• Comment #Big_Pharma pénalise-t-il le traitement de l’épidémie des opiacés ? - Actualité Houssenia Writing
    https://actualite.housseniawriting.com/sante/2017/08/09/comment-big-pharma-penalise-t-il-le-traitement-de-lepidemie-des-opiaces/23013

    Traduction d’un article de The Conversation par Robin Feldman, professeure de propriété intellectuelle à l’université de Californie.

    Les grandes entreprises pharmacologiques (Big Pharma) utilisent de nombreuses tactiques pour retarder l’arrivée des #génériques et on peut prendre l’exemple des traitements contre l’épidémie des #opiacés.

    • En 2015, 80 % de la croissance des bénéfices des 20 plus grandes entreprises technologiques provenaient de l’augmentation des prix. Et les médicaments aux États-Unis sont largement plus chers que dans d’autres pays. Par exemple, le Syprine, un médicament contre l’insuffisante hépatique, coute moins de 400 dollars pour un an de traitement dans de nombreux pays. Aux États-Unis, ce médicament coute 300 000 dollars. Sovaldi, le médicament contre l’hépatite C de Gilead, coute environ 1 000 dollars à l’étranger. Aux États-Unis, il coute 84 000 dollars.

      Il faudra un motif d’inculpation pour trainer les gens qui décident cela devant la justice. Un truc du genre crime contre l’humanité.

    • Un des aspects intéressants des câbles diplomatiques américains, publiés par Wikileaks, c’était justement qu’une des activités principales des ambassades ricaines dans monde consiste à défendre les intérêts des grands groupes pharmaceutiques américaines.

      Par exemple (quasiment au hasard), ce câble de 2005 à ce sujet au Brésil :
      https://wikileaks.org/plusd/cables/05BRASILIA1567_a.html

      1. (C) Summary. Ambassador Hugueney of Brazil’s Foreign Ministry (Itamaraty) told Ambassador June 6 that U.S. pharmaceutical companies should improve their offers on pricing and/or voluntary licenses for AIDS treatment drugs so as to avoid compulsory licensing by the Ministry of Health (MoH). Hugueney believed movement in the Chamber of Deputies of legislation that would deny patentability to AIDS drugs was likely intended to provide greater leverage to the Ministry of Health in its negotiations with the pharmaceutical companies. The bill’s broad political backing, he observed, makes a presidential veto unlikely should the legislation pass. On the WTO Doha Round of trade negotiations, Hugueney said Brazil will submit a “substantially improved” revised services offer the week of June 6. Hugueney expects to take up the post of Brazil’s Ambassador to the WTO by late August or early September. Hugueney confirmed Brazil’s plan to attend the June 21 to 22 US-EU International Conference on Iraq. End Summary.

      2. (SBU) On June 6, Ambassador met with Clodoaldo Hugueney, Itamaraty’s Under Secretary for Economic and Technological Affairs, to discuss a number of trade issues, principally, pending legislation that would render drugs to prevent and treat AIDS un-patentable, and the continuing threat of compulsory licensing facing the U.S. pharmaceutical companies Gilead Sciences, Abbott Laboratories, and Merck, Sharp & Dohme for their AIDS treatment drugs (ref A). Hugueney was accompanied by his assistant, Miguel Franco, and Otavio Brandelli, Chief of the Ministry’s IPR Division. Ecouns, Commoff, and Econoff accompanied Ambassador.

      AIDS Drugs - Compulsory License Threat and Patent Legislation

      3. (C) Hugueney, who had just returned from Doha negotiations in Geneva, said Itamaraty is following MoH negotiations with the pharmaceutical companies closely and described them as boiling down to issues of pricing or voluntary license/royalty payments. He noted the intense pressure the GoB is under from civil society, particularly NGOs, to issue compulsory licenses. Hugueney agreed the best outcome would be to avoid compulsory licenses, but opined that to do so would require improved offers on price or voluntary licensing from the companies. (Upon relaying this message to the companies, the Merck representative here told us his company was in the process of preparing a more detailed offer, although he did not say that it would be more forthcoming on prices. As for Gilead and Abbott, they have taken Hugueney’s suggestion “under advisement.”) Hugueney further advised the companies to maintain a dialog with the MoH to forestall precipitous, politically motivated action by that Ministry, and encouraged them to explain/present their proposals to a wide array of GoB interlocutors.

  • Generic drug price-fixing investigation expands to 300 drugs and 16 companies - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/business/economy/investigation-of-generic-cartel-expands-to-300-drugs/2018/12/09/fb900e80-f708-11e8-863c-9e2f864d47e7_story.html

    “This is most likely the largest #cartel in the history of the United States,” Nielsen said. He cited the volume of drugs in the schemes, that they took place on American soil and the “total number of companies involved, and individuals.”

