• Un dépistage du Covid-19 toutes les quarante-huit heures : en Moselle, les travailleurs transfrontaliers exaspérés par une nouvelle restriction sanitaire
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/02/un-depistage-du-covid-19-toutes-les-48-heures-en-moselle-les-travailleurs-tr

    Deux longues tonnelles blanches sont installées sur la frontière entre la France et l’Allemagne, au bord de la route entre Stiring-Wendel (Moselle) et Sarrebruck (Sarre, Allemagne). Le soleil vient à peine de se lever et une vingtaine de voitures défilent lentement devant deux agents du Technisches Hilfswerk, le service allemand de protection civile.Le département français a été classé comme « zone où circule le variant » sud-africain par l’institut de veille sanitaire allemand, et Berlin demande désormais un test PCR ou antigénique négatif de moins de quarante-huit heures à tout Mosellan souhaitant entrer dans le pays. Près de 500 travailleurs transfrontaliers ont été les premiers, mardi 2 mars, à venir dans ce centre de dépistage façon « drive », construit en quelques jours pour absorber l’augmentation de la demande de tests.
    Pour limiter les déplacements, le tram-train et le bus reliant Sarreguemines à Sarrebruck sont aussi mis à l’arrêt : tous les trains régionaux en direction de l’agglomération allemande marquent leur terminus à Forbach, où le TGV de Paris ne s’arrête plus sur sa route vers Francfort. « Nous n’avons pas le choix, il faut faire un effort pour que cela finisse par aller mieux », considère Elisa Oinfrilo au volant de sa voiture, quelques minutes avant de connaître les résultats de son test antigénique. De nationalité allemande mais habitante de Moselle, elle a déjà pris un autre rendez-vous pour mercredi matin, histoire de se couvrir pour une semaine : son poste dans une banque allemande l’oblige à se déplacer tous les jours. L’annonce de la mesure a provoqué une course aux tests dans l’est de la Moselle, malgré les vacances scolaires et l’ouverture du centre de dépistage. Anne-Laure Weber, pharmacienne de la rue Nationale de Forbach, ne proposait pas de tests antigéniques ; elle prévoit désormais d’en faire cent par jour. Deux personnes devront être embauchées pour tenir le rythme imposé. « Le “home office”, télétravail à l’allemande, n’est pas possible pour de nombreux métiers assurés par les gens d’ici », dit-elle. Ouvriers du bâtiment et de l’industrie, employés de commerce, soignants… Environ 16 000 résidents de l’est de la Moselle se rendent chaque jour dans le Land de la Sarre.
    Christophe, 52 ans, y est peintre en bâtiment pour une société de travail intérimaire. Habitué aux contrôles inopinés de l’autre côté de la frontière – une attestation de motif impérieux est déjà obligatoire depuis le printemps 2020 –, il est exaspéré par la mesure, décidée unilatéralement par l’Allemagne, mais se rend à l’évidence : « Sans dépistage, pas de travail. »

    #Covid-19#migrant#migration#allemagne#france#moselle#UE#sante#variant#tauxincidence#depistage#frontiere#travailleurmigrant#travailleurfrontalier

  • Covid-19 : débordés par le variant britannique, les Slovaques et les Tchèques font appel au vaccin russe
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/01/debordees-par-le-variant-britannique-tchequie-et-slovaquie-font-appel-au-vac

    Les deux chefs de gouvernement font l’objet de vives critiques pour leur gestion de la crise. Tous deux sont de riches hommes d’affaires entrés en politique sur le tard après avoir créé des partis politiques dits « antisystème » difficilement classables.MM. Babis et Matovic ont usé d’une communication pour le moins erratique ces derniers mois. Le premier a ainsi reconnu « des erreurs » pour avoir décidé de lever trop largement les restrictions en décembre 2020, et la politique du second, consistant à tester l’ensemble de la population sur plusieurs week-ends en novembre 2020, a fait long feu. « Nos dirigeants pensaient que les tests de masse allaient résoudre la situation, mais cela n’a pas marché », constate le mathématicien Robert Kollar.
    Les deux pays ont surtout tardé à mettre en place des efforts de séquençage du virus qui auraient pu permettre de tirer la sonnette d’alarme plus tôt. La Slovaquie a par exemple subitement découvert, début février, que le variant britannique était présent dans plus de 70 % d’un échantillon de tests positifs choisis au hasard. Dans la foulée, Prague et Bratislava ont brutalement refermé leurs frontières. Mais de nombreux travailleurs revenus du Royaume-Uni étaient déjà rentrés au pays avec le variant.
    Lire aussi Les frontières au sein de l’UE, autre enjeu du Covid
    Désemparées, les deux capitales font désormais appel à l’aide internationale. Des renforts médicaux ponctuels sont venus d’Allemagne ou d’Autriche et les deux pays négocient pour y transférer des patients. Ils devraient aussi obtenir chacun 100 000 doses de vaccin Pfizer supplémentaires dans le cadre de la prochaine livraison européenne.
    MM. Babis et Matovic ont par ailleurs brusquement tourné le regard vers Moscou pour commander en urgence des doses de Spoutnik V. Le vaccin russe n’a toujours pas déposé de demandes d’autorisation auprès de l’Agence européenne du médicament (AEM) mais les deux dirigeants comptent désormais l’autoriser sur leur territoire de manière unilatérale, comme l’a déjà fait la Hongrie de Viktor Orban. Igor Matovic a accueilli une première livraison de 200 000 doses par avion militaire lundi soir en promettant que la Slovaquie recevrait deux millions de doses en tout, au prix de 19,95 dollars (16,60 euros) pour deux doses.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#slovaquie#republiquetcheque#france#sante#variant#circulation#circulationtherapeutique#vaccination#frontiere

  • Covid-19 : la Commission européenne présentera un projet de passeport vaccinal en mars
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/01/covid-19-la-commission-europeenne-presentera-un-projet-de-passeport-vaccinal

    Covid-19 : la Commission européenne présentera un projet de passeport vaccinal en mars. Le document pourra indiquer si une personne est vaccinée, immunisée par la maladie, ou si elle a obtenu un test négatif. L’objectif est de permettre de se déplacer dans l’Union européenne cet été.
    Il fut un temps, pas si lointain, où l’on pouvait circuler librement au sein de l’Union européenne (UE). C’était avant que le Covid-19 pousse les Etats à fermer leurs frontières, au gré de l’évolution de la pandémie, ou à mettre en place, de manière non harmonisée, une batterie de mesures − tests PCR, quarantaine, formulaires divers et variés… − destinées à décourager tout voyage « non essentiel ». Lundi 1er mars, la Commission a entériné le fait que le retour à la normale n’est pas prévu avant plusieurs mois. En annonçant que l’exécutif communautaire présenterait, en mars, une proposition législative visant à créer, pour l’été, un passeport vaccinal commun aux Vingt-Sept, sa présidente, Ursula von der Leyen, a en effet acté que le virus et ses variants avaient, momentanément en tout cas, eu raison de l’espace Schengen, où le franchissement des frontières intérieures est censé s’effectuer sans contrôle. « Le passeport digital vert [nommé ainsi en référence aux « voies vertes » mises en place depuis mars 2020 par les Européens pour faciliter la circulation des camions aux frontières] devrait faciliter la vie des Européens. L’objectif est de leur permettre progressivement de se déplacer en toute sécurité dans l’UE ou à l’étranger − pour le travail ou le tourisme », a-t-elle tweeté, répondant ainsi à la demande que lui ont faite les chefs d’Etat et de gouvernement européens, réunis par visioconférence jeudi 25 février.Lors du précédent conseil, le 21 janvier, les Vingt-Sept avaient mandaté la Commission pour qu’elle travaille à la création d’un certificat vaccinal, sur le modèle du carnet jaune de l’OMS, qui serait reconnu par tous les pays de l’UE et dont l’objectif était alors de répondre à des préoccupations uniquement médicales. Par exemple, avait expliqué la Commission quelques jours plus tard, pour assurer le suivi de personnes qui auraient reçu une première dose dans un Etat puis la seconde dans un autre.
    A l’époque, plusieurs Etats membres, au premier rang desquels l’Allemagne et la France, s’étaient montrés très réticents à ce que ce certificat vaccinal ouvre des droits plus larges, comme celui de voyager. Angela Merkel comme Emmanuel Macron jugeaient alors ce débat hautement prématuré, compte tenu de la lenteur des campagnes de vaccination. Ils craignaient par ailleurs que la mise en place d’un passeport vaccinal soit assimilée à une obligation de se faire vacciner − sujet particulièrement sensible dans l’Hexagone.
    Ils rappelaient aussi qu’on ne sait pas, à ce stade, si une personne vaccinée peut encore transmettre le virus et qu’un tel dispositif pose des questions en matière de protection des données. Sans oublier la question du traitement qui devrait être réservé aux personnes vaccinées avec un vaccin non autorisé par l’Agence européenne des médicaments, comme le russe Spoutnik V, auquel la Hongrie et la République tchèque ont déjà recours.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Passeport vaccinal, « QR codes »… Emmanuel Macron réfléchit à une manière de « vivre avec » le Covid-19
    Un mois plus tard, la propagation des variants a contraint la chancelière allemande et le président français à se montrer plus coopératifs − depuis, l’Allemagne a fermé ses frontières avec la République tchèque et l’Autriche, et considérablement restreint le passage avec la Moselle. D’autant que certains des pays les plus allants sur le sujet − la Grèce, Chypre, l’Espagne, désireux de sauver leur saison estivale, mais aussi l’Autriche et le Danemark, soucieux que leurs citoyens puissent partir en vacances − ont avancé de leur côté, mettant ainsi sous pression leurs partenaires réticents.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#circulation#passeportvaccinal#vaccination#sante#tourisme#economie#droit#circulation#frontiere

  • Désarroi à la frontière entre la Moselle et l’Allemagne face aux restrictions : « J’ai l’impression de revenir des décennies en arrière »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/01/restrictions-a-la-frontiere-allemande-entre-la-moselle-et-la-sarre-ce-qui-se

    La menace planait depuis deux semaines, elle a fini par se concrétiser. Dimanche 28 février, l’Allemagne a annoncé qu’elle allait restreindre les passages à sa frontière en provenance du département de la Moselle, après le classement de celui-ci comme « zone de circulation des variants » du Covid-19 par l’institut de santé publique Robert-Koch. En pratique, cela signifie qu’à partir de mardi 2 mars toute personne venant de la Moselle ne pourra pénétrer sur le territoire allemand que munie d’un test négatif – PCR ou antigénique – datant de quarante-huit heures au maximum.
    Contrairement à ce qui est le cas, depuis le 14 février, aux frontières avec le Tyrol autrichien et la République tchèque, aucun contrôle systématique ne sera cependant effectué le long des quelque 200 kilomètres qui séparent l’Allemagne de la Moselle, a assuré le gouvernement d’Angela Merkel. Une différence de traitement justifiée par le fait que les Länder concernés – la Sarre et la Rhénanie-Palatinat – ne l’ont pas demandé, à la différence de la Bavière et de la Saxe il y a deux semaines.
    Malgré cet engagement, la France regrette vivement la décision prise par l’Allemagne. « C’est une mauvaise nouvelle que nous déplorons. La vie quotidienne des frontaliers va forcément devenir plus compliquée », déclare au Monde Clément Beaune, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes. Selon lui, toutefois, « le pire a été évité », à savoir l’installation de barrières blanc et rouge le long de la frontière, comme ce fut le cas, en mars 2020, quand le gouvernement allemand prit cette mesure du jour au lendemain et de façon unilatérale. « Cette fois, il y a eu d’intenses discussions à tous les niveaux, à la fois entre Paris et Berlin et entre les élus de chaque côté de la frontière, ce qui nous permet d’arriver à une solution certes peu satisfaisante, mais tout de même plus acceptable qu’au printemps 2020 », estime Clément Beaune. Président de la région Grand-Est, Jean Rottner (Les Républicains) est moins diplomate : « Il s’agit d’une décision rude et brutale de la part de l’Allemagne. C’est d’autant plus difficile à encaisser que le taux d’incidence en Moselle a reculé de 310 à 285 cas pour 100 000 personnes en une semaine et qu’un gros effort sur la vaccination a été fait avec l’injection de 30 000 doses de plus que ce qui était initialement prévu dans ce département », s’indigne-t-il auprès du Monde. Très en colère, il estime que « la décision du gouvernement allemand est davantage guidée par des considérations politiques que par une logique sanitaire ». En comparaison, le taux d’incidence est de 73 cas pour 100 000 personnes dans la Sarre. Sur place, c’est aussi l’amertume qui domine. « Je regrette beaucoup que Berlin ait pris cette mesure de classement [de la Moselle en « zone de circulation des variants »], qui ne laisse que peu de latitude aux Länder limitrophes pour agir avec pragmatisme », a réagi, dimanche soir, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes du Land de Sarre, Roland Theis. Bien que membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel, ce dernier condamne la décision prise par le gouvernement de la chancelière, assurant que la Sarre va « plaider auprès du gouvernement fédéral pour que l’impact de cette mesure sur la population soit limité ».
    Côté mosellan, les mots sont à peu près identiques, même si personne n’a réellement été surpris par la décision allemande, trois jours après que la France a elle-même annoncé que les personnes venant d’Allemagne en Moselle, pour d’autres raisons que professionnelles, devraient désormais être pourvues d’un test négatif datant de soixante-douze heures.
    « Je suis extrêmement déçu. Même si nous avons été en partie entendus, en obtenant des Allemands qu’ils acceptent des tests antigéniques et pas seulement des tests PCR, que ceux-ci puissent dater de quarante-huit heures et non de vingt-quatre heures comme ils l’auraient souhaité, et que la police fasse des contrôles aléatoires et non pas sur la frontière elle-même, cela représente une contrainte très forte pour les dizaines de milliers de personnes qui traversent la frontière tous les jours », confie Gilbert Schuh, président de l’eurodistrict SaarMoselle et maire de Morsbach, un petit bourg voisin de Forbach et limitrophe de l’Allemagne.
    Pour saisir la portée de ces nouvelles contraintes, il suffit de se rendre dans l’une des nombreuses entreprises dont l’activité se déploie de part et d’autre de la frontière. A l’instar de Floratec, une jardinerie-pépinière dont les bureaux se trouvent à Rehlingen-Siersburg, côté allemand, et l’entrepôt à Guerstling côté français.En mars 2020, la mise en place de barrières sur la petite route de campagne qui sépare ces deux petites communes leur avait causé un « véritable choc », confie Rafael Carentz, le patron de cette société d’une quinzaine de salariés. « Pour aller du bureau à l’entrepôt, ça prend normalement moins de trois minutes. Du jour au lendemain, c’est devenu une expédition de presque quatre heures aller-retour, tout ça parce qu’on devait faire un immense détour pour trouver un des rares points de passage qui restaient ouverts entre les deux pays.

