• LE MONDE DANS 100 ANS, DÉBARRASSÉ DU CAPITALISME - ALAIN DAMASIO, PABLO SERVIGNE

    Juste avant ou disons au tout début du virus ici, le mois avant que tout ne ferme, Alain Damasio et Pablo Servigne faisaient un essai de conférence-fiction théâtral, où l’on serait dans 100 ans, et où plein de choses auraient changé. Pendant le festival « Réparer le monde » au théâtre du Rond-Point.

    Un peu trop de spiritualité pour moi, mais c’est intéressant en soi, la manière de faire, avec l’imaginaire de Damasio, etc.

    https://www.youtube.com/watch?v=BfZVPFETID8

    #Alain_Damasio #Pablo_Servigne #Baptiste_Morizot #Jade_Lindgaard #satire #fiction #théâtre

  • La #Suisse envahit la #France... une fiction en 5 parties
    –-> c’était #1979 quand Gérard Vincent a écrit cette fiction...

    http://gerard-vincent.7bc.fr/series/la-suisse-envahit-la-france

    L’#attaque_militaire

    Soudain exaspérés par les sarcasmes redondants des français les accusant de n’avoir inventé en mille ans que le coucou, les suisses entrèrent dans une violente colère. C’est donc avec l’accord du président annuel de la confédération, et soutenu par l’unanime consensus populaire, que le général Jean Durand, commandant en chef des armées, et pourtant vaudois et francophone comme son nom l’indique, décida l’invasion de la France.

    L’opération préparée, on s’en doute, avec une méticulosité horlogère, fut déclenchée le samedi 30 juin à 0 heure. L’effet de surprise fut total. Les douaniers et quelques membres des compagnies républicaines de sécurité qui gardaient les postes-frontières regardèrent passer les troupes helvètes avec stupéfaction. Que pouvaient-ils faire ?

    Trois heures plus tard, une colonne de blindés légers occupait le plateau de Saint-Cristol et neutralisait les fusées atomiques françaises enfouies dans le gruyère vauclusien. Le gros de l’armée d’invasion fonça sur Paris : cette nuit là – comme le général Durand l’avait prévu, car il était un excellent joueur d’échecs, – l’agglomération parisienne vomissait un flux de voitures gagnant les régions méridionales et ensoleillées. Mais dans le sens province-Paris, les routes étaient vides. Les tanks des envahisseurs empruntèrent les autoroutes et, comme les Suisses sont des gens corrects qui ont le respect de l’argent, ils acquittèrent les péages.

    A 9 heures, l’avant-garde encerclait le palais de l’Elysée, où le président de la république, qui s’apprêtait à partir pour le Zaïre, avait réuni son conseil des ministres. Le colonel Karrer, qui commandait ces troupes d’élite, fit irruption dans la salle du conseil et dit simplement (il était alémanique mais parlait français sans accent) : « Messieurs, vous êtes prisonniers. » Les ministres n’opposèrent aucune résistance et restèrent silencieux, à l’exception du premier d’entre eux, M. Raymond Barre, qui déclara, non sans élégance : « Je salue le franc lourd, le vrai, le franc suisse. »

    Les sous-marins atomiques de la force de frappe française immergés dans les profondeurs des océans furent alertés par le concierge de l’Elysée, qui avait réussi à s’enfuir et leur téléphona d’une cabine publique place Beauvau. Pour détruire l’armée d’invasion, il fallait anéantir la France : avec beaucoup de sagesse, les commandants des navires estimèrent le coût élevé, l’avantage faible, et décidèrent de ne rien faire. C’était trop tard en effet : une troisième colonne helvétique avait déjà atteint Brest sous les acclamations des militants du Front de libération de la Bretagne.

    Tout le monde attendit la réaction des Etats-Unis. On rapporte -sans preuve d’ailleurs- que le Pentagone tout entier fut secoué par un immense éclat de rire. Le président Carter fit savoir que ni la France ni la Suisse n’étant membres de l’OTAN, il s’agissait d’un problème intérieur à l’Europe occidentale et que la grande démocratie américaine, soucieuse de respecter le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ne se sentait pas concernée. Le représentant de la France à l’ONU saisit cette organisation : le conseil de sécurité rappelant que la confédération helvétique n’était pas membre de l’Organisation des Nations unies se refusa à connaître de l’affaire.

    http://gerard-vincent.7bc.fr/733/suisse-envahit-france-attaque-militaire

    –-------

    La #confédération franco-suisse

    La #conquête d’un pays est chose facile lorqu’on peut jouer de l’effet de surprise. Gagner le coeur des habitants du pays conquis est autre chose. Les Helvètes agirent avec beaucoup d’habileté. Ils exigèrent du gouvernement français la signature immédiate d’un traité portant création d’une confédération franco-suisse sous menace de publication de la liste nominative de tous les détenteurs d’un compte numéroté en Suisse avec indication précise du montant des dépôts de chaque compte. Tous les leaders politiques français – A l’exception des communistes et de quelques gauchistes- se prononcèrent pour une attitude compréhensive à l’égard des propositions de Berne et insistèrent sur l’opportunité du dialogue.

    Alors qu’un ministre habile, et qui s’estimait promis à un bel avenir, s’apprêtait à demander la nationalité suisse, il fut gagné de vitesse par six décrets pris par l’occupant :

    Tout habitant de la fédération franco-suisse possède à la fois les nationalités française et helvétique ;
    La rue Marignan est débaptisée et s’appellera désormais avenue du 30 juin 1980 ;
    Toutes les voitures officielles sont supprimées. Les responsables politiques français se rendront désormais à leur bureau en utilisant les transports en commun. La première classe sera supprimée dans le métropolitain ;
    Les sept millions de chiens français devront faire leurs besoins dans les ruisseaux sous peine d’amende ;
    La monnaie de la Confédération est le franc suisse. Un échange de billets interviendra incessamment à raison de 2 francs français contre un franc suisse.
    Les dispositions précédentes seront soumises à référendum au mois de septembre prochain ainsi qu’une constitution qui sera élaborée dans les six prochaines semaines par une commission mixte d’experts.

    http://gerard-vincent.7bc.fr/741/la-suisse-envahit-la-france-la-confederation-franco-suisse

    –--------

    L’entrée en #résistance

    Ces mesures eurent raison de la fierté française. Ceux qui prenaient leurs vacances en juillet jugèrent inutile de regagner les villes (qu’y auraient-ils fait ?).

    L’amiral de Gaulle (du cadre de réserve) gagna Londres : le gouvernement britannique le réexpédia vers Paris par le premier vol régulier d’Air France au milieu de l’indifférence générale.

    On laissa Georges Marchais partir pour l’U.R.S.S. d’où il revint six mois plus tard, n’étant pas parvenu à apprendre les déclinaisons russes.

    Le général Bigeard, les colonels Chateau-Jobert et Trinquier annoncèrent leur intention de s’immoler par le feu devant la porte d’honneur de l’Ecole militaire. Ils convoquèrent la presse. Au dernier moment, cédant aux pressions réitérées de leurs plus fidèles amis, ils consentirent à renoncer à leur funeste projet. Bon prince, le général Durand leur offrit d’entraîner les parachutistes helvètes, mission qu’ils acceptèrent dans le cadre de la défense de l’Europe contre le danger communiste.

    http://gerard-vincent.7bc.fr/744/la-suisse-envahit-la-france-entree-en-resistance

    –---------

    La nouvelle constitution

    Capitale : Domrémy

    Une commission franco-suisse de six personnalités élabora une nouvelle constitution. Ses membres français étaient Roger Frey, Chaban-Delmas et Edgar Faure. Elle étendait à la France le système instauré par la Constitution fédérale du 29 mai 1874, tout en s’inspirant de la loi française du 5 juillet 1972 sur la régionalisation.

    Les vingt-deux régions métropolitaines et les quatre régions d’outre-mer s’appelleront désormais cantons. Dans chaque cantons, il y aura une assemblée populaire qui siégera une fois par an et à laquelle toute citoyenne ou citoyen pourra participer. Un grand conseil, élu pour quatre ans à la proportionnelle, élaborera les lois suggérées par l’Assemblée populaire, exercera le pouvoir exécutif. Sur le plan confédéral, le pouvoir législatif sera partagé entre un conseil national dont les six cents membres seront élus pour quatre ans à la proportionnelle intégrale et le Conseil des Etats où chaque canton dépêchera deux représentants suivant le mode de désignation de son choix.

    L’exécutif suprême sera le Conseil confédéral, composé de sept membres désignés par le Conseil national et le Conseil des Etats. Ces sept conseillers confédéraux choisiront l’un d’entre eux, qui sera président de la Confédération pour un an et jamais rééligible. La capitale de la confédération franco-suisse sera Domrémy, choisie parce que située à égale distance de Berne et de Paris et parce que -c’était une attention délicate des Helvètes- ce nom revêt pour tout Français une valeur hautement symbolique.