    L’action de Teva chute après des allégations de fraude à la fixation de prix | The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/laction-de-teva-chute-apres-des-allegations-de-fraude-a-la-fixatio

    Des responsables des compagnies de médicaments, notamment Mylan et Dr. Reddy aux côtés de Teva, auraient développé un jargon pour communiquer sur la division du marché, appelé le « bac à sable », pour « un schéma de fixation des prix illégal d’envergure », selon le journal.

    « Ecraser le marché » était l’expression utilisée quand une société vendait des médicaments à des prix inférieurs à ceux qui étaient convenus et l’on s’assurait que tous les concurrents obtenaient une « part équitable » des profits.

    #génériques #médicaments #combines autant pour l’"#auto-régulation du marché" #états-unis

  • Why Consumers Lose in the Big Pharma Wars - Knowledge Wharton
    http://knowledge.wharton.upenn.edu/article/why-consumers-lose-in-the-big-pharma-wars

    Same Drug, Different Packaging

    Drug companies make significant profits as long as their patents hold, preventing generics from entering the market. But they have found a clever way to extend patent expiration by “tweaking” the medications. Feldman cited a 10-year study of prescriptions sold in the U.S. that showed how companies extend the “protection cliff” by adding exclusivities, additional patents and other minor changes.

    “Rather than creating new medicines, pharmaceutical companies are recycling and repurposing old ones,” she said. “Every year, at least 74% of the drugs associated with new patents were not new drugs coming on the market, but they were existing drugs. In other words, we are lavishing these rewards not on exciting new innovations but on tweaks to things that already exist.” She added that extending the protection cliff is particularly pronounced among blockbuster drugs. “Of the roughly 100 best-selling drugs, almost 80% extended their protection cliff at least once, and half extended the protection cliff more. We have lots of examples of what I like to call serial offenders.”

    The Hatch-Waxman Act, enacted in 1984, was designed to allow rapid entry of generic drugs into the market as soon as patents ended. For a long time, the law was successful at bringing competitors into the fold, which brought down prices by up to 80%. The law also allows a drug company to challenge a patent. If the challenger wins, they are rewarded by being the only generic on the market for six months.

    “That’s intended to help clear out weak and inappropriate patents,” Feldman said. “Unfortunately, the drug companies have taken this system and twisted it around.” She said patent holders are settling with challengers in what is known as “pay for delay” agreements. In other words, they pay that first generic to stay off the market.

    “So, the branded drug stays on the market at a very high price. The generic gets paid a little of that monopoly rent to stay off the market. And when the generic comes to market, it still gets its six-month exclusivity,” she said. “It’s a win-win for the branded drug. It’s a win for the generic drug. Consumers and society lose. These things push out the horizon at which a generic drug would enter the market.”

    Feldman believes the best way to fix the broken system is to simplify it. “Complexity breeds opportunity. And the drug industry is adept at exploiting that complexity. A simpler system makes it much more difficult to play games.” She advocates legal changes that would remove incentives and limit companies to one period of exclusivity on a chemical formulation with no allowance for extensions. She also calls for greater transparency in the process.

    #Big_Pharma #Médicaments #Marché #Génériques

  • Big Pharma’s Pollution Is Creating Deadly Superbugs While the World Looks the Other Way | Alternet
    http://www.alternet.org/environment/pollution-creating-deadly-superbugs

    Voyage au bout de l’enfer : quand la pharmacie devient une industrie polluante, le danger finit par devenir plus grand à terme que les avantage maintenant.

    Industrial pollution from Indian pharmaceutical companies making medicines for nearly all the world’s major drug companies is fuelling the creation of deadly superbugs, suggests new research. Global health authorities have no regulations in place to stop this happening.

    A major study published today in the prestigious scientific journal Infection found “excessively high” levels of antibiotic and antifungal drug residue in water sources in and around a major drug production hub in the Indian city of Hyderabad, as well as high levels of bacteria and fungi resistant to those drugs. Scientists told the Bureau the quantities found meant they believe the drug residues must have originated from pharmaceutical factories.

    The presence of drug residues in the natural environment allows the microbes living there to build up resistance to the ingredients in the medicines that are supposed to kill them, turning them into what we call superbugs. The resistant microbes travel easily and have multiplied in huge numbers all over the world, creating a grave public health emergency that is already thought to kill hundreds of thousands of people a year.

    A group of scientists based at the University of Leipzig worked with German journalists to take an in-depth look at pharmaceutical pollution in Hyderabad, where 50% of India’s drug exports are produced. A fifth of the world’s generic drugs are produced in India, with factories based in Hyderabad supplying Big Pharma and public health authorities like World Health Organisation with millions of tons of antibiotics and antifungals each year.

    The researchers tested 28 water samples in and around the Patancheru-Bollaram Industrial zone on the outskirts of the city, where more than than 30 drug manufacturing companies supplying nearly all the world’s major drug companies are based. Thousands of tons of pharmaceutical waste are produced by the factories each day, the paper says.

