• « Banalité du mal » : à propos de la sur-prise du #Capitole à Washington, encore, voici un récit important pour sortir de la première ornière, celle de débiles folkloriques, mais aussi de la seconde, celle de monstres décérébrés. L’historien Terry Bouton et sa femme étaient présents lors de l’insurrection « Stop the Steal » lancée par Trump et sont restés en tant qu’observateurs. Ils en tirent 5 conclusions : la foule était relativement diversifiée sur une relativement large aile droite pro-Trump, le Capitole a été laissé délibérément quasiment sans protection, les émeutiers ont longtemps pensé que la police était de leur côté, "l’équipement" des gens n’avait rien de commun avec les habituelles manifestations, et surtout, selon eux, ils sont déterminés et n’arrêteront pas là.
    Source : https://twitter.com/TerryBoutonHist/status/1348365375449268226 ou là https://threadreaderapp.com/thread/1348365375449268226.html et libéré-archivé par là : https://archive.vn/aLuW3

    My wife and I attended the “Stop the Steal” Trump Insurrection on Wednesday (as observers, NOT participants) and there are FIVE big take-aways from what we witnessed and heard outside the Capitol that I’d like to share. (We took all the pictures below). 1/22

    1) This insurrection wasn’t just redneck white supremacists and QAnon kooks. The people participating in, espousing, or cheering the violence cut across the different factions of the Republican Party and those factions were working in unison. 2/22

    Preppy looking “country club Republicans,” well-dressed social conservatives, and white Evangelicals in Jesus caps were standing shoulder to shoulder with QAnon cultists, Second Amendment cosplay commandos, and doughy, hardcore white nationalists. 3/22

    We eavesdropped on conversations for hours and no one expressed the slightest concern about the large number of white supremacists and para-military spewing violent rhetoric. Even the man in the “Camp Auschwitz” sweatshirt wasn’t beyond the pale. They were all “patriots." 4/22

    I’m sure there were Republicans there who were horrified by what was happening. But the most common emotions we witnessed by nearly everyone were jubilation at the take over and anger at Democrats, Mike Pence, non-Trump supporting Republicans, and the Capitol Police. 5/22

    2) There is no doubt the Capitol was left purposefully understaffed as far as law enforcement and there was no federal effort to provide support even as things turned very dark. This contrasts sharply with all of other major protests we have attended. 6/22

    A lot has been made of the contrast to the overwhelming police presence at Black Lives Matters protests in the fall, and this is certainly true. But there was also A LOT more federal law enforcement presence at every single previous protest we have attended in DC. 7/22

    Most of these protests involved tens of thousands of mostly white, middle-aged people (meaning race wasn’t the only reason for the disparate police presence). Even the March for Science had far more police for a non-partisan event featuring “Bill Nye the Science Guy.” 8/22

    By contrast, there was a tiny federal police presence at “Stop the Steal” despite weeks of promises of violence spread on social media by well-known far-right radicals, many of whom had long histories of inciting violence. 9/22

    When we arrived, the only forces present were the clearly overwhelmed Capitol Police. The only reinforcements that arrived were other Capitol Police. There were a handful of DC Metro police, but they had accompanied the ambulances to take away the injured. 10/22

    The only other federal law enforcement presence was an FBI Swat team of about eight officers who arrived to provide cover for the Capitol Fire and EMTs there to extract Ashli Babbitt, the QAnon radical who was shot inside the Capitol Building. 11/22

    Once the FBI team got Babbitt out, they left and no other federal officers arrived in the more than two hours that followed. The small Capitol Police force was left to deal with the chaos by themselves. 12/22

    3) The Trump rioters only supported law enforcement as long as they believed law enforcement was supporting them. Rioters, many carrying Thin Blue Line flags, seemed convinced that the Capitol Police would turn against the government and join them. 13/22

    Numerous rioters shouted at the police, saying some version of “we had your back, now you need to have ours.” All of the Capitol officers we saw—Black, white, Latino, male, female—seemed alarmed by what was happening and continued to try to do their job faithfully. 14/22

    And the crowd reviled them for it. They booed the police and FBI swat team, calling them traitors and murderers. A man on the back Capitol steps ripped up a Thin Blue Line flag, the torn stripes fluttering down over a crowd briefly chanting “fuck the police.” 15/22

    4) There were also no clear crowd rules imposed for Stop the Steal like there were for all the other protests we have attended. All of the “liberal” protests of the last four years we attended had a long list of things you could not bring that were enforced at the Capitol. 16/22

    At these protests, there were no poles or sticks, no backpacks, no weapons or body armor, etc. There were sometimes security check points to go through to get onto the mall or Capitol grounds. 17/22

    None of these standard rules applied to Stop the Steal. There were poles and flags and backpacks and body armor EVERYWHERE. We didn’t see any guns or knives. But there were certainly people brandishing flag poles as if they were weapons. 18/22

    5) These people are serious and they are going to keep escalating the violence until they are stopped by the force of law. There were many, many people there who were excited by the violence and proud and excited about the prospect of more violence. 19/22

    And it wasn’t just the white nationalists, Second Amendment radicals, and QAnon boneheads. I can’t adequately describe the blood lust we heard everywhere as we walked over the Capitol grounds, even from mild-mannered looking people. 20/22

    The most alarming part to me was the matter-of-fact, causal ways that people from all walks of life were talking about violence and even the execution of “traitors” in private conversations, like this was something normal that happened every day. 21/22

    I am convinced that if Congress doesn’t act to do something about this quickly, these people are going to keep going and the unrest and violence will get more widespread and more uncontrollable. This is a crisis. It’s real. It’s happening. It must be taken seriously. 22/22

    (Wanted to make sure my wife, Noelle, received due credit for the photos). twitter.com/housewifeangst

    Et voilà le résultat de tout ça : une vidéo de la demi-heure pendant laquelle la foule, chauffée à blanc, et la maigre équipe policière du Capitole, ont formé une mêlée à l’entrée pendant que d’autres pénétraient par les fenêtres brisées et faisaient le show devant les appareils photo :
    https://www.youtube.com/watch?v=cwTlxKjiW5g

    #Trump #fanatisme #MAGA #MAGAcoup #banalité_du_mal

    • une interprétation : c’était donc une petite manif Disneyland Trump, organisée pour le thrill et pour le show, bien réglée pour éviter tout accrochage sérieux avec les flics ; une fois la parade terminée, on rentre à la maison et les médias entretiennent le buzz pendant une semaine ou plus. Bien joué.

    • @olaf : 5 morts, ce n’est pas Disneyland.

      Les premières images qu’on a vues semblaient effectivement suggérer une sorte de promenade touristique un peu folklorique, ce qui a d’ailleurs permis, dans les premières heures, à gauche de « réclamer » à ce que les manifs BLM soient « aussi bien » traitées (mais avec 5 morts, je doute que ce soit une revendication qui tienne encore), ou à droite de prétendre que cette manif était drôlement plus polie que les « casseurs » des manifs de gauche…

      Depuis, cette impression de manif un peu musclée mais relativement anodine ne peut plus tenir.

    • @olaf insupportable de minimiser ce qui s’est passé et qui a entrainé la mort de 5 personnes.

      Ca fait plusieurs mois (de ce côté de l’atlantique) qu’on parle de coup d’état à venir par Trump et de front fasciste prêt à monter à Washington. Donc, il y a une logique à chercher du côté des services du pentagone pour avoir laissé le capitole ouvert.
      Est-ce qu’il y a eu un choix délibéré de laisser advenir cet électrochoc de façon stratégique, quitte à faire des morts, pour justifier une répression qui va avoir lieu sur tous les fronts ?
      De l’Histoire, je retiens que les services secrets américains sont très forts pour la scénariser à l’avance, la mettre en image, créer du spectacle, du symbolique à leur gloire, et faire croire qu’ils contrôlent la situation même quand elle apparait absolument tordue.