    #Covid-19#migrant#migration#allemagne#france#moselle#sante#vaccination#depistage#prévalence#politique#UE#frontiere#circulation

  • Away From Silicon Valley, the Military Is the Ideal Customer
    https://www.nytimes.com/2021/02/26/technology/anduril-military-palmer-luckey.html

    While much has been made of tech’s unwillingness to work with the Pentagon, start-ups are still plumbing the industry’s decades-long ties to the military. SAN CLEMENTE, Calif. — Over the rolling, scrub-spotted hills of the Southern California coast, where defense contractors once tested rockets and lasers for President Ronald Reagan’s “Star Wars” missile defense program, what looked like a big, mechanical insect stalked a white pickup truck. Half a mile away, 28-year-old Palmer Luckey, one of (...)

    #Anduril #Google #Microsoft #Palantir #algorithme #drone #militaire #technologisme #aérien #frontières #surveillance (...)

    ##DoD

    https://static01.nyt.com/images/2021/02/18/business/00luckeytech1/00luckeytech1-facebookJumbo.jpg

  • Jeff Bezos says employee activists are wrong and Silicon Valley firms should feel comfortable doing business with the US military
    https://www.businessinsider.fr/us/jeff-bezos-amazon-employee-activists-military-wrong-2019-12

    Jeff Bezos says employee activists are wrong and Silicon Valley firms should feel comfortable doing business with the US military Bezos said it was the responsibility of management to push back against employee outrage toward military contracts. Amazon CEO Jeff Bezos threw his support behind the US Department of Defense on Friday, saying big tech firms had a responsibility to collaborate with the military or else “this country is in trouble.” Employee movements within big tech (...)

    #Google #Microsoft #DoD #Amazon #militaire #Maven #ICE #frontières #surveillance #JEDI

  • Sur l’#OIM, en quelques mots, par #Raphaël_Krafft...

    "L’OIM est créé en 1951 pour faire contre-poids au #HCR, qui est soupçonné par les américains d’être à la solde des communistes. L’OIM a pour fonction d’organiser les #migrations. Elle a notamment eu pour premier rôle de ramener depuis l’Europe beaucoup de réfugiés suite à la seconde guerre mondiale vers les Etats-Unis, vers le Canada, l’Amérique latine, etc. Et elle a été affiliée à l’ONU depuis quelques années seulement et a un rôle particulier parce que surtout elle sert les intérêts de ses principaux bailleurs : les Etats-Unis pour ce qui concerne l’Amérique centrale et l’Europe pour ce qui concerne l’Afrique. L’OIM a plusieurs fonctions, à la fois de renforcer les capacités des #frontières intra-africaines, à la fois d’organiser les #retours_volontaires... les retours dits volontaires... Beaucoup de #vols sont organisés depuis le #Maroc, depuis la #Libye principalement pour les personnes qui ont été enfermées par les autorités libyennes pour les ramener au pays : ça peut être la Guinée, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, beaucoup le Nigeria. Et l’OIM communique sur des retours volontaires, mais c’est pas toujours le cas, c’est-à-dire que ce sont des jeunes dont on rend visite dans des prisons, on leur dit « voilà, si tu rentres en Guinée, on te donnera 50 euro, et puis un téléphone portable avec une puce pour que tu puisses voir tes parents... beaucoup de promesses d’#emploi. L’OIM travaille beaucoup sur la création d’emploi dans les pays d’origine, avec un vocabulaire très libéral, très technique, mais les emplois c’est surtout pour conduire des moto-taxi. »

    (...)

    "Il y a tout un travail de #propagande qui est organisé par l’OIM et financé par l’Union européenne pour inciter cette jeunesse à rester chez elle. Ces #campagnes de propagande sont orchestrées notamment par la cooptation du monde des #arts et de la #culture, ainsi les rappeurs les plus célèbres de #Guinée se sont vus financer des #chansons qui prônent la #sédentarité, qui alertent sur les dangers de la route. Sauf que cette même organisation qui alerte sur les dangers de la route est la principale responsable des dangers de la route, puisque l’installation de postes-frontière, la #biométrie aux postes-frontière, le #lobbying auprès des parlementaires nigériens, nigérians, ivoiriens, guinéens pour durcir les lois... peut-être que les auditeurs de France Inter ont entendu qu’il y a eu une #criminalisation des #passeurs au Niger... c’est le fait d’un lobbying de l’OIM auprès des parlementaires pour rendre plus compliqué le passage de ces frontières, des frontières qui sont millénaires...

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-humeur-vagabonde/l-humeur-vagabonde-27-fevrier-2021
    #IOM #réinsertion #art #campagne

    ping @rhoumour @karine4 @isskein @_kg_

    • Contrôle des frontières et des âmes : le #soft_power de l’OIM en Afrique

      Comment l’organisation internationale pour les migrations tente à travers toute l’Afrique d’éviter les départs en s’appuyant sur les artistes et les chanteurs. Un décryptage à retrouver dans la Revue du Crieur, dont le numéro 15 sort ce jeudi en librairies.

      Le terminal des vols domestiques de l’aéroport Gbessia de Conakry est le lieu idéal où débarquer discrètement d’un avion en Guinée. Situé à l’écart, il n’a plus de fonction commerciale depuis que la compagnie Air Guinée qui assurait les rares vols intérieurs a fait faillite en 1992. Et quand ce ne sont pas des VIP qui pénètrent dans son hall, ce sont les migrants « rapatriés volontaires » de Libye, à l’abri des regards, pour un retour au pays perçu comme honteux parce qu’il signe l’échec de leur projet migratoire. Ils sont cent onze ce soir-là à descendre de l’avion affrété par l’Organisation internationale pour les migrations ( OIM ), en provenance de l’aéroport de Mitiga à Tripoli. En file indienne sur le tarmac, ils masquent leurs visages face à la caméra de la télévision d’État guinéenne, toujours présente depuis que l’OIM rapatrie des migrants guinéens de Libye, près de douze mille en trois ans.

      Les officiers « de protection » de l’OIM les attendent dans le hall du terminal, secondés par les bénévoles de l’Organisation guinéenne de lutte contre la migration irrégulière, créée de toutes pièces par l’Union européenne et l’OIM afin d’organiser des campagnes « de sensibilisation » à moindres frais qui visent à décourager les candidats à l’émigration. Leurs membres sont tous d’anciens migrants revenus au pays après avoir échoué dans leur aventure en Libye, en Algérie ou au Maroc. Ils sillonnent le pays, les plateaux de télévision ou les studios de radio dans le but d’alerter contre les dangers du voyage et les horreurs vécues en Libye.

      Elhadj Mohamed Diallo, le président de l’organisation, harangue les « rapatriés volontaires » dès leur arrivée dans le hall : « Votre retour n’est pas un échec ! La Guinée a besoin de vous ! Tous ensemble nous allons travailler ! Regardez-moi, je suis l’un de vous, j’ai vécu ce que vous avez vécu ! Et maintenant que vous êtes rentrés, vous allez nous aider parce qu’il faut raconter votre histoire à nos jeunes pour les empêcher de partir et qu’ils vivent la même chose que nous. »

      Tous se sont assis, hagards, dans l’attente des instructions des officiers « de protection » de l’OIM. Ils sont épuisés par des semaines voire des mois d’un voyage éprouvant qui s’est terminé dans les prisons de Libye où la plupart d’entre eux ont fait l’expérience de la torture, la malnutrition, le travail forcé et la peur de mourir noyé en mer Méditerranée lors de leurs tentatives parfois multiples de passage en Europe. Certains écoutent, voire répondent au discours du président de l’association. La plupart ont la tête ailleurs.

      Lorsque nous interrogeons l’un d’entre eux, il s’offusque du qualificatif de « volontaire » utilisé dans le programme d’aide au retour volontaire et à la réintégration ( AVRR ) de l’OIM : « Mais je n’étais pas volontaire ! Je ne voulais pas rentrer ! Ce sont les Libyens du DCIM [ Directorate for Combating Illegal Immigration ] qui m’ont forcé à signer le papier ! Je n’avais pas d’autre choix que de monter dans l’avion. Dès que j’aurai rassemblé un peu d’argent, je repartirai pour encore tenter ma chance. J’essayerai par le Maroc cette fois. »

      C’est toute l’ambiguïté de ce programme : le guide du Haut-Commissariat aux réfugiés ( HCR ) qui encadre les retours dits volontaires précise que « si les droits des réfugiés ne sont pas reconnus, s’ils sont soumis à des pressions, des restrictions et confinés dans des camps, il se peut qu’ils veuillent rentrer chez eux, mais ce ne peut être considéré comme un acte de libre choix ». Ce qui est clairement le cas en Libye où les réfugiés sont approchés par les autorités consulaires de leur pays d’origine alors qu’ils se trouvent en détention dans des conditions sanitaires déplorables.

      Lorsqu’ils déclinent l’offre qui leur est faite, on les invite à réfléchir pour la fois où elles reviendront. À raison le plus souvent d’un repas par jour qui consiste en une assiette de macaronis, d’eau saumâtre pour se désaltérer et d’un accès aux soins dépendant de l’action limitée des organisations internationales, sujets aux brimades de leurs geôliers, les migrants finissent souvent par accepter un retour « volontaire » dans leur pays d’origine.

      L’OIM leur remet l’équivalent de cinquante euros en francs guinéens, parfois un téléphone avec ce qu’il faut de crédit pour appeler leur famille, et leur promet monts et merveilles quant à leur avenir au pays. C’est le volet réintégration du programme AVRR. Il entend « aider à la réintégration à court et/ou moyen terme, y compris création d’entreprise, formation professionnelle, études, assistance médicale et autre forme d’aide adaptée aux besoins particuliers des migrants de retour ».

      Plus que l’appât d’un modeste gain, ce sont l’épuisement et le désespoir qui ont poussé Maurice Koïba à se faire rapatrier de Libye. Intercepté par les gardes-côtes libyens alors qu’il tentait de gagner l’Europe dans un canot pneumatique bondé, Maurice a été vendu par ces mêmes gardes-côtes à un certain Mohammed basé à Sabratha, quatre-vingts kilomètres à l’ouest de la capitale Tripoli. Pendant un mois et demi, il est battu tous les matins avec ses parents au téléphone de façon à ce qu’ils entendent ses cris provoqués par les sévices qu’on lui inflige, afin de les convaincre de payer la rançon qui le libérera. Son père au chômage et sa mère ménagère parviendront à réunir la somme de mille euros pour le faire libérer, l’équivalent de près de dix mois du salaire minimum en Guinée. Une fois sorti de cette prison clandestine, Maurice tente de nouveau sa chance sur un bateau de fortune avant d’être une fois encore intercepté par les gardes-côtes libyens. Cette fois-ci, il est confié aux agents du DCIM qui l’incarcèrent dans un camp dont la rénovation a été financée par l’OIM via des fonds européens.

      Là, les conditions ne sont pas meilleures que dans sa prison clandestine de Sabratha : il ne mange qu’un maigre repas par jour, l’eau est toujours saumâtre et les rares soins prodigués le sont par des équipes de Médecins sans frontières qui ont un accès limité aux malades. C’est dans ces conditions que les autorités consulaires de son pays et les agents de l’OIM lui rendent visite ainsi qu’à ses compatriotes afin de les convaincre de « bénéficier » du programme de « retour volontaire » : « Lorsque les agents de l’OIM venaient dans le camp avec leurs gilets siglés, ils n’osaient jamais s’élever contre les violences et les tortures que les geôliers libyens nous faisaient subir », se souvient Maurice, et cela nonobstant le programme de formation aux droits de l’homme toujours financé par l’Union européenne et conduit par l’OIM auprès des gardiens des centres de détention pour migrants illégaux.

      « Nous avons éprouvé des sentiments mêlés et contradictoires, ajoute-t-il, lorsque les représentants consulaires de nos pays respectifs sont venus nous recenser et nous proposer de rentrer, à la fois heureux de pouvoir être extraits de cet enfer et infiniment tristes de devoir renoncer, si près du but, à nos rêves d’avenir meilleur. Sans compter la honte que nous allions devoir affronter une fois rentrés dans nos familles et dans les quartiers de nos villes. »

      Ce n’est que le jour de leur départ que Maurice et ses compatriotes d’infortune sortent du camp pour être remis à l’OIM. L’organisation prend soin de les rendre « présentables » en vue de leur retour au pays : « Pour la première fois depuis des semaines, j’ai pu me doucher, manger à ma faim et boire de l’eau potable. L’OIM nous a remis un kit d’hygiène et des vêtements propres avant de nous emmener à l’aéroport Mitiga de Tripoli », confie Maurice.

      Arrivé à Conakry, il prend la route de Nzérékoré, à l’autre bout du pays, où vit sa famille. Une fièvre typhoïde contractée en Libye se déclare le jour de son arrivée. Malgré ses multiples appels à l’aide et contrairement aux clauses du programme AVRR, l’OIM ne donne pas suite à sa demande de prise en charge de son hospitalisation, alors que la Guinée n’est pas dotée d’un système de sécurité sociale. Le voici doublement endetté : aux mille euros de sa rançon s’ajoutent maintenant les frais de l’hôpital et du traitement qu’il doit suivre s’il ne veut pas mourir.