    #pharmacie #pollution #résistance_aux_antibiotiques #antibiotiques #génériques

  • Le #docetaxel, traitement de #chimiothérapie : chronique d’une catastrophe annoncée | Rose Magazine
    http://www.rosemagazine.fr/magazine/sante/article/docetaxel-generique


    Et un scandale sanitaire de plus ! L’inaction de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) est criminelle ! Combien de temps et de morts faudra t’il pour que les firmes pharmaceutiques soient plus contrôlées et que les pouvoirs publics soient au minimum réactifs quand ils sont alertés.
    #médicaments #médecine #cancer #ANSM #laboratoires_pharmaceutiques #génériques

    • En 2010, le Taxotere-Sanofi vit les derniers jours de son très juteux brevet. La molécule va dans quelques mois tomber dans le domaine public. Cette année-là, Sanofi change la présentation de son médicament et simplifie la préparation des perfusions en un unique flacon prêt à diluer. Cette nouvelle présentation est approuvée par l’Agence européenne du médicament (EMA). Un changement anodin ? Non. Rien n’est anodin lorsqu’on parle d’un cytotoxique avec une « marge thérapeutique » si étroite.

      D’ailleurs, les soignants observent vite une différence.

      (...)

      En 2012, [le] #brevet de Sanofi tombe dans le domaine public et la molécule docétaxel devient libre de droit. Les premiers génériques arrivent sur le marché.

      Au vu de l’augmentation des effets secondaires pour une variation de 1% dans le Taxotere, comment personne n’a pu anticiper, même imaginer, que le passage au générique allait être problématique ? Une équipe de l’ESCPCI de Paris avait pourtant, en 2008, étudié la qualité des 31 génériques du docétaxel déjà sur le marché international. Résultats de l’étude : « 90% des génériques étudiés contiennent insuffisamment de médicament, un haut niveau d’impuretés ou les deux à la fois. Cela peut à la fois affecter l’efficacité et la sécurité du médicament ». (...)

      C’est à ce moment précis que le train de la #pharmacovigilance déraille.

  • J – 168 : Fuocoammare de Giafranco Rosi est un film virtuose, c’est admirablement filmé, c’est monté d’une façon extrêmement précise et avec un rythme lent magnifique, c’est un film intelligent, les images sont souvent très bien composées, poétiques pour certaines, et pleines d’une suggestion remarquable, ainsi le petit garçon de douze ans, originaire de l’île, souffre d’un mal qui porte le nom d’œil paresseux - quelle métaphore ! - et c’est un film documentaire qui se situe résolument à l’extrême frontière du genre, un pas de plus dans cette direction et le film devient une fiction. Sauf que je me demande si ce point fusionnel entre les deux genres n’entre pas de plain-pied dans le domaine de l’art, non sans avoir survolé les territoires de l’esthétique.

    Or, voilà qui est problématique.

    Dans un film de fiction on peut très bien demander à quelques figurants de faire les morts ou encore à des acteurs de feindre le trépas. En y réfléchissant bien ce doit même être l’essentiel de la production fictionnelle de cinéma : il y a des morts, mais c’est un contrat tacite et implicite entre le réalisateur et le spectateur, personne, en dehors des accidents de tournage, ne meure vraiment.
    Dans un film documentaire, on peut aussi, avec un minimum de discernement, filmer des morts, mais cela reste quelque chose de périlleux, par exemple, dans Nuit et Brouillard , Alain Resnais produit un plan très ambigu où l’on voit un engin mécanique pousser une brassée de cadavres faméliques, et nus, vers une fosse commune au moment de la libération des camps : qui étaient ces personnes dont tout ce qu’il restera à la postérité, finalement, c’est cette image destinée à marquer les esprits, appuyée, qui plus est, par le commentaire lyrique de Jean Cayrol — une horreur —, c’est comme si toute l’existence de ces personnes était cantonnée à un effet cinématographique. Shoah de Claude Lanzmann et S21 de Rithy Pahn sont des documentaires qui traitent de génocides et donc de morts nombreux, mais les morts n’y sont pas filmés, dans S21 , c’est même l’absence de ces derniers qui est filmée, les anciens tortionnaires du camp miment les mauvais traitements qu’ils infligeaient aux détenus, le corps de la victime n’est plus là, il est absent.

    Or, se servir de l’image de la dépouille d’Autrui pour l’incorporer dans une œuvre d’art revient à annexer l’Autre, en faire un objet, ce qu’il n’est pas, ce qu’il ne sera jamais, ce qu’il ne devra jamais être, qui plus est pour servir un but personnel, ici esthétique, rendre plus percutantes des images qui ne manquaient par ailleurs pas de force et certainement pas d’esthétisme, souci d’un traitement esthétique de la lumière, fortes sous-expositions pour dramatiser les scènes nocturnes et saturer les couleurs, cadrages adroits, admirablement composés, tels des tableaux bien souvent.

