• La Yegros Ft. Soom T - Tenemos Voz (Official Video)
    https://www.youtube.com/watch?v=pM-DCpu59Gs

    Dernier clip féministe de La Yegros (https://seenthis.net/messages/766899) avec Soom T
    Et très joli réal, avec toute l’animation en peinture image par image. Aucune idée s’ils l’ont vraiment fait physiquement comme ça, ou par ordi, mais sur le même principe.

    "Tenemos voz y condición
    De mujeres libres sin opresión
    Caricias suaves para el amor
    Dulces palabras, también perdón
    Pero no quieras opacar
    Las alegrías con maldad
    Vas a gritar y vas a llorar
    Toda la vida en soledad

    Fuera de aquí con tu maldad
    Yo no te creo no cambiaras
    Fuera de aquí, no vuelvas mas
    Ya somos libres y somos mas

    Somos millones,
    Somos la voz de la que ya no habla
    Soom T en la casa
    No calla, no calla

    So my child, get to the bottom of the test and know why we are divine
    The woman going to get right out of the mess, I’ll get up in a soul that she found inside
    So we ran fast like a bullet in the air and we are gonna gerra gerra up this night
    A warrior rise in the middle of a life and know what make you divine.

    Tenemos voz y condición
    De mujeres plenas con decisión
    Vamos nadando en la intuición
    Y perdonando cuando hay amor

    Pero no quieras opacar
    Las alegrías con maldad
    Vas a gritar y vas a llorar
    Toda la vida en soledad

    Vos yo, somos el aliento que ahulla en las sombras
    Vos yo, somos el aliento que ahulla, que ahulla X2

    I can’t be silent in the face of injustice in this life
    I can’t stand by in the midst of a poor sister’s suffering cries
    For many brave sisters who are not divided must unite in the fight
    Come now lady listen, I see your eyes glisten under the sunlight

    #femmes #sororité #louve #force
    @mad_meg jme dis que ça peut te plaire


  • N°1 Archives privées contemporaines : quel traitement ? quel devenir ? - vendredi 16 mars 2018, 11h-13h
    https://vimeo.com/319003179

    Conception : Reine Prat (coordinatrice générale de l’événement), intervenant.es : Emilie Blanc, Adam Evrard, Valentin Gleyze et Adelin.e Leménager (doctorant.es Université Rennes 2), Elvan Zabunyan (historienne de l’art contemporain, professeur à Rennes 2), Ewen Chardronnet (artiste, commissaire d’expositions), Alain Carou (BnF), Catherine Gonnard (Ina), Catherine Lord (artiste, écrivaine).

    Après la projection du court-métrage « Nathalie Magnan, théoricienne des médias » de Christophe Écoffet, Cyril Thomas et Gilles Beaujard, interrogent les frontières du #genre et le rôle majeur de Nathalie Magnan pour l’enseignement et la diffusion des pensées #féministes et #queer nord-américaines en France. Cette introduction est conclue par Elvan Zabunyan qui évoque ses rencontres avec la théoricienne des médias. Ewen Chardronnet propose une navigation à travers les #archives de #Nathalie_Magnan en datavisualisation à partir de l’outil Zotero. Catherine Gonnard intervient du double point de vue de documentaliste à l’Ina et de militante engagée dans les archives féministes et lesbiennes. Alain Carou précise dans quelles conditions la BnF accueillera et s’attachera à valoriser, dans toutes leurs dimensions, ses archives. Catherine Lord revient sur les spécificités des archives Lgbtq et présente un slide-show, réalisé à partir d’une sélection des quelques 25 000 photographies numériques personnelles de l’activiste, ce qui suscite une forte émotion dans la salle.


  • Mathilde Larrère : « Les féministes actuelles devraient se revendiquer de la Commune »
    https://www.liberation.fr/debats/2019/03/22/mathilde-larrere-les-feministes-actuelles-devraient-se-revendiquer-de-la-

    L’enseignante-chercheuse à l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée déplore un manque d’intérêt, de la part des militantes d’aujourd’hui, pour les révolutions du XIXe siècle. Elle rappelle en quoi l’insurrection de 1871 a été un moment majeur de l’histoire des femmes. Source : Libération

    • Parce que semi #paywall :

      Mathilde Larrère : « Les féministes actuelles devraient se revendiquer de la Commune »
      Gabriel Pornet, Libération, le 22 mars 2019

      Pour l’historienne Mathilde Larrère (1), limiter le féminisme et la citoyenneté à la question du droit de vote est une erreur, conduisant à effacer des mémoires une partie essentielle de notre passé politique. Elle souligne l’importance des communardes et l’implication constante des femmes dans les révoltes populaires.

