• Israël : Bennett, c’est Netanyahou en pire
    27 octobre 2021 Par René Backmann | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/271021/israel-bennett-c-est-netanyahou-en-pire?onglet=full

    En désignant six ONG de la société civile palestinienne comme « organisations terroristes », le ministre de la défense israélien confirme que le gouvernement de Naftali Bennett, loin d’incarner le changement annoncé, poursuit et aggrave la politique de Benjamin Netanyahou. (...)

    #Interdiction_associations

    • Point de presse du 26 octobre 2021
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-10-26.html#Chapitre2

      2. Israël/Territoires palestiniens (26 octobre 2021)

      La France exprime sa préoccupation après la désignation par les autorités israéliennes de six organisations non gouvernementales palestiniennes humanitaires et de défense des droits de l’Homme comme organisations terroristes.

      La France réaffirme son attachement au rôle indispensable de la société civile dans la vie démocratique. Il est de la responsabilité des Etats de créer et de maintenir un environnement propice à leur travail.

      Nous souhaitons que des clarifications soient apportées par les autorités israéliennes.

      #FranceDiplo

    • Une responsable de l’ONU : la décision d’Israël de classer des institutions d’organisations « terroristes » est une attaque injustifiée contre la société civile palestinienne
      https://french.wafa.ps/Pages/Details/197807

      GENÈVE, le 26 octobre 2021, WAFA – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet a déclaré que la décision d’Israël de désigner six organisations de la société civile palestinienne comme "organisations terroristes" est une attaque contre les défenseurs des droits humains, contre les libertés d’association, d’opinion et d’expression, et contre le droit à participation, et devrait être immédiatement révoqué.
      "Les organisations concernées font partie des groupes humanitaires et de défense des droits humains les plus réputés dans le territoire palestinien occupé et travaillent en étroite collaboration avec l’ONU depuis des décennies", a fait savoir la Haut-Commissaire des Nations Unies dans un communiqué.
      Les décisions de désignation en vertu de la loi antiterroriste israélienne de 2016 sont fondées sur des raisons extrêmement vagues ou infondées, y compris des activités tout à fait pacifiques et légitimes en matière de droits humains, telles que la fourniture d’une aide juridique aux Palestiniens en détention, l’organisation d’activités pour les femmes en Cisjordanie, et "promouvoir des mesures contre Israël dans l’arène internationale."
      « Revendiquer des droits devant l’ONU ou un autre organisme international n’est pas un acte de terrorisme, défendre les droits des femmes dans le territoire palestinien occupé n’est pas du terrorisme, et fournir une aide juridique aux Palestiniens détenus n’est pas du terrorisme », a souligné Bachelet. (...)

    • Israël qualifie la lutte pour les droits des Palestiniens de « terrorisme » – et inverse ainsi la réalité
      Jonathan Cook – Mardi 26 octobre 2021
      https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-ong-palestiniennes-terroristes-cacher-crimes-apartheid-occupat

      En qualifiant des ONG palestiniennes de terroristes, l’objectif pour Israël est de mettre l’Europe dans l’embarras pour qu’elle cesse de financer des organisations qui documentent efficacement les crimes de guerre israéliens, et d’empêcher ainsi tout surveillance étroite

  • Israël va mettre en chantier 1355 nouveaux logements en Cisjordanie
    Publié le : 24/10/2021
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20211024-isra%C3%ABl-va-mettre-en-chantier-1355-nouveaux-logements-en-cisjordani

    Pour la première fois depuis sa création, le gouvernement de Naftali Bennett défie ouvertement les États-Unis en publiant des appels d’offres pour la mise en chantier de 1 355 logements dans des colonies de peuplement en Cisjordanie.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    Ces 1 355 nouveaux logements seront construits dans sept colonies de peuplement en Cisjordanie. La ville d’Ariel, l’une des plus grandes de ces colonies, en accueillera à elle seule 729.

    Le ministère israélien de la Construction a également indiqué son intention de doubler la population juive de la vallée du Jourdain avec un projet de mise en vente de 1 500 unités de logement dans ce secteur d’ici à 2026. « Le renforcement de la présence juive en Cisjordanie est essentiel dans la vision sioniste », proclame Zeev Elkin.

    Et ce n’est pas tout. Ce mercredi, la commission de planification du ministère israélien de la Défense devrait donner un feu vert final pour la construction de plus de 3 000 logements en Cisjordanie. (...)

    #colonisation_de_peuplement

  • Israël - Situation de Salah Hamouri - Extrait du point de presse (8.07.21) - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/actualites-et-evenements/2021/article/israel-situation-de-salah-hamouri-extrait-du-point-de-presse-8-07-21

    Q : Dans son édition en ligne datée du 30 juin, le site du journal israélien Israel Hayom cite les déclarations (29 juin) de la ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked. Celle-ci évoque notamment le cas de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Elle dit ceci : « Les actions de Salah Hamouri constituent une violation grave de l’engagement fondamental d’un citoyen israélien, et en raison de cet abus de confiance, la révocation de sa citoyenneté est légalement justifiée ».
    La carte de résident est le seul papier officiel permettant aux Palestiniens de Jérusalem-est occupée de vivre chez eux. Elle est délivrée par les autorités israéliennes. Cette révocation aboutirait à l’expulsion définitive de Salah Hamouri.
    Comment réagissez-vous aux déclarations de la ministre israélienne de l’Intérieur ? Etes-vous en contact avec Tel Aviv à ce sujet alors que le Procureur général et le ministre israélien de la Défense doivent encore se prononcer à ce sujet ?

    R : Les services du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à Paris, Jérusalem et Tel-Aviv, sont pleinement mobilisés pour que Salah Hamouri puisse faire valoir l’ensemble de ses droits et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il réside.

    La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Jérusalem Le Quai d’Orsay « pleinement mobilisé » pour Salah Hamouri
    Vendredi 9 Juillet 2021
    Pierre Barbancey
    https://www.humanite.fr/jerusalem-le-quai-dorsay-pleinement-mobilise-pour-salah-hamouri-714135

    Dans son édition du 30 juin, le site du journal israélien Israel Hayom cite les déclarations de la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked. Celle-ci évoque notamment le cas de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri en ces termes : « Les actions de Salah Hamouri constituent une violation grave de l’engagement fondamental d’un citoyen israélien, et en raison de cet abus de confiance, la révocation de sa citoyenneté est légalement justifiée. » En clair, les autorités israéliennes veulent interdire à Salah Hamouri de vivre dans sa ville natale, Jérusalem. Interrogé par l’Humanité sur ces menaces, le Quai d’Orsay a répondu que ses services « à Paris, Jérusalem et Tel-Aviv sont pleinement mobilisés pour que Salah Hamouri puisse faire valoir l’ensemble de ses droits et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il réside. La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises ». P. B.

    #Salah_Hamouri #FranceDiplo

    • Emmanuel Macron s’exprime au forum en ligne de l’American Jewish Committee
      Le président français a notamment évoqué la sécurité d’Israël, l’antisémitisme, l’affaire Sarah Halimi et le dossier du nucléaire iranien
      Par Times of Israel Staff 10 juin 2021, 19:44
      https://fr.timesofisrael.com/emmanuel-macron-sexprime-au-forum-en-ligne-de-lamerican-jewish-com

      Le président français Emmanuel Macron était l’invité mercredi du « Global Forum » de l’American Jewish Committee, organisé en ligne du 6 au 9 juin. Le dirigeant français s’est exprimé depuis l’Elysée pendant une dizaine de minutes.

      Il a notamment évoqué la lutte contre l’antisémitisme, l’affaire Sarah Halimi et le dossier du nucléaire iranien.

      Après avoir salué le travail de l’American Jewish Committee contre l’antisémitisme, et notamment celui du bureau parisien, il a dit vouloir « réitérer avec vigueur que l’antisémitisme est hier comme aujourd’hui un fléau inacceptable, injustifiable, face auquel nous devons sans relâche mobiliser toutes les énergies » (...)

  • 3. Israël/Territoires palestiniens - Dégradation de la situation sécuritaire (10 mai 2021)
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-05-10.html

    La France exprime une nouvelle fois sa grave préoccupation face aux affrontements et aux violences qui ont lieu depuis plusieurs jours à Jérusalem, qui ont déjà fait plusieurs centaines de blessés et qui font désormais peser le risque d’une escalade de grande ampleur. La France condamne fermement les tirs de roquette depuis la bande de Gaza qui ont visé la nuit dernière le territoire israélien, en violation du droit international.

    La France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de toute provocation pour permettre un retour au calme dans les plus brefs délais. Toutes les actions qui concourent à l’escalade sur le terrain doivent cesser.

    Dans ce contexte, la France est vivement préoccupée par les menaces d’évictions forcées visant des résidents du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, qui relèvent de la politique de colonisation, illégale en droit international, et exacerbent les tensions. La France rappelle également son attachement à la préservation du statu quo historique sur l’Esplanade des Mosquées.

    Toutes les déclarations provocatrices et tous les appels à la violence et à la haine sont inacceptables et doivent cesser immédiatement./.

    #FranceDiplo

    • Questions au Gouvernement du 11 mai 2021
      Elsa Faucillon
      @ElsaFaucillon
      https://twitter.com/ElsaFaucillon/status/1392108071455969294

      Monsieur le ministre, les vies palestiniennes comptent. La France cherche une position de soit disant « équilibre » sans condamner la politique de colonisation et d’apartheid. Il n’y aura pas de paix sans justice ! #SaveSheikhJarrah

      ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
      Clémentine Autain
      @Clem_Autain
      https://twitter.com/Clem_Autain/status/1392132807674241029

      "Par votre voix, la France n’est pas en colère, elle n’exige rien, elle exprime sa « préoccupation ». Elle ne trouve pas les mots pour condamner les exactions d’une armée aux ordres d’un gouvernement d’extrême droite qui vise à consolider la domination israélienne."

