et prendrait cette révolte contre les élites de plein fouet. Elle s’est parfois « embourbée dans des débats pour trancher ce qui importait le plus entre la race, le genre ou la classe », analyse Laurent Jeanpierre. Le vote pour le RN témoigne de la rancœur de ceux « d’en bas » contre ceux « d’en haut » et comporte des « bases ressentimistes », estime Cynthia Fleury. La précarisation et le sentiment de déclassement des classes populaires sont des ferments puissants. « Bien entendu, les déserts médicaux, le manque de services publics jouent un rôle capital dans certains territoires, mais ils ne me paraissent pas suffire à expliquer l’importance cruciale de l’idéologie identitaire et xénophobe », poursuit Serge Audier. En résumé, une partie des Français ne votent pas à l’extrême droite simplement parce qu’ils sont éloignés d’un pôle de santé, mais aussi parce que certains d’entre eux sont animés par un puissant rejet de l’étranger.

    L’un des points d’orgue de la confusion précipitée par la dissolution de l’Assemblée, c’est celui d’une partie des intellectuels français juifs prêts à voter pour le RN. Le retournement le plus saisissant est sans doute celui de Serge Klarsfeld. L’avocat et président des Fils et filles de déportés juifs de France a expliqué que, entre le NFP et le RN, il donnerait sa voix au second qui, dit-il, a fait sa « mue », « soutient Israël » et serait devenu « pro-juif ». Le couple Klarsfeld a même reçu, dans son appartement, le 19 février 2024, la présidente du RN, fille de Jean-Marie Le Pen, l’ancien leader du Front national qui expliquait en 1987 que les chambres à gaz étaient « un point de détail » de l’histoire de la seconde guerre mondiale.

    Signifiants chargés et puissants
    « Ça fout un coup », remarque l’écrivain #Régis_Debray. Il faut dire que ce « gaulliste d’extrême gauche », tel qu’il se définit lui-même en riant, connaît bien le célèbre chasseur de nazis. Compagnon de route du Che, Régis Debray a même préparé avec Serge Klarsfeld, depuis le Chili d’Allende, en 1972, l’enlèvement de Klaus Barbie, criminel nazi qui fit torturer Jean Moulin et ordonna la déportation de milliers de juifs, dont 44 enfants d’Izieu (Ain). L’opération a échoué, même si Barbie sera finalement extradé onze ans plus tard. Mais une amitié s’était nouée. Depuis L’Exil à domicile (Gallimard, 2022), Régis Debray se tient le plus souvent à l’écart de la mêlée. Sollicité par Le Monde afin d’analyser le chavirement politique historique en cours, l’ancien chargé de mission pour les relations internationales auprès de François Mitterrand, entre 1981 et 1985, ne cache pas son « trouble » devant « le passage de gauche à droite de nombre d’intellectuels juifs ».

    Justifiant son choix, Serge #Klarsfeld dit aujourd’hui que le RN est devenu « philosémite » et que « les musulmans ne manifestent pas leur attachement à la France ». Pourtant, remarque Régis Debray, « depuis l’affaire Dreyfus, les juifs sont ancrés à gauche. Et une partie de mes amis, que je considérais comme partisans de l’universel, semblent s’être repliés, face aux attaques, sur leur particularisme ». Si la recrudescence de l’antisémitisme est indéniable depuis l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre 2023 en Israël, « elle doit nous alerter mais pas nous faire oublier le massacre en cours à Gaza appuyé par l’extrême droite israélienne », explique Régis Debray.

    Alain #Finkielkraut considère Benyamin Nétanyahou comme « le pire premier ministre de l’histoire d’Israël » et estime qu’Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich, respectivement ministres israéliens de la sécurité nationale et des finances, sont « d’authentiques fascistes ». Mais il ajoute : « Je suis un adversaire résolu du RN. Cependant, si je dois choisir entre Raphaël Arnault, candidat de La France insoumise dans le Vaucluse et qui a salué l’“offensive sans précédent” du 7 octobre et la députée sortante du RN [Catherine Jaouen], je voterai la mort dans l’âme pour cette dernière. » Selon l’auteur de L’identité malheureuse (Stock, 2013), « appeler à faire barrage au RN sans condition, c’est considérer l’antisémitisme comme un point de détail ».

    Alain Finkielkraut se souvient que son père disait, avant de prendre sa décision chaque veille d’élection : « Est-ce bon pour les juifs ? » Et déclare : « Moi, je ne me suis jamais posé cette question, mais pour la première fois aujourd’hui je vote aussi en tant que juif. » Alain Finkielkraut souligne qu’il a voté au premier tour pour un candidat Ensemble. Régis Debray considère que « substituer l’ethnique au politique a quelque chose d’attristant. Aujourd’hui, on vote en fonction de son identité familiale, non d’un projet collectif. Ce n’est pas ce qu’on appelait la gauche, non ? Essayons de la sauvegarder ». Il signale qu’il a voté de son côté NFP.

    « Les voix juives sont plurielles, irréductibles aux personnalités médiatiques que l’on présente comme des défenseurs d’Israël ou des juifs, alors qu’elles sont principalement des porte-parole d’une offensive idéologique dont la proximité avec l’extrême droite, tant en France qu’en Israël, ne cesse de se préciser », analyse, quant à lui, le philosophe Ivan Segré, auteur de Misère de l’antisionisme (Editions de l’éclat, 2020).

    Rarement une campagne électorale aura mobilisé autant de signifiants aussi chargés et puissants. Et il n’est pas indifférent que la figure du maréchal Pétain soit revenue ces dernières années sur le devant de la scène, notamment par Eric Zemmour, qui a voulu imposer ses mots, ses thèmes et ses haines. Et qui a notamment popularisé la notion complotiste et xénophobe du « grand remplacement ». Sans doute ne faut-il pas minorer ce « transcendantal pétainiste de la France », analysé par le philosophe Alain Badiou, qui consiste à imputer une crise morale nationale à un événement émancipateur : 1789 pour les contre-révolutionnaires, le Front populaire pour Pétain, Mai 1968 pour la droite extrême d’aujourd’hui. Sans doute convient-il également de rappeler, avec l’historien israélien Zeev Sternhell (1935-2020), que le parti de la famille Le Pen incarne « le refus des valeurs intellectuelles et morales des Lumières françaises ». Contrairement à ce que disait Marx, l’histoire ne se répète pas toujours sous la forme d’une farce. Il est encore temps d’empêcher cette étrange défaite et, afin d’éviter une nouvelle trahison des clercs, toujours possible de sortir d’un « ni-ni » mortifère.

    #Nicolas_Truong

  • Une #culture pétrifiée ?
    https://metropolitiques.eu/Une-culture-petrifiee.html

    Existe-t-il une politique culturelle du #Rassemblement_national ? En l’absence d’un programme cohérent et explicite à ce sujet, l’expérience des collectivités locales dirigées par ce parti laisse entrevoir ce que la politisation des questions culturelles pourrait signifier, à l’échelle nationale cette fois. En 2020, la direction du festival d’Avignon avait menacé de quitter la ville si celle-ci venait à être dirigée par un élu du Rassemblement national (RN). Difficile de savoir dans quelle mesure cette #Débats

    / #subventions, #arts, #extrême_droite, culture, Rassemblement national, #patrimoine, #théâtre

    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/met_glas-picaud.pdf

  • Un article tardif
    Au RN, l’effacement officiel de toute « idéologie » masque mal la radicalité de ses cadres
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2024/07/04/au-rassemblement-national-l-effacement-officiel-de-toute-ideologie-masque-ma

    Les chapelles l’#extrême_droite - #catholiques_traditionalistes, #nationalistes_révolutionnaires, #identitaires, souverainistes et #nouvelle droite - restent omniprésentes dans le fonctionnement du parti.
    Par Corentin Lesueur

    Plus rien ne serait radical au Rassemblement national (#RN). Ni les dizaines de candidats aux législatives épinglés pour #racisme, #antisémitisme ou #complotisme, la plupart maintenus après leur qualification au second tour du 7 juillet – « Ne salissons pas gratuitement des candidats qui représentent le peuple de France », a balayé, lundi 1er juillet, Jordan Bardella, président du parti et aspirant premier ministre. Ni les idées véhiculées par leur programme – « Nous ne sommes pas un parti d’idéologie, mais un parti d’action », assurait-il pendant la dernière campagne européenne.

    #Préférence_nationale, discrimination des binationaux dans l’accès aux emplois publics : les engagements xénophobes des héritiers de Jean-Marie Le Pen ne seraient plus motivés par un quelconque dogme, mais par le seul « bon sens ».

    https://justpaste.it/ej8cx

    #droit_du_sang

    • Dans l’équipe de Bardella, un militant d’extrême droite surveillé par le renseignement
      https://www.liberation.fr/politique/dans-lequipe-de-bardella-un-militant-dextreme-droite-surveille-par-le-ren

      Mathieu Balavoine, dont le nom est associé aux dossiers judiciaires impliquant le groupuscule #Génération_identitaire, était présent au siège du RN lors du discours du président du parti, le soir du premier tour des législatives.

