• Getting Over Your Fear of Missing Out
    https://hackernoon.com/getting-over-your-fear-of-missing-out-426729047ead?source=rss----3a8144e

    Getting Over FOMONir’s Note: This post is co-authored with Stuart Luman, a science, technology, and #business writer who has worked at Wired Magazine, the Bulletin of the Atomic Scientists, and IBM.“I wish that I could be like the cool kids,” goes the catchy hook for the hit song by Echosmith. The official video has been viewed over 15 million times on YouTube, perhaps tapping into something deeper than mere adolescent angst.We all want to be like the cool kids.In 2013, the word “FoMO” was added to the Oxford English Dictionary. The “fear of missing out” refers to the feeling of “anxiety that an exciting or interesting event may currently be happening elsewhere.” Although the terminology has only recently been added to our lexicon, experiencing #fomo is nothing new.Most people at one time or (...)

    #getting-over-fomo #culture #tech

  • Is #Facebook bad for you? Facebook says it is, and the company has a solution : more Facebook
    https://qz.com/1158984/is-facebook-fb-bad-for-you-facebook-says-it-is-and-the-company-has-a-solution

    Yesterday (Dec. 15), a strange post went up on Facebook’s corporate blog. It was strange because it suggested that Facebook might, in fact, be bad for you.

    What solution can the social network provide? The same answer it gives to every question: namely, more Facebook.

    https://newsroom.fb.com/news/2017/12/hard-questions-is-spending-time-on-social-media-bad-for-us

    The post was the latest in Facebook’s somewhat new series, “Hard Questions.” This set of blog posts aims to address concerns that social media broadly, and Facebook specifically, might be having a negative impact on society. Topics include “Hate Speech,” “How We Counter Terrorism,” and the latest one, “Is Spending Time on Social Media Bad for Us?”

    The structure of these posts is usually the same. Step one: identify some ill in society. Step two: admit that people think technology, and Facebook, might be contributing to that ill. Step three: assert that more Facebook, not less, is the cure for said ill.

    In the new post on the potential downside of social media, the authors, who are researchers at Facebook, begin by correctly saying that people are worried about the effect social media has on relationships and mental health. They then point to research that suggests scrolling through Facebook, and blindly hitting the “like” button, makes people feel like crap. “In general, when people spend a lot of time passively consuming information—reading but not interacting with people—they report feeling worse afterward,” they write.

    The key phrase is “passively consuming.” The authors’ solution to this problem is not, as you might think, using Facebook less. It is using it more, and more actively. Instead of just liking things, and scrolling through our feeds, they suggest that we should be all-in. Send more messages, post more updates, leave more comments, click more reaction buttons. “A study we conducted with Robert Kraut at Carnegie Mellon University found that people who sent or received more messages, comments and Timeline posts reported improvements in social support, depression and loneliness,” they cheerily note.

    They then adds a caveat that “simply broadcasting status updates wasn’t enough; people had to interact one-on-one with others in their network.” But wait. Isn’t Facebook a social network, connecting me to hundreds or thousands of other people? I don’t need Facebook to interact one-on-one, over text, email, or coffee.

    Facebook might admit it has some negative effects, but it is unwilling to face up to the fact that the solution might be using it less. This latest post mentions Facebook’s “take a break” feature. This will hide your ex-partner’s profile updates for you after a break-up, to help in “emotional recovery.” Because, sure, that seems healthier than just not using Facebook at all for a little while.

    Pretty much every Facebook post about the ill effects of the platform follows this formula. Hate speech on Facebook is a problem. The solution? Use Facebook more to tag hate speech, so we can get rid of it. Kids are on Facebook, and it might not be good for them. The solution? Give them Facebook Messenger Kids, a new app made just for them. Facebook is causing political divisiveness in America. The solution? Use Facebook to build digital “communities.”

    Turns out Facebook’s “hard questions” are actually pretty easy. The answer, after all, is always the same.

    #tmi #fomo #déconnexion

    Nombre de Dunbar
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Dunbar

    Le nombre de Dunbar est le nombre maximum d’individus avec lesquels une personne peut entretenir simultanément une relation humaine stable. Cette limite est inhérente à la taille de notre cerveau impliqué dans les fonctions cognitives dites supérieures, le néocortex.

    Ce nombre est estimé par l’anthropologue britannique Robin Dunbar entre 100 et 230 personnes et a une valeur admise en pratique de 150 personnes.

    Ce nombre provient d’une étude publiée en 1992 par le chercheur Robin Dunbar. Dans cette étude, il analyse la taille du néocortex de différents primates et la compare au nombre d’individus de leurs groupes respectifs. Il a ainsi extrapolé ses résultats afin de déterminer un nombre maximum pour la taille d’un groupe d’humains. Ce nombre ne devrait donc théoriquement pas dépasser 150 individus. Au-dessus de ce nombre, la confiance mutuelle et la communication ne suffisent plus à assurer le fonctionnement du groupe. Il faut ensuite passer à une hiérarchie plus importante, avec une structure et des règles importantes (on le voit par exemple à l’échelle d’un pays et de son gouvernement).

    Dunbar indique par ailleurs que le langage que nous avons collectivement développé joue un rôle important dans notre capacité à entretenir des relations sociales avec environ 150 personnes. En effet, le fait de pouvoir parler à plusieurs individus simultanément permet d’établir des rapports efficaces et durables entre nous tous. En l’absence d’un tel outil de communication collective, chacun d’entre nous passerait la moitié de son temps à entretenir individuellement chacun de ses liens sociaux.

    Différentes études ont retrouvé des résultats proches du nombre de Dunbar dans le comportement des utilisateurs de réseaux sociaux sur Internet, en particulier sur Twitter ou Facebook.

    Dans le @mdiplo, voir :

    · Le prix de la déconnexion, par Evgeny Morozov (23 février 2017) https://blog.mondediplo.net/2017-02-23-Le-prix-de-la-deconnexion

    · Le malade virtuel, par Virginie Bueno (juin 2015) https://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/BUENO/53095

    · Twitter jusqu’au vertige, par @Mona Chollet (octobre 2011) https://www.monde-diplomatique.fr/2011/10/CHOLLET/21103

  • Comment les géants du Web capturent notre temps de cerveau

    http://www.lemonde.fr/tant-de-temps/article/2017/10/18/comment-les-geants-du-web-capturent-notre-temps-de-cerveau_5202458_4598196.h

    La prochaine fois sera la bonne. Nouveau coup de bec sur la petite assiette en plastique : aucune graine n’apparaît. Le pigeon retente sa chance, il veut sa récompense. Rien. La prochaine fois, peut-être ? Encore raté. Qu’importe, le volatile insiste, picore encore et encore, jusqu’à ce que la nourriture tombe du ciel. Complètement accro à cette loterie.

    En délivrant à des oiseaux de laboratoire leur pitance de façon aléatoire, le psychologue B.F. Skinner a réussi, dans les années 1950, à conditionner leur comportement. Un de ses protégés a ainsi donné des coups de becs 2,5 fois par seconde pendant seize heures d’affilée, alors qu’il ne grappillait que des miettes.

    Pauvres pigeons, si faciles à plumer avec leur cerveau de piaf. L’Homme ne se laisserait jamais berner si aisément. Vraiment ? Les ados américains consultent leur téléphone plus de 150 fois par jour, en moyenne. Selon une enquête menée en 2016 par Raphaël Suire (qui enseigne le management de l’innovation à l’université de Nantes), 75 % des étudiants français interrogés sont pendus à leur smartphone dès le réveil. Plus éloquent encore : plus de la moitié d’entre eux déclarent le faire mécaniquement, bien conscients d’être addicts.

