• https://www.nytimes.com/2019/01/04/us/politics/marriott-hack-passports.html

    Marriott Concedes 5 Million Passport Numbers Lost to Hackers Were Not Encrypted

    On Friday the firm said that teams of forensic and data analysts had identified “approximately 383 million records as the upper limit” for the total number of guest reservations records lost [...]. The revised figure is still the largest loss in history, greater than the attack on Equifax, the consumer credit-reporting agency, which lost the driver’s license and Social Security numbers of roughly 145.5 million Americans in 2017, leading to the ouster of its chief executive and a huge loss of confidence in the firm.

    Taken together, the attack appeared to be part of a broader effort by China’s Ministry of State Security to compile a huge database of Americans and others with sensitive government or industry positions — including where they worked, the names of their colleagues, foreign contacts and friends, and where they travel.

    Marriott said for the first time that 5.25 million passport numbers were kept in the Starwood system in plain, unencrypted data files.

    The company also said that about 8.6 million credit and debit cards were “involved” in the incident, but those are all encrypted — and all but 354,000 cards had expired by September 2018, when the hacking, which went on for years, was discovered.

    #bdd #database #espionnage #surveillance #fichiers #fichage #irresponsable #informatique #intelligence #stupidité


  • Attendue depuis plus de 20 ans par les policiers municipaux et les élus locaux, l’accès direct aux fichiers du système national des permis de conduire -SNPC- et système des immatriculations de véhicules -SIV- est sur le point d’être expérimenté sur le territoire. Les polices municipales de Montpellier et de la Grande-Motte ont été choisies.
    https://twitter.com/myMetropolitain/status/1078937348447105025
    https://e-metropolitain.fr/2018/12/29/police-municipale-montpellier-grande-motte-tester-fichiers
    @arno
    source : #twittoland
    #Hérault #police #PSQ #Montpellier #fichiers


  • EU Disinfo, l’affaire Benalla et l’impossible fichage politique des internautes - L’actu Médias / Net - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/medias/eu-disinfo,-benalla-et-limpossible-fichage-politique-des-internautes,n57593

    Le mirage de la donnée

    En l’état, deux questions se posent :

    – Ces fichiers sont-ils légaux au regard de la CNIL et du RGPD ? L’article 8 de la loi informatique et libertés de 1978 précise qu’il est interdit de traiter des données à caractère personnel qui révèlent les opinions politiques d’une personne physique. Mais de son côté, le RGPD n’interdit pas l’analyse de sensibilités politiques à partir de données publiques. Le but poursuivi est-il légitime ? A charge pour l’autorité indépendante de se prononcer.

    – Peut-on déterminer (et ficher) l’appartenance politique d’un internaute sur la base de son activité en ligne (ses retweets, par exemple) ?

    Cette deuxième interrogation est cruciale. Alors que l’étude reste particulièrement floue sur certains points – à partir de combien de liens vers Sputnik fait-on partie de « l’écosystème russophile » ? –, le « fichage » réalisé par EU Disinfo Lab n’est pas seulement perfectible. Il est automatisé. A ce titre, l’algorithme Louvain, utilisé par l’ONG belge, ne prend pas en compte la dynamique des échanges en ligne (comme le montre cette série de tweets).

    Face à la mode de ces études basées sur l’analyse des réseaux sociaux, devant cette croyance excessive dans les signaux numériques, on pourra se remémorer les mots de Bernard Tricot, le conseiller d’Etat qui, en 1978, posa les bases de la loi informatique et libertés après le scandale SAFARI (déjà une histoire de fichier...) :
    « L’ordinateur est réputé infaillible. C’est faire bon marché des déductions inexactes, tendancieuses, moralement ou juridiquement critiquables qui peuvent entacher les données et devant lesquelles il n’aura aucune capacité d’étonnement.

    #Benalla #Fichiers #CNIL #Opinions_politiques


  • IRIN | Irresponsible data? The risks of registering the Rohingya
    http://www.irinnews.org/opinion/2017/10/23/irresponsible-data-risks-registering-rohingya

    Massive amounts of personal and biometric data are being gathered from hundreds of thousands of Rohingya refugees in Bangladesh. This should set off multiple alarm bells.

    As bystanders to likely crimes against humanity against the Rohingya, the humanitarian community has a particular responsibility to ensure their rights are not violated further, through data and technology. Now is the time to push for safeguards, before it’s too late.

    Gathering data on marginalised groups can be a risky business, and the Rohingya are no strangers to having information about them used to further diminish their human rights. What is being proposed in Bangladesh raises broad concerns about the responsible and ethical use of data and is potentially dangerous.

    Refugees may reasonably think their access to aid and protection may depend on one or both registrations, so the power asymmetry is stark between those designing and carrying out the data collection and those on the receiving end of it.

    The responsible data considerations are numerous and complex.

    What data should be collected, by whom? Who has access to it? In case of machine or human error, what processes are in place to review and make changes? What could be the unintended consequences of these growing databases? How could the data be abused?

    All of these questions, and more, need to be thought through and the conclusions intentionally planned into any kind of data collection about the Rohingya, before more harm is done.

    Using biometric data as proof of identity might allow aid and services to be delivered to Rohingya refugees more effectively, but it’s a double-edged sword for several reasons:

    Firstly, it can be used to drive repatriation (voluntary or otherwise). Bangladeshi Industry Minister Amir Hossain Amu has openly stated that the country has “no plan to give any refugee status to Rohingya”, adding: “the reason behind the biometric process is to keep record of Rohingya. We want them to go back to their own place.”

    Secondly, it can digitally enable discrimination. Rohingya have to follow a ”code of conduct” that forces them to stay inside the camps and limits their interaction with locals. If the database of Rohingya people were to be leaked, hacked, or shared (for example, with the Myanmar government), it could make it easier to deny Rohingya access to basic services, or target them, or discriminate against them. For example, Bangladeshi mobile phone operators have been banned from selling SIM cards to Rohingya refugees. Biometric data could in theory be shared with mobile phone operators to enforce the ban.

    Thirdly, errors and omissions can be harder to resolve. Unlike passwords, fingerprints can’t be changed. Once collected, it may be virtually impossible to get rid of them or correct them. Biometric devices are not 100 percent accurate – and it’s unclear what action could be taken if mistakes are made.

    #Fichiers #Biométrie #Rohingya #Droits_humains #Epuration_ethnique


  • L’Union européenne finance massivement l’industrie sécuritaire
    https://www.mediapart.fr/journal/international/010917/lunion-europeenne-finance-massivement-lindustrie-securitaire

    Deux ONG se sont plongées dans les programmes de recherche financés par l’UE afin de développer de nouveaux outils de #Surveillance, de fichage ou de collaboration policière entre les États membres. La plupart de ces projets sont noyautés par les grandes industries du secteur qui en tirent des dizaines de millions d’euros de bénéfices.