    Certes ce n’est pas l’obscénité d’un Aï Wei Wei ( https://seenthis.net/messages/461146 ) qui se met en scène dans la pose du cadavre du petit Eylan sur les côtes Turques, ou encore qui pare les colonnes doriques de je ne sais quelle institution culturelle allemande de gilets de sauvetage, mais c’est un pas résolu dans cette direction, dans celle de l’usage que l’on fait de la dépouille de son prochain pour servir une cause personnelle que l’on estime, finalement, supérieure.

    Dans le cas de cette projection au Kosmos de Fontenay-sous-Bois, le film était suivi d’un débat animé par quelques personnes d’Amnesty International et de Maryline Baumard. Je me pose la question de la pertinence de cette saisie d’un tel film tel un étendard pour une organisation non gouvernementale, il me semble que c’est au mieux, improductif, quant à Maryline Baumard du Monde , non contente d’avoir tenu un blog récemment en accompagnant un navire de sauvetage des réfugiés ( https://seenthis.net/messages/506345 ), dans lequel un ton trépidant donne à lire le reportage d’une nouvelle aventure , celle nécessairement bien fondée du sauvetage, assure donc le service après-vente d’une entreprise, Fuocoammare de Giafranco Rosi, aussi fautive que la sienne qu’elle concluait lyrique et triomphante au printemps 2016 : on ne pourra pas dire que l’on ne savait pas … sauf que cela fait, hélas, très longtemps que l’on sait. J’ai donc efficacement résisté à ne pas participer au débat après le film pour ne pas créer de scandale dans le cinéma de mon ami Nicolas, mais il y a des limites.

    Au premier rang, pendant tout le film, les commentaires pas vraiment mezzo voce de cette dame ont résonné, ah oui, ça c’était comme tel ou tel jour ... de son reportage infâme. Cette insistance à vouloir en être, à le faire savoir, comment dire en évitant la grossièreté ?, est d’une telle obscénité anti éthique. La même, en voiture, à la sortie de je ne sais quelle porte du boulevard périphérique, remonte son carreau devant des mendiants brandissant des pancartes Syrian families au motif que l’on voit bien que ce sont des Rroms sans doute.

    J’ai le souvenir prégnant, en 1994, si mes souvenirs sont bons, de voir Bernard-Henri Lévy écarter du bras un Bosniaque d’une tribune où il était venu témoigner du siège de Sarajevo, pour pouvoir prendre la parole.

    Exercice #33, #34 et # 35 de Henry Carroll : #33 Prenez une photographie de vous en train de faire semblant d’être quelqu’un d’autre, # 34 Prenez une photographie de vous en train de faire semblant d’être vous-même et # 35 Prenez une photographie de vous en train d’être vous même.

    #qui_ca

    • #Fuocoammare... longue discussion avec une amie et @albertocampiphoto sur ce film...
      En clé post-coloniale ce film est très problématique... C’est la reproduction des mêmes images, toujours les mêmes... Rosi montre des arrivées d’une #masse_anonyme de #corps #noirs (#mythe/#préjugé de l’#invasion), des #blancs avec #masques et #gants qui les « accueillent »...
      Les gens du village, dont le petit gamin à l’oeil paresseux, qui paraissent avec nom et prénom dans les #génériques, comme si c’était des acteurs, mais pas un seul migrant a l’honneur d’avoir son nom qui défile dans les génériques...
      Aucune contextualisation politique. Alors que ce film se veut un documentaire. Aucune dénonciation, même pas subtile, des politiques migratoires européennes. La seule information qui est donnée, celle des morts en Méditerranée en ouverture du film, n’est pas correcte, un chiffre décidément sous-estimé (je me demande bien où il a sorti ce chiffre, le réalisateur)...
      Réalisateur qui, présent à une projection à Genève, confond allégrement Mare Nostrum, avec Frontex et avec l’opération Triton. Ils les utilisent comme si c’était des synonymes... Cela montre bien qu’il y a un problème dans la préparation du film, car, je le répète, Rosi se présente comme une documentariste !

      Le mérite, à mes yeux, de ce #film, c’est d’avoir montré de façon très claire que migrants et habitants de #Lampedusa, ne se rencontrent jamais... sauf un personnage, le plus intéressant de l’histoire, le médecin... qui soigne l’oeil paresseux du petit gamin, et les brûlures des migrants...

      Bref, des images très très belles, mais beaucoup de réticences quand même vis-à-vis de ce film...

      Voilà.

      #post-colonialisme

    • @cdb_77 C’est étonnant pur moi de constater qu’une personne comme toi qui connais bien le sujet tiques sur tant de choses, ce qui tend à valider mes soupçons qui sont plutôt du côté des images, du vocabulaire visuel, et qui ne sont que des intuitions.

