#fred_turner

  • AUX SOURCES DE L’UTOPIE NUMERIQUE OU L’AVENTURE LIBERTAIRE DES RESEAUX | Unidivers
    https://www.unidivers.fr/aux-sources-de-lutopie-numerique-ou-laventure-libertaire-des-reseaux

    Il est des acteurs de la Toile devenus célèbres, voire emblématiques, tels Bill Gates ou Steve Jobs. Et d’autres dont l’existence et le rôle sur le net sont restés méconnus. C’est typiquement le cas de Stewart Brand, que le livre de Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique, de la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, dévoile au grand public.

    L’utopie, ça réduit à la cuisson. C’est pourquoi, il en faut énormément au départ.
    Gébé.

    Stewart Brand n’est pas un inventeur du net mais un « passeur », aidé en cela par ses multiples compétences (biologiste, photographe, designer, vidéaste, journaliste, enseignant…) et qui a pu ainsi lancer plus aisément des ponts entre les chercheurs, les artistes, les sociologues, les ingénieurs, les managers.

    #Fred_Turner #Utopie_numérique

  • Usbek & Rica - Détournement, droit d’auteur… 5 outils pour embrouiller les IA
    https://usbeketrica.com/fr/article/detournement-droit-d-auteur-5-outils-pour-embrouiller-les-ia

    « ChatGPT n’est qu’une version très poussée et à très grande échelle de tout ce qu’on sait faire depuis longtemps en termes d’apprentissage automatique. » Ainsi l’historien américain Fred Turner, auteur de plusieurs études primées sur l’impact des nouvelles technologies sur la culture américaine, résume-t-il dans nos colonnes son scepticisme face à l’emballement médiatique autour de l’intelligence artificielle.

    Il n’empêche : comme Fred Turner le reconnaît lui-même, l’émergence de ChatGPT, Dall-E et autres MidJourney achève de nous faire basculer dans un monde où cette « très grande échelle » change à peu près tout, notamment du point de vue de la création.

    Articles écrits par des robots, illustrations générées par quelques lignes de code… Derrière ces prouesses apparentes, on retrouve des algorithmes d’apprentissage automatique, bâtis à partir d’immenses bases de données en ligne plutôt banales, pas toujours protégées… et donc potentiellement faillibles. Pour envoyer balader ces systèmes, faire valoir leurs droits ou tout simplement sécuriser leurs données, certains ingénieurs bâtissent depuis quelques mois des outils en tout genre, du site amateur au logiciel professionnel. Nous en avons recensé cinq.

    #Fred_Turner #Intelligence_artificielle

  • Book club : « Aux sources de l’utopie numérique » de Fred Turner
    https://fisheyeimmersive.com/article/book-club-aux-sources-de-lutopie-numerique-de-fred-turner

    Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres essentiels des mouvements créatifs explorant les liens avec les nouvelles technologies. IA, métavers, réalité augmentée… Ces auteurs traitent de tout ! Aujourd’hui, focus sur Aux sources de l’utopie numérique, un classique à ranger dans le champ des humanités numériques, un ouvrage essentiel où Fred Turner revient sur l’histoire de la contre-culture américaine à travers la figure de Stewart Brand.
    L’auteur

    Actuellement professeur de Communication à l’Université de Stanford, Fred Turner s’est d’abord illustré comme journaliste au sein de nombreux médias, du Boston Globe Sunday Magazine au The Boston Phoenix, en passant par le mythique Harper’s. À partir de 1987, il se tourne en parallèle vers l’enseignement et rejoint le corps professoral de l’Université Northeastern avant d’intégrer l’Université de Boston, puis Harvard, le MIT et, en 2003, l’Université de Stanford.

    Cependant, le goût de l’écriture ne le quitte jamais. En parallèle à sa carrière d’universitaire, Fred Turner continue ainsi d’analyser des phénomènes culturels bien précis dans divers ouvrages, en rapprochant notamment la contre-culture hippie de la cyberculture.
    Le pitch

    Cette thèse est notamment développée dans son ouvrage le plus connu, Aux sources de l’utopie numérique, publié en 2012 aux éditions C&F (et réédité en 2021). Pour développer sa théorie, il s’appuie sur la biographie de Stewart Brand, hippie technophile et gourou de la contre-culture des années 1970, qu’il érige en personnalité charnière entre plusieurs univers, a priori très éloignés. De la consommation de LSD à sa théorisation, des communautés marginales aux pontes de la Silicon Valley, Aux sources de l’utopie numérique, cité en référence par Grégory Chatonsky, montre que les contre-cultures, aussi distantes semblent-elles, ne sont finalement pas si éloignées. Mieux, elles n’ont cessé de s’influencer mutuellement.
    Fred Turner ©C&F Éditions
    Notre avis

    Fresque colorée et dynamique, Aux sources de l’utopie numérique réussit le tour de force de rendre accessibles des aspects complexes de l’informatique, de la cybernétique mais aussi des différentes contre-cultures américaines, grâce à une figure qui semble presque irréelle tant elle est fascinante. Choisir la personne de Stewart Brand pour étayer son propos relève presque du génie, et l’on se plaît à suivre le parcours hallucinant du créateur du Whole Earth Catalog, comparé par Steve Jobs à une version papier du moteur de recherche Google, tout en faisant des ponts entre différents mondes.

    Au passage, Fred Turner déploie ici un regard critique et des théories, non redevables à l’effet waouh propre aux innovations technologiques, qui annoncent en quelque sorte le thème de son dernier ouvrage (L’usage de l’art : de Burning Man à Facebook, art, technologie et management dans la Silicon Valley), publié en 2020 (toujours chez C&F Éditions), où il écrit ceci : « Le monde de l’art s’est mondialisé et financiarisé. L’art est ainsi devenu une sorte de monnaie mondiale ».

    #Fred_Turner #Utopie_numérique

  • Retour d’utopie. De l’influence du livre de Fred Turner - Center for Internet and Society
    https://cis.cnrs.fr/en/retour-d-utopie-pub

    On the occasion of the 10th anniversary of the publication in French of Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, the translation of a seminal book by Fred Turner, C&F éditions has brought together a dozen texts around this classic of digital humanities.

    Published in the series Les cahiers de C&F éditions, this work contains an interview with Fred Turner and articles written by Olivier Alexandre (CIS-CNRS), Thomas Cazals, Anne Cordier, Adrian Daub, Xavier de La Porte, Hervé Le Crosnier, Christophe Masutti, Julie Momméja, Francesca Musiani (CIS-CNRS), Valérie Schafer, Nicolas Taffin, Laurent Vannini and François Vescia.

    This digital book can be freely downloaded (+ a possible contribution for C&F éditions if you wish).

    An excerpt from the introduction: “Ten years already. It has been 10 years since C&F éditions published the French translation of the major book From Counterculture to cyberculture by Fred Turner. The book you are reading today is both a tribute to a classic in the history of the Internet and a relevant rebound at a time when new major movements are emerging in the digital industry.”

    #Fred_Turner #Retour_utopie

  • Ethics vs. Profit: Stanford’s Fred Turner on the Competing Forces that Drive Innovation and the Interplay with Ethics | Project Liberty
    https://www.projectliberty.io/news/ethics-vs-profit-stanford-s-fred-turner-on-the-competing-forces-that-
    https://projectliberty.io/news/ethics-vs-profit-stanford-s-fred-turner-on-the-competing-forces-that-drive-innovation-and-the-interplay-with-ethics/opengraph-image?06d8781e822bef70

    24 August 2023

    This interview was conducted by Project Liberty’s Institute as part of its effort to engage academics and build a global alliance for responsible technology to empower individuals and expand economic opportunities.

