#ezln

  • Lettre internationale de solidarité et de soutien
    à la résistance et à l’autonomie zapatistes
    (janvier 2019)

    https://lavoiedujaguar.net/Lettre-internationale-de-solidarite-et-de-soutien-a-la-resistance-et

    (...) Nous partageons le rejet exprimé par l’EZLN face à des grands projets qui affectent gravement les territoires autonomes et les formes de vie des peuples indiens, en particulier des peuples mayas qui habitent le sud-est du Mexique.

    Nous dénonçons par avance toute agression contre les communautés zapatistes, soit directement de la part de l’État mexicain, soit à travers des groupes « civils », armés ou non armés.

    Nous rendons le gouvernement mexicain responsable de toute confrontation qui pourrait survenir dans le cadre de la mise en œuvre de ces grands projets, qui correspondent à un modèle suranné de « développement », insoutenable et destructeur, décidé depuis les sommets du pouvoir et en violation ouverte des droits des peuples originaires.

    Nous appelons les personnes généreuses à surmonter l’actuelle désinformation concernant aussi bien l’expérience zapatiste que les grands projets mentionnés, et à demeurer en alerte face au risque d’agressions contre les communautés zapatistes et les peuples originaires du Mexique.

    #Mexique #Chiapas #EZLN #zapatistes #solidarité_internationale


  • Amère célébration
    Les vingt-cinq ans de l’expérience zapatiste

    Jérôme Baschet

    https://lavoiedujaguar.net/Amere-celebration-Les-vingt-cinq-ans-de-l-experience-zapatiste

    Il y a quelques jours, les zapatistes du Chiapas ont célébré les vingt-cinq ans du soulèvement du 1er janvier 1994. Un soulèvement armé qui fut un ¡Ya basta ! à cinq siècles de domination coloniale subie par les peuples indiens, à six décennies de « dictature parfaite » du Parti révolutionnaire institutionnel, à douze années de politiques néolibérales symbolisées par l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) qui entrait en vigueur ce jour-là et, plus largement, un démenti à la supposée « fin de l’histoire » proclamée par les thuriféraires du capitalisme omnipotent et de la pensée unique. Un soulèvement, surtout, qui, à travers de multiples péripéties, a ouvert l’espace dans lequel s’est construit une singulière expérience d’autonomie politique, à partir de la déclaration de trente communes autonomes en décembre 1994, puis, plus nettement encore, depuis août 2003, avec la formation de cinq conseils de bon gouvernement au niveau régional. Depuis, les zapatistes ont déployé leurs propres instances de gouvernement et de justice, leur propre système de santé et d’éducation, ainsi que leurs propres pratiques productives fondées sur la possession collective des terres et le développement de nouvelles formes de travaux collectifs permettant de soutenir matériellement l’organisation de l’autonomie. Celle-ci est, pour les zapatistes, à la fois une affirmation de formes de vie autodéterminées, fondées sur l’existence communautaire et le refus des déterminations capitalistes qui viendraient la nier, et l’expérimentation de modalités d’autogouvernement populaire qui se déploient en sécession complète vis-à-vis de l’État mexicain. (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #zapatistes #López_Obrador


  • 25 ans de l’#EZLN : Amère célébration

    Face à la menace que représente une avancée aussi brutale de l’hydre capitaliste, ici parée du masque du progressisme, la posture zapatiste s’est donc exprimée avec une extrême fermeté. « Nous n’allons pas nous laisser faire ». « S’ils viennent un tant soit peu nous provoquer, nous nous défendrons ». « Nous allons nous défendre ; nous allons nous battre si c’est nécessaire ».
    /.../ Un autre aspect des paroles de Moisés a suscité de nombreux commentaires et interrogations. Le porte-parole zapatiste a en effet martelé, tout au long de son discours, un « NOUS SOMMES SEULS ! » reçu par beaucoup comme un véritable coup de poing dans l’estomac.

    C’est une Autre Pensée qui me vient en lisant les réactions et interrogations que transmet #Jérôme_Baschet devant cette solitude assumée et même revendiquée : elle me rappelle ce qui m’a fait rentrer en France quand #El_Sub nous a renvoyé-e-s nous battre contre chaque tête de l’Hydre Capitaliste dans chaque pays en 2016. Seul moyen d’en venir à bout.
    Ce n’est qu’en nous occupant, frontalement, des chemins tortueux qu’emprunte cette hydre, partout avec l’aide des progressistes, socialistes, en marchistes, communistes même parfois, que nous pourrons venir à bout de cette folie destructrice en cours.
    Et c’est précisément pour ça que je suis mal devant l’avenir aménagé de l’ex #zad #nddl tout comme je suis mal devant les revendications des #giletsjaunes. Précisément pour ça que je suis aussi critique. Mais aussi précisément pour ça que je n’en veux pas à celleux qui luttent pour survivre quand même.
    Tenter de s’aménager une survie face à la gueule de l’Hydre, face à la guerre (car il est certain depuis avril 2018 que le gouvernement FR nous fait la guerre) c’est humain. Je suis trop couarde moi-même pour condamner ça. Mais il ne faut pas me demander d’y voir une victoire.
    La lucidité d’un #Moisés, d’un #Galeano, et de tant d’autres, souvent Indigènes, c’est à dire encore proches de l’Essence Vitale et sachant que tout est lié, sont autant de phares dans la tempête qui se déchaîne. Croire en « notre » sécurité lors d’une pause en fond de cale est un leurre : le navire sombre.