      Quelle est la différence entre le rôle joué par les femmes durant la Commune et durant les autres révolutions ?

      Ce qui progresse, avec la Commune, c’est qu’on les accepte plus comme combattantes. En 1830, il y avait quelques femmes sur les barricades, pas beaucoup, et certaines y allaient déguisées en hommes. C’était pareil en 1848 : elles préparaient les cartouches, jouaient un rôle à l’arrière. En 1871, elles réussissent à faire des bataillons de femmes et tiennent même quelques barricades. La plus célèbre est celle de la place Blanche, même si son existence est discutée.

      Certaines femmes portent un uniforme pendant la Commune ?

      Oui. Durant les procès, on leur reproche par exemple d’avoir été arrêtées avec un pantalon… Elles ne font pas partie de la garde nationale, mais le réclament, et certaines mettent un semblant d’uniforme, un pantalon, comme une revendication – sans compter que c’était effectivement plus pratique pour combattre.

      Selon Jacques Rougerie, sous la Commune, les préoccupations ne sont pas à proprement parler « féministes »… (2)

      Jacques Rougerie a fait l’erreur classique, à savoir réduire le féminisme à la question du droit de vote. Au XIXe siècle, le fait qu’on le leur refuse n’est pas le premier problème des femmes. La revendication n’est pas absente, mais elle n’est pas prioritaire. Elles se battent beaucoup plus pour le droit au travail, pour la suppression des dispositions inégalitaires du code civil et surtout pour la fin de l’incapacité civile des femmes mariées, mais aussi pour le droit à l’instruction, pour le droit d’avoir des armes… Si on prend ça en compte, alors on peut considérer qu’il y a des demandes féministes clairement formulées au cœur de la Commune. Simplement, elles ne réduisent pas le citoyen et le pouvoir politique au seul bulletin et demandent bien plus que l’accès aux urnes.

      Qu’obtiennent-elles concrètement ?

      Elles obtiennent une forme d’engagement, de la part de la Commune, à établir l’égalité salariale (difficile de savoir si ça a été mis en place ; cela semble avoir été le cas dans quelques ateliers associatifs). Elles acquièrent aussi, ce qui est très important dans leur esprit, la reconnaissance des concubines et des enfants illégitimes : les pensions pour les femmes de gardes nationaux tués doivent désormais être également versées aux femmes non mariées. C’est fondamental, surtout que dans le milieu ouvrier, on se marie très peu. Elles obtiennent aussi l’interdiction de la prostitution, un combat important contre la domination masculine : il y a de beaux textes de Louise Michel à ce sujet. Les femmes sont aussi très mobilisées dans le domaine de l’instruction. Elles créent notamment des écoles de filles et envisagent également une éducation beaucoup plus mixte.

      On connaît bien Louise Michel, mais qui sont les autres militantes sous la Commune ?

      Nathalie Le Mel, Elisabeth Dmitrieff, André Léo, Blanche Lefebvre, Victorine Brocher, Marguerite Tinayre, Aglaé Jarry… et toutes les militantes de l’Union pour la défense de Paris et les soins aux blessés, qui pour beaucoup n’ont laissé que leur nom au bas de deux affiches et dont on sait peu de choses. Sociologiquement, Dmitrieff, aristocrate russe immigrée, est une exception : s’il y a quelques institutrices, comme Louise Michel, la plupart sont des femmes du peuple, exercent des petits métiers, souvent dans le textile ou les « métiers de bouche » : blanchisseuses, couturières, chapelières, chocolatières, confiseuses…

      Les communardes ont-elles conscience d’être dominées, à l’intérieur même du mouvement, par les hommes ?

      Oui, en tout cas pour certaines, c’est clair. André Léo, par exemple, en a parfaitement conscience (3). Les hommes communards sont les produits d’une époque où l’on envisage difficilement, depuis un siècle, de donner la parole aux femmes.

      Le socialisme, sous la Commune, est moins tourné vers les femmes que ne l’étaient le saint-simonisme et le fouriérisme au début du siècle ?

      Pierre-Joseph Proudhon est passé par là… Même si c’est compliqué : on retient une phrase atroce de lui alors qu’avant, il a eu des propos beaucoup plus favorables à l’égalité. De toute façon, le mouvement ouvrier, en tout cas à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, est objectivement machiste. Au lieu de demander l’égalité, ils considèrent que les femmes sont responsables de la baisse des salaires, que ce sont des travailleuses concurrentielles, des briseuses de grève.

      Comment les communardes sont-elles traitées par les versaillais lors de la répression ?

