• La bière : un cas d’école du #sexisme
    https://information.tv5monde.com/terriennes/la-biere-un-cas-d-ecole-du-sexisme-314846

    Une belle ironie quand on sait que la #bière est d’abord une #histoire de brasseuses, comme le rappelle la spécialiste Elisabeth Pierre : « Initialement, la fabrication de la bière, liée au pain, était réservée aux femmes. A partir du XIIIe siècle, des moines se sont mis à brasser, mais l’on trouve une majorité de femmes parmi les grandes figures historiques, telle la religieuse Hildegarde de Bingen, botaniste et première brasseuse à avoir consigné l’importance du houblon dans l’élaboration de la bière, au XIIe siècle. En Angleterre, le savoir-faire était également féminin avec les alewives, à l’origine des premiers pubs. Mais la révolution industrielle a sorti la bière de son univers rural et domestique, avant que le #marketing n’en fasse une boisson d’hommes quand les femmes n’ont pourtant jamais cessé de brasser. »

  • Assurance-chômage : faut-il vraiment faire des économies ?
    https://www.latribune.fr/economie/france/assurance-chomage-faut-il-vraiment-faire-des-economies-808702.html

    Un constat qui pourrait mettre du plomb dans l’aile à l’argument du gouvernement, selon lequel l’#assurance_chômage souffre d’un #déficit « structurel ». Pour François Hommeril, "la #dette actuelle de l’Unédic n’est due qu’à la dévolution par l’Etat de ses propres obligations financières à l’assurance chômage" . De quoi pousser les partenaires sociaux à demander une « réétatisation » totale du financement de #Pôle_emploi ? Selon Patricia Ferrand, l’approche devrait se faire plus mesurée :

    « Les partenaires sociaux ne remettent pas en cause la légitimité de la contribution de l’Unédic au budget de Pôle emploi, qui concourt à la bonne prise en charge des chômeurs et au retour à l’emploi. En revanche, ils demandent un rééquilibrage de l’effort financier, à part égale entre l’Etat et l’Unédic. »

    Une répartition égalitaire du financement permettrait à l’Unédic de réduire sa contribution d’un milliard d’euros par an, soit... le montant d’économies demandées à l’assurance chômage par le gouvernement. Ce qui a conduit les partenaires sociaux à lier la réforme de l’assurance chômage à la nouvelle négociation « tripartite » sur la programmation budgétaire de Pôle emploi, qui s’est ouverte pour la période 2019-2022. Dans une déclaration commune de novembre dernier, ils ont ainsi demandé à revenir sur la règle du financement automatique de Pôle emploi par l’Unédic, pour entrer dans une « logique de gestion pluriannuelle ». Celle-ci permettrait de mieux adapter le budget de Pôle emploi à la conjoncture, et d’introduire une éventuelle règle d’égalité de financement entre l’Etat et l’Unédic.

    Mais il est loin d’être sûr que l’Etat consente à cet effort financier, qui le conduirait à reprendre à sa charge une partie du déficit généré par la politique de l’emploi. Pour Mme Ferrand, "le scénario a pu être envisagé par les ministères, mais il est impossible de dire si c’est encore le cas aujourd’hui". La conclusion de la convention tripartite, qui devrait intervenir en avril, montrera de quel côté la balance a penché.

    #fabrication_de_la_dette_publique

  • Artisan-fabricant de #globes_terrestres

    Un simple message pour saluer la communauté des géographes de Geotamtam et, peut-être, aiguiser la curiosité de quelques-uns . Je quitte officiellement aujourd’hui mon poste d’enseignant-chercheur pour devenir à plein temps artisan-fabricant de globes terrestres, activité presque disparue que j’essaie de remettre au goût du jour.

    Si la démarche vous intrigue, je vous invite à consulter le site internet : www.globesauter.fr

    https://www.youtube.com/watch?v=OgT-keRKw9w

    –-> Message de #Alain_Sauter via la mailing-list geotamtam

    #globes #fabrication

    Pour faire un peu suite à cet autre message d’aujourd’hui sur les globes :
    https://seenthis.net/messages/718730

  • The Myth of the Liberal Order
    https://www.foreignaffairs.com/articles/2018-06-14/myth-liberal-order

    Paywall; repris en entier ici http://viet-studies.net/kinhte/Allison_MythLiberalOrder_FA.pdf

    While I was on a recent trip to Beijing, a high-level Chinese official posed an uncomfortable question to me. Imagine, he said, that as much of the American elite believes, Trump’s character and experience make him unfit to serve as the leader of a great nation. Who would be to blame for his being president? Trump, for his opportunism in seizing victory, or the political system that allowed him to do

    No one denies that in its current form, the U.S. government is failing. Long before Trump, the political class that brought unending, unsuccessful wars in Afghanistan, Iraq, and Libya, as well as the financial crisis and Great Recession, had discredited itself. These disasters have done more to diminish confidence in liberal self-government than Trump [...]

    #fabrication #mythes #états-unis

  • Israel’s Ploy Selling a Syrian Nuke Strike – Consortiumnews
    https://consortiumnews.com/2017/11/18/israels-ploy-selling-a-syrian-nuke-strike

    The Iraq WMD fiasco wasn’t the only time political pressure twisted U.S. intelligence judgments. In 2007, Israel sold the CIA on a dubious claim about a North Korean nuclear reactor in the Syrian desert, reports Gareth Porter.

