• Bolloré et le parti des porcs
    https://lundi.am/Bollore-et-le-parti-des-porcs

    Quelques anecdotes récentes du management par la terreur des chaînes TV du groupe Canal+ ont amené quelques médias, ainsi que pléthore d’intervenants sur les réseaux sociaux, à questionner le rôle de Bolloré dans le paysage médiatique français. Cette séquence s’est déroulée en deux actes, avec le licenciement d’un humoriste de Canal+ pour faire la satire d’un commentateur vedette du groupe, suivi de celui d’un journaliste sportif pour avoir montrer sa solidarité au premier ; un peu comme si tous deux avaient cru travailler pour un média indépendant où ils eussent leur mot à dire. Curieusement, en réaction, “l’esprit Charlie” n’a pas déferlé sur la France, avec son lot de caricatures de Vincent Bolloré, casque colonial vissé sur la tête et ministres lui léchant les parties intimes.

    L’épisode vient rappeler au grand-public que le management à la schlague est la marque de fabrique de Vincent Bolloré. Ce dernier montre ainsi une belle cohérence avec les idées qu’il promeut à travers ses employés, ces commentateurs de plateau dont l’avancement semble indexé sur leur degré de droitisation. Le souhait de voir un monde organisé comme une caserne est ainsi exprimée, chaque jour, chaque heure, chaque minute, par une entreprise régie comme une caserne.

  • Macron, Maurras, Pétain et l’antisémitisme - Juives et juifs révolutionnaires
    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=3571764989559921&id=795943817142066&__tn__=K-R

    Dans un récent interview a l’express , Emmanuel Macron est revenu une nouvelle fois a la charge dans sa tentative de réhabilitation de deux figures antisémites et nationalistes majeures, #Pétain et #Maurras.

    Il s’agit ici d’une stratégie claire visant a réaffirmer le « roman national » et ainsi donner des gages au #nationalisme, en entérinant sa réhabilitation définitive dans l’imaginaire politique, la période de la seconde guerre mondiale et l’#antisémitisme étant ainsi réduits a un « incident de parcours » voir a un détail de leur histoire politique. Un appel du pied très clair a l’électorat fasciste.

    Macron prétend dissocier le Pétain de 1917, présenté comme un héros de guerre, de celui de 1940. Pourtant c’est bien le même homme qui a mis fin aux sanglantes offensives du général Nivelle, réprimé les mutins de 1917, massacré des Marocains révoltés pendant la guerre du Riff, appelé a cesser le combat face a Hitler, mis en place les lois antisémites et livré les Juifs et Juives de France aux nazis.

    Si Macron ne va pas jusqu’au révisionnisme d’Éric Zemmour et qu’il prétend condamner l’antisémitisme de Pétain, Il s’inscrit bien ici dans l’offensive nationaliste de réhabilitation de Pétain qui fait de son antisémitisme et de sa participation au génocide des Juifs et des Rroms un « point de détail » de son histoire.

    Emmanuel Macron a également évoqué Charles Maurras, en prétendant dissocier l’écrivain, le théoricien monarchiste de l’antisémite virulent. Il s’inscrit ici dans une volonté de réhabiliter un référent central pour la pensée de droite en faisant comme si son antisémitisme était accessoire dans sa pensée politique, alors qu’il est central dans sa construction théorique d’un nationalisme intégral définissant le corps national français comme blanc et catholique et faisant des juifs la figure centrale de l’antifrance (le principal des 4 prétendus « états confédérés ») contre laquelle il faudrait unifier et mobiliser les « vrais français ».

    Avec une telle rhétorique de blanchiment par dissociation, il est possible de réhabiliter nombre de criminels de guerre, qu’il s’agisse de la seconde guerre mondiale ou des guerres coloniales.

    Il n’est des lors guère étonnant de voir Macron s’inscrire au cours de la même interview dans la continuité sarkozyste de la rhétorique de « l’#identité_nationale », une tentative précédente de réhabilitation et de banalisation des thèmes nationalistes.

    Quand il parle pour appuyer son propos de la place accordée à la parole des victimes, qui serait selon lui trop importante, Emmanuel Macron reprend également une version du thème de la prétendue « dictature des minorités » qui est centrale dans la pensée d’#extrême_droite. C’est une manière de nier la réalité des rapports de force et une rhétorique d’inversion du réel dans laquelle la lutte pour la reconnaissance des effets du système raciste et ses conquêtes, arrachées le plus souvent après des années de déni par la mobilisation, sont présentées comme une prétendue preuve du « pouvoir des minorités ». En faisant passer les revendications historiques de reconnaissance et de réparation pour une « dictature émotionnelle » on les disqualifie comme objectif politique.

    Un tel discours démontre bien l’hypocrisie du pouvoir politique et d’Emmanuel Macron lorsqu’ils prétendent lutter contre l’antisémitisme alors même qu’ils œuvrent a réhabiliter les bourreaux de nos familles. Il est également un indicateur fort de la période politique que nous vivons, où le retour a un discours nationaliste de plus en plus décomplexé s’inscrit dans une réhabilitation progressive de ses théoriciens et ses figures historiques et la réduction du génocide et de l’antisémitisme au rang de détail de l’histoire française et européenne.

    Cela doit sonner comme un rappel de la nécessité de reconstituer un front uni contre le racisme, dont l’antisémitisme, d’où qu’il vienne.

    #fascisation #identité_nationale #roman_national (palimpseste du)

    • Pas d’accès à l’interview de l’Express, mais je relève ce passage dans l’article du Figaro :

      Complotisme, intégration, Pétain et privilège blanc : les grands sujets de l’interview de Macron à l’Express
      https://www.lefigaro.fr/politique/complotisme-integration-petain-et-privilege-blanc-les-grands-sujets-de-l-in

      Nous sommes devenus une société victimaire et émotionnelle. La victime a raison sur tout. Bien sûr, il est très important de reconnaître les victimes, de leur donner la parole, nous le faisons. Mais dans la plupart des sociétés occidentales, nous assistons à une forme de primat de la victime. Son discours l’emporte sur tout et écrase tout, y compris celui de la raison », juge-t-il.

      « Par conséquent, celui qui a tenu un discours antisémite ou a collaboré tombe forcément dans le camp du mal radical. Je combats avec la plus grande force l’antisémitisme et le racisme, je combats toutes les idées antisémites de Maurras mais je trouve absurde de dire que Maurras ne doit plus exister », distingue Emmanuel Macron, avant de revenir sur Pétain. « Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l’esprit de défaite et de l’antisémitisme de Pétain mais je ne peux pas nier qu’il fut le héros de 1917 et un grand militaire. On doit pouvoir le dire. À cause de la société de l’indignation, qui est bien souvent de posture, on ne regarde plus les plis de l’Histoire et on simplifie tout ».

      Un aspect frappant c’est qu’il aborde la question de la l’antisémitisme (de Pétain et Maurras) dans la foulée de sa tirade sur la « société victimaire » (« la victime a raison sur tout », « le discours [de la victime] écrase […] celui de la raison »). Quand j’ai lu ça, les bras m’en sont tombés. Il parle de victimisation, et vlan il glisse sur l’antisémitisme et la collaboration ? Il dit quoi, là, que l’attitude « victimaire » des victimes juives du génocide nazi « écrasent » le discours de la raison qui permettrait d’affirmer que Maurras et Pétain étaient de grands Hommes ?

      Le mec est pas bien dans sa tête, c’est pas possible d’être aussi con.

    • Merci pour l’info.
      Ça m’intéresse de lire la source et de lire par moi-même à quel point il serait passé d’un sujet à l’autre. Parceque de là où je me place ça pourrait très bien être des collés de moments d’interview comme ça se voit quand même très souvent pour faire le buzz sur le net...
      Surtout de la part d’un média que je trouve douteux qu’est le Figaro,. Je ne m’appuierait pas sur un article du Figaro même pour critiquer Macron (ou autre politique) c’est dire !

    • Je pense aussi qu’il s’agit d’un remontage. Mais il me semblait que l’antisémitisme et la collaboration, c’était justement presque la définition du mal radical en Europe.

    • Je me méfie aussi de la césure entre les deux parties. Mais il y a tout de même ce passage cité d’un seul bloc, qui établit à nouveau très explicitement le lien entre les deux (avoir le droit de dire que Pétain est un Grand Homme, mais on ne plus parce que posture de l’indignation victimaire…) :

      Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l’esprit de défaite et de l’antisémitisme de Pétain mais je ne peux pas nier qu’il fut le héros de 1917 et un grand militaire. On doit pouvoir le dire. À cause de la société de l’indignation, qui est bien souvent de posture, on ne regarde plus les plis de l’Histoire et on simplifie tout

    • Le « mal »... c’est pleins de choses selon moi, la mal-informations en fait partie ;-)
      Macron est un imbécile et un pantin qui se fout bien de notre gueule, par contre moi j’ai aucun soucis à séparer les actes militaire qui aurait permis à une époque lointaine (de plus d’un siècle) à la France de ne pas perdre une guerre directement chez nous, et ceux qui aurait largement participer aux meurtres en grandes quantité des moins nantis de l’époque.

    • De toute façon, c’est n’importe quoi. Petain est le pelé, le galeux depuis 1945. C’est pas d’aujourd’hui. En fait c’est Macron qui a une posture victimaire (on peut plus rien dire), ce qui est assez savoureux. Sans compter que les moins de 40 ans s’en foutent de Petain. Le traditionnel faux problème complaisamment relayé par les média mainstream. Classique.

    • Oui, je suis d’accord, c’est lui qui se comporte le plus en victime (ce qui in duit que nous aussi ? ;-) ), il ramène toujours tout à lui et à des complots politique soit-disant dirigés vers lui (ce qui est un comble quand on y réfléchit).
      Le Brut montrait vraiment ça d’ailleurs.

    • Cela fait un bon moment que la « réhabilitation de Pétain » est en cours (et peu importe, et pas seulement pour Zemmour, que son zèle ait consisté à en faire davantage que ce que les nazis exigeaient), un moment aussi qu’un philosémitisme affiché va de pair avec un antisémitisme plus ou moins larvé.
      La réhabilitation de Pétain est exemplaire du culte des chefs, des grands hommes, des hommes providentiels, dont y compris l’émergence de Mélenchon relevait.
      Malin ou pas, c’est pas l’affaire d’un type, mais dune machine de pouvoir. Le bénef escompté, lorsqu’un tenant de la mondialisation affiche en même temps son nationalisme (où on embauche des identitaires et des chevenementistes), c’est de racler du souverainiste, y compris une partie de ces gilets jaunes décomposés par la défaite.
      Le slogan pour 2022 : "Nous, français" (c’est moi ! E.M !)