  • Israel’s ultra-Orthodox are its latest neo-fascist thugs
    Gideon Levy | Apr. 24, 2021 | 11:41 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium.HIGHLIGHT-israel-s-ultra-orthodox-are-its-latest-neofascist-thugs-

    The most frightening and depressing thing that happened in Jerusalem recently isn’t the pogroms against the Palestinians. These of course are endlessly frightening and depressing, but most frightening and depressing is something new about the identity of the assailants.

    We already had the Lehava phalanxes, the La Familia militias and the hilltop thugs, and now the ultra-Orthodox have joined in. There’s a new bully in the neighborhood and they’re scarier than all the rest.

    The rioters in shtreimels might sweep Israel to fascist places it hasn’t known before, thanks to their huge electoral potential. The ultra-Orthodox are the reserves of the neo-Nazi movement developing in Israel, and they promise a great future for MKs Bezalel Smotrich and Itamar Ben-Gvir.

    Without the ultra-Orthodox, those two are a mere curiosity. Thanks to the ultra-Orthodox, their party might become the Alternative for Germany or the Sweden Democrats of Israel, yet much more extreme than those two most far-right parties in Western Europe. The brownshirts could change their color to white. This is frightening because the ultra-Orthodox are many, and it’s depressing because there was once a different ultra-Orthodox majority that I once respected and knew, one fallen victim to persecution and ostracism.

    The original sin was the establishment of huge ultra-Orthodox settlements in the 1990s that became the largest settlements in the West Bank, much larger than their ideological predecessors. What began as a low-cost housing solution, free of political beliefs, became extreme nationalism. With terrifying speed, those who until a generation ago were considered non-Zionist or political doves with leaders like Rabbi Elazar Shach and Rabbi Ovadia Yosef became bearers of the flag of Israeli fascism.

    Where are the days when they burned trash bins only because of desecration of the Sabbath, and who would have thought we would miss those days? Where are the rabbis who said “there’s no obstacle to relinquishing parts of the Land of Israel” and “relinquishing [these lands] for peace is not relinquishing,” as Rabbi Shach said.

    The fear came true: The views of the ultra-Orthodox were decided by their place of residence. They proved that it’s impossible to live on stolen Palestinian land without hating its owners. They settled in the Palestinian West Bank and became wonderfully integrated into the apartheid landscape around them. They became haters of Arabs and supporters of the far right. The road from there to participation in pogroms was short.

    In last month’s election they expressed this clearly. The Religious Zionism alliance became the third largest party in their community. In Jerusalem it won 9 percent of the vote and in Betar Ilit 10 percent, six times more than Likud. In Bnei Brak and in Modi’in Ilit, the largest Jewish city in the territories, it’s the third largest party. With reserves like this, one day we’ll have a Kahanist as prime minister; half of Israel already considers Naftali Bennett a legitimate candidate and even longs for him.

    True, only a few hundred ultra-Orthodox took part in the pogroms, but the rabbis did nothing to stop them, maybe because they knew that the genie was out of the bottle. Now the numbers will grow. The young ultra-Orthodox might change the rules of the game.

    The pictures from the past few days in Jerusalem are terrifying. Leave aside “proper” media coverage, which tries to maintain “balance” when on one side is the occupation, which has no balance. Leave aside the shocking pronouncements by the public security minister and the police commanders who condemned only Palestinian violence. This violence is the most justified and restrained act of resistance against injustice and other violence, and it comes as a direct response to the police’s ongoing abuse of the Palestinians in Jerusalem and the pogroms against them by far-right extremists.

    Make no mistake: The mass attacks on Arabs in Jerusalem are the harbingers of Israeli neo-Nazism. Intimidating marches, beatings, arson, looting and calls for death are exactly what neo-Nazism looks like. God save us from its ultra-Orthodox emissaries who have joined the fray.

    #Jerusalem #pogroms

    • The privatization of violence: Right-wing Jerusalem thugs are an arm of the state
      Don’t look at the rioters in Jerusalem as some eccentric Haredi nationalists, a mob unrelated to us, the civilized Israelis
      Amira Hass | Apr. 26, 2021- Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-privatization-of-violence-right-wing-jerusalem-thugs-are-an-ar

      “When you hear the cries ‘May your village burn down,’ does that represent you?” Suleiman Masswadeh, a reporter for the Kan Public Broadcasting Corporation, asked a young woman who participated in the rioting by Lehava – a hard-right, anti-Arab organization – in downtown Jerusalem on Thursday. Sporting a “Kahane was right” sticker on her chest, she replied: “Not in that way. I don’t say that it should burn down, but that you should leave the village and we’ll go live in it.”

      Now that’s an answer that sums up our history in a nutshell: It’s not necessary to burn things down, it’s enough merely to expel the Palestinians and then inhabit their homes.

      The Lehava people are not alone in this battle. Almost at the outset of the holy month of Ramadan on April 12, the Israel Police created a provocation when they blocked the Damascus Gate plaza as a sitting and gathering place for Jerusalem’s young men, with the pathetic excuse of easing access for the masses of worshippers. And yet such a step wasn’t taken prior to the coronavirus period, when the number of worshippers was far greater.

      So why now? Whether the provocation was the result of foolishness, or a deliberate attempt to destroy the atmosphere of togetherness typical of these days of Ramadan – it should be viewed in a more general context, as Yudith Oppenheimer and Aviv Tatarsky of Ir Amim, an NGO that focuses on Israel’s policies in Jerusalem, write on the website Siha Mekomit (Local Call, the Hebrew version of the +972 website): "Those who are following what’s been happening in Jerusalem in the past two years will detect a direct line linking incessant police harassment in [the East Jerusalem neighborhood of] Isawiyah and the events of recent days at the Damascus Gate.

      "What the two have in common is the targeting of an area in which there is active Palestinian life, entering it with large police forces and unrelenting attempts to cause friction during a period whose end is not in sight.”

      “Why did the Israel Police declare a curfew here of all places,” ask Oppenheimer and Tatarsky, and reply: “The implied message is: You want a holiday? Fine, observe it in your own home, behind walls and doors. The holiday lights are on display above Damascus Gate as they are every year, but the city square is empty, battered and bleeding, and the municipality that put up the lights is keeping mum. The police are creating ‘evidence’ by means of ongoing friction with the Palestinian residents. In the end, if not by force then by even more force, the disturbing pictures surface, which in turn justify the additional use of force and the further displacement of Palestinian residents from their public sphere.”

      Just as there is a connection between the police harassment in Isawiyah and at Damascus Gate, there’s a connection between the right-wing spectacles of hatred and high-handedness in downtown Jerusalem and the Old City – and the attacks by the settlers throughout the West Bank (another one was reported at the time this article was being written on Saturday: Israelis leaving the outpost of Havat Ma’on attacked farmers from the village of Al-Tawani who were working their land. According to initial reports, two Palestinians and two activists from the Israeli-Palestinian anti-occupation group Ta’ayush, who escorted them, were wounded.

      Lehava and the impassioned young people who answer its call are among the privatized branches of the government, the Jerusalem Municipality and the police, who implement their policy of making Palestinians disappear from the public sphere – just as the hilltop hooligans are another privatized arm for implementing the government policy of cramming Palestinians into densely populated enclaves and taking over most of the area of the West Bank.

      Land-grabbing right-wing NGOs with a religious and messianic patina, such as Regavim, Amana, Elad, Ateret Cohanim and Ad Kan, are other nongovernment branches, which, with their impressive financial resources, constitute a tailwind for the state’s institutions and their consistent Zionist policy. Their mother ship is the Gush Emunim movement and its incarnation as the Yesha (Judea and Samaria) Regional Council.

      Individual, unbridled and messianic violence – which for decades has been met by one blind eye and one winking eye of the law enforcement authorities – is a vital component of the belligerence of the most Jewish country in the world. In its democratic way (namely, with the support of most of its Jews), this Jewish state is working on the erasure of the Palestinian past, present and future in this land.

      The appetite of those rioters, the ultranationalist right-wing posses in Jerusalem and the South Hebron Hills, increases with every judicial decision that permits the takeover by a right-wing NGO of a Palestinian neighborhood such as Sheikh Jarrah and Silwan, with every uninvestigated attack against a Palestinian farmer on his own land by Israelis who emerge from Havat Ma’on or Yitzhar, with every license allowing the Civil Administration to declare Palestinian land as state land, and to allocate it to a settlement or adjacent outpost.

      “Disappearing” the Palestinians from the public sphere and crowding them into enclaves may turn out to be a preface to another mass expulsion of Palestinians from the country. That crime against humanity was in the past advocated by a religious Jew like Meir Kahane and a secular Jew like Rehavam Ze’evi, and is now being repeated by their successors, the Hardalim (Haredi nationalists) Itamar Ben-Gvir and Bezalel Smotrich, in various guises.

      Don’t look at the rioters in Jerusalem as just some eccentric Hardalim and Haredim, a rabble that is unrelated to us, the civilized Israelis who, with good taste and good manners, ostensibly uphold the rule of law. The rioters are becoming stronger and multiplying, because Israelis who consider themselves “decent” centrists (and support parties including Labor, Kahol Lavan and Yesh Atid) have lived and are living in peace with these despicable acts of Israel’s governments and their privatized and reinforced satellites.

      Perhaps if this country’s friends – Europe and the United States – warn Israel about its policies and impose sanctions against it – the Israeli “center” will wake up and stop being silent, indifferent, remaining on the sidelines or actively supporting that policy.

    • Point de presse du 26 avril 2021 - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2021-04-26.html#Chapitre3

      3. Israël/Territoires palestiniens - Dégradation de la situation sécuritaire (26 avril 2021)

      La France est vivement préoccupée par les tensions et les violences des derniers jours à Jérusalem, notamment autour de la vielle ville, ainsi qu’en Cisjordanie. Elle condamne fermement les tirs de roquette depuis la bande de Gaza qui ont visé des zones habitées du territoire israélien en violation du droit international. La France rappelle dans ce contexte son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël.

      La France appelle l’ensemble des acteurs à la retenue, à mettre un terme à toutes les violences et à permettre un retour au calme dans l’ensemble des territoires palestiniens. Toutes les actions qui concourent à l’escalade doivent cesser.