    On June 16, 2023, an engaging talk co-organized by Project Liberty’s Institute and SciencesPo brought together guests from diverse backgrounds to delve into the world of cyberculture and its influence on the evolving Web3 community. Fred Turner, the Harry and Norman Chandler Professor of Communication at Stanford University and renowned author of “From Counterculture to Cyberculture,” led the discussion, sharing profound insights into the past, present, and future of digital landscapes.

    What is Cyberculture? Professor Turner introduced the concept of “cyberculture,” a term widely used in the late 1990s to envision a new cultural landscape that would emerge with the advent of the Internet. Cyberculture represented a vision of freedom, collective voice, and expression in the digital realm, influenced by technological utopianism that had roots in the military industrial research world of the 1940s and 1950s. However, he emphasized that the initial cyberculture ideal failed to account for corporate and state interests, leading to the collision between hyper-individualism and commercial imperatives that shape today’s digital landscape.

    Corporate Centralization of Data in the Age of Individual Empowerment: Professor Turner highlighted a crucial aspect of the current digital ecosystem - the corporate centralization of data alongside the hyper individuation of user experiences. He unveiled the illusion of an originally free Internet and exposed how big tech companies market their technologies as tools for individual empowerment while subtly exercising control and profit. Twitter’s micro-broadcasting system was cited as an example of corporate centralization intertwined with hyper individualized usership, revealing the disappearance of the middle ground.

    The Legacy of Counterculture in Web3: As an alternative to centralized Web systems, the Web3 movement advocates for technical and social decentralization. Professor Turner drew parallels between the vibrant Web3 community and the legacy of countercultural movements that sought to redefine societal norms and systems. The pursuit of a decentralized and equitable digital landscape reflects the enduring influence of utopianism in technological development.

    Ethical Innovation Between Design and Regulation: Embedding ethics in technology presents formidable challenges, especially when profit-driven corporate interests dominate the tech landscape. Professor Turner shared his insights on transforming the ethos of technology designers, urging them to prioritize safety over utility. He envisioned a future where technologies are better-managed to create a safer and freer world for all individuals. However, he acknowledged that the current ethical deficit within corporations hampers their ability to drive meaningful change.

    To that end, he feels that we need good models which can think about the opportunities across industries and limit the negative outcomes. Only when technologies are managed, can we make the world safer and freer as it’s not simply a structural issue, it is an ethical one.

    Regulation for a Safer and Freer Digital World: He stressed the importance of regulating technology, comparing it to regulating pollution in the natural world. Regulating the social media industry, akin to regulating oil and coal, is crucial to safeguarding the digital world and individual liberties. Turner emphasized the potential of Europe’s regulatory efforts to shape behavior in the States, where corporate interests have heavily influenced regulatory decisions.

    By understanding the interplay between counterculture ideals, corporate interests, and individual empowerment, we can pave the way for a safer, freer, and more equitable digital landscape.

    #Fred_Turner #Paris

  • Utopie numérique, où en sommes-nous 10 ans plus tard ? | Sciences Po
    https://www.sciencespo.fr/fr/actualites/utopie-numerique-ou-en-sommes-nous-10-ans-plus-tard

    traduction en français de l’interview de Fred Turner par Sciences Po

    À l’occasion du dixième anniversaire de la sortie de son ouvrage Aux sources de l’utopie numérique en français, Fred Turner était invité vendredi 16 juin à Sciences Po pour une conférence sous forme de bilan de l’utopie numérique qui a entouré l’avènement d’internet. Il partage avec nous ses réflexions.

    Comment les utopies des années 1990 ont-elles évolué ? Certains d’entre elles sont-elles devenues réalité ?

    Dans les années 1990, presque tout le monde s’accordait sur l’idée qu’internet allait donner aux individus une nouvelle voix dans la vie publique et permettre de créer une société basée sur l’expression des désirs individuels. Dans cette société idéale, les gouvernements disparaîtraient. L’ordre social émergerait spontanément de l’interaction constante entre des individus augmentés par la technologie.

    Aujourd’hui, nous avons ouvert les yeux. Nous vivons en effet dans un monde où les voix et les désirs individuels se sont libérés à l’échelle mondiale. Et ce que portent ces voix, surtout à droite mais pas uniquement, c’est l’espoir de détruire les institutions qui organisent la société. Nous commençons donc à nous rendre compte qu’un tel monde n’est pas dans le droit fil de l’utopie sympathique promise par les idéologues californiens des années 1990.

    Tout d’abord, nous avons appris que la diffusion des paroles individuelles sans modération, à grande échelle, ne produit pas d’ordre social, mais plutôt une cacophonie. Ensuite, nous avons découvert que certaines voix ont plus de poids que d’autres et que prétendre que nous aurions tous accès à internet sur un pied d’égalité revient à occulter les inégalités qui imprègnent notre société. Enfin, nous avons commencé à admettre qu’internet ne peut se réduire à des individus et leur ordinateur. Il faut compter également avec de grandes entreprises, des acteurs étatiques et des incitations économiques et politiques dont la puissance est nettement supérieure à ce qu’une voix individuelle peut dénoncer.

    Aujourd’hui, nous constatons que l’utopie centrée sur l’individu promise dans les années 1990 a contribué à la concentration des entreprises au niveau mondial, à la polarisation politique et à la personnalisation extrême du débat public. Il n’y a qu’une seule façon de réparer ces dégâts, à mon avis : faire appel au pouvoir des institutions représentatives - c’est-à-dire des gouvernements démocratiques - pour tenter de maîtriser les conséquences d’une révolution sociale et technique qui s’est avérée bien différente de ce que beaucoup avaient imaginé.
    Aux sources de l’utopie numérique

    Pensez-vous que les nouveaux (et moins nouveaux) venus - tels que les médias sociaux, l’intelligence artificielle, notamment ChatGPT, l’OpenSource, les NFT - sont en train de créer une nouvelle utopie ? Est-il réaliste et utile d’essayer de les réglementer ?

    Non, il n’y a pas de nouvelle utopie, mais oui, il faut réglementer. Je dirais même que la réglementation est à la fois réaliste et essentielle.

    Commençons par abandonner cette idée d’utopie. Les utopies ont tendance à être des systèmes totalisants : elles promettent de résoudre tous les problèmes en même temps grâce à un ensemble d’outils semi-magiques. Actuellement, les outils magiques sont les technologies numériques. Mais elles ne sont pas magiques du tout ; elles sont le fruit d’une mécanique initiée par les entreprises et les États. Dans les pays occidentaux, elles sont largement développées et déployées pour servir les intérêts des sociétés commerciales et de leurs propriétaires.

    Mark Zuckerberg peut bien présenter Facebook comme un outil permettant d’améliorer les relations interpersonnelles, mais, comme toute une génération d’universitaires nous l’a appris, il s’agit également d’un moteur de polarisation politique à but lucratif, actif dans le monde entier. La fable selon laquelle pouvoir se parler via un écran créerait une société plus chaleureuse et plus intime n’est et n’a jamais été plus que cela : une fable.

