• (10) Pour un 8 mars féministe universaliste ! - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/03/03/pour-un-8-mars-feministe-universaliste_1712751


    J’avoue ne pas très bien comprendre leur concept de l’universalisme, vu qu’il a l’air de se limiter à celles qui sont comme elles, ce qui me semble précisément un peu paradoxal.
    Je suppose que ce sont les mêmes qui défendent le droit d’être « importunées », des trucs dans le genre ?

    Il faudrait un nouveau hachtag, un truc comme #fauxministes

    Comment accepter que le 25 novembre dernier, Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, les organisatrices de la manifestation #NousToutes, imitant le courant racialiste venant des Etats-Unis, nouent des alliances avec des groupes portant le relativisme culturel et le morcellement des droits en fonction de la couleur de la peau ou de la religion ?

    Comment accepter que des rencontres se qualifiant de féministes puissent exclure des femmes en fonction de leur couleur de peau et de leurs origines ?

    Comment accepter que le voilement des fillettes, qui les conditionne à une vision hiérarchisée des sexes, se répande en France et dans le monde ?

    Ces développements sont d’autant plus inquiétants que des médias accordent une place grandissante à ce qu’ils appellent les « nouveaux féminismes ». Qu’ont-ils donc de nouveau ou même de féministe ? En réalité, ils renvoient les femmes à des assignations identitaires, culturelles et religieuses (ainsi en est-il du voile, du burkini…) ; essentialistes et différentialistes, ils compromettent l’émancipation des femmes, renforcent les inégalités entre elles, et retardent l’égalité femmes-hommes.

    Nous, signataires de l’appel « pour un 8 mars féministe universaliste ! »

    • Si l’on doutait que l’universalisme est désormais une valeur d’arrière-garde, en voici la triste confirmation…

      André Gunther
      Réponse à André Gunther sur twitter :

      Ce n’est pas l’universalisme qui est devenu d’arrière-garde. Le problème c’est d’avoir laissé ce courant se prétendre universaliste alors qu’il ne procède que par essentialisme et différentialisme.

      https://twitter.com/gunthert/status/1102565505024618497

    • Il y a aussi, parmi plein de personnes engagées pour la laïcité (mais qui pensent peut-être aux droits des femmes tous les matins en se rasant, qui sait ?), Jeanne Favret-Saada.

      Oui, ça fait très « féminisme blanc » et elles exagèrent en faisant comme si elles étaient les seules à être contre l’obligation de se voiler, mais ce que je vois avant tout, derrière la sale tête de Badinter, c’est un clivage assez pénible qui tient à pas mal de mauvaise foi... de part et d’autre. Pénible !

    • Vous êtes sommé·e·s de faire allégeance au côté obscur de « l’Esprit des Lumières »

      Nous constatons avec satisfaction que nombre d’événements en lien avec cette journée sont organisés ; en revanche, la mobilisation est morcelée : le relativisme culturel est passé par là, nous divisant en autant de groupes antagonistes et fabriquant des clivages imaginaires .

      Encore des histoires de morceaux de tissu (que l’on ne saurait voir sur les têtes de « nos femmes »).
      Clivages imaginaires, dit-on dans cette tribune (signée par qui, au fait ?) : la nouvelle tendance pour déconsidérer toute personne en lutte, c’est de la psychiatriser : fantasme, hystérie et autres troubles mentaux répertoriés au Diagnostic and Statistical Manual (of Mental Disorders).
      Finalement, « l’Esprit des Lumière » a bien réussi sa reconversion au totalitarisme puisque ses affidé·es en ont intégré toutes les méthodes coercitives. Force est de constater que dans cet universalisme-là , on est loin d’avoir la lumière à toutes les pièces.

      #confusionnisme (on peut dire ça ?)

    • Je trouve le hashtag #fauxministes pas très adapté sur ce coup-là : il y a plein de mecs laïcs qui n’en ont peut-être rien à faire mais il y a aussi de vraies féministes dans cette pétition. Des vraies féministes avec des idées rances sûrement mais je ne me vois pas attribuer des labels de vraie féministe et de fausses à des meufs qui s’engagent pour les droits des femmes, comme certaines ici. Fauxministes, c’est ceux et celles qui en parlent le 36 du mois, comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase mais jusqu’ici on s’en tapait ou comme le prétexte pour vomir sur des ennemis idéologiques, etc. Fauxministe, Baupin avec son rouge à lèvres mais pas Badinter, aussi éloignée serais-je de son féminisme.