    Nir Eyal l’explique sans vergogne dans Hooked : How to Build Habit-Forming Products (éd. Portfolio, non traduit en français), un condensé de recettes de manipulation devenu la bible des concepteurs d’applications : « Les récompenses variables sont l’un des outils les plus puissants que les entreprises utilisent pour accrocher les utilisateurs. La recherche montre que le corps sécrète d’importantes quantités de dopamine dès lors que le cerveau s’attend à une récompense. Or l’introduction de la variabilité multiplie l’effet, créant un état de chasse frénétique, qui inhibe les zones du cerveau associées au jugement et à la raison tout en activant celles associées au désir et à l’exercice de la volonté. » Le consommateur est ferré.

  • Quand quelqu’un arrive à rester assis plus de deux minutes avec une autre personne sans céder au besoin irrépressible de vérifier qui a liké la photo de son plat de lasagnes sur Instagram, ou si deux amis parviennent à échanger des idées de plus de 140 caractères sans se traiter de nouveau Hitler, hé bien désormais ça porte un nom façon déviance sexuelle : sapiosexual.

    The Hottest Body Part ? For a Sapiosexual, It’s the Brain
    https://www.nytimes.com/2017/06/02/nyregion/the-hottest-body-part-for-a-sapiosexual-its-the-brain.html?_r=0

    She has had relationships she describes as purely sapiosexual, in which there was no sex, just intense conversation. One man was nowhere near her physical type, but the first time they met, he began reciting poetry by Rainer Maria Rilke. “I was so amazed at how fluid the whole conversation was,” she said. “I could feel something happening inside me.”

    The next time they saw each other, he took her to an art exhibit and gave her all of Rilke’s books. Since then, Rilke has been one of her favorite poets. In such relationships, she said, “I access my wisdom and love and ability to analyze in this incredible way, and they do, too.”

  • Le malade virtuel, par Virginie Bueno (juin 2015)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/BUENO/53095 #st

    C’est un fait : un nombre croissant d’internautes peinent à se déconnecter. Leur activité en ligne déborde peu à peu sur les autres secteurs de leur existence, au détriment de leur sociabilité, de leur travail, de leurs études. S’agit-il pour autant d’une maladie ? Le caractère pathologique du phénomène est loin de faire consensus au sein de la communauté scientifique. En 2008, l’inclusion de la dépendance à Internet dans la cinquième édition de son répertoire des maladies mentales (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM-5) a été rejetée faute d’éléments convaincants. Mais le débat se poursuit, notamment au sein de l’Organisation mondiale de la #santé (OMS), en vue de la publication en 2017 du manuel de classification internationale des maladies.

    #déconnexion

    http://zinc.mondediplo.net/messages/53098 via Le Monde diplomatique

  • #addiction et compulsion, les deux piliers de l’attention
    http://www.internetactu.net/2017/02/01/addiction-et-compulsion-les-deux-piliers-de-lattention

    Pour l’essayiste et journaliste scientifique Sharon Begley (@sxbegle), les deux troubles psychologiques que sont la dépendance et la compulsion semblent des notions interchangeables. Pourtant si l’addiction naît du plaisir, la compulsion, elle, est l’enfant de l’anxiété explique-t-elle dans une tribune pour le Wall Street Journal. Or, les comportements compulsifs, marque (...)

    #Articles #Enjeux #économie_de_l'attention #Interfaces #psychologie

    • Ce nouveau modèle économique est désormais alimenté et soutenu par le design lui-même, renvoyant ici au développement de la #captologie (voir nos articles sur le « design de la vulnérabilité »). Facebook n’embauche pas des psychologues et un laboratoire de recherche comportemental pour rien, souligne Carr. L’entreprise qui l’emportera désormais sera celle la mieux à même de maximiser l’anxiété du consommateur, de générer un comportement compulsif qui génère à des données permettant de manipuler davantage la psychologie du consommateur. Une boucle qui n’a plus rien de vertueux.

      #santé_mentale #exploitation #fomo

  • Steve Jobs saved Apple and Nike with the same piece of advice — Quartz

    Jobs saw Apple as distracted by opportunities. And while opportunities seem innocent enough, we often forget the commitments that come with them: energy, time, and money.

    ok c’est du #business mais ça reste un bon conseil : passer des #priorités au pluriel à la #priorité au singulier ; focus ; ne pas tout suivre ; lutter contre le #FOMO.

  • Je partage ici ma bonne résolution de 2017, car en en parlant autour de moi, plusieurs personnes ont décidé de la suivre également. Et ça commence demain, donc il n’est pas trop tard...

    Partant du même constat que @mona, celui que « mon cerveau d’avant Internet me manquait de plus en plus », j’ai décidé d’instaurer une journée hebdomadaire sans écran, et j’ai choisi le samedi (personnellement ça m’est plus facile le samedi que le dimanche).

    Donc, à partir de demain, le samedi je n’allume ni télé (ça c’est facile), ni ordi (plus difficile), et le smartphone est éteint. Le samedi, désormais, c’est ma journée sans Internet et sans écrans.

  • How Technology Hijacks People’s Minds — from a Magician and Google’s Design Ethicist — Tristan Harris
    https://medium.com/@tristanharris/how-technology-hijacks-peoples-minds-from-a-magician-and-google-s-design-eth

    living moment to moment with the fear of missing something isn’t how we’re built to live.
    And it’s amazing how quickly, once we let go of that fear, we wake up from the illusion. When we unplug for more than a day, unsubscribe from those notifications, or go to Camp Grounded — the concerns we thought we’d have don’t actually happen.
    We don’t miss what we don’t see.
    The thought, “what if I miss something important?” is generated in advance of unplugging, unsubscribing, or turning off — not after. Imagine if tech companies recognized that, and helped us proactively tune our relationships with friends and businesses in terms of what we define as “time well spent” for our lives, instead of in terms of what we might miss.

    http://timewellspent.io

    #design #temps #attention #soin #piège #fomo #manipulation #réseaux_sociaux #santé_mentale #attention

  • Je sais pas s’il est possible que #seenthis et #diaspora survivent tous les deux à long terme.
    N’empeche, je crois, à mon petit degré de compréhension, que diaspora a un modèle plus durable techniquement (autant de pods qu’on veut qui communiquent).

    Bref, c’est certes pas seenthis qu’il faut dégoogliser en priorité, mais je vous invite quand meme sur le pod de framasoft : https://framasphere.org/i/5d67e39e7a98

    Il y a un connecteur twitter, facebook etc, et on n’est pas limités à 140 caractères ! (et il y a un ou deux défauts, ok ok).

    • Diaspora a surtout un modèle économique de startup, avec des levées de fond conséquentes, et ils ne développent rien s’ils n’ont pas (beaucoup) de fric. À ma connaissance, la dernière fois ils ont levé 200.000 dollars (OK, en Kickstarter), après un passage chez Y Combinator.

      C’est un peu comme comparer SPIP et Wordpress et se demander si SPIP peut survivre à Wordpress, en occultant le fait que Automattic a levé plus de 300 millions de dollars. Il y a une question éthique qui devrait se poser, au moins dans une logique de logiciel libre.

      Du coup et en gros : je ne vois même pas l’intérêt de la question.