      Par delà ces péripéties, il y a une thèse : il faut des personnages hors du commun (qu’ils soient experts, courageux, technocrates, militaires, ...) qui aient la force de décider pour tous et toutes, pour les riens, les imbéciles, les pas assez munis pour être dignes d’une quelconque responsabilité collective.

      #haine_de_la_démocratie.

    • Cette histoire d’hommes providentiels est à la fois un truisme et une erreur d’analyse. Parce qu’en admettant qu’on ait besoin d’un HP, pourquoi ne pas en choisir un qui ne pose pas ou peu de problème, genre de Gaulle ? A part des nonagenaires ex OAS ou PSU, il ferait l’unanimité. Alors pourquoi Petain qui fait vraiment tâche ? Parce qu’il fait tâche probablement, ça donne un petit côté non conformiste du meilleur effet. Et Macron, qui tient à son côté soi disant disruptif, aime bien ce côté dessalé, je-brise-tous-les-tabous. En fait, c’est probablement juste un connard, pleurnichard comme tous les connards. On ne tient jamais assez compte du rasoir d’Hanlon.

    • Ah... le coup d’État de de Gaulle ne posait pas de problèmes en 58 et ensuite ? Passons.

      C’est Macron qui veut se poser en homme providentiel (eh oui, ils osent tout). Ils sont nombreux à penser que la crise de la démocratie représentative, de la politique, l’absence radicale de tout projet, implique de jouer cette carte. Du sanitaire à l’environnement, il y a de la place pour des formules autoritaires qui ne reposent pas seulement sur le racisme et le nationalisme.

    • Ben oui. Plus facile de se réclamer de de Gaule que de Petain, non, quand on veut s’adosser a un homme providentiel qui fait l’unanimité ? Evidemment, c’est plus gratifiant de s’imaginer Manu en Hitler et Darmanin en Kaltenbrunner, mais c’est juste du bullshit. Petain ne peut pas juste s’expliquer par la recherche d’une legitimation d’un executif fort.

    • Ah oui, au fait, en 58, c’est pas un coup d’etat de de Gaulle mais celui d’Alger qui l’a amené au pouvoir. Ca n’en fait pas un personnage sympathique pour autant, mais nettement plus que Petain.

  • Un pas de plus dans l’infamie - Freddy Gomez, A Contretemps, Bulletin bibliographique
    http://acontretemps.org/spip.php?article818

    On ne sait pas comment ça finira, mais on n’aura pas cessé d’alerter sur comment ça a commencé et se poursuit. Ce « ça », c’est l’infamie qu’on expérimente depuis maintenant deux grosses années [quatre en fait, ndc], une infamie qu’on ne cherche pas à adjectiver, mais que l’on ne peut que constater à chaque rassemblement et #manifestation où nous nous rendons, une infamie qui nous livre à l’infinie violence d’une #police dépourvue de toute conscience – y compris celle de ses propres intérêts –, une infamie qui, de palier en palier et d’acte en acte, ne répond qu’à un seul objectif, fixé par l’#État_policier : briser nos résistances, terroriser nos indignations, mutiler nos colères, organiser l’auto-confinement de nos désirs pluriels et convergents d’émancipation.

    Le samedi 12 décembre, jour de manifestation parisienne « autorisée », un nouveau cap fut franchi dans « la méthode », comme disent les stratèges flicards de cabinet. Il s’agissait, clairement, d’expérimenter sur une foule compacte de plusieurs milliers de personnes [1] un nouveau dispositif à l’allemande procédant par « bonds offensifs » aléatoires, véloces et répétés à l’intérieur du cortège en distribuant des horions à tour de bras et en ramassant du gardé à vue pour faire du chiffre. Tout cela à partir de critères assez basiques pour être compris par les cognes de base : quand c’est habillé de noir, c’est du black bloc ; à défaut de noir, on tape à côté. Cinquante mètres après la place du Châtelet, d’où partait, en remontant le Sébasto, la manifestation déclarée « pour la défense des #libertés », la première pénétration sauvage de flics eut lieu, de droite et de gauche par charges multiples. Premier avantage : créer des situations de panique à l’intérieur du cortège ; second avantage : le scinder, le morceler, le maintenir sous contrôle serré, multiplier les nasses en son sein, le réduire à n’être plus qu’un troupeau qui peut être abattu sur place à tout moment. La « méthode » procède d’une scélératesse inouïe. Elle est pensée pour déstabiliser, frapper de stupeur, humilier, terrifier. L’impression dominante, c’est que la rue ne nous appartient plus, qu’on défile dans une cour de prison, que le destin nous échappe. Tout ce qui fait de la manifestation un moment unique de réappropriation de l’espace nous est refusé. La fuite aussi, d’ailleurs, puisque le nassage latéral ne la permet pas.

    Le 12 décembre, à Paris, plus de 3 000 flics dopés à la haine occupèrent, rue par rue, le périmètre de la manif, chargeant constamment et sans raison un cortège déjà réduit à n’être plus qu’une foule emprisonnée et vouée à la bastonnade. Comment admettre une telle pratique ? Au nom de quel intérêt supérieur de l’État ? Pour qui nous prend-on pour nous traiter ainsi ? Au nom de quelle logique devrait-on admettre que des flics surarmés interviennent à la féroce au sein d’un cortège déjà maté du fait de leur écrasante présence pour le disloquer sous les coups. Et ce, non pour des actes commis ou en voie d’être commis, mais à partir des seules intentions que la hiérarchie policière prêterait à tel ou tel manifestant. Comment nommer cela ? Il fut un temps où aucune manifestation placée sous contrôle serré des flics ne se passait sans que résonnât ici ou là, et parfois à voix forte, le rituel slogan « Le fascisme ne passera pas ! ». On pourrait être en droit de se demander pourquoi on ne le l’entend plus, désormais. Et avancer comme explication que, pour nombre de manifestants d’aujourd’hui, la police est devenue si détestable, sa hiérarchie si sûre d’être couverte et l’État si objectivement dépendant d’elle que la Macronie, née d’un « vote utile » contre l’extrême droite, chasse désormais – et comment ! – sur son terrain. Ce qui est passé avec elle, c’est une politique de dévastation généralisée où aucun droit social, aucune garantie démocratique gagnés de vieille lutte, aucun refus de se plier à ses diktats ne sauraient être tolérés. Ce régime s’est mis de lui-même dans les pognes d’une police dirigée par des psychopathes à casquette prêts à tout pour écraser la « canaille » que nous sommes. Ce 12 décembre 2020, on aura au moins compris à quoi elle est prête, cette police. Il n’est pas sûr que sa démonstration de force brutale nous ait définitivement découragés, mais il est certain que cette date, où aucun black bloc n’a pété aucune vitrine, restera à jamais celle où cette police s’est lâchée sans complexe contre celles et ceux qui, souvent très jeunes, manifestaient un réel courage dans la constance de leurs convictions.

    Au total, il y eut 149 interpellations, 123 gardes à vue de 24 à 48 heures dont la plupart des interpellés, éradiqués du cortège comme black blocs potentiels, seront relâchés sans charge. Six d’entre eux en revanche se verront déférés en comparution immédiate devant le tribunal pour « groupements en vue de… », pour « outrage » ou pour « dissimulation de visage », chef d’inculpation qui, en situation de Korona galopant, ne manque pas d’être ubuesque. Il faut vraiment être juge et macronard pour faire preuve d’une telle sagacité.

    Vue par les #médias mainstream et le journalisme de préfecture, l’infamante gestion policière de cette manifestation fut décrite comme une parfaite réussite. À preuve : les sauvages manifestants dont elle a l’habitude de faire son spectacle avaient été privés de saccages. (...)

    #fascisation

    • Il fut un temps où le bloc bourgeois ordonna à sa police de tirer au ventre. L’Histoire avec une grande hache fourmille d’exemples de tueries en masse de ce genre. Il en fut un autre où, au sein même du bloc bourgeois, des « démocrates sincères », porteurs d’une tradition d’humanisme intransigeant, furent capables de défendre, becs et ongles, cette essentielle #liberté_de_manifester qu’à juste titre ils voyaient comme une soupape. Car ces gens-là, simplement éclairés, étaient des opposants au désordre, mais dotés de la capacité d’en discerner les causes et les effets dans leur propre camp – c’est-à-dire celui où s’épanouissaient leurs privilèges, leurs statuts et leurs rangs – quand il pouvait être menacé par des foules hostiles prêtes à tout pour laver les offenses que leur classe leur faisait subir. Souvent apparentée à la gauche, mais débordant aussi ses rivages, cette fraction du bloc bourgeois était le fruit d’une tradition historique, celle de la Révolution française, qui fut interclassiste. Jusqu’à mai 68 et la décennie agitée qui suivit la convulsion, cette fraction joua son rôle : elle défendit la liberté d’expression et de manifestation et elle veilla, tant que faire ce pouvait, à dénoncer les agissements des polices d’un Papon ou d’un Marcellin.

      On s’étonna, au vu de la très sévère répression qu’on appliqua aux Gilets jaunes, de l’absence majuscule de réaction pétitionnaire ou manifestante de cette fraction éclairée du bloc bourgeois. La raison, pourtant, en était simple. C’est qu’elle avait cessé d’être, que ces « grandes consciences » ou ces « belles âmes » avaient tout bonnement disparu, comme s’étaient considérablement réduites les zones d’influence où elle s’exerçait (...)

      #tradition_humaniste #bourgeoisie #démocrates

  • Si une association de défense des droits des immigrés s’était permis le quart du début de commencement de ce que s’autorisent les syndicats de policiers tous les jours, elle n’aurait pas été seulement dissoute, mais tous ses sympathisants seraient déjà fichés S, ses responsables écroués, et le ministre de l’Intérieur se répandrait sur les plateaux de télé pour expliquer que ce serait effectivement une bonne idée d’avoir un Guantanamo à la française.

  • IL FAUT PROTÉGER LES ENFANTS !