    La question est la suivante : comment pouvons-nous aider les technologies que nous avons développées à servir l’intérêt général ?

    Nous pouvons commencer par ne pas prendre pour argent comptant les affirmations qui accompagnent chaque nouvelle technologie, selon lesquelles tel appareil ou tel système - médias sociaux, IA, crypto-monnaie - va changer la face du monde. C’est du pur marketing, et non le reflet de la réalité. En éliminant ce mirage marketing, nous pouvons commencer à voir ces technologies non pas comme radicalement nouvelles et magiques, mais bien souvent comme des répliques d’un vieux modèle industriel.

    Les réseaux sociaux, par exemple, gagnent de l’argent en exploitant nos interactions sociales, en les transformant en données et en revendant l’usage de ces données. À l’instar de l’exploration pétrolière ou de l’extraction du charbon pour notre planète, les médias sociaux ont un impact terrible sur l’environnement culturel. Facebook a littéralement contribué à polluer la culture politique américaine, sans parler de son ingérence dans la politique d’autres pays.

    Au cours du XXème siècle, les gouvernements se sont donné les moyens d’identifier et de gérer les conséquences de l’exploitation du pétrole et du charbon sur la société, en général au prix d’une lutte acharnée. Nous devons aujourd’hui faire la même chose pour les médias sociaux, l’IA et les crypto-monnaies, sans quoi nous risquons de nous retrouver face à une version politique du réchauffement climatique, une montée lente et pernicieuse de la température du débat public et une fonte drastique du civisme.

    Comment les générations futures, notamment les étudiantes et étudiants de Sciences Po, peuvent-elles aider l’utopie à prospérer et changer le monde de manière positive ?

    Et bien, s’il y a une chose que m’ont apprise mes nombreuses années d’étude sur les promesses de l’utopie technologique, c’est que les utopies ne valent pas la peine que l’on se batte pour elles. Nous devons nous battre pour des choses beaucoup plus banales : la survie des gouvernements représentatifs, la réduction des inégalités économiques, l’arrêt des émissions de carbone et du changement climatique. La technologie jouera certainement un rôle dans toutes ces batailles, et les étudiants de Sciences Po ont toutes les cartes en main pour comprendre comment l’utiliser au mieux. Certains problèmes se prêtent à des solutions technologiques, la plupart non. La formation des étudiants de Sciences Po doit les aider à contribuer à identifier ceux qui relèvent de la première catégorie et les autres, et améliorer le monde en conséquence.

    EN SAVOIR PLUS :

    « Elon Musk laisse ceux qui partagent ses tendances à l’autoritarisme déverser leur propagande sur Twitter », interview de Fred Turner dans Le Monde du 14 juin 2023
    Des liens étroits entre inégalités sociales et activisme politique
    Le médialab de Sciences Po

    Légende de l’image de couverture : Fred Turner dans son bureau. (crédits : DR)

    #Fred_Turner #Sciences_po

  • Digital Utopianism: Where Do We Stand 10 Years Later? | Sciences Po
    https://www.sciencespo.fr/en/news/digital-utopianism-where-do-we-stand-10-years-later

    Interview de Fred Turner par Sciences Po.

    To mark the tenth anniversary of the publication in French of his book From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network and the Rise of Digital Utopianism, Fred Turner gave a conference at Sciences Po on Friday 16 June, to look back on the digital utopia that surrounded the advent of the Internet. He shared some of his thoughts with us.

    How have the utopian dreams of the 1990s evolved? Have some of them become a reality?

    In the 1990s, almost everyone agreed: the internet would give individuals a new voice in public life and make it possible to create a society built around the expression of individual desires. In this ideal society, governments would melt away. Social order would simply emerge from the constant interaction of technology-enabled individuals.

    Today we know better. We do indeed inhabit a world in which individual voices and desires have been unleashed at global scale. And many of those voices, especially but not exclusively on the right, hope to tear down the institutions of government. We are beginning to see that such a world is hardly the easy-going utopia promised by the Californian ideologues of the 1990s.

    We’ve learned, first, that the broadcasting of relatively unmediated individual voices at scale doesn’t produce social order; it produces cacophony. Second, we’ve discovered that some voices are louder than others and to pretend we all access the internet on equal terms is to obscure the kinds of inequality that marble our society. Third, we’ve finally begun to recognise that the internet has never been simply a matter of individuals and their computers. It has always included large corporations, state actors, and economic and political incentives more powerful than anything an individual voice can shout down.

    Today, we can see that the individual-centered utopia promised in the 1990s has helped spawned corporate concentration at a global level, political polarisation, and a deep personalisation of public debate. The only way that I can think of to repair the damage is to invoke the power of representative institutions – i.e., democratic governments – to try to rein in the consequences of a social and technical revolution that has turned out quite differently than many thought it would.
    French cover of Fred Turner’s bestselling book. (credits: C & F éditions)

    Do you believe that the new (and not so new) comers – such as social media, Artificial Intelligence including ChatGPT, OpenSource, NFTs – are creating a new utopia? Is it realistic and useful to try and regulate them?

    No, they’re not, and yes, it is. Regulation is both realistic and essential.

    But let’s start by dropping the idea of utopia. Utopias tend to be totalising systems – they promise to solve all problems at once using some semi-magical set of tools. In our time, the magical tools are digital technologies. But they’re not magical at all – they are the product of corporate and state enterprise and in the West, they are largely developed and deployed to serve the interests of commercial firms and their owners. Mark Zuckerberg may market Facebook as a tool to improve interpersonal relationships, but as a generation of scholarship has taught us, it has also been a profit-driven engine of political polarisation around the world. The fantasy that being able to talk to one another on screen would somehow create a warmer, more intimate society is and always has been just that: a fantasy.

    The question is: How can we help the technologies we’ve built serve the public interest?

    We can start by disbelieving the claims that accompany each new technology, the claims that this device or system – social media, AI, cryptocurrency – will change the world. This is marketing, not reality. When we burn away the marketing cloud, we can start to see the work of these technologies not as new and magical, but often, as new iterations of an old industrial processes.

    Social media firms, for instance, make their money mining our social interactions, transforming them into data, and reselling that data. Like oil exploration or coal mining, their work has had terrible environmental effects. Facebook has literally helped pollute America’s political culture, not to mention the politics of other nations.

    Across the twentieth century, governments found a way to identify and manage the social consequences of drilling for oil and coal, albeit only after great struggle. We need to do the same thing now for social media, as well as AI and cryptocurrency. The alternative is a political version of global warming, a slow pernicious rise in the temperature of public debate and a melting away of civility.

    How can future generations, among which students from Sciences Po, help the utopia thrive and change the world in a positive manner?

    Well, I’m afraid that many years of studying promises of technological utopia tells me that utopias are not what we should fight for. We need to fight for things that are much more mundane: the survival of representative government; the reduction of economic inequality; a halt to carbon pollution and climate change. Technology will play a role in all of these efforts and Sciences Po students will have the training and institutional access to figure how best to use it.

    Some social problems are amenable to technological solutions; many are not. Sciences Po students will have training to let them see which is which, and to improve the world accordingly.

    MORE INFORMATION:

    Science Po’s médialab
    The article “Strong links between social inequalities and political activism” by Jen Schradie in Cogito, Sciences Po’s Research Magazine.