    • @arno Je n’ai pas été clair : la vie et la mort des entreprises m’importent peu ici, parce que j’ai confiance en framasoft pour ne pas nous laisser tomber comme des vieilles chaussettes en cas de succès de son pod.
      Le logiciel lui-meme n’a pas une logique de startup. Le jour où la startup se plante, il existe encore, parce qu’il est libre, et encore mieux : auto hébergeable.
      Ma question, mieux formulée pour lever l’ambiguité, pourrait etre : « est-ce que, si diapora émerge (et c’est pas gagné), les réseaux sociaux seenthis et diaspora ne sont pas redondants ? Est-ce que ça a du sens de garder les deux »
      Et sinon, l’idée c’était davantage d’inviter des utilisateurs de facebook/twitter à poster depuis diaspora.

    • Il y a plusieurs choses qui se mélangent…

      – dans ma vieille tradition à moi, la logiciel produit ne peut pas être séparé de son mode de production, et c’était l’un des enjeux vraiment intéressants du logiciel libre ; quand les gens comparent SPIP et son équipe (zéro levée de fond depuis 15 ans) à Wordpress/Automattic (300 millions de dollars) et Acquia/Drupal (120 miions de dollars), sans se poser cette question, c’est qu’on abandonne toute une partie de la philosophie du logiciel libre (et pour moi, franchement franchement, une grosse partie de son intérêt tout court) ;

      – l’idée qu’un logiciel libre survit automatiquement à la mort de son équipe de développeurs initiale, au simple motif qu’il est libre, est une vue de l’esprit ; ça ne se vérifie pas, surtout si le mode de production initial se fonde sur de la levée de fond ;

      – pour être plus dans l’esprit de ta question (redondance) : un réseau social n’est pas le logiciel qui le fait fonctionner ; pas plus qu’un site Web n’est le CMS qui le fait fonctionner ; si on va dans la logique de « nœud » de Diaspora, alors il serait encore plus logique qu’on obtienne un réseau non seulement décentralisé mais ne demandant pas un logiciel spécifique, mais simplement le respect d’une norme d’échange. Auquel cas non seulement il serait logique que Diaspora et Seenthis existent en même temps, mais pourraient même finir par échanger de manière transparente ;

      – de toute façon, Seenthis ne se caractérise pas par le succès de son logiciel libre :-)) mais par la qualité de la parole qui en émerge (bref c’est un réseau social). À nouveau, je ne vois pas grand chose de comparable en terme de réseau social entre ce que produit actuellement Diaspora et ce que produit Seenthis (au sens : ce que produisent leurs utilisateurs). Et sur cet aspect, il y a beaucoup plus de déterminants qui interviennent que le choix du logiciel sous-jacent (peut-être, si : le fait que le logiciel qui fait fonctionner Seenthis revendique certaines valeurs, telles qu’évoquées dans le premier point ci-dessus, n’est pas anondin pour les gens qui l’utilisent et qui, donc, fabriquent collectivement un certain type de contenu :-)).

    • l’idée qu’un logiciel libre survit automatiquement à la mort de son équipe de développeurs initiale, au simple motif qu’il est libre, est une vue de l’esprit ; ça ne se vérifie pas

      Carrément. La technique et/ou la licence, n’implique pas en eux-mêmes le succès ni la pérennité d’un logiciel. Pour ça il faut aussi, entre autre, une documentation correcte et une communauté soudée derrière (ce qui n’est pas une mince affaire). Et encore, ce ne sont pas les seuls facteurs, ce sont seulement des choses nécessaires sans être forcément suffisantes.

      #matérialisme #conditions_de_production :D

      alors il serait encore plus logique qu’on obtienne un réseau non seulement décentralisé mais ne demandant pas un logiciel spécifique, mais simplement le respect d’une norme d’échange

      Oui, il s’agit là d’une approche par #protocole, et par #format_ouvert, et non par logiciel.

      C’est un peu ce que font plusieurs projets de rezosocio se basant sur XMPP (il y en a plusieurs, Jappix, Movim, ou Salut à Toi de @goffi).

      Mais il y a d’autres projets qui tentent de promouvoir leur propre protocole (toujours pareil : doit-on se baser sur un protocole décentralisé existant ou en inventer un nouveau… @stephane a plusieurs fois parlé de ce genre de dilemme il me semble).

    • Merci de m’avoir cité, je n’avais pas vu ce fil.

      Une correction pour Diaspora : bien que c’était dans un esprit startup au début, ça n’est plus le cas depuis que c’est passé à la communauté (les développeurs d’origine ont abandonné), et la dynamique est assez sympa en ce moment. Je ne commence à faire confiance à ce projet que depuis qu’il est passé communautaire.

      Après oui de notre côté on pense qu’un standard est essentiel, et on est amis avec les équipes de Movim et Jappix et on collabore comme on peut (surtout avec Movim, on a beaucoup de contacts). Et comme ça vient d’être dit dans une conf ejabberd : XMPP était là y’a 15 ans, et sera encore là dans 15 ans

      L’intérêt du contenu est dépendant de la médiatisation de la plate-forme : @seenthis a vu des acteurs très intéressants arriver (le @mdiplo pour ne citer que lui), et ça joue énormément sur la qualité globale. Est-ce que c’est dû à sa médiatisation ? À un effet boule de neige avec d’autres personnes ?

      Sur Salut à Toi on est dans une logique éthique (cf notre contrat social) et politique : on refuse d’utiliser Twitter et FB pour communiquer - ce qui serait incohérent vu qu’on les critique par ailleurs -. Le revers de la médaille c’est qu’on est très peu connus en dehors du milieu technophile francophone (et j’ai même envie de dire français : je suis passé à un hackerspace Belge hier, personne ne connaissait), et donc beaucoup moins soutenus que d’autres.

      Ah au passage, c’est sympa de m’avoir cité mais ce n’est pas le « salut à Toi de goffi » : on est 2 dévs à y laisser une partie de notre vie + des contributions ponctuelles, et on espère bien que ça deviendra le Salut à Toi de tout le monde un jour :)

    • Oui le « de @goffi » c’est juste parce que toi je savais que tu avais un compte ici, par pour citer spécifiquement les auteur⋅e⋅s. :)

      Oui je m’en doutais, mais je me devais de spécifier, comme c’est moi qu’on voit le plus souvent en conf et sur les forums, on pense que c’est « mon » projet, alors que l’autre dév principal y a passé un temps fou (et c’est pas marrant tous les jours). Et puis comme disaient les bérus : « ici y a pas de chefs, tous dans les mêmes galères » ;)

    • @Rastapopoulos Oui, cette histoire d’utiliser un protocole standard est essentielle. Le réseau social, celui qui écrase tous les autres en taille et en pérennité est le courrier et il est un tel succès parce qu’il ne nécessite pas de logiciel spécifique. Un Unixien féroce, utilisateur de mutt + Postfix, peut communiquer avec un fana Microsoft qui utilise Outlook + Exchange ou avec un googlisé qui ne connait que Gmail.

      Attention avec les exemples cités : dire « on est fondés sur XMPP » ne suffit pas car XMPP est très modulaire et a plein d’extensions. Movim, par exemple, ne marche pas avec la plupart des serveurs XMPP (et ce n’était, la dernière fois que j’ai essayé, quasiment pas documenté).

    • @stephane c’est un problème qu’on est en train de régler. J’ai écrit 2 extensions pour permettre d’utiliser un service externe au serveur pour avoir ce qu’il nous faut pour le microblogage.

      En d’autres termes : une fois que les serveurs auront implémenté ces 2 XEPs (extensions XMPP), on ne sera plus dépendant des fonctionnalités des serveurs, il suffira de connecter le bon composant au serveur de notre choix.

      On a franchi un gros, gros pas là.

      P.-S. : je parle des serveurs logiciels là, évidemment ça va prendre du temps avant que la plupart des instances existantes gèrent tout ça.