    https://lundi.am/Amere-celebration


  • OK #GAFA 🤢 Je viens de procéder à des tentatives de navigation sécurisée pour #Facebook (!) = utiliser le navigateur #TOR (vu les derniers choix 💩 de #Mozilla) et me connecter avec l’adresse sécure https://www.facebookcorewwwi.onion
    A chaque fois, Facebook bloque mon compte !
    Il me force à m’identifier sur mon précédent outil (tel ou firefox) et m’oblige à changer de mp + toute une série de vérifs fastidieuses. Et je ne doute pas que mon compte est passé dans les connexions suspectes dont il faut restreindre l’audience.
    Autant je 💚 la transparence, autant la possibilité d’être anonyme, particulièrement sur de tels réseaux, est un corolaire indispensable. Lors d’un procès récent à #Nantes, un des #GiletsJaunes a pris cher à cause de propos qu’il a tenu sur FB.
    Bref, en 2019, je serais encore plus vénère contre les personnes qui s’organisent politiquement et qui obligent les gens à passer par uniquement #Facebook / les #GAFAM pour les lire, suivre et interagir : c’est hyper grave de ne pas penser l’anonymat comme BASE des luttes.

    • Merci @parleur. Je le connais quasi par cœur, ce texte, depuis 2012 et je l’ai beaucoup partagé, ainsi que les préconisations de #Richard_Stallman. Mais en fait ces texte n’ont, à ma connaissance, pas trop changé le comportement des personnes à qui je les ai transmis.
      Pire : j’avais fermé mon compte facebook, avec force déclaration sur ce sujet justement, pendant la campagne de la #Quadrature... Sauf que toute l’organisation des hébergeurs et autres groupements nantais pour les exilé-e-s se fait sur facebook. Sans parler des autres luttes... Et comme mon but est de faire sortir les gens de facebook, il faut bien en faire sortir les infos... et donc il m’a fallu replonger (je passais les events sur demosphere, mais là je fais un peu une pause). Je suis aussi obligée de constater l’impact mental / émotionnel qui consiste à lutter contre la socialisation de ce réseau : c’est super violent : ne pas inciter les gens à liker ou à répondre, ça, ça va. Mais, soi-même, ne pas interagir quand il y a des commentaires trop cools ou trop cons, ne pas intervenir face aux fakenews transmises par les gens qu’on aime, ne pas répondre sur messenger, etc. c’est une torture.
      Je crois que très peu de gens ont conscience d’à quel point la lutte pour la #zad #NDDL a été exemplaire à ce niveau. Entièrement, et uniquement, à partir d’automedias et de blogs. Concernant facebook, qui a été ma partie la plus chronophage, bien plus que la photo, j’ai réussi à proposer de suivre l’exemple de l’#EZLN (bon anniv au passage !), au moins partiellement : ne jamais « offrir » à facebook d’exclusivité, essayer au maximum de donner des sources hors facebook, jusqu’à n’y mettre que les flux rss des différents automedias. Par contre nous n’avons pas pu appliquer l’autre versant du « ne pas interagir »... Si nous n’avions pas assumé la charge de répondre aux questions, contre-carrer les pro-aéroports et gérer les rumeurs, d’autres pages étaient prêtes à s’approprier ce rôle dans dans une optique beaucoup moins « anti-succès » (on a quand même fait tout ce qu’il ne faut pas faire vis-à-vis des conseils donnés aux CM, les fameux « community manager ») !
      Je constate actuellement que le soulèvement des #GiletsJaunes a redonné un gain de popularité énorme à facebook, par le biais des « groupes » où les gens se lâchent de manière absolument hallucinante... C’est assez désespérant.


  • Invitation à la célébration du vingt-cinquième anniversaire
    du soulèvement zapatiste et à une rencontre de réseaux

    EZLN, SCI Galeano, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Invitation-a-la-celebration-du-vingt-cinquieme-anniversaire-du-soule

    Une pancarte avertit :

    « Vous êtes en territoire zapatiste. Ici le peuple gouverne et le gouvernement obéit. »

    Et vous vous demandez :

    Qu’est-ce qui maintient ces gens en vie, s’ils ont eu et ont toujours tout contre eux ? Ne sont-ils pas les éternels perdants, ceux qui gisent pendant que d’autres érigent leurs gouvernements, leurs musées, leurs statues, leurs « triomphes historiques » ? Ne sont-ils pas les sinistrés de toutes les catastrophes, la chair à canon de toutes les révolutions entreprises pour « les sauver » d’eux-mêmes ? Ne sont-ils pas les étrangers de la terre qui les a vus naître ? L’objet de moqueries, du mépris, des aumônes, des charités, des programmes de gouvernement, des projets « durables », des directives, des proclamations et des programmes révolutionnaires ? Ne sont-ils pas les irrémédiables analphabètes, ceux qu’il faut éduquer, diriger, ordonner, commander, assujettir, soumettre, dominer, c-i-v-i-l-i-s-e-r ? (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #anniversaire #soulèvement_zapatiste #rencontre #réseaux

    • Leçons élémentaires d’économie politique :

      Un. Le capital ne sait pas lire, il ne tient pas compte des réseaux sociaux, de la presse, des enquêtes, des votes, des consultations, des vidéos, des programmes du gouvernement, des bonnes ou des mauvaises intentions, des leçons de morale, des lois, de la raison. Le capital ne sait qu’additionner, soustraire, multiplier, diviser, calculer des pourcentages, des taux d’intérêts, des probabilités.

      Deux. Le capital ne tient compte que des bénéfices, des plus grands et des plus rapides. Comme les prédateurs, le capital a bon odorat pour le sang et la destruction car ils signifient argent, beaucoup d’argent. La guerre est un business, le meilleur.

