• Emmanuel #Cappellin, le #documentariste qui en savait trop sur l’avenir de la #planète
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/09/22/emmanuel-cappellin-le-documentariste-qui-en-savait-trop-sur-l-avenir-de-la-p
    #quand_on_sait

    Chez la première, il se sensibilise aux odeurs de la #forêt, fréquente une école Freinet, où ses instituteurs (qu’il découvrira plus tard anarchistes militants) lui apprennent la médiation entre enfants et la mise en projets de ses idées. Avec son père, qui n’a pas de voiture, faute de moyens, il parcourt la France à vélo et en canoë. Dès le collège, il prend des cours de biologie, par passion.

    [...]

    Une forme de réponse lui apparaît lors du #tournage de son film. Il rencontre Susanne Moser, une #géographe allemande qui accompagne des populations victimes de la montée des eaux. « Elle m’a dit quelque chose qui me guide : “Même au cœur d’une situation dans laquelle on se sent dépossédé du pouvoir d’agir, il nous reste le pouvoir de décider comment vivre ce qui nous est imposé.” »

    Comme si ses actes n’étaient toujours pas à la hauteur, Emmanuel Cappellin « décide de vivre ce qui lui est imposé » en s’engageant auprès d’#Extinction_Rebellion (XR), mouvement qui alerte sur l’urgence climatique par des actions de désobéissance civile non violentes. « Grâce à cela, je réconcilie le politique et l’intime. Je suis plus apaisé. » Il s’est ainsi allongé devant l’Assemblée nationale contre la loi climat, a envahi le Muséum national d’histoire naturelle pour alerter sur l’effondrement de la diversité.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous n’avons pas besoin que ces jeunes viennent nous dire quoi faire » : un squat d’Extinction Rebellion divise un village en Seine-et-Marne
    « Ces actions peuvent paraître anecdotiques mais sont les prémices de #mouvements plus larges qui n’auront peut-être plus la forme #non_violente d’aujourd’hui… » à l’approche de la sortie de son #film, il se moque du baby-blues. « Je travaille sur la réponse que la société va donner à la crise climatique. » De quoi faire encore quelques insomnies.

  • Journée des droits des femmes : #visibilité des #femmes_scientifiques sur Wikipédia

    En marge de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, La Casemate et le Quai des Savoirs ont organisé un #éditathon sur les femmes et la science sur Wikipédia, l’encyclopédie libre et collaborative. Ce marathon d’édition vise à augmenter le nombre de biographies de femmes scientifiques et rendre leurs travaux plus visibles : les femmes représentent seulement 8 à 10% des biographies de femmes scientifiques sur Wikipédia.

    C’est Anne-Laure Amilhat-Szary qui a proposé de participer à l’événement pour les femmes géographes, événement auquel l’UMR TREE s’est joint.

    Au final, durant quatre jours, 12 pages de femmes géographes ont été créées ou enrichies sur Wikipédia ainsi que de très nombreuses fiches sur Wikidata, le volet bases de données du projet collaboratif. Les membres de Pacte se sont saisi également de l’initiative en lançant l’enrichissement chaque semaine d’une page de géographe via le compte Twitter de la Commission de géographie Féministe du CNFG.

    Explorer le bilan pour le laboratoire : https://twitter.com/UMR_TREE/status/1371186612428812291

    Découvrir toutes les fiches de femmes scientifiques créées ou modifiées durant l’éditathon : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Editathon_Femmes_%26_Sciences_2021#Bilan_de_l'%C3%A9ditathon_20

    https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/journee-des-droits-des-femmes-visibilite-des-femmes-scientifiques-sur
    #wikipedia #gender_gap #femmes #visibilisation #géographie #géographes #femmes_géographes

  • (14) En finir avec les malheurs de l’#écologie - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2020/02/02/en-finir-avec-les-malheurs-de-l-ecologie_1776814
    #edgar_morin

    De plus les forces de résistance sont énormes : pas seulement les habitudes de pensée, mais aussi les énormes intérêts économiques qui amènent même des dirigeants d’Etat à nier les périls. Les écologistes politiques sont eux-mêmes incapables de déterminer une voie pour le problème de la #croissance ; ils ne peuvent qu’opposer #décroissance à croissance alors qu’il faudrait les complémentariser : déterminer ce qui doit croître, l’économie des besoins vitaux, l’#économie des produits salubres, l’agroécologie et l’agriculture fermière, l’économie des produits de consommation et d’usages locaux, l’économie sociale et solidaire, l’économie circulaire, l’économie artisanale et néoartisanale, les subsides aux services publics, notamment hôpitaux et écoles ; ce qui doit décroître : l’économie de l’agriculture industrialisée et de la conservation industrialisée, l’économie des produits à la qualité illusoire pour beauté, santé jeunesse, l’économie des produits à obsolescence programmée, l’économie du jetable, etc.

    Ce new deal dépasserait par son ampleur la dite « transition écologique » qui réduit le problème à celui du passage d’une société non écologisée à la même société écologisée : en fait, il s’agit de la métamorphose complexe d’un type de société à une autre.

    [...]

    Un demi-siècle s’est écoulé depuis le rapport #Meadows. Mais à part chez des #géographes et des #biologistes, la science écologique demeure inconnue y compris des #écologistes. Un demi-siècle s’est écoulé depuis que la croissance a été mise en question. Elle continue, impavide, à se présenter comme solution pour l’élite #politico-techno-économique, et les écolos n’ont pu formuler la nécessité de lier les termes antagonistes de #croissance-décroissance.

    Un demi-siècle s’est écoulé depuis que le tocsin a sonné. La pollution ravage les mégapoles, la stérilisation ravage les terres arables. La cupidité économique incendie les forêts d’Amazonie, tandis que celles d’Australie brûlent faute des précautions que connaît la culture millénaire des aborigènes.