      Dans les combats, elles sont tuées comme les hommes. Mais durant les procès, on commence par leur poser des questions différentes. On leur demande toujours, par exemple, si elles ont combattu parce qu’elles étaient amoureuses d’un homme. Impossible d’imaginer qu’elles aient pu se battre parce qu’elles en avaient envie. « Quelle était votre relation » sous-entendue sexuelle, « avec tel ou tel communard ? » etc. S’agissant des punitions prononcées par les conseils de guerre, la peine de mort reste une exception pour les femmes, et les rares peines capitales prononcées à leur encontre ont été commuées en travaux forcés. D’autre part, ce qui n’apparaît pas dans les archives des procès et qui est pourtant très présent dans la manière dont la population les voit, c’est la légende des « pétroleuses » : elles auraient provoqué les incendies à Paris, alors qu’aucune n’est inculpée pour ça.

      D’où vient cette image des « pétroleuses » ?

      Ça vient de la presse, beaucoup. Je pense qu’il y a un tel refus de la femme en politique, et pire, de la femme révolutionnaire, qu’on la rend responsable de tout. C’est une façon de leur refuser à nouveau le statut de combattante. Dans l’esprit des versaillais, ce sont les lâches qui allument les incendies. Pourtant, même Maxime Du Camp, qui est un anticommunard de première, ne reprend pas le mythe des « pétroleuses ». En revanche, c’est très présent dans l’iconographie. Ça fait aussi penser au vieux symbole de la « sorcière », d’une certaine manière. Ça fait longtemps qu’il y a cette association entre les « mauvaises femmes » et le « feu ». Surtout, les communardes sont considérées par les versaillais comme des prostituées, des femmes aux mœurs légères.

      Les féministes actuelles se revendiquent-elles de la Commune ?

      Non, mais elles devraient. Dans les milieux féministes, et même parmi les chercheuses en histoire de femmes, on s’intéresse plus à ce qui se passe après, à partir d’Hubertine Auclert : un féminisme plus bourgeois, tourné vers le droit de vote. Parmi les militantes d’aujourd’hui, pour schématiser, on garde Olympe de Gouges, et on oublie tout ce qu’il y a au milieu, toutes les femmes populaires et socialistes de 1830, de 1848 et de la Commune. Bon, il y a Louise Michel, mais enfin, c’est la seule, et encore… Pourtant, chaque révolution ouvre des possibles pour les femmes et elles s’en sont toujours saisi, notamment en s’organisant de manière non mixte, en écrivant, en prenant la parole… Les grandes revendications sociales du XIXe siècle ont été portées par les femmes autant que par les hommes, et on ne le dit pas assez. Quand les révolutions meurent, elles sont les premières victimes : il y a toujours un double retour à l’ordre, politique et sexiste.

      (1) Auteure de l’Histoire comme émancipation (avec Laurence De Cock et Guillaume Mazeau, Agone, 2019) et Des intrus en politique – Femmes et minorités : dominations et résistances (avec Aude Lorriaux, Editions du Détour, 2017).

      (2) Jacques Rougerie, Paris insurgé, la Commune de 1871, 1995, dans la Commune et les Communards, Gallimard, 2018, p.73.

      (3) André Léo dans la Sociale du 8 mai (via Jacques Rougerie, op.cit.) : « Beaucoup de républicains n’ont détrôné l’Empereur et le bon Dieu que pour se mettre à leur place. La femme […] doit demeurer neutre et passive sous la direction de l’homme : elle n’aura fait que changer de confesseur. »

    • C’est fatiguant ces « les féministes devraient faire comme ci ou comme ca ». Les féministes ne sont pas un troupeau d’ignorantes de l’histoire et les féministes font le travail d’historicisation. C’est aux non féministes de se mettre au boulot, chercheur·euses, enseignant·es, bibliothécaires.... En particulier aux spécialistes de la Commune qui en efface la portée féministe et méprise cet aspect de la période. C’est à ses collègues qu’elles devraient prodigué ses bons conseils, pas au féministes. C’est pas comme si les historiennes féministes n’avaient pas été l’objet de décrédibilisation, comme si c’était les féministes qui caricaturaient les luttes pour en évincé les femmes et en faire une réduction au suffragisme vis à vis de la Commune. D’ailleurs la période de la commune est bien connue aussi pour sa lutte sur l’éducation des filles et j’ai pas l’impression qu’on réduise cette période au suffragisme. Au XIXeme il y a aussi la lutte des pionnières dans les professions interdites aux femmes, médecines, avocates, jugesses, peintureuses... Celleux qui s’en tape et qui effacent l’histoire des femmes, est-ce vraiment les féministes ?