      Décidément, la vie ne leur apprend rien. Libé a pu identifier la présence de Mathieu Balavoine, un militant d’extrême droite radicale et figure normande de la mouvance identitaire, au siège du Rassemblement national lors du discours de Jordan Bardella prononcé dans la foulée de l’annonce des premiers résultats des élections législatives, dimanche 30 juin. Ce trentenaire est « suivi » par le renseignement selon nos informations et apparaît dans plusieurs affaires judiciaires pour son militantisme, parfois violent, au sein de Génération identitaire (GI). Et dimanche, il portait autour du cou un badge frappé des trois lettres « COM » (pour « communication ») prouvant son appartenance à l’équipe du président du RN. Sollicités par Libération, ni ce dernier, ni Mathieu Balavoine n’avaient réagi ce mercredi en fin d’après-midi.

      Chemise blanche et pantalon chino, petit bouc et cheveux soigneusement peignés, Mathieu Balavoine avait le parfait look passe-partout d’un communicant dimanche soir. A l’aise au milieu du parterre de journalistes, il est passé inaperçu. A 34 ans, l’homme est pourtant un vieux routier de l’activisme radical. Selon une source policière, il est par ailleurs « suivi » par les services de renseignement pour son « rôle militant important » en Normandie.

      Entraînements au combat, colloques suprémacistes et pèlerinages

      Son nom ressort en outre dans des dossiers judiciaires impliquant Génération identitaire, groupuscule dissous en mars 2021 pour son racisme et la violence de ses membres. Balavoine a même été condamné pour sa participation, en 2017, à l’attaque des locaux marseillais de l’ONG de secours aux exilés naufragés SOS Méditerranée. Il était ainsi du commando d’une vingtaine de militants poursuivis pour « violences » dans cette affaire et a été condamné, en octobre 2022, à une peine de prison avec sursis. Il a fait appel.

      Ce qui ne l’a pas empêché, par exemple, de couvrir en tant que photographe le dernier grand meeting de Marine Le Pen, dans l’entre-deux-tours de la dernière campagne présidentielle, en avril 2022. Pourtant le même, dans un reportage du Monde, fin 2019, lançait : « Le RN, c’est un peu comme la chemise à manches courtes du militantisme, c’est un peu ringard. » Quatre ans plus tôt, il s’était présenté aux cantonales de 2015 pour le parti à la flamme, qui s’appelait encore Front national. Dans le reportage du Monde, l’ami à ses côtés enchaînait en dénonçant « la colonisation inversée » de la France : « Ils [les étrangers, ndlr] ont un tel degré d’appropriation de notre pays qu’ils vont jusqu’à taguer en arabe. »

      Le RN n’apparaît surtout pas assez radical pour Balavoine. Le trentenaire évolue ainsi depuis de longues années dans les sphères groupusculaires de la marge identitaire. Depuis 2018, son appareil en bandoulière, il crapahute avec ses camarades dans les manifestations racistes parisiennes, les actions xénophobes normandes ou dans les Alpes, les entraînements au combat de groupuscules, les colloques suprémacistes, les pèlerinages traditionalistes. Il va jusqu’à Vienne ou Anvers pour photographier les défilés des camarades identitaires européens. Une activité qu’il poursuit encore : pas plus tard qu’en janvier, il était du défilé identitaire en hommage à Sainte-Geneviève que la préfecture de police a tenté d’interdire pour cause de débordements violents lors des précédentes éditions. Mais la justice avait finalement cassé un arrêté mal ficelé, permettant la tenue de l’événement.

      A l’occasion sur Radio courtoisie

      Proche du groupuscule rouennais « les Normaux », resucée de GI lancé dans la foulée de son interdiction, Mathieu Balavoine, qui évolue sous le pseudo de « Bontant », est aussi membre de l’Association de soutien aux lanceurs d’alerte. Une autre tentative de faire renaître Génération identitaire selon la justice, et montée par les cadres du groupe après la dissolution. En mars, une quinzaine d’entre eux avaient été interpellés et placés en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte pour « participation au maintien ou à la reconstitution, ouverte ou déguisée, d’une association ou d’un groupement dissous ». En l’occurrence Génération identitaire.

      Œcuménique de la radicalité, Balavoine officie également à l’occasion sur Radio courtoisie, l’antenne de toutes les droites, surtout extrêmes. Et désormais donc au sein de l’équipe communication de Jordan Bardella, président du RN et candidat déclaré à Matignon si l’extrême droite et ses alliés devaient remporter le second tour des élections législatives.

      Mise à jour le 04/07/2024 à 12h01 : l’ASLA précise à Libé que Mathieu Balavoine a fait appel de sa condamnation pour violence après l’attaque des locaux de SOS Méditerranée, en première instance.

    • on peut noter que les formes proprement économiques de l’inégalité, pourtant béantes, sont relativement peu mises en cause par les enquêtés, sauf dans les cas extrêmes des super-riches qui exhibent leurs ressources dans la région, mais qui légitiment par contraste les formes plus ordinaires de la réussite économique. Pour les enquêtés, les éléments de distance culturelle (et notamment scolaire) sont les plus saillants dans le façonnement de leur vision du monde et de leur vote. Cependant, les ressources économiques comptent et comptent beaucoup, dès lors que les valeurs sont analysées non à partir du rejet, mais des aspirations positivement élaborées. Or celles-ci sont manifestement tournées vers les valeurs du pôle privé des élites sociales et les formes de réussite qui s’y rattachent. De ce point de vue, les crispations sur les (toutes) petites élites locales témoignent aussi de la solidité d’un système de valeurs où les dimensions économiques de la hiérarchie sociale sont à la fois valorisées et largement inaccessibles.

      #Félicien_Faury

  • Petition der Omas gegen Rechts : AfD verliert Konto
    https://taz.de/Petition-der-Omas-gegen-Rechts/!6018131


    Oma Bettina Kern und Bank-Vorstand Carsten Jung

    Un groupe de citoyennes organise la fermeture du compte en banque du parti d’extrême droite AfD. On est tenté d’applaudir. Pour une fois ça se passe en public, la cible du debanking ne sont pas des militants de gauche et le groupe de pression n’est pas composé d’administrations sous influence de la droite politique. C’est une action symbolique contre un parti dont la présidente est une gestionnaire de fortunes suisse. Ses camarades ont sans doute déjà préparé une solution altenative. Quand même, bien joué les « mamies contre la droite ».

    Les banque populaires dont fait partie la Berliner Volksbank sont des banques associatives sous contrôle de leurs membres.

    3.7.2024 von Die Berliner Volksbank kündigt nach einer Kampagne das Konto der Bundes-AfD. Überweisungen an die Partei sind derzeit nicht möglich.

    Oma Bettina Kern beim Treffen mit Volksbank-Vorstand Carsten Jung Foto: Omas gegen Rechts

    BERLIN taz | Die Bundes-AfD hat ihr Konto bei der Berliner Volksbank verloren. Das teilten die Omas gegen Rechts am Mittwoch nach einem Treffen mit dem Vorstandsvorsitzenden der Bank, Carsten Jung, mit. Die antifaschistischen Se­nio­r:in­nen hatten vor zwei Monaten eine Petition auf der Online-Plattform innn.it initiiert und nun mehr als 33.500 Unterschriften für die Beendigung der Geschäftsbeziehungen übergeben.

    Die Bank selbst wollte den Schritt mit Hinweis auf das Bankgeheimnis nicht bestätigen, so Gregor Hackmack, Vorstand von innn.it, der an dem Treffen zusammen mit der Petitionsinitiatorin Betina Kern teilgenommen hatte. Doch auf die Frage, ob das Spendenkonto gekündigt sei, hätten sie die Antwort bekommen: „Schauen Sie mal auf die AfD-Seite.“

    Tatsächlich ist die Möglichkeit einer Spende per Überweisung an das Konto bei der Berliner Volksbank von der Website der AfD verschwunden. Übrig sind nur noch die Möglichkeiten der Spende von Wahlplakaten, per Lastschrift und Paypal. Zudem sei, so Hackmack, das Statement der Omas gegen Rechts, das den „Erfolg“ feiert, mit der Öffentlichkeitsabteilung der Bank abgestimmt worden.