  • Deux expositions virtuelles sur #Paul_Vidal_de_La_Blache — Géoconfluences
    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/liens/expo-ens-ulm-vidal-lablache

    Pour commémorer le centenaire de la mort de Paul Vidal de la Blache, la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et l’équipe E.H.GO de l’UMR Géographie-Cités ont souhaité rendre hommage à celui qui fit de la géographie une discipline scientifique à part entière en mettant en ligne ses trente-trois carnets manuscrits numérisés accompagnés d’une exposition virtuelle.

    À travers la vie de ce savant que racontent ses carnets, on perçoit aussi la structuration de la science géographique. L’approche originale de cette figure tutélaire de la géographie constitue ainsi un apport épistémologique majeur, mené par Marie-Claire Robic et Jean-Louis Tissier, commissaires scientifiques.

    Cette exposition virtuelle a été inaugurée lors d’un colloque sur « Le savant et le savoir au prisme des écrits personnels. Carnets, correspondances, journaux de géographes » les 10 et 11 décembre 2018 à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne.

    Conjointement, la bibliothèque de l’ENS Ulm organise une exposition virtuelle autour de la figure du géographe (vie et carrière, élèves et héritage, méthode et œuvre).

    Ces deux ressources offrent un rappel riche et dynamique des apports majeurs de ce géographe.

    #géographe #géographie

  • Sur les pas d’un géographe : les carnets de Paul Vidal de la Blache

    « Pour commémorer le centenaire de la disparition de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et l’équipe E.H.GO de l’UMR Géographie-Cités ont souhaité rendre hommage à celui qui fit de la Géographie une discipline scientifique à part entière en mettant en ligne ses trente-trois carnets manuscrits numérisés accompagnés d’une exposition virtuelle.
    Tout en suivant le fil des pages des carnets, l’exposition invite à découvrir le scientifique bien entendu, mais aussi le voyageur et l’homme, mettant en évidence la richesse de ces documents : »

    Lire la suite ici https://nubis.univ-paris1.fr/exhibits/show/sur-les-pas-d-un-geographe

    Cartographie, par Lilianne Lizzi, des voyages notés dans le Carnet 16

    #itinéraire #voyage #mobilité #individu #centenaire #géographe #Vidal_de_la_Blache #carnet

  • « #Gilets_jaunes » : une #enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/12/11/gilets-jaunes-une-enquete-pionniere-sur-la-revolte-des-revenus-modestes_5395

    Une équipe de 70 #universitaires mobilisée
    Collectif d’universitaires, nous avons lancé, dès la fin du mois de novembre, une enquête de terrain pour comprendre le mouvement des « gilets jaunes ». Nous sommes allés les rencontrer dans différentes régions de France, dans les manifestations et sur les ronds-points. Nous livrons ici les premiers résultats sur les profils et les motivations qui apparaissent derrière les « gilets jaunes ».

    Le 21 octobre, Priscillia Ludosky crée une pétition en ligne « Pour une baisse des prix du carburant à la pompe ! ». Rapidement et massivement diffusée sur les réseaux sociaux, relayée par les médias, la pétition atteint 200 000 signataires en quelques jours, et plus de 1 million aujourd’hui.

    Une journée d’action est prévue le 17 novembre, avec pour mots d’ordre la baisse des taxes et du prix des carburants. Cette mobilisation est préparée de manière décentralisée et autonome par des groupes locaux et nationaux, qui s’organisent notamment sur la plate-forme Facebook. Le 17 novembre, ce sont plus de 280 000 personnes, vêtues d’un gilet jaune, qui participent à cette mobilisation dans la France entière, principalement à travers des actions de blocage des routes, au niveau des ronds-points ou péages. A Paris, une manifestation a lieu sur les Champs-Elysées et certains manifestants tentent de se rendre au palais de l’Elysée, avant d’être bloqués par la police. Dans les jours qui suivent cette journée de mobilisation, les blocages continuent et d’autres journées de manifestations sont lancées pour les samedis suivants.

    Au lendemain du 17 novembre, des chercheuses du Centre Emile-Durkheim (Bordeaux) lancent un appel à participation auprès de la communauté des chercheurs et chercheuses en science politique pour comprendre le mouvement. Le collectif compte aujourd’hui près de 70 personnes, qui sont des enseignants-chercheurs, des chercheurs au #CNRS et à l’#INRA, des docteurs sans poste, des étudiantes et étudiants. #Sociologues, #politistes et #géographes travaillent ensemble sur la base du volontariat.

    L’ampleur du mouvement et la rapidité avec laquelle il s’est constitué, en dehors des organisations syndicales et des partis, tout comme ses modes d’action et ses mots d’ordre interpellent. Qui sont les « gilets jaunes » ? Que souhaitent-ils ? Assiste-t-on à un renouvellement profond des modalités de la protestation et de la politique ? Faut-il y voir un retour de formes traditionnelles de révoltes populaires ? Comment un tel mouvement est-il susceptible d’évoluer dans le temps et comment comprendre sa portée ?

    166 #questionnaires analysés
    L’objectif de l’enquête « gilets jaunes » est de récolter des données pour saisir sociologiquement ce mouvement. Il s’agit de comprendre sa complexité, sa composition et son évolution, de recueillir les revendications de ses participants et participantes et de mesurer la variété de ses modalités d’organisation et de mobilisation. Des groupes de travail se sont mis en place à partir de différentes méthodes : observation sur le terrain, analyse lexicométrique des réseaux sociaux, questionnaires, entretiens, cartographie. Parallèlement à ce questionnaire, une équipe de géographes mène une enquête complémentaire en Normandie. Les données sont toujours en cours de décryptage. Les premiers résultats présentés ici sont basés spécifiquement sur l’analyse des questionnaires administrés dans les manifestations, sur les ronds-points et aux péages.