    • Les Louises - Femmes de la Commune
      https://macommunedeparis.com/2019/03/08/louises-les-femmes-de-la-commune-par-eloi-valat
      https://www.eloivalat.com

      Alphonsine, Rosine, Louise, Rosalie, Séraphine, Eulalie, Paule... couturière, ouvrière mécani­cienne, institutrice, lavandière, giletière, écrivaine... et ambulancière, cantinière, pointeuse d’artillerie, combattante... fusillée, emprisonnée, déportée... et salie, humiliée, oubliée...

      Les femmes de la Commune ont élevé le cœur de l’idéal des hommes de la Commune. Dès le 18 mars, premier jour de la révolution parisienne, au son du tocsin, les femmes et les enfants de Montmartre s’opposent vivement à l’enlèvement des canons de la butte par la troupe, obtiennent des soldats (“vous ne tirerez pas sur le peuple !”) la fraternisation avec la foule, entourent les soldats, arrêtent les chevaux, coupent les harnais…
      Privées du droit de vote et de représentation, elles ne participeront pas aux délibérations de la Commune. Organisées dans les comités d’arrondissement, les clubs, l’Union des femmes pour la dé­fense de Paris et les soins aux blessés, elles vont bousculer le paternalisme gouailleur de leurs compagnons révolutionnaires en réclamant la fin de l’exploitation, la part égale à travail égal, l’affranchissement de tous...

      Ce livre, chronique poétique en images, rend hommage aux Louises, citoyennes de la Commune qui ont voulu « considérer les douleurs générales de l’humanité comme rentrant dans la cause commune des déshérités » (Louise Michel)


  • #femmes* en #grève/ Vrouwen* Staking (3/3)
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/femmes-en-greve-vrouwen-staking-3-3-

    Une Grève des Femmes*/ Grève Féministe se prépare pour le 8 mars prochain, à l’initiative du Collecti.e.f 8 maars.

    Le Collecti.e.f 8 maars, indépendant des partis et syndicats, rassemble des femmes de tous horizons dans la volonté commune d’organiser une grève des femmes* en Belgique le 8 mars 2019, journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

    Depuis septembre 2018, des assemblées nationales réunissent tous les mois plus d’une centaine de femmes pour organiser cette journée d’action conçue comme une première étape pour obtenir des avancées concrètes.

    Toutes les femmes du pays sont invitées à – rendre visibles leurs réalités et les différentes oppressions qui s’y mêlent, leurs colères et leurs envies et en parler autour d’elles (télécharger matériel de mobilisation ici) – se rencontrer pour (...)

    #FMinistes #féministes #fministe #grève,femmes,FMinistes,féministes,fministe
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/femmes-en-greve-vrouwen-staking-3-3-_06320__1.mp3


  • RBG est un #documentaire de Julie Cohen et Betsy West sur la juge de la cour suprême américaine, #Ruth_Bader_Ginsburg, connue pour ses positions #féministes et #anti-Trump, et qui a aujourd’hui 85 ans.
    https://www.imdb.com/title/tt7689964/?ref_=fn_al_tt_1

    La chanson du film, I’ll Fight, est interprétée par #Jennifer_Hudson, est donc très politisée :
    https://www.youtube.com/watch?v=ho0aVZHQnNM

    Les paroles :
    https://genius.com/Jennifer-hudson-ill-fight-lyrics

    #Musique #Musique_et_politique


  • #Turin (Italie) : deux textes en solidarité avec l’Asilo expulsé
    https://fr.squat.net/2019/02/26/turin-italie-deux-textes-en-solidarite-avec-l-asilo-expulse

    Dissocié-e-s et balances, bien que Gouines&PDs ! Indymedia-Nantes, 21 février 2019 À propos de violence et d’anormalité dans le défilé contre l’expulsion de l’Asilo et les arrestations. À l’aube du 7 février à Turin, Chiara Appendino et sa clique étoilée* assument la responsabilité politique d’évacuer de manière militaire l’Asilo, occupé depuis 24 ans. Six compagnon-ne-s […]

    #artistes #Asilo_occupato #féministes_&_queers #Italie #opération_Étincelle


    • Merci!

