• Puisque l’affaire Benalla / Macron est tout de même un peu lié à la question des violences policières, je vous livre ci dessous une compil que j’avais bouclé vite fait il y a un mois pour un ami sur le sujet. L’idée était de lui pointer quelques articles traitant d’actualités récentes sur ce sujet.

    A la relecture, je vois qu’il n’y a pas grand chose à propos de ce qu’il se passe hors contexte « militant » (cad de répression de « mouvements sociaux », cad par exemple d’histoires surgissant dans la quotidienneté des « quartiers populaires »).

    D’ailleurs quoi de neuf depuis un mois ? Je ne suis pas à jour durant l’été... peut être, du côté de la résistance à la violence policière, l’événement le plus « important » était le triste anniversaire des deux ans de la mort d’Adama Traoré. Nombreux ont été les gens à la marche à Beaumont, non ? Je veux bien quelques articles sur cet événement précis.

    Ainsi que quelques autres qui complètent la liste que je vous livre ci dessous.

    –---
    D’ailleurs une porte d’entrée bien utile sur ce sujet est le bulletin _Résistons Ensemble_

    Bimensuelle, format un A4 plié, depuis 16 ans, c’est un bon outil.

    Dernier numéro :
    http://resistons.lautre.net/spip.php?article584

    Le même en PDF :
    http://resistons.lautre.net/IMG/pdf/re174-juillet-aout-2018.pdf

    –---

    Récapitulatif d’un trimestre de répression des mouvements sociaux en France
    https://www.bastamag.net/Gardes-a-vue-par-centaines-blessures-graves-et-prison-ferme-le-mouvement-s

    Ici, des lycéens embarqués par dizaines et amalgamés à des « bandes violentes ». Là, un manifestant dont le pied est arraché par une grenade. Ailleurs une enquête pour « association de malfaiteurs » contre des activistes antinucléaires, ou encore un délit de solidarité en « bande organisée » pour être venu en aide aux exilés. Depuis le printemps, gardes à vue et peines de prison pleuvent sur les participants aux mouvements sociaux qui agitent la France, de la Zad aux universités, de Bure à Briançon. Alors que le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb vient de réitérer des menaces à peine voilées à l’encontre des futurs manifestants, Basta ! dresse un bilan – non exhaustif – d’un trimestre de répression.

    –---

    https://seenthis.net/messages/702265 En 2014, @bastamag avait sorti un excellent article avec la meilleure base de données sur la question des violences policières en France : Aujourd’hui ils récidivent et améliorent encore leur analyse dans trois articles

    –---

    il semble que le ministre de l’intérieur communique sur un changement de doctrine au sein du Maintien de l’Ordre. Retour sur les expulsions sur la ZAD, sur la gestion de la manif du 1er mai à Paris,

    … Au lien ci dessous, vous trouverez un article (version intégrale) du quotidien Le Monde et d’autres liens approfondissant cette actualité

    https://seenthis.net/messages/700734

    Gérard Collomb défend sa vision du maintien de l’ordre, Julia Pascual, Le Monde

    –---

    https://seenthis.net/messages/695672 « Étude : 3% des personnes blessées par un tir de flashball décèdent ». En fait, l’étude parle des #lanceurs_de_balles_de_défense en général, pas seulement des #flashballs.

    –---

    http://www.liberation.fr/france/2018/06/20/bure-vague-d-interpellations-chez-les-opposants-a-cigeo_1660636

    Bure : vague d’interpellations chez les opposants à Cigéo

    –---

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/18/01016-20140118ARTFIG00351-des-policiers-abusent-des-plaintes-pour-outrage-a

    Des policiers abusent des plaintes pour « outrage à agent »

    –---

    https://seenthis.net/messages/700199

    #Justice de classe militaire...

    Commentaire de la vice-procureure : « Je n’ai pas envie de la pénaliser plus qu’il ne le faut. La seule comparution en correctionnelle pour un militaire de carrière est déjà une sanction »

    Au final le militaire à la retraite a eu un « avertissement » et 1000 euros d’amende pour avoir vendu des mines antipersonnel sur Le Bon Coin, alors qu’il détenait un véritable arsenal chez lui :

    – Trois pains de plastic – Un pistolet automatique – 4296 munitions – 135 chargeurs – 74 grenades ou mines – une carabine – un fusil – des armes de poing

    –---

    [lundimatin est assez bon pour regrouper des infos épars sur des histoires de répression. Ils enquêtent aussi un peu]

    Un manifestant mutilé sur la ZAD
    https://lundi.am/Un-manifestant-mutile-sur-la-ZAD

    https://t.co/YclRuZ36Ov
    Des dizaines de grenades explosives #GLIF4 balancées sur la ZAD ont été fabriquées en 2005, et sont donc périmées depuis 2015... certaines explosent à retardement, d’autres pas du tout... autant de pièges mortels pour les non-avertis... #NDDL

    https://seenthis.net/messages/696821

    "POUR MAXIME, MUTILÉ SUR LA ZAD LE 22 MAI 2018 - LETTRE DE ROBIN, MUTILÉ À BURE LE 15 AOÛT 2017"

    –---

    #Arago - 101 lycéens et grévistes placés 48h en garde à vue https://lundi.am/Arago-101-lyceens-et-grevistes-places-48h-en-garde-a-vue

    Sur le fond c’est 1 application dans Paris intra-muros de ce qui est expérimenté en banlieue : rafles de lycéen·nes pendant mvt social, privation de liberté et d’informat°

    http://cqfd-journal.org/Pas-de-lycee-sans-feu


  • Je ne peux qu’applaudir la vaillance de la presse à retrouver l’auteur de violences inadmissibles contre de jeunes manifestants le premier mai dernier, je suis admiratif des moyens et de l’intelligence sans doute déployées pour retrouver cette aiguille pourrie dans un meute, ce serait même de nature à infléchir la sévérité de mon jugement quant aux méfaits de la reconnaissance faciale. Bref je trouve ce premier résultat encourageant, chapeau messieurs-dames les journalistes, quel brillant début, votre opiniâtreté a payé !

    Il vous reste désormais à passer au peigne fin le reste de toutes les autres meules de foin, à savoir toutes ces innombrables vidéos de violences policières ces soixante-dix dernières années.

    Hardi ! Pendant que le fer est chaud


  • Pour ceux qui sont mutilés par des flashball. Un conseil juridique. | Face aux armes de la police
    https://faceauxarmesdelapolice.wordpress.com/2018/07/20/pour-ceux-qui-sont-mutiles-par-des-flashball-un-co

    Ces derniers jours les mutilations aux flashball/LBD se sont multipliées sur fond de victoire de l’équipe de France. A Lyon, Grenoble et aussi à Villeneuve-la-Garenne pour les affaires qui sont relayées dans la presse. Dans les trois cas nous apprenons qu’une plainte a été déposée.
    Il y a quelques semaines trois policiers étaient acquittés après avoir blessé une mère de famille avec une grenade à Villemomble en 2013.

    Nous tentons de faire parvenir ce message aux personnes blessées. Merci de leur faire suivre l’info si vous les connaissez, ou de faire circuler.

    #flashball #maintien_de_l'ordre #police « #armes_non_létales » #blessés_par_la_police #droit #défense_militante #tribunal_administratif


  • Je me permets de faire un billet dédié à une info relevée par @colporteur ici
    https://seenthis.net/messages/694722#message695636

    « Étude : 3% des personnes blessées par un tir de flashball décèdent ». En fait, l’étude parle des #lanceurs_de_balles_de_défense en général, pas seulement des #flashballs.
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/etude-3-des-personnes-blessees-par-un-tir-de-flashball-decedent_1970176.htm

    L’étude en question
    http://bmjopen.bmj.com/content/7/12/e018154

    Results Of 3228 identified articles, 26 articles met inclusion criteria. These articles included injury data on 1984 people, 53 of whom died as a result of their injuries. 300 people suffered permanent disability. Deaths and permanent disability often resulted from strikes to the head and neck (49.1% of deaths and 82.6% of permanent disabilities). Of the 2135 injuries in those who survived their injuries, 71% were severe, injuries to the skin and to the extremities were most frequent. Anatomical site of impact, firing distance and timely access to medical care were correlated with injury severity and risk of disability.

