• « On a beaucoup parlé ces derniers jours de la prestation de #Gabriel_Attal, le porte-parole du gouvernement sur #Twitch dans "#SansFiltre" C’est encore un exemple intéressant à regarder dans le détail sur la confusion des genres entre #compol et #compublique à l’œuvre en ce moment. »

    Cette émission, qui a réuni des influenceurs a été tournée à l’Elysée. Réalisation soignée, au moins trois caméras dont une en travelling, régie vidéo et son en direct, décor lumineux, outils de streaming. Avec salaires, prestas, c’est probablement une opération à 5 chiffres.

    Que le gouvernement choisisse de développer son audience et la visibilité de ses actions sur différents médias et réseaux, ça peut se discuter dans la forme, mais sur le fond, c’est une stratégie qui a beaucoup de sens, même si cela a un coût pour la collectivité.

    Mais là j’ai un problème. Regardez bien.
    Vous ne voyez rien ? C’est normal. L’émission n’est accessible ni sur le site du gouvernement, ni sur celui de l’Elysée, ni sur leur compte Youtube ou sur le compte Twitch des institutions qui ont produit ce programme avec des fonds publics.

    On la trouve en revanche sur les comptes personnels de Gabriel Attal sur Youtube et Twitch, où elles lui permettront de développer son audience avec ces contenus.

    Ces comptes personnels ne seront soumis à aucune restriction en période électorale, alors que l’usage des comptes des institutions sera évidemment restreint. La stratégie de l’exécutif est d’utiliser les moyens des institutions pour développer l’audience des comptes personnels.

    On ne mesure pas à quel point, dans la dernière ligne droite avant l’élection, au moment où la communication institutionnelle est encadrée, où les temps de parole dans les médias sont soumis à l’équité, avoir capitalisé sur des outils et des audiences propres est déterminant.

    On assiste en ce moment à un déploiement de buzz, d’#opérations_d'influences à tous les niveaux de l’exécutif, payés sur les #fonds_publics, qui vise à construire cette audience avant les prochaines élections.

    Et ce n’est pas le premier épisode de cette confusion des genres, qui est trop régulière pour ne pas traduire une stratégie :

    LREM poursuit sa démarche partisane d’appropriation propagandiste de la #compublique en utilisant sa charte graphique #compol de parti pour la com’ du gouvernement... https://twitter.com/valeriomotta/status/969507347537252352

    https://twitter.com/valeriomotta/status/1365257336990932992

  • #We_Are_One. L’école nouvelle génération pour #jeunes à haut potentiel humain
    – Armer les #jeunes_générations pour inventer demain -

    Notre RAISON D’ÊTRE
    Constat

    Nous vivons dans un monde de plus en plus fracturé, en particulier aux niveaux écologique, social et politique.

    ‍Vision

    ‍Nous sommes convaincus que les jeunes générations ont un rôle crucial à jouer pour façonner un monde durable et inclusif, pour réparer ces #fractures.

    ‍Mission

    ‍‍Notre mission est d’armer les jeunes générations pour inventer demain.

    ‍Actions

    ‍Nous agissons à trois échelles complémentaires :

    - à l’échelle macro, en accompagnant l’#Alliance_U7+ réunissant 50 #universités et impactant plus de 2 millions d’étudiants à travers le monde dans la réalisation de ses missions
    - à l’échelle méso, en aidant nos #clients - #entreprises et #écoles - à former des #leaders pour demain et à se transformer elles-mêmes
    - à l’échelle micro, en développant nos propres programmes d’#accompagnement pour jeunes à #haut_potentiel_humain.

    https://www.weareone.eu.com
    #courage #authenticité #inclusion #audace #WAO

    ping @isskein @karine4 @cede

  • Bouches-du-Rhône : 130 CRS vont arriver en renfort à Marseille pour faire respecter le port du masque, annonce Gabriel Attal
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/bouches-du-rhone-130-crs-vont-arriver-en-renfort-a-marseille-pour-faire

    Bouches-du-Rhône : 130 CRS vont arriver en renfort à Marseille pour faire respecter le port du masque, annonce Gabriel Attal
    700 opérations de contrôles sont prévues dans les prochaines semaines dans les Bouches-du-Rhône, alors que Marseille a élargi l’obligation du port du masque en extérieur vendredi 14 août.

    […]

    « Il faut continuer la pédagogie mais il faut des sanctions », a expliqué Gabriel Attal à France Bleu Provence, même si selon lui « il faut que les Français aient moins peur de l’amende et de la sanction que du virus en lui-même. Ce qu’il faut craindre, c’est moins le gendarme qui va venir vous verbaliser que le virus qui peut vous contaminer si vous ne respectez pas les gestes barrières ».

    Moi j’ai connu le « Nous allons terrorrizzzzer les terrorrisses » de Pasqua. Alors bon, le port du masque à coup de LBD dans la gueule, pourquoi pas ?