      Patti Smith
      “Land”
      1975

      X-Ray Spex
      “Oh Bondage! Up Yours!”
      1977

      The Bags
      “Survive”
      1978

      The Slits
      “Typical Girls”
      1979

      Crass
      “Walls (Fun in the Oven)”
      1979

      Bush Tetras
      “Too Many Creeps”
      1980

      Neo Boys
      “Rich Man’s Dream”
      1980

      The Brat
      “Attitudes”
      1980

      Kleenex
      “Hitch-hike”
      1980

      Vivien Goldman
      “Private Armies”
      1981

      The Raincoats
      “No One’s Little Girl”
      1982

      Vulpes
      “Me Gusta Ser una Zorra”
      1983

      Sonic Youth
      “Flower”
      1985

      Mecca Normal
      “Man Thinks ‘Woman’”
      1987

      Fugazi
      “Suggestion”
      1988

      Fifth Column
      “She Said ‘Boom’”
      1990

      Bikini Kill
      “Feels Blind”
      1991

      7 Year Bitch
      “Dead Men Don’t Rape”
      1992

      L7
      “Pretend We’re Dead”
      1992

      Slant 6
      “What Kind of Monster Are You?”
      1993

      Bratmobile
      “Cool Schmool”
      1993

      PJ Harvey
      “50 Ft. Queenie”
      1993

      Huggy Bear
      “Her Jazz”
      1993

      Hole
      “Violet”
      1994

      Spitboy
      “What Are Little Girls Made Of?”
      1995

      The Julie Ruin
      “Crochet”
      1998

      Le Tigre
      “Hot Topic”
      1999

      Sleater-Kinney
      #1 Must Have”
      2000

      New Bloods
      “Oh, Deadly Nightshade!”
      2008

      White Lung
      “I Believe You“
      2014

      Priests
      “And Breeding”
      2014

      G.L.O.S.S.
      “G.L.O.S.S. (We’re From the Future)“
      2015

      Downtown Boys
      “Monstro”
      2015

      Pour la #playlist de chanteuses féministes que @mad_meg a rassemblé :
      https://seenthis.net/messages/392880

      #Musique #Musique_et_politique #Femmes #Féministes


  • « Un #écoféminisme à la française ? Les liens entre mouvements féministe et écologiste dans les années 1970 en France

    S’appuyant sur un dépouillement systématique de revues #écologistes (La Gueule ouverte et Le Sauvage) et #féministes (Sorcières, des femmes en mouvement, etc.) ainsi que sur des entretiens menés avec des journalistes et des militant·e·s, cet article revient sur la période qui, en France après les événements de mai 1968, a vu la réémergence des mouvements écologiste et féministe et les tentatives de quelques acteurs/actrices de ces mouvements sociaux pour les faire converger. Nous analysons particulièrement trois aspects de ces convergences : les tentatives de rencontres et de coalitions entre le mouvement écologiste et certaines féministes, l’articulation théorique proposée à partir de 1974 par Françoise d’Eaubonne autour du concept d’éco-féminisme, et l’intérêt grandissant porté à l’écologie par des féministes différentialistes situées à la jonction de différents mouvements sociaux. Cet article permet d’éclairer la spécificité de la situation française au moment où, à la fin des années 1970, émerge un mouvement écoféministe transnational. »

    https://journals.openedition.org/genrehistoire/3798


  • #Chabestan (05) : occupation du #château_Laric
    https://fr.squat.net/2019/01/24/chabestan-05-occupation-du-chateau-laric

    Voilà maintenant une quinzaine de jours que le château Laric de Chabestan (région de Gap) est réouvert. Ce bâtiment à l’abandon depuis 10 ans était une colonie de vacances du CIE des dockers de Marseille, qui a fermé ses portes à cause de normes trop conséquentes. Nous occupons ce bâtiment pour le mettre à la […]

    #féministes_&_queers #Hautes-Alpes #ouverture


  • #Grenoble : perquiz en lien avec l’incendie de la gendarmerie de la nuit du 20 au 21 septembre 2017
    https://fr.squat.net/2019/01/22/grenoble-perquiz-en-lien-avec-l-incendie-de-la-gendarmerie-de-la-nuit-du-2

    PERQUIZ A GRENOBLE EN LIEN AVEC L’INCENDIE DE LA GENDARMERIE DE LA NUIT DU 20 AU 21 SEPTEMBRE 2017. Aujourd’hui 22 janvier 2019, au moins 4 perquisitions ont eu lieu à Grenoble vers 7h du matin dans le milieu feministe / anarchiste. 1 appartement squatté à #La_Villeneuve, 1 maison squattée à Saint-Martin d’Hères, 1 […]

    #féministes_&_queers #Fontaine_38_ #perquisition


  • #Maggie_Mellon : Le gouvernement écossais favorise des politiques qui vont faire du mal aux enfants ; avec d’autres féministes, j’ai bien l’intention de les contrer.
    https://tradfem.wordpress.com/2019/01/06/maggie-mellon-le-gouvernement-ecossais-favorise-des-politiques-qu

    Un article au sujet de cinq jeunes transgenre nous a permis de mieux voir les personnes derrière les gros titres. En effet, les enfants et les jeunes méritent mieux qu’être l’objet de politiques, d’accords entre adultes ou de débats sur ce qui est bon pour eux. Voilà pourquoi je m’oppose fermement au choix du gouvernement écossais d’adopter une série de mesures qui vont faire du mal aux enfants.