    • Il ne s’agit pas de minimiser (oui, évoquer Dysneyland est trop « distancé ») mais de prendre une juste mesure des choses.
      Ainsi, les armes à feu et cocktails molotov saisis l’ont été dans des chambres d’hôtels ou dans des véhicules, sans avoir été et utilisées sur place (on ne saura jamais combien il y avait d’armes dans et devant le Capitole). Ce qui fait une énorme différence. Les manifestants se sont servi avant tout de leurs corps (de fascistes), de bâtons, matraques télescopiques, gazeuses, de ce qu’ils ont trouvé sur leur chemin (extincteurs) peut-être de tasers, et c’est pourquoi le degré en plus (les serflexs) a été remarqué bien qu’il soit inemployé. Idem du coté des flics, le nombre de coups de feu est tout à fait limité. Des deux côtés il y a un usage limité de la violence, et pas seulement en raison de la passivité/ complicité policière, mais bien parce que les manifestants se sont limité (sinon il aurait eu plus de gens masqués, plus de tenues plus ou moins paramilitaires), pour rester pour partie « respectables » et impunis, mais aussi pour préserver l’hétérogénèité de cette force en voie de constitution. Une de leur force (l’article cité ici le montre bien), c’est d’agréger du composite. Il reste à ces courants bien des moments de brutalisation à orchestrer pour arriver à un sujet collectif plus déterminé (construit par des expériences subjectives communes).
      La violence majeure dans cette affaire est symbolique (mais pas aux en sens faible des pétitions et autre happenings sans conséquences) : invasion d’une institution de la politique représentative et suspension de celle-ci (l’officialisation de la victoire Biden a lieu dès l’évacuation, là il est pas question de trainer comme ce fut le cas après l’intrusion). Dire qu’il s’agit d’une gesticulation qui aurait pu tourner à un affrontement plus réel n’enlève rien à la menace latente que fait peser une telle action, ni à l’existence de deux tués (faute de détails, on sait pas si les 3 autres décès sont des accidents, des crises cardiaques, etc.). Venue du sommet, relayée par des services divers, elle n’a pas entrainé tant de monde. Le rdv du 17 janvier, évoqué depuis, sera-t-il un autre moment de « répétition générale » ou quelque chose de plus décisif ? Je les verrais bien jouer davantage la décentralisation des actions, quitte à ce qu’elles soient liées à une action centrale. Mais c’est aussi faute d’infos suffisantes sur ce qui s’est fait dans d’autres villes le 6 janvier (ne pas oublier aussi qu’ils se comptent, les rdv servent bêtement à ça).

      #USA #fascisme

    • Des manifestations armées sont prévues dans les 50 capitales d’État, selon un bulletin du FBI – Media Plus
      http://mediasplus.fr/des-manifestations-armees-sont-prevues-dans-les-50-capitales-detat-selon-

      Le FBI a publié un bulletin d’alerte informant que « des manifestations armées sont planifiées autour des capitoles des 50 États entre le 16 et le 20 janvier. Et autour du US Capitol de Washington entre le 17 et le 20. » (...)

  • Assaut du Capitole : Une base de masse pour le fascisme ?
    https://lundi.am/Assaut-du-Capitole-Une-base-de-masse-pour-le-fascisme

    Il va falloir un peu de temps pour prendre la mesure du basculement historique qu’a inauguré l’envahissement du #Capitole, cœur symbolique de la démocratie américaine par des partisans de Trump. En introduction à ce texte des amis de #Crimethinc. qui tire déjà les conséquences de l’épisode pour la recomposition des forces politiques dominantes aux USA et sur ce qu’elles préparent aux dépens des forces anticapitalistes et antifascistes, on avancera quelques remarques :

    -- Ce coup de force était une #pantalonnade, conséquence ultime de la tentative par Trump d’imposer une réalité alternative. Bien sûr, il y avait bel et bien quelques groupes armés prêts à en découdre mais même si la confirmation de l’élection de Biden avait été empêchée, par exemple en volant les bulletins de vote comme il semble que c’était le projet de certains, dans et hors de la Maison Blanche, Trump, à la différence de Hitler, Mussolini et tous les aspirants dictateurs, ne disposait d’aucun appui significatif dans des secteurs importants de l’armée et du patronat. Certes, le traitement de faveur accordé dans un premier temps aux émeutiers manifeste, comme il est dit dans le texte de nos amis américains, une forme de sympathie de la part des forces de l’ordre et aussi, ce qui n’est pas dans le texte, un certain flottement au plus hauts sommets quand il s’est agi d’intervenir durement contre des partisans de celui qui était encore le président, et qu’il avait lancés.

    -- Il y avait quand même quelque chose d’assez ironique à voir, en France, tant de partisans de #gauche, s’épouvanter de l’envahissement d’un symbole de la démocratie libérale alors même qu’ils avaient pu se réjouir, par exemple, de l’occupation en 2011 de la MaisonBlanche de l’Etat du Wisconsin par des profs en grève et par leurs soutiens, ou de celle, plus récemment, du parlement de Hong-Kong. De même, il y a quelque chose comme une farce grotesque dans le spectacle de divers gauchistes, qui, à travers les Etats-Unis, s’emploient à identifier sur photo certains des facsites présents au Capitole pour les signaler directement au FBI. L’agence d’Hoover transformée en alliée objectif des antifas, il y a là, quelque chose qui devrait coincer à brève échéance, comme on peut le deviner à la lecture de l’article qui suit. L’un des destins possibles d’une certaine gauche sera toujours de se retrouver dans la peau des « girotondini », ces grotesques partisans italiens d’un mouvement éphémère lancé jadis par Nani Moretti, qui faisaient la ronde autour des palais du pouvoir (tribunaux et ministère) pour les protéger contre ce Berlusconi dont ils n’avaient cessé, politiquement et culturellement, de préparer l’accès au pouvoir.

    #USA #fascisme

    • Pour la postérité, nous avons composé une documentation de certaines des scènes les plus importantes qui se sont déroulées hier. Plus tard, quand ce récit sera contesté, il pourrait être utile d’avoir tout cela rassemblé au même endroit.

      Et donc les puipuii et autres vidéos collées dans l’article (avec obligation d’aller sur puipuibleu) sont censées se conserver tout seuls jusqu’à ce que postérité s’en suive ?

    • Ne me dites pas que la bourgeoisie américaine ne soutiendra jamais le fascisme parce que la démocratie libérale fonctionnerait suffisamment bien. Ne me dites pas que le fascisme ne prendra pas pied dans une société où la gauche est faible depuis des décennies et où une grande partie du mouvement ouvrier est presque en état de mort clinique. Ces points sont hors sujet.

      Le fascisme ne se développe jamais en premier lieu parce que la classe capitaliste se mobilise derrière lui. Il grandit parce qu’il attire autour de son noyau ceux que Clara Zetkin a décrit comme « les sans-abri politiques, les déracinés sociaux, les indigents et les désillusionnés ». Et le fascisme naissant a montré, de l’Inde aux Philippines, qu’il n’a pas besoin d’un communisme fort pour réagir : l’hypothèse d’Ernst Nolte était erronée.

      #extreme_droite #USA #brutalisation #fascisme #Richard_Seymour

  • #Orwell : faire #front, puis la #révolution

    « La seule attitude possible pour un honnête homme », disait George Orwell, c’est d’œuvrer « pour l’avènement du #socialisme ». Voilà qui tombe sous le sens. Mais plus concrètement ? L’auteur de 1984, qui se décrivait lui-même comme « définitivement "à gauche" », s’est fendu, au début des années 1940, d’un programme en six points afin de structurer le mouvement révolutionnaire qu’il appelait de ses vœux, depuis plusieurs années, dans l’espoir de renverser le #capitalisme et le #fascisme. Près de 80 ans plus tard, les blocs idéologiques qui s’affrontent de par le monde n’ont pas substantiellement changé : les possédants, les identitaires et les partageux. Plongée, crayon en main, dans le #socialisme_orwellien

    https://www.revue-ballast.fr/orwell-faire-front-puis-la-revolution

    #George_Orwell #faire_monde #internationalisme #despotisme #colonialisme #impérialisme

  • Fondamentalement, qu’est-ce qui se passe ? Dans quel état est ce monde ? Face à la crise du capitalisme, quelles sont les perspectives ?...