    Dr. Louis Fouché le 5/12/20 à Marseille devant l’IHU :

    « Les médecins eux-mêmes commencent à se révolter : aller vacciner les personnes âgées en EPAD, vous êtes fous ! »
    "On est pas les esclaves des multinationales !"
    « On nous emmène vers la tyrannie. »
    "Les gens qui nous emmènent dans le labyrinthe, au motif de protéger la vie, ils nous tuent à petit feu..."
    « L’humain il n’est pas fait pour être bien rangé, il est fait au contraire pour foutre le bordel. »
    "Les deux qui sont en charge de la modélisation, qui ont dit qu’il y aura 400 000 morts et qu’on va tous crever, sont dans toutes les commissions, sur la vaccination, ils sont au conseil scientifique... Il y a profondément quelque chose de pourrit dans toutes les instances qui nous dirigent, de vrais conflits d’intérêts à tous les étages. C’est à nous de reprendre le pouvoir !"
    « Il s’agit de péter le labyrinthe et de sortir par une autre porte. »

    https://youtu.be/6z-z9kIld0s

  • Élection présidentielle américaine : des experts plus trumpistes que les trumpistes | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/ecrans/election-presidentielle-americaine-des-experts-plus-trumpistes-que-les-trum

    Obscurs experts (invités par Morandini), figures de l’extrême droite (Marine Le Pen, Robert Ménard) ou illustres éditorialistes (Ivan Rioufol, André Bercoff, Éric Zemmour, Caroline Fourest) et même présentateurs (Laurence Ferrari, Pascal Praud, Sonia Mabrouk), ils répandent sur les plateaux les thèses et les intox trumpistes sans aucune contradiction. Tout en se plaignant de médias français outrageusement anti-Trump. Source : Ma vie au poste

  • Loi sur la sécurité globale, un projet réactionnaire et liberticide - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/loi-sur-la-securite-globale-un-14451

    En plein contexte de reconfinement et de saturation des hôpitaux, et après la sidération suite aux attentats de Conflans et de Nice, le gouvernement et Darmanin sont essentiellement occupés... à réprimer les manifestations !
    Une proposition de loi sera examinée en catimini le 4 novembre 2020, à peine deux semaines après sa proposition, pour réprimer (toujours plus) les manifestant·e·s. et les personnes des quartiers populaires, alors que tout le monde a les yeux rivés sur autre chose (Covid, élection américaine, attentats...). Présentation de ce projet liberticide.

    Le porteur de cette scandaleuse initiative se nomme Jean-Michel Fauvergue. Bien qu’on puisse en douter, vu le contenu de cette proposition de loi, il n’est pas au RN mais bien à LREM. Attardons-nous une seconde sur le bonhomme.
    Ancien commissaire à la retraite, il a fait une bonne partie de sa carrière hors de la métropole. Chef du GIPN à Nouméa en Kanaky (Nouvelle-Calédonie), puis Directeur départemental de la sécurité publique en Guyane, nommé au Mali et au Gabon aux ambassades de France (chargé de la sécurité) il revient en France en 2007 pour traquer les sans-papiers en intégrant la Police aux Frontières.
    Il finit par diriger le RAID à partir de 2013. À ce titre il supervise l’assaut de l’appartement de Saint-Denis où s’étaient cachés des terroristes de l’attaque du Bataclan, avec un succès très mitigé. Les équipes du RAID ont tiré 1 576 cartouches (certaines sources parlent de plus de 5000 cartouches) contre trois terroristes qui n’avaient qu’un revolver, des grenades et une ceinture explosive. En réalité, le Raid s’est tiré dessus pendant plusieurs heures.
    Mais ce n’est pas vraiment ce que tente de raconter Jean-Michel Fauvergue dans plusieurs entretiens [1] où il évoque la présence de plusieurs kalachnikovs, et d’un tir nourri. De là à penser que Jean-Michel Fauvergue est un mytho...
    Après cela il soutient Macron dès le début, et parvient à se faire élire député en 2017 sous les couleurs de LREM. Autant dire que le porte-serviette de Darmanin est tout pro-flic et n’y connaît rien en maintien de l’ordre dans le cadre de manifestations.

    La proposition de loi est aussi portée par Alice Thourot, Christophe Castaner (tiens, tiens...), Olivier Becht, Yaël Braun‑Pivet, Pacôme Rupin.

    Maintenant que les présentations sont faites, passons à l’examen de ce projet de loi liberticide.

    #libertés_publiques #Loi_sur_la_sécurité_globale #fascisation

  • Le retour des « mauvais maîtres » ? - Olivier Long
    https://lundi.am/Le-retour-des-mauvais-maitres-Olivier-Long

    « …Moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. (…) ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages (…) Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ».

    Si bien que lorsque Emmanuel Macron se fait le caméléon de l’extrême droite, il en adopte les codes, jusqu’à contagion complète de leurs discours, de leurs intérêts, de leurs postures et de leurs idées. La sphère du savoir universitaire est un champ trop autonome pour avoir des effets sur le djihadisme mondial, (quel livre a le pouvoir de changer le monde ?) par contre on observe en ce moment une contamination d’éléments de langages qui migrent, à la manière d’une épidémie, de l’extrême droite à la #macronie, en dehors de tout contrôle. C’est peut-être là le cluster le plus dangereux du moment.

    #serpents_à_sornettes #éducation_nazionale

    • Racine.

      La sidération suscitée par l’assassinat de Samuel Paty semble avoir autorisé le gouvernement, ainsi que son ministre de l’éducation Jean-Michel #Blanquer, à sombrer dans une radicalisation express. Alors que le ministre annonce la mise au pas du monde de la recherche universitaire et des sciences humaines en reprenant à son compte et quasiment mot à mot les analyses les plus indigentes et stupides de l’extrême droite, Olivier Long, maître de conférence à la Sorbonne, nous rappelle ici que ce type de tournant fascisant connaît quelques précédents. Notamment la « querelle des mauvais maîtres » en 1940 qui vit l’extrême droite attribuer à Proust, Gide, Mauriac, Valery, Rimbaud et Cocteau mais aussi aux surréalistes, aux dadaïstes et jusqu’à Racine, la responsabilité intellectuelle d’une défaite militaire, et qui n’est pas sans rappeler les accusations de complicités actuelles avec l’islamisme radical.

      #fascisation

  • 28 minutes de débat. En soutien à Rokhaya Diallo - Roman intime et Gauche
    http://romanintimeetgauche.blogspot.com/2020/10/28-minutes-de-debat-en-soutien-rokhaya.html

    Nous sommes le mercredi 21 [octobre] 2020. Sur le plateau de l’émission 28 minutes Pascal Bruckner plumitif accuse Rokhaya Diallo d’avoir « armé le bras des assassins de Charlie Hebdo » Sur le plateau personne ne condamne son propos. Rokhaya Diallo se retrouve donc seule face à une personne l’accusant d’avoir inspiré des meurtres. 

    Sur les réseaux sociaux j’ai vu plusieurs personnes se présentant comme faisant partie du public fidèle de l’émission faire part de leur stupéfaction. Pas ca. Pas vous Elisabeth Quin. Comme si tout ceci échappait totalement au cours d’une émission placé sous le signe de la bienveillance et des pulls flashy qui ont même inspiré un compte Twitter. Alors que bon.

    Regardons ensemble le dispositif de l’émission. Elle est donc présentée par Elisabeth Quin. Selon sa fiche Wikipédia elle ci a commencée sa carrière de journaliste dans les années 80 à la radio puis à la TV sur des émissions à teneur culturelle avec une prédominance pour le cinéma. Avant de parvenir à la présentation de 28 minutes elle fera quand même un passage au cabinet de Christian Estrosi comme chargée de mssion. Un parcours exemplaire donc.

    Elle présente donc l’émission assistée la plupart du temps de Nadia Daam en tandem avec un autre journaliste en rotation chaque semaine provenant de la rédaction du Figaro, Marianne, Le Monde, Slate ou France Culture. Ce qui nous permet donc d’avoir successivement Trémollet de Villers Figaro , Askolovitch Slate, Frédéric Says France Culture, Anne Rosencher L’Express (après avoir été déjà présente quand elle était à Marianne). Politiquement c’est encore plus paritaire mais aussi pluraliste qu’un gouvernement macroniste. De la Droiche. De la Droite. On est bien.

    L’émission débute avec un invité venu pour présenter un livre/ un film/ une oeuvre. C’est du téléachat à portée culturelle et pédagogique très bien amené quand tu es chez toi entre le gigot et le fromage. Puis un débat PourContre. 28 minutes est très très PourContre.Quel que soit le sujet. 

    Mais surtout 28 minutes a des prismes idéologiques marqué sur certains sujets. Concernant la question de l’incapacité des pays de l’Union Européenne (plus de 500 millions d’habitants de la première puissance économique mondiale) à faire face à l’afflux de migrants qui se révèlera en 2015 l’émission l’abordera de façon continue sous le prisme de la #crisemigratoire Celui ci vise à considérer que le problème ce sont les migrants. C’est un discours porté par l’extrème droite et qui se diffusera dans l’espace médiatique notamment grâce à des émissions comme 28 minutes

    #Arte #média #fascisation #racisme #Hersant_partout

  • U.S.A. : #fascisme ou abolition | Terrestres
    https://www.terrestres.org/2020/10/20/u-s-a-le-fascisme-ou-labolition

    Secondé par le Parti Républicain, Trump tente aujourd’hui d’invalider par avance l’élection de novembre 2020 à laquelle pourtant il participe, jouant ainsi sur deux tableaux à la fois au cas où il ne serait pas élu : en détruisant les services postaux, ce qui a pour effet de ralentir l’acheminement des bulletins de votes envoyés par la poste et pourra ainsi invalider les bulletins arrivés trop tard (au Texas, le gouverneur a eu une meilleure idée : se débarrasser des boites où les électeurs des régions à majorité démocrate peuvent déposer leur bulletin) ; en purgeant les listes électorales et exigeant des preuves d’identités parfois impossibles à produire ; en réduisant la possibilité de voter avant le 3 novembre (early voting), alors que le vote est un mardi, c’est-à-dire un jour où il est difficile de voter pour ceux qui travaillent ce jour-là ; en appelant des électeurs à voter deux fois, par correspondance et aussi le jour du vote, alors que c’est un crime ; en déclarant par avance les élections « truquées » ; en appelant les milices d’extrême-droite, genre Proud Boys, à « surveiller » les élections, c’est-à-dire à intimider ceux qui vont voter. Et il y a de quoi être intimidé, quand on est African-American, c’est-à-dire quand on est un sujet pouvant être tué impunément – tué avec la bénédiction du pouvoir en place.