    Conclusions Kinetic impact projectiles (KIPs), often called rubber or plastic bullets, are used commonly in crowd-control settings. We find that these projectiles have caused significant morbidity and mortality during the past 27 years, much of it from penetrative injuries and head, neck and torso trauma. Given their inherent inaccuracy, potential for misuse and associated health consequences of severe injury, disability and death, KIPs do not appear to be appropriate weapons for use in crowd-control settings. There is an urgent need to establish international guidelines on the use of crowd-control weapons to prevent unnecessary injuries and deaths.

    Voilà pour la « non létalité » des « #armes_non_létales ».

    #LBD



  • Flashback vs Flashball | Se défendre de la police
    https://collectif8juillet.wordpress.com/2018/05/16/flashback-vs-flashball

    FLASHBACK VS FLASHBALL

    16 mai 2018 · par huitjuillet · dans Uncategorized · Poster un commentaire
    Tribune du collectif 8 juillet. Fin 2016, trois policiers ont été jugés et condamnés par le TGI de Bobigny pour avoir tiré au Flashball et blessé six personnes, dont l’une a perdu un œil, le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil. Les policiers ont fait appel. Au premier jour de ce nouveau procès, nous revenons sur « la défense » des policiers et ce qu’elle dit de la violence qu’ils exercent au quotidien. Collectif Huit Juillet.

    Ici deux mondes s’affrontent : les forces de l’ordre et des gens dont la passion est de déstabiliser l’ordre. Franck Liénard, avocat de Patrice Le Gall.

    Il faut imaginer cette salle remplie de policiers armés venus soutenir leurs collègues, ajoutés à d’autres policiers en service que rien ne distingue des précédents, ajoutés à ceux habituellement en charge des procès, ajoutés au peloton de CRS présents à l’extérieur comme à l’intérieur du tribunal, pour mesurer notre sentiment d’insécurité. Mais une fois n’est pas coutume, et à la faveur d’un rapport de force obtenu grâce à de nombreuses interventions publiques, un protocole relativement égalitaire est mis en place. Une moitié de la salle est réservée aux soutiens des victimes, l’autre à ceux des policiers. Alors qu’ils sont en charge de ce protocole, les policiers ne le respecteront évidemment pas et c’est à deux reprises que nous obtiendrons que la salle soit vidée et les soutiens des deux partis strictement recomptés. Ce moment dont chacun aura pu mesurer le caractère exceptionnel est à l’image du combat que mènent les collectifs et les familles contre l’impunité policière. Le corps policier en charge de tous les actes de la procédure est à tout moment susceptible d’exercer des menaces et des pressions, de brouiller les pistes par des procès-verbaux mensongers, des manipulations de preuve, des expertises partisanes et autres chausse-trappes judiciaires… Ce n’est qu’en mettant en lumière les petites combines, magouilles et autres arrangements qui font l’ordinaire de l’impunité policière que les familles arrivent parfois à rompre les solidarités corporatistes et contraindre les magistrats à instruire les dossiers.

    #toctoc suggèrent les #blessés du 8 juillet 2009 actuellement en #procès
    #police #flashball « #armes_non_létales » #justice

    • Eborgné par un Flash-Ball : de la prison avec sursis requise contre les policiers, JÉRÔME HOURDEAUX, Mediapart

      En juillet 2009, la police intervenait pour disperser une manifestation pacifique à Montreuil. Six tirs de Flash-Ball feront six blessés. L’un d’entre eux est énucléé. Alors que les policiers affirmaient avoir eu affaire à un groupe armé, l’enquête avait montré le caractère disproportionné de l’opération.

      C’est le procès du Flash-Ball qui s’est tenu, du mercredi 16 au vendredi 18 mai, devant la cour d’appel de Paris. La justice rejugeait trois policiers accusés d’avoir tiré sur des manifestants à Montreuil en juillet 2009, éborgnant l’un d’entre eux. L’avocate générale a requis à l’encontre des prévenus des peines allant de sept mois à deux ans de prison avec sursis, assorties, selon les cas, d’une à deux années d’interdiction de port d’arme.

      « C’est une arme stupide entre les mains de gens qui ne sont pas formés », s’est indigné Laurent-Franck Liénard, avocat du policier Patrice Le Gall, affirmant en avoir réclamé « l’interdiction à cor et à cri depuis des années ». Me Frédéric Gabet, avocat de Julien Vanderbergh, un autre policier poursuivi, a quant à lui affirmé que l’on faisait peser sur son client « des fautes collectives, des fautes de la hiérarchie ». « Cet outil n’aurait jamais dû être entre leurs mains ». « Comment peut-on laisser une arme d’une telle nature à des policiers ? », a de son côté lancé Me Didier Robiquet, défenseur d’un troisième représentant des forces de l’ordre jugé, Mickaël Gallet. « C’est une arme dont ils ne devraient pas avoir à se servir. »

      Et pour cause. Le 8 juillet 2009, dans le quartier de la Croix-de-Chavaux à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, ces trois policiers ont chacun fait usage à deux reprises de leurs Flash-Ball. Les tirs ont fait six blessés, dont un gravement, le réalisateur alors âgé de 34 ans Joachim Gatti, énucléé de l’œil droit.

      Pour ces faits, les policiers ont déjà été condamnés, le 16 décembre 2016, par le tribunal de Bobigny. Patrice Le Gall avait été condamné à 15 mois de prison avec sursis et 18 mois d’interdiction de port d’arme pour avoir tiré sur deux manifestants, dont Joachim Gatti. Mikhaël Gallet avait, lui, écopé de 10 mois de prison avec sursis et 12 mois d’interdiction de port d’arme pour avoir blessé un manifestant à la clavicule, le tribunal n’ayant pas pu établir de lien définitif entre son second tir et un autre blessé. Enfin, Julien Vanderbergh avait été condamné à 7 mois de prison avec sursis pour avoir blessé une manifestante à la jambe, son second tir n’ayant pas pu, là encore, être relié au sixième manifestant blessé.

      Ce jugement avait été rendu après six jours d’audiences marquées par de nombreux incidents entre les soutiens des victimes, rassemblés au sein du Collectif 8 juillet, et ceux des policiers, tous venus en masse. Les audiences avaient été perturbées par des bousculades et quelques altercations.

      Pour ce procès en appel, la tension était encore présente mais beaucoup moins vive. Une demi-heure avant le début de l’audience, une dizaine de policiers en civil attendent devant la salle tandis que les soutiens de victimes attendent à l’extérieur, sur les marches du Palais de justice. À l’ouverture des portes, entre 50 et 70 personnes font la queue, parmi lesquelles pour part égale des soutiens des policiers et des victimes.

      Pour le reste, ce procès en appel n’a réservé que peu de surprises. Accusation et défense sont restées sur les mêmes positions irréconciliables qu’en première instance. Face à des versions diamétralement opposées, l’avocate générale a, dans son réquisitoire, donné une chronologie détaillée de cette journée du 8 juillet 2009. « À l’issue de ces trois jours, avons-nous une vision globale des événements de la journée ? Je pense que oui », a-t-elle estimé.

      Celle-ci avait débuté par l’évacuation, tôt dans la matinée, d’une clinique désaffectée située non loin de la Croix-de-Chavaux, au 42, boulevard Chanzy, occupée par une quinzaine de personnes qui l’avaient transformée en un lieu proposant diverses activités sociales. L’opération se déroule sans encombre, les manifestants n’opposant aucune résistance. Les entrées de l’immeuble sont immédiatement murées et des vigiles privés sont affectés à sa surveillance.

      Dans le courant de l’après-midi, la police apprend que s’organise pour le soir même à la Croix-de-Chavaux un repas festif en soutien aux expulsés. À 18 h 50, un briefing est organisé au commissariat pour organiser la surveillance de l’événement. Celui-ci débute à 19 heures. Une cinquantaine de personnes sont réunies dans une ambiance détendue, sans tension. La police, pointe l’avocate générale, fait alors état d’une « manifestation festive, amicale, conviviale ». À 21 h 15, précise-t-elle, le dispositif de surveillance est même allégé.

      Puis, à 22 h 15, alors qu’une trentaine de policiers sont impliqués dans l’opération, les manifestants tirent en l’air un feu d’artifice et commencent à converger vers la clinique située non loin. Là, ils se trouvent devant une grille fermée et invectivent les gardiens. L’un d’eux va chercher son chien et tient à distance les manifestants qui restent à l’extérieur.