      Comme la majorité des candidats guinéens à l’exil, Maurice est pourvu d’un diplôme universitaire et avait tenté d’émigrer dans le but de poursuivre ses études au Maroc, en Algérie ou en Europe. Il pensait que son retour en Guinée via le programme d’aide au retour volontaire aurait pu lui ouvrir la voie vers de nouvelles opportunités professionnelles ou de formation. Il voulait étudier l’anglais. En vain. Il retourne enseigner le français dans une école secondaire privée, contre un salaire de misère, avant de comprendre que l’OIM n’aide les retournés volontaires que s’ils donnent de leur temps afin de promouvoir le message selon lequel il est mal de voyager.

      Après avoir enfilé le tee-shirt siglé du slogan « Non à l’immigration clandestine, oui à une migration digne et légale » et participé ( ou avoir été « invité » à participer ) à des campagnes de sensibilisation, on lui a financé ses études d’anglais et même d’informatique. S’il n’est que bénévole, les per diem reçus lors de ses déplacements afin de porter la bonne parole de la sédentarité heureuse, ainsi que l’appartenance à un réseau, lui assurent une sécurité enviable dans un pays dont tous les indices de développement baissent inexorablement depuis plus d’une décennie.
      Le soft power de l’OIM

      Les maux de la Guinée, l’humoriste Sow Pedro les égrène dans la salle de spectacle du Centre culturel franco-guinéen ( CCFG ). Il fait se lever la salle et lui intime d’entonner un « N’y va pas ! » sonore à chaque fléau évoqué : « – Je veux aller en Europe !… – N’y va pas ! – Loyer cher je vais chez les Blancs… – N’y va pas ! – Là-bas au moins on nous met dans des camps… – N’y va pas ! – Politiciens vous mentent tous les jours – N’y va pas ! – C’est pour ça que j’irai là-bas ! » Ainsi conclut-il sur le refrain d’un des plus grands succès de Jean-Jacques Goldman, Là-bas, qu’il enchaîne, moqueur, face au tout Conakry qui s’est déplacé pour l’applaudir avant de se retrouver au bar du Centre culturel, lors de l’entracte, et d’y échanger sur ce fléau que constitue l’immigration illégale entre personnes pouvant, du moins la plupart d’entre elles, circuler librement autour de la planète.

      Le spectacle de Sow Pedro est sponsorisé par l’OIM. Afin de mener à bien l’écriture du show, l’humoriste a bénéficié de l’expertise du bureau guinéen de l’organisation internationale : « L’équipe de l’OIM m’a fourni une documentation et nous avons beaucoup échangé ensemble pour que mon spectacle colle au plus près de la réalité vécue par mes compatriotes sur les routes de l’exil. J’étais ignorant sur ce sujet et à mille lieues d’imaginer l’ampleur des horreurs que les migrants peuvent subir sur leur chemin. »

      « Ne t’en va pas », c’est encore le refrain de Fallé, le titre phare de Degg J Force 3, le groupe de rap le plus populaire de Guinée, qui clôt la soirée au Centre culturel franco-guinéen. « Ne pars pas. La mer te tuera, c’est la mort qui t’attend », exhorte la chanson. La qualité des images du clip jure avec la production habituelle d’un groupe de cette envergure en Afrique. Et pour cause, l’Union européenne l’a financé à hauteur de quinze mille dollars et a chargé l’OIM de la mise en œuvre de sa production.

      Moussa Mbaye, l’un des deux chanteurs du groupe explique la genèse de cette chanson : « Lorsqu’en 1999 Yaguine Koïta et Fodé Tounkara avaient été retrouvés morts dans le train d’atterrissage d’un avion de la [ compagnie aérienne belge ] Sabena, ça nous avait particulièrement marqués que deux jeunes puissent mourir parce qu’ils voulaient partir en Europe. C’est ce qui nous a poussés à écrire cette chanson qui n’était jamais sortie dans aucun de nos albums, elle n’avait jusqu’alors circulé que dans les “ ghettos ”. Ce n’est finalement que beaucoup plus tard, à force d’apprendre chaque semaine la mort d’un jeune de notre quartier en Libye, dans le Sahara ou au Maroc, qu’on s’est décidés à la réécrire. Comme on n’y connaissait rien sur les questions migratoires, on est allés voir l’OIM pour qu’ils nous fournissent des informations à ce sujet. »

      Moussa et les membres de son groupe sont reçus par Fatou Diallo N’Diaye, la cheffe de mission de l’OIM en Guinée, qui choisira de travailler avec eux « parce qu’ils sont connus et que nous savions que leur chanson serait écoutée par notre public cible ». Fatou Diallo N’Diaye porte la chanson Fallé dans son cœur pour avoir largement contribué à son écriture : « L’écriture du morceau Fallé a été un travail d’équipe, un véritable brainstorming. Il y a certaines paroles que j’ai écrites moi-même tandis que d’autres l’ont été par Lucas Chandellier, notre chargé de communication. Aujourd’hui, ce morceau appartient à l’Union européenne et à l’OIM. »

      Depuis le succès commercial de Fallé, Fatou Diallo N’Diaye confesse voir de plus en plus d’artistes venir frapper à sa porte pour écrire et composer des chansons sur le thème de la migration irrégulière. Les chanteurs et musiciens ne sont pas les seuls cooptés par l’institution : auteurs de bandes dessinées, humoristes, metteurs en scène de théâtre, griots, conteurs traditionnels, organisateurs de festivals, imams, radios locales, etc., sont également sollicités.

      La représentante d’un organisme de développement qui a souhaité garder l’anonymat nous a confié que l’OIM avait cependant refusé de contribuer au financement d’un film qu’elle produisait parce que l’on y voyait des migrants guinéens arrivés en Europe et que de telles images « pouvaient susciter un espoir chez les candidats au départ ». L’OIM organise aussi des formations de journalistes sur les « techniques de couverture des questions migratoires ». Depuis 2018, près de cinq cents d’entre eux, originaires d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, ont été formés selon la vision de l’OIM sur cette question.

      Fondée en 1951 par les États-Unis pour faire contrepoids au HCR que les diplomates américains soupçonnaient d’être sous influence communiste, l’OIM a d’abord eu la fonction logistique d’organiser le transit vers l’Amérique de dizaines de milliers de personnes déplacées par la Seconde Guerre mondiale en Europe. Selon les mots du site de l’organisation : « Simple agence logistique au départ, elle a constamment élargi son champ d’action pour devenir l’organisme international chef de file œuvrant aux côtés des gouvernements et de la société civile afin de favoriser la compréhension de la problématique migratoire, d’encourager le développement économique et social par le biais de la migration et de veiller au respect de la dignité humaine et au bien-être des migrants. »

      Ce que l’OIM met moins en valeur, en revanche, ce sont les campagnes de sensibilisation et de propagande qu’elle a mises en place au début des années 1990 dans les pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est afin de mettre en garde les jeunes femmes contre les réseaux de traite et de prostitution. Selon le sociologue Antoine Pécoud, Youssou N’Dour, archétype du chanteur mondialisé, serait le premier artiste africain à avoir mis sa voix et sa renommée au service de la lutte contre la migration illégale en Afrique.

      Ce n’est pas l’OIM, cette fois, qui en fut à l’origine, mais le gouvernement espagnol et l’Union européenne qui, en 2007, et alors que de nombreux Sénégalais tentaient de rallier l’archipel des Canaries en pirogue, décidaient de produire et diffuser un clip afin de les dissuader de prendre la mer. Cette vidéo met en scène une mère de famille prénommée Fatou, sans nouvelles de son fils parti depuis huit mois, et se termine par un message de Youssou N’Dour : « Vous savez déjà comment [ l’histoire de Fatou ] se termine, ce sont des milliers de familles détruites. Je suis Youssou N’Dour, s’il vous plaît, ne risquez pas votre vie en vain. Vous êtes le futur de l’Afrique. »

      Depuis lors, la liste des artistes cooptés par diverses institutions internationales et européennes ne cesse de s’allonger : Coumba Gawlo, Fatou Guewel et Adiouza au Sénégal, Bétika en Côte d’Ivoire, Ousmane Bangara et Degg J Force 3 en Guinée, Jalimadi Kanuteh en Gambie, Miss Espoir au Bénin, Will B Black au Burkina Faso, Ousmane Cissé au Mali, Zara Moussa au Niger, ou encore Ewlad Leblad en Mauritanie pour ne citer qu’eux. Lors de la campagne Aware migrants lancée en 2017 par l’OIM, l’artiste malienne Rokia Traoré a composé la chanson Be aware. Dans une interview à l’émission 28 Minutes diffusée sur Arte, elle expliquait que son but à travers cette chanson n’était pas de vouloir empêcher les jeunes Africains de partir mais « qu’il était inhumain de ne pas les informer sur les dangers de la route ». Ce qu’elle ne dit pas, c’est que sa chanson et son clip avaient été sponsorisés par le ministère italien de l’Intérieur.
      Dissuader les Africains ou rassurer les Européens ?

      Sur un continent comme l’Afrique où les frontières sont historiquement poreuses et où 80 % des migrations sont internes au continent, l’Union européenne, via l’OIM notamment, s’emploie à restreindre la liberté de circulation en modernisant les postes frontières et en formant les gardes-frontières, introduisant la technologie biométrique ou faisant pression sur les gouvernements et les parlementaires africains afin de rendre toujours plus restrictive leur législation en matière de migration, comme au Niger en 2015 avec le vote d’une loi sur la criminalisation des « passeurs ».

      C’est toute la contradiction de ces campagnes de propagande sur les dangers de la route dont les auteurs sont les principaux responsables, explique le sociologue Antoine Pécoud : « S’il est louable de renseigner les candidats à l’exil sur les dangers de la route, il y a une contradiction fondamentale dans la nature même de ce danger dont on prétend avertir les migrants. Parce que ce danger est corrélé au contrôle de l’immigration. Plus on contrôle l’immigration, plus il est difficile pour les migrants de circuler légalement, plus ils vont tenter de migrer par des chemins détournés, plus ils vont prendre de risques et plus il y aura de morts. »

      Affiliée à l’ONU depuis 2016, l’OIM demeure, à l’instar des autres agences gravitant dans la galaxie de l’organisation internationale, directement et principalement financée par les pays les plus riches de l’hémisphère occidental qui lui délèguent une gestion des migrations conforme à leurs intérêts : ceux de l’Australie en Asie et en Océanie, des États-Unis en Amérique centrale et de l’Europe en Afrique pour ne citer que ces exemples. Son budget en 2018 était de 1,8 milliard d’euros. Il provient principalement de fonds liés à des projets spécifiques qui rendent l’OIM très accommodante auprès de ses donateurs et la restreint dans le développement d’une politique qui leur serait défavorable. C’est un outil parfait de contrôle à distance de la mise en œuvre de la politique d’externalisation des frontières chère à l’Union européenne. D’autant qu’au contraire du HCR, elle n’a pas à s’embarrasser des conventions internationales et notamment de celle de 1951 relative à la protection des réfugiés.

      D’après Nauja Kleist, chercheuse au Danish Institute for International Studies, c’est précisément « le manque de crédibilité des diffuseurs de ces messages qui les rend peu efficaces auprès des populations ciblées » d’autant que « les jeunes Africains qui décident de migrer sont suffisamment informés des dangers de la route – via les réseaux sociaux notamment – et que pour un certain nombre d’entre eux, mourir socialement au pays ou physiquement en Méditerranée revient au même ». Selon elle, « ces campagnes sont surtout un moyen parmi d’autres de l’Union européenne d’adresser un message à son opinion publique afin de lui montrer qu’elle ne reste pas inactive dans la lutte contre l’immigration irrégulière ».

      Selon Antoine Pécoud, « le développement de ces campagnes de propagande est d’une certaine manière le symbole de l’échec de la répression des flux migratoires. Malgré sa brutalité et les milliards investis dans les murs et les technologies de surveillance des frontières, il se trouve que de jeunes Africains continuent d’essayer de venir ».

      Promouvoir un message sédentariste et une « désirable immobilité », selon les mots d’Antoine Pécoud, c’est aussi encourager une forme de patriotisme dans le but d’inciter les jeunes à contribuer au développement de leur pays et de l’Afrique. Une fable qui ne résiste pas aux recherches en cours sur la mobilité internationale : c’est à partir d’un certain niveau de développement qu’un pays voit ses citoyens émigrer de façon significative vers des pays plus riches. Qu’importe, avec l’argent du contribuable européen, l’OIM finance aussi des artistes porteurs de ce message.

      Dans le clip de sa chanson No Place Like Home promu par l’OIM ( « On n’est nulle part aussi bien que chez soi » ), Kofi Kinaata, la star ghanéenne du fante rap, confronte le destin d’un migrant qui a échoué dans son aventure incertaine à celui d’un proche resté au pays, lequel, à force de labeur, a pu accéder aux standards de la classe moyenne européenne incarnés dans le clip par la fondation d’une famille et l’acquisition d’une voiture neuve.