    Nietzsche avait raison de dire que les événements importants arrivent souvent inaperçus, avec la légèreté de « pattes de colombes » ; mais certains d’entre ces événements arrivent parfois avec des fusils d’assaut. Tout ce dont je parle est effectué au grand jour, il s’agit d’une fascisation directe, établie à partir d’actes revendiqués, justifiés, validés par les cours suprêmes de chaque État lorsqu’elles sont à majorité Républicaine, tout le contraire d’un complot obscur. Il semble d’ailleurs, pourrait-on dire à titre d’hypothèse para-freudienne, que plus la brutalité réelle est manifeste, sans discours cherchant à la dissimuler dans un jet de brouillard idéologique, plus c’est la dissimulation elle-même qui devient l’objet d’un investissement psycho-politique déplacé : une cause obscure, délirante (QAnon), cherche à évincer les causes évidentes (brutalité du pouvoir et de l’argent). On tue au grand jour (policier filmé en train d’asphyxier un sujet africain-américain), on ment effrontément, on expose sans vergogne la vie des populations au COVID-19. On déclare que de toute façon la démocratie n’est pas l’objectif de la société états-unienne3.

  • Demandeur d’asile, Arshad, 20 ans, n’a pas le droit d’être père - Le Parisien
    Par Solenne Durox, notre correspondante à Rennes (Ille-et-Vilaine)
    Le 5 septembre 2020
    https://www.leparisien.fr/societe/demandeur-d-asile-arshad-20-ans-n-a-pas-le-droit-d-etre-pere-05-09-2020-8

    En exigeant la production d’un document d’identité pour reconnaître leur enfant, la loi empêche désormais des pères sans papiers d’être considérés comme tels.
    (...)
    Toutes ses demandes de reconnaissance de paternité effectuées avant et après l’accouchement ont en effet été refusées par l’administration. Pourquoi ? Parce que ce demandeur d’asile, arrivé en France alors qu’il n’avait que 16 ans, ne peut pas prouver officiellement son identité. Depuis la loi Asile et Immigration de 2018, il faut obligatoirement produire l’original de sa carte nationale d’identité, passeport, ou titre de séjour. (...)

  • Paris : Plusieurs dizaines de policiers rassemblés devant la #Maison_de_la_radio

    Plusieurs dizaines de policiers ont manifesté devant la Maison de la radio jeudi 25 juin, entre 23h et minuit, ont constaté des journalistes de franceinfo. Une soixantaine de voitures de fonction et une quinzaine de motos étaient stationnées, gyrophares allumés, devant l’entrée du siège de #Radio_France, avenue du Président Kennedy (16e arrondissement).

    On est bien en train de parler de policiers armés qui montrent les muscles devant un service public d’information ?

    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/paris-une-soixantaine-de-policiers-et-une-quinzaine-de-motards-manifest

    #police #violences_policières

  • « Offrez aux Français des couilles » : d’où vient cet autocollant sur la lacrymo d’un policier à Nantes ? - Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2019/08/14/offrez-aux-francais-des-couilles-d-ou-vient-cet-autocollant-sur-la-lacrym

    Cette image ainsi créditée est surtout partagée, depuis plusieurs années, à l’extrême droite des réseaux sociaux. Ici en réponse à un tweet de Boris Le Lay, militant et blogueur ultranationaliste. Là par un élu de l’Hérault dont les prises de position en ligne flirtent avec la xénophobie, selon les captures d’écran effectuées par la section locale du nouveau parti anticapitaliste. L’article du blog du NPA local datant de décembre 2015, on sait que le dessin modifié par « La p’tite Française se rebelle » a fait son apparition il y a plus de trois ans.


    de Serge D’Ignazio
    #photo #police #fascisation

  • Lu ailleurs, une analyse de l’affaire Benalla par Nicolaos Genzlas

    « le problème politique qui explique l’extraordinaire retentissement de cette affaire, c’est la manière dont elle rentre directement en contradiction avec le mouvement d’opinion profond qui a porté Macron au pouvoir. »

    "Avec le recul, cela me paraît assez incroyable, mais il y a à peine plus d’un an de cela, j’étais encore collaborateur politique. A ce titre, je suivais régulièrement les enquêtes d’opinions : c’était même devenu une de mes missions officieuses à partir de l’été 2015, puis officielles. En me replongeant dans des tableaux statistiques, parmi lesquels certains que je n’avais pas revus depuis mes années d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, un truc m’a frappé par rapport à cette époque : l’approfondissement, mesurable et mesuré, de la défiance globale des citoyens, non seulement vis-à-vis de leurs élites et de leurs institutions, mais, également, entre eux. Ne semblait échapper (et encore, relativement seulement) à cette #défiance tant verticale qu’horizontale qu’une partie de la population française, la France des cadres, la France des diplômés, la France des grandes métropoles, les électeurs du centre-droit et du centre-gauche. On pouvait en effet montrer, de mémoire, que si les indicateurs de défiance atteignaient de 70 à 90% pour les CSP-, ils ne dépassaient pas les 50% pour les CSP+ métropolitaines. (Evidemment, je résume ici à grands traits, mais l’idée générale me paraissait bien défendable).

    Au printemps 2016 (cause, effet ou conséquence du mouvement social), on a vu cette situation initiale se modifier, avec une dégradation quantitative des indicateurs de défiance pour ces CSP+, qui ont eu tendance à s’aligner pratiquement exactement sur le reste de la population française. Sans doute cet alignement quantitatif ne signifiait t-il pas un alignement qualitatif de la défiance - ce que, du reste, les enquêtes paraissaient confirmer. Néanmoins, cette alignement relatif constituait une #rupture, et annonçait largement la campagne qui suivrait. Je disais et écrivais alors que les Français n’étaient pas d’humeur (moins que jamais) à se laisser imposer un remake de la campagne de 2012 jusqu’au niveau des candidats et qu’il fallait s’attendre à un grand nombre de surprises (évidemment, nul alors n’imaginait jusqu’à quel point le plateau serait bouleversé). Depuis déjà plusieurs mois, de façon assez solitaire, je travaillais sur une stratégie de campagne pour donner à ce moment « populiste » un débouché politique, bricolant autour du thème de la postdémocratie. On sait quel traversée du désert nous avons eu alors... mais on sait aussi que d’autres ont connu le succès avec des analyses très similaires.

    Au premier visionnage de la première vidéo de campagne d’En Marche (de mémoire en mai ou juin 2016), j’ai immédiatement compris que ces gens là travaillaient à partir d’une grille de lecture très semblable, proposant un débouché au #néo-populisme des CSP+ , axé sur le renouvellement de la classe politique et le rejet des scléroses bureaucratiques de l’administration française - un truc qui pouvait marcher dès lors qu’on avait repérer précisément le basculement de ces catégories sociales dans une représentation politique populiste hégémonique. Un an de campagne plus tard, et la démocratisation de la tentation oligarchique aidant, Macron remportait l’élection présidentielle, bouleversant l’échiquier politique. On comprend dès lors le problème politique que pose l’affaire Benalla. Des barbouseries, on en a déjà vu, et des biens plus romanesques ! Des abus de pouvoir aussi, ainsi que des retournements de presse... Non, le problème #politique qui explique l’extraordinaire retentissement de cette affaire, c’est la manière dont elle rentre directement en contradiction avec le mouvement d’opinion profond qui a porté Macron au pouvoir.

    La faute politique aura été dès lors de prendre tout cela à la légère, avec une communication de crise systématiquement à contre-temps, cherchant à banaliser, à canaliser et à refroidir une affaire qui, symboliquement, ne constitue pas moins que le tournant de la rigueur de 1982, de 1995 ou de 2012. Il eut donc fallu que Macron s’exprime rapidement, fortement, en Jupiter pour une fois, prenant des mesures fortes et incontestables qui aurait précisément montré qu’il était toujours l’homme du nouveau monde, qui ne se laissait pas recouvrir par des pratiques d’un autre temps. En à peine un an, l’isolement du #pouvoir, l’#arrogance qui monte à la tête, le sentiment de toute puissance d’autant plus grand que l’opposition et les contre-pouvoirs sont faibles, aura fait oublier au Président comme à ses plus proches conseillers d’où ils venaient, et ce à quoi ils devaient son élection et leurs places. Depuis un moment que je prophétisais que cette croissance hégémonique de la représentation populiste de l’opinion aboutirait, par un alignement relatif qualitatif des catégories sociales et non plus simplement quantitatif, à ce que la branche Macron soit prématurément pourrie et coupée, je commençais à croire que je m’étais trompé... mais nous y sommes finalement arrivé. C’est le moment que nous vivons.

    Et fondamentalement, je suis porté à croire à ce stade que ni Le Pen (parce qu’elle est bien trop cramée) ni Mélenchon (parce qu’il est bien trop mauvais) n’en profiteront. Eux deux comme Macron et les autres font désormais eux aussi pleinement partie du vieux monde qui ne cesse lentement de disparaître sous nos yeux... Winter is coming."

    • Je trouve cette phrase d’une naïveté confondante :

      En à peine un an, l’isolement du #pouvoir, l’#arrogance qui monte à la tête, le sentiment de toute puissance d’autant plus grand que l’opposition et les contre-pouvoirs sont faibles, aura fait oublier au Président comme à ses plus proches conseillers d’où ils venaient, et ce à quoi ils devaient son élection et leurs places.

      Macron n’a pas été élu pour lui mais contre le pen et il était d’une arrogance folle au point de parler de lui comme de Jupiter, je pense pas que ca sois l’isolement au pouvoir qui le rende ainsi. Il oublie pas d’ou il venait, car il viens du monde des bourges catholiques de droite et des banques, et je voie pas en quoi il aurais trahie ses origines.
      Le final qui compare Lepen et Mélenchon est pas très heureux non plus.

    • Mais dire que Mélenchon est mauvais, il a raison. Je discute avec des personnes peu politisées, et c’est systématiquement la même chose : « il me fait peur ». Et même ici, sur SeenThis, la plupart pense la même chose et par conséquent refuse de voir dans le mouvement FI autre chose qu’un truc « ça fait peur ».

    • L’auteur m’a l’air d’être de cette mouvance CSP+ en voie de néo-populisation et c’est bien cette partie de l’analyse qui m’intéresse. Tout comme le fait que le gars se sente obligé de créer un nouveau mot pour dire que même les bourgeois qui se pensent cultivés sont en train de virer Dupont Lajoie.

      Bien sûr qu’il y a des trucs faiblards dans ce qu’il écrit : d’un côté, il comprend parfaitement que la campagne de Macron a été entièrement fabriquée autour de l’appel d’air de la #fascisation de la pensée bourgeoise, dans un pur calcul markéting, mais de l’autre, il occulte le fait que le cynisme de la démarche caractérisait aussi celui de la pensée qui la sous-tendait.