    Le référendum eut lieu le 28 septembre 1980. Il y eut moins de 15% d’abstentions, et, par 80% des suffrages exprimés, la nouvelle Constitution fut adoptée. Les Français restaient donc fidèles à eux-mêmes puisque c’étaient les chiffres par lesquels ils avaient ratifié la Constitution de 1958, vingt et un an plus tôt.

    http://gerard-vincent.7bc.fr/749/la-suisse-envahit-la-france-la-nouvelle-constitution

    –-----------

    Les attentats cessèrent

    Les évènements que je viens d’évoquer entraînèrent de profondes modifications dans la composition du personnel politique. Le docteur Simeoni présida le conseil cantonal de Corse, et tous les sièges de celui de Bretagne furent occupés par les anciens résistants du Front de libération de Bretagne.

    L’Ecole nationale d’administration fut supprimée, ses locaux étant attribuées à l’Ecole confédérale de romanche, langue rhéto-romane à peu près inconnue des Français, la quatrième langue officielle de la Suisse, bien que parlée par moins de 1% de ses habitants. Le délicat problème du régionalisme fut enfin résolu et les attentats cessèrent.

    Toutefois, les anciennes figures de proue du personnel politique français parvinrent souvent à se reconvertir. Membre du conseil cantonal de l’Auvergne, Valéry Giscard d’Estaing y fonda une station autonome de télévision où il présenta tous les jours -sauf les samedis et dimanches- le journal de 13 heures. Alain Peyrefitte présida la commission d’harmonisation des codes civils suisse et français.

    L’invasion du 30 juin 1980 ne fit pas un seul mort. Les soixante-quatre personnes qui périrent ce jour-là furent victimes d’accidents de la circulation. Le système bancaire français adopta la déontologie du secret de son homologue suisse. Les capitaux affluèrent du monde entier, notamment des émirats arabes. La relance économique fut très vigoureuse : en 1981, le taux de croissance du P.N.B. dépassa 4%, la hausse des prix restant inférieure à 2%.

    Le 1er janvier 1982, l’Opéra de Paris donna la première représentation de Guillaume Tell et Jeanne d’Arc, livret de Maurice Druon, musique de Pierre Boulez, mise en scène de Patrice Chéreau, direction d’orchestre par Herbert Von Karajan. Ce fut un triomphe.

    Ainsi commença la formation, dans les pacifiques conditions que j’ai décrites, de ces Etats-Unis du monde dont tant de grands esprits avaient rêvé. Ce processus fut malheureusement interrompu par l’apocalypse nucléaire de 1983, tant il est vrai que l’histoire ne se répète jamais.

    Fin.

    http://gerard-vincent.7bc.fr/751/la-suisse-envahit-la-france-les-attentats-cesserent

    #invasion #lol #satire #fiction #Gérard_Vincent

    signalé par @olaf

    ping @simplicissimus

    • un grand #merci !

      je ne me souvenais plus du tout de cette uchronie. Ceci dit, j’imagine mal que la Confédération ait pu durer 3 ans : je vois mal le Français se plier tout ce temps à la rigueur du cuckoo clock helvétique, ni l’Alémanique accueillir avec joie 60 millions de Welches râleurs…

      Heureusement, le cataclysme nucléaire est venu interrompre cette conquête aux allures d’églogue…

  • Pour une pratique critique de la carte en sciences sociales

    Cette communication s’appuie sur un recueil d’arguments convergents pour une mise en critique de la carte en tant que récit sur et de l’homme habitant la Terre. Son objet est initialement une intuition qui a donné lieu au fil des années à une compilation de textes et d’expérimentations cartographiques. La proposition du séminaire a été vue comme une occasion de confronter mon approche, de passer de l’intuition à une première formalisation. La position que je défends ici s’est construite à partir des travaux de l’anthropologue Tim Ingold, des démarches d’appropriation et de déconstruction de la cartographie par l’art et des positionnements de cartographes tels que Philippe Rekacewicz. De cette discussion, je définis plusieurs enjeux qui traversent la pratique cartographique et le recours aux cartes, qui me semblent justifier une pratique critique de la carte en sciences sociales.

    Je suis géographe, j’ai donc derrière moi une formation et une pratique de la cartographie que l’on peut qualifier de “classique” (Beguin et Pumain, 2014). J’ai appris à faire un croquis cartographique des Barkhanes (dunes) du Sahara, à faire un carte dans un tableur Excel (des localisations x, y) puis à analyser de l’information géographique, à écrire de scripts informatiques pour automatiser la mesure et le dessin des déplacements d’enquêtés, ou encore à définir mathématiquement (discrétisation) et esthétiquement (sémiologie graphique) comment représenter une variable sur un fond de carte. De par mon parcours, la carte s’est d’abord révélée être un outil, et même un multi-tool tant la cartographie a vu ses usages s’enrichir et se diversifier avec l’informatique et le développement des SIG (Système d’Information Géographique) et d’outils interactifs par le biais du web et le recours quasi-généralisé aux GPS (Global Positioning System). Cette richesse de pratiques et d’approches qu’il y a derrière la carte rend parfois difficile son appréhension. Il est fréquent, selon les affinités et les parcours des cartographes (et ce terme est très large), que l’attention soit particulièrement portée sur un aspect au détriment d’un autre, de la production de la donnée à la représentation graphique, du questionnement au traitement statistique, de l’intention au public visé. Finalement plus que la carte en elle-même ce qui peut faire défaut ce sont des informations, des indices pour situer la carte, accéder à la carte et lire la carte. Autrement dit : La carte pour qui ? La carte pour quoi ? (Groupe dupont, 1986). Bien que je revienne à ces aspects en fin de discussion, comme tout géographe qui porte une réflexivité sur la carte (Bord 2012), c’est d’abord à partir du livre de Tim Ingold, Une brève histoire des lignes (2011), que je souhaite introduire une lecture critique de la cartographie. Car s’il est particulièrement important pour la discipline géographique de s’interroger sur la normativité de la carte dans la production de connaissances scientifiques en sciences humaines, et d’en interroger le rôle dans sa diffusion croissante dans la société (Beguin et Pumain, 2014), ces questionnements et discussions sont très largement “géographo-centrés” (Groupe Dupont, 1986 ; Roques, 1993 ; Bord, 1997 ; Bavoux, 2009) et l’enjeu est souvent celui de la géographicité de la carte (Verdier, 2015) ou de la carte comme attribut de la géographie (Bord, 2012). Je trouve donc particulièrement opportun de situer ici la réflexion à l’échelle des sciences sociales afin de s’émanciper de ce tropisme disciplinaire.

    C’est donc la carte comme récit qui me semble particulièrement justifier une démarche de déconstruction de l’objet et de sa fabrique : la carte en général contribue à produire une normativité de nos rapports à l’espace et de nos discours sur l’espace. La critique de la fabrique cartographique et de son usage qui émerge de la lecture de Tim Ingold (2011) renvoie effectivement à un positionnement plus général de remise en cause de la science positiviste et de son régime de connaissances. On retrouve par ailleurs cette approche dans l’ouvrage de recension de pratiques artistiques mobilisant la carte, Géo-esthétique : “La cartographie en tant que discipline a été profondément imbriquée dans la production performative des récits de la modernité, de la rationalité et du positivisme mais aussi de l’histoire du colonialisme et des récits nationaux, et qui se trouve aujourd’hui largement re-signifiée par l’intervention de contre-pratiques et de contre-cartographies d’artistes.” (Quiros et Imhoff, 2014, p.6)
    Anthropologie de la ligne

    Tim Ingold est professeur au département d’anthropologie de l’Université d’Aberdeen en Écosse. Sa recherche vise à rompre avec le positivisme et à déconstruire la dualité nature/culture : il pense qu’en tant que scientifiques nous devrions nous appuyer sur nos “travaux pour critiquer, et remettre en cause certains présupposés dissimulés dans nos propres façons de penser” (Descola et al, 2014, p.45). Il invite ainsi à reconsidérer notre façon de produire de la connaissance sur l’expérience d’être au monde, et de ne plus nous percevoir, en tant que scientifiques, comme en dehors des objets que nous décrivons. Dans cette perspective, la cartographie en sciences sociales est, pour lui, une image et un récit qui contribue à “l’aplanissement du monde” (Descola et al, 2014, p.59).

    Dans Une brève histoire des lignes (2011), Tim Ingold se propose de décrypter l’histoire des formes que les hommes produisent en habitant le monde. Pour cela, il a recours à la ligne comme schème pour décrire différents rapports au monde :

    “Mon objectif est de montrer comment au cours de son histoire la ligne s’est progressivement détachée du mouvement qui l’avait fait naître, autrefois tracée d’un geste continu la ligne a été fragmentée sous l’influence de la modernité et transformée en une succession de traits et de points […] cette fragmentation s’est manifestée dans plusieurs domaines connexes : celui du voyage, où le trajet fut remplacé par le transport orienté vers une destination ; celui des cartes, où le croquis cartographique fut remplacé par le plan de route ; et celui de la textualité, où la tradition orale du récit fut remplacée par la structure narrative prédéfinie. La fragmentation a aussi modifié notre conception du lieu : autrefois nœud réalisé à partir d’un entrecroisement de fils en mouvement et en développement il est désormais un point nodal dans un réseau statique de connecteurs.” (Ingold, 2011, p.100).