    • Selon G. Attal (porte-parole du gouvernement Macron), il faut avoir peur non seulement du virus mais aussi de la sanction du gendarme.
      Ici, des CRS en renfort à Marseille. La tête de gondole de LaREM
      aurait pu préconiser, aussi, les lunettes de protection en plus du masque connaissant les exploits des dites compagnie républicaine de sécurité.
      wikipédia m’apprend que ce natif de hauts-de-seine est issu d’une PMA. (Non, non... je n’attaquerai pas ce minus sur ses origines) la suite de sa page est tout aussi intéressante :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Attal#cite_note-M%C3%A9t%C3%A9orite-22
      comme ce lien qui renvoi à un article de Laure Bretton (Libération 16/10/18) : https://www.liberation.fr/france/2018/10/16/gabriel-attal-la-meteorite-recompensee_1685662

      A quoi tiennent les records en politique ? Nommé au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education, Gabriel Attal est devenu mardi le plus jeune ministre de la Ve République, battant sur le fil un certain François Baroin. En 1995, Jacques Chirac avait nommé son protégé porte-parole du gouvernement à 29 ans et 11 mois. Député couteau-suisse toujours prêt à en découdre dans l’hémicycle et sur les plateaux de télévision, tête de gondole du renouvellement théorisé par Emmanuel Macron, Gabriel Attal fait donc son entrée au gouvernement à 29 ans et sept mois. « C’est assez vertigineux », reconnaissait il y a moins d’un an le jeune député des Hauts-de-Seine au moment d’être nommé porte-parole du parti présidentiel, La République en marche, juste après l’adoption du projet de loi sur la réforme de l’université dont il était rapporteur. Un débat parlementaire comme baptême du feu, où il avait ferraillé, souvent seul, face à l’opposition pour défendre le nouveau système d’orientation des lycéens ParcoursSup. Il devient secrétaire d’Etat chargé de la jeunesse et la vie associative, un poste d’où il devrait piloter la réforme du service national universel, promesse de campagne du candidat Macron.
      Guérillero bien coiffé

      S’il se défend de n’être qu’un « petit sniper », ce sont bien quelques sorties médiatiques qui ont placé Gabriel Attal au centre du jeu et de la majorité. Pendant la grève des cheminots au printemps, il dénonce la « gréviculture » des syndicalistes. Ce qui lui vaut des inimitiés désormais indéfectibles dans les rangs de la gauche. Quelques semaines plus tard, il mouche Gérard Collomb sur les ondes, déplorant les mots du ministre de l’Intérieur qui accusait les migrants de faire du « benchmarking » entre les pays d’accueil. Ce qui ne suffira pas à redorer son blason chez ses anciens camarades socialistes. Peu importe, dans la foulée, le jeune parlementaire est invité partout, des matinales de radio à l’émission On n’est pas couché, reléguant les autres porte-parole de LREM au rang de figurants. Guérillero bien coiffé, Gabriel Attal a aussi été l’un des seuls à monter au feu cet été pour défendre Emmanuel Macron et l’Elysée en pleine affaire Benalla, gagnant du même coup de nouveaux galons.

      Entré au Palais-Bourbon en 2017 en battant à plates coutures le protégé d’André Santini dans son fief, Gabriel Attal a déjà dix années de politique à son actif, après un passage par l’Ecole alsacienne et Sciences-Po Paris. « Aux âmes bien nées », comme disait l’autre… A peine majeur, Gabriel Attal prend sa carte du Parti socialiste en 2006. Il grandit auprès des strauss-kahniens, frayant avec la « bande de Poitiers », la couveuse politique où naîtra l’organisation des « Jeunes avec Macron » dix ans plus tard. A 23 ans, il entre au cabinet de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales de François Hollande, d’abord préposé aux discours avant de devenir conseiller politique quand le titulaire du poste, Benjamin Griveaux, part bosser dans le privé. A la fin du quinquennat, heurté par le raidissement de Manuel Valls sur les questions d’identité et d’immigration, Attal se rapproche d’Emmanuel Macron, qui tient, à l’époque du moins, un discours plus ancré à gauche.
      Fan club d’Orelsan

      Après avoir envisagé une investiture socialiste aux législatives, il largue définitivement les amarres fin 2016 en ralliant En marche, se fait élire avec plus de 60% des voix et devient l’un des visages les plus connus de la macronie. Son CV et son aisance à l’oral – il fait partie de la chorale informelle de LREM et a fondé le fan club d’Orelsan à l’Assemblée – détonnent au sein d’un groupe parlementaire pléthorique et composé pour les trois quarts de complets néophytes en politique. Depuis deux ans, jeune homme pressé vissé à son scooter pour zigzaguer dans Paris, Gabriel Attal a fait de sa maison de famille sur l’Ile-aux-Moines, dans le golfe du Morbihan, un petit carrefour de la majorité, passant ses vacances avec une palanquée de députés LREM plus ou moins trentenaires. Cet été, les estivants bretons y ont croisé Lionel Jospin, immortalisant la rencontre par une série de clichés. A la « gauche plurielle », la génération « et en même temps » reconnaissante.

      Moi je vous le dis, « l’heure est grave » me voilà entrain de coller des liens de gala sur seenthis :
      https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/gabriel-attal-jeune-secretaire-detat-evoque-son-homosexualite-et-son-desir-de-p

      #gabriel_attal

  • La réforme de l’accès à l’université passe sans encombre à l’Assemblée nationale
    https://www.mediapart.fr/journal/france/151217/la-reforme-de-l-acces-l-universite-passe-sans-encombre-l-assemblee-nationa

    Les députés ont adopté sans difficulté, jeudi 14 décembre, le projet de loi sur l’entrée à l’université. La loi prévoit la mise en place d’attendus, de quotas de bacheliers dans les filières sélectives, la fin du régime de sécurité sociale étudiante ou encore la possibilité de réaliser une année de césure.

    #France #Frédérique_Vidal #Gabriel_Attal #universités