      Les violences des derniers jours viennent souligner la nécessité de la relance d’un processus politique crédible, dans le cadre du droit international et sur la base de la solution des deux Etats. La France y est engagée aux côtés de ses partenaires allemand, égyptien et jordanien.

      #FranceDiplo

  • Nucléaire : l’Iran doit cesser de détériorer la situation (Macron)
    18 mars 2021 Par Agence France-Presse

    L’Iran doit cesser d’accroître la pression en multipliant les violations de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, a déclaré jeudi le président français Emmanuel Macron.

    https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/180321/nucleaire-l-iran-doit-cesser-de-deteriorer-la-situation-macron?onglet=full

    L’Iran doit cesser d’accroître la pression en multipliant les violations de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, a déclaré jeudi le président français Emmanuel Macron.

    « L’Iran doit cesser de détériorer une situation nucléaire des plus graves par l’accumulation des violations des accords de Vienne », a-t-il déclaré à la presse en compagnie de Reuven Rivlin, le président d’Israël.

    L’Iran « doit faire les gestes attendus et se comporter de manière responsable », a-t-il ajouté, plaidant pour une résurrection de l’accord de 2015 contrôlant les activités nucléaires iraniennes, mais en y ajoutant le contrôle de « l’activité balistique de l’Iran dans la région », ce à quoi Téhéran est catégoriquement opposé.

    #FranceDiplo #IsraelFrance

    • Reuven Rivlin : « Envers Israël, la Cour pénale internationale fait de la politique, pas du droit »
      Par Reuven Rivlin - Publié le 17/03/2021
      https://www.lefigaro.fr/vox/monde/reuven-rivlin-envers-israel-la-cour-penale-internationale-fait-de-la-politi

      TRIBUNE - Le président de l’État hébreu, en visite officielle à Paris, expose la position d’Israël sur la décision du procureur de la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête sur des accusations de crimes de guerre imputés, notamment, à l’armée israélienne à Gaza en 2014.

      Ma rencontre avec Monsieur le président Macron ce jeudi ne sera pas seulement une rencontre entre deux amis, mais également une rencontre entre chefs de deux États qui entretiennent des relations bilatérales profondes et sincères. Nos pays coopèrent sur un large éventail de questions, notamment dans les domaines sécuritaires, de lutte contre le terrorisme, mais aussi scientifiques, technologiques, culturels et universitaires. La France et Israël partagent également des valeurs fondamentales qui guident nos deux pays ainsi que l’ensemble du monde démocratique : la liberté, l’égalité, la justice, le pluralisme et la tolérance.

      la suite :
      https://fr.timesofisrael.com/reuven-rivlin-denonce-la-politique-de-la-cpi-dans-une-tribune-pour

      C’est en ayant à l’esprit la force et la solidité des relations entre nos deux pays que je partagerai avec mon ami le président Emmanuel Macron un sujet qui préoccupe profondément Israël. Les amis peuvent parfois être en désaccord. Cependant je pense que les valeurs qui nous unissent sont suffisamment fortes pour que nous puissions écouter et comprendre nos positions, motivations et décisions respectives.

      La décision du procureur de la Cour pénale internationale d’enquêter sur Israël pour de possibles crimes de guerre représente une application tronquée du droit international. Un tribunal créé pour enquêter sur les crimes les plus graves est en effet aujourd’hui utilisé comme une arme politique. C’est une décision qui est moralement et légalement erronée.

      Comme il est déclaré par les prophètes, « Sion ne pourra être sauvé que par la justice » (Esaïe 1:27). Ainsi, le droit international et la justice ont toujours été au cœur de la vision du monde du peuple juif. Les Juifs prirent part à la création d’un système encadrant le droit international. Les Juifs et les Israéliens, motivés par les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, furent aussi à l’avant-garde de la création des différents organes juridiques internationaux, y compris la Cour pénale internationale. Nous sommes profondément attachés à l’idée fondamentale que les crimes de guerre, les génocides et les crimes contre l’humanité ne puissent jamais rester impunis à cause de systèmes juridiques nationaux qui refusent ou ne sont pas en mesure de poursuivre leurs auteurs.

      Soyez assurés que ceux qui sacrifient les droits de l’homme à des fins politiques feront de même avec le droit international

      Mais ce n’est pas le cas d’Israël. Nous avons déjà prouvé que nous étions complètement disposés à enquêter sur nos propres forces militaires lorsqu’elles font l’objet d’accusations, et nous avons la capacité de le faire.

      Pour nous, il ne s’agit pas d’une question juridique abstraite. Les soldats et les civils sur lesquels la Cour pénale internationale menace d’enquêter sont nos enfants et petits-enfants, nos voisins et amis. Nous ferons tout notre possible pour les protéger, tout comme ils nous ont protégés lorsque nous le leur avons demandé. En parallèle, nous continuerons à fonctionner selon les normes les plus strictes du droit international, et ce, même lorsque cela exige de nous de prendre des décisions douloureuses.

      Si nous voulons que le droit international continue de jouer pleinement son rôle pour garantir la paix et la justice, nous devons le protéger face à deux défis.

      Le premier est la tentative de politiser le droit international, comme nous le constatons avec la Cour pénale internationale. Nous avons déjà observé les dommages causés à d’autres organes internationaux – comme le Conseil des droits de l’homme de l’ONU par exemple – par ceux qui cherchent à les exploiter à des fins politiques. Soyez assurés que ceux qui sacrifient les droits de l’homme à des fins politiques feront de même avec le droit international. Nous devons rester vigilants et unis afin de les en empêcher.

      La position de la Cour pénale internationale sur les conflits asymétriques pourrait limiter la capacité même des démocraties libérales à se défendre

      Par ailleurs, dans la réalité des conflits asymétriques modernes, des États comme Israël, qui respectent le droit international, sont mis en difficulté par des organisations terroristes cyniques qui cachent militants et armes au cœur des zones civiles. Le droit international doit non seulement se prononcer sur les actes que les belligérants ne sont pas autorisés à entreprendre, mais aussi sur ceux, qu’un État qui veut protéger la vie de ses civils, a le droit d’accomplir.

      Le droit international ne peut pas équivaloir à un pacte suicidaire. C’est un dilemme auquel d’autres États démocratiques, dont la France, seront confrontés dans leur lutte contre le terrorisme à travers le monde. La position de la Cour pénale internationale sur les conflits asymétriques pourrait ainsi limiter la capacité même des démocraties libérales à se défendre.

      L’une des conséquences les plus regrettables de la décision de la Cour pénale internationale est peut-être qu’il sera maintenant encore plus difficile pour Israéliens et Palestiniens de trouver un terrain d’entente. Tant que l’enquête de la Cour ne sera pas achevée, ce qui pourrait prendre plusieurs années, il est difficile d’imaginer les deux parties s’engager dans des négociations sérieuses. Alors que les récents accords entre Israël et les pays arabes rendaient la perspective de tels progrès enfin à portée de main, cette décision fait faire marche arrière au processus de paix. J’appelle les amis d’Israël et des Palestiniens, en France et à l’étranger, à déclarer clairement, une fois pour toutes, que la route pour la paix passe directement entre Jérusalem et Ramallah. Les détours par la Cour pénale internationale à La Haye et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève sont contre-productifs pour la paix et sapent les chances d’un accord.

  • Revenir au plus vite dans l’Accord sur le nucléaire iranien
    François Nicoullaud - Publié le 9 février 2021 - Boulevard Extérieur
    https://www.boulevard-exterieur.com/Revenir-au-plus-vite-dans-l-Accord-sur-le-nucleaire-iranien.htm

    S’exprimant tout récemment sur l’actualité internationale devant l’Atlantic Council, Emmanuel Macron, abordant la crise nucléaire iranienne, s’est réjoui de la volonté de dialogue manifestée par la nouvelle administration américaine, en se déclarant « présent et disponible… pour tâcher d’être un médiateur dévoué et sans parti pris dans ce dialogue ». Cette offre éminemment positive a été aussitôt suivie par l’énoncé de ses vues sur le sujet : urgence de mener à bien de nouvelles négociations avec l’Iran, le pays étant « bien plus proche de la bombe nucléaire qu’il ne l’était avant la signature de l’accord » de juillet 2015 ; nécessité d’aborder « les questions des missiles balistiques et de la stabilité de la région " ; intérêt à trouver « un moyen de faire participer l’Arabie saoudite et Israël à ces discussions ». Ce sont en effet de vraies questions. Malheureusement, les afficher d’emblée risque de saper la crédibilité de la médiation envisagée. La tâche d’un médiateur est d’abord d’écouter et de sonder les uns et les autres, puis d’élaborer de façon aussi neutre que possible, par approches successives, une solution acceptable par tous. Le tout dans une totale discrétion. L’objectif semble désormais difficile à atteindre. (...)

