• Réensauvagements : vers une conception écologique et relationnelle de la santé

    Un excellent article à recommander à tous ceux pour qui « la #vaccination est la seule solution »...

    Comment, dès lors, prendre sérieusement en considération les appels à un altruisme d’appartenance à une communauté humaine ou nationale ? Pour tenter de comprendre et de répondre à l’événement, une approche purement biologique, a été adoptée : focalisée sur la dimension pathologique du virus et sur la nécessité de son contrôle, sans réellement envisager les conditions de survenue de la maladie elle-même, les vulnérabilités préalables impliquées. Les formes graves de la maladie à COVID-19 surviennent en effet préférentiellement dans le cadre de contextes propices : contextes médicaux individuels avec conditions pathologiques sous-jacentes (diabète, obésité, etc.) et contextes socio-économiques ou populationnels favorisants (promiscuité, métiers exposés, périphéries des grandes villes, etc.). Les formes d’interventionnisme caractéristiques de la biopolitique mises en place sont paradoxalement révélatrices de négligences multiples, négligences des inégalités sociales économiques et des inégalités de santé, terreau des formes graves et des conséquences de la COVID-19. Les approches de santé publique de long terme (renfort des systèmes de santé, des capacités d’accueil des hôpitaux, atténuation des inégalités sociales) paraissent quelque peu sacrifiées devant les approches biologiques de court terme : diagnostics, séquençage, vaccination, etc. La pandémie met ainsi en évidence un triomphe plus général de la biologie sur la santé publique.
    À travers cette focalisation sur le virus au détriment de l’identification des milieux propices au déploiement des potentialités virales, cette émergence est interprétée sous l’angle d’un récit unique et totalisant : approche réductrice des conditions d’émergence, mesures biopolitiques présentées comme inévitables, repositionnement de la technoscience en condition essentielle du retour à la normale. Ces orientations majoritaires font obstacle à une autre lecture et à d’autres propositions d’actions sur le long terme. Resituer cette crise sanitaire au sein des crises écologiques et sociales qui en ont fait le lit permet de s’interroger sur ce qui est révélé par ces émergences : est-ce la pathogénicité de l’agent ou celle des milieux écologiques et sociaux impliqués ?

    https://www.terrestres.org/2021/07/29/reensauvagements-vers-une-conception-ecologique-et-relationnelle-de-la-s

    #Terrestres, #Covid-19, #solutionnisme_technologique, #scientisme, #syndémie, #biologie, #écologie, #technocritique, etc.

    • Cette approche n’a strictement aucun rapport avec une politique de santé pendant une épidémie, à l’échelle des gens vivants à un instant donné : ce qu’on veut sauver, ce sont les gens là maintenant, pas les gens « de dans 30 ans » (et encore je suis super gentil).

      Une politique de « réduction des conditions de risques », pour contrer l’effet de syndémie, c’est-à-dire ne plus vivre dans la pollution, manger mieux, réduire les inégalités, etc, à l’échelle d’une population entière, c’est un boulot qui se fait sur des décennies ! Changer l’alimentation et l’urbanisme, changer les manières de produire, etc.

      Donc ça n’a vraiment aucun sens quand on parle de sauver les millions de gens qui meurent du Covid, là, cette année.

      Et quand on parle de ça, bah oui, la vaccination c’est un peu incontournable pour sauver les gens de maintenant, avec la pollution de maintenant, et l’alimentation de maintenant, une solution nécessaire, pas du tout la seule, pas du tout suffisante, mais nécessaire.

      Après, yen a des qui pensent qu’on s’en bas les gonades et qu’ils ont qu’à crever tous ces cons, pauvres et qui mangent mal, en mauvaise santé, et qu’on fera un monde mieux où on sera moins malade pour dans 30/50/100 ans (barrez les mentions improbables). C’est un choix.

    • T’es couillon ou tu le fais exprès ? Le monsieur te dit qu’il ne voit pas le rapport avec quoi que ce soit sur le fait de sauver les gens qui vivent là maintenant.

      Et donc c’est pas deux stratégies qui se concurrencent : c’est deux stratégies pour des choses n’ayant strictement rien à voir.

      L’une pour comment on sauve les gens maintenant, l’autre pour comment on fait pour que les gens de dans 50 ans vivent mieux, avec moins de syndémie. Ya donc aucune incompatibilité à être d’accord avec les deux à la fois, bien au contraire.

    • @rastapopoulos

      "sauver les gens qui vivent là maintenant"

      C’est précisément ce que le gouvernement ne fait pas lorsque des intérêts industriels sont en jeux :

      Celia Izoard, “Cancer : l’art de ne pas regarder une épidémie”, revue Terrestre, juillet 2020.
      http://www.terrestres.org/2020/07/01/cancer-lart-de-ne-pas-regarder-une-epidemie

      "c’est deux stratégies pour des choses n’ayant strictement rien à voir"

      T’es couillon ou tu le fais exprès ?

      En soulignant cela, il ne s’agit pas de jouer une maladie contre une autre, mais de retrouver la mesure de l’épidémie et de ses causes. La nourriture ultra-transformée, la pollution par les pesticides, les métaux lourds, la radioactivité et j’en passe… induit des cancers chez certains et affaiblit les défenses immunitaires de tous. Les fameuses « comorbidités » si fatales à nombre de gens contaminés par le Covid-19, n’ont pas d’autre origine.

      https://seenthis.net/messages/923177

      Sinon, t’as toujours pas répondu à la question du monsieur...

      #sauver_des_vies mais pas trop quand même...

    • Le fait qu’on augmente notre ésperance de vie est un facteur qui augmente le risque d’avoir des cancers. Les comorbidité c’est plutot aussi le signe qu’on ne meurt plus autant de la première morbidité et qu’on peu vivre avec plusieurs. Le malbouffe augmente les risques de cancers et de morbidités et c’est bien de lutter contre mais par rapport au covid ca me semble pas la priorité la plus urgente.
      Il me semble que c’est plutot de lutter contre les brevet des vaccins et l’interdiction de profit sur les médicaments et de permettre à la terre entière d’être vacciné qui est l’enjeu central. Le covid ca pourrait etre l’occasion de changer la politique mondial de santé et d’avoir une sorte d’organisation transnationale contre ce fléau qui serait un outil pour les prochains fléaux qui nous attendent (pollution, réchauffement, alimentation, épidémie de cancer...)

    • j’ai d’ailleurs déjà écrit ici que l’on ne préviendra pas les zoonoses ou les accidents de labo) sans modifier radicalement nos sociétés (élevage, déforestation, production pour la production, solutionniez technologique, etc.) et la lutte contre la pandémie est une des occasions d’avancer avec détermination sur ce plan (car elle l’impose) dune attaque contre ces secteurs, ces logiques, ces intérêts qui sont ceux qui détruisent la « santé publique » tout autant que les programmes de réduction des coûts et de balakanisation hiérarchisées des réponses aux enjeux de santé.

  • Vaccination : notes sur un mouvement [anti]social | Lignes de force
    https://lignesdeforce.wordpress.com/2021/07/22/vaccination-notes-sur-un-mouvement-antisocial

    De la même manière, l’analyse des slogans – ceux repris collectivement et ceux affichés individuellement (pancartes, chasubles ou badges) – est éclairante. Le slogan le plus communément scandé tient en un mot « Liberté ! » Je crois que certains libertaires s’y sont laissés prendre. Il n’y a pourtant là aucune commune mesure avec l’ancien « Anarchie Liberté ! », qui contrariait tant les bureaucrates gauchistes. Scandé seul, le mot « Liberté » est une coquille vide, dans laquelle viennent se lover à l’aise aussi bien des gens de droite, des militants néo-nazis et des électeurs de gauche. Souvenez-vous des manifestations de soutien à l’ école libre » (Tiens !) : ses protagonistes prétendaient incarner la liberté face à un gouvernement « socialo-communiste » porteur de valeurs moscoutaires… Aujourd’hui, croyez-vous que les milliers de personnes dont ce sont les premières manifestations de rue s’intéressent vraiment à la liberté de circuler » ? Ils ne pensent qu’à la leur, et se moquent que l’on externalise les frontières – et les camps d’internement – le plus loin possible de l’Europe. Ces gens ne sont pas méchants ! Simplement, leur rapport à la collectivité se limite à la déclaration d’impôt et aux élections. Le reste du temps, ils consomment de l’intoxication télévisée, et – pour celles et ceux qui préfèrent les versions customisées – des « réseaux sociaux ».