      Merci mille fois de me donner de telles confirmations.

      D’après ce que j’ai vu par la suite, lorsque Rosi a reçu je ne sais quel prix, il était accompagné des « acteurs » de son film, dont le petit garçon, mais effectivement d’aucun réfugié, aucun, qui ne soit, de fait, mentionné au générique. C’est donc une entreprise aussi coupable et égotique que cette de Maryline Baumard ! Ben c’est pas beau.

    • En fait, ce qui m’énerve, c’est que ce film a été montré devant le parlement européen, que Rosi était très fier de le dire.
      Un film qui ne fait qu’alimenter les mêmes préjugés n’a pas de place au parlement européen...

      Autre chose, toujours pendant la prise de parole à la projection, a souvent parlé de #complexité. La migration, les morts en Méditerranée, c’est une sujet complexe, difficile à comprendre...
      En fait, c’est aussi un mensonge, c’est plutôt facile, ça peut s’expliquer en moins de 30 secondes :
      « Chère Europe, tu as fermé les frontières, voilà pourquoi des dizaines de milliers de personnes meurent en Méditerranée ».
      That’s it. Easy.
      Mais dire que c’est complexe, c’est ne pas pointer du doigt les responsables...

      Quelques mots, ou une carte, celle de @reka :


      http://visionscarto.net/mourir-aux-portes-de-l-europe
      That’s it. Easy.

    • J’adhère à 100 à ce qui développe Cristina @cdb_77 et jue veux juste ajouter en plus que j’ai en effet travaillé avec une étudiante à Genève lors d’un atelier de carto à la HEAD qui a très bien montré les stratégies spatiales sur Lampedusa pour « laccueil » des réfugiés et p^ouvé que les habitants de Lampedusa — à moins de fa-ire un gigantesque effort -pour aller à leur rencontre — ne voient pratiquement jamais ne serait-ce que l’ombre d’un·e réfugié·e. Je recherche l’étude.

    • @reka En fait, le fait que les habitants de l’île soient imperméables à ce qu’il se passe autour d’eux est plutôt bien dit dans le film, avec même une certaine élégance, la deuxième séquence du film montre des antennes de radio et des radars qui tournent et diffusent un dialogue invisible, celui d’un naufrage en train de se produire, et , par la suite, il y a ce syndrome de « l’oeil paresseux » du petit garçon qui est une métaphore assez parfaite (et pas trop appuyée).

      Pour le coup, je ne pense pas que ce soit par ce biais là que le film soit attaquable, mais bien davantage dans ce que Christina énumère et qui dit le caractère générique des naufragés.

      Dans le deuxième commentaire de Chrsitina, avec ta carte, oui, la question se pose, at-t-on besoin d’un film élégant et trompeur pour que l’on « prenne conscience » (comme c’est le but de Maryline Baumard dans son blog à la con), quand en fait il n’y a pas de complexité, que celle que l’on voudrait pouvoir agiter à la façon d’un écran de fumée pour rester caché à l’accusation, qui, elle, est irréfutable.

      De la même manière, il y a queques temps il y avait eu un très beau signalement sur seenthis à propos du regain de croissance économique en Suède suite à l’accueil que les suédois avaient fait à de nombreux réfugiés (personnellement je ne suis pas spécialement attaché à la croissance économique, mais bon), et c’est un concept, le concept économique, en faveur d el’accueil des réfugiés, qui est régulièrement démontré et expliqué, mais jamais entendu. C’est même pire que cela, il est entièrement détourné, on dira que l’on na pas les moyens économiques d’accueillir les réfugiés quand en fait cela serait une aubaine (et presque chaque fois on citera la fameuse phrase de Rocard en la tronquant, « la France ne peut accueullir toute la misère du Monde, mais », partie qui saute dans la citation, « elle doit en accueillir sa juste part »). Le raisonnement économique est uniquement là, personne n’y comprend jamais rien à l’économie (alors que ce n’est que de l’extrapolation de comptabilité, autant dire une matière sans mystère), pour cacher une peur culturelle, la peur de l’Autre.

    • Oui oui, je ne me suis peut-être pas bien exprimée, mais le film montre TRES bien (et c’est son mérite, à mes yeux) ces non-rencontres possibles/souhaitées entre migrants et habitants.
      C’est le point fort du film.
      Avec une seule figure de la rencontre : le médecin.
      On aurait peut-être plus en trouver quelques-uns de plus : les travailleurs du hotspot. Ils sont aussi très probablement des habitants de l’île.