      De son côté, le groupe guinéen Degg J Force 3 a composé #Guinealove qui met en scène une Guinée largement fantasmée aux rues vierges de détritus, aux infrastructures modernes, sans bidonvilles et où se succèdent des paysages majestueux et une nature vierge alors que ce pays occupe la cent quatre-vingt-deuxième place sur les cent quatre-vingt-sept que compte le classement de l’Indice de développement humain. Le groupe l’a notamment interprétée lors du lancement en grande pompe du programme Integra, le volet réintégration du programme de retours volontaires et de réintégration de l’OIM juste après le discours du Premier ministre guinéen :

      Ma Guinée ma mère ma fierté ma cité

      Ma Guinée ma belle mon soleil ma beauté

      Ma Guinée ma terre mon chez-moi

      Mon havre de paix

      Ouvrez les frontières de Tiken Jah Fakoly, sorti en 2007, est peut-être l’un des derniers tubes africains à avoir promu aussi frontalement la liberté de circulation. Douze ans plus tard, le message adressé par la star africaine du reggae est tout autre. Son dernier album, Le monde est chaud, fait la part belle aux messages prônés par l’Union européenne en Afrique : « Dans Ouvrez les frontières, je dénonçais cette injustice dont étaient et sont toujours victimes les Africains de ne pas pouvoir circuler librement. Aujourd’hui, je dis qu’effectivement cette injustice demeure, mais si on veut que nos enfants grandissent dans une autre Afrique, alors notre place n’est pas ailleurs. Donc aujourd’hui, je dis aux jeunes de rester au pays, je dis que l’Afrique a besoin de tous ses enfants. D’autant que notre race est rabaissée quand nos frères sont mis en esclavage en Libye, quand ils ont payé si cher pour se retrouver sous les ponts à Paris. Au lieu de donner leurs forces à l’Europe, pourquoi nos jeunes ne restent-ils pas ici ? » Tiken Jah Fakoly affirme n’avoir pas reçu de fonds européens pour la production de son dernier album.

      Ses compatriotes du Magic System, eux, ne s’en cachent pas et ont compris via leur fondation éponyme que le développement de l’emploi local et la lutte contre la migration irrégulière étaient des thèmes capteurs de fonds européens. Partenaire privilégiée de l’Union européenne en Côte d’Ivoire à travers une multitude de projets de développement, la fondation Magic System a signé en février dernier avec l’OIM un partenariat qui engage les deux structures « à travailler main dans la main pour promouvoir des migrations sûres et informées, et des alternatives durables à la migration irrégulière ».

      La migration sûre, c’est le parent pauvre du Fonds fiduciaire d’urgence européen pour l’Afrique, créé le 11 novembre 2015 lors du sommet européen de La Valette sur la migration, et à partir duquel sont financées les campagnes dites de sensibilisation et de propagande en prévention de la migration irrégulière. L’un des points sur lequel les pays européens se sont pourtant entendus et qui consiste à « favoriser la migration et la mobilité légales » ne s’est, pour l’heure, toujours pas concrétisé sur le terrain et ne reçoit ni publicité ni propagande dans les pays de départ. Maurice Koïba, le rapatrié de Libye, désormais tout à ses études d’anglais et d’informatique et toujours en campagne « pour une migration digne et légale », a renoncé depuis belle lurette à demander un visa à l’ambassade de France : son prix est prohibitif pour un jeune de sa condition sociale et n’est pas remboursé en cas de refus, ce qui attend l’immense majorité des demandes.

      https://www.mediapart.fr/journal/international/200220/controle-des-frontieres-et-des-ames-le-soft-power-de-l-oim-en-afrique?ongl

  • Dominican Republic to construct fence along border with Haiti

    The Dominican Republic will begin constructing a fence along its 376-kilometer (234 mi) border with Haiti later this year to curb unauthorized migration and illicit trade, President Luis Abinader said on Saturday.

    “In a period of two years, we want to put an end to the serious problems of illegal immigration, drug trafficking and the movement of stolen vehicles,” Abinader said in a presentation to Congress.

    Construction of the border fence, whose cost has not been disclosed, will begin in the second half of 2021, Abinader said.

    The barrier will include a double-fence in the “most conflictive” sections, along with motion sensors, facial recognition cameras and infrared systems, he added, speaking on the 177th anniversary of the country’s independence from Haiti.

    According to government estimates, about 500,000 Haitian immigrants resided in the Dominican Republic as of 2018, along with tens of thousands of their children born in the Caribbean country. A large part of the Haitian community, which makes up about 5% of the total population, does not have residency permits.

    The announcement came a month after the government agreed to help Haiti provide identity documents to its citizens living in Dominican territory.

    https://www.reuters.com/article/us-dominicanrepublic-immigration/dominican-republic-to-construct-fence-along-border-with-haiti-idUSKCN2AR0OL

    #murs #frontières #barrières_frontalières #Haïti #République_dominicaine

  • Sur le droit d’asile, les migrations et les frontières... sur le droit et les violations du droit...

    Maître #François_Sureau, avocat, sur France culture, pour que ça soit dit et redit et re-redit...

    à partir de la minute 18’45 :

    "L’origine de l’#imposture, on la voit fonctionner dans le discours préfectoral qui dit « Il y a un droit : si ils franchissent la #frontière en #fraude, ils sont en situation irrégulière, on les reconduit dehors ». Cela n’est pas le droit. Le droit c’est que toute personne qui demande l’#asile a droit de voir sa demande examinée sur le territoire de la République, a fortiori lorsqu’il est mineur.
    Tous les gens qui demandent l’asile sont en situation, par hypothèse, irrégulière, puisque la France n’autorise pas les #visas_asilaires, ne permet à personne de rentrer pour demande l’asile de manière régulière et que, surplus, quand vous avez été persécuté dans le pays d’origine, la première chose que vous faites au moment de vous en aller, ne consiste pas à vous précipiter à la police pour demander un passeport en bonne et due forme.
    Tout le monde sait, depuis la création de la Convention de Genève, depuis l’époque du passeport Nansen, depuis les républicains espagnols, depuis les Arméniens, depuis les juifs, depuis l’entre-deux-guerres, tout le monde sait que quelqu’un qui arrive pour demander l’asile est nécessairement en situation irrégulière. Si on excipe de cette situation irrégulière, pour lui interdire de demander l’asile en le reconduisant à la frontière, on viole à la fois la #Constitution et la #Convention_de_Genève. C’est une chose que rappelle la quasi-totalité des juridictions française depuis près d’une dizaine d’années. Il a fallu que la Grande Chambre de la #Cour_européenne_des_droits_de_l'homme intervienne pour interdire à la France de renvoyer des gens jusqu’en Grèce, parce que la Grèce ne traitait pas sérieusement les demandes d’asile.
    La France ne traite pas davantage sérieusement les demandes d’asile lorsqu’elle reconduit des gens, y compris des #mineurs en pleine nuit dans la #montagne, en leur disant ’Marche devant toi, là-bas c’est l’Italie’".

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-humeur-vagabonde/l-humeur-vagabonde-27-fevrier-2021

    #frontières #droit_d'asile #asile #migrations #réfugiés

    ping @isskein @karine4

  • LES ENFANTS DE LA CLARÉE

    #Raphaël_Krafft part à la rencontre de ceux qui accueillent et de ceux qui s’exilent. Un reportage littéraire et humain.

    En novembre 2017, Raphaël Krafft part en reportage dans les Alpes à la frontière franco-italienne. Il accompagne un habitant de la région parti en maraude à la rencontre d’éventuels migrants perdus dans la montagne. Les premières neiges viennent de tomber. Ce soir-là, ils découvrent cachés dans un bosquet quatre #mineurs . Alors qu’ils les emmènent dans un lieu dédié à l’accueil des personnes migrantes, la gendarmerie les arrête avant d’abandonner les adolescents dans la montagne au niveau de la borne frontière. Trois d’entre eux sont guinéens, comme la majorité des jeunes migrants qui passent par ce col.

    Marqué par cette expérience, Raphaël Krafft se lie d’amitié avec les habitants du village de #Névache situé juste en dessous du col et propose aux enfants de l’école communale de partir en Guinée réaliser des reportages et les aider ainsi à comprendre pourquoi tant de jeunes décident de quitter leur foyer. Là-bas, il découvre un pays démuni, marqué par des années de dictature.

    https://editions-marchialy.fr/livre/les-enfants-de-la-claree

    #asile #migrations #réfugiés #Hautes-Alpes #Briançonnais #France #sauvetage #montagne #Alpes #frontières

    –—

    Un reportage de Raphaël Krafft, passé sur France Culture en 2017 :
    Quand les mineurs africains sont abandonnés dans la montagne
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-magazine-de-la-redaction/quand-les-mineurs-africains-sont-abandonnes-dans-la-montagne

    Et signalé sur seenthis :
    https://seenthis.net/messages/642301#message645671
    https://seenthis.net/messages/645699

    • Raphaël Krafft part à la rencontre de ceux qui accueillent et de ceux qui s’exilent

      En novembre 2017, Raphaël Krafft part en reportage dans les Alpes à la frontière franco-italienne. Il accompagne un habitant de la région parti en maraude à la rencontre d’éventuels migrants perdus dans la montagne. Les 1ères neiges viennent de tomber. Ce soir-là, ils découvrent ,cachés dans un bosquet, 4 mineurs....

      Disparu durant l’été 2018, Bernard Liger était un personnage respecté du village de Névache, près de la frontière italienne. Ancien officier d’active, installé dans les Hautes Alpes à sa retraite, il avait mis en place ces dernières années un véritable réseau d’aide aux migrants tentant de passer en France par le #Col_de_l’Echelle. Exactement comme les marins sur les océans, les #montagnards ne peuvent en effet pas imaginer ne pas porter #secours à des humains mourant de froid dans leurs montagnes. Guides, pompiers, médecins ou simples citoyens, ceux qui recueillent, réchauffent, nourrissent et tentent d’amener à Briançon les réfugiés désireux de demander asile en France, savent qu’ils s’exposent aux tracasseries des forces de police qui traquent les clandestins et les Français accusés de #délit_de_solidarité.

      En 2017 Raphaël Krafft, grand reporter, dont l’on entend souvent les documentaires sur les ondes de France Culture, se fera lui-même arrêter par la gendarmerie après avoir participé au sauvetage en montagne de quatre mineurs africains, dont trois guinéens. Choqué d’apprendre que les policiers les avaient ramené la nuit même en Italie par le col de l’Echelle, sans prendre en considération leur statut de mineur isolé, Raphaël Krafft va raconter l’histoire et enquêter jusqu’en Guinée pour tenter de comprendre ce qui pousse ces enfants à entreprendre une telle odyssée. Ses reportages sont à écouter en ligne sur le site de France Culture et de France Inter et son livre, Les enfants de La Clarée, vient de paraître aux éditions Marchialy.

      https://www.franceinter.fr/emissions/l-humeur-vagabonde/l-humeur-vagabonde-27-fevrier-2021
      #solidarité #accueil #religion #catholicisme #dissuasion #politique_de_dissuasion

    • Un autre livre de Raphaël Krafft, à la frontière dite « basse » (#Alpes-Maritimes, #Vintimille, #Menton)

      Passeur

      Automne 2015. Raphaël Krafft, journaliste indépendant, est à la frontière franco-italienne des Alpes-Maritimes, entre Menton et Vintimille. Il réalise un reportage sur les exilés bloqués là dans l’attente de passer en France pour demander l’asile ou de continuer vers un autre pays.

      Il rencontre tour à tour des militants, des policiers, des fonctionnaires, une avocate spécialiste des Droits de l’homme pour constater le drame de la situation. Et décide, par un acte de désobéissance civile, d’aider deux Soudanais, « Satellite » et Adeel, à franchir la frontière.

      À pied, Raphaël Krafft, son ami Thomas et les deux réfugiés entreprennent une ascension dans le #parc_du_Mercantour, jusqu’au #col_de_Fenestre, qui culmine à 2 474 mètres, pour atteindre la France.

      http://www.buchetchastel.fr/passeur-raphael-krafft-9782283029572

  • 1) #Marco_Minniti si dimette da parlamentare. Sarà presidente della fondazione Leonardo (#Finmeccanica)

    2) Chissà a che punto è quel progetto per il controllo delle frontiere libiche il cui valore è passato da 300 a 900 milioni. Era il 2017...

    https://twitter.com/nelloscavo/status/1365621593171517442

    #Minniti #Fondazione_Leonardo #fondation

    #frontières #business #contrôles_frontaliers #asile #migrations #réfugiés #complexe_militaro-industriel

    –—
    Pour rappel, c’est Minniti qui avait déclaré que « la frontière Sud de la Libye est la frontière sud de l’Europe » :

    Il ministro dell’interno italiano, Minniti, dichiara al Corriere che:
    «Il confine sud della Libia è il confine sud dell’Europa»

    https://seenthis.net/messages/604039

    –---

    voir aussi ce long fil de discussion (2017) à partir de cet article :
    Migranti, vertice al Viminale dei ministri dell’Interno di Italia, Ciad, Libia e Niger


    https://seenthis.net/messages/600874

    –—

    Le site de la Fondation Leonardo :
    https://www.fondazioneleonardo-cdm.com

  • ’Pushbacks’ in the French Alps : Migrants report immediate deportations to Italy

    Many migrants complain that they have not been able to apply for asylum when they cross the border into France. According to them, the French border police (PAF) refuse to take their asylum applications and immediately send them back to neighboring Italy.

    Paul*, a young 24-year-old Cameroonian, remembers every moment of a long night in February, when he was lost somewhere in the Alps near Montgenèvre. The young man was trying to enter France from neighboring Italy when border police officers stopped him.

    “I saw policemen coming towards me and they stopped me. It was my first attempt crossing the border. When I saw them, I immediately said ’asylum, asylum’. They said, ’No, you can’t ask for asylum’. And they sent me straight back to Italy.”

    Paul was not deterred. A few days later, he tried to cross the Alps again and this time managed to enter France without being stopped. “I’d like to settle in Brittany,” confides the Cameroonian. “I’m going to file my asylum application in the next few days and if everything goes well, I’ll make my new home there.”

    This type of behavior by French police - who turn some migrants back without letting them apply for asylum - is reportedly frequent according to the migrants InfoMigrants interviewed.

    “This pushback from France to Italy, we all know about it before we even try to make the crossing, that’s why we are so afraid of meeting police in the mountains. Because they won’t listen to anything we say,” explains Mohamed*, a Tunisian, InfoMigrants met at the Refuge Solidaire in Briançon.

