• La fabrique de l’ignorance

    https://www.arte.tv/fr/videos/091148-000-A/la-fabrique-de-l-ignorance

    Disponible du 16/02/2021 au 23/04/2021

    Comment, des ravages du tabac au déni du changement climatique, on instrumentalise la science pour démentir... la science. Une vertigineuse investigation dans les trous noirs de la recherche et de l’information.

    Pourquoi a-t-il fallu des décennies pour admettre officiellement que le tabac était dangereux pour la santé ? Comment expliquer qu’une part importante de la population croie toujours que les activités humaines sont sans conséquence sur le changement climatique ? Les #pesticides #néonicotinoïdes sont-ils vraiment responsables de la surmortalité des #abeilles ? Pourquoi la reconnaissance du #bisphénol_A comme perturbateur endocrinien n’a-t-elle motivé que de timides interdictions ? Au travers de ces « cas d’école » qui, des laboratoires aux réseaux sociaux, résultent tous de batailles planifiées à coups de millions de dollars et d’euros, cette enquête à cheval entre l’#Europe et les #États-Unis dévoile les contours d’une offensive méconnue, pourtant lancée dès les années 1950, quand la recherche révèle que le #tabac constitue un facteur de cancer et d’accidents cardiovasculaires. Pour contrer une vérité dérangeante, car susceptible d’entraîner une réglementation accrue au prix de lourdes pertes financières, l’industrie imagine alors en secret une forme particulière de désinformation, qui se généralise aujourd’hui : susciter, en finançant, entre autres, abondamment des études scientifiques concurrentes, un épais nuage de doute qui alimente les controverses et égare les opinions publiques.

    #Agnotologie

    Cette instrumentalisation de la science à des fins #mensongères a généré une nouvelle discipline de la recherche : l’agnotologie, littéralement, #science de la « production d’ignorance ». Outre quelques-uns de ses représentants reconnus, dont l’historienne américaine des sciences Naomi Oreskes, cette investigation donne la parole à des acteurs de premier plan du combat entre « bonne » et « mauvaise » science, dont les passionnants « découvreurs » des méfaits du bisphénol A. Elle expose ainsi les mécanismes cachés qui contribuent à retarder, parfois de plusieurs décennies, des décisions vitales, comme le trucage des protocoles, voire la fabrication ad hoc de rats transgéniques pour garantir les résultats souhaités. Elle explique enfin, au plus près de la recherche, pourquoi nos sociétés dites « de l’information » s’accommodent si bien de l’inertie collective qui, dans le doute, favorise le business as usual et la consommation sans frein.

    Réalisation :
    Franck Cuvelier
    Pascal Vasselin

    Pays :
    France
    Année :
    2020

  • Coronavirus : le point du 30 juin sur le Covid-19 - Sciences et Avenir
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-le-point-du-mardi-30-juin-sur-le-covid-19_145617


    Le point, c’est qu’il n’y aura plus de point, de chiffres, d’infos… non pas qu’il n’y a plus de #coronavirus, mais là, faut se concentrer sur les #vacances, voilà ce qui compte.
    Et que les gens gens appauvris ou précarisés par la #pandémie aient d’autres soucis que de vivre ou de consommer comme des porcs, on s’en ballek, en fait… mais à un point  !

    Alors que la France (hors Guyane et Mayotte) est en phase 2 du déconfinement depuis un mois, Sciences et Avenir cessera de publier son point quotidien sur l’épidémie de Covid-19 à partir du 1er juillet 2020. L’article que vous lisez marque donc la fin d’une série de 112 journées consécutives pour ce format, qui a débuté le 12 mars au moment du déclenchement du stade 3 de l’épidémie (fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités).
    Nos journalistes continueront bien entendu de vous informer des avancées de la recherche scientifique sur le Covid-19, de l’évolution de la pandémie et des décisions politiques en ce sens sur notre site, mais à travers des articles dédiés, ainsi que des points hebdomadaires.

    Cela ne signifie pas pour autant que la pandémie est terminée, loin de là : le virus circule toujours et continue de sévir, notamment aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Inde ou en Iran. Si la situation sanitaire s’est améliorée en France, il convient donc de rester vigilants, et de continuer à appliquer les gestes barrières dans les prochains mois. A ce sujet, vous pouvez consulter notre guide pour profiter de ses vacances en toute sécurité, malgré le Covid-19.