    Anfang Mai hatten die Omas ihre Kampagne mit einer Kundgebung vor der Berliner Volksbank in Wilmersdorf eingeleitet und darauf verwiesen, dass andere Volksbanken etwa im bayerischen Dachau oder in Mittelhessen Konten der Partei bereits gekündigt hätten.
    Haltung muss Handlung folgen

    Hackmack begründete die Initiative damit, dass die AfD „außerhalb der Verfassungsordnung“ stehe. Anlass der Aktion sei gewesen, dass sich die Berliner Volksbank im Zuge der Demokratieproteste im Frühjahr klar positioniert hatte. In einem Instagram-Post mit dem Hashtag „NieWiederIstJetzt“ hieß es: „Deutschland steht auf und auch wir beziehen klar Position: für unsere freiheitliche demokratische Grundordnung, für Grundrechte, Menschenrechte und Rechtsstaatlichkeit.“

    Es sei darum gegangen, die Bank an ihre „Werte“ zu erinnern, so Hackmack. Der Schritt der Volksbank könne nun „ein Beispiel für andere Banken sein“, etwa für die Berliner Sparkasse, die das Konto des Berliner Landesverbandes der Partei führt.

    #Allemagne #AfD #extrème_droite #debanking

  • « Détestable en soi, la xénophobie est aussi critiquable d’un point de vue économique », Jean-Baptiste Fressoz
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/07/03/detestable-en-soi-la-xenophobie-est-aussi-critiquable-d-un-point-de-vue-econ

    Dans tous les pays, le #logement constitue la part la plus importante du capital des ménages. La France n’échappe pas à cette règle : les maisons et appartements représentent quatre années de produit national brut, le double ou presque de tous les autres capitaux : actions, bâtiments professionnels et terres agricoles. Ce #capital est récent. En France, presque les trois quarts des logements ont été construits après 1945. Ce capital est composé de béton, de briques, de parpaings, de verre, d’acier et de bois. Et s’il s’est accumulé grâce à des techniques simples (bétonnières, brouettes, truelles, pelles, Placoplatre), reposant essentiellement sur la force musculaire.
    Contrairement aux clichés sur la modernisation et la fin du travail manuel, entre 1950 et 1980, le nombre d’employés dans le #BTP a doublé en France, pour atteindre 1,7 million de personnes. Avec des fluctuations, les effectifs sont restés à des niveaux importants, si l’on inclut les intérimaires.

    Cette force musculaire, la France l’a tirée pour une part non négligeable de l’étranger. Au milieu des années 1960, les entrepreneurs du BTP peinent à fixer la main-d’œuvre française et font face à l’augmentation des salaires. La substitution des nationaux par les étrangers s’intensifie. A la fin des années 1960, 30 % des #ouvriers du BTP sont #immigrés. En 1965, dans la région parisienne, le BTP emploie 78 % de Portugais, des hommes jeunes, certains fuyant le service militaire et les guerres coloniales. A cette époque, on retrouve énormément d’immigrés, algériens, marocains et portugais, sur les chantiers du périphérique, du RER et du quartier d’affaires de la Défense. « La main-d’œuvre portugaise est une main-d’œuvre banale, explique un rapport de la préfecture de la Seine, l’ouvrier portugais concurrence rarement l’Espagnol et encore moins l’Italien, il se trouverait plutôt au niveau du Marocain ou de l’Algérien. »

    Angle mort de la préférence nationale

    Quarante ans plus tard, dans sa remarquable enquête en immersion Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment (La Découverte, 2009), le sociologue Nicolas Jounin a retrouvé le même type de #hiérarchie_ethno-raciale, reposant aussi sur la date d’arrivée en France. Aux manœuvres sans qualifications, souvent noirs et parfois clandestins, reviennent les tâches les plus éreintantes : porter les échafaudages, charger les brouettes de ciment, ou encore faire de la démolition à la masse et au marteau-piqueur.
    Selon Jounin, le racisme dans les chantiers ne vient pas de préjugés archaïques, mais sert à y maintenir la hiérarchie et l’obéissance. Par exemple, un maçon noir qualifié ne sera jamais traité de « Mamadou », à l’inverse d’un manœuvre intérimaire. Le #racisme est une manière de justifier la position subalterne de certains travailleurs. La présence d’un Blanc surprend parfois les camarades de travail cités par Jounin : « Normalement les Français, ils ne sont pas ferrailleurs… Les Français disent que les Arabes prennent leur travail, mais tout ce qu’on prend c’est la merde. »

    Détestable en soi, la xénophobie est aussi critiquable d’un point de vue économique. Actuellement, les travailleurs immigrés représentent 27 % des ouvriers du BTP en France. A titre de comparaison, les immigrés représentent 10 % de la population active. Notons encore que la moitié des travailleurs immigrés en France travaillent dans la région parisienne, qui est de loin la plus dynamique économiquement : la main-d’œuvre immigrée représente même 60 % des ouvriers non qualifiés du BTP en Ile-de-France ! Le capital des Franciliens, leurs appartements à plusieurs centaines de milliers d’euros, repose donc majoritairement sur du muscle importé.

    La crise du logement est, dit-on, un des motifs du vote RN. Pourtant, la politique migratoire d’#extrême_droite renforcera probablement les difficultés des Français à se loger. La #préférence_nationale en matière de logement oublie que les logements sont en partie construits grâce à des étrangers. Si l’extrême droite surfe sur le sentiment de déclin national, ses politiques migratoires pourraient bien transformer ce fantasme en réalité.

  • Discriminer, défendre les privilégiés, punir les pauvres : le programme du RN en matière de #logement
    https://metropolitiques.eu/Discriminer-defendre-les-privilegies-punir-les-pauvres-le-programme-

    Que penser du programme du #Rassemblement_national en matière de logement, alors que le secteur est en pleine crise ? La rédaction de Métropolitiques montre ici que, loin de garantir un accès au logement aux plus fragiles, les mesures du parti d’extrême droite accentueraient fortement les inégalités produites par les politiques néolibérales des gouvernements précédents. Alors que la thématique du logement était relativement secondaire dans les programmes du #Front_national, le Rassemblement national (RN) #Débats

    / logement, #extrême_droite, #élections, Rassemblement national, Front national, #vote

    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/redaction-logement.pdf

  • Hégémonie sur le terrain, normalisation, racisme : les ressorts du vote RN |
    https://www.mediapart.fr/journal/politique/270624/hegemonie-sur-le-terrain-normalisation-racisme-les-ressorts-du-vote-rn


    Benoît Coquard et Félicien Faury. © Photomontage Mediapart

    L’un a travaillé sur les zones rurales du Grand Est, l’autre sur l’électorat RN dans la région Sud-Paca. #Benoît_Coquard et #Félicien_Faury échangent sur le ressort du #vote pour l’#extrême_droite, à l’heure où l’hégémonie qu’ils ont observée sur leurs terrains se décline à grande échelle.
    Fabien Escalona
    27 juin 2024

    Après les européennes et à quelques jours du premier tour des élections législatives anticipées, les médias et les responsables politiques les ont sollicités plus que d’ordinaire, saisis par les nouveaux seuils franchis par le vote en faveur du Rassemblement national (#RN). Benoît Coquard, sociologue à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), est l’auteur de Ceux qui restent (La Découverte, 2019). Félicien Faury, chercheur postdoctoral au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip), vient de publier Des électeurs ordinaires (Seuil, 2024).

    Tous deux travaillent sur des zones de force du RN, qui n’ont pas les mêmes caractéristiques. D’un côté, Benoît Coquard écrit sur les campagnes désindustrialisées du Grand Est ; de l’autre, Félicien Faury a installé son dispositif d’enquête dans la région attractive du Sud-Paca (Provence-Alpes-Côtes d’Azur). S’ils ont tous deux déjà accordé des entretiens à Mediapart (ici ou là), ils n’avaient encore jamais échangé. Le croisement de leurs perspectives nous intéressait, et aussi leur sentiment de chercheurs à l’heure où le scénario d’une majorité absolue pour le parti lepéniste n’a jamais été aussi crédible. 

    Mediapart : Vous travaillez depuis des années sur l’électorat RN. Comment lisez-vous la période actuelle ?

    Félicien Faury : Sur le strict plan des rapports de force électoraux, elle n’est pas surprenante. Le RN continue de prolonger des courbes électorales qui étaient déjà ascendantes. Depuis plusieurs années, on repérait que, y compris dans un contexte très abstentionniste, le RN continuait à mobiliser ses électeurs. On disait son électorat volatil, notamment aux élections intermédiaires, mais une fidélisation croissante était à l’œuvre, qu’on a retrouvée aux élections européennes du 9 juin. Un noyau électoral puissant a été solidifié.

