• Le maire de Tremblay refuse d’accueillir Amazon sur sa commune Angélique Vallez-d’Erceville - 15 Mars 2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/societes/2019/03/15/20005-20190315ARTFIG00226-le-maire-de-tremblay-refuse-d-accueillir-amazon-s

    Après s’être fait refouler de New York, où elle souhaitait implanter son nouveau siège, Amazon subit le courroux du maire de Tremblay-en-France. Ce dernier indique que l’entreprise n’est « pas la bienvenue » sur ses terres, en île de France. Il attaque Amazon sur les terrains social et fiscal, évoquant des « conditions de travail indignes » et de « l’optimisation fiscale ». « En Europe, Amazon a payé jusqu’à quatre fois moins d’impôts que n’importe quelle entreprise, car près de trois quarts des bénéfices de la société n’étaient pas imposés grâce à un montage fiscal via le Luxembourg. Ces pratiques déloyales sont intolérables. L’optimisation et l’évasion fiscale représentent en France chaque année 60 à 80 milliards d’euros », a indiqué François Asensi, le maire de la commune.

    Emplacement stratégique
    Situé à proximité de l’aéroport Charles de Gaulle, le site de la commune aurait pu représenter un emplacement stratégique pour un entrepôt ou centre de tri. Amazon qui cherche constamment à accroître ses installations reconnaît qu’un rendez-vous de prospection a eu lieu fin 2018, mais le géant du e-commerce indique à ce jour : « Nous n’avons pas de projet d’implantation à Tremblay en France ».

    Amazon emploie 7500 salariés en France, qui « gagnent 26% de plus que le salaire minimum après 24 mois et bénéficient d’avantages sociaux tels qu’un treizième mois, l’attribution d’actions gratuites et une participation », selon la filiale du groupe. Souvent attaquée sur ce thème, l’entreprise a lancé des « visit tours » de ses entrepôts : pour explorer le modèle Amazon de l’intérieur, il suffit de s’inscrire.

    #amazon #fraude_fiscale #esclavage #Tremblay #François_Asensi

    • les lecteurs du figaro n’apprécient pas. Lire leurs commentaires acerbes est un plaisir.

      Les commentaires sur les articles du figaro doivent être validées par ce journal.
      Inutile d’en poster un favorable à ce maire, ils ont la censure facile pour celles ou ceux qui ne sont pas dans la ligne.