    • Nous partons du terrain pour établir nos résultats. La parole des personnes et leurs attentes sont au cœur de l’enquête, notre objectif a été de les récolter et de les restituer le plus fidèlement possible. Les données sont traitées selon des méthodologies croisées qui rendent compte du mouvement d’une manière plus approfondie et complexe qu’un seul point de vue ne permet de le faire.

      L’équipe « questionnaires » se compose de 13 personnes basées à Bordeaux et sa région, Marseille, Caen et sa région, Rennes, Montpellier, Grenoble et sa région. Pour cette enquête, nous avons décidé de nous concentrer sur les personnes actives dans le mouvement, ayant participé au moins à une manifestation ou un blocage, et avons pu analyser jusqu’ici 166 questionnaires diffusés les 24 novembre et 1er décembre. L’enquête est toujours en cours et se poursuivra dans les semaines qui viennent. Nous avons choisi de mener des entretiens en face à face, démarche qui permet de recueillir des témoignages plus riches, plus précis et plus longs que la passation de questionnaires indirecte ou en ligne. Le questionnaire compte en tout 28 questions, 5 d’entre elles sont ouvertes, et nous avons en outre pris soin de noter les commentaires sur l’ensemble des questions posées. Concernant les sujets abordés, 15 questions portent sur les motivations des participants, les réformes souhaitées, les modes d’action privilégiés et leur rapport au politique ; les 13 dernières portent sur le profil sociodémographique des personnes mobilisées.

      Les questionnaires ont été majoritairement administrés par les enquêteurs. Le temps requis à recueillir les réponses varie d’une dizaine de minutes à quarante minutes. L’administration de questionnaires en manifestation est un exercice délicat en raison de la mobilité et, dans ce contexte particulier, de l’incertitude sur le parcours du cortège et des dispositifs de maintien de l’ordre. Cette recherche est réalisée sans fonds spécifiques et n’a été rendue possible que par le travail de nombreuses et nombreux collègues, étudiantes et étudiants volontaires.

    • S’il n’y a pas de portrait type des manifestants, puisqu’une des caractéristiques du mouvement est sa diversité, les « gilets jaunes « sont d’abord des personnes, hommes et femmes, qui travaillent (ou, étant retraités, ont travaillé), âgées de 45 ans en moyenne, appartenant aux classes populaires ou à la « petite » classe moyenne.
      Les résultats, encore très provisoires, présentés ici s’appuient sur l’analyse de 166 questionnaires distribués auprès des participants aux actions sur les ronds-points et aux péages, ou lors des manifestations ayant eu lieu les 24 et 1er décembre, par une équipe d’une dizaine de chercheurs et d’étudiants. Le questionnaire a été élaboré de manière à recueillir des informations détaillées et précises sur les participants.

      • Une surreprésentation des employés et une sous-représentation des cadres
      Certaines catégories apparaissent comme particulièrement surreprésentées au sein des « gilets jaunes » qui nous ont répondu. C’est le cas des employés, qui constituent 33 % des participants (soit 45 % des actifs présents, contre 27 % de la population active française). Ils sont plus de deux fois plus nombreux que les ouvriers, qui représentent 14 % des participants. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprise sont également particulièrement nombreux : 10,5 % des participants (14 % des actifs présents, contre 6,5 % de la population active française).
      A l’inverse, les professions intermédiaires et les cadres sont peu représentés : les premiers comptent pour 10 % des participants (13 % des actifs présents, contre 26 % de la population active française) ; les seconds sont à peine 5 % des participants (7 % des actifs présents, contre 18 % de la population active française) dans les cortèges et blocages qui ont eu lieu entre le 24 novembre et le 1er décembre. Un quart des participants au mouvement des « gilets jaunes « appartiennent à la catégorie « inactifs » ; pour la majeure partie, il s’agit de retraités.