    How Syrian-Nuke Evidence Was Faked – Consortiumnews
    https://consortiumnews.com/2017/11/19/how-syrian-nuke-evidence-was-faked

    In joining #Israel and the White House selling military intervention in Syria, the CIA and international inspectors hid key evidence that would undermine the case, says Gareth Porter in a second part of a two-part series.

    #fabrication_de_preuves #complicité_ONU #Etats-Unis

  • The science of spying: how the #CIA secretly recruits academics | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2017/oct/10/the-science-of-spying-how-the-cia-secretly-recruits-academics

    Intelligence from academic conferences can shape policy. It helped persuade the George W Bush administration –mistakenly, as it turned out – that Saddam Hussein was still developing weapons of mass destruction in Iraq.

    [...]

    Because it was hard to approach the scientists in #Iran, the CIA enticed them to conferences in friendly or neutral countries, a former intelligence officer told me. In consultation with #Israel, the agency would choose a prospect. Then it would set up a conference at a prestigious scientific institute through a cutout, typically a businessman, who would underwrite the symposium with $500,000 to $2m in agency funds.

    #Irak #fabrications #Israël

  • Quand le #CSA admet que la télévision influence la société
    https://reflets.info/quand-le-csa-admet-que-la-television-influence-la-societe

    « Notre système audiovisuel n’est pas à la hauteur. Si on voit l’autre majoritairement dans des circonstances où il nous fait peur, où il représente un danger, alors nous contribuons, par l’audiovisuel, à rendre cette société […]

    #Breves #France #afp #fabrication_de_l'opinion #influence_des_masses #Lobotomie_TV

  • #Perturbateurs_endocriniens : halte à la manipulation de la science
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/11/29/halte-a-la-manipulation-de-la-science_5039860_3232.html

    Près de cent scientifiques dénoncent la #fabrication_du_doute par les industriels, déjà à l’œuvre dans la lutte contre le changement climatique.
    […]
    Une lutte comparable fait actuellement rage autour de la nécessaire réduction de l’exposition aux perturbateurs endocriniens. La Commission européenne s’apprête à mettre en place la première réglementation au monde sur le sujet. Bien que de nombreux pays aient également manifesté leur inquiétude à l’égard de ces produits chimiques, aucun n’a instauré de réglementation qui les encadrerait globalement.

    #paywall

    • Depuis des décennies, la science est la cible d’attaques dès lors que ses découvertes touchent de puissants intérêts commerciaux. Des individus dans le déni de la science ou financés par des intérêts industriels déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse. Cette manufacture du doute a retardé des actions préventives et eu de graves conséquences pour la santé des populations et l’environnement.

      Les « marchands de doute » sont à l’œuvre dans plusieurs domaines, comme les industries du tabac et de la pétrochimie ou le secteur agrochimique. A elle seule, l’industrie pétrochimique est la source de milliers de produits toxiques et contribue à l’augmentation massive des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique, à l’origine du changement climatique.

      La lutte pour la protection du climat est entrée dans une nouvelle ère avec l’accord de Paris de 2015, malgré la farouche opposition de climatosceptiques sourds au consensus établi par les scientifiques engagés pour travailler dans l’intérêt général.

      Une lutte comparable fait actuellement rage autour de la nécessaire réduction de l’exposition aux perturbateurs endocriniens. La Commission européenne s’apprête à mettre en place la première réglementation au monde sur le sujet. Bien que de nombreux pays aient également manifesté leur inquiétude à l’égard de ces produits chimiques, aucun n’a instauré de réglementation qui les encadrerait globalement.

      JAMAIS L’HUMANITÉ N’A ÉTÉ CONFRONTÉE À UN FARDEAU AUSSI IMPORTANT DE MALADIES EN LIEN AVEC LE SYSTÈME HORMONAL

      Jamais l’humanité n’a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal : cancers du sein, du testicule, de l’ovaire ou de la prostate, troubles du développement du cerveau, diabète, obésité, non-descente des testicules à la naissance, malformations du pénis et détérioration de la qualité spermatique.

      La très grande majorité des scientifiques activement engagés dans la recherche des causes de ces évolutions préoccupantes s’accordent pour dire que plusieurs facteurs y contribuent, dont les produits chimiques capables d’interférer avec le système hormonal.

      Des sociétés savantes signalent que ces produits chimiques, appelés les perturbateurs endocriniens, constituent une menace mondiale pour la santé. Parmi ceux-ci : les retardateurs de flamme présents dans les meubles et l’électronique, les agents plastifiants dans les matières plastiques et les produits d’hygiène, ou encore les résidus de pesticides dans notre alimentation. Ils peuvent interférer avec les hormones naturelles lors de périodes critiques du développement, pendant la grossesse ou la puberté, lorsque notre organisme est particulièrement vulnérable.

      Une réglementation nécessaire

      On ne peut faire face à ce fardeau croissant de maladies à l’aide de meilleurs traitements médicaux : non seulement ces traitements n’existent pas toujours, mais les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé sont bien souvent irréversibles. Les possibilités de réduire notre exposition à un niveau individuel en évitant certains produits de consommation sont, elles aussi, limitées. La plupart de ces substances atteignent notre organisme par le biais de notre alimentation.

      Seule solution pour enrayer la hausse des maladies liées au système hormonal : prévenir l’exposition aux produits chimiques à l’aide une réglementation plus efficace. Or le projet d’établir une réglementation de ce type dans l’Union européenne est activement combattu par des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels, produisant l’impression d’une absence de consensus, là où il n’y a pourtant pas de controverse scientifique. Cette même stratégie a été utilisée par l’industrie du tabac, contaminant le débat, semant le doute dans la population et minant les initiatives des dirigeants politiques et des décideurs pour développer et adopter des réglementations plus efficaces.

