• Fronde des maires contre le confinement et la fermeture des commerces ! (SOTT)
    https://www.crashdebug.fr/fronde-des-maires-contre-le-confinement-et-la-fermeture-des-commerces-sot

    Ce qui est dégeulasse c’est que les préfêts font des référés pour annuler les décrets des maires.

    De Perpignan, à Dijon, en passant par Béziers, les maires des villes se sont mobilisées. De tous bords politiques, ils ont pris un arrêté pour autoriser l’ouverture des petits commerces "non essentiels".

    Il y en aurait près d’une soixantaine actuellement.

    🇫🇷[FLASH] : Les #maires multiplient les arrêtés autorisant les commerces non-essentiels à ouvrir, il y en aurait près d’une soixantaine pour l’instant, allant à l’encontre du décret du #gouvernement. Les préfectures demandent à retirer ces arrêtés. (@le_Parisien, @GiletsJaunesGo) pic.twitter.com/txbKd4GqVP — La Plume Libre (@LPLdirect) October 31, 2020

    La carte en temps réel : #FrondeDesMaires - uMap

    A Yerres les forces de l’ordre (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • #Inde : des policiers armés de #frondes et de #catapultes vont protéger #Trump des #singes

    Les autorités indiennes ont également érigé un #mur pour cacher les #bidonvilles qui bordent une route que doit emprunter Donald Trump, explique Slate.

    #Donald_Trump va fouler le sol indien pour la première fois en tant que président les 24 et 25 février 2020. Alors, pour s’assurer que le voyage du locataire de la Maison-Blanche se déroule en toute quiétude, l’Inde n’a pas lésiné sur les moyens. Le Premier ministre Narendra Modi a notamment équipé sa police pour protéger le milliardaire des 50 millions de singes qui peuplent cet immense pays du sud de l’Asie. Les forces de l’ordre, munies de frondes et de petites catapultes, vont suivre leur hôte à la trace pour le prémunir de toute attaque de ces animaux qui peuvent parfois se montrer agressifs, comme l’expliquent nos confrères de Slate, jeudi 20 février 2020. Voilà les primates prévenus.

    Et ce n’est pas tout. Non content d’assurer la sécurité de Donald Trump, le gouvernement indien souhaite également s’assurer du confort de ses pérégrinations. Les autorités ont pris la décision polémique d’ériger un mur de 500 mètres sur la route reliant l’aéroport d’Ahmedabad au centre-ville, comme le révèle le journal indien The Wire (en anglais). Le but ? Dissimuler la pauvreté des bidonvilles de Sarania Vaas aux yeux du prestigieux hôte, qui doit assister à l’inauguration du stade de cricket de la région.

    #Cache-misère de béton

    Les autorités d’Ahmedabad ont démenti toute volonté de construire un cache-misère. Vijay Nehra, qui dirige la ville, explique vouloir « éviter les intrusions et protéger des arbres qui étaient abîmés ». Un argument qui ne convainc pas grand monde en Inde, à l’image de The Wire. « Pourquoi cherchons-nous à cacher nos pauvres alors que nous sommes incapables de dissimuler la pauvreté qui martyrise le pays ? » s’insurge le quotidien. Il y a fort à parier que Donald Trump jalouse un tel mur, qu’il rêve de voir s’ériger entre les États-Unis et le Mexique.

    https://www.lepoint.fr/monde/inde-des-policiers-armes-de-frondes-et-de-catapultes-vont-proteger-trump-des
    #murs_intra-urbains #murs_urbains #invisibilisation #lol #géographie_urbaine

    • Gujarat: Another Brick in Trump’s Wall


      –-> Children play near the wall being constructed in Ahmedabad, to hide a slum from Trump during his visit. Photo: Reuters/Amit Dave

      As the US President Donald Trump visits Ahmedabad in Gujarat this month, we hear that the Ahmedabad Municipal Corporation (AMC) is building half-kilometre wall on the stretch that leads to Gandhinagar from Ahmedabad.

      The purpose of the wall, it is learnt, is to hide the 500 kutcha houses at the Dev Saran or Saraniyavaas slum area. The slum houses an estimated population of 2,500.

      All in all, the AMC is building this wall to hide poverty, if not the poor.

      We know well that Trump rose to power on an exclusive hate campaign, at the heart of which was his commitment and rhetoric to build a wall at the Mexican border. His arrogant pledge asking Mexico to even pay for such a wall, added to his deceitful masculinity and persona, traits which do matter in the elections to the highest office in the USA.

      In our penchant for welcoming guests beyond their expectations, we have gone too far in pleasing Trump by offering him a spectacle of a wall on his forthcoming visit. Atithi Devo Bhava, stretched to its best!

      Ironically, the wall in question is not to limit illegal migration but to hide the legal citizens of this country. In fact Trump’s good friend, Modi, has other tricks up his sleeve to contain the legality of citizens of the land but that’s a different story, for some other day.

