• « À #Macron qui affirmait que "la foule n’a pas de légitimité", voici la réponse de l’historien Patrick Boucheron en mars dernier.
    Son émission d’histoire sur #FranceInter est supprimée, malgré une excellente audience.
    Le hasard sans doute... »

    https://video.twimg.com/amplify_video/1639301208417484800/vid/720x900/9rPN8M-lDLUE3iFZ.mp4?tag=16

    https://twitter.com/Callystor/status/1660346500088578050?cxt=HHwWhIC-3YmW3oouAAAA

    #Macronistan

    Le podcast du 22 mars 2023 sur franceculture

    Pour Patrick Boucheron :
    – « Machiavel montre que les dominés ont la science de leur domination […] la multitude se trompe parfois dans des jugements généraux, mais pas dans les détails ».
    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat/crise-des-retraites-que-nous-apprend-machiavel-3594626

    • Ce qui est emmerdant, c’est pas seulement le propos, aussi approprié que destructeur, c’est qu’il provient d’un intellectuel macroniste (il a voté pour lui au premier tour en 2017, eh oui...) qui a utilisé France inter pour marquer son désaccord.

      edit la critique doit pouvoir être décrite comme barbare, « décivilisationelle », ennemie (musulmans, ultra-gauche, et voilà comment même LFI sort du pacte républicain ah ah ah)

      #intellectuel #débat_public

    • la multitude [...] sait très bien ce qu’on lui fait, donc y a pas de pédagogie à avoir avec elle.

      Macron et Darmanin font donc bien exactement ça : pas de pédagogie, du mépris, du lacrymo et des coups de matraque. Ou bien ?

  • « un idéologue à l’école » : les connexions avec l’extrême droite et l’enseignement privé ainsi que sur la main-mise opérée sur la haute administration.


    https://www.politis.fr/articles/2022/02/jean-michel-blanquer-un-ideologue-a-lecole-44067
    Autoritaire et sensible aux idéologies d’extrême droite, Jean-Michel Blanquer a patiemment tissé ses réseaux.

    Avec la rédaction de #Politis, nous avons dressé le bilan réel de la macronie. Après 5 ans de #blanquérisme, l’école et ceux qui la font vivre se sentent usés, relégués, méprisés. Mais sous les cendres de la fatigue et du renoncement, la braise de la résistance est encore vive.

    Comment la #macronie a abimé l’école !

    • « Quel drôle de signal, à deux mois de la présidentielle, que de mettre en lumière un inspecteur général de philosophie manifestement très préoccupé par la place du christianisme dans le champ éducatif »

      https://www.telerama.fr/debats-reportages/conseil-superieur-des-programmes-blanquer-tend-il-le-baton-pour-se-faire-ba

      L’image du ministre de l’éducation ne risque pas de s’améliorer : il a nommé Mark Sherringham à la tête de la stratégique instance. L’homme, controversé, avait plaidé pour la réintroduction du christianisme dans l’école publique.

      Maso, le ministre de l’Éducation ? On va finir par croire que Jean-Michel Blanquer a décidé de se saborder, accablé par une année 2022 qui lui file entre les doigts. Rien ne va plus depuis ce dimanche 2 janvier où il réserva la primeur de l’annonce d’un nouveau protocole sanitaire – conçu à Ibiza – aux lecteurs du Parisien. Une grève monstre des enseignants est venue pointer sa méthode de gouvernance. Ces derniers jours, le recul problématique du nombre d’heures de mathématiques dispensées au lycée remet en cause ses réformes elles-mêmes.

      Et voilà que le ministre nomme à la tête du Conseil supérieur des programmes un ancien conseiller de Raymond Barre, François Fillon et Xavier Darcos, connu pour vanter « l’idéal civilisateur du christianisme » et plaider pour sa réintroduction dans l’école publique. L’annonce a déclenché l’indignation sur les réseaux sociaux.

      Drôle de signal

      Nous ne ferons pas ici le procès de Mark Sherringham, nous ignorons ses intentions. Mais tout de même, quel drôle de signal, à deux mois de la présidentielle, que de mettre en lumière un inspecteur général de philosophie manifestement très préoccupé par la place du christianisme dans le champ éducatif. On le sait, le Conseil supérieur des programmes, créé en 2013 par la loi Peillon, est une instance hautement stratégique.

      « C’est un outil pour imprimer une marque idéologique sur les programmes », dénoncent régulièrement les syndicats enseignants. Assurément le théâtre de vives tensions, particulièrement sous le mandat de la philosophe Souâd Ayada qui, avant de laisser sa place à Mark Sherringham, aura rudement bataillé contre les « pédagos », ces partisans de l’Éducation nouvelle honnis par Jean-Michel Blanquer. On doute que son successeur change de cap.

    • Tiens Ali Baddou a invité le macroniste #Philippe-Aghion sur #franceinter : en direct du monde parallèle de la macronie ; sur l’#éducation un programme disruptif : réinventer les gadgets sarkozystes pour imposer l’autonomie des établissements, gérer les écoles sur le modèle de la compétitivité, donner une allocation de 800 euros aux jeunes sortis du foyer fiscal mais conditionnée à la réussite et financée par l’allongement de l’âge de départ à la retraite...

      On lui fait remarquer que sa proposition est décalé par rapport à ce que propose Macron, il répond « vous n’avez pas vu encore son programme ! »

      Aghion :"j’ai cru à la réforme par points et j’ai eu tort ". « Les enseignants ont eu bien raison de pas croire au système par points, ils ont vu tout de suite qu’ils se faisaient avoir, moi je ne l’avais pas vu. »

      Aghion veut rétablir la propédeutique ! il s’est pas aperçu que parcours sup et la réforme du lycée conduit à des logiques d’orientation précoces et inégalitaires ! Aghion est visiblement un adepte de « l’entreprise organique » un peu comme le startuper millionnaire principal financeur de la #primairepop.