  • Accès aux #médicaments : le diktat des laboratoires pharmaceutiques
    http://www.france24.com/fr/20160428-industrie-pharmaceutique-prix-medicaments-business-profits

    https://www.youtube.com/watch?app=desktop&persist_app=1&v=YA8cYmxHG4A

    Pourquoi les #médicaments sont-ils de plus en plus chers ? Cette hausse des prix date de quelques mois, et elle interpelle. Membre de Médecins Sans Frontières, Nathalie Ernoult est l’invitée de l’Entretien de l’Intelligence Economique pour discuter de cette hausse des tarifs. Selon elle, les prix de #vente n’ont plus de lien avec les #coûts de fabrication des médicaments.

    #pharma le #diktat n’est pas possible sans la #complicité des #Etats #dividendes #santé

  • Les stratégies des pharmas pour retarder la commercialisation de #génériques

    Chaque jour de gagné avant la commercialisation d’un générique représente des sommes colossales pour les entreprises pharmaceutiques, qui emploient diverses stratégies pour prolonger la vie commerciale de leurs médicaments. Tour d’horizon en quatre points.

    http://www.rts.ch/info/economie/7604815-les-strategies-des-pharmas-pour-retarder-la-commercialisation-de-generiq
    #médicaments #santé #industrie_pharmaceutique
    cc @fil

  • [James Love is] Big Pharma’s worst nightmare | Sarah Boseley | The Guardian
    http://www.theguardian.com/society/2016/jan/26/big-pharmas-worst-nightmare

    Jamie Love has spent years battling global drug companies, unshakable in his belief that even the world’s poorest people should have access to life-saving medicines.

    #pharma #génériques #brevets #santé #portrait #militer

  • Martin Shkreli may get competition for his pricey drug, after all | Pharmalot
    http://pharmalot.com/martin-shkreli-may-get-competition-for-his-pricey-drug-after-all

    A little-known company called Imprimis Pharmaceuticals announced plans to make a combination medicine that includes pyrimethamine, the same active ingredient found in Daraprim. And Imprimis intends to charge just $99 for a bottle of 100 capsules, or about $1 each. Daraprim costs $750 per tablet.

    #génériques #pharma

  • Why South Africa’s health minister is so worried about India caving in to big pharma
    http://scroll.in/article/745344/why-south-africas-health-minister-is-so-worried-about-india-caving-in-to-big-

    South Africa is in the process of introducing a progressive Intellectual property law modelled largely on the Indian Patent Act. Stating that the country was following India’s footsteps but was worried that India was turning pro-pharma, Motsoaledi said, “I have heard a rumour that they [India] want to reverse their [IP] policies. We are very scared and worried [about the developments in India]. Why are they reversing these policies?

    (...) [Motsoaledi] was widely quoted in national and international media as saying, “I am not using strong words; I am using appropriate words. This is #genocide.”

    He also called upon all South Africans to fight the plot of “satanic magnitude....to the last drop of their blood”. The memo essentially laid out a ‘secret’ plan by #PhRMA (Big Pharma’s lobby body) to discredit the National IP Policy and prevent its passing in Parliament. This has come to be known as the Pharma Gate scandal.

    #inde #afrique_du_sud #brevets #médicaments #sida #génériques #santé

  • Les #génériques, c’est pas toujours économique !
    http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/les_generiques_c_est_pas_toujours_economique_nbsp/(key)/386534

    Alors que les consommateurs commencent à adopter le réflexe « génériques » pour payer les #médicaments moins cher, voici que fleurissent dans les pharmacies des #génériques_conseils : même marque, même composition, mais beaucoup plus chers.

    [...]

    Alors que les médicaments génériques commençaient à gagner le respect des consommateurs, voilà donc que les génériques conseils viennent semer le trouble dans les esprits. Il ne faut donc pas hésiter à demander à son pharmacien un « vrai » générique, remboursable par la Sécurité sociale – même si, acheté sans ordonnance, il ne sera pas pris en charge. Ainsi, on est sûr de payer le meilleur prix, et le même quelle que soit l’officine

    #arnaque

  • Don’t Trade Away Our Health - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2015/01/31/opinion/dont-trade-away-our-health.html

    On ne le rappellera jamais assez,

    Of course, pharmaceutical companies claim they need to charge high prices to fund their research and development. This just isn’t so. For one thing, drug companies spend more on marketing and advertising than on new ideas. Overly restrictive intellectual property rights actually slow new discoveries, by making it more difficult for scientists to build on the research of others and by choking off the exchange of ideas that is critical to innovation. As it is, most of the important innovations come out of our universities and research centers, like the National Institutes of Health, funded by government and foundations.

    #pharma #menteurs #manipulateurs #génériques

  • #Hépatite_C : les associations saluent la décision de l’office Indien des brevets - Communiqués | Médecins Sans Frontières
    http://www.msf.fr/presse/communiques/hepatite-c-associations-saluent-decision-office-indien-brevets

    En plein débat sur le coût des nouveaux traitements contre l’Hépatite, l’office indien des #brevets a rejeté mardi 13 janvier une des demandes de brevet formulées par #Gilead sur le #sofosbuvir. Les associations se félicitent de cette décision, qui contribue à une amélioration de l’accès aux traitements pour de nombreux patients.