      Coming back to the wall in question, the building of walls to hide poverty is not new in this world.

      In preparation for the 2016 Olympics in Rio de Janeiro, the Brazilian government constructed a wall surrounding the Mare Favela complex to hide the poverty of the favela. When brought to the notice of the world, the Brazilian government came up with a bizarre explanation for the act.

      It said that the wall was necessary to protect the ears of its poor! Strange that silence is still considered to be the harbinger of sanity by otherwise noisy and careless regimes.


      –-> An outer wall of an under-construction detention centre for illegal immigrants is pictured at a village in Goalpara district in the northeastern state of Assam, September 1, 2019. Photo: Reuters/Anuwar Hazarika

      Even though no such explanation has been offered by the Gujarat government, it is but interesting to know why do we want to hide our poor even when we cannot hide the poverty which ails the nation like a disease? The indices of human development in Gujarat reveal a story where the necessity of such a wall to hide the poor and the poverty can be explained though not justified.

      Despite the so called “Gujarat model of development,” these indices clearly show that poverty and poor human existence is the unceasing companion of the Gujarati masses, irrespective of what Modi and his ilk wants us to believe.

      Gujarat stood at 22nd rank among Indian states in the Human Development Index for 2018.

      This is far below than some of so called “poor performing” states of Jammu & Kashmir (at 17) Uttarakhand (at 19) and Nagaland (at 20). The Infant Mortality Rate of Gujarat in 2016 stood at 30 per 1,000 live births, far poorer than that of states like Jharkhand (29 per 1000 live births) and Jammu & Kashmir (24 per 1000 live births).

      Another sensitive index of human development, namely the Maternal Mortality Rate was 91 per 1,00,000 live births in Gujarat in 2016 as compared to 66 in Tamil Nadu and 88 in Telangana in the same year.

      In an interesting paper (titled Did Gujarat Switch to a Higher Growth Trajectory Relative to India under Modi?) published in the Economic and Political Weekly in May 2014, just when Modi took over as the PM of the country for the first time, authors Maitreesh Ghatak and Sanchari Roy could show through complex statistical analysis that the success story of Gujarat under Modi’s chief ministership was nothing more than what the state could have even otherwise achieved in the natural course of things.

      In fact Gujarat fared worse when compared to Bihar for the same period of analysis. No wonder the ill fate of Gujarat has continued unabated till date so as to warrant the need of building the wall of shame.

      The need for a wall to hide the poverty in Gujarat is even more acute it seems. According to the National Crime Records Bureau (NCRB) report, ‘Accidental Deaths & Suicides in India’ released recently, the suicide rates in Gujarat due to poverty increased by a whopping 162% in 2018. The report also revealed that 21% more suicides happened in Gujarat due to unemployment as a reason.

      Interestingly, one of the basic functions of a wall is separation.

      In the very popular TV series, The Game of Thrones, a continent-spanning wall is made to keep out the “wild” people from civilisation. The Greeks had similar motives when they built walls. Those who lived beyond the city walls were called barbarians. These were the uncivilised people whom the walls kept at a safe distance from the civilised.

      In fact, even the thick prison walls serve the same purpose: keeping the dangerous separated from the civil.

      The mythical wall which God instructs Nehemiah to build in the Bible, separates and thus saves Jerusalem from the attack of the enemy. The separation by a wall is thus both symbolic and actual.

      In fact in the words of Dostoyevsky:

      “A wall, you see, is a wall … and so on, and so on. But is it? It is my thesis that, in addition to their versatile physical functions, walls possess an immense measure of signification and that these two realms-the concrete and the symbolic interact with each other.”

      Walls have thus been tools of keeping the ‘wild’, the uncivilised and the barbaric separated from those who are the harbingers of civility. But to build a wall to separate the view of poverty has its own unique flavour. It becomes even more important in the context of a democracy where the people, both poor and the rich, vote to form the very government which wants to hide them from visiting leaders of affluent countries.

      As residents of urban metropolises we are concerned about the aesthetics of our cities. Ugly poverty is an eyesore to the landscape we want to build.

      The smart cities we promise should be without the poor. Slums, ghettos and street habitation form an obnoxious trail of existence which we earnestly want to wipe off from the streets of our cities.

      Who needs to see the poor, the sick and the dying? The street children selling balloons need to be obliterated from our view not because we care for them but because we care for ourselves.

      We care for the reputation that we build in front of visiting dignitaries. So what if we cannot address poverty, we can still build a wall.

      I am not surprised. Walls divide, walls hide. Walls are stony deaf and heartless.

      https://thewire.in/rights/ahmedabad-wall-trump-visit

      #Ahmedabad

    • A Wall Is Being Built in Ahmedabad to Block a #Slum From Donald Trump’s View

      A wall is being constructed by the Ahmedabad Municipal Corporation to hide a slum cluster from the view of US President Donald Trump and Prime Minister Narendra Modi.