      Les discussions sur le changement climatique et sur les perturbateurs endocriniens ont toutes deux souffert de cette déformation des preuves scientifiques par des acteurs financés par l’industrie.

      La plupart des scientifiques pensent qu’exprimer publiquement leur point de vue sur des questions politiques et participer aux débats de société pourrait compromettre leur objectivité et leur neutralité. Ce serait effectivement inquiétant si nos opinions politiques obscurcissaient notre jugement scientifique. Mais ce sont ceux qui nient la science qui laissent leurs opinions politiques obscurcir leur jugement. Avec, pour conséquence, des dommages irréparables. La manipulation de la science concernant les effets de la fumée du tabac a coûté des millions de vies. Nous ne devons pas refaire la même erreur.

      Une urgence

      Nous considérons qu’il n’est plus acceptable de nous taire. En tant que scientifiques, nous avons en fait l’obligation de participer au débat et d’informer le public. Nous avons la responsabilité de rendre visibles les implications de nos travaux pour la société et les générations futures, et d’attirer l’attention sur les graves dangers qui nous menacent.

      Les enjeux sont importants, et l’action politique pour endiguer l’exposition aux perturbateurs endocriniens et les conséquences des émissions de gaz à effet de serre est devenue une urgence.

      Scientifiques spécialistes des perturbateurs endocriniens ou du changement climatique, nous avons uni nos forces, car un grand nombre d’actions essentielles à la limitation des effets des perturbateurs endocriniens contribueront également à lutter contre le changement climatique.

      La plupart des substances chimiques synthétisées par l’homme sont des dérivés de combustibles fossiles produits par l’industrie pétrochimique. Une réduction de la quantité de pétrole raffiné permettra aussi de réduire la quantité de sous-produits utilisés dans les plastiques et celle de plastifiants : ces produits chimiques compromettent la santé reproductive masculine et contribuent au risque de certains cancers.

      Une réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et un encouragement au développement des énergies alternatives entraîneront non seulement une baisse des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de celles de mercure. Ce dernier, un contaminant issu du charbon, émis dans l’air et accumulé dans le poisson, finit par atteindre nos organismes et compromet le développement du cerveau.

      Créer l’équivalent du GIEC

      Bien que de nombreux Etats aient exprimé la volonté politique de traiter le problème des gaz à effet de serre, la traduction des connaissances scientifiques sur le changement climatique en action politique effective a été bloquée, notamment à cause de la désinformation du public et des dirigeants. Les gouvernements sont déjà en retard. Il est important de ne pas répéter ces erreurs avec les perturbateurs endocriniens, et d’apprendre de l’expérience des scientifiques du climat et de la recherche en santé publique.

      DANS LA PRATIQUE, IL SERA TRÈS DIFFICILE DE RECONNAÎTRE UNE SUBSTANCE DANGEREUSE COMME PERTURBATEUR ENDOCRINIEN DANS L’UNION EUROPÉENNE

      La Commission européenne a maintenant l’opportunité de choisir des instruments de réglementation qui pourront fixer de nouveaux standards pour le monde entier afin de nous protéger des effets nocifs des perturbateurs endocriniens.

      Nous sommes cependant préoccupés par les options réglementaires que propose aujourd’hui Bruxelles, très éloignées des mesures nécessaires pour protéger notre santé et celle des générations futures.

      Les options proposées pour identifier les perturbateurs endocriniens requièrent un niveau de preuve bien plus élevé que pour d’autres substances dangereuses, comme celles cancérigènes. Dans la pratique, il sera très difficile de reconnaître une substance dangereuse comme perturbateur endocrinien dans l’Union européenne.

      Des actions urgentes sont nécessaires sur les deux thèmes. Pour cette raison, nous appelons au développement et à la mise en œuvre de mesures qui s’attaqueraient aux perturbateurs endocriniens et au changement climatique de façon coordonnée.

      Un moyen efficace pourrait être la création, sous les auspices de l’Organisation des Nations unies, d’un groupe ayant le même statut international et les mêmes prérogatives que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce groupe serait chargé d’évaluer les connaissances scientifiques destinées aux responsables politiques dans l’intérêt général et mettrait la science à l’abri de l’influence des intérêts privés. Nous le devons aux générations qui vivront demain.

      Les premiers signataires de ce texte sont : Andreas Kortenkamp, université Brunel (Royaume-Uni) ; Barbara Demeneix, CNRS/Muséum national d’histoire naturelle ; Rémy Slama, Inserm, université Grenoble-Alpes ; Edouard Bard, Collège de France ; Ake Bergman, université de Stockholm (Suède) ; Paul R. Ehrlich, université Stanford (Etats-Unis) ; Philippe Grandjean, Harvard Chan School of Public Health (Etats-Unis) ; Michael E. Mann, université Penn State (Etats-Unis) ; John P. Myers, université Carnegie Mellon (Etats-Unis) ; Naomi Oreskes, université Harvard (Etats-Unis) ; Eric Rignot, université de Californie (Etats-Unis) ; Thomas Stocker, université de Berne (Suisse) ; Kevin Trenberth, National Centre for Atmospheric Research (Etats-Unis) ; Carl Wunsch, Massachusetts Institute of Technology (Etats-Unis) ; et R. Thomas Zoeller, université du Massachusetts à Amherst (Etats-Unis).