  • la femme au couteau (Sofia Coppola devrait-elle s’en tenir à ce qu’elle...)
    http://lafemmeaucouteau.tumblr.com/post/164328322473/sofia-coppola-devrait-elle-sen-tenir-%C3%A0-ce-quelle

    De ce fait, Les Proies est un exemple parfait de ce qu’est le féminisme blanc, qui donne la priorité aux vies, histoires, droits et émotions des femmes blanches, au-dessus des femmes racisées. Le film présente aussi une histoire révisionniste où ce coin du Sud Américain est romanticisé, présenté comme un monde onirique isolé peuplé de jolies robes, de mousse espagnole et de vieilles demeures, avec Coppola déclarant qu’elle s’est sentie attirée par la nature « exotique » du Vieux Sud et qu’elle a encouragé les acteur-ices à regarder « Autant En Emporte Le Vent » pour trouver de l’inspiration. Elle ne PEUT PAS avoir des femmes Noires dans cet environnement parce que cela signifieraient que ses diaphanes protagonistes - confrontant leurs sentiments réprimés, leurs idées de la féminité et du patriarcat lorsque le personnage masculin, joué par Colin Farrell, dérange leur dynamique - seraient antipathiques, étant complices de l’esclavage.

    #racisme #cinéma #féminisme_blanc


  • Sophia Coppola devrait-elle s’en tenir à ce qu’elle connaît ? Oui.
    Mais cela passe par admettre son racisme.

    Should Sofia Coppola Stay In Her White Lane? Sure. But That Means Acknowledging Her Racism.

    http://lafemmeaucouteau.tumblr.com/post/164328322473/sofia-coppola-devrait-elle-sen-tenir-%C3%A0-ce-quelle

    Traduction d’un article écrit par Seren Sensei le 28/07/17 sur Medium. Comme toujours, les liens dans l’article dirigent vers des sites anglophones.

    #féminisme_blanc #cinéma #Sophia_Coppola #suprématie_blanche


  • #RAQUEL_ROSARIO_SANCHEZ : S’il existe quelque chose comme le «  féminisme blanc  », l’idéologie de l’identité de genre en est vraiment l’incarnation parfaite.
    https://tradfem.wordpress.com/2017/08/01/sil-existe-quelque-chose-comme-le-%E2%80%89feminisme-blanc%E2%80%

    Durant mes études de troisième cycle, j’ai eu un débat animé avec un camarade de classe qui affirmait que le «  féminisme blanc  » était un grave problème dans le mouvement des femmes.

    Pour ce type (qui était blanc et originaire des États-Unis), «  le féminisme blanc  » signifiait que le mouvement des femmes s’était limité aux vies et aux expériences d’un nombre très restreint de personnes — des femmes blanches des États-Unis, privilégiées, issues principalement de milieux universitaires —, et ce «  durant la majorité de son histoire  ».

    Je lui ai dit qu’à mes yeux, cette expression fonctionnait comme un outil pour rejeter l’apport des féministes de la deuxième vague, glorifier une troisième vague (très problématique) et encourager les luttes intestines entre féministes, en créant des divisions dans un mouvement où la lutte collective est cruciale. Sa prétention était contredite par le mouvement populaire avec lequel j’avais grandi en République dominicaine, qui n’était évidemment pas dirigé par des Étasuniennes (et certainement pas par des femmes blanches de classe supérieure ou des universitaires). Il existe des problèmes légitimes au sein du féminisme dans mon pays, notamment en ce qui concerne le rapport de classes, mais on y trouve beaucoup plus de solidarité que d’animosité, et le féminisme dominicain a été conséquent dans son traitement des luttes des femmes rurales, ouvrières et immigrantes.

    J’ai particulièrement remarqué, pendant mon séjour en tant qu’immigrante aux États-Unis, que la plupart des gens qui se plaignaient à moi de ce qu’ils et elles appelaient le «  féminisme blanc  » étaient eux-mêmes de race blanche. Je me suis sentie instrumentalisée en tant que femme de couleur dominicaine, comme si ces personnes tentaient de m’utiliser pour les valider, elle et leur type de féminisme. J’en suis venue à me méfier de toutes les personnes blanches qui utilisaient cette expression. Critiquer le «  féminisme blanc  » semblait être un moyen pour elles de se présenter comme des Blanc·he·s qui seraient différent·e·s, meilleur·e·s — à titre de personnes féministes «  intersectionnelles  » branchées, qui se trouvaient simplement être de race blanche.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2017/07/26/white-feminism-thing-gender-identity-ideology-epitomizes

    RAQUEL ROSARIO SANCHEZ est une autrice de la République dominicaine. Sa priorité dans son travail en tant que féministe est de mettre fin à la violence infligée aux filles et aux femmes. Ses textes ont paru dans plusieurs publications en ligne et imprimés, en espagnol, en français et en anglais, y compris : TRADFEM, FEMINIST CURRENT, EL GRILLO, LA REPLICA, TRIBUNA FEMINISTA, EL CARIBE ET LA MAREA. Vous pouvez vous abonner à son fil Twitter : @ 8ROSARIOSANCHEZ, où elle s’exprime sur le féminisme, la politique et la poésie.
    #identité_de_genre #feminist_current #féminisme_intersectionnel #République_Dominicaine #féminisme_blanc