    #International #fichiers #union_européenne


  • Europol : une fuite de données massive qui révèle où sont les risques | LDH Ligue des droits de l’Homme
    http://www.ldh-france.org/europol-fuite-donnees-massive-revele-les-risques

    L’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH) dénonce avec une vive inquiétude la fuite de données des fichiers d’Europol.

    Europol réagissant à un reportage d’une télévision publique néerlandaise, a reconnu mercredi que certains de ses documents secrets, concernant des activités terroristes, avaient été mis en ligne suite à « une erreur humaine ».

    Les journalistes avaient retrouvé les informations sur un disque dur relié sans protection à internet. Selon le reportage, il s’agirait de 700 pages portant sur au moins 54 enquêtes en Europe, notamment sur les attentats de Madrid en 2004. Ces documents contiendraient le nom de centaines personnes suspectées, et même leur numéro de téléphone. La cause de cette fuite serait la copie par une policière d’informations sur un disque dur personnel.

    #fuite #données #fichiers


  • Le gouvernement autorise un fichage sans précédent des Français
    https://www.mediapart.fr/journal/france/031116/le-gouvernement-autorise-un-fichage-sans-precedent-des-francais

    Un décret publié au Journal officiel dimanche 30 octobre autorise la création d’un fichier regroupant les informations biométriques de l’ensemble des détenteurs de passeport ou de carte d’identité âgés de plus de 12 ans. Soit, à terme, près de 60 millions de Français n’ayant commis aucune infraction. Officiellement, il s’agit de lutter contre la fraude et la falsification de documents.

    #France #Bernard_Cazeneuve #données_personnelles #fichiers #Jean-Jacques_Urvoas #libertés_publiques #Surveillance #vie_privée


  • PHP : Sous-masques - Manual
    http://php.net/manual/fr/regexp.reference.subpatterns.php

    (?:(?!string).)

    ?: makes a subpattern

    ?! is a negative look-ahead.

    Putting negative look-ahead before the dot causes regex engine to first find any occurrence of the negative look-ahead string, and only then, if the negative look-ahead string is not present, should an arbitrary character (due to the dot) match.

    Du coup avec #spip pour trouver les fichiers mp3 dans le repertoire $repertoire, mais pas dans un sous-repertoire XXX (ie qui ne contiennent pas /XXX/ dans le path), on peut écrire :

    $u = preg_files($repertoire, "^$repertoire(?:(?!/XXX/).)+mp3$");
    var_dump($u);

    #regexp #fichiers


    • Ah tiens donc... Je suis allée voir leur formulaire d’inscription (#bloctel) et je me disais aussi que ça vaudrait de l’or, de constituer un annuaire centralisé regroupant nom + téléphone mobile + téléphone fixe + adresse postale + email (ces données étant souvent transmises de façon parcellaire). De l’or pour la société administrant l’annuaire et de l’or pour les pirates qui arriveraient à hacker l’annuaire.

    • C’est vrai que ça fait un peu spécial, mais cette société a reçu une délégation de service public pour gérer la liste de refus (pour 5 ans).

      Faut dire, l’arrêté est signé Macron…

      Arrêté du 25 février 2016 portant désignation de l’organisme chargé de gérer la liste d’opposition au démarchage téléphonique | Legifrance
      https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/2/25/EINC1605225A/jo/texte

      Article 1
      L’organisme désigné, chargé de la gestion de la liste d’opposition au démarchage téléphonique dans le cadre d’une délégation de service public, pour une durée de cinq ans, et prévu à l’article L. 121-34 du code de la consommation, est la société par action simplifiée OPPOSETEL, sise 92-98, boulevard Victor-Hugo, à Clichy, et représentée par M. Eric Huignard, en sa qualité de président.

    • Et dans le Qui sommes-nous ?

      Qui sommes nous ? - Espace consommateur
      https://conso.bloctel.fr/index.php/qui-sommes-nous.php

      Le traitement des données a fait l’objet d’une procédure auprès de la CNIL. Le traitement est sécurisé conformément au Référentiel général de sécurité (RGS). Il est ici rappelé qu’il est formellement interdit à la SAS Opposetel de communiquer les informations dont elle dispose et d’utiliser la liste d’opposition à des fins commerciales, comme de divulguer les données personnelles des consommateurs et des professionnels adhérents qu’elle pourrait recueillir à l’occasion de ses missions. La DGCCRF dispose d’un droit de contrôle permanent sur la SAS Opposetel.

    • Ouais... la "#délégation_de_service_public", l’Unedic (asso de droit privé) qui n’indemnise qu’une minorité de chômeur en est un bel exemple... Et sinon :

      « Bloctel », la nouvelle « liste rouge » contre les #spams_téléphoniques
      http://www.lemonde.fr/#RCxd04Au9hp61mJ5.99

      Cette plate-forme, lancée mercredi, vise à empêcher le démarchage téléphonique. Mais depuis un an, c’est un autre type d’arnaque qui prend une ampleur inédite.
      le spam téléphonique. Ce dernier peut d’ailleurs prendre des formes beaucoup plus sournoises que de simples publicités. Cela commence parfois avec la réception d’un SMS de la part d’un correspondant inconnu ; une sonnerie, un appel raccroché ou en absence, un message enregistré demandant à rappeler son conseiller financier, de venir chercher un colis non livré, ou réclamer son bon d’achat. Parfois aussi par une voix lointaine qui ne « nous entend pas », et qu’il faut donc rappeler rapidement.
      Le nombre de spams est en constante augmentation : près de 1 500 000 spams signalés en 2015 contre 890 000 en 2014
      Derrière ces messages anodins se cache un business juteux – et illégal – qui sévit depuis le milieu des années 2000. « Spams vocaux » ou « Ping Calls » sont devenus, dans le jargon des télécommunications, l’arnaque numéro un aux numéros surtaxés. Si le phénomène n’est pas nouveau, il prend depuis près d’un an une ampleur inédite. Selon les chiffres du site Internet « 33 700 », mis en place fin 2008 par la Fédération française des télécoms, le nombre de spams est en constante augmentation : près de 1 500 000 spams signalés en 2015 contre 890 000 en 2014. Pour le seul mois de mars 2016, ce chiffre atteint 152 452 spams. Interrogé par Le Monde, Nicolas Guieysse, le délégué général de l’Association française du multimédia mobile (AFMM), qui a repris la gestion de la plate-forme en 2012, avoue son impuissance :
      « C’est un peu le jeu du chat et de la souris. Les spammeurs ne passent plus par des numéros courts commerciaux pour inonder les consommateurs, mais achètent des numéros particuliers en 06 en détournant leur utilisation : chaque carte SIM émet une petite quantité de SMS, devenant donc indétectable. »

