• #Metoo, procès Baupin, Ligue du LOL : les saines colères des femmes

    Depuis des siècles, l’emportement est un territoire déconseillé aux femmes, qui doivent incarner la #tempérance, la #docilité et le #calme. Elles sont pourtant nombreuses, aujourd’hui, à revendiquer cette #émotion qui se décline traditionnellement au masculin.


    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/01/les-saines-coleres-des-femmes_5429749_3232.html
    #colère #femmes #masculinité #féminité #genre

    #sorcières #folie


  • States Are Introducing Bills That Could Prevent Teachers From Advocating for Climate Change - Pacific Standard
    https://psmag.com/news/state-bills-could-prevent-teachers-from-advocating-for-climate-change

    Several states have recently introduced bills that could interfere with the teaching of scientifically founded theories on climate change in public school science curricula.

    A bill in South Dakota would require each school board to adopt a code of ethics that prevents public school elementary and secondary school teachers from advocating “for any issue that is part of a political party platform at the national, state, or local level.” The Arizona legislature introduced a nearly identical bill.

    Virginia legislators proposed a bill with similar language, arguing that some teachers are abusing taxpayer dollars to “speak to captive audiences of students in an attempt to indoctrinate or influence students to adopt specific political and ideological positions on issues of social and political controversy ... under the guise of ’teaching for social justice’ and other sectarian doctrines.”

    In Maine, a comparable bill states that “the rules must require a teacher to provide students with materials supporting both sides of a controversial issue being addressed and to present both sides in a fair-minded, nonpartisan manner.”

    Science education groups are concerned that these bills, if enacted, would limit instruction on anthropogenic climate change, which is a key tenet of state and federal Democratic Party platforms. In the case of Maine, the bill could require teachers to discuss climate change as a disputed theory and present disproven theories for the global rise in temperatures as valid.

    Other states have introduced legislation that singles out the teaching of climate change directly. A bill in Montana takes a public stance on climate change that “reasonable amounts of carbon dioxide released into the atmosphere have no verifiable impacts on the environment; science shows human emissions do not change atmospheric carbon dioxide emissions enough to cause climate change; claims that carbon associated with human activities causes climate change are invalid; and nature, not human activity, causes climate change.” Any educational and informational materials on climate change would be required to include this information.

    Climate change has become an increasingly politicized topic under the Trump administration. The president has publicly denounced its existence, and some federal agencies have removed the phrase “climate change” from webpages and other documents. Yet as global temperatures continue to rise (2018 was the fourth hottest year on record), at least 97 percent of climate experts maintain that “[c]limate-warming trends over the past century are extremely likely due to human activities.”

    #Education #Climat #Politique_scientifique #Folie


  • Au mépris du climat et des riverains, l’aéroport de Roissy veut 40 millions de passagers supplémentaires
    https://reporterre.net/Au-mepris-du-climat-et-des-riverains-l-aeroport-de-Roissy-veut-40-millio

    L’#aéroport de #Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord de Paris, est le théâtre d’un projet faramineux de nouveau terminal. Le T4 permettrait à lui seul d’absorber jusqu’à 40 millions de passagers supplémentaires [1], par an, à l’horizon 2037. C’est plus que l’aéroport d’Orly et ses 30 millions de passagers annuels. La future aérogare occuperait 167 hectares, sur un espace comprenant l’actuel terminal 3. Sa construction impliquerait de nouvelles liaisons de transport en commun et de nouvelles routes. Le projet est donc intrinsèquement lié au développement des gares et des lignes du Grand Paris Express.

    L’ouverture d’un premier fragment du terminal, un temps envisagée pour les #Jeux_Olympiques de 2024, est prévue pour 2028, à la demande de la compagnie aérienne Air France : le T4 lui serait dédié. Le coût de la construction et du développement de la plate-forme aéroportuaire, à l’horizon 2037, est estimé entre 7 et 9 milliards d’euros, entièrement pris en charge par le Groupe ADP (Aéroports de Paris), dont l’État est (encore) l’actionnaire majoritaire.

    #folie



  • Trump Admin Says It’s Too Hard To Reunite Thousands Of Separated Families : Court Filing | HuffPost
    https://www.huffingtonpost.com/entry/report-trump-admin-does-not-plan-to-reunite-families-separated-befor

    On Friday, officials from the Trump administration said it would require too much effort to reunite the thousands of families it separated before implementing its “zero-tolerance” policy in April, according to a declaration filed as part of an ongoing lawsuit between the American Civil Liberties Union and U.S. Immigration and Customs Enforcement.

    Last month, the inspector general of the Department of Health and Human Services released a report stating that “thousands” more immigrant families had been separated than the government had previously disclosed. In the declaration submitted Friday, HHS officials said they don’t know the exact number of children who were taken from their parents before “zero tolerance” and that finding them would be too much of a “burden” since there was no formal tracking system in place.

    “The Trump administration’s response is a shocking concession that it can’t easily find thousands of children it ripped from parents and doesn’t even think it’s worth the time to locate each of them,” said Lee Gelernt, the lead lawyer in the ACLU’s ongoing lawsuit against ICE, in a statement. “The administration also doesn’t dispute that separations are ongoing in significant numbers.”

    Nous vivons une époque où les salauds ont pris le pouvoir. Le cynisme et la goujaterie des « commentaires » sur les tweets de gauche ou antiracistes nous montre que cette sapolperie est largement partagée par une partie de la population. Quand les dirigeants perdent tout repère éthique, les vannes sont ouvertes pour que la désagrégation se répande.

    “They are saying they just don’t care,” said Michelle Brané, the director of the Migrant Rights and Justice Program at the Women’s Refugee Commission. “It’s shocking from a human rights perspective for a government to behave this way.”

    “I think the policy of taking the children away in the first place was cruel,” said Gelernt, the ACLU lawyer, “but to not even have a system to return the parents to the children just increases the magnitude of the cruelty.”

    #Trump #Migrants #Tolérance_zéro #Folie #Barbarie

    • ça correspond aussi à une des case qu’on coche sur la liste des symptomes qui décrivent les psychopathes (l’absence d’empathie)

      Officials said they don’t know the exact number of children who were taken from their parents before “zero tolerance” and that finding them would be too much of a “burden” since there was no formal tracking system in place.