      C’est à ce moment-là que les versions divergent. Les deux vigiles décrivent un groupe de manifestants armés et prêts à en découdre et affirment n’avoir été sauvés que par l’arrivée des policiers. « Je craignais pour ma vie », affirmera l’un d’eux dans sa déposition. À l’arrivée des renforts, les manifestants auraient attaqué les policiers avec des projectiles en avançant vers eux. Une première personne est interpellée et maintenue au sol. Immédiatement, des policiers se placent autour avec des boucliers.

      Patrice Le Gall est le premier des trois accusés à arriver sur les lieux. Il se réfugie derrière les boucliers et tire une première fois, recule et tire une seconde fois. Les deux tirs font deux blessés. Le premier tombe et se relève en criant « ils tirent à la tête ». Le second tir atteint Joachim Gatti qui est immédiatement évacué par des amis et installé en terrasse d’un café en attendant les secours. « La situation est maîtrisée très vite », souligne l’avocate générale. « En 13 minutes », durant lesquelles les six tirs de Flash-Ball seront tirés Croix-de-Chavaux et place du Marché, située à quelques dizaines de mètres.

      Pour justifier la violence de cette intervention, les accusés, et leur hiérarchie, ont constamment affirmé avoir eu affaire à un groupe de manifestants violents et armés, avançant sur les forces de l’ordre pour chercher l’affrontement. Le procès-verbal de synthèse de la soirée faisait ainsi état d’un « attroupement armé » jetant « une pluie de projectiles » sur les forces de l’ordre, d’un rassemblement se transformant en « violences urbaines ».

      Le problème est que cette version a été en grande partie démontée par l’enquête de l’Inspection générale des services (IGS), depuis devenue l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Tout d’abord, les constatations sur les lieux des affrontements n’ont pas permis de retrouver les traces des affrontements rapportés par la police. Aucune trace de pétards, ni de canettes de bière dont les manifestants auraient arrosé les forces de l’ordre. « On ne retrouve rien sur la place. Rien », insiste l’avocate générale. « C’est tout de même étonnant qu’après une situation qu’on nous décrit comme apocalyptique, on n’ait aucun élément matériel. »

      Ensuite, la quinzaine de témoignages de riverains recueillis par l’IGS contredisent totalement la version des policiers. Il n’y avait « pas vu d’individu cagoulé, pas d’individu armé », affirme l’un deux. « Les manifestants ont reculé rapidement », raconte un autre. « Lorsque les manifestants voient que les policiers s’équipent, ils comprennent qu’ils ne pourront pas rester », témoigne un troisième. Encore plus gênant, quatre policiers ont donné des versions totalement contradictoires avec celles de leurs collègues. « À aucun moment, je ne me suis senti menacé », reconnaît ainsi l’un deux. Un autre affirme qu’il n’y a eu « aucun contact physique » entre manifestants et policiers.

      Malgré ces témoignages, les trois accusés n’ont pas fait varier d’un iota leur version des faits. Julien Vanderbergh se tient droit comme un « i » devant les juges à qui il répond avec le vocabulaire et la précision d’un procès-verbal. Le policier se souvient dans le moindre détail de cette journée. À l’époque affecté à la BAC de Rosny-sous-Bois, il prend son service à 19 h 20. Il est en patrouille avec trois autres policiers quand, à 22 heures, il est appelé pour un « renfort collègues » à Montreuil.

      Arrivé sur les lieux, la voiture se trouve « bloquée par l’afflux de manifestants ». Le policier sort alors du véhicule et se dit « immédiatement reconnu par des manifestants capuchés hostiles ». Il aurait également été la cible de jets de projectiles qu’il n’arrive pas à identifier. « Je tire alors sur un manifestant qui jetait des projectiles », raconte Julien Vanderbergh qui voit sa cible tomber, touchée à la jambe. Le policier se décale et est la cible d’une canette qui tombe juste à côté de lui. Il tire sur un autre manifestant qu’il voit lancer un projectile. Puis « cet individu prend la fuite en courant ».

      Confronté aux témoignages qui décrivent des manifestants fuyant devant les policiers dès le premier tir, alors qu’il affirme que ceux-ci avançaient vers les policiers, Julien Vanderbergh se tend. « Ils sont habitués à ce genre d’événement », affirme-t-il. « Qui ça “ils” ? », rebondit immédiatement l’avocate des victimes. « De qui parlez-vous ? » « Des manifestants », tente de se reprendre le policier. Et pourquoi ce second tir de Flash-Ball, alors que les manifestants couraient ? « Si je l’utilise une deuxième fois, c’est qu’ils n’ont pas peur », lâche le policier.

      Les avocats de la défense ont alors tenté de semer le trouve en insistant sur le témoignage des deux vigiles. À les entendre, ce dossier serait même en grande partie montée de toutes pièces par les victimes. Me Didier Robiquet les a ainsi qualifiés de « pseudo-victimes ». « Les six victimes sont six plaignants qui veulent exprimer leur haine et faire condamner la police », a-t-il lancé avant d’accuser : « On a recruté a posteriori des victimes pour correspondre au nombre de tirs. »

      L’avocat de Patrice Le Gall, Me Liénard, a, lui, débuté sa plaidoirie en faisant part de sa compassion pour les victimes. « La blessure de M. Gatti m’est insupportable », a-t-il affirmé avant de tout de suite repartir à l’attaque en donnant à la cour une exemplaire de Paris Match montrant un CRS en flammes après un jet de cocktail Molotov lors d’une manifestation. « La violence est des deux côtés », enchaîne l’avocat, rappelant que 30 policiers sont blessés chaque jour en France.

      Me Liénard a ensuite tenté de semer le trouble dans l’attribution de la blessure de Joachim Gatti au tir de son client en se basant sur le témoignage divergeant d’un serveur de café. Celui-ci avait en effet déclaré qu’un des tirs aurait manqué sa cible pour frapper la vitrine d’un restaurant, remettant ainsi en cause le décompte et brouillant l’attribution de blessures. Pour Me Liénard, ce témoignage peut être la preuve de la présence d’un « quatrième tireur », une « brebis galeuse » parmi les policiers qui aurait dissimulé son geste en rentrant au commissariat. Sa seconde hypothèse est que Joachim Gatti est une « victime collatérale ». Le tir ne l’aurait pas visé, et serait ainsi « légitime », et Joachim Gatti a été « touché au loin ».

      « M. Gatti est considéré comme un dommage collatéral. C’est inacceptable », a de son côté plaidé Irène Terrel, avocate des victimes avant de distribuer à la cour des photographies en couleur de la blessure du jeune homme au lendemain des faits. « M. Gatti a été défiguré », poursuit-elle. « Il était caméraman. L’œil droit, c’est l’œil directeur. Il a dû tout abandonner. » Face aux dénégations des policiers, les deux avocates de la défense ont rappelé les conclusions de l’enquête de l’IGS. « Tous les témoins extérieurs viennent nous dire la même chose que les victimes : “on n’a pas compris, il n’y avait pas de tension, pas de violences” », a souligne Me Terrel. « Est-il conciliable avec la déontologie de bâtir son impunité sur un mensonge ? », a interrogé l’avocate en s’étonnant que des poursuites n’aient pas été engagées pour faux témoignages.

      Me Émilie Bonvarlet est, elle, revenue sur les déclarations de Julien Vanderbergh. « Quand il dit : “Ces individus sont habitués”, ça veut dire quoi ? », a attaqué l’avocate. « Il a tiré sur ce que représentaient ces gens-là, par pour ce qu’ils faisaient », a-t-elle poursuivi. « À l’époque, Michèle Alliot-Marie agitait ce qu’elle appelait l’ultra-gauche. C’est sur eux qu’ils tirent. » Pour Me Bonvarlet, les policiers se sont livrés à une « chasse à l’anarcho ». « M. Vanderbergh nous le confirme. »

      Défense et parties civiles se sont pourtant rejointes sur un point : la dangerosité du Flash-Ball. Lors de son réquisitoire, l’avocate générale a notamment rappelé que pour pouvoir être habilités à utiliser cette arme, les policiers n’avaient besoin que de suivre une formation de six heures. Et aucune formation de mise à niveau n’est prévue. « Les trois policiers présents n’ont jamais eu de stage depuis leur habilitation », a-t-elle souligné. « Il est tout de même étonnant de doter des policiers d’une telle arme sans contrôler cela. » Les avocats ont également souligné le manque de précision du Flash-Ball. « À 10 mètres, si vous visez le thorax, vous touchez l’œil », a ainsi affirmé Me Liénard.