  • L’essai de récupération de Chimamanda Ngozi Adichie par la Troisième vague est tout sauf intersectionnel | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/04/13/lessai-de-recuperation-de-chimamanda-ngozi-adi
    https://secure.gravatar.com/blavatar/a3b1cc5dc5733d7f4309d47eda4caf8d?s=200&ts=1492441242

    «  Je pense que tout le problème du genre dans le monde tient à nos expériences. Il ne s’agit pas de la façon dont nous coiffons ou d’avoir un vagin ou un pénis. Il s’agit de la façon dont le monde nous traite, et je pense que si vous avez vécu dans le monde en tant qu’homme, avec les privilèges que le monde accorde aux hommes, et que vous changez ensuite pour ainsi dire de genre, il est difficile pour moi d’accepter que nous puissions alors assimiler votre expérience à celle d’une femme qui a toujours vécu dans le monde en tant que femme et qui ne s’est pas vu accorder ces privilèges dont disposent les hommes. Ce que je dis, c’est que le genre ne relève pas de la biologie, le genre relève de la sociologie.  »

    L’intensité de la réaction hostile à ses propos a amené Adichie à publier une réponse plus détaillée, qui manifeste à ses critiques beaucoup plus d’empathie et de réflexion qu’eux-mêmes lui en avaient accordée. Elle a expliqué que reconnaître le privilège masculin « ne signifie pas que les transfemmes n’ont pas subi des difficultés en tant que garçons. Mais elles n’ont pas subi ces difficultés particulières au fait d’être nées de sexe féminin, et cela importe parce que ces expériences façonnent la façon dont les femmes adultes nées de sexe féminin interagissent avec le monde.  »

    Mais pourquoi le mouvement de ressac contre Adichie a-t-il été aussi immédiat ? Pourquoi dépeint-on ses opinions comme outrancières et «  phobiques  » quand elles sont tout sauf cela ? Je crois que c’est parce qu’elle avait été élevée sur un piédestal par des progressistes et, qu’en exprimant une opinion impopulaire, elle a dévié de la pensée de groupe dont le féminisme de la troisième vague a fait une ligne de parti. Pire encore, elle avait exprimé des points de vue partagés par la deuxième vague, celle des féministes radicales.

    Le féminisme de la troisième vague aux États-Unis prétend en effet qu’avant lui, le mouvement des femmes avait complètement ignoré la diversité des vies et des expériences des femmes. Cette thèse est du pipeau. En tant que femme dominicaine qui a étudié l’histoire du mouvement féministe, dans mon propre pays ainsi qu’en Amérique latine et aux Antilles, cette lecture me semble à courte vue et, de façon prévisible, centrée sur les États-Unis. Le mouvement pour les droits des femmes existe depuis plus d’un siècle, ancré dans une foule de pays et d’époques. Il est inexact de tenir pour acquis que jusqu’à l’apparition aux États-Unis de l’expression « féminisme intersectionnel », le mouvement des femmes ne s’est soucié que des besoins et des préoccupations des femmes blanches, occidentales et de classe supérieure.

    Hélas, d’une manière que reconnaîtra quiconque a déjà été instrumentalisé-e sur la base de son identité, dès le moment où cette femme brillante, puissante et réfléchie a émis une idée qui s’avérait impopulaire, elle a été traînée en position de n’être que juste une autre privilégiée qui ne sait pas ce dont elle parle et doit être «  éduquée  ». Elle a été qualifiée de «  TERF  » et de «  féministe blanche  » elle-même, et ses opinions présentées comme non seulement erronées, mais toxiques.

    Ceci démontre, à tout le moins, que le label de «  féminisme blanc  » n’a jamais été conçu comme une analyse des vecteurs de race ou de classe. Il a toujours été destiné à diffamer et à diviser les femmes entre les catégories de «  féministes éveillées (Woke feminists)  » et de féministes non éveillées. Comme l’expression «  cis  », analysée par Rebecca Reilly-Cooper, c’est un outil linguistique destiné à «  garantir que nous les femmes n’ayons aucun moyen de nous décrire qui ne nous dépeigne pas comme oppresseures ».

    par Raquel Rosario Sanchez

    Raquel Rosario Sanchez est une activiste et défenderesse des droits, originaire de la République dominicaine. Son travail porte sur la violence envers les femmes et les filles, la traite des personnes et l’abolition de la peine de mort. Elle poursuit en Oregon un diplôme de master en Études sur les femmes, le genre et la sexualité.

    #féminisme #dogmatisme


  • Françoise Vergès : « Les féministes blanches n’ont pas intégré dans leur histoire les avortements forcés de la Réunion » - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2017/04/14/francoise-verges-les-feministes-blanches-n-ont-pas-integre-dans-leur-hist

    Un procès s’ouvre en 1971. Trente femmes ont porté plainte et viennent témoigner : elles sont noires. Les médecins sont en majorité des hommes blancs venus de France, un seul est d’origine marocaine. La fraude à la Sécurité sociale ne sera jamais évoquée : la direction locale refusera de porter plainte. Les médecins ne seront pas condamnés, sauf le professionnel d’origine marocaine, interdit de pratiquer et condamné à payer une amende, ainsi que l’infirmier-chef réunionnais, d’origine indienne. Les femmes ne recevront aucune réparation.