      Apparemment anodin, cette fausse messagerie va tenter de vous ponctionner de l’argent via un appel surtaxé vers un numéro en 0890.
      Impuissance des opérateurs
      La procédure n’étant pas coercitive, les contrevenants qui se font repérer ne risquent pas grand-chose :
      « Les signalements au 33 700 sont automatiquement renvoyés chaque nuit à l’opérateur identifié. Ces derniers peuvent agir sur plusieurs aspects. Soit le message ou la mécanique mise en évidence est clairement frauduleuse, et dans ce cas la ligne est coupée, soit l’arnaque est faite de manière intelligente, et l’action à entreprendre devient plus délicate », explique M. Guieysse, précisant que « l’AFMM n’est pas une instance de régulation ».
      Contactée par Le Monde, la cellule de SFR chargée de la lutte antispam rappelle avoir mis en place divers outils contre le spam téléphonique (notamment une application « SFR antispam + ») mais reconnaît à demi-mot son impuissance quant aux sanctions. « Nous participons activement aux travaux avec les instances gouvernementales, pour faire évoluer les possibilités d’action contre les acteurs frauduleux », explique l’opérateur.
      Plus de 50 000 personnes auraient été arnaquées, par le biais de trois millions de messages envoyés au rythme effréné de dix mille SMS par jour, depuis des dizaines de cartes SIM différentes
      Néanmoins les choses bougent. Pour la première fois, un réseau opérant en France depuis 2014 a été démantelé mi-février. Une enquête menée conjointement par l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) et le groupe spécialisé en cybercriminalité de la police judiciaire de Nice a permis de remonter la trace d’une association de malfaiteurs résidant entre Paris et la Côte d’Azur.

      Ces six hommes s’étaient spécialisés dans l’envoi, depuis un numéro particulier, de SMS frauduleux du type : « Votre abonnement de 58 euros a bien été pris en compte » suivi des (fausses) coordonnées du service client à contacter… sur un numéro surtaxé, dont le message enregistré tournait en boucle indéfiniment. Plus de 50 000 personnes auraient été arnaquées, par le biais de trois millions de messages envoyés au rythme effréné de dix mille SMS par jour, depuis des dizaines de cartes SIM différentes. L’#escroquerie aurait rapporté environ 600 000 euros, déposés sur des comptes à l’étranger.


  • Census 2011
    http://census2011.be/download/statsect_fr.html

    #Fichiers_téléchargeables par #secteur_statistique

    Le secteur statistique est le niveau territorial le plus détaillé utilisé par la DG Statistique pour ses statistiques et ses publications. Cette subdivision permet de brosser un tableau très détaillé de la réalité socio-économique des #communes.

    Dans les fichiers ci-dessous, chaque secteur statistique est identifié par un code (colonne ‘Secteur statistique’) et un nom (colonne ‘Lieu de résidence’). Bien que ce nom corresponde souvent au nom d’un quartier d’une commune, les limites géographiques effectives du secteur statistique ainsi dénommé peuvent être bien différentes des limites géographiques réelles du quartier homonyme. Les limites des secteurs statistiques sont consultables sur le site de l’IGN à cette adresse : IGN - Les secteurs statistiques sur une carte . Les secteurs sont également disponibles en format numérique vectoriel auprès de la DG Statistique.


  • RSA et Département : « Celui qui paye s’investit davantage » - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/region/rsa-et-departement-celui-qui-paye-s-investit-davantage-ia0b0n3224389

    Ce jeudi, la nouvelle majorité du conseil général du Nord va présenter aux élus son plan d’action autour du #RSA. L’idée est d’en réduire le coût qui explose. Reprendre la main pour agir vers l’emploi, lutter contre la #fraude et préciser les #droits et devoir des allocataires seront les directions prises par le département si on en croit Olivier Henno (le maire UDI de Saint-André) vice-président chargé du sujet.(...)
    « Dans certains arrondissements du Nord, le RSA concerne 15 % des habitants. 150 000 foyers nordistes touchent le RSA, dont 102 000 le RSA socle. Pour payer, le département avait budgétisé 615 millions pour cette année. Mais les chiffres explosent ; : cela va coûter en réalité 660 millions pour 2015. L’État ne compensera que 388 millions. Le reste à charge pour les finances du Nord est important, de plus en plus ! »
    « Dans une période économique et sociale relativement prospère, ça ne pose pas de problème. Mais avec la crise et l’augmentation importante du #chômage, on est dans une situation exceptionnelle. Il faut donc mettre en place une organisation exceptionnelle. »
    « Aujourd’hui, lorsqu’on s’inscrit pour obtenir le RSA, c’est la #CAF qui instruit le dossier. 70 % des nouveaux arrivants sont orientés vers #Pôle_Emploi ; 30 %, trop éloignés du monde du travail, sont suivis par le Département. C’est un fonctionnement très éclaté : la CAF qui instruit, Pôle Emploi qui travaille sur le retour à l’emploi, le Département qui suit les 30 % éloignés du travail et qui paye les allocations et enfin la Région qui a la responsabilité de l’emploi ! »