    • Une absence de scrupules totale, l’irresponsabilité absolue, pire le déni de toute responsabilité : c’est la faute aux démocrates et à leur politique d’immigration laxiste.

      On n’est pas loin du crime contre l’humanité.

      Cerise sur le gâteau, il n’est pas exclu qu’il y ait des pressions du business de l’adoption pour ne pas même essayer d’entamer le processus de recherche.


  • deuxième nouvelle de ces jours derniers qui vient consoler un peu la découverte du pillage de mon travail : la sortie de Trou !
    c’est le queerzine de C. de Trogoff et de ses éditions PCCBA
    il est beau comme tout, il parle depuis plein d’horizons corporels psychiques et sexuels
    j’ai deux poèmes dedans (c’est le moment où je me met dans la lumière !)
    il y a un teaser là https://www.le-terrier.net/pccba/index.htm

    #queer #folie #psy #trans #genres #gay #art #fanzine


  • Alors que les piscines de La Hague sont saturées, Orano veut importer des déchets nucléaires japonais
    https://reporterre.net/Alors-que-les-piscines-de-La-Hague-sont-saturees-Orano-veut-importer-des

    Fin octobre 2018, le groupe #Orano a signé avec JAEA1 (Japan Atomic Energy Agency) un contrat pour un important volume d’affaires concernant la préparation des transports vers la France de 731 assemblages de #combustibles usés issus du réacteur de #Fugen, localisé au #Japon.

    Orano conduira l’ensemble des travaux techniques préparatoires aux futurs transports des 111 tonnes de matières nucléaires prévus entre 2023 et 2026, incluant la conception et la fabrication d’une flotte d’emballages de transport qui répondent aux réglementations nationales et internationales en matière de sûreté et de sécurité. Le contrat prévoit également la mise en œuvre des études préalables aux opérations de réception et de traitement – recyclage des combustibles usés à l’usine de la Hague.

    « On récapitule : les piscines de La Hague sont bientôt saturées, a tweeté Barbara Pompili, députée de la Somme et présidente de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale. On veut construire une nouvelle piscine centralisée pour entreposer nos combustibles usés car on n’a plus de place et... on fait venir 111 tonnes de combustibles usés japonais ! »

    #nucléaire #déchets_nucléaires


  • Alerte Attentat-Intrusion dans les écoles parisiennes : le grand n’importe quoi


    https://paris-luttes.info/alerte-intrusion-dans-les-ecoles-11077

    Ce jeudi 22 novembre le Rectorat et la Mairie de Paris devraient organiser une expérience grandeur nature d’alerte attentat sur les élèves de maternelle et de primaire. Il s’agit de coller au « plus proche de la réalité », avec confinement et descente dans les caves au mépris de toutes valeurs pédagogiques et des dangers traumatiques. Dans un communiqué, Sud éducation Paris rappelle que le syndicat soutiendra tous les enseignant.e.s qui dérogeront au secret de cette opération.

    @rezo @val_k @colporteur

    #dingue #terrorisme #folie #attentats


  • Amazon patents Alexa tech to tell if you’re sick, depressed and sell you meds | Ars Technica
    https://arstechnica.com/gadgets/2018/10/amazon-patents-alexa-tech-to-tell-if-youre-sick-depressed-and-sell-you-

    Amazon has patented technology that could let Alexa analyze your voice to determine whether you are sick or depressed and sell you products based on your physical or emotional condition.

    The patent, titled “Voice-based determination of physical and emotional characteristics of users,” was issued on Tuesday this week; Amazon filed the patent application in March 2017.

    The patent describes a voice assistant that can detect “abnormal” physical or emotional conditions. “For example, physical conditions such as sore throats and coughs may be determined based at least in part on a voice input from the user, and emotional conditions such as an excited emotional state or a sad emotional state may be determined based at least in part on voice input from a user,” the patent says. “A cough or sniffle, or crying, may indicate that the user has a specific physical or emotional abnormality.”

    It’s not clear what ads would be sent based on a user’s emotional state, but someone who is sick might be asked if they want to buy cold medicine.

    “A current physical and/or emotional condition of the user may facilitate the ability to provide highly targeted audio content, such as audio advertisements or promotions, to the user,” the patent said.

    If the Amazon voice assistant determines that you have a sore threat, the system would “communicate with the audio content server(s)” to select the appropriate ad. “For example, certain content, such as content related to cough drops or flu medicine, may be targeted towards users who have sore throats,” the patent says.

    Alexa might then ask, “would you like to order cough drops with 1 hour delivery?” After the order is made, the voice assistant “may append a message to the audible confirmation, such as well wishes, or ’feel better!’”
    System could raise privacy concerns

    Companies get patents all the time for technologies that never make it to market, so there is no guarantee this capability will be implemented in future versions of Alexa.

    Amazon would have to consider the privacy implications of letting its voice assistant analyze the emotional and physical states of Amazon customers. Amazon and other tech companies last month were called to a Senate Commerce Committee hearing to testify about consumer data privacy, and senators are considering whether to write a new privacy law.

    Besides analyzing your physical or emotional states, Amazon’s patent says the system would take into account the user’s browsing history and purchase history:

    Embodiments of the disclosure may use physical and/or emotional characteristics of a user in combination with behavioral targeting criteria (e.g., browse history, number of clicks, purchase history, etc.) and/or contextual targeting criteria (e.g., keywords, page types, placement metadata, etc.) to determine and/or select content that may be relevant for presentation to a user.

    The system would use a “voice processing algorithm” to determine a user’s emotional state. The voice analysis would be able to detect “happiness, joy, anger, sorrow, sadness, fear, disgust, boredom, stress, or other emotional states.” It would make those determinations “based at least in part on an analysis of pitch, pulse, voicing, jittering, and/or harmonicity of a user’s voice, as determined from processing of the voice data.”

    The system would apply tags to each physical or emotional characteristic. Those tags may be “associated with or linked to a data file of the voice input,” and “used to determine content for presentation to the user.”

    The emotion-detecting system would be tailored to each user, determining the user’s “default or normal/baseline state” so that it can detect changes that indicate that “the emotional state of the user is abnormal,” the patent says.