    Comme chaque année, les textes du Congrès annuel de Lutte Ouvrière aident à comprendre :

    Au sommaire de la Lutte de Classe n°212 (décembre 2020-janvier 2021) : Le 50e congrès de Lutte ouvrière https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/le-50e-congres-de-lutte-ouvriere_153820.html

    L’aggravation de la crise de l’économie capitaliste https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/laggravation-de-la-crise-de-leconomie-capitaliste_153821.htm

    La situation internationale https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/la-situation-internationale_153822.html

    La situation intérieure https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/la-situation-interieure_153823.html

    Aujourd’hui comme hier, socialisme ou barbarie https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2020/10/25/aujourdhui-comme-hier-socialisme-ou-barbarie_152433.html

    Motion : « Afin d’assurer la présence du courant communiste révolutionnaire à l’élection présidentielle
    de 2022 et d’y faire entendre le camp des travailleurs, Lutte ouvrière décide de présenter la candidature de Nathalie Arthaud ».

    Discussion sur les textes d’orientation (extraits) https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/discussion-sur-les-textes-dorientation-extraits_153825.html

    Interventions de groupes invités (extraits) https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2021/01/02/interventions-de-groupes-invites-extraits_153826.html

    Lutte de classe n° 212 / décembre 2020-janvier 2021 | Le mensuel https://mensuel.lutte-ouvriere.org//lutte-de-classe/serie-actuelle-1993/212-decembre-2020-janvier-2021

    Format pdf https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc212.pdf
    Format epub https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc212.epub
    Format mobi https://mensuel.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/ldc/files/ldc212.mobi

    #LO #Lutte_Ouvrière #Congrès #capitalisme #crise #bilan #perspectives #Lutte_de_classe #revue #russie #Moyen-Orient #États-Unis #coronavirus #covid19 #France #Macron #répression #État #étatisme #programme_révolutionnaire #chine #réaction #prolétariat #petite_bourgeoisie #marxisme #financiarisation #crise_de_1929 #fascisme

  • Caractéristiques du #fascisme : Dix-sept critères
    http://www.gauchemip.org/spip.php?article3195

    Le fascisme répond à l’intérêt des privilégiés qui choisissent à un moment donné cette solution politique pour maintenir leurs profits ; dans ce contexte, l’Etat fasciste s’appuie sur l’extrême droite mais surtout sur des composantes patronales, militaires, religieuses, institutionnelles, conservatrices de droite (plus rarement de petits courants complémentaires venus de la gauche), post-féodales, petites bourgeoises, parfois populaires qui lui donnent une assise dans la société.

    L’arrivée au pouvoir du fascisme se réalise généralement grâce au soutien financier et médiatique du grand patronat. Une fois en charge des affaires du pays, le fascisme maintient le système capitaliste en radicalisant les options du libéralisme économique, en particulier avec des droits accrus pour les chefs d’entreprise.

  • Sémiologie : La police dans l’épicentre de la violence
    https://www.lamuledupape.com/2020/12/09/semiologie-la-police-dans-lepicentre-de-la-violence

    « Le pouvoir d’un symbole réside dans sa capacité à produire du sens et à communiquer ce sens. Loin d’être une entité floue, le sens réfère à quelque chose d’extérieur à soi, plus exactement un objet, qui devient existant par le truchement d’une relation interpersonnelle. »

    C’est au travers d’une large panoplie de signes, insignes, symboles, slogans, etc, que des policier·ères visiblement sans honte ni crainte de leur hiérarchie, affichent publiquement, leur amour de la violence, du thème de la vengeance, et parfois, du racisme, de la mort, voire des idéologies fascistes ou nazis.

    ENQUÊTE sur des symboles violents et racistes chez la #police, et leurs racines historiques.

  • This study of fascist men shows their terrifying fascination with sex, death, and authority
    ‘Male Fantasies’ examined the inner lives of German fascists and reached a horrifying conclusion

    fter World War I, a German paramilitary commander stood in the countryside, surveying a grisly scene: a lovers’ picnic interrupted by a grenade. The couple’s blood-smeared, mangled corpses gave the commander a strange surge of pleasure. The woman was a Communist whore, the commander thought, one of the many “Red women” destroying his homeland in the years since the armistice. He was a commander in the Freikorps, a paramilitary group made up of downtrodden German veterans who blamed Communist revolutionaries for their loss of the war. Many of the Freikorps later joined the Nazi regime. Perpetual war was not just their work, but their reason to be, the will to live merging with death. And one book would make a quest of understanding why.

    Though afterward the Holocaust was declared “unthinkable,” that label was widely seen as an urgent call to untangle its root causes. Who did this and what were their motives? More than three decades after World War II ended, Klaus Theweleit’s 1977 book Male Fantasies, sought an unusual path to understanding. Theweleit, a German doctoral student in literature, wanted to understand the fascist man’s deepest desires. Not why did they do what they did, but what did they want? As German historian Sven Reichardt points out, while others sought political explanations for fascist violence, Theweleit shocked readers by looking to their quotidian lives for answers. The resulting two-volume book is an intimate analysis of the letters, poems, diaries, and novels of the Freikorpsmen: fascism up close and personal. To modern readers, the Freikorpsmen’s fantasy life will be familiar: a country in decline, a nationalistic call to purge it of disorder, a clear separation between men and women, rich and poor, your kind and the other.

    When the book was published in Germany, it became a cult classic and required reading in leftist circles. “Everyone — at universities, in left-wing undogmatic circles, in communal communities or groups of men — read the book at the time,” said one German writer. In 1987, the book was released in English and instantly, modern-day parallels were drawn. A New York Times reviewer wrote that Theweleit had “captured a glimpse of our souls.”

    While other writers sought to understand the rise of Nazism by looking directly at Nazi violence, Theweleit, perhaps sensing that this direct path was too on the nose, used a different access point to the proto-fascist mind: their relationship to women. For the Freikorps men, there are three kinds of women: their absent wives/girlfriends/fiancées; the pure, upper-class “white nurses” serving the cause; and the “Red women,” the unruly communist revolutionaries waving flags in the streets. The Freikorps violence was not limited to women, but women are a potent symbol of their most primal fears: the dissolution of the self in another. Sex and the female body are, to them, nothing short of horrifying, so it is better that women be absent, separate, or dead.

    When the Freikorpsmen’s wives appear in their writing, they are usually nameless and only mentioned in passing, even when they die. One Freikorspman’s writes only of his wife, “When I came home, I found my wife suffering from a severe nervous disorder. She died soon afterward.” Two pages later, he mentions honeymooning with his second wife. The white nurse is similarly unthreatening. She is sterile, sexless, and statuesque.

    The “red women” however, are where the ugliness really lives. They represent everything that the order-obsessed Freikorpsmen fear: unwieldy sexuality, the chaos of revolution, the mingling of people regardless of class, creed, and color. “It’s a well-known fact that women are always at the head of these kinds of riots,” a Freikorps General’s speech read. “And if one of our leaders gives the order to shoot and a few old girls get blown up, the whole world starts screaming about blooodthirsty soldiers shooting down innocent women and children. As if women were always innocent.”