    Unlike Paul, Mohamed succeeded and crossed the Alps on his first attempt, without encountering PAF or any marauders (the name used by volunteers who roam the Alpine border to help those in need). “We were lucky. We walked for 8 hours and everything went well despite the cold. We could see the police cars passing, but we were well hidden, so they didn’t see us.”

    ’Very frequent refusals’

    PAF’s refusal to respect the right to asylum is loudly denounced by the members of the association Tous Migrants. “Refusals are very frequent here [...] What usually happens is that the police arrest migrants in the mountains in France, take them to the PAF office in Montgenèvre and give them OQTF (official orders to leave France). Then they call the Italian police who come to bring the migrants back to Italy [...] All this takes place in less than 5 hours,” sums up Pâquerette Forest, the co-president of the association.

    According to law, border police are authorised to check the papers of people entering French territory, and can therefore expel any person in an irregular situation. This is referred to as “non-admittance.” However, they cannot expel a foreigner who is applying for asylum. In this specific case, they must register the asylum application and transmit the file to the Minister of the Interior, who is the only one in the position to accept or refuse entry into France, on the advice of OFPRA.

    https://gw.infomigrants.net/media/resize/my_image_big/6d68e39854af6f16750a94ceac03740d6aa512bc.jpeg

    “There is a real denial of rights here,” Forest continues, although she does qualify her remarks. “It’s important to add that not all policemen behave like this. There are those who let migrants cross through so that they can apply for asylum, but there are those who are relentless.”

    According to her, “those who are persistent” are “rare” but their behavior has serious consequences. “There have been reports of police officers tearing up migrants’ official documents, such as their birth certificates,” documents that are crucial to beginning any administrative procedures in France.
    ’Pushbacks don’t discourage anyone’

    “As a result of the fear of pushbacks, migrants are now taking more and more risks,” says Juliette, one of the association’s marauders, who knows the mountains and their dangers very well. “Migrants are going up steeper and steeper paths, getting more and more remote,” she says.

    “PAF has to stop thinking that pushbacks discourage them. They don’t discourage anyone. We’re talking about migrants who have been turned back to Bosnia, to Croatia as many as 10 times, even 20 times before managing to get through! It’s not the Alps and these policemen who are going to stop them!”

    Approached by InfoMigrants, PAF refused to let us enter their premises in Montgenèvre, less than 5 kilometers from Italy, and they refused to answer any questions.

    The Prefecture of the Hautes-Alpes region also refused to answer our requests, but they did give us some statistics. In 2020, there were 80 refusals of residence and OQTF in the Hautes-Alpes. A total of 1576 people were “not admitted” into French territory in that period.

    *First names have been changed

    https://www.infomigrants.net/en/post/30195/pushbacks-in-the-french-alps-migrants-report-immediate-deportations-to

    #Hautes-Alpes #Briançon #asile #migrations #réfugiés #frontières #frontière_sud-alpine #France #Italie #secours #harcèlement_policier #montagne #Alpes #Italie #push-backs #renvois #expulsions #refoulements

    –—

    Ajouté à la métaliste sur les Hautes-Alpes :
    https://seenthis.net/messages/733721#message886920

  • Covid-19 : Israël « achète la bonne volonté » de pays alliés avec ses surplus de vaccins
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/25/israel-achete-la-bonne-volonte-de-pays-allies-avec-ses-surplus-de-vaccins-an

    Mercredi, M. Nétanyahou a rappelé que plus de 5 millions d’Israéliens ont déjà été vaccinés et que l’ensemble de sa population adulte (6,2 millions) pourrait l’être d’ici quelques semaines. Le premier ministre estimait que son pays disposait de stocks « plus que suffisants » et pouvait se permettre de réduire ceux constitués auprès du laboratoire Moderna.Le ministre de la défense, Benny Gantz, a réagi en déplorant que M. Nétanyahou ne l’ait pas consulté au préalable et n’ait pas réuni le cabinet de sécurité. « Le fait que Nétanyahou vende, sans en répondre, les vaccins qui appartiennent aux citoyens d’Israël, lesquels les ont payés avec leurs impôts, montre qu’il pense diriger un royaume plutôt qu’un Etat », dénonçait-il. On ignore si le laboratoire Moderna a été consulté.
    L’Autorité palestinienne (AP) s’est, quant à elle, vu promettre 5 000 doses par Israël, qui en a déjà livré un ou deux milliers. Elle a également reçu de Moscou 10 000 doses du vaccin Spoutnik V et compte sur le système Covax de l’Organisation mondiale de la santé. Un rival du président Mahmoud Abbas, Mohammed Dahlan, a par ailleurs fait livrer cette semaine 20 000 doses des Emirats arabes unis, où il vit en exil, dans la bande de Gaza, par le biais de l’Egypte. Mais ces arrivages ne peuvent assurer l’injection des deux doses aux quelque 25 000 travailleurs de santé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Israël estime que rien ne l’oblige légalement à combler cet écart, renvoyant l’AP à sa responsabilité en matière de santé, selon les accords d’Oslo. Mais cette situation pose un problème moral autant que d’image. A tout le moins, elle inquiète les autorités sanitaires israéliennes, nombre d’experts faisant valoir que le pays et les territoires occupés forment un écosystème sanitaire uni. Une immunité de masse pourrait ne pas être obtenue en Israël si la Cisjordanie demeure exclue – à l’exception notable des colonies.
    Israël prend la mesure de cette situation en prévoyant, selon la presse, de vacciner une partie des 120 000 travailleurs palestiniens qui franchissent le mur de séparation quotidiennement. Pendant la première vague de contaminations, en mars 2020, leur circulation avait été bloquée. Mais, durant la deuxième vague, à l’été, nombre d’Arabes israéliens avaient contourné le confinement en se rendant dans des centres commerciaux et des restaurants ouverts dans les territoires. Depuis un an, les allers-retours sont demeurés constants entre Jérusalem-Est et le reste de la Cisjordanie.

    #COvid-19#migrant#migration#israel#gaza#cisjordanie#sante#vaccination#ecosystemesanitaire#politique#frontiere#circulation#diplomatiesanitaire

  • Covid-19 : en Moselle, renforcement des mesures sanitaires à la frontière avec l’Allemagne
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/25/la-france-renforce-en-moselle-les-mesures-sanitaires-a-la-frontiere-avec-l-a

    Le gouvernement a annoncé, jeudi 25 février, un renforcement des mesures sanitaires à la frontière franco-allemande dans le département de la Moselle, un des plus touchés par l’épidémie de Covid-19.La France va demander des tests PCR négatifs de moins de soixante-douze heures à compter de lundi prochain pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l’Allemagne et le département de la Moselle. Un test PCR négatif est déjà demandé pour toute entrée en France en provenance de pays de l’Union européenne pour les voyageurs autres que les transfrontaliers.« La dérogation de l’obligation de présentation d’un test PCR de moins de soixante-douze heures à l’entrée sur le territoire national sera limitée aux seules activités professionnelles, ont annoncé le ministre de la santé, Olivier Véran, et le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, dans un communiqué commun. Les frontaliers qui se déplacent pour des motifs autres que professionnels devront donc présenter un test PCR négatif à la frontière. »
    La situation dans la lutte contre le Covid-19 « se dégrade » et « est très préoccupante dans une dizaine de départements », a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue du conseil des ministres. La veille, la France et l’Allemagne avaient dit discuter de l’élaboration d’un protocole sanitaire qui permette d’éviter une fermeture totale de la frontière franco-allemande.Pour les travailleurs transfrontaliers, des tests hebdomadaires seront mis en place à la frontière, poursuivent-ils sans autre précision. Ils sont également invités à recourir plus au télétravail. « Des patrouilles conjointes de la police française et allemande pourraient être renforcées dans le territoire afin d’assurer l’effectivité de ces mesures », est-il encore précisé. « Ces mesures viennent compléter l’arsenal déployé par les autorités sur le territoire mosellan », notamment le renforcement des capacités de tests et l’accélération de la campagne de vaccination, relèvent les deux ministres.

    #Covid-19#migrant#migration#france#allemagne#moselle#sante#restrictionsanitaire#frontiere#travailleurtransfrontalier

  • Passeport vaccinal, « QR codes »… Emmanuel Macron réfléchit à une manière de « vivre avec » le Covid-19
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/02/25/mis-sous-pression-par-les-variants-emmanuel-macron-reflechit-a-la-maniere-de

    Mais Emmanuel Macron veut aussi penser à « l’après ». Lors d’un conseil de défense sanitaire, mercredi, le président de la République a demandé à ses troupes d’imaginer les outils qui permettraient aux Français de revivre – quasi – normalement dans les mois et les années à venir, quand bien même le coronavirus rôderait toujours. Un an après l’apparition du SARS-CoV-2 en France, la lassitude de la population est telle que des mesures qui apparaissaient, hier, comme choquantes ou liberticides pourraient devenir acceptables, estime-t-on au sommet de l’Etat.Il en est ainsi de l’utilisation de données personnelles permettant de tracer les citoyens et de remonter les éventuelles filières de contamination. Mais aussi du passeport vaccinal certifiant une immunité acquise contre le Covid-19, que les Français brandiraient pour pouvoir traverser les frontières mais aussi, pourquoi pas, fréquenter salles de sport, musées, cinémas ou restaurants.
    Emmanuel Macron, qui a promis de ne pas rendre la vaccination obligatoire, manie cet objet avec précaution. Fin décembre 2020, la présentation en conseil des ministres d’un projet de loi sur les urgences sanitaires conditionnant l’exercice de certaines activités à la présentation d’un test de dépistage ou « au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin », avait suscité un concert de désapprobations.
    Le texte avait alors été remisé dans un tiroir, dont il ne ressortira pas « avant la sortie de la crise », a promis Olivier Véran. Mais « on nous reprocherait de ne pas regarder le sujet », indique-t-on dans l’entourage de Jean Castex. « Pour le moment, on observe ça de loin. Il nous manque des réponses : le vaccin permettra-t-il d’éviter les contaminations ? Quelle sera la durée de l’immunité obtenue ? Et puis, il faut évidemment que le débat soit concomitant avec la possibilité d’avoir accès au vaccin pour tous. Mais l’idée s’imposera », juge-t-on à Matignon. Un passeport est déjà en vigueur en Israël, note un conseiller, et la population, massivement vaccinée, a pu y reprendre sa vie « d’avant ». Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a donc lancé, mi-février, une consultation en ligne sur le sujet. Pour l’heure, 57 % des Français sont opposés à ce qu’un tel passeport conditionne l’accès à un restaurant ou à une salle de sport, selon un sondage Odoxa publié le 18 février. Mais 59 % s’y montrent favorables en ce qui concerne l’accès au territoire national.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#france#israel#passeportvaccinal#vaccination#frontiere#circulation

  • Travel Quarantines: Enduring the Mundane, One Day at a Time - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/02/24/travel/quarantine-life-travelers.html

    Travel Quarantines: Enduring the Mundane, One Day at a Time
    Running a half-marathon in your hotel room. Hearing the sea, but not seeing it. Fixating on food. Here’s how some travelers passed the time during their mandatory quarantines.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#sante#hotelquarantaine#circulation#frontiere#retsrictionsanitaire

  • Take that Covid!: Qatar Airways goes touchless - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/02/take-that-covid-qatar-airways-goes-touchless

    According to Wikipedia, US Marines are taught to be able to overcome any obstacle.The concept is encapsulated in the slogan “Improvise, Adapt, and Overcome.”And that’s exactly what Qatar Airways is doing, in its battle with Covid.The airline announced that it will soon introduce a touchless technology — that’s right, touchless — on its flights as a way of protecting its passengers against the coronavirus.The Doha-based airline’s Zero Touch technology allows passengers to access in-flight entertainment without touching the screen on the seat in front of them, as is customary on flights, Al Monitor reported.Instead, they are able to pair a phone or other electronic device to Qatar’s entertainment system via Wi-Fi and navigate through the options on their devices. It also allows for passengers to use their own Bluetooth headphones, Qatar Airways said in a press release last week.The touchless option is expected to be rolled out from late March onward, a Qatar Airways spokeswoman told Al-Monitor on Sunday.
    “The introduction of the state-of-the-art Zero-Touch technology, and enabling passengers to use their personal Bluetooth headset on board is an important step in taking our already rigorous and stringent Covid-19 precautions to another level, limiting passenger surface contact and preventing any possible spread of infection on board,” Qatar Chief Executive Akbar Al Baker said. “We hope it provides yet further assurance of the safety of air travel, as well as offering passengers on board increased confidence that they are enjoying the most consistently advanced customer experience available in the sky,” Al Baker continued.Covid-19 can live for a time on various surfaces, but health experts have yet to determine if surface-to-person is a likely form of transmission, Al-Monitor reported.Airlines around the world, including Qatar, are still deep cleaning and disinfecting cabins in between flights anyway. Qatar Airways is unique among Gulf carriers in that it never stopped regularly scheduled passenger flight

    #Covid-19#migrant#migration#qatar#sante#circulation#securitesanitaire#frontiere#deplacementaerien#technologie

  • Air New Zealand to trial ’vaccination passport’ - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/02/air-new-zealand-to-trial-vaccination-passport

    Air New Zealand will trial a digital travel pass to give airlines and border authorities access to passenger health information, including their Covid-19 vaccination status, the carrier said Monday.The scheme, dubbed a “vaccination passport” by industry observers, is intended to streamline travel once borders reopen by allowing passengers to store their health credentials in one place.“It’s essentially like having a digital health certificate that can be easily and securely shared with airlines,” said Air New Zealand chief digital officer Jennifer Sepull.It relies on an app developed by the International Air Transport Association (AITA) and other airlines including Etihad and Emirates have already signed up for their own trials.
    The industry body’s senior vice-president Nick Careen said it was an important milestone in restarting international travel as global vaccine rollouts get underway.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#nouvellezelande#vaccination#passeportvaccinal#frontiere