    #santé #Inde #génériques

  • Drug pollution risk ’a global responsibility’ › News in Science (ABC Science)
    http://www.abc.net.au/science/articles/2014/12/18/4145868.htm

    the drugs find their way into the environment through the waste stream," he says.

    Major “point sources” of contamination are drug manufacturing facilities, which are increasingly being moved to poorer countries, where labour costs are lower, he adds.

    “There is some evidence from China and India that effluents from drug manufacturing plants contain high concentrations of antibiotics and other drugs including antidepressants and NSAIDs (non-steroidal anti-inflammatory drugs),” says Kookana.

    “The rivers and lakes receiving these effluents have been found to be contaminated with these drugs.”

    #pharma #génériques #environnement

  • Let India Make Cheap Drugs - by DAVID SINGH GREWAL and AMY KAPCZYNSKI
    http://www.nytimes.com/2014/12/12/opinion/let-india-make-cheap-drugs.html?smid=tw-share

    generics can be purchased across the developing world from an Indian company, Cipla, for less than $200 a year. It is India’s laws that have enabled the country’s flourishing generics industry to offer its people and other less-wealthy societies such savings.

    #santé #pharma #génériques #inde #brevets

  • Rapid Price Increases for Some Generic Drugs Catch Users by Surprise
    http://www.nytimes.com/2014/07/09/health/some-generic-drug-prices-are-soaring.html

    What the cardiologist did not know then was that the price of generic digoxin was rapidly rising. The three companies selling the drug in the United States had increased the price they charge pharmacies, at least nearly doubling it since late last year, according to EvaluatePharma, a London-based consulting firm.

    #pharma #génériques

  • Cheap drugs and the millionaire whistleblower — New Internationalist
    http://newint.org/features/2014/04/01/drugs-india-whistleblower

    How the case of Dinesh Thakur – who blew the whistle on Indian drugs company Ranbaxy – played into the hands of Big Pharma. Sandhya Srinivasan reports from India.

    Ranbaxy, which sells generic drugs all over the world, was fined $500 million by a US court.

    #whistleblowers #pharma #génériques #ranbaxy #Inde

  • Discours de l’Afrique du Sud à l’OMS, à la suite du #Pharmagate
    http://keionline.org/node/1913

    In 2000, the cost of combination antiretroviral therapy per person per annum was US$10 000. In 2010, ten years later these costs had been reduced to USS$1 000 per person per annum. We have further reduced these costs by 50%. This would not have been possible without generic competition. This explains why today, South Africa has been able to put 2,4 million people on treatment.
    Today around 4% of South Africans are on second line antiretroviral therapy. This number must be increased to 14% for those who have been on ART for more than 5 years. We know the long-term problems of managing a life-long chronic disease and the challenges of patients who fail first line therapy, who must be put on second line and salvage therapy. We need to avoid virological failures and achieve good clinical and immunological outcomes. This will not be possible at current costs which are 2,5 times the cost of 1st-line therapy.
    Similar arguments can be made regarding XDR-TB which is a killer and can be aggressively confronted with newer therapies, i.e. only if they are affordable. We have to put people on treatment that is affordable.
    EB134/12 refers to the MDR-TB crisis, having patients put on a waiting list. This should be avoided - and can be avoided.
    Generic competition has been the main driver of affordable medicines

    #sida #génériques #pharma #brevets #tuberculose #santé

  • Des géants pharmaceutiques ont trompé les patients souffrant d’un cancer

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/1756749/2013/12/12/Des-geants-pharmaceutiques-ont-trompe-les-patients-souffrant-d-un-cancer.dhtml

    L’affaire concerne le Fentanyl, un antidouleur cent fois plus puissant que la morphine et qui est principalement destiné aux patients souffrant d’un cancer. En 2005 le brevet protégeant le médicament développé par J&J aux Pays-Bas expire et un concurrent, Sandoz, est prêt à lancer une variante moins chère.

    « Janssen-Cilag a payé son concurrent afin de ne pas pénétrer le marché », indique Joaquín Almunia, le commissaire européen à la concurrence. Une demande à laquelle Sandoz a répondu positivement, car « les versements mensuels qui ont été négociés étaient plus élevés que le bénéfice que Sandoz pensait pouvoir atteindre avec la vente de son produit. »

    Cet accord secret a tenu 17 mois, jusqu’à ce qu’un troisième concurrent lance un médicament générique basé sur la même molécule que le Fentanyl sur le marché.

  • La controverse sur les #médicaments « contrefaits » | Monde | Economie | Santé et nutrition
    http://www.irinnews.org/fr/report/98901/la-controverse-sur-les-médicaments-contrefaits

    Pour Mogha Kamal-Yanni, conseillère senior en politique médicale d’Oxfam, les préoccupations des compagnies pharmaceutiques sont purement commerciales et ne sont pas pertinentes pour les initiatives de #santé publique.