    Par cette approche, Tim Ingold met en valeur notre distanciation de plus en plus importante vis-à-vis de l’expérience : ainsi, dans la lecture, tout comme dans le récit et le voyage, “c’est en cheminant qu’on se souvient. La mémoire doit donc s’entendre comme un acte : on se souvient d’un texte en le lisant, d’un récit en le racontant et d’un voyage en le faisant” (Ingold, 2011, p.27). Ainsi, Ingold nous invite à mieux entrevoir ce qui fait la trame de notre existence, et à garder une attention aux liens, aux accumulations et aux trajectoires. Il oppose les processus d’occupation et d’habitation de nos environnements pour “mettre en évidence les difficultés contemporaines rencontrées par les hommes obligés d’habiter dans un environnement prévu et expressément construit pour les besoins de l’occupation” (Bessy, 2012).

    A propos des cartes, il montre que sa forme moderne efface la mémoire (Ingold, 2011, p.37). Il explique que ce qui a permis de faire la carte, les expériences des voyageurs, tous ces témoignages, sont totalement absents de la carte moderne. C’est comme si tout avait été assimilé à un passé qui a été recouvert et, reprenant l’expression de Michel de Certeau, “la carte élimine toute trace des pratiques qui l’ont produites, donnant l’impression que la structure de la carte découle directement de la structure du monde” (Certeau, 1980, p.178-179 ; Ingold, 2011, p.37). Cet aplanissement du monde par la carte peut être compris comme une forme de distanciation de la réalité, du rapport au monde dont la carte souhaite témoigner, mais aussi des étapes par lesquelles est passé le cartographe, pour concevoir sa carte, pour en produire les formes. On voit là que la critique s’applique de façon conjointe au contenu et à la forme de la carte, leur dissociation étant justement cette évolution soulignée par Ingold. Finalement le rapport au terrain, à la récolte des données, le choix du cadre ou de son absence, de l’échelle sont autant d’éléments dont la carte tait le processus de construction pour conserver la seule information que l’on souhaite communiquer. Dans cette perspective, les cartes écrasent la richesse et la diversité des expériences, les nuances des vécus et des expressions, celles du cartographe y compris et c’est peut-être par là qu’il faut commencer pour se réapproprier la carte.

    L’enchaînement des gestes qui aboutissent à la carte est peu discuté et encore moins représenté, soit par ignorance soit par manque d’intérêt, même chez les cartographes. Ainsi la distanciation au terrain est très largement sous-estimée voire ignorée, alors qu’elle est, par exemple, un effet direct lié à l’usage massif de données secondaires pour produire des cartes. L’incertitude liée aux données, à leur mise en forme, à la façon dont les informations ont été réunies sont autant d’aspects absents de la carte. Or de ce fait, la distanciation peut s’opérer dès la formulation de la carte dans l’esprit du cartographe. Cela n’est pas sans évoquer les enjeux que renferme une certaine mise en chiffres du monde (voir Alain Desrosières, La Politique des grands nombres : Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993).
    La carte, l’instrument de sa propre critique

    L’opposition de Tim Ingold entre la carte et le croquis cartographique est radicale dans la mesure où il ne laisse pas entrevoir de ponts. C’est pourtant ce que je souhaite revendiquer : il existe une place pour une cartographie indiciaire – en référence au paradigme de l’indice de Carlo Ginzburg (1980) – une cartographie de la trace qui viendrait rendre compte de nos trajectoires dans le monde, des lignes qui tissent une connaissance géographique sur notre “être au monde”, c’est-à-dire une cartographie qui rompt avec le schème de l’occupation et d’exercice du pouvoir sur l’espace (par la fragmentation et l’intégration) pour se positionner dans une connaissance de l’habiter.

    Tim Ingold n’évoque pas de perspectives pour la cartographie de s’émanciper de son caractère normatif. Mais je pense qu’il propose là, sans le formuler lui-même, un cadre à l’émancipation du cartographe en sciences sociales : comprendre le régime de spatialité dans lequel nous nous insérons et chercher à le fissurer, à rendre tangible d’autres rapports à l’espace. Cette approche doit [re]mettre l’expérience au cœur de la démarche cartographique pour déconstruire nos usages de la cartographie. C’est un enjeu central parce qu’il se décline à la fois dans le contenu de la carte, garder les liens avec l’expérience, et à la fois dans sa forme, proposer une expérience cartographique. Plus qu’une définition de ce que serait une cartographie critique, je préfère identifier ici des enjeux à partir desquels chacun peut se positionner. La carte est un récit qu’il convient d’appréhender par ce que l’historien Christian Jacob définit en 1992 (Bord, 2012) comme ses deux dimensions fondamentales : “la matérialisation et la communication”. Or il apparaît nécessaire de resituer ces deux aspects de la carte dans leur contribution à une certaine normativité du rapport à l’espace et de la conception de l’espace même, et, dans les pas de Brian Harley (Gould et Bailly, 1995 in Quiros et Imhoff, 2014, p.6), de considérer les “cartes “scientifiques” […] comme des formes de savoir socialement construites, des fictions esthétiques disciplinant l’espace.” De ce point de vue, la lecture de différents textes du cartographe Philippe Rekacewicz (2010, 2013, 2015) est opportune car il propose notamment des pistes pour une pratique critique de la cartographie qui font écho aux enjeux évoqués jusqu’ici : l’aplanissement du monde, où la carte doit être critiquée pour son rôle dans une spatialité de l’occupation, où les lieux sont intégrés dans des réseaux, les lignes découpent et attribuent des rôles et des fonctions. La carte est alors un objet d’exclusion. Le lien entre l’expérience et la mémoire, où la carte doit être critiquée pour son écrasement des histoires constitutives de son contenu et de sa forme, pour la distanciation qu’elle crée vis-à-vis des expériences qui se cachent derrière les lignes, points, couleurs, données. La carte donne à voir des formes comme si elles préexistaient aux hommes qui en sont les producteurs, alors que c’est l’engagement de nos corps dans le monde qui crée les formes.
    La cartographie expérimentale

    Philippe Rekacewicz est un cartographe qui a longtemps travaillé pour le journal français Le Monde Diplomatique, qui co-anime aujourd’hui le site visionscarto.net avec Philippe Rivière. De par son engagement entre cartographie, art et militance, il a largement communiqué sur ce qu’est la carte et les enjeux que revêt l’acte de cartographier (Rekacewicz, 2010, 2013, 2015, 2016). Pour lui, la carte est un dialogue permanent entre l’imaginaire et le réel, une production qui représente la manière dont le cartographe voit le monde, voire comment le cartographe aimerait que soit le monde (Rekacewicz, 2010) : ce sont des informations qui passent par le filtre de la sensibilité du cartographe. Il revendique ainsi une dimension émotionnelle de la carte, qui produit un effet sur ses lecteurs, comme il en témoigne à partir de la réaction d’une personne lors d’une exposition de ses cartes : “On sent bien que, quand le cartographe a dessiné cette carte, il était très en colère !” (Rekacewicz, 2010). Par ailleurs, Philippe Rekacewicz témoigne de ce que cartographier implique et revendique le besoin de rendre compte d’une certaine forme d’imprécision – du tâtonnement du cartographe – tout comme de l’incertitude inhérente aux données que l’on utilise. Pour lui “l’esquisse permet, si l’on peut dire, de “reproduire fidèlement” l’imprécision, et surtout de la rendre légitime” (Rekacewicz, 2010). On retrouve là la réflexion à propos du croquis cartographique chez Ingold (2011, p.112). Pour Philippe Rekacewicz, c’est une façon de relativiser les connaissances représentées ou produites par la carte. Cela questionne aussi le rôle de la donnée, de la valeur qu’on lui donne, de l’accès au terrain qu’elle permet ou non : quels sont les liens que l’on choisit de conserver vis-à-vis de l’expérience ? Comment rendre compte de la chaîne de production cartographique ? Il est intéressant de souligner que Philippe Rekacewicz y voit aussi un enjeu en termes de travail collectif : une carte est rarement issue d’une seule personne et, à partir du moment où elle mobilise des données secondaires, elle implique les gens qui ont produit ces données (Rekacewicz, 2015).

    Il réfute par ailleurs la carte comme objectivation du monde et revendique une production subjective de la carte, qui est bien plus qu’un objet de référencement pour la science géographique (Rekacewicz, 2010). Dans ce registre, s’il ne rompt pas avec la cartographie régionale, il la met en discussion, à l’instar d’Elisée Reclus (Reclus, 1903 ; Monsaingeon, 2014 ; Chollier et Ferretti, 2016), en soulignant l’existence avant tout cartographique des frontières. Il parle “d’indigente représentation visuelle” à propos de la frontière (le même trait noir ou rouge) qui aplanit une réalité plus complexe et diverse de la frontière “qui divise des peuples, ou les regroupe. Soit elle menace, soit elle protège, ici c’est un mur, là un grillage, parfois une ligne et souvent… rien” (Rekacewicz, 2010). A propos de cet “aplanissement du monde” il y reconnaît également l’expression de l’occupation et de l’autorité : “c’est en tout cas les frontières qui permettent de grouper les pays et d’esquisser une géographie régionale. Mais toujours avec le risque d’exclure l’autre, de nier l’existence de “ceux qui ne sont pas dans le groupe” (Rekacewicz, 2010).