      Trois. Le capital a ses propres juges, policiers et exécutants. Dans le monde du mur, ces inquisiteurs s’appellent les “marchés”.

      Quatre. Les marchés sont les limiers du grand chasseur : le capital. Dans le monde du mur, le capital est dieu et les marchés sont ses apôtres. Ses ouailles sont les policiers, les armées, les prisons, les fosses communes, les limbes des disparitions forcées.

      Cinq. Le capital ne se domine pas, il ne s’éduque pas, il ne se réforme pas, il ne se soumet pas. On lui obéit... ou on le détruit.

      Six. CQFD, ce dont ce monde a besoin c’est d’hérétiques, de sorcières écarlates, de mages, d’enchanteresses. Grâce à la charge pesante de son péché originel, la rébellion, le mur sera détruit.

      Sept. Même une fois cela, il restera à faire ce qui s’ensuit : est-ce que, en tant que successeur, un autre mur se lèvera ? ou, est-ce qu’à sa place s’ouvriront les portes et les fenêtres, ces ponts dont le monde a besoin et qu’il mérite.

      Huhu et Marcos et Moisés qui cite Keny Arkana :)


  • Un défi, une autonomie réelle,
    une réponse, plusieurs propositions
    et quelques anecdotes sur le nombre 300

    SCI Galeano, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Un-defi-une-autonomie-reelle-une-reponse-diverses-propositions-et-qu

    Suite et fin de la participation de la Commission Sexta de l’EZLN à la rencontre des réseaux de soutien au Conseil indigène de gouvernement et à sa porte-parole. Août 2018.

    (...) dans notre autonomie et à propos d’elle — vu qu’on discute de savoir si elle va être reconnue ou ne va pas être reconnue —, nous avons fait ce raisonnement : l’autonomie officielle et l’autonomie réelle. Celle qui est officielle est celle qui est reconnue par les lois. La logique serait : vous avez une autonomie, maintenant je la reconnais dans une loi, alors votre autonomie commence à dépendre de cette loi et ne conserve plus ses formes, puis, quand il va y avoir un changement de gouvernement, alors vous devez soutenir le « bon » gouvernement, et voter pour lui, promouvoir le vote pour lui, car si arrive un autre gouvernement, ils vont vous enlever la loi qui vous protège. Ça fait donc de nous les pions des partis politiques, comme cela s’est produit pour des mouvements sociaux dans le monde entier. Ce qui compte, ce n’est plus ce qui s’effectue dans la réalité, ce qui est défendu, mais ce que la loi reconnaît. La lutte pour la liberté se transforme ainsi en lutte pour la reconnaissance légale de la lutte elle-même. (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #autonomie #réseaux_internationaux #résistance #rébellion


  • L’Escargot de notre vie
    Le festival de cinéma Puy ta Cuxlejaltic

    Joani Hocquenghem

    https://lavoiedujaguar.net/L-Escargot-de-notre-vie-Le-festival-de-cinema-Puy-ta-Cuxlejaltic

    Sur l’écran géant, les participantes à la Rencontre internationale des femmes en lutte de mars dernier au Caracol de Morelia chantent et dansent, échangent des expériences et des idées. Suivent les portraits filmés de la commandante Ramona, d’Angela Davis, celui de Marichuy, la candidate des zapatistes et du Congrès national indigène à l’élection présidentielle, et des épisodes de sa tournée de l’an dernier à travers le pays (La candidata imposible et Gira).

    Dans l’Auditorio Comandanta Ramona, la salle tout neuve, immense, 30 mètres sur 35 à vue de nez, au sol étagé suivant la pente de la colline, où trône le gros projecteur 2K flanqué de baffles qui assurent un son dolby tonitruant, deux mille ombres alignées sur les bancs, silhouettes masquées de foulards et de passe-montagnes, les « bases d’appui » des cinq zones zapatistes, cultivateurs de maïs et de café tsotsiles, tseltales, choles, tojolabales, mames, zoques, observent, prennent des notes sur des calepins, font des remarques, réagissent ou restent silencieux, jaugent ou se distraient, chuchotent ou somnolent. (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #cinéma #zapatistes #festival #Alfonso_Cuarón #Gael_García_Bernal #Jacques_Kebadian


  • Un continent comme arrière-cour,
    un pays comme cimetière, une pensée unique
    comme programme de gouvernement, et une petite,
    très petite, minuscule, rébellion

    SCI Galeano, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Un-continent-comme-arriere-cour-un-pays-comme-cimetiere-une-pensee-u

    Suite de la participation de la Commission Sexta de l’EZLN à la rencontre des réseaux de soutien au Conseil indigène de gouvernement et à sa porte-parole.

    (...) Nous continuons à marcher avec deux pieds : la rébellion et la résistance, le non et le oui ; non au système et oui à notre autonomie, ce qui signifie que nous avons à construire notre propre chemin vers la vie. Il se fonde sur certaines des racines des communautés originaires (ou indigènes) : le collectif, l’entraide mutuelle et solidaire, l’attachement à la terre, le fait de cultiver les arts et les sciences, la vigilance constante contre l’accumulation de richesses. Cela, ainsi que les sciences et les arts, c’est notre guide. C’est notre « façon », mais nous pensons que dans d’autres histoires et identités, c’est différent. C’est pourquoi nous disons que le zapatisme ne peut pas être exporté, pas même sur le territoire du Chiapas, mais que chaque calendrier et chaque géographie doit suivre sa propre logique.