    En regroupant les deux, « on transfère la responsabilité de contrôler et de faire respecter les droits de #propriété_intellectuelle du détenteur privé de ces droits aux gouvernements, qui ont des ressources très limitées, et on ne règle pas le problème. Ce sont les médicaments de mauvaise qualité qui sont le véritable problème », a dit Mme Kamal-Yanni lors d’une réunion à la Chatham House, à Londres.

    La législation en matière de #copyright et de propriété intellectuelle varie fortement d’une région du monde à l’autre en dépit des efforts d’harmonisation déployés par des pays comme les États-Unis et le Japon, où sont basées de nombreuses compagnies pharmaceutiques.

    On rapporte un certain nombre de cas dans lesquels des médicaments génériques fabriqués légalement dans des pays comme l’Inde et destinés à d’autres pays où leur utilisation est tout aussi légale, comme le Nigeria ou le Brésil, ont été saisis alors qu’ils transitaient par l’Europe sous prétexte qu’ils violaient des #brevets reconnus par la législation européenne.

    Résultat ? Les tentatives pour sceller un accord international destiné à lutter contre les médicaments contrefaits ont rencontré une vive opposition. Des pays comme le Brésil, la Chine et l’Inde ont notamment accusé les géants pharmaceutiques de tenter d’utiliser l’#OMS pour éliminer la concurrence des médicaments génériques, plus abordables.

    Selon Anna George, du Centre de sécurité sanitaire mondiale de la Chatham House, l’industrie pharmaceutique doit cesser de mettre l’accent sur le terme fourre-tout de « contrefait ».

    #contrefaçon #génériques #big_pharma

  • Untangling the Web of Antiretroviral Price Reductions (16th edition) | Médecins Sans Frontières (MSF/ Doctors Without Borders)
    http://www.msf-seasia.org/14807

    Today at the International AIDS Society conference in Kuala Lumpur, Médecins Sans Frontières (MSF) launches two reports: the 16th edition of Untangling the Web of Antiretroviral Price Reductions, MSF’s report on price and access issues around antiretrovirals (ARVs), medicines used to treat HIV; and Putting HIV Treatment to the Test: A Product Guide for Viral Load and Point-of-Care CD4 Diagnostic Tools

    This year’s edition of Untangling the Web finds that although the price of first- and second-line ARVs have come down thanks to increased generic competition, third-line or salvage regimens remain exorbitantly priced, with middle-income countries such as Armenia paying more than US$13,000 per person per year for raltegravir, just one of the three or four drugs needed in a third-line cocktail. MSF also finds that while patents remain a barrier on newer drugs and in middle-income countries, some countries are using World Trade Organization-sanctioned TRIPS flexibilities to issue compulsory licences to allow more affordable access. Voluntary licences, however, are the preferred method by originator companies of selling new, patented ARVs to countries, but those companies are increasingly excluding all but least-developed and sub-Saharan African countries from their licences. Free trade agreements are also increasingly posing a threat to access to medicines in negotiating countries, with the EU-India Free Trade Agreement and the Trans-Pacific Partnership Agreement causing the most concern over proposed harmful provisions.

    MSF’s pricing analysis also extends to viral load monitoring tests in Putting HIV Treatment to the Test. Routine evaluation of a person’s viral load is important because it helps to identify who needs help in adhering to ART. Where adherence problems can be ruled out and treatment failure has already occurred (because drug resistance mutations have developed), viral load can help guide a switch to second-line treatment. Viral load can help prevent viral transmission, because non-viraemic patients (people with ‘undetectable’ viral load) have a very low risk of transmitting HIV. Viral load is a much more accurate way than the commonly used CD4 count to determine how well someone is doing on treatment, potentially an avoiding unnecessary switch to more expensive second- or third-line treatment. However, current viral load tests are expensive and complex for remote and resource-limited settings. Putting HIV Treatment to the Test looks at these issues on a number of viral load and point of care CD4 diagnostic tests.

    #brevets #santé #sida #génériques

  • Neuf groupes pharmaceutiques en passe d’être sanctionnés par Bruxelles - Pharmacie
    http://www.usinenouvelle.com/article/neuf-groupes-pharmaceutiques-en-passe-d-etre-sanctionnes-par-bruxelle

    Ces amendes seront les premières infligées à des laboratoires pharmaceutiques par la Commission européenne depuis le lancement en 2009 d’une enquête sur les accords dits de « pay-for-delay » conclus entre le fabricant d’un médicament et le producteur du générique de la même molécule.

    Ces arrangements pourraient avoir conduit à des surcoûts de 20% pour les consommateurs selon un rapport de la Commission.

    Via @mtu31

    Voir aussi http://seenthis.net/messages/112620