      Sont également signataires de ce texte
      Ernesto Alfaro-Moreno, centre de recherche Swetox (Suède) ; Anna Maria Andersson, Rigshospitalet (Danemark) ; Natalie Aneck-Hahn, université de Pretoria (Afrique du Sud) ; Patrik Andersson, université d’Umeå (Suède) ; Michael Antoniou, King’s College (Royaume-Uni) ; Thomas Backhaus, université de Göteborg (Suède) ; Robert Barouki, université Paris-Descartes (France) ; Alice Baynes, université Brunel (Royaume-Uni) ; Bruce Blumberg, université de Californie à Irvine (Etats-Unis) ; Carl-Gustaf Bornehag, université de Karlstad (Suède) ; Riana Bornman, université de Pretoria (Afrique du Sud) ; Jean-Pierre Bourguignon, université de Liège (Belgique) ; François Brion, Ineris (France) ; Marie-Christine Chagnon, Inserm (France) ; Sofie Christiansen, université Technique du Danemark (Danemark) ; Terry Collins, université Carnegie Mellon (Etats-Unis) ; Sylvaine Cordier, Irset (France) ; Xavier Coumol, université Paris-Descartes (France) ; Susana Cristobal, université de Linköping (Suède) ; Pauliina Damdimopoulou, hôpital universitaire Karolinska (Suède) ; Steve Easterbrook, université de Toronto (Canada) ; Sibylle Ermler, université Brunel (Royaume-Uni) ; Silvia Fasano, université de Campania - Luigi Vanvitelli (Italie) ; Michael Faust, F + B Environmental Consulting (Allemagne) ; Marieta Fernandez, université de Grenade (Espagne) ; Jean-Baptiste Fini, CNRS/Muséum national d’histoire naturelle (France) ; Steven G. Gilbert, Institute of neurotoxicology & neurological disorders (Etats-Unis) ; Andrea Gore, université du Texas (Etats-Unis) ; Eric Guilyardi, université de Reading (Royaume-Uni) ; Åsa Gustafsson, Swetox (Suède) ; John Harte, université de Californie à Berkeley (Etats-Unis) ; Terry Hassold, université d’Etat de Washington (Etats-Unis) ; Tyrone Hayes, université de Californie à Berkeley (Etats-Unis) ; Shuk-Mei Ho, université de Cincinnati (Etats-Unis) ; Patricia Hunt, université d’Etat de Washington (Etats-Unis) ; Olivier Kah, université de Rennes (France) ; Harvey Karp, université de Californie du Sud (Etats-Unis) ; Tina Kold Jensen, université du Danemark du Sud (Danemark) ; Sheldon Krimsky, université Tufts (Etats-Unis) ; Henrik Kylin, université de Linköping (Suède) ; Susan Jobling, université Brunel (Royaume-Uni) ; Maria Jönsson, université d’Uppsala (Suède) ; Bruce Lanphear, université Simon Fraser (Canada) ; Juliette Legler, université Brunel (Royaume-Uni) ; Yves Levi, université Paris Sud (France) ; Olwenn Martin, université Brunel (Royaume-Uni) ; Angel Nadal, université Miguel Hernández (Espagne) ; Nicolas Olea, université de Grenade (Espagne) ; Peter Orris, université de l’Illinois (Etats-Unis) ; David Ozonoff, université de Boston (Etats-Unis) ; Martine Perrot-Applanat, Inserm (France) ; Jean-Marc Porcher, Ineris (France) ; Christopher Portier, Thun, (Suisse) ; Gail Prins, université de l’Illinois (Etats-Unis) ; Henning Rodhe, université de Stockholm (Suède) ; Edwin J. Routledge, université Brunel (Royaume-Uni) ; Christina Rudén, université de Stockholm (Suède) ; Joan Ruderman, Harvard Medical School (Etats-Unis) ; Joelle Ruegg, institut Karolinska (Suède) ; Martin Scholze, université Brunel (Royaume-Uni) ; Elisabete Silva, université Brunel (Royaume-Uni) ; Niels Eric Skakkebaek, Rigshospitalet (Danemark) ; Olle Söder, institut Karolinska (Suède) ; Carlos Sonnenschein, université Tufts (Etats-Unis) ; Ana Soto, université Tufts (Etats-Unis) ; Shanna Swann, Icahn School of Medicine (Etats-Unis) ; Giuseppe Testa, université de Milan (Italie) ; Jorma Toppari, université de Turku (Finlande) ; Leo Trasande, université de New York (Etats-Unis) ; Diana Ürge-Vorsatz, université d’Europe centrale (Hongrie) ; Daniel Vaiman, Inserm (France) ; Laura Vandenberg, université du Massachusetts, (Etats-Unis) ; Anne Marie Vinggaard, université technique du Danemark (Danemark) ; Fred vom Saal, université du Missouri (Etats-Unis) ; Jean-Pascal van Ypersele, université catholique de Louvain (Belgique) ; Bernard Weiss, université de Rochester (Etats-Unis) ; Wade Welshons, université de Missouri (Etats-Unis) ; Tracey Woodruff, université de Californie à San Francisco (Etats-Unis).

  • The strange tale of a dating site’s attacks on WikiLeaks founder Assange
    http://www.mcclatchydc.com/news/politics-government/election/article110904727.html

    For an online dating site, toddandclare.com seems really good at cloak-and-dagger stuff. Disconnected phones. Mystery websites. Actions that ricochet around the globe.