    Les résultats de notre cheminement sont visibles pour ceux qui veulent voir, analyser et critiquer. Bien sûr, notre rébellion est tellement, tellement petite, qu’il faudrait un microscope ou, mieux encore, un périscope inversé pour la détecter. (...)

    #Mexique #EZLN #Amérique_latine #Amérique_centrale #peuples_originaires #capitalisme #Trump #mur #migrants #féminicides #État #nation #López_Obrador #gouvernement #pensée_unique #marché #autonomie


  • Une finca, un monde, une guerre, peu de probabilités

    SCI Galeano, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Une-finca-un-monde-une-guerre-peu-de-probabilites

    Participation de la Commission Sexta de l’EZLN à la rencontre des réseaux de soutien au Conseil indigène de gouvernement et à sa porte-parole.

    Commençons par expliquer notre façon de faire notre analyse et notre évaluation.

    Nous commençons par analyser ce qui se passe dans le monde, puis nous descendons à ce qui se passe sur le continent, puis nous descendons à ce qui se passe dans le pays, puis dans la région et ensuite localement. Et de là, nous trouvons une initiative et nous commençons à passer du local au régional, au national, au continent et au monde entier.

    Selon notre pensée, le système dominant dans le monde est le capitalisme. Pour nous l’expliquer, à nous et aux autres, nous utilisons l’image d’une ferme. (...)

    #Mexique #EZLN #capitalisme #peuples_originaires #exploitation #État #nation #marché #crise #migration


  • Communiqué du CCRI-CG de l’EZLN

    L’Armée zapatiste de libération nationale
    dément tout contact avec AMLO

    EZLN, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Communique-du-CCRI-CG-de-l-EZLN-L-Armee-zapatiste-de-liberation-nati

    17 juillet 2018.

    Depuis hier et aujourd’hui au cours de la journée, les médias diffusent la version, soutenue par des déclarations du père Alejandro Solalinde (qui se présente comme membre du clergé, prêtre, curé ou ce genre de choses, chrétien, catholique, apostolique et romain), d’un prétendu rapprochement entre l’EZLN et monsieur Andrés Manuel López Obrador. Ils insinuent que « l’EZLN a accepté d’avoir le premier dialogue » (mots exacts de monsieur Solalinde).

    À propos de ce mensonge, l’EZLN déclare :

    Premièrement, le CCRI-CG de l’EZLN, direction politique, organisationnelle et militaire de l’EZLN, n’a accepté aucun premier dialogue avec personne. Comme le savent bien ceux qui connaissent un minimum l’EZLN et ses manières de fonctionner, un sujet tel que celui-ci aurait été communiqué de manière publique à l’avance. (...)

    #Mexique #EZLN #AMLO #zapatistes #démenti


  • Invitation à une rencontre de réseaux de soutien
    au Conseil indigène de gouvernement,
    au pARTage 2018 “Pour la vie et la liberté”
    et au quinzième anniversaire des caracoles zapatistes
    “Peins des caracolitos et envoie des doigts d’honneur
    aux mauvais gouvernements passés, présents et futurs”

    SCI Marcos & Galeano, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Invitation-a-une-rencontre-de-reseaux-de-soutien-au-Conseil-indigene

    Aux individu·e·s, groupes, collectifs et organisations des réseaux de soutien au Conseil indigène de gouvernement,
    À la Sexta nationale et internationale,

    En premier et en dernier lieu, voici : La grande finale.

    Vous arrivez au Grand Stade. « Monumental », « colossal », « architecture merveilleuse », « le géant de béton », des qualificatifs de ce genre se répètent dans les voix des locuteurs qui, malgré les différentes réalités qu’ils décrivent, mettent tous en avant la superbe construction.

    Pour arriver au grandiose édifice, vous avez dû contourner des décombres, des cadavres, de la saleté. Ceux qui ont le plus d’années derrière eux racontent qu’il n’en a pas toujours été ainsi ; avant, autour du grand siège sportif, s’élevaient des maisons, des quartiers, des commerces, des immeubles, des fleuves et des rivières de gens que l’on esquivait jusqu’à ce qu’on ait le nez quasi collé au gigantesque portail qui ne s’ouvrait qu’à certains moments et qui disait « Bienvenu au Jeu suprême ». Oui, « bienvenu », au masculin, comme si ce qui se passait à l’intérieur n’était qu’une affaire d’hommes (...)

    #Mexique #EZLN #zapatistes #invitation #rencontre #caracoles #anniversaire


  • Au Mexique, le zapatisme attire les « touristes révolutionnaires »
    https://reporterre.net/REP-Le-pouvoir-d-attraction-du-zapatisme-au-Chiapas-Au-Chiapas-les-curie

    De la main, il dessine la croix en entrant. « C’est arrivé ici. » Il y a 21 ans, 45 personnes furent massacrées dans cette minuscule église d’Acteal, un village indigène perdu dans les montagnes du Chiapas, dans le sud du Mexique. Juan y a perdu sa sœur. Dehors, Aline, une jeune Allemande, lit paisiblement dans le coin dédié aux observateurs internationaux. Sa simple présence rassure la communauté, qui fait appel à ces observateurs à chaque regain de tension.

    Comme Aline, ils sont nombreux à s’engager chaque année aux côtés des indigènes, dans cette région où les violations des droits de l’homme sont fréquentes. Et le Chiapas n’est jamais à court de volontaires. La raison tient en quatre lettres : EZLN, l’Armée zapatiste de libération nationale (Ejército Zapatista de Liberación Nacional). Depuis 1994, cette insurrection indigène altermondialiste fascine les gauches du monde entier. Elle exerce une puissante force d’attraction pour des centaines de personnes qui convergent chaque année vers San Cristóbal de Las Casas, ville principale des montagnes du Chiapas.