    Benoît Coquard : Désormais, l’hégémonie de l’extrême droite que l’on observe sur nos terrains se décline avec de plus en plus de force au niveau national, que ce soit dans les urnes ou à travers la manière dont Emmanuel Macron l’a posée en adversaire centrale.
    Chez beaucoup de gens aujourd’hui règne l’impression d’être du côté des vainqueurs, ce qui est conforté par les effets d’entourage et des médias consommés. Quand on se souvient des vieilles affiches du Front national, représentant Jean-Marie Le Pen avec un bâillon, incarnant un vote de gens marginalisés qu’on ne laissait pas parler, c’était vraiment un monde différent. 

    Félicien Faury : Je suis tout à fait d’accord. Dans beaucoup de territoires, le RN ne peut absolument plus être considéré comme un parti « stigmatisé », c’est même tout l’inverse.

    Dans vos travaux respectifs, vous insistez sur le fait que le vote RN n’est pas un vote de personnes isolées ou atomisées, comme on l’entend parfois. Est-ce qu’on ne peut pas admettre, comme le chercheur Matthijs Rooduijn, qu’elles sont prises dans des liens sociaux qui n’ont pas la force de ceux des syndicats ou des Églises ?

    Benoît Coquard : Le vote RN n’est pas mon objet de recherche et je l’attrape justement par cette question des liens sociaux. J’ai travaillé sur la reconstitution des appartenances dans des bourgs désindustrialisés, et j’y ai observé des formes de repli, mais pas d’individualisme. En fait, les classes populaires n’en ont pas le luxe.
    Il ne s’agit pas tant de liens faibles que d’un resserrement de la conscience collective sur un petit nombre de personnes homogènes dans leur vision du monde et qui pensent aussi pouvoir s’entraider. Cette observation ethnographique corrobore de grandes enquêtes sociologiques menées à l’échelle européenne. Celles-ci établissent une corrélation ente le fait de ne faire confiance qu’à un petit nombre de personnes et le vote pour l’extrême droite. 

    Félicien Faury : Nos travaux diffèrent par leur objet. Benoît travaille sur les sociabilités rurales, les modes de vie, en explorant les différentes scènes d’une existence. De mon côté, la focale est plus restreinte autour de l’acte de vote, en se demandant ce qui est politisé ou « électoralisé » dans la vie des personnes. Mais je crois, en effet, que même dans l’isoloir et à bulletin secret, on continue à voter en groupe, comme les gens de qui on se sent proches socialement.
    La « normalisation » du RN, c’est aussi ça : quand ce vote devient légitime auprès de ceux qui comptent et qui font autorité près de soi. Cela vaut également pour le racisme. On pourrait avoir tendance à penser que c’est le défaut d’institutions et de « social » qui amène les gens à se replier et à devenir racistes. Or, c’est triste à dire, mais le #racisme, c’est aussi du #lien_social. Il existe des sociabilités qui entretiennent et autorisent l’expression de la parole raciste.

    De façon générale, je trouve que l’argument de l’atomisation ou des liens sociaux faibles revient parfois à « battre en retraite » sociologiquement. Le lien social est toujours présent, reste à savoir avec qui et quoi. Il faut donc plutôt se demander quels type de liens sociaux créent quels types de vote.
    Sur la question du « repli sur soi », j’aimerais souligner à quel point la question du diplôme est fondamentale. C’est un capital immatériel, sanctifié par l’État, qui vous donne de grandes possibilités de « voyager socialement ». Il y a comme une sécurité symbolique qui voyage avec vous lors de votre confrontation avec d’autres groupes sociaux. Lorsque vous n’en bénéficiez pas, comme c’est souvent le cas des électeurs du RN, l’ancrage local et le patrimoine matériel deviennent particulièrement importants – d’où le grand impact affectif des cambriolages, par exemple.
    Benoît Coquard : Effectivement, plus on est diplômé, plus on part facilement de sa campagne, moins on est tenu par les enjeux réputationnels qui y prévalent, moins on y souffre d’un éventuel déclassement territorial. Quand toutes vos ressources sont locales, en revanche, c’est très différent. On est alors beaucoup plus exposé à l’idée de l’extrême droite selon laquelle il faut faire passer les gens exactement comme soi avant, sinon on ne s’en sortira pas. C’est l’une des choses qui me font dire que les populations acquises à cette idée sont engagées dans le vote RN pour longtemps.

    Vous venez d’employer la notion de « #déclassement », de plus en plus mobilisée pour éclairer le vote RN. Est-ce qu’elle vous parle, ou est-ce qu’elle vous semble trop réductrice, quand ce parti est aussi capable de percer dans des milieux plutôt favorisés ?

    Félicien Faury : Il faut préciser de quoi on parle. Dans le Sud-Est où j’ai travaillé, c’est l’incertitude économique et le pessimisme résidentiel qui dominaient. Mes enquêtés, peu fragiles sur le marché du travail, ne vivent pas le déclassement sur un mode individuel mais plutôt collectif, avec l’idée que « tout se dégrade ». Ça se vit à l’échelle du quartier, du lotissement, de la commune, et ça peut s’extrapoler à la région et au pays. 

    Benoît Coquard : J’ai pour ma part écrit contre les théories de la France périphérique et de l’insécurité culturelle. Les milieux populaires ruraux que je côtoie ne peuvent pas être décrits comme des « petits Blancs » vivant dans un sentiment d’abandon, même s’ils peuvent exprimer ce discours face à des journalistes qui les rencontrent en quelques minutes. Ils développent en fait des contre-modèles de style de vie, affirment volontiers une mentalité insulaire, du type « on est maîtres chez nous ».

    Félicien Faury : Pour le coup, j’ai moins rencontré cette mentalité insulaire en Paca. Contrairement aux campagnes en déclin étudiées par Benoît, le Sud-Est est un territoire attractif, si bien que l’arrivée régulière de nouveaux résidents remet régulièrement en cause le capital local des résidents les plus anciens. Si ces évolutions peuvent être regardées avec colère ou amertume, j’observe néanmoins une résignation face à « l’invasion du haut » par les classes supérieures, quand les migrations du « bas » sont beaucoup plus facilement politisées. 

    Benoît Coquard, vous avez exprimé récemment l’idée que les propositions sociales du Nouveau Front populaire (NFP) pourraient parler aux fractions populaires de l’électorat RN. Cela peut sembler en contradiction avec les arguments de Félicien Faury qui met en avant la « matrice raciale » de ces comportements électoraux. Est-ce que vous avez une divergence ou des nuances sur le sujet ?

    Benoît Coquard : Je disais surtout que ces propositions seraient invisibles pour cet électorat, par manque de mixité politique dans son entourage et en raison de ses sources d’information. Le fait même d’être exposé à ces propositions n’est pas évident. Plutôt que de convertir des électeurs, l’enjeu me semble de s’adresser aux classes populaires entourées de gens qui votent RN, et qui n’osent pas dire autour d’elles qu’elles ne votent pas RN, car sinon elles se font traiter d’« #assistées ». 
    De fait, les stigmates associés à la #gauche sur mon territoire, c’est surtout ceux des « branleurs », des « cas sociaux ». Ce n’est que dans un second temps que le qualificatif d’« #Arabes » finit par arriver. On racialise le social, et les divisions sociales entre les précaires et les stables marchent d’autant plus qu’elles sont raciales.
    Cette dimension est clairement plus forte dans ce qu’écrit Félicien. Cela peut être lié à l’enquêteur, notamment avec qui on va parler, quelle place on prend dans les sociabilités. Moi, par exemple, j’étais au milieu des commérages. Du coup, je voyais beaucoup de dénigrement latéral entre habitants non racisés.

    Félicien Faury : J’ai aussi rencontré un sentiment « anti-assistés » très fort. Et effectivement, quand on laisse dérouler les discours, on se rend compte que ce sentiment se retrouve particulièrement exacerbé quand les personnes visées sont en plus identifiées comme « immigrées », c’est-à-dire jugées « moins françaises » que d’autres. Dans mon enquête, je constate que c’est lors de ce redoublement que la critique de l’#assistanat devient particulièrement politisée, et vient nourrir plus spécifiquement le vote RN.
    J’essaie de poser la question du racisme autrement qu’en termes de « présence » ou d’« absence », et d’observer plutôt les formes qu’il prend, et comment ça s’articule à des expériences sociales concrètes. Par ailleurs, il y a des enjeux de parole publique : à quel point faut-il insister sur cette dimension raciste ? C’est une question que je me suis beaucoup posée durant l’écriture, et encore davantage maintenant lors des présentations de mon travail en public et dans les médias. 

    Le fait d’avoir travaillé surtout sur les petites classes moyennes, et non sur le vote RN ouvrier, a pu contribuer à ce que je m’autorise à utiliser le terme de « racisme » et à le mettre au cœur de mes études. Comme le sens courant (et non sociologique) en donne une définition associée à la bêtise et à l’archaïsme, son usage peut contribuer à stigmatiser des groupes subalternes.