    • Si on peut faire quelque chose côté seenthis pour entrer dans cet écosystème, on est partants.

      Ben le top serait que vous ayez un serveur XMPP (par exemple j’interroge fil@seenthis.net et j’ai tes billets), avec la possibilité de commenter. C’est un peu de dév mais c’est pas insurmontable.

      Sinon nous après la version qu’on va sortir là qui est surtout destinée à avoir un microblogage correct (on arrive au bout), on va faire des passerelles (donc pendant l’été), et j’avais déjà l’intention d’en faire une pour seenthis et une pour Diaspora (enfin selon la complexité de la tache). Là ce qu’il faut c’est de la doc surtout : s’il y a une API comment l’utiliser.

      Sinon j’ai fait une demande pour faire une table ronde sur les nouveaux médias aux prochaines RMLL à Beauvais, j’attends la confirmation pour demander officiellement qui veut participer, mais ça serait super de t’y voir et d’y voir seenthis en général. L’idée serait d’avoir une discussion non technique et surtout une réflexion/un débat de fond : quel rôle le libre a à jouer dans les nouveaux médias, comment collaborer entre nos différents projets, faut-il reproduire les fonctionnement des gros réseaux commerciaux etc. Bref aller un peu plus loin que les traditionnelles questions de vie privée (qui sont essentielles bien sûr, mais qui masquent souvent tout le reste).

    • I have not yet seen anything like this.

      Personnellement je n’ai plus te temps de tout suivre sur internet afin de ne pas rater quelque chose qui m’intéresse.
      Mon Netvibes explose déjà et pourtant il grandit encore avec de nouveaux flux RSS pour lesquels je n’ai pas le temps.

      Seenthis est la seule communauté dans laquelle je suis présent et que je suis parce que sa qualité diversifiée me permet d’avoir une relative confiance de ne pas trop rater de ce qui est important à savoir (pour moi).

      Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.
      Si les gens ici trouvent que ça vaut la peine que quelque chose soit posté, c’est que ça vaut la peine. (selon mes critères et besoins).

      Quand je n’ai pas le temps, je check juste Seenthis (et mes mails).

      Le seul truc qui me manque un peu sur Seenthis c’est la possibilité de pouvoir contacter directement quelqu’un.
      (or am I missing something ?)

      #FOMO

    • Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.
      Si les gens ici trouvent que ça vaut la peine que quelque chose soit posté, c’est que ça vaut la peine. (selon mes critères et besoins).

      Je serais curieux de savoir ce qui fait la différence. Effectivement le contenu est la plupart du temps intéressant ici, sur framasphère je trouve parfois (très rarement) quelque chose qui m’intéresse. C’est peut être dû aux sujets que je suis.

      Comment @seenthis a été médiatisé au début ? Moi j’ai connu via un billet de @stephane sur DLFP (et je suis venu parce que c’était libre et ça m’a semblé très bien au niveau éthique - je le pense toujours -), mais la communauté était déjà bien en place.

      Qu’est-ce qui fait un @mdiplo ou un @cqfd soient venus ? Est-ce que c’est dû au fonctionnement (qui n’est au final pas très différent d’un point de vue interface que ce qu’on voit ailleurs) ?

      P.-S. : une remarque hors sujet pour @fil : j’ai un bogue très chiant : sur mon iceweasel quand j’écris un commentaire en bas de page ça « saute » et remonte de quelques lignes, et je ne vois plus ce que j’écris. Bon du coup j’édite via vim donc ça va. Je suis le seul à avoir ça ?

    • @erratic :

      Seenthis fonctionne pour moi comme un noise filter.

      Exactement pareil. Même si malgré ça, ça me fait encore beaucoup trop de choses à lire ou à regarder.

      @goffi :

      Qu’est-ce qui fait un @mdiplo ou un @cqfd soient venus ? Est-ce que c’est dû au fonctionnement (qui n’est au final pas très différent d’un point de vue interface que ce qu’on voit ailleurs) ?

      Le co - pi - na - ge. C’est ça la clé. :)

      Seenthis, c’est quand même fortement lié à @rezo, au portail des copains, à l’internet non-marchand, @arno et donc à @spip du coup, et donc aussi à @mdiplo et aux journaux indépendants (dont une bonne partie sont sous #SPIP aussi, comme par hasard). Et du coup il y a aussi des journalistes ici, pas juste des techos ou des pro-LL. Ça a directement été rempli en premier lieu par des gens ayant une sensibilité politique commune, même si pas tou⋅te⋅s pareil⋅le⋅s. Tout ça est lié… Machination ! Complot !

      Bref, Seenthis, c’est quand même pas mal un fruit, un enfant, de l’histoire des internets indépendants francophone. Il est nééééé le diviiin enfannnnt.

    • @goffi

      Je serais curieux de savoir ce qui fait la différence.
      [...]
      Comment @seenthis a été médiatisé au début ?

      Les gens, leur attitude, leur « maturité pas qu’ intellectuelle » ? Je ne sais pas.
      Par contre je pense que le fait que le site soit moins « populaire » (dans le sens « connu ») est un facteur clef dans une dynamique qui s’auto-régule ;
      (1) Les gens qui ont un besoin auquel répond Seenthis trouvent ce site grâce à la force sérendipitale
      (2) Les gens qui n’ont pas besoin de cette particularité de Seenthis ne le « trouvent » que si c’est médiatisé par un truc de masse qui atteins un très large public (les autres « réseaux sociaux »)
      Seenthis s’autofiltre.

      Seenthis aurait un autre visage s’il eut été (trop) médiatisé.

      Pour ma part, j’ai connu Seenthis fin 2012 via Place de la Toile sur France Culture ; @xporte et @thibnton l’ayant mentionné plusieurs fois à l’antenne comme aide dans leur recherches afin de se retrouver dans tous ces informations qu’ils ont déjà vu quelque part... and that was exactly what I needed.

      Aussi, je ne pense pas que les utilisateurs de Seenthis aient besoin de ce site pour se donner une impression d’exister / d’avoir une vie (en tout cas pas que), contrairement à d’autres réseaux.
      Je remarque souvent que ses utilisateurs postent des messages non seulement pour leur faciliter la recherche d’informations ultérieure, mais qu’ils sont également conscients des personnes présents pouvant être intéressés par cette information, et ils ne manquent pas de leur tirer l’attention. On commence un peu à savoir qui est intéressé à quoi. Genre, pour donner un exemple, je sais qui je dois mettre « en copie » si je poste un truc qui critique la technologie inférieure des lasers israéliens. (je ne dis pas que c’est le cas ; je provoque).
      Il s’agit d’un partage également pour l’Autre et non pas qu’un effet secondaire d’un besoin narcissique. (en tout cas pas que).

      Dans les mathématiques des systèmes dynamiques et théorie du chaos on pourrait appeler Seenthis un « Strange Attractor » (dont les conditions initiales sont les points 1 et 2)
      °____°

      –->

    • C’est très intéressant, parce que de notre côté on critique l’usage des outils et la non neutralité de la technologie, en étant pas mal influencés par des gens comme Cédric Biagini (sans être totalement sur la même longueur d’onde), mais là on voit l’importance de l’effet de groupe, et probablement des premiers participants.

      Seenthis aurait un autre visage s’il eut été (trop) médiatisé.

      Est-ce que ça changerait s’il devenait trop médiatisé maintenant ? Est-ce que les plateformes médiatisées ont atteint un point de non retour ?

      Je pense quand même que l’outil a un rôle majeur, ainsi que la structure qui le créé (comme dit plus haut dans ce fil).