    Cover image caption: Fred Turner in his office. (credits: DR)

    #Fred_Turner #Sciences_Po

  • Fred Turner, démêleur de fils dans la contre-culture californienne - AgoraVox le média citoyen
    https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/fred-turner-de-me-leur-de-fils-249112

    En décrivant les communautés alternatives organisées par des jeunes dans les années 1960 et 1970 aux États-Unis, Fred Turner nous aide à comprendre leur impact sur l’évolution même de la société́ et du travail. Il trace les tâtonnements des hippies puis de leurs successeurs à inventer de nouveaux mondes dans le livre désormais classique Aux sources de l’utopie numérique De la contre-culture à la cyber-culture paru en 2006 en anglais puis traduit et publié en français en 2013 par C& F éditions.

    Article publié dans Retour d’Utopie, de l’influence du livre de Fred Turner – juin 2023

    #Fred_Turner #François_Vescia #Retour_utopie

  • Entretien avec Fred Turner, un penseur critique dans la Silicon Valley
    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-meilleur-des-mondes/entretien-avec-fred-turner-un-penseur-critique-dans-la-silicon-valley-46

    Alors que le professeur Fred Turner est à Paris, à l’occasion des dix ans de la publication de son livre en français aux éditions C&F, Le Meilleur des mondes en profite pour explorer le passé de la Silicon Valley. Qui sont les « néo-communalistes » issus de la contre-culture américaine ?
    Avec

    Fred Turner journaliste, professeur

    #Fred_Turner #François_Saltiel

  • Fred Turner : « La technologie c’est d’abord des entreprises, et leurs relations avec les États » - AOC media
    https://aoc.media/entretien/2023/06/16/fred-turner-la-technologie-cest-dabord-des-entreprises-et-leurs-relations-ave

    Cela fait déjà dix ans que le livre majeur Aux sources de l’utopie numérique a paru en France, s’étant imposé comme une référence pour quiconque s’intéresse à la cyberculture et aux imaginaires projetés sur les technologies de l’information et de la communication. Ce « tour de force », ainsi que le présentait Dominique Cardon dans une préface remarquable et si précise, consistait à suivre l’itinéraire de Stewart Brand[1], et de réveiller, dans son sillage, tout un « monde » comme Howard Becker parlait des « mondes de l’art ». Ce monde, terrestre, rationnel, celui des Douglas Engelbart[2], des Richard Buckminster Fuller, n’a pourtant jamais oublié de regarder vers le ciel, vers le futur onirique rêvé des John Perry Barlow[3] ou Mitch Kapor[4] : entre ciel et terre existe rien moins qu’une civilisation, dont les enfants peuplent aujourd’hui la Silicon Valley.
    Après une carrière dans le journalisme, Fred Turner s’est tourné vers l’enseignement et la recherche. Il est aujourd’hui professeur de communication à l’université de Stanford. Dans un second livre tout aussi vibrant que le premier, Le Cercle Démocratique, Fred Turner montrait comment les dispositif multimédias autour desquels s’organisent de grandes expositions internationales au milieu du XXe siècle, répondent en quelque sorte à une question, posée par la théorie des médias à la démocratie américaine… Ainsi Margaret Mead, László Moholy-Nagy, John Cage venaient s’ajouter à cette longue généalogie d’intellectuels, d’ingénieurs et d’artistes qui mettent médias et techniques au service de la « personnalité démocratique ». On doit aussi à Fred Turner de nombreux articles à l’intersection entre art, science, marketing et théorie politique, dont certains sont regroupés dans L’usage de l’art[5], traitant du festival « Burning Man » comme des habillages par l’art contemporain des locaux de Facebook.

    En profitant de cet anniversaire pour lire ou relire les deux grands livres de Fred Turner, on leur découvre ce souffle commun, dont on sent qu’il inspirait déjà tous les pionniers du numérique. C’est peut-être ce « supplément », très spirituel, qui fait le génie des ouvrages de Turner, cette célébration, sans adhésion béate, de ce que fut une certaine jeunesse, celle qui voulait croire tout possible au sortir de la guerre, mais que canalisait une grande ambition démocratique. De cet optimisme, il faut à notre tour tirer des ressources morales, et bien du courage, pour affronter la dystopie numérique actuelle qui abâtardit tellement la cyberculture californienne. BT

    #Fred_Turner #Interview

  • « Elon Musk laisse ceux qui partagent ses tendances à l’autoritarisme déverser leur propagande sur Twitter »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/06/14/elon-musk-laisse-ceux-qui-partagent-ses-tendances-a-l-autoritarisme-deverser

    Alors qu’Elon Musk sera à Paris pour participer à VivaTech, un salon sur les nouvelles technologies, qui se déroule du 14 au 17 juin, Fred Turner, spécialiste de l’histoire d’Internet, revient sur l’évolution de Twitter depuis son rachat par le milliardaire américain.

    Propos recueillis par Marc-Olivier Bherer

    Fred Turner est professeur de communication à l’université Stanford (Californie). Ses travaux portent sur l’histoire des nouvelles technologies depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Son livre Aux sources de l’utopie numérique (C & F, 2012) l’installe comme l’un des plus fins connaisseurs de l’histoire du Web et de la culture propre à la Silicon Valley. Le 16 juin, il prononcera une conférence à Sciences Po Paris.

    Elon Musk a racheté Twitter, en octobre 2022. Ce réseau social a-t-il profondément changé depuis ?

    Au moment de cette transaction, Twitter occupait une position enviable sur le marché. Certes, ses revenus étaient limités et cette société avait de profonds problèmes financiers. Mais elle occupait une position dominante. D’autres avaient tenté de lancer des plates-formes concurrentes, sans parvenir à faire jeu égal. De sorte que Twitter, avant Elon Musk, était le lieu du débat en ligne. Des garde-fous avaient été mis en place pour tenter de contenir les discours haineux et la désinformation. Mais, dès son arrivée, Musk s’est débarrassé de tout cela.

    Désormais, la publicité est davantage présente, tout comme les contenus portant sur des célébrités ou générés par elles. La droite en général occupe également un espace beaucoup plus important. Certains contenus sont mis en avant, alors même qu’ils font pratiquement appel à la violence en défense de l’ancien président américain Donald Trump.

    Les internautes ne retrouvent plus cette diversité de points de vue à laquelle ils avaient accès auparavant. Dans le débat tel qu’il existe aujourd’hui sur Twitter, il est plus difficile de distinguer le bruit d’un signal, d’une information pertinente et significative. Le réseau social occupe toujours une place dominante, mais il a perdu en influence.
    Lors d’un échange avec Elon Musk retransmis en direct sur Twitter, le gouverneur ultraconservateur de Floride, Ron DeSantis, a annoncé, fin mai, qu’il se portait candidat à la primaire républicaine. L’ancien animateur de Fox News Tucker Carlson, figure de l’extrême droite américaine, vient, lui, de relancer son émission sur Twitter. Ce réseau social fait-il le jeu de la droite la plus dure ?

    Deux forces sont à l’œuvre, ici : la droite américaine et la Silicon Valley. Aux Etats-Unis, un combat pour l’avenir de la démocratie est engagé. Le Parti républicain a pris un virage autoritaire, avec un durcissement de ses positions sans précédent dans l’histoire récente. Cette droite souhaite pouvoir s’appuyer sur ceux qui contrôlent une grande partie du système médiatique américain, les acteurs de la Silicon Valley.