    Mais le risque inverse serait de ne pas en parler du tout. Il faut bien que cette dimension centrale soit rappelée, dans un contexte où son omission serait tout de même étrange, avec une extrême droite aux portes du pouvoir. J’essaie aussi d’insister dès que je le peux sur le caractère transversal du racisme, qui existe dans tous les milieux sociaux – y compris la bourgeoisie culturelle de gauche. Je vois bien que cette partie-là de mon propos est plus rarement reprise…

    Benoît Coquard : Je trouve que Félicien s’explique très clairement à ce sujet dans son livre. Si le racisme était absent de son explication causale des conduites électorales, ce serait effectivement l’éléphant dans la pièce.
    Il y aurait d’ailleurs quelque chose de méprisant à ne pas écouter les arguments des gens qu’on interviewe. Je ne vois pas pourquoi, parce qu’un enquêté est ouvrier ou moins diplômé, il faudrait retraduire ses propos au point qu’ils ne lui ressemblent plus. Là où il faut être prudent, c’est qu’il est important de relier les affects aux transformations macrosociales qui leur donnent du sens.

    La question raciale, en particulier, ne peut pas être envisagée sans les exclusions économiques qu’elle permet. Il y a comme un « #salaire_psychologique minimum », un capital minimal procuré par le fait de savoir que tu as toujours quelqu’un en dessous de toi. Le RN arrive à mettre ça en place localement.
    Cela me rappelle des groupes d’amis très unis sur lesquels j’ai travaillé, incluant des binationaux franco-algériens. Quand il y avait des accrochages, entre Blancs on s’insultait de « cas soc’ », mais quand cela les concernait, ils étaient traités de « sales Arabes ». L’exclusion était redoublée par un racisme resurgissant sur ces gens-là. Leur place ne tenait qu’à un fil car ce registre-là, exercé contre « plus tricard que soi », permettait de les exclure à n’importe quel moment.

    Félicien Faury : Je suis tout à fait d’accord, et j’ai d’ailleurs toujours cherché à relier les propos, parfois très explicites, que je pouvais entendre à des processus collectifs en termes de classe ou de ségrégation, dont les électeurs du RN sont au fond très peu responsables. Le racisme de ces électeurs n’émerge qu’en s’adossant à des processus de racialisation collectifs qui dépassent très largement la seule extrême droite.
    Encore une fois, je vois bien comment certains groupes sociaux pourraient s’autorassurer en se disant que le racisme, c’est au RN, que les racistes, « ce sont eux », et s’innocenter ainsi à bon compte. Cette mise à distance est évidemment trop facile.

    À court et plus long terme, quelles sont les pistes que peuvent suivre les gauches, ou du moins les adversaires du RN, pour reconquérir des milieux conquis par ce parti ?

    Félicien Faury : Je ne sais pas s’il faut poser la question de cette manière. Est-ce que le seul but doit être de « faire baisser le RN » ? Si oui, en Paca, si vous voulez prendre des électeurs au RN, le plus efficace est sans doute de mener une politique de droite dure ! La vocation de la gauche reste de lutter contre les inégalités de classe, la domination masculine, le racisme… Bien sûr, la stratégie électorale est très importante, mais la conquête des électeurs du RN ne doit pas être le seul horizon. 
    Une fois dit cela, il faut bien sûr ajouter que les #classes_populaires ne sont en aucun cas condamnées à voter pour le RN. Il y a un ensemble de points, sur les services publics, le pouvoir d’achat, les inégalités, à propos desquels la gauche peut activer des affects dans son sens. C’est un travail de long terme qui doit être mené. 
    Ce qui m’a frappé dans les espaces sociaux sur lesquels j’ai enquêté, c’est que les discours qui circulent, cadrés en faveur du RN, ne sont jamais contredits. Il n’y a jamais aucune sanction sociale face aux propos négatifs sur, par exemple, les « assistés » ou les « immigrés ». Il faudrait parvenir à diffuser des contre-discours, pour éviter ces effets de consensus autour de thématiques favorables à l’extrême droite.

    Par ailleurs, il faut aussi poser la question de l’incarnation et du recrutement politique au sein des partis de gauche. Trop souvent, les corps et manières d’être de la gauche, à la télé comme sur le terrain, témoignent de l’éloignement des mondes sociaux.

    Benoît Coquard : On se rejoint car je rappelle toujours que des modèles de respectabilité sociale sont essentiels pour offrir un autre son de cloche. Il n’y a pas de slogan magique.
    On parle des scores réalisés par La France insoumise dans les quartiers populaires racisés de Paris ou d’autres grandes villes, mais je ne suis pas sûr qu’ils soient aussi impressionnants dans ceux des bourgs et petites villes du Grand Est où je travaille. Je mets aussi en garde contre l’idée que les abstentionnistes seraient un réservoir évident pour la gauche. Là où le RN est hégémonique, en tout cas, les abstentionnistes, dans l’état actuel des choses, se sentent proches de Marine Le Pen.
    Et même si la gauche reprend des voix parmi les milieux populaires, ceux-ci auront été imprégnés des discours du RN. Il y a donc un travail de fond à faire en reprenant pied en milieu populaire au quotidien.

    Félicien Faury : On peut aussi ajouter que la politisation du racisme, dont les succès du RN sont un des symptômes, vient après une période où le racisme existait tout autant sinon plus, mais était naturalisé. Il y a eu des contestations et des victoires du côté des mouvements antiracistes et des minorités ethnoraciales, qui ont entraîné une forme de réaction, de réflexe défensif. On peut faire un parallèle avec le backlash [le « retour de bâton » – ndlr ]suscité par la révolution féministe.

    Si la montée de l’extrême droite se greffe à un appareil d’État, les cartes pourraient être rebattues de manière inquiétante, évidemment. Mais on peut aussi lire la situation comme un potentiel chant du cygne de certaines formes de domination raciale.

    "Je préfère une société de travail à l’assistance", un premier ministre de gauche, 1998.

  • Législatives 2024 : « Jordan Bardella, en ironisant sur la figure de Jean Moulin, a déchiré toute l’image de respectabilité que ce parti prétend offrir aux Français »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/06/29/legislatives-2024-jordan-bardella-en-ironisant-sur-la-figure-de-jean-moulin-

    En une exclamation, lors du débat de jeudi 27 juin, le Rassemblement national (RN), par la voix de son chef et prétendant à l’hôtel de Matignon, a déchiré toute l’image de respectabilité que ce parti prétend offrir aux Français. Aux mises en garde du premier secrétaire du Parti socialiste (PS) sur le risque de dénaturalisation des Français d’origine étrangère qu’entraîneraient une victoire du #RN et un gouvernement d’extrême droite, Jordan Bardella a ironisé avec un sourire moqueur et glaçant à la fois : « Ça y est : Jean Moulin est de retour ! »

    Tout est dit. Pas seulement sur l’idée que l’extrême droite se fait de Jean Moulin et de la Résistance ramenés au statut de bon mot. Mais aussi, sur l’obsession qu’entretient le RN pour le passé de la lutte contre le nazisme et pour la collaboration. Et même, tout est dit sur le rapport de la formation de Marine Le Pen avec l’#histoire.
    Jordan Bardella se paie effectivement le luxe d’un bon mot, avec un net contentement personnel, saisissant l’occasion de ridiculiser ce Nouveau Front populaire parti à l’assaut du nouvel ennemi fasciste et nazi qu’incarnerait aujourd’hui le RN. Pour lui, cette coalition de gauche vit dans le passé et dans l’incantation, avec quelques icônes qui n’appellent que le mépris.

    Inculture historique et politique

    En agissant ainsi, le premier ministre autodésigné (en cas de victoire électorale) révèle son inculture à la fois historique et politique. Historique, parce que la recherche sur Jean Moulin a bien établi son rôle capital dans la Résistance, dans la libération et la refondation de la France auxquelles le conseil national de la Résistance [organisme, fondé par Jean Moulin en 1943, qui dirige et coordonne les différents mouvements de la Résistance intérieure française pendant la seconde Guerre mondiale] apporte une contribution majeure – on peut renvoyer Jordan Bardella vers le musée Jean Moulin ou vers celui de l’ordre de la Libération, ou à de très nombreuses études particulièrement documentées.

    Politique, parce que l’exemple et la figure de Jean Moulin ont été un ciment de l’histoire nationale post-seconde guerre mondiale, de la gauche libertaire et communiste aux gaullistes en passant par les socialistes – dont Léon Blum et André Philip – et les radicaux comme Pierre Mendès France. Rappelons à cet égard la préface que le général de Gaulle, en 1947, donne au recueil posthume de son délégué général, Premier combat , et bien sûr le discours qu’André Malraux délivre le 19 décembre 1964 pour le transfert de ses cendres au Panthéon.