    Amazon’s analysis would presumably be more accurate when tailored to a specific user, but the patent says the technology can also determine the emotional state of “any user” regardless of whether they normally use that device.

    #Le_Meilleur_des_Mondes #Folie #Amazon #Brevet


  • Trump’s Absurd New Conspiracy Theory: Sexual Assault Survivors Protesting Kavanaugh Are ’Paid Professionals’ Working for Soros | Alternet
    https://www.alternet.org/news-amp-politics/donald-trump-brett-kavanaugh-protestors-george-soros?src=newsletter1096830

    As if the treatment of the protestors could be any less dignified, President Donald Trump attacked them on Friday with a bizarre conspiracy theory:

    The very rude elevator screamers are paid professionals only looking to make Senators look bad. Don’t fall for it! Also, look at all of the professionally made identical signs. Paid for by Soros and others. These are not signs made in the basement from love!

    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) October 5, 2018

    Trump is claiming, with zero evidence, that because the protests had some professional organization, like mass-produced signs, the protestors are “paid professionals” in the employ of George Soros, the Hungarian-born Jewish billionaire philanthropist and Holocaust survivor who sits at the core of many right-wing conspiracy theories.

    The idea that anti-Trump protestors are paid off by his political enemies is a recurring claim by the president, who previously advocated investigating the 2017 Tax March protestors to determine whether they were paid.

    However, this marks the first time Trump has explicitly mentioned Soros by name on Twitter — a move that could well fan the flames of conspiracy among the far right.

    #Conspirationnisme #Folie #Trump #Soros


  • Notes anthropologiques (XXII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXII

    Dionysos ou la déraison grecque
    Première partie : Les pouvoirs de l’esprit

    J’entends par esprit, l’esprit d’une société : la pensée dans son envergure sociale partagée par tous les membres de ladite société, formant ainsi une véritable communauté de pensée, sans qu’il y ait séparation à l’intérieur de la société entre ceux qui auraient la pensée de l’activité sociale dans son ampleur générique et ceux qui en seraient dépourvus. C’est en Grèce, vers le VIe siècle un peu avant l’époque dite classique, que la raison serait née avec la polis et la démocratie, elle y aurait connu ses premiers balbutiements avec les physiciens de Milet, puis elle aurait pris son envol avec des philosophes prestigieux à partir de l’époque classique, Socrate, Platon, Aristote… Hormis l’art de bien raisonner c’est-à-dire de tenir un discours qui ne se contredit pas, la raison repose essentiellement sur la séparation entre le monde des idées et l’univers de la non-pensée dit encore naturel — le monde réduit à son paraître. (...)

    #anthropologie #Grèce_antique #Dionysos #cosmovision #E.R._Dodds #tarentelle #transe #ménadisme #folie #hystérie #guérison #Michel_Leiris #Bertrand_Hell


  • Les patients d’un hôpital psychiatrique retrouvent un peu de liberté - Caroline Coq-Chodorge, Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170618/les-patients-dun-hopital-psychiatrique-retrouvent-un-peu-de-liberte?onglet

    Les pratiques de contention et d’isolement au Centre psychothérapeutique de l’Ain ont provoqué un scandale en 2016. Depuis, la plupart des patients hospitalisés ont retrouvé leur liberté d’aller et venir. Les pratiques de soins s’en trouvent bouleversées. Mais la société reste tentée par l’illusion de sécurité qu’offre l’enfermement des malades mentaux.

    D’entrée, nous voilà prévenus : « La médiatisation a été un traumatisme supplémentaire. On a regardé la psychiatrie par le trou de la serrure de la chambre d’isolement. Certains soignants ont été traités de tortionnaires, jusque dans les cours d’école de leurs enfants », s’indignent, d’une même voix, la cinquantaine de cadres de santé, ceux qui dirigent les équipes d’infirmiers et d’aides-soignants du Centre psychothérapique de l’Ain (CPA), réunis à l’occasion de leur réunion hebdomadaire.

    Dans cet hôpital psychiatrique vieux de 150 ans, situé à Bourg-en-Bresse, hérité d’une congrégation religieuse et devenu privé non lucratif, travaillent 80 médecins, 600 soignants, 1 200 salariés en tout, qui accueillent chaque année 16 000 patients, à l’intérieur de l’hôpital qui compte 308 lits, mais surtout à l’extérieur, dans des hôpitaux de jour, des centres médico-psychologiques (CMP), des centres d’activité thérapeutique à temps partiel (CATTP), etc.

    Début 2016, cet hôpital a été épinglé sans ménagement par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) Adeline Hazan. Elle a dénoncé dans des recommandations en urgence publiées au Journal officiel des « violations graves des droits fondamentaux des patients » au CPA, en particulier « un recours à l’isolement et à la contention utilisés dans des proportions jamais observées jusqu’alors ». « Ce n’était pas la réalité de la plupart des soins, nuance la directrice des soins Brigitte Alban. 90 % de notre temps, nous le passions à aider les patients à ne pas aller dans la crise. » Mais elle affirme aussi fermement, devant tous les cadres de santé qui travaillent sous sa responsabilité : « Nous assumons collectivement, c’est notre devoir, une responsabilité pleine et entière. L’établissement a peut-être glissé vers une vision sécuritaire des soins. »


    Le docteur Philippe Pinel faisant tomber les chaînes des aliénés. © Tony Robert-Fleury (1838-1911)

    « Cet hôpital avait auparavant 46 chambres d’isolement, ce n’était pas une situation normale », reconnaît lui aussi le directeur Dominique Bloch-Lemoine, nommé à la suite du scandale. Au CPA, qui ne comprend pourtant pas d’unité pour malades difficiles (UMD), une unité entière était dédiée à l’isolement des malades, et souvent à leur contention. Sinistre ironie : cette unité était baptisée Pinel, du nom du médecin qui, pendant la Révolution française, a ôté les chaînes des malades mentaux et fondé la psychiatrie. Dans cette unité, la CGLPL a constaté que « dans le meilleur des cas », les patients n’étaient enfermés « que 19 heures par jour dans leur chambre ». Ou encore que certains malades étaient « sous contention la nuit, d’autres, en permanence. Une jeune femme, présente depuis un an, était constamment sous contention des quatre membres, le lien posé sur l’un des deux bras était ajusté de façon à lui permettre de reposer le bassin au sol sans l’aide d’un soignant. Elle a précisé qu’elle était autorisée à retourner chez elle un week-end sur deux, ce qui lui permettait de se rendre chez le coiffeur ou au restaurant ».