    But the attention grabber is the Houston-based company’s target: Julian Assange, the founder of WikiLeaks, whose steady dumps of leaked emails from Hillary Clinton’s presidential campaign have given supporters of Donald Trump the only cheering news of the last few weeks.

    Washington agit pour faire taire #Wikileaks
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/oct2016/pers-o20.shtml

    Au milieu de la tentative actuelle pour faire taire #Assange, un coup monté encore plus bizarre et dégoutant a été concocté, en essayant de salir le fondateur de WikiLeaks avec des accusations de pédophilie et d’avoir reçu de l’argent russe.

    Au centre de ces allégations se trouve un service peu connu de rencontres en ligne, #Toddandclare.com, qui a tenté d’abord d’attirer Assange dans un traquenard pour créer une soi-disant publicité visuelle pour le site, pour laquelle il allait être payé 1million de dollars, ladite somme étant fournie par le gouvernement russe. Lorsque WikiLeaks a rejeté cette provocation absurde, le même site a affirmé qu’Assange avait été accusé de contacts inappropriés à travers le site avec un enfant canadien de huit ans en visite aux Bahamas. Cette accusation a ensuite été invoquée dans une tentative de faire pression sur l’ONU pour qu’elle cesse sa demande de mettre fin à la persécution d’Assange.

    Même un examen sommaire révèle que ces allégations constituent une #fabrication grotesque. La police des Bahamas a déclaré qu’il n’y a pas de charges ou de quelconque dossier contre Assange. L’agence de rencontres n’a pas de siège, numéro de téléphone ou d’activité commerciale nulle part aux #États-Unis, ayant toutes les caractéristiques d’une société fictive créée par le renseignement américain dans le but de traquer Assange.

    L’utilisation de telles tactiques montre à quel point la classe dirigeante américaine est terrifiée face à l’hostilité croissante des masses envers les deux principaux partis politiques et leurs deux candidats odieux. L’élite dirigeante craint que les révélations continuelles sur le fonctionnement interne d’un gouvernement des riches, par les riches et pour les riches finissent par enlever le peu qui lui reste de légitimité politique au sein de la population, et créer ainsi les conditions d’une radicalisation politique.

  • #sondage_MSM
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10154555067016419&set=a.10150153976066419.339760.549801418&

    You want to know what you won’t hear on CNN about the focus group from tonight’s debate?

    After the debate, they asked all of us in the focus group if we were decided on a candidate. 5 said they were decided on Clinton. 2 said they were decided on Trump. 12 said they were going to vote 3rd party, but once they saw the response, they reshot the segment and replaced “3rd party” with “still undecided”. You’ll noticed on the live feed, I refused to raise my hand.
    ...................................................................
    (The below portion has been added to my origional post 13 hours later to clear up some confusion. I want to make sure this story is told correctly because it is important)
    ...................................................................
    What happened was they asked us for the first time if any of us were now decided after having watched the debate. 5 said that they would vote for Clinton. 2 said that they would vote for Trump, and 12 said that they would vote 3rd party.

    They then said they were going to reshoot it, execept this time they changed “3rd party” to “undecided”. Some of us asked about the third party option, and they ignored us. They then said they were going to shoot it again, and still asked for “undecided” voteres and left out “3rd party”. A lot fo the members voted “undecided” becuase it was the only option other then Trump or Clinton.

    If you watch the one they aired live (when they asked us a 4th time, again leaving out the 3rd party option) you’ll notice that I refused to vote for any of the options. I just wish the other 11 had done the same and not changed their vote because of the options given us.

    CNN then reported that the majority of us were undecided. That was not the case when they asked how many of us where going to vote 3rd party.

    #fabrication

  • L’éditocratie unanime : haro sur les grèves !
    F. Lemaire @ Acrimed | Action Critique Médias
    http://www.acrimed.org/L-editocratie-unanime-haro-sur-les-greves

    La série de grèves dans le secteur pétrolier et les actions des chauffeurs routiers n’ont pas manqué de provoquer la colère des tauliers des grands médias. Sans surprise, leurs avis sont unanimes : les grèves sont irresponsables, insupportables, et elles doivent cesser au plus vite.

    #médias #journalisme #critique_des_médias #fabrication_d_opinion

  • « Fabrication de la guerre civile », le roman qui déménage
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250216/fabrication-de-la-guerre-civile-le-roman-qui-demenage

    Charles Robinson relate ce qui aurait dû être « un projet de rénovation urbaine », avec « concertation et diagnostic social » dans la cité des Pigeonniers. Il écrit ainsi le roman le plus féroce, le plus drôle et le plus sombre, le plus poétique et le plus politique que l’on ait lu depuis longtemps. Extrait en fin d’article, et lecture ce soir à la Maison de la poésie à Paris. oiseaunoir-mur-cite © DR

    #Culture-Idées #Charles_Robinson #Fabrication_de_la_guerre_civile #Littérature

  • Emmanuel Macron veut bouter le personnel du ministère_de_la_Culture hors de Paris -Miroir Social
    http://www.miroirsocial.com/actualite/12206/emmanuel-macron-veut-bouter-le-personnel-du-ministere-de-la-culture-ho

    C’est une information qui a mis le feu aux poudres autour de la rue de Valois et du quartier du Palais Royal. Le personnel du ministère de la Culture (près de 1 700 agents) va-t-il devoir quitter la capitale ?