    #FranceDiplo #FranceIran

  • La France joue les gendarmes face à l’Iran
    par Armin Arefi
    L’Élysée hausse le ton et s’aligne sur les positions américaines dans l’optique des négociations sur l’épineux dossier du nucléaire iranien.
    https://www.lepoint.fr/monde/la-france-joue-les-gendarmes-face-a-l-iran-29-01-2021-2411781_24.php#xtor=CS

    Thread by arminarefi on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1355128049864499203.html

    (...) Le premier échange téléphonique entre Joe Biden et Emmanuel Macron dimanche a permis selon l’Elysee de « mesurer les convergences de vue entre les États-Unis et la France » sur un des dossiers les plus brûlants de 2021 : le nucléaire iranien. 2/14
    « Nous avons vérifié la coïncidence de nos vues sur l’Iran et nous sommes clairs sur ce qu’il faut faire et la manière de le faire », indique l’Elysee. Biden a annoncé son intention de regagner l’accord sur le nucléaire iranien, à condition que l’Iran fasse le premier pas. 3/14
    « L’administration américaine a devant elle un dossier iranien bien différent d’il y a 4 ans », souligne un haut diplomate occidental. « L’Iran a accumulé les compétences et les stocks qui peuvent lui donner la capacité pleine et entière d’obtenir l’arme atomique. » 4/14
    À Téhéran, on explique que ces mesures sont réversibles et visent à renforcer la main de l’Iran pour les négociations à venir avec les USA. « Cela peut être une carte gagnante, confie un haut diplomate moyen-oriental. Ce que nous voulons, c’est la levée des sanctions. » 5/14
    À l’inverse des États-Unis, l’Iran souhaiterait que Washington, qui s’est unilatéralement retiré de l’accord sous Trump il y a 3 ans, fasse le premier pas avant que Téhéran ne rentre à son tour dans le rang. 6/14
    C’est là qu’intervient la France. Paris estime, à l’inverse de Moscou et de Pékin, que c’est à l’Iran de donner des gages dans cette affaire. « Le fait est que les sanctions US prises depuis 2018 ont entraîné des violations inacceptables de la part de l’Iran »,dit l’Elysee. 7/14
    « Nous voulons obtenir des assurances de la part de l’Iran, avec des gestes vérifiables, qu’il n’accumule pas + de capacités nucléaires », indique l’Elysee, qui souhaite ensuite élargir les discussions aux missiles balistiques et à l’influence régionale de Téhéran. 8/14
    Les exigences de l’elyse font bondir l’ex-ambassadeur @nicoullaud. « Cette réaction française est surprenante, car cela ne fonctionnera jamais avec les Iraniens qui ne feront pas le premier pas, ce qui serait suicidaire pour le président Rohani », déclare-t-il @LePoint. 9/14
    « Nous assistons à une extension de l’influence iranienne dans la région, ce qui crée un nouveau rapport de force alors que nous souhaitons réengager les choses sérieusement avec l’Iran, souligne le haut diplomate occidental. Il faudra des concessions des 2 côtés. » 10/14
    Cet accord élargi que souhaitent la France et les USA semble hors de portée tant le calendrier est serré à Téhéran. Il ne reste que 6 mois au président Hassan Rohani pour s’entendre avec les USA avant la présidentielle iranienne qui pourrait consacrer un conservateur. 11/14
    « Nous n’avons pas beaucoup de temps », prévient le haut diplomate moyen-oriental. « Si l’équipe de négociation américaine fait preuve de sagesse, alors elle traitera dans un premier temps la question du nucléaire. Car ce sera très dur pour le reste. » 12/14
    Le nom du prochain envoyé spécial du président Biden pour l’Iran, qui devrait être @Rob_Malley, pourrait néanmoins donner une idée quant aux intentions réelles des États-Unis vis-à-vis de la République islamique. 13/14
    Dans une interview @LePoint en novembre, @Rob_Malley estimait que les USA et l’Iran avaient intérêt à regagner rapidement l’accord nucléaire. « À priori, les lois de la pesanteur politique font que les 2 pays se dirigeront probablement dans la même direction sur ce point. »

    https://twitter.com/arminarefi/status/1355128049864499203

    #Francediplo #Iran #USA

    • Israël met en garde contre un retour à l’accord sur le nucléaire iranien
      29 janvier 2021 - Par Louis Imbert (Jérusalem, correspondant)
      https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/28/israel-met-en-garde-contre-un-retour-a-l-accord-sur-le-nucleaire-iranien_606

      Méfiantes face à Biden, les autorités israéliennes cherchent à préserver l’essentiel de la politique de « pression maximale » de Trump.

      Un front uni. Le gouvernement israélien et la haute hiérarchie militaire sont unanimes, depuis l’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden, pour dénoncer un retour aux termes de l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien. Certes, la nouvelle administration américaine temporisait, mercredi 27 janvier, sur la reprise d’un dialogue avec Téhéran. Selon son nouveau chef de la diplomatie, Antony Blinken, elle attendra que l’Iran revienne dans un premier temps de lui-même à ses obligations, après deux ans d’accélération graduée de son programme nucléaire. Mais Israël affiche d’ores et déjà une position dure, afin de préserver l’essentiel de la politique de « pression maximale » adoptée par Donald Trump face à l’Iran.

      Fait rare, mardi, le chef d’état-major de l’armée, Aviv Kochavi, a paru camper sur une posture de défiance face à Washington, en affirmant que « nul n’a[vait] le moindre doute sur le fait que l’Iran a des ambitions nucléaires militaires et prévoit d’utiliser cette arme. Revenir à l’accord sur le nucléaire, ou même à un accord similaire avec des améliorations, serait la mauvaise chose à faire ». Lors d’une conférence annuelle de l’Institut pour les études de sécurité nationale, à Tel-Aviv, M. Kochavi indiquait aussi avoir ordonné à l’armée de mettre à jour ses scénarios d’attaque contre les installations iraniennes.(...)

    • Les négociations sur l’accord nucléaire iranien seront très strictes, assure Emmanuel Macron
      Ouest-France avec REUTERS. Publié le 29/01/2021
      https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/les-negociations-sur-l-accord-nucleaire-iranien-seront-tres-strictes-as

      Les négociations sur l’accord nucléaire iranien seront très strictes a annoncé Emmanuel Macron, dans des propos rapportés par la chaîne de télévision Al Arabiya, ce 29 janvier.
      Emmanuel Macron a déclaré que des négociations sur l’accord nucléaire iranien seraient très strictes et devraient inclure l’Arabie Saoudite, a rapporté vendredi 29 janvier la chaîne de télévision Al Arabiya.

      Le président français a déclaré lors d’un point de presse auquel participait la chaîne saoudienne qu’il restait très peu de temps pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

      Selon Emmanuel Macron, cité par la chaîne, il convient de ne pas répéter l’erreur qui avait été commise dans le cadre de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, qui n’avait pas associé les puissances régionales.

    • WAFA: King Abdullah of Jordan says “a just solution to Palestinian cause a key for peace”
      https://imemc.org/article/wafa-king-abdullah-of-jordan-says-a-just-solution-to-palestinian-cause-a-key-

      AMMAN, January 30, 2021 (WAFA) – King Abdullah II of Jordan affirmed, Saturday, that without a just and comprehensive solution to the Palestinian cause that meets all the legitimate rights of the Palestinian people, there will be no peace or stability in the region and the entire world.

      “The Palestinian cause is central to Jordan, and we continue to stand alongside our Palestinian brethren with all our power and capabilities as they seek to gain their just and legitimate rights. We are constantly communicating and coordinating with them in this regard,” the Jordanian monarch told official Jordanian news agency.

      He added that “our region and our world cannot achieve the security, stability, and peace we seek without reaching a just and comprehensive solution to the Palestinian cause, that meets all the legitimate rights of the brotherly Palestinian people.”

      King Abdullah said peace should be “based on the two-state solution that guarantees the establishment of an independent, sovereign, and viable Palestinian state on the 4 June 1967 lines, with East Jerusalem as its capital, living in peace and security alongside Israel, in accordance with international law, recognized terms of reference, and the Arab Peace Initiative.”

      He pledged to continue to exert all efforts to reactivate the peace process in pursuit of the two-state solution, which he said was the only way to achieve just, lasting, and comprehensive peace.

      “We also continue to bear the honor and responsibility of safeguarding and maintaining Islamic and Christian holy sites in Jerusalem, in line with the historical Hashemite Custodianship over these holy sites, and to utilize all capabilities to preserve and protect their Arab, Islamic, and Christian identity.”

  • Les Etats-Unis reconnaissent la marocanité du Sahara en échange de relations diplomatiques entre Maroc et Israël
    10 décembre 2020
    https://www.yabiladi.com/articles/details/102824/etats-unis-reconnaissent-marocanite-sahara-echange.html

    Le président américain sortant Donald Trump a annoncé la signature d’un accord entre les Etats-Unis et le Maroc, reconnaissant la souveraineté du royaume sur le Sahara.

    « Aujourd’hui, j’ai signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. La proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc est la SEULE base d’une solution juste et durable pour une paix et une prospérité durables », a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

    Today, I signed a proclamation recognizing Moroccan sovereignty over the Western Sahara. Morocco’s serious, credible, and realistic autonomy proposal is the ONLY basis for a just and lasting solution for enduring peace and prosperity !
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

    Le président américain a indiqué, dans un autre tweet, que le Maroc a accepté de normaliser ses relations avec Israël, décrivant une « grande percée pour la paix au Moyen-Orient ».

    Another HISTORIC breakthrough today ! Our two GREAT friends Israel and the Kingdom of Morocco have agreed to full diplomatic relations – a massive breakthrough for peace in the Middle East !
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) December 10, 2020

    Dans un communiqué confirmant la première annonce, le cabinet royal a indiqué ce jeudi que le roi Mohammed VI s’est entretenue par téléphone avec le président des Etats-Unis d’Amérique. « Lors de cet appel, le président américain a informé Sa Majesté le Roi qu’il a publié un décret présidentiel, avec un effet immédiat, annonçant que les Etats-Unis d’Amérique reconnaissent, pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur toute la région du Sahara marocain », indique le communiqué relayé par l’agence MAP.

    #IsraelMaroc

    • Exclusive: U.S. nears sale of four sophisticated drones to Morocco - sources
      By Mike Stone, Patricia Zengerle | December 10, 20207:06 PM
      https://www.reuters.com/article/us-usa-morocco-drones-exclusive-idUSKBN28K2R4

      WASHINGTON (Reuters) - The United States is negotiating the sale of at least four sophisticated large aerial drones to Morocco, according to three U.S. sources familiar with the negotiations, and is expected to discuss the deal with members of Congress in the coming days.

      The sources did not indicate whether the deal, which has been in the works for several months, was related to the agreement brokered with U.S. help for Morocco to normalize relations with Israel.

      While the State Department has authorized the sale of the unmanned aerial vehicles, the sources said, it was not known if the U.S. officials have approved exporting the drones with weapons attached, two of the people said.

      The deal must be approved by members of Congress, who may receive notification as soon as Friday, one of the people said. Congress could block a final agreement but that was not expected two of the people said.

      The four MQ-9B SeaGuardian drones made by General Atomics have a range of 6,000 nautical miles (11,100 km) and could survey huge swaths of sea and desert.

      A deal with Morocco would be among the first drone sale after President Donald Trump’s administration moved ahead with its plan to sell more drones to more countries by reinterpreting an international arms control agreement called the Missile Technology Control Regime (MTCR).