      Cela fait plusieurs années que des voix demandent le retrait de cette arme de la dotation des policiers. Au mois de janvier dernier, le Défenseur des droits avait rendu un rapport sur le maintien de l’ordre à l’occasion duquel le gouvernement lui avait annoncé le retrait progressif du Flash-Ball au sein de la police nationale. Il « devrait totalement disparaître de la dotation dans le courant de l’année 2018 », affirmait le rapport. En revanche, cette arme restera disponible pour les gendarmes. Le rapport estimait « nécessaire » « un retrait du Flash-Ball superpro pour l’ensemble des effectifs de la gendarmerie nationale dans les opérations de maintien de l’ordre ».
      De plus, le Flash-Ball est déjà remplacé par un lanceur de balles de défense très semblable, censé être plus précis : le LBD 40×46. Mais pour le Défenseur des droits, cette arme pose des problèmes identiques, notamment lors d’usages face à une foule de manifestants.

      « Les débats ont été beaucoup plus courts », a regretté Me Émilie Bonvarlet au sortir de la dernière journée d’audience. « Nous avons eu moins de temps pour démonter cette construction d’une forme d’émeute quasi insurrectionnelle. Le mensonge collectif n’a pas été assez souligné. »

      L’avocate regrette également que le parquet n’ait pas requis une interdiction d’exercer. « Du point de vue des victimes, on estimait qu’ils ne devraient plus être policiers. Qu’est-ce qu’on peut espérer comme sanctions administratives ? Malheureusement, pas grand-chose. À Mayotte, un policier condamné pour avoir tiré au Flash-Ball sur un enfant de 9 ans, qui avait perdu un œil, n’a écopé que d’un blâme. »

      Le verdict sera rendu le 21 juin

      .

    • Étude: 3% des personnes blessées par un tir de flashball décèdent
      https://www.lexpress.fr/actualite/societe/etude-3-des-personnes-blessees-par-un-tir-de-flashball-decedent_1970176.htm

      Parmi les blessés, les dégâts sont aussi considérables. 6% d’entre eux subissent une infirmité permanente, souvent au niveau de la tête, du cou ou du thorax.

      Trois personnes sur cent touchées et blessées par une balle en caoutchouc tirée depuis un flashball décèdent. C’est du moins ce qu’ont conclu des chercheurs américains dans une étude publiée mardi dans la revue médicale britannique BMJ Open.


  • « Black Bloc » : le côté obscur de la force (Dossier, Taranis News, 11 octobre 2017)
    http://taranis.news/2017/10/black-bloc-le-cote-obscur-de-la-force

    Le « #BlackBloc » n’est pas et n’a jamais été une structure ou une #organisation : c’est une #méthodologie d’#action en #manifestation qui a été « importée » en France à l’occasion du contre-sommet de l’Otan, qui s’est déroulé en avril 2009 à Strasbourg. Les #militants français étaient alors activement impliqués dans le mouvement étudiant et lycéen contre la Loi de Responsabilité des Universités (dite « LRU » ou Loi Pécresse).
    […]
    La suite de cette histoire, tout le monde la connait : la #militarisation des techniques de #maintien_de_l’ordre (tout particulièrement la généralisation de l’usage du #Flashball LBD40, simultanément à la multiplication de l’utilisation des différents types de grenades), la mise en place de l’#état_d’urgence et la multiplication des cas de #violences_policières, a conduit la méthodologie du « Black Bloc » à s’imposer par logique d’efficacité stratégique face à la #Police.
    […]
    Le « #cortège_de_tête » n’est pas qu’un Black Bloc qui s’organise pour se protéger contre la police, c’est aussi un lieu ou l’on envoie un message aux autres entités sociales partenaires : nous représentons la #jeunesse, nous sommes nombreux, nous sommes efficaces, c’est de nous et de nos actions que l’on parlera, nous pesons plus que vous dans le #rapport_de_force ; Nous agissons concrètement en nous affrontant aux murs érigés, en prenant les #risques que cela implique, en s’équipant et en s’organisant pour y parvenir. Nous ne défilerons pas sagement : nous sommes en #colère et ceci en est notre manière de l’exprimer dans l’#espace_public.
    Le « cortège de tête » a cela de différent avec le simple Black Bloc qu’il a aussi le regard tourné vers l’arrière : cherchant à convaincre les autres de rejoindre ses rangs en soulignant par les faits l’historique inefficacité, l’inadaptation au monde d’aujourd’hui des interminables #défilés consistant à manger des saucisses et à écouter de la musique, pendant qu’un préposé au mégaphone vous hurle des #slogans désuets.
    […] Le « Cortège de Tête » est donc un phénomène sociologique intimement lié à la structure des #manifestations Françaises, celles de relativement grande ampleur et qui offrent aussi, de par la taille, une forme d’échappatoire en cas de #dispersion prématurée. Alors que le « Black Bloc » est la simple définition d’une méthode consistant à s’équiper, à se structurer, à se déplacer et à agir d’une manière codifiée dans une #foule manifestante.

    Le black bloc : quand l’antisystème effraie (The Conversation, 24 août 2017)
    http://theconversation.com/le-black-bloc-quand-lantisysteme-effraie-80857

    Difficile de ne pas les remarquer. Cagoulés, vêtus de noir, ils sont des centaines, parfois plus, à défiler lors d’importants événements politiques, parfois localisés, parfois plus internationaux.

    Ils, ce sont les black blocs, ainsi désigné par leur tenues. Le black bloc est une #tactique qui consiste à manifester tout de noir vêtu, pour assurer l’#anonymat et exprimer une #critique #antisystème.

    Articles de presse (avril-mai 2018) :
    – Au cœur du Black Bloc (StreetPress)
    https://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestations-au-coeur-du-black-bloc

    En première ligne des #cortèges contre la loi travail, ils sont quelques centaines vêtus de #noir. Qui sont ces militants, souvent jeunes, qui pour lutter contre le #capitalisme enfilent les #cagoules, cassent les #banques et s’attaquent à la police ?

    – Ce qui se cache derrière l’affirmation de l’ultragauche (Mediapart)
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020518/ce-qui-se-cache-derriere-l-affirmation-de-l-ultragauche

    Depuis la #mobilisation contre le CPE de 2006, l’#ultragauche revient régulièrement dans l’actualité française. Pourtant, son identification demeure incertaine dans le débat public. Retour sur la définition d’un mouvement qui en dit aussi long sur le maintien de l’ordre que sur la stabilité politique d’un régime.

    – Black blocs : une tactique de lutte plus qu’une idéologie (Le Monde)
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/02/qui-sont-les-black-blocs_5293523_4355770.html

    Cette #mouvance, régulièrement présente dans les manifestations, a rassemblé au moins 1 200 personnes lors du défilé parisien du #1er-Mai et a violemment affronté les #forces_de_l’ordre.

    • Une critique de l’article « 1er Mai : le lumpenmanifestant en burqa paramilitaire » ? publié dans Regards (Laurent Levy, Facebook)
      http://www.revolutionpermanente.fr/1er-Mai-le-lumpenmanifestant-en-burqa-paramilitaire-Une-critiqu

      On peut critiquer les « black bloc » et autres « autonomes ». On peut, et sans doute, on doit. Mais comme toujours, il y a la critique bienveillante ou positive, celle qui se situe à l’intérieur d’un camp, et qui discute la méthode, sa pertinence, ses risques, et pourquoi pas ses impasses, et il y a la critique réactionnaire, de simple dénonciation, qui se refuse à regarder les choses dans leur complexité et leurs contradictions.