    #histoire #femmes #avortement_forcé #racisme #France

    • #ventre_des_femmes #féminisme_blanc #histoire_féminisme

      La gestion différente du ventre des femmes, à Paris ou à Saint-Denis de la Réunion, démontrait que le patriarcat n’est pas le même partout, qu’il n’est pas universel. Et que la liberté des femmes ne peut pas être déclinée de la même manière partout : sur certains territoires, le passé esclavagiste et colonial apporte d’autres dimensions, et l’écrasement des femmes doit aussi intégrer le racisme. Le féminisme français a manqué l’occasion d’être aussi riche et divers qu’il l’est aux Etats-Unis, plus apaisé aussi. Il y aurait certainement beaucoup moins d’incompréhension et de conflits aujourd’hui autour de la question du voile notamment, et de savoir qui est une « bonne » féministe et qui ne l’est pas. Au contraire, le féminisme français s’est « blanchi ».

      et je note aussi

      … en France, la publicité pour les contraceptifs est interdite [elle ne sera légale qu’en 1987, ndlr]

      et à lire …
      la Parole aux Négresses, de la Sénégalaise Awa Thiam

      J’ai un peu du mal avec l’explication courte de la guerre d’Algérie pour justifier l’omerta. Qui disait « pour penser le monde, il faut avoir le ventre plein » pour expliquer que ce sont le plus souvent les classes sociales les plus aisées qui mènent les -ismes ?

    • Oui @touti ; il suffirait d’écrire « devraient intégrer » ou « n’ont pas encore intégré » pour donner une perspective un peu plus constructive à l’article, plutôt qu’en faire une énième condamnation « du féminisme français » (sic).


  • #Raquel_Rosario_Sanchez : L’essai de récupération de Chimamanda Ngozi Adichie par la Troisième vague est tout sauf intersectionnel
    http://tradfem.wordpress.com/2017/03/21/lessai-de-recuperation-de-chimamanda-ngozi-adichie-par-la-troisie

    «  Comment a-t-elle pu dire pareille chose ?!  » Chaque réaction de ce genre exprimée à propos des remarques récentes de Chimamanda Ngozi Adichie sur les transfemmes (transwomen) véhiculait le message que les gens étaient non seulement indignés par la romancière nigériane et féministe, mais également déçus par elle. Dans le Los Angeles Times, Michael Schaub a écrit qu’elle avait «  irrité  » la communauté transgenre. Paper Magazine a expliqué que «  les gens ne réagissent pas bien  » à ses commentaires. Dans The Root, Raquel Willis a déclaré qu’Adichie avait «  manipulé (gaslighted)  » les personnes transgenres pour finalement «  les dépouiller de leur condition féminine (womanhood)  ». Le blogue Unapologetic Feminism a dit des commentaires d’Adichie qu’ils révélaient son «  manque de raffinement  » comme théoricienne. (Le problème ne pouvait pas être qu’elle avait une opinion valable, quoique différente, sur la condition féminine : il fallait qu’elle soit confuse ou stupide.)

    La plupart des tribuns qui ont dénoncé les commentaires d’Adichie ont fait preuve de malhonnêteté dans leur portrait du conflit, reproduisant presque exclusivement les opinions défavorables à son égard. En excluant le soutien et la solidarité remarquables qu’Adichie a reçus de nombreux hommes et femmes, son opinion a été présentée comme une aberration (et donc plus condamnable) et plus isolée qu’elle ne l’est en réalité.

    Et qu’est-ce qu’une écrivaine féministe renommée a dit pour provoquer une telle indignation (alléguée)  ?

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2017/03/20/third-waves-tokenization-chimamanda-ngozi-adichie-anything-intersec

    Raquel Rosario Sanchez est une activiste et défenderesse des droits, originaire de la République dominicaine. Son travail porte sur la violence envers les femmes et les filles, la traite des personnes et l’abolition de la peine de mort. Elle poursuit en Oregon un diplôme de master en Études sur les femmes, le genre et la sexualité.

    #Chimamanda_Ngozi_Adichie #transfemme #féminisme_intersectionnalité #féminisme_blanc #Kimberlé_Crenshaw


  • Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain
    http://prenezcecouteau.tumblr.com/post/146837766244/du-caract%C3%A8re-polymorphe-et-multicolore-du-relou-en

    “Non mais qu’ils ne respectent pas les femmes chez eux, c’est leur problème, mais ici, on est en France”

    “ Je suis pas raciste, mais j’en ai marre de me faire draguer dans la rue ! ”

    “ C’est dans leur culture, ils n’ont pas le même rapport à la séduction”.