    « On a tous participé de ce système-là, assume Raphaëlle Jougla, la cadre de l’unité des Charmilles, pourtant l’une des plus ouvertes de l’établissement. Les patients venaient de toutes les unités de l’hôpital. Quand l’équipe était fatiguée par un patient délirant, on se disait qu’il fallait qu’il fasse un séjour de rupture… C’était la solution de facilité. »
    La culture sécuritaire imprégnait le centre tout entier, qui pratiquait la politique des portes fermées. Les soignants étaient occupés à gérer les restrictions de liberté : les journées passées à l’isolement et en pyjama à l’admission, l’accès au téléphone limité, le nombre de cigarettes fumées, les heures de sortie, toujours accompagnées, celles où les patients pouvaient lire des magazines, écouter la radio, regarder la télé… « Tout était protocolisé. Les soins, c’était faire respecter ça », explique l’infirmier Jean-Loup Mortel. Pour la psychologue du service, Nathalie Guinchard, « les patients se retrouvaient soumis au bon vouloir de l’autre ».

    Le médecin-chef responsable de ces pratiques a été licencié. Le directeur de l’établissement est parti précocement à la retraite. Et la première recommandation d’Adeline Hazan, qui était d’« ériger en règle la libre circulation dans l’établissement », a été mise en pratique rapidement. La moitié des chambres d’isolement ont été fermées. Le recours à l’isolement a été divisé par onze. Toutes les unités étaient auparavant fermées, désormais 9 sur 12 sont ouvertes en permanence, les patients allant et venant à leur guise. Le monde de la psychiatrie bruisse désormais des échos de l’expérience menée au CPA, preuve que la vision sécuritaire de la psychiatrie qui y a été longtemps pratiquée n’était pas une dérive solitaire, mais bien collective, celle de la société tout entière.

    L’hôpital psychiatrique de Bourg-en-Bresse, remarquablement entretenu, dispose d’un écrin splendide : un immense parc de 73 hectares, qui alterne bois touffus, champs, étangs, et qui ne peut-être clos. « C’est pour tromper l’ennemi ! » nous met en garde André Bitton, le président du Cercle de réflexion et de proposition d’actions sur la psychiatrie (CRPA), « ex-patient » de la psychiatrie et blogueur sur Mediapart. Autrement dit, les environnements souvent majestueux des hôpitaux psychiatriques seraient faits pour cacher de sombres pratiques.

    Avant la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, ni la Haute Autorité de santé ni l’Agence régionale de santé, qui visitaient régulièrement l’établissement, n’avaient rien trouvé à redire aux pratiques du CPA. Ce parc a toujours alimenté les plus grandes craintes : celle des fugues, des trafics, etc.

    L’ouverture des unités a en effet attiré dans le parc des trafiquants de drogue, qui y viennent à la rencontre de leurs consommateurs, nombreux en psychiatrie. De nombreux soignants rappellent que leurs patients sont avant tout vulnérables, souvent victimes d’agression. Dans le parc ou à l’occasion de sorties en ville, des patients ont été molestés ou détroussés. L’établissement a connu un nouveau drame fin 2017 : une vieille dame de 80 ans qui se promenait dans le parc a chuté et s’est noyée dans un bac de décantation : « Il y a un étang dans le parc qui est sécurisé. Personne n’aurait pu prévoir qu’un tel accident puisse arriver, assure Brigitte Alban. Ouvrir, c’est aussi vivre avec certains risques. »

    « Les patients ne mettent plus leur énergie à lutter contre le cadre qui leur est imposé »

    La balance bénéfice/risque est clairement en faveur de l’ouverture des portes, affirme le psychiatre Thierry Najman, qui a consacré un livre, Lieu d’asile, aux mesures d’enfermement : « Une étude récente vient s’ajouter à d’autres études pour montrer que les patients ne fuguent pas plus lorsque les portes des services hospitaliers sont ouvertes. De surcroît, une politique d’ouverture des portes diminue le risque de tentative de suicide. Et qui a évalué la pratique des contentions mécaniques ? Celles-ci peuvent provoquer des traumatismes psychiques, mais également des phlébites, des luxations ou des déchirures musculaires. Leur utilisation peut même aboutir à la mort par strangulation, asphyxie ou embolie pulmonaire. Il existe trop peu de données sur les événements indésirables liés aux contentions qui sont pourtant en usage dans la quasi-totalité des établissements psychiatriques français. Le comble est qu’aucune étude n’a montré leur intérêt thérapeutique. »

    Au CPA, l’ouverture a eu de puissants effets sur les pratiques de soins. « Les patients ne mettent plus leur énergie à lutter contre le cadre qui leur est imposé », constate la médecin psychiatre Sophie Variclier. « Ils peuvent mettre à profit le temps de l’hospitalisation à se demander pourquoi ils sont là », complète la directrice des soins Brigitte Alban.

    L’unité des Charmilles, comme les autres, a ouvert ses portes. « Au départ, on cherchait les patients tout le temps. Il a fallu être inventifs et trouver des moyens de les faire rester dans le service », explique la cadre Raphaëlle Jougla. L’unité a ritualisé un « café-rencontre » hebdomadaire, afin d’impliquer les patients dans la création de projets. « On s’est rendu compte que certains patients ne sortaient jamais », poursuit la cadre. Ils vont désormais au cinéma, font des pique-niques, de la marche rapide, des ateliers cuisine, etc.

    L’infirmier Jean-Loup Mortel anime trois fois par semaine une séance de méditation de pleine conscience, qu’il pratique lui-même. « J’ai débuté cette activité il y a quatre ans, dans cette unité, parce qu’on pouvait déjà y débattre, y échanger. Avant la crise, c’était une pratique divergente. Elle est devenue exemplaire. L’institution accepte que l’on ne puisse rien faire, sans exiger des résultats », explique l’infirmier. Il en obtient tout de même : plus des deux tiers des patients de l’unité participent à ces séances. Les soignants sont unanimes : la violence dans l’unité a baissé, ainsi que le recours aux neuroleptiques.