    Elon Musk est le propriétaire de Twitter, il décide ce qui peut être dit. Il laisse ceux qui partagent ses tendances à l’autoritarisme déverser leur propagande. La trop faible intervention de l’Etat américain pour encadrer ce secteur est un grave échec, c’est l’une des raisons pour lesquelles notre démocratie est aujourd’hui en crise.

    L’autoritarisme de Musk ne s’inspire cependant pas d’une logique totalitaire, selon laquelle l’Etat contrôlerait les individus. Il incarne plutôt un autoritarisme individualiste, qui s’en remet au marché pour étouffer la voix des plus faibles. L’égalité en matière de liberté d’expression n’existe pas. Les individus fortunés, qui détiennent des médias comme Twitter, peuvent s’assurer de contrôler le débat public. L’autoritarisme individualiste permet aux détenteurs de systèmes aussi influents que Twitter de garder le pouvoir.
    Qu’est-ce qui explique que nous en soyons arrivés là ?

    Un malentendu s’est installé sur ce qu’est véritablement Twitter. Elon Musk veut nous faire croire que ce réseau social est un espace de discussion, ce qui laisse entendre que ce qui s’y passe relève uniquement de la liberté d’expression. Pour l’entrepreneur, si tout le monde peut s’exprimer de façon égale, l’ordre va émerger naturellement.

    Mais, en fait, Twitter ressemble davantage à une plate-forme de diffusion comparable à la télévision ou à la radio, qui sont encadrées par un système étendu de lois et de régulations. Une chaîne de télé est, par exemple, responsable des propos qu’elle diffuse, ce n’est pas le cas des réseaux sociaux. Twitter a, par ailleurs, cette particularité qu’il permet à ses utilisateurs de diffuser massivement leurs idées, tous les autres internautes peuvent y avoir accès. Sur Facebook, les choses se passent autrement, ce n’est pas une plate-forme aussi ouverte : avant de pouvoir consulter le contenu d’un utilisateur, il faut faire partie de son cercle d’amis.
    Dès le 25 août, de nouvelles règles européennes encadreront les plates-formes numériques, entre autres pour lutter contre la désinformation. Elon Musk ne semble pas pressé de s’y conformer, au point que le ministre de la transition numérique, Jean-Noël Barrot, a déclaré, le 29 mai, que « Twitter sera banni de l’Union européenne, s’il ne se conforme pas à [leurs] règles ». N’est-ce pas aller trop loin ?

    Si Twitter n’applique pas ces règles, je crois que l’Europe aura raison de prendre une telle décision. Je ne suis pas particulièrement favorable à l’intervention de l’Etat sur le marché, mais dans ce cas précis, je suis convaincu que ce sera la bonne chose à faire. L’Etat américain reste en position de faiblesse face au secteur technologique. Avec sa nouvelle réglementation, l’Union européenne défend l’intérêt public bien au-delà de ses frontières.
    Lire aussi la chronique : Article réservé à nos abonnés Sur Twitter, « Elon Musk fait le rude apprentissage de la modération des contenus »
    Fin mars, Elon Musk a signé, avec plus de 1 000 spécialistes et entrepreneurs des nouvelles technologies, une tribune appelant à ce que l’on encadre le développement de l’intelligence artificielle. Le patron de Twitter a lancé, en avril, une start-up dans ce domaine. Que vous inspirent ces récents développements ?

    Commençons par arrêter de parler d’intelligence artificielle, cette expression anthropomorphique est trompeuse, les ordinateurs ne sont pas en train de s’humaniser. Ce n’est que du marketing et il n’y a rien que la Silicon Valley n’aime davantage que de vendre du rêve, l’idée qu’elle s’apprête à changer le monde. Il n’y a pas si longtemps, c’était les cryptomonnaies…

    Pour le moment, ce que l’on appelle « intelligence artificielle » n’est rien de plus que des machines d’analyse à grande échelle. De sorte que l’image la plus appropriée pour parler de ces technologies emprunte plutôt au vocabulaire minier, car elles fouillent d’énormes quantités de données, du texte, des images, des enregistrements audio trouvés sur Internet, pour en extraire une réponse à la question formulée par l’utilisateur. C’est ce que fait ChatGPT.

    Laissons tomber les effets de manche de la Silicon Valley et concentrons-nous sur les dangers dont cette technologie est porteuse. Les créateurs de ces machines ne les maîtrisent pas parfaitement, elles peuvent prendre des décisions inattendues, imprévisibles. Cette technologie peut disposer d’une forme d’autonomie qui nous dépasse.

    Je crois qu’il faut donc faire comme pour le secteur minier et encadrer l’accès au sous-sol. Des lois doivent être mises en place pour encadrer l’accès aux données et ce qu’il est possible de faire avec ces données. Requérir que le fonctionnement de ces algorithmes soit accessible au régulateur me semble également une bonne chose.

    Marc-Olivier Bherer

    #Fred_Turner #Elon_Musk #Intelligence_artificielle

  • De la contre-culture à la cyberculture | médialab Sciences Po
    https://medialab.sciencespo.fr/actu/de-la-contre-culture-a-la-cyberculture

    C & F éditions, le Centre Internet et Société, le Celsa et le médialab s’associent pour accueillir, le 16 juin 2023, de 17h à 19h, une conférence de Fred Turner.
    Résumé

    La traduction en français du livre de Fred Turner « Aux sources de l’utopie numérique » a 10 ans.
    Dans cet ouvrage, devenu un classique de l’histoire de l’Internet et des technologies numériques, Fred Turner a montré les filiations du réseau, entre recherche militaire et les rêves technologiques de la contre-culture.

    Alors que la Silicon Valley est devenu un moteur central de l’économie mondiale, il est temps de revenir sur cette histoire et d’en étudier les conséquences actuelles. Le travail, la politique ont été bouleversés au même titre que la communication et l’accès à la culture. Les principales entreprises sont devenues des mastodontes hyperconcentrés et capable de surveiller toute la population. Ceci met en perspective les philosophies et les projets de la génération des années soixante. « Changer le monde », oui, mais au service de qui ?
    Informations pratiques

    Cette conférence (en anglais) aura lieu sur le campus parisien de Sciences Po, situé au 28 rue des Saints-Pères (75007).

    L’événément est ouvert à tous ; l’inscription est obligatoire.

    #Fred_Turner

  • In ’Do Not Fold, Spindle, or Mutilate,’ rule-breaking becomes the rule - 48 hills
    https://48hills.org/2022/10/in-do-not-fold-spindle-or-mutilate-rule-breaking-becomes-the-rule

    The title of the exhibition “Do Not Fold, Spindle, or Mutilate,” co-presented through December 3 by Casemore and Rena Bransten Galleries, draws upon a slogan from the 1964 Free Speech Movement that Stanford communications Professor Fred Turner addresses in his fascinating 2008 book From Counterculture to Cyberculture.

    Turner explains that when UC Berkeley students protested the computerization of student records, a protesting student pinned a punchcard to his chest printed with, “I am a UC student. Please do not fold, spindle, or mutilate me.” (Turner also speaks of the subject in this 2007 talk at Stanford.) The students viewed the university as an institution rife with mechanization that was whittling away their humanity.

    Given this extremely rich and local history, the content of “Do Not Fold” unfortunately shies away from addressing the confluence of counterculture and technology, though that legacy is referenced by the exhibition. Taking a more formalist approach, the galleries have positioned the titular slogan as a strategy for artists breaking gallery, disciplinary, and formal rules.