    Ces déclarations n’ont pas particulièrement été tenues par des membres du FN ou même des personnes se disant (se pensant) racistes. Non. Ce sont des déclarations que j’ai entendues, que j’entends régulièrement, dès que l’on parle de harcèlement de rue.

    Parce que, comme en parlait récemment un article de rue89, c’est un fait : pour beaucoup de personnes, y compris les victimes de harcèlement de rue, les agresseurs de rue ne sont que des mecs de banlieue, de cité, de quartiers populaires. Que des immigrés, des fauchés, des lascars, des cailleras, des ouaich, des rebeus, des renois… Je parle souvent de harcèlement de rue, avec beaucoup de personnes. Et la récurrence des déclarations précédentes m’attriste.

    Non, elle me révolte, en fait. Elle me met hors de moi.

    Parce qu’en ne parlant que d’un type très spécifique de harcèlement, mes copines Blanches et/ou bourgeoises invisibilisent totalement un autre type de harcèlement que, pourtant, les femmes racisées vivent aussi fréquemment et avec autant de violence.

    J’habite dans un quartier très bourgeois qui est aussi le quartier des putes de la ville. Il y a quelques semaines, un homme d’une cinquantaine d’années se dirige vers moi. Rapidement, sans se présenter ni même me saluer (même pas un “ouaich la miss”), le mec me propose de baiser, il a de l’argent, il veut bien en mettre. Le temps de comprendre et de réagir, et je tente de m’éloigner en déclinant, agacée. Mais le monsieur m’attrape, me bloque contre le mur et insiste, en chuchotant “allez, j’ai envie, j’peux payer, laisse-toi faire, j’te trouve bonne…”, les supplications du gamin persuadé que le fait qu’il ait très envie justifie qu’il prenne. Il me faut encore quelque secondes pour réagir. Et puis j’explose. Je l’insulte de tous les noms que je connais, je le repousse, je me dégage, je hurle, je le pourris, il s’éloigne.

    Dans la rue, les passants sourient, amusés. Moi je tremble, je bouillonne et ne vois pas ce qui les amuse. Et, alors que je me remets en route, j’entends le vendeur du magasin de chaussures d’à côté (sorti pour voir ce qui se passait) déclarer à sa collègue “non, rien, juste une pute qui fait du scandale”.

    Une bourgeoise se serait fait coincer comme moi par un lascar ou un mec racisé, les gens se seraient empressés de lui demander si ça va ?, elle n’a rien ?, ne veut pas appeler la police ?. Mais je suis une meuf racisée en mini-short et collants troués qui décline les avances d’un monsieur qui doit porter trois mois de mon loyer sur le dos, et je ne suis rien d’autre qu’une pute qui fait du scandale. Parce que décliner les avances d’un homme de classe supérieure, c’est faire du scandale, faire l’intéressante, c’est moins légitime que de repousser celles d’un kéké, parce que pour un homme, argent est gageure de pouvoir de séduction, parce que l’époque où on renversait les gueuses dans un coin de ruelle sans en payer la moindre conséquence n’est pas si lointaine…

    Ils sont bien Blancs aussi, les mecs qui me suivent en voiture (avec parfois le siège bébé à l’arrière) jusque chez moi, même après que je leur ai dit et répété que non, je ne suis pas en train de travailler, juste en train de rentrer chez moi, laissez-moi maintenant.

    Ils sont toujours Blancs ceux qui croient que l’argent leur donne le droit de.

    Ils sont souvent Blancs ceux qui m’exotisent et projettent sur moi leurs fantasmes de néo-colons en accompagnant leur drague de tous leurs clichés sur les Noires. “Gazelle”. “Tigresse*”. “Lionne”. “Sauvageonne”. “Sauvage”. “Beyoncé”. “Rihanna” “ N’importe quelle Noire sexy et à la mode

    Ils sont bien blancs aussi les mecs de l’école de commerce du quartier qui viennent s’abreuver de bière virile au bout de ma rue. Ils étaient tous bien blancs et de polos vêtus le soir où, après que j’ai décliné leurs invitations à rejoindre leur table, ils ont commencé à m’appeler “Nafissatou” et à gueuler, de façon à ce que tout le monde l’entende, comment ils me prendraient quand j’aurais bu suffisamment ou laissé mon verre sans surveillance. Ils étaient une grande tablées de mecs Blancs de bonne famille à trouver hilarant de me menacer explicitement (mais pour déconner) de viol pour me punir de les avoir éconduits.

    C’est au cours d’une soirée d’école d’ingénieurs qu’après que j’ai poliment repoussé la drague polie d’un mec très poli, je me suis fait traiter de sale négresse et fait expliquer qu’il fallait pas que je me fasse de films, je n’étais qu’un choix de repli, les “filles comme moi” ne font partie que de celles qu’on veut baiser quand on s’est pris un stop par les meufs qu’on veut épouser.