    • • Des manifestants « d’âge moyen »
      Les « gilets jaunes » participant à l’enquête ont en moyenne 45 ans, un peu plus que l’âge moyen de la population française, qui s’élève à 41,4 ans. Les classes d’âge les plus mobilisées sont les 35-49 ans (27,2 %), puis les 50-64 ans (26,6 %) et les 25-34 ans. Les 18-24 ans représentent 6,2 % des participants ; les plus de 65 ans, 17,3 %.
      • Un mouvement mixte
      Les hommes (54 %) sont un peu plus nombreux que les femmes (45 %). Cependant, la forte proportion de femmes, appartenant souvent aux classes populaires, une catégorie sociale traditionnellement peu mobilisée politiquement, est un fait notable. On y lit une propension de femmes à manifester identique à celle que nous avons observée dans les cortèges des 24 novembre et 1er décembre. Un écart comparable (55 % d’hommes, 44 % de femmes parmi les répondants) était observé dans le questionnaire administré dans la Manif pour tous du 16 octobre 2016.
      Les femmes ont toujours manifesté, comme le montrent de nombreux travaux historiques. Elles sont en revanche ici plus visibles. A cela plusieurs raisons : sans porte-parole officiel, représentants syndicaux et politiques, qui sont habituellement des hommes, et en absence de structures, les médias sont contraints de tourner le regard vers les participantes et participants « ordinaires ». La forte dimension sociale du conflit et la centralité des revendications sur les conditions matérielles d’existence dans le mouvement social participent à la visibilité des femmes.
      • Une surreprésentation des bacheliers et des titulaires de CAP et BEP
      Quelque 20 % des personnes interrogées sont diplômées du supérieur (contre 27 % de la population générale, données Insee 2014) ; 5 % des participants ont un bac + 4 et au-delà, tandis que les deux niveaux de diplôme les plus représentés sont les détenteurs de BEP et CAP, qui sont 35 % (contre 24 % dans la population générale), et les bacheliers (29,3 % des répondants, contre 16,5 % de la population générale). Seuls 15,4 % des participants ont un diplôme inférieur au brevet (31,4 % de la population générale). Toutefois, le 8 décembre, nous avons reçu davantage de réponses de la part de personnes ayant un diplôme de master ou équivalent. Se dessine ainsi une population de participants ayant des niveaux de qualification intermédiaires.
      • Des mobilisés aux revenus modestes
      Quelque 55 % des répondants nous déclarent être imposables (une proportion presque identique à la population générale) et 85 % indiquent posséder une voiture. Le revenu médian du foyer déclaré représente 1 700 euros par mois, soit environ 30 % de moins que le revenu médian moyen déclaré de l’ensemble des ménages (enquête « Revenus fiscaux et sociaux » 2015 de l’Insee). Les participants aux actions des « gilets jaunes » sont donc pour la majorité d’entre eux des individus aux revenus modestes. Ils n’appartiennent pas aux catégories les plus précarisées économiquement : 10 % d’entre eux déclarent avoir un revenu inférieur à 800 euros par mois (contre 519 euros pour les 10 % des ménages français les plus pauvres).
      • Des primo-manifestants en nombre et des modes d’action variés
      Pour presque la moitié des répondants (47 %), le mouvement des « gilets jaunes » constitue leur première mobilisation. Seuls 44 % ont déjà participé à une grève. Il s’agit donc de participants peu rompus à l’action collective. Aux questions posées sur les formes d’action collective que la personne serait prête à accomplir ou à laquelle elle a déjà participé, la manifestation est le mode d’action le plus plébiscité (81 %), suivi par la pétition (69,4 % d’entre eux déclarent en avoir déjà signé une). Presque 9 participants sur 10 rejettent les modes d’action impliquant des violences aux biens, mais 58,8 % d’entre eux se déclarent par exemple prêts à occuper un bâtiment administratif. La moitié exclut également l’idée d’aller manifester à Paris, les répondants évoquant des raisons économiques, la violence et la nécessité de rester visible en province pour justifier ce choix. Sur le consentement à l’impôt, seuls 5 % des participants déclarent avoir déjà refusé de payer l’impôt, tandis que 58,4 % l’excluent complètement comme moyen d’action. Des analyses séparées ont d’ailleurs relevé très peu de différences entre les réponses des hommes et des femmes.
      • Un rejet des organisations représentatives traditionnelles et des orientations politiques atypiques
      Notre enquête confirme également le large rejet des organisations représentatives traditionnelles : 64 % considèrent que les syndicats n’ont pas leur place dans le mouvement, 81 % pensent de même pour tous les partis politiques.
      Ce rapport de distance ou de méfiance à l’égard du système de représentation institué se retrouve lorsque les répondants sont invités à se situer sur l’échelle gauche-droite. La réponse dominante consiste à se déclarer comme apolitique, ou « ni de droite ni de gauche » (33 %). En revanche, parmi ceux qui se positionnent, 15 % se situent à l’extrême gauche, contre 5,4 % à l’extrême droite ; 42,6 % se situent à gauche, 12,7 % à droite et, surtout, seulement 6 % au centre. En comparaison, un sondage conduit par Ipsos en avril montrait que 22 % des Français rejettent le clivage gauche-droite, quand 32 % se situent à gauche et 39 % à droite. Cette grande diversité du rapport au politique est un élément majeur de la singularité du mouvement.

    • • Les motivations : pour le pouvoir d’achat et contre une politique favorable aux riches
      Pour les répondants, il s’agit moins d’une révolte contre une taxe en particulier, ou pour la défense de l’usage de la voiture, qu’une révolte contre un système fiscal et de redistribution jugé inique. Une révolte contre les inégalités, mais aussi contre une parole politique qui les méprise et les infériorise symboliquement. Il s’agit à la fois de défendre leur pouvoir d’achat et leur accès à un standard de vie (notamment les loisirs, de plus en plus inaccessibles) et d’une exigence de respect à leur égard et de reconnaissance de leur dignité de la part du personnel politique (gouvernement et président de la République).

      Nous avons invité les participants à s’exprimer sur leurs motivations à travers une question ouverte en début du questionnaire (« Pourquoi manifestez-vous aujourd’hui ? »). Un pouvoir d’achat trop faible est le premier motif évoqué (plus de la moitié des répondants). Plusieurs personnes se plaignent de ne plus pouvoir s’offrir le moindre plaisir (« J’ai la vingtaine et j’ai pas une thune. Si je veux sortir, je dois me mettre à découvert »). Des mères de famille nous font part de leurs fins de mois difficiles (« J’aimerais bien que mes enfants puissent avoir à manger dans leurs assiettes, et pas que des patates les deux dernières semaines du mois »), qui entraînent parfois des difficultés de logement, dont ont témoigné aussi bien des jeunes étudiants (« Je n’ai pas les moyens de me loger, je vis dans la dépendance d’une amie ») que cette mère de famille (« Nous étions obligés de descendre dans le Sud pour vivre chez ma belle-mère »).
      Suit, dans la liste des motivations, le fardeau fiscal trop important (69 répondants, dont 18 qui pointent explicitement le prix élevé du carburant). Près d’un sur cinq déclare être là pour protester contre le gouvernement actuel et demande la démission d’Emmanuel Macron, évoquant l’« arrogance » de l’exécutif. Les termes de « monarchie », d’« oligarchie » ou de « dictature » reviennent pour souligner son caractère illégitime. On voit poindre le 24 novembre, puis se confirmer le 1er décembre, la demande de réformes institutionnelles. Un dixième des enquêtés demandent des réformes institutionnelles. Cette tendance semble accentuée chez les participantes et participants aux cortèges du 8 décembre.
      Une deuxième question ouverte portait sur les mesures que le gouvernement devrait prendre pour répondre aux revendications des « gilets jaunes ». La réponse la plus fréquente est sans surprise une baisse des taxes et impôts, évoquée spontanément par un tiers des répondants. Pour 48 enquêtés, des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat sont également nécessaires. Parmi eux, 28 personnes demandent une augmentation du smic, voire des salaires en général, 14 une augmentation générale du pouvoir d’achat, 8 une augmentation des retraites. Des demandes de reditsribution des richesses reviennent dans les réponses de 36 participants : 19 demandent spontanément la réintroduction de l’ISF, 5 une répartition plus juste des impôts.