    Ce qui apparaît aussi est l’obsession refoulée du RN pour ce passé de la seconde guerre mondiale. On peut le comprendre puisque le Front national, formation d’origine du RN, a été fondé en 1972 par des anciens collaborationnistes et Waffen-SS. C’est un passé qui ne passe pas et qui même ressurgit, alors que le débat ne portait pas sur le sujet. Mais Jordan Bardella ne résiste pas au bon mot, preuve que ce passé du Front national est vivant et actif, qu’il n’a en rien été dépassé, malgré les discours rassurants de l’actuelle direction du RN.

    L’histoire comme jouet idéologique

    Enfin, le bon mot de Jordan Bardella en dit long sur le rapport du RN avec l’histoire, un rapport de destruction, renvoyant ce parti dans l’#extrême_droite qu’il n’a jamais quittée. Convoquer Jean Moulin pour s’en gausser signifie ne rien reconnaître de ce que l’histoire peut enseigner au présent et aux sociétés. L’enseignement de Jean Moulin n’existe plus avec le RN. On peut le comprendre, puisque la vérité sur Jean Moulin jette un discrédit définitif sur ses racines historiques.

    Pour sortir de l’impasse, Jordan Bardella se débarrasse de l’histoire. Mais il brise dans le même temps tout ce qu’elle apporte à nos concitoyens, à savoir la connaissance d’une identité démocratique commune, le sens d’une appartenance nationale, l’accès à une conscience politique. Tout cela disparaît, et en premier lieu ce que Jean Moulin nous dit de notre relation à l’histoire. En pleine occupation nazie et vichyste, il partage avec son futur secrétaire Daniel Cordier, l’aveu d’une « enfance républicaine » marquée du souvenir de l’affaire Dreyfus. Pour s’en convaincre, il suffit d’ouvrir des livres (Alias Caracalla, Gallimard, 2009).

    Fort de cette conception de l’histoire comme d’un jouet idéologique, Jordan Bardella rejoint ici Eric Zemmour dans une même négation, ouvrant toutes les possibilités en matière de manipulations et même de falsifications (voir, à ce sujet, les ouvrages Zemmour contre l’histoire, Tracts n °34, 2022, et Comment Zemmour falsifie l’histoire, Atlande, 2022). L’extrême droite a cru enterrer Jean Moulin dans le sarcasme. A la veille d’élections capitales pour le pays, l’extrême droite nous ouvre surtout les yeux sur ses objectifs de destruction des savoirs de la France démocratique. Effectivement, « Jean Moulin est de retour ». Mais avec une histoire qui n’est pas prête de mourir, avec son cortège de Françaises et de Français qui n’ont pas failli.

    Vincent Duclert est historien, chercheur au CESPRA (EHESS-CNRS), éditeur d’En attendant la victoire. Messages au général de Gaulle et à la France Libre (Gallimard, 288 pages, 9,40 euros).

  • La culture à l’épreuve de l’extrême droite
    https://www.observatoire-culture.net/culture-epreuve-extreme-droite-discours-passage-acte

    26 juin 2024

    Les annonces concernant la culture se font discrètes dans le programme du Rassemblement national. Or, au-delà de la doctrine nationaliste du parti, incarnée en l’espèce par le patrimoine et la francophonie, de quoi la culture risque-t-elle d’être l’instrument ? En prenant comme terrains d’observation les municipalités déjà conquises par l’extrême droite au fil du temps, se dévoilent des orientations de politique culturelle, tantôt médiatisées tantôt louvoyantes, teintées de populisme et de censure.
    Dessin : Bap Tiste

    Alors que fleurissent les tribunes et communiqués pour alerter des menaces que ferait peser sur la vie culturelle la formation d’un gouvernement d’extrême droite en France, essayons d’y voir un peu plus clair sur les orientations des politiques culturelles proposées par le Rassemblement national. Plusieurs sources peuvent être mobilisées pour caractériser ce qui relèverait d’une doctrine du parti de Jordan Bardella dans ce domaine : les programmes électoraux, principalement des dernières élections présidentielles et européennes ; les déclarations publiques de ses représentants ; les expériences frontistes et RN de gestion municipale de la culture depuis le milieu des années 1990 ; enfin, les tentatives d’entrave à la liberté de création de la part de ses responsables ou sympathisants.
    La culture en programmes

    Pour le premier aspect, celui des programmes électoraux, le parti d’extrême droite se montre peu prolixe. Le patrimoine et la francophonie y figurent à leur avantage en tant que traduction sectorielle des promesses identitaires, nationalistes et conservatrices du mouvement politique : création d’un service national du patrimoine pour les jeunes, lancement d’une union culturelle et économique francophone, mesures fiscales incitatives, etc. L’autre élément programmatique marquant est la privatisation de l’audiovisuel public, ce dernier apparaissant à priori peu accommodant avec les positions idéologiques d’extrême droite, contrairement à certains grands groupes privés en France qui en constituent une puissante chambre d’écho médiatique. Si les politiques publiques de la culture sont peu commentées par le Rassemblement national au cours de ses dernières joutes électorales, la culture s’y révèle néanmoins un sujet central à travers les thématiques du « grand remplacement », de « l’identité française », de la dépossession et de l’insécurité culturelles, des fondements religieux et historiques de la société, du déclin culturel et civilisationnel. Repolitiser les sujets culturels et culturaliser les sujets politiques : c’est au prisme de cette double étreinte que le Rassemblement national entend mener de façon concrète ses « rééquilibrages » dans le secteur de la culture, lui qui se sent peu lié à un héritage d’interventions, d’institutions et de valeurs dont il n’est pas directement comptable – en particulier dans le domaine de la création.
    La culture en discours

    Quand bien même le secteur public de la culture semblerait aujourd’hui peu investi sur un plan programmatique par les partis français d’extrême droite, ses représentants politiques ne se privent pas d’en stigmatiser les pratiques à l’appui d’un discours anti-élite affirmé. Ainsi Marion Maréchal s’érigeait-elle, lors de la campagne des élections régionales de 2016, contre les « bobos qui font semblant de s’émerveiller devant deux points rouges sur une toile » et les impôts qui financent « les délires d’esprits manifestement dérangés ». Fabien Engelmann, maire RN de Hayange (en Moselle), lui emboîtait le pas, promettant de ne plus « organiser des soirées culturelles bobos pour se faire plaisir avec seulement 60 personnes ». Deux exemples offensifs de l’expression d’un populisme culturel qui ne se limite pas à ses effets de dénonciations. L’objectif, in fine, est de proposer une contre-culture de droite radicale en opposition au supposé monopole culturel de la gauche et plus récemment d’une prétendue « dérive woke ». Cette volonté de mener une bataille culturelle pour changer les valeurs et les croyances de la société française n’est pas neuve, elle est même structurante des réseaux frontistes et de la Nouvelle Droite des décennies 1980-1990. L’idée d’un soutien public à la culture en tant que combat idéologique et intellectuel y était plus explicitement formulée qu’aujourd’hui, moyennant un détournement des idées d’Antonio Gramsci sur l’hégémonie culturelle : à savoir que la conquête du pouvoir politique passe aussi par celle du pouvoir culturel. Cette perspective politique et culturelle devait trouver son expression institutionnalisée sous la forme d’une stratégie volontariste de l’action culturelle. C’est à cette tâche que s’est attelée l’Institut d’action culturelle, animé par Bernard Antony, à travers notamment la formation culturelle des cadres du parti d’extrême droite. « Tout mouvement politique responsable se doit de réfléchir à l’interaction du politique et du culturel » défendait ce chef de file des catholiques traditionalistes. Les premières municipalités conquises par le Front national et ses alliés en constitueront le terrain d’application.
    La culture en actes