    La « liberté » qui sort de leurs bouches n’a rien à voir avec celle qui guide le peuple : c’est la liberté de l’interphone, de la voiture individuelle, et du smartphone.

    Ce que demande ce mouvement – à supposer qu’il s’agisse d’un « mouvement » et qu’il « demande » quoi que ce soit – c’est le moins d’État possible dans le maximum de providence possible. Par là il est inspiré, sans le savoir, par les libertariens américains ; néanmoins son libertarianisme est sévèrement reconfiguré par les habitudes prises durant 85 ans de sécurité sociale !

    Ce qui demeure du vieux fond anarcho-syndicaliste (dénaturé) dans ces mouvements d’opinion, c’est l’insatisfaction érigé en principe. Ce sont, autrement dit, des mouvements consuméristes. Si les vaccins tardent à être conçus, le gouvernement est un ramas d’incapables et les laboratoires pharmaceutiques des sangsues du peuple. Si les vaccins sont produits dans un temps record, le gouvernement est un ramas d’incapables, et les labos des apprentis sorciers. La même personne qui ignore que les premiers travaux sur l’ARN messager datent du début des années 1960, et refuse d’être le « cobaye » du vaccin contre le Covid, menacera de mort le cancérologue qui prétend lui interdire d’entrer dans le protocole d’un nouveau médicament…

    À la décharge (signez ici) du consommateur de santé publique (vieux style), il faut reconnaître que la vaccination pose de manière paradoxale et quasi inextricable le problème de l’intersection/contradiction entre le bénéfice individuel et le bénéfice collectif. En réalité, le vaccin n’est pas fait pour vous (individu), mais pour nous (collectivité). Tel « accident » vaccinal (et la crainte qu’il suscite) n’affecte aucunement l’intérêt, voire la nécessité, d’une vaccination générale.

    La question qui se pose aujourd’hui n’est en aucune façon de savoir si je souhaite ou si vous (individus) souhaitez vous faire vacciner ; si vous éprouvez des réticences ; si votre système de croyance (religieux ou antiscientifique) vous « interdit » de le faire. La seule question est de savoir si la collectivité peut s’en passer. Ou, pour ne pas reculer devant les nuances : si des motifs sérieux et rationnels permettent d’envisager une autre stratégie de protection de la population mondiale (on ne peut pas à la fois aller passer ses vacances aux Maldives et nier que la situation sanitaire aux Maldives nous concerne).

    La réponse à cette question – aujourd’hui – qu’on la formule brutalement ou avec toutes les circonlocutions imaginables est : Non.

    À partir de là, on peut râler, signer des pétitions, attendre le dernier moment – comme pour remplir sa déclaration d’impôt – mais il faudra bien se faire vacciner. Et non, votre opinion individuelle ne « compte pas ». Non pas parce le gouvernement est autoritaire (il l’est !) et oublie (il s’en moque !) qu’il est censé être à votre service (collectivité), mais parce que la santé publique s’évalue sur les grands nombres, lesquels sont extrêmement peu accueillants pour les particularités individuelles (ils les absorbent).

    Que le gouvernement attelé à cette tâche soit du genre de ceux qui, depuis des décennies, ont entrepris d’éradiquer la notion même de « santé publique », ont mis des comptables à la direction des hôpitaux et fermé des centaines de lits jugés peu rentables ne modifie absolument rien, ni à la question ni à la réponse.

    J’entends bien celles et ceux qui s’affirment à la fois vaccinné·e·s (ou sur le point de l’être) et hostiles à l’obligation vaccinale. Prenons un autre exemple. Diriez-vous : « Je suis entièrement d’accord pour dire que conduire fin saoul au-dessus de la vitesse maximale autorisée est un comportement criminel, mais je ne suis pas d’accord pour que ce comportement soit interdit ? » Non, bien sûr.

    #covid19 #vaccination

    • Si les vaccins tardent à être conçus, le gouvernement est un ramas d’incapables et les laboratoires pharmaceutiques des sangsues du peuple. Si les vaccins sont produits dans un temps record, le gouvernement est un ramas d’incapables, et les labos des apprentis sorciers. La même personne qui ignore que les premiers travaux sur l’ARN messager datent du début des années 1960, et refuse d’être le « cobaye » du vaccin contre le Covid, menacera de mort le cancérologue qui prétend lui interdire d’entrer dans le protocole d’un nouveau médicament…

    • J’entends bien celles et ceux qui s’affirment à la fois vaccinné·e·s (ou sur le point de l’être) et hostiles à l’obligation vaccinale. Prenons un autre exemple. Diriez-vous : « Je suis entièrement d’accord pour dire que conduire fin saoul au-dessus de la vitesse maximale autorisée est un comportement criminel, mais je ne suis pas d’accord pour que ce comportement soit interdit ? » Non, bien sûr.

    • Je n’avais pas encore eu le plaisir de lire un tel article... Merci pour ce fabuleux partage digne de l’envie de... ... ... partager ?
      J’ai pu lire des articles politiquement scientifique, d’autre politiquement médical, d’autre politiquement socials etc. Puisque désormais dans toutes sphères auxquels chacun puise des argument pour convaincre autrui tout est devenu politique, puisque chacun peut y trouver dans chaque sphère : tout... Et exactement son contraire !

      Mais je n’avais pas encore lu d’article qui ne soit juste que des jugement d’une personne qui semble autant blasé, qui se dit anarchiste en l’affichant publiquement bien en vue sur son « blooooog » et qui passe autant de temps à juste... critiquer autant des mouvement de protestation. Ca ne serait autant intellectuel, ça resterait juste rigolo.
      Les gilets jaunes ne sont que des bourgeois qui sans querelle politique autour du sujet du passe sanitaire ne se serait jamais retrouvé : oui, peut-être, je ne sais pas, et alors ? Mais bravo quand même pour l’encre.
      Peut-être même que le mariage pour tous ça le défrise cet anar hypocrite, puisque ça aussi ça ne le regarde peut-être pas ?
      Et les jugement sur les personnels infirmiers, trop malade ! Le gars il se sent humilié... Pauvre de lui... Peut-être est-il infirmier ou vraiment sur place pour réaliser les conséquences ? Pour vivre les conséquence ou les vit-il en grande difficultés uniquement caché derrière son écran et son « bloooooog ». Mais peut-être subit-ils les injonctions journalières de personnes responsables d’hôpitaux qui eux-mêmes n’ont certainement aucun intérêts à vacciner et faire vacciner en évitant de regarder les conséquences, ça ne serait pas nouveau !
      Peut-être as-t-il peur lui aussi pour sa carrière et en même temps peut-être que lui aussi il vit la culpabilité de vacciner ou de ne pas vouloir vacciner.
      Peut-être se sent-il lui aussi assailli d’informations et de contre informations avec lesquelles ils doit jongler pour prendre une décision qui met en danger la vie d’autre personne que la sienne, sans pouvoir respecter un seul engagement d’Hypocrate.