      Macron n’a pas attendu d’être président en exercice pour conchier l’immense masse de ses concitoyens et les prendre globalement pour un ramassis de demeurés et de surnuméraires, il était déjà bien lui-même quand il barrait à Bercy.

      Sur Mélenchon, je ne sais pas faire la part des choses entre ses propres conneries et la campagne de dénigrement systématique dont il fait l’objet en permanence dans les médias avec son parti. Ce qui est certain, c’est que cela vienne de Mélenchon, des médias ou des deux, effectivement, FI n’a pas du tout la place qu’il mérite dans l’échiquier politique, en tant que force d’opposition réelle et construite.
      D’ailleurs, il n’y a pas d’opposition , et rien que ce fait devrait salement nous faire flipper.

    • @david2 : je rigolais intérieurement l’autre jour. Une de ces personnes me disait que Mélenchon lui faisait peur. On avait la télé allumée. Et BFMTV ou LCI en bruit de fond. Vient le reportage qui évoque les candidats aux européennes, et la « mini-polémique » autour des ex-caciques socialistes qui n’avaient pas été retenus, et que c’était la preuve que le processus était vicié, quasi-stalinien. Musique de fond de film d’horreur, montage des images de film d’horreur, voix off d’enquête en terrain miné.

      Bien sûr que cette sensation que « Mélenchon fait peur » est une affaire de propagande.

      Mais bon sang, pourquoi les « qui sont politisés » ont aussi des griefs contre la FI ? A chaque fois, tu découvres que c’est un petit truc « il a dit gnagnagna c’est la preuve que ». Ou « il a fait gnagnagna c’est la preuve que ». La preuve qu’il ne fera pas ce qu’il dit évidemment, et que ça ne sert donc à rien de.

      Et toujours cette hyper personnalisation de la politique. Tous incapables, quoique conscients, de faire abstraction des limites de se concentrer sur l’individu plutôt que sur le collectif qu’il y a derrière lui.

    • Pour moi (un seenthisien depuis 2012), j’ai cru un temps au « front de gauche » qui avait l’air d’être prometteur en tant que rassemblement des forces orientées sur un changement profond de la société. Seulement en 2015, nous avons eu l’exemple de Syriza arrivée en tête des élections et la capitulation en rase-campagne de son chef Alexis Tsipras. Et Mélenchon, tête pensante de la FI (nom que je trouve ridicule au demeurant car l’insoumission c’est tout autre chose à mon sens), aurait fait la même chose que son homologue grec si il avait été élu : il se serait couché devant les banques et les vautours de l’Union Européenne.

      Ceci dit, l’article ou le propos rapporté dans ce post n’est pas dénué d’intérêt même s’il ne représente que les tergiversations d’une (toute) petite minorité de l’électorat français. Nous qui connaissons une autre réalité sociale pouvons le trouver empreint d’une certaine candeur mais il est toujours avantageux de découvrir de quoi est fait la pensée des autres.

    • Et Mélenchon, tête pensante de la FI, fera la même chose que son homologue grec : il se couchera devant les banques et les vautours de l’Union Européenne.

      Merci d’illustrer si bien ce que je disais :
      A chaque fois, tu découvres que c’est un petit truc « il a dit gnagnagna c’est la preuve que ». Ou « il a fait gnagnagna c’est la preuve que ». La preuve qu’il ne fera pas ce qu’il dit évidemment, et que ça ne sert donc à rien de.

      Ta phrase là, "Tsipras a fait ceci, alors Mélenchon fera pareil", elle manque singulièrement d’argumentaire pour pouvoir commencer à y voir un début de raisonnement logique. Tu as écrit un truc en "gnagnagna".

      Le gars Mélenchon il écrit depuis des années sur ce qu’il pense et sur ce qu’il fait, ses écrits tiennent sacrément bien la route par rapport à beaucoup d’autres qui s’y essaient. Tsipras, il n’a jamais autant partagé ses idées, il n’a fait qu’arriver là où il est arrivé, par chance, et parce qu’il avait une bonne tête... mais derrière lui, il y avait pleins de gens volontaires, bien repérés, déjà bien "gnagnagna" d’ailleurs et bien mis sous camisole, dès que les choses sérieuses ont commencé. Cela pour dire que la crédibilité - à priori - de l’un et de l’autre est incomparable.
      De plus, calquer la situation grecque sur la situation française n’a pas beaucoup de pertinence en plus.
      Et... tiens... il suffit de constater la sourdine mise sur ce qu’il se passe en Italie pour avoir une idée qu’il s’y passe des choses "pour de vrai", et qui ne rentrent pas dans le cadre standard. L’Italie n’est pas la Grèce, et la remise dans le rang n’est visiblement pas aussi aisée. Cf. ce que Sapir nous en donne à voir dans les billets de ces dernières semaines.

      Au-delà de ces réflexions à l’emporte-pièce, arrivé à ce niveau de pouvoir, je pense qu’on ne nous dit pas vraiment à quels personnages l’on se frotte et à quelles pressions l’on est soumis.

    • Le gars Mélenchon il écrit depuis des années sur ce qu’il pense et sur ce qu’il fait, ses écrits tiennent sacrément bien la route par rapport à beaucoup d’autres qui s’y essaient.

      Pour sûr. Il dit et écrit des choses « bien ». Après, lorsque toutes ces belles intentions seront confrontées aux réalités géo-politico-économiques, ce sera une autre affaire. Maintenant, s’il avait voulu vraiment aller au bout de ses idées, il n’aurait eu d’autre choix de gouverner comme un autocrate. Est-ce donc pour cela qu’il fait (encore) si peur ? Le comble dans tout ça, c’est qu’il a abandonné toute velléité de références au communisme et au marxisme. Il a même décidé de faire l’impasse sur le mot « gauche » en adoptant une posture d’"insoumission". Pour ne pas « faire peur » justement. Désolé pour ces quelques réflexions à l’emporte-pièce mais « les mots sont importants » (enfin, il me semble).

    • Oui, oui, les mots sont importants tu as raison. Y dit pas « communisme », c’est la preuve que. Tu fais encore « gnagnagna » et tu illustres à nouveau ce que je disais : merci.

      Donc on ne vote pas Mélenchon (quand on vote). Et on dit « tous pourris ». Ou « tous pareils ».

      Il y a toujours une bonne raison pour ne pas essayer de changer les choses. « parce que ça ne peut pas marcher ».

      Je ne vais pas dire que ça me dépasse. Mais un petit peu quand même. Et ce n’est pas toi en particulier évidemment. Tu ne fais qu’illustrer mon propos, et je t’en remercie sincèrement :-)

      Parce que si même nous là, les politisés, on est incapable d’y croire... qui va y croire au fait qu’un jour, ça peut changer ?

    • Ben oui @sombre, mais @aude_v elle parle un langage qui me parle plus déjà. On n’est plus tout à fait dans le gnagnagna, on touche du doigt un truc.

      Mélenchon, il fraie depuis des années dans ce milieu politique extrêmement malsain (à mon avis), fait de non-dits et de coups de poignards dans le dos, de billard à 6 bandes, où tu découvres que Hoang-Ngoc aurait bien aimé être en position d’être éligible, juste « parce que », et que la commission FI ne l’a pas fait, alors pouf, pompe à merde sur LCI et ailleurs, et Mélenchon doit se défendre d’être ou de ne pas être intervenu, et qu’il utilise des mots qui font peur, parce que oui, à force, même quand on est un fin communicant (ce qu’il n’est pas), on peut en avoir ras l’bol de devoir passer ses journées à esquiver les jets des pompes à merde et qu’il tient en effet un discours rude pour ceux qui aimeraient être rassurés.

      En 2017, quand il a expliqué aux uns et aux autres que leurs conditions pour participer à la campagne étaient encore une fois inacceptables, ça ne sortait pas du chapeau. C’était le résultat des tentatives précédentes de ménager les uns et les autres. Ce ménagement avait juste permis à ces uns de torpiller de l’intérieur, le moment venu, le processus, et à ces autres de profiter de l’effet positif, pour ne pas se retrouver au chômage trop vite... et en plus, ça leur permettait, simultanément, à ces uns et ces autres, de savonner la planche d’un « mélenchon est rien qu’un autocrate, il veut pas faire comme on dit ». Le discours qui t’a choqué, je le trouvais donc, en somme, tout à fait légitime, quand on pense aux scélérats du type De Rugy chez les écolos, et aux scélérats du type Laurent au PCF, sans oublier les scélérats du type Hamon au PS...

      Et puis autre sujet lancinant... La FI, elle ne parvient pas à faire émerger d’autres personnalités. Y-a Ruffin... mais il est comme nous Ruffin... ça le débecte de devoir patauger dans de tels marécages. Et les autres seconds couteaux... et bien... on ne parvient pas à s’y intéresser. La faute aux médias ? La faute à eux ? Je ne sais pas.

      Et merci d’accepter le challenge, c’est un vrai sujet ce que dit @monolecte et pleins d’autres : tout semble faire comme si on n’avait pas d’opposition.

      Ça pourrait être intéressant d’ailleurs de définir cette constatation : ça serait comment s’il y avait une opposition ?

    • @david2 : s’il y a une bulle de filtre sur SeenThis, c’est une bulle de filtre parfaitement volontaire contrairement à celle imposée par Google...

      Aude_v a indiqué tout de même un 3ème argument, plus massif et plus compréhensible : c’est l’atmosphère lourde qui existe dans les milieux militants, quand on en arrive à se frotter aux transfuges du type des Chevènementistes qu’elle indique en guise d’exemple. En passant du parti PG à l’informel mouvement FI, cela a permis d’en sortir pour un temps il me semble... il y a eu un moment délicat avec le PG où on pouvait constater les marques de l’entrisme réalisé par tous les habitués de cet exercice, quittant leur parti traditionnel et rejoignant le PG, tous ces gens rompus aux manoeuvres d’appareils et qui savent comment faire pour prendre le pouvoir, simplement en tenant le crachoir dans les sections et dans les assemblées, et en faisant fuir les « gentils » qui ne s’attendaient pas à devoir affronter ce genre de paltoquets haineux.