    L’examen de la gestion municipale de la culture par les maires FN/RN (ou élus avec le soutien de celui-ci) permet de distinguer deux périodes eu égard au traitement politique des questions culturelles et à leur inscription dans un agenda national de conquête du pouvoir. La première s’ouvre avec les percées municipales des années 1990 où l’extrême droite s’empare de villes importantes (Marignane, Orange, Toulon, Vitrolles) avec l’intention d’affirmer sa différence, mettant en scène « des maires pas comme les autres » et « des villes gérées autrement ». Cette volonté de se démarquer à travers l’exercice du pouvoir local n’épargne pas le secteur culturel. Bien au contraire, il en est un symbole amplement publicisé par les responsables du parti frontiste comme ses contempteurs. Les façons de gouverner la culture des municipalités concernées y sont envisagées comme des marqueurs politiques. Mais leurs décisions culturelles sont tout autant scrutées médiatiquement et s’accompagnent de mobilisations importantes des acteurs culturels à l’échelle nationale. Les politiques dites de « rééquilibrage » dans ce domaine donnent lieu à de nombreux scandales. On pense en particulier à « l’affaire » de la bibliothèque municipale d’Orange, destinataire de demandes de l’exécutif visant à infléchir les acquisitions d’ouvrages en fonction des orientations politiques de leurs auteurs. Et c’est en convoquant un principe de pluralisme culturel que le maire nouvellement élu justifie cette injonction de rééquilibrer les collections à la faveur d’auteurs plus proches des thèses frontistes (prétendument empêchés par la domination de la gauche culturelle) . Des cas similaires à Toulon, Vitrolles et Marignane sont constatés par l’Inspection générale des bibliothèques : refus de signature de bons de commande pour des ouvrages désapprouvés ; mise en place de comités de lecture alignés sur les opinions de la majorité municipale pour court-circuiter les bibliothécaires ; acquisitions imposées de publications aux propos racistes, antisémites et négationnistes ; suppression d’abonnements à des quotidiens nationaux et régionaux, remplacés par des parutions notoires d’extrême droite (Minute, Rivarol). À Toulon également, le Théâtre national de la danse et de l’image de Châteauvallon est l’objet des offensives culturelles de Jean-Marie Le Chevallier. Alors qu’à Vitrolles, le couple Mégret s’en prend frontalement au café-concert le Sous-Marin – en représailles aux musiques « tribales et dégénérées » de sa programmation – et à d’autres associations culturelles jugées trop « cosmopolites », tout comme le centre culturel Mosaïque d’Orange .

    La seconde période montre des municipalités, conquises par l’extrême droite en 2014 et 2020, plus soucieuses de leur respectabilité . Dans son entreprise de « dédiabolisation », le FN/RN entend s’y positionner en tant que « parti de gouvernement ». Il s’agit dès lors de ne pas faire trop de vagues. Ses maires visent moins le scandale et cherchent, au contraire, à se présenter comme dignes de confiance en matière de gestion des affaires (culturelles) municipales. On y joue la continuité de certains partenariats et soutiens culturels dans les cas, par exemple, de Perpignan, de Beaucaire ou encore de Villers-Cotterêts , bien que les acteurs de la culture et de l’éducation populaire les plus remuants ne soient plus aidés. Les villes dernièrement gagnées constituent, pour le parti, une vitrine de normalisation auprès d’un électorat qui ne serait pas encore acquis à sa cause. La culture est globalement moins investie politiquement que dans les années 1990, dépriorisée des agendas politiques municipaux : une politique publique de second rang en quelque sorte. L’adjoint à la culture – lorsque sa délégation n’est pas carrément supprimée comme à Bruay-la-Buissière – y cumule souvent plusieurs autres délégations, jugées plus importantes, dans le domaine du commerce ou encore de la sécurité. Mais si la politisation de la culture apparaît moins spectaculaire, un certain nombre d’orientations – dans la continuité des expériences municipales précédentes – révèlent néanmoins une conception partisane de l’intervention culturelle et une manière symptomatique de lui donner corps à travers des méthodes d’entrisme énergiques . Un accent important est mis sur la « cause identitaire », passant par la promotion d’une « identité française » qui se définit en opposition aux autres identités culturelles . Le maire d’Hayange se fait remarquer avec l’organisation de sa « Fête du cochon » – symbole d’un « art de vivre » à la française qui serait menacé dans une ville comportant une importante communauté musulmane. De façon générale, les nouveaux responsables politiques des municipalités RN entendent valoriser les traditions, folklores et terroirs locaux, glorifier l’histoire française et régionale. La résistance à la menace d’un « remplacement culturel » prend aussi la forme d’un soutien réactivé à la défense de la francophonie dans une perspective ethnocentrée ou coloniale – et contre « la soumission, la démission et la résignation linguistique » argumente le maire d’Hénin-Beaumont . Le lien avec la religion catholique et les racines dites chrétiennes de la France est aussi régulièrement convoqué : installation de crèches de Noël dans les bâtiments municipaux ou encore, à Béziers, célébration d’une messe avant la feria. Enfin, la stigmatisation des mondes de la création contemporaine et de leurs amateurs s’accompagne d’une volonté de satisfaire les « goûts populaires » – au double sens de l’audience et d’une représentation réifiée du peuple. À cet effet, les services culturels (ré)orientent leur soutien vers des manifestations jugées populaires (le hip-hop mis à part) : fêtes médiévales et gauloises, têtes d’affiche du showbiz, théâtre de boulevard, mais aussi concours de Miss ou de sosies et festivals de pétanque. En revanche, on n’hésite pas à expulser les associations et les ateliers d’artistes des bâtiments municipaux : comme à Hénin-Beaumont et à Fréjus où le délogement est justifié par un message explicite placardé sur la devanture : « ici avant un fainéant, aujourd’hui un travailleur ! ». À Hayange encore, on piétine ouvertement le droit d’auteur, lorsque le maire décide de repeindre la sculpture moderne de granit devant la mairie en « bleu piscine » sans le consentement de l’artiste – « parce que c’est plus gai » et que « tout le monde la trouvait affreuse » –, avant finalement de la remiser.
    La culture en censeur

    Agir en politique (culturelle) peut consister à faire, à ne rien faire ou à empêcher de faire. Sur ce dernier point, les mouvements d’extrême droite – en particulier ses composantes issues du catholicisme traditionaliste – se montrent très actifs. À tout le moins, l’opposition à telle ou telle manifestation culturelle prend la forme d’une polémique orchestrée médiatiquement au nom d’une opinion publique offensée. L’exemple de la seconde édition du Voyage en Hiver à Nantes est révélateur de cette mécanique. Les œuvres d’art, les illuminations multicolores et surtout la Petite maman Noël de la plasticienne Virginie Barré sont l’objet d’une polémique véhémente, lancée sur CNews par Pascal Praud et Cyril Hanouna, puis relayée par des représentants politiques locaux et nationaux d’extrême droite. « La mairie assume son approche “multiculturelle” avec une “Mère Noël féministe en jogging” et de la “cuisine mongole et afghane” : ce niveau de haine de nos traditions relève de la psychiatrie ! » assène Gilbert Collard, alors qu’un communiqué du RN dénonce une « vision woke » de Noël et une attaque aux fondements de l’identité et de l’héritage culturel chrétien de la France. Mais au-delà des polémiques qui irriguent les sphères publiques et politiques, l’Observatoire de la liberté de création recense et instruit méthodiquement la multiplication des actes de vandalisme d’œuvres et d’entrave au déroulement de spectacles de la part de groupes d’extrême droite : annulations de concerts prévus dans des églises (Eddy de Pretto, Anna von Hausswolff, Kali Malone) ou à proximité (DJ set sur le toit de la basilique Notre-Dame de Fourvière à Lyon), perturbations de spectacles pour enfants en bibliothèque (Saint-Senoux), menaces contre des festivals (Saint Rock à La Clayette), dégradations volontaires d’œuvres d’art contemporain (Piss Christ d’Andres Serrano, Fuck Abstraction de Miriam Cahn).

    Dans ce contexte, la mission d’information du Sénat sur l’évaluation du volet création de la loi LCAP tombe à point nommé. Elle permettra de mieux prendre la mesure de possibles effets de censure structurelle (le fait pour une collectivité publique de ne plus soutenir certains registres culturels et artistiques afin d’en restreindre la présence par conviction ou précaution) et d’autocensure (le fait de se limiter soi-même dans des choix de programmation ou de création). Elle sera aussi l’occasion de s’interroger sur la valeur législative et les effets juridiques (et pas seulement symboliques) de l’article 1 de cette même loi : « la création artistique est libre ». Un questionnement plus déterminant que jamais au regard de la « grande confusion » actuelle : la tendance d’un large spectre de discours et comportements politiques à se rapprocher des positions ultraconservatrices.
    Auteur·rice(s)

    Vincent Guillon

    Observatoire des politiques culturelles
    Codirecteur. Professeur associé Sciences Po Grenoble, Pacte

    #Politique_culturelle #Extrême_droite

  • Comment les fascistes et néonazis bâtissent la guerre civile
    https://reflets.info/articles/comment-les-fascistes-et-neonazis-batissent-la-guerre-civile

    Un réseaux de terreur et de radicalisation fonctionnel

    Au-delà des projets terroristes déjoués et des ratonnades, comme la descente expéditive à Romans-sur-Isère, soit les services de police semblent négliger l’ampleur des violences que ce réseau génère, soit le réseau Terrorgram français est fonctionnel car ces groupes qui ont appris à utiliser Telegram et d’autres outils sont devenu efficaces sur le plan Opsec.