    En tout cas, l’information n’a rien d’une rumeur puisque la source vient, rien moins, que du site officiel du #ministère_des_Finances. « L’État recherche une solution immobilière pour le relogement des services de l’administration centrale du ministère de la Culture », peut-on en effet lire sur le portail de Bercy. « La recherche porte sur une surface maximale de 27 000 m² à la location (avec option d’achat) dans un immeuble bien desservi par les transports en commun, situé à environ 30 minutes du site de la rue de Valois, Paris Ier », précisent même les services d’Emmanuel Macron (...)

    En réalité, les observateurs se demandent quel peut être l’intérêt de l’État à vouloir vider les locaux occupés par le personnel du ministère de la Culture, actuellement détenus en pleine propriété, sachant que celui-ci est généralement un bien piètre vendeur. Les exemples ne manquent d’ailleurs pas, comme le rappelle L’Express. « En 2003, l’État vend l’un de ses fleurons, l’Imprimerie nationale, au fonds américain Carlyle, pour 85 millions d’euros. Moins de quatre ans plus tard, le ministère des Affaires étrangères, à l’étroit dans ses locaux, recherche un lieu et décide de racheter la vénérable institution au même fonds, mais pas au même prix : le chèque s’élève, cette fois, à 376 millions d’euros. Soit, pour l’État, une perte sèche de 291 millions ! », conclut l’hebdomadaire. 

    Le déménagement du ministère de la Culture effectué à grand frais présente un risque similaire pour les finances publiques avec la mise à l’encan de ce foncier situé au cœur de Paris, à proximité du Louvre et de la Comédie Française. Ce serait alors le jack-pot garanti pour les éventuels acheteurs qui n’attendent qu’un geste de l’État

    #fabrication_du_déficit_public #spéculation et #rente_foncière

  • Chauffer les gens, pas les lieux ?
    http://www.internetactu.net/2015/06/18/chauffer-les-gens-pas-les-lieux

    Et si nous revenions au système de chauffage de nos ancêtres ? Pas nécessairement à la cheminée ou au poêle à bois, mais à des systèmes qui chauffent les personnes plutôt que les lieux, échafaude avec sérieux Kris de Decker sur Low Tech Magazine.

    Image : Des gens se rassemblent autour de la chaleur d’un poêle en faience, Albert Anker,…

    #écologie #énergie #bodyware #corps #fabrication_personnelle #habitat_connecté #transitions #travail #wearable

  • Mexico Reportedly Paid Millions to #Hollywood for Better Portrayal in Upcoming 007 Film | VICE News
    https://news.vice.com/article/mexico-reportedly-paid-millions-to-hollywood-for-better-portrayal-in-upco

    Executives at Sony Pictures Entertainment discussed getting as much as $20 million in incentives from Mexico’s government if they changed characters and storyline details related to Mexico in the latest James Bond film, leaked emails show.

    The changes, reported by tax news website TaxAnalysts.com, included replacing a scene set originally at a cage-match with a lavish Day of the Dead parade, and altering a scene in which the mayor of Mexico City is killed.

    Film executives also responded to requests described in emails to make sure that the villain in “Spectre” not be Mexican, and that the new “Bond Girl” be Mexican.

    Well into filming, the official ’007’ site revealed on March 9 that the franchise’s first ever Mexican Bond Girl will be actress Stephanie Sigman, known for her starring role in the film “Miss Bala.”

    The TaxAnalysts.com report was based on leaked emails thought to come from the massive cyber-attack suffered by Sony last December.

    #fabrication #cinéma #corruption

  • Did Argentina’s president have a hand in a prosecutor’s death? We’ll never really know - Quartz
    http://qz.com/352618/did-argentinas-president-have-a-hand-in-prosecutor-alberto-nismans-death-well-ne

    A movie producer did in fact approach me recently with the idea of making a blockbuster about #Nisman. I may have ruined my chance of a #Hollywood career, because I warned him that if the story was the usual media version, we had a problem: It was mostly wrong. And we will probably never know the whole truth.

    (...)

    ... the legend of a heroic prosecutor fighting for truth and justice against villainous conspirators is largely fiction. I have been a journalist in Argentina for decades. I covered the AMIA case for many years. I have interviewed or met many of the characters involved. And it never ceases to amaze me how the void the bomb left behind has been, and is still, filled with lies, exploitation, and misunderstandings.

    (...)

    ... after repeatedly accusing #Iran in international forums and trying to get the suspects extradited, Fernández’s administration reached an unexpected deal with its Iranian counterpart in 2013. This was no secret, but a public memorandum of understanding to be ratified by both parliaments, under which Iran would allow Nisman and an Argentinian judge to question the suspects in Tehran.

    The agreement had the support of the victims’ relatives, but it was harshly (and predictably) criticized by Israel, the US, the Argentinian political opposition, and the leaders of the main Jewish organizations in Buenos Aires. Later on, it was also rejected by the Iranian parliament and by an Argentinian court that found it unconstitutional. The trip to Tehran never happened.

    More surprisingly, Nisman himself eventually repudiated the agreement too. As it turned out, he had found a more powerful ally in the American State Department. According to diplomatic cables released by #Wikileaks, he consulted with the American embassy in Buenos Aires about every move he made. Santiago O’Donnell, an Argentinian journalist who published a book about Argentina and the Wikileaks exposé, wrote on his blog (link in Spanish http://santiagoodonnell.blogspot.com/2015_01_01_archive.html#5028156492321647353):

    The cables said that Nisman was getting direct orders from the American embassy not to investigate Syrian involvement or the local connection [in the AMIA bombing], and to take the Iranians’ culpability for granted, even though there had been no trial. That Nisman showed the embassy his submissions the rulings of judge Canicoba Corral [the judge in the AMIA case] days in advance of their being filed. That, once, Nisman brought to the embassy a two-page brief, and the embassy sent him home to rewrite it; Nisman came back a few days later with a brief of nine pages that did get the embassy’s approval and that he then filed in court.