    De grâce, regardons derrière les gros titres des journaux, et voyons les vraies personnes. Les femmes sont de vraies personnes. D’autres femmes, et moi-même, qui sommes de vraies personnes, nous opposons à la falsification de la réalité de ce que représente l’idéologie transgenre.

    Je suis une femme de 64 ans qui a eu la plupart du temps une vie heureuse. Mais quand j’avais 9, 10, 11 ans, et un peu plus, j’étais très malheureuse de constater que, contre ma volonté, j’étais condamnée à être une femme.

    Je ne me « sentais » pas femme. Je ne pouvais pas envisager l’idée de devenir une femme. Cela signifiait avoir des seins, des règles, un destin de femme mariée, de servitude et de bébés. Les attentes physiques et sociales du fait « d’être une femme » m’horrifiaient.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.commonspace.scot/articles/13575/maggie-mellon-scotgov-embracing-policies-which-will-harm-children-i-an
    Maggie Mellon, militante féministe et ancienne assistante sociale spécialisée dans la protection de l’enfance, déclare que le gouvernement écossais se prépare à adopter des mesures concernant les questions transgenre qui risquent d’être nocives pour les enfants, et elle affirme qu’un nombre croissant de femmes y sont opposées.
    #Ecosse #Transgenrisme #féministes


  • #Barcelone : #La_Llamborda résiste ! #expulsion de la Llamborda, vendredi 26 octobre
    https://fr.squat.net/2018/10/23/barcelone-la-llamborda-resiste-expulsion-de-la-llamborda

    Vendredi 26 octobre 2018, tentative d’expulsion de la Llamborda, au 125 rue Amílcar, espace occupé depuis plus de 6 ans, où beaoucoup d’activités ont eu lieu, avec une forte présence anarcha-féministe. Le squat a déjà survécu à deux tentatives d’expulsion. Nous appelons à votre soutien à partir de 8h30 du matin pour faire échouer le […]

    #Catalogne #féministes_&_queers


  • Cette manie de coller des étiquettes sur tout le monde, beaucoup trop à droite, trop libéral, trop directrice...
    Si je vous ai bloqué, ce n’est pas, par malhonnêté. D’abord, c’est mon droit. Je ne supporte pas l’intolérance, je ne supporte pas non plus le #féminisme_de_la_troisième_vague qui tire sur tout ce qui n’est pas d’accord avec elles.
    Juger les autres parce qu’elles ne parlent pas comme vous, n’utilisent pas les mêmes terminologies #féministes, n’aident pas la cause.
    Tu me demandes la nuance ?
    Je suis pour défendre les intérêts spécifiques des femmes avec les hommes plutôt que contre eux, et en faisant passer le réel avant l’idéologie. Certaines y arrivent très bien, même en ayant vécu des situations pénibles, je suis fière d’en faire partie.
    Le féminisme victimaire, paranoïaque, obsédé par la théorie du genre et sa lecture patriarcale de la société, profondément sexiste. NON MERCI ! Avec ce #féminisme, il n’y a plus de revendications d’une place égalitaire dans notre société, vous choisissez de déshumaniser, d’intimider et d’abuser des hommes en raison de vos propres insécurités.
    Donc en tant que femme, je ne me reconnais pas du tout dans ces discours. Je dois être d’une autre génération ou anti féministe... et donc, forcement avec vos opinions voués aux gémonies.
    Ce sera ma dernière intervention, je n’ai plus de temps à perdre avec ces débats stériles et stupides. @touti @mad_meg

    • Tes propos témoignent de beaucoup d’ignorance et de peu d’empathie envers les victimes de violence. J’ai des camarades féministes dans tous les milieux, des qui s’ostracisent mutuellement parce que les débats vont en effet beaucoup trop loin et que la reconnaissance de ce que les unes et les autres ont à apporter n’est pas au rdv. La tolérance, je pratique. Mais ce que tu colportes comme clichés anti-féministes et ton incapacité à prendre en considération des arguments (même s’ils te sont exprimés sans égard, ce que je regrette, ils sont quand même beaucoup plus valables que ton propos), c’est assez désespérant.