      Following the Trump administration’s reinterpretation of the MTCR, U.S. Senators introduced legislation that would block the export, transfer or trade of many advanced drones to countries that are not close U.S. allies. Sales would be allowed to NATO members, Australia, New Zealand, South Korea, Japan and Israel.

      Still, this fall drone sales moved ahead to Taiwan and the United Arab Emirates. The UAE sale drew criticism from some members of the U.S. Senate.

      The U.S. State Department and Morocco’s Washington embassy did not immediately respond to a request for comment.

    • Maroc-Etats-Unis : Contrat de 1MM$ pour 4 drones et des missiles de précision
      Article modifié le 2020/12/12 à 00h21
      https://www.yabiladi.com/articles/details/102919/maroc-etats-unis-contrat-pour-drones-missiles.html

      Comme annoncé jeudi 10 décembre, l’administration Trump a soumis à l’approbation du Congrès un nouveau projet de contrat d’armement au profit du Maroc, d’une valeur d’un milliard de dollars, indique Reuters.

      Les armed commandées par le royaume comprennent quatre drones MQ-9B SeaGuardian, fabriqués par la société privée General Atomics, et des missiles à guidage de précision Hellfire, Paveway et JDAM fabriquées par Lockheed Martin, Raytheon et Boeing, expliquent des sources à la même agence de presse.

      Ce nouveau développement intervient dans le sillage de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël grâce à une médiation des Etats-Unis.

    • Sahara occidental : « La politique étrangère marocaine n’a jamais été dans le marchandage »
      Publié le : 12/12/2020, Par : Nina Kozlowski
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invit%C3%A9-afrique/20201212-sahara-occidental-la-politique-%C3%A9trang%C3%A8re-marocaine-n-a-jamais

      Ce 10 décembre, les États-Unis d’Amérique ont acté la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, tandis que le Maroc a annoncé la reprise de ses relations diplomatiques avec Israël. Deux décisions historiques concomitantes, qui laissent penser à un « deal » entre le Royaume et Donald Trump, au dépend des engagements marocains en faveur de la Palestine. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères au Maroc, réfute cette idée, il est l’invité de Nina Kozlowski. (...)

    • Déclarations officielles de politique étrangère du 11 décembre 2020
      France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
      https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=bafr2020-12-11.html

      4 - Maroc-Israël

      Q - Avez-vous une réaction au rétablissement des relations entre le Maroc et Israël ? Ce rétablissement se produit avec l’annonce que les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Dans quelle mesure cette reconnaissance change la donne dans le conflit sur le Sahara occidental et le rôle des Etats-Unis ? Quelle est la position de la France ? Est-elle modifiée ?

      Deux points : Est-ce que l’annonce de la normalisation entre Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël peut avoir un effet sur la politique de l’UE envers le dossier du Sahara occidental ? Et est-ce que ce rapprochement a bénéficié d’une quelconque intercession française ou de la part d’élus français franco-marocains ou franco-israéliens ?

      R - La France se félicite de l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, qui sont pour elle deux partenaires essentiels. Elle salue, dans ce cadre, le rappel par les autorités marocaines de leur soutien à la solution des deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, comme de l’importance des négociations entre les parties pour parvenir à une paix durable. Avec ses partenaires, la France est déterminée à contribuer à une reprise du dialogue sur la base du droit international et des paramètres agréés.

      Le conflit au Sahara occidental n’a que trop duré et fait peser un risque permanent de tensions, comme nous l’avons vu récemment à Guerguerate. La France est attachée à la recherche d’une solution politique dans le cadre de la légalité internationale. Elle est, sur cette base, favorable à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Dans cette perspective, elle considère le plan d’autonomie marocain comme une base de discussions sérieuse et crédible./.

      #FranceDiplo

  • Israeli forces fatally shoot Palestinian child during village protest
    By MEE staff |Published date: 4 December 2020
    https://www.middleeasteye.net/news/israeli-forces-fatally-shoot-palestinian-child-ali-abu-aalya
     

    Israeli forces fatally shot a Palestinian child near the occupied West Bank city of Ramallah on Friday evening, the local health ministry has confirmed.

    The boy has been identified as Ali Abu Aalya and is believed to be either 13 or 14 years old. The teen was killed during clashes that broke out between Palestinian residents and Israeli soldiers in his village of al-Mughayir, northeast of Ramallah, the ministry said.

    The Palestinian Red Cross told Israeli newspaper Haaretz that Israeli forces shot Abu Aalya in the stomach. He was then rushed to a local hospital where he succumbed to his wounds.

    Clashes broke out in the village on Friday after Israeli forces responded to a protest held by local residents against a new settlement outpost in the area. Haaretz reported that the demonstration had taken place “far from the outpost”.

    Palestinian communities often use Friday after midday prayers as a time to protest the Israeli policies of land confiscation, road blockades, and settlement expansion - among other issues.

    Rights groups, including Human Rights Watch and Amnesty International, have condemned Israel’s response to such protests, which frequently result in the loss of life, accusing the army of carrying out a “shoot-to-kill” policy that encourages “extrajudicial killings”.

    (...)

    #Palestine_assassinée

    • Israeli Soldiers Kill A Palestinian Child Near Ramallah
      Dec 5, 2020
      https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-child-near-ramallah-2

      Israeli soldiers shot and killed, Friday, a Palestinian child in the al-Mughayyir village, northeast of the central West Bank city of Ramallah.

      Amin Abu Alia, the head of al- Mughayyir Village Council said several army jeeps invaded the eastern area of the village, and attacked unarmed protesters with live fire, rubber-coated steel bullets, gas bombs and concussion grenades.

      He added that the soldiers shot Ali Ayman Abu Alia, 13, with a live round in the abdomen, before Palestinian medics rushed him to Palestine Medical Complex in Ramallah, where he was immediately sent to surgery, but succumbed to his serious wounds despite all attempts to save his life.

      Abu Alia also stated that the soldiers shot four young Palestinian men with rubber-coated steel bullets, and caused many others to suffer the effects of teargas inhalation.

      Nickolai Mladenov, the United Nations’ Special Coordinator to the Middle East, called for a credible and independent investigation into the death of the child.

      In a tweet, the UN official said, “Israel must swiftly and independently investigate the shocking incident,” and added that “Children enjoy special protection under International Law, and must be protected from violence.”

      The Office of Palestinian President Mahmoud Abbas denounced the slaying of the child, and said that this incident is part of Israel’s continued brutal and criminal violations against the Palestinian people, especially the children.

      It also called on the international community to provide protection to the Palestinian people, and to ensure the establishment of an independent, contiguous, and sovereign Palestinian state, with East Jerusalem as its capital.

    • Israel’s war on Palestinian children
      Gideon Levy | Dec. 5, 2020 | 11:17 PM

      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israel-s-war-on-palestinian-children-1.9350708

      Last week, we were in the Al-Arroub refugee camp, searching for an open area in which to sit, for fear of the coronavirus. There wasn’t one. In a camp in which house touches house, whose alleys are the width of a man and strewn with garbage, there’s nowhere to sit outside. One can only dream of a garden or a bench; there isn’t even a sidewalk. This is where Basel al-Badawi lives. A year ago, soldiers shot his brother dead, before his eyes, for no reason. Two weeks ago, Basel was snatched from his bed on a cold night and taken, barefoot, for questioning. We sat in his family’s cramped home and realized there was no “out” to go to. While we were there, Israeli soldiers blocked the entrance to the camp, as they occasionally do, arbitrarily, and the sense of suffocation only grew.

      This is Basel’s world and this is his reality. He is 16, a bereaved brother, who was abducted from his bed in the dark of night by soldiers. He has nowhere to go to except for school, which is closed for part of the week due to COVID-19. Basel is free now, more fortunate than certain other children and teenagers. Around 170 of them are currently detained in Israel. Other children are shot by soldiers, wounded and sometimes killed, with no distinction made between children and adults – a Palestinian is a Palestinian – or between a life-threatening situation and a “public disturbance.”

      On Friday they killed Ali Abu Alia, a 13-year-old boy. It was a lethal shot to the abdomen. No one could remain indifferent to the sight of his innocent face in photographs, and his last picture – in a shroud, his face exposed, his eyes closed, as he was carried to burial in his village. Ali, as he did every week, went with his friends to demonstrate against the wild and violent outposts that sprouted out of the settlement of Kokhav Hashahar, taking over the remaining land of his village, al-Mughayir. There is nothing more just than the struggle of this village, there is nothing more heinous than the use of lethal force against protesters and there is no possibility that shooting Ali in the abdomen could have been justifiable. In Israel, of course, no one showed any interest over the weekend in the death of a child, one more child.

      Up until the current school year, around 50 children from the shepherding community of Ras a-Tin studied at the school in al-Mughayir, the village of the deceased boy. They had to walk about 15 kilometers (9.3 miles) each day, round trip, to attend. This year their parents, with the help of a European Commission aid organization based in Italy, built them a modest, charming school in the village. Israel’s Civil Administration is threatening to demolish it, and in the meantime it is harassing the pupils and teachers with surprise visits to check whether the toilets had been, God forbid, connected to a water pipe – in a village that was never connected to the power grid or the water supply. The children of Ras a-Tin must have known Ali, their former classmate, now dead.

      The children did not know Malek Issa, of Isawiyah, in East Jerusalem. The 9-year-old boy lost an eye after it was hit by a sponge-tipped bullet fired by an Israeli police officer. On Thursday the Justice Ministry department that examines allegations of police misconduct announced that no one would be charged in the shooting, after 10 months of intensive investigation. It was enough for the policemen involved to claim that stones had been thrown at them, perhaps one of them hit the boy. But no video shows stones being thrown, nor is there any other evidence of this. Ali’s killers can also sleep in peace: No one will prosecute them. All they did was to kill a Palestinian child.

      These and many other incidents are taking place during a period that is among the quietest in the West Bank. This is the terror taking place, committed by the state. When we hear of such incidents in vicious dictatorships – children who are snatched from their beds in the middle of the night, one boy who was shot in the eye, another who was shot and killed – it sends shivers down our spine. Shooting at demonstrators? At children? Where do such things happen? Not in some faraway land, but rather just an hour’s drive from your home; not in some dark regime, but in the only democracy.