      Tout personne éclairées n’est pas au courant que l’ARN a démarré son développement en 60, d’ailleurs cet argument est juste un argument d’autorité qui ferme le dialogue... et ça changerait quoi au fait qu’aucun médecin ou scientifique ne peut aujourd’hui s’engager et confirmer qu’il n’y aura jamais aucunes séquelles d’un tel vaccin sur les vaccinés, et puis ça change quoi au fait qu’il ont pu confirmer que les vaccins mettent à mal les défenses immunitaires contre même les variants ce qui oblige donc les personnes s’étant fait vacciner à ne plus imaginer l’avenir sans vaccins.
      Mais oui sinon, c’est vrais les vaccins sont clairement efficaces, ils sauvent bien plus qu’ils ne tuent ou envoies en hospitalisation.

      C’est débat de société ou règne « les mieux pensants à la place des autres », comme c’est arrivé pleins de fois en France (manifestation pour la pilule en 72 et son opposition, mariage pour tous et son opposition, gilet jaune et son opposition, aéroport de NDDL et son opposition, sauvetage et accueil des réfugiés et son opposition etc. etc. etc.).

      Des instances multinationales (OMS et parlement euro) et des pays se sont exprimé contre l’obligation de vaccination comme quelque-chose d’opposé au vaccin, d’opposé à la liberté à l’égalité et à la fraternité, non les français penseront toujours mieux que les autres en bons hypocrite.

    • Sur l’épidémie de variole pendant la guerre de 1870 :
      https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante1-2011-4-page-25.htm

      À noter qu’il s’agit d’une vaccination à l’ancienne, si je comprends bien inventée par Edward Jenner en 1796 (on inocule la variole des vaches, également appelée « vaccine », ce qui provoque l’immunisation contre la variole humaine). La vaccination plus moderne est découverte par Pasteur une dizaines d’années après cette affiche, l’histoire du gamin vacciné contrer la rage se déroulant en 1885.

    • Tout personne éclairées n’est pas au courant que l’ARN a démarré son développement en 60, d’ailleurs cet argument est juste un argument d’autorité qui ferme le dialogue...

      Ce n’est pas un argument d’autorité mais un fait.

      Des instances multinationales (OMS et parlement euro) et des pays se sont exprimé contre l’obligation de vaccination

      Ah là oui, c’est un argument d’autorité.

    • L’exemple d’incitation positive à la vaccination par La Commune de Paris (vaccinez-vous, vous pourrez manger et vous chauffer) était là
      https://seenthis.net/messages/922780#message922855
      et a pas mal circulé, assortie d’autres exemples de ce qu’auraient pu être des incitations positives qui soient pas de l’ordre du #risque autorisé (boites de nuit le 1er juillet, bars, restos, etc.) en dépit du savoir disponible.

  • Le pass sanitaire introduit une rupture fondamentale dans notre contrat social

    « Partout, nous aurons la même démarche : reconnaître le civisme et faire porter les restrictions sur les non vaccinés plutôt que sur tous ».
    Cette phrase sidérante a été prononcée par Emmanuel Macron lors de son allocution d’hier soir, qui marque une étape supplémentaire dans le délitement démocratique de notre pays. L’extension du #pass_sanitaire, en particulier, constitue une atteinte essentielle non seulement à nos libertés, mais à notre contrat social et au concept même de #citoyenneté tel qu’il s’est imposé depuis Rousseau.
    En étendant le pass sanitaire à tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes, en l’élargissant aux cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux ainsi qu’aux trains et aux cars pour les trajets de longue distance, le gouvernement rend de facto la vie des non-vaccinés impossible, ou très difficile. En faisant cela, il instaure une inégalité de fait entre le vacciné et le non-vacciné et introduit donc une rupture fondamentale dans notre contrat social, fondé sur l’adhésion rationnelle du citoyen à l’intérêt général, son consentement libre et éclairé et l’égalité devant le droit. Tous ces principes fondateurs de notre démocratie sont réduits en morceaux.
    Il y a d’abord, dans cette décision prise par Macron, un reniement de la parole donnée. Le gouvernement n’avait-il pas promis que le pass sanitaire ne pourrait pas concerner les actes du quotidien ? Emmanuel Macron n’avait-il pas annoncé que la #vaccination ne serait pas rendue obligatoire, et que son objectif était de convaincre par l’information et la pédagogie ? Il s’est passé ce qu’il se passe depuis le début de la crise : le gouvernement avance pas à pas, subit les évolutions de la crise et va à chaque fois un peu plus loin dans les mesures autoritaires et liberticides, finissant par se dédire de ses anciennes promesses.
    Que dire, d’autre part, de la manière dont cette décision gravissime est prise ? Depuis le début de la crise sanitaire, le Parlement est réduit à une chambre d’enregistrement et toutes les décisions sont prises par un homme seul, le chef de l’État, assisté par un Conseil scientifique non élu et délibérant au sein du Conseil de Défense dans la plus grande opacité. Il n’en va pas différemment de la décision d’hier soir, où Macron a annoncé les nouvelles mesures sanitaires sans la consultation du Parlement, qui sera sommé de voter le texte de loi en urgence et sans réel débat démocratique. Cette crise majeure de nos institutions parlementaires et démocratiques devrait interroger quiconque se soucie de l’équilibre de nos institutions.
    Il y a ensuite, dans ces annonces, des problèmes juridiques immenses. Le Conseil d’État avait validé le pass sanitaire le 6 juillet dernier au motif qu’il ne concernait pas les activités quotidiennes, tandis que la CNIL donnait également son feu vert parce que la version initiale du pass sanitaire excluait « les activités de la vie courante (lieux de travail, restaurants, commerces…) ». Comment ces institutions, censées nous protéger de l’arbitraire et des atteintes à nos libertés fondamentales, justifieront leur (probable) validation de la nouvelle mouture du pass ? Vont-elles se dédire ? Justifier ce durcissement par la remontée du variant Delta ? Depuis le début de la pandémie, le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel n’ont cessé de légitimer les mesures les plus attentatoires à nos droits fondamentaux et à notre Constitution. Il n’y a plus, aujourd’hui, de garde-fous juridiques contre les excès du pouvoir sanitaire.
    Ces annonces signifient aussi que nous entrons dans une société répressive, où la police pourra, comme l’a rappelé Gabriel Attal après l’intervention du chef de l’État, effectuer des contrôles à l’aveugle des pass et réprimer les récalcitrants ; une société où les Français eux-mêmes pourront vérifier le QR Code de leurs concitoyens et ainsi jouer un rôle de police ; une société où chaque action de la vie quotidienne sera soumise à des règles disciplinaires strictes et contrôlées. Bref, le pass sanitaire généralisé, c’est tout un système répressif et disciplinaire qui se met en marche subrepticement, aux antipodes des principes démocratiques qui ont fondé notre République.
    La manière dont le gouvernement a orchestré cette mise au pas du non-vacciné mérite d’ailleurs qu’on en dise un mot. Depuis plusieurs semaines, le gouvernement a décidé de faire du non-vacciné le bouc-émissaire de la situation sanitaire. La rhétorique gouvernementale est simple : « si nous devons nous reconfiner à la rentrée, ce sera la faute des non-vaccinés, et il est hors de question que les vaccinés payent pour ceux qui ont décidé de faire preuve d’incivisme ». Tout un chantage au reconfinement s’est mis en place, avec pour conséquence un climat absolument détestable où le non-vacciné est devenu une sorte d’épouvantail collectif. Sur les réseaux sociaux, la haine se déverse, certains allant même jusqu’à demander qu’on enferme les récalcitrants ou qu’on leur fasse payer tous les frais d’hospitalisation liés au Covid. Et sur les chaînes de télévision, certains chroniqueurs ont participé de ce climat haineux, certains allant même jusqu’à appeler à ce que la police vienne chercher les non-vaccinés pour les amener en centres de vaccination, d’autres appelant à rendre le plus difficile possible la vie des non-vaccinés. Le pays entier est pris d’une fureur répressive et autoritaires.
    Il faut ici s’interroger sur la rupture démocratique que tout cela représente. L’état d’exception permanent, la rupture d’égalité entre les citoyens, la mise en place d’un dispositif disciplinaire et répressif, cette bureaucratisation à l’extrême des rapports sociaux, tout cela n’a aucun équivalent dans notre histoire récente. Il s’agit même, comme l’a joliment écrit Giorgio Agamben, d’un renversement complet de l’idée même de citoyenneté, où le nouveau citoyen n’a de droits qu’à la condition qu’il produise la preuve de sa bonne santé. Se rend-on compte de ce que signifie le fait que la citoyenneté est désormais conditionnée à la bonne santé ? Qu’un citoyen vacciné a des droits qu’un non-vacciné ne possède pas ? Que la vie d’un non vacciné est désormais similaire à ce que nous avons vécu pendant le confinement ? Toutes les blessures infligées à notre modèle démocratique depuis le début de la crise ne cicatriseront pas facilement. Le plus inquiétant est que les citoyens eux-mêmes plébiscitent, dans leur majorité, ces atteintes à l’État de droit. Et que les mesures disciplinaires fonctionnent, comme en témoigne la saturation du site de prise de rendez-vous pour la vaccination DoctoLib quelques minutes après le discours du chef de l’État. Sans contre-pouvoir et avec un tel assentiment populaire, comment sortir de cette spirale liberticide qui semble n’avoir aucune fin ?
    Essayons donc, face à l’hystérie qui embrume notre jugement, de poser quelques principes clairs et de bon sens. D’abord, il n’y a nul besoin de pass sanitaire ou de vaccination obligatoire. La vaccination protège celui qui décide de se faire vacciner des formes graves du virus : le non-vacciné n’est donc une menace que pour lui-même. La vaccination est donc un choix purement individuel qui doit relever de la seule décision rationnelle de chaque citoyen. Les personnes vaccinées sont protégées, les autres choisissent en leur âme et conscience de prendre un risque pour eux-mêmes. Ensuite la citoyenneté ne se divise pas. Le pass sanitaire, qui créé de facto deux catégories de citoyens selon qu’ils sont vaccinés ou non, est une aberration éthique, juridique et démocratique. Il n’a pas sa place dans notre démocratie. Enfin, le virus ne disparaîtra pas. Il faut apprendre à vivre avec, sortir de l’état d’exception et faire confiance au libre-arbitre et à la responsabilité de chacun. La France n’est pas une cour d’école à discipliner, mais un pays où les citoyens ont des devoirs et des droits, et parmi ces droits figure la liberté de disposer de son corps. L’État doit encourager les Français à rester prudents et à se protéger du virus, mais il doit le faire comme il l’a fait pour l’épidémie du Sida : en privilégiant l’information et la pédagogie plutôt que la coercition. Ce n’est que de cette manière que l’on retrouvera un chemin qui soit celui de la #liberté et non de la servitude.
    Par Mathieu Slama
    Publié le 13 juillet 2021 à 12:00.
    Consultant et analyste politique, Mathieu Slama collabore à plusieurs médias, notamment Le Figaro et Le Huffington Post. Il a publié La guerre des mondes, réflexions sur la croisade de Poutine contre l’Occident, (éd. de Fallois, 2016).