      « Une des spécificités de ce mouvement est la présence de revendications institutionnelles, en plus des revendications sociales »

      Plus d’un cinquième des répondants demandent d’ailleurs tout simplement que le gouvernement écoute les citoyens, « qu’il se mette à [leur] place ». Il s’agit ainsi d’une des préoccupations principales des personnes rencontrées. Enfin, une des spécificités de ce mouvement est la présence de revendications institutionnelles, en plus des revendications sociales. Ainsi, 26 personnes ont déclaré que des réformes institutionnelles importantes seront nécessaires pour qu’elles puissent considérer que le mouvement est un succès : 18 en demandant des changements parfois fondamentaux (par exemple, en réclamant une « réforme totale de l’Etat », « un autre système politique »), 8 en demandant la fin des privilèges des parlementaires et 4 en se disant convaincus de la nécessité d’une VIe République.
      Il est à noter que seulement 2 des 166 personnes interrogées ont mentionné la gestion de l’immigration dans leurs réponses aux deux questions présentées. Cela invite à reconsidérer les analyses qui font du mouvement une émanation de l’extrême droite.

      « Les deux principales motivations des personnes mobilisées apparaissent comme étant une plus grande justice sociale et la demande d’écoute de la part du pouvoir »

      Les deux principales motivations des personnes mobilisées apparaissent donc comme étant une plus grande justice sociale (qu’il s’agisse d’un système fiscal faisant davantage participer les plus aisés, d’une meilleure redistribution des richesses ou encore du maintien des services publics) et la demande d’écoute de la part du pouvoir. Au contraire, les revendications nationalistes, liées notamment à l’identité ou à l’immigration, sont très marginales, démentant l’idée d’un mouvement qui serait noyauté par les électeurs ou les militants du Rassemblement national. Comme le souligne le sociologue Alexis Spire, auteur de Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat (Seuil, 312 pages, 22 euros), c’est avant tout le sentiment d’injustice fiscale, plus prégnant chez les classes populaires, qui explique cette mobilisation.

      En résumé, cette révolte est bien celle du « peuple » – comme se revendiquent nombre de personnes interrogées – au sens des classes populaires et des « petites » classes moyennes, celle des revenus modestes. Dès lors, plusieurs éléments font des « gilets jaunes » une contestation singulière par rapport aux mouvements sociaux des dernières décennies. Outre son ampleur, la forte présence des employés, des personnes peu diplômées, des primo-manifestants et, surtout, la diversité des rapports au politique et des préférences partisanes déclarées font des ronds-points et des péages des lieux de rencontre d’une France peu habituée à prendre les places publiques et la parole, mais aussi des lieux d’échange et de construction de collectifs aux formes rarement vues dans les mobilisations.

      Camille Bedock, Centre Emile-Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS �Antoine Bernard de Raymond, Irisso, université Paris-Dauphine, INRA �Magali Della Sudda, Centre Emile-Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS �Théo Grémion, diplômé d’un master de géopolitique de l’université de Genève et d’une maîtrise d’urbanisme de l’université Paris-X �Emmanuelle Reungoat, Centre d’études politiques de l’Europe latine, université de Montpellier �Tinette Schnatterer, centre Emile-Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS

  • Incontournable #café (2/10) : boire le monde - Radio - Play RTS
    https://www.rts.ch/play/radio/on-en-parle/audio/incontournable-cafe-210-boire-le-monde?id=9733453&station=a9e7621504c6959e35c3ec

    Deuxième #boisson la plus bue au monde après l’eau, le café est devenu incontournable pour la plupart d’entre nous. Plusieurs milliards de tasses sont servies chaque jour sur la planète et pourtant le « petit noir » est loin d’avoir livré tous ses secrets. Du 6 au 17 août 2018, Christophe Canut enquête sur le café entre #santé, #écologie, #nutrition et #saveurs. Dis-moi dans quel récipient tu bois ton café je te dirai d’où tu viens ! Telle pourrait être la devise de ce second volet consacré aux différents #contenants dans lesquels nous aimons boire un chocolat, un thé ou un café. Et l’on verra que faire l’histoire du bol, de la tasse et du mug, c’est faire un immense et passionnant voyage aux quatre coins du globe. Ainsi chaque jour, depuis trois siècles, en avalant l’une de ces trois boissons, c’est un peu comme si nous buvions le monde… Avec Christian Grataloup, #géographe, auteur du livre « Le #monde dans nos #tasses ».

  • Le #cratère de #Batagaika, cette « #porte_de_l'enfer » qui ne cesse de grandir en #Sibérie

    http://www.maxisciences.com/cratere/un-cratere-geant-qui-ne-cesse-de-grandir-devoile-un-monde-inconnu-en-s

    Cet #article d’#Emeline_Ferard du #3_mars #2017 traite du #cratère de #Batagaika, en #Sibérie, aussi apelé les #portes_de_l'Enfer. Ledit cratère est un #territoire tout à fait #exceptionnel, important pour la #géologie et la compréhension de notre #Terre. En effet, ce cratère est le résultat d’une érosion du #pergélisol appelée #thermokrast. Le cratère s’effondre sur lui-même, libérant ainsi différentes #strates #géologiques donnant accès à l’#histoire de notre Terre. Le cratère de Batagaika pose des questions au #géologue mais aussi au #géographe : ce type de cratère nous renseigne sur l’histoire de la planète et son #climat, mais est aussi un #phénomène unique dans le monde, qui dévoile un #monde_inconnu des #scientifiques.