    Troublé, Martial Degenmann, un aide-soignant de l’unité des Charmilles, qui a longtemps travaillé dans l’unité Pinel, confie : « Je vois aujourd’hui des patients qui étaient à l’isolement 20 heures sur 24 se promener seuls dans le parc, prendre le bus, aller au restaurant… C’est incroyable. Je ne les en pensais pas capables. » Pour la directrice des soins Brigitte Alban, « quand on se retrouve face à des gens qui perdent la main sur leur vie, on peut avoir une attitude surprotectrice, chercher à limiter tous les espaces d’insécurité, et leur nuire sans le vouloir ».

    La pratique de l’isolement persiste. Mais sa durée moyenne est désormais « inférieure à une journée, explique Sophie Variclier, médecin psychiatre et présidente de la Commission médicale de l’établissement. Elle dure la plupart du temps quelques heures seulement, le temps que cesse la crise, que les médicaments fassent effet. La contention au long cours, comme elle a pu être dénoncée, a disparu. Elle est devenue rare et utilisée sur de très courtes périodes. »

    Une unité reste en permanence fermée, celle dédiée aux « patients très déficitaires », souvent des adultes porteurs de troubles du spectre autistique très sévères, ou de polyhandicaps, qui ne sont pas capables de sortir seuls dans un parc. Ils ont cependant accès à une cour intérieure et font des sorties à l’extérieur, accompagnées, au restaurant ou à la piscine. Ce sont des patients hypersensibles, au bruit, au toucher, à la lumière, au contact de l’autre. En situation de crise, certains s’automutilent. Les soignants ont dans ces cas encore recours à la contention. Mais ils cherchent d’autres solutions, comme le recours à des gants ou à des combinaisons intégrales de plongée.

    La psychiatre Sophie Variclier ne cache pas que quelques patients, qui se comptent sur les doigts d’une main, font éclater les cadres, échouer toutes les propositions de soins. « Ce sont des patients que l’on ramène chez soi. Soit on est très restrictifs, soit on abandonne et on les laisse sortir, ce qui n’est pas une solution… Ce qui a changé aujourd’hui : on essaie de ne plus les gérer seuls, chacun dans son coin. On échange entre médecins, on passe le relais, on tente d’autres solutions. Et on s’appuie beaucoup plus sur les compétences de nos équipes. »

    L’organisation du CPA a beaucoup évolué : auparavant verticale, obéissant à l’autorité médicale, elle est désormais plus horizontale. L’approche soignante – celle des infirmiers – paraît confortée, tandis que le pouvoir médical semble vacillant. La présidente de la Commission médicale d’établissement Sophie Variclier reconnaît que les médecins de l’établissement traversent une crise, en premier lieu liée à la désertification dramatique du département de l’Ain : « Nous sommes 44 psychiatres, 9 postes sont vacants, nous en sommes réduits à faire appel à des intérimaires. Il n’y a plus de psychiatre en ville sur lesquels s’appuyer, et même de moins en moins de généralistes. La charge de travail est grandissante. J’ai sondé les médecins : leur seul vécu positif tient aux bonnes relations avec les équipes. »

    Le syndicat majoritaire, la CFDT, témoigne aussi d’un mal-être du personnel : « L’ouverture a été brutale, beaucoup de monde est désorienté, ne trouve plus de sens à ce qu’il fait. Et avec la pénurie médicale, il y a une pénurie de pensée. Avant, il y avait plusieurs visions de la prise en charge : une plus sécuritaire, une autre plus libertaire. Aujourd’hui, la vision est administrative, la pensée du soin s’échappe. Est-ce qu’on était plus maltraitant hier quand on attachait à son fauteuil une personne âgée, qui aujourd’hui tombe régulièrement de son fauteuil ? »

    Deux unités sont fermées par intermittence, par exemple lorsque le préfet l’exige, dans le cadre d’une procédure de soins sans consentement. Le cadre de l’unité des Charmilles, William Errigo, raconte l’histoire d’un jeune homme atteint d’une psychose, hospitalisé sans consentement à la demande du préfet, et fiché S car radicalisé. « Pour nous, il n’est pas dangereux. Il était libre d’aller et venir dans l’enceinte de l’hôpital, mais interdit d’en sortir. Il a demandé à plusieurs reprises l’autorisation au préfet d’aller manger au McDonald’s avec sa mère. Elle lui a toujours été refusée. Il a fini par y aller. Mais dès qu’on l’a appelé, il est immédiatement rentré. Pour nous, l’incident était clos. Mais les autorités ont demandé la fermeture du service, seulement pour lui. »

    Un infirmier de l’unité s’agace : « On ne fait pas confiance aux soignants. On nous confie des malades, mais on nous demande de nous comporter comme des gardiens de prison. » Le CPA accueille aussi des détenus qui ont besoin de soins psychiatriques. « À partir du moment où ils sont admis dans l’établissement, ils deviennent des patients. Nous évaluons leur comportement au cas par cas : certains restent en chambre ou en unité fermée, d’autres ont la liberté d’aller et venir », explique Brigitte Alban.

    « Nous sommes aujourd’hui dans une situation de paradoxe total, analyse le directeur du CPA, Dominique Bloch-Lemoine. La CGLPL nous demande de mettre fin à toute restriction de liberté. Et en même temps, je pourrais me retrouver tous les matins au pénal, à moins d’enfermer complètement certains patients, par exemple ceux déclarés irresponsables pénaux, que nous pourrions légalement regrouper dans une unité fermée. Mais c’est justement ce que nous ne voulons plus reproduire. »

    Le directeur montre sur son bureau le courrier des assureurs des parents d’un jeune patient qui fugue régulièrement et commet de petits délits. L’assureur lui rappelle que « l’établissement a une obligation de surveillance et de sécurité » et que ce patient a été placé par la justice sous sa « responsabilité ». Le directeur évoque aussi la confirmation en appel, le 15 mai dernier, de la condamnation à 18 mois de prison avec sursis, pour homicide involontaire, d’un psychiatre de l’hôpital de Saint-Égrève (Isère). En 2008, un patient atteint de psychose délirante chronique, qui évoluait librement dans l’hôpital, a fugué et a assassiné avec un couteau un étudiant dans les rues de Grenoble.