    En ce qui concerne le #fichage et le doxxing des personnes de gauche opérés par les membres des groupes du Terrorgram, bien qu’une partie des informations contenues dans ces listes soit récupérée à partir d’articles de presse, de tribunes, d’appels à manifestations, etc., 90 % des informations répertoriées dans ces dossiers, concernant des centaines de personnes, sont sûres et vérifiables. On parle d’un travail colossal de recherche et d’identification issu de sources sur l’internet, mais aussi d’un travail de terrain qui passe par l’infiltration dans les événements et manifestations dites de « gauche ».

    #extrême_droite #milices

  • Kapitalisten gegen AfD?
    https://www.unsere-zeit.de/kapitalisten-gegen-afd-4793316

    28.6.2024 von Lucas Zeise - Was veranlasst die deutsche Unternehmerschaft, aus der Deckung zu kommen und uns Wählern nahezulegen, doch bittesehr die AfD nicht zu wählen? Es ist eigentlich gegen den guten Ton, wenn die Wirtschaftsbosse im parteipolitischen Tagesgeschäft Stellung nehmen.

    Sie führen sehr allgemeine Gründe an, ohne spezifisch zu werden. Der Präsident des Bundesverbandes der Deutschen Industrie (BDI), Siegfried Russwurm, behauptet, die AfD sei „schlecht für dieses Land“. Christian Sewing, Vorstandsvorsitzender der Deutschen Bank, warnt vor Gefahren für den Standort Deutschland und hält „die Ideen der Populisten“ für „reines Gift für die Wirtschaft“.

    Die Wirtschaftsforschungsinstitute urteilen wie immer ähnlich wie die Bosse. In einer vom Institut der deutschen Wirtschaft (IW) – es wird vom BDI und den Arbeitgeberverbänden bezahlt – erstellten Studie wird die Motivation der Unternehmer selber Untersuchungsgegenstand. Dort heißt es, 69 Prozent der befragten Unternehmen meinen, die AfD könnte dem Wirtschaftsstandort Deutschland schaden, 63 Prozent befürchten, der „Zusammenhalt der Belegschaften“ könne Schaden nehmen. In der Studie wird auch erwähnt, dass „nur“ 23 Prozent der Unternehmer einige Positionen der AfD „trotz deren wirtschaftsliberaler Programmatik“ für sinnvoll oder grundsätzlich für vertretbar halten.

    Also befinden sich unter Unternehmern doch wohl mehr AfD-Fans als in der Gesamtwählerschaft. Mag sein, dass die Kampagnen der Unternehmerschaft sich weniger ans breite Publikum richten, sondern eher eine Art Autosuggestion darstellen. Das betrifft insbesondere die Themen EU und Euro. Tatsächlich ist die AfD aus einer Anti-Euro-Fraktion der CDU/CSU hervorgegangen. Einer ihrer Gründungsväter war der ehemalige BDI-Präsident Hans-Olaf Henkel. Die heutige AfD nimmt ebenfalls eine vorsichtige und ziemlich vage kritische Haltung zur EU und ihren Institutionen ein. Eine ähnliche Haltung dürfte auch in Industrie- und Bankenkreisen weit verbreitet sein. Wenn diese der AfD nun vorwerfen, sie wollten Deutschland aus der EU herausführen, sollte man das als einen Appell an die eigene Einigkeit bewerten.

    Wirtschaftspolitisch ist es schwer, gewichtige Unterschiede zwischen der „Alternative für Deutschland“ und den Unternehmerverbänden und den ihnen folgenden Parteien von Union, FDP, Grünen und Sozialdemokraten zu finden. Die Argumente, weshalb die AfD-Politik der deutschen Wirtschaft schaden sollten, bleiben daher wolkig. Plausibel ist immerhin, dass der immigrantenfeindliche Ton der AfD Investoren aus dem Ausland (es sind ja schließlich Ausländer) tatsächlich abschreckt. Aber in der Praxis sind die anderen Parteien – insbesondere die CDU/CSU – immer bereit gewesen, solche Parolen und Forderungen der AfD zu übernehmen oder sie zu übertreffen.

    Als Interpretatorin der Unternehmerkampagnen tritt hilfreich die „Bildzeitung“ mit der Erkenntnis auf, die AfD verspreche Steuersenkungen, sie wolle sogar die Erbschaftsteuer ganz abschaffen. Aber Achtung, schreibt das aufklärerische Blatt: Das klinge oberflächlich betrachtet gut. „Aber der Blick ins Detail verrät: Das nutzt vorwiegend den Reichen!“ Da hat „Bild“ ausnahmsweise recht. Jedoch beschweren sich die Unternehmer gar nicht über diese AfD-Forderung, sondern vertreten auch in diesem Punkt explizit AfD-Positionen.

    Aktuelle Beiträge

    Lucas Zeise

    Lucas Zeise (Jahrgang 1944) ist Finanzjournalist und ehemaliger Chefredakteur der UZ. Er arbeitete unter anderem für das japanische Wirtschaftsministerium, die Frankfurter „Börsen-Zeitung“ und die „Financial Times Deutschland“. Da er nicht offen als Kommunist auftreten konnte, schrieb er für die UZ und die Marxistischen Blättern lange unter den Pseudonymen Margit Antesberger und Manfred Szameitat.

    2008 veröffentlichte er mit „Ende der Party“ eine kompakte Beschreibung der fortwährenden Krise. Sein aktuelles Buch „Finanzkapital“ ist in der Reihe Basiswissen 2019 bei PapyRossa erschienen.

    Zeise veröffentlicht in der UZ monatlich eine Kolumne mit dem Schwerpunkt Wirtschaftspolitik.

    #Allwmagne #politique #extrême_droite #AfD #patronat

  • Allez,

    J’ai pas trop l’habitude de faire ce type de messages, mais il y a des moments où il faut utiliser tous les moyens à notre disposition pour convaincre nos proches.

    ça donnera peut-être envie à certain de faire de même, chacun avec ses mots, sa façon d’être, sa personnalité.

    La meilleure solution contre l’extrême droite
    https://www.youtube.com/watch?v=H3F-aQEpZgU

    #nouveau_front_populaire #extreme_droite #rassemblement_national

  • #migrations : l’extrême droite est l’ennemie des faits
    https://metropolitiques.eu/Migrations-l-extreme-droite-est-l-ennemie-des-faits.html

    Alors que l’extrême droite tente d’imposer l’idée d’une submersion migratoire menaçant l’identité française, la géographe Camille Schmoll propose d’en revenir aux faits. Faisant la synthèse de recherches en études migratoires, elle rappelle que l’immigration ne menace ni la sécurité, ni l’identité, ni la cohésion territoriale du pays. Si les questions de migration occupent le centre du débat #politique depuis de nombreuses années, peu de domaines révèlent un tel écart entre les discours et les propositions #Débats

    / migrations, #immigration, #extrême_droite, #Rassemblement_national, #Front_national, #élections, #vote, politique, (...)

    #identité

  • #Antisémitisme. L’#extrême_droite blanchie par son soutien à Israël - Alain Gresh - Sarra Grira
    https://orientxxi.info/magazine/antisemitisme-l-extreme-droite-blanchie-par-son-soutien-a-israel,6952

    Pour le RN, le processus de blanchiment a commencé en 2011 : Marine Le Pen affirmait alors le soutien de son parti à Israël, tandis que Louis Aliot, son compagnon et numéro 2 de ce qui s’appelait encore le Front national, se rendait à Tel-Aviv et dans les colonies pour tenter d’y séduire l’électorat français. De quoi faire oublier l’ardoise du père et rassurer les autorités israéliennes qui, depuis plusieurs années, ne cachent pas leurs accointances avec ces sionistes antisémites, dont le populiste hongrois Victor Orban est un des chefs de file. Récemment, Israël a ouvert un dialogue avec le parti Alliance pour l’unité des Roumains, qui glorifie Ion Antonescu, le leader du pays pendant la seconde guerre mondiale. Il avait collaboré avec les #nazis et porte la responsabilité de la mort de 400 000 juifs2. De l’Autriche à la Pologne, Nétanyahou ne compte plus ses alliés d’extrême droite, néofascistes, souvent négationnistes, voire nostalgiques du IIIe Reich.

    La classe dirigeante israélienne ne fait en réalité que perpétuer ainsi une tradition qui remonte au temps des pères fondateurs du #sionisme : trouver dans les antisémites européens des alliés à leur entreprise, et qui se prolonge à la faveur de la « convergence coloniale ».

    L’universitaire israélien Benjamin Beit-Hallahmi écrivait, à propos de l’alliance entre son pays et l’Afrique du Sud de l’apartheid dans les années 1960 — 1980, dont le parti au pouvoir depuis 1948 avait eu des sympathies pour l’Allemagne nazie :

    On peut détester les juifs et aimer les Israéliens, parce que, quelque part, les Israéliens ne sont pas juifs. Les Israéliens sont des colons et des combattants, comme les Afrikaners3.