    Throughout their writing, the Freikorpsmen are nearly drooling over the opportunities they have to murder these “red women” and stop the “filthy-red wave.” Theweleit quotes a scene from a fascist novel in which a Communist woman is confronted by Freikorpsman: “his sight is pointing straight into her mouth, into the center of that slobbering hole, so wide open with hysteria that he can even see the gums.” Once he shoots her point blank in the face, he is amazed. The shot “threw her onto her back, as if she had been blown over by some gigantic wind. Is that thing at his feet really her?”

    It is possible to read Male Fantasies as not really about the Freikorpsmen at all, but about an “irreducible human desire,” as Barbara Erenreich writes in the book’s English introduction. In 2004, historian Robert Paxton warned in his book on fascism that we should “not look for exact replicas, in which fascist veterans dust off their swastikas.’’ They are in our midst, he was saying, perhaps in different clothes (though admittedly, sometimes they don’t bother with a wardrobe change). Theweleit’s startling proposition is that the Freikorsmen were human, that their fantasy life is alive and well.

    #masculinisme #fascisme #masculinité

  • «Quand tout sera fini plus tard en Erivan»... Les voix du génocide arménien - Ép. 4/4 - L’Arménie au carrefour des empires
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/larmenie-au-carrefour-des-empires-44-quand-tout-sera-fini-plus-tard-en

    Le film Une #histoire de fou de Robert Guédiguian, sorti en 2015 s’ouvre sur une scène saisissante. En 1921, à Berlin, Soghoman Tehlirian, rescapé du #génocide arménien de 1915, tue un homme à bout portant. Pas n’importe quel homme : il s’agit de Talaat Pacha, l’un des principaux instigateurs du génocide. Après ce prologue, une longue ellipse fait reprendre l’intrigue du film dans les années 1980. Aram, un jeune Marseillais d’origine arménienne, se lance alors dans la lutte armée pour forcer le gouvernement turc à reconnaître le génocide.

    De 1921 aux années 1980, que s’est-il passé ? Que recèle ce long silence ? La diaspora arménienne en France s’est-elle tue, à l’instar de Hovannès et Anouch, les parents de Aram ? Faire l’histoire de la mémoire du génocide arménien, c’est en effet commencer par faire l’histoire du silence et de l’oubli dans une diaspora désunie. Comment les rescapés et leurs descendants sont-ils parvenus à reconstruire cette mémoire, malgré le trauma et le déni ? Comment continuer à mener cette bataille mémorielle aujourd’hui ? Nous en parlons avec…

    #Arménie #Turquie #fascisme #crime_contre_l'humanité #vocabulaire

  • #Maria_Uva
    Je découvre Maria Uva en lisant le #livre « #Sangue_giusto » de #Francesca_Melandri (en italien) :

    https://bur.rizzolilibri.it/libri/sangue-giusto-2

    –—

    Era nota col nomignolo di «l’#animatrice_di_Said». Maria era nata in Francia a Villeneuve, presso Lourdes, nella famiglia De Luca, d’origine piemontese. Suo marito, Pasquale Uva, era nato invece in Egitto da genitori pugliesi.

    Avendo intrapreso corsi da soprano, Maria Uva accompagnava le navi dei coloni italiani che passavano nel Canale di Suez per la guerra d’Etiopia del 1935-36 con inni patriottici.

    Ben presto la sua divenne una vera e propria organizzazione con la collaborazione del marito e del resto della comunità italiana in Egitto. La Uva e i «suoi» fornirono ai soldati italiani ogni genere di conforto sia economico che morale.

    Per questo la donna ebbe molto spesso problemi con la comunità inglese presente sul suolo e fu costretta a trasferirsi in Italia nel 1937.

    Finita la guerra, Maria Uva si trovò in una profonda crisi finanziaria che però ebbe termine grazie all’aiuto di un diplomatico francese che aiutò il marito a trovare un nuovo lavoro.

    Umberto II dall’esilio conferì a Maria Uva l’onorificenza di «Dama della Corona d’Italia».

    Maria Uva è morta all’età di 97 anni.

    https://it.m.wikipedia.org/wiki/Maria_Uva

    #musique #chansons #musique_et_politique #fascisme #colonialisme #histoire #patriotisme #guerre_d'Ethiopie #Italie #musique_et_fascisme #Canal_de_Suez #Port_Said #colonialisme_italien

    ping @sinehebdo

    • En fait, Maria Uva était une chanteuse qui chantait des chants patriotiques (et fascistes) au passage des soldats italiens à travers le canal de Suez... et qui rejoignaient l’Erythrée et l’Ethiopie...
      Mais j’ai pas trouvé des enregistrements d’elle... peut-être le lien est un peu faible ;-)

    • Le livre Sangue giusto a été traduit en français avec le titre

      Tous, sauf moi

      2010, Rome. Ilaria, la quarantaine, trouve sur le seuil de sa porte un jeune Éthiopien qui dit être à la recherche de son grand-père, Attilio Profeti. Or c’est le père d’Ilaria. À quatre-vingt-quinze ans, le patriarche de la famille Profeti est un homme à qui la chance a toujours souri : deux mariages, quatre enfants, une réussite sociale éclatante. Troublée par sa rencontre avec ce migrant qui déclare être son neveu, Ilaria commence à creuser dans le passé de son père.
      À travers l’enquête d’Ilaria qui découvre un à un les secrets sur la jeunesse de son père, Francesca Melandri met en lumière tout un pan occulté de l’histoire italienne : la conquête et la colonisation de l’Éthiopie par les chemises noires de Mussolini, de 1936 à 1941 – la violence, les massacres, le sort tragique des populations et, parfois, les liens qu’elles tissent avec certains colons italiens, comme le fut Attilio Profeti.
      Dans ce roman historique où l’intime se mêle au collectif, Francesca Melandri apporte un éclairage nouveau sur l’Italie actuelle et celle des années Berlusconi, dans ses rapports complexes avec la période fasciste. Naviguant habilement d’une époque à l’autre, l’auteur nous fait partager l’épopée d’une famille sur trois générations et révèle de façon bouleversante les traces laissées par la colonisation dans nos sociétés contemporaines.

      http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Du-monde-entier/Tous-sauf-moi

    • « Tous, sauf moi », le roman qui met l’Italie face à son héritage colonial

      Francesca Melandri dynamite la #mémoire sélective entretenue sur le passé impérial de l’Italie en Afrique. Son dernier livre pulvérise les couches de silence accumulées depuis l’ère fasciste et combat le révisionnisme historique des années Berlusconi.

      Le roman s’ouvre en 2012 à Rome, sur le décès d’un vieillard de 97 ans. « Tous, sauf moi » était le mantra d’Attilio Profeti, obsédé par l’idée d’être le dernier de sa génération à quitter ce bas monde. Depuis bien longtemps, les enfants issus de sa double vie avaient découvert leur existence mutuelle. Mais cela ne faisait que deux ans que sa fille Illaria avait vu débarquer sur son palier un certain Shimeta Ietmgeta Attilaprofeti. Venu d’Éthiopie, celui-ci s’était présenté comme son neveu, c’est-à-dire le petit-fils dudit vieillard, à la mémoire déjà trop effilochée pour confirmer quoi que ce soit.

      Ce point de départ fournit le prétexte à une investigation filiale qui tient le lecteur en haleine pendant plus de 500 pages facilement dévorées, en lui faisant remonter le temps jusqu’à cent ans en arrière. Dans cet ouvrage publié en 2019, à (re)découvrir dans les librairies déconfinées, l’écrivaine Francesca Melandri enchevêtre plusieurs récits de vie qui éclairent de manière sensible l’histoire récente de l’Italie. Sa prose alterne subtilement entre l’empathie pour ses personnages, un humour féroce, des descriptions cliniques et quelques rebondissements surprises.