    En réaction, Nicolas Sarkozy avait prononcé à l’hôpital psychiatrique d’Antony, en 2008, un discours où il annonçait la création d’« unités fermées et de chambres d’isolement supplémentaires », l’utilisation de systèmes de géolocalisation des malades, de systèmes de vidéosurveillance, etc.

    Au CPA, ce discours a encouragé la dérive de l’établissement. Aujourd’hui, les discours sécuritaires visant les fichés S font craindre aux professionnels de santé une nouvelle vague sécuritaire. À droite, est régulièrement évoqué, par le patron de LR Laurent Wauquiez en tête, l’internement des fichés S. Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a fait le constat, l’été dernier, qu’un tiers des personnes radicalisées présenteraient des troubles psychiatriques. Et il a souhaité « mobiliser l’ensemble des hôpitaux psychiatriques ». Cette proposition est restée en suspens. Jusqu’à quand ?

    #folie #psychiatrie #contention #soignerl'hôpital


  • « Faire le ménage ensemble, c’est la base »

    Le travail au ras des pâquerettes – 1er épisode

    Par Lise Gaignard

    http://jefklak.org/faire-le-menage-ensemble-cest-la-base

    Sous le pseudonyme de Marie-Louise Michel, de 2007 à 2014, Lise Gaignard a écrit pour Alternatives libertaires des « Chroniques du travail aliéné », réunies et publiées par les Éditions d’une. Psychanalyste en ville et en campagne contre la servitude passionnelle, elle nous fait partager ses tribulations institutionnelles, passant de l’analyse des processus psychiques mobilisés par le réel du travail à la psychothérapie institutionnelle, pratique thérapeutique marchant sur deux jambes (Karl Marx et Sigmund Freud) pour tenir ensemble aliénation psychopathologique et aliénation sociale.


    Le 1er épisode de ces nouvelles chroniques publiées par Jef Klak nous emmène au Boissier, local du club thérapeutique de la clinique psychiatrique de La Chesnaie (Loir-et-Cher). Ici, les habitant⋅es s’attellent au jour le jour à la fragile et précieuse tâche de vivre au milieu des autres, très loin des fantasmes orthopédiques des « conseillers en insertion ».



  • L’édition française de livres en quelques chiffres
    http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/03/16/l-edition-francaise-de-livres-en-quelques-chiffres_5271815_3260.html

    Le Salon Livre Paris 2018 ouvre ses portes vendredi. En 2017, ce sont plus de 68 000 #livres qui ont été publiés en France.

    Un petit nombre d’auteurs, tels Guillaume Musso (967 300 exemplaires pour ses différents livres), Aurélie Valognes (641 800), Michel Bussi (486 100) et Marc Lévy (478 500), concentrent l’essentiel des ventes.

    Les 410 500 exemplaires vendus de La Fille du train, de Paula Hawkins (Sonatine, 2015), montrent aussi que le polar reste très populaire.

    #foliedouce #édition


  • Les semaines de la folie ordinaire, du lundi 12 au dimanche 25 mars, de Villetaneuse à Montreuil en passant par Paris
    Programme
    https://sdlfoparis2018.wordpress.com/programme

    François Tosquelles : une politique de la folie, un #film de François Pain
    https://vimeo.com/167991974

    Sous la forme d’un entretien ponctué d’images inédites, ce documentaire de 54’ dresse un portrait unique de ce personnage truculent et profond qui a radicalement infléchi l’#histoire de la #folie. Cinquante ans d’histoire de la folie à travers la biographie et l’œuvre de François Tosquelles. Fondateur de la #psychothérapie_institutionnelle, il est à l’origine de la création de la clinique de La Borde qui perpétue son œuvre : une nouvelle pratique de la #psychiatrie, une nouvelle approche de la folie.


  • Même avec Trump, « l’isolationnisme américain est une fiction »
    https://orientxxi.info/magazine/meme-avec-trump-l-isolationnisme-americain-est-une-fiction,2282

    Lorsque la guerre froide a pris fin, nombre d’Américains ont cru que les #États-Unis étaient parvenus à la domination permanente, que l’« #Histoire » elle-même avait atteint son terme. On a alors atteint le pic de la #folie. Je pense qu’aujourd’hui, notre problème est qu’il n’y a plus de place pour cette propension expansionniste. Mais nous n’avons pas mis au point une stratégie alternative.


  • L’amour ou la folie... à quelques encablures du port - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/l-amour-ou-la-folie-a-quelques.html

    Héritière d’une #princesse #malgache amenée comme #esclave à #LaRéunion, la belle Germaine est morte de #folie au bout de la ruelle Caca, à quelques encablures du #port de la Pointe-des-Galets. Car qui peut arrêter le cours de la vie d’un capitaine au long cours ? Histoire vraie. La pa moin lotèr...

    #esclavage #amour


  • Musk vend plus de 7000 lance-flammes en moins de 24h | LesAffaires.com

    http://www.lesaffaires.com/techno/produits-electroniques/musk-vend-plus-de-7000-lance-flammes-en-moins-de-24h/600185

    Après le fusil d’assaut M 16 domestique, le lance-flamme domestique. Si jamais vous avez trop de fourmis dans l cuisine.

    Cela dit, ça ressemble à un énorme hoax.

    C’est dans un tweet publié le 10 décembre dernier et repartagé plus de 11000 fois que le PDG de SpaceX a enflammé le Web avec cette idée surprenante : si 50000 de ses casquettes à l’effigie de son entreprise The Boring Compagny étaient vendues, il se lancerait dans la production d’un lance-flamme.

    Moins de 24h après sa mise en ligne, le nouveau lance-flamme d’Elon Musk s’est vendu à plus de 7000 exemplaires, générant des revenus de supérieurs à 3,5 millions de dollars américains.

    Le nouveau produit dérivé du PDG de Tesla (TSLA), vendu pour la modique somme de 500$USD en prévente, serait « le lance-flamme le plus sécuritaire sur le marché ». C’est du moins ce qu’assure Elon Musk dans l’un de ses gazouillis.