      « Le quinquennat précédent a été celui de la libéralisation, le prochain doit être celui de l’investissement ».

      « les inégalités ont explosé » Aghion : « mais pas chez nous », « le modèle social a tenu ».

      Le modèle social ne doit rien ni à Macron ni à Aghion qui ne cessent de le dégrader !

      Aghion professeur d’une pseudo science prétentieuse « ce qui est nouveau c’est qu’on confronte les théories avec les données »

      Ce clown d’Aghion comme d’habitude depuis 5 ans nous dit que le macronisme sera social, dans un futur proche.

      https://rf.proxycast.org/d8c1ea2d-cc72-4de1-b707-f45ba366a37c/18558-12.02.2022-ITEMA_22931027-2022F30378S0043-22.mp3


      à partir de 55.53 (jeunesse retraite éducation)

      Emission du samedi 12 février de 12h à 14h.

      ► Philippe Aghion, économiste et professeur au Collège de France (titulaire de la chaire Economie des institutions, de l’innovation et de la croissance) et à la London School of Economics, est l’invité de cette édition autour du thème : La République a l’épreuve des inégalités : comment réinventer le modèle social français ?

  • Louise Michel
    http://anarlivres.free.fr/pages/nouveau.html#madeleine1

    A l’occasion des cent cinquante ans de la Commune de Paris, France Inter a évoqué la figure de Louise Michel (1830-1905, notice Maitron). D’abord le 25 avril, avec la fiction Louise Michel, soldate de la Commune de Christine Spianti, réalisée par Sophie-Aude Picon, qui relate le 18 mars (début du soulèvement) et la tentative d’enlèvement des canons de la butte Montmartre par le gouvernement Thiers. L’invitée de cette émission est Xavière Gauthier, philosophe, autrice, une des spécialistes de Louise Michel (à écouter). Puis le 1er mai, pour parler de l’artiste (...)

    #FranceInter #LouiseMichel #XavièreGauthier #CommuneParis

  • Pascal Boniface avait écrit « Les intellectels faussaires » (sous-titré : Le triomphe médiatique des experts en mensonge) en 2011 sur les intellectuels en service commandé (extraits : books.google.fr/books ?id=zKWdDuxv7dQC). Comme géopolitologue, Pascal Boniface est aussi l’auteur de « Est-il permis de critiquer Israël ? ». Pascal Boniface est actuellement blacklisté de #FranceInter et #FranceCulture. Dans la vidéo il répond aux médiacrates menteurs du service public.
    https://www.youtube.com/watch?v=Gq9wxTyNGYQ&t=41s

  • Aujourd’hui sur #FranceInter, le chien de garde #AliBadou a essayé d’étouffer la parole d’#EmmanuelTodd. (à 14’47 environ)
    Raté !
    Emmanuel Todd dans le Grand Face-à-face sur France Inter (1er février 2020)
    https://www.youtube.com/watch?v=azwFlCXerQ8

    Dans des échanges de nouveau houleux avec un journaliste du service public, Emmanuel Todd revient sur les éléments les plus polémiques de son livre, notamment sur les dérives anti-démocratiques actuelles.

  • Pas convaincu (ni amusé) par les boutiques « parodiques » de la boutique officielle de l’Élysée. Je crois que ça passe à côté du sujet, et que c’est même contre-productif.

    Le « scandale » central de la boutique de l’Élysée, je ne trouve pas que ce sont les produits eux-mêmes, le côté un peu ringard d’un Président transformé en support-publicitaire, le financement d’on ne sait trop quoi par un commerce un peu niais… Parce que tout ça, en gros, je pense que ça fait partie de la raison d’être de cette boutique.

    La logique de la boutique, c’est exactement ceci : Accident de poussette, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, juillet 2018)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/07/RIMBERT/58806

    Mais, alors qu’une prudence instinctive le retenait jusque-là d’entrer dans les détails, Laine dévoile soudain la vision du monde idéal qu’il partage avec le président de la République : « Vous donnez un coup de main sur un déménagement, vous donnez un petit cours, vous accompagnez une personne âgée, eh bien, de zéro à 500 euros par mois, vous n’aurez ni taxes ni impôts. C’est pour vous ! C’est dans votre poche ! », plaide-t-il en plongeant un regard extatique dans la moquette du studio, avant de planter le clou de sa démonstration : « Vous avez un vélo, ou une poussette. Acheter une poussette, ça coûte cher ! [Il grimace de douleur.] Et, entre deux enfants, eh bien vous ne savez pas quoi en faire. Louez-la. Louez-la ! Et le revenu que vous allez obtenir, c’est que pour vous ! » [

    Du coup, ricaner de l’aspect un peu minable d’une boutique en ligne de l’Élysée, c’est passer à côté du fait que c’est justement cet aspect « décomplexé » qui est important : tu vois, même le Président il fait la pub pour sa montre, donc toi aussi, tu peux te sortir les doigts du cul et te faire un poignon de dingue en louant ta vieille poussette.

    C’est la start-up nation individuelle, l’idéal final de l’überisation pour tous. Le Président, il est pas ringard : il montre l’exemple-tu-vois.

    Et du coup, monter une « contre-boutique » avec des parodies de l’Élysée, hé ben c’est très exactement ce qu’on attend de toi : te décomplexer, trouver un créneau qu’il est porteur-coco, et monter une boutique en ligne. (« Et le revenu que tu vas obtenir, c’est que pour toi ! »)