      On suit ainsi le long parcours d’Attilio Profeti, fils d’un cheminot étranger aux idées fascistes, dont l’enfance sera néanmoins tout entière marquée par le régime de Mussolini. Engagé en Éthiopie, dont la conquête en 1936 fit beaucoup pour l’adhésion populaire au nouveau régime, il y laissera une femme et une progéniture qu’il ne reconnaîtra jamais, au contraire de certains compagnons « ensablés », émigrés ou anciens soldats jamais repartis du pays. Beau et chanceux, il trouvera après la guerre un protecteur auprès de qui bénéficier des nombreux avantages d’une démocratie chrétienne hégémonique et corrompue.

      Avec sa fille Illaria, une femme indépendante ayant grandi pendant la dégénérescence du système de partis de la Première République, voilà le lecteur plongé dans les années Berlusconi, cauchemardesques pour quiconque ayant conservé des idéaux de gauche, ou tout simplement une haute idée de l’action publique. Son enquête l’incitant à s’accommoder avec les principes moraux qu’elle s’était fixés, Illaria voit s’échapper son fantasme de rester imperméable au climat d’abaissement et de compromission encouragé par le magnat transalpin des médias.

      Motivée par une oppression politique bien plus directe et brutale, l’odyssée du jeune Éthiopien jusqu’à Rome fait écho aux tragédies migratoires vécues ces dernières années entre la Corne de l’Afrique et les côtes européennes, en passant par le Soudan et la Libye. « Qu’est-ce qu’une frontière au milieu du désert ?, lit-on au commencement de son parcours éprouvant. Une ligne invisible au-delà de laquelle il y a ceux qui te frappent, ceux qui te donnent à boire, ceux qui volent ton argent et ceux qui font un peu tout ça à la fois. Ou bien encore, là où il n’y a plus personne parce que le chauffeur a perdu la piste et alors on meurt. »

      La grande réussite de Melandri est de ne pas dérouler ces récits en silos, mais de les faire résonner les uns avec les autres. Elle nous fait ainsi découvrir, ou mieux entendre, les échos du passé impérialiste italien dans la vie politique contemporaine, par exemple lors de la réception de Kadhafi par Berlusconi en 2010. En reliant par la fiction des destins individuels, la romancière réunit dans le même geste des fragments d’histoire nationale artificiellement séparés – et surtout excessivement négligés – dans la mémoire collective.

      C’est en effet l’impensé colonial de son pays (lire l’article de Ricardo Antoniucci) que Melandri met au jour, dans une sorte de forage impitoyable de la psyché nationale. Elle le fait sans ménagement, n’épargnant pas au lecteur les récits atroces – sans être gratuits – des violences sexuelles et crimes de guerre commis par l’armée italienne. Sur la base d’une documentation solide, et avec les armes d’un art populaire, elle entreprend de défaire les couches de silence qui ont enveloppé cette histoire qui n’a rien eu d’anecdotique.

      Par honte, peur de la justice ou déni psychologique, les « revenants » d’Abyssinie avaient été avares de témoignages : « Tous se taisaient. Chacun de ces petits ruisseaux de silence confluait avec le grand fleuve des omissions officielles, qui, à son tour, alimentait la grande mer de la propagande sur l’Afrique orientale. »

      Une fois le fascisme vaincu, la reconstruction mémorielle du pays a débouché sur le mythe d’un pays victime d’un phénomène politique aberrant : « Tout ce qui, à tort ou à raison, était associé au fascisme était considéré comme un corps étranger, une parenthèse, une déviation du vrai cours de l’histoire de la patrie, celui qui reliait l’héroïsme du Risorgimento à celui de la Résistance. L’Italie était un ancien alcoolique qui, comme tout nouvel adepte de la sobriété, ne voulait pas être confondu avec le comportement qu’il avait eu lors de sa dernière cuite. »

      Tout en rappelant que l’entreprise coloniale a été lancée plus de vingt ans avant l’avènement du régime mussolinien, Melandri insiste sur la centralité de l’impérialisme dans le fascisme italien. Elle s’inscrit dans le sillage de réflexions similaires menées dans le champ académique, comme chez Marie-Anne Matard-Bonucci. Dans un ouvrage important, Totalitarisme fasciste, celle-ci insiste sur le fait que le culte de la violence se situait bien au cœur du mouvement puis du régime politique de Mussolini (voir notre entretien vidéo).

      « Pour le pouvoir fasciste, écrit l’historienne, la terreur [dans les colonies] n’était pas une dérive, mais une façon de faire de la politique. » Un chapitre entier de son ouvrage est d’ailleurs consacré à la propagande viriliste déployée en arrière-fond des conquêtes coloniales, dans lequel elle explique comment le « spectre du métissage », signe d’une radicalisation raciste du régime, a finalement débouché sur une réglementation stricte de la sexualité en terrain colonial.

      Or, c’est précisément dans cette torsion idéologique que s’inscrit la biographie inventée d’Attilio Profeti : adolescent contemplant des cartes postales de corps animalisés et « exotisés », soldat parmi ceux confrontés à leur disponibilité au cours d’une conquête militaire les ayant transformés en proies faciles, amoureux préférant délaisser l’objet de sa fascination plutôt que d’hypothéquer son avenir au sein d’un régime ne tolérant pas l’altération du pur sang italien.

      À plusieurs reprises, dans les pages les plus contemporaines, la romancière étrille le révisionnisme historique encouragé par Berlusconi et ses alliés de droite dès leur arrivée au pouvoir. Comme l’a montré un autre historien, Olivier Forlin, les années 1990 ont de fait été le moment d’une « relativisation de l’héritage fasciste » et d’une mise en équivalence douteuse entre partisans et fascistes pendant la guerre civile de 1943-45, présentée comme un moment regrettable de division nationale.

      De façon plus générale, c’est la dégénérescence morale incarnée par Berlusconi dont témoignent les personnages du roman. Parmi eux, l’amant d’Illaria, Piero Casati, est décrit comme un élu « entré en politique avec une idée d’efficacité conservatrice [...] ; où les excès des hommes d’État de la Première République seraient corrigés par un peu de marché sain, par l’allègement de la lourdeur du fonctionnement de l’administration », mais qui se retrouve plongé dans « un climat de Bas-Empire, de foire d’empoigne, avec des rats dans la soute qui rongent les dernières croûtes avant que le bateau ne s’écrase sur les rochers ».

      Les adversaires de centre-gauche de Berlusconi ne sont pour autant pas épargnés dans le roman. À plusieurs occasions, Melandri souligne leur responsabilité partagée dans l’absence de travail mémoriel satisfaisant, et dans la mise en œuvre de lois désastreuses pour la dignité et l’intégrité physique des migrants ayant tenté leur chance depuis l’autre côté de la Méditerranée.

      Épique et subtil autant qu’éprouvant, Tous, sauf moi s’inscrit dans un mouvement de pluralisation de la mémoire italienne, que d’autres romanciers et chercheurs ont lancé à la lumière d’une histoire impériale réévaluée. L’originalité de Melandri est de montrer en quoi le legs colonial pèse encore dans l’inconscient, les représentations et les affects contemporains. Il est heureux que les lectrices et lecteurs français y aient aujourd’hui accès, deux ans après sa parution en Italie.

      https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/010620/tous-sauf-moi-le-roman-qui-met-l-italie-face-son-heritage-colonial
      #impensé_colonial

  • L’illusion du surplomb moral. Depuis 2002 et l’arrivée au second tour… | by Pandov Strochnis ) | Oct, 2020 | Medium
    https://pandov-strochnis.medium.com/lillusion-du-surplomb-moral-1f343b3b3383

    Les retombées politiques de l’assassinat de Samuel Paty doivent rendre la situation extrêmement claire pour tout un chacun : quand la gauche a tergiversé pendant 18 ans sur le fait de savoir si “On ne va quand même pas interdire le FN ?”, le FN, la droite, et leurs intellectuels organiques ont vidé ce débat en moins d’une semaine. Actuellement, il se trouve des anciens policiers pour dire que la gauche électoraliste est un plus grand danger que l’extrême-droite, et pour appeler à un front contre-républicain entre FN et droite contre la gauche. Actuellement, il se trouve des ministres pour en appeler à la marginalisation, et potentiellement au démantèlement des syndicats et des journaux d’opposition. Actuellement, il se trouve des fascistes et des idiots utiles du #fascisme pour publier des tribunes appelant à des purges idéologiques à l’université, dans les journaux, et dans la société en général. Actuellement, il se trouve des membres du FN pour exiger que les gens de gauche dans leur ensemble soient mis en procès pour collaboration avec une entreprise terroriste. Actuellement, le FN se sent suffisamment confiant pour jouer sa main et commencer à préparer le terrain en disant que quand on se sera occupés des “islamo-gauchistes”, il faudra également commencer à purger la droite.