    • « moins pire » ? Non, il est normal ce programme. Quand les autres programmes sont au choix indigents sinon infectes :-)

      @aude_v : Mélenchon s’écrit avec un e :-) Même mad_meg a réussi à se mettre à l’écrire avec le e :-D
      Avoir peur du clivage, c’est déjà commencer à être centriste ? Avec tout ce que cela signifie ? ;-)
      Prendre le pouvoir avec la 5ème, c’est être un individu que tout le monde souhaite voir arriver au pouvoir (sans clivage, sans neuneu qui dit qu’il va quitter la France parce que les couteaux entre les dents, c’est pour égorger les colonisés, sans peur de devoir assumer l’autorité de l’état à l’usage de principes que l’on approuve...) et donc, il faut une personne idéale, qui fasse plaisir à tout le monde... Un macron qui montre les dents dans un meeting, la preuve qu’il sait être agressif, un macron christique, la preuve qu’il sait être chrétien, un macron qui sourit avec sa vieille au bras, la preuve qu’il sait être... je ne sais pas... Et à la fin, donc, celui qui chope la queue du mickey, il a une chance de pouvoir « réformer » la république. Mélenchon dit qu’il veut être le dernier président monarque. Mais c’est trop clivant. Zut.

  • Leçons et conséquences d’un été révélateur : la construction progressive des conditions d’un pogrome

    Publié le 31 août 2016 par bouamamas

    #Saïd_Bouamama

    [...]

    Il s’agit plus simplement de la stigmatisation des musulmans réels et supposés diffusée largement par une multitude d’#islamalgames : islam incompatible avec le féminisme, avec la laïcité, avec la république, etc. Même pour les femmes invoquant leur croyance religieuse pour porter cette tenue de bain les explications dominantes inversent la réalité. Alors que cette tenue est un signe d’une volonté de présence dans l’espace public, il est interprété comme « communautarisme ». Alors qu’elle est un indicateur d’une « intégration à la plage », elle est présentée comme « menace pour l’ordre public ».

    Les débats de cet été qu’ont dû une nouvelle fois subir nos concitoyens musulmans ou supposés tels ont été marqués par trois postures qui sont révélatrices d’une société malade qui refuse de regarder sa maladie en face pour pouvoir la soigner.

    [...]

    La participation active de citoyens à la dénonciation de femmes portant le #burkini, les appels téléphoniques à la police pour signaler leur présence sur une plage ou l’applaudissement des policiers lors des verbalisations sont des attitudes qui se sont multipliées au fur et à mesure du délire politique et médiatique de cet été. Elles nous renseignent sur l’enracinement de l’#islamophobie dans une partie de la population française. Plus de vingt ans de discours médiatiques et politiques posant l’Islam comme problème pour la société française révèle aujourd’hui leurs effets. Deux décennies d’instrumentalisation politique donnent aujourd’hui des fruits amers et acides.

    Ce qui s’est passé à Cisco n’est que ce qui s’annonce ailleurs et à une plus grande échelle si nous ne réagissons pas collectivement pour stopper la logique dominante actuelle. Une rixe entre des « maghrébins » et des « riverains » pour reprendre les termes de la presse, se transforme dès le lendemain en manifestation de plus de cinq cents personnes scandant des slogans significatifs comme « aux armes », « on est chez nous », etc.
    C’est par en haut que l’islamophobie contemporaine s’est développée en France à coup de débats et de lois successives désignant les musulmans ou les supposés tels comme problème et comme danger. L’hystérisation du débat est le fait des médias et d’une partie conséquente de la classe politique et non d’une brusque et soudaine épidémie d’islamophobie.

    [...] Il existe dans la société française un héritage culturel islamophobe hérité de l’#histoire_coloniale française et qui n’a jamais été déconstruit et combattu sérieusement. Celui-ci n’est d’ailleurs qu’un segment d’un racisme colonial plus vaste construit en même temps que la pensée républicaine dominante. C’est ce qui explique la possibilité d’un « #racisme_républicain ». Cet élément de vérité est justement nié par la troisième réaction qui a marquée l’été français. Tout ne serait affaire que d’instrumentalisation pour masquer d’autres questions sociales telles que le vote de la loi El Khomri.

    En fait le deux dernières thèses sont indissociables et ne peuvent être séparées. C’est parce qu’il existe un terreau hérité de l’histoire que des hommes et des femmes politiques font le choix d’une stratégie de diversion et d’instrumentalisation. A l’inverse l’instrumentalisation renforce systématiquement le terreau existant conduisant à la réunion progressive des conditions d’un futur #pogrome. Ni simple racisme préexistant, ni résultat de la seule instrumentalisation, l’islamophobie contemporaine est le résultat de la logique infernale constituée par la juxtaposition historique de ces deux réalités. Le caractère infernal de la logique est encore renforcé par le contexte mondial des guerres pour le pétrole et de la théorie du « choc des civilisations » qui les légitime.

    C’est aujourd’hui qu’il faut réagir pour détruire cette logique dominante. Cela passe par une véritable prise en compte de la lutte contre l’islamophobie dans les agendas politiques et militants. Sans une telle mobilisation nous assisterons impuissant à une #fascisation de notre société et à la réunion progressive des conditions d’un pogrome à l’ombre desquels le projet ultralibéral pourra se déployer avec de moins en moins de contestation. Une telle logique ne disparaît pas seule ou par la « discrétion ». Elle ne s’arrête que par le rapport des forces.

    https://bouamamas.wordpress.com/2016/08/31/lecons-et-consequences-dun-ete-revelateur-la-construction-progr

  • Crêpage de neurones à propos des réfugiés. - Le SauteRhin
    http://www.lesauterhin.eu/crepage-de-neurones-a-propos-des-refugies

    En trois ans, de parti anti-euro, l’AfD est devenu parti anti-étrangers ciblant de plus en plus une seule catégorie d’étrangers et leur religion. De parti de professeurs d’université bon chic bon genre, il est devenu en éjectant son fondateur, un parti de masse bête et méchant sur fond de déliquescence de la #social-démocratie (SPD + Linke) et d’un accroissement considérable des inégalités. Ses bons scores à deux chiffres, il ne les fait plus seulement dans l’ex-RDA mais aussi dans le Bade-Wurtemberg, ancien bastion de la CDU c’est à dire là où les ouvriers votaient chrétien démocrate. En même temps, la période de l’après réunification s’achève. L’AfD a surfé sur la conjonction de deux #crises, celle des #réfugiés qui s’accompagne d’une crise européenne et d’une aggravation de la crise sociale. Son programme et son électorat se sont radicalisés. On en sait un peu plus sur son contenu même s’il n’existe encore qu’à l’état de projet. Je n’en énumère que quelques exemples : privatisation de l’assurance chômage ; suppression des allocations monoparentales ; éloge du CO2 présenté comme bénéfique pour l’agriculture ; l ‘Islam n’aurait pas sa place en Allemagne ; évidemment Travail Famille Patrie, fond commun des tous ces trumpéteurs, trumpéteuses de tous les pays, pratiquant le culte de Friedrich Hayek, le pape du libéralisme. Il est amusant de voir les égéries du mouvement, telles Jeanne d’Arc, se mettre en quête de la virilité du mâle allemand protecteur de la femme blonde. Il paraîtrait que le jardin d’enfants dévirilise les garçons. Logique qu’elles admirent Poutine. Les trump-pets ont l’avantage de montrer que l’on peut se passer de la référence à des ancêtres nazis pour donner un origine à la connerie.

    #radicalisation #fascisation

  • Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste

    La France en guerre ! Peut-être. Mais contre qui ou contre quoi ? Daech n’envoie pas des Syriens commettre des attentats en France pour dissuader le gouvernement français de le bombarder. Daech puise dans un réservoir de jeunes Français radicalisés qui, quoi qu’il arrive au Moyen-Orient, sont déjà entrés en dissidence et cherchent une cause, un label, un grand récit pour y apposer la signature sanglante de leur révolte personnelle. L’écrasement de Daech ne changera rien à cette révolte.

    Le ralliement de ces jeunes à Daech est opportuniste : hier, ils étaient avec Al-Qaida, avant-hier (1995), ils se faisaient sous-traitants du GIA algérien ou pratiquaient, de la Bosnie à l’Afghanistan en passant par la Tchétchénie, leur petit nomadisme du djihad individuel (comme le « gang de Roubaix »). Et demain, ils se battront sous une autre bannière, à moins que la mort en action, l’âge ou la désillusion ne vident leurs rangs comme ce fut le cas de l’ultragauche des années 1970.

    Il n’y a pas de troisième, quatrième ou énième génération de djihadistes. Depuis 1996, nous sommes confrontés à un phénomène très stable : la radicalisation de deux catégories de jeunes Français, à savoir des « deuxième génération » musulmans et des convertis « de souche ».

    Le problème essentiel pour la France n’est donc pas le califat du désert syrien, qui s’évaporera tôt ou tard comme un vieux mirage devenu cauchemar, le problème, c’est la révolte de ces jeunes. Et la vraie question est de savoir ce que représentent ces jeunes, s’ils sont l’avant-garde d’une guerre à venir ou au contraire les ratés d’un borborygme de l’Histoire.

    Quelques milliers sur plusieurs millions

    Deux lectures aujourd’hui dominent la scène et structurent les débats télévisés ou les pages opinions des journaux : en gros, l’explication culturaliste et l’explication tiers-mondiste. La première met en avant la récurrente et lancinante guerre des civilisations : la révolte de jeunes musulmans montre à quel point l’islam ne peut s’intégrer, du moins tant qu’une réforme théologique n’aura pas radié du Coran l’appel au djihad. La seconde évoque avec constance la souffrance postcoloniale, l’identification des jeunes à la cause palestinienne, leur rejet des interventions occidentales au Moyen-Orient et leur exclusion d’une société française raciste et islamophobe ; bref, la vieille antienne : tant qu’on n’aura pas résolu le conflit israélo-palestinien, nous connaîtrons la révolte.

    Mais les deux explications butent sur le même problème : si les causes de la radicalisation étaient structurelles, alors pourquoi ne touche-t-elle qu’une frange minime et très circonscrite de ceux qui peuvent se dire musulmans en France ? Quelques milliers sur plusieurs millions.

    [...]

    Islamisation de la radicalité

    Presque tous les djihadistes français appartiennent à deux catégories très précises : ils sont soit des « deuxième génération », nés ou venus enfants en France, soit des convertis (dont le nombre augmente avec le temps, mais qui constituaient déjà 25 % des radicaux à la fin des années 1990). Ce qui veut dire que, parmi les radicaux, il n’y a guère de « première génération » (même immigré récent), mais surtout pas de « troisième génération ». Or cette dernière catégorie existe et s’accroît : les immigrés marocains des années 1970 sont grands-pères et on ne trouve pas leurs petits-enfants parmi les terroristes. Et pourquoi des convertis qui n’ont jamais souffert du racisme veulent-ils brusquement venger l’humiliation subie par les musulmans ? Surtout que beaucoup de convertis viennent des campagnes françaises, comme Maxime Hauchard, et ont peu de raisons de s’identifier à une communauté musulmane qui n’a pour eux qu’une existence virtuelle. Bref, ce n’est pas la « révolte de l’islam » ou celle des « musulmans », mais un problème précis concernant deux catégories de jeunes, originaires de l’immigration en majorité, mais aussi Français « de souche ». Il ne s’agit pas de la radicalisation de l’islam, mais de l’islamisation de la radicalité.