    Au cours des dernières décennies, l’agrandissement du cratère a en effet exposé au jour un monde autrefois inaccessible car gelé en profondeur. Le site est devenu l’un des plus importants du monde pour étudier le pergélisol mais aussi des milliers d’années d’histoire comme le souligne une nouvelle étude publiée dans la revue #Quaternary_Research.
    En 2009, une carcasse de cheval vieille d’environ 4.400 ans y a été mise au jour ainsi qu’une carcasse momifiée d’un jeune bison. De précieux éléments qui se sont ajoutés à d’autres restes notamment de mammouths et de rennes déjà identifiés sur place. Une expédition récente a toutefois permis d’aboutir à des découvertes encore plus remarquables.

  • La #découverte de l’ #Australie et de la #Nouvelle-Zélande - #Persée
    https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1970_num_23_90_2553

    Cet #article extrait des #Cahiers_d'Outre-Mer de #Christian_Huetz_de_Lemps en #1970 nous informe de l’importance #géographique des #découvertes de #Tasman dans le #Pacifique_Sud. Ainsi l’ #explorateur est envoyé à la recherche de la séparation entre la #Nouvelle_Guinée et l’Australie, mais en même temps chargé de nouvelles découvertes à la recherche d’ #or et d’ #argent sur ces #territoires inexplorés.

    Tasman décida alors de remonter un peu au Nord et de suivre en gros le 44’ parallèle. Le 24 novembre apparut une terre élevée que l’on contourna, observa et dénomma Terre de Van Diemen : il s’agissait du Sud-Ouest de la #Tasmanie. Continuant vers l’Est, le 13 décembre 1642 les #Hollandais virent une haute terre qu’ils entreprirent de longer vers le Nord : c’était l’île Sud de la Nouvelle-Zélande qu’ils nommèrent île des Etats. Dans la baie Golden, Tasman essaya de prendre contact avec les indigènes dont les nombreuses pirogues suivaient les évolutions des Européens, mais le seul résultat fut la perte de quatre hommes et d’une chaloupe, attaqués par surprise dans cette « baie des Assassins ». L’expédition suivit ensuite la côte de l’île Nord de la Nouvelle-Zélande, toucha aux #Tonga, aux #Fidji et gagna la côte Est de la Nouvelle-Guinée avant de rentrer à #Batavia. Le résultat de l’entreprise fut jugé médiocre dans la mesure où elle n’ouvrait guère de perspectives commerciales.

    Cependant cette entreprise peut être considérée comme fructueuse pour le #géographe car les explorations de Tasman consignées dans son journal de bord sont celles d’un grand #découvreur. L’intérêt géographique de ses découvertes a bien été reconnu plus tard par ses concitoyens hollandais qui ont reconnu l’apport d’ #informations que leur a fourni l’explorateur en incorporant dans leurs #cartes ses découvertes.

  • Lacarrière J., 2018, Le #géographe_des_brindilles, Lachapelle-sous-Aubenas, Hozhoni, 281 p.
    http://journals.openedition.org/cybergeo/29123

    Après Ce bel et vivace aujourd’hui (Lacarrière, 2015), réédition du Bel et nouvel aujourd’hui augmentée de textes divers (interviews, articles...) portant, à l’instar de l’ouvrage d’origine, sur diverses manifestations de la poétique de la modernité contemporaine, Le géographe des brindilles permet aux amateurs des écrits de Jacques Lacarrière de découvrir de nouveaux textes, là encore de natures variées (courts articles, éditos, préfaces jamais publiées, courtes fictions, extraits de journal de voyage et d’entretien, traductions du grec ancien...), portant cette fois sur la nature, l’environnement, l’écologie et leurs déclinaisons dans les lettres.

  • #Emploi : le soleil et la mer plus forts que les #métropoles ? | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr//emploi-soleil-mer-plus-forts-metropoles/00084116

    à la carte Emploi : le soleil et la mer plus forts que les métropoles ?
    Vincent Grimault 10/04/2018

    Quels sont les #territoires qui créent le plus d’emplois ? La question agite les économistes et les #géographes. La théorie dominante est claire : ce sont les métropoles. En moyenne plus créatrices d’emplois que les espaces peu denses depuis des décennies, les principales aires urbaines s’en sont également mieux sorties pendant la crise que les campagnes qui les entourent. Entre 2009 et 2014, les douze principales métropoles françaises hors Paris ont connu une croissance de l’emploi de 1,4 %, contre 0,8 % pour le reste du territoire. Mais cette moyenne est trompeuse. Elle cache des métropoles qui sous-performent (notamment Nice et Rouen), et d’autres qui tirent la moyenne vers le haut (Nantes, Montpellier, Bordeaux). Dans le même temps, certains bassins d’emploi ruraux ou de villes moyennes s’en sortent bien, en affichant des taux de chômage très faibles, ou des créations d’emplois industriels.

    Un effet région ?

    Comme tout travail géographique, la question de l’échelle retenue est décisive pour tenter de comprendre les causes de la santé économique du territoire. Souvent trop globalisante, l’échelle régionale offre cette fois un cadre d’analyse intéressant. #Montpellier va bien, mais c’est aussi vrai de l’ensemble de la région Occitanie, et il n’est pas certain que Montpellier y soit pour grand-chose, au vu du ruissellement très incertain des métropoles. En grossissant le trait, les territoires au sud de la diagonale Cherbourg-Lyon s’en sortent plutôt bien, ceux au nord plutôt moins bien, rendant l’image de la « #diagonale du vide » – cette ligne courant du Pays basque à la Moselle – de plus en plus obsolète.