  • U.S.A. : #fascisme ou abolition | Terrestres
    https://www.terrestres.org/2020/10/20/u-s-a-le-fascisme-ou-labolition

    Secondé par le Parti Républicain, Trump tente aujourd’hui d’invalider par avance l’élection de novembre 2020 à laquelle pourtant il participe, jouant ainsi sur deux tableaux à la fois au cas où il ne serait pas élu : en détruisant les services postaux, ce qui a pour effet de ralentir l’acheminement des bulletins de votes envoyés par la poste et pourra ainsi invalider les bulletins arrivés trop tard (au Texas, le gouverneur a eu une meilleure idée : se débarrasser des boites où les électeurs des régions à majorité démocrate peuvent déposer leur bulletin) ; en purgeant les listes électorales et exigeant des preuves d’identités parfois impossibles à produire ; en réduisant la possibilité de voter avant le 3 novembre (early voting), alors que le vote est un mardi, c’est-à-dire un jour où il est difficile de voter pour ceux qui travaillent ce jour-là ; en appelant des électeurs à voter deux fois, par correspondance et aussi le jour du vote, alors que c’est un crime ; en déclarant par avance les élections « truquées » ; en appelant les milices d’extrême-droite, genre Proud Boys, à « surveiller » les élections, c’est-à-dire à intimider ceux qui vont voter. Et il y a de quoi être intimidé, quand on est African-American, c’est-à-dire quand on est un sujet pouvant être tué impunément – tué avec la bénédiction du pouvoir en place.

    Nietzsche avait raison de dire que les événements importants arrivent souvent inaperçus, avec la légèreté de « pattes de colombes » ; mais certains d’entre ces événements arrivent parfois avec des fusils d’assaut. Tout ce dont je parle est effectué au grand jour, il s’agit d’une fascisation directe, établie à partir d’actes revendiqués, justifiés, validés par les cours suprêmes de chaque État lorsqu’elles sont à majorité Républicaine, tout le contraire d’un complot obscur. Il semble d’ailleurs, pourrait-on dire à titre d’hypothèse para-freudienne, que plus la brutalité réelle est manifeste, sans discours cherchant à la dissimuler dans un jet de brouillard idéologique, plus c’est la dissimulation elle-même qui devient l’objet d’un investissement psycho-politique déplacé : une cause obscure, délirante (QAnon), cherche à évincer les causes évidentes (brutalité du pouvoir et de l’argent). On tue au grand jour (policier filmé en train d’asphyxier un sujet africain-américain), on ment effrontément, on expose sans vergogne la vie des populations au COVID-19. On déclare que de toute façon la démocratie n’est pas l’objectif de la société états-unienne3.

  • Activist suspected in Portland shooting was fired at 30 times by police, official says | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/oct/14/activist-portland-shooting-michael-reinoehl-police

    Un escadron de la mort de la police avait criblé de balles l’activiste antifasciste, #Michael_Reinoehl. Il n’y a pas eu de sommations et on l’a abattu alors qu’il montait dans sa voiture sur le parking d’un appartement dans l’État de Washington. La police faisait partie d’une force d’intervention US Marshal sous les ordres directs de #Trump et de son procureur général #William_Barr.

    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/10/20/pers-o20.html
    #meurtre #liquidation #militant #fascisme #anti-fascisme #extrême-droite

  • Trump amplifie ses menaces de violence et de #dictature - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/10/20/pers-o20.html
    https://www.wsws.org/asset/9d43285f-6e47-4c94-a6df-8e1d44b259b1?rendition=image1280

    Il a ensuite proclamé sa détermination à rester en fonction pendant « quatre ans, huit ans, 12 ans, 16 ans », bien au-delà de la limite constitutionnelle de deux mandats. Il s’est moqué de ses détracteurs dans les médias, en disant : « Vous les rendrez vraiment fous si vous dites 12 ans de plus. Ensuite, ils disent que c’est un fasciste ». La foule de plusieurs milliers de personnes a répondu par des chants : « 12 ans de plus, 12 ans de plus ». Trump a ajouté : « Maintenant, l’histoire des fausses nouvelles sera : “C’est un fasciste !” »

    En réalité, les médias patronaux ont refusé d’appliquer l’étiquette « fasciste » à Trump, malgré ses efforts de plus en plus ouverts pour développer un mouvement armé, violent et antidémocratique centré sur lui et sa famille. Ni ses adversaires Démocrates pour l’élection du 3 novembre, Joe Biden et Kamala Harris, ni les Démocrates du Congrès à Washington n’ont osé utiliser ce terme, bien qu’il soit indéniable que c’est là la trajectoire de la campagne de Trump et du Parti républicain dans son ensemble.

    #Fascisme #théocratie

  • Après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine | Communiqué de LO
    https://www.lutte-ouvriere.org/communiques/apres-lattentat-de-conflans-sainte-honorine-152266.html

    Un fanatique de 18 ans, influencé par les fascistes du monde musulman (appelés islamistes) vient de tuer un professeur qui avait montré les caricatures de Charlie Hebdo. À cause de ces crapules qui veulent nous imposer leur ordre moral, les musulmans vont être montrés du doigt. Nous diviser, c’est leur but ultime. Ils s’alimentent les uns les autres. On a vu d’autres fascistes attaquer des mosquées. Ils n’ont qu’un but : nous imposer leur domination et pour cela ils veulent nous diviser par religion ou par nation.

    Nous, travailleurs, sommes et resterons des frères pour changer ce monde où ce sont de plus en plus les barbares qui s’expriment pour le moment.

    Ali Kaya, Lutte ouvrière – Conflans-Ste-Honorine

    Tweet de Nathalie Arthaud | 16 octobre 2020

    Je suis bouleversée d’apprendre l’assassinat d’un collègue d’histoire-géographie à Conflans parce qu’il avait montré à ses élèves les caricatures de Charlie. Je suis bouleversée de voir qu’à 18 ans, on peut sombrer dans le fanatisme de l’intégrisme islamiste et déterminée à combattre tout amalgame.

    #islamisme #intégrisme #fascisme #musulman #amalgame

    • La seule chose à laquelle elle pense c’est que les musulmans « vont être montrés du doigt ».
      Elle n’a rien entendu, elle n’a rien à citer, mais la seule chose qui la préoccupe c’est son fantasme de défense « des musulmans » à tout prix.
      Pire, elle dit « nous diviser ».
      Mais qui est ce « nous » ?
      Sûrement pas les dessinateurs et journalistes de Charlie hebdo, les familles des assassinés par des islamistes (musulmans, le saviez-vous ?), les juifs, de l’hyper cacher, de l’école de Toulouse, des veilles dames jetées par la fenêtre.
      Non, « nous » c’est les membres de la secte LO, qui s’y connaissent en sectarisme.
      #Ecoeurant

    • @perline, le sectarisme de LO n’empêche pas cette organisation d’avoir parfois raison. Par exemple en parlant de « fascistes du monde musulman ».
      Par ailleurs, les propos que tu attribues à Nathalie Arthaud (dont un touit est cité) sont ceux présents dans le communiqué de LO, signé Ali Kaya. Il me semble que le « nous » en question désigne plutôt « la classe ouvrière », ou, en étant infidèle au lexique d’origine, les ouvriers, les salariés, voire, « le peuple », en tout cas par LO (qui doit certainement débattre par ailleurs de comment se démerder pour ne pas être coincé entre « les fascistes du monde musulman », l’affaiblissement - euphémisme - de « la classe ouvrière » et la réaction et le racisme).