    • Chère @aude_v, je vais te répondre et contrairement à toi puisque tu l’as signalé dans ton message chez @mad_meg je ne vais pas te bloquer parce que j’apprécie tes interventions.
      Bien que cela me laisse indifférente, je ne suis pas d’accord qu’on me classe comme une personne ignorante, avec peu d’empathie, immature pour certaines...D’abord, on ne se connait pas.
      Je peux le dire ici, j’ai utilisé le hashtag #MeToo comme une grosse partie de mon réseau. Nous avons toutes (moi y compris) été émues par cet élan des victimes cloîtrées dans le silence depuis trop longtemps et effrayées aussi du nombre d’amies proches ou lointaines qui comme moi avaient traversé des épreuves similaires sans que le sujet n’ait jamais été abordé entre nous. Je déplore aujourd’hui ce que ce mouvement est devenu. Je ne vais pas rentrer dans les aspects négatifs ici, j’imagine que tout le monde sait de quoi je parle concernant les dérives comme les amalgames abusifs, les dénonciations calomnieuses, etc. Donc, le concept de Culture du viol, au sens large, pour moi, n’a rien de théorique.
      Cela dit, ces dernières années un #féminisme est apparu qui au lieu de désigner celles et ceux qui veulent l’#égalité homme-femme, s’est mis à être employé pour parler avec les plus #radicales.
      Je n’aime pas l’intolérance comme je n’aime pas non plus les féministes qui disent aux autres femmes ce qu’elles doivent croire et supporter. Dans mon entourage, malheureusement c’est arrivé. Je n’accepte pas qu’on me dise comment être féministe. Chaque #femme possède le droit de faire ses propres choix.
      Car on ne “devient” pas #féministe. Le féministe c’est un courant idéologique, dont on adhère aux concepts ou on n’y adhère pas.
      Hélas, les gens deviennent très rapidement dogmatiques, et pour eux il n’y a qu’un seul courant de pensée valable. Tous ceux qui n’y adhéreraient pas seraient bêtes. Il n’y aurait selon eux que le mal et le bien, que le noir et le blanc, pourtant, dans mon monde, je constate qu’il y a une myriade de gris et je ne vois pas pourquoi on devrait les stigmatiser.
      Quel est mon type de féminisme ?
      Ma vision subjective : j’attends un féminisme qui se construise davantage "en alliance avec les #hommes." Un féminisme qui ne vise pas à dominer l’homme, en tout cas pas à ce que les femmes dominent les hommes. En revanche, il invite les hommes à se dominer eux-mêmes au lieu de chercher à dominer les femmes. Il traite les hommes en adultes capables de se maîtriser et de réfléchir à leur mode de pensée et d’action, et non en grands enfants en butte à leurs caprices. Il revendique pour les femmes la même responsabilité.
      Merci de m’avoir lu. :-)


  • #Roybon (38) : week-end féministe les 8, 9 et 10 juin
    https://fr.squat.net/2018/06/04/roybon-38-week-end-feministe-les-8-9-et-10-juin

    Aujourd’hui, hier et demain, les courants féministes font du remous. Tant mieux ! A partir du vendredi 8 juin au soir jusqu’au dimanche 10, venez dans la forêt habitée de Roybon participer à des réflexions et des ateliers féministes, assister à des spectacles. Pour de nombreuses personnes occupant cette forêt, le refus des rapports d’oppression et […]

    #arbres #féministes_&_queers


  • #Rennes : les Escarpaulettes recrutent !
    https://fr.squat.net/2018/05/30/rennes-escarpaulettes-re

    Escarpaulettes, squat d’accueil à Rennes, légal jusqu’au 15 août 2018, cherche à compléter son équipe. Nous sommes uniquement des personnes poly-opprimées (nous faisons face à plusieurs systèmes qui nous oppriment) et avons pour 2 principes de fonctionnement : – une attention constante aux rapports de domination que nous pouvons exercer entre nous – l’accueil inconditionnel […]

    #féministes_&_queers


  • Les Escarpaulettes recrute !
    https://fr.squat.net/2018/05/30/les-escarpaulettes-recrute

    Escarpaulettes, squat d’accueil à #Rennes, légal jusqu’au 15 aout 2018, cherche à compléter son équipe. Nous sommes uniquement des personnes poly-opprimées (nous faisons face à plusieurs systèmes qui nous oppriment) et avons pour 2 principes de fonctionnement : – une attention constante aux rapports de domination que nous pouvons exercer entre nous – l’accueil inconditionnel […]

    #féministes_&_queers


  • Camarades féministes, je vous rends hommage (Gaelle-Marie Zimmermann, A Contrario)
    http://coutoentrelesdents.over-blog.net/article-camarades-feministes-je-vous-rends-homma-11686

    Aujourd’hui, j’avais donc envie de rendre hommage à toutes les #féministes de mon entourage, qui luttent ici et IRL. Et qui affrontent jour après jour les insultes et le discrédit. Celles qui, sur le web et dans leur quotidien, ont choisi de ne pas cautionner, et de se dresser contre l’ordre établi, même si la facture est souvent salée.