    Qu’y a-t-il de commun entre les « deuxième génération » et les convertis ? Il s’agit d’abord d’une révolte générationnelle : les deux rompent avec leurs parents, ou plus exactement avec ce que leurs parents représentent en termes de culture et de religion. Les « deuxième génération » n’adhèrent jamais à l’islam de leurs parents, ils ne représentent jamais une tradition qui se révolterait contre l’occidentalisation. Ils sont occidentalisés, ils parlent mieux le français que leurs parents. Tous ont partagé la culture « jeune » de leur génération, ils ont bu de l’alcool, fumé du shit, dragué les filles en boîte de nuit. Une grande partie d’entre eux a fait un passage en prison. Et puis un beau matin, ils se sont (re)convertis, en choisissant l’islam salafiste, c’est-à-dire un islam qui rejette le concept de culture, un islam de la norme qui leur permet de se reconstruire tout seuls. Car ils ne veulent ni de la culture de leurs parents ni d’une culture « occidentale », devenues symboles de leur haine de soi.

    La clé de la révolte, c’est d’abord l’absence de transmission d’une religion insérée culturellement. C’est un problème qui ne concerne ni les « première génération », porteurs de l’islam culturel du pays d’origine, mais qui n’ont pas su le transmettre, ni les « troisième génération », qui parlent français avec leurs parents et ont grâce à eux une familiarité avec les modes d’expression de l’islam dans la société française : même si cela peut être conflictuel, c’est « dicible ».

    [...]

    Des jeunes en rupture de ban

    Les jeunes convertis par définition adhèrent, quant à eux, à la « pure » religion, le compromis culturel ne les intéresse pas (rien à voir avec les générations antérieures qui se convertissaient au soufisme) ; ils retrouvent ici la deuxième génération dans l’adhésion à un « islam de rupture », rupture générationnelle, rupture culturelle, et enfin rupture politique. Bref, rien ne sert de leur offrir un « islam modéré », c’est la radicalité qui les attire par définition. Le salafisme n’est pas seulement une question de prédication financée par l’Arabie saoudite, c’est bien le produit qui convient à des jeunes en rupture de ban.

    [...]

    En rupture avec leur famille, les djihadistes sont aussi en marge des communautés musulmanes : ils n’ont presque jamais un passé de piété et de pratique religieuse, au contraire. Les articles des journalistes se ressemblent étonnamment : après chaque attentat, on va enquêter dans l’entourage du meurtrier, et partout c’est « l’effet surprise : « On ne comprend pas, c’était un gentil garçon (variante : “Un simple petit délinquant”), il ne pratiquait pas, il buvait, il fumait des joints, il fréquentait les filles… Ah oui, c’est vrai, il y a quelques mois il a bizarrement changé, il s’est laissé pousser la barbe et a commencé à nous saouler avec la religion. » Pour la version féminine, voir la pléthore d’articles concernant Hasna Aït Boulahcen, « Miss Djihad Frivole ».

    [...]

    La violence à laquelle ils adhèrent est une violence moderne, ils tuent comme les tueurs de masse le font en Amérique ou Breivik en Norvège, froidement et tranquillement. Nihilisme et orgueil sont ici profondément liés.

    Cet individualisme forcené se retrouve dans leur isolement par rapport aux communautés musulmanes. Peu d’entre eux fréquentaient une mosquée. Leurs éventuels imams sont souvent autoproclamés. Leur radicalisation se fait autour d’un imaginaire du héros, de la violence et de la mort, pas de la charia ou de l’utopie. En Syrie, ils ne font que la guerre : aucun ne s’intègre ou ne s’intéresse à la société civile. Et s’ils s’attribuent des esclaves sexuelles ou recrutent de jeunes femmes sur Internet pour en faire des épouses de futurs martyrs, c’est bien qu’ils n’ont aucune intégration sociale dans les sociétés musulmanes qu’ils prétendent défendre. Ils sont plus nihilistes qu’utopistes.

    Aucun ne s’intéresse à la théologie

    Si certains sont passés par le Tabligh (société de prédication fondamentaliste musulmane), aucun n’a fréquenté les Frères musulmans (Union des organistions islamiques de France), aucun n’a milité dans un mouvement politique, à commencer par les mouvements propalestiniens. Aucun n’a eu de pratiques « communautaires » : assurer des repas de fin de ramadan, prêcher dans les mosquées, dans la rue en faisant du porte-à-porte. Aucun n’a fait de sérieuses études religieuses. Aucun ne s’intéresse à la théologie, ni même à la nature du djihad ou à celle de l’Etat islamique.

    Ils se radicalisent autour d’un petit groupe de « copains » qui se sont rencontrés dans un lieu particulier (quartier, prison, club de sport) ; ils recréent une « famille », une fraternité. Il y a un schéma important que personne n’a étudié : la fraternité est souvent biologique. On trouve très régulièrement une paire de « frangins », qui passent à l’action ensemble (les frères Kouachi et Abdeslam, Abdelhamid Abaaoud qui « kidnappe » son petit frère, les frères Clain qui se sont convertis ensemble, sans parler des frères Tsarnaev, auteurs de l’attentat de Boston en avril 2013). Comme si radicaliser la fratrie (sœurs incluses) était un moyen de souligner la dimension générationnelle et la rupture avec les parents. La cellule s’efforce de créer des liens affectifs entre ses membres : on épouse souvent la sœur de son frère d’armes. [...]

    Les terroristes ne sont donc pas l’expression d’une radicalisation de la population musulmane, mais reflètent une révolte générationnelle qui touche une catégorie précise de jeunes.

    Pourquoi l’islam ? Pour la deuxième génération, c’est évident : ils reprennent à leur compte une identité que leurs parents ont, à leurs yeux, galvaudée : ils sont « plus musulmans que les musulmans » et en particulier que leurs parents. L’énergie qu’ils mettent à reconvertir leurs parents (en vain) est significative, mais montre à quel point ils sont sur une autre planète (tous les parents ont un récit à faire de ces échanges). Quant aux convertis, ils choisissent l’islam parce qu’il n’y a que ça sur le marché de la révolte radicale. Rejoindre Daech, c’est la certitude de terroriser.

    Olivier Roy

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/11/24/le-djihadisme-une-revolte-generationnelle-et-nihiliste_4815992_3232.html

    • Deux petites questions :

      1) « Daech n’envoie pas des Syriens commettre des attentats en France pour dissuader le gouvernement français de le bombarder ». Même si j’apprécie beaucoup le reste de l’article, je ne vois pas en quoi le fait que Daech envoie des Français plutôt que des Syriens rend cette hypothèse ("pour dissuader le gouvernement français de le bombarder") fausse ?

      2) Quelles sont les différences fondamentales (autres que politiques ou religieuses bien sûr, plutôt du côté psychologique ou social entre autres) entre un jeune qui aujourd’hui s’engage dans Daech et un jeune qui dans les années 1970 s’engageait dans la bande à Baader ?

    • Quelles sont les différences fondamentales (autres que politiques ou religieuses bien sûr, plutôt du côté psychologique ou social entre autres) entre un jeune qui aujourd’hui s’engage dans Daech et un jeune qui dans les années 1970 s’engageait dans la bande à Baader ?

      Le niveau de décomposition de la synthèse sociale capitaliste.

      Au-delà et en-deçà des phénomènes « économiques » (chômage de masse, crise environnementale, démantèlement de l’état-providence...) la synthèse sociale capitaliste produit aussi une certaine forme de sujet qui lui est propre et dont les évolutions sont liées à sa décomposition.

      Historiquement, le capitalisme a d’abord forgé le sujet autoritaire, dans lequel des dimensions pré-capitalistes ont été reprises et re-déterminées par les nécessites de la valorisation du capital (c’est le capitalisme de caserne vécu, subi, mais aussi souvent promu aussi bien par l’État, les patrons que par les organisations ouvrières)

      Et puis, au tournant des années 1970, le capitalisme ne peut plus reproduire sa forme de vie sur ses propres base. Le travail productif, pfuitt, disparait à un rythme qui ne peut plus être contré par des tendances compensatrices. Sous les coups de butoir du capitalisme lui-même, sa course à la productivité le mine, contradiction interne qui l’anime et le condamne tout à la fois.

      Du coup, le noyau profond du sujet capitaliste émerge, raboté par l’éviction des dernières scories pré-capitalistes. C’est le règne explicite, au grand jour, du sujet narcissique, du sujet évidé, sans contenu propre (et par là bien conforme aux besoins du capitalisme qui a besoin de personnalités fluides, mais par là-même fragile, prête à s’effondrer à tout moment)

    • Peut-être aussi des parallèles à faire avec la politisation des skinheads dans les années 80... Lumpenproletariat flirtant avec la délinquance et embrigadé comme milice... Et plus loin on peut penser à une partie du vivier de recrutement des Sturmabteilungen.

    • Effectivement, il répond en partie... alors que cette interview date d’il y a un an !!! Merci ! (bon, sauf qu’à l’époque, Olivier Roy différencie Al Qaida de Daech, par le fait que Daech n’intervient pas en occident, tout en reconnaissant que ça peut encore dégénérer, ce en quoi il n’avait pas tort, et en donnant des pistes pour l’éviter, mais il n’a pas été écouté...)

      http://www.franceinter.fr/emission-le-79-olivier-roy-les-jeunes-djihadistes-sont-fascines-par-la-v

    • Effectivement, on ne peut pas mettre la R.A.F. et Daesh dans le même sac d’une « radicalité en soi », se fourvoyant ad nauseam dans une violence nihiliste et non interrogée. C’est la limite de l’analyse de Roy, de faire de la radicalité une catégorie stable à promener d’une époque à l’autre en la rhabillant avec les frusques du moment. Le sujet « radical » est ajusté à chacune des phases et, loin d’être un sujet inchangé dans le fond, qui ferait juste le choix opportuniste de telle ou telle « cause », il exprime l’état courant de la synthèse sociale. A ce titre, le terroriste du 13 novembre est plus proche d’un Andreas Lubitz que d’une Ulrike Meinhof

    • je plussoies sur l’intervention de @ktche
      et ajoute, oui, il y a islamisation, mais il n’y a aucune radicalité dans cette affaire, le soit disant retour aux soit disant racines de l’islam n’est pas une #radicalité, sauf pour les journalistes et autres pense mou, selon eux, ce qui est violent serait radical, voilà ce qui tient pour eux lieu de définition, comme si un #attentat_massacre se devait d’être radical, comme si une bastonnade de babas par la FNSEA était radicale, et les coups de matraques de gazeuses, de flash ball de la police sont-ils radicaux ? ah ben non, c’est les forces de l’odre. Au prie c’est un mauvais emploi de la force.
      ces tueurs ne prennent rien à la racine, ils retournent à la racine pour se chosifier et chosifier, le soit retour aux origines est pas radical, il est conservateur.