      What would you think of a regime that allows the shooting of children, that abducts them in their sleep and razes their schools? That’s exactly what you must think of the regime here in our country.

    • In New Crime of Excessive Use of Force, IOF Kill Palestinian Child and Wound 4 Civilians Northeast of Ramallah
      Date: 05 December 2020 - Time: 17:00 GMT
      https://www.pchrgaza.org/en/?p=15455

      According to investigations conducted by the Palestinian Centre for Human Rights (PCHR), at approximately 11:00 on Friday, a peaceful protest took off in the center of al-Mughayyir village, northeast of Ramallah, at the call of the villagers, towards lands under the threat of confiscation and in protest to the establishment of new settlement outposts in Ras al-Teen area near the eastern entrance to the village. The protestors raised Palestinian flags and chanted slogans against the Israeli occupation, settlers and annexation wall. When the protestors arrived at the area, they found a large number of Israeli soldiers awaiting them. Following the Friday prayer, the protestors chanted slogans again the Israeli occupation and settlers. IOF immediately suppressed the protest and fired live and rubber bullets, sound bombs and tear gas canisters at the protestors. As a result, 4 civilians sustained rubber bullets wounds in their lower extremities and received treatment on the spot. At approximately 13:30, as the clashes were ongoing, Israeli soldiers shot at ‘Ali Ayman Naser Abu ‘Aliya (14), wounding him with a live bullet in his abdomen below the lung on the right side of his body. Abu ‘Aliya was immediately taken via a Palestinian Red Crescent Socitey (PRCS) ambulance to the Palestine Medical Complex in Ramallah, where he underwent a surgery. At approximately 18:00 on the same day, medical sources pronounced him dead. The medical report showed that the bullet penetrated the liver and ruptured it.

    • Un adolescent palestinien tué par l’armée israélienne enterré à Ramallah
      Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard - RFI - Publié le : 05/12/2020
      https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20201205-un-adolescent-palestinien-tu%C3%A9-par-l-arm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne-en

      Des centaines de personnes étaient rassemblées à Ramallah pour l’enterrement d’une jeune palestiniens tué par l’armée israélienne. AP - Majdi Mohammed

      Dans les Territoires palestiniens, l’émotion est vive après la mort d’un jeune Palestinien de 13 ans, tué vendredi 4 décembre en Cisjordanie occupée par des tirs de l’armée israélienne alors qu’il participait à une manifestation dans le village d’al Mughayir. Son enterrement, qui a eu lieu ce samedi, a rassemblé des centaines de personnes.

    • Israël/Territoires palestiniens - Q&R - Extrait du point de presse (07.12.20) - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
      https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/relations-bilaterales-4261/evenements/article/israel-territoires-palestiniens-q-r-extrait-du-point-de-presse-07-12

      ❝Q : Le décès d’un jeune Palestinien lors d’une manifestation organisée dans le village d’Al Mughair, près de Ramallah, contre la politique israélienne de colonisation, est-il susceptible de relancer les tensions entre Israéliens et Palestiniens ?

      R : La France déplore la mort d’un jeune adolescent palestinien, Ali Abu Alia, survenue le 4 décembre, après qu’il a été touché par des tirs de l’armée israélienne lors d’une manifestation dans le village d’Al Mughair, près de Ramallah.
      #FranceDiplo

  • Israël / Territoires palestiniens - Colonisation (16.11.20) - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/relations-bilaterales/evenements/article/israel-territoires-palestiniens-colonisation-16-11-20

    La France condamne les annonces relatives à la construction de 1 257 unités de logement dans la colonie israélienne de Givat HaMatos, à Jérusalem-Est. L’expansion de cette colonie porte directement atteinte à la viabilité d’un futur État palestinien, comme l’a rappelé à plusieurs reprises l’Union européenne.

    La colonisation est illégale en droit international et remet en cause sur le terrain la solution des deux États. La France appelle les autorités israéliennes à revenir sur cette décision. La France appelle à mettre un terme à toute mesure unilatérale remettant en cause la solution des deux États fondée sur les paramètres internationalement agréés, qui est seule à même de conduire à une paix juste et durable dans la région.

    #FranceDiplo

    • EU Mission Visits Site of Planned Israeli Settlement Expansion; Heckled by Right-Wing Israelis
      Nov 17, 2020
      https://imemc.org/article/eu-mission-visits-site-of-planned-israeli-settlement-expansion-heckled-by-rig

      Several representatives of the European Union (EU) in Israel and Palestine visited the site of a proposed Israeli settlement on Monday, issuing a strong condemnation of the Israeli plan to build more than 1200 new units on the site. As they were leaving the site, they were heckled by dozens of right-wing Israelis.

      In a statement, Sven Kühn von Burgsdorff, one of the EU representatives, said the proposed Givat Hamatos settlement, “forms part of a worrying trend where Israel continues its policy of advancing settlements in the occupied Palestinian territory”, adding, “If Israel is to go ahead with its plans for a settlement here, it would cause serious damage to the prospects for a viable and contiguous Palestinian State. More broadly, it will threaten the viability of a negotiated two-state solution, in line with the internationally agreed parameters and with Jerusalem as the future capital of two states.”

      Burgsdorff reiterated the fact that all Israeli colonial settlements are illegal under international law, and that all settlement activity must stop.

      The EU representatives which accompanied members of Palestinian and Israeli civil society to the site on Monday, included representatives from Austria, Belgium, Denmark, Finland, France, Germany, Ireland, Italy, Malta, Netherlands, Poland, Spain, Sweden, and Norway and Switzerland.

      When they were leaving the site, they were confronted by right-wing Israeli settlers. According to the Jerusalem Post, the hecklers shouted, “You are antisemites. You are against Jewish building. Shut up and go home. According to the Bible this is Jewish land. This is the Jewish capital of Israel.”

      The construction of Givat Hamatos between Jerusalem and Bethlehem would mean that the Palestinian neighborhood of Beit Safafa would be surrounded on all sides by Jewish-only settlements, with no access to Bethlehem or the rest of the West Bank.(...)

      #colonialisme_de_peuplement

    • Preventing terror
      Amira Hass | Nov. 17, 2020 | 3:37 AM - Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-preventing-terror-1.9312674

      It’s not only Givat Hamatos: Israel is constantly planning and implementing infrastructure and large-scale construction activities in East Jerusalem and throughout the West Bank, all designed to sabotage the possibility of a Palestinian state. But to our delight this tender, for the construction of residential units on the land reserves of Beit Safafa and Bethlehem, is making some noise, because it is being interpreted as an underhanded maneuver before President-elect Joe Biden enters the White House.

      Yesterday European diplomats visited the site of the settlement. The condemnations, or to be more precise the reservations to the tender, will probably be published soon by the foreign ministries of the EU and several European states. The UN Special Coordinator Nickolay Mladenov has already expressed his concern. He mentioned for the millionth time that the construction of settlements violates international law.

      Not only U.S. President Donald Trump encouraged the Israeli land theft project. During two decades of negotiations with the Palestinian Liberation Organization, the ritual expressions of regret and the condemnations by the European Union and its member countries taught Israel that it has nothing to fear. If those countries, which support the path of the Oslo Accords more than anyone else, don’t take concrete steps against Israel’s serial criminality, why should it worry? It can continue to rob and trample, and when necessary to pull out the weapon of “antisemitism” and “Holocaust,” to curb any initiative to stop the Israeli real estate-dispossession spree.

      So please. “Givat Hamatos” is an opportunity for those countries to convert the ritual into genuine actions, which they can and must adopt. First of all, they must publish the following clarifications:

      • Building settlements in occupied territory is forbidden by international law.

      • Apartheid is a crime for which its authors, executors and those consciously participating in it must be punished.

      • A declaration of “state land” backed up by weapons and military orders, and the transfer of this land to one ethnic group at the expense of the other, is a practice of terror.

      • Building settlements on occupied Palestinian territory grows out of the worldview and practices of an apartheid regime that considers Jews superior, and therefore might once again carry out acts of mass expulsion of Palestinians.

      Based on these clarifications, the countries opposed to state terror and apartheid will publish the following warnings:

      • Any contractor participating in the Givat Hamatos tender will not be allowed to participate in projects in which European companies are involved, and its owners and managers will not be allowed to enter Europe.

      • If the owners and managers are European citizens, they will be prosecuted in their countries for participating in the crime of apartheid.

      • The ban on entry and doing business, and the prosecution of offenders, also applies to the planners and architects.

      • All the above applies to the senior executives of the Israel Land Authority.

      • All the above applies to buyers of those residential units.

      • Owners and managers of companies operating in Europe who transact business with those subcontractors and architects will be prosecuted for abetting the perpetration of a crime.

      • Just as the bank accounts of those suspected of involvement in terror are confiscated, the bank accounts of all those mentioned above will be confiscated.

      • The sale of residences to Palestinians as a “fig leaf” will not render the project legal, unless Palestinians who are West Bank residents live there too.

      This will be the start. Later the same warnings will apply to other, less publicized construction plans – and to existing settlements. Don’t call it “delusional” if you oppose apartheid, and if you realize that its planners and beneficiaries are willing and able to expel more Palestinians from their homeland.

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Point de presse du 04 septembre 2020
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2020-09-04.html

    4. Situation de M. Salah Hamouri

    Q - Les autorités israéliennes ont annoncé avoir entamé des démarches pour expulser l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Quelle est la position de la France ?

    R - Nous avons appris que les autorités israéliennes avaient notifié hier à Salah Hamouri la révocation de son titre de séjour à Jérusalem. Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, à travers le Consulat général de France à Jérusalem et l’Ambassade de France à Tel Aviv, a engagé des démarches pour obtenir des explications sur les motifs de cette décision et son retrait sans délai. Nous maintenons un contact étroit avec Salah Hamouri et son entourage.

    M. Salah Hamouri doit pouvoir mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside. Son épouse et son fils doivent également obtenir le droit de se rendre à Jérusalem pour le retrouver.

    La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises./.