    Celles qui ont la patience d’expliquer la convergence des #luttes, le #sexisme au sein de certaines communautés, le #mansplaining, la #culture_du_viol, et bien d’autres choses encore. Celles qui doivent répéter, encore et encore, que lutter contre le #patriarcat n’est pas lutter contre les hommes, et qui supportent patiemment (ou pas) qu’on leur rie au nez.

    Celles qui continuent à se battre parce qu’elles savent qu’elles contribuent, chacune à leur façon, chacune à leur échelle, à l’évolution d’une société qui n’a pas été pensée pour elles ni par elles mais à leurs dépens. Celles qui savent que les filles de leurs détracteurs recueilleront, dans quelques années, les fruits de leurs combats, et que cette évidence justifie à elle seule de ne jamais baisser les bras.

    #féminisme



  • #Barcelone : #expulsion de la #Kantonada
    https://fr.squat.net/2018/01/31/barcelone-expulsion-de-la-kantonada

    Aujourd’hui, le 24 janvier 2018 vers 7 heures du matin, 10 fourgons de police ont expulsé la Kantonada, un bâtiment occupé depuis plus de 3 ans sur l’avenue Gaudi. Les Mossos d’Esquadra [flics catalans] ont mis plus de 8 heures à réaliser l’expulsion, car il y avait deux squatteuses à l’intérieur qui résistaient. Nous remercions […]

    #féministes_&_queers


  • Les Concerts Volants avec Alela Diane, Alsarah and the Nubatones et Kristel
    Institut du Monde Arabe, Arte, le 22 janvier 2018
    https://www.arte.tv/fr/videos/080582-000-A/les-concerts-volants-avec-alela-diane-alsarah-and-the-nubatones-et-kristel

    Nubie, Madagascar, Californie… Ce soir, trois artistes aux origines et aux univers très différents se retrouvent sur les hauteurs de l’Institut du Monde Arabe : Alela Diane, Alsarah and the Nubatones et Kristel. Une programmation 100% féminine !

    Kristel commence. Fédéré autour de la chanteuse et bassiste Christelle Ratri, ce trio originaire de Madagascar fusionne rock, funk et reggae. Cette musique détonante est portée par des paroles qui dénoncent la corruption, la pauvreté et la violence qui sévissent sur l’île africaine.

    Alsarah et ses Nubatones lui emboitent le pas. Alsarah est née en Nubie mais une vie rythmée par les voyages l’a menée jusqu’aux Etats-Unis. Depuis New York, elle compose des chansons pleines de groove qui mélangent influences orientales et africaines, sonorités modernes et traditionnelles.

    Alela Diane conclut la soirée. L’américaine brille depuis 2006 par un folk à la fois doux et puissant. Elle revient cette année avec un nouvel album dont la sortie est annoncée pour le mois prochain. Ce Concert Volant est l’occasion rêvée pour découvrir des chansons issues d’un opus qui s’annonce très engagé.

    Sur la vidéo :
    Kristel débute vers 3 minutes
    Alsarah and the Nubatones n’arrivent que vers 52 minutes (après 20 minutes de pause)
    Alela Diane arrive vers 1h46

    #Musique #Alela_Diane #Alsarah_and_the_Nubatones #Kristel
    #Femmes #Féministes #Soudan #Madagascar



  • #Montreuil (93) : ne faites pas confiance aux proprios et aux autorités
    https://fr.squat.net/2017/12/11/montreuil-93-ne-faites-pas-confiance-aux-proprios-et-aux-autorites

    Samedi 9 décembre 2017, en début d’après-midi, l’ouverture d’un nouveau squat a été rendue publique à Montreuil, au 17-21 rue Ernest Savart. Ce squat, où s’étaient installées environ 25 femmes, dont la plupart sont des migrantes venant notamment de Côte-d’Ivoire qui avaient été expulsées début octobre du 30 rue Gambetta, à Montreuil [1], avait pour […]

    #expulsion #féministes_&_queers #ouverture #santé #Seine-Saint-Denis


  • L’Espagne en pointe dans la bataille contre les « violences de genre »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/301117/l-espagne-en-pointe-dans-la-bataille-contre-les-violences-de-genre

    Une loi dès 2004, des médias attentifs, une nouvelle enveloppe d’un milliard d’euros sur cinq ans qui vient d’être débloquée… L’Espagne fait figure de bon élève, face au fléau des violences faites aux femmes. La situation reste alarmante. Depuis 2003, 917 femmes y ont été tuées par leur conjoint ou d’anciens partenaires.

    #International #égalité_des_sexes #Espagne #féminicides #féministes #Juana_Rivas #Mariano_Rajoy #UE #violences_sexuelles