  • Covid-19 : Bruxelles s’alarme de nouveau des obstacles au passage des frontières dans l’Union européenne
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/24/covid-19-bruxelles-s-alarme-de-nouveau-des-obstacles-au-passage-des-frontier

    Il y a presque un an, les frontières intérieures à l’Union européenne se sont fermées les unes après les autres, alors que la pandémie de Covid-19 se propageait et que les mesures de confinement se multipliaient. Avec l’apparition des variants, ce scénario est en passe de se renouveler. Dans ce contexte, la Commission européenne a annoncé, mardi 23 février, avoir envoyé une lettre à six pays – Allemagne, Belgique, Danemark, Finlande, Suède et Hongrie – qui ont, ces dernières semaines, pris des mesures très restrictives, et font peser sur le marché intérieur « un risque de fragmentation, d’entraves à la libre circulation, de perturbation des chaînes de production », a expliqué la Commission.
    Ainsi, le 14 février, l’Allemagne s’est fermée à la République tchèque et au Tyrol autrichien, ne laissant plus passer que certains travailleurs munis d’un test PCR négatif. Quant à la Belgique, elle interdit depuis le 27 janvier tous les voyages non essentiels depuis et à destination du pays – et ce, quelle que soit la situation épidémiologique de la région de provenance ou de destination du voyageur. En réalité, Bruxelles est relativement démuni face à cette situation, même si la Commission assure ne pas exclure de « recourir à des moyens juridiques » contre les six pays destinataires de son courrier. Les Etats membres ont, en effet, le droit de rétablir des contrôles à leurs frontières dans certains cas, par exemple pour des motifs sécuritaires ou sanitaires. Ce faisant, ils doivent certes respecter quelques principes, comme « la nécessité que les restrictions de mouvement soient non discriminatoires et proportionnées », rappelle un porte-parole de la Commission. Mais, reconnaît un haut fonctionnaire européen, « on ne va pas lancer une procédure d’infraction qui prendrait deux ans pour des mesures provisoires et qui varient au gré de l’évolution de la pandémie ».
    La fermeture des frontières, « il y a un an, a occasionné des problèmes de livraison de nourriture et d’équipements médicaux », a rappelé Maros Sefcovic, mardi, à l’issue d’une réunion des ministres des affaires européennes. Le vice-président de la Commission a, une nouvelle fois, appelé les Vingt-Sept à se coordonner, afin de préserver au mieux la libre circulation des biens et des travailleurs transfrontaliers au sein de l’Union.
    Le ministre de la santé belge, Frank Vandenbroucke, s’est montré sensible aux arguments communautaires. Dimanche, il avait déjà évoqué la difficulté de maintenir l’interdiction de voyager jusqu’au 1er avril : « C’est difficile à appliquer, car c’est contraire à la libre circulation des personnes en Europe. » Le ministre des affaires étrangères allemand, Michael Roth, a, pour sa part, rejeté les « accusations de non-conformité au droit européen » de la Commission. « Nous avons le devoir d’agir contre les mutations du virus, avec pour priorité de protéger nos citoyens », a-t-il fait valoir. A n’en pas douter, la discussion reprendra jeudi 25 février, lors d’un rendez-vous (virtuel) prévu entre les chefs d’Etat et de gouvernement européens.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#allemagne#belgique#sante#circulation#frontiere#restrictionsanitaire#travailleurtransfrontalier#droit

  • L’OIM lance un appel pour fournir une aide vitale à plus d’un demi-million de migrants déplacés et vulnérables au Niger | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/loim-lance-un-appel-pour-fournir-une-aide-vitale-plus-dun-demi-million-de-migra

    Niamey - Le Niger, l’un des pays de transit des migrants les plus fréquentés de la région du Sahel, est confronté à de multiples situations d’urgence. La COVID-19, les menaces permanentes à la sécurité et des générations de pauvreté profondément enracinée ont contribué à une crise humanitaire croissante, avec plus d’un demi-million de déplacés internes et leurs communautés d’accueil ayant besoin de services essentiels. En 2021, 135 000 autres migrants vulnérables auront également besoin d’une aide au Niger. Afin de pouvoir fournir l’aide indispensable, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) lance aujourd’hui un appel de 121 millions de dollars pour apporter une aide essentielle aux migrants, aux déplacés internes et aux communautés d’accueil en 2021.
    Les retours continus de migrants d’Algérie - ainsi que les mouvements migratoires à travers le Niger, à la fois vers et depuis l’Algérie et la Libye - laissent les migrants sans abri, sans nourriture, sans eau et sans aide sanitaire. En plus de ces interventions humanitaires essentielles, l’OIM s’engage également à promouvoir la stabilité et la cohésion sociale entre les communautés d’accueil, les déplacés internes et les migrants. Malgré la fermeture officielle des frontières terrestres depuis le 19 mars, les migrants continuent de se rendre au Niger, de le traverser et de le quitter en empruntant des itinéraires migratoires de longue date, principalement vers la Libye et l’Algérie. L’OIM aide les migrants bloqués dans le cadre de ses opérations humanitaires (à la frontière avec l’Algérie) et de ses opérations de recherche et de sauvetage dans la région d’Agadez, au nord du Niger, après quoi de nombreux migrants reçoivent une aide dans l’un des six centres de transit de l’OIM au Niger.L’année dernière, une évaluation de l’OIM a conclu qu’au moins 2,7 millions de migrants étaient bloqués, dans l’impossibilité de retourner dans leur pays de résidence en raison des restrictions de mobilité imposées par la COVID-19.« En 2020, l’OIM a aidé plus de 9 000 migrants bloqués au Niger, dont la majorité provenait de pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale », a déclaré Barbara Rijks, chef de mission de l’OIM au Niger. « Beaucoup de ces migrants ont été aidés à retourner volontairement dans leurs pays d’origine respectifs, malgré la fermeture officielle des frontières, par le biais d’un couloir humanitaire établi avec le gouvernement du Niger ».Plus de 2 100 Nigériens de retour ont également été aidés pour leur isolement face à la COVID-19 et ont bénéficié d’une aide ultérieure dans leur région d’origine une fois arrivés au Niger. Des convois officiels pour les nigériens bloqués ont été organisés à partir de divers pays d’Afrique de l’Ouest par d’autres bureaux de l’OIM en collaboration avec le gouvernement du Niger, y compris ses missions consulaires. Quelque 3,8 millions de Nigériens auront besoin d’aide en 2021, selon l’aperçu des besoins humanitaires publié par l’équipe de pays chargée de l’action humanitaire au Niger. L’OIM au Niger prévoit d’accroître son niveau d’assistance dans les zones qui ont été touchées par différentes crises, notamment les catastrophes naturelles et l’insécurité résultant de l’activité croissante des organisations extrémistes violentes au Niger.

    #Covid-19#migrant#migration#niger#sante#personnedeplacee#refugie#afrique#insecurite#frontiere#humanitaire

  • La technopolice aux frontières
    https://www.laquadrature.net/2021/02/22/la-technopolice-aux-frontieres

    Comment le business de la sécurité et de la surveillance au sein de l’Union européenne, en plus de bafouer des droits fondamentaux, utilise les personnes exilées comme laboratoire de recherche, et ce sur des fonds publics européens. On a beaucoup parlé ici ces derniers mois de surveillance des manifestations ou de surveillance de l’espace public dans nos villes, mais la technopolice est avant tout déployée aux frontières – et notamment chez nous, aux frontières de la « forteresse Europe ». Ces (...)

    #drone #migration #frontières #surveillance #vidéo-surveillance #aérien #LaQuadratureduNet (...)

    ##iBorderCtrl

  • Book launch: The coloniality of asylum (Fiorenza Picozza) Tickets, Wed 10 Mar 2021 at 18:15 | Eventbrite
    https://www.eventbrite.co.uk/e/book-launch-the-coloniality-of-asylum-fiorenza-picozza-tickets-1423653
    https://img.evbuc.com/https%3A%2F%2Fcdn.evbuc.com%2Fimages%2F126722945%2F190832600406%2F1%2Fori

    Discussants: Prof. Manuela Bojadžijev (Humboldt University/Leuphana University) Prof. Nicholas De Genova (University Houston), Prof. Shahram Khosravi (Stockholm University)

    “The coloniality of asylum. Mobility, autonomy and solidarity in the wake of Europe’s refugee crisis”

    Through the main concepts of ‘the coloniality of asylum’ and ‘solidarity as method’, this book links the question of the state to the one of civil society; in so doing, it questions the idea of ‘autonomous politics’, showing how both refugee mobility and solidarity are intimately marked by the coloniality of asylum, in its multiple ramifications of objectification, racialisation and victimisation.

    Drawing on ethnographic fieldwork conducted in Hamburg in the wake of the 2015 ‘long summer of migration’, this book offers a polyphonic account, moving between the standpoints of different subjects and wrestling with questions of protection, freedom, autonomy, solidarity and subjectivity. It shows how ‘Europe’ politically, legally and socially produces ‘refugees’ while, in turn, through their border struggles and autonomous movements, ‘refugees’ produce the space of ‘Europe’.

    Author: Fiorenza Picozza (UNAM) is a researcher and activist who has been involved in refugee solidarity for over a decade. She has an interdisciplinary background, holding a PhD in Geography from King’s College London (2019), an MA in Migration and Diaspora Studies from SOAS University of London (2014), and a BA in Philosophy from the University of Rome La Sapienza (2009). Her research interests concern borders, asylum, migration, race, coloniality, humanitarianism, and solidarity. Currently, she is a postdoctoral fellow at the Institute of Geography of the UNAM in Mexico City, where she is working on a project on asylum, racialisation and humanitarian borders in Mexico.

    Event organised with the support of the Department of Poltiics & International Relations, Goldsmiths

    for info: Martina.Tazzioli@gold.ac.uk

    #Event #frontières #colonialité #coloniality #migration #Hamburg

  • Weaponizing a River

    The Dam

    On the 10th of March, news reports emerged suggesting that Bulgaria had released water downstream from the Ivaylovgrad Dam on the Ardas, a tributary of the Evros (also Meriç, and Maritsa),
    and flooded the river border at the request of the Greek government. This intentional flooding of the border was subsequently denounced as fake news by the Bulgarian authorities and remains unverified. Yet due to the increasing severity of spring floods, including as recently as 2018, the release of water from Bulgarian dams has been a subject of friction between Greece, Turkey, and their upstream riparian neighbor. On the 27th of February, Turkey decided to effectively suspend the 2016 EU-Turkey deal and in doing so directed thousands of asylum seekers to the border with Greece. In the context of Greece’s military response, the recent reports have revealed a hidden violence designed into the environment of the Evros river. In the weeks since, there have been two confirmed casualties from the use of either live or rubber rounds—Muhammad al Arab and Muhammad Gulzar.

    The alleged opening of the dam and these shootings are not distinct but are in continuity with the long-term, albeit previously low intensity, weaponization of the river. These exceptional events prove the more insidious use of the Evros as an ecological border infrastructure extending to its entire floodplain.

    The intentional flooding of the valley, and its entanglement with border defense strategies, testifies to Evros as an arcifinious space. Derived from the legal heredity of international border law, according to legal scholar John W. Donaldson, the term “arcifinious” is the territorial concept whereby a state is bounded by geophysical limits with defensive capabilities, or “natural” boundaries “fit to keep the Enemy out,” such as seas, rivers, deserts, and mountains.
    According to eighteenth-century Dutch jurist Hugo Grotius and his followers, rivers are “part of ’arcifinious’ or ’natural’ military frontier zones that are ‘indetermined,’ and flexible based on the application of force.” While rivers shift of their own volition, they are also manipulated, like straightening. Perhaps more tellingly, the very flexibility of a river—its interstitial condition between water and sediment—is useful in the production of an “indeterminate” space that is materially porous, shifting, and thus difficult for trespassers to cross. This material ambiguity also makes river boundaries unstable in the eyes of international jurisprudence. The hostile characteristics of arcifinious boundaries are mobilized in naturalizing processes central to sovereign claims to territory in a practice that enables states to obscure their agency in relation to border deaths.Some days before the 10th, word had been circulating inside the Fylakio registration and pre-removal detention center in the north of the Evros region that the dam would be opened to make the river more difficult to cross. The dam being discussed by border guards as part of a border defense strategy emphasizes the river not as “natural” but, to the contrary, always flexible to force. Fylakio, also located near the Ardas river, would be one the first villages reached when onrushing water from the dam crosses the Bulgarian-Greek border. Before these waters arrive at the “Karaağaç Triangle,” the Ardas serves as the Greek-Turkey border for one kilometer, after which it meets the Evros/Meriç between the Greek villages of Marasia and Kastanies. This is the northwestern point of the Karaağaç Triangle, which was the only segment of the Greece-Turkey border not originally delimited by the Evros/Meriç river in the 1926 Athens Protocol, an annex to the 1923 Lausanne Peace Treaty. Instead, it is today a stretch of deforested land with an eleven-kilometer-long deterrent fence. Proposed in 2011 and completed in 2012, the fence directs border crossers to more dangerous routes across the river, and to deadlier maritime crossing routes in the Aegean sea. Fittingly, the fence is mentioned as a “technical obstacle” in FRONTEX Serious Incident Reports (SIR).The Karaağaç Triangle is where refugees were directed by the Turkish government on the 27th of February, and where they found themselves trapped between Greek forces who would not let them cross and Turkish forces who prevented them from returning to Istanbul and the Turkish mainland. It is where Muhamad Gulzar, a young man from Pakistan, was shot dead, and five more were injured on the 4th of March. During our visit to the Evros in early March, we witnessed trucks carrying fencing towards strategic—yet unfortified—parts of the river. The fence is currently being elongated by forty kilometers, particularly along parcels of Greek land that sit on the Turkish side of the river, and vice versa.In the war of words exchanged by the two sides, the Greek government and far right Twitter has been using the term “hybrid war” to describe what they perceive as a Turkish attempt to “intrude” on Greek territory through indirect means, here with refugee bodies instead of bullets. In response to Turkey’s weaponization of refugees, Greece and the EU are also employing a form of hybrid warfare explicitly incorporating the river ecology itself. Where so many people were—and still are—trapped in spaces along the frontier, like at Karaağaç, they are exposed to a hybrid form of border violence involving farmers spraying pesticides onto refugees across the fence, the deployment of large fans to direct teargas back to the Turkish side, and the use of water cannons to spray blue liquid across the fence so those who make it onto the Greek side can be easily identified. In addition to these assembled elements, on the night of the 26th of March, the impromptu camp that had been set up in Pazarkule, on the Turkish side of the border, caught fire. In videos that were circulated, witnesses claim that the fires were lit by Turkish authorities (jandarma) in their attempts to remove asylum seekers from the border (a measure supposed to counter the spread of COVID-19).Authors in critical border studies refer to the mobilization of geophysical and environmental features either as a hybrid collectif, an assemblage of actants, landscape as space of moral alibi,

    or what we call border natures. The border’s ecology of exception is made possible by both the river’s adaptability to force and flexibility, and contributes to the production of an ambiguous space in which multiple modes of violence are perpetrated with impunity. Methods of hybrid warfare are unambiguously mobilizing environmental elements. As such, “nature” can no longer be an alibi but is directly incorporated in the production of death at the border.