    #Chiapas #Mexique #zapatistes #EZLN #luttes_indigènes #tourisme_révolutionnaire #internationalisme #solidarité_internationale #l'autonomie_c'est_pas_de_la_tarte


  • Otra vez “… un México sin nosotros”
    Considérations pour un nouvel agenda concernant les peuples indiens

    Carlos Manzo

    https://lavoiedujaguar.net/Otra-vez-un-Mexico-sin-nosotros-Considerations-pour-un-nouvel-agenda

    Les nations indiennes ont plus d’ancienneté sur ces terres que la nation mexicaine, qui s’est formée il y a à peine deux cents ans. L’essence de notre identité ayuuk ou binnizá ne se limite pas à partager une quelconque émotion pour la victoire ou l’échec de la sélection mexicaine de football, c’est en peu de mots ce qui ressort de l’intervention de Yasnaya Aguilar Gil, qui fut invitée par l’EZLN à participer du 15 au 25 avril 2018 au débat intitulé « Prohibido pensar » (« Interdit de penser »). Elle a attiré notre attention sur la nécessité de revendiquer notre identité et elle s’est interrogée sur l’emploi de la catégorie « indigène » faisant partie du discours hégémonique consistant à nier la diversité des peuples, la plurinationalité sous-jacente au Mexique, due précisément à l’importance des cultures originaires. L’appel d’un « nosotros sin México » (un « nous autres sans le Mexique »), revendiquant l’être ayuuk, binnizá, maya, etc., devient possible et plausible, alors même que l’exigence d’homologuer juridiquement une certaine « mexicanité » nous est niée depuis l’État et dont la reconnaissance se fait chaque jour plus obsolète, tout comme la consigne « Nunca más un México sin nosotros » (« jamais plus un Mexique sans nous »). (…)

    #Mexique #peuples_originaires #néo-indigénisme #AMLO #EZLN


  • À propos des conflits sur la ZAD
    Être sur zone…

    Alèssi Dell’Umbria

    https://lavoiedujaguar.net/A-propos-des-conflits-sur-la-ZAD-Etre-sur-zone

    _Au sein du mouvement contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, des perceptions extrêmes se sont toujours opposées. Elles se retrouvaient sur la ZAD même. Ce ne fut pas toujours facile de les combiner mais enfin le mouvement a tiré sa force de cette composition, qui lui a permis de s’exprimer sur des modes variés, depuis le blocage du périphérique jusqu’à des recours juridiques en passant par des journées portes ouvertes et par l’émeute pure et simple. Du tirage et des désaccords, il y en eut de longue. Mais enfin la composition a tenu, jusqu’à l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport le 17 janvier 2018.

    (...) Osons une analogie avec une autre expérience — même si elle est sans commune mesure avec celle de la ZAD. Si les camarades de l’EZLN, dans le sud-est du Mexique, avaient campé sur des positions de principe et refusé toute forme de négociation, ils n’auraient pas tenu plus de quelques semaines face aux blindés, aux troupes d’élite et à l’aviation, ou n’auraient pu subsister que sous forme d’une guérilla famélique, réduite à survivre au jour le jour avec un armement dérisoire en regard de l’ennemi. Ils ont su au contraire rebondir sur le soutien inattendu qui leur venait des grandes villes, et signer un armistice. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #conflits #EZLN #Chiapas #antiautoritaires #non-motorisés #FNSEA #préfète #principes #défaite #vie


  • Mexique : première rencontre internationale politique, artistique, sportive et culturelle des #femmes qui luttent.
    https://archive.org/details/20180508PremiereRencontreInternationaleDesFemmes


    Première rencontre internationale politique, artistique, sportive et culturelle des #femmes qui luttent. Très beau compte-rendu de Traba, publié le 8 mai 2018 sur le blog « De l’autre côté du Charco » Les 8, 9 & 10 mars au Caracol de Morelia, zone Tzotz Choj du #Chiapas, au #Mexique, ont eut lieu ....

    #audio/opensource_audio #feminisme #liberation_culturelle #ezln #zapatisme #CNI


  • Paroles au nom des femmes zapatistes
    pour inaugurer la Première Rencontre internationale,
    politique, artistique, sportive et culturelle
    des femmes qui luttent

    EZLN

    https://lavoiedujaguar.net/Paroles-au-nom-des-femmes-zapatistes-pour-inaugurer-la-Premiere-Renc

    Sœurs et compañeras qui nous rendez visite,

    Merci à toutes celles qui sont ici présentes pour cette première rencontre internationale des femmes qui luttent.

    Merci d’avoir fait l’effort de venir depuis tous les mondes dans ce petit coin où nous nous trouvons.

    Nous savons bien que ça n’a pas été facile d’arriver jusqu’ici et que sûrement de nombreuses femmes qui luttent n’ont pas pu venir à cette rencontre.

    Mon nom est insurgée Erika, c’est comme ça qu’on nous appelle, nous les insurgées, quand nous ne parlons pas de manière individuelle mais collectivement. Je suis capitaine insurgée d’infanterie et je suis accompagnée d’autres compañeras insurgées (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #femmes_zapatistes #rencontre_internationale

    • Mon nom est insurgée Erika, c’est comme ça qu’on nous appelle, nous les insurgées, quand nous ne parlons pas de manière individuelle mais collectivement. Je suis capitaine insurgée d’infanterie et je suis accompagnée d’autres compañeras insurgées et miliciennes de différents grades.