      The wall is over half-a-kilometre long and seven feet high.

      The two have planned a roadshow in the city on February 24.

      The wall is being constructed on the road leading from the Ahmedabad airport to Gandhinagar as part of a beautification plan that has been rolled out ahead of Trump’s visit. He is scheduled to address a huge gathering at the Motera Stadium in Ahmedabad at the end of the roadshow.

      The ‘Kem Chho Trump’ event is being seen as Modi’s reciprocative gesture to the US president for joining him at the ‘Howdy Modi’ gathering in Houston last year.

      As part of the preparations for the event, a lot of infrastructural work has been undertaken all around Ahmedabad and Gandhinagar.

      The wall in question is coming up in front of the Dev Saran or Saraniyavaas slum area, which has been in existence for several decades and houses over 500 tenements. The place is home to over 2,500 people and the manner in which the wall is being constructed to mask it has posed questions around the mindset which has driven the exercise.

      Earlier, when Japanese Prime Minister Shinzo Abe and his wife Akie Abe had visited Gujarat for the 12th India-Japan annual summit in 2017, and then for the Vibrant Gujarat Summit the same year, a beautification drive was undertaken but attempts were not made to hide any part of the city’s life from the visiting dignitaries.

      Budget session also postponed for first time in two decades

      Meanwhile, the budget session of the Gujarat assembly has also been postponed by two days in view of Trump’s visit. It has now been rescheduled to convene from February 26.

      The state legislative affairs minister, Pradipsinh Jadeja, told the media that it was due to Modi and Trump’s visit that the government has decided to reschedule the budget session and the presentation of the budget.

      This is the first time in the last two decades that the budget session has been rescheduled in the state. The secretary of Gujarat assembly, D.M. Patel, was quoted as saying that “rescheduling of budget date has happened rarely in Gujarat’s parliamentary history”.

      An official defended the action, saying the rescheduling has been done to prevent any political clashes that are usually witnessed on the first day of the budget session.

      https://thewire.in/government/gujarat-ahmedabad-slum-wall-donald-trump

  • En #Italie, l’aile gauche du #Parti_démocrate sur le départ
    https://www.mediapart.fr/journal/international/240217/en-italie-l-aile-gauche-du-parti-democrate-sur-le-depart

    Après la victoire du « non » au référendum et sa démission de la présidence du conseil début décembre, #Matteo_Renzi a quitté la direction du Parti démocrate (PD) dimanche 19 février. Objectif : le reprendre en mains au congrès prochain, une fois le divorce avec son #aile_gauche consommé.

    #International #europe #frondeurs #Giuseppe_Civati #Milan

  • Alstom-Belfort : Hollande et Valls #frondeurs ?
    https://www.mediapart.fr/journal/france/130916/alstom-belfort-hollande-et-valls-frondeurs

    Une indignation chasse l’autre. La fermeture du site historique de l’entreprise Alstom, à Belfort, donne lieu à de multiples réactions politiques, indignées le plus souvent. Un regard en arrière rappelle hélas que les grands mots ne fabriquent pas les grands remèdes.

    #France #Alstom_Belfort #Arnaud_Montebourg #fermeture_d'usine #François_Hollande #libéralisme #Manuel_Valls

  • #primaire du #PS : l’aile gauche reste sur ses gardes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/200616/primaire-du-ps-l-aile-gauche-reste-sur-ses-gardes

    En faisant adopter à l’unanimité samedi un texte proposant la tenue d’une primaire de la « Belle alliance » en janvier, le premier secrétaire #Jean-Christophe_Cambadélis et le sortant #François_Hollande semblent donner des gages aux opposants à l’intérieur du PS. Mais toutes les questions ne sont pas réglées. L’aile gauche demande une primaire très ouverte, comme en 2011.

    #France #2017 #Arnaud_Montebourg #EELV #élection_présidentielle #frondeurs #Jean-Luc_Mélenchon #parti_socialiste #PCF

  • Hollande et la primaire: second souffle ou dernier soupir?
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190616/hollande-et-la-primaire-second-souffle-ou-dernier-soupir

    Le président de la République n’étant plus en mesure de se représenter, le citoyen #François_Hollande sera candidat à la candidature de son parti. La primaire socialiste aura lieu les 22 et 29 janvier prochains.

    #France #Arnaud_Montebourg #Emmanuel_Macron #frondeurs #Manuel_Valls #Primaire_au_parti_socialiste

  • #loi_sur_le_travail : deux débats pour une #motion_de_censure
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120516/loi-sur-le-travail-deux-debats-pour-une-motion-de-censure

    Le gouvernement a échappé à la motion de censure déposée par la droite, mais pas aux débats qui secouent sa majorité. Près de trente députés socialistes étaient prêts à demander la démission de l’exécutif, et leur initiative a alimenté les discussions à l’Assemblée, de façon plus intense que les jeux de rôle partisans en séance.