    #MSM #manipulations #fabrications #Etats-Unis #Israël #Israel #argentine

  • Mossad contradicted Netanyahu on Iran nuclear programme
    http://www.aljazeera.com/news/2015/02/leaks-netanyahu-misled-iran-nuclear-programme-guardian-iran-nuclear-speec

    Less than a month after Prime Minister Benjamin Netanyahu’s 2012 warning to the UN General Assembly that Iran was 70 per cent of the way to completing its “plans to build a nuclear weapon”, Israel’s intelligence service believed that Iran was “not performing the activity necessary to produce weapons”.

    Al-Jazeera compte divulguer des télégrammes du Mossad
    Les documents incluraient l’évaluation des renseignements israéliens sur le programme nucléaire de l’Iran
    http://fr.timesofisrael.com/al-jazeera-compte-divulguer-des-telegrammes-du-mossad

    Certains de ces dossiers seront publiés par al-Jazeera en collaboration avec le journal britannique The Guardian.

    Ils « offrent un aperçu sur les relations opérationnelles dans le royaume sombre et hautement politisé de l’espionnage mondial », explique al-Jazeera sur son site web.

    La chaîne d’informations indique que seule une partie des documents serait publiée, et « gardera [le reste] dans le cadre de futures publications – pour ceux qui ont besoin d’être contextualisés », et « des centaines ne seront pas révélés ».

    Parmi les documents publiés, la chaîne d’informations a indiqué qu’elle publierait les échanges entre le Mossad et leurs collègues sud-africains qui révèlent la « véritable évaluation [du Mossad] au sujet du programme nucléaire iranien ».

    Ces dossiers prouveraient, que contrairement aux déclarations des politiciens israéliens qui affirment que l’Iran pourra développer la bombe atomique d’ici un an, le Mossad ne croit pas que Téhéran travaille à l’obtention de l’arme nucléaire.

    Al-Jazeera n’a pas donné plus de précision sur les documents au sujet du Mossad, notamment sur leur date. Le site a, plus tard, retiré la mention sur l’évaluation du Mossad.

    Le rapport du Mossad semblerait concorder avec un article du New York Times de 2012 qui citait un ancien responsable des renseignements américains qui affirmait que les renseignements israéliens étaient d’accord avec l’évaluation américaine selon laquelle le programme sur les armes nucléaires iraniens « n’avait pas repris ».

    • Le NCRI alias #MEK (très promptement relayé par les MSM) appelé à la rescousse,
      http://www.dailykos.com/story/2015/02/25/1366697/-BREAKING-Amateur-hour-at-the-Pro-war-media-Latest-allegations-against-Ira

      In the wake of the embarrassing new revelations that the top Israeli intelligence agency is contradicting Bibi Netanyahu on his alarmist Iran intelligence, the well known liars, the “dissident” group NCRI (aka MEK), has jumped into damage control action and has released a suspiciously timed report that claims Iran has a new secret site. Countless media outlets including of course #Faux_News, have jumped on this as well.

      Here’s a Fox video segment about it.

      But it’s a total #fabrication. The image included in the NCRI report is actually a product shot from the Iranian safe company.

    • Long March of the Yellow Jackets: How a One-Time Terrorist Group Prevailed on Capitol Hill - The Intercept
      https://firstlook.org/theintercept/2015/02/26/long-march-yellow

      AT A SENATE Foreign Relations Committee hearing on Iran’s nuclear program in October 2013, more than a dozen men and women in yellow rain jackets sat in the gallery seats of the wood-paneled room, a bright presence amid the standard-issue dark suits of Washington. It wasn’t raining.

      They were supporters of the Iranian exile opposition group the Mojahedin-e Khalq, often referred to as the #MEK, but known to most Iranians as the Mojahedin. Activists distribute all manner of yellow paraphernalia at the group’s demonstrations: hats, banners, flags, inflatable rubber clapper sticks, and, most of all, the jackets. The yellow jackets — often emblazoned with portraits of the group’s two co-leaders, Massoud and Maryam Rajavi — have become its calling card.

      During the hearing, the powerful then-Foreign Relations Chairman Bob Menendez, a Democrat from New Jersey, spoke out for the Mojahedin. About an hour and a half into the proceedings, Menendez issued an explicit threat to Undersecretary of State Wendy Sherman over attacks against the group’s members in Iraq.

  • La #fabrication numérique est-elle durable ? - Low Tech Mag
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/109965351031

    L’article de Kris de Decker a presque un an, mais il demeure diablement intéressant. L’auteur se demande pourquoi les plus récentes machines-outils à commande numérique sont plus gourmandes en électricité que les générations précédentes (2,5 à 65 fois plus !). La raison : plus que leur complexité, toujours croissante, ou le fait qu’elles soient commandées par ordinateur, c’est l’automatisation des fonctions auxiliaires (positionnement automatisé de la pièce, opérations d’enlèvement de la matière…) qui les accompagne qui semble la plus énergivore. Decker tente également de faire le point sur le potentiel d’économie d’énergie de ces machines qui semble plutôt faible. En fait, souligne-t-il, leurs concepteurs pour l’instant ne semblent pas vraiment prêts à intégrer ces enjeux… Après un long détour sur le fonctionnement (...)