    « Sur les 70 % d’#allocataires suivis par Pôle Emploi, 30 % sont dans la nature, on ne les connaît pas, ils n’ont pas de contrat d’engagement… Le #Département va devenir actif sur la partie touchant au retour à l’#emploi autour de plate-formes de retour à l’emploi, en travaillant avec les chambres de commerce et de métier, la CGPME, les chambres d’agriculture… pour que tout le monde s’empare de cette question. Mais sans pour autant faire un Pôle emploi bis. À côté de cela, il y aura un contrat d’engagement réciproque signé avec l’allocataire. L’idée est de proposer un chantier d’insertion, une formation… une solution à chacun des allocataires. Et s’il ne respecte pas ses engagements, il pourra y avoir une suspension du RSA. On priorise l’insertion professionnelle plutôt que l’insertion sociale. Les plate-formes pour l’emploi seront au nombre de huit, une par arrondissement. Elles serviront aussi à pourvoir les emplois non pourvus. On estime qu’un tiers des allocataires du RSA sont tout proches de l’emploi. Il suffit de leur tendre un peu la main, pour ne pas qu’ils s’installent durablement dans l’assistanat, ce qui est le cas aujourd’hui de 15 % des allocataires. Ce n’est pas acceptable. »
    « Sur le sujet de la fraude, aussi, le Département va s’investir. C‘était du ressort de la CAF. Nous travaillerons sur le croisement des #fichiers_bancaires. Il faut que la société soit rassurée sur le coût de ce système de solidarité, qu’on évite les soupçons de fraude qui peuvent faire tomber dans le populisme. »
    « Nous devons ouvrir une grande discussion avec la Région autour de la formation professionnelle. Il y a un scandale : seulement 15 % de l’argent de la formation professionnelle qui va aux demandeurs d’emploi et donc encore moins aux allocataires du RSA. Il faut vraiment qu’on réoriente l’argent vers les demandeurs d’emploi. »
    – Quand tout cela sera mis en place ?
    « Dès début 2016. »
    – Quels objectifs de résultats vous êtes-vous fixés ?
    « Si déjà on a un impact sur 5 % des dépenses, cela ferait 30 millions d’euros d’économie. Pour la première année, on vise 20 millions. Encore une fois, tout cela c’est à cause de la situation exceptionnelle, il n’y a pas de dogme. On n’a jamais connu une situation aussi grave. Si on n’agit pas aujourd’hui, le RSA peut se fragiliser jusqu’à être remis en cause. On s’empare donc de la compétence. Celui qui paye s’investit davantage, notamment avec une politique davantage tournée vers l’emploi. »

    • Des exemples pour légitimer la chasse aux fraudeurs : Une élue FN d’Hénin-Beaumont soupçonnée de fraude au RSA
      http://www.lavoixdunord.fr/region/une-elue-fn-d-henin-beaumont-soupconnee-de-fraude-au-rsa-ia29b0n3222229

      Prompt à dénoncer une prétendue politique d’#assistanat, le Front national a été ciblé par le président PS du Département du Pas-de-Calais, évoquant le cas d’un(e) élu(e) de l’assemblée percevant indûment le Revenu de solidarité active (RSA). Notre enquête aboutit à une adjointe au maire héninoise… qui se défend d’avoir triché.

      L’adjointe aux affaires sociales du maire Front national Steeve Briois, élus ensemble en mars 2014, serait ciblée dans un dossier de contentieux pour fraude au RSA à la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Pas-de-Calais. Selon nos informations, Aurélia Beigneux n’aurait pas mentionné ses indemnités d’élue (environ 700 € par mois) lors de quatre déclarations trimestrielles, jusqu’au moment où la représentante du canton d’Hénin-Beaumont 2 a été élue au conseil départemental, en avril 2015. Elle aurait aussi mentionné une situation maritale et une adresse inexactes.
      La « distorsion » entre les déclarations de ressources et les revenus a amené dans un premier temps les services de la CAF, qui paye les prestations, à alerter ceux du Département, financeur du dispositif du RSA. D’où une mise en cause pour le moins inattendue, au détour d’une phrase du président du Département, lors de la séance plénière du 23 novembre. À l’occasion de l’examen du règlement départemental de l’aide sociale, Michel Dagbert avait démenti l’absence de contrôles et de récupération des sommes parfois indûment perçues par des bénéficiaires des aides sociales. Le regard tourné vers les bancs du Front national, le président PS s’était bien gardé de désigner « la personne » concernée. Sollicité, il n’a pas souhaité en dire plus.
      Pour le FN, « il n’y a rien à dire »
      Aurélia Beigneux répond qu’elle « n’a pas perçu indument le RSA. Si c’était le cas, ce serait scandaleux ». Tout en admettant avoir touché le RSA après avoir quitté un emploi en région parisienne au moment de venir s’installer à Hénin-Beaumont. « Mon employeur a refusé une rupture conventionnelle », explique-t-elle, avant de couper court.
      L’élue occupe la fonction de vice-présidente du centre communal d’action sociale (CCAS) d’Hénin-Beaumont, en charge de l’instruction des dossiers de demande du RSA. Pouvait-elle ignorer que si elle peut cumuler (à la marge) le RSA et son indemnité d’élue (qui s’assimile à un salaire imposable), elle a l’obligation de le déclarer à la CAF ? José Évrard, président du groupe FN au Département, tente d’éteindre l’incendie : elle n’aurait perçu le RSA que « pendant deux ou trois mois. Et c’était compatible (avec l’indemnité d’élue) car il y avait un plafond qu’elle ne dépassait pas. Si son travail était bien fait, il n’y a rien à dire ».
      Le président du conseil départemental vient d’écrire à l’intéressée ainsi qu’au maire d’Hénin-Beaumont pour les informer des suspicions de fraude. Si elle est finalement avérée, la CAF demandera un remboursement des versements indus, plus des pénalités administratives. Et le Département, s’il le juge utile, pourra engager des poursuites pénales.
      Plus de 36 000 contrôles par an
      Si « la volonté du Département est de ne pas se situer dans un acharnement aveugle envers les populations précaires », un dispositif de contrôle très strict est conjointement mené par les services du Département et ceux de la CAF du Pas-de-Calais, précise-t-on au sein des services du conseil départemental. Avec un « double objectif : vérifier si les conditions d’ouverture du juste droit sont bien remplies ; vérifier si chacun des ayants droit bénéficie bien de ce dispositif d’aide ». Cette politique basée sur une « logique de prévention » a été mise en place depuis 2008, « à partir d’une contractualisation, d’une intensification du plan de #contrôle en lien avec les organismes payeurs et d’un dispositif de #sanctions graduées ».
      La mise en œuvre de cette politique a permis la sortie du dispositif ( non chiffrée ) de bénéficiaires qui ne remplissaient pas les conditions d’obtention du RSA. « Plus de 36 000 contrôles annuels sont effectués en lien avec l’activité du bénéficiaire du RSA, ce qui se traduit par près de 6 millions d’euros d’indus notifiés et un peu plus de 4,5 millions d’euros de rappels versés », précisent les services du Département.


  • #cartographie des #fichiers - Bureau des études
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/135311780588

    Le Bureau des études, un collectif d’artistes et d’activistes mené par Léonore Bonaccini et Xavier Fourt, a publié en janvier une très intéressante cartographie (.pdf) des systèmes d’identification et d’information nationaux, faisant partie d’un tout aussi intéressant Atlas des agendas, visant à ”cartographier les #pouvoirs et les communs” (dont il faut lire aussi le complément en français (.pdf) visant à dresser “l’atlas des priorités”, une lecture critique et esthétique des réseaux de pouvoir). A l’heure où les autorités envisagent des modalités d’interconnexion des fichiers, la cartographie de ceux-ci permet d’en mesurer plus que jamais le (...)