    Dans le travail aussi. C’était un bon bourgeois qui, alors que j’étais encore stagiaire, m’appelait sur mon lieu de travail, saluait mes boss avant de leur dire “c’est à votre petite stagiaire que j’ai envie de parler”. C’était un grand bourgeois qui, un soir de vernissage a essayé d’obtenir de moi des gâteries dans la cuisine de la galerie, me promettant qu’il ferait de moi “quelqu’un”, comme si je n’étais personne. C’était un Blanc qui en réunion, devant mes collègues et mes supérieurs, s’amusait à commenter mon tour de taille et à se plaindre du fait que je refusais ses invitations à dîner. C’est un groupe de Blancs qui, après la réalisation d’un projet commun, a trouvé drôle de proposer de me “faire tourner” pour fêter notre succès. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont menacée de “me griller dans le milieu” si ne me mettais pas à quatre pattes. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont prise en otage et ont joué de leur position de pouvoir pour que je me sente coincée, humiliée, affichée, obligée. Ce sont toujours des Blancs qui m’ont fait sentir que, quoi que je fasse, quoi que j’accomplisse, à un moment ou un autre, on me remettra toujours à ma place de chatte sur jambes.

    Alors oui, je sais, il y a les “ouaich la miss” et les “madmouazel, t’es très très charmante”. Mais il n’y a pas de mystères les gens : si les banlieusards et les scarlas sont un peu en avance sur le harcèlement de rue, c’est que la harcèlement de bureau et le harcèlement de bar sont déjà pris. C’est qu’en fait, les banlieusards et les scarlas, on n’a pas trop envie de les voir ailleurs que dans la rue. Les banlieusards, les lascars et les ouaichs investissent l’espace qu’on leur laisse. Je ne dis pas que leur sexisme est moins grave ou moins violent. Je dis qu’il serait temps d’arrêter de ne parler que de celui-ci. Pendant qu’on s’acharne sur celui-ci, celui-là s’assied, déplie ses jambes et s’installe.

    Et de remettre les choses à leur place :

    Non, ce qui est révoltant, ce n’est pas de se faire draguer par un homme de classe inférieure. Non, ce qui est vexant, ce n’est pas qu’il me prenne pour une fille de son quartier.

    Non, le problème n’est pas que son vocabulaire ou sa répartie soit limitées et que sa drague manque de prose ou de mots à trois syllabes.

    Ce qui est révoltant c’est d’être sexualisée, tout le temps, tous les jours, dans tous les contextes.

    Ce qui est vexant, c’est la banalisation de l’insulte sexiste dans l’espace public.

    Le problème c’est que me sens moins légitime à aller et venir dans cet espace. Le problème c’est que malgré mon droit inaliénable de me promener, j’ai envie de m’excuser d’être présente, je me sens comme une intruse sur le pavé, comme une invitée suspecte dont on épierait les faits et gestes. Et le cul.

    Qu’on se le dise une fois pour toute : Le harcèlement de rue n’a pas d’origine géographique, de religion ou de culture (à part celle du viol). Le harcèlement de rue est la conséquence du patriarcat. Et le patriarcat n’est pas défendu par les seuls banlieusards, mais par tous ceux qui croient et affirment qu’il est le fait des autres. Le patriarcat porte autant le costard-cravate Hugo Boss que le survêt Lacoste ou le jean Célio. Mais il semblerait qu’il soit plus aisé de se plaindre de l’autre que de l’un…

    Chères personnes anti-sexistes : subir une oppression ne devrait jamais être un prétexte pour en exercer une autre. Se révolter, c’est (très très) bien. Le faire avec intelligence et sans ethnocentrisme, c’est mieux.

    Bisous

    * Moi je le sais qu’il n’y a pas de tigreSSE en Afrique. Ce sont les relous qui sont pas au courant

    #sexisme #racisme #harcelement #domination_masculine #féminisme_blanc #intersectionnalité #classisme


  • BALLAST Zahra Ali : « Décoloniser le féminisme »
    http://www.revue-ballast.fr/zahra-ali

    Lier féminisme et islam n’est pas sans faire question : souvent, les féminismes occidentaux redoutent l’intrusion du religieux — patriarcal et régressif — et les espaces musulmans craignent le chantage néocolonial à l’émancipation des femmes. Sociologue et auteure, en 2012, de l’essai Féminismes islamiques, Zahra Ali s’empare de cet « oxymore » pour en exposer ce qu’elle nomme les « a priori » réciproques. Celle qui milita contre l’exclusion des élèves portant le foulard appelle à contextualiser, historiciser et rejeter les essentialismes : condition nécessaire à la création d’un féminisme international et pluriel.

    « On me nie le droit de me revendiquer en tant que féministe », avez-vous déclaré un jour, lorsque vous portiez le foulard. Qui sont donc les juges et les distributeurs de licences en conformité ?