    #Fred_Turner #Exposition #Berkeley #Contre_culture

  • L’art selon la « tech » - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées
    https://www.nonfiction.fr/article-11364-lart-selon-la-tech.htm

    Par Christophe Camus

    L’usage de l’art par les GAFAM n’a sans doute rien à voir avec le mécénat des grandes entreprises du siècle dernier.

    C’est dans le prolongement de ses précédents ouvrages analysant les liens entre culture, politique et économie qu’il faut lire le dernier livre de Fred Turner venant questionner les usages de l’art au cœur des grandes entreprises de la Silicon Valley
    . Plus précisément, ce petit ouvrage du spécialiste des sciences de la communication nous propose deux explorations de ces pratiques : la première se penche sur les liens existants entre Google et le festival Burning Man ; la seconde s’intéresse à « L’art chez Facebook ».

    De l’art dans la Silicon Valley

    Avant de commencer, l’auteur se demande si la Silicon Valley ne serait pas « restée étrangement sourde au chant des sirènes du marché traditionnel de l’art », si les grandes fortunes du numérique ne devraient « pas acheter peintures, sculptures et installations multimédias », comme leurs prédécesseurs fortunés, et s’il faut en déduire « que les programmateurs informatiques ne s’intéressent pas à l’art » (p. 6-7)
    .

    La réponse à ces questions n’est évidemment pas si simple. Dans la continuité de ce qu’il a précédemment montré dans sa biographie extensive de Stewart Brand
    , Turner revient sur une « longue tradition de collaboration entre industries technologiques et art, en Californie et au-delà » (p. 8). Sans remonter trop loin dans l’histoire de l’art, il nous ramène aux années 1960, auprès d’artistes imprégnés d’une culture cybernétique, utilisant la vidéo. Ses exemples nous entraînent de la Raindance Corporation à György Kepes, du Bauhaus au MIT, en insistant sur le rôle de quelques « entreprises comme AT&T ou Teledyne [qui] offraient des résidences et des bourses aux artistes »
    .

    Une histoire dans laquelle le Palo Alto Research Center (PARC) de l’entreprise Xerox occupe une place de choix : ce centre de recherches californien conçoit l’interface graphique des ordinateurs modernes tout en collaborant avec des artistes de la baie de San Francisco « dans l’espoir qu’ils puissent explorer ensemble de nouveaux horizons ». Une démarche qui a finalement « donné naissance, entre autres, à des sculptures multimédia, des récits multi-écrans, et les premiers exemples d’art algorithmique »
    .

    #Fred_Turner #Usage_art #Silicon_Valley

  • Elon Musk and the Tech Bro Obsession With ’Free Speech’ | Time
    https://time.com/6171183/elon-musk-free-speech-tech-bro

    “Freedom of speech” has become a paramount concern of the techno-moral universe. The issue has anchored nearly every digital media debate for the last two years, from the dustup over Joe Rogan at Spotify to vaccine misinformation on Facebook. Meta founder Mark Zuckerberg gave a major speech at Georgetown in 2019 about the importance of “free expression” and has consistently relied on the theme when explaining why Facebook has struggled to curb disinformation on the platform.

    “It does seem to be a dominant obsession with the most elite, the most driven Elon Musks of the world,” says Fred Turner, professor of communication at Stanford University and author of several books about Silicon Valley culture, who argues that “free speech seems to be much more of an obsession among men.” Turner says the drive to harness and define the culture around online speech is related to “the entrepreneurial push: I did it in business, I did it in space, and now I’m going to do it in the world.”

    But “free speech” in the 21st century means something very different than it did in the 18th, when the Founders enshrined it in the Constitution. The right to say what you want without being imprisoned is not the same as the right to broadcast disinformation to millions of people on a corporate platform. This nuance seems to be lost on some techno-wizards who see any restriction as the enemy of innovation.

    In a culture that places a premium on achieving the impossible, some tech titans may also see the liberal consensus on acceptable speech as yet another boundary to break. In Silicon Valley, bucking the liberal conventions about harmful speech can seem like the maverick move.

    Jason Goldman, who was on the founding team at Twitter and served on the company’s board from 2007 to 2010 before joining the Obama Administration, says the tech rhetoric around free speech has become an obsession of the mostly white, male members of the tech elite, who made their billions in the decades before a rapidly diversifying workforce changed the culture at many of the biggest companies in Silicon Valley.

    They “would rather go back to the way things were,” Goldman says, “and are couching that in terms of ‘free speech’ or ‘we’re not going to allow politics to be part of the conversation.’”

    Goldman says it’s “naive” to believe that Musk can throw out Twitter’s guardrails without degrading the platform. “To say you’re just going to allow for any type of abuse or harassment,” he says, “is an inherently anti-speech position, because you’re going to drive out a set of users who would use your product but no longer feel safe.”

    Tech titans often have a different understanding of speech than the rest of the world because most trained as engineers, not as writers or readers, and a lack of a humanities education might make them less attuned to the social and political nuances of speech.

    “Tech culture is grounded in engineering culture, which imagines itself as apolitical,” says Turner. Engineers, he adds, often see the world in terms of problems and solutions, and in that context, speech becomes a series of data points that get circulated through a data system, rather than expressions of social or political ideas.

    #Elon_Musk #Fred_Turner #Liberté_expression

  • Fred Turner – Aux sources de l’utopie numérique – Fiche de lecture et résumé – Corentin Quique
    https://corentinq.fr/2021/09/29/fred-turner-aux-sources-de-lutopie-numerique-fiche-de-lecture-et-resume

    Aux sources de l’utopie numérique de Fred Turner est un livre qui semble être une référence pour beaucoup de personnes. J’ai profité de sa réédition chez C&F éditions pour me le procurer et le lire. Il s’agit d’un bon gros livre de plus de 400 pages, rempli de beaucoup d’informations. Je vais résumer ici ce qui, selon moi, sont les informations les plus importantes à retenir de cet ouvrage. Je me concentrerai essentiellement ici sur l’origine cette utopie numérique, qui est principalement développée sur la première partie du livre. L’utopie sera malheureusement de plus en plus éloignée au fil du livre et des années. Je vous invite évidemment à vous procurer ce livre et à le lire dans son intégralité si vous en avez l’envie et les moyens.

    #Fred_Turner #Aux_sources_utopie_numerique

  • AUX SOURCES DE L’UTOPIE NUMÉRIQUE : DE LA CONTRE-CULTURE À LA CYBERCULTURE - Le blog d’un épicurieux
    https://blog-epicurieux.fr/aux-sources-de-lutopie-numerique-de-la-contre-culture-a-la-cyberculture/#more-73

    Au début des années 1990, de nombreux experts ont vu dans la création du Web l’acte de naissance d’une communauté virtuelle. Les ordinateurs en réseau rendaient possible le dépassement des frontières physiques et ouvraient une ère de communion électronique. Cette utopie à portée de main trouve son origine dans la contre-culture nord-américaine. Fred Turner remontera le fil reliant le Whole Earth Catalog, journal emblématique des communautés hippies, à Wired, magazine fanion des technologies numériques.