    • Je pense que pour Seenthis le bouche à oreille marche mieux que la médiatisation. Mieux dans le sens de maintien de son identité et de sa valeur (pour ses utilisateurs).

      Les médias ne font pas de discrimination - je veux dire, ils ne veulent qu’une chose : faire parvenir un message à tout le monde / n’importe qui. Dans certains cas de figure c’est très bien, voire essentiel.

      Mais personnellement je préfère boucher certaines oreilles ; je choisis à qui je parle de Seenthis. Je ne veux pas casser le filtre à particules sinon il y aura trop de pollution. Et il n’est jamais trop tard pour choper un cancer.

      Ah toujours cette recherche du succès...

    • @fil, @erratic, @goffi Intéressant cette idée de « végéter », de non-narcissisme et de non-neutralité de la technologie, parce que les trois points sont liés sur Seenthis.

      – Le premier aspect important est que, malgré ce que j’ai dit plus haut, je ne pense pas du tout que l’outil soit neutre. Je refuse même qu’il le soit. On a déjà eu ces discussions (notamment après l’annonce de la libération du code sur Framasoft) : l’outil est conçu avant tout sur des questions éditoriales, et sa façon d’orienter certains usages plutôt que d’autres (on avait déjà ces considérations dès les tout débuts de SPIP, l’outil devant avoir une vertu pédagogique, pas seulement publier des articles). Du coup, pour une part, la nature des contenus de Seenthis est largement orienté par certains concepts initiaux présents dans son ergonomie et ses fonctionnaltiés.

      – L’idée n’a jamais été de faire un « réseau social » neutre, qui pourrait faire la même chose que Facebook, ou Twitter, mais avant tout un outil de référencement de liens commentés et discutés. (Ce qui fait qu’il n’a jamais été non plus un outil à liens façon Delicious). C’est tout de même ça qui caractérise Seenthis, et qui également provoque une certaine forme de sociabilité.

      – Un aspect pas anodin non plus était qu’une orientation importante de l’outil est de tenter de limiter les comportements de « personal branding », qui à mon avis représentent l’un des principaux problèmes du Web : l’idée n’est pas de venir se faire sa pub, mais de participer à un travail collectif. (Les gens qui viennent se faire leur pub dégagent assez rapidement, en fait.) Par exemple, comme détails d’interface présents dès le début : un double référencement est signalé d’un petit triangle plein, et donc les usagers viennent signaler que ça a déjà été posté par Untel ; les forums sont obligatoires, on ne peut refuser d’en avoir sur ses propres messages, ni les restreindre à certaines personnes, ce qui est inconfortable si on n’a pas envie de bosser un peu sérieusement ; le système d’étoile pour « partager » qui se mélange avec les messages personnels (on ne s’approprie pas ainsi le message de quelqu’un d’autre)…

      – Du coup, cette non-neutralité revendiquée, en même temps, constituait un point que je n’arrivais jamais à expliquer aux amis. Ça fait tout de même longtemps que j’avais montré Seenthis autour de moi, et que je constatais que les gens ne voyaient pas vraiment l’intérêt (c’était toujours ramené à des comparaisons avec les produits commerciaux existants, et les autres « alternatives » non-marchandes étaient essentiellement des copies des produits commerciaux, ce qui ne m’intéressait pas). Du coup, effectivement, on peut dire que ça a « végété ». Mais surtout : pendant ce temps-là, une poignée de comptes a commencé à faire tourner le système, et notamment @nidal, qui a tenu un compte régulièrement dès 2009 (ce compte n’est pas une archive Delicious réintégrée, mais un vrai compte qui a tourné sur Seenthis depuis tout ce temps). Ce qui fait que, lorsque Seenthis a été ouvert au public, il y avait déjà cet exemple assez radical du principe de référencement/citation/commentaire, et même de forums pour enrichir l’information. Le fait qu’il y ait un « exemple pratique », extrêment cohérent (monomaniaque) pour montrer le « à quoi ça sert » a, à mon avis, servi à orienter le système dès son ouverture. (Sans compter : c’était/c’est-toujours un compte extrêmement suivi, qui représente une grosse partie des visites, et qui a lui-même généré une partie du bouche-à-oreille qui a ramené d’autres auteurs sur ces sujets.)

      – Le fait que le réseau revendiquait son aspect non-neutre (d’un point de vue éditorial et politique), notamment le fait qu’il est issu de @rezo et a commencé avec les Copains, a également rapidement amené à ramener d’autres personnalités très engagées sur différents sujets. Ça reste la principale méthode de « médiatisation » : les différents Copains ont contribué à créer des « pôles » d’intérêt/expertise qui continuent à faire l’intérêt de Seenthis (et sa faiblesse sur d’autres sujets…).

    • Je me permets de mettre le lien vers la conf que j’avais faite aux RMLL l’été dernier, en particulier pour le passage à partir de la 17ème minute : j’y explique notre point de vue et pourquoi c’est essentiel de réflechir à la conception de l’outil ; http://video.rmll.info/videos/salut-a-toi-et-si-on-repolitisait-tout-ca .

      Nous n’avons, par exemple, pas l’intention d’implémenter l’équivalent des « j’aime » (like), sauf changement d’avis après débat, car pour nous il s’agit d’un outil purement marketing.

      Ça rejoint en certains points les réflexions que vous avez visiblement eu avec @seenthis (et c’est pour ça que j’aimerais beaucoup vous voir si la table ronde se fait aux RMLL de Beauvais en juillet).

    • Salut à tous ! Je découvre seenthis et m’inscris pour répondre. Je suis un des principaux contributeurs au projet diaspora*.

      Je ne connais pas seenthis mais si j’ai bien compris, ici, tout est public. Pour moi, la comparaison entre les deux réseaux ne tient donc pas, l’objectif de diaspora* étant clairement de pouvoir communiquer de manière privée.

    • salut fla, on ne peut pas comparer toutes les fonctionnalités de tous les projets. La comparaison ici est sur la partie publique. Seenthis a une histoire intéressante, et la tendance ici est plus à l’article de fond. Et l’organisation de l’outil ainsi que l’histoire du projet jouent beaucoup sur le contenu à mon avis.

      Pour ma part, je n’utilise pas du tout Diaspora pour les communications privées.

    • Le serpent a force de se mordre la queue s’est bouffé la tête !
      Schneiderman n’a que le dérisoire qu’il mérite, ce type n’aurait d’ailleurs jamais du quitter les pages du Monde qui lui assuraient quelques distances avec lui-même, ses écrits étaient alors fort remarquables et intéressants. C’est un juste retour des choses que je ne peux m’empêcher de savourer.
      Ma petite annalyse est que la télévision est un système ou le narcissisme médiatique est comme une bulle spéculative, l’auto-congratulation permanente qu’elle exerce permet à quiconque en franchissant le pas, de s’illusionner sur la valeur de son immense pouvoir en lui enfonçant la tête dans un égo aveugle et de plus en plus surdimensionné. L’impunité vient de là. On peut raconter n’importe quoi, le paravent télévision est censé faire écran. Dommage pour Schneiderman qu’avec internet les cartes aient été rebattues ! On ne remonte pas les rushs du film comme on veut en éliminant les acteurs indésirables sans se faire prendre la main dans le sac.

      http://www.monde-diplomatique.fr/1996/04/BOURDIEU/5425

  • ICYMI, l’internet a-t-il ruiné notre conception du temps ? - New Statesman
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/87586422928

    Elizabeth Minkel pour le New Statesman revient sur la prolifération de l’acronyme ICYMI (In Case you Missed it, pour Si vous l’avez râté), qu’elle croise de plus en plus des hastags de #twitter jusqu’aux titres des articles en ligne… Un acronyme qui rappelle combien nous ne cessons de lutter contre le volume d’information qui déferle sous nos yeux. Alors que l’audience et l’utilisation de Twitter ne cesse de progresser, 70% des tweets ne rencontrent aucune interaction, rappelle-t-elle. Un acronyme qu’elle rapproche du Fomo (Fear of missing out) cette peur de manquer quelque chose, sauf qu’ICYMI nous donne l’étrange sentiment qu’on peut toujours rattraper le rythme dans lequel le flux nous perd. Alexis Madrigal en décembre dans The Atlantic évoquait déjà cette “maintenan-itude”, cette façon dont le (...)