    Enfin, il perçoit dans ces différents mouvements de contre-cartographie “un exercice libre de déconstruction de l’espace et des phénomènes sociaux, pour lequel les protagonistes se permettent de pervertir les conventions les plus classiques.” (Rekacewicz, 2013). Ces pratiques cartographiques d’artistes et leurs postures critiques sont un écho extrêmement consistant et fertile pour se positionner sur les enjeux que j’ai soulevés jusqu’ici. Ces mouvements ne se privent d’ailleurs pas de discuter et de conceptualiser leur approche, dont le projet est ainsi résumé en introduction de l’ouvrage Géo-esthétique : “à travers notamment une critique des articulations entre espace, pouvoir, savoir et des géographies imaginatives, il s’agirait de défaire ces topographies instituées, autant physiques qu’imaginaires, et d’ouvrir les disciplines de l’espace et la “rationalité cartographique” (Farinelli, 2003) à une révision géo-historique.” (Quiros et Imhoff, 2014). C’est la déconstruction des usages de la cartographie et la reconnaissance d’autres formes de représentation qui permettent de se réapproprier la cartographie tout en rappelant sans cesse, dans un écho à Michel de Certeau, que la carte n’est pas le monde.
    Bibliographie

    Bavoux J-J., (2009), « Chapitre 6 – Quels sont les rapports entre la carte et le géographe ? », in Bavoux J-J. (dir), La géographie. Objets, Méthodes, Débats, Paris, Armand Colin, « U », p. 114-133.

    Beguin M. et Pumain D., (2014), La représentation des données géographiques, Paris, Armand Colin.

    Bessy C., (2012), « L’attention aux lignes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/3 (n° 59-3), p. 143-149.

    Bord J-P, (2012) L’univers des cartes. La carte et le cartographe, Paris, Belin.

    Bord J-P., (1997), « Le géographe et la carte. Point de vue et questionnement de la part d´un géographe cartographe, Cybergeo : European Journal of Geography » [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 17.

    Chollier A. et Ferretti F. (éds.), (2016), Élisée Reclus. Écrits cartographiques, Genève, Éditions Héros-Limite.

    Descola Ph., Ingold T., Lussault M., (2014), Être au monde. Quelle expérience commune ?, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

    Ginzburg C., (1980), « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, 1980/6 n° 6, p. 3-44.

    Gould P. et Bailly A., (1995), Le pouvoir des cartes. Brian Harley et la cartographie. Paris, Economica, Anthopos.

    Groupe DUPONT., (1986), « GÉOPOINT 86 : La Carte pour qui ? La carte pour quoi ? : Cartes et pratiques géographiques. » Colloque Cartes géographiques et cartographie, 26 au 31 mai 1986, Avignon : Groupe DUPONT.

    Ingold T., (2011), Une brève histoire des lignes, Bruxelles, Editions Zones Sensibles.

    Monsaingeon G., (2014), Mappamundi, art et cartographie, Marseille, Ed. Parenthèses.

    Plourde M-C., (2016), « Compte-rendu de lecture, Philippe Descola, Tim Ingold, Michel Lussault – Être au monde. Quelle expérience commune ? », Revue Emulations [en ligne].

    Quiros K. et Imhoff A. (dirs.), (2014), Géo-esthétique, Paris, Éditions B42.

    Reclus E., (2002), « L’enseignement de la géographie », in J. Cornualt (éd.), Du sentiment de la nature, Charenton, Premières pierres, p. 162-164.

    Rekacewicz Ph., (2010), « La carte, un objet graphique », entretien réalisé par Vincent Casanova et Caroline Izambert, Vacarme, 50/Cahier, pp. 70-72.

    Rekacewicz Ph., (2015), « La cartographie : entre science, art et manipulation », Conférence à l’université de Lille, cycle La Carte invente le monde, le 08/12/2015 à 18:00 | Durée 01:46:18.

    Rekacewicz Ph., (2013), « Cartographie radicale », Le Monde Diplomatique, Février 2013, p.15, [en ligne].

    Rekacewicz Ph. et Tratnjek B., (2016), « Cartographier les émotions », Carnets de géographes 9, [en ligne].

    Roques G., (1992), « La carte, le géographe et le cartographe », Tréma, 1, [en ligne].

    Verdier N., (2015), « Entre diffusion de la carte et affirmation des savoirs géographiques en France. Les paradoxes de la mise en place de la carte géographique au XVIIIe siècle », L’Espace géographique, 44, p. 38-56.

    Wathelet O., (2009), « Tim Ingold, Lines. A Brief History », L’Homme, 190.

    https://cne.hypotheses.org/237
    #carte #cartographie #ressources_pédagogiques #Tim_Ingold #Philippe_Rekacewicz #cartographie_critique #géographicité #géographie #récit #carte_comme_récit #normativité #fabrique_cartographique #modernité #rationalité #positivisme #colonialisme #récits_nationaux #nationalisme #contre-cartographie #art #ligne #mémoire #distanciation #croquis_cartographique #croquis #cartographie_indiciaire #être_au_monde #spatialité #espace #expérience #matérialisation #communication #Christian_Jacob #fictions_esthétiques #imaginaire #réel #sensibilité #émotions #imprécision #tâtonnement #incertitude #esquisse #donnée #données #subjectivité #objectivité #frontière #frontières #aplanissement #occupation #autorité #contre-cartographie

    @reka

  • « Alice et le maire » | Geneviève Sellier
    http://www.genre-ecran.net/?Alice-et-le-maire

    Le maire socialiste de Lyon prend conscience qu’il est arrivé au bout de rouleau après trente ans de règne municipal. Il fait embaucher une jeune Normalienne passée par Oxford pour l’aider à penser, pour « prendre du recul ». Il ne s’agit pas, comme dans La Conquête (Xavier Durringer, 2011) à propos de Sarkozy, d’un récit biographique satirique sur Gérard Collomb. Aux dernières nouvelles, celui-ci, bien qu’âgé de à 72 ans, n’a aucun doute sur ses capacités à continuer à exercer le pouvoir municipal. Source : ♀ le genre & l’écran ♂

  • Classer les romans par genres ? - Calypso
    http://ocalypso.canalblog.com/archives/2017/07/02/35388163.html

    L’idée d’un classement des romans par genres me démangeait en fait déjà depuis quelques années. En tant que lectrice, j’aime qu’ils soient clairement identifés / identifiables quand j’ai une envie précise de tel ou tel genre. Et je suis partie d’un constat en tant que prof-doc : les demandes des élèves.

    #classement #fiction #lecture

  • Le #récit en questions

    Ce numéro de Pratiques a été pensé en fonction d’une double logique, à la fois historique et synchronique. Pour la première, puisque depuis la création de Pratiques en 1974, des théorisations narratives diverses ont été défendues, il était important de porter sur elles un regard rétrospectif. Pour la seconde, elle correspond au fait que le numéro s’inscrit dans le programme de recherche du Centre de recherche sur les médiations (Crem) intitulé « #Narrations de la société/sociétés de la #narration » tel qu’il est consacré au #récit et aux différentes formes de #narration_sociale. L’enjeu est de faire interagir des recherches qui mettent l’accent sur la description et la classification avec d’autres plus spéculatives et interprétatives.

    Le numéro a été conçu en trois parties. Dans la première (« Les théories du récit en débat »), on confronte certains paradigmes du récit. C’est ainsi que sont mis en débat ou en question la #linguistique_textuelle et discursive, la #sémiotique_narrative, l’#ethnocritique, les approches cognitivistes ainsi que la #narratologie non naturelle. Dans la seconde partie (« #Fictions et non fictions contemporaines »), il s’est agi de rendre compte du statut du récit dans les productions actuelles, qu’elles aient la forme de #romans, de pièces de #théâtre, de « #narrations_documentaires », de #séries_télévisées ou de #jeux_vidéo. Quant à la troisième partie (« Les récits en situation scolaire »), elle interroge la place des récits au sein de la discipline français (#lecture et #écriture) et dans d’autres disciplines tels qu’ils dépendent, pour une part, des configurations disciplinaires.

    https://journals.openedition.org/pratiques/5593

  • Le « #deep_fake » : vers la fin de la vérité dans l’#image #numérique ?
    https://www.franceinter.fr/emissions/la-fenetre-de-la-porte/la-fenetre-de-la-porte-21-mai-2019

    Depuis quelques mois, on parle de plus en plus de ce qu’on appelle les "deep fakes". "Fake", c’est le "faux", le "trucage" et "deep" pour "#deep_learning", une de modalités de l’intelligence artificielle.

    De quoi s’agit-il ?

    Grâce aux progrès de l’intelligence artificielle - et plus particulièrement des réseaux de neurones - des programmes sont aujourd’hui capables d’utiliser des images existantes pour générer d’autres images. Ça signifie que vous pouvez animer un visage, lui donner des expressions, l’insérer dans une autre image.

    [...]

    [...] si [..] vous trafiquez à la fois le visage et la voix -, ça devient plus problématique : vous arrivez à produire une vidéo à peu près crédible dans laquelle Barack Obama tient des propos qu’il n’a jamais tenus.

    [...]