    #France #frondeurs #parlement #parti_socialiste #politique

  • À pas de néant

    Cette politique n’a pas de résultat sur le plan économique, mais de surcroît parce qu’elle réduit les capacités d’intervention de la puissance publique, sa capacité à mettre en œuvre la justice sociale et l’égalité, elle menace la République et la menace de la République c’est la préparation d’un énorme désastre démocratique. Benoît Hamon en 2014 (sic !)

    http://www.dailymotion.com/video/x28ejch_benoit-hamon-il-y-a-un-desaccord-sur-l-orientation-de-la-politi

    De l’usage des tartuffes et imposteurs
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/mai2016/493l-m11.shtml

    Comme l’année dernière, quand ils ont permis à Hollande de passer la loi Macron, les « frondeurs » veulent non pas mettre fin à l’austérité, mais préserver aussi longtemps que possible l’illusion qu’il y a une opposition à l’austérité au sein du PS. Ils sont hostiles aux jeunes et aux travailleurs qui se mobilisent contre les mesures d’austérité du PS.

    S’ils affichent leurs réticences, c’est afin d’empêcher à long terme que le PS ne soit totalement discrédité et ne s’effondre aux présidentielles de 2017, et, à court terme, d’empêcher une explosion sociale qui forcerait l’abandon de la loi El Khomri et ferait chuter le gouvernement Valls.

    Si le sort de la loi est laissé entre leurs mains, la politique d’austérité et de guerre continuera – soit par une capitulation en rase campagne face au 49-3 de Valls comme l’année dernière, soit par le biais de tractations plus complexes entre les partis parlementaires français et l’UE.

    Les bâtisseurs de ruines, Jean ORTIZ
    http://www.legrandsoir.info/les-batisseurs-de-ruines.html

    « Regardez-les travailler », disait Eluard. Je voulais titrer « Ils ont osé » le 49-3, mais ils n’osent rien, ils sont eux-mêmes, « ralliés » avec ferveur au néo voire à l’ultra libéralisme.
    Ils ne font qu’obéir aux marchés et se contorsionnent devant le MEDEF, pensant conserver ainsi voiture de fonction, impunité, coussins et retraites dorés. Ils se veulent les gérants les plus loyaux du capitalisme. Ils ont le cynisme des apostats, l’arrogance des traîtres ; ils exsudent le mépris du peuple. Chez eux, point de scrupules, ni de honte. A l’époque de la guerre de libération algérienne, ils voulaient liquider « la racaille ». Après la Libération, ils sortirent les chars contre les mineurs. Sans parler de la « Non intervention » lors de la Guerre d’Espagne. Ont-ils vraiment été un jour véritablement « de gauche » ? Mitterrand avoua qu’il signa le programme commun pour en finir avec le PCF. Bassesse et vilenie leur tiennent lieu de valeurs.
    Combien de « flingueurs » vont aller maintenant au bout de leur démarche ? Se déclarer en insurrection civique au sein de leur parti ? Ou en sortir... ? Ce sera un test grandeur nature. Quant à la CGT, FO, à la FSU, Solidaires, l’UNEF, etc., aux « Nuits debout », elles peuvent mettre à leur actif d’avoir « poussé » ces petits politicards à tordre le coup à la démocratie, pour servir les intérêts des classes dominantes. A tomber le masque. Faut-il qu’ils aient eu peur du mouvement populaire, du débat, du rôle du Parlement ! Autant de points marqués par tous ceux qui depuis plus de deux mois battent le pavé, supportent avec courage les violences policières éhontément orchestrées par un pouvoir minoritaire, faible et minable. Champion hors catégories de la collaboration de classe. Le coup de force infâme pourrait se retourner très vite contre ses auteurs. J’y crois. Le mouvement va s’amplifier. C’est sûr. On ne peut nier un peuple indéfiniment.

    P.S. : A leur propos, mon père disait : « il est vain de demander à l’ormeau de produire des poires ». « P’alante ! ». Les pommiers sont en fleur. Les premières cerises sont pour demain.

    Nouveau seuil atteint dans le processus de décomposition du PCF
    http://www.gaucherepublicaine.org/chronique-devariste/nouveau-seuil-atteint-dans-le-processus-de-decomposition-du-pcf/7398018

    le Front de gauche n’existe plus sauf dans les nostalgies de certains. Né d’une volonté commune de Marie Georges Buffet (alors secrétaire nationale du PCF) et de Jean-Luc Mélenchon, il s’est concrétisé par une alliance entre le PCF et le PG (parti né dans cette circonstance) qui a été élargi ensuite à des petits groupes politiques. Cette alliance n’existant plus, parler aujourd’hui du Front de gauche est ne pas passer par la case « analyse concrète de la situation concrète ».