      Appel aux convaincu(e)s : une critique anti-autoritaire du Black Bloc (Des cop(a)in(e)s, Paris-luttes.info)
      https://paris-luttes.info/appel-aux-convaincu-e-s-une-10146

      Au risque de paraître tirer sur l’ambulance, nous avons choisi la voie du dégrisement. Pour nous la manifestation du 1er mai a été un échec et la stratégie imposée de façon autoritaire par le Black Bloc n’était ni justifiée, ni n’a profité au reste de la manifestation. Collectivement, nous en prenons acte et appelons à dépasser nos pratiques ritualisées du cortège de tête.
      […]
      Nous ne sommes pas hostiles à la technique du Black Bloc et nous l’avons maintes fois utilisée. Et même quand nous n’y sommes pas, nous sommes solidaires des cop(a)in(e)s en pleine action, blessés ou arrêtés. Mais pour nous elle doit servir quelque chose d’autre que la simple joie d’exister ou de se faire plaisir entre les convaincus. Autrement dit nous aimerions un Black Block qui bloque autre chose que la manifestation. 1200 personnes en black bloc, 15 000 dans le cortège de tête pour juste défoncer un mac do et cramer un concessionnaire c’est franchement du gâchis… notamment quand on voit le nombre d’arrestations.
      Pourquoi cette technique n’est pas utilisée pour bloquer des lieux de pouvoirs, des centres logistiques, décisionnels ? Elle serait pourtant très utile aux actions de blocage et de sabotage…


  • L’usage des armes intermédiaires comporte des risques méconnus Le Devoir - Améli Pineda - 21 février 2018
    http://www.ledevoir.com/societe/520759/l-usage-des-armes-intermediaires-comporte-des-risques-meconnus

    L’usage par les policiers des matraques télescopiques, des irritants chimiques et des pistolets électriques Taser augmente, mais le brouillard persiste quant aux blessures causées par ces armes dites intermédiaires, révèle une récente étude de l’École nationale de police du Québec (ENPQ).

     
    Dix-sept ans après le Sommet des Amériques et six ans après le Printemps érable, les données sur la gravité des blessures causées par les armes à létalité réduite au Québec sont pratiquement inexistantes, confirme ce nouveau rapport.

     
    « Ces technologies-là sont réputées pour causer moins de blessures, mais en même temps, les données qu’on a, ce sont celles fournies par les fabricants », explique Annie Gendron, chercheuse au Centre de recherche et de développement stratégique de l’ENPQ.

    Jusqu’à présent, les données sur les lésions corporelles proviennent d’études menées ailleurs dans le monde, précise-t-elle.

    « On sait que lorsque la tête est atteinte, c’est dangereux, mais ce qui est aussi très important, c’est de connaître le contexte dans lequel on a eu recours à l’arme », souligne-t-elle.

    Commandée en 2014, cette nouvelle recherche qui vient d’être rendue publique a pour but d’actualiser l’étude sur les armes intermédiaires d’impact à projectiles, couramment nommées balles de plastique, datant de 2005.

    Celle-ci avait été ordonnée par le ministère de la Sécurité publique après le Sommet des Amériques de 2001, lors duquel ces balles avaient été utilisées pour la première fois dans le cadre d’une manifestation au Canada.

    L’« actualisation » de cette étude a permis d’élargir la recherche, qui ne s’est pas limitée aux balles de plastique.

    La chercheuse Annie Gendron a dressé le portrait des différentes armes intermédiaires : barrières, armes de diversion, agents chimiques, armes à impulsion électrique, armes à énergie dirigée, armes d’impact ainsi que les techniques d’immobilisation provoquée.

    Étendue du recours aux armes intermédiaires

    L’étude révèle que l’utilisation de ces armes ne se limite plus à des interventions lors d’événements planifiés.

    Elle rappelle que c’est à la suite de l’affaire Alain Magloire en 2014 que l’utilisation des armes intermédiaires a fait son entrée chez les patrouilleurs.

    « Dans le rapport de 2005, on rapportait que ce type d’arme était plus concentré dans les interventions menées par des groupes tactiques d’intervention ou en contexte de contrôle de foule. [Aujourd’hui], on a des contextes d’intervention émergents. On a recours à ces armes en contexte de patrouille alors que les policiers sont de plus en plus aux prises avec des gens mentalement perturbés », note la chercheuse.

    Raison de plus, selon la chercheuse, de se doter de données sur les conséquences médicales liées au déploiement d’une arme intermédiaire.

    « Il y a un manque du point de vue de la transmission de données liées aux blessures et [les situations qu’on connaît], ce sont celles qui sortent dans les médias ou sur les réseaux sociaux », souligne-t-elle.

    Mme Gendron souhaite entre autres la création d’un protocole de référencement qui permettrait la création d’une banque de données centralisée.

    « Ce qu’on propose, c’est d’avoir des données associées à chaque tir [d’arme à létalité réduite] et de préciser s’il n’y a eu aucune blessure, une blessure légère ou une blessure grave. Cela permettrait d’établir des ratios et également de savoir dans quel contexte leur utilisation est plus dangereuse ou moins dangereuse », indique-t-elle.

    La liaison des données médicales et policières permettrait ainsi d’ajuster l’utilisation de ces armes si nécessaire.

    Avec une telle base de données, le cas de Mathieu Harvey, un adolescent de 16 ans passé à deux doigts de la mort après avoir été atteint par une balle de plastique tirée par un policier lors du Sommet des Amériques, ne serait pas resté secret, comme le rapportait l’émission Enquête, à Radio-Canada.

    Quelques jours plus tôt, on apprenait que le Comité de déontologie policière blâmait le policier de la Sûreté du Québec Denis Burelle pour ne pas avoir usé d’une arme intermédiaire d’impact à projectiles avec « prudence et discernement » lors d’une manifestation agitée du printemps 2012, à Victoriaville. L’agent Burelle y a gravement blessé trois personnes, dont deux au visage.

    « Ce sont des données comme celle-ci qui pourraient être très intéressantes. L’idée, c’est de les repérer systématiquement pour pouvoir les inclure dans une base et ainsi en tirer des conclusions », dit Mme Gendron.

    La difficulté se situe toutefois dans le domaine de la protection et de la confidentialité des renseignements personnels, estime Mme Gendron. « C’est une recommandation, mais est-ce que c’est un voeu pieux ? » se questionne-t-elle.

    La chercheuse recommande aussi que ce soit une instance indépendante qui soit chargée de piloter cette base de données.

    Elle propose également de revoir la charte des zones d’impact, puisque celle actuellement enseignée est principalement adaptée aux situations impliquant des coups frappés au moyen d’un bâton ou d’une arme à feu.

    Parallèlement au rapport de Mme Gendron, le ministère de la Sécurité publique a publié des chiffres qui montrent que l’utilisation des armes par les différents corps de police de la province a augmenté de 2010 à 2016.

    L’usage du bâton télescopique est notamment passé de 256 fois à 346, celle des agents chimiques, de 5 à 35, puis l’arme à impulsion électrique a bondi de 51 à 317.

    Le ministère nuance toutefois ces chiffres en expliquant avoir changé ses directives sur l’utilisation des armes au fil du temps. Aujourd’hui, les policiers doivent rapporter « l’utilisation » de leur arme du moment où celle-ci a été sortie pendant une intervention.

    Dans le cas du Taser, par exemple, l’utilisation ne signifie pas qu’une décharge électrique a été nécessaire. La démonstration de l’arme électrique suffit pour qu’elle soit comptabilisée.

    À quelques semaines du G7, où les policiers prévoient d’utiliser les armes intermédiaires, le ministère de la Sécurité publique n’a pas indiqué s’il tiendra compte de l’étude.

    « Le ministère accueille favorablement le rapport et les pistes de réflexion proposées », s’est limité à indiquer Pierrel-Luc Lévesque, de la Direction des communications du ministère.

    À Montréal, la Commission de la sécurité publique se penchera sur la question de la formation des policiers appelés à intervenir auprès de personnes en crise.

    En campagne électorale, la mairesse Valérie Plante avait promis d’interdire l’utilisation des balles de plastique lors de manifestations. L’administration compte toutefois étudier toutes les armes dites intermédiaires, dont les grenades assourdissantes, les Taser et les matraques télescopiques.

    #taser #police #armes_non_létales #violences_policières #flashball #répression #armes #flash-ball #surveillance #Quebec #Printemps_érable #SPVM


  • Communiqué concernant de nouvelles intimidations politiques dans Rennes, au moyen de procès - Rennes info
    http://rennes-info.org/Communique-concernant-de-nouvelles
    La répression des manifestations contre la Loi Travail, au cours du printemps 2016, fut violente. Des préfectures accordèrent aux forces de l’ordre l’usage d’armes de type LBD40 (ou #flashball) ; les colonnes de la SIR i notamment firent usage de ces armes dans les villes pour disperser les manifestations politiques.
    #Rennes


  • Le LBD40 désormais interdit dans les manifestations parisiennes - Paris-luttes.info via @paris
    https://paris-luttes.info/info-exclusive-le-lbd40-desormais-9348
    Place de la Bastille, 1er mai 2017 :

    Une information (volontairement ?) passée sous silence par la presse mais qui va changer les pratiques de la Police (et les nôtres) durant les manifestations

    Le Défenseur des Droits vient de remettre, à l’Assemblée Nationale, un rapport assez conséquent sur le maintien de l’ordre en France.
    Le document fait près de 116 pages d’analyses factuelles avec quelques recommandations.
    http://www.assemblee-nationale.fr/presidence/Rapport-MO-09-01-18.pdf

    Concernant l’usage du LBD40, le rapport est très critique quant à l’usage de cette arme. Comment ne pas l’être quand la liste des mutilés ne cesse de croître chaque année ?