    A partir du moment où les #algorithmes ont à leur disposition suffisamment d’images et de discours existants, des #logiciels des plus faciles à manier et de plus en plus efficaces permettent de faire dire n’importe quoi à n’importe qui. C’est assez abyssal. 

    Jusqu’ici, la #vidéo faisait malgré tout office de preuve. Avec des outils comme ceux-là, ça risque de ne plus être le cas. On risque de voir apparaître plein de fausses déclarations, qui paraîtront très crédibles. C’est un problème.

    Mais, autre conséquence possible, quelqu’un qui aura été filmé en train de dire ou faire quelque chose de répréhensible ou de gênant pourra toujours, en l’absence d’autre source, crier au “deepfake”. 

    Peut-être qu’on s’inquiète pour rien ?

    Peut-être que les "deep fakes" resteront à jamais un gadget à usage plus ou moins de bon goût mais sans grande conséquence. C’est tout à fait possible. Le monde des technologies nous a habitués à se tromper d’inquiétude. Mais si elles se développent et sont utilisées à grande échelle pour créer de fausses déclarations d’hommes politiques, par exemple, on entrerait dans ce qu’un expert a désigné comme un monde de la “fake news sous stéroïde”. Parce que, aux dires des chercheurs, il n’est pas facile de déterminer techniquement si une image a été trafiquée par ce type de programmes (il faut créer des logiciels qui puissent détecter des défauts dans les mouvements des cils par exemple). Ce serait une guerre de programme informatique contre programme informatique, un fact checking technique. 

    Mais il pourrait y avoir une autre conséquence, d’ordre quasi philosophique : toute image circulant dans les réseaux deviendrait par essence suspecte, l’image numérique basculerait dans le monde du faux, de la fabrication, on n’y croirait plus du tout. 

    Elle tomberait dans un autre registre, celui de la #fiction, on regarderait les images qui circulent sur Internet comme on regarde des films de fiction. Le "deep fake" aurait tué l’idée même qu’il y ait une #vérité dans l’image numérique. On y chercherait autre chose. Ce serait étrange, ça inaugurerait une nouvelle ère du journalisme. Mais pas sûr que ce soit pire qu’aujourd’hui.

    #ia

  • #Houellebecq a-t-il dit qu’il « tressaillait d’enthousiasme » chaque fois qu’un Palestinien meurt ? - Libération

    https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/19/houellebecq-a-t-il-dit-qu-il-tressaillait-d-enthousiasme-chaque-fois-qu-u

    Ce signalement pour engager une réflexion sur la responsabilité et la liberté de l’écrivain, la nature du roman, etc... Peut-on écrire n’importe quoi sous le prétexte que c’est une fiction ? doit-on ou ne doit-on pas (peut-être est-ce plutôt peut-on ou ne peut-on pas) faire la différence entre un auteur et ses personnages fictionnel (en fait il ne fait pas de doute que l’écrivain, l’auteur est libre d’inventer et de mettre en scène des salopards d’enfer, mais alors comment savoir si l’auteur s’identifie à son personnage, ou l’invente pour en dénoncer les comportements ? - cf. Robert Merle dans "la mort est mon métier")

    ’auteur, qui a bien reçu sa Légion d’honneur jeudi des mains d’Emmanuel Macron, n’a jamais écrit cela dans une tribune, ni prononcé ces mots. Elle figure bien, en revanche, dans son roman Plateforme sorti en 2001 et résumé ainsi par son éditeur à l’époque : « Après la mort de son père, Michel, fonctionnaire quadragénaire et blasé, décide de partir en Thaïlande pour goûter aux plaisirs exotiques. Il y rencontre Valérie, cadre dans une grande société de voyages, à qui il soufflera sa théorie sur les vraies motivations des Européens en quête de sensations fortes. Embarqué dans la lutte pour le profit à tout prix, où le corps est plus que jamais une marchandise, Michel jette un regard cynique sur la société occidentale. Il sera peut-être surpris de découvrir que l’être humain est encore capable de sentiments… »
    « Sentiment de vengeance »

    La phrase citée dans le tweet apparaît dans la dernière partie du roman. Elle exprime alors les pensées du personnage principal, Michel, dont la femme vient de mourir dans un attentat islamiste. Voici le paragraphe en question :

    « On peut certainement rester en vie en étant simplement animé par un sentiment de vengeance ; beaucoup de gens ont vécu de cette manière. L’islam avait brisé ma vie, et l’islam était certainement quelque chose que je pouvais haïr ; les jours suivants, je m’appliquais à éprouver de la haine pour les musulmans. J’y réussissais assez bien, et je recommençais à suivre les informations internationales. Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste palestinien, ou un enfant palestinien, ou une femme enceinte palestinienne, avait été abattu par balles dans la bande de Gaza, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme à la pensée qu’il y avait un musulman de moins. Oui, on pouvait vivre de cette manière. »
    « Racisme chic et tendance »

    La publication de ce roman avait déjà fait polémique à l’époque. Dans Libération, le poète marocain Abdel-Illah Salhi avait dénoncé, après la publication de ce livre, un « racisme chic et tendance » : « Il est bizarre, voire honteux, que les critiques et les chroniqueurs les plus crédibles du milieu littéraire aient salué le dernier roman de Michel Houellebecq, Plateforme, en le couvrant d’éloges, en s’arrêtant longuement sur les thèmes du tourisme sexuel, de l’Occident décadent, de la déprime des cadres, mais en se gardant bien de s’attarder sur la haine raciale et les tonnes d’injures contre les Arabes et les musulmans dont regorge le roman. Les musulmans et leur civilisation y sont la cible d’insultes répétées et font l’objet des amalgames racistes les plus mensongers et les plus dégradants », expliquait-il dans sa tribune.

    #littérature #polémique #auteur #fictions

  • Netflix’s Trotsky: A toxic combination of historical fabrication and blatant anti-Semitism - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2019/03/08/per-m08.html

    Netflix’s Trotsky: A toxic combination of historical fabrication and blatant anti-Semitism
    8 March 2019

    Netflix is currently presenting to its worldwide audience the virulently anti-Semitic television series, Trotsky, which was originally produced by the Russian state in 2017.

    Esteban Volkov, Trotsky’s 93-year old grandson, has recently denounced the series as “a political assault, masked as historical drama” and “a justification of the murder of the ‘monster’ called Trotsky.” The Latin American edition of the Spanish newspaper El Pais has described the series as the “second assassination of Leon Trotsky” and rejected its portrayal of the revolutionary “as a sadist, a complete traitor, and as a puppet.”

    #fiction #trotsky #antisémitisme

  • The Death Star: Dream, or Future Reality?
    https://hackernoon.com/the-death-star-d37c82a77f51?source=rss----3a8144eabfe3---4

    A Sci-Fi enthusiast or a kid whose childhood was based around Star Wars might dream of one day having the possibility of handling a phaser or firing from the Death Star against the planet Alderaan, home of princess Leia.Though most might think these fantasies are just pure imagination, I believe we might not actually be that far from making them reality.Hold on tight: let’s explore…The Death Star of Star Wars is a colossal weapon. Not only is it the size of the Moon, but with a single blast it could destroy entire planets. Some may even describe The Death Star to have:“Power! Unlimited power!” — Darth SidiousThe dream of controlling light dates back to ancient Greece with Zeus and the ancient nordic god Thor, who were both the most powerful gods of their time.Many scientists tried to understand (...)

    #tech #fiction #technology #star-wars #science-fiction

  • Boulofictions : quand la fiction aide à penser les futurs du travail – Imaginizing the Future
    https://imaginizing.org/2018/05/03/boulofictions-quand-la-fiction-aide-a-penser-les-futurs-du-travail

    Né au sein d’un réseau de personnes et d’organisations qui s’intéressent aux imaginaires du futur et aux manières de le renouveler (sous le nom d’« Université de la Pluralité » ), le projet collaboratif WORK+[1] a collecté plus de 150 « fragments » fictionnels et artistiques sur l’avenir du travail : science-fiction et anticipation, jeux vidéo, manifestes, spéculations de gourous, design-fictions, œuvres plastiques, performances… L’objectif : s’appuyer sur la fiction pour décaler le regard, explorer des pistes nouvelles et élargir l’espace des alternatives sur les futurs du travail.

    #futur_du_travail #imaginaire #prospective #fiction

  • Mahamat-Saleh Haroun’s A Season in France: The human cost of the refugee crisis - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2018/10/24/seas-o24.html

    Sandrine Bonnaire, Eriq Ebouaney, Aalayna Lys and Ibrahim Burama Darboe in A Season in France

    The never-ending neo-colonial wars in the Middle East, Central Asia and parts of Africa, exacerbating the already terrible poverty in those regions, have driven millions upon millions to seek what they perceive to be more stable conditions in Western Europe.

    The responsibility for the refugee crisis and the immense suffering involved lies entirely with the great powers led by the United States. Cynically and demagogically, American and European politicians of every stripe, from the extreme right to the so-called left, then demonize immigrants and blame them for mounting social and economic woes.