    https://www.lefigaro.fr/vox/politique/allocution-d-emmanuel-macron-le-pass-sanitaire-introduit-une-rupture-fondam

    #covid-19, #QRcode, #répression, etc.

    • La vaccination protège celui qui décide de se faire vacciner des formes graves du virus : le non-vacciné n’est donc une menace que pour lui-même. La vaccination est donc un choix purement individuel qui doit relever de la seule décision rationnelle de chaque citoyen.

      La connerie individualiste de trop dans le texte : on sait que ça réduit drastiquement les transmissions. Le vaccin est donc parfaitement aussi un geste barrière (à ajouter aux autres) qui empêche encore bien plus que le masque la transmission dans la population. Et donc protège nos amis, familles, voisins, etc.
      https://lejournal.cnrs.fr/billets/covid-19-vaccine-peut-sinfecter-et-transmettre-le-virus

      (Par ailleurs, même si on ne savait pas ça, ça empêche de faire partie de ceux qui vont saturer le système de santé, si en l’attrapant on doit aller à l’hopital alors qu’on n’aurait pas eu à y aller avec le vaccin.)

    • @rastapopoulos

      Donc, le pass sanitaire ne pose aucun problème ?

      Dans le chapeau de l’article que tu cite : « Le risque que les personnes vaccinées transmettent le virus serait aussi potentiellement réduit. »

      « Potentiellement » n’est pas tout à fait la même chose que « drastiquement », il me semble. Cela veut dire que c’est une simple hypothèse ...

    • @trambert : quand on cite un article mieux vaut ne pas s’arrêter au chapeau. Plus loin :

      Cette réduction du nombre d’infections grimpe à 90 % dès sept jours après la seconde dose. Cela signifie, dans le cadre de cette étude, qu’une semaine après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin, une personne a dix fois moins de risque d’être infectée sans le savoir et de potentiellement transmettre le virus.

      Plus loin :

      Une étude menée en Israël sur environ 5000 patients3 de tous âges souffrant du Covid-19 apporte un début de réponse. Elle s’est intéressée à la quantité de virus nasopharyngée (présent dans le nez jusqu’à la paroi arrière du pharynx). Celle-ci est directement liée à la charge virale du patient et constitue un indicateur fort du potentiel de contagiosité d’une personne.

      D’après les mesures, la quantité d’ARN viral nasopharyngé détectée par le test RT-PCR était 3 à 4,5 fois plus faible chez les patients ayant reçu une dose de Pfizer-BioNTech depuis au moins douze jours que chez les non-vaccinés. Cela suggère que le portage nasopharyngé diminue fortement à mesure que la réponse immune induite par le vaccin se développe.

      Le conditionnel du chapeau est une précaution scientifique d’usage. On est dans le domaine des sciences expérimentales, et donc ce conditionnel ne fait que retranscrire le « jusqu’à preuve du contraire » et non pas « c’est juste une hypothèse ».

      Et cela ne signifie pas que le passe sanitaire ne pose pas problème en terme de libertés publiques.

      Mais en vrai il commence à y’en avoir ras le bol des gens pour qui la liberté est celle du renard dans le poulailler, plein le dos l’absence de pensée du collectif, putain de marre de ceux qui confondent la liberté et l’irresponsabilité vis-à-vis des autres, et qui en plus se permettent de donner des leçons de vigilance sur la liberté d’expression sans même savoir à qui ils s’adressent, voire à taxer quiconque essaie penser à la santé publique d’être un collabo du gouvernement, ou un mouton, ou je ne sais quel dégueulis de mépris du même accabit.

      Ah oui ça aussi c’est excellent :

      La vaccination est donc un choix purement individuel qui doit relever de la seule décision rationnelle de chaque citoyen.

      Pure pensée néolibérale. De quelle rationalité parle-t-on ? De l’agent parfaitement informé qui n’existe pas en dehors de la théorie libérale ?

    • @ericw

      Qu’il y ait des personnes qui dans la revendication de « liberté » défendent avant tout leur libéralisme existentiel, c’est une chose - et j’en ai vu, complotistes avec toute la panoplie. Et il ne faut pas se priver de les dénoncer comme tels, qu’ils soient vaccinés ou pas, d’ailleurs.

      Mais la tribune de Mathieu Slama se place du point de vue du droit.

      Un droit que l’on peut toujours qualifier de « bourgeois », si l’on veut, mais qui garantissait encore un peu le respect de la personne et de son autonomie de décision. Et même ce peu de choses est en train de disparaître sous les yeux indifférents de tout un tas de #gauchistes_de_merde qui, ne voyant pas plus loin que le virus, nous préparent - comme il se doit - des lendemains qui déchantent.