      Notre travail sera de veiller sur cet endroit pour que seules les femmes y entrent et qu’aucun homme ne vienne. Car nous savons qu’ils sont malins.

      Vous allez donc nous voir circuler dans différents endroits mais ce sera pour veiller à ce qu’aucun homme n’entre. Et s’il y en a un qui entre, nous l’attraperons et le sortirons car nous avons clairement dit que les hommes n’étaient pas invités. C’est pour cela qu’ils doivent rester dehors et attendre pour savoir après ce qui s’est passé ici.

      Vous, vous pouvez aller où vous voulez. Vous pouvez sortir ou entrer le nombre de fois que vous voulez, vous avez juste besoin de votre badge et c’est tout. Mais les hommes ne pourront entrer qu’à la fin de la rencontre.

      #non-mixité

      Et je vois maintenant que nous avons bel et bien avancé, même si ce n’est qu’un peu, c’est toujours quelque chose.

      Et ne croyez pas que ça a été facile. Ça a été dur et ça continue à l’être.

      Et pas seulement à cause de ce sale système capitaliste qui veut nous détruire, mais aussi parce que nous devons lutter contre le système qui fait croire et penser aux hommes que nous, les femmes, valons moins et que nous ne servons à rien.

      Et parfois aussi, il faut le dire, même entre femmes, nous nous faisons des saloperies et nous nous parlons mal ; en d’autres termes, nous ne nous respectons pas.

      Car il ne s’agit pas seulement des hommes, il y a aussi des femmes des villes qui nous méprisent, qui disent que nous ne savons rien sur la lutte des femmes, car nous n’avons pas lu de livres dans lesquels les féministes expliquent comment les choses doivent être et tant d’autres choses qu’elles disent et critiquent sans connaître notre lutte.

      Car être femme est une chose et être pauvre en est une autre. C’est encore autre chose d’être indigène. Et les femmes indigènes qui m’écoutent le savent bien. Et c’est encore autre chose de bien différent et de plus difficile d’être femme indigène zapatiste.

      #féminisme


    • Chaque jour, nous mangions – des haricots rouges et des tortillas, pour l’essentiel – sous le portrait d’Abdullah Öcalan, leader du PKK embastillé par l’État turc, et dormions dans des lits superposés que l’usage dirait peu ou prou « de fortune ». En zone zapatiste, l’alcool et les drogues sont prohibés, de même que l’usage de pesticides. Les fresques recouvrant chaque bâtiment donnaient à voir les figures nationales, le maïs sacré, Frida Kahlo, la rébellion contre l’ordre néolibéral, l’escargot totémique (symbole du temps à retrouver face à la modernité déferlante et l’hybris capitaliste, avatar de la lutte à construire pierre après pierre), l’incontournable Che ou le combat des Afro-Américains. J’avais noté, amusé, ce slogan peint dans l’ombre d’un toit : « L’algèbre de l’éducation révolutionnaire est la dialectique ».
      Nous avions longuement discuté avec quelques militants zapatistes, dansé – un peu et très mal – et assisté aux cours d’histoire anticapitalistes prodigués à la centaine d’élèves de l’internat, appelés « camarades » par leur « promoteur d’éducation ». « Nous marchons et le gouvernement ne sait plus vraiment comment agir », nous avait confié N., en espagnol et à visage découvert (comme le sont la presque totalité des zapatistes une fois franchie, hors rassemblements semi-publics, l’enceinte des caracoles). Le mystère quant à leur nombre est à dessein entretenu par la direction. « Un zapatiste naît tous les jours, impossible de savoir », avait confirmé notre interlocuteur, paysan et enseignant d’une trentaine d’années. N. affichait des pommettes pleines, de sombres yeux creusant une face qu’une barbiche prolongeait en poils indécis. « Nous n’avons pas la possibilité ni le luxe de partir ou de voyager, car on n’a pas de sous et on doit construire l’autonomie. C’est difficile de vivre en communauté mais c’est ainsi. Nous sommes en guerre. Mais nous avons beaucoup d’espoir : les petits feront ce qu’on n’a pas su faire. Nos parents ne savaient pas lire et il n’y avait pas d’écoles. Beaucoup de bébés mouraient d’une simple fièvre. Le zapatisme a changé tout ça. »


  • El Votán Zapata

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/El-Votan-Zapata

    Dans un recoin du Mexique, le peuple zapatiste s’est soulevé en armes le 1er janvier de l’année 1994. Il était animé par un esprit, el votán Zapata. El votán Zapata c’est seulement l’esprit prophétique. Mais cet esprit prophétique n’est pas celui d’un homme, d’un individu, d’un prophète marchant à la tête de son peuple et faisant en sorte que les eaux se retirent devant lui. Le sous-commandant Moisés n’est pas lui-même prophète, ce nom ou ce surnom est seulement le signe de la prophétie, celui d’un monde à venir et à construire : « Votre jour était notre nuit, notre jour sera votre nuit. » Ce n’est pas non plus l’esprit révolutionnaire et religieux. Ce n’est pas annoncer ce qui va nécessairement arriver ; c’est s’engager dans ce qui advient, ne pas annoncer le mouvement, mais devenir mouvement, épouser son propre mouvement, redevenir humain en quelque sorte ; l’esprit prophétique est tout simplement l’esprit pragmatique, il est se réalisant.