    #migrations #asile #fiction

  • Netflix : quand la série s’adapte aux goûts du client
    https://www.franceinter.fr/emissions/la-fenetre-de-la-porte/la-fenetre-de-la-porte-09-octobre-2018

    #Netflix personnalise le visionnage des séries et des films. Mais avec des fins alternatives, on franchit une étape supplémentaire, puisque l’objet lui-même s’adapte aux goûts du client de Netflix (et on pourrait tout à fait imaginer que bientôt, la plateforme choisisse la fin pour moi, parce qu’après tout, ayant des données très précises sur mon visionnage, elle connaît mes goûts). 

    Si tant est que ce type d’initiative se développe, cela pose question sur la capacité à créer du récit commun. 

    Si on n’a pas vu la même fin de film, la même fin de série, comment on va en parler ensemble ? 

    Comment va-t-on l’interpréter ? 

    Comment ça va nous servir pour nous construire ? 

    Bref, il me semble que ça relève d’une incompréhension assez fondamentale de ce à quoi sert la #fiction

    Personnellement, je n’ai pas envie qu’on me demande de choisir la fin d’une histoire. En matière de fiction, je jouis de me soumettre à l’autorité. Et donc, je me permets ici de prédire solennellement l’échec de cette initiative.

    #personnalisation #black_mirror @xporte

  • Documentaire sur le film Mon oncle de Jacques TATI - Vidéo dailymotion

    https://www.dailymotion.com/video/x15dahg

    Documentaire sur le film « Mon oncle » de #Jacques_TATI
    réalisé en 1958, qui remporta l’Oscar du meilleur film étranger, et le prix spécial du jury au Festival de Cannes.
    Le réalisateur Jacques TATI met en scène, Monsieur Hulot, un personnage dégingandé,
    souvent dépassé par les événements, maladroit et provoquant des catastrophes dans un univers géométrique et aseptisé.
    Ce documentaire évoque le parcours et la personnalité de Jacques TATI,
    la genèse et la confection du film avec de nombreuses interviews, dont plusieurs archives de Jacques TATI, mais évoque aussi les thèmes qui y sont abordés et qui reflétaient l’époque :
    la troisième semaine de congés payés,
    le plein emploi,
    la forte consommation,
    la situation internationale et française,
    la politique du gouvernement français,
    l’architecture...

    #cinéma #fiction #documentaire

  • « Un écrivain passe l’essentiel de sa vie dans l’obscurité » : rencontre avec Zadie Smith - Culture / Next
    https://next.liberation.fr/livres/2018/09/21/un-ecrivain-passe-l-essentiel-de-sa-vie-dans-l-obscurite-rencontre-a

    C’est une belle soirée de juillet, tout Paris semble s’être précipité pour voir les joueurs de l’équipe de France descendre les Champs-Elysées. Mais une petite foule compacte et fébrile a fait le choix d’élire domicile à quelques kilomètres de là, devant la librairie Shakespeare and Company. Vu ce qu’a duré la parade triomphale des Champs, il semble qu’ils aient fait le bon choix, car l’écrivaine britannique Zadie Smith, attendue ce soir-là avec son mari, Nick Laird, pour une lecture publique, est restée bien plus que dix-sept minutes. La taille de l’attroupement, la présence en son sein de l’écrivain américain en vue Dave Eggers, tout cela disait quelque chose de la célébrité de l’écrivaine au turban. « Oh, il y a toujours du monde ici », nous confia-t-elle avec légèreté, sans que l’on sache si cela disait quelque chose de la France, ou de cette librairie en particulier. Mais depuis la parution en 2000 de son premier roman, Sourires de loup, lorsqu’elle avait 24 ans, et le succès retentissant de cette plongée dans le Londres multiculturel de l’époque, il n’est pas excessif de qualifier Zadie Smith de star.

    Depuis, l’écrivaine mi-anglaise mi-jamaïcaine a signé d’autres bons romans - Ceux du Nord-Ouest est à nos yeux le meilleur - et quantité d’essais. Le couple habite désormais New York, où Zadie Smith enseigne le creative writing à la New York University, et s’ils sont à Paris ce soir, c’est pour présenter deux recueils paraissant en anglais à ce moment-là - des essais pour elle, des poèmes pour lui -, dont la particularité est de porter le même nom, Feel Free (« sens-toi libre »). Cette homonymie leur a donné l’occasion de lever un voile pudique sur leurs relations de couple et de travail, avec le genre d’humour autodépréciatif que les écrivains de langue anglaise manient avec agilité. Et n’est-ce pas une chose passionnante, la petite fabrique du métier d’écrivain, sur quoi Zadie Smith disserte très généreusement lorsqu’on l’interviewe ? Il faut l’avouer, Swing Time n’est peut-être pas, d’elle, notre livre préféré, sa magistrale première partie, qui met en scène l’amitié fusionnelle de deux fillettes métisses dans le Londres des années 80, bourrée de détails ironiques et de commentaires sociaux fulgurant tous azimuts, faisant place à une deuxième partie un brin plus mécanique, affaiblie par l’entrée en scène d’une pop star ressemblant à Britney Spears. Mais quelle intelligence, toujours, chez cette écrivaine-là. Le matin même est parue une nouvelle signée de sa plume dans le New Yorker, charge déjantée contre la tentation de notre époque à vouloir « oblitérer » tel ou tel dès lors qu’ils font un faux pas, et il fut jouissif de l’entendre, elle, s’entretenir à bâtons rompus. « On n’est libre nulle part, nous confiera-t-elle, autant être libre sur la page. »

    Il y a dans Swing Time une célébrité qui a grandi dans l’œil du public. Un écrivain n’est pas une rock star, mais n’y a-t-il pas des résonances avec votre parcours ?

    J’ai 42 ans, mes 24 ans me semblent loin ! (Rires) Mais ma renommée n’a rien à voir avec le genre de célébrité que je décris dans le livre : un écrivain passe l’essentiel de sa vie dans l’obscurité, la plupart des gens ne lisent pas, personne ne nous agresse. A New York, il m’arrive de voir des gens constamment harcelés, jour et nuit, et cela me fascine. Pas la célébrité en soi, mais qu’elle puisse continuer à exercer ce pouvoir d’attraction, particulièrement sur les jeunes, alors que l’on constate tous les jours que c’est un enfer. Cette aspiration, à quoi tient-elle ? Qu’en attendent ces gens ? J’en suis venue à la conclusion que ce qu’ils souhaitent, c’est être libérés de l’énorme anxiété qui naît des rencontres. Débarrassés de toutes ces choses qu’induisent les rapports sociaux. La célébrité les annihile, puisque tout le monde vous connaît déjà. Visiblement, une part de nous-mêmes aspire à cela : n’avoir aucune intimité à partager avec quiconque.

    Il y a un autre élément qui semble autobiographique, c’est ce sentiment de loyauté coupable d’un enfant envers ses parents, exacerbé par la différence de leurs origines…

    Je ne peux parler de ce que je ne connais pas, et je ne peux imaginer avoir deux parents blancs ou deux parents noirs ou tout simplement deux parents à qui je ressemble. Je ne sais pas si les différences entre mes deux parents ont pu rendre plus aiguë cette interrogation éternelle : « De qui es-tu davantage l’enfant ? » Mais je suis convaincue qu’il y a une attente génétique de similarité. Si un enfant ressemble à ses parents, c’est le résultat d’un attendu très profond. Ce qui se passe quand cela n’arrive pas, par exemple lorsque la couleur de peau n’est pas la même, n’est pas un problème ni une tragédie, mais c’est différent. Et cette différence-là m’intéresse.

    Votre livre commence en 1982, il est truffé de références, notamment musicales, à cette époque et à sa pop culture. En avez-vous la nostalgie ?

    Enfant, j’en avais plutôt pour les années 30 et 40. Mais étant donné la personne que je suis, je passe mon temps à me corriger : « Euh, non, ça ne serait pas merveilleux de vivre à cette époque-là et de porter les vêtements magnifiques qu’on portait alors car j’aurais sans doute été servante, et peut-être même qu’on m’aurait lynchée. » Il est certain que j’aurais été pauvre, que je n’aurais pu aller à la fac ni choisir un travail. Est-ce que les filles blanches se disent ce genre de chose ? En Angleterre, je vois toutes ces bandes de filles qui s’habillent dans le style des années 20 ou 50, mais avec des yeux de Noire, chacune de ces époques m’offre un scénario de meurtre potentiel, d’oppression certaine. C’est tentant, la nostalgie, mais je n’y ai pas droit. Cela m’a rendue, je ne dirais pas optimiste, mais en tout cas certaine que ce monde-ci, qui n’a rien de parfait, est historiquement le meilleur des mondes pour moi, femme noire. Même s’il reste encore beaucoup de choses à améliorer.

    Une grande partie de Swing Time se déroule en Afrique, lorsque la narratrice doit suivre la pop star pour qui elle travaille dans un projet caritatif fumeux. On y trouve des échos à un reportage que vous aviez fait au Liberia en 2007, qui est dans votre recueil Changer d’avis. Pourquoi avoir fait ce reportage à l’époque ?