    Alors que Pierre Laurent a tenté tous les contacts possibles avec Taubira, avec les frondeurs, avec Hulot, avec le PS via son accord pour les primaires socialistes, le manque de détermination de ses interlocuteurs et la réaction majoritaire de la base communiste l’ont obligé à déclarer que le PCF ne pourrait pas participer à une primaire avec le président sortant. Le vide stratégique est criant.

    #PCF #PS #Social_démocratie #Frondeurs #Gauche #Tartufferie #Imposture #49-3 #institutions #Cinquième-république

  • Les « frondeurs » échouent à monter une motion de censure de gauche
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110516/les-frondeurs-echouent-monter-une-motion-de-censure-de-gauche

    Il a manqué deux signataires aux députés de gauche (PS, EELV et PCF) opposés au texte pour pouvoir déposer une motion de censure contre le gouvernement. Les députés aubrystes, pourtant opposés, étaient aux abonnés absents.

    #France #députés_PS #frondeurs #loi_El_Khomri #loi_sur_le_travail #loi_travail #Manuel_Valls #Myriam_El_Khomri #parti_socialiste

  • #loi_sur_le_travail : les « frondeurs » échouent à monter une motion de censure de gauche
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110516/loi-sur-le-travail-les-frondeurs-echouent-monter-une-motion-de-censure-de-

    Il a manqué deux signataires aux #députés_PS, écolos et Front de gauche opposés au texte de loi de #Myriam_El_Khomri pour pouvoir déposer une motion de censure contre le gouvernement. Les députés aubrystes, pourtant fort opposés au texte, étaient aux abonnés absents. La motion de censure déposée mardi par la droite n’a aucune chance d’être votée.

    #France #frondeurs #loi_El_Khomri #loi_travail #Manuel_Valls #parti_socialiste

  • #loi_sur_le_travail : sans majorité, le gouvernement passe en force
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100516/loi-sur-le-travail-sans-majorite-le-gouvernement-passe-en-force

    Manuel Valls et #Myriam_El_Khomri à l’Assemblée © Reuters #Manuel_Valls a annoncé, mardi 10 mai, la décision du gouvernement de recourir à l’article 49-3, qui permet de passer un texte sans vote, pour imposer la loi sur le travail à des députés récalcitrants. Après le fiasco de la déchéance de nationalité, le gouvernement n’arrive plus à construire de majorité et n’a jamais paru aussi faible. Certains députés socialistes envisagent même de voter la censure.• Loi sur le travail : notre dossier

    #France #députés_PS #frondeurs #loi_El_Khomri #loi_travail #parti_socialiste

  • Reprendre confiance dans notre force | @éditorial de #Lutte_Ouvrière
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/reprendre-confiance-dans-notre-force-65325.html

    Les chauffeurs de taxis sont à bout. À cause de la concurrence des VTC, les voitures de tourisme avec chauffeur, leurs revenus sont en chute libre. Même en allongeant leur journée de travail, beaucoup n’arrivent plus à payer le crédit de leur voiture et de leur licence. Mais ils s’organisent et se battent pour défendre leurs intérêts.

    Il en va de même pour les éleveurs et les producteurs de lait. Ils vendent leurs produits à perte et n’arrivent à se payer un salaire que grâce aux aides de l’Europe et du gouvernement. Mais ils manifestent, ils mettent l’opinion de leur côté et forcent le gouvernement à les entendre.

    Et les salariés ? Combien d’ouvriers, d’employés, de techniciens sont, eux aussi, au bout du rouleau ? Combien d’hospitaliers, d’agents territoriaux ? Eux aussi accumulent les heures de travail et la fatigue et sont condamnés aux salaires de misère. Et que dire de ceux plongés au chômage et réduits à survivre avec les minima sociaux ?

    Eh bien, ils doivent, eux aussi, se manifester ! D’abord pour se faire entendre, puis pour réussir à résister aux attaques de leurs conditions de travail et de vie. Car les salariés subissent, depuis plusieurs années, une offensive systématique du grand patronat. Déjà violentes sous Sarkozy, les attaques ont empiré avec Hollande.

    La crise, la concurrence exacerbée et le chômage de masse ont été utilisés comme des moyens de chantage pour restaurer les marges et les profits des entreprises qui n’ont fait qu’enrichir une minorité. Les grandes banques réalisent plusieurs milliards de bénéfices annuels. Même des firmes comme PSA dont on nous a dit qu’ils étaient à deux doigts de la faillite pour justifier des milliers de licenciements, font désormais le bonheur de la Bourse.

    Il s’agit d’une politique de classe. Il s’agit d’une guerre_de_classe que le patronat mène avec l’aide du gouvernement. Mais il la mène d’autant plus facilement qu’il n’y a pas d’opposition frontale avec les travailleurs, car les réactions sont faibles ou isolées. C’est ce qu’il faut changer.