    Cet esprit pragmatique ou prophétique est celui des Indiens zapatistes, il n’est pas nécessairement le nôtre, nous pouvons même nous sentir exclus. Les zapatistes ne cherchent pas à imposer leur point de vue sur le monde (...)

    #Mexique #EZLN #Zapata #prophétie #souffle #pluriversalité #Conseil_indigène_de_gouvernement #élection_présidentielle #esprit_rebelle #autonomie


  • Entretien avec Jérôme Baschet
    sur l’expérience zapatiste d’autogouvernement

    https://lavoiedujaguar.net/Entretien-avec-Jerome-Baschet-sur-l-experience-zapatiste-de-l-autono

    Le Comptoir : Vous êtes historien, enseignant à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris jusqu’en 2016 et à l’Université autonome du Chiapas à San Cristóbal de Las Casas encore aujourd’hui, où vous vivez depuis 1997. Qu’est-ce qui vous a amené au Mexique, et quel est votre rôle à l’université de San Cristóbal de Las Casas ?

    C’est en effet une trajectoire de vingt ans, pendant laquelle j’ai mené en parallèle mon intérêt pour les dynamiques contemporaines au Mexique et mon enseignement et mes recherches comme historien du Moyen Âge. Mais le déplacement progressif de l’équilibre entre ces deux versants de mon activité m’a conduit, il y a un an, à mettre fin à mon enseignement à l’EHESS, à Paris. C’est vous dire dans quel sens penche la balance…

    #Mexique #Chiapas #EZLN #zapatistes #autonomie


  • #Mexique : de grands défis pour la... "candidate indigène à la présidentielle" ?

    Les observateurs et autres activistes qui avaient essentialisé l’inclination « autonomiste » de la rébellion zapatiste, prétendument rétive à la voie politique nationale, en sont pour leurs frais. Le mouvement indigène mexicain souhaite peser dans les rapports de force là où s’ouvrent des espaces. Les partis de « la gauche institutionnelle » ont beau dénoncer un risque de division des voix, le CNI et l’EZLN considèrent avoir été trahis à moult reprises par leurs représentants.

    C’est faire un grave contresens politique que de présenter cette "non-candidature" comme une candidature, ainsi que le fait pour la seconde fois Bernard Duterme, transformant le sens et donc la compréhension possible.
    http://www.lesoir.be/99813/article/2017-06-15/mexique-de-grands-defis-pour-la-candidate-indigene-la-presidentielle
    Il avait déjà donné son interprétation normalisante dans l’article d’annonce en décembre dans Libération :
    http://www.liberation.fr/debats/2016/12/26/mexique-une-candidate-indigene-a-la-presidentielle_1537530

    Cette démarche du Congrès National Indigène n’est pas "citoyenne" au sens où nous l’entendons. Ce n’est pas un nouveau podemos. Pas plus que ça n’est une démarche communiste et encore moins anarchiste ! Ce n’est pas un nouveau parti politique mais un pari électoral : celui d’une représentation INDIGÈNE ; et ce n’est pas faire de l’essentialisme que dire ça, juste faire preuve d’humilité. Ne pas stériliser les champs des possibles, aussi. Se taire, écouter et transmettre plutôt qu’interprêter en déformant, comme nous le faisons si souvent.

    En lisant sans trahir leur texte, il n’est pas possible de ne pas mentionner dans un article censé expliquer la campagne que :
     
    – Le but de n’est pas d’être élu : il n’y aura pas d’appel au vote, pas de promesses électorales. Le but est de montrer qu’un autre fonctionnement politique est possible, horizontal, et transmettre la parole des indigènes et des plus pauvres, des minorités exclues. Et surtout d’être enfin intégré a la société civile sur ces bases de fonctionnement différent : "un mundo donde quepan mucho mundos"

    – Le processus même n’a aucun rapport avec ce que nous connaissons et pratiquons : María de Jesús Patricio a été désignée après de longues rencontres, après un tres long débat et son mandat est révocable à tout instant dès lors qu’elle ne s’y tiendrait plus. Elle devra respecter les très strictes règles de la représentation collective :
    "Servir et non se servir, construire et non détruire, obéir et non ordonner, proposer et non imposer, convaincre et non vaincre, se baisser et non se hisser, représenter et non tromper"

    – Le programme est clairement indigène comme le montre l’extrait du premier discours de "Marichuy" : elle appele à détruire “un système qui nous éteint”. Elle ajoute : “Nous nous battons pour la vie et la défense de nos terres, de l’eau et des arbres qu’ils détruisent, pour ce que nous souhaitons protéger, chérir et reprendre. Il n’y a que de cette manière que les peuples autochtones continueront à exister et qu’il y aura de la vie pour protéger ce qu’ont hérité les ancêtres”.

    – Par ailleurs la campagne ne bénéficiera d’aucune subvention étatique, politique, même si légalement elle y a droit : c’est le prix de l’autonomie. Et là dessus les zapatistes et leurs proches sont intransigeants.

    Et quelque chose me dit, car l’opiniâtreté est une de leurs grandes forces, en plus de la malice, que même si les 1% de signatures des listes électorales en provenance d’au moins 17 des 32 États fédérés ne sont pas obtenues, la campagne continuera ;)

    Voir les traductions françaises sur le site officiel http://enlacezapatista.ezln.org.mx et les communiqués du CNI à la source
     http://www.congresonacionalindigena.org

    #CNI #EZLN #zapatisme #minorités #representation #electoralisme


  • LLEGÓ LA HORA CNI | EZLN « Enlace Zapatista
    http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/05/28/llego-la-hora-cni-ezln

    LA GUERRA QUE VIVIMOS Y ENFRENTAMOS

    Nos encontramos en un grave momento de violencia, de miedo, de luto y de rabia, por la agudización de la guerra capitalista en contra de todas y todos en el territorio nacional. Vemos el asesinato de mujeres, por el hecho de ser mujeres, de niños por el hecho de ser niños, de pueblos por el hecho de ser pueblos.