    #interconnexion

    • Le lien vers le billet qui présente l’Atlas (et non vers le site)
      http://bureaudetudes.org/2015/04/23/atlas-of-agendas-mapping-the-power-mapping-the-commons-2015

      Je jette un œil rapide sur la carte présentée et je m’interroge sur ce que recouvre le « lien technique probable » entre Insee et Ministère de l’intérieur. Il y a un lien certain puisque l’Insee est chargé de la gestion du fichier électoral, fichier qui ne figure pas sur la carte, pas plus que les fichiers des impôts (DAS1) ou des CAF auxquels l’Insee accède à des fins statistiques.

    • Carte réalisée avec la revue Z n°5 en 2011 sur le travail social :

      https://reflets.info/mecanisation-des-rapports-sociaux

      Le dossier était accompagné d’une critique de l’informatisation du service 115 d’aide aux personnes à la rue à travers le dispositif du SIAO :

      A noter que les progiciels commerciaux (Progdis, Iodas, Praxtel, Ophelia…) devront être « compatibles » avec le SIAO pour accélérer les interconnexions. Selon un précieux « cahier des charge fonctionnel », document qui date de juillet 2009, le SIAO n’a pas seulement une visée comptable et mécanique de l’hébergement d’urgence. Il doit aussi intégrer des éléments « pédagogiques » pour qu’il soit mieux « accepté », par les agents qui l’utilisent comme par ceux qui en sont la cible :

      les Travailleurs sociaux constituent un point d’entrée quasiment exclusif des informations concernant les individus ; de ce fait, il faudra s’assurer non seulement de leur acceptation du nouvel outil comme support quotidien pratique et adapté, (et donc en cas d’application nouvelle, l’acceptation du principe d’une resaisie) mais également de leur adhésion à l’argumentaire justifiant cette base d’individus : l’analyse des demandes, des parcours, des devenirs… pour une mise en adéquation constante du dispositif.

      D’autre part, la collaboration active de chaque établissement sera nécessaire pour un suivi quotidien des capacités disponibles ; il faudra donc, parmi les messages à prévoir dans le plan de Conduite du changement, décrire précisément les fonctionnalités très opérationnelles et l’utilité du système […]. Globalement, la sémantique (définition des termes, zoom sur les cas particuliers ambigus…) sera à harmoniser grâce à l’Administration Centrale, et transmise grâce à un dispositif pédagogique par les Services Déconcentrés.

      […] Il faudra également prendre en compte le besoin d’obtenir rapidement une version (…) opérationnelle et rendant un service à chaque type d’acteur, afin d’aider à l’adhésion de ceux-ci, d’éviter l’« effet tunnel », et d’amorcer, grâce à cette première image positive, un effet d’entraînement contribuant au succès du déploiement, à la vivacité du dépôt de données, et à la réussite de versions ultérieures.


  • VIDEO. Cash Investigation. Données personnelles : mais à quoi sert la CNIL ?
    http://www.francetvinfo.fr/internet/cash-investigation-donnees-personnelles-mais-a-quoi-sert-la-cnil_110997

    VIDEO. Cash Investigation. #Données_personnelles : mais à quoi sert la #CNIL ?

    Certaines associations caritatives vendent en toute illégalité leurs fichiers de donateurs à La Poste. Face à Elise Lucet, la présidente de la CNIL ne semble pas au courant et se déclare « surprise ». Un extrait de « Cash Investigation » diffusé sur France 2 le mardi 6 octobre à 20h55.

    Entre autres : #unicef #fondation_recherche_médicale #sos_village_d'enfants

    #illégal #fichage #fichiers_informatiques


  • Formats vidéos pris en charge par l’USB de la #Livebox
    http://www.dsfc.net/materiel/formats-videos-pris-en-charge-usb-livebox

    Dommage que la taille des #Fichiers_Vidéo soit limitée à 4 Go sur la #Clé_USB de la LiveBox !Autres lectures sur le thèmeLiveboxDriver Wi-fi Wanadoo Livebox Inventel ur054g R01Quel DNS pour les abonnés Orange ?

    #Matériel #exFAT #Ext2 #FAT32 #Formats_de_fichiers_vidéo #MKV #Ntfs #TS #Vidéo #VOB


  • [C’est la suite de http://seenthis.net/messages/379246 , le piratage de l’OPM, la direction des ressources humaines du gouvernement fédéral états-unien.]

    http://www.thedailybeast.com/articles/2015/06/24/hackers-stole-secrets-of-u-s-government-workers-sex-lives.html

    « Those details, which are now presumed to be in the hands of Chinese spies, are found in the so-called “adjudication information” that U.S. investigators compile on government employees and contractors who are applying for security clearances. »

    « One former official said a polygrapher once asked if he’d ever practiced bestiality. »

    #sexe #Informatique_et_libertés #fichiers #fichage


  • Des revolvers pour les Polices municipales : les mesures post-attentats entrent en application - Lagazette.fr
    http://www.lagazettedescommunes.com/357907/police-municipale-les-mesures-post-attentats-entrent-en-applic

    Armement : l’Etat met à disposition les stocks de revolvers
    Première mesure : la mise à disposition de 4000 revolvers utilisés jusque-là par les policiers nationaux. Un décret n°2015-496 du 29 avril 2015 en détaille les conditions, largement analysées dans un article du Club prévention sécurité de la Gazette. Concrètement, les communes désireuses d’équiper leurs #policiers_municipaux d’une arme de poing pourront bénéficier « à titre expérimental » de ces revolvers Manurhin MR73 de calibre 357 Magnum issus des stocks d’anciennes armes de la police nationale.
    Cette offre de l’Etat devrait permettre d’accompagner le mouvement pro-armement observé dans les villes depuis le mois de janvier. Comme le confiait le président de l’AMF, François Baroin, dans un entretien accordée en février au Club Prévention-Sécurité de la Gazette, « la pression qui a fait suite aux attentats de janvier a été telle que la plupart des communes non armées sont en train de revoir leur choix ». Sur le terrain, la réalité est plus contrastée. Mais force est de constater que beaucoup de villes, notamment petites et souvent classées à droite, ont revu leur choix et opté pour un #armement.

    Coopération policière : le partage des fréquences radios
    Autre mesure attendue : la généralisation de l’interopérabilité des réseaux de radiocommunication. En clair, la possibilité désormais offerte aux policiers municipaux d’accéder aux fréquences radios des policiers et des gendarmes.
    Décidée au lendemain des attentats, cette mesure était en réalité expérimentée depuis septembre 2013 dans quatre collectivités. Une expérimentation voulue par le gouvernement pour répondre à la polémique née au lendemain de la mort tragique d’Aurélie Fouquet en mai 2010, abattue par des criminels sur l’autoroute A4 lors d’une course poursuite avec la police nationale dont elle n’avait pas été prévenue. (...)
    #Gilets_pare-balles : subvention aux communes à hauteur de 50% (...)
    Accès aux #fichiers : décret attendu en juin (...)