    La politique et la vie des travailleurs changeront si le rapport de force entre les travailleurs et le patronat change, si les travailleurs se lèvent à nouveau pour leurs intérêts.

    Les attaques contre le #Code_du_travail, celle qui se dessine contre les chômeurs, la répression contre les salariés d’Air France ou ceux de Goodyear montrent qu’aujourd’hui, le patronat et le gouvernement se sentent tout permis. Il faut leur montrer qu’ils se trompent, en participant, nombreux, aux rassemblements organisés jeudi 4 février pour soutenir les anciens salariés de #Goodyear condamnés à de la prison ferme.

    Il faut faire en sorte que les travailleurs retrouvent l’envie, l’énergie et les moyens de répondre à l’arrogance et aux provocations patronales et gouvernementales. C’est à cet objectif que doivent se consacrer ceux qui ne veulent pas se laisser faire.

    D’ici la #présidentielle, les manœuvres au PS et à la #gauche de la gauche vont se multiplier. Aujourd’hui les #frondeurs du #PS, les écologistes et le Parti communiste tentent de se mettre d’accord sur l’organisation d’une primaire dans l’espoir que la gauche puisse se refaire une virginité en se trouvant un #candidat autre que Hollande pour 2017.

    Mais qu’y a-t-il à attendre de ces anciens ministres devenus frondeurs après avoir cautionné la plupart des mesures antiouvrières de Hollande ?

    Se fixer pour objectif de ressusciter une « vraie gauche », comme le souhaitent #Mélenchon ou le #PCF, est un objectif aussi vague que trompeur.

    Faut-il rappeler que #Hollande, #Valls et Macron se revendiquent toujours de la « gauche » ? Faut-il rappeler que, de Mitterrand à Hollande, tous se sont présentés comme des candidats « vraiment » à gauche et qu’il y a eu tromperie sur la marchandise ?

    L’expérience a prouvé que les frontières politiques ne passent pas entre la gauche et la droite. Elles sont déterminées par les intérêts de classe et opposent les travailleurs et les exploités à la poignée de capitalistes qui dominent l’économie.

    Au lieu de véhiculer de nouvelles illusions dans des politiciens qui ne méritent pas la #confiance des travailleurs, il faut encourager ces derniers à mettre en avant leurs intérêts et leur donner confiance en leurs propres forces. 

    La crise est à mettre au compte des banquiers et du grand #patronat. C’est la faillite d’un système basé sur le monopole du capital et la recherche effrénée du profit.

    Les travailleurs, qui portent toute la société sur leurs épaules, n’ont pas à accepter d’être les pions d’un tel système. Ils doivent se battre pour leurs intérêts et pour remettre l’économie sur ses pieds.

  • Au #FN, le contrecoup des élections dans les #fédérations
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040216/au-fn-le-contrecoup-des-elections-dans-les-federations

    Marine Le Pen lors de son discours à Hénin-Beaumont, le 13 décembre 2015. © Reuters Si les élections départementales et régionales ont encore vu le FN progresser, elles ont aussi suscité déceptions et tensions internes. Les frondes se sont multipliées ces derniers mois dans les fédérations frontistes. Le parti se réunit vendredi pour un #séminaire de trois jours à huis clos. Avec l’objectif de s’organiser pour 2017.

    #France #fronde #Front_national #militants #organisation

  • Le député frondeur Philippe Noguès quitte le Parti socialiste
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/06/24/le-depute-du-morbihan-philippe-nogues-quitte-le-parti-socialiste_4661092_823

    Son diagnostic est sans appel : « L’espoir de transformer les choses de l’intérieur, que ce soit au sein du PS ou du groupe parlementaire à l’Assemblée, s’est peu à peu évanoui », explique au Monde Philippe Noguès, député socialiste du Morbihan. L’élu a donc pris une décision « irrévocable » : il quitte le Parti socialiste (PS) et le groupe socialiste au Palais-Bourbon. Membre du parti depuis avril 2006, élu député en juin 2012, cet ancien cadre d’une multinationale américaine de 60 ans a décidé de siéger parmi les non-inscrits à l’Assemblée.

    Philippe Noguès doit en informer par courrier vendredi 25 juin Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l’Assemblée, comme Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du parti. Ce « frondeur » breton fait « le choix de la liberté et de la loyauté à [ses] convictions », mais il n’a pas l’intention pour autant d’être « dans l’opposition systématique ». « Je soutiendrai les projets de lois qui me sembleront aller dans le bon sens et je continuerai à combattre la droite », précise-t-il. Mais que l’on ne compte plus sur lui pour être un élu bon élève de la politique gouvernementale.