    Bonne question. Dire que l’on parle depuis la marge ne veut certainement pas dire que l’on érige celles et ceux qui sont au centre en modèles normatifs. Mais c’est faire reconnaître que celles et ceux qui ont le monopole et la légitimité de se définir comme féministe, progressiste et égalitariste le font dans l’exclusion d’autres formes d’émancipation — et, de ce fait, ne sont pas aussi féministes et égalitariste qu’ils le prétendent. Le féminisme blanc, bourgeois, dominant est porteur, en France, d’une vision normative de l’appartenance au collectif : c’est celui qui nie les expressions alternatives de la lutte contre le patriarcat et pour l’égalité. Un discours et des pratiques de « féministes » qui n’appliquent leur conception de l’égalité qu’à une catégorie de femmes : celles qui assimilent émancipation à occidentalisation et sécularisation.

    #féminisme #colonialisme #féminisme_blanc #intersectionnalité #islamophobie


  • Quelques extraits de Bell Hooks, Ne suis-je pas une femme ? - Femmes noires et féminisme, 1981 via Prenez ce couteau http://prenezcecouteau.tumblr.com

    L’absence de solidarité politique de la majorité des réformatrices blanches avec les personnes noires a été mise en évidence lors du conflit qui a eu lieu autour du vote. Lorsqu’il a été clair que les hommes blancs pourraient accorder le droit de vote aux hommes noirs tout en laissant les femmes blanches privées de ce même droit, les suffragettes blanches n’ont pas réagi collectivement en exigeant que toutes les femmes et tous les hommes obtiennent le droit de vote. Elles n’ont fait qu’exprimer leur colère et leur indignation par rapport au fait qu’il semblait plus important pour les hommes blancs de maintenir les hiérarchies sexuelles que les hiérarchies raciales au coeur de l’arène politique.
    (…)
    Les suffragettes blanches avaient l’impression que les hommes blancs insultaient les femmes blanches en refusant de leur accorder les privilèges qu’ils s’apprêtaient à accorder aux hommes noirs. Elles blâmaient les hommes blancs non pour leur sexisme, mais pour leur intention de permettre au sexisme d’éclipser les alliances raciales. Stanton, comme d’autres militantes blanches pour les droits des femmes, ne souhaitait pas voir les Noir-e-s réduit-e-s en esclavage, mais elle ne souhaitait pas voir le statut des personnes noires amélioré cependant que le statut des femmes blanches ne changeait pas.

    –----

    Lorsque le mouvement des femmes a débuté à la fin des années 1960, il était évident que les femmes blanches qui le dominaient avaient l’impression que c’était “leur” mouvement, le moyen par lequel les femmes blanches pouvaient faire entendre leurs critiques envers la société. Non seulement les femmes blanches ont agi comme si l’idéologie féministe n’existait que pour servir leurs propres intérêts sous prétexte qu’elles avaient réussi à attirer l’attention du public sur les questions féministes, mais elles ont aussi refusé de reconnaître que les femmes non-blanches faisaient partie du groupe des femmes aux Etats-Unis. Elles exhortaient les femmes noires à rejoindre “leur” mouvement ou dans certains cas le mouvement des femmes, mais dans leurs discours et leurs écrits, leurs attitude envers les femmes noires était aussi raciste que sexiste. Leur racisme ne prenait pas la forme d’une haine ouverte ; il était beaucoup plus subtil. Il prenait la forme de l’ignorance pure et simple de l’existence des femmes noires, ou celle de l’utilisation dans leurs écrits de stéréotypes racistes et sexistes courants.
    (…)
    Dans la plupart de leurs écrits, l’expérience de la femme blanche états-unienne est rendue synonyme de l’expérience de la femme états-unienne. Alors qu’il n’est en aucun cas raciste d’écrire un livre parlant exclusivement des femmes blanches, il est en revanche fondamentalement raciste que soient publiés des livres qui ne s’intéressent qu’à l’expérience des femmes blanches états-uniennes dans lesquels on part du principe que cette expérience est l’expérience de LA femme états-unienne.

    –-----

    Dès que les femmes noires essayaient d’exprimer aux femmes blanches ce qu’elles pensaient de leur racisme, ou leur sentiment que les femmes à l’avant-garde du mouvement n’étaient pas des femmes opprimées, on leur répondait qu’“on ne peut pas hiérarchiser les oppressions”. L’insistance des femmes blanches sur “l’oppression commune” dans leur tentative d’interpellation des femmes noires afin qu’elles rejoignent le mouvement ne faisait qu’aliéner davantage ces dernières. Puisque de nombreuses femmes blanches du mouvement employaient des domestiques non-blanches et blanches, les femmes noires vivaient cette rhétorique de l’oppression commune comme une agression, comme l’expression d’un insensibilité bourgeoise et un manque de préoccupation pour la position des femmes des classes populaires dans la société.
    Parler d’oppression commune était en réalité une attitude condescendante envers les femmes noires. Les femmes blanches partaient du principe qu’il leur suffisait d’exprimer un désir de sororité, ou le désir de voir des femmes noires rejoindre leurs collectifs, et que les femmes noires en seraient ravies. Elles pensaient agir de manière généreuse, ouverte et antiraciste, et étaient choquées par les réactions de colère et d’indignation des femmes noires. Elles ne voyaient pas que leur générosité servait leur propre cause et qu’elle était motivée par leurs désirs opportunistes.
    Même s’il est démontré que les femmes blanches des classes moyenne et supérieure aux Etats-Unis souffrent des discriminations et des violences sexistes, elles ne sont pas, en tant que groupe, aussi opprimées que les femmes blanches PAUVRES, ou noires, ou jaunes. C’est leur réticence à faire la distinction entre les différents degrés de discrimination ou d’oppression qui a mené les femmes noires à les considérer comme des ennemies. Alors même qu’elles souffraient moins de l’oppression sexiste, de nombreuses féministes blanches des classes moyenne et supérieure tentaient d’attirer toute l’attention sur elles-mêmes ; elles ne pouvaient donc accepter une analyse qui postulait que toutes les femmes n’étaient pas également opprimées, certaines femmes pouvant utiliser leurs privilèges de classe, de race et d’éducation pour résister de façon collective à l’oppression sexiste.