    • je suis pfizerisé deux fois et porte un ffp2 dans ces situations mais comme me le disait une pauvre de 16 ans aujourd’hui dans un car régional lorsque je lui disais non pas que le port du masque était obligatoire mais qu’il était nécessaire, allant jusqu’à lui montrer de vieilles dames qui embarquaient : « j’ai payé alors je fais ce que je veux ». C’est la défense de la propriété privée qui exige le droit d’usage et le droit d’abus. qu’elle crève en 4X4.

      (et merci, @ericw, de dire ce qu’il faut)

      #Le_Figaro contre la #santé_publique, what a surprise
      #propriété_privée #soldarité #irresponsabilité_revendiquée #libéralisme_existentiel #idéologie_bourgeoise

    • Depuis le début se succèdent pour nous parler du vaccin :

      – des politicards menteurs professionnels,
      – des fous agressifs et délirant dans les médias,
      – des journullistes nous abreuvant de chiffres affolants, qui ne veulent rien dire, mais jamais sur le nombre de décès réels, nombre d’hospitalisés, nombre de covids longs,
      – des soit disant épidémiologistes aux conflits d’intérêts systématiques, c’est à dire corrompus,
      – des membres d’un gouvernement qui sont là pour détruire tout ce qu’ils peuvent,
      – des actes de violences policières justifiés par des soit disant questions sanitaires,
      – des erreurs succédant à des suites d erreurs,
      – des exemples flagrants d’une classe sociale privilégiée ne respectant pas les gestes barrière, et le confinement.

      En ils voudraient qu’on les suivent !

    • Ensuite la citoyenneté ne se divise pas. Le pass sanitaire, qui créé de facto deux catégories de citoyens selon qu’ils sont vaccinés ou non, est une aberration éthique, juridique et démocratique.

      Ce que je ne comprends pas dans ces arguments, et les râleries du vaccin Covid obligatoire, c’est que ça serait quelque chose de nouveau.

      Mais certains vaccins sont déjà obligatoires pour certaines professions (enseignement par exemple) ou voyages. Alors ?

    • Il y a deja des vaccins obligatoires c’est vrai mais les mesures de controles de ces vaccins ne sont pas comparables à ce qui se prépare. Ca concerne l’inscription à l’école et quelques voyages pour les personnes qui peuvent se le permettre, rien de comparable avec ces controles continus du pass sanitaire avec l’identité associée qui vont etre exigé plusieurs fois par jour. J’ai l’impression d’etre entre le marteau et l’enclume sans avoir aucune issue viable. D’un coté j’entend bien que le vaccin permet de réduire l’épidémie mais de l’autre je voie bien que ce gouvernement instrumentalise ce vaccin pour réduir nos droits et nous imposé ses réformes. D’un point de vue pratique on va se retrouvé contrôlés à toute occasion, par des agents de police non vaccinés, avec les dérives habituelles (racisme, classisme, validisme, agisme et sexisme systémique et persécution des habitant·es des quartiers populaires).

      Je me souviens de cette phrase attribuée à Benjamin Franklin ; « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux » et j’ai l’impression que je suis en train de tout perdre.

  • Paris enlève la plaque polémique d’hommage à Guy Hocquenghem, ami de Gabriel Matzneff - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-enleve-la-plaque-polemique-d-hommage-a-guy-hocquenghem-ami-de-gabri

    La plaque posée en janvier dernier en hommage à Guy Hocquenghem a été enlevée discrètement mercredi. Depuis des semaines, elle enflammait les réseaux sociaux en raison de propos pro-pédophilie qu’avait tenus l’écrivain.

    Je trouve ça stupide et parfaitement #faux_cul, comme Gallimard qui vire #matzneff de son catalogue.

    • Euh c’est un peu court, voire totalement l’inverse de la réalité, celleux qui demandaient le retrait c’est surtout :

      Depuis plusieurs semaines, après la démission de Christophe Girard, cette plaque enflammait les réseaux sociaux. Des élus écologistes, des féministes, le collectif des Grenades, interpellaient la ville et demandaient sa dépose.

    • Alors est-ce que l’action des Grenades est au mieux maladroite, au pire homophobe ? Oui car la reprise du mode d’action d’Act Up contre un pédé qui n’était pas LA figure de la propédophilie, mort du SIDA et exclu des milieux d’EG pour son homosexualité est vachement dérangeante. Tang Frères autogéré, @walstrid

      https://twitter.com/walstrid/status/1302029402369339393

      Pourquoi le mouvement de libération homosexuel a pendant les années 70, et jusqu’au début des années 2000 dans les mouvements radicaux comme les Panthères Roses, défendu les pratiques pédophiles et l’abolition de l’âge de la majorité sexuelle ?

      Il faut comprendre que d’abord, la question de la majorité sexuelle était un axe majeur de lutte pour les jeunes adolescents du FHAR : la majorité sexuelle pour les relations hétéros était fixée à 13 ans, tandis que pour les relations homos elle était de 21 ans depuis 1942.

      On part donc d’un mouvement de contestation venant de « premiers concernés », qui revendiquent l’égalité stricte avec les hétéros. La majorité pour les homos sera d’abord abaissée à 18 ans en 1974, puis finalement mise à égalité avec les hétéros à 15 ans en 1982.

      Entre temps, le discours sur l’égalité de la majorité sexuelle va être reprise par les adultes, cette fois-ci sur une posture plus « radicool » : la majorité sexuelle serait uniquement arbitraire, et ne servirait qu’à contrôler les mœurs.

      Si la critique d’arbitraire tient, c’est sur la redéfinition du consentement sexuel que les militants d’EG pêchent : si la violence des rapports est prise en compte pour invalider le « consentement » exprimé, les rapports de domination passent à la trappe.

    • Hocquenhem se serait rendu coupable, selon elle, d’apologie de la pédocriminalité.

      pas de conditionnel à mettre ici, il l’a fait cette apologie, c’est vrai, et documenté, ça se trouve en deux clic. Son maître, renée Schérer est un pédophile militant.

      rappelant que Guy Hocquenghem luttait dans les années 1970 pour l’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle pour les relations homosexuelles fixée par le régime de Vichy à 18 ans (contre 15 ans pour les hétéros).

      C’est fourbe de le poser comme ça. Les milieux gay et pédo faisaient cause commune à ce moment là. Encore une fois, Shérer pensait qu’un gosse de 6 ans avait le « droit » au sexe avec des adultes. Foucault pareil mais mieux dis... Hocquenchem a conduit un numéro entier de sa revue recherche pour défendre la pédophilie. Bref, pas la peine de sauver guy pour dénoncer l’instrumentalisation par la droite de ces merdes qui sont réelles . Et pour mémoire, il les aimaient bien les droitards, guy hocquenghem :

      https://blogelements.typepad.fr/files/1979---tout-contre-la-nouvelle-droite-1.pdf

    • Il faudrait retrouver ça tiens, qu’on rigole :

      la brochure édité en 1982 par le ministère de la jeunesse et des sports intitulé je m’aime je m’informe qui reccomandait la lecture du bon sexe illustré de Tony Duvert, texte vantant les mérites de la pédophilie et argumentant en sa faveur

      in l’enfant interdit de #Verdrager.

      allez ça me dégoûte toute cette merde.

    • Il y a un nombre exponentiel de connards de droite et de gauche de droite qui disent gauchistes comme insulte (parler comme Brice Couturier). Ça me fait parfois regretter de l’avoir employé de la même manière si souvent depuis la toute jeune adolescence.

      Ce que dit GH dans son panier sur la ND c’est qu’à part Guattari et Deleuze, l’absence totale d’attention aux avancées scientifiques (dont la génétique) caractérise la gauche et laisse à la ND « sa liberté d’action. » (sur un ton pamphlétaire il fait aussi le coup, brillant dans sa Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary ). À part quelques provoc « nietzschéennes » je trouve pas ça mal vu (car oui, il y a un gramscisme de droite qui a réussi, et la ND a été son prophète).