    « Depuis de longs mois, avec mes camarades frondeurs, je me bats pour infléchir la ligne économique du gouvernement. Force est de constater que nos efforts ont jusqu’ici été vains, le chemin tracé vers une société de plus en plus libérale n’a pas varié », regrette-t-il. S’il a bien l’intention de se représenter aux législatives, en juin 2017, il ne veut plus d’ici là participer aux enjeux d’appareils du PS. « Je suis socialiste, je le reste, mais je ne crois plus que le PS, en tant que structure politique, puisse être le moteur d’un nouveau départ », affirme-t-il.

    M. Noguès espère que son initiative fasse école chez ses collègues socialistes pour monter à terme un groupe autonome à l’Assemblée. « Beaucoup de députés socialistes sont comme moi en désaccord avec la politique que l’on mène, mais ils n’osent pas franchir le pas », explique-t-il, confiant que son choix a été « douloureux ». Mais il ajoute l’avoir fait « par respect pour les électeurs qui [l]’ont élu en 2012 ». « Depuis trois ans, on n’a pas de résultats, on n’améliore pas la vie des Français, et nos manques et nos reniements nourrissent en partie la montée du Front national, il faut donc réagir », conclut le député.

  • #PS : un #congrès de béni-oui-oui pour investir Hollande en 2017 [éditorial de Lutte Ouvrière, lundi 8 juin 2015]
    http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/ps-un-congres-de-beni-oui-oui-pour

    Il y a trois ans, #Hollande était élu sur le slogan, « le changement, c’est maintenant ». Depuis, la situation des travailleurs a effectivement changé... en pire. En pire parce qu’il y a 600 000 chômeurs de plus, parce que les conditions de travail sont devenues plus dures et que le niveau de vie a baissé.

    Dès son arrivée au pouvoir, Hollande a jeté aux orties son #programme de campagne pour adopter la ligne patronale - démantèlement des droits sociaux, allègement du coût du travail et chantage à la réduction de la dette. On en connaît le résultat : un grand patronat qui a traversé le plus gros de la crise sans perdre un euro et le monde ouvrier sacrifié sur l’autel de la compétitivité et des licenciements.

    Et que font les dirigeants socialistes réunis en congrès le week-end dernier ? Ils applaudissent la politique de #Valls #Macron et en redemandent en offrant à Hollande une standing ovation.

    Sarkozy a été accusé d’usurper le mot « républicain », mais cela fait des décennies que les dirigeants du PS usurpent celui de « socialiste ».

    Il y a très longtemps, lorsque le mouvement socialiste était digne de ce nom, il défendait les intérêts matériels et politiques des travailleurs. Il luttait contre l’exploitation patronale, dénonçait la loi du profit et se fixait pour but de renverser la #bourgeoisie.

    Aujourd’hui, le PS est passé dans le camp patronal et en est un serviteur fidèle. Il ne s’agit pas seulement de Hollande, de Valls ou de Macron mais bien du PS dans son ensemble. Dans ses discours, le PS tient à faire entendre une petite musique sociale, mais au pouvoir il ne jure que par la rentabilité et la compétitivité patronale, par la croissance des affaires de la bourgeoisie.

    Cette semaine encore, le PS justifiera la possibilité pour le patronat de recourir plus largement aux accords de compétitivité, il justifiera le plafonnement des indemnités que les #Prud’hommes peuvent prononcer en cas de condamnation de l’employeur, jusqu’au nouveau plan #Hirsch qui vise, comme l’ancien, à supprimer des RTT au personnel des #hôpitaux parisiens pour récupérer quelques millions.

    En exécutant loyal de la bourgeoisie, Hollande la servira jusqu’au bout de son mandat, et le PS sera avec lui. Jean-Christophe #Cambadélis, désormais premier secrétaire du PS, est convaincu qu’avec le retour de la croissance, les résultats de la politique gouvernementale ne tarderont pas. Derrière Hollande, les socialistes fondent leurs espoirs sur la reprise. Mais ce n’est pas « l’espoir » qui remplit le réfrigérateur, paye le loyer ou fait le plein de carburant !

    Pour rester au pouvoir, les socialistes misent plus sûrement sur l’anti-Sarkozysme et la peur du #FN. Le « tout sauf Sarkozy » est en passe de redevenir le slogan numéro un du PS.

    Et tous, de nous faire croire que la politique se borne à devoir choisir entre un Sarkozy toujours aussi arrogant et méprisant, une #Le_Pen prônant la guerre entre pauvres et un Hollande qui n’a pas cessé un seul jour de gouverner en faveur des patrons ! Il faut dire non à ce jeu de dupes où, pour rejeter untel ou unetelle, les travailleurs se privent d’affirmer leurs intérêts.