    • Évidemment - Colporteur a raison -, quand LO dit "nous", c’est de la classe ouvrière dont il est question. Curieux que cette évidence ne se soit pas imposée d’emblée à Parline. Curieux également, que Perline trouve à redire d’une position qui, à mon sens, est bien la seule à avoir en telles circonstances : en distinguant les militants intégristes - à combattre sans concession - des musulmans - dont la liberté de culte, de pensée, de croyance est à défendre ; en évitant à tout prix que les travailleur tombent dans le piège mortifère des amalgames (entre terroristes et musulmans, terroristes et maghébins, terroristes et arabes, terroristes et immigrés, entre terroristes et migrants…) qui vont exactement dans le sens recherché par les terroristes ; en mettant en garde les travailleurs, à tout prix, contre tous ceux qui, en leur sein, déverse leur haine raciste répugnante contre les musulmans.

      Quant à parler de « secte » lorsqu’il est question d’évoquer LO, ce n’est jamais très glorieux. Le parti bolchevik aussi n’était pas non plus épargné de reproches de sectarisme, notamment lorsque Lénine veillait à ce que le parti ne cède en rien à l’opportunisme. Aujourd’hui les réformistes de tout poil voudraient que les révolutionnaires, dont la tâche est de transmettre la tradition révolutionnaire du mouvement ouvrier, s’effacent derrière des organisations qui sont non seulement étrangères à cette tradition, mais qui sont résolument opposées à ses combats. Plus préoccupant, notre refus de suivre la meute qui s’emploie perpétuellement à confondre gauche et intérêts de classe des travailleurs nous vaut l’accusation de sectarisme, non seulement des réformismes et de journalistes ignorants, mais aussi d’une partie de l’extrême-gauche qui sait pourtant que les mots ont un sens.

      Colporteur, tu dis que LO doit certainement « débattre par ailleurs de comment se démerder pour ne pas être coincé entre « les fascistes du monde musulman », l’affaiblissement - euphémisme - de « la classe ouvrière » et la réaction et le racisme) ». Je partage ta description de la situation, mais notre position est arrêtée depuis longtemps sur ce point. Aujourd’hui, c’est vrai, la classe ouvrière a pris un retard dramatique face à la bourgeoisie. Si bien que l’intensification de la lutte de classe dans les entreprises comme les mesures antiouvrières des gouvernements ont trouvé une classe ouvrière désarmée sur le plan politique et sur le plan moral. Or, cette absence de la classe ouvrière sur la scène politique, avec ses propres perspectives pour l’avenir de la société, se répercutera d’autant plus gravement sur la société qu’elle seule, par sa place dans l’économie, a le pouvoir d’exproprier cette classe et d’empêcher son système de précipiter l’humanité entière dans une barbarie sans retour. Elle seule a le pouvoir, en se mobilisant, d’imposer d’autres perspectives et de créer les conditions qui stopperont la montée du nationalisme, du racisme, du sexisme, de l’homophonie, etc.

      Il n’est pas écrit que cela arrivera, il nous parait en revanche évident qu’il n’existe pas d’autres solutions. C’est pourquoi nous militons depuis toujours pour que la classe ouvrière, lors des prochaines explosions sociales, possède les idées et les outils pour mener la lutte jusqu’à l’expropriation de la bourgeoisie. C’est de cela dont tout dépend et il n’y a malheureusement pas de raccourcis pour y arriver.

  • L’Étrange Étranger
    Écrits d’un anarchiste kabyle

    Ernest London

    https://lavoiedujaguar.net/L-Etrange-Etranger-Ecrits-d-un-anarchiste-kabyle

    Mohamed Saïl (1894-1953) fut toute sa vie un ardent militant contre le colonialisme et le capitalisme. Déserteur lors de la Première Guerre mondiale, engagé dans la colonne Durruti pour combattre le fascisme et défendre la révolution, il n’a cessé d’écrire pour la presse anarchiste en France et en Algérie. Francis Dupuis-Déri a rassemblé ici une trentaine de ses articles, rédigés de 1924 à 1951.

    À de nombreuses reprises, notamment dans les colonnes du Libertaire et du Flambeau, il dénonce les conditions imposées aux « indigènes algériens », en particulier par le Code de l’indigénat : « “Tous les hommes naissent libres et égaux en droit.” C’est la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui raconte cela. Mais il est facile de prouver que cette égalité n’a jamais existé pour nous, indigènes algériens. Nos droits, les voici, tels que les comprennent les canailles sanguinaires, les pirates rapaces qui, sous prétexte de colonisation, nous ont apporté les soi-disant “bienfaits” de leur “civilisation”. Ils consistent à voir les terres sur lesquelles nous sommes nés, que de père en fils nous fécondions de notre labeur, qui nous donnaient de quoi vivre librement et fièrement, accaparées par nos “bienfaiteurs”. […] Nous avons un autre “droit” que ne nous contestent pas, au contraire, les entrepreneurs de charniers patriotiques, c’est celui d’aller crever sur les champs de bataille pour la défense de la France si généreuse. » (...)

    #Algérie #Kabylie #anarchisme #Durruti #Espagne #colonialisme #fascisme #émancipation #internationalisme

  • Seenthis, j’aimerais avoir ton avis sur la pertinence et l’actualité (ou non) du texte de Clara Zetkin, d’août 1923, sur les racines du fascisme.

    Clara Zetkin : Fascism (August 1923)
    https://www.marxists.org/archive/zetkin/1923/08/fascism.htm

    Fascism, with all its forcefulness in the prosecution of its violent deeds, is indeed nothing else but the expression of the disintegration and decay of capitalist economy, and the symptom of the dissolution of the bourgeois State. This is one of its roots. Symptoms of this decay of capitalism were observed even before the war. The war has shattered capitalist economy to its foundation, resulting not only in the colossal impoverishment of the proletariat, but also in deep misery for the petty bourgeoisie, the small peasantry and the intellectuals. All these elements had been promised that the war would bring about an amelioration of their material conditions. But the very opposite has happened. Large numbers of the former middle classes have become proletarians, having entirely lost their economic security. Their ranks were joined by large masses of ex-officers, who are now unemployed. It was among these elements that Fascism recruited quite a considerable contingent. The manner of its composition is also the reason why Fascism in some countries is of an outspoken, monarchist character. The second root of Fascism lies in the retarding of the world revolution by the treacherous attitude of the reformist leaders. Large numbers of the petty bourgeoisie, including even the middle classes, had discarded their war-time psychology for a certain sympathy with reformist socialism, hoping that the latter would bring about a reformation of society along democratic lines. They were disappointed in their hopes. They can now see that the reformist leaders are in benevolent accord with the bourgeoisie, and the worst of it is that these masses have now lost their faith not only in the reformist leaders, but in socialism as a whole. These masses of disappointed socialist sympathisers are joined by large circles of the proletariat, of workers who have given up their faith not only in socialism, but also in their own class. Fascism has become a sort of refuge for the politically shelterless. In fairness it ought to be said that the Communists, too – except the Russians – bear part of the blame for the desertion of these elements to the Fascist ranks, because our actions at times failed to stir the masses profoundly enough. The obvious aim of the Fascists, when gaining support among the various elements of society, must have been, as a matter of course, to try and bridge over the class antagonism in the ranks of their own adherents, and the so-called authoritative State was to serve as a means to this end. Fascism now embraces such elements which may become very dangerous to the bourgeois order. Nevertheless, thus far these elements have been invariably overcome by the reactionary elements.