  • Un arsenal parlementaire contre la menace djihadiste
    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/06/01/les-propositions-de-la-commission-d-enquete-sur-les-filieres-djihadistes_464

    La commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus #djihadistes, créée en décembre 2014 à l’initiative du député UMP des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, se proposait d’examiner l’adéquation de la réponse publique à la menace terroriste. Après six mois de travail, son rapporteur, le député PS des Bouches-du-Rhône, Patrick Mennucci, soumettra son rapport, que Le Monde a pu consulter, au vote de la commission mardi 2 juin.

    Un mois après l’adoption à une large majorité du projet de loi renseignement par l’Assemblée nationale, ces travaux parlementaires ont de nouveau fait l’objet d’un « large consensus » , selon Patrick Mennucci, signe que le sentiment d’ urgence face à la menace terroriste transcende les clivages politiques. (...)

    La commission d’enquête appelle le gouvernement à renforcer les moyens administratifs et judiciaires destinés à l’endiguer, tout en insistant sur la nécessité « d’apporter une réponse autre que sécuritaire à un phénomène qui a pris profondément racine dans notre corps social » .

    Lutter contre la radicalisation en prison
    Le rôle de la #prison dans le processus de radicalisation est « controversé », souligne le rapport. Plus de la moitié des personnes parties vers la zone irako-syrienne étaient inconnues des services de police, et seuls 15 % des condamnés pour terrorisme avaient déjà été incarcérés. Pour autant, « la quasi-totalité de ceux qui ont commis des actes violents au nom du djihad » avaient un passé de délinquant , de Khaled Kelkal aux frères Kouachi en passant par Mohammed Merah et Mehdi Nemmouche.

    La prison apparaît comme un pivot essentiel de la lutte contre le djihadisme : point de départ de nombreux parcours de radicalisation, elle en constitue également le point de chute pour la moitié des 213 Français rentrés de Syrie (105 individus sont incarcérés pour leur implication dans des filières irako-syriennes).

    S’il salue les expériences menées dans plusieurs prisons visant à isoler les « leaders recruteurs » et à créer des quartiers dédiés pour les autres détenus radicalisés, le rapport met en garde contre le risque de mélanger les « djihadistes endurcis », les « repentants », les « traumatisés » et ceux qui sont « en voie de radicalisation ». Le document suggère donc d’améliorer la « grille d’#évaluation du degré de radicalisation » et de repenser les critères de regroupement de ces détenus. Patrick Mennucci appelle également à une réflexion « sur un régime d’#isolement plus adapté aux détenus radicalisés » (il est aujourd’hui limité à deux ans), en s’inspirant de la législation italienne prévue pour les groupes mafieux ou #terroristes.

    Le rapporteur juge que le bureau du #renseignement_pénitentiaire ne dispose « que de très peu de moyens pour assumer ses missions » et appelle à la création d’un véritable service de renseignement pénitentiaire. Cette disposition, qui figure dans le projet de loi renseignement, se heurte à l’opposition de la ministre de la justice, Christiane Taubira, qui avait été, contre toute attente, mise en minorité lors des débats par les députés socialistes alliés à ceux de l’UMP. La mesure devrait faire l’objet d’âpres discussions lors de la lecture devant le Sénat cette semaine.

    Renforcer les services d’enquête
    La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) suit actuellement 162 enquêtes judiciaires, contre 40 au 1er janvier 2012. Or les services judiciaires spécialisés ne comptent que 300 enquêteurs : le rapporteur appelle donc de ses vœux « un doublement des #effectifs de policiers enquêteurs formés à la lutte antiterroriste ».

    La section antiterroriste du parquet de Paris ne compte que neuf magistrats, qui dirigent 157 enquêtes, quand le pôle de l’instruction se limite à huit juges antiterroristes, chargés d’instruire 218 informations judiciaires, dont 112 concernent l’islam radical. Une conjoncture qui conduit Eric Ciotti à déplorer « une situation de tension intenable et de déficit des moyens humains et matériels ».

    Afin de désengorger le #parquet de Paris, le rapport suggère d’assouplir la compétence centralisée de la juridiction parisienne en matière de terrorisme, en permettant à certaines juridictions interrégionales spécialisées, comme celles de Lyon et Marseille, de traiter des infractions terroristes de moindre gravité.

    Etendre l’accès aux #fichiers
    Le rapport regrette par ailleurs que seuls les services « spécialisés » de renseignement, comme la #DGSI, aient accès à certains fichiers tels que le système d’immatriculation des véhicules, le système de gestion des passeports ou des cartes nationales d’identité. Il déplore que les différents services « concourant » au renseignement, comme le Service central du renseignement territorial (SCRT), la DRPP et la gendarmerie « ne bénéficient pas d’un accès à ces différents fichiers ».

    Renforcer le #contrôle aux #frontières
    Le rapporteur propose une batterie de mesures pour mieux contrôler les entrées et sorties du territoire. Il déplore que la mise en place d’un #fichier_de_données_passagers (PNR) européen « ait pris beaucoup de retard ». Conscient qu’un PNR strictement français serait d’un intérêt limité, il appelle de ses vœux la création rapide d’un PNR européen et, « s’il doit être vidé de sa substance », suggère de l’abandonner « au profit de plusieurs PNR bilatéraux ». Les discussions autour de la création d’un PNR communautaire se heurtent pour l’instant aux fortes réticences du Parlement européen.

    Le document propose également de modifier l’article 7 du code Schengen pour permettre un contrôle systématique des passeports des ressortissants de l’espace Schengen venant d’un pays tiers. « Si une personne faisant l’objet d’une fiche “S” [Sûreté de l’Etat] peut revenir dans l’espace Schengen sans que l’Etat ait les moyens juridiques de le savoir – parce que l’article 7 du code Schengen lui interdit de contrôler systématiquement les passeports des ressortissants Schengen – n’est-ce pas l’intérêt même de la fiche “S” qui est remis en cause ? », s’interroge Patrick Mennucci.

    Il suggère enfin de rétablir l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs, supprimée en 2010 et remplacée en 2014 par une « opposition parentale » à la sortie du territoire. Pour être efficiente, cette mesure supposerait que les parents aient détecté la volonté de départ de leur enfant, ce qui n’est pas toujours le cas, souligne-t-il.