    À gauche de la gauche, #Mélenchon et le #Parti_de_gauche, #Duflot et les écologistes, Pierre #Laurent et le #PCF ou #Hamon et les frondeurs du PS rêvent de voir naître un « mouvement citoyen », un « #Podemos » ou un « #Syriza » à la française susceptible de les hisser à nouveau au pouvoir. En tirant à boulets rouges sur le #gouvernement, #Montebourg qui a été ministre pendant deux ans s’est aussi mis sur les rangs.

    Toute cette agitation peut réserver bien des surprises mais il n’y en aura aucune de bonne pour les travailleurs.

    Qu’attendre d’ex-ministres du gouvernement ou de #frondeurs qui cherchent d’abord à préserver leur carrière en se démarquant de Hollande ? Quant à ceux qui promettent une politique favorable aux travailleurs sans s’engager à combattre la bourgeoisie, ce ne sont que des bonimenteurs.

    On ne combattra pas le chômage sans empêcher le grand patronat de licencier. On ne répartira pas le travail entre tous et on ne créera pas d’emplois sans prendre l’argent où il est, c’est-à-dire sur les dividendes des grands actionnaires. On ne préservera pas nos conditions de vie sans combattre la mainmise des banquiers et le chantage des financiers au paiement de la dette.

    Le capital financier, responsable de la crise, s’est déjà largement remboursé sur notre dos, les classes populaires n’ont plus à se saigner pour lui.

    C’est à défendre et à se battre pour une telle politique que les travailleurs doivent se préparer.

    #lutte_de_classe #réformisme

  • La seule cohérence de #Valls, c’est la défense des intérêts patronaux - [dernier éditorial de Lutte Ouvrière]
    http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/la-seule-coherence-de-valls-c-est #extrait

    #Hollande et Valls savent très bien qu’eux et le #PS vont continuer à se discréditer auprès de leur électorat. Mais ils sont prêts à le faire jusqu’au bout pour satisfaire le patronat.
    De son côté, la fraction du #Parti_socialiste qui a été écartée du gouvernement, autour de Montebourg et de ceux qui se nomment les « #frondeurs », est maintenant sur la réserve. Elle sait elle aussi que le gouvernement va continuer à subir un discrédit, mais espère éviter d’en être touchée. Elle voudrait même pouvoir prétendre d’ici un an ou deux, à l’approche de prochaines élections, qu’elle aurait eu une autre politique à défendre, qui aurait mieux marché. Mais laquelle ?
    Montebourg ne dit rien contre la politique de subventions au grand patronat. Il fait diversion en s’en prenant à l’Allemagne, l’accusant d’imposer l’austérité car il voudrait qu’en #France l’État puisse faire plus de déficit. #Montebourg voudrait pouvoir consacrer encore plus d’argent à aider le grand patronat, mais cela aussi serait payé d’une façon ou d’une autre par les classes populaires.
    Ce n’est pas de ce côté-là que les travailleurs peuvent chercher un sauveur. Bien sûr, c’est encore moins du côté de la droite, qui n’a rien d’autre à proposer, ni de l’extrême droite de #Le_Pen, qui derrière ses discours ne fait que proposer la même chose, si possible en pire.
    Alors, comme le dit « L’Internationale », il n’y a pas de sauveur suprême. Ce #gouvernement, comme les précédents, est l’ennemi déclaré des travailleurs, le soutien déclaré du #patronat, et pour défendre leurs intérêts ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. En réalité, c’est beaucoup car, à condition de savoir s’organiser et lutter tous ensemble pour leurs intérêts vitaux, les travailleurs peuvent représenter une force invincible. Il est urgent pour eux de s’en servir

  • Pierre-Alain Muet : parce qu’"Hollande a changé la nature du quinquennat"
    http://www.marianne.net/Pierre-Alain-Muet-parce-qu-Hollande-a-change-la-nature-du-quinquennat_a239

    ...........

    http://www.marianne.net/photo/art/default/983447-1165699.jpg?v=1403169659

    Et puis le professeur d’économie, spécialiste des questions budgétaires s’insurge : « Pour les deux tiers des entreprises françaises, le problème ce n’est pas la compétitivité, c’est l’effondrement de la demande, consécutif aux trois années de crises que nous avons vécues en Europe. Où est la cohérence ? » L’économiste, encore lui, estime que la plate-forme de l’Appel des 100, qui veut répartir les 41 milliards d’euros au profit de la consommation, « est plus réaliste et plus raisonnable » que le plan Valls-Hollande. « Il faut rééquilibrer le Pacte de compétitivité, avancer sur une réforme des impôts », tente-t-il. Faire autrement tout en restant dans le cadre européen ? « J’aimerais bien qu’on desserre les contraintes, qu’on reporte à plus tard le retour à l’équilibre budgétaire. Mais ce débat, on ne peut l’avoir seul. En attendant il faut agir au niveau français. »

    ...........

    #économie
    #appel_des_100
    #assemblée_nationale
    #consommation
    #frondeurs
    #hollande
    #pacte_de_compétitivité