    #Fred_Turner #Conférence #Paris_2014

  • A conversation with Fred Turner and photographer Mary Beth Meehan | USC Annenberg School for Communication and Journalism
    https://annenberg.usc.edu/events/annenberg-research-seminar/conversation-silicon-valley-culture-expert-fred-turner-and

    Annenberg Research Seminar
    A conversation with Silicon Valley culture expert Fred Turner and photographer Mary Beth Meehan
    Monday, November 8, 2021 12 p.m. – 1 p.m. PT Online

    Acclaimed photographer Mary Beth Meehan and Silicon Valley culture expert Fred Turner join forces to give us an unseen view of the heart of the tech world.

    Photo of Mary Beth Meehan Mary Beth Meehan
    It’s hard to imagine a place more central to American mythology today than Silicon Valley. To outsiders, the region glitters with the promise of extraordinary wealth and innovation. But behind this image lies another Silicon Valley, one segregated by race, class and nationality in complex and contradictory ways.

    Photo of Fred Turner Fred Turner
    With arresting photographs and intimate stories, Seeing Silicon Valley makes this hidden world visible. Join Fred Turner and Mary Beth Meehan as they discuss the making of the book, the role of photography in scholarship, activism and public life, and what it might mean for the technology industry to help us make a truly humane society.

    Speakers:

    Mary Beth Meehan is a photographer known for her large-scale, community-based portraiture centered around questions of representation, visibility, and social equity in the United States
    Fred Turner is Harry and Norman Chandler Professor of Communication at Stanford University

    #Mary_Beth_Meehan #Fred_Turner #Visages_Silicon_Valley

  • L’architecture du Whole Earth Catalog - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées
    https://www.nonfiction.fr/article-10998-larchitecture-du-whole-earth-catalog.htm

    En dépit de ces indices concordants, il manquait encore des clés pour comprendre le phénomène. La première clé est venue de la formidable biographie extensive que le journaliste et universitaire Fred Turner a consacrée à Stewart Brand
    . En suivant son parcours dans une société américaine en pleine mutation durant la seconde moitié du XXe siècle, le spécialiste des médias a mis au jour les liens forts existants entre des mondes intellectuels qu’on aurait pu croire séparés. Brand circule ainsi des communautés hippies à la cybernétique de Norbert Wiener et à la théorie des médias de Marshall McLuhan, des Trips Festivals à la systémique postculturaliste de Gregory Bateson, et surtout, de Drop City à la pensée architecturale globale de Richard Buckminster Fuller, et inversement – des liens qui s’avèrent inextricablement entrecroisés, comme le réseau internet et le cyberspace qu’ils annoncent.

    Ainsi, le livre de Fred Turner nous oblige à décloisonner la culture (populaire) et les sciences américaines. Il montre aussi qu’un architecte aussi atypique que Fuller a pu devenir un des grands maîtres à penser d’une génération contre-culturelle. Il nous parle des communautés sans oublier leurs architectes, mais l’architecture n’est pas au centre de son livre. Pour la trouver, et surtout, en comprendre le rôle, il nous faut une seconde clé. C’est l’enquête de Caroline Maniaque sur la conception et le contenu architectural du Whole Earth Catalog qui nous l’offre.

    #Fred_Turner #Stewart_Brand #Whole_Earth_Catalog #Architecture

  • Crise sanitaire : la nouvelle vie du QR code - Elle
    https://www.elle.fr/Societe/News/Crise-sanitaire-la-nouvelle-vie-du-QR-code-3940665

    Ce n’est pas un hiéroglyphe, mais presque. Un carré fait de carrés, illisible pour l’œil humain. Pour le démystifier, il faut une pierre de Rosette sur batterie : votre smartphone. En terrasse, les nouveaux Champollion n’en mènent parfois pas large, à l’instar de Jihane et d’Oscar, 33 et 34 ans, qui tentent de télécharger le menu d’un resto. « Ah, on peut le faire avec la fonction appareil photo ? » s’étonne la jeune femme. Si, en France, c’est la crise sanitaire qui a imposé l’utilisation du « quick response code », cette technologie est présente en Asie depuis longtemps.

    Imaginé en 1994 par un ingénieur japonais, le QR code sert d’abord à suivre la fabrication des pièces détachées chez Toyota. Il se démocratise à la fin des années 2000 avec l’arrivée des smartphones. En Occident, Snapchat devient, en 2016, la première appli grand public à proposer son lecteur QR. Désormais, il est partout, interface incontournable pour connecter le monde numérique au monde physique. C’est un augmentateur de réalité, en quelque sorte. Un outil marketing pour les marques, une nouvelle expérience culturelle. « Le code-barres représentait la circulation des marchandises et ne nous était pas directement destiné, explique Xavier de La Porte, créateur du podcast « Le Code a changé » sur France Inter. À l’inverse, le QR code permet un transfert d’informations qui nous concerne directement : c’est l’Audioguide au musée, le menu du resto, les notices d’explication… » Reste que ces nouveaux usages ne font que renforcer notre dépendance à la machine. « D’un outil d’augmentation de la réalité superfétatoire, on est passé à un outil incontournable qui ne fait que renforcer la fracture numérique. C’est extrêmement violent », pointe Xavier de La Porte.

    Vue des États-Unis, l’inquiétude française prête à sourire. « Tout le monde ou presque a un smartphone, et le QR code est une technologie sûre et bénigne », s’amuse Fred Turner, professeur de sciences de la communication à Stanford. « La pandémie a accéléré l’adoption de technologies de consommation mais le vrai danger social n’est pas là : c’est le développement du data tracking ou de la reconnaissance faciale, alerte Xavier de La Porte. Et ça, pour le coup, ça se fait sans le concours des citoyens. » La révolution n’aura malheureusement pas lieu en terrasse.

    #Xavier_de_La_Porte #Fred_Turner #QRCode

  • Great Reads in Photography: May 16, 2021 | PetaPixel
    https://petapixel.com/2021/05/16/great-reads-in-photography-may-16-2021

    Every Sunday, we bring together a collection of easy-reading articles from analytical to how-to to photo-features in no particular order that did not make our regular daily coverage. Enjoy!

    Seeing Silicon Valley: Life Inside a Fraying America — Lenscratch
    From “Seeing Silicon Valley: Life Inside a Fraying America” University of Chicago Press, 2021
    Elisa and Family © Mary Beth Meehan, courtesy University of Chicago Press. 2021
    Mary Beth Meehan © Molly Heller

    Acclaimed photographer Mary Beth Meehan and Silicon Valley culture expert Fred Turner join forces to give us an unseen view of the heart of the tech world.

    “With arresting photography and intimate stories, Seeing Silicon Valley makes this hidden world visible,” says Aline Smithson in Lenscratch. “Instead of young entrepreneurs striving for efficiency in minimalist corporate campuses, we see portraits of struggle—families displaced by an impossible real estate market, workers striving for a living wage, and communities harmed by environmental degradation.