    Comment gérer les retours ?
    Entre « djihadistes endurcis », « djihadistes repentants » et « djihadistes traumatisés », les intentions des Français de retour de Syrie peuvent être diverses, et leur dangerosité « particulièrement difficile à évaluer ». A côté de la réponse pénale, mise en œuvre dès qu’il existe des preuves suffisantes, il conviendrait d’accompagner le retour en France des profils les moins dangereux en imaginant « une réponse autre que sécuritaire ».

    La commission salue donc l’annonce par le premier ministre en avril de la création d’un centre destiné à prendre en charge les jeunes de retour des zones de combat, sur le modèle danois. Cette structure « va constituer le maillon qui faisait défaut au traitement de la radicalisation : la prise en charge des individus de retour du djihad et qui ne font pas l’objet de poursuites judiciaires ». Le rapport s’interroge toutefois sur la pertinence du caractère « volontaire » de cette démarche.

    Patrick Mennucci suggère également de mettre en place des référents, ou « mentors », qui assureront le suivi de chaque personne radicalisée, sur le #modèle_danois là encore. Il appelle enfin à l’élaboration d’un véritable #contre-discours à la propagande djihadiste, en développant la recherche universitaire et en donnant une plus grande publicité aux témoignages de « #repentis ».

    LA FRANCE, PREMIER FOURNISSEUR EUROPÉEN DE DJIHADISTES
    Selon un dernier bilan, en date du 26 mai, 457 Français sont actuellement en Syrie (dont 137 femmes et 80 mineurs), 320 personnes seraient en transit vers les zones de combat, 105 individus y ont déjà perdu la vie (dont huit dans des opérations-suicides), et deux y seraient détenus. 213 personnes seraient déjà rentrées en France tandis que 521 auraient des projets de départ.

    En agrégeant ces données, « la France apparaît actuellement comme le principal pays européen de départ [avec 884 personnes au total], suivie par le Royaume-Uni (700 départs), l’Allemagne (600) et la Belgique (250 environ) », souligne le rapport. Rapporté à la population des Etats européens, le ratio de départs est cependant plus important en Belgique (22 départs par million d’habitants) ou au Danemark (17 départs par million d’habitants).

    Ai mis ici tout l’article, un festival.


  • Pour lutter contre la fraude, la SNCF augmente le prix de l’amende
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/20/sncf-le-prix-de-l-amende-passe-de-35-a-50-euros_4580558_3234.html

    La #SNCF a présenté, vendredi 20 février, un vaste plan de lutte contre la #fraude, annonçant que le tarif de l’#amende pour les voyageurs sans billets passerait, à partir du 2 mars, de 35 à 50 euros. Cette amende peut, si elle n’est pas réglée par le contrevenant, être majorée jusqu’à 375 euros.

    Le montant de l’amende n’avait pas été revalorisé depuis 2003, a précisé la SNCF lors d’une conférence de presse. La SNCF va également augmenter les #contrôles à bord des trains, ainsi qu’à quai, avant et après le voyage [après ?? ndc].

    Le délai de #recouvrement des procès-verbaux est par ailleurs allongé, passant de deux à quatre mois, tandis qu’un droit de communication a été ouvert par le ministère de l’intérieur, donnant accès à ses #fichiers pour la SNCF, afin de permettre l’identification des fraudeurs.

    La répression à l’encontre des 22 000 #multi-fraudeurs recensés sera en outre durcie : le seuil au-delà duquel un fraudeur devient multi-fraudeur est abaissé de 10 à 5 procès-verbaux, et le dépôt de plainte devient systématique. « Nous voulons inverser durablement la tendance et casser la fraude organisée », a commenté lors d’une conférence de presse la directrice des trains, Maud Bailly.

    UN MILLION D’AMENDES PAR AN

    Une première mesure avait été prise au mois de septembre, avec le raccourcissement de la #durée_de_validité_des_billets TER, passé de deux mois à sept jours, afin d’empêcher l’utilisation répétée d’un billet lorsqu’il n’a pas été validé par un contrôleur à bord du train.

    Chaque année, un million d’amendes sont payées à bord des trains, mais le taux de recouvrement des procès-verbaux n’est que de 10 % . La fraude coûte chaque année 30 millions d’euros à la SNCF. Le secrétaire d’Etat aux #transports, #Alain_Vidalies, avait affirmé en janvier que l’intensification de la lutte contre la fraude dans les transports publics figurait parmi ses priorités pour l’année 2015.

    #chasse_aux_pauvres #sévices_publics #mobilité

    Pour mémoire, une loi socialiste de 2001
    La #LSQ : un train de mesures répressives pour les #précaires !
    http://www.ac.eu.org/spip.php?article95

    François Thonier a été condamné à 2 mois de #prison par le tribunal de Bordeaux.

    François Thonier, jugé une première fois à Bordeaux le 12 novembre 2002 pour délit de #fraude_habituelle, a été condamné en première instance à payer 800 € d’amende et 769 € de dommages à la SNCF. Il a immédiatement fait appel de ce jugement « en solidarité avec tous ceux et toutes celles qui ne peuvent pas payer le train ».

    • « frapper le plus fort possible » contre la fraude
      http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/20/pourquoi-la-sncf-veut-frapper-le-plus-fort-possible-contre-la-fraude_4580760

      La fraude est relativement faible dans les TGV, avec un taux estimé à 3 % des passagers. Mais ans les autres trains, qui ne nécessitent aucune réservation, elle concerne au moins 10 % des passagers. (...)

      ...peine maximale est de six mois d’emprisonnement et de 7 000 euros d’amendes ....

      ...fraude aux billets électroniques, avec des « petits malins », qui annulent leur billet une fois qu’ils sont dans le train et qu’ils ont été contrôlés....

      « Quand les caisses sont vides, que les revenus liés aux ventes de billets baissent et que les financements publics sont à l’arrêt, il faut racler les fonds de tiroir », rappelle un consultant spécialiste du transport public, peu étonné que la SNCF s’attaque à ce dossier.

    • Notez cette phrase sournoise et sans explications :

      … un droit de communication a été ouvert par le ministère de l’intérieur, donnant accès à ses #fichiers pour la SNCF …

      Où va-t-on avec de telles dérives ? Quels seront les fichiers concernés, le FNAEG des empreintes génétiques (contre les militants), ou le regroupement du STIC et de JUDEX en TAJ (72% d’erreurs) à moins que ce ne soit le SIS, fichier de Schengen ou celui également biométrique des passeports …

      En sortant du train il y a une semaine à Matabiau, j’ai vu que des centaines de voyageurs sont systématiquement détournés d’un couloir direct pour les faire passer par un autre plus long avec caméras de chaque côté. Apparemment tous les soirs c’est le même sketch avec valises à descendre dans les escaliers ! le ridicule sécuritaire touche à son comble.