      Le gros étiquetage « gauchiste », c’est tomber dans le piège des généralisations, abusives qui plus est, et c’est un contresens qui loupe totalement GH dont l’iconoclastie (parfois gênante, en effet) n’a de rapport avec aucune discipline militante. Il incarne à l’inverse une des critiques en actes du gauchisme de l’époque.

      Est-ce que ça c’est du gauchisme ?!!

      Que ce soit dans le Rapport contre la normalité ou dans Trois milliards de pervers, les pédés du FHAR discutaient collectivement de leurs différents fantasmes (relations intergénérationnelles, fétichisations des Arabes, SM, etc.), ce qui leur a été beaucoup reproché. Mais ces discussions n’étaient pas des vitrines politiques : elles comportaient toutes un sens de l’analyse et de l’autocritique.

      Cycle Lire Hocquenghem : I - Ouverture de Co-ire ; II - L’Education antisexuelle ;

      Je te suggère d’attendre (préparer ?) un moment où malgré ce dont il est question respirer (ne pas lire ces trucs à l’aune de ton expérience de jeunesse, au moins provisoirement ) t’es possible et de lire les deux papiers de Trou noir, non pas pour « débattre » (je m’en tamponne, je dis vas y voir, car ce procès et ces condamnations sont injustes), plutôt parce ça me chagrine que tu en restes à (un rêve d’exécution et) des jugements sommaires. La justice bourgeoise dit se soucier d’instruire « à charge et à décharge ». Pour ma part, je relaxe GH et René Schérer (dont ta lecture me semble aussi quasi inexistante, sorry, il suffit de l’avoir lu un peu pour ne pas accepter une telle réduction). Mais si toi tu veux en décider, commence par ne pas oublier les pièces qui vont contre ta thèse, qui selon moi relève de l’idéologie dominante (et oublie pas pas que je n’aime pas plein de choses chez GH, voir l’intérêt de cette notion de « panthéonisation » dans les papiers de Trou noir).

      Il me semble avoir lu quelque part que tu disais qu’il y avait de fait une « érotisation » de la relation à tel ou telle enfant. C’est avant « le sexe » (qui contrairement au désir n’existe chez l’enfant, qu’à être appris avec nos topos nécessaires du genre : « tu as grandi, tu peux plus monter ton zizi ou ta zézette à tout le monde », suites aux prochains épisodes ?). Il y a comme disait Camus, à s’empêcher (le meurtre, etc) mais aussi à empêcher. Ici la curiosité, les essais érotiques des petits enfants envers des adultes (j’ai connu ça, sans trop savoir comment faire ce « nous sommes en relation mais pas comme ça »), sans inculquer on ne sait quelle morale, depuis un souci de soi qui est à acquérir.

      Mickaël Tempête dans son article sur la lecture de GH (Trou noir) dit aussi
      " Une société profondément pédophile fait du pédophile l’ennemi absolu. "

      ...

    • Le problème @colporteur est d’occuper l’espace par des théories (sociale,sexuelle, politique,marxiste ce que ces hommes ont largement développés) et de ne jamais prendre en considération ni l’Autre, ni les dégâts engendrés par la sexualité des adultes sur des gamin·es.
      Les pédophiles et autres violeurs cachés derrière un point de vue révolutionnaire légitimé par leur statut d’intellectuel ou d’hellénistes sont en fait des ultra-conformistes grands défenseurs du pouvoir phallique et de sa violence, des colonisateurs qui ont trouvé la voie du sexe pour faire croire que cet espace d’investissement politique devait être libéré pour mieux se jeter dessus.

      Je pense que ce n’est pas le fait d’avoir été violée enfant qui chagrine ou perturbe le jugement, c’est de se prendre un peu trop souvent dans la gueule et sous n’importe quelle prétexte que cette violence n’était pas seulement sexuelle mais qu’elle était chargé du symbolisme de la prédation phallique, comme dans la logique de l’appropriation colonialiste, elle visait à notre accaparement et à notre destruction, à s’approprier nos corps et nos esprits, à nous réduire à de la viande fraiche en rayon. Trop de mes ami·es peuvent dire qu’elles sont des survivantes aujourd’hui, car malheureusement il y a eu aussi nombre de suicides de celleux violées enfants.
      Alors, que la société soit violente et cruelle, cannibale et pédophile, ok. Mais l’ennemi absolu, non, je ne crois pas que ce soit l’image du pédophile qui la porte, le nazi est encore au grade au-dessus. La preuve, la mairie de paris est capable de poser une plaque sans se questionner un seul moment sur sa pertinence et pour commémorer un défenseur de la pédophilie ou maintenir en place des soutiens de pédophiles.
      L’image du pédophile n’est pas celle de l’ennemi absolu car elle est imprégnée de cette #culture_du_viol qui permet l’exercice d’un pouvoir social dans une société masculine bercée des écrits d’intellectuels comme Hocquengiem (grand ami de Matzneff) s’accaparant pendant des années et encore aujourd’hui ce rôle intellectuel élitiste de transmission éducationnel par le sexe. Et j’ai vu des proches se torturer à chercher comment s’opposer à la venue d’un prédateur chez eux parce que classé dans la catégorie des intellectuels.

    • https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/camille-kouchner-a-olivier-duhamel-tu-les-vois-les-angoisses-qui-nous-hanten

      Je vais t’expliquer, à toi qui dis que nous sommes tes enfants. Quand un adolescent dit oui à celui qui l’élève, c’est de l’inceste. Il dit oui au moment de son désir naissant. Il dit oui parce qu’il a confiance en toi et en ton apprentissage à la con. Et la violence, ça consiste à décider d’en profiter, tu comprends ? Parce que, en réalité, à ce moment-là, le jeune garçon ne saura pas te dire non. Il aura trop envie de te faire plaisir et de tout découvrir, sûrement.

  • France Insoumise : une crise à la croisée des chemins bruns - Lignes de crêtes
    https://www.lignes-de-cretes.org/france-insoumise-une-crise-a-la-croisee-des-chemins-bruns

    Pour le comprendre, il est nécessaire de revenir sur la composition de la France Insoumise et le fossé historique entre deux catégories de dirigeants et de militantEs.

    Au départ du mouvement, des composantes historiques de la gauche des années 80 et 90 : Jean Luc Mélenchon d’abord, et ses dizaines d’années au Parti Socialiste, toute une vie de militant et d’élu, pendant laquelle même sortir de la social-démocratie de gouvernement pour aller ailleurs dans la gauche était hors de propos. Mais c’est le cas aussi de beaucoup de ses proches, de Danielle Simonnet à Alexis Corbière, en passant par Raquel Garrido.
    D’autres comme Eric Coquerel ou Danièle Obono viennent de formations politiques diverses : des chevènementistes à la LCR, en passant par le PCF.

    En 2002, l’univers de toute la gauche commence à s’effondrer. D’abord la social-démocratie se fait jeter du second tour de la présidentielle par l’extrême-droite. L’année suivante, l’échec du mouvement contre la réforme des retraites marque la fin d’un cycle de luttes où le mouvement social remportait systématiquement des victoires partielles contre le pouvoir. S’en suit une dévalorisation de la lutte de classes.

    A l’inverse, en 2005, la victoire du « non » au référendum sur la constitution européenne semble offrir de nouveaux débouchés pour une gauche qui serait radicalement anti-européenne. En réalité, cette victoire n’est pas spécifiquement anticapitaliste, et pas spécifiquement de gauche, elle est clairement nationaliste, due au moins autant au vote d’électeurs tentés par la voie d’extrême-droite que par une réaction aux politiques anti-sociales menées par l’Union Européenne. Et ce sont bien les thématiques nationalistes, antisémites, racistes qui vont dominer le champ politique les années suivantes et toute la décennie qui suivra. Toute la gauche politique s’effondre lentement, notamment dans les esprits tandis que tous les néo-fascismes se banalisent, et s’installent culturellement.