    #makers #énergie #écologie #industrie

  • Superbe #Teju_cole !

    Reading The Times With Teju Cole - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/times-insider/2014/12/10/reading-the-times-with-teju-cole/?_r=0

    Q. The big news today is the Senate’s scathing report on the C.I.A. and its torture program. It’s hard to know where to start here. General thoughts?

    A.
    A1 is screaming. It’s great that The Times has left behind the ugly euphemism of “enhanced interrogation” and generally now calls torture “#torture.”

    But I was disappointed that the headline itself omitted that word. It’s a missed opportunity.

    (...)

    Q.
    What was most surprising piece about the report? The most outrageous detail reported?

    A.
    (...)

    Perhaps the most outrageous detail might be one The Times omits: the case of #Gul_Rahman, who froze to death in a #torture chamber, who was a victim of mistaken identity and shouldn’t have been in custody at all, and for whose death no one was, and no one will be, held responsible. [Mr. Rahman was mentioned in this article.]

    Imagine if Iran did this to an American! We’d exhaust the dictionary with our synonyms for condemnation.

    (...)

    Q.
    In its own editorial The Times called the C.I.A.’s conduct depravity beyond comprehension. Does that surprise you?

    A.
    No. The Times gets it right sometimes. The paper’s #fabrications and support for the Iraq war is a generational shame that shouldn’t be too quickly forgotten. It should haunt us for a long time. But the paper’s prestige means that when it comes out with a strongly worded statement in defense of human values, it is always welcome.

    (...)

    #New_york_Times #CIA

  • Fab Labs, makerspaces, etc. : Imaginer l’avenir des ateliers de fabrication numérique
    http://www.internetactu.net/2014/10/20/fab-labs-makerspaces-etc-imaginer-lavenir-des-ateliers-de-fabrication-

    La Direction générale des entreprises (DGE) a lancé en 2013 une étude sur l’état des lieux et la typologie des ateliers de fabrication numérique (fab labs et autres espaces ouverts de prototypage, bricolage, production…). Cette étude, confiée au cabinet Conseil & Recherche et à la FING, a donné lieu entre novembre 2013 et février 2014 à :

    Une enquête qui…

    #_alléger_la_ville_ #citelabo #communauté #fablab #fabrication_personnelle #prospective #refaire #villes2.0

  • Si on m’abattait, quelle #photo publierait-on de moi ?
    http://blogues.lapresse.ca/hetu/2014/08/12/si-on-mabattait-quelle-photo-publierait-on-de-moi

    Comme plusieurs internautes afro-américains, Tyler Atkins a publié sur Twitter hier deux photos de lui accompagnées du mot-dièse #IfTheyGunnedMeDown. L’une photo le montre coiffé d’un bandana, le doigt pointé vers la caméra. L’autre le montre avec un saxophone autour du cou et un tuxedo sur le dos.

    Si on l’abattait, quelle photo de lui les #médias publieraient-ils ?

    Le mot-dièse #IfTheyGunnedMeDown est apparu sur #Twitter après que des médias ont utilisé la photo la plus #stéréotypée de #Michael_Brown pour illustrer leurs reportages ou leurs tweets sur cet adolescent #noir abattu par un #policier de Ferguson, au Missouri, samedi :

    #manipulation #fabrication #honte

  • L’avenir de la #nourriture : que mangerons-nous demain ?
    http://www.internetactu.net/2014/05/21/lavenir-de-la-nourriture-que-mangerons-nous-demain

    La nourriture semble être le nouvel Eldorado des technologies d’avant-garde. Il y a plusieurs bonnes raisons à cela : le réchauffement climatique, la surpopulation… Nous sommes aujourd’hui sept milliards d’individus, et nous atteindrons les neuf milliards en 2050. Vu la pénurie annoncée de ressources, une innovation en matière alimentaire va devenir indispensable. A tout cela s’ajoute le fait que le…

    #écologie #biologie_synthétique #fabrication_personnelle #prospective #Science-fiction

    • “Le PDG de Hampton Creek, Josh Tetrick, veut faire à l’industrie des œufs, qui rapporte 60 milliards de dollars, ce qu’Apple a fait au secteur du CD. “Si nous partons de zéro, pourquoi chercher à obtenir des œufs à partir d’oiseaux entassés dans des cages si petites qu’ils ne peuvent pas battre des ailes, faisant leurs besoins les uns sur les autres, ingurgitant du soja et du maïs bourré d’antibiotiques, tout ça pour les amener à produire 283 œufs par an ?” (…). Alors qu’une ferme avicole utilise de grandes quantités d’eau et brûle 39 calories d’énergie pour chaque calorie de nourriture produite, Tetrick affirme pouvoir fabriquer des versions à base de plantes avec une fraction de l’eau et seulement deux calories d’énergie par calorie de nourriture – sans cholestérol, graisses saturées, allergènes, grippe aviaire, et sans cruauté envers les animaux. Le tout, pour la moitié du prix d’un œuf.”

      #alimentation #agriculture_cyborg

    • Vu la pénurie annoncée de ressources, une innovation en matière alimentaire va devenir indispensable.

      Pas forcément, ça c’est une opinion de l’auteur, mais elle est loin d’être partagée uniformément.

      En tout cas c’est sûr qu’elle est partagée par les technocrates, les partisans d’un green new deal, et du solutionnisme technologique.

    • oui, rien n’est dit d’un meilleur partage des richesses, de la baisse de la consommation de protéine carnée... la technique pour éviter de poser la question du mode de vie...