    • Je sais pas ce que dirait seenthis dit. Et n’ai guère de réponses. Je signale qu’on trouve La lutte contre le fascisme , de Clara ZETKIN (en V.F)
      https://bafstrasbourg.files.wordpress.com/2018/01/c-zetkin-la-lutte-contre-le-fascisme-1923.pdf

      C’est sans doute toujours actuel de dire que le fascisme fait son lit dans la défaite « ouvrière ». Ce qui m’a parue étonnant dans ce texte c’est qu’elle tient davantage compte des faiblesses de la sociale démocratie allemande en général (et de la « classe moyenne ») que de l’écrasement des Conseils, ( et par là des classes ouvrières, en Allemagne, en Hollande, en Italie).
      Il me semble que ses apports principaux sont ailleurs (libération des femmes, non sans paradoxes), malgré l’intérêt de ce récit sur la montée du fascisme soit pas loin nul. Elle a été par ailleurs d’un léninisme plus discipliné qu’inventif (contre Trotsky par exemple, autre version du léninisme). Si il y a des mentions de l’ambiance affective qui prévaut du côté de ce que le dogmatisme nomme « superstructure » (ou « idéologie », sans donner trop de crédit aux sensibilités), elle manque à dire ce que d’autres ont pu souligner ensuite, au premier rang desquels Reich ( La psychologie de masse du fascisme ), la jouissance dans le repli sur une structure sadomasochiste.

      Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. a écrit Brecht, c’est le point de vue marxiste à l’os, qui reste vrai il me semble (le fascisme à la rescousse du capitalisme « ordinaire »). Et pourtant aujourd’hui la démocratie a déjà triomphé des poussées révolutionnaires (elle est le triomphe de la contre révolution). De quelle crise de la démocratie parle-t-on alors ?

      Je ne sais ce que diraient des marxistes (@recriweb ?)

      Six millions et demi de débiles et de fous furieux qui sans interruption réclament à grands cris à pleine gorge un metteur en scène. Le metteur en scène viendra et les enfoncera définitivement dans l’abîme. Thomas Bernhard

      Désir d’argent, désir d’armée, de police et d’Etat, désir-fasciste, même le fascisme est désir. Deleuze et Guattari

      Sur la psychologie de masse du fascisme, Jean-Marie Brohm
      http://1libertaire.free.fr/Brohm02.html

      #imaginaire #fascisme

  • Les Démocrates et les médias bourgeois cachent le rôle de Trump dans le coup d’État du Michigan - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/10/12/pers-o12.html
    https://www.wsws.org/asset/7cf0335a-31c4-4eb9-8c92-41984650a77e?rendition=image1280

    Dans les 24 heures qui ont suivi l’annonce de l’inculpation de treize fascistes du Michigan ayant comploté de kidnapper et de tuer la gouverneure de cet État, Gretchen Whitmer, la presse bourgeoise a fait disparaître l’affaire des premières pages. On est en train de dissimuler les vastes implications de ce complot et ses liens avec la stratégie de Trump, qui vise à faire de l’élection un coup d’État.

    Vendredi matin, les articles sur la conspiration du Michigan avait pratiquement disparu des éditions en ligne du Washington Post et du New York Times. Ni le Times ni le Post – les principaux journaux politiquement alignés sur le Parti démocrate – n’ont publié d’éditorial sur cette conspiration. Sur les chaînes d’information télévisées, on l’a traitée comme une partie mineure du cycle de l’actualité.

    Les candidats Démocrates, Joe Biden et Kamala Harris, n’ont pas publié de déclaration majeure sur le complot et n’y ont même pas fait référence lors d’un meeting électoral jeudi soir à Phoenix, en Arizona.

    Le Parti démocrate et la presse patronale n’ont soulevé aucune question sur le rôle potentiel des conseillers fascistes de Trump ou sur qui leur avait fourni l’argent pour planifier leur opération et acheter leur matériel. Contrairement au Watergate, on ne mènera ni enquête ni audition du Congrès sur les liens entre les comploteurs et des agents hauts placés du gouvernement Trump et de sa périphérie. Aucun Démocrate n’a exigé qu’on cite à comparaître Roger Stone, Stephen Miller, Steven Bannon, Erik Prince ou tout autre conseiller ayant des liens avec des groupes fascistes. Le Parti démocrate nous dit : « Circulez, il n’y a rien à voir. »

    La rapidité avec laquelle l’establishment politique a dissimulé est inversement proportionnelle à la quantité des informations indiquant nettement que les événements du Michigan n’est qu’une partie d’une conspiration en cours au plan national. Il y a en Amérique un danger clair et présent de dictature. Les travailleurs doivent exiger des réponses aux questions sur les liens des comploteurs avec la Maison-Blanche, le Parti républicain et leurs puissantes sources d’argent trouble dans l’élite au pouvoir.

    Les seules déclarations significatives sur le cadre plus large de la conspiration sont venues de responsables du Michigan. La procureure générale de l’État, Dana Nessel, a déclaré vendredi à MSNBC : « Je vais vous dire ceci : cela pourrait très bien être la partie visible de l’iceberg. Je n’ai pas l’impression que notre travail ou celui des autorités fédérales soit terminé. Et je pense qu’il y a encore des individus dangereux en circulation ».

    S’exprimant hier dans l’émission « Good Morning America » sur ABC, Whitmer a averti : « Je ne suis pas le seul gouverneur à vivre cela… Je ne suis pas la seule dans ce cas. »

    Aucune des deux responsables n’a donné de détails sur ce qu’elles savaient. Cependant, il est clair que les menaces de tuer des gouverneurs et de lancer des insurrections se concentrent sur les États contestés, ayant des législatures républicaines et des gouverneurs démocrates : le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Ces États sont la pierre angulaire de la stratégie de Trump pour réaliser un coup d’État.

    #Trump #fascisme #USA #overthrow #Michigan

  • ’45

    Un altro inverno, e gli Alleati ancora non sono arrivati. Sui monti del nord dell’Italia le bande partigiane si vanno ingrossando dei giovani che rifiutano di arruolarsi nelle fila della #Repubblica_di_Salò e fuggono dalle deportazioni in Germania. Le azioni partigiane si fanno sempre più audaci, contro i repubblichini, contro i tedeschi. Più numerosi anche i rastrellamenti, più feroci le rappresaglie. Poi, finalmente, l’ordine dell’insurrezione. Tutti a valle, per unirsi ai nuclei cittadini, agli operai in rivolta. Per riscattarsi dal fascismo, per liberarsi dai tedeschi prim’ancora dell’arrivo degli Alleati. E intrecciata alla grande storia, quella minuta di Maria. Delle sue apprensioni per il marito partigiano e per il figlio alpino in Russia; della sua paura per i soldati della Wehrmacht che le piombano in casa; della sua gioia per la Liberazione e per il ritorno del figlio; della pietà per quel soldato tedesco ora vinto e prigioniero.

    https://www.orecchioacerbo.com/editore/index.php?option=com_oa&vista=catalogo&id=509

    #BD #bande_dessinée #WWII #partisans #deuxième_guerre_mondiale #libération #livre #seconde_guerre_mondiale #Italie #insurrection #fascisme #Maurizio_Quarello

    le bô cadeau de @_kg_ #merci

  • L’autonomie empêchée
    https://laviedesidees.fr/L-autonomie-empechee.html

    Le statut d’autonomie relative dont bénéficiait le Jammu-et-Cachemire au sein de l’Union indienne a été brutalement révoqué le 5 août 2019. Ce tournant constitutionnel attise les tensions de la région et reflète une pratique hégémonique du gouvernement indien au nom du nationalisme hindou.

    #International #guerres_de_religion #Inde #autonomie #fascisme #hindouisme
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200911_cachemire.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200911_cachemire.pdf