    #déconnexion #surcharge_informationnelle

  • Taking photos reduces our capability to remember,
    and perhaps seenthis too

    The camera on the smartphones of today allow people to take photos of everything they see, like, and want to share, sometimes with the motivation to better remember one’s life.

    Studies show that paradoxally, this may have the opposite effect compared to people who spend the time of observing instead of photographing.

    It makes sense, as people tend to snap a quick shot of something they like, thinking they have stored it away for later reference; but the truth is that doing so reduces the likelihood they will actually really remember details of what they have stored away.

    This study is interesting because in this FOMO world where we are overloaded with information, we want to make sure we “remember” everything we came across and many of us here on seenthis.net expose themselves to the same consequence of the study: we quickly archive links whose contents we have skimmed and deemed interesting, thinking we have stored it somewhere in our external memory (seenthis), but chances are we will forget. We will just remember we read something about something, but we reduce the longer term recollection of the actual contents of what we read.

    Point-and-Shoot Memories:
    The Influence of Taking Photos on Memory for a Museum Tour

    Linda A. Henkel, Fairfield University, December 2013

    Two studies examined whether photographing objects impacts what is remembered about them. Participants were led on a guided tour of an art museum and were directed to observe some objects and to photograph others. Results showed a photo-taking-impairment effect: If participants took a photo of each object as a whole, they remembered fewer objects and remembered fewer details about the objects and the objects’ locations in the museum than if they instead only observed the objects and did not photograph them. However, when participants zoomed in to photograph a specific part of the object, their subsequent recognition and detail memory was not impaired, and, in fact, memory for features that were not zoomed in on was just as strong as memory for features that were zoomed in on. This finding highlights key differences between people’s memory and the camera’s “memory” and suggests that the additional attentional and cognitive processes engaged by this focused activity can eliminate the photo-taking-impairment effect.

    People report that they take photographs and record videos as a way to remember events in their lives. [...] On the other hand, taking photos may have a detrimental impact on memory. Photographing a scene may divide one’s attention, similar to when people multitask by using cell phones while driving or walking or laptop computers while learning material. People may also pay less attention to a scene if they take photos, counting on the external device of the camera to “remember” for them, as suggested by research showing that people were less likely to remember information if they expected to have future access to it (e.g., on an external storage device, such as a computer, or via the Internet ;

    #apwall: full academic research paper:
    pdf : http://docdroid.net/89wv
    txt : http://pastebin.com/DHDXKBB3

    http://edition.cnn.com/2013/12/10/health/memory-photos-psychology
    http://www.psychologicalscience.org/index.php/news/releases/no-pictures-please-taking-photos-may-impede-memory-of-museum-t

    Linda A. Henkel:
    http://cdn2.dailyvoice.com/sites/default/files/imagecache/article_vertical/fairfieldpsychprofessorhenkel.jpeg

    see also related : http://seenthis.net/messages/218931

    #photograph
    #memory
    #transactive_memory
    #FOMO
    #remember
    #seenthis

    • Je n’ai aucune mémoire des visages et de l’écoulement du temps. Je peux me souvenir d’un cade d’accès chiffré vu une seule fois jusqu’à 15 ans après, mais je peux ne pas reconnaître une personne rencontrée la veille. Je peux me souvenir de tous les détails d’une journée, mais je ne sais pas si c’était il y a 3 mois ou 3 ans. Je sais rarement ce que j’ai fait la semaine dernière.
      Et ça a toujours plus ou moins été comme cela.

      Du coup, les photos m’ont aidé à me souvenir. Je vais dans l’index chronologique de mon logiciel de classement de photos et je vois ce qui s’est passé à quelle date. Pour moi, c’est magique !

    • Oui Agnès, tout à fait compréhensible, et c’est précisément pourquoi l’étude précise également :

      In addition, the present study examined only the role of photographing objects, not what happens when people review those photos after taking them. Past work has shown that reviewing photos can provide valuable retrieval cues that reactivate and retain memories for the photographed experiences.

      Les avoir en possession (et savoir où elles se trouvent) peut avoir une valeur inestimable pour la personne, pour diverses raisons. Mais encore faut-il, donc, pouvoir les retrouver :

      although research has suggested that the sheer volume and lack of organization of digital photos for personal memories discourages many people from accessing and reminiscing about them

      ...chose qui ne semble poser aucun problème dans votre système de classement-assisté.

    • Shotwell est vraiment bien foutu tout en étant sobre, une fois qu’on l’a configuré pour qu’il ne change pas les dossiers à notre place. (J’ai juste un problème car je ne voudrais pas qu’il scanne les Raws, mais c’est une autre histoire…)
      Pareil : chronologie, étiquettes hiérarchisables, et surtout écriture de toutes les infos à l’intérieur de chaque JPG pour la pérennité.

    • Si vous pouviez m’aider à me rappeler de ce que j’ai photographié la dernière fois, je retrouverais peut-être mon appareil photo que j’ai perdu à ce moment là…

  • Google Effects on Memory: Cognitive Consequences of Having Information at Our Fingertips
    Daniel Wegner, Harvard University
    Betsy Sparrow, Columbia University
    2011

    –-> where have I seenthis ?

    The advent of the Internet, with sophisticated algorithmic search engines, has made accessing information as easy as lifting a finger. No longer do we have to make costly efforts to find the things we want. We can “Google” the old classmate, find articles online, or look up the actor who was on the tip of our tongue. The results of four studies suggest that when faced with difficult questions, people are primed to think about computers and that when people expect to have future access to information, they have lower rates of recall of the information itself and enhanced recall instead for where to access it. The Internet has become a primary form of external or transactive memory, where information is stored collectively outside ourselves.

    This finding corresponds to previous work on directed forgetting, showing that when people don’t believe they will need information for a later exam, they do not recall it at the same rate as when they do believe they will need it. Participants apparently did not make the effort to remember when they thought they could later look up the trivia statements they had read. Be cause search engines are continually available to us, we may often be in a state of not feeling we need to encode the information internally. When we need it, we will look it up. [...] Participants were more affected by the cue that information would or would not be available to them later, regardless of whether they thought they would be tested on it.

    These results suggest that processes of human memory are adapting to the advent of new computing and communication technology. Just as we learn through transactive memory who knows what in our families and offices, we are learning what the computer “knows” and when we should attend to where we have stored information in our computer based memories.
    We are becoming symbiotic with our computer tools, growing into interconnected systems that remember less by knowing information than by knowing where the information can be found. This gives us the advantage of access to a vast range of information,
    although the disadvantages of being constantly “wired” are still being debated.

    http://www.youtube.com/watch?v=ihgXRWaIlVE

    pdf of the paper: http://scholar.harvard.edu/files/dwegner/files/sparrow_et_al._2011.pdf

    http://news.columbia.edu/googlememory

    Daniel Wegner:


    Betsy Sparrow:

    see also related : http://seenthis.net/messages/218933

    #google
    #memory
    #transactive_memory
    #information
    #remember
    #seenthis
    #FOMO
    #google_effect

  • Those who spend hours on their cell phones are more anxious and less happy, college researchers say | cleveland.com
    http://www.cleveland.com/metro/index.ssf/2013/12/college_students_who_spend_hou.html

    College students who spend hours each day online, texting or talking on their cell phones are more anxious, less happy and get lower grades, according to a new study by Kent State University researchers (...)