    #Francediplo #Salah_Hamouri

  • La France salue l’annonce d’une normalisation des relations entre les Emirats (...) - France ONU
    Proche-Orient - Intervention de Mme Anne Gueguen- Représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies
    au Conseil de sécurité
    https://onu.delegfrance.org/La-France-salue-l-annonce-d-une-normalisation-des-relations-entre-l

    (...) Tout d’abord, la France a salué l’annonce d’une normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël, qui sont deux partenaires stratégiques pour nous. Dans un contexte régional dégradé, cette annonce montre que des dynamiques positives peuvent s’enclencher.
    (...)
    Troisièmement, je veux exprimer la préoccupation de la France face au regain de tensions entre Gaza et Israël au cours des dernières semaines. Ces violences doivent cesser, avant que ne s’enclenche un nouveau cycle de violences meurtrières. La France appelle à la poursuite des efforts visant à éviter toute escalade dont les premières victimes seraient les populations civiles israélienne et palestinienne. Au-delà de cette situation sécuritaire critique, il est absolument crucial de répondre à la crise humanitaire qui ne peut passer qu’à travers la levée du blocus sur Gaza, assortie de garanties de sécurité crédibles pour Israël. Des progrès sont, parallèlement, indispensables dans la réconciliation inter-palestinienne. Ce processus passe par la tenue des élections nationales.

    #FranceDiplo

  • Au Liban, Jean-Yves Le Drian réclame des réformes attendues “depuis trop longtemps”
    FRANCE 24 | 23 juillet 2020

    http://www.france24.com/fr/20200723-au-liban-jean-yves-le-drian-r%C3%A9clame-des-r%C3%A9formes-attend
    https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BB176bX3.img?h=315&w=600&m=6&q=60&o=t&l=f&f=jpg

    En visite au Liban, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a estimé jeudi que les réformes étaient attendues « depuis trop longtemps » alors que le pays est englué dans une crise économique et espère des aides internationales.

    Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, en visite au Liban, a estimé jeudi 23 juillet que les réformes étaient attendues « depuis trop longtemps » dans ce pays en plein naufrage économique et qui espère obtenir des aides internationales.

    « Des actes concrets sont attendus depuis trop longtemps. Il est aujourd’hui urgent et nécessaire de s’engager de manière concrète dans la voie des réformes, c’est le message que je suis venu transmettre à toutes les autorités libanaises », a déclaré aux journalistes le ministre français à l’issue d’un entretien avec son homologue libanais, Nassif Hitti.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    French foreign minister: IMF only way out of Lebanon crisis
    France’s foreign minister has told Lebanese officials that there is no alternative path out of the country’s economic crisis except talks with the International Monetary Fund
    By
    SARAH EL DEEB Associated Press | 23 July 2020
    https://abcnews.go.com/International/wireStory/french-foreign-minister-visits-lebanon-amid-economic-crisis-71936840

    BEIRUT — France’s foreign minister said Thursday that talks with the International Monetary Fund are the only way out of Lebanon’s economic crisis, urging Lebanese officials to resume discussions with the lender that faltered over internal disagreements.

    Jean-Yves Le Drian, the first Western official to visit Lebanon since its economy began to unravel last year, said that only concrete reforms would enable France, a major ally, to help Lebanon.

    After meetings with senior Lebanese officials, including President Michel Aoun, Le Drian said the time is now critical and that the situation is very concerning.

    “What I want to tell those responsible in Lebanon today is, ‘help yourselves and France and its partners will help you’,” he said. “It is the key message of my visit.”

    France, the former colonial power in Lebanon, is the leading Western nation involved in efforts to help the Lebanese economy out of its dire straits. The solutions are well-known, Le Drian said, and are necessary to avoid destabilizing Lebanon and its model of tolerance and openness in the region.

    #FranceLiban #Liban #Francediplo

    • Le Drian aux autorités libanaises : Aidez-vous, et la France et ses partenaires vous aideront
      OLJ / le 23 juillet 2020 à 14h11
      https://www.lorientlejour.com/article/1226967/le-drian-aux-autorites-libanaises-aidez-vous-et-la-france-et-ses-part

      Sur un autre plan, M. Le Drian a salué la « générosité » des Libanais quant à l’accueil des réfugiés syriens. Plus d’un million d’entre eux sont présents sur le territoire libanais après avoir fui le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.

      Jean-Yves Le Drian a également évoqué le volet éducation de sa visite. « Je suis venu pour marquer le soutien de la France à la jeunesse libanaise et au milieu éducatif. Cette crise est également celle des écoles françaises et des établissements chrétiens et francophones », a-t-il déclaré.

  • Macron demande à Israël de renoncer à tout projet d’annexion de territoires palestiniens
    Nina Jackowski avec AFP
    https://www.leparisien.fr/international/macron-demande-a-israel-de-renoncer-a-tout-projet-d-annexion-de-territoir

    Emmanuel Macron a demandé au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de renoncer à tout projet d’ annexion de territoires palestiniens, une entreprise qui nuirait à la paix selon lui, a rapporté l’Elysée ce vendredi.

    « Il lui a rappelé l’engagement de la France pour la paix au Proche-Orient et lui a demandé de s’abstenir de prendre toute mesure d’annexion de territoires palestiniens, indique un communiqué rendant compte d’un entretien téléphonique entre les deux dirigeants jeudi. Il a souligné qu’une telle mesure serait contraire au droit international et compromettrait la possibilité d’une solution à deux Etats comme l’établissement d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. »

    Le chef de l’Etat a également « réitéré l’engagement indéfectible de la France pour la sécurité d’Israël et sa détermination à œuvrer pour l’apaisement des tensions au Moyen-Orient. Il a exprimé son attachement à l’amitié et à la confiance qui lient la France et Israël », assure l’Elysée. (...)

    #francediplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Déclarations officielles de politique étrangère du 02 juillet 2020
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=bafr2020-07-02.html

    2 - Israël - Situation de M. Salah Hamouri (2 juillet 2020)

    Nous avons appris l’arrestation et le placement en détention de notre compatriote M. Salah Hamouri mardi 30 juin à Jérusalem, moins de deux ans après sa remise en liberté à laquelle nous avions beaucoup travaillé.

    La France demande que l’ensemble des droits de M. Salah Hamouri soient respectés. Notre consulat général à Jérusalem veille à ce que notre compatriote puisse pleinement bénéficier de la protection consulaire prévue par la Convention de Vienne de 1963.

    Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et son réseau diplomatique et consulaire s’attachent à obtenir des éclaircissements sur les motifs de son arrestation, maintiennent un contact étroit avec l’entourage de M. Hamouri et sont pleinement mobilisés auprès des autorités israéliennes pour que la situation de M. Hamouri et de son épouse soit réglée au plus vite.

    La situation de M. Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises.

    #FranceDiplo #Salah_Hamouri

  • Débat sur le thème : « Quelle réponse de la France au projet d’annexion de la vallée du Jourdain par l’État d’Israël ? »
    Séance publique du 24 juin 2020 (soir)
    http://videos.senat.fr/video.1678167_5ef3a5e11950c?timecode=1630000

    Orateurs inscrits
    -Mme Christine PRUNAUD, pour le groupe communiste républicain citoyen et écologiste
    1.M. Pierre LAURENT (CRCE)
    2.M. Joël GUERRIAU (Les Indépendants)
    3.M. Olivier CIGOLOTTI (UC)
    4.M. Christian CAMBON (Les Républicains)
    5.M. Gilbert ROGER (SOCR)
    6.M. Yvon COLLIN (RDSE)
    7.M. Bernard CAZEAU (LaREM)
    8.Mme Claudine KAUFFMANN (NI)
    9.M. Pascal ALLIZARD (Les Républicains)
    à 22:41 -M. Jean-Yves LE DRIAN, ministre de l’Europe et des affaires étrangères

    #francediplo

    • Débat au #Sénat « Quelle réponse de la #France au projet d’annexion de la vallée du Jourdain par l’État d’Israël ? »
      Réponse de #Jean-Yves_LE_DRIAN, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, le 24 juin 2020
      https://videos.senat.fr/video.1678167_5ef3a5e11950c.seance-publique-du-24-juin-2020-soir?timeco

      Le conflit israélo-palestinien est peut-être à un tournant historique. Rappel de la position française sur la paramètre, de la méthode privilégiée : la négociation.

      C’est la position qui a été présentée aux Américains, dont le plan s’écarte du droit international, il ne permettra pas la création d’un Etat palestinien viable, et ne satisfait qu’une seule des parties.

      L’annexion de TPO, quel qu’en soit le périmètre, remettrait en cause de façon grave et irrémédiable les paramètres essentiels au règlement du conflit en remettant en cause :

      –Le cadre du droit international : remise en cause du principe de non acquisition de territoires par la force
      –Les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies
      –L’objectif de la solution des 2 Etats : sa continuité, viabilité d’un Etat souverain, restrictions d’accès aux terres agricoles et à l’eau, à la circulation
      –L’annexion rendrait irréversible la présence des colonies et accélèrerait la construction de nouveaux logements dans les colonies où le droit israélien s’appliquerait pleinement. Il y a 650 000 colons (x3 depuis Oslo) dont 220 000 à Jérusalem.
      Elle remettrait en cause le projet national des Israéliens (Etat juif et démocratique). En ancrant dans le droit israélien la réalité de l’Etat unique, choix impossible entre le caractère juif du pays et le caractère démocratique de l’Etat.
      –Elle est dangereuse pour la sécurité de l’Etat israélien, pour la stabilité régionale, la situation dans les camps de réfugiés, et représente un effet d’aubaine pour les groupes terroristes.

      A défaut de pouvoir relancer immédiatement les discussions de paix, l’objectif est de préserver les conditions de négociations futures et la possibilité d’une solution négociée.

      La France coordonne, avec ses partenaires européens et arabes, pour envoyer des messages préventifs et dissuasifs, pour que l’annexion, quelle qu’en soit le périmètre, ne se produise pas, et dans l’hypothèse où les efforts n’aboutiraient pas, nous nous préparons à réagir.