    Si les recommandations risquent de toutes évidences de ne pas être entendues ni mêmes lues par les parlementaires, une information est retranscrite dans le document et pas des moindres :

    On apprend en effet que le préfet de police (de Paris) a désormais pris la décision de proscrire le LBD40 dans les opérations de maintien de l’ordre au regard de sa dangerosité et de son caractère inadapté dans ce contexte.

    #maintien_de_l'ordre #police #LBD40 #défenseur_des_droits

    • Merci @touti. Une prise de conscience en haut lieu des dangers de ces armes et un meilleur encadrement sont toujours souhaitables, mais il ne faut pas se méprendre sur ce que cette interdiction change. Elle se fait non dans une volonté de remise en question des armes dites « non létales », mais simplement dans une démarche d’amélioration technique :
      https://desarmons.net/index.php/2017/12/01/la-police-municipale-sequipe-dun-nouveau-modele-de-lanceur-de-balles-de-d

      On apprend par un article d’Actu.fr du 24 novembre 2017 que la police municipale de Melun vient d’être dotée de trois nouveaux lanceurs de balles de défense. (...) Il ne s’agit pas du LBD 40 qui équipe depuis 2007 la police nationale, mais le Kann44 produit par la toute nouvelle entreprise REDSCORE, fondée en 2014 et située à Lanester près de Lorient (Morbihan, 56).

      Cela ne règle en rien l’usage, qui est pourtant au coeur des mutilations et des morts entraînées par ces armes. Certes, il n’est pas aberrant, du point de vue du fabricant et des utilisateurs/trices, que les armes permettent une meilleure visée et un tir fiable, mais cela ne résout pas les problèmes fondamentaux posés par :
      1. le fait de tirer sur la foule - cf. Pierre Douillard-Lefèvre :
      https://seenthis.net/tag/pierre_douillard-lefevre

      Sur fond d’hégémonie culturelle des idées sécuritaires, la police française se dote de nouvelles armes sous l’impulsion des gouvernements successifs : taser, grenades, flashballs, LBD. On tire à nouveau sur la foule. D’abord expérimentées dans les quartiers périphériques, puis contre les mobilisations incontrôlables, les armes de la police s’imposent aujourd’hui potentiellement contre tous. « En blesser un pour en terroriser mille », telle est la doctrine des armes de la police.

      2. l’augmentation du recours à la violence auquel cet armement incite - cf. Olivier Razac :
      http://www.article11.info/?Olivier-Razac-Penser-les-nouvelles#a_titre
      (il parle ici des Tasers, mais son analyse vaut pour l’ensemble des armes « non létales »)

      D’un côté, il faut bien que cela reste des armes - qu’elles continuent d’être dissuasives, de faire peur. Mais de l’autre, il s’agit de les banaliser. D’où justement l’association d’un rapport ludique avec des usages abusifs.

      et 3. le fait que les yeux et d’autres zones du corps censément interdites se trouvent délibérément visées dans certains contextes :
      https://seenthis.net/messages/537853

      La police nous a tiré dessus au flashball le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil, alors que nous étions nombreux à manifester suite à l’expulsion de « La Clinique », un lieu d’organisation ouvert sur la ville. Parmi les six personnes blessées, cinq ont été touchées au dessus de l’épaule, précisément là où la police n’est pas autorisée à viser.

      https://seenthis.net/messages/248694

      Trois jeunes hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers, lors de la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L’un est éborgné et les deux autres ont peu de chances de retrouver la vue. Sur la page Facebook d’appel à témoignages qui a été créée, plusieurs autres manifestants affirment, photos à l’appui, avoir été atteints par des tirs de #Flashball au visage : sur le crâne avec neuf points de suture, sur la joue ou encore à la lèvre.

    • LBD : Réaction au rapport du défenseur des droits, L’Assemblée des Blessés par la police
      https://nantes.indymedia.org/articles/39746

      2 - Le Défenseur des Droits n’émet que des avis symboliques. Le président de l’assemblée Nationale, François De Rugy, s’est empressé de le rappeler en précisant que ce rapport « n’engage en rien l’Assemblée ». Cela fait des années que le Défenseur des Droits produit des rapports mettant en lumière les violences policières, et que simultanément, le gouvernement arme d’avantage ses forces de l’ordre et que ces violences s’aggravent dans l’impunité généralisée. S’il n’est pas suivi d’effet, ce rapport n’a qu’un rôle cosmétique.

      3 - Il y a quelques années, le Défenseur des Droits préconisait l’abandon du Flash-Ball, la première génération d’arme tirant des balles en caoutchouc. Le gouvernement avait répondu qu’il le remplaçait par le LBD 40, beaucoup plus puissant et plus précis. Aujourd’hui, le Défenseur des Droits prône l’abandon du LBD 40, alors que de nouvelles armes encore plus dangereuses sont données aux forces de l’ordre. Par exemple le PGL-65, qui équipe déjà les CRS, une sorte de fusil mitrailleur qui permet de propulser en rafale des balles en caoutchouc et des grenades sur des civils. Du reste, il n’est désormais plus exceptionnel de voir un policier sortir une arme de service dans une situation de maintien de l’ordre. Le changement de doctrine induit par les Lanceurs de Balles a banalisé, pour les policiers, le fait de tirer sur des individus.


  • Champigny : « Vous allez voir qu’on va servir de crash test pour la nouvelle police. » @manuballista @rezo
    https://threadreaderapp.com/thread/948430250425442305.html

    [THREAD] Comme surement beaucoup, je me suis réveillée le 01/01/2018 avec un flot de tweets sur Champigny, un hashtag en TT, très vite suivi par un flot d’articles dans les médias et de réactions de politiques. Choquée par la vidéo, j’ai ensuite été choquée par les réactions.
    J’ai décortiqué toutes les informations depuis.
    D’abord, toute l’histoire a eu un écho sur les réseaux sociaux par des vidéos snapchat devenues virales. Des vidéos tournées la nuit du réveillon à Champigny-sur-Marne où l’on voit notamment une policière à terre recevant des coups, dans la rue.
    Et l’un des premiers médias à en avoir parlé, semblerait être... Fdesouche, info confirmée par CheckNews (le nouveau site de vérifications des infos, lancé par Libération).
    Maintenant, revenons sur les faits.

    https://seenthis.net/messages/656575

    #police #media #flashball


  • Val-de-Marne : la police des polices saisie après la blessure d’une lycéenne à Cachan - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/fresnes-94260/cachan-la-police-des-polices-saisie-apres-la-blessure-de-la-lyceenne-24-1

    La lycéenne a été grièvement blessée à l’œil dans une manifestation ce jeudi.

    L’Inspection générale de la police nationale a été saisie ce vendredi par le parquet de Créteil pour en savoir plus sur la façon dont une lycéenne a été grièvement blessée à l’œil à Cachan (Val-de-Marne) ce jeudi.
    Une manifestation de près de 200 jeunes contre l’esclavagisme en Libye avait donné lieu à des actes de dégradation après le blocus du lycée Gustave-Eiffel de Cachan. Le Carrefour Market a du reste été fermé. Les policiers sont intervenus pour disperser les manifestants. Des heurts ont éclaté entre les forces de l’ordre et des jeunes. Il y a eu des tirs de Flash Ball et de grenades lacrymogènes.
    Des élèves assurent que la blessure à l’œil de la lycéenne, transportée à l’hôpital Cochin à Paris, provient d’un tir de Flash Ball. Pour un fonctionnaire, il pourrait s’agir d’une pierre. « Nous ne savons pas l’origine de la blessure, assure un autre policier. C’est justement ce que démontrera l’enquête. »

    #manifestation #police #flashball

    • Cachan : la lycéenne blessée pendant les heurts aurait perdu l’usage de son oeil
      http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/cachan-la-lyceenne-blessee-pendant-les-heurts-aurait-perdu-l-usage-de-son

      L’annonce a été faite aux policiers , (...).
      Que s’est-il passé précisément ? On ne sait pas. Des élèves affirment qu’elle a pris un tir de flash-ball. « J’ai un collègue qui a fait usage du flash-ball mais personne n’est tombé ou n’a appelé à l’aide », précise un policier. Un autre pense qu’il est plus probable que « la lycéenne ait pris une pierre » . Mais aucune certitude. « C’est précisément pour cette raison que la police des polices a été saisie », souligne une source proche de l’enquête.
      Ce n’est pas la première fois que des heurts éclatent devant cet établissement et d’un autre à Cachan. En mars dernier, des échauffourées avaient eu lieu durant plusieurs jours en marge de manifestations « contre les violences de l’Etat ».
      Il y a moins de deux semaines, un élève du lycée Frédéric-Mistral a, du reste, été condamné à une peine d’amende avec sursis pour ces violences. « Il ne faut pas pour autant faire d’amalgame entre les lycéens, qui sont très majoritairement contre ces #blocus, et les #casseurs qui profitent de ces rassemblements pour racketter ou taper des élèves », insiste un #policier.