    “As part of that study we interviewed students and some said that after a day of 100 texts they felt stressed out,” Lepp said. “They said they felt a sense of obligation to remain constantly connected to the social network.” (...)

    “We now are looking at cell phone use and insomnia and sleep difficulties,” he said. “So many students go to sleep with these things.”

    #mobile

  • Alerte au burn-out dans le digital - Stratégies
    http://www.strategies.fr/emploi-formation/management/222302W/3-24-8433/alerte-au-burn-out-dans-le-digital.html

    Ressources humaines

    Les signaux d’alertes

    1. Premiers signes :
    – Troubles cognitifs : problèmes de concentration, de mémoire, manque de mots, lapsus...
    –« Présentéisme » pour tenter de retrouver de l’efficience.
    – Déni du surmenage et de la surcharge de travail.

    2. Symptômes visibles :
    –Troubles du sommeil, fatigue qui résiste au repos.
    –Irritabilité, accès de colère.
    – Labilité émotionnelle importante (rires, larmes).
    – Troubles du comportement alimentaires (yoyo pondéral), troubles digestifs, céphalées, tensions musculaires.
    – Infections virales (ORL) à répétitions.
    – Recours addictifs (pour tenir).

    3. Etat de burn-out :
    – Assèchement affectif et émotionnel (« Plus rien ne me touche »)
    – Déshumanisation de la relation, cynisme (attente « jubilatoire » de la catastrophe), repli sur soi, fuite des lieux de convivialité.
    – Démotivation, sentiment d’échec, d’inutilité, de vieillissement, d’obsolescence (« dépassé », ne se reconnaît plus dans l’évolution du métier).

    (Auteur : Marie Pezé, docteur en psychologie)

    #santé #travail #internet repéré par @mona

  • Formation et déformation des journalistes (1) - Acrimed | Action Critique Médias
    http://www.acrimed.org/article4102.html
    http://soundcloud.com/arte-radio-1/micro-trottoir

    Aujourd’hui le bistrot créatif est conçu comme une valeur négative. Je le dis tous les jours à mes élèves : « Allez au bistrot ! Prenez le temps de redécouvrir le bistrot. Arrêtez de vous mettre la pression, ce n’est pas parce que tu n’auras pas fait ton truc à 16 h 02 qu’il sera mauvais à 16 h 04. » Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire de tweets, je pense que cela fait partie de l’information aujourd’hui, mais arrêtons de croire que le journalisme nous oblige à être vissé à un clavier, parce que c’est comme cela en réalité que l’on fait du low-cost. C’est quand on commence à pratiquer le bistrot, quand on commence à descendre sur le terrain, à aller voir les choses, que l’on fait du meilleur journalisme.

    #journalisme #travail #écran #fomo

    Le modèle de la presse quotidienne nationale, qui était l’autre modèle dominant, est en train de disparaître également : aujourd’hui les ventes réelles de l’ensemble des quotidiens nationaux dits de qualité représentent moins de 700 000 exemplaires par jour si j’enlève ceux donnés aux facs ou vendus en « gros » à Air France, etc.

    #PQN #chiffres

    • http://www.acrimed.org/article4114.html

      L’école ne nous apprend pas à aimer le libéralisme économique et à le promouvoir ; elle nous apprend à travailler dans le cadre qui est celui dans lequel les idées libérales se perpétuent et s’épanouissent. Car tout occupés à bien faire nos reportages pour qu’ils soient diffusables, donc à recueillir des phrases courtes de gens qui savent parler et dire une idée simple en 15 secondes, nous ne pouvons pas penser à ce que ces gens disent, ni à ce que l’on peut dire.

  • “Printing out the Internet”

    A crowdsourced project to literally print out the entire internet.

    http://printingtheinternet.tumblr.com

    ~~ In memory of #Aaron_Swartz ~~

    LABOR, #UbuWeb and #Kenneth_Goldsmith invite you to participate in the first-ever attempt to print out the entire #internet.
    http://labor.org.mx
    http://ubu.com
    http://en.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Goldsmith

    The idea is simple: print out as much as of the web as you want — be it one sheet or a truckload — send it to Mexico City, and we’ll display it in the gallery for the duration of the exhibition, which runs from July 26 to August 30, 2013.

    The process is entirely open: If it exists online and is printed out, it will be accepted. Every contributor will be listed as a participating artist in the show and will be listed on this Tumblr.

    What you decide to print out is up to you — as long as it exists somewhere online, it’s in. We’re not looking for creative interpretations of the project. We don’t want objects. We just want shitloads of paper. We’re literally looking for folks to print out the entire internet. We have over 500 square meters of space to fill, with ceilings that are over 6 meters high.

    There are many ways to go about this: you can act alone (print out your own blog, Gmail inbox or spam folder) or you could organize a group of friends to print out a particular corner of the internet, say, all of Wikipedia, the entire New York Times archive, every dossier leaked by Wikileaks for starters. The more the better.

    Print out the internet. Post it to Mexico City.

    Send your printouts to LABOR in Mexico City by July 15th:

    LABOR
    Francisco Ramírez #5
    Col. Daniel Garza
    Del. Miguel Hidalgo 11830
    México D.F.

    At the conclusion of the show, the entire archive will be recycled. No materials can be returned.

    All queries and questions: printingouttheinternet@gmail.com
    https://twitter.com/internetprint
    [là il y a un lien Fcbk, mais j’arrive vraiment pas à le mettre]

    @ubuweb
    https://twitter.com/ubuweb/statuses/340851591269740545

    What would it take to print out the Internet? 39,110,491,072 boxes of paper. We’re working on it.

    The size of the World Wide Web (The Internet)
    http://www.worldwidewebsize.com

    • Et de ferventes oppositions à ce projet #ubuesque :

      Petition “Please don’t print the internet”
      https://www.change.org/petitions/please-don-t-print-the-internet

      A sustainable responsible approach to life requires that humans adopt a conservative approach to resource usage.

      While it is appreciated that Mr Goldsmith plans to recycle the paper used in his art exhibit, reduction of usage is more important than post-usage recycling.

      Chemicals harmful to the environment are used in the production of paper, and the recycling of paper, not to mention the amount of plastic and ink waste from toner cartridges, ink cartridges and other non-paper related supplies which may pollute the landfill.

      “What would it take to print out the Internet?”
      http://www.techhive.com/article/2040466/what-would-it-take-to-print-out-the-internet-.html

      Let’s assume that the each Web page can be printed out on a single sheet of 8.5 x 11 paper. Granted, some pages are larger than others, and “infinitely scrolling” pages like Twitter or Google images completely break the model. But for all of the modern, formatted pages with dozens of images that scroll on and on, let’s assume that there just as many older pages with archived content, buried in the back corners of the Web. Waving our magic wand, we now have 4.73 billion sheets of paper.
      Burj KhalifaWikipediaThe Burj Khalifa, Earth’s tallest building.