  • Nuits de la Géographie – CNFG
    http://www.cnfg.fr/actualites/nuits-de-la-geographie

    Nuit de la Géographie : vendredi 6 avril 2018
    Liste indicative de villes participantes, programmes en préparation :

    Carte réalisée par Géomactif (Association des étudiants du master GAEUR, Université de Cergy) Voir en plein écran

    Le Comité National Français de #Géographie a lancé le projet « La #Nuit de la Géographie », dont la première édition s’est tenue le vendredi 31 mars 2017 à Paris et dans de nombreuses autres villes, sur tout le territoire français. La seconde édition se tiendra le vendredi 6 avril 2018 et aura une échelle européenne.
    Objectifs généraux
    L’objectif de cette manifestation est de mieux faire connaître et de mettre en valeur la géographie et les #géographes, et de rendre accessible la recherche en faisant découvrir le monde au travers des regards du géographe. Dans ce but, les diverses manifestations proposées sont, dans la mesure du possible, gratuites et ouvertes au grand public, et animées dans un esprit d’ouverture et de convivialité.
    Les événements s’adressent aux géographes de l’enseignement supérieur et du secondaire, aux étudiant.e.s et élèves et à leur famille, aux associations, aux acteurs institutionnels et professionnels, et plus généralement à toutes les personnes intéressées par la géographie !
    Documents en Français :

    CNFG Nuit de la Géographie présentation
    CNFG Nuit Géo 2018 coordination

    Documents en Anglais :

    CNFG Night of #Geography presentation
    CNFG #NightofGeography coordination

  • 4 expériences de retour à la nature (1/4) : Sur les sentiers de la liberté : Henry David Thoreau, Elisée Reclus
    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/retours-a-la-nature-14-sur-les-sentiers-de-la-liberte-henry-david-thor

    Que signifie la beauté de la #nature quand les hommes sont vils ? (…) Le souvenir de la bassesse des politiciens trouble mes promenades. Je nourris d’homicides pensées. En vain j’essaie d’observer la Nature. Involontairement, je me remets à conspirer. Tous les justes en feront autant, je l’espère. (Henry David #Thoreau, Journal, Après-midi du 16 juin 1954)

    En promenade dans le bois de Phénix avec Joël Cornuault, écrivain, éditeur de textes d’#Elisée_Reclus et traducteur de textes de Thoreau. Nous cheminons sur les sentiers de #Dordogne au fil des mots et des idées de ces deux savants et poètes bien loin des figures de spécialistes qui émergent au XIXe siècle dans les milieux académiques corsetés par la séparation des disciplines.

    On a l’impression à chaque fois d’une oeuvre vie. Dans l’écriture, la vie n’est pas indifférente, ou à côté, ou à part. Elle transparaît à chaque ligne. Ce sont des écrivains qui écrivent comme ils vivent.(Bertrand Guest)

    Le #géographe #anarchiste et le #philosophe #naturaliste, observateurs des arbres, des pierres et des rivières, tous deux doués d’un vif sentiment de la nature, veulent « dépouiller le vieil homme, abolir un dégradant esclavage. (…) Simplifier radicalement le mode de vie des civilisés » (J. cornuault).

  • Qu’est-ce qu’un #géographe colonial ? | Cairn.info

    https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2017-3-p-264.htm?WT.mc_id=EG_463

    Attention paywall !

    parFlorence Deprest

    Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

    Umr 8504 Géographie-cités

    En analysant les débuts de la carrière de Jean Brunhes et sa thèse sur l’irrigation dans les régions arides (1902), l’article montre en quoi le contexte impérial et les réseaux coloniaux ont orienté la réflexion scientifique et l’approche comparatiste d’un auteur considéré comme un des fondateurs de la géographie humaine. Sa comparaison des différents systèmes indigènes et coloniaux participe ainsi d’une interrogation sur le bon gouvernement de l’eau et l’exercice de la souveraineté. La déconstruction de la « géographie coloniale » comme catégorie de la pratique universitaire permet ainsi de complexifier notre compréhension de l’émergence de la géographie humaine au début du xxe siècle.

    #colonialisme #géographie #géographie_coloniale

  • Robinson, Arthur Howard | AAG

    http://www.aag.org/cs/membership/tributes_memorials/mr/robinson_arthur_howard

    Perhaps no single individual has had a greater impact on defining American cartography of the twentieth century. During his career, Arthur Howard Robinson defined the field of cartography and firmly established it as a set of elementary theories, hypotheses, principles, and concepts. Along the way he served as a model academician, deftly juggling teaching (production of students), research, and professional service. Known as Robbie to his friends, colleagues, and graduate students, Arthur Robinson set an example that few, if any, have emulated.

    #géographie #géographe #cartographie #Arthur_H_Robinson

  • Cartographier les émotions
    http://cdg.revues.org/687

    Philippe #Rekacewicz est géographe, cartographe et journaliste. Il a été un Collaborateur permanent du Monde diplomatique de 1988 à 2014 et chef de projetau PNUE (Programme des Nations unies pour l’Environnement) de 1996 à 2008. Il co-anime aujourd’hui – avec Philippe Rivière– le site Visionscarto1. C’est l’un des principaux défenseurs de la géographie et de la cartographiecritique en France. Philippe Rekacewicz revendique et souligne la subjectivité cartographique en livrant de nombreuses esquisses réalisées à la main. Pour lui, « l’esquisse réhabilite la dimension émotionnelle, d’ordinaire absente de la carte imprimée, froide et scientifique ».