    • Lycéenne blessée par un tir de flash ball à Cachan : un rassemblement (27 novembre 2017)
      http://www.leparisien.fr/cachan-94230/lyceenne-blessee-a-cachan-un-rassemblement-de-soutien-jeudi-27-11-2017-74

      Les lycéens de Maximilien-Sorre et Gustave-Eiffel se donnent rendez-vous via les réseaux sociaux. Ils envisagent un nouveau blocus, une semaine après la manifestation qui a dégénéré.

      Le message tourne sur Snapchat, l’application mobile de partage d’images éphémères. Les lycéens de Maximilien-Sorre et Gustave-Eiffel, à Cachan, se donnent rendez-vous ce jeudi pour une nouvelle manifestation. Une semaine jour pour jour après le rassemblement qui a dégénéré aux abords de ces établissements. Et c’est justement pour soutenir leur camarade blessée à l’œil lors du face-à-face avec la police que les élèves réitèrent. Il est à nouveau question d’un blocus.

      Munis de drapeaux africains, jeudi dernier, les lycéens s’étaient massés près de l’entrée de Gustave-Eiffel pour dénoncer l’esclavagisme en Libye. Et « montrer que ce qui se passe là-bas est inhumain ». Ils avaient bloqué l’accès au bâtiment dès 8 heures. Mais au-delà des revendications politiques, certains en avaient profité pour se livrer à des violences urbaines.

      Une source proche de l’enquête confirme, ce lundi, que la police a fait usage de deux grenades lacrymogènes et d’un tir de flash-ball. Des élèves assurent que c’est ce tir qui a atteint la jeune femme à l’œil. Les fonctionnaires, eux, estiment plus probable qu’elle ait reçu « une pierre ». L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) est chargée d’élucider la réalité des faits.
      Devant les deux lycées, avenue du Président-Wilson ce lundi midi, uniformes en nombre, « fumigènes » et départ de feu continuaient d’alimenter les discussions. Mais personne n’osait ouvertement parler de la lycéenne blessée, qui suit apparemment ses études supérieures à Maximilien-Sorre. Tout juste sait-on que son œil a « finalement pu être sauvé » par les médecins de l’hôpital Cochin. « On l’a vu en sang », jure une adolescente à qui l’on a mimé la scène. « Elle voyait d’abord tout jaune avec un point noir, poursuit une autre. Maintenant elle voit. Flou, mais elle voit. »


  • Saint Louis Cemetery
    La rentrée policière aux USA et en France
    Par Ferdinand Cazalis / Klaktualités

    http://jefklak.org/?p=4381

    Après les talents de la plume, les virtuoses du plomb. Maintenant que la rentrée littéraire a fait long feu, braquons les projecteurs sur une tout autre rentrée, policière celle-ci. À Saint-Louis (25 km de Ferguson – Missouri), l’officier Jason Stockley qui avait tué Anthony Lamar Smith en 2011 vient d’être relaxé par la Justice. Depuis, c’est l’émeute. À Atlanta (Géorgie), c’est Scout Schultz, président.e transgenre de l’organisation LGBT du campus de Georgia Tech qui s’est fait abattre par la police cette semaine. Depuis, c’est l’émeute. Et à Vigneux-sur-Seine (Essonne) le week-end dernier, un jeune homme a perdu un œil après un tir de la BAC. Depuis, c’est...



    • L’homme est bien connu des manifestants contre la
      #loi_El_Khomri

      Jeanne, étudiante, co-responsable des Jeunes communistes de #Rennes situe parfaitement le personnage. « Il a été Préfet de Bretagne de 2013 à 2016, l’année où j’ai particulièrement appris le connaître ». La jeune femme était en effet de toutes les manifestations contre la loi de casse du Code du travail. A Rennes, le mouvement social a été particulièrement réprimé. « Pendant le mouvement, on a subi une violente répression. L’objectif étant d’ôter toute légitimité aux manifestants », résume Jeanne, qui évoque « une stratégie de conflit avec les policiers ». L’étudiante se souvient : « des forces de l’ordre toujours au plus près des manifestants, des jets de cartouches de gaz lacrymogènes à tir tendu, parfois même jetées n’importe où y compris dans le métro, des coups de matraques, des tirs de #flashball au-dessus de la ceinture ».

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Strzoda
      Le pedigree de Monsieur le directeur du cabinet du président de la république est à jour sur wikipedia. #Patrick_Strzoda, en dehors de « Monsieur flashball », est aussi collectionneur de breloques.
      Officier de la Légion d’honneur (2011)
      Commandeur de l’ordre national du Mérite
      Chevalier des Palmes académiques
      Officier dans l’ordre du mérite agricole
      Médaille d’argent de la jeunesse et des sports

    • Préfet, il a ordonné aux bleus d’agir sans matricule à l’encontre des manifestants contre la loi travail à Rennes ; après l’énucléation d’un manifestant par ses troupes, il a prétendu que la police n’avait pas utilisé de #flashball ce jour-là ; depuis, il arrive à la Bac de Rennes d’ôter les brassards police pour chasser du manifestant dans les ruelles, les cours et les escaliers d’immeubles pour les humilier, les frapper, les intimider, les menacer... Son arrivée au ministère de l’intérieur aura coincidé avec une radicalisation de l’utilisation offensive des grenades de désencerclement : aux tirs répétés, groupés ou sporadiques déjà en vigueur, se sont récemment ajoutés des #tirs_par_salves.

      Nous voilà prévenus, terrorisation étatique et magouilles policières de tous niveaux sont au programme.

      #crapule #violences_policières

    • https://expansive.info/Le-Monsieur-flashball-de-Rennes-promu-directeur-de-Cabinet-de-Macron-466
      https://larotative.info/patrick-flashball-strzoda-nomme-2244.html

      « Il est le responsable des violences policières inouïes que nous avons connu. Et il s’en battait les couilles, totalement. Lors d’une réunion intersyndicale ou avec une camarade on représentait l’AG de Rennes 2, l’ensemble des syndicats demandait l’éloignement du dispositif policier, parce qu’ils étaient trop près et que ça augmentait les violences policières (ils avaient gazé les retraité-e-s CGT).
      Et Strzoda, consterné, nous explique droit dans les yeux qu’on est pas là pour ça, et que non seulement il va augmenter le dispositif mais qu’il va les rapprocher.
      A ce moment, ma camarade lui explique que c’est a cause de la police que son bras est en écharpe. Sa réponse ? "Prouvez le, portez plainte" avec un air narquois. Le nouveau dir-cab du président Macron. Cette ordure.
      Alors évidemment on lui dit que c’est criminel, qu’il va se passer quelque chose de grave (alors qu’il y a plus de 150 blessé-e-s). Il s’en fout. La manif suivante, un camarade perdait son œil [1]. Définitivement. Voilà le bilan de Strzoda.
      J’aurais aimé le voir, lui dire qu’on avait raison. On a pas pu. Entre temps, il était promu dir-cab de Cazeneuve, a l’Intérieur.Le #préfet le plus violent, voir criminel, de la loi Travail (plus de 300 blessé-e-s) est donc dir-cab de Macron. Salopards. »

    • Patrick « Flashball » Strzoda nommé directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, La Rotative, mai 2017
      https://larotative.info/patrick-flashball-strzoda-nomme-2244.html

      Le nouveau président de la République s’est choisi un bras droit sur-mesure, qui s’est notamment illustré par une répression sanglante des manifestations contre la loi Travail à Rennes.
      La nomination de Patrick Strzoda comme « dircab » d’Emmanuel Macron envoie un signal fort à celles et ceux qui s’apprêtent à lutter pendant les cinq prochaines années contre le programme de casse social du nouveau chef de l’État : « Vous allez en prendre plein la gueule » .
      Passé par l’ENA, Strzoda a occupé différents postes de préfet avant d’atterrir en Bretagne en juin 2013. C’est à ce titre qu’il va s’occuper de la répression du mouvement contre la loi Travail, une répression qui sera particulièrement violente dans la ville de Rennes.