      So how big is that? Well, each ream of paper—500 sheets—is about 5.2 centimeters thick, with one sheet equaling 0.0104 cm thick. Multiply that by 4.73 billion, and we get a stack of paper 491,920 meters high, or 1.61 million feet, or 305.67 miles.

      That’s about 55.7 times the height of Mt. Everest—or, because it’s my favorite building—582.2 times the height of the Burj Khalifa in Dubai, the world’s tallest building.

      But that’s also a very narrow stack, and it certainly wouldn’t stay upright in a stiff breeze. In fact, if it tipped, it would fall nearly the distance from Los Angeles to San Francisco, as the crow flies.That’s where Goldsmith’s storage space comes in.

      Actually, if all our assumptions hold true (and there’s a lot of wiggle room built in) Goldsmith’s storage space isn’t nearly enough to hold the Internet. A 500 square meter warehouse with six-meter ceilings equals 3,000 cubic meters. An 8.5 x 11 sheet of paper works out to 216 mm x 279 mm (or 0.216 m x 0.279 m); multiply that by our 49,192-meter stack, and we get 29,645 cubic meters, without gaps. Not even close.

      (...)

      If you begin factoring in email into the definition of “Internet,” then the solution really blows up.

      In fact, Royal Pingdom estimated that in 2012, 144 billion emails per day were sent over the Internet. That’s 52,560,000,000,000 emails per year. Assuming each email represents a piece of paper, and adding back our 4.5 billion Web pages just for fun, we get a stack 52,564,500,000,000 sheets high. That’s a stack 5,466,708,000 meters high, or 117 billion feet, or 3,396,850 miles. That’s 14 separate stacks of paper from the Earth to the Moon, or 11,634,300,000 cubic feet, just for one year of email, incluidng the total amount of the Web’s content.

      Assuming our math is correct (and, knowing the Internet, you’ll check it) we think we can safely assume that Goldsmith doesn’t have a clue as to the size of the Internet.

      And what would it cost?

      The United States Postal Service offers a handy international box option: 5.5 inches deep, and sized for standard 8.5 x 11 paper. By my calculations, the box will hold 1,344 pages.

      To satisfy Goldsmith’s request ( a year’s worth of email, plus the entire Web) would require 39,110,491,072 separate boxes. At USPS rates, the total cost would be $3.126 trillion, excluding printing costs.

      Don’t bother.

  • Mauvaises nouvelles

    « L’abus d’information nuit gravement à la santé », avertit le quotidien britannique The Guardian, sans craindre de scier la branche sur laquelle il est assis. Il en critique plus précisément la consommation compulsive, comparée à une nourriture trop riche en sucre.

    Les médias nous procurent de petites bouchées d’histoires triviales, des ragots qui ne concernent pas nos vies et ne sollicitent pas la pensée. Nous pouvons avaler des quantités illimitées de flashs d’information, qui, contrairement aux livres ou aux longs articles de magazine, sont pour l’esprit comme des bonbons vivement colorés. Aujourd’hui, nous avons atteint le même point dans notre relation à l’information qu’il y a vingt ans dans notre relation à la nourriture : nous sommes en train de comprendre à quel point elle peut être toxique. (…)

    Les gens trouvent très difficile d’identifier ce qui est pertinent. Il est beaucoup plus facile d’identifier ce qui est nouveau. Le pertinent contre le nouveau : voilà la bataille fondamentale de la période actuelle. Les médias veulent nous faire croire que l’information nous offre une sorte d’avantage compétitif, et beaucoup tombent dans le panneau. Nous devenons anxieux quand nous sommes coupés de l’afflux d’information. En réalité, la consommation de nouvelles est un handicap : plus elle est faible, plus gros est votre avantage.

    Rolf Dobelli, « News is bad for you – and giving up reading it will make you happier », The Guardian, 12 avril 2013.
    http://www.guardian.co.uk/media/2013/apr/12/news-is-bad-rolf-dobelli

    #Coupures_de_presse (Le Monde diplomatique, #2013/05) http://www.monde-diplomatique.fr/2013/05/A/49070

  • Michael Marder : Plant-Thinking : A Philosophy of Vegetal Life (2013) sur #Monoskop
    http://monoskop.org/log/?p=8109

    En attendant sa traduction française.

    The margins of philosophy are populated by non-human, non-animal living beings, including plants. While contemporary philosophers tend to refrain from raising ontological and ethical concerns with vegetal life, #Michael_Marder puts this life at the forefront of the current deconstruction of metaphysics. He identifies the existential features of plant behavior and the vegetal heritage of human thought so as to affirm the potential of vegetation to resist the logic of totalization and to exceed the narrow confines of instrumentality. Reconstructing the life of plants “after metaphysics,” Marder focuses on their unique temporality, freedom, and material knowledge or wisdom. In his formulation, “plant-thinking” is the non-cognitive, non-ideational, and non-imagistic mode of thinking proper to plants, as much as the process of bringing human thought itself back to its roots and rendering it plantlike.

    Disponible en .mobi seulement
    http://ge.tt/api/1/files/64VbWXg/0/blob?download
    mais bon, on ne te présente plus Calibre
    http://calibre-ebook.com

    #philosophie #livre #végétaux #éthique

    • Merci pour le retour ! Et rassure-toi : je ne suis pas non plus en temps réel la masse fabuleuse ce qui est mis à disposition d’intéressant, je stocke, et le temps fait un second filtrage sur ce que je vais lire/écouter/regarder...

      @ubuweb, qui se fend parfois, au milieu d’annonces de mises en ligne, de réflexions poético-politiques sur son activité, écrivait hier
      http://twitter.com/ubuweb/statuses/342711831401488385

      Archiving is the new folk art. Most of us spend more time organizing & managing our cultural artifacts that we do interacting with them.

      Voilà : trouver le bon équilibre pour ne pas devenir uniquement des archivistes du fabuleux, mais pour interagir avec...

    • Chapitre 4 : 1. The Soul of the Plant; or, The Meanings of Vegetal Life :

      At the present historical conjuncture, when the wholesale transformation of all forms of vegetation into sources of food and fuel (at any rate, into something to be burned as calories or as combustibles) proceeds at an accelerated pace, it is urgent to resist the same process in thinking and to interpret the meanings of vegetal life—its precariousness, violability, and, at the same time, its astonishing tenacity, its capacity for survival—all the while steering clear of its objective and definitive determination.

      Only upon completing the proposed hermeneutical exercise will we be able to gauge the ethical and political implications of our treatment and mistreatment of plants, as much as the reverberations of vegetal life in beings called “human.”

      Chapitre 5 : The Obscurity of Vegetal Life: On Barely Perceptible Motion :

      Vegetal life practically deconstructs the metaphysical split between the soul and the body, eliminating, in the same gesture, the classical opposition between theory and practice.

  • Engagdget teste les #GoogleGlass
    http://www.engadget.com/2013/04/30/google-glass-review
    Longue analyse technique, sous toutes les coutures, du gadget de Google.

    Smartphones are amazing things, but for those who have become addicted to messaging instant gratification, they are a bit unwieldy. This annoyance gets even worse as these devices grow larger and larger. One approach would be to relax a little and stop feeling so compelled to check for Facebook notifications every 30 seconds. Those fully immersed in the information age, however, will be more inclined to fix the physical inconveniences presented by the problem. A heads-up display seems like a natural fit, and thus we have Google Glass. It’s a headset with a projected display, a camera and a data connection that could revolutionize the mobile device industry.

    À noter : une table des matières super pratique apparaît lors de la lecture des articles d’Engadget. #spip

    Un tumblr rigolo à propos des Google Glass : http://whitemenwearinggoogleglass.tumblr.com