    What is the role of water in the politics of death at the border? Here river waters stand at the intersection of connection-division, and life-death.
    The fluvial frontier is a complex and nuanced territorial condition braiding together multiple elements including conservation, transboundary river management, military technology, the geopolitics of resource logistics, and the divergently visible and opaque politics of border crossing. Thinking against material and discursive reproductions of both rivers and borders as “natural” phenomena, the Evros/Meriç/Maritsa river is the result of multiple organizational technologies of territorial sovereignty. Primary amongst these is the mobilization of major infrastructure: the dam and the contingent release of waters downstream would be a direct threat to the lives of asylum seekers attempting to enter the EU. If Bulgaria, as a member state, had opened the dam, this would have been premised on its contribution to the fortification of the external borders of fortress Europe.

    2. A Shifting Border

    The Evros/Meriç/Maritsa has its source in the Rila mountains. It runs for 310 of its 528 kilometers through Bulgaria, with the final 210 kilometers forming a border, initially between Bulgaria and Greece, and then for the last 192 kilometers between Greece and Turkey before reaching its delta and emptying into the Thracian Sea in the Aegean. The river is fast, with a mean annual flow rate of 103 cubic meters per second (a rate which can increase twofold between December and April). Its course flows over sandy and malleable soil, and annually discharges approximately 3.2 million tons of sediment and 9.5 billion cubic meters of freshwater into the sea.
    This results in frequent erosion that alters its banks. Capricious shifts of the river produce islands of stranded land; there are expanses of “Turkish” earth on the “wrong” side of the river, and elsewhere, land has been ceded by the river to Greece. These stranded territories are also points where fatalities become concentrated. Pavlos Pavlidis, coroner at the University Hospital of Alexandroupolis, capital of the Evros prefecture, and Maria-Valeria Karakasi have identified a particular parcel of land near Feres, the entry point to the Delta, as the location where seventy-two bodies were recovered between 2000 and 2014. This is also where refugees were recently directed by geographers aligned with Turkish authorities,

    and where a young man from Aleppo, Muhammad al Arab, was shot dead by Greek soldiers standing inside the dry river bed of the 1926 border, which now acts as little more than a trench. Within the above calculations of river flow and sediment transportation is concealed a deadly politics of bordering that incorporates the full spectrum of the Evros’s hydrology and manipulates the ambiguities produced by rivers.

    The river’s movements occupy a central role in the territorial disputes between the riparian states of Bulgaria, Greece, and Turkey, and compound what is already a militarized terrain. Due to these shifts, and the river’s own agency, many have considered rivers as inadequate political boundaries. Donaldson words it thus: “the presence of water makes a boundary river unstable, forceful, and risky; incompatible with the legal fiction of a fixed boundary line that would prefer the stability of land over the dynamism of water.”
    This instability lies behind the fantasies of territorial control implied by the international committee assembled in 1926 with the task of determining the precise course of the border between Greece and Turkey at the end of the Ottoman Empire.The 1926 committee, headed by Dutch colonel J. Backer, deemed that the border follow the median line between the banks throughout the course of the river, or its main “branch,” when the river splits. The border was marked with red ink on ten maps that were attached as annexes to the protocol, and the first twenty-six demarcation “pyramids” were installed. Delimited in such an inflexible way, like many river borders, it could not respond to shifts in the median line and changes in the course of the river. Instead, the demarcation of the protocol fixed the river in time and to an abstract line. Consequently, efforts to enforce the demarcation of the border have long been hampered by the agency of the river itself. As early as 1965, markers installed to designate part of the border along the Evros/Meriç by a joint Greek-Turkish committee were quickly carried away by the river. Similarly, in 2015, parts of the fence were carried away by flood waters released from the Ivaylovgrad dam. As recently as October 2017, Turkish authorities dug trenches underneath the fence to prevent flooding.

    There is now almost 100 years of geomorphological variation between the drawn border and the current course of the river. Islands that used to be there are no longer; banks have moved and canalizations have directed the river in divergent ways. Two rivers and two borders exist at the Evros/Meriç: the cartographic border of the old median line (featuring now almost unmoving oxbow lakes) and the water of the new trespass line. It comes with little surprise then that stabilizing the river banks to the 1926 condition has been a concern of both Greece and Turkey. Since 1936, the two countries have made efforts to draft plans for common flood defense, most notably the study undertaken in 1953 by the Chicago-based Harza Engineering Company. None of these plans were fully implemented, and after the 1970s, bilateral communication ceased for decades.

    In addition to the proposal of the fence in 2011, the Hellenic Army General Staff planned an unfulfilled project to dig a “120-kilometer-long, thirty-meter-wide, and seven-meter-deep” “moat.”

    Officially an “anti-tank trap” functioning primarily as a defense against Turkish invasion, in the context of increased crossings in 2011, the “moat” would have only been a further technical barrier for border crossers.

    Where rivers appear at first glance as “natural,” they are, to greater and lesser extents, the result of centuries of small and large-scale engineering interventions. In Stefan Helmreich’s concept of “infranature,” second nature—that which is always produced as socio-technical—is “folded” back into first or organic nature.
    What appears as “natural” or “organic” is therefore actually a mask for the production of techno-natural infrastructures. Helmreich echoes a famous passage in Michel Serres’s The Natural Contract where he describes the birth of geometry emerging from the calculations of Nile floods. Out of the “chaos” and “disorder” of flood events, Serres proposes that measurements made by surveyors, for irrigation purposes, reordered nature to give “it a new birth into culture.”

    Such culture, however, may itself produce violent effects. The measurements that reorder the river waters of the Evros are born into a culture that takes the form of a hybrid military-natural assemblage.

    Understanding the often intentionally ambiguous calculations of infranature in its combative applications helps to clarify how rivers are technologized through overt human interventions, such as dams and other large engineering projects, as well as in less overt ways. Rivers and their flows respond to assemblages of smaller scale and almost invisible interventions or those that occur far up river, like the opening of a dam. In these ways, the very speed at which water travels, or the amount of sediment that accumulates in the muddy delta, are part of the measurements of the infrantural technology of the arcifinious river. In these border environments, the river itself is potentially armed and dangerous.

    The river and its imagined doubling as a moat instrumentalizes the already treacherous route for asylum seekers beyond the scale of a “deterrent” into an engineered space unconcerned with fatalities. Stepping back from the Hellenic Army General Staff’s imagination, the Evros already performs the arcifinious role of a moat at the EU’s fluvial frontier. The drawing of a fixed, yet imaginary line along the central course of the river effectively produced the river as a frontier, whereby its movements and muds become spaces where sovereign territorial imaginaries are projected with horrifyingly real effects.

    3. Flood

    The risk of major flood events has long been one of the primary transboundary concerns in the Evros/Meriç/Maritsa. Such events have increased in frequency over the last twenty-five years, leading to a once in a thousand-year flood in 2005, severe events in 2006, 2007, 2011, 2014, and 2015, and a “state of emergency” announced by the Greek Government in March and April 2018.
    Flooding in the region is closely tied to the politics of hydro-electric infrastructure. The majority of large dams and reservoirs in the basin are concentrated on Bulgarian territory (as many as 722), while Turkey has built sixty, and Greece just five (mainly for irrigation purposes, as opposed to energy production). Flow variability is central to many transboundary agreements whereby upstream riparian nations either force or allow downstream riparians to adapt to seasonal changes in both wet and dry conditions.

    This is a concern for hyrdrodiplomatic relations between Greece, Turkey, and Bulgaria.

    When a tri-lateral working group met in October 2006 in Alexandroupolis, Turkey made a written demand, supported by Greece, that the reservoir storage capacity of large dams situated on the Ardas tributary in Bulgaria be regulated to “minimize water discharges downstream and reduce flow at Edirne,” a densely populated area, near to the border fence, and a major confluence where the Ardas and another tributary, the Tundzha, meet the Evros/Meriç/Maritsa. The Bulgarian delegation refused to respond and cancelled future working groups. Bulgaria is resistant to such regulation because of the role that the private sector plays in managing hydro-electric infrastructure.
    To maximize energy productivity and profits, their primary interest is to maintain the highest possible water level in the dam reservoirs all year round. Under previous conditions, this would have been in direct opposition to the interests of the downstream nations who want to regulate reservoir storage in wet seasons so they have the capacity to accommodate potential increases in volume that risk overtopping dams and result in flooding. The events of the past month, however, show that within the context of Bulgaria’s entrance into the EU in 2007, upstream storage of high levels of water is also part of military contingency planning to flood the valley and safeguard what is now a common European frontier.

    Recent attempts at hydrodiplomacy in the region include the 2016 “Joint Declaration Between the Government of the Hellenic Republic and the Government of the Republic of Turkey” signed by Prime Ministers Alexis Tsipras and Ahmet Davutoglu.

    This agreement incorporated multiple political and hydrographical issues that fold onto the frontier, including a Joint Action Plan to “stem migration flows,” with the implied proviso that Greece will support Turkey in EU visa liberalization dialogue. While this proviso has since been forgotten, the lubrication of one form of movement was unambiguously exchanged for the curtailment of another. This is followed by a section on flooding, acknowledging the damage caused each year and expressing a joint commitment to adhering to the centralized European Water Directive. As downstream nations, Greece and Turkey agreed and welcomed faintly veiled “goodwill and cooperation” from the “other relevant parties,” intimating Bulgaria, to whom they direct much of the blame.

    The overlaps between a river that regularly floods and a territory where border crossers are at the mercy of systematic violence resonates troublingly with nationalist media and governmental rhetoric of “flows,” “floods,” or “surges” and the “stemming” of migrants.”
    Naturalizing metaphors such as these emerge wherever border regimes are discursively or materially constructed to ensure the illegality of movement across borders, and in doing so, racially “other” border crossers. Indeed, hydrologic metaphors are evoked to draw a distinction between those who do not belong and those who do within a sedentary notion of territory. In light of the events of March 2020, the material movement of water out of place is not perceived as a threat that must be contained to prevent it seeping into discourses that legally and culturally ground the nation-state. Instead, the movement of these waters are deployed in the very efforts to exclude others from the space of the nation-state.Joint Operation Poseidon Land, EU border agency Frontex’s Evros operation, began in 2011. The name conjures a pathologic mythology, casting border crossers as mortals committing the hubris of seeking refuge in Europe, while Frontex claims the role of chastising deity. Here Poseidon, god of both the sea and rivers, intervenes at the land-water divide. In mythology, where his trident struck, land quakes and flooding and drowning ensues. Echoing a crude sketch of the hydrologic cycle, Operation Poseidon Land transposes border violence in liquid form from the Aegean—where Operation Poseidon Sea is enacted—to the headwaters of the Evros/Meriç/Maritsa and back down along its course. The rumored intentional flooding of the valley from the Ivaylovgrad dam brings Frontex’s troubling mythological sensibility into reality.

    4. Anachoma

    A week before the flooding made the headlines, and a day after Muhammad al Arab’s killing, the European commission president, Ursula von der Leyen visited Evros, along with three EU leaders and the Greek Prime Minister, Kyriakos Mitsotakis. Following the visit, they gave a joint statement in which der Leyen thanked Greece for being Europe’s aspida, using the Greek word for “shield” (ασπίδα).

    Der Leyen’s choice of vocabulary uncannily echoes local military discourse, in which the region is often called Greece’s ανάχωμα (anachoma), or embankment, against Turkish invasion, and more recently against asylum seekers. The landscape of the Evros/Meriç/Maritsa is entirely sculpted to either contain or facilitate movement, be it of military personnel, people, or water. The berm, a versatile and ambiguous military-ecological technology, is the physical embodiment of the ανάχωμα. There are multiple types of berms, each of which is designed to perform distinct functions. There are surpassable/summer berms, main berms, tertiary berms for flood defense, raised rail lines and roads enabling movement during flood periods, irrigation, and, most explicitly in the delta, anti-tank installations. A hierarchy is designed into the system of flood control to allow water, armies, and people to penetrate the frontier space to varying degrees.

    The military imaginary of Evros as an ανάχωμα also refers to a more nuanced politics of demographic engineering. The delimitation of the border in the 1920s coincided with the exchange of populations between Greece and Turkey, a process which created imagined communities that the river division helped crystalize. The process intended to produce a Greek Christian population along the border as a demographic buffer—or embankment—against invasion. This began with the transfer of Greek-speaking populations from what became Turkish territory on the shores of the Aegean and the Anatolian peninsula, as well as Pontic Greeks from the shores of the Black Sea. In return, Turkish-speaking and other Muslim populations from Greek territory were moved to Turkey, although significant minority populations still remain in western Thrace. In the century since, Turkish, Pomak, Bektashi, and other Muslim minorities in western Thrace have been the focus of multiple marginalizing practices. A system of checkpoints (barres) was put in place in 1936 to isolate these communities, the last of which were removed as recently as 1995.
    When we visited the Bektashi villages of Roussa and Goniko in Evros, we saw the check point still standing, an abandoned yet powerful reminder of the state as an ambient presence.