    –------

    Lorsque les féministes blanches ont mis en avant le travail comme moyen d’accéder à la libération, elles n’ont pas prêté attention à ces femmes qui sont les plus exploitées dans la population active états-unienne. Si elles avaient mis en avant le sort des femmes des classes populaires, l’attention aurait été détournée de la femmes au foyer banlieusarde qui est allée à l’université et qui cherche à occuper les emplois dévolus aux classes moyenne et supérieure. Si l’attention s’était portée sur les femmes qui travaillaient déjà et qui étaient exploitées en tant que main-d’oeuvre de remplacement bon marché, cela aurait terni l’image de la quête d’un “emploi qui ait du sens” par les femmes de la classe moyenne. Sans vouloir minimiser l’importance de la résistance des femmes à l’oppression sexiste par l’entrée sur le marché du travail, il faut reconnaître que le travail n’a pas été une force de libération pour un grand nombre de femmes états-uniennes. Et il y a déjà longtemps que le sexisme ne les empêche pas de rejoindre la population active. Si les femmes blanches des classes moyenne et supérieure telles que Betty Firedan les décrit dans “The Feminine Mystique” étaient des femmes au foyer, ce n’était pas parce que le sexisme les avait empêchées de rejoindre la population active salariée, mais parce qu’elles avaient volontairement adopté l’idée qu’il était mieux pour elles d’être des femmes au foyer que de travailler. Le racisme et le classisme des féministes blanches étaient particulièrement évidents lorsqu’elles parlaient du travail comme force libératrice pour les femmes. Dans de telles conversations, c’était toujours la “femme au foyer” de classe moyenne qui était décrite comme la victime de l’oppression sexiste et pas les pauvres femmes noires et non noires qui étaient les plus exploitées dans l’économie états-unienne.

    –----
    #intersectionnalité #féminisme #blackfeminism #féminisme_blanc #racisme #historicisation #droit_de_vote #ségrégation

    • Dès le début du mouvement contemporain pour la révolution féministe, les militantes blanches ont tenté de minimiser leur position dans la hiérarchie raciale de la société états-unienne. Dans leurs tentatives de se distinguer des hommes blancs (de nier leurs connexions fondées sur l’appartenance à une classe raciale commune), les femmes blanches impliquées dans le mouvement féministe ont affirmé que le racisme est inhérent au patriarcat blanc et ont prétendu quelles ne pouvaient être tenues pour responsables de l’oppression raciste.

      (…)

      Pour les femmes noires, le problème n’est pas de savoir si les femmes blanches sont plus ou moins racistes que les hommes blancs, le problème est qu’elles soient racistes. Si les femmes engagées dans la révolution féministe, fussent-elles noires ou blanches, veulent un jour espérer atteindre une compréhension des “fortes connexions” (ndlt : citation d’une expression qu’a employé Adrienne Rich, féministe blanche, pour décrire les relations entre les femmes blanches et les femmes noires) existant entre les femmes blanches et les femmes noires, alors nous devons d’abord être prêtes à analyser la relation des femmes à la société, à la race et à la culture états-unienne telle qu’elle est vraiment et pas telle que nous voudrions qu’elle soit idéalement. Cela implique d’affronter la réalité du racisme des femmes blanches. La discrimination sexiste a empêché les femmes blanches d’endosser le rôle dominant dans la perpétuation de l’impérialisme racial blanc, mais cela ne les a pas empêchées d’intégrer, de soutenir et de prôner l’idéologie raciste ou d’agir individuellement en tant qu’oppresseures racistes dans diverses sphères de la vie états-unienne.

      Bell Hooks, Ne suis-je pas une femme ? - Femmes noires et féminisme, 1981

      (Source : prenezcecouteau)
      http://prenezcecouteau.tumblr.com/post/134120494784/d%C3%A8s-le-d%C3%A9but-du-mouvement-contemporain-pour-la