      Les fichiers de police les plus controversés bientôt consultables par l’administration
      http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/10/acces-elargi-aux-fichiers-de-police-les-plus-controverses_4537888_3224.html

      Accusé à tort, on reste pour une durée de vingt à quarante ans « mis en cause » dans les fichiers de police.

      #croisement_des fichiers #surveillance #administrations_françaises #vichy #contrôle_social

    • ...comme en Allemagne, des agents en #civils pour repérer et contrôler les personnes qui ne valident pas leur ticket.

      Billets : La durée de validité des billets a été réduite à sept jours, contre deux mois auparavant. Dans le sud de la France, elle a même été réduite à un jour .

      Amende : A partir du 2 mars, le niveau des amendes sera réévalué. Si un voyageur signale spontanément son irrégularité, il doit payer 7 euros, au lieu de 4 euros, en plus de son billet. Pour les contrevenants identifiés par le contrôleur, l’amende passe, elle, de 35 à 50 euros.

      Contrôle : La SNCF va systématiser les contrôles à quai avant d’entrer dans le train et en organiser aussi à la sortie des trains.

      Portique : A partir de 2016, déploiement de portiques, permettant une validation du ticket à distance , dans quinze gares importantes.



  • Partagerfichier.fr
    https://www.partagerfichier.fr
    PartagerFichier est un service en ligne bilingue (français et anglais) et entièrement gratuit. Il permet de #partager sans connaissances particulières des #fichiers informatiques de trop grande taille pour être simplement joints à un #courriel. En effet, la plupart des services mails limitent la taille des fichiers #joints.

    PartagerFichier n’a pas pour finalité de permettre le stockage ou la sauvegarde des fichiers partagés par son intermédiaire.


  • Des pauvres et de pauvres riches
    http://www.politis.fr/Des-pauvres-et-de-pauvres-riches,25581.html

    Dans le 93, les demandeurs d’aides sociales ayant maille à partir avec les centres sociaux du département entrent systématiquement dans le fichier nominatif Cosmos. Un fichier riche de 375 items, allant de la nationalité aux problèmes de santé physiques et psychiques. Données accessibles, comme il ne se doit pas, à tous les agents et sans grande protection.

    C’est le Canard qui l’écrit dans son édition du 22 janvier, pour ma part je l’avais évoqué dès le 28 novembre 2012, puis le 13 février 2013, et encore le 3 juillet dernier en raison du Big Brother Awards remis au conseil général de Seine-Saint-Denis, lequel a la main sur ce fichier. Il était temps ! Ça fait trois ans que les assistantes sociales dénoncent l’illégalité de ce fichier de pauvres. Un fichier qui a pour fonction de s’assurer qu’ils ne deviennent pas trop riches et restent dans leur ghetto, en quelque sorte, et qui fout en l’air le travail des assistantes fondé sur la confiance.

    Et puisqu’on parle de pauvres, parlons aussi des ennuis des pauvres (très) riches. Qu’apprend-on dans la Tribune du 25 janvier ? Que le PDG de la banque JPMorgan Chase, Jamie Dimon, après avoir perçu une rémunération annuelle de 23 millions de dollars en 2010 et en 2011, avait vu ses revenus chuter de quasiment 50 % en 2012.....

    #pauvres #fichiers #fichier_Cosmos #riches #BBA #çasuffacommesi


  • Grand concours pour exclure du fichier #ADN les militants les plus méritants
    http://reflets.info/grand-concours-pour-exclure-du-fichier-adn-les-militants-les-plus-meritant

    Le refus de « prélèvement biologique » est né en 2003 dans la loi sur la sécurité intérieure. Il se matérialise aujourd’hui dans l’article 706-56 du Code de procédure pénal (CPP), qui encadre les conditions dans lesquelles un individu doit accepter — même en garde à vue en tant que simple prévenu, et donc présumé innocent — […]

    #0home #A_la_Une #France #Société #biométrie #fichiers #FNAEG #Police #Syndicats



  • How to tag all your audio files in the fastest possible way - TechRepublic
    http://www.techrepublic.com/blog/linux-and-open-source/how-to-tag-all-your-audio-files-in-the-fastest-possible-way/3444

    Marco Fioretti shows you his method for tagging MP3 files with as much automation as possible so that you can impose a little order on music or other audio collections.

    1. À la souris, avec l’appli graphique MuzicBrains Picard, qui excelle à taguer massivement les morceaux populaires (#musique) aux formats #mp3, #ogg (autres ?)
    - Voir les options pour renommer fichiers (et dossiers) dans une base « propre » par exemple, récupérer les covers...
    - Pour compléter les indications de Marco : le principe est de ~tout avoir à droite. Donc une fois la colonne de droite remplie, « rechercher » et « analyser » les albums « regroupés » dans la colonne gauche pour les ajouter à droite.
    Un 2è passage (réouvrir le même dossier où qlqs morceaux de musique restaient non reconnus) rend souvent service.
    Avant d’enregistrer : passer en revue les titres en rouge et orange (possible missmatches !)

    2. En mode console avec un petit script, qui va renommer N fichiers à partirs de leurs #tags #id3
    Très utile pour taguer (après renommage) une collection de #podcasts et autres enregistrements #audio.
    Sur certaines distributions Linux c’est id3lib (package) qui procure id3info.

    Help ! vos conseils sont bienvenus pour les tags ici ; je n’ai trouvé que peu de références en matière de #SGI / #SGD (gestion des données).
    #classement #fichiers #métadonnées #data_mining #text_mining #audio
    #format_ouvert #portabilité_des_données sauvegarde #conservation_des_données #accès_aux_données
    #tutoriel


  • Bruxelles et des ONG s’opposent sur le sort des migrants en mer

    Le 2 décembre, un tout nouveau #système_de_surveillance des #frontières européennes a commencé à être mis en place : #Eurosur. Son mécanisme : l’échange de #données#images_satellites, #fichiers, etc. – entre Etats membres. Sa cible : la #Méditerranée, et plus particulièrement les #embarcations_de_fortune chargées de #migrants qui tentent régulièrement la #traversée. Un système qu’une plate-forme Internet pilotée par des défenseurs des droits des étrangers aimerait aujourd’hui pouvoir contrecarrer.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/07/bruxelles-et-des-ong-s-opposent-sur-le-sort-des-migrants-en-mer_3527300_3224

    #migration #asile #réfugiés #surveillance