    As embankments of wet earth, berms are concentrations of these politics of demographic engineering and territorial control. They are ground engineered in excess. They are routes of control through the floodplain for the police, military, and local farmers, and they figure within the imaginary of the moat as obstacles for invading forces. The berms reveal the border regime’s deployment of the environment as defensive “infranatural” technology.

    Corresponding to the engineered limits of the floodplain, berms are often placed along the edge of the military buffer zone that runs along the Greek side of the Evros border, also known as ZAP (Zoni Asfaleias Prokalypsis). As human rights reports have been claiming for years, where the floodplain/buffer zone broadens, the river becomes a site where human rights violations occur. These include the failure to rescue and illegal pushbacks of border crossers back to Turkey.
    A case on May 8, 2018 involving a group of fourteen people attempting to cross during a flood event speaks directly to the overlapping of flooding with the operations of the border. The attempt failed and resulted in one fatality. Once the group returned to Turkey, they attempted to contact Greek authorities with a picture of the ID card and the GPS location of the body. Greek police stated that the flooding was too severe to attempt a recovery, and over the next few days, no confirmation of the recovery of the body was received. In other examples, the police have refuted the possibility of pushbacks because the water is too high or the geomorphology makes it impossible. In this way, the behavior of water in excess is co-opted as an obviatory device; a mask in the construction of denial. The flood is an alibi for border violence. Consequently, the berm infrastructure marks the limit of the flood and acts as a container for this riverine geography of exception.

    5. The Delta

    The Evros Delta, where the river meets the Thracian Sea, covers a surface area of 111,937 square kilometers. A protected conservation area designated as a wetland of international importance by the 1971 Ramsar treaty, the delta’s saline waters, ponds, and islands are home to a number of migratory bird species. Since last month, however, it has hosted a different kind of migration, with army and police units operating side by side with local, self-proclaimed “frontiersmen,” “guardians of the border,” and hunting clubs from all over Greece arriving to prevent what they understand to be an “intrusion” of “illegal aliens” (“lathrometanastes”) into Greece. Joining them are far-right and neo-nazi militants from Europe and the US who have flocked there to demonstrate their support, and “safeguard Europe’s borders.” Showing little regard for human life, they describe their operations as “hunting” for refugees. The ongoing dehumanization of asylum seekers using both language and physical force permeates the region. Detainees in the recently exposed border guard center at Poros, have described guards treating them “like animals.”
    The violent events of the past month, including the killings of Muhammad al Arab inside the Evros delta and Muhamad Gulzar in the Karaağaç Triangle, as well as the reports of the opening of the Ivaylovgrad dam, are punctuating moments that bring to the fore the slower environmental processes mobilized against asylum seekers at the border. The Evros catchment basin is currently a densely braided space of border violence and death, incorporating military personnel, nationalist and neo-nazi paramilitaries, local farmers and hunters, as well as the very ecology of this deltaic marshland, such as temperature and meteorological conditions. Indeed, rather than being a “natural” border, the Evros is an exemplary case of a borderized nature, where environmental elements, which are not deadly on their own, are made deadly by forcing people to traverse them under treacherous conditions. We have spoken with asylum seekers who have described the fog that hangs above the Evros. Fog, like clothes sodden from swimming across the river, and combined with freezing winter temperatures, contribute to the threat of hypothermia for border crossers, which, after drowning, is the second highest cause of death at Evros. As reported in the media, paramilitaries who have been recently drawn to the area to hunt people who cross “at night and in the fog,” are transposing the old Nazi directive for disappearing bodies “Nacht und Nebel” (“Night and Fog”) onto the Evros Delta.Through the waters of the river, amongst the impacted earth of the berms, and under the veil of the heavy airs of teargas and pesticides, complex forces are deployed and emerge from the fog of the Evros/Meriç/Maritsa. Understanding the complexity of the river as a weaponized border ecology is crucial to reveal the ongoing and intensifying violence that unfolds across different scales in this region. To confront the far-right that is currently assembling its forces rhetorically, environmentally, and in person in the Evros delta and all along the fluvial frontier, and to counter the obfuscating tactics long deployed by the police in their use of the river as alibi, requires understanding how this border is constructed. When considering the Evros border, we must learn to perceive the entire floodplain as a border technology. This, in turn, involves striving to see the river as a spectrum, from freezing fog in the valley, dew in the field, and mud in the floodplain as clearly as it sees water flowing between the riverbanks themselves.To assist migrants in defending their rights, and to resist the far-right seeping out of border regions into increasingly xenophobic societies, the very concept of “nature” needs to be reframed to encompass the ways it is deployed within the military imaginary of borderized environments. Practices must be developed to perceive how border regimes harness environmental processes. Such practices reveal the varying watery states of the Evros/Meriç/Maritsa as what they are: the riverine arsenal of a deadly defense architecture. The border regime operates as an expanded or “dispersed” territorial technology: an entire region designed as a violent ανάχωμα.

    https://www.e-flux.com/architecture/at-the-border/325751/weaponizing-a-river

    #weaponization #Evros #asile #migrations #réfugiés #frontières #Thrace #Grèce #Turquie #architecture_forensique #Forensic_Architecture #rivière

    • GEOGRAPHY OF EVROS/MERIÇ RIVER PUSHBACKS

      Across January, BVMN collected testimonies
      documenting pushbacks over the Evros/
      Meriç river on the Greek-Turkish border,
      impacting over 500 people-on-the-move.
      These incidents validate a pattern identified
      by BVMN of Greek authorities using small
      islands in the river to stage pushbacks, often
      leaving groups stranded there for indefinite
      periods. Beyond inhumane treatment –
      pregnant women have been left without food,
      water or shelter – several reports indicate
      that people are placed at direct risk of
      drowning (see 8.4) in the river.
      Ironically, Greece has cited flooding as a
      reason not to mount rescue operations or
      recover the bodies of those who have
      drowned, while using the riverʼs water level
      and challenging geomorphology to refute the
      possibility of pushbacks.
      One testimony (see 8.5) offers a compelling
      example of the dangers associated with this
      practice. It describes how eight North African
      men were driven into the middle of the Evros
      river and ordered to jump in. With “water
      reaching their chests ”, the men were forced
      to wade to an island from where they could
      swim to Turkish shores. While attempting the
      crossing, however, one man was swept away
      by the overwhelming current, only managing
      to survive by grabbing onto a fallen tree.
      Witnessing this scene, the remaining men on
      the island feared to cross as they could not
      swim. With soaking wet clothes, they were
      stuck there for three days in sub-zero
      temperatures, until they were eventually
      retrieved by Greek police and pushed back to
      Turkey.
      Perhaps most unsettling is that the officers
      allegedly watched this scene unfold and took
      over 72 hours to intervene. Hypothermia is
      the second highest killer of transit groups in
      the Evros region. Reminiscent of the triborder
      area between Bulgaria, Greece and
      Turkey, which is being used to stage indirect
      chain pushbacks, this phenomenon
      represents a weaponization of geography, or
      as one commentator eloquently wrote, ʻa
      form of hybrid border violence that explicitly
      incorporates the river ecology itselfʼ.

      https://www.borderviolence.eu/balkan-region-report-january-2021
      –-> pp.7-8

  • Covid-19 : la frontière entre les Etats-Unis et le Canada reste fermée jusqu’au 21 mars
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/20/covid-19-la-frontiere-entre-les-etats-unis-et-le-canada-reste-fermee-jusqu-a

    La fermeture de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada à tous les déplacements non essentiels a été prolongée de un mois – jusqu’au 21 mars –, a indiqué vendredi le gouvernement canadien.« Les restrictions concernant les voyages non essentiels avec les Etats-Unis ont été prolongées jusqu’au 21 mars 2021 », a ainsi annoncé Bill Blair, ministre de la sécurité publique, sur Twitter.La fermeture des frontières des Etats-Unis avec ses deux partenaires de l’Association de libre-échange nord-américain, le Canada et le Mexique, a été décidée en mars et prolongée chaque mois depuis. Seuls sont autorisés le commerce des biens et des marchandises, ainsi que les voyages considérés comme essentiels.
    A partir de lundi, tous les voyageurs se rendant au Canada devront par ailleurs se mettre en quarantaine dans un hôtel dès leur arrivée, en attendant que leur soient communiqués les résultats du test de dépistage PCR obligatoire auquel ils se seront préalablement soumis.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#canada#sante#hotequarantaine#depistage#frontiere#circulation

  • « Ceux qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre » : en quarantaine à l’hôtel, des voyageurs racontent un moment « hors du temps »
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/21/ceux-qui-ne-l-ont-pas-vecu-ne-peuvent-pas-comprendre-en-quarantaine-a-l-hote

    Cocotiers, ciel bleu, chant des tourterelles… En septembre, Béatrice et Vincent ont vécu à quelques mètres de la mer, à l’île Maurice. « Sauf qu’un grand mur de pierre infranchissable cachait le paysage », précise Béatrice. Le couple de trentenaires a vécu deux semaines enfermé dans une chambre d’hôtel avec leur fille de 2 ans, un sort commun à de nombreux voyageurs depuis le début de la pandémie de Covid-19.Depuis bientôt un an, plusieurs pays ont imposé une quarantaine de quatorze jours à l’hôtel pour toutes les personnes arrivant de l’étranger. Le Royaume-Uni a inauguré, lundi 15 février, des mesures similaires pour celles en provenance de pays classés à risque. A partir du 22 février, les voyageurs atterrissant au Canada devront, eux, s’isoler trois jours à l’hôtel.
    L’hôtel Sofitel de l’aéroport de Heathrow, dans l’ouest de Londres, le 14 février.
    Que se passe-il dans le huis clos de ces chambres transformées en salles d’attente ? En réponse à un appel à témoignages, les internautes ont raconté au Monde un moment « hors du temps ». Tous préviennent : « Si vous pouvez éviter une quarantaine à l’hôtel, faites-le. » Le prix d’un tel séjour allant de 1 500 à 2 500 euros par personne, les témoignages évoquent majoritairement des impératifs personnels ou professionnels.
    Confiné seul dans son logement de 15 m2 à Toulouse, Tom, étudiant franco-australien de 21 ans, voulait rejoindre sa famille à Sydney en avril. Après un été passé auprès de son père malade, Delphine rentrait chez elle à Singapour, fin août. Au même moment, Anne-Hélène, nommée professeure de philosophie au lycée français de Bangkok, s’installait en Thaïlande. Repoussant depuis de longs mois leur déménagement à l’île Maurice, Béatrice et Vincent, eux, ont pris en septembre le dernier vol de rapatriement, qui était assorti d’une quarantaine financée par l’Etat.
    A peine le pied posé sur le sol de leur pays d’accueil, tous se souviennent avoir été pris pour des « parias ». « On avait l’impression d’être des virus ambulants », raconte Béatrice, accueillie à l’aéroport par des personnels en tenue de protection intégrale, avant d’être conduite en car à l’hôtel.
    Un voyageur assis à une fenêtre de l’hôtel Radisson Blu, à l’aéroport de Heathrow, dans l’ouest de Londres, le 17 février.Si les règles de la quarantaine varient selon les pays, elles partagent la même rudesse. En Australie, Tom n’a jamais pu ouvrir sa fenêtre pour respirer l’air extérieur pendant ses quatorze jours d’isolement.
    Pour vivre au mieux cette privation de liberté, Delphine s’est longuement
    Débute ensuite « le temps subi ». « Celui des rendez-vous imposés qui rythment la journée », raconte Delphine. « On se sent un peu comme dans un zoo : des animaux qui attendent les heures de repas », décrit Béatrice. A l’île Maurice comme ailleurs, les pensionnaires ont interdiction de croiser les personnes en combinaison servant la nourriture. Même s’ils séjournent dans des hôtels multi-étoilés, tous décrivent des menus rudimentaires, similaires aux plateaux-repas industriels servis dans les avions. « Du riz, du riz et encore du riz », du petit déjeuner au dîner pour Delphine, à Singapour. (...)Tous évoquent l’importance des « petits plaisirs » : musique, sport, bains, films… « Hormis le jour et la nuit, il n’y a pas grand-chose qui vous raccroche au réel, donc il faut se recréer un monde agréable », abonde Anne-Hélène,Les séances de peinture, de dessin, de danse organisées pour occuper leur fille ont aidé Béatrice et Vincent à tenir. Pour d’autres, le travail a été salvateur. Anne-Hélène a préparé sa rentrée. Tom, étudiant en ingénierie aéronautique, suivait ses cours à distance avec la France, de 18 heures à 3 heures, en raison du décalage horaire. L’étudiant, habitué aux petits espaces, reconnaît avoir vécu « comme des vacances » ce séjour dans une suite immense du Sofitel de Sydney, avec baignoire, lit « king size » et un salon séparé. (...) Beaucoup décrivent ce que Delphine appelle le « blues du 6e jour ». « Quand vous n’êtes pas tout à fait à la fin de la première semaine, le temps qu’il reste semble long », rapporte-t-elle. Le lendemain, en guise d’encouragement, tous les résidents de son hôtel singapourien ont reçu un gâteau pour les féliciter du chemin parcouru. « Singapour a un côté militaire et infantilisant », souligne la magistrate, qui est finalement « rentrée dans le jeu ». « C’est stupide, mais j’étais fière de recevoir ce gâteau, je l’ai pris en photo pour l’envoyer à mes amis », poursuit-elle.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#hotelquarantaine#depistage#frontiere#circulation#santementale