    Hmm… Je ne suis pas sûre. Les gens qui me l’ont commandé ont vraiment été très insistants ! Je ne suis pas une grande voyageuse, pas une aventurière, et je décline généralement les propositions de reportages intéressants. Mais je crois que j’étais fascinée par l’histoire des origines du #Liberia, cet aveuglement total du « premier monde » vis-à-vis du tiers-monde, cette création ex nihilo. Mais pour moi ce premier voyage était totalement sentimental. Je suis sûre que beaucoup de Noirs britanniques et d’Afro-Américains vous diraient la même chose : aller en Afrique, c’est comme rentrer à la maison. C’est comme cela que je l’envisageais, et comme cela que je l’ai vécu. Ce n’était pas un fantasme, mais un fait historique et génétique : voilà l’endroit d’où vient le peuple de ma mère.

    L’article et le livre sont assez critiques des bonnes intentions des pays du « premier monde ». Tout Swing Time ne parle finalement que de responsabilité sociale. Vous croyez à quel type d’action ?

    Je m’intéresse peu au travail individuel des ONG dès lors qu’il existe d’immenses inégalités structurelles. Quand les Panamá Papers sont sortis, on a pu constater l’étendue du blanchiment d’argent américain, anglais, français, italien ou allemand en Afrique. Il faut se rendre à l’évidence : on peut envoyer autant d’organismes caritatifs qu’on veut au Liberia, tant que ce système de pillage ne change pas, par des lois internationales - car le pillage des ressources économiques de l’Afrique ne s’arrêtera pas à moins -, le reste est un détail.

    La question de la responsabilité personnelle, de la culpabilité et du privilège se retrouve souvent dans vos livres…

    Hmmm… Je crois que le sens des responsabilités par quoi il faut être habité pour être un bon citoyen, français, new-yorkais ou anglais, est désormais hors de portée pour n’importe qui. Voilà le piège : être un bon citoyen aujourd’hui, c’est devoir transformer radicalement sa manière de vivre, voyager, manger, envoyer ses enfants à l’école, les habiller. Chaque aspect de notre vie occidentale revient grosso modo à exploiter quelqu’un. Qu’il soit quasiment impossible de changer les choses au niveau individuel fait partie du problème. Cela me rappelle le krach de 2008 - ces banquiers qui nous ont fichus dedans, qui étaient-ils ? Des gens de mon âge, qui avaient fréquenté ma fac. Je les connaissais, c’étaient des connards de base. Rien de spécial, des connards de base. Mais le système où ils évoluaient leur a permis d’accomplir une destruction globale sans précédent. On peut bien s’émouvoir de la vanité, l’égoïsme et l’avidité de cette génération de jeunes hommes (car c’étaient surtout des hommes), et certes ils étaient avides et prétentieux. Mais ne le sommes-nous pas tous ? La différence, c’est que la plupart d’entre nous n’auront jamais accès à des structures permettant de tels dégâts. Je pratique le réalisme moral, je ne m’attends pas à ce que les gens soient parfaits. Mais j’aimerais en revanche qu’ils existent au cœur d’un système où les dégâts qu’ils causent peuvent être limités. C’est sans doute là que je m’éloigne de certains activistes. Je ne suis pas catholique, mais la conception très catholique du péché me parle : nous sommes tous en position de pécher. Il faut en tenir compte lorsqu’on travaille sur la réalité sociale, les gens ne sont que ce qu’ils sont.

    Swing Time est le premier livre que vous avez écrit à la première personne. C’était libérateur ou contraignant ?

    Oh, très difficile ! Cela allait à l’encontre de tout ce que je fais lorsque j’écris de la fiction. Les histoires que j’écris, pour le meilleur et pour le pire, traitent de notre vie en société, s’intéressent à des tas de gens différents. Me limiter à une seule personne était incroyablement étrange, mais cela m’a permis d’explorer les modalités de la subjectivité. D’être injuste et jalouse et cruelle, toutes ces choses qu’on est dans la vie. Dans mes autres romans, je m’octroyais la voix de la justice. Mais ça n’existe pas, la voix de la justice ! Il n’y a que nous et notre expérience subjective. J’ai commencé en pensant que j’allais écrire un roman existentiel français, quelque chose de très ramassé, à la Camus, mais après vingt pages j’avais déjà quinze personnages (rires). On ne se refait pas. Je n’ai aucun mal à inventer des personnages, je pourrais écrire un roman avec sept cents personnes dedans. Mais je ne voulais pas écrire un livre comme ça, je crois qu’il faut se méfier de ce qui nous vient trop facilement. Je voulais m’essayer à quelque chose d’un peu plus difficile, d’un peu nouveau.

    Pensez-vous revenir un jour aux « gros romans » ?

    Oh, j’espère bien ! J’ai une immense tendresse pour ce genre d’épaisseur. Les livres avec lesquels j’ai grandi, George Eliot, Dickens, que vous, Français, trouvez un peu ringards, je les adore. Ils sont loin de l’existentialisme, ce ne sont pas des livres idéologiques, plutôt des romans qui décortiquent la société - mais précisément, c’est à cet endroit-là qu’on vit. Donc aussi banals et petits et ennuyeux et pragmatiques et anglais qu’ils puissent paraître, ils sont aussi notre lieu de vie, notre réalité sociale. Ces romans-là sont d’un sublime un peu différent, parce qu’ils sont prêts à descendre dans la boue, à se colleter avec les gens… Oui, j’espère sincèrement me remettre à écrire comme ça.

    Ringards, vous y allez fort ! Ceux qui les lisent les aiment beaucoup ! Mais Eliot souffre en effet d’être mal connue ici. Pourquoi pensez-vous qu’elle n’a jamais « pris » en France ?

    Parce que c’est tout le contraire de l’esthétique française ! Les romans d’Eliot sont trop hégéliens, thèse-antithèse-synthèse. Complètement programmatiques et sociaux, là où les romans français sont tout en subjectivité, la vie comme processus…

    Enfin il y a Balzac quand même…

    Mais même Balzac… Il n’a pas ce côté domestique qu’ont les Britanniques et qui exaspère les écrivains français. Ils n’ont peut-être pas tort, mais les Anglais ont aussi quelque chose de précieux.

    Dans votre écriture, vous êtes toujours plus « micromanagement » que « macroplanning », pour reprendre des termes que vous utilisiez dans Changer d’avis ?

    Je n’écris rien à la légère, je ne fais pas d’esquisse, pas plus que je n’avance en me disant « bon, ce truc, j’y reviendrai ». J’écris une phrase, je la réécris, je la réécris encore, et je passe à la suivante. Je ne changerai jamais.

    Pas de plan ?

    Pas vraiment. Une vague idée, oui, mais très vague. Je crois que cela traduit un mélange de besoin de tout contrôler et de ressentir l’horreur de ne pas savoir où je vais - enfin, j’imagine que ça ressemble à l’horreur aux yeux d’un écrivain d’un autre genre.

    Quel plaisir trouvez-vous à l’écriture d’essais ?

    Je ne suis pas sûre… J’essaie d’en écrire un en ce moment, et je ne trouve pas l’expérience très gratifiante. Généralement, ces textes tournent mal, ou deviennent une source d’embarras. Ou alors, et c’est le problème que je rencontre actuellement, on me demande sept pages mais j’en écris quinze. Alors ça devient de la torture, je m’énerve, je tente de me sortir de la commande, j’envoie des mails hystériques. Et puis je sors du lit à 10 heures du soir, je m’y remets, je tente un truc. Et parfois je me rends compte que je n’ai pas besoin de ces huit feuillets-là, que je peux condenser ceci, et petit à petit je resserre, et l’essai devient meilleur. Bien meilleur que ce que je pensais tenir au départ, bien plus intelligent et raisonné que je ne le suis. C’est ça, le cadeau que vous font les essais : en corrigeant, en enlevant, en éditant, tout s’améliore. La #fiction, ce n’est pas pareil, rien n’est aussi précis, alors que le but de l’essai est limpide : j’ai un argument, et je veux vous convaincre. Quel est le but de la fiction ? Qui peut le dire ? On ne le sait jamais vraiment.

    Vous lisez quoi ?

    Je sors d’une année sabbatique où j’ai eu le temps de lire toutes sortes de choses. Quel bonheur ! Plein de jeunes, j’ai l’air vieille en disant ça, mais je pense à des écrivains de l’ère Internet, qui n’ont pas 27 ans et écrivent une prose habitée par leur vie en ligne. Ce n’est pas mon monde, c’est une génération à qui les noms de Roth, DeLillo ou Pynchon ne disent rien du tout. Mais j’aime bien le fait qu’ils écrivent tout court, à leur place je serais sur mon téléphone jour et nuit… Le fait qu’ils arrivent à prendre du recul et à écrire m’impressionne, il y a tellement plus de tentations pour eux.

    Vous relisez des vieux livres ?

    Ouhlala non, je ne tiens vraiment pas à être le genre d’écrivain British qui passe ses étés à relire Middlemarch. Je veux savoir ce qu’il y a de neuf. Je fais un cours chaque année sur quatorze livres, les quatorze mêmes, voilà pour la relecture. Évidemment, si je tombe sur un Dostoïevski que je n’ai jamais lu, c’est merveilleux : on adore tous découvrir des choses qu’on a ratées à 15 ans. Mais sinon, du neuf !
    Elisabeth Franck-Dumas

    Très intéressant le passage sur la nostalgie.
    J’aurais bien aimé qu’elle cite des auteurs et autrices qu’elle lit, dommage !