    Bon tout ça on connait, mais là Bénédicte #Tratnjek permet à Philippe de développer son propos colérique et cartographique.
    Les #géographes ont des #émotions. Les paysages urbains, le monde rural sont ausi traversés par ces émotions. C’est ce que montre une nouvelle livraison des « Carnets de géographes » avec un superbe numéro coordonné par Pauline Guinard et Bénédicte Tratnjek. Le numéro invite par exemple à cartographier les émotions et même à réfléchir à la psychopédagogie.

  • Aujourd’hui, visionscarto présente un texte très riche en idées et en approches cartographiques, mais sans doute celui qui est le moins illustré qu’on ait publié :) Cela dit, Alexandre Chollier et Federico Ferretti reviennent ici sur des réflexions fondamentales de la cartographie, de la manière dont nous sommes amenés à représenter le monde à travers les réflexions d’Élisée Reclus et ses collègues.

    Figurer le monde : Écrits cartographiques d’Élisée Reclus
    https://visionscarto.net/figurer-le-monde-elisee-reclus

    Les éditions Héros-Limite (Genève) viennent de faire paraître les Écrits cartographiques d’Élisée Reclus (textes et correspondances).

    Constitué autour de sa pratique des cartes et ses divers globes ou maquettes, représentations exactes ou « vraies » de notre planète, ce livre est étourdissant d’invention et d’intelligence.

    Alexandre Chollier et Federico Ferretti, qui ont établi cette édition, ont bien voulu en confier la préface à Visionscarto.

    Elle est suivie d’une présentation détaillée des textes publiés, qui fournit une galerie de portraits intellectuels et militants de cette génération de cartographes qui inventaient les outils les plus modernes pour l’éducation populaire et libertaire.

    Illustration : « Hot Spot », Mona Hatoum, 2013.

    #Élisée_Reclus #Géographes #Géographie #Cartographie #Précurseurs

  • À la rencontre des #géographes libres – Framablog
    http://framablog.org/2016/05/05/a-la-rencontre-des-geographes-libres

    Quand on parle de #logiciel #libre personnellement je pense immédiatement à des questions de justice sociale et justice spatiale (ben oui :-p). La #cartographie est initialement un #outil mobilisé pour la conquête. Qu’on pense au militaire ou au navigateur, leurs objectifs étaient de prendre possession de l’#espace. Quand j’ai commencé à travailler avec des outils géomatiques, le libre existait bien sûr, mais il n’avait pas le droit de cité dans ma formation. Et je me suis retrouvé en stage dans une structure qui n’avait pas les moyens de se doter de logiciels « métier ».

    Le logiciel libre a été un moyen de s’émanciper de cette contrainte et de permettre à la structure en question de pouvoir continuer à utiliser mon travail. Aujourd’hui les choses ont beaucoup changé, en grande partie grâce à #Qgis qui a complètement redistribué les cartes (haha). De plus en plus de formations proposent des cours sur Qgis en plus des outils plus « traditionnels », et le dynamisme de la communauté des utilisateurs et des développeurs y est pour beaucoup !

    Le web n’est pas à la traîne, openLayer est une librairie JavaScript incontournable, postgreSQL et PostGIS pour le stockage en base de données se sont largement imposés, etc . Donc pour moi les logiciels libres de l’OSGeo répondent bien aux questions de justice sociale en permettant à tous d’avoir accès à des logiciels et des algorithmes de qualité, ce qui nous conduit à la justice spatiale… il n’y a plus de contraintes à ce que la terre soit cartographiée par les gens qui la vivent !

    #géomatique @visionscarto

  • Les 400 culs - Le #pet est-il mâle ou femelle ? - Libération.fr
    http://sexes.blogs.liberation.fr/2015/11/10/le-pet-est-il-male-ou-femelle

    L’ouvrage a du succès car tout en prétendant exposer scientifiquement la théorie des vents, il dénonce sa propre imposture en dénombrant pas moins de 62 sons de pet différents au fil d’une #taxonomie délirante qui combine « les quatre modes simples du pet, l’aigu, le grave, le réfléchi et le libre » avec une grammaire de règles péteuses, notamment celle de Jean Despautère qui veut « qu’une liquide jointe à une muette dans la même syllabe fait brève ; ce qui signifie que l’effet du pet foireux est très prompt ». L’auteur s’en donne à cœur joie dans l’énumération de pets qu’il traite comme une langue à part, une langue dont les circonvolutions calquées sur celles des #intestins donnent matière, littéralement, aux jeux de mots les plus vaseux. Ainsi l’auteur parle des « pets de #géographes, semblables à des girouettes, tournant à tous les vents. Quelques fois, cependant, ils s’arrêtent du côté du Nord, ce qui les rend perfide ».

  • À la mémoire d’Emmanuelle Bonerandi-Richard
    http://gc.revues.org/2936

    Ce numéro de Géographie & cultures est dédié à la mémoire d’Emmanuelle Bonerandi-Richard, décédée brutalement le 6 janvier 2011.
    Déjà engagée dans de nombreux autres projets, dont le commencement de la rédaction de son Habilitation à Diriger des Recherches, Emmanuelle avait néanmoins accepté avec enthousiasme de participer à ce volume centré sur une autre approche des campagnes en proposant d’y soumettre un article. À défaut de ce texte, les responsables de ce numéro ont tenu à garder une trace de sa présence en publiant ici les premières lignes de ce qui aurait dû devenir son HDR – un document que son mari, Xavier Richard, a retrouvé dans ses dossiers et a eu la gentillesse de leur communiquer. Qu’il en soit ici remercié, ainsi que les collègues proches d’Emmanuelle, en particulier Chantal Gillette et Emmanuelle Boulineau, qui ont apporté leur soutien chaleureux à cette aventure.

    #Géographie #Géographe #Emmanuelle_Bonerandi #Emmanuelle_Bonerandi-Richard