    La France Insoumise, jusque dans son nom, est le résultat d’un processus qui commence dans ces années là : celui d’une partie de la gauche qui renonce à certaines valeurs antifascistes, décide de considérer que les électeurs d’extrême-droite sont principalement les classes populaires qui posent les bonnes questions et que le rôle de la gauche radicale est d’y répondre correctement et de s’emparer des thématiques qui font recette.

    Ce n’est pas seulement un opportunisme de la part des dirigeants : beaucoup de militantEs perdent toute confiance dans l’héritage historique progressiste et social de leur camp, et finissent par penser que celui-ci est un frein à l’expansion de leur mouvement. Le phénomène n’existe pas que dans la gauche radicale, le PS aussi se droitise. (Le Printemps Républicain est d’ailleurs le fruit de cette droitisation au PS et entretien sans surprise de nombreux liens et passerelles avec la FI)
    Complaisance, collaboration et course à l’échalotte

    De la complaisance et de la collaboration avec les mouvances comme celles de Dieudonné, à celles avec les mouvances islamophobes, en passant par l’idée d’une coalition thématique avec tout ce qui est anti-européen, de l’attrait pour toute la mode anti-scientifique que traduit très bien le mouvement anti-vaccins, en passant par la reprise de la vision du monde oligarchie contre peuple, ou peuples contre mondialistes, l’histoire d’une partie de la gauche radicale devient une course à l’échalote avec des mouvements du bord opposé.

    • Le populisme et le grand complot rouge-brun
      https://lvsl.fr/le-populisme-et-le-grand-complot-rouge-brun

      Depuis maintenant le début de l’été, une offensive idéologique est en cours pour diaboliser ce qu’on qualifie généralement de « populisme de gauche ». Accusée de brouiller les frontières idéologiques avec l’extrême-droite, voire de conduire à une dérive autoritaire ou analogue au césarisme, l’hypothèse populiste serait un danger mortel pour la démocratie[1]. Pire encore, pour ceux qui s’identifient à gauche, le populisme consisterait à abandonner le « sociétal » au profit du « social ». En faisant primer la question sociale et en hiérarchisant les « luttes », il faudrait alors s’adresser en priorité à l’électorat populaire du Front national et ranger au placard féminisme, droits LGBT, écologie, lutte contre le racisme, etc. Ce débat est en réalité à côté de la plaque. Explications.

      #grand_complot_rouge_brun

    • La construction d’une volonté collective majoritaire.

      Il y a au moins trois éléments qui permettent de lier des demandes entre elles. Tout d’abord, la question démocratique, qui est transversale à l’ensemble des demandes et qui permet donc d’opérer un travail de captation partielle de chacune de celles-ci. Proposer un projet de pays, patriotique, populaire, pluraliste et inclusif est fondamental pour faire converger vers le même horizon transcendant et positif l’ensemble de ces aspirations. Ensuite, il y a la désignation de l’adversaire commun et de son monde : l’oligarchie, les élites, le vieux monde, etc. L’adversaire commun joue le fameux rôle de l’extérieur constitutif, qui permet, par son altérité, d’unifier un corps hétérogène. Mais surtout, le chaînon qui est capable d’universaliser ces différentes demandes, de les faire passer d’un statut d’aspiration particulière à celui d’enjeu universel, est la présence d’un leader qui les cristallise à la fois sur le plan politique et sur le plan esthétique.

      Ces éléments ne sauraient constituer une recette, mais une hypothèse. C’est en tout cas celle d’une stratégie qui consisterait à radicaliser la démocratie afin d’offrir une contre-hégémonie à un pays qui a trop longtemps souffert d’un ordre injuste qui nous plonge tous vers l’anomie. Elle nous semble beaucoup plus séduisante que l’éternelle opposition entre les qualifiés « gauchistes » et autres « rouges-bruns », qui mourra avec la vieille gauche.

      #gauchistes #vieille_gauche

  • #Meghan_Murphy : Dennis Hof est mort, mais son héritage survit grâce à ceux et celles qui prônent la légalisation de la prostitution.
    https://tradfem.wordpress.com/2018/10/17/dennis-hof-est-mort-mais-son-heritage-survit-grace-a-ceux-et-cell

    Je ne suis jamais soulagée lors du décès d’hommes pervers. Au contraire, je me sens en colère, flouée. Ces hommes n’ont jamais eu ce qu’ils méritaient.

    Aujourd’hui, un roi parmi ces hommes est mort trop tôt. Il y a tout juste 24 heures, #Dennis_Hof fêtait son 72e anniversaire, entouré de son « produit », des femmes, bien sûr.


    Hof a vécu la vie dont il rêvait aux États-Unis et il est mort avant d’avoir été tenu responsable de décennies d’agressions qu’il a infligées à d’innombrables femmes.

    Hof était probablement le proxénète le plus connu au monde, bien qu’il ait travaillé très fort pour se présenter comme un propriétaire d’entreprise légitime et respectable.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2018/10/16/dennis-hof-dead-legacy-lives-advocate-legalize-prostitution
    #prostitution #feminist_current #gauchistes #proxénétisme #viol #troisième_vague

  • Aux origines du #Dengueri tunisien
    http://www.huffpostmaghreb.com/wassim-salah/du-bleu-de-chine-au-dengri-tunisien_b_9949036.html

    L’anti-cher, ce mot vous rappelle-t-il quelque chose ? C’est la marque que porte le fameux “bleu de chine” appelé aussi “dengueri” en Tunisie.

    Cet habit, du travailleur maoïste tire ses origines de la Chine. Connu depuis les temps ancestraux dans notre bassin méditerranéen, il a était importé par les marchands venus de l’est et suivant la route de la soie.

    Souvent associé aux #gauchistes, le bleu de Chine était le vêtement par excellence du révolutionnaire #maoïste mais aussi du marin et de l’agriculteur chinois, car solide et facile à vêtir, il prit sa place comme étant le jean méditerranéen.

    Le “dengueri” est reconnaissable avec son col badiane, sa boutonnière chinoise et son pantalon aux trois poches à la ceinture réglable. Il a été adopté par les plus grands couturiers français : Yves Saint-Laurent ou Kenzo, hier, mais aussi Klein pour la maison Laroche aujourd’hui.

    Si on est d’accord sur l’appellation “bleu de Chine” de ce costume des soixante-huitards, l’étymologie du mot “dengueri”, ainsi prononcée en Tunisie demeure intraçable.

    Je me mis à la recherche de son origine. Ceci me mena vers le nom d’une ville chinoise située au pied de l’Everest et qui faisait partie de la route de la soie. C’est la ville de “tingiri” ou “dengheri”.

    Ma recherche m’orienta par la suite vers une langue altaïque qui est parlée dans cette région par une minorité ethnique où le sens du mot “tingiri” ou “tenger” veut dire bleu.