      Une décision d’une telle gravité ne peut pas rester sans réponse, je ne vais pas décliner la totalité de la réponse, mais il importe d’essayer de clarifier :

      –Axe préventif pour dissuader : messages clairs, publiquement et en privé, au niveau national et en coordination avec les partenaires européens. Ils font valoir des avantages que les Israéliens pourraient retirer d’une coopération accrue avec l’UE s’ils renonçaient à l’annexion et s’engageaient dans un processus politique négocié sur la base des paramètres internationaux. Et indiquent qu’ils ne reconnaîtront aucun changement aux lignes de 1967 et ni la souveraineté israélienne sur les territoires annexés. Mobilisation d’une aide conséquente à l’AP et l’UNRWA.
      –Axe dissuasif : Si l’annexion va à son terme, la France et ses partenaires seront contraints d’y opposer des mesures affectant les relations de l’UE et ses Etats membres avec Israël, régies par beaucoup d’accord de coopération, dont l’Accord UE-Israël ; la participation à des programmes d’Israël devra être réexaminée à la lumière du contexte nouveau, et de même en matière commerciale, pour veiller à renforcer le contrôle de l’origine des produits importés au sein de l’UE. Le consensus européen est difficile, mais la règle de l’unanimité ne s’applique pas à tous les accords de coopération.
      –Des mesures à titre national en coordination avec les principaux partenaires européens : introduire dans tous les accords bilatéraux avec Israël des clauses territoriales afin de matérialiser clairement et systématiquement une distinction juridique entre territoire israélien et territoires occupés. Il appartiendra à la France et ses partenaires de mettre en œuvre des contrôles systématiques d’étiquetage différenciée des produits des colonies, une obligation désormais au titre du droit à l’information des consommateurs, confirmée cette année par la CJUE.

      La France se coordonne aussi avec ses partenaires arabes dans la riposte éventuelle.

      Une éventuelle décision d’annexion ne modifierait en rien, au contraire, la détermination ancienne de la France à reconnaître, le moment venu, l’Etat palestinien, dans le cadre et le format appropriés, lorsque cette décision sera utile, rapiement, pour la paix.

      Même s’il veut bien faire, le passage en gras est une affirmation raciste, rien de moins, puisqu’elle suppose qu’un Etat israélien démocratique ne devrait pas comprendre trop de Palestiniens, et il sous entend que ’"les arabes font trop de gosses"...

      #annexion #Palestine #racisme

  • Arabie Saoudite – Yémen – Tirs de missiles visant le territoire saoudien – Déclaration de la porte-parole (23.06.20) - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/arabie-saoudite/evenements/article/arabie-saoudite-yemen-tirs-de-missiles-visant-le-territoire-saoudien

    La France condamne les tirs indiscriminés de missiles et de drones piégés ayant visé la nuit dernière, depuis le Yémen, le territoire saoudien et en particulier les villes de Riyad, Jizan et Najran. Cette attaque, prenant délibérément pour cible des zones habitées et revendiquée par les rebelles houthis, constitue une nouvelle atteinte à la sécurité de l’Arabie saoudite et à la stabilité de la région.

    La relance des discussions sur un accord politique global et inclusif est la seule véritable perspective pour mettre un terme au conflit au Yémen. La France réaffirme son soutien aux efforts en ce sens des Nations unies.

    #Francediplo

  • Déclaration de Jean-Yves Le Drian – Israël – Investiture du gouvernement (19.05.20) - Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/relations-bilaterales/evenements/article/declaration-de-jean-yves-le-drian-israel-investiture-du-gouvernement

    La France adresse ses félicitations à M. Benyamin Netanyahou, Premier ministre de l’Etat d’Israël, et M. Benyamin Gantz, vice-Premier ministre, pour leur investiture et celle de leur gouvernement. Dans l’esprit d’amitié et de coopération qui préside aux relations franco-israéliennes, elle réaffirme sa volonté de continuer à travailler avec le nouveau gouvernement israélien dans la lutte contre la pandémie du Covid-19 et dans les nombreux domaines qui font la richesse de notre relation, ainsi que son attachement indéfectible à la sécurité d’Israël et son engagement aux côtés d’Israël pour la sécurité régionale.

    A cet égard, la France réaffirme son engagement en faveur d’un règlement juste et durable du conflit israélo-palestinien. Dans cet esprit, elle appelle les autorités israéliennes à s’abstenir de toute mesure unilatérale qui conduirait à l’annexion de tout ou partie des Territoires palestiniens. Comme l’a dit le Haut Représentant de l’Union européenne, M. Josep Borrell, une telle décision serait une violation du droit international et une grave remise en cause de la solution des deux Etats. Elle ne pourrait être sans conséquence sur les relations de l’Union européenne avec Israël. La France reste pleinement disposée à accompagner tout effort en vue d’une reprise des négociations entre les parties, seule voie vers la paix, la sécurité et la stabilité régionale.

    #franceDiplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2020-01-09.html

    1. Israël/Territoires palestiniens (9 janvier 2020)

    La France condamne les récentes décisions des autorités israéliennes visant à permettre la construction de 1 936 unités de logements en Cisjordanie.

    Ces décisions s’inscrivent dans un contexte préoccupant d’accélération de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La colonisation est illégale sous toutes ses formes au regard du droit international, et notamment de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies. Elle contribue à attiser les tensions sur le terrain et sape les conditions d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens, fondée sur la solution à deux Etats.

    La France appelle les autorités israéliennes à renoncer à ces projets comme à tous ceux qui participent de la remise en cause de la solution des deux Etats.

    #FranceDiplo

  • Le premier ministre appelle la France à jouer un rôle moteur dans la protection internationale du développement en Palestine
    Date de publication : 2019/12/05
    http://french.wafa.ps/page.aspx?id=ETnVLta76876896822aETnVLt

    Ramallah, le 5 décembre 2019, WAFA- Lors de la célébration du 20e anniversaire des travaux de l’Agence française pour le développement en Palestine, jeudi à Ramallah, en présence du consul général de France, René Troccaz, le Premier ministre Mohammad Shtayyeh a appelé la France à jouer un rôle moteur dans la protection internationale du développement en Palestine, car dit-il, Israël est en train de détruire les efforts de développement déployés par la France et le reste de la communauté internationale. (...)

    #Francediplo

  • Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    Point de presse du 19 novembre 2019
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-11-19.html

    3. Israël/Territoires palestiniens - Colonisation

    La politique israélienne de colonisation dans les territoires occupés est illégale au regard du droit international, en particulier le droit international humanitaire, et contrevient aux résolutions du Conseil de sécurité. La colonisation contribue également à attiser les tensions sur le terrain et sape la solution des deux Etats .

    Telle est la position constante de la France. Nous regrettons toute décision susceptible d’encourager la poursuite de la colonisation.

    Q - Quelle est votre réaction suite à la l’annonce des Etats-Unis qui considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international ?

    R - Je vous renvoie à ma déclaration de ce jour.

    Retour sommaire

    4. Israël - Situation de M. Omar Shakir

    Q - Quelle est votre réaction à l’expulsion du chercheur Israël/Palestine de Human Rights Watch par Israël ?

    R - La France a pris note de la décision de la Cour suprême israélienne du 5 novembre de valider la révocation du permis de travail d’Omar Shakir, directeur de l’ONG Human Rights Watch pour Israël et la Palestine.

    Il est de la responsabilité des Etats de créer et de maintenir un environnement propice au travail et à la sécurité de la société civile, y compris les ONG. Nous marquons cette position avec constance dans nos contacts avec les autorités israéliennes, à titre bilatéral et aux côtés de nos partenaires européens.

    Dans ce cadre, la France appelle les autorités israéliennes à revenir sur leur décision de révoquer le permis de séjour d’Omar Shakir.

    #FranceDiplo

    ““““““““““““““““““““““““““““
    Moyen-Orient
    La politique israélienne de colonisation est contraire au droit international
    Intervention de M. Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies
    Conseil de sécurité - 20 novembre 2019
    https://onu.delegfrance.org/La-politique-israelienne-de-colonisation-dans-les-territoires-pales

    • La colonisation israélienne en territoire palestinien reste une violation du droit international (ONU)
      20 novembre 2019
      https://news.un.org/fr/story/2019/11/1056531

      Devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a rappelé mercredi que la colonisation israélienne en territoire palestinien est contraire au droit international.

      « Je saisis cette occasion pour rappeler que nous regrettons l’annonce faite le 18 novembre par les États-Unis qui ne considèrent plus les colonies comme incompatibles avec les conventions internationales », a déclaré le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov.

      « La position de l’ONU reste inchangée », a souligné M. Mladenov. « Conformément à la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies, les activités de peuplement constituent une violation flagrante au regard du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la résolution des deux États et à une paix juste, durable et globale », a-t-il rappelé. (...)

  • Point de presse du 13 novembre 2019
    Salle de presse - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
    https://basedoc.diplomatie.gouv.fr/vues/Kiosque/FranceDiplomatie/kiosque.php?fichier=ppfr2019-11-13.html

    2. Gaza - Tirs de roquettes (13 novembre 2019)

    La France déplore l’escalade en cours à Gaza. Elle condamne les tirs de roquettes qui visent depuis hier des zones habitées du territoire israélien depuis la Bande de Gaza. Elle rappelle que les attaques visant délibérément des civils sont contraires au droit international humanitaire.

    La France rappelle le droit des Israéliens comme des Palestiniens à vivre dans la paix, la dignité et la sécurité et déplore les victimes civiles, de part et d’autre. Elle exprime sa solidarité aux populations touchées.

    La France appelle les parties à la retenue et rappelle les obligations de protection des civils et de respect du droit international humanitaire. Elle soutient les efforts de médiation conduits par le coordonnateur spécial pour le processus de paix, N. Mladenov, ainsi que par l’Egypte.

    La France rappelle qu’il n’y aura de stabilité durable à Gaza sans retour de l’Autorité palestinienne et sans une levée du blocus assortie de garanties de sécurité crédibles pour Israël.

    Q - Comment réagissez-vous aux affrontements entre Israël et le Djihad islamique ?

    R - Je vous renvoie à ma déclaration du jour.

    #FranceDiplo