      #police #maintien_de_l'ordre #violences_policières



  • Retour sur la répression policière engagée à Saint-Denis, le 7 mars 2017, suite au #blocus du lycée #Suger. Avec les interventions des élèves de l’établissement. Un #documentaire de DOC du réel (@du_doc), 30 minutes.
    https://youtu.be/BY4Qn8TBcTs

    Théo, Adama, on oublie pas

    https://seenthis.net/messages/576210

    une autre G-à-V en nombre
    https://twitter.com/p4bl0/status/840535643100987392

    Hier un ami prof dans un lycée parisien du 18ème arrondissement m’a raconté comment s’est passé une journée de blocus de son lycée.

    #police #PS #Lycéens #flashball


  • Depuis 2005, au moins 23 personnes en France ont perdu l’usage d’un œil à la suite d’un tir de #flashball ou de LBD http://www.bastamag.net/Etudiant-eborgne-par-un-tir-de-flash-ball-a-Rennes-la-version-policiere-mi …
    https://twitter.com/Bastamag/status/824895926888079361

    Depuis 2005, au moins 23 personnes en France ont perdu l’usage d’un œil à la suite d’un tir de #flashball ou de LBD http://www.bastamag.net/Etudiant-eborgne-par-un-tir-de-flash-ball-a-Rennes-la-version-policiere-mi



    • L’État est bien condamné pour le tir de LBD 40, et l’arme est officiellement reconnue comme « dangereuse » par la justice. En revanche, fait incroyable, les juges décident d’opérer un « partage des responsabilités » à 50% entre les deux parties. Autrement dit, le blessé et ceux qui lui ont tiré dessus sont considérés comme également responsables du préjudice. Comment ont été calculés ces pourcentages de responsabilité ? A partir de quel barème ? Le mystère reste entier.

      C’est la deuxième fois en deux semaines que les juges administratifs de Nantes désavouent le rapporteur public – ce qui, en temps normal, est rarissime. La première fois début novembre au sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la seconde sur la question des armes de la police. Deux sujets regardés avec attention par le pouvoir politique. Concrètement, dans leur jugement, les magistrats inventent un délit de « #non_désolidarisation_d’une_manifestation » en ces termes :

      « en admettant même que M. D. n’ait pas lui- même lancé des projectiles, il résulte de l’instruction qu’il ne s’est pas désolidarisé de l’attroupement [...] alors qu’il aurait dû s’éloigner ; que, dans ces conditions, M. D. doit être regardé comme ayant commis une faute à l’origine de son préjudice susceptible d’exonérer partiellement l’Etat de sa responsabilité. »

      Et dans l’entretien avec l’avocat :

      LM : Quel est votre sentiment général par rapport au jugement rendu par le Tribunal Administratif de Nantes ?

      Étienne Noel : un sentiment malgré tout très positif. Le tribunal pointe les fautes de l’État dans l’organisation et la mise en œuvre du LBD 40, celles que je soulevais dans mon mémoire introductif d’ailleurs : insuffisances et carences de la formation des personnels habilités, dangerosité de l’arme, zone atteinte, etc. Je suis par contre scandalisé par le partage de responsabilité de 50% qui ouvre la voie à une responsabilité systématique des personnes qui participent à une manifestation. La jurisprudence concernant Clément Alexandre avait écarté tout partage alors même qu’il se trouvait lui-même au cœur d’un attroupement d’où partaient (dixit le jugement du TA de Paris) des projectiles. La jurisprudence du Conseil d’Etat donne aussi un exemple de partage dans un cas d’espèce où la victime avait un rôle de meneur, très différent de celui de Pierre Douillard.

      « #armes_non_létales » #LBD_40 (et non #flashball) #violences_policières #Pierre_Douillard #luttes_sociales


  • Quand les cognes en prennent pour leur grade
    par Emilien Bernard
    paru dans CQFD n°149 (décembre 2016)
    http://cqfd-journal.org/Quand-les-cognes-en-prennent-pour

    Pour l’heure, le verdict n’est pas tombé. Il ne sera connu que le 16 décembre. Les trois cow-boys – Patrice Le Gall, Mickaël Gallet et Julien Vanderbergh –, qui ont sévi le 8 juillet 2009 écoperont peut-être d’une peine correspondant aux réquisitions du procureur : prison avec sursis assortie d’une radiation professionnelle et d’une d’interdiction de port d’arme. Il se peut également qu’ils soient relaxés, comme l’a réclamé l’effrayant avocat Franck Liénard, soudard des prétoires pathologiquement obsédé par la notion d’ordre [1]. Difficile de savoir si « justice » sera faite. Ou si l’impunité policière (celle qui selon Irène Terrel, avocate des parties civiles, « fabrique des monstres »), sera encore une fois de mise.

    Peu importe, au fond. Car l’essentiel est ailleurs. Pendant ces cinq jours de procès au Tribunal correctionnel de Bobigny, la donne s’est inversée : pour une fois, les victimes de violences policières ont pu donner leur version. Longuement. En détail. Et les flics – accusés comme soutiens – ont dû faire profil bas tandis qu’ils se voyaient signifier le mépris que leurs méthodes inspirent – à Montreuil comme ailleurs. Un grand bol d’air. Surtout après sept longues années d’attente.

    #Montreuil #FlashBall #Proces_Police #ACAB #8_Juillet

    • Si ces cinq jours ont marqué une étape symbolique dans la lutte contre les violences policières, cela reste un embryon, un cas à part. « Aujourd’hui, vous jugez une affaire, s’emporte Farid El Yamni, mais combien sont enterrées ? Combien de vies brisées ? De gens qui deviennent fous ? »

      Jeudi 24 novembre, au sortir de l’audience, Ali Alexis prononce un court discours sur le parvis du tribunal. Lui a été éborgné par un tir de flash-ball en 1999, alors qu’il revenait du supermarché, sachets de course à la main. Cela fait dix-sept ans qu’il essaye de porter son cas devant la justice, en pure perte. Il a pourtant tous les documents nécessaires, dit-il d’une voix triste, avant de sortir des dizaines de photocopies d’une pochette fatiguée. « Je n’ai jamais pu avoir de vraie confrontation avec la police, se lamente-t-il. Ils refusent de prendre en compte ce que j’ai subi, ont classé ma plainte sans suite. » Une pause. « Je ne comprends pas pourquoi ils visent toujours les yeux. »



  • « Le procès du #Flashball », par Comme un bruit qui court (#France_Inter), avec un étonnant reportage dans les locaux où il est fabriqué (étonnant parce qu’inédit), croisé avec des réflexions du #Collectif_8_juillet
    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-26-novembre-2016

    Pour le procès du Flash-Ball au Tribunal de Bobigny où trois policiers sont jugés depuis lundi pour « violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente » après avoir blessé six manifestants en 2009 à Montreuil, dont Joachim Gatti qui avait perdu un oeil. Une occasion de revenir sur l’histoire et les déboires du Flashball avec son concepteur, l’armurier Stéphanois, #Verney-Carron.

    http://rf.proxycast.org/1236214589671088129/13947-26.11.2016-ITEMA_21147805-0.mp3

    « #armes_non_létales » #violences_policières #armement #audio #radio


  • (1) Mutiler et punir - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2016/11/22/mutiler-et-punir_1530194

    Cette histoire en dit long sur l’action quotidienne de la police. Les policiers se persuadent qu’ils font ce que la justice ne fait pas, ou pas assez, ou pas assez durement et systématiquement. Ils pensent appliquer une justice de terrain, une justice extralégale. Ils justifient ainsi leurs pratiques brutales, humiliantes et illégales par ailleurs encouragées par des objectifs chiffrés en matière de contrôles, d’arrestations. L’obsession des policiers envers les tribunaux trop laxistes trouve ici une explication.

    #violences_policières #flashball #collectif_8_Juillet #justice