    #armes #armement #folie


  • La grande misère des hôpitaux psychiatriques - Le Point
    http://www.lepoint.fr/sante/la-grande-misere-des-hopitaux-psychiatriques-05-01-2018-2184213_40.php

    10 à 20 % des Français sont concernés, mais la psychiatrie publique est le parent pauvre de la médecine. À Rennes, les soignants sont en grève.

    « Le patient est devenu un objet. Je dis aux jeunes de fuir », se désole Michel Roy, infirmier à l’hôpital psychiatrique de Rennes, en grève depuis deux mois. La psychiatrie publique, parent pauvre de la médecine, traverse un malaise profond : soignants, patients et familles réclament un plan ambitieux. À l’entrée principale de l’établissement Guillaume-Régnier, dans la capitale bretonne, le ton est donné : « hôpital sans lits », « redonnons du sens à notre travail », « souffrance au travail » figurent parmi les nombreuses banderoles accrochées aux grilles.

    Les pathologies relevant de la psychiatrie sont en France au troisième rang des maladies les plus fréquentes, après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Entre un dixième et un cinquième de la population risque d’être atteint par un trouble mental à un moment quelconque de la vie, selon le rapport de la Cour des comptes de 2011. Pour la ministre de Santé Agnès Buzyn, « la santé mentale est un enjeu important des besoins de santé des Français ». « Cette discipline a été un peu trop délaissée ou mise à l’écart ces dernières années », a-t-elle affirmé jeudi à l’AFP. Malgré un constat unanime, les acteurs du secteur se sentent abandonnés par l’État.

    « On n’en peut plus », déplore Jean-Pierre Salvarelli, membre du bureau national du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) et chef de pôle au CH du Vinatier, près de Lyon. Il est l’un des signataires de l’appel des psychiatres et médecins pour dénoncer une dégradation de la prise en charge des patients et la « tyrannie des économies comptables », en février 2017.

    Soit on supprime des postes, soit on supprime des lits.
    Des praticiens du CH de Montfavet, près d’Avignon, se sont associés en avril à leurs collègues lyonnais et plusieurs mouvements de grève ont émergé ces derniers mois, notamment à Rennes, Allonnes (Sarthe), Amiens (Somme), Bourges (Cher) et Cadillac (Gironde). « On est sans cesse en train de se restructurer. Aujourd’hui, notre idée est d’entrer en résistance et d’interpeller les pouvoirs publics. Les impacts budgétaires, c’est soit on supprime des postes, soit on supprime des lits », expose le Dr Salvarelli, psychiatre depuis vingt-cinq ans au Vinatier, structure de 750 lits, 2 500 membres du personnel hospitalier et 22 500 patients suivis chaque année.

    C’est l’un des trois plus gros hôpitaux de France en psychiatrie avec Sainte-Anne à Paris et Guillaume-Régnier à Rennes. Dans cet établissement breton, « le ras-le-bol et la tentative de suicide d’une collègue » ont décidé les syndicats à lancer un mouvement de grève, explique Goulven Boulliou, de Sud Santé Sociaux.

    Il n’est pas rare de retrouver un collègue seul à 23 heures pour gérer 15 personnes. (...)

    Pour mémoire, c’est la gauche gouvernante des années 80 qui a commencé à supprimer des milliers de lits en psychiatrie. C’est aussi la « gauche plurielle » qui a supprimé la formation d’infirmier psy. La politique sécuritaire est venue s’ajouter au manque de moyens, avec le retour de la #contention.

    #folie (pas de droit à la) #psychiatrie #logique_comptable #sous_effectifs #maltraitance #grève

    • La psychiatrie publique : Guillaume Régnier à Rennes symbole d’un malaise profond
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/psychiatrie-publique-guillaume-regnier-rennes-symbole-m

      Depuis le 7 novembre, les soignants se relaient 24h sur 24 pour assurer le piquet de grève. « On pose des heures, des jours », détaille l’infirmier.
      Devant le bâtiment rennais datant du XVIIe siècle, grévistes, patients et familles se retrouvent sous un barnum autour d’un brasero et d’un thermos de café.

      « Avec cette tente, on a recréé un lien social. C’est un espace de parole qui dans les murs de l’hôpital n’existe pas », explique Myriam, aide-soignante. « Le mardi on propose galette-saucisse », sourit cette mère de trois enfants. Cette journée est surtout celle de l’Assemblée générale où est décidée la poursuite du mouvement, reconduit sans discontinuer à l’exception de la trêve de Noël.

      Au fil des années, un mal-être s’est installé à Guillaume-Régnier. En 2016, l’absentéisme était de 8,5%, une progression de 1,5 points en deux ans, selon Sud Santé et la CGT. Près de 1.400 signalements liés à des dysfonctionnements (violence, manque de lits, sous-effectifs) ont été adressés à la direction, à l’inspection du travail et au préfet. « Il n’est pas rare de retrouver un collègue seul à 23 heures pour gérer 15 personnes », dénonce Goulven Boulliou de Sud Santé.

      « Les collègues ont des idées noires. On a peur que cela se termine en suicide », craint Martine, 58 ans, qui s’occupe des soins paramédicaux. Pour Sud Santé, la dégradation des conditions d’accueil comme « l’admission sur des fauteuils dans l’attente de la libération d’un lit » ou « des chambres dont la température est tellement froide que même quatre couvertures ne suffisent pas à se réchauffer » génère des comportements violents chez certains patients et par effet domino conduit à des comportements maltraitants.

      « Prioriser la psychiatrie »

      Sous couvert d’anonymat, plusieurs soignants à Rennes ont confié avoir recours « à des camisoles chimiques », pas forcément nécessaire pour
      certaines pathologies. « Il y a des années que je n’ai pas pris le temps d’aller au café d’en face avec un patient et discuter », regrette Michel Roy, infirmier à deux ans de la retraite.