    La clase política se ha empecinado en hacer del Estado una corporación que vende la tierra que es de los pueblos originarios, campesinos, urbanos, que vende a las personas como si fueran una mercancía que se mata y se entierra como materia prima de los cárteles de la droga, para venderlas a las empresas capitalistas que los exploten hasta que enfermen o mueran, de venderlas en partes para el mercado ilegal de órganos.

    #EZLN #Mexique #Chiapas #Congreso_Nacional_Indígena


  • #Lecture : L’abécédaire du sous-commandant Marcos
    https://archive.org/details/20170505_Abecedaire_Marcos

    Publié le 01 mai 2017 dans Abécédaires par Ballast
    http://www.revue-ballast.fr/labecedaire-commandant-marcos

    Le zapatisme semble être passé de mode. Après avoir secoué le monde au mitan des années 1990 — les puissants juraient que leur « démocratie » marchande avait partout triomphé lorsqu’une armée, masquée et majoritairement composée d’Indiens mexicains, se dressa contre ce qu’elle nommait la Quatrième Guerre mondiale : le néolibéralisme et le capitalisme financier —, le mouvement porté par le sous-commandant insurgé Marcos, dit « Sup », a quelque peu disparu des radars médiatiques, voire militants. Ne parlons d’ailleurs plus de Marcos puisqu’il annonça lui-même son auto-dissolution il y a trois ans de cela : il se nomme à présent Galeano. Marcos n’est plus mais le zapatisme bouge encore ; il entend même présenter, en 2018, une candidate indienne aux élections présidentielles. Diable ! Le zapatisme n’a-t-il pas martelé qu’il refusait de s’emparer de l’État, qu’il se félicitait d’avoir permis « la création du pouvoir d’en-bas » (contre « l’en-haut »), qu’il se réjouissait d’avoir pratiqué une politique du quotidien et d’être passé « des leaders aux peuples » ? Galeano et son camarade Moisés s’en sont expliqué il y a quelques mois maintenant : il ne s’agit pas d’accéder à la fonction suprême ni de devenir un parti mais d’utiliser cette visibilité pour « amener le message de lutte et d’organisation aux pauvres de la campagne et de la ville du Mexique et du monde ». L’occasion de revenir, par cet abécédaire, sur ce mouvement et cette figure qui nous sont chers.

    #EZLN #zapatisme #SupMarcos #SupGaleano


  • #audio : Le chat-chien et l’apocalypse

    Un texte du sous-commandant Galeano, feu sous-commandant Marcos, qui parle d’apocalypse et d’organisation, de zombies et de la série The Walking Dead, d’art, de science, d’indigènes, de zapatistes, de la Sexta et bien sûr, de l’inénarable chat-chien...

    lecture de karacole : https://archive.org/details/20170427_ChatChienEtApocalypse

    publié le 29 décembre 2016 sur le site de lien zapatiste, enlace zapatista : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2016/12/29/el-gato-perro-y-el-apocalipsis

    traduit et mis en ligne par le CSPCL (Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte) le 24 avril 2017 : http://cspcl.ouvaton.org/spip.php?article1300

    photo (cc) ValK. : Chien-chat, San Cristóbal de las Casas, Chiapas, Mexique, le 17 mars 2015 : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/34307769425/in/album-72157660780481695

    Flickr

    A la source dans la série « Sombra » dédiée à la tempête qui vient, et la résistance, de la zad #NDDL au zapatisme #EZLN :
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/sets/72157660780481695

    autres audios dispos : https://archive.org/details/@karacole



  • LES MURS, EN HAUT ; LES BRÈCHES, EN BAS (ET À GAUCHE)
    communiqué de l’#EZLN
    février 2017

    avec les oreilles : https://archive.org/details/20170411_EZNL_Les_Murs_Et_Les_Breches

    avec les yeux : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/03/26/la-tempete-sur-notre-chemin

    Lecture faite à l’occasion de la venue de l’expo/rencontre « pARTage ZAPATISTE » les 15 et 16 avril 2017 sur la #zad de Notre-Dame-des-Landes #NDDL
    Samedi 15 avril de 10h à 19h : CompArte ~ pArtage : découverte des Oeuvres des communautés rebelles du #Chiapas
    Samedi 15 avril à 18h au Taslu : Présentation de Jérôme Baschet et Rocio Martinez, sur l’expérience d’autonomie zapatiste et sur les enjeux d’une création artistique dans la lutte - vernissage de l’exposition - découverte et apéro
    Dimanche 16 avril de 12h à 19h : CompArte ~ pArtage : découverte des Oeuvres des communautés rebelles du Chiapas
    infos sur http://zad.nadir.org/spip.php?article4466

    Mais aussi à l’occasion de la Journée Mondiale des Luttes Paysannes :
    Lundi 17 avril de 13h à 15h lors du repas partagé de cette journée sur la zad, intervention de représentants des paysans mexicains en lutte au Chiapas.
    infos sur https://44.demosphere.eu/rv/1151

    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/17354899200/in/album-72157651920994107

    Flickr

    photo (cc) ValK. :
    Sous-commandant insurgé Moisés.
    Sous-commandant insurgé Galeano.
    au Cideci-Unitierra - Chiapas - Mexique.