    #Tunisie #habit

  • Agressions sexuelles de Cologne : un renversement révélateur

    Après avoir interrogé près de 300 personnes et visionné 590 heures de vidéos, le procureur de Cologne, Ulrich Bremer, révèle dans une interview à Die Welt que plus de 60% des agressions n’étaient pas à caractère sexuel mais bien des vols. Surtout, sur 58 agresseurs, 55 n’étaient pas des réfugiés. Ils sont pour la plupart Algériens et Marocains installés en Allemagne de longue date, ainsi que trois Allemands. On ne dénombre que deux réfugiés Syriens et un Irakien. (...)
    Il ne s’agit pas de minimiser les faits d’agressions sexuelles qui ont été commis. Au contraire. L’examen des faits montre aujourd’hui qu’il s’agit d’un problème systémique se posant dès que la foule envahit les rues et que l’alcool coule à flot. (...) L’an dernier, deux viols ont été commis lors des fêtes de Bayonne ainsi qu’un nombre inconnu d’agressions sexuelles. (...) Lors de l’édition 2015 des fêtes de Pampelune, 1656 plaintes ont été déposées (contre 2 047 en 2014), dont quatre pour agression sexuelle. Lors des fêtes de la bière à Munich, deux plaintes sont enregistrées en moyenne chaque année. Mais en 2002, c’est 13 viols qui ont été comptabilisés. (...)
    Les événements de Cologne démontrent que, loin d’un fait divers lié à la présence de réfugiés particulièrement misogynes, les agressions sexuelles et les viols font partie d’une culture largement partagée et où l’alcool sert parfois de catalyseur. C’est donc à la domination masculine dans son ensemble qu’il faut s’en prendre. Pas seulement à la culture des autres.

    https://blogs.mediapart.fr/patricjean/blog/140216/agressions-sexuelles-de-cologne-un-renversement-revelateur

    • J’avais déjà pointé les invraisemblances du récit initial et le fait qu’on utilisait ses faits au moins déformés pour ostraciser une population tout en mettant soigneusement sous le boisseau le fait que les beuveries collectives sont devenues les expressions les plus systématiques de la #culture_du_viol européenne => http://seenthis.net/messages/458869

      On remarque sans aucun étonnement que ce rectificatif/démenti ne trouve pratiquement aucun écho dans la presse qui ne se jette que sur les faits qui vont dans le sens de la propagande en cours et ne fait même plus l’effort de faire semblant de s’intéresser de quelque manière que ce soit aux faits réels et validés.
      L’essentiel n’est plus la véracité, les données, les faits, l’essentiel est de marquer les esprits en les stupéfiant sans cesse.

      Ensuite, les rectificatifs/démentis n’ont absolument aucun effet. Je pense qu’on n’a pas fini de justifier des tas de saloperies au nom des viols du jour de l’an à Köln. Et aucun de ceux qui se sont laissé aller à gerber leur haine n’ont seulement fait mine de s’essuyer le vomi qu’ils ont au coin des babines (je repense à un certain dessin de presse qui faisait de Aylan un violeur bestial du nouvel an…)
      #vomi #affliction

    • Malgré des demandes insistantes, j’avais refusé de relayer toute information à la suite des agressions de femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne.

      #bravo et rare dans le #journalisme

    • Cologne and the Art of Not Being a Racist

      On New Years Eve 2016 German police received hundreds of complaints of crimes including sexual assaults and robberies occurring in the vicinity of the Cologne Central Railway station. Many blamed recently arrived asylum seekers for the attacks. In this week’s podcast Francois Bonnet of the CNRS, explains why we have struggled to balance our righteous indignation at the attacks with our fear of being labelled a ‘racist’.

      #François_Bonnet (http://www.francoisbonnet.net)
      #racisme

      http://4mpodcast.com/2016/02/29/cologne-and-the-art-of-not-being-a-racist

    • Un article de la revue « Contretemps » sur les #viols et agressions sexuelles de #Cologne et le contexte plus général en Allemagne
      samedi 19 mars 2016, par Yves

      Cet article d’Emeline Fourment contient de nombreuses informations très utiles sur la situation concrète des femmes en Allemagne, le traitement des #violences_sexuelles par la police et la justice de ce pays, etc.
      Malheureusement, l’utilisation systématique de concepts foireux comme ceux de « blancs » et de « non blancs », ou de « blanches » et de « non blanches », très à la mode dans les milieux universitaires et #gauchistes, augmente dangereusement la confusion politique et réintroduit dans la critique radicale des concepts fondés sur des caractéristiques ethnoraciales absurdes et surtout totalement réactionnaires [..]
      http://www.contretemps.eu/sites/default/files/images/Cologne.large.jpeg

    • Le lien vers l’article signalé par @vanderling :
      Cologne et la question des violences sexuelles dans le débat politique allemand : renforcement du sexisme et du racisme, invisibilisation des femmes réfugiées

      L’Allemagne, un pays soudainement « féministe » ? Dans ce texte, Emeline Fourment met en perspective le traitement public des agressions sexuelles de Cologne en revenant sur la reconnaissance juridique précaire des violences sexuelles dans ce pays, avant de mettre en lumière les points aveugles des discours dominants sur le sujet, conditions nécessaires à l’expression d’un discours féministe digne de ce nom.

      http://www.contretemps.eu/interventions/cologne-question-violences-sexuelles-dans-d%C3%A9bat-politique-allemand-

    • Contrairement à ce que sous-entend YC ; l’auteure de l’article quand il fait l’usage des concepts de « blanc » et de « non-blanc », reproche l’existence de différence de traitement (et ne cherche donc pas à les conserver pour des raisons théoriques dogmatiques) à des gouvernants qui reste concentrés sur la protection des hommes bourgeois blancs.

    • Puis c’est vrai que c’est ballot de trouver blancs et non blancs dans un article qui traite du renforcement du sexisme et du racisme et de l’invisibilisation des femmes réfugiées dans le débat politique allemand et que le fait que les agresseurs soient identifiés comme « d’origine nord-africaine » a joué en la faveur de la crédibilité des victimes pendant que ceux/celles -là même qui reprochaient aux féministes d’exagérer lorsqu’elles s’indignaient des commentaires sexistes de Rainer Brüderle (FDP, parti libéral) a propos du décolleté d’une journaliste sont aujourd’hui devenu.e.s de fervent.e.s défenseur.e.s des droits des femmes.

    • Room for a Feminist Anti-racism after Cologne? A rejoinder to Francois Bonnet.

      Last month, Francois Bonnet gave us his thoughts on the Cologne attacks. He argued that Cologne was a major blow to the Feminist left in Europe and encouraged us to see the police response to the violence as an act of performing non-racism. In this week’s podcast, Kendra Briken of the University of Strathclyde offers a feminist and anti-racist critique of Francois’ position.

      http://4mpodcast.com/2016/03/21/room-for-a-feminist-anti-racism-after-cologne-a-rejoinder-to-francois-bon

  • Cannes 2015 : Mad Max boycotté pour cause de #féminisme ? - Actualité Film - EcranLarge.com
    http://www.ecranlarge.com/films/news/939952-cannes-2015-mad-max-boycotte-pour-cause-de-feminisme

    « Ça a l’air d’un truc de mec à la régulière.

    Mais c’est en réalité un cheval de Troie que les #féministes et les #gauchistes hollywoodiens utiliseront pour insister (vainement) sur l’idée que les femmes et les hommes sont égaux en tout, notamment la force physique et la logique. »

    Et Clarey a bien réfléchi. Pour lui, il existe au moins une preuve irréfutable de l’abomination féministe qui a contaminé ce pauvre Mad Max : Fury Road.

    « Le personnage de Charlize Theron aboie des ordres à Mad Max. Personne n’aboie des ordres à Mad Max. »

    #film #cinéma

  • Fiche technique : comment reconnaître un Rouge-Brun ?
    http://reflets.info/fiche-technique-comment-reconnaitre-un-rouge-brun

    Comme c’est bientôt le printemps, et que les commentaires sont fermés, Reflets vous offre un bel article pédagogique pour pouvoir reconnaître parmi toutes les variétés de courants, mouvements, groupes, collectifs, personnalités politiques qui fleurissent en cette saison, une espèce bien particulière : le Rouge-Brun. On dit merci qui ? Et pourquoi qu’il est brun, le […]

    #A_la_Une #France #On_s'en_fout #Politique #cèpe_à_pied_rouge #champignons_vénéneux #Chouard #confusion_politique #fachos_d'extrême_gauche #gauchistes_d'extrême_droite #rouges-bruns #soral