      « On est devenu des gestionnaires de lits, le soin a perdu son sens. La première chose que l’on demande lorsqu’on prend le service, c’est si on est en nombre suffisant de personnel et de lits », renchérit son collègue Antoine. Alors que la demande psychiatrique est exponentielle, le secteur se retrouve « en tension », analyse Dr. Salvarelli. « Le soin psychique demande temps, répétition, accompagnement ». « On est plus aujourd’hui dans la prescription, dans l’automatisation, dans la protocolisation », déplore-t-il.

      À Guillaume-Régnier, le directeur, Bernard Garin, doit composer avec un « contexte budgétaire extrêmement serré ». « Notre dotation annuelle de fonctionnement est stable depuis trois-quatre ans alors que les charges de personnel augmentent », indique-t-il.

      #parole


  • Michael Golz - Voyage dans le Pays d’Athos - Lausanne Musées

    https://lausanne-musees.ch/fr_CH/expositions/michale-golz-voyage-dans-le-pays-d-athos

    Le monde imaginaire de #Michael_Golz, intitulé le pays d’Athos, est l’œuvre d’une vie. L’auteur allemand, né en 1957, y travaille depuis son enfance, à partir des années 1960. Cette production unique et monumentale est constituée de plusieurs éléments : une carte géographique, des dessins représentant des vues de lieux, villes et paysages du pays d’Athos, et des classeurs contenant des centaines de dessins et textes relatant les voyages de Michael Golz à travers ce pays fictif.

    La carte géographique : Sans cesse augmentée et remise à jour, la carte géographique représente la topographie du pays d’Athos. Elle atteint une surface de 20 x 20 mètres une fois ses différentes parties assemblées – environ 1200 feuilles cartonnées. Ce vaste territoire représente, au crayon de couleur, les montagnes, les collines, les lacs, les rivières et les villes de ce pays imaginaire.

    #cartographie #imaginaire #art_cru #art_brut #folie

    • Collection de l’Art Brut - Michael Golz - Voyage dans le pays d’Athos
      https://www.artbrut.ch/fr_CH/exposition/michael-golz-voyage-dans-le-pays-d-athos

      « Athosland » (le pays d’Athos) est un pays imaginaire inventé de toute pièce par Michael Golz (né en 1957). C’est l’œuvre d’une vie, à laquelle cet auteur allemand travaille sans discontinuer depuis son enfance dans les années 1960, avec l’aide de son frère Wulf. Dans ce monde fictif parcouru de montagnes, de collines et de vallées verdoyantes où coulent des rivières, les éléments tirés du monde réel côtoient l’étrange et le merveilleux. Le pays est sillonné par un réseau fourni d’autoroutes et de voies ferrées, tandis que les villes et villages qui le constituent disposent de toutes les infrastructures nécessaires à la vie quotidienne : magasins, cafés, cinémas, sans oublier des postes et des banques… Cependant, les habitants ne sont soumis à aucune contrainte. Leur liberté est totale ! Celui qui ne veut pas travailler peut prendre des congés à volonté et se distraire dans des piscines transformées en discothèques, car des robots sont là pour le remplacer. Dans ce monde alternatif, il est possible de payer avec des boutons de veste, des brins d’herbe ou encore des feuilles d’arbre. En appuyant sur un simple bouton, on peut même ressusciter pour un temps ses proches ou ses amis décédés. Si le pays d’Athos semble idyllique, le danger et le mal y sont également présents. Ils prennent la forme de bêtes malfaisantes, tels les « Teufels-Ö-Ifiche » (Diables-Ö-Ifichen), de mèche avec des indigènes malveillants, ou les « Glätschviecher » (Bêtes-glaciaires), dont la gueule est couverte de verglas. Quant aux paysages luxuriants de cette contrée fantastique, ils sont menacés par la pollution, entre autres à cause des « Bübsfabriken », imposantes usines coiffées de cheminées d’où sortent des nuages de fumée noire et nauséabonde.


  • La santé mentale de Trump est l’objet de toutes les spéculations
    https://www.mediapart.fr/journal/international/251017/la-sante-mentale-de-trump-est-l-objet-de-toutes-les-speculations

    Donald Trump, à la Maison Blanche, le 19 octobre © Reuters #Donald_Trump est-il fou ? Faut-il le démettre ? Un an après l’élection, une partie des États-Unis reste tétanisée par son accession au pouvoir. Télés et réseaux sociaux amplifient à l’infini ses faits et gestes. Résultat : malgré ses échecs politiques, il continue de concentrer toute l’attention. C’est justement ce qu’il cherche.

    #International #Etats-Unis #folie #GOP #Présidence #Républicains


  • 1847, Semmelweis et l’asepsie - Corpus - réseau Canopé
    https://www.reseau-canope.fr/corpus/video/semmelweis-et-l%E2%80%99asepsie-144.html

    http://www.lepetitcelinien.com/2012/08/semmelweis-lapotre-du-lavage-des-mains.html

    #Semmelweis, l’apôtre du lavage des mains
    par Sébastien LAPAQUE

    Ce médecin hongrois a été le premier à remarquer que les femmes ne mouraient plus en couches quand l’accoucheur se lavait les mains. Il a fini dans un asile, ses théories ayant été considérées comme insensées. Il est difficile de croire aujourd’hui qu’au milieu du XIXe siècle en Europe, un médecin ait été ostracisé par ses confrères, banni des hôpitaux et des maternités, considéré comme demi-fou, parce qu’il prônait au personnel de se laver les mains avant toute intervention et de nettoyer soigneusement les instruments utilisés.

    #hygiène
    #révolution_scientifique
    #femmes
    #accouchement
    #sexisme_médical
    #aseptie
    #folie
    #infections_nosocomiales
    #microbes


  • Israel dare not allow Hezbollah to strike first - Israel News - Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/israel-news/1.810999

    Ces gens là, comme les nostalgiques de l’agression contre le Vietnam, n’apprennent, ne reconnaissent, jamais rien, et présentent toujours leurs ennemis comme suffisamment fous pour se prêter à leurs bombes nucléaires,

    There’s a reason why some people call Israel’s army the “Israel Containment Forces.” For many years, including (or especially) the Second Lebanon War, the IDF did not truly aspire, as an army going to war must aspire, to defeat the enemy once and for all, in other words to neutralize its capacity to further endanger the lives of Israel’s citizens, soldiers and infrastructure.

    #folie #sioniste #Israël #insane