    • Des meurtres de masse, Alain Badiou
      http://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/alain-badiou-penser-les-meurtres-de-masse-du-13-novembre-version-texte#III-L

      Ces jeunes se voient donc à la marge à la fois du salariat, de la consommation et de l’avenir. Ce qu’alors leur propose la #fascisation (qu’on appelle stupidement, dans la propagande, une « radicalisation », alors que c’est une pure et simple régression) est un mélange d’héroïsme sacrificiel et criminel et de satisfaction « occidentale ». D’un côté, le jeune va devenir quelqu’un comme un mafieux fier de l’être, capable d’un héroïsme sacrificiel et criminel : tuer des occidentaux, vaincre les tueurs des autres bandes, pratiquer une cruauté spectaculaire, conquérir des territoires, etc Cela d’un côté, et de l’autre, des touches de « belle vie », des satisfactions diverses. Daech paye assez bien l’ensemble de ses hommes de main, beaucoup mieux que ce qu’ils pourraient gagner « normalement » dans les zones où ils vivent. Il y a un peu d’argent, il y a des femmes, il y a des voitures, etc. C’est donc un mélange de propositions héroïques mortifères et, en même temps, de corruption occidentale par les produits. (...) Disons que c’est la fascisation qui islamise, et non l’Islam qui fascine.

    • Réponse à Olivier Roy : les non-dits de « l’islamisation de la radicalité », François Burgat
      http://rue89.nouvelobs.com/2015/12/01/reponse-a-olivier-roy-les-non-dits-lislamisation-radicalite-262320

      Dans les rangs de Daech, après avoir annoncé par deux fois leur disparition, Roy ne pouvait donc logiquement plus accepter de voir des islamistes, ni même des acteurs politiques. Il botta donc en touche en déclarant n’y voir que des « fous » à qui il ne donna... « pas un an ».

      Aujourd’hui, j’ai pour ma part beaucoup de difficulté à ranger les frères Kouachi, fort construits dans l’expression de leurs motivations, dans la catégorie de simples paumés dépolitisés – et de reconnaître chez Coulibally (auteur de l’attaque contre l’Hyper Cacher) quelqu’un qui, entre autres, « ne s’intéresse[nt] pas aux luttes concrètes du monde musulman (Palestine) ».

      Disculper nos politiques étrangères

      Si une telle hypothèse permet à Roy de demeurer cohérent avec la ligne de ses fragiles prédictions passées, elle n’apporte en fait qu’une nouvelle pierre (celle de la pathologie sociale, voire mentale) à une construction qui reproduit le même biais que l’approche culturaliste qu’elle prétend dépasser : elle déconnecte d’une façon dangereusement volontariste les théâtres politiques européen et proche-oriental.

      La thèse qui disculpe nos politiques étrangères a donc tout pour séduire tant elle est agréable à entendre.

    • du même texte de Burgat :

      cette thèse de « l’islamisation de la radicalité » ne s’en prend pas principalement à la lecture culturaliste. Elle condamne surtout, avec dédain, en la qualifiant de « vieille antienne » « tiers-mondiste », une approche dont – sans en reprendre la désignation péjorative – nous sommes nombreux à considérer que, bien au contraire, elle constitue l’alpha et l’oméga de toute approche scientifique du phénomène djihadiste.

      Le discrédit du « tiers-mondisme » consiste ici ni plus ni moins qu’à refuser de corréler – si peu que ce soit – les conduites radicales émergentes en France ou ailleurs avec... selon les termes mêmes de Roy, « la souffrance post-coloniale, l’identification des jeunes à la cause palestinienne, leur rejet des interventions occidentales au Moyen-Orient et leur exclusion d’une France raciste et islamophobe ».

    • S’il faut mettre en lumière les corrélations, comme le propose Burgat, il faut aussi être en mesure d’expliquer les différences d’une façon qui soit ni contingente, ni déterministe.

      Si Burgat esquisse parfois un lien avec l’économie (L’islamisme à l’heure d’Al-Qaida , p.29), il n’y voit qu’un effet « adjuvant » (op. cit. p.83). Mais l’économie n’est pas une sphère juxtaposée à celles de la politique ou de la culture, c’est une forme sociale totale. La « troisième temporalité de l’islamisme » proposée par Burgat peut alors être aussi bien interprétée comme une réaction à la modernisation (une tentative de freiner ou de retourner en arrière) qu’une sorte d’accompagnement de la décomposition de la synthèse sociale capitaliste (sans perspective d’émancipation), avec des variations résultant des stades différenciés dans lesquels cette synthèse sociale s’est trouvée au moment où cette décomposition devient manifeste.

      http://seenthis.net/messages/328965

  • « Reprenons l’initiative dans les #quartiers » : Said Bouamama recontextualise les problèmes des quartiers dans les rapports de #dominations et démonte l’offre #politique puante d’Alain Soral
    https://www.youtube.com/watch?v=kj442k6At4c


    Journée « Reprenons l’initiative dans les quartiers »
    Combattre le #racisme et les idées d’extrême droite
    Dans le cadre de la quinzaine anticoloniale et du 50ème anniversaire de l’assassinat de Malcolm X

    Dommage, par contre, pour la prise de son qui est à chier.
    #fascisation

  • Biopolitique et racisme d’État :
    « Il faut défendre la société », Michel Foucault - #Livre_en_ligne
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7551

    Pour mener l’analyse concrète des rapports de pouvoir, il faut abandonner le modèle juridique de la souveraineté. Celui-ci, en effet, présuppose l’individu comme sujet de droits naturels ou de pouvoirs primitifs ; il se donne pour objectif de rendre compte de la genèse idéale de l’État ; enfin, il fait de la loi la manifestation fondamentale du pouvoir. Il faudrait essayer d’étudier le pouvoir non pas à partir des termes primitifs de la relation, mais à partir de la relation elle-même en tant que c’est elle qui détermine les éléments sur lesquels elle porte : plutôt que de demander à des sujets idéaux ce qu’ils ont pu céder d’eux-mêmes ou de leurs pouvoirs pour se laisser assujettir, il faut chercher comment les relations d’assujettissement peuvent fabriquer des sujets. De même, plutôt que de rechercher la forme unique, le point central d’où toutes les formes de pouvoir dériveraient par voie de conséquence ou de développement, il faut d’abord les laisser valoir dans leur multiplicité, leurs différences, leur spécificité, leur réversibilité : les étudier donc comme des rapports de force qui s’entrecroisent, renvoient les uns aux autres, convergent ou au contraire s’opposent et tendent à s’annuler. Enfin, plutôt que d’accorder un privilège à la loi comme manifestation de pouvoir, il vaut mieux essayer de repérer les différentes techniques de contrainte qu’il met en œuvre.

    Pour cet après 7/9 janvier 2015 entre #salafisme, #fascisation de fractions des #classes_populaires et #union_nationale ?
    #Bio_pouvoir #État #racisme

  • Official: Ultimate goal the “fascistization” of power!
    http://failedevolution.blogspot.gr/2014/11/official-ultimate-goal-fascistization.html

    (Via nakedcapitalism)

    When you hear the following words by a University deputy rector, there is no doubt, anymore, about where things go:

    “We who have positions in power should be ’fascistized’. I don’t see how the Greeks can change otherwise. When you overreact, you should get a slap on the face and calm down, as it happens in Germany, Canada, Australia and all the serious countries of the world. We can’t vote for laws and not follow them." (http://www.thepressproject.gr/article/69574/Antiprutanis-APTh-Prepei-na-fasistopoiithoume-Na-tros-mia-sfaliara-g)

    The symbolism is very powerful. The traditional factor of resistance against authoritarianism, which is the student community and youth must be dealt through “preventive suppression” prior to the new extreme measures against the majority, according to the timeline of the Greek experiment.

    There is no time, or reason, for someone to hide behind moderate expressions. The message must be clear and direct. A member of the academic community speaks directly about the “fascistization” of power and “slap on the face” of a society, being systematically impoverished. Current conditions do not allow the “luxury” to an academic retain his language to a certain level, because the objective goal is finally the “slap”, the punishment, the suppression.

    The creation of a “serious” society through culture, education and way of behaving becomes unnecessary, and the picture of a man from the academic community who speaks through a fascist way, becomes something of little importance.

    The statement belongs to professor Ioannis Tzifopoulos, was made in a local TV channel discussion and revealed by a group of philosophy students. After the revelation, Tzifopoulos resigned as deputy rector of Thessaloniki’s Aristotle University.(http://www.ekathimerini.com/4dcgi/_w_articles_wsite1_1_25/11/2014_544901)

    Despite his resignation, also after the reaction of the Students’ Association of Philology of Thessaloniki’s Aristotle University, the specific statement is of particular “importance” for someone to understand the plans for our future by a system that is driven increasingly faster towards extreme authoritarianism.

    #fascisation

  • LIVE UPDATES : Lieberman : No truce with Hamas until soldiers’ bodies are returned - Diplomacy and Defense Israel News | Haaretz

    http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.610283

    A défaut de tuer le Hamas, Lieberman et ses petits copains fascistes vont finir par vraiment tuer Israël (ou ce qu’il en reste).

    Egypt presented a cease-fire proposal to both parties early Wednesday, aimed at ending the five-week long Gaza conflict, according to Palestinian officials.

    The three-day cease-fire, currently in its final day, appeared to be stalled on Tuesday, after an Israeli official made clear that large gaps between the sides remain to be bridged. The announcement came after it emerged on Monday that Israel has agreed during the negotiations in Cairo to ease conditions in the Gaza Strip.

    #israël #fascisation (nouveau tag pour référencer les articles qui analysent la fascisation d’Israël)