    #zadie_smith #littérature #race #Afrique #écriture

  • La notion de justice dans Kaamelott - CanalC2 : la web télévision des événements universitaires de l’Université de Strasbourg
    http://www.canalc2.tv/video/14863

    L’association Médiadroit a le plaisir de vous inviter à : la soirée d’études Droit et Fiction : Kaamelott, la légende juridique organisé par l’UMR 7354 DRES en partenariat avec l’association MédiaDroit.

    Ce projet organisé dans un cycle « Droit et fiction » vise à illustrer de grands concepts juridiques par des exemples tirés d’œuvres de fiction et bénéficie du soutien de l’IdEx (initiative d’excellence) dans le cadre du programme Investissements d’avenir.

    À cette occasion une dizaine d’enseignants en droit traiteront de sujet tels que la notion de justice dans Kaamelott, les relations sociales au royaume de Logres, le droit magique et droit canonique, l’encadrement juridique des relations conjugales et sexuelles ou encore d’autres sujets à découvrir dans le programme.

    Yen a d’autres qui sont listées en bas telles que :

    Formation et contestation de l’État dans Kaamelott
    http://www.canalc2.tv/video/14864

    L’art de la diplomatie dans Kaamelott
    http://www.canalc2.tv/video/14865

    Etc

    #Kaamelott #justice #droit #fiction

  • Kortfilm – « Bon Voyage » : – Plutselig seiler de i et hav av døde kropper -
    Aftenposten

    https://www.aftenposten.no/article/ap-qng1V1.html

    Un Film (de fiction si on peut dire...) en format court (22 minutes). Un couple navigue sur un voilier en Méditerranée. Ils croisent une nuit un bateau chargé de réfugiés sur le point de couler...

    https://ap.mnocdn.no/images/935cf616-fc46-4d03-8b7e-3b38bc46501a?fit=crop&q=80&w=1440

    #réfugués #migrants #méditerranée #mourir_en_mer #film #fiction

  • Éloge de la médiocrité Ph. Huysmans — 4 Septembre 2018 Le vilain petit canard
    https://www.levilainpetitcanard.be/articles/actu/eloge-de-la-mediocrite_1527061549

    L’ignorance est un état d’enfance perpétuelle, nous dit un proverbe turc. Tant il est vrai que depuis la nuit des temps, maintenir les masses populaires dans cet état s’est avéré un moyen bien commode pour couper court, et par avance, à toute velléité de la plèbe de prendre son destin en main.

    Le 2 septembre, Libé publiait une tribune rédigée par deux professeurs de français à la retraite, intitulée « Les crêpes que j’ai mangé » : un nouvel accord pour le participe passé.

    « Employé avec l’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct quand celui-ci le précède (les crêpes que j’ai mangées). Mais si le complément suit le participe, il reste invariable (j’ai mangé les crêpes). »

    A l’école les enfants se demandent : pourquoi avant et pas après ? Souvent, les enseignants savent expliquer comment on accorde, mais pas pourquoi. L’incohérence des règles traditionnelles les empêche de donner du sens à leur enseignement. Le temps moyen consacré aux règles actuelles est de 80 heures, pour atteindre un niveau dont tout le monde se plaint. Il serait tellement plus riche de le consacrer à développer du vocabulaire, apprendre la syntaxe, goûter la littérature, comprendre la morphologie ou explorer l’étymologie, bref, à apprendre à nos enfants tout ce qui permet de maîtriser la langue plutôt qu’à faire retenir les parties les plus arbitraires de son code graphique.

    Donc, en gros, c’est trop compliqué pour nos chères têtes blondes, qui, fait bien connu, sont biesses de père en fils depuis Charlemagne. À moins que ce ne soit plus récent que cela en fait ? Cela évite en tout cas d’avoir à poser la question de la responsabilité des enseignants (et des programmes) dans le véritable naufrage qu’est devenu l’école obligatoire, notamment en Belgique.


    Ce qui me gêne un peu aux entournures, c’est que nos deux larrons présentent ce projet de réforme au nom de « la Belgique », alors qu’ils ne représentent qu’une petite brochette de professeurs plus ou moins désoeuvrés, et quelques illuminés qui s’imaginent qu’une langue qui ne serait pas amendée tous les deux ans serait une langue morte. Basta !

    Personne n’a jamais dit que c’était facile, ou même que cela devrait l’être : si vous voulez une langue facile, qui ne connaît aucune exception, et dont la grammaire au grand complet peut être maîtrisée en 150 heures, orientez-vous plutôt vers l’espéranto. C’est élégant, logique et efficace : dommage que personne ou presque ne le parle.

    Abaisser le niveau d’exigence lorsque la moyenne des élèves ne parviendrait plus à satisfaire aux critères de maîtrise minimale est un aveu de capitulation, pas un progrès ! À quand les courses d’obstacles avec les barrières à 14cm du sol, les piscines olympiques de 15m et le marathon de 2km en marchant ? On pourrait étendre ce concept aux facultés universitaires, aussi ? À quand une école de la réussite pour les médecins, afin que chacun, quel que soit son niveau, puisse aussi arborer fièrement le caducée et tuer ses patients tranquillement sans avoir à étudier par coeur tout un tas de sornettes tellement trop compliquées ? Ce serait tellement plus rigolo de rouler dans des voitures fabriquées par des ingénieurs qui n’auraient pas la moindre notion de mécanique, de vivre dans des immeubles conçus par des architectes n’ayant jamais entendu parler de résistance des matériaux : l’aventure, la vraie, pour vraiment pas cher.

    L’école doit être avant tout le lieu où l’on apprend à apprendre, pas un lieu où l’on vous bourre le crâne : c’est une chose que de connaître les règles, c’en est une autre de les appliquer, et c’est là que le bât blesse ! Pour maîtriser la langue, il est impératif de lire, et de lire encore. Ainsi il est nettement plus profitable pour un enfant d’apprendre à aimer la lecture qu’à faire des dictées. Les dictées ne servent qu’à le classer dans un système ou seuls les nombres comptent et où les individualités sont solubles dans la moyenne. D’ailleurs les auteurs le disent bien : « pour un résultat médiocre... ». Oui, mais un résultat de qui ? La moyenne ? C’est la moyenne qui va obtenir le diplôme ? C’est la moyenne qui deviendra médecin ou ingénieur ? C’est la moyenne qui sera garante de l’enseignement de demain ?

    La véritable question qui se pose ici est celle de la fiction sociale qu’on appelle « égalité des chances »
    Cette fiction sociale repose avant tout sur un malentendu que le politiquement correct entretient presque amoureusement. Parce que si au cours des siècles passés, l’enseignement supérieur était réservé la plupart du temps aux classes nanties, ce n’est plus le cas aujourd’hui, il suffit de regarder le nombre d’inscriptions dans les facultés pour s’en rendre compte. Et les élèves sont issus de toutes les classes sociales, de tous les milieux, mais sont-ils égaux pour autant ?

    Bien sûr que non ! Certains sont issus de filières d’enseignement notoirement meilleures, même si le diplôme délivré a nominalement la même valeur, et permet à chacun d’entamer des études supérieures.

    Plus important sans doute, le talent ne se décrète pas, les aptitudes non plus : tel sera plus doué pour les maths, et tel autre pour la littérature tandis que le troisième aura plus d’affinités avec le travail manuel. Et de même on a besoin de bons maçons comme de bons médecins, ainsi il y a de la place pour tout le monde.

    Mais décréter qu’au nom d’une « égalité » de principe qui ne sert que de cache-sexe à la social-oligarchie, on devrait abaisser le niveau général dans toutes les disciplines me paraît pour le moins hypocrite, et contre-productif : pensez-vous vraiment que les facultés, elles, vont abaisser le niveau quitte à diplômer des ânes ? Évidemment que les universités sont élitistes ! Pas parce qu’elles favoriseraient telle ou telle classe sociale, mais parce que pour elles, ce qui compte, c’est le niveau atteint par les étudiants diplômés.

    C’est d’ailleurs une manie assez récurrente chez nos dirigeants de penser que parce qu’ils sont arrivés à se hisser tout en haut du tas de fumier, leurs rejetons sont forcément des génies (parfois incompris) qui méritent de facto le droit (héréditaire, donc) de régner à leur tour sur le restant de l’humanité souffrante. La même fiction sociale, vue à travers le prisme de la domination financière de l’oligarchie sur les masses, comme les Medici se voyaient bien mériter une place en paradis et non dans le septième cercle de l’enfer s’ils finançaient tel ou tel monastère sur leurs propres deniers.

    #Ecole #classement #enseignement #ignorance #fiction_sociale #politiquement_correct #égalité_des_chances #égalité #social-oligarchie

  • Les Chroniques de Viveroche | Mehdi Tessier
    https://soundcloud.com/user-612808588/sets/les-chroniques-de-viveroche-1

    Ismaël, étudiant en sciences politiques, réalise une enquête de terrain dans le petit village vosgien de Viveroche. Il y débarque en plein hiver. Mais, malgré le bon accueil des habitants, un mystère enveloppe Viveroche. Des bruits glaçants, des disparitions, une bête qui rôde... Son séjour va prendre une étrange tournure. Durée : 10 épisodes de 7 à 12 minutes. Source : Ashp0ole