    “If the fate of Silicon Valley is the fate of America—as so many of its boosters claim—then this book gives us an unvarnished look into the future.”
    From “Seeing Silicon Valley: Life Inside a Fraying America” University of Chicago Press, 2021
    Ravi and Gouthami © Mary Beth Meehan, courtesy University of Chicago Press, 2021

    Silicon Valley glitters with the promise of extraordinary wealth and innovation. But behind the façade lies a world segregated by race, class, and nationality in complex and contradictory ways.
    Cristobal was born in Bakersfield, out in the desert. After high school, he served eight years in the Army, including one tour in the Iraq war. He now works full time as a security guard at Facebook. He starts at dawn, guiding cars on and off the campus, and making sure walkers looking down at their phones cross safely. Despite this job, he has no health benefits, and he can’t afford to have a home in Silicon Valley. He’d like to go back to Bakersfield, to be near his mother, but there’s no work there. So he keeps doing his best. Cristobal feels he works hard, and has given back to his country, but his pay forces him to live in a rented repurposed shed, in a back yard in Mountain View. He’s starting to get angry. “Silicon Valley is a shithole,” he says.
    Cristobal © Mary Beth Meehan, courtesy University of Chicago Press, 2021

    “For those who have not been fortunate enough to make billionaire lists, for midlevel engineers and food truck workers and longtime residents, the valley has become increasingly inhospitable, testing their resilience and resolve,” say photographer Meehan and Turner in The New York Times.

    #Visages_Silicon_Valley #Fred_Turner #Mary_Beth_Meehan

  • 12 则真实硅谷故事:不一样的硅谷,残酷的人生百态_详细解读_最新资讯_热点事件_36氪
    https://www.36kr.com/p/1220133179347336
    https://img.36krcdn.com/20210512/v2_d8cd77d36e0b4b2783b64ed25a14d3be_img_jpg

    Les journaux chinois en parlent... l’édition originale est en français
    https://cfeditions.com/visages

    则真实硅谷故事:不一样的硅谷,残酷的人生百态
    神译局
    昨天
    关注
    在硅谷看不到未来。

    编者按:作为全球科技精英的圣地,硅谷似乎永远与创新、财富、机会、奇迹、梦想和成功这些令人心潮澎湃的词汇紧密相连。但在创造巨额财富、改变世界进程的同时,硅谷也是美国贫富分化最严重的地区之一,生活成本极其高昂,从赤贫的流浪汉到年入百万的白领精英,硅谷各个阶层的居民们都背负着巨大的生活压力。一起来看硅谷最真实的另一面吧!本文编译自《纽约时报》,作者Mary Beth Meehan和Fred Turner,原标题Seeing the Real Faces of Silicon Valley,希望给您带来启发。

    La véritable histoire de la Silicon Valley : une Silicon Valley différente, une vie brutale
    Le Bureau de la traduction
    Hier
    Suivez
    L’avenir n’est pas en vue dans la Silicon Valley.

    Note de l’éditeur : en tant que Mecque de l’élite mondiale de la technologie, la Silicon Valley semble être associée pour toujours aux mots enivrants d’innovation, de richesse, d’opportunités, de miracles, de rêves et de succès. Mais si la Silicon Valley a créé d’énormes richesses et changé le cours du monde, c’est aussi l’une des régions les plus polarisées des États-Unis. Le coût de la vie y est extrêmement élevé, des sans-abri démunis à l’élite millionnaire en col blanc, les habitants de la Silicon Valley de tous horizons subissent une pression énorme pour vivre. Découvrez le vrai visage de la Silicon Valley ! Cet article a été compilé à partir du New York Times par Mary Beth Meehan et Fred Turner, sous le titre initial Seeing the Real Faces of Silicon Valley, et j’espère qu’il vous inspirera.

    #Fred_Turner #Mary_Beth_Meehan #Visages_Silicon_Valley

  • Providence photographer captures overlooked truths about Silicon Valley - The Boston Globe
    https://www.bostonglobe.com/2021/05/11/metro/providence-photographer-captures-overlooked-truths-about-silicon-valley
    https://bostonglobe-prod.cdn.arcpublishing.com/resizer/mqqHgBHUEptHJkF7FfCDhgzWBfI=/506x0/cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/bostonglobe/67J7OLM57BGGVAUNUEHMVARROA.jpg

    From Brockton to Providence, from small-town Georgia to Silicon Valley, photographer Mary Beth Meehan is challenging communities to see themselves in new ways, spurring discussions about race and inequality, the economy and the environment.

    “We want people to see beyond the myths of Silicon Valley’s wealth and innovation to the ways in which real people struggle in that environment,” Meehan said. “They struggle in terms of financial security but also to find connection and community.”

    In “Seeing Silicon Valley,” Meehan introduces us to Cristobal, a US Army veteran who makes $21 an hour working as a full-time security officer at Facebook but lives in a shed because he can’t afford a house in the area’s high-priced housing market.

    Meehan said a former colleague connected her to Turner, a Stanford communications professor who was born in Cambridge, Massachusetts, lived in Boston for 10 years, and graduated from Brown University. The book was designed by a Providence resident, Lucinda Hitchcock.

    Turner, who now lives two miles from Google headquarters, said Silicon Valley excels at marketing itself. “But the actual community that is here on the ground is much more diverse and much more unequal than the mythology tells us,” he said. “Very few people look or make money like Mark Zuckerberg.”

    Turner said Meehan’s large-scale portraits demonstrated her ability to capture images that tell you something about both the person and their community, and as a Brockton native, she brought to bear a working-class background.

    “I hope people can see that the seemingly magical world of technology depends on the really hard work of a whole lot of different people,” he said. “In the same way that the Industrial Revolution in Boston didn’t just depend on the people who went to Harvard, Silicon Valley is not just the Zuckerbergs and Jobs.”

    Turner said the nation’s industries need to sustain the people that build them – not just a few people at the top. “The lesson is that if you just pursue profit and innovation, you can injure your workers, pollute your landscape, and build a society you wouldn’t want to be a member of,” he said. “We can do a lot better than that.”

    As an artist-in-residence at Stanford, Meehan spent six weeks introducing herself to strangers, sitting in kitchens and living rooms, listening to their stories.

    She said she found tremendous unease among the people there, not only among the cashiers and waiters, but among the tech professionals and other high-income earners. And she found the anxieties of Silicon Valley reflect a nationwide gulf between the rich and the poor – the hollowing out of the middle class.

    “Even though the stock market is doing well, people are struggling,” Meehan said. “If people are not doing well in Silicon Valley, then what does that say about where the country is headed?”

    #Fred_Turner #Mary_Beth_Meehan #Visages_Silicon_Valley

  • Seeing the Real Faces of Silicon Valley - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/05/08/business/economy/seeing-the-real-faces-of-silicon-valley.html

    The workers of Silicon Valley rarely look like the men idealized in its lore. They are sometimes heavier, sometimes older, often female, often darker skinned. Many migrated from elsewhere. And most earn far less than Mark Zuckerberg or Tim Cook.

    This is a place of divides.

    As the valley’s tech companies have driven the American economy since the Great Recession, the region has remained one of the most unequal in the United States.

    During the depths of the pandemic, four in 10 families in the area with children could not be sure that they would have enough to eat on any given day, according to an analysis by the Silicon Valley Institute for Regional Studies. Just months later, Elon Musk, the chief executive of Tesla, who recently added “Technoking” to his title, briefly became the world’s richest man. The median home price in Santa Clara County — home to Apple and Alphabet — is now $1.4 million, according to the California Association of Realtors.

    For those who have not been fortunate enough to make billionaire lists, for midlevel engineers and food truck workers and longtime residents, the valley has become increasingly inhospitable, testing their resilience and resolve.

    Here are 12 of them, who originally appeared in our book, “Seeing Silicon Valley,” from which this photo essay is excerpted.

    #Fred_Turner #Mary